Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Ressources energétiques et minérales : contrôle et ‎régulation

Les métriques du développement scientifique et industriel

Alan Bryden

Texte intégral

I. La métrologie au service de la science, de l’industrie et du commerce

A. To measure is to know

1Le « Vocabulaire international de métrologie » (VIM 2008) définit le « mesurage » comme « le processus consistant à obtenir expérimentalement une ou plusieurs valeurs que l’on peut raisonnablement attribuer à une grandeur », et la « grandeur » comme « la propriété d’un phénomène, d’un corps ou d’une substance que l’on peut exprimer quantitativement sous forme d’un nombre ou d’une référence ». On comprend que la métrologie, la science des mesures, soit ainsi une discipline qui ait son utilité dans la plupart des activités humaines. Le commerce tout d’abord, avec les « poids et mesures » qui sont utilisés dans les transactions commerciales ; la science, car, selon les mots de Lord Kelvin, to measure is to know ; l’industrie, car la standardisation et le contrôle de la production nécessitent des mesures à tous les niveaux ; la santé, car il n’est guère de diagnostic ou de thérapie qui n’implique des mesures et dosages, et bien d’autres activités humaines qui nécessitent des métriques plus ou moins sophistiquées.

B. Métrologie et civilisations

2L’unification des systèmes de poids et mesures fut, de tout temps, un moyen recherché pour consolider les empires en facilitant à la fois le développement et le contrôle des échanges. Les mesures associées aux activités militaires, qu’il s’agisse de la fabrication et de l’utilisation des armements ou de la réalisation d’ouvrages de défense, ont également contribué à faire de la métrologie une discipline stratégique pour la puissance des nations. L’astronomie, longtemps discipline plus spéculative, voire religieuse, que pratique, en est aussi une grande utilisatrice et donc une source de progrès métrologique qui a grandement bénéficié à la navigation sur les océans du monde et aux découvertes et échanges qu’elle a permis, comme elle l’est maintenant au titre de la connaissance et de l’exploration de l’espace intersidéral.

3Mais l’unification des systèmes de mesure a longtemps buté sur la prolifération des usages locaux, eux-mêmes induits par la nécessité de définir des « étalons » à partir de références facilement compréhensibles et utilisables par tous : le pouce, le pied ou la brassée pour les longueurs ; le grain ou la livre pour le poids ; la fraction de jour pour le temps sont des références qui dépendent des lieux et des usages. Il a fallu plusieurs siècles de gestation pour que l’idée d’un système métrique décimal se matérialise, et la Révolution française pour avoir l’audace de l’imposer. En 1793, sur la proposition de Monge, le fondateur de l’École polytechnique, Charles Étienne Coquebert de Montbret fut chargé par décret d’organiser le nouveau système de poids et mesures. Fondateur du Journal des mines (ancêtre des Annales des mines) et professeur à l’École des mines de Paris, il fut nommé7 en 1795 secrétaire de l’Agence temporaire des poids et mesures, l’année même où la première mesure du méridien terrestre allait donner la référence universelle attendue pour la mesure des longueurs.

C. La hiérarchie des mesures

4Mère des disciplines scientifiques, la métrologie a toujours utilisée quand elle n’en est pas l’outil incontournable, les avancées de la science pour accroître la précision et réduire les incertitudes des mesures. Il est frappant que, depuis Albert Michelson en 1907, pour l’usage de l’interférométrie, plus d’un prix Nobel de physique sur quatre ait été attribué à des travaux ayant une forte composante métrologique. Aujourd’hui, le Bureau international des poids et mesures (BIPM), auquel la France a affecté le célèbre pavillon de Breteuil dans le parc de Saint-Cloud, et les instituts nationaux de métrologie qu’il fédère mettent en œuvre les avancées de la science pour définir les références des unités en s’appuyant sur des phénomènes physiques fondamentaux. C’est ainsi que la seconde est désormais définie avec une exactitude de 10-16, permise par le progrès des horloges atomiques micro-ondes, et que le mètre en est devenu une unité dérivée par fixation conventionnelle de la vitesse de la lumière. Les constantes fondamentales ont également acquis une importance particulière pour la métrologie électrique, en raison de la découverte récente de plusieurs phénomènes macroscopiques d’origine quantique. Leur étude a permis de démontrer que les grandeurs qu’ils génèrent peuvent s’exprimer en fonction de deux constantes : la charge de l’électron et la constante de Planck. Deux de ces effets (l’effet Josephson et l’effet Hall quantique) sont utilisés depuis 1990 pour la conservation du volt et de l’ohm. Le kg reste la dernière unité définie à partir d’un étalon matériel, le prototype en platine iridié, artefact matériel unique détenu par le BIPM avec une incertitude de définition (10-8) talonnée par les besoins de précision. Mais des recherches sont bien avancées pour relier puissance mécanique et puissance électromagnétique dans la « balance du watt » qui, par le biais du volt et de l’ohm, devrait permettre de relier la définition de l’unité de masse à la constante de Planck.

