Version classiqueVersion mobile

Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe

 | 
René Girault
, 
Lévy-Leboyer Maurice

B. Les retombées industrielles du Plan Marshall en France

Les Charbonnages de France et le Plan Marshall

Jean-Paul Thuillier

Texte intégral

1Pour les Charbonnages, le Plan Marshall prend un relief particulier, moins peut-être en raison du montant de l’aide américaine reçue (220 milliards de F de 1948 à 1952, seule EDF ayant été plus richement pourvue avec 350 milliards de F), que par le fait que l’aide est destinée à une entreprise en difficulté du secteur nationalisé.

2Démarrée en 1948, celle-ci, en effet, a été affectée en priorité au secteur énergétique jusque 1950, au moment où la Guerre de Corée et le programme de réarmement ont fait surgir d’autres priorités.

  • 1  Voir notre communication au colloque de la FNSP de 1981 sur la modernisation de la France et J-P T (...)

3Cette aide, matérialisée sous forme de livraisons de biens d’équipement américains autorisées par le déblocage de devises, mais transitant pour l’essentiel par le FME selon le mécanisme de la contre-valeur, a permis le déblocage des investissements exigés pour la modernisation des Charbonnages1.

  • 2  Voir tableau en annexe.

4Dans ceux-ci, passés de 33 milliards de F pour les deux années 1946-1947 à 50 milliards en 1948 et dépassant les 60 milliards ensuite, les avances du FME ont compté jusqu’à 72 % du total des investissements réalisés en 1950 pour retomber à 48 % en 19512.

5Sur 330 milliards engagés entre 1948 et 1952 au titre des investissements, l’aide américaine a compté pour 67 % du total.

6Du point de vue industriel, c’est donc grâce au mécanisme de la contre-valeur que peut commencer à se développer le programme de modernisation des Charbonnages inscrit dans le Plan Monnet : alors que celui était prévu initialement pour un achèvement en 1950, le taux de réalisation des programmes de grands travaux inscrits au Plan oscillait entre 7,5 % (Houillères du Bassin du Nord – Pas-de-Calais) à 25 % (Houillères du Bassin de Lorraine) au terme de l’année 1948.

7La décision d’affecter les ressources de la contre-valeur aux budgets d’équipement dont J. Monnet relate dans ses Mémoires les arguments utilisés pour convaincre les gouvernements de son bien-fondé, fut donc le levier d’une planification qui, pour être impérative dans le secteur nationalisé, n’en était pas moins inapplicable, tant du fait de l’importance des ressources à dégager que du déséquilibre économique des houillères.

  • 3  En 1952, le programme est estimé réalisé à : 70 % pour les grands ensembles, 82 % pour les central (...)

8Le « calage » de l’échéancier du Premier Plan, reporté pour son terme de 1950 à 1952, sur le Plan Marshall, montrait que la rénovation des capacités de production avait reposé sur un énorme pari financier3.

9La cohérence de la démarche se lit le plus immédiatement dans l’évolution des prix de revient à la tonne marchande dont l’indice (base 100 en 1949) régresse de 114 en 1948 à 89 en 1951 aux Houillères du bassin de Nord – Pas-de-Calais, montrant par là l’importance des gains de productivité résultés de l’injection américaine.

10Il faut se souvenir, en outre, qu’à leur nationalisation, les charbonnages n’avaient reçu pour toute dotation qu’une avance du Trésor considérée comme un fonds de roulement.

11Incapables de dégager sur leurs ressources propres les moyens nécessaires à leur rénovation, les charbonnages étaient dans l’incapacité de mettre en œuvre le programme que le Plan Monnet leur avait assigné.

  • 4  En 1946, année du démarrage du Premier Plan, 90 % des investissements avaient ainsi été financés p (...)

12Au surplus, les sources alternatives de financement étaient d’autant plus limitées que les banques, y compris nationalisées selon F. Bloch-Lainé, marquaient de la réticence à mobiliser leurs ressources pour des investissements lourds à rentabilité différée. Jusque 1948, non seulement les investissements charbonniers avaient dû être retardés, mais en outre ils avaient dû être Financés pour leur majorité par des crédits bancaires à moyen terme4, entraînant les charbonnages dans un endettement déséquilibré.

13Ne serait-ce que pour son acuité, l’analyse de la Commission de bilan du Premier Plan, mérite ici d’être rappelée :

  • 5  Qui était de 12 ans selon les règles comptables.

14« Le recours au crédit moyen terme pour le financement des investissements lourds des secteurs de base n’était pas satisfaisant d’aucun point de vue. Tout d’abord, le financement des investissements par voie monétaire est évidemment critiquable en période d’inflation. De plus, les banques se résignaient mal à utiliser au profit des sociétés nationales une partie importante de leurs ressources. Enfin, pour les maîtres d’œuvre eux-mêmes, un crédit de 5 ans imposait des charges de remboursement très rapides et disproportionnées avec l’amortissement normal5 d’investissements lourds et à long terme.

  • 6  Bilan du 1er Plan de modernisation, 1953, p. 33.

15Au total, le système était à la fois dangereux pour la monnaie et difficilement supportable pour ceux qui avaient la charge de le mettre en œuvre6 ».

