Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Ressources energétiques et minérales : contrôle et ‎régulation

La continuité d’une politique

Olivier Appert

Texte intégral

1Le rôle du discutant, c’est de présenter la réaction d’un ingénieur des Mines sur la communication des divers intervenants. Je rappellerai d’abord très rapidement mon expérience, pour vous indiquer d’où je parle. J’ai commencé ma carrière en 1974. Celle-ci a été consacrée essentiellement à l’énergie, aux matières premières, mais aussi à l’industrie au sens large. J’ai travaillé dans l’administration en région et à Paris, y compris en tant que directeur d’administration centrale. J’ai eu une expérience politique en cabinet ministériel, puis des activités dans une entreprise industrielle, dans une organisation internationale et maintenant dans un organisme de recherche et de formation, l’IFP. Je signale que l’IFP a été créée par les pouvoirs publics juste après guerre, en même temps que le CEA. Donc, nous nous inscrivons dans cette lignée d’organismes créés dans le cadre de la politique énergétique et pétrolière française.

2Je remarque d’abord que l’histoire bégaye : il est très intéressant de voir que l’on parle aujourd’hui de schistes bitumineux. On vient de nous présenter l’histoire des schistes d’Autun, avant guerre. Or, certains aujourd’hui se reposent la question de savoir si les schistes d’Autun pourraient être exploités à nouveau. L’histoire bégaye aussi sur les préoccupations de préservation des ressources charbonnières pour les générations futures. Cela recouvre pleinement les préoccupations actuelles du développement durable. Il en est de même pour les carburants de synthèse. Le procédé Fischer-Tropsch, auquel un intervenant a fait allusion, a retrouvé toute sa jeunesse aujourd’hui. Nous travaillons notamment, à IFP Énergies nouvelles, sur des carburants ex-gaz, ex-charbon ou ex-biomasse en utilisant les technologies, les procédés de Fischer-Tropsch. Ce qui me frappe dans ces exposés, c’est la continuité de l’actualité des problématiques dans lesquels les ingénieurs des Mines ont été impliqués. Ce qui me frappe aussi, c’est la continuité des valeurs qui animent les ingénieurs des Mines. Je me retrouve bien dans les valeurs qui ont été soulignées et je reviendrai, en conclusion, sur le sujet.

3Les exposés ont mis en valeur un certain nombre d’ingénieurs des Mines qui ont joué un rôle déterminant dans la politique française de ressource énergétique et minérale. Je souhaiterais compléter ces exposés en rendant hommage au rôle d’autres ingénieurs des Mines qui ont joué, plus récemment, un rôle éminent. Il est clair que, de tout temps, l’approvisionnement en énergie de notre pays a été un enjeu stratégique majeur. Pierre Chancerel a montré l’importance du charbon pour la Première Guerre mondiale. La politique pétrolière de la France date aussi de cette époque, comme l’a indiqué Jean-Philippe Passaqui. Je rappelle cette phrase célèbre de Clemenceau pendant la bataille de Verdun, dans cette lettre au président Wilson, à laquelle vous avez fait allusion : « Une goutte de pétrole vaut une goutte de sang ». Cette phrase a été à l’origine d’une sensibilisation extrêmement forte de l’ensemble des hommes politiques français vis-à-vis de la sécurité d’approvisionnement en énergie. C’est la création de la CFP, en 1924, dans le cadre du traité de San Remo, où la France a récupéré les actifs en Irak de la Turkish Petroleum Compagnie. C’est la loi de 1928 sur le monopole d’importation de pétrole. Je rends aussi hommage au rôle éminent d’Ernest Mercier qui, c’est vrai, n’était pas un ingénieur des Mines… C’est grâce à lui que la CFP a réussi à traverser la Seconde Guerre mondiale dans des conditions qui étaient particulièrement critiques pour cette grande société. Après la guerre, a été mise en place ce que j’appelle la politique gaullienne et colbertiste d’indépendance énergétique nationale, basée sur la technologie et sur les colonies. Chaque mot a un sens fort.