5De la haute précision des références primaires au « mètre de la couturière », la métrologie appliquée s’appuie sur une hiérarchie d’étalons et de comparaisons qui assure à la fois la cohérence des mesures et un niveau de sophistication adapté pour les étalonnages. Les « comparaisons clés » entre laboratoires nationaux, organisés par le BIPM, et plusieurs dizaines de milliers de laboratoires d’étalonnage accrédités par le Cofrac et ses homologues dans le monde, assurent ainsi la diffusion de la métrologie jusqu’aux utilisateurs. On est loin des « mètres étalons » publics que la Convention avait fait apposer sur les murs de Paris et des grandes villes de France, dont le plus célèbre jouxte le ministère de la Justice place Vendôme à Paris. Ce dernier fut réétalonné par le LNE en 1975 par interférométrie laser, à l’occasion du centenaire de la Convention du Mètre : il ne lui manquait que 2 mm…

6Une branche de la métrologie appliquée est celle qui s’intéresse aux mesures liées aux transactions commerciales et, plus généralement, aux mesures qui ont des implications légales ou réglementaires, comme la vitesse des véhicules ou la teneur en alcool dans le sang des automobilistes. C’est d’ailleurs la plus ancienne et celle qui a engendré des administrations nationales spécialisées, à la fois pour homologuer les instruments de mesure et en vérifier l’état de fonctionnement et l’utilisation loyale sur le terrain. Un corps des « inspecteurs des Poids et Mesures » fut créé dès 1801, ancêtre du corps des « ingénieurs des Instruments de mesure », créé en 1946, recrutant notamment à l’École polytechnique et intégré dans le corps des ingénieurs des Mines à partir de 1989. La France fut à l’origine de la création de l’Organisation internationale de métrologie légale (OIML), qu’elle héberge également à Paris.

II. Les normes : la cristallisation du savoir et des bonnes pratiques

A. Des documents basés sur le consensus entre parties prenantes

7Le Guide 2 publié par l’ISO (Organisation internationale de normalisation) et la CEI (Commission électrotechnique internationale) définit la norme comme étant un « document, établi par consensus et approuvé par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques pour des activités ou leurs résultats, garantissant un niveau d’ordre optimal dans un contexte donné ». Une norme se différencie donc d’un document technique ordinaire par son mode d’élaboration, qui précise le processus par lequel le consensus est construit et entériné, ainsi que les parties prenantes concernées. Ce consensus peut être recherché au plan national, régional ou international. Les normes peuvent traiter de sujets extrêmement divers : définitions (terminologie, unités, symboles, pictogrammes, codage, nomenclatures), interopérabilité (formats, dimensions, échanges de données et d’information)s, métriques (indicateurs, méthodes de mesure, d’analyse et d’essais), performances (aptitude à l’emploi, sécurité, sûreté, impact sur l’environnement ou sur la santé), règles et guides de conception, qualification (de matériaux, d’équipements, de systèmes ou de services), exigences et guides en matière d’évaluation de la conformité, normes de management, d’organisation et de bonnes pratiques.

