Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Conclusions

Le corps des Mines : un espace des possibles

Bruno Belhoste

Texte intégral

1Je voudrais, pour commencer, remercier tous ceux qui sont venus pour nous délivrer leur science et partager leurs expériences : d’abord ceux qui ont présenté des communications, mais aussi tous ceux qui ont réagi, discuté, posé des questions. Ce colloque a été plus qu’une commémoration. Il a été un véritable espace de travail et de réflexion. Conclure est toujours un exercice délicat. Heureusement, les excellentes synthèses que les « discutants » ont réalisées pour chaque demi-session me rendent la tâche plus aisée, sinon moins périlleuse.

2Ce que nous voulions faire à l’occasion de ce bicentenaire, c’est une radiographie du corps des Mines. Nous sommes partis pour cela d’une double grille de lecture. La première, correspondant au titre du colloque, envisage les ingénieurs des Mines à partir de leurs manières de penser et de faire, c’est-à-dire de leur culture professionnelle ; puis, à partir de leurs fonctions et moyens d’action, autrement dit de leur pouvoir ; enfin, à partir de leur travail effectif sur le terrain, en d’autres termes de leur pratique. La seconde grille, qui est celle qui a structuré les sessions du colloque, prend plutôt en compte les grands domaines d’activité dans lesquels les ingénieurs des Mines se sont illustrés : (1) la production et la diffusion des savoirs ; (2) l’innovation et l’industrialisation ; (3) la sécurité et l’environnement ; (4) l’activité de contrôle et de régulation, en particulier dans le domaine des ressources énergétiques et minérales.

3Quelles que soient l’approche et la question, il s’est agi, à chaque fois, de savoir qui sont les ingénieurs des Mines et ce que représente le corps des Mines. Cela, pour dire vrai, n’a rien d’évident. Le corps des Mines, en effet, est une réalité singulière, on peut dire unique au monde. Certes, des ingénieurs des Mines, il y en a partout. Mais, dans le cas qui nous intéresse, nous sommes en présence d’étranges ingénieurs des Mines : des ingénieurs sans mines, ou presque, comme l’a fait remarquer hier Claude Riveline, et, qui plus est, des intellectuels de l’action. Quant au groupe institué que constitue le corps des Mines, il paraît, lui aussi, presque insaisissable. Est-ce une corporation ? Une administration ? Une confrérie ? Un club ? Un réseau d’anciens élèves ? Ou tout cela à la fois ? Le colloque n’a pas donné de réponse univoque à ces questions. Ce qui est apparu, en fin de compte, c’est qu’il n’y a de définition simple ni pour le corps des Mines ni pour les ingénieurs des Mines et qu’il serait vain de rechercher ce qui serait une essence, une identité caractéristique, pour ce groupe.

4Tel qu’il existe encore aujourd’hui, le corps des Mines a été fondé pendant la Révolution française et ses missions ont été codifiées en 1810, c’est-à-dire il y a aujourd’hui deux siècles. Il faudrait remonter plus loin encore, sous l’Ancien Régime, pour retrouver ses origines, avec la création d’un département ministériel pour les mines en 1769 et la création d’une première école des mines en 1783. Depuis ces temps lointains, le corps des Mines a traversé les époques et les régimes. Les contextes se sont considérablement transformés, pour ce qui concerne tout autant l’environnement économique et social et la situation politique que les techniques et les activités à mettre en œuvre ou à encadrer. Les problèmes et les enjeux ont donc radicalement changé. L’État lui-même, dont l’administration des mines et ses ingénieurs sont une émanation ou une déclinaison, s’est énormément développé et complexifié. L’État organisateur de la fin du xixe siècle n’a plus grand-chose à voir avec l’État régalien de la fin du xviiie siècle et lui-même paraît bien frêle, comparé à l’État providence du début du xxie siècle. En outre, qu’y a-t-il de commun entre l’industrie territorialisée née de la mécanisation, au début du corps des Mines, et celle, mondialisée, de l’âge de l’information que nous voyons sous nos yeux ? Pourtant, le corps des Mines a traversé tous ces bouleversements en évoluant, mais toujours fidèle à son histoire et à ses missions. Comme toute organisation pérenne, capable de traverser les siècles en s’adaptant à des environnements très différents, le groupe des ingénieurs des Mines a constitué non pas une structure uniforme et intangible, un bloc parfait, mais un espace des possibles traversé de contradictions, de failles, et toujours en mouvement. D’où ce caractère insaisissable, voire paradoxal, alors même que nous savons très bien de quoi nous parlons.

