Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Conclusions

Allocution de clôture du colloque « Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs et pratiques »

Pascal Faure

Texte intégral

1Je ne dirai que quelques mots pour ne pas tirer une conclusion de la conclusion. Les exposés étaient tellement brillants et les conclusions tellement riches, qu’elles se suffisent à elles-mêmes.

2Lors de la décision de commémorer le bicentenaire du Conseil général des Mines, la question des thèmes à aborder s’est posée. Nous avons très vite conclu qu’il fallait à la fois porter un regard sur le passé et un regard vers l’avenir… avec, il est vrai, un peu d’appréhension pour ce qui concerne le passé car, comme l’a rappelé Pierre Couveinhes, le dialogue ingénieur/historien n’est pas une pratique très courante. Pour ma part, j’ai trouvé ces deux journées extraordinairement passionnantes. Une fois de plus, j’ai constaté que le dialogue se nourrit et s’enrichit de regards différents. Cela me conforte dans l’idée que notre choix était pertinent.

3Ces deux journées ont été un vrai succès par la qualité et l’intérêt des interventions, ainsi que par la haute tenue des débats qui ont suivi. Les divers exposés ont bien montré que les ingénieurs des Mines ont été, au cours des temps, de véritables traits d’union entre la science, l’industrie et le développement économique. L’idéal républicain d’une société réunie autour d’un grand dessein, en s’appuyant sur la Raison et les Lumières, reste formidablement moderne. Il prend un relief particulier en ces lieux, au cœur du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi.

4Le succès de ces deux journées est de bon augure pour le prochain colloque historique, où nous explorerons, non plus le volet de la mine, mais celui des technologies de l’information, la seconde racine du corps des Mines depuis sa fusion, l’an dernier, avec le corps des Télécommunications. Si la qualité est comme aujourd’hui au rendez-vous, ce sera une pleine réussite.

5Par ailleurs, j’ai bien noté la proposition faite tout à l’heure par Martin Chick d’organiser un colloque consacré à la pensée de Maurice Allais. Je la retiens bien volontiers, et le centième anniversaire de la naissance de ce grand économiste, qui interviendra l’an prochain, semble être une excellente opportunité. Cela sera en outre une bonne occasion pour le corps des Mines de s’interroger sur son action future en matière de réflexion économique, un domaine qui figure aujourd’hui plus que jamais parmi ses priorités. Comme vous le voyez, nous avons certainement de quoi travailler et réfléchir pendant le siècle à venir !

6Pour la commémoration du tricentenaire, mon cher Pierre, nos successeurs auront l’embarras du choix pour sélectionner les grands anciens de demain, ceux d’aujourd’hui gagnant certainement encore à être connus dans un siècle. Je vous remercie tous pour votre participation, pour vos interventions, pour l’animation et la préparation faite en amont, parce que je sais qu’elle a été lourde. Mais le succès de ces deux journées montre que cet investissement a été utile. Je vous donne rendez-vous à nos prochains colloques !

Auteur

Vice-président du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET). Pascal Faure, ingénieur général des Mines, a débuté sa carrière dans la R&D aux Laboratoires Bell (États-Unis, PA), chez Apple Computer (États-Unis, CA), puis au Centre national d’études des télécommunications (France Télécom/CNET) en tant que chef de projets dans le domaine de la sécurisation des communications et de la cryptologie. De 1992 à 1995, il a travaillé au ministère du Budget sur les crédits de la politique informatique administrative ; il a ensuite été nommé conseiller technique en charge des affaires budgétaires, fiscales, emploi et aménagement du territoire au cabinet du ministre du Tourisme, puis du ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ville et de l’Intégration. De 1997 à 2001, Pascal Faure a occupé le poste de directeur du développement, des affaires financières et d’adjoint à l’administrateur général de l’Institut Télécom. Il a alors été nommé directeur technique adjoint au ministère de la Défense. Il a, parallèlement, exercé les fonctions de président de l’Association des ingénieurs des télécommunications de 2001 à 2006. En 2007, Pascal Faure est nommé vice-président du Conseil général des technologies de l’information (CGTI). Depuis le 1er février 2009, il est vice-président du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET), issu de la fusion du Conseil général des mines et du Conseil général des technologies de l’information.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search