B. Une contribution déterminante au développement industriel et aux échanges

8La normalisation apparaît dans les activités humaines, d’abord, comme pour la métrologie, en relation avec la construction (cf. les pyramides ou la muraille de Chine), l’armement (cf. les armes à feu) ou les échanges commerciaux, mais également en appui des transports (cf. l’écartement des essieux ou les aqueducs sous l’Empire romain) ou des bonnes pratiques de fabrication. La révolution industrielle du xixsiècle s’est largement appuyée sur les économies d’échelle et les gains de productivité que permettait la « standardisation », tandis que le xxsiècle a vu prospérer la collaboration internationale pour harmoniser les normes et passer de leur perception comme obstacles techniques au commerce à celle de véhicules de diffusion et de transfert des technologies et de l’innovation, et d’outils au service de la mondialisation des échanges. L’un des accords constitutifs de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), signé par 153 pays, traite précisément de l’élimination des barrières techniques au commerce et prescrit l’emploi de normes internationales pour éviter de créer de tels obstacles pour des considérations purement protectionnistes, comme la tentation en est souvent apparue. Le « grand marché unique » de l’Union européenne s’appuie sur la référence aux normes européennes harmonisées comme pierre angulaire de l’harmonisation des réglementations relatives aux produits industriels.

Étalon national actuel

Étalon national actuel

© J.C. Wetzel. CNAM

Balance du watt : recherche en cours au LNE en vue d’une nouvelle définition de l’unité de masse

Balance du watt : recherche en cours au LNE en vue d’une nouvelle définition de l’unité de masse

©  LNE

C. La hiérarchie des normes

9Qui « fabrique » ces normes, devenues des outils indispensables dans la « salle des machines » de la globalisation ? À première vue, on a affaire à une jungle inextricable d’acronymes : NF, BSI, DIN, SAE, ASTM, IETF, CEN, ISO, W3C et des centaines d’autres. Mais il existe bien une hiérarchie des normes, déterminée à la fois par la dimension géographique du consensus qu’elles représentent et par le degré d’ouverture de leurs processus aux parties prenantes concernées.

10Au niveau national, la plupart des pays disposent d’un organisme central chargé d’organiser le processus de normalisation en y impliquant tous les acteurs économiques, d’apporter la contribution nationale aux niveaux régional et international, et de promouvoir l’application des normes. Pour la France, il s’agit de l’Afnor (Association française de normalisation), créée en 1928, et des bureaux de normalisation sectoriels qu’elle anime, avec sa collection de plus de 20 000 normes, dont plus de 80 % de la production annuelle sont l’adoption française de normes européennes ou internationales.

11Au plan régional, l’Europe est la région la plus structurée, avec trois instituts de normalisation, l’un multisectoriel, le CEN, et les deux autres, le Cenelec et l’ETSI, qui s’adressent à des secteurs spécifiques, respectivement l’électrotechnique et les télécoms. Les États-Unis, du fait en particulier de leur puissance économique, se distinguent par l’existence et l’influence mondiale de grands instituts de normalisation sectoriels, tels que l’ASTM, l’API, l’ASME ou IEEE. Ils sont néanmoins coordonnés par l’ANSI (American National Standards Institute), qui assure l’interface américaine avec les niveaux régionaux et internationaux.

12Au plan international, en dehors de l’harmonisation réglementaire qui se fait dans le cadre d’organisations intergouvernementales, essentiellement au sein du système des Nations unies (par exemple : l’Organisation mondiale de la santé ou Commission du Codex Alimentarius), trois organisations ont un leadership reconnu pour la production de normes internationales : l’ISO, à vocation généraliste et multisectorielle, créée en 1947, la CEI, créée en 1905 pour l’électrotechnique, et l’UIT (Union internationale des télécommunications), créée en 1865 pour les télécoms (les télégraphes, à l’époque). Ces trois organisations sont basées à Genève et ont instauré entre elles une coopération étroite, autant sur les procédures et l’éthique d’élaboration des normes que pour coordonner leurs travaux dans les domaines de convergence des technologies : l’électronique et les télécoms sont en effet désormais intégrées dans les processus industriels, les transports, le bâtiment ou encore les technologies de santé, et les normes doivent être coordonnées pour assurer les interfaces et l’interopérabilité nécessaires.

13À côté des organismes de normalisation stricto sensu, coexiste une myriade de fora, consortia ou groupements, qui produisent des documents collectifs communément appelés « standards », pour les distinguer des normes impliquant l’ensemble des parties prenantes. Ces « standards » peuvent d’ailleurs préfigurer des normes consensuelles et donc venir alimenter le processus de normalisation formelle.

