Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Conclusions

Les enseignements de l’histoire

Pierre Couveinhes

Texte intégral

1Mesdames et Messieurs, Bruno Belhoste a brillamment synthétisé les contributions présentées lors des deux journées de ce colloque. Je ne reviendrai pas sur chacune d’entre elles, mais je voudrais remercier chaleureusement tous les intervenants pour leurs exposés passionnants. Au nom des ingénieurs des Mines, je remercie tout particulièrement les historiens, qui nous ont tendu un miroir où s’est reflétée une image que nous devons méditer et dont chacun d’entre nous s’efforcera certainement de tirer le meilleur profit.

Quelques considérations générales sur l’histoire

2Je commencerai ma présentation par quelques considérations générales sur l’histoire. Cervantès a écrit, dans la première partie du Quichotte :

« La vérité dont la mère est l’histoire, émule du temps, dépôt des actions, témoin du passé, exemple et connaissance du présent, avertissement de l’avenir ».

3À cet égard, je me permettrai de ne pas être d’accord avec mon collègue et ami Olivier Appert qui, citant George Bernard Shaw, soutenait que « l’histoire nous apprend que l’on ne peut rien apprendre de l’histoire ». Avec un peu de malice, je lui répondrai qu’il est sur ce point en désaccord avec son mentor André Giraud, qui a dit un jour : « L’histoire ne se renouvelle jamais à l’identique, mais je suis convaincu que le recul de l’histoire permet d’être moins myope pour faire de la prospective ». Cet avis rejoint celui de Cervantès, et donne une première bonne raison de s’intéresser à l’histoire.

4Mais il y a une autre bonne raison. Si j’ai cité Cervantès, ce n’est pas parce que je suis particulièrement un amateur ou un spécialiste de cet auteur, mais parce que la citation que j’en ai faite a été reprise par Jorge Luis Borges dans une de ses nouvelles, Pierre Ménard, auteur du Quichotte. La plupart d’entre vous ne savent probablement pas qui est Pierre Ménard. En fait, il s’agit d’un auteur inventé par Borges, un intellectuel nîmois du début du xxsiècle, dont l’œuvre principale aurait consisté à réécrire à l’identique, après maints efforts, quelques chapitres du Quichotte. Borges soutient que la version de Ménard, quoique identique à la virgule près à celle de Cervantès, lui est très supérieure. Il donne justement comme exemple la phrase que j’ai citée. Rédigée au xviisiècle par Cervantès, ce « génie ignorant », selon les termes de Borges, ce n’est qu’un éloge rhétorique banal de l’histoire. Écrite au xxsiècle par Ménard, contemporain de William James, cette phrase prend une dimension toute différente. Borges relève le caractère singulier du début « […] la vérité, dont la mère est l’histoire ». Il souligne (je cite) que Ménard « ne définit pas l’histoire comme une recherche de la réalité, mais comme son origine. La vérité historique, pour lui, n’est pas ce qui s’est passé ; c’est ce que nous pensons qui s’est passé ». Je m’adresse aux ingénieurs des Mines présents dans cette salle pour leur dire : intéressez-vous à l’histoire, parlez avec les historiens, sinon, dans quelques années, la vérité historique sur le corps des Mines sera peut-être très différente de ce que vous connaissez. C’est le rôle des historiens d’écrire l’histoire, mais encore faut-il qu’ils soient alimentés en informations par ceux qui ont connu les faits. Faute de cela, l’histoire s’écrira d’une manière qui pourra vous surprendre. Et ne vous y trompez pas, ce sont les historiens qui auront le dernier mot !

Quelles recommandations pour l’avenir du corps des Mines ?

5Je vais maintenant m’efforcer de dégager quelques recommandations pour l’avenir du corps des Mines en me fondant sur les enseignements du passé, sur la base des présentations faites dans le cadre de ce colloque. Les remarquables synthèses d’Anne-Françoise Garçon et de Bruno Belhoste me paraissent rejoindre de manière étonnante l’éditorial rédigé par Charles Coquebert dans le numéro 1 du Journal des mines1, qui est l’ancêtre des Annales des mines dont j’ai l’honneur d’être aujourd’hui le rédacteur en chef. C’est ce même Charles Coquebert qui a joué un rôle décisif dans la mise en place du système métrique, ainsi que le mentionnait tout à l’heure Alan Bryden dans sa présentation.

