Version classiqueVersion mobile

Le choix de la CEE par la France

 | 
Laurent Warlouzet

Avant-propos

Éric Bussière

Texte intégral

1Le livre de Laurent Warlouzet nous invite à repenser sous de nombreux aspects le rapport de la France au projet européen. C’est le fait d’une étude bien centrée sur un objet essentiel, l’Europe économique, et mettant en œuvre de multiples angles d’attaque.

2Espérons-le, ce livre règlera de façon définitive la question du rapport du gaullisme, celui du Général, à l’Europe, rapport fondé sur une série d’incompréhensions et d’erreurs. Certes le Général a assumé politiquement l’ouverture de l’économie française sur l’Europe et le monde, notamment à travers les réformes économiques de décembre 1958. Il a donc permis à la France de respecter ses engagements européens. Mais Laurent Warlouzet démontre son incompréhension des fondements du projet communautaire et des potentialités qu’il comporte. D’où des erreurs successives dans la stratégie suivie consistant notamment à faciliter la mise en place de dynamiques institutionnelles au début des années 1960 que l’on cherche maladroitement à bloquer quelques années après. Il est vrai que de Gaulle avait été précédé dans ce jeu de dupes par plusieurs présidents du Conseil de la IVe République, quelles que soient par ailleurs leurs intentions sur le fond. Ce défaut de lucidité sur le projet européen montre combien ce dernier resta longtemps incertain et flou aux yeux de la plupart et notamment d’une partie des hauts fonctionnaires chargés de conseiller les politiques en la matière.

3Mais au-delà du cas spécifique de la France du Général, c’est une série de lectures binaires parce qu’artificiellement politisées et instrumentalisées que remet en cause Laurent Warlouzet en nous montrant que la réalité des positions des acteurs face à l’Europe économique relève en fait d’une série de positionnements transversaux. Le débat entre Europe arbitre et Europe volontaire, entre Europe du marché ou Europe organisée se situe au sein même de la Commission en même temps qu’il génère des rapprochements sous-estimés jusqu’il y a peu notamment entre Français et Italiens. Mais ce même débat traverse aussi le monde des entreprises et du patronat et il est vain, ici encore, pour qui veut comprendre, d’organiser l’analyse selon de simples logiques comparatives à base nationale qui négligent les cultures de branche par définition transnationales.

4Laurent Warlouzet met enfin en valeur une série de schémas et d’inflexions dont la portée ne se révélera, dans toute leur amplitude, que parfois bien plus tard. Les Français de la Commission, à la tête desquels se détache le personnage de Robert Marjolin, ont tenté de promouvoir à l’échelle communautaire un modèle de politique économique proche par plusieurs aspects du modèle français dont quelques fonctionnaires parisiens seulement ont perçu toute la portée sans avoir pour autant la possibilité de le relayer à l’échelon national. La « crise de la chaise vide » a de ce point de vue affaibli leurs initiatives et les chances réelles qu’eut alors la France de promouvoir son modèle d’Europe économique. Il faudra attendre les années 1980 pour qu’une seconde chance soit donnée à ce modèle.

5Dès lors, comme le fait très justement remarquer l’auteur, les années 1960 ne constituent pas une sorte d’âge d’or pour le projet européen. Mais pour la France plus encore que pour d’autres, ce premier temps de la construction européenne apparaît bien comme celui des occasions manquées.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search