D. Normes, métrologie et évaluation de la conformité

14La combinaison de normes et de moyens de mesure permet d’évaluer la conformité d’un produit, d’un processus, d’une organisation, voire d’un service à un référentiel d’exigences fixées par voie de norme ou de réglementation. L’évaluation de la conformité se traduit par des rapports d’essais ou d’analyse, des certificats de conformité délivrés par des tierces parties, ou encore l’accréditation d’organismes qui peuvent démontrer leur compétence et leurs moyens pour leur délivrance. Là encore, des normes de bonnes pratiques existent, essentiellement internationales et produites par le Comité pour l’évaluation de la conformité de l’ISO (ISO CASCO). L’accord de l’OMC évoqué plus haut traite également de l’acceptation internationale des résultats d’essais et des certificats qui, à l’instar des exigences techniques elles-mêmes, peuvent constituer de redoutables obstacles aux échanges. Les organismes internationaux qui réunissent les organismes nationaux d’accréditation de laboratoires (ILAC, International Laboratory Cooperation) ou de certification (IAF, International Accreditation Forum) ont mis en place des accords de reconnaissance mutuelle qui facilitent l’acceptation internationale des divers modes d’évaluation de la conformité.

III. La contribution de la métrologie et des normes au développement durable et aux grands chantiers technologiques

15Les normes et les moyens de mesure qui y sont associés contribuent aux trois dimensions du développement durable :

  • croissance économique, en favorisant les échanges, l’innovation et le transfert de technologie ; en optimisant la conception, la fabrication et la distribution des produits (par exemple, la série des normes ISO 9000) ; en facilitant l’interopérabilité des composants, des équipements, des transports et des communications ;

  • intégrité environnementale, en fournissant les métriques des impacts sur l’environnement comme pour les émissions de gaz à effet de serre ou la qualité des eaux et des sols ; en diffusant les technologies et les bonnes pratiques de management environnemental (par exemple, la série des normes ISO 14000) ou énergétique (cf. la norme ISO 50001 sur le management de l’énergie, qui a été publiée en 2011) ou en mutualisant les méthodes d’écoconception des produits ;

  • équité sociale, en permettant d’assurer la protection et l’information des consommateurs et des travailleurs, de diffuser les technologies et les bonnes pratiques médicales, d’assurer la sécurité alimentaire (cf. la série des normes ISO 22000) ou encore en posant les définitions et les principes de la responsabilité sociétale (cf. ISO 26000) ou de l’évaluation et du management des risques (cf. ISO 31000).

16La collection des normes internationales ISO, CEI et UIT atteint déjà plus de 40 000 documents. Le rythme de production actuel de l’ISO est de plus de 1 000 normes par an, avec près de 4 000 chantiers de normalisation ouverts (cf. graphique ci-dessous). Tous les grands chantiers technologiques ouverts en ce début de xxisiècle comportent un volet normalisation et métrologie, comme par exemple pour :

  • les nano- et biotechnologies, pour lesquelles des concepts et des termes doivent être normalisés afin de favoriser la coopération internationale, et pour lesquelles des méthodes d’évaluation des impacts sur la santé et l’environnement doivent être développées au plan mondial ;

  • la diffusion des énergies renouvelables, dont les matériels doivent être qualifiés et les performances évaluées afin d’en faciliter l’industrialisation et permettre des choix raisonnés, d’en sécuriser l’utilisation et de dimensionner en conséquence les aides publiques qui s’y attachent ;

  • les filières du « carbone vert », qui ont besoin de normes d’essais et de nomenclatures de matières premières, ainsi que de normes de performances pour que leurs produits puissent se mesurer aux produits à base de matières premières fossiles auxquels ils peuvent se substituer ;

  • l’électromobilité et, plus généralement, les transports intelligents, pour lesquels les questions d’alimentation énergétique, d’interopérabilité et de communication ne peuvent trouver de réponses que dans la normalisation physique (par exemple pour les systèmes de charge) et numérique (par exemple le roaming) ;

  • la conception de bâtiments durables et intelligents et l’intégration de réseaux domiciliaires qui passent par la normalisation et l’interopérabilité des composants et des échanges de données, et la normalisation des méthodes d’évaluation des performances énergétiques et environnementales globales ;

  • l’optimisation des réseaux de distribution électrique (smart grid), qui suppose un usage à grande échelle du suivi et de la mesure des consommations à l’aide « compteurs intelligents » et d’interopérabilité ;

  • l’Internet à haut débit, qui bénéficie déjà de nombreuses normes de codage, de transport, d’échange et de sécurisation des données et des transactions, sans lesquelles le développement actuel de la « toile » n’aurait pas été possible.

