Version classiqueVersion mobile

La rupture ? La Grande Guerre, l’Europe et le XXe siècle

 | 
Pierre-Cyrille Hautcoeur
, 
Patrick Fridenson
, 
Florence Descamps
, 
et al.

Le social

Commentaire

Alain Supiot

Texte intégral

  • 1   Ce rôle providentiel est explicite dans l’original latin du texte de l’encyclique : « Quocirca me (...)

1Le chapitre remarquable de Bruno Valat sur la croissance de l’État providence, prolonge et enrichit certains points de vue développés dans les chapitres précédents. J’émettrais seulement une réserve sur l’assimilation de l’État providence à une sorte de big Mother, de figure en surplomb restreignant les libertés individuelles. C’est certes l’image qu’en ont ses adversaires, mais elle ne résiste pas à l’analyse juridique et historique. Au plan juridique, l’invention de l’État social a au contraire été le fruit d’un renversement de la figure de l’État dominateur, de l’Herrschaft. Ce maître a été métamorphosé en serviteur par la théorie des services publics, telle que conçue avant-guerre par Léon Duguit et mise en œuvre par le Conseil d’État. Serviteur, l’État ne doit intervenir que là où l’initiative privée se révèle impuissante à assurer l’intérêt général. Le qualificatif spécifiquement français d’État providence nous vient de l’encyclique Rerum novarum (1891), qui    place l’intervention de l’État sous l’égide d’un principe de subsidiarité : il ne doit pas se soumettre les individus et les familles, mais « entourer de soin et d’une sollicitude toute particulière les travailleurs qui appartiennent à la classe pauvre en général1 ». Cette subsidiarité de l’intervention de l’État par rapport à la « société civile » a aussi ses origines dans la tradition proudhonienne et mutuelliste, dont l’importance dans le modèle social français est aujourd’hui trop souvent méconnue.

  • 2 Second Bill of rights speech, 11 janvier 1944.

2Plus généralement, et au-delà de la diversité de ses modèles nationaux, l’État social a été la réponse des démocraties aux défis de l’industrialisation, celle qui leur a permis de l’emporter sur les réponses autoritaires ou totalitaires, car elle tirait toutes les conséquences d’un constat que l’on voit courir à vrai dire dans toute l’histoire du droit, et que Roosevelt résumera en ces termes à la fin de la seconde guerre mondiale : « Nous en sommes arrivés à clairement réaliser le fait que la vraie liberté individuelle ne peut pas exister sans sécurité et indépendance économique. Les hommes dans le besoin ne sont pas des hommes libres. Ceux qui ont faim et sont au chômage sont la substance dont sont faites les dictatures2 ».    On tend à méconnaître aujourd’hui l’importance historique de cette invention de l’État social et l’efficacité de la combinaison qu’il a opéré de l’économie de marché avec des systèmes de solidarité élaborés démocratiquement.

3La consécration du principe de justice sociale par la Constitution de l’OIT en 1919 n’a pas été en effet le fruit d’un idéalisme éthéré, mais bien plutôt celui de l’expérience selon laquelle « l’injustice, la misère et les privations (engendrent) un tel mécontentement que la paix et l’harmonie universelles sont mises en danger ». C’est de la répétition de cette expérience que se réclamera la Déclaration de Philadelphie en 1944, en affirmant que « l’expérience a pleinement démontré le bien-fondé de la déclaration contenue dans la Constitution de l’Organisation internationale du Travail, et d’après laquelle une paix durable ne peut être établie que sur la base de la justice sociale ».    Il est bon de le rappeler à notre époque, marquée à nouveau par l’accroissement vertigineux des inégalités et des injustices, tant à l’intérieur qu’entre les nations, ainsi que par la résurgence corrélative d’hommes forts aux idées faibles, s’employant à attiser les passions identitaires.

  • 3  Cité par Jean Querzola, « Le chef d’orchestre à la main de fer. Léninisme et taylorisme », dans Le (...)
  • 4   Ernst Jünger, La Mobilisation totale, Paris, Gallimard, 1990 (1re édition 1930).

4La consécration du principe de justice sociale en droit international n’a pas été en effet le seul legs de la Première guerre mondiale à l’organisation du travail dans le monde. Il en est un autre, passablement contradictoire, qui n’a pas encore été évoqué dans nos travaux, celui de la gestion industrielle de ce que l’on a alors commencé à considérer comme du « matériel humain », du « capital humain » ou des « ressources humaines ». « La plus grande leçon que la guerre nous ait enseignée — déclarait ainsi en 1919 George Babcock dans une conférence à la Harvard University Graduate School of Business — est que l’expansion et l’approfondissement des principes d’organisation industrielle, développés sous la forme des principes tayloriens d’organisation scientifique, ont trouvé leur justification pratique sous le fardeau le plus lourd qu’ils aient jamais eu à porter3 ». La Première guerre mondiale fut la première expérience en vraie grandeur de ce que Ernst Jünger a qualifié de « mobilisation totale », pour décrire la transformation de pays entiers « en gigantesques usines produisant des armées à la chaîne afin d’être en mesure vingt-quatre heure sur vingt-quatre, de les envoyer au front où un processus sanglant de consommation (…) complètement mécanisé jouait le rôle du marché4 ». Les formes d’organisation ainsi mises en œuvre durant la grande guerre ont continué d’imprimer leur marque une fois la paix revenue, et c’est depuis lors que l’organisation industrielle a cessé d’être cantonnée à certains segments de l’activité économique pour s’étendre à la société toute entière.

  • 5  Sur ces théories biosociologiques, voir André Pichot, « Biologie et solidarité », dans Alain Supio (...)
  • 6  Charles Darwin, La descendance de l’homme et la sélection sexuelle, Paris, C. Reinwald et Cie, 189 (...)