4Là, un certain nombre d’ingénieurs des Mines ont joué un rôle éminent, soit comme chef d’orchestre, soit comme soliste, dans la création d’une industrie pétrolière et nucléaire de premier plan. Vous avez cité Pierre Guillaumat, Jean Blancard, André Giraud. Je rajouterais René Granier de Lilliac, Michel Pecqueur, Gilbert Rutman. Vous avez cité aussi Georges Besse ; n’oublions pas Raymond H. Lévy et tant d’autres, qui ont joué un rôle majeur dans cette aventure exaltante. Il est inutile d’insister sur le succès de cette action qui a été menée avec obstination dans la durée. C’est un succès majeur et il y a lieu d’en être fier. C’est un succès majeur, quand on pense que la France a vu naître avec Total le quatrième pétrolier mondial dans un pays qui n’a pas de pétrole. C’est un succès majeur aussi, pour la France, avec EDF, le premier électricien mondial. Dans un contexte où l’on a honte de nos entreprises, de nos succès, je pense qu’il est bon de rappeler que nous avons des champions dans le domaine de l’énergie, qui ont émergé grâce à cette politique, dans laquelle des ingénieurs des Mines ont joué des rôles éminents.

5Ces acteurs majeurs des succès de la politique énergétique nationale partagent, à l’évidence, des valeurs communes qui ont été mises en évidence par les intervenants. Ces valeurs, c’est, pour moi, d’abord, la globalité de l’approche des problèmes. Il s’agit de maîtriser toutes les dimensions de l’action ; un savoir-faire technique et administratif, une compétence scientifique et industrielle, mais aussi une prise en compte de la dimension humaine. Ces compétences ont été mises au service d’un enjeu politique majeur. Pour l’ensemble des ingénieurs des Mines qui ont été présentés lors de ce colloque, l’intérêt général a primé sur toute autre considération. Les ingénieurs des Mines ont mis en œuvre avec constance cette politique dans une vision de long terme. C’est une leçon à méditer dans le monde politico-médiatique actuel, qui est caractérisé par la primauté de l’instant. Dans le contexte d’une instabilité politique chronique sous la Troisième et la Quatrième Républiques, il est clair qu’ils ont assuré très largement la continuité de l’État dans le secteur de l’énergie. Ils ont, comme Fernand Blondel, assuré le lien entre deux mondes qui s’ignoraient en France, le monde des politiques et celui des entreprises. Mais, comme le montre l’exemple de Paul Weiss, la décision finale reste aux politiques et l’ingénieur des Mines doit s’incliner. Une autre valeur partagée par nos anciens était le détachement vis-à-vis de l’argent : c’est malheureusement une valeur morale qui se perd, y compris au sein du corps des Mines.

6Je voudrais aussi remercier les organisateurs d’avoir demandé à Alan Bryden de nous sensibiliser aux enjeux de la mesure, au service de la science de l’industrie et du commerce. Comme il l’a dit, on ne connaît bien que ce que l’on sait mesurer. La métrologie et les normes constituent une compétence horizontale stratégique. L’actualité de ces sujets est évidente en ce qui concerne les problématiques d’énergie et de développement durable. Dans ce domaine, comme dans le secteur de l’énergie, les ingénieurs des Mines continueront à jouer un rôle clé.

7Je voudrais terminer mon intervention par des questions qui pourraient être développées dans le débat. Comme le disait George Bernard Shaw : We learn from history that we learn nothing from history, l’histoire nous apprend que l’on ne peut rien apprendre de l’histoire ; le monde de demain sera très différent de celui dans lequel ont vécu nos anciens. Ce monde était caractérisé par un État régulateur fort, s’appuyant sur une administration technique nationale compétente. Les ingénieurs des Mines ont excellé dans ce domaine. Comment se positionner dans un contexte nouveau qui se caractérise par la mondialisation, la financiarisation de l’économie, la dérégulation libérale ? Et, dans notre pays, par une politisation de la fonction publique ? Mais pour conclure, je voudrais affirmer haut et fort ma conviction profonde : l’État aura toujours besoin de hauts fonctionnaires de formation scientifique et technique, à l’image de nos grands anciens que nous avons célébrés aujourd’hui.

Auteur

Olivier Appert a été nommé président d’IFP Énergies nouvelles en avril 2003. Par ailleurs, il préside le CFE, Comité français du Conseil mondial de l’énergie.
Olivier Appert, ancien élève de l’École polytechnique, ingénieur général des Mines, a occupé différents postes au ministère de l’Industrie et au cabinet du Premier ministre. Il a rejoint, en 1994, la direction de l’IFP. Il a été nommé, en octobre 1999, directeur des politiques énergétiques au sein de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).
Publications récentes : « Choc pétrolier, choc énergétique, choc écologique », Revue politique et parlementaire (à paraître) ; « Les hydrocarbures du futur – Avant-propos », n° 64, octobre 2011, Annales des Mines ; « Policies of Fuel Conservation in Transport Sector and their Implications on World Oil Demand », ECSSR Magazine (The Emirates Center for Strategic Studies and Research) ; « Pour un débat serein et global sur l’énergie », Le Figaro, lundi 30 mai 2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search