16Du point de vue financier, les avances du FME pouvaient donc être traitées par les charbonnages comme des quasi-fonds propres qui permirent :

  1. immédiatement, d’assainir la structure de leur bilan en réduisant l’endettement moyen terme et les frais financiers ;

  2. d’avoir un effet de levier sur les autres postes du haut de bilan, soit comme le font les Houillères du bassin du Nord – Pas-de-Calais qui, tout en se libérant des crédits onéreux contractés antérieurement, profitent de la conjoncture pour gonfler leur poste « provisions et dotations exceptionnelles » de 7 milliards de F entre 1949 et 1951, soit par desserrement de la contrainte immédiate, en permettant la constitution d’un pool de financement inter-bassins capable, après 1952, de recourir à l’emprunt obligataire à long terme ;

    • 7  Voir tableau en annexe. Pour l’année 1948, l’aide Marshall aux HBNPC est ventilée ainsi : elle fin (...)

    de financer, surtout, sur un mode plus orthodoxe des investissements à long délai de réalisation (7 à 15 ans), puisque l’essentiel des avances FME fut affecté au programme des grands ensembles et des industries destiné à restaurer la rentabilité des charbonnages7.

17En permettant un meilleur adossement des emplois aux ressources, l’aide américaine a ainsi contribué à restaurer l’équilibre des charbonnages, le redressement économique de l’exploitation venant s’appuyer sur le levier financier pour en accroître l’efficacité. Un bon indicateur du cycle vertueux qui s’est alors amorcé est l’évolution de l’autofinancement mis à contribution pour 15 % du total des investissements jusque 1949, 30 % en 1950 qui est une année de transition, pour atteindre une moyenne de 50 % dans les années suivantes.

18Mais pour réussir, le bouclage du dispositif a reposé sur la cohérence de facteurs de degrés différents :

  1. la greffe du Plan Marshall sur le Plan Monnet, le premier fournissant au second les moyens financiers de réaliser ses objectifs économiques (objectifs quantitatifs, infléchis pour les charbonnages dès l’entrée en vigueur de l’aide américaine vers des objectifs de productivité, priorité d’affectation aux secteurs de base pour restaurer les capacités d’offre, conscience des relations interindustrielles pour abolir les « goulots d’étranglement ») ;

  2. la réussite de la stratégie dite du « réamorçage de la pompe », qui ne prouva vraiment son efficacité qu’au moment où, le FME cessant d’assurer le financement majoritaire des dépenses d’équipement, l’accroissement des ressources des charbonnages dû à la conjonction des progrès de productivité et de la haute conjoncture charbonnière leur permit de relayer l’aide américaine, soit par mobilisation de leurs ressources propres, soit par recours aux capacités d’épargne renouvelées du marché financier ;

  3. le fait, que pour être massive, cette aide a été limitée dans le temps et appliquée à une stratégie de mise en concurrence des secteurs industriels et des économies dans leurs productions substituables (voir l’essor du calcul économique et des théories d’allocation des ressources dont EDF est le laboratoire, sous l’impulsion de M. Boiteux). C’est clairement le cas dans le secteur énergétique où la nationalisation des entreprises, si elle conduit à la formation de monopoles de production et de distribution, s’accompagne d’une unification du marché national de l’énergie, – fragmenté avant la guerre –, et d’une mise en concurrence entre les différentes sources, à la fois par le biais d’une politique de tarification appropriée et par celui d’une libéralisation progressive des importations.

  • 8  J.-P. Thuillier : « l’Europe du Charbon entre le Marché et les États : l’exemple français », Revue (...)

19Si, après 1953, les difficultés des charbonnages ressurgissent, c’est ainsi moins dans le contexte d’une économie de pénurie que dans celui d’une économie en voie d’ouverture : dorénavant, le marché de l’énergie ne sera plus guidé par les quantités, mais par les prix. Et l’année 1952 pour les charbonnages, si elle marque le terme du Plan Marshall, est aussi celle de leur entrée dans la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier8.

Notes

1  Voir notre communication au colloque de la FNSP de 1981 sur la modernisation de la France et J-P Thuillier « les Charbonnages et le Plan (1946-1963) » in De Monnet à Massé, Editions du CNRS, 1986.

2  Voir tableau en annexe.

3  En 1952, le programme est estimé réalisé à : 70 % pour les grands ensembles, 82 % pour les centrales, 73 % pour les cokeries, 76 % pour les usines de synthèse.

4  En 1946, année du démarrage du Premier Plan, 90 % des investissements avaient ainsi été financés par crédits bancaires.

5  Qui était de 12 ans selon les règles comptables.

6  Bilan du 1er Plan de modernisation, 1953, p. 33.

7  Voir tableau en annexe. Pour l’année 1948, l’aide Marshall aux HBNPC est ventilée ainsi : elle finance 64 % des Grands Ensembles, 50 % des cokeries et 100 % des investissements de centrales thermiques

8  J.-P. Thuillier : « l’Europe du Charbon entre le Marché et les États : l’exemple français », Revue Belge d’Histoire Contemporaine, 1988.

Auteur

Agrégé d’histoire, ancien élève de l’ENA, administrateur civil à la direction des Relations économiques extérieures au ministère des Finances, Télédoc 542, bâtiment B, 139, rue de Bercy, 75012 Paris. Travaux et recherches : Reconstruction et planification des Charbonnages de France (1945-1952).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search