6Dans cet éditorial publié en septembre 1794, ou plutôt en vendémiaire de l’an III, mon illustre prédécesseur définissait le programme de l’Agence des mines récemment créée. Vous noterez tout d’abord que le rôle des ingénieurs des Mines a été défini bien avant la loi de 1810. Il existait d’ailleurs déjà des ingénieurs des Mines sous l’Ancien Régime, mais leurs attributions n’étaient pas fixées d’une manière très précise. Je synthétiserai ainsi le programme fixé par Charles Coquebert :

« Il faut un Corps d’ingénieurs au service de l’État, afin de mobiliser la technique et les sciences au profit du Bien public, et de diffuser le savoir ».

7Vous reconnaissez là les grands domaines d’intervention du corps des Mines, que nous avons rencontrés tout au long de ce colloque. Pour ma part, je me suis efforcé de rédiger un texte comparable pour le corps des Mines d’aujourd’hui. Après beaucoup d’efforts, tel un moderne Pierre Ménard, je suis arrivé au résultat suivant :

« Il faut un Corps d’ingénieurs au service de l’État, afin de mobiliser la technique et les sciences au profit du Bien public, et de diffuser le savoir ».

8Vous allez bien sûr dire que cette formulation est identique à la précédente. Certes, mais, tel Borges, je vais m’efforcer de vous démontrer que mon texte est beaucoup plus riche que celui de Charles Coquebert, ou, tout au moins, qu’il est beaucoup plus hardi. En effet, certaines affirmations qui allaient de soi au temps de mon illustre prédécesseur ne semblent plus aussi évidentes aujourd’hui et posent même sérieusement question.

Faut-il une politique industrielle ?

9Coquebert affirme clairement la nécessité de mobiliser la technique et les sciences au profit du Bien public, on dirait aujourd’hui : de mener une politique industrielle.

10Évidemment, cela n’a pas toujours été le premier objectif de l’État, en particulier en matière d’exploitation minière. Jusqu’au xviisiècle, la réglementation avait pour but essentiel de remplir les caisses royales et semblait avoir été conçue par l’oncle Picsou. Ainsi, Jean-Marc Oury a cité des édits de Charles VI et de Louis XI selon lesquels la seule condition mise à l’ouverture des mines était le paiement d’une dîme, le « dixième royal ». Cependant, Anne-Françoise Garçon a relevé que Francis Bacon, déjà, avait émis l’idée qu’un des rôles de l’État était de mobiliser la technique et les sciences au service de l’intérêt général. Thierry Gaudin, pour sa part, a mentionné des propos de Colbert qu’il a qualifiés de « keynésiens », je crois. Peut-être Colbert avait-il deux faces, une face keynésienne et une autre que traduit assez bien cette citation : « L’art de l’imposition consiste à plumer l’oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le moins possible de cris. »…

11Quoi qu’il en soit, la nécessité d’une politique industrielle s’imposait, au temps de Charles Coquebert : pour le Comité de salut public, la France en guerre avait besoin de fer et de charbon, et il fallait faire le nécessaire.

12Aujourd’hui, le besoin pour l’État de s’impliquer dans l’économie ne semble pas évident pour tous. Pendant des années, certains ont soutenu que la « main invisible du marché » conduisait automatiquement aux meilleurs choix. Jusqu’à une date récente, la politique industrielle était donc, en général, considérée comme inutile, voire contre-productive. Il faut reconnaître que la récente crise financière a conduit à une évolution rapide des mentalités. Notre confrère britannique voudra bien m’excuser de relever que son pays, qui était un des principaux adeptes des bienfaits de « la main invisible du marché », a été le premier, avec son pragmatisme bien connu, à mettre en place un plan public de sauvetage des banques… Dans notre pays, les pouvoirs publics s’intéressent à nouveau à la politique industrielle au sens large, à l’intervention de l’État dans l’économie. Les Annales des mines ont publié en mai dernier un numéro intitulé « Après la crise, retour à l’économie réelle », qui met en évidence un regain d’intérêt pour des valeurs autres que celles de la finance pure : la technique, les usines et les hommes qui y travaillent – des valeurs du corps des Mines, diront certains.

