Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Ressources energétiques et minérales : contrôle et ‎régulation

Fernand Blondel : réforme administrative et reconnaissance géologique en Afrique subsaharienne française dans les années 1930

Stéphanie Samson

Texte intégral

Introduction

1Fernand Blondel ne figure pas au rang des grandes célébrités du corps des Mines. Il a pourtant joué un rôle déterminant dans la définition et la promotion d’une politique minière pour la France d’outre-mer au cours des années 1930, une politique dont toute l’importance se révèle dans l’essor de l’économie minière ultramarine après la Seconde Guerre mondiale. Cette communication est centrée sur un aspect essentiel de son action, à savoir l’impulsion d’une réforme administrative dans les colonies.

  • 1 Fernand Blondel participe à la révision de la feuille de Saint-Étienne au 1/80 000e. Eugène Raguin (...)
  • 2 Fernand Blondel, Carte géologique de l’Indochine au 1/4 000 000e, Publications du service géologiqu (...)

2Cette entreprise s’ancre dans une carrière marquée dès l’origine par un goût pour les problèmes géologiques et les horizons coloniaux. À sa première prise de poste, à Saint-Étienne en 1921, il enseigne la géologie à l’École des mines de la ville, tout en travaillant pour le Service de la carte géologique de la France1. Il s’occupe alors de la géologie de l’ouest du Massif central, étudie des questions de tectonique et le bassin houiller stéphanois. Il découvre l’outre-mer lorsqu’il est nommé, en 1926, chef du Service géologique de l’Indochine. Il se frotte à l’exploration géologique au sud de la colonie et mène l’étude des ressources minières de la région2. De passage à la tête du service des Mines, il réorganise les Charbonnages du Tonkin. Blondel est donc typique de l’ingénieur des Mines, alliant connaissances scientifiques et compétences techniques et industrielles.

  • 3 Il participe, avec Charles Jacob et Alfred Lacroix, au Congrès géologique de Pretoria et obtient po (...)

3En 1929, il est chargé de missions diverses qui le conduisent à visiter de nombreuses colonies, dont l’Afrique du Sud3, les Rhodésies, le Congo belge, le Gold Coast, et, pour finir, les colonies françaises de l’Afrique-Équatoriale française et de l’Afrique-Occidentale française. Ces voyages lui procurent une perspective absolument unique sur le monde minier colonial.

  • 4 Le Comité central des houillères de France, le Comité des forges et la Chambre syndicale des mines (...)

4À son retour en France, il entreprend une campagne de lobbying en faveur de la prospection des colonies. Il a trouvé des alliés parmi le patronat des forges et des mines4, et s’attelle à la conversion de l’opinion publique à ses vues avec la création, en 1930, d’un organisme patronal, le Comité d’études minières de la France d’outre-mer (CEMFOM), puis, en 1931, du Bureau d’études géologiques et minières coloniales (BEGMC), dont il assure également la direction.

  • 5 Aimée Moutet, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entr (...)

5S’ouvre alors une période durant laquelle Fernand Blondel, intensément investi dans la promotion des mines d’outre-mer, se fait le relais des idées nouvelles de son époque, à savoir la promotion des méthodes rationnelles dans l’industrie et l’administration, dans la lignée d’un Henry Le Chatelier ou d’un Henri Fayol, et de la réévaluation du rôle que l’État est amené à jouer dans l’économie5. L’un et l’autre sont appliqués à l’amélioration de la connaissance du sous-sol. Il s’agit ici de prendre la mesure du rôle joué par l’ingénieur des Mines dans les transformations de fond qui affectent les administrations minières africaines au cours des années 1930.

6La nouveauté avec Fernand Blondel est triple.

  • 6 Fernand Blondel, « Le problème minier aux colonies », Le Monde colonial illustré, mai 1930, p. 129- (...)
  • 7 Outre les combustibles, la France est surtout dépendante en ce qui concerne les métaux non-ferreux  (...)
  • 8 Fernand Blondel, « La richesse minière inconnue de la France d’outre-mer », conférence faite à la S (...)

