Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Ressources energétiques et minérales : contrôle et ‎régulation

Discussion. Le corps des Mines et la sécurité industrielle

Texte intégral

  • 1 Ingénieur des Mines, président d’honneur de la Sabix, président du comité éditorial de La jaune et (...)

Christian Marbach1

1Je voudrais ajouter une précision à l’exposé de Monsieur Foasso, et puis poser une question à Madame Lespinet. Pour Monsieur Foasso : il a peut-être oublié une étape qui n’est pas simplement cosmétique dans le degré de liberté que le service chargé de la sécurité nucléaire a eu par rapport, disons, à l’entrepreneur, à l’exploitant, surtout EDF à l’époque. C’est le moment où ce service, créé d’abord sous l’autorité de la direction des Mines, donc du correspondant naturel d’EDF, est passé sous l’autorité de la direction non plus chargée de l’Énergie, mais de l’Industrie. Je le rappelle parce que j’ai été pendant deux ans directeur général de l’Industrie ; j’avais Michel Lavérie sous mes ordres, alors que je n’étais pas du tout spécialiste, évidemment, des problèmes nucléaires.

2J’étais très heureux d’avoir Lavérie sous mes ordres, et j’ai pu l’aider, en particulier en expliquant bien à EDF que ce n’était pas la peine d’aller se plaindre chez Mandil, directeur général de l’Énergie, si elle estimait les exigences de sécurité trop sévères, et que c’était chez Lavérie qu’elles se discutaient en ne mettant pas au premier plan les considérations purement économiques.

3Je passe à l’affaire de communication que Monsieur Foasso a tout à fait bien décrite. Je voudrais, à cette occasion, rendre hommage à Jean Boissonnat, qui a joué un rôle tout à fait important en tant que président de la commission chargée de gérer la communication de l’autorité nucléaire, en privilégiant la transparence. Voilà la précision que je voulais apporter à l’excellent exposé de Monsieur Foasso.

4J’adresse maintenant une question à l’intention de Madame Lespinet. Elle nous a dit, à propos de Fontaine, qu’il était dans la mouvance de pensée positiviste ; elle n’a pas dit : « saint-simonienne », mais elle a dit : « positiviste ». Elle nous a aussi dit qu’il était de culture chrétienne et dans la pensée chrétienne, d’où ma question : on dit souvent que les ingénieurs des Mines ont été dans la pensée saint-simonienne. Personnellement, d’ailleurs, ça ne me gêne pas du tout qu’on dise qu’un certain nombre de mes actions sont d’inspiration saint-simonienne. Mais est-ce qu’il existe aussi, est-ce qu’il a aussi existé un courant de pensée de nature chrétienne, chrétienne sociale, etc., chez les ingénieurs des Mines ? Autrement dit, un courant du type Marc Sangnier, qui était lui-même polytechnicien (X-1895) et contemporain de Fontaine, mais qui n’était pas ingénieur des Mines ?

Isabelle Lespinet-Moret

5Beaucoup d’ingénieurs des Mines se retrouvent parmi les post-leplaysiens, c’est-à-dire à la Société d’économie sociale, la SES, qui est assez vivace dans les années 1890, même si elle vit un peu ses derniers feux. Le rôle social de l’ingénieur est véhiculé par ce catholicisme. En revanche, comme je vous l’ai dit tout à l’heure, curieusement Fontaine et Sangnier ne me semblent pas avoir eu de relations personnelles ; leur scolarité à Polytechnique est décalée de quinze ans. Quant au saint-simonisme, on peut dire qu’il imprègne plusieurs générations d’ingénieurs et qu’en cela Fontaine n’y échappe pas. Ces multiples courants sont syncrétisés par Arthur Fontaine.

  • 2 Préfet honoraire.

Jacques Andrieu2

6Je m’appelle Jacques Andrieu ; je suis un préfet honoraire et j’ai été invité aux deux journées du colloque. Je voudrais poser quelques questions à Monsieur Defrance, dont j’ai beaucoup apprécié l’intervention. Je suis dans le circuit bas/haut, haut/bas, et je vois, à travers votre historique, qu’on aurait pu se rejoindre à un moment ou à un autre et que cela m’aurait aidé. Je voudrais vous dire deux choses : d’abord, le cadrage historique qui est proposé ici et qui a été développé hier est extrêmement utile, et je rends hommage à Madame Garçon pour son travail. Je voudrais vous dire simplement que je me pose la question, qui est la vôtre, sur la formation des gens qui, dans le futur, auront à traiter cela. Parce que j’ai une expérience qui a été très difficile et très passionnante, celle des affaissements miniers, dont certains d’entre vous peut-être se souviennent. De juillet 1993 à décembre 1997, j’étais préfet de Meurthe-et-Moselle, et sur le Pays-Haut, ce merveilleux Pays-Haut avec son immigration italienne, ses maires souvent communistes, une très grande chaleur humaine et aussi une très grande inquiétude. Nous avons eu plusieurs affaissements miniers pendant la période de l’ennoyage, c’est-à-dire pendant la période finale. Et nous avons eu l’impression assez désagréable que nous nous étions retirés un peu trop tôt du dispositif, tout comme l’entreprise. On s’est trouvé face au vide, on ne savait pas ce qui se passait et, pendant plusieurs mois, on a été en incertitude technique. Alors je voudrais simplement vous dire : attention Monsieur Defrance, vous avez été un peu court à mon avis dans votre analyse.