13Tout à l’heure, Jacques Maire a posé judicieusement la question du niveau opportun pour mener une politique industrielle. Effectivement, l’Union européenne est aujourd’hui un niveau certainement plus adéquat pour mener une politique d’une certaine ampleur. En revanche, agir au niveau européen suscite des difficultés spécifiques, compte tenu du nombre de parties prenantes, de leurs points de vue souvent divergents et de la lourdeur des mécanismes de prise de décision ; je ne m’étendrai pas sur ce sujet… Je souhaite seulement réaffirmer ma conviction qu’une politique industrielle est aujourd’hui plus que jamais nécessaire.

L’État a-t-il besoin d’ingénieurs ?

14La réponse était évidente pour Coquebert : pour mener une politique industrielle, il faut un corps composé d’hommes de l’art (« d’artistes », écrivait-il). Aujourd’hui, certains responsables reconnaissent bien volontiers la nécessité d’une action de l’État dans le domaine de l’économie et de l’industrie, mais préconisent de la confier exclusivement à des administrateurs ou des financiers, en sous-traitant à l’extérieur les tâches scientifiques et techniques. En quelque sorte, ils reprendraient volontiers à leur compte la phrase prononcée par le juge condamnant Lavoisier à la guillotine : « La République n’a pas besoin de savants »…

15Vous ne serez pas surpris d’entendre que je suis d’un avis totalement opposé. Je rejoins l’opinion exprimée cet après-midi par Olivier Appert : pour pouvoir prendre des décisions pertinentes sur les grands enjeux de demain, l’État a plus que jamais besoin de fonctionnaires dotés du bagage scientifique et technique indispensable à une bonne compréhension des problèmes. À défaut, le risque serait grand de voir l’action publique, dans le domaine de l’économie, ballottée au gré des influences partisanes et du jeu des lobbies.

La technique et les sciences vont-elles dans le sens du bien public ?

16À l’ère des Lumières, il allait de soi que la réponse à cette question était affirmative. Aujourd’hui, affirmer qu’il faut mobiliser la technique et les sciences au profit du bien public est, pour beaucoup, devenu une provocation. Les technologies sont désormais perçues comme une source d’inquiétude plus que d’espoir, et ce, particulièrement en France. Ainsi, les OGM semblent susciter des oppositions bien moindres dans la plupart des autres pays développés. De même, le récent débat sur les nanotechnologies a donné lieu, dans notre pays, à des démonstrations d’obscurantisme pour le moins étonnantes, la tenue des réunions de concertation étant empêchée par des manifestants sur le thème : « ce n’est pas un débat que nous voulons, c’est l’interdiction des nanotechnologies, sans autre forme de procès ».

17Nous autres, ingénieurs des Mines, portons certainement notre part de responsabilité dans cette situation, comme, je pense, tous les ingénieurs et, plus largement encore, tous les scientifiques, qui ont été curieusement absents des débats récents sur les technologies. Un intervenant à ce colloque a souligné que les ingénieurs des Mines étaient plus aptes à démontrer qu’à convaincre. Or, Gustave Defrance a indiqué ce matin que le risque pouvait être accepté par la société, mais que la connaissance scientifique et la compétence technique ne suffisaient plus pour convaincre l’opinion publique…

18Si nous souhaitons continuer à promouvoir les techniques et les sciences, nous devons maintenant apprendre à convaincre !

Quelles technologies mobiliser au profit du bien public ?

19Pour Charles Coquebert, dans la France en guerre de 1794, les priorités étaient simples : le fer et la houille. Cela a amené le corps des Mines à s’intéresser, dès sa création, à des technologies qui ont joué un rôle majeur dans la transformation de l’économie et de la société tout au long du xixsiècle et jusqu’à aujourd’hui. L’intérêt pour le fer a conduit progressivement à la métallurgie et à la chimie, puis à l’industrie mécanique et, enfin, à l’ensemble des branches industrielles. La priorité pour la houille a ensuite été étendue à l’ensemble des questions énergétiques.

20À la fin du xviiisiècle, le secteur minier était celui où se développaient les technologies de pointe, le high-tech de l’époque. C’est là que les machines à vapeur ont connu leurs premières applications, conduisant aux attributions des ingénieurs des Mines en matière d’appareils à pression (dont les centrales nucléaires constituent un cas particulier…). Après que les machines à vapeur aient été montées sur des châssis pour devenir des locomotives puis des automobiles, les ingénieurs des Mines ont acquis des compétences dans le domaine des véhicules. Leur rôle s’est ainsi progressivement élargi.