5Au fond, comme l’a montré Anne-Françoise Garçon dès son introduction au colloque, il existe deux histoires du corps des Mines, une histoire mythique et une histoire réelle. L’histoire mythique, c’est celle, on pourrait dire héroïque, d’un groupe orgueilleux au service de l’État, nourri de sciences exactes, animé par l’idéal du progrès et l’esprit des Lumières et prétendant incarner, non sans orgueil, l’intérêt général. L’histoire réelle, ce serait celle, plus humble et plus complexe à la fois, en tout cas moins dominatrice, moins héroïque aussi, de leurs pratiques sur le terrain, au contact d’autres réalités et d’autres groupes sociaux et professionnels. Opposition convaincante et structurante, qui a été déclinée de bien des manières tout au long de ce colloque, même si, je pense, l’histoire mythique est aussi réelle, finalement, que l’histoire réelle.

6Anne-Françoise Garçon a repris encore une fois cette opposition dans sa communication, mais en se plaçant à un autre niveau. Elle y confronte deux habitus de l’ingénieur des Mines, l’habitus technique et l’habitus social. Le premier se caractérise par la coactivité, par l’ouverture aux autres acteurs et cultures professionnels, ainsi que par une certaine aptitude au dialogue, aptitude que la communication de Gustave Defrance a bien illustrée à propos des ingénieurs de travaux et des délégués mineurs dans le cadre de la mine. L’habitus social, au contraire, se caractérise par un souci de la distinction, au sens de Bourdieu, par un regard en surplomb, voire par une tendance à la domination. Cet habitus de « premiers de la classe », que je qualifierai pour ma part de scolaire, est venu d’une sélection impitoyable et d’une formation de très haut niveau. Car l’ingénieur des Mines procède bien davantage de l’école que du terrain, ou du souterrain.

7C’est cette même tension que Jean-Marc Oury a exprimée en opposant la « raison des mines », pratique et modeste, confrontée en permanence au doute et au risque, qui trouve aujourd’hui encore à se déployer dans le monde incertain et innovant de l’âge de l’information, à la « raison des machines », celle des calculs et des mathématiques, où tout est prévu et réglé à l’avance. Ce sont deux conceptions de l’intelligence technique qui s’affrontent. Pour l’une, dérivée des sciences, la technique est du savoir matérialisé ; elle exprime la domination que le cerveau peut exercer sur la matière et sur l’homme lui-même. La métrologie, évoquée par Alan Bryden, relève évidemment de cette conception. Pour l’autre, plus pratique et plus humaine, la technique est un simple accompagnateur, le prolongement du corps et de la main. Thierry Gaudin n’a pas dit autre chose, mais sur un autre plan, quand il a opposé, pour des périodes plus récentes, la forme très mécanique de l’industrialisation classique, reposant sur l’énergie et la matière, dont les ingénieurs des Mines ont longtemps été les champions, à celle, beaucoup plus incertaine et innovante, de l’âge de l’information, pour laquelle les ingénieurs des Mines, une fois encore, ne sont pas sans ressources.