7D’abord, il cherche à faire prendre conscience de l’existence d’un « problème minier colonial » : la production coloniale est certes alors respectable, mais concentrée pour 90 % de sa valeur sur l’Afrique du Nord et l’Indochine, et dominée par un tout petit nombre d’exploitations6. Ce faisant, Blondel porte l’attention avec une conviction nouvelle sur un grand oublié du monde minier : le sous-sol de l’Afrique noire française. En effet, on pense alors que la France colonisatrice a eu la malchance de tirer le mauvais lot, celui des colonies sans mines. Blondel est au contraire convaincu que l’Afrique noire représente l’avenir de la prospection minérale, et que les ressources de son sous-sol peuvent permettre un jour de réduire la dépendance française envers les importations de minerais7. Il demande, avec un rien de provocation, pourquoi « les richesses minières paraissent, en vertu d’un phénomène inexplicable, s’arrêter aux frontières politiques » des colonies françaises d’Afrique noire8.

8Ensuite, il innove avec l’établissement d’un programme ambitieux qui doit permettre de mettre à jour toutes ces richesses minérales encore ignorées. La solution qu’il défend est fondée sur l’organisation systématique de services géologiques coloniaux, sur la rationalisation et la professionnalisation de la recherche.

9Ses idées enfin, il les met en application à Dakar, en partenariat avec Jean Malavoy, chef du Service des mines de l’AOF et tout premier ingénieur du corps des Mines à la direction d’une administration minière française en Afrique subsaharienne.

I. Pourquoi les gisements d’Afrique noire s’arrêtent-ils aux frontières des colonies françaises ?

10Alors que l’on s’apprête à célébrer l’œuvre coloniale française dans une immense mise en scène montée porte de Vincennes, Fernand Blondel se charge de dénoncer un scandale : le triste état dans lequel se trouve alors le secteur minier d’Afrique noire française. Son expérience en Indochine et ses missions dans des colonies minières étrangères lui ont fourni un éventail de références auprès desquelles les colonies détenues par la France au sud du Sahara font bien pâle figure. Productions minières, services des Mines, connaissances sur le sous-sol : Blondel vient de découvrir qu’à l’heure du repli sur l’empire, la France n’est en rien à la hauteur de son devoir colonial de mise en valeur.

A. Des productions minières dérisoires à la fin des années 1920

  • 9 Philip D. Curtin, « The lure of Bambuk gold », Journal of African History, vol. XIV, n° 4, 1973, p. (...)
  • 10 Stéphanie Samson, En attendant l’or. Une histoire souterraine de la colonisation française en Afriq (...)

11Les Français ont commencé à s’aventurer dans l’intérieur de l’Afrique occidentale au début du xviiisiècle, à la poursuite d’un Eldorado : celui des mines d’or du Soudan9. L’espoir s’est peu à peu évanoui au fil des projets, des tentatives d’exploitation et des échecs successifs10.

Tableau 1. Valeur des productions minières coloniales pour 1928 (en millions de francs courants)

Tunisie

305,5

Algérie

246,5

Indochine

231,5

Maroc

155

Madagascar

25,5

Nouvelle-Calédonie

33

Guyane

22

Océanie

48

AOF

7

AEF

1

Total :

1 075

Chiffres de Fernand Blondel, cités par Charles Berthelot, « Caractères généraux et importance de la production minière des colonies françaises », Mines et Carrières, juin 1931, p. 43.

  • 11 F. Blondel, « Le problème minier aux colonies », op. cit.
  • 12 D’après les rapports du Service des mines de l’AOF, la production européenne se limite à 2 800 000  (...)

12Si l’on regarde les statistiques de production minérale après plus de deux siècles d’exploration et de colonisation du continent, les résultats paraissent lamentables. Fernand Blondel s’emploie à signaler cette déficience de la colonisation française dans diverses conférences, et en particulier dans un article paru dans le Monde colonial illustré en 193011. L’ardent propagandiste de la cause minière produit un article illustré de graphiques conçus pour faire réagir le lecteur. Ils visent notamment à dévoiler une situation inadmissible : les deux gigantesques fédérations africaines, l’AOF et l’AEF, sont loin en queue de peloton des colonies françaises. D’après les chiffres fournis par Blondel, les deux fédérations représentent 8 millions de francs de production minière, soit moins de 8 % des productions coloniales. Le chiffre est assez approximatif et la situation est en fait plus piteuse encore : plus de la moitié de cette estimation de production est constituée par l’extraction d’or artisanale des Africains, à l’époque très mal contrôlée et évaluée. La production minière européenne proprement dite est particulièrement médiocre12.