21Par ailleurs, la complexité des dangers liés à l’exploitation minière les a amenés à apporter une attention particulière aux questions de sécurité, d’environnement, mais aussi d’organisation sociale. Je pense que l’on peut voir là l’origine de l’intérêt des ingénieurs des Mines pour la sociologie avec, notamment, Frédéric Le Play, l’un des fondateurs de cette discipline. Dans un domaine voisin, Jean-Louis Escudier nous a présenté ce matin le rôle précurseur qu’a joué la mine en matière sociale, avec la loi de 1814, sur les caisses sociales des mineurs, et même la loi de 1898, qui a une portée générale en matière d’accidents du travail, mais a été influencée très directement par l’exploitation minière.

22Quelles technologies convient-il aujourd’hui de mobiliser au profit du bien public ? Le corps des Mines dispose d’une légitimité reconnue dans plusieurs domaines : l’énergie, bien sûr, ainsi que l’environnement et ce que l’on nomme les « technologies vertes ». Par ailleurs, la fusion récente du corps des Mines avec le corps des Télécommunications (que certains préconisaient depuis des années, comme le rappelait hier encore Thierry Gaudin) a apporté des compétences très précieuses en matière de technologies de l’information et de la communication. Enfin, William Dab a souligné hier les analogies et les complémentarités existant entre médecins et ingénieurs. Au cours des dernières décennies, le corps des Mines a acquis quelque savoir-faire en matière de biotechnologies.

23Pour résumer en quelques mots de globish : Ener-Tech, Green-Tech, Info-Tech, Bio-Tech… : n’est-ce pas là la liste des technologies clés du xxisiècle ? Mobilisons-les donc au profit de la collectivité, en apportant la plus grande attention aux aspects sociaux, ainsi qu’ont su le faire nos grands anciens, disciples de Saint-Simon et de Le Play !

Diffuser le savoir ?

24Au xviiisiècle, le savoir en matière scientifique et technique était difficilement accessible. Des sociétés savantes s’attachaient alors à répandre les connaissances aussi largement que possible, dans le seul but du bien public, celui-ci étant entendu non pas à l’échelle d’un État mais à l’échelle universelle. Hier, dans son exposé passionnant, Jakob Vogel nous a présenté l’action d’Ignaz von Born et de la Sozietät für Bergbaukunde (Société de l’art des mines), qui diffusait dans toute l’Europe un bulletin dédié à l’exploitation minière.

25Quelques dizaines d’années plus tard, en 1794, Coquebert écrivait :

« […] le Comité de salut public a arrêté qu’il serait publié, sous les auspices de la Convention nationale, un Journal des mines de la République, destiné à répandre les connaissances nécessaires au succès des exploitations. Ainsi, des mains avares n’accumuleront plus, dans les cartons des bureaux, des mémoires souvent précieux dont personne ne faisait usage ».

26Aujourd’hui, le problème ne réside pas tant dans la disponibilité de l’information (celle-ci est même souvent surabondante) que dans sa fiabilité. Je me permets maintenant une petite page de publicité : aujourd’hui comme hier, une excellente solution pour accéder à une information scientifique et technique de qualité consiste à lire les Annales des mines ! Ses deux séries thématiques Réalités industrielles et Responsabilité & Environnement publient trimestriellement des dossiers sur des thèmes d’actualité, rédigés par les meilleurs spécialistes. Plusieurs intervenants à ce colloque ont bien voulu citer notre troisième série, Gérer & Comprendre, et je les en remercie. Il s’agit d’une revue de type académique à comité de lecture, référencée par le CNRS à la fois dans les catégories « management » et « sociologie », qui présente un point de vue original sur les questions de gestion, poursuivant la voie que le corps des Mines a initiée avec Frédéric Le Play.