5Cette notion de mobilisation totale, a inspiré par la suite celles d’État total (Carl Schmitt) ou de totalitarisme (Hannah Arendt). Elle est très éclairante pour saisir les avatars d’une théorie qui depuis le xixe siècle applique l’idée de sélection naturelle aux groupes plutôt qu’aux individus5. Selon cette théorie, avancée d’abord par Alfred Wallace en 1864 puis reprise par Darwin lui-même6, l’entraide entre les membres d’un groupe — ce qu’on a appelé l’altruisme biologique — constitue un avantage dans la compétition avec les autres groupes. Wallace et Darwin espéraient réconcilier ainsi, notamment dans l’étude des sociétés humaines, la biologie, le droit et la morale. Mais en déplaçant ainsi la sélection de l’individu vers le groupe, on est conduit à voir dans la guerre le moment décisif de sélection des groupes les plus aptes. Avec toutes les conséquences que l’on sait lors de la Première guerre mondiale, qui fut aussi la première guerre totale ayant pour but d’annihiler les ressources biologiques de l’ennemi.

  • 7E. Jünger, Le Travailleur, Paris, Christian Bourgois, 1989, (1re édition 1932), p. 223.
  • 8   David Cameron, Discours au Congrès du parti conservateur, le Telegraph du 9 octobre 2012.
  • 9   Préambule de la Constitution de l’OIT.

6Depuis le tournant néolibéral des années 1980, ce régime de mobilisation totale a pris la forme d’un Marché total, engageant tous les habitants de toutes les nations du monde dans une guerre économique perpétuelle et sans merci.    Sous la pression des impératifs de « compétitivité », d’« innovation » et de « mobilité », des gouvernements de tout bord s’emploient à défaire méthodiquement les systèmes de solidarité qui avaient été édifiés sur le principe de justice sociale, qu’il s’agisse de droit du travail, de services publics ou de sécurité sociale. En sorte que chaque travailleur semble voué à faire à nouveau l’expérience ainsi décrite par Jünger en 1932 : « Le propre de notre situation consiste en ceci que la contrainte du record règle nos mouvements et que le critère de performance minimale qu’on réclame de nous accroît l’ampleur de ses exigences de façon ininterrompue. Ce fait interdit totalement que la vie puisse en quelque domaine que ce soit se stabiliser selon un ordre sûr et indiscutable. Le mode de vie ressemble plutôt à une course mortelle où il faut bander toutes ses énergies pour ne pas rester sur le carreau7 ». L’ancien premier ministre britannique David Cameron n’a pas dit autre chose à ses compatriotes, lorsqu’il leur a déclaré en 2012 que « nous sommes aujourd’hui dans un global race. Et pour un pays comme le nôtre, cela sonne l’heure des comptes. Couler ou nager (...) Nous sommes testés. Comment sortir gagnants ? Ce n’est pas compliqué. Travailler dur8 ». Il est cependant permis de douter qu’une société politique puisse être durablement soudée par ce darwinisme social, qui aujourd’hui comme hier ne peut engendrer que la violence. La Première guerre nous a légué en héritage aussi bien l’impératif de mobilisation totale que le principe de    justice sociale. Mais aujourd’hui comme hier, entre les deux, nous devons choisir car s’il est une leçon que l’histoire s’est chargée de répéter depuis, c’est bien « qu’une paix universelle et durable ne peut être établie que sur la base de la justice sociale9 »

Notes

1   Ce rôle providentiel est explicite dans l’original latin du texte de l’encyclique : « Quocirca mercenerios, cum in multitudine egena numenrentur, debet cura providentiaque singulari complecti respublica ».

2 Second Bill of rights speech, 11 janvier 1944.

3  Cité par Jean Querzola, « Le chef d’orchestre à la main de fer. Léninisme et taylorisme », dans Le soldat du travail, Recherches, n° 32/33, sept. 1978, p. 63.

4   Ernst Jünger, La Mobilisation totale, Paris, Gallimard, 1990 (1re édition 1930).

5  Sur ces théories biosociologiques, voir André Pichot, « Biologie et solidarité », dans Alain Supiot (dir.) La solidarité. Enquête sur un principe juridique Paris, Odile Jacob, 2015, p. 69‑91.

6  Charles Darwin, La descendance de l’homme et la sélection sexuelle, Paris, C. Reinwald et Cie, 1891, p. 170‑198.

7E. Jünger, Le Travailleur, Paris, Christian Bourgois, 1989, (1re édition 1932), p. 223.

8   David Cameron, Discours au Congrès du parti conservateur, le Telegraph du 9 octobre 2012.

9   Préambule de la Constitution de l’OIT.

Auteur

Docteur d’État en droit (Bordeaux, 1979), agrégé des facultés de droit (1980), Docteur honoris causa des universités de Louvain-la-Neuve, Aristote de Thessalonique, Liège et Buenos Aires, Alain Supiot est membre correspondant de la British Academy (2015). Au cours de sa carrière, il a été successivement professeur à l’université de Poitiers puis de Nantes (UMR-CNRS 6028), et membre senior de l’Institut universitaire de France (2001), avant d’être élu au Collège de France en 2012 – où il a occupé jusqu’en 2019 la chaire État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités. Ses travaux se sont principalement déployés sur deux terrains complémentaires : le droit social et la théorie du droit, ses derniers ouvrages parus : La Gouvernance par les nombres, Paris, Fayard, 2015 ; Le travail n’est pas une marchandise. Contenu et sens du travail au xxie siècle, Paris, Éditions du Collège de France, 2019. Voir www.college-de-france.fr/site/alain-supiot/index.htm.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search