Figure 1. Normes ISO publiées ou en chantier

Figure 1. Normes ISO publiées ou en chantier

17L’informatique médicale, l’automatisation des processus industriels, la conquête spatiale ou la sécurité alimentaire peuvent aussi être citées au titre de grands utilisateurs de normes et de métrologie. La normalisation des services, pour faciliter leur échange en forte croissance, est une nouvelle frontière de la normalisation internationale, illustrée par la création à l’ISO, au cours de la décennie écoulée, de comités techniques sur des sujets aussi divers que les services de distribution et d’assainissement de l’eau, le tourisme, les services financiers ou les services informatiques.

Figure 2. Normalisation, métrologie et corps des ingénieurs des Mines : chronologies imbriquées en France

De la Révolution à la rationalisation

Organisation de l’administration et corps d’ingénieurs

1795 : mesure du méridien terrestre et loi sur les poids et mesures

1837 : système métrique obligatoire

1875 : convention du mètre

1901 : création du LNE au sein du CNAM

1926 : création de l’AFNOR

1947 : création de la marque NF

1969 : métrologie : création du BNM

1978 : loi Scrivener : notamment LNE transformé en EPIC, rattaché au ministère de l’industrie

1982 : essais et analyses : création du RNE

1984 : réforme en profondeur de la normalisation

1988 : création de l’AFAQ

1993 : étalonnages : création du FRETAC

1994 : création du COFRAC par fusion et extension du RNE et du FRETAC

1999 : LNE notifié pour les directives européennes instruments de mesure (et 13 autres directives)

2003 : rapprochement puis fusion AFNOR-AFAQ

2005 : le LNE est chargé du pilotage de la métrologie française et devient le Laboratoire national de métrologie et d’essais

2008 : reconnaissance du COFRAC comme organisme national unique d’accréditation

1801 : création d’un corps d’inspecteurs des poids et mesures

1848 : transfert au CNAM du dépôt central des étalons

1919 : extension des contrôles du « service des poids et mesures »

1929 : création de l’École des Poids et Mesures devenue École Supérieure de Métrologie en 1946

1946 : création du « service des instruments de mesure » et du corps des ingénieurs des instruments de mesure

1972 : rattachement du SIM et du BNM à la direction des mines (DITEIM)

1975 : création du SQUALPI à la direction des mines

1979 : habilitation du diplôme de l’ESM par la Commission des titres

1985 : rattachement de l’ESM à l’École des mines de Douai et en 1999 reprise du recrutement direct

1983 : suppression du SIM et répartition de ses fonctions entre DQSI (centrale) et DRIRE (instruments en service)

1989 : intégration partielle, puis totale (achevée en 2007) des ingénieurs des instruments de mesure dans le corps des Mines

1989 : création du Délégué Interministériel aux Normes

2003 : rattachement de la propriété industrielle au SQUALPI

Figure 3. L’Europe s’inscrit dans le paysage global

L’Europe

…et le monde

1961 : création du CEN et du CENELCOM, consolidés en 1978

1971 : adoption d’une directive cadre sur les instruments de mesure, remplacée en 2009 par une directive cadre « nouvelle approche »

1983 : directive 83/189 CE : information mutuelle sur les travaux de normalisation et procédure de statu quo

1985 : « nouvelle approche » pour l’harmonisation des règlementations au sein de l’UE (marquage CE)

1987 : création d’EURAMET, réseau européen des laboratoires de métrologie

1988 : TIC : création de l’ETSI

1990 : création de WELMEC, coopération européenne pour la métrologie légale

1990 : création d’EUROLAB, fédération européenne des laboratoires de mesure, d’analyse et d’essais

1991 : accord de Vienne entre le CEN et l’ISO

2000 : accréditation : création de EA (European Accreditation) par fusion d’EAL et EAC

2005 : Future Landscape of European Standardization : vers un rapprochement CEN-CENELEC-ETSI