Tableau 2. Extrait du tableau établi par Fernand Blondel pour apprécier l’effort minier des colonies en 1928

Pays / colonie

Valeur de la production en francs par kilomètre carré

Ensemble de l’empire britannique

580

Union d’Afrique du Sud

6 270

Nigéria

350

Gold Coast

1 200

France métropolitaine

14 000

Ensemble des colonies françaises

87

Tunisie

2 480

Algérie

110

Maroc

370

Indochine

310

Madagascar

95

Nouvelle-Calédonie

1 650

Guyane

250

AOF

1,4

AEF

0,4

Source : Fernand Blondel, « L’industrie minière dans les colonies françaises. Son présent, son avenir », Mines, carrières, grandes entreprises, août 1930, p. 120. Le chiffre pour la France métropolitaine est indiqué dans la première partie de l’article, parue en juillet 1930, p. 98.

13Fernand Blondel produit également une statistique au kilomètre carré qui montre encore davantage à quel point la mise en valeur minière des colonies africaines françaises est en retard. L’AOF traîne à 1 franc et 40 centimes de production au km2, l’AEF à 40 centimes : une paille, lorsque la moyenne des colonies françaises est à 87 francs, tandis que celle des colonies britanniques s’élève à 580 francs au km2. Le contraste est saisissant.

  • 13 Jean-Pierre Chauveau, La région de Kokumbo. Notes sur l’histoire économique et sociale (pays baoulé (...)
  • 14 La Compagnie des mines de la Falémé-Gambie a obtenu 46,146 kg d’or. À Kokumbo, en Côte d’Ivoire, l’ (...)
  • 15 Sociétés de l’ilménite, Gaziello et Raffin et fils. Il faut ajouter à ces chiffres le sel extrait d (...)
  • 16 Rapport de Jean Vinçotte sur les gisements métallifères de la région de Mindouli et l’activité des (...)

14Pourquoi cette faiblesse de l’Afrique française ? En Afrique occidentale, il y a bien eu des tentatives d’exploitation de l’or, sur la rivière Falémé (entre le Sénégal et le Soudan français), en Guinée (dans le Bouré, autour de Siguiri) et en Côte d’Ivoire dans le Baoulé13. Les résultats ont été peu probants, faute notamment de réelle connaissance du terrain. Les entreprises se sont simplement installées au beau milieu d’exploitations africaines traditionnelles. Le repérage des puits malinkés ou baoulés, anciens ou encore en activité, a tenu lieu de travaux de prospection, et souvent aussi de gage de rentabilité pour les investisseurs crédules. En 1928, la production européenne en Afrique de l’Ouest se résume à 56 kilogrammes d’or, pour l’essentiel récoltés par deux antiques dragues sur la Falémé14, et 7 000 tonnes de sables titanifères, ramassées par des exploitations familiales sur les plages sénégalaises15. En Afrique équatoriale, le cuivre de Mindouli a donné lieu à un début d’exploitation, mais dans les années 1920, le gisement, mal géré, n’est plus rentable16. La production est limitée à une centaine de tonnes par an.

  • 17 F. Blondel, « La richesse minière inconnue… », op. cit.

15C’est là tout ce que produisent alors les 7 millions de kilomètres carrés occupés par la France au sud du Sahara, soient les deux tiers des territoires colonisés par les Français. Ces chiffres désolent, certes, mais ils excitent aussi l’imagination, autorisant tous les espoirs : « Y a-t-il ou non une richesse minière inconnue dans nos colonies17 ? » s’interroge alors Blondel. Les services des Mines sont bien incapables de répondre à cette question.

B. Une administration minière peu considérée

16Les administrations minières d’Afrique noire sont le reflet de ses productions. Leur fonction est essentiellement réduite à la gestion de la paperasse : on gère tant bien que mal les attributions de permis miniers – des permis de recherches, pour l’essentiel.

  • 18 Honoré Lantenois, ancien directeur du Service des mines de l’Indochine et inspecteur général des Mi (...)
  • 19 Pierre Legoux, « L’Afrique Occidentale Française avant la Seconde Guerre mondiale », in Pierre Lego (...)