7Nous avons eu l’impression d’avoir un niveau central en roue libre, car il était peut-être, comme nous, assez incapable de trouver une solution. Il n’aurait pas fallu se dégager trop rapidement de la mission régalienne qui était la nôtre, préfets et ingénieurs des Mines, alors que nous travaillions en parfaite équipe, en équipe amicale, qui est celle des gens qui ont une responsabilité à prendre. Alors, ça a été compliqué parce qu’il y a eu des problèmes d’indemnisation sur le patrimoine des houillères, des usines du fer ; là, on était dans le fer. J’ai été aussi en Moselle en poste, mais c’est assez différent comme état d’esprit. Nous avions des problèmes qui étaient gravissimes, des gens qui avaient acheté une maison, pas cher bien sûr, mais avec le COS qui disait, bien entendu : « s’il y a des fentes ce n’est pas de notre faute ». Enfin, il y a eu un dégagement trop rapide de la part des sociétés successives qui ont eu la responsabilité des sites. Nous aurons d’autres problèmes de ce type. Alors, attention à ne pas perdre la culture de service public qu’il y a dans le corps des Mines. Il n’y a pas eu d’accidents mortels, mais cela aurait pu. Il y a eu une grande incertitude technique. Je crois d’ailleurs que les avis techniques ne venaient pas directement du corps des Mines, mais d’une certaine culture locale, où nous avions des gens capables qui, certes, vieillissaient un peu, mais qui nous disaient un jour : « ça va tomber brutalement » et qui, trois mois après, se ravisaient : « on s’est trompé, ça va s’affaisser sans danger majeur pour les personnes ». Il faut garder cette culture d’environnement. Moi, je n’ai pas vu mieux que nos ingénieurs des Mines, quand je discutais avec eux, que nous passions une soirée à creuser un dossier et dans les réunions de plus en plus publiques que nous étions chargés de tenir ensemble. Alors Monsieur Defrance, voilà ma question : est-ce que vous ne pouvez pas faire des suggestions pour que nous soyons tous très attentifs et que l’État ne se dégage pas trop des mines ? Il y aura toujours des mines à travers le monde, l’intérêt français c’est d’y être présent ; on en a encore en Guyane. Il faut que nous puissions continuer à être capable de prendre en charge le régalien. Je suis très provincial, j’en ai rencontré des problèmes de caverne intéressants ! Restez présents dans le dispositif – je m’adresse aux femmes et aux jeunes gens qui sont là-dedans –, parce que la qualité est très grande et n’allez pas jouer aux traders !

Gustave Defrance

8Je souhaite apporter une réponse sur deux points. Le premier concerne la capacité qu’a l’État, ou qu’il n’a pas, à gérer les carrières des spécialistes. On est capable d’avoir, à un moment donné, au niveau de l’État, des gens extrêmement compétents, mais l’expérience prouve que si ces gens très compétents restent dans des postes de spécialistes, ce n’est pas très heureux pour leurs carrières. Et cela, à plusieurs niveaux. Le second point, c’est, bien sûr, les moyens en personnel dont on dispose. Ils ont tendance à se restreindre, et presque tout naturellement, puisque la mine, c’est le passé. Il y a une forte tendance à dire : « on met moins de moyens sur ce sujet ». C’est un vrai problème, avec des aspects de sécurité qui ne sont pas négligeables du tout. Je connais par expérience quelqu’un qui, près de Valenciennes, dans sa propriété, a vu un jour apparaître un trou de 5 mètres de diamètre ; c’était un ancien puits de mine. Dans le Nord-Pas-de-Calais, on en avait creusé 800 qui n’avaient pas été tous répertoriés. Dans le domaine de « l’après mine », il y a tout un travail difficile à faire, mais Jean-Jacques Dumont est plus qualifié que moi pour en parler.

  • 3 Vice-président délégué du CGIET, actuellement membre du collège de l’Autorité de sûreté nucléaire.

