Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion de la première partie

p. 236


Texte intégral

1Le Bureau a mis du temps avant de trouver sa place. Il a eu plus de difficulté que son homologue parisien logé près de ses confrères, Châtelet ou Parlement. Paris est une ville de justice ; les officiers y bénéficient d’un prestigieux passé. Dans la généralité lyonnaise, rien de tel : hormis les élections, il n’y a rien d’aussi ancien ou glorieux. Le Bureau, en outre juridiction d’exception, doit construire sa réputation, concurremment aux juridictions présentes. Les trésoriers de France qui, à la fin du xvie siècle, arrivent dans la ville, font déjà figure d’officiers locaux, alors que leurs collègues de la capitale sont encore auréolés du prestige de l’ancienne fonction des trésoriers. Malgré tout, aidé par le statut avantageux de ses membres, son règlement qui encadre son activité d’un véritable protocole, son caractère de juridiction collégiale, le Bureau parvient à s’imposer comme l’un des rouages essentiels de l’appareil juridictionnel de la généralité. Au début du xviie siècle, il est intégré dans sa ville et se met au travail. Ses attributions évoluent d’une façon qui lui est personnelle : le Bureau des finances de Lyon n’exerce pas son activité comme celui de Paris, Lille ou Rouen. Comme il a une nature particulière, ses attributions, même similaires à celles des autres bureaux, sont particulières.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.