8D’un côté donc, la raison scientifique et l’École, celle des mines, mais aussi l’École polytechnique. De l’autre, avec la rationalisation technique, la mine et l’usine. Dans l’exposé d’Isabelle Laboulais, cette tension a pris corps de façon saisissante dans la réalisation de la carte géologique au xixe siècle. À celle, nationale, réalisée à l’initiative des chefs du corps, dans le cadre de l’École des mines et en rapport avec les savants parisiens, s’oppose la carte minéralogique départementale des ingénieurs en station, tournés vers l’administration pratique des mines. Chacun de ces deux pôles qui structurent le corps s’incarne aussi chez des hommes : les intellectuels organiques du corps, les grands savants, dont Alexandre Moatti a tracé les portraits, à l’exemple d’Henry Le Chatelier, propagandiste d’une culture, voire d’un culte de la rationalisation, dont nous a parlé Michel Letté ; mais aussi des ingénieurs plus obscurs mais non moins remarquables, comme Beaunier, fondateur de l’École des mines de Saint-Étienne et inventeur de son bassin houiller, ou, beaucoup plus récemment, Jacques Taffanel, acteur majeur dans la prévention des coups de grisou.

9La tension prend une autre forme encore quand il s’agit de l’action des ingénieurs des Mines dans le domaine économique, que le colloque a largement explorée : c’est celle, dite de façon stylisée, entre le colbertisme et le libéralisme. La culture économique des ingénieurs des Mines, telle qu’elle transparaît dans leur contribution à la science économique, nous a rappelé Michel Armatte, est complexe, fondamentalement libérale, mais d’un libéralisme très nuancé, car pragmatique, soucieux de la question sociale et des devoirs et prérogatives de la puissance publique. Les ingénieurs des Mines n’ont cessé d’osciller entre l’un et l’autre, libéraux tronqués, comme les a définis Jean Rochat à propos de la jurisprudence des sociétés anonymes, dirigistes de la technique mais adeptes de la liberté d’entreprise, comme l’a rappelé Christian Stoffaës.

10Comment s’étonner, dans ces conditions, de voir les ingénieurs des Mines pratiquer, pour plus de la moitié d’entre eux au xxe siècle, le pantouflage ? Hervé Joly, dans son analyse de sociologie historique, a bien montré que le pantouflage n’est pas un abandon du corps et de sa vocation, mais plutôt une extension de son domaine d’action. Pourtant, cet investissement de l’entreprise, y compris de l’entreprise privée, ne se fait pas sans tension, à l’intérieur même du corps, entre cadres de l’administration et cadres des entreprises, ni contradiction, entre la vocation supposée du corps, qui est celle de l’intérêt général, et les besoins et intérêts d’une entreprise particulière. Dans une communication très suggestive, Lionel Latty a montré que ces contradictions pouvaient traverser un même individu, quelquefois dramatiquement, comme dans le cas d’Henri Fournel, saint-simonien de la plus belle eau, plaçant dans sa jeunesse la question sociale au centre de sa réflexion, mais fuyant ses responsabilités dans son âge mûr, quand il lui faut affronter les intérêts des concessionnaires sur la question de la sécurité des mineurs. Et pourtant, là encore, la tendance contraire existe également, comme si toute affirmation devait aussitôt être nuancée et corrigée : Jean-Louis Escudier nous a rappelé le rôle décisif des ingénieurs des Mines, au plan doctrinal comme au plan pratique, dans la mise en place d’un système de protection sociale et d’assurance professionnelle des mineurs à la fin du xixe siècle.

