Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bureau des finances de la généralité de Lyon. XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Karine Deharbe

Deuxième partie. Le déclin des compétences

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1L’attitude du pouvoir central face au Bureau témoigne du peu de considération dont jouissent les trésoriers. Ces officiers voient leurs pouvoirs se restreindre tout en conservant leur honorabilité. Leur influence pèse encore sur la destinée de la généralité, qu’il s’agisse du poids d’impositions qu’elle aura à supporter, des revenus qu’elle peut procurer au Trésor par le domaine qu’elle renferme, ou de la voirie qui favorise ou non les échanges commerciaux. L’action des trésoriers de Lyon, à l’échelle de leur ressort, influe sur la vie économique du royaume. Tout édifice se construit pierre par pierre, et celle que constitue la généralité de la seconde ville de France ne peut qu’être un poids lourd dans la masse générale. Les trésoriers ne sont pas les artisans exclusifs de ce résultat puisque d’autres autorités les supplantent, mais ils y contribuent. Leur attitude à l’égard des corps qui les entourent peut être teintée de morgue et de magnanimité. Elle peut être aussi d’une extrême rigueur, qui s’est illustrée à l’égard du Consulat. Elle démontre que les trésoriers sont fiers de leurs fonctions. Le Bureau des finances, s’il n’avait pas été victime de sa propre nature, aurait pu être promis à un brillant avenir. Ses attributions, de nature primordiale puisqu’elles touchent aux forces vives du pays, en particulier finances et voirie, auraient pu le hisser au sommet surtout qu’aucune autre cour, dans la ville, n’est susceptible de lui porter ombrage. L’étendue légale de ces attributions lui donne une puissance de premier plan. Les trésoriers déplorent l’incompréhension des autres. Cette puissance potentielle reste, en effet, théorique.

2L’irrémédiable arrive quand éclate la Révolution. Elle supprime les intendants, après coup considérés comme l’une des institutions administratives les plus efficaces de l’Ancien Régime, et n’a nulle raison de préserver ces corps dont le déclin est consommé depuis longtemps. Finalement, l’histoire du Bureau des finances n’est que celle d’une lutte interminable pour sa survie. Il ne l’obtient qu’au prix d’humiliations et de combats futiles… Il est peu d’institutions qui auront dû se battre autant pour subsister. Combat d’arrière-garde sans doute, mais conduit avec un courage de tous les instants, et une opiniâtreté presque admirable.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540