2010 : extension envisagée de la « nouvelle approche » au secteur des services

1865 : création de l’Union internationale des Télégraphes, devenue Union internationale des Télécommunications (UIT) en 1932 et rattachée à l’ONU en 1947

1875 : création du Bureau international des Poids et Mesures, basé à Sèvres

1906 : création de la Commission électrotechnique Internationale (CEI), basée à Londres puis Genève

1926 : création de l’ISA (International Standards Association) basée à Zürich (CH)

1947 : création de l’ISO (qui remplace l’ISA), avec 27 pays membres (162 en 2010), basée à Genève

1955 : création de l’Organisation internationale de Métrologie légale, basée à Paris

1977 : création d’ILAC, consolidée en 1996 (accréditation des laboratoires d’étalonnage et d’essais)

1979 : accord du GATT sur les obstacles techniques au commerce, avec 32 signataires, repris par l’OMC en 1994 avec aujourd’hui 153 pays signataires

1987 : première version des normes ISO 9000 (management de la qualité), révisées en 1994, 2000 et 2008

1993 : création d’IAF (accréditation des organismes de certification)

1994 : première version des normes ISO 14000 (management environnemental), révisée en 2004

1998 : accord mondial de reconnaissance mutuelle entre laboratoire nationaux de métrologie

2010 : adoption de l’ISO 26000 sur la responsabilité sociétale

Figure 4. Les ingénieurs des Mines en première ligne

1 - France

Chef du service des Instruments de Mesure :
Ch. Goldner, P. Aubert

Chef du SQUALPI :
A. Bryden, J. Repussard, J.P. Leteurtrois, M. Mortureux, P. Laval, P. Valla, M.C. Dupuis, J.M. Le Parco

Délégué interministériel aux Normes :
J.P. Leteurtrois, M. Mortureux, J. Serris, P. Valla, P. Laval, J.M. Le Parco

AFNOR :
Pdt. : A. Rateau, M. Ulrich, L. Armand, Ph. Boulin,
DG: V. Clermont, A. Bryden, O. Peyrat, DGA : J. Repussard

LNE : DG : A. Bryden, M.Mortureux, J.L. Laurent

RNE : Directeurs :
J.P. Leteurtrois, J.F. Sorro, Richard Lavergne 

COFRAC : DG : D. Pierre

2 - Europe 

CEN : SG : J. Repussard

EA : Pdt : D. Pierre, VPdt : D.Pierre

Eurolab : Pdt : A. Bryden, M. Mortureux, J.L. Laurent

3 - International

IAF : VPdt : D. Pierre

ILAC : Pdt : D. Pierre

ISO : SG : A. Bryden,
CASCO : Pdt O.Peyrat

OIML : Directeur : B. Athané, J.F. Magaña

en italique : personnes actuellement toujours en place

Abréviations utilisées :
DG : directeur général
DGA : directeur général adjoint
Pdt. : président
SG : secrétaire général
VPdt : vice-président

IV. Normes, métrologie et corps des mines : chronologies imbriquées

18On a vu que dès le lancement du système métrique en 1795, et donc quinze ans avant la création du corps des ingénieurs des Mines, d’éminents précurseurs avaient été associés à la mise en place du nouveau système de poids et mesures. L’encart en figure 2 montre qu’ensuite, métrologie et normalisation ont été imbriquées dans l’extension, au xxsiècle, du champ d’action du corps des ingénieurs des Mines, en particulier par l’intégration partielle, puis totale en son sein du corps des ingénieurs des Instruments de mesure, et celle, corrélative, de l’École supérieure de métrologie dans l’École des mines de Douai. L’encart en figure 3 montre comment la coopération internationale s’est développée, au cours du xxsiècle, au-delà de la convention du mètre, et comment l’Espace économique européen s’est progressivement doté d’un dispositif métrologique et normatif harmonisé. Enfin, l’encart en figure 4 cite les ingénieurs des Mines ayant exercé des responsabilités de direction, en particulier au cours des quarante dernières années, pour moderniser l’infrastructure française dans ces domaines, contribuant à rétablir la place éminente et l’influence que la France s’était forgée au plan international par l’invention et la diffusion du système métrique que la Révolution française avait dédié « à tous les temps, à tous les peuples ».

Bibliographie

- Alan Bryden, « Les normes sont indispensables au développement durable », La Jaune et la Rouge, novembre 2009, http://www.lajauneetlarouge.com/.