17En outre, l’activité de ces administrations est sous la dépendance hiérarchique immédiate des Travaux publics, autant à Dakar et Brazzaville que rue Oudinot, car les mines n’entrent pas dans les attributions de la nouvelle direction des Affaires économiques. De plus, c’est un ingénieur des Travaux publics qui est chargé des mines à l’Inspection générale des Travaux publics de Paris. Le seul organisme exclusivement consacré aux questions minières reste finalement la section des Mines du Conseil supérieur économique, au bien faible pouvoir. La tutelle des Travaux publics est d’autant plus forte qu’il n’y a pratiquement pas d’ingénieurs du corps des Mines dans les instances coloniales parisiennes18, et l’incompréhension est fréquente entre Travaux publics et Mines. Au début des années 1930 encore, l’inspecteur général des TP de Dakar impose l’utilisation d’un sourcier, appelé par le gouverneur général Brévié, pour chercher des phosphates et du pétrole19.

18Sur le terrain, on dispose simplement d’une « section » des Mines en AOF et d’un « bureau » des Mines en AEF, à chaque fois au sein de l’Inspection des Travaux publics. Autrement dit, il n’y a pas de service indépendant. Or, les chefs de service des TP se préoccupent bien peu des réalités minières, ce qui fait que l’on retrouve les maigres personnels des Mines, quand il y en a, mobilisés pour des tâches diverses : ici ce sera la recherche d’eau pour une ville, là l’étude de carrières, ailleurs l’immatriculation des automobiles, quand ils ne doivent pas surveiller un chantier. Il n’y a dans tout cela aucune coordination, aucun programme. D’autant que les services locaux sont, pour beaucoup d’entre eux, réduits à la plus simple expression, sans budget, sans locaux, sans matériel.

  • 20 Sur le rôle des contrôleurs, voir la thèse d’André Thépot, Les ingénieurs des Mines du xixsiècle. (...)
  • 21 Jean Lombard, Les richesses minières de l’Afrique équatoriale française, Paris, Ed. La Dépêche colo (...)

19Même les services centraux sont sous-équipés : jusqu’en 1926, à Brazzaville, le Bureau des mines est réduit à un bureau et une chaise. Il n’y a nulle part d’ingénieur du corps des Mines, souvent même pas de contrôleurs20. Les services sont le plus souvent assurés par des administrateurs coloniaux ou des ingénieurs des Travaux publics. Parfois, en raison des rotations pour congés en métropole, il n’y a personne dans le service. En raison du manque de moyens, il faut passer par les laboratoires parisiens, comme celui du Muséum, pour faire réaliser la moindre analyse d’échantillon, ce qui peut prendre plusieurs mois, si tant est que les échantillons arrivent à destination21. Les entreprises minières présentes dans les colonies ne sont ni réellement connues ni contrôlées.

20Dans ces conditions, les connaissances sur le sous-sol des colonies françaises d’Afrique noire sont restées sommaires et très parcellaires.

C. L’état des connaissances géologiques

  • 22 Henry Hubert, État actuel de nos connaissances sur la géologie de l’Afrique occidentale, carte au 1 (...)
  • 23 Fernand Blondel, « La mise en valeur du sous-sol de l’Afrique française », Rapport présenté à la Co (...)

21Henry Hubert, un administrateur avec une formation de géologue, dirige la Section des mines depuis 1911. Il a constitué la première carte de synthèse sur la géologie de l’Afrique occidentale22 et gère seul la recherche géologique en AOF. Une personne pour 4,5 millions de km2, c’est ridiculement peu quand pour la seule Tunisie, on peut compter 3 ou 4 géologues, et pour le Maroc 4 ou 5, tout comme pour le Gold Coast23. La pénurie en personnel est bien le résultat d’un manque de volonté politique. Le travail d’Henri Hubert ne reçoit d’ailleurs que bien peu de reconnaissance de la part de ses supérieurs hiérarchiques. En 1924, ses collections sont même perdues dans un déménagement et il finit par préférer consacrer ses efforts à la météorologie.

  • 24 C’est le gouverneur général Antonetti qui prend l’initiative de confier, en 1928-1929, deux mission (...)
  • 25 Jean Lombard, « Rapport annuel sur le service des mines de l’AEF », 1931, ANOM, Guernut 55.