27Les éditoriaux, sommaires et résumés des articles de ces trois séries peuvent être trouvés également sur notre site Internet à l’adresse http://www.annales.org/​ (qui est bel et bien celle de notre revue, et non celle d’une célèbre école d’histoire !). Ce site présente également une importante partie historique, rassemblée et enrichie en permanence par Robert Mahl, dont je tiens à saluer ici l’efficacité et le dévouement sans faille. Les historiens seront certainement intéressés de savoir que nous avons entrepris la numérisation complète et indexée du Journal des mines et des Annales des mines, qui sont probablement la plus ancienne revue française, publiée sans interruption depuis 1794 (à l’exception d’une période de trois ans, sous Napoléon Ier). Il y a là une archive exceptionnelle, offrant un témoignage détaillé sur l’industrie française sur une période de plus de deux siècles.

28Je vais maintenant aborder une autre forme de diffusion du savoir. Jean-Marc Oury a opposé hier la « raison de la machine à vapeur », arraisonnement orgueilleux de la nature par l’homme, à la « raison de la mine », faite de prudence et de modestie face à une nature incertaine, et accordant une large place à l’expérience. Hier également, Anne-Françoise Garçon a parlé de « coactivité » au sujet des relations spécifiques que le corps des Mines avait réussi à créer et à entretenir avec d’autres groupes sociaux, permettant à l’information de circuler de manière extrêmement fluide et rapide, les différents interlocuteurs se comprenant à demi-mot. Ne faut-il pas voir là une forme d’application de la « raison de la mine » ? Je mentionnerai à cet égard les travaux menés dans le cadre de l’École de Paris du management, créée par Michel Berry et présidée par Jean-Marc Oury, qui organise chaque mois plusieurs rencontres entre des chercheurs et des praticiens d’origines très diverses. Chaque réunion donne lieu à un compte rendu détaillé des interventions des orateurs et des échanges avec le public, qui est diffusé dans le Journal de l’École de Paris et les Annales de l’École de Paris. Plus de mille réunions ont été tenues depuis la création de l’École de Paris en 1993, dont les comptes rendus constituent un fonds documentaire qui passionnera certainement les historiens de demain.

Conclusion

29J’en arrive maintenant à ma conclusion. Tout à l’heure, Bruno Belhoste a relevé l’écart existant entre l’histoire réelle des ingénieurs des Mines et leur histoire mythique, soulignant que cette dernière n’avait pas moins d’existence que la précédente. Il s’est aussi interrogé sur le terme de « corps » utilisé pour désigner le corps des Mines, en précisant qu’il ne s’agissait pas simplement d’une collection d’individus…

30Ces réflexions ont immédiatement évoqué pour moi le triangle des rites, des mythes et des tribus cher à Claude Riveline. Au sens de cette théorie, le corps des Mines est une tribu, attachée à des mythes, dont beaucoup ont été révélés lors des interventions à ce colloque. Cette tribu entretient ces mythes par des rites… et vous êtes en train de participer à l’un d’entre eux.

31Je vous remercie pour votre attention.

Notes

1 Ce texte peut être consulté à l’adresse suivante : http://annales.ensmp.fr/articles/1794-1795/2-9.

Auteur

Pierre Couveinhes est ingénieur général des Mines, rédacteur en chef des Annales des mines depuis 2008 et président de la Commission des Annales des mines depuis 2009. En 2010, il a été chargé de coordonner les manifestations organisées pour commémorer le bicentenaire de la loi et du décret de 1810, qui ont organisé le « Corps impérial des ingénieurs des Mines ». Parmi ces manifestations, figurait le colloque historique dont les actes sont présentés dans ce volume.
Après un début de carrière au ministère de l’Industrie, principalement à la Direction générale de l’énergie et des matières premières, Pierre Couveinhes a intégré, en 1984, le groupe Usinor (aujourd’hui Arcelor-Mittal), où il a en particulier dirigé le département « Aciers pour emballage ». En 1992, le groupe Vivendi lui a confié la coordination de la construction d’une cité de l’audiovisuel sur le site des studios de Babelsberg, près de Berlin. Il a rejoint le Conseil général des mines en 1999, où il a notamment contribué à la mise en place de la Commission de régulation de l’électricité. De 2000 à 2008, il a été directeur Business de la CEPMA, agence de l’Otan chargée de la gestion des oléoducs dans la zone Centre-Europe. Parallèlement à ces fonctions, il a été, de 2001 à 2005, président de la Commission des industries techniques du cinéma et l’audiovisuel au Centre national de la cinématographie. En 2008, il a rejoint le Conseil général des mines, devenu aujourd’hui le Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search