- « Responsabilité sociétale », entretien avec Alan Bryden, Cahier, n° 3, Fondation pour Genève, 2009, http:/www.fondationpourgeneve.ch/fr/publications/observatory.php.

- Alan Bryden, « Les normes sont ennuyeuses ? À voir… », Paris Tech Review, juin 2006, http://www.paristechreview.com/2010/06/21/les-normes-sont-ennuyeuses-a-voir/.

- « Le marché des brevets dans l’économie de la connaissance », rapport du Conseil d’analyse économique, août 2010 (voir en particulier l’annexe sur normes et brevets), http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110083555/.

- Report of the EXPRESS Group « Standards for an innovative and competitive Europe : a vision for 2020 », février 2010, http://ec.europa.eu/enterprise/policies/european-standards/standardisation-policy/policy-review/express/.

- Repository of studies on the economic and social benefits of standards, and in particular, the 2010 ISO/Roland Berger study on a “Methodology to assess the economic benefits of consensus based standards” at http://www.standardsinfo.net/info/livelink/fetch/2000/148478/6301438/benefits/benefits_s1.html#EBS.

- WTO’s World Trade Report 2005 : international standards and trade, http://www.wto.org/english/news_e/pres05_e/pr411_e.htm.

- Alain Durand, 80 ans de normalisation: histoire de l’AFNOR, Éditions AFNOR, http://www.afnor.org/groupe/a-propos-d-afnor/afnor-en-quelques-dates.

- La France réorganise sa métrologie et en confie la responsabilité au LNE, 14 février 2005, http://www.lne.fr/publications/dossiers-presse/dossier-presse-metrologie-fev-2005.pdf.

- À tous les temps, à tous les peuples, histoire et histoires de la métrologie légale, http://amisdelamesure.metrodiff.org/atous/intro/debut.shtml.

- Daniel Pierre, COFRAC, une histoire de confiance, http://www.cofrac.fr/communication/lettres/lettre_cofrac_19_0206.pdf.

Table des illustrations

Titre Étalon national actuel
Crédits © J.C. Wetzel. CNAM
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Balance du watt : recherche en cours au LNE en vue d’une nouvelle définition de l’unité de masse
Crédits ©  LNE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 1. Normes ISO publiées ou en chantier
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Auteur

Alan Bryden est ingénieur général des Mines et actuellement membre associé du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET). Il y est notamment en charge des relations internationales. Alan Bryden effectue également des missions de conseil auprès d’organisations européennes et internationales dans les domaines de la qualité et du développement durable, et participe, en tant que senior consultant, à des contrats européens.
De 2003 à 2009, il a été secrétaire général de l’ISO, Organisation internationale de normalisation. M. Bryden apportait à l’ISO une large expérience acquise dans ses postes précédents, en particulier comme directeur général de l’Afnor (Association française de normalisation) de 1999 à 2003, comme directeur général du LNE (Laboratoire national de métrologie et d’essais) de 1981 à 1999, comme chef du Service de la qualité des produits industriels au ministère de l’Industrie, de 1978 à 1980, et comme chef du Service industrie et agriculture à l’Agence pour les économies d’énergie de 1974 à 1977.
Publications récentes : « Les normes sont indispensables au développement durable », La Jaune et la Rouge, novembre 2009, http://www.lajauneetlarouge.com/ ; « Responsabilité sociétale, entretien avec Alan Bryden », Cahier n° 3, Fondation pour Genève, 2009 ; « Les normes sont ennuyeuses ? À voir… », Paris Tech Review, juin 2010, http://www.paristechreview.com/2010/06/21/les-normes-sont-ennuyeuses-a-voir/ ; « Normalisation, standardisation et brevets : leviers de l’innovation », avec Pierre Ollivier, dans Les marchés de brevets dans l’économie de la connaissance, La Documentation française, 2010, http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000626/ ; « Construire et mesurer la responsabilité sociétale » : quelle contribution de la norme ISO 26000 ? », http://www.metrodiff.org/cmsms/index.php/activites/Metrologie-du-quotidien.html ; « Véhicule électrique : réglementation et normes » dans La voiture de demain : carburants ou électricité ?, La Documentation française, 2011, http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110087386/.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search