Jean-Jacques Dumont3

9J’étais, à l’époque, en charge de la direction qui s’appelait encore DARPMI, qui avait notamment la responsabilité des questions de sécurité minière, y compris après la fin de l’exploitation. Alors, ce que vous dites est vrai, je ne reviens pas sur les problèmes de maintien de la compétence technique sur des sujets qui ont désormais un volume négligeable, même s’il peut y avoir des points de concentration de problèmes extrêmement difficiles. Je pense que la seule méthode qui permette d’assurer une compétence pérenne au fil du temps, c’est de confier des missions, sous l’autorité de l’État bien entendu, à des établissements publics, type BRGM, par exemple. Cela permet d’avoir des gens en prise avec la réalité et occupés à autre chose qu’à des tâches improbables. Ce qui compliquait encore la chose et a pu accroître l’impression de flottement au niveau central, c’est qu’au sein du ministère, le dialogue n’était pas toujours facile entre les différentes visions. Il y en avait au moins deux. Il y avait la vision des techniciens, qui disaient ce qu’ils avaient à dire au plan technique, et puis il y avait la vision budgétaire. En arrière-plan, il y avait, pour les uns, l’attrait, pour d’autres, la menace, d’engager l’État à dédommager. Cela donnait lieu à des réunions d’arbitrage absolument pas faciles, au cabinet du ministre qui avait en charge les deux sujets. Voilà qui renforçait très certainement l’impression de flottement que vous avez évoquée.

  • 4 Président de la section service public et marché du service du Contrôle général.

Jacques Batail4

10Gustave Defrance a commencé son propos en soulignant la qualité de l’action que les Services des mines ont développée sur divers sujets pendant la période considérée. Lorsqu’il disait cela, ma première pensée a été : « cela n’est pas dû uniquement à la qualité de l’action des ingénieurs des Mines ; c’est dû à l’action de toute sorte d’autres gens ». Et juste après, Gustave Defrance a salué l’action des ingénieurs de l’Industrie et des Mines, ou des ingénieurs des Travaux publics de l’État, dans l’ancienne terminologie. Alors, oui, je crois que c’est tout à fait vrai ; je crois que c’est vrai encore au-delà de ce qui a été dit. Lorsque je rassemble mes souvenirs, sur ces lieux-là et sur cette époque-là, ce qui me frappe vraiment beaucoup, c’est l’extrême qualité des individus et leur engagement, y compris à des niveaux que Gustave Defrance n’a pas cités. Je pense aux techniciens et je vais jusqu’aux secrétaires. Si je dis cela, ce n’est pas uniquement pour le plaisir de donner un coup de chapeau à telle ou telle catégorie socioprofessionnelle. C’est parce que cela amène à s’interroger sur l’alchimie qui a pu conduire à cet engagement, du haut en bas de la hiérarchie, depuis les visionnaires que Defrance a cités, jusqu’aux cadres et jusqu’aux secrétaires.

11Je voudrais, à cet égard, faire deux observations : à mon avis, une des raisons de cette alchimie, c’est que tout le monde a eu la conviction de travailler sur de vrais grands sujets, essentiels pour l’intérêt général. À cet égard, je serais tenté de proposer à Monsieur Boullet et à Monsieur Foasso, un petit complément à leurs exposés. À mon avis, ils pourraient prendre en compte le fait que ces sujets-là, notamment la protection de l’environnement et la sûreté nucléaire, ont été de formidables facteurs de refondation, de re-légitimation et de mobilisation des agents des Services des mines, et cela, je le redis, jusqu’au bas de l’échelle. J’apporte le témoignage que même la secrétaire avait l’impression, justifiée d’ailleurs, qu’à son niveau, elle travaillait sur de très grandes choses pour l’intérêt général.

12La deuxième et dernière observation que je voudrais faire, c’est qu’à mon avis, si une telle mobilisation a été possible, y compris au niveau du personnel d’exécution, c’est parce qu’il y avait l’impression, justifiée me semble-t-il, que la gestion des ressources humaines était compétente, attentive et proche. Pendant l’essentiel de cette période, on a eu quelque chose qui devait s’appeler le Secrétariat général du service des mines ou des DRIRE, et qui assurait efficacement cette gestion des ressources humaines, y compris au niveau du personnel d’exécution. Je crois que ça, c’est très important, puisque, comme tout le monde le sait, pour que les gens travaillent bien, il faut qu’ils sachent qu’ils sont connus et reconnus ; il faut qu’ils soient traités avec équité et, si possible, avec une certaine proximité. Ce n’est pas évident de maintenir ces résultats-là dans le contexte actuel, où les ministères et les services territoriaux sont de plus en plus grands.

Notes

1 Ingénieur des Mines, président d’honneur de la Sabix, président du comité éditorial de La jaune et le Rouge.

2 Préfet honoraire.

3 Vice-président délégué du CGIET, actuellement membre du collège de l’Autorité de sûreté nucléaire.

4 Président de la section service public et marché du service du Contrôle général.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search