22En Afrique équatoriale, le retard est tel que le gouverneur général cherche des méthodes nouvelles pour essayer de trouver des gisements : Raphaël Antonetti est engagé dans l’immense chantier du chemin de fer Congo-Océan, un gouffre financier qu’il faut justifier par tous les moyens. Aussi rêve-t-il des richesses du Congo belge voisin. L’intérêt d’Antonetti pour la découverte de ressources minérales se traduit par le développement de l’activité d’une administration minière24. Celle-ci est progressivement dotée d’un laboratoire, d’un service de dessin et de cartographie (en 1929). Deux géologues contractuels sont missionnés pour l’étude de la géologie de la région du chemin de fer (mission permanente de recherche géologique de Victor Babet, depuis 1926) et du pétrole (Victor Lebedeff, depuis 1928), mais le service lui-même reste dépourvu de géologue permanent25.

  • 26 Stéphanie Samson, En attendant l’or…, op. cit.
  • 27 Il s’agissait de la Société d’exploration minière équatoriale (avec des participations de la Compag (...)
  • 28 Jean Lombard, Les richesses minières…, op. cit. Voir aussi Jean Lombard, « Les grandes minéralisati (...)

23À défaut de disposer des moyens de faire reconnaître rapidement le sous-sol par l’administration, le gouverneur général reporte ses espoirs sur une méthode qui n’a pourtant pas fait ses preuves : il s’agit de transposer au sous-sol l’idée des compagnies concessionnaires, en accordant à de grandes entreprises un monopole de recherche et d’exploitation sur de très vastes zones réservées. Le décret du 31 juillet 1927 crée ainsi les PGR, permis généraux de recherches, dont les premières attributions sont réalisées en 192926. L’expérience est cependant étouffée dans l’œuf par l’irruption de la crise économique, qui vient tarir les finances des entreprises minières, sidérurgiques et bancaires qui s’étaient laissé tenter par l’aventure27. Le croquis géologique publié par Jean Lombard en 1931, avec une synthèse des connaissances sur le sous-sol, montre un espace encore mal connu, des blancs à combler sur la carte, et beaucoup d’utilisation des savoirs géologiques développés par les Belges et les Britanniques sur leurs propres territoires28.

  • 29 Lucien Thiébaut, « La prospection des mines aux colonies françaises », Bulletin de la Société indus (...)

24Non seulement l’Afrique subsaharienne est mal dotée en personnel spécialisé, mais, de surcroît, les conditions de travail y sont très difficiles. Outre l’immensité des distances à parcourir, le travail est rendu très pénible dans certaines régions par la densité du couvert forestier, où l’on « n’avance qu’avec les plus grandes peines, précédé d’une équipe de noirs qui, la hache et le coupe-coupe en main, ouvre une piste dans le fouillis inextricable ». Presque partout, la roche est inaccessible, dissimulée par une couche dure et épaisse de latérite, « ennemie du prospecteur aux tropiques29 ».

25Autant de raisons pour lesquelles la connaissance du sous-sol a peu progressé.

26Ainsi, jusqu’à la fin des années 1920, les Services des mines d’Afrique noire française fonctionnent avec des bouts de ficelle. Le résultat, c’est que l’Afrique noire est restée confinée, au sein de la division du travail de l’empire, dans le rôle de fournisseuse de matières premières végétales. Les échecs passés des entreprises minières ont produit un cercle vicieux : l’absence de production a entraîné l’absence d’intérêt, et par conséquent l’absence de financement. Telle est la situation que Fernand Blondel découvre, lors de ses voyages de l’année 1929, et qu’il cherche à corriger.

II. Le programme de Fernand Blondel : rationalisation et professionNalisation

  • 30 Congrès colonial français, Xe section, Industrie minérale, « Vœux adoptés à la précédente session e (...)
  • 31 Fernand Blondel, « Les services géologiques coloniaux », Comptes-rendus de l’Académie des Sciences (...)

27Fernand Blondel prend acte de l’impuissance des entreprises privées à assurer la reconnaissance géologique des colonies africaines. Il se fait le porte-parole de certains industriels qui, depuis le début du xxsiècle, réclament que l’État colonial investisse davantage dans les services des Mines30. Il détaille son programme dans une conférence faite en 1930 à l’Académie des sciences coloniales31. Il s’agit, pour Blondel, de transformer les Services des mines en machines à découvrir des gisements. Son programme comporte quatre volets majeurs :

  • Une organisation rationnelle. Celle-ci suppose de déterminer une priorité : ce sera la carte géologique. Fernand Blondel, qui a travaillé personnellement à la réalisation de cartes géologiques dans le Massif central et en Indochine, soutient que cette opération représente le travail de fond par lequel il faut commencer. Sans carte géologique, rien d’efficace et de sérieux ne peut être entrepris, en particulier dans le domaine de la prospection. Pour porter ses fruits, l’opération doit être systématique. Blondel fait référence au travail du Geological Survey du Gold Coast, qui a découvert assez rapidement après sa mise en place la présence de manganèse et de diamants.