11La question des intérêts nous amène à celle du service. À quoi sert l’ingénieur des Mines ? Et qui sert-il ? Libéral tempéré et homme de terrain, applicateur de la science et adepte de la technique, l’ingénieur des Mines est aussi, par fonction, au service de l’État, du moins quand il ne pantoufle pas dans une entreprise privée. On pourrait penser que l’on entre ici dans un terrain sûr. Il n’en est rien. Nous retrouvons en effet, à ce niveau, une certaine tension entre le statut de l’ingénieur des Mines comme fonctionnaire public, intégré dans un appareil administratif, et un idéal plus haut, directement hérité des Lumières. Comme serviteur de l’État, l’ingénieur des Mines dispose en effet de l’autorité : il agit comme un auxiliaire du fisc et comme un administrateur des activités industrielles. Ce rôle devient prépondérant, voire exclusif, dans des périodes exceptionnelles comme celle de la Première Guerre mondiale. L’action de Paul Weiss, un libéral de conviction, pour le ravitaillement de charbon, étudiée par Pierre Chancerel, illustre parfaitement ce point, que l’on retrouve en écho dans l’étude de Jean-Philippe Passaqui sur les carburants de substitution. Un demi-siècle plus tard, la politique gaullienne d’indépendance énergétique, animée par des ingénieurs des Mines, est d’abord et avant tout une politique nationale, comme l’a montré Olivier Appert. C’est ce qui autorise Martin Chick à placer la question de la sécurité économique au cœur des préoccupations du corps des Mines du xxe siècle. Cette dimension, que l’on peut à la fois qualifier de régalienne et de verticale, n’épuise pas pour autant les missions de l’ingénieur des Mines. Il faut considérer également une dimension horizontale, renvoyant aux missions sociales de l’ingénieur et à son rôle d’arbitre et de défenseur de l’intérêt public dans le domaine industriel. C’est vrai, en particulier, pour tout ce qui concerne les questions d’environnement et la gestion des ressources naturelles, qui sont maintenant d’importance cruciale. On se reportera à la démonstration de Daniel Boullet sur l’exemple de l’eau et à l’étude de Cyrille Foasso sur la sûreté nucléaire. Se retrouve, à ce niveau, le contraste entre une raison mécanique dominatrice et une raison des Mines, au plus près des hommes et des choses.

12Au bout du compte et s’il fallait trancher, c’est bien la raison des Mines qui paraît l’emporter généralement. Car, davantage que le contrôle et la réglementation, les ingénieurs des Mines, confiants dans les vertus persuasives de la raison, privilégient la pédagogie, le conseil et l’incitation. Ce souci s’accorde parfaitement avec l’esprit libéral qui caractérise le dirigisme très tempéré du corps. C’est même, au fond, la source véritable de ce libéralisme d’État. Les ingénieurs des Mines préfèrent donc exercer un pouvoir d’influence plutôt qu’un pouvoir de contrainte. Dans toutes les communications, nous avons vu revenir, comme une sorte de leitmotiv, cette même manière de faire, véritable habitus professionnel et ceci en dépit des tensions récurrentes entre une vision surplombante et les compromis nécessaires qu’exige la prise en compte des incertitudes et des complexités.

13Dans une intervention très remarquable, Jakob Vogel a souligné que l’origine du corps des Mines ne se trouve pas seulement dans la monarchie française – Sully, Colbert, pour ne pas remonter plus loin – et dans la politique fiscale et mercantiliste de l’État royal, mais aussi en Allemagne, où les mines sont particulièrement développées à l’époque moderne. Le groupe d’ingénieurs, qui se forme en France autour de ces questions et qui devient un corps à la fin du xviiie siècle, s’intègre dans un espace européen d’experts aux horizons cosmopolites. Bien que l’évolution aille vers les cloisonnements nationaux au cours du xixe siècle, l’ouverture internationale reste toujours une caractéristique majeure des ingénieurs des Mines, comme le montrent l’importance des voyages et des missions ainsi que leur intérêt jamais démenti pour l’étranger. La trajectoire d’Arthur Fontaine, au tournant du xxe siècle, de l’Office du travail au Bureau international du travail, illustre cette ouverture vers l’international, qui aboutit, dans ce cas, à un véritable internationalisme. La contribution des ingénieurs des Mines à la normalisation internationale, marquée par l’intégration récente des ingénieurs des instruments de mesures dans le corps, nous paraît elle-même s’inscrire dans cette perspective de longue durée.

14Au terme de cet essai de conclusion, il apparaît clairement que, si ce colloque a bien cerné les thématiques que nous souhaitions aborder, il est loin d’avoir épuisé le sujet. Il reste bien des moments, bien des acteurs et bien des aspects à explorer encore. Je n’ai pas la prétention ici d’indiquer toutes les directions dans lesquelles il faudrait s’engager pour aller plus loin. Je me contenterai seulement de proposer quelques pistes, parmi beaucoup d’autres possibles.

15La première concerne le fonctionnement interne du corps : les modalités de recrutement, la gestion des carrières, l’organisation des échanges et le fonctionnement du réseau. Les rites, dont Jean-Marc Oury a parlé dans son intervention, et les idées partagées, mentionnées par Alain Beltran, mériteraient certainement des études spécifiques.

16La seconde piste concerne la place du corps des Mines dans l’appareil technique de l’État et ses rapports avec les autres corps administratifs et techniques. Ayant travaillé moi-même sur l’histoire de l’École polytechnique, alma mater de la plupart des ingénieurs des corps techniques, j’ai proposé d’appeler cet univers commun une technocratie, l’expression renvoyant à une culture partagée et à une organisation spécifique. Celle-ci reste encore mal connue. Pour comprendre les ingénieurs des Mines, il paraît du moins indispensable de les confronter non seulement aux ingénieurs des Télécommunications qui les ont maintenant rejoints, mais aussi aux ingénieurs des Ponts et Chaussées et, pour le xixe siècle, aux ingénieurs militaires. Non, bien sûr, pour faire disparaître ce qui fait la spécificité du corps et des ingénieurs des Mines, mais, au contraire, pour mieux la dégager par la comparaison.

17La troisième piste concerne les rapports du corps des Mines avec le pouvoir politique et « le politique ». C’est une question majeure qui n’a, malheureusement, été qu’effleurée au cours du colloque. Quelqu’un dans l’auditoire a demandé que l’on revienne sur l’histoire du corps des Mines pendant l’Occupation, sur son rôle et son action pendant cette sombre période, et ceci sans cacher d’éventuelles compromissions. Ce travail a déjà été engagé pour d’autres corps et appareils de l’État. Il y a en effet urgence à l’entreprendre également pour le corps des Mines. La question, cependant, mériterait d’être élargie. L’apolitisme technocratique, cette posture dans laquelle se sont le plus souvent drapés les ingénieurs des Mines, comme, d’ailleurs, ceux des autres grands corps, n’est pas une indifférence ou un éloignement de la politique. En réalité, les liens sont étroits entre le monde politique et le monde des ingénieurs des Mines, ne serait-ce que par les multiples occasions de rencontre qu’offrent leurs responsabilités d’expertise. Il serait nécessaire d’aborder de front ces questions, d’autant plus que certains, ne nous le cachons pas, ont vu dans le corps des Mines et ses agents un pouvoir obscur et secret, voire une « mafia », agissant derrière les rideaux. Rien ne sert de couvrir d’un voile les questions sensibles. Bien au contraire, les théories du complot prospèrent toujours sur l’ignorance. C’est le cas, en particulier, pour tout ce qui concerne le nucléaire et les « nucléocrates », comme évoqué par Alain Beltran, mais cela vaut aussi certainement pour d’autres domaines.

18La quatrième piste enfin, et je m’arrêterai là, concerne la place et l’action des ingénieurs des Mines hors du cadre national et des limites du territoire français. Jakob Vogel a donné pour les premiers temps des indications précieuses, montrant tout l’intérêt d’aborder ces questions d’un point de vue dépassant le cadre français. Dans son étude sur Fernand Blondel, Stéphanie Samson a bien mis en évidence le rôle majeur du corps des Mines dans la politique coloniale et les aménagements des colonies. De pareils thèmes mériteraient d’être explorés davantage.

19Signaler ces limites, ce n’est pas exprimer une frustration. Au contraire : c’est exprimer un souhait que cette rencontre, à l’occasion d’un bicentenaire, ne soit pas une conclusion, mais bel et bien le début d’une entreprise.

Auteur

Bruno Belhoste est professeur à l’université Paris-1–Panthéon-Sorbonne, où il enseigne l’histoire des sciences. Il a consacré plusieurs articles et ouvrages à l’histoire de la formation des ingénieurs. Son dernier livre, Paris savant. Parcours et rencontres au temps des Lumières, publié aux éditions Armand Colin en 2011, présente la vie scientifique au xviiisiècle dans ses interactions avec l’espace de la ville.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search