  • Un service dédié, indispensable pour donner la priorité à la carte, et donc à la recherche géologique, comme il y en a déjà en Indochine, en Algérie ou dans les colonies britanniques d’Afrique. La rationalisation passe donc par la spécialisation.
    Ce service doit être organisé de façon à ce que l’intérêt général prime. Il faut un service spécialisé dans la recherche géologique et doté d’un chef chargé de coordonner les travaux. Il s’agit d’éviter que les géologues ne se promènent au petit bonheur, selon les caprices de l’Inspection des Travaux publics, mais aussi d’éviter qu’ils ne travaillent qu’à la poursuite de leur propre gloire scientifique, sans se soucier des indices de minéralisation. Les espaces les plus intéressants pour les scientifiques ne sont pas forcément les plus fructueux pour la recherche minérale. La science doit donc être soumise à la technique. L’organisation est fondamentale : elle doit être conçue en fonction du rôle que les services administratifs sont appelés à remplir, et non l’inverse.

    • 32 Fernand Blondel, « La carrière scientifique coloniale », Association Colonies-Sciences, 1931, 15 p. (...)

    Un recrutement de personnel, Son importance est cruciale. Le manque de géologues spécialisés dans les colonies et le manque de prospecteurs constituent en effet le talon d’Achille de l’Empire français. D’après les calculs de Blondel, les écoles françaises produisent la moitié seulement des prospecteurs qui seraient nécessaires. Fernand Blondel tente d’y remédier avec la mise en place de conférences au Muséum à Paris, et la création d’un stage précolonial à Saint-Étienne. Il milite aussi pour la création de « cadres géologues coloniaux », afin de rendre possible aux géologues la poursuite d’une véritable carrière outre-mer, ce qui permettrait de supprimer les missions temporaires sous contrat32. C’est le gage d’une véritable spécialisation de ces scientifiques.

    • 33 Annuaire du Comité d’Études minières de la France d’Outre-mer, Paris, 1931 à 1939. La géologie et l (...)

    Une politique de publication, qui constitue le dernier étage du programme : il s’agit de mettre à la disposition des entreprises le résultat des recherches des services. Le manque d’information sur les mines, les minerais et la géologie des colonies est un des chevaux de bataille de Blondel. En métropole, ses organismes, le CEMFOM et le BEGMC, entreprennent de multiples publications ; parmi elles, une revue, la Chronique des mines coloniales, un annuaire qui contient une foule de renseignement pratiques, et une somme scientifique, La géologie et les mines de la France d’Outre-mer33.

28Avec ce programme de réformes, Blondel propose une double révolution dans la manière de travailler des services. Il suscite une conversion des esprits à l’idée que la recherche géologique doit être un service public ; que sans intervention de l’État, il n’y aura pas d’augmentation de la production minière ultramarine. Le service géologique doit aussi se transformer en un véritable service technique. Il ne s’agit plus d’aborder le métier par le côté abstrait et théorique, mais de préparer la venue de sociétés minières. La carte géologique est un préalable à la recherche d’indices minéralisés et, si possible, de gisements.

  • 34 Il est au conseil de direction de l’association Colonies-Sciences, de la Société géologique de Fran (...)

29Ce programme, c’est la théorie. La force de Blondel, c’est d’avoir les moyens de le mettre en pratique. Homme de réseau et d’influence, bien placé et engagé dans de multiples associations et sociétés savantes, il parvient assez rapidement à s’imposer comme expert auprès des décideurs34. Il devient ainsi pour tous un « Monsieur Mines coloniales » incontournable.

30Ensuite, il trouve un terrain d’application idéal pour ses idées : l’Afrique noire, et surtout l’AOF, où officie un jeune ingénieur des Mines d’avance acquis à ses vues, Jean Malavoy.

III. La réforme administrative en Afrique occidentale française

  • 35 Dépêche télégraphique du 17 septembre 1926, ANOM, 1 TP 1198.

31Jean Malavoy est arrivé en AOF à sa sortie d’école en 1927, suite à un télégramme du ministre des Colonies, Léon Perrier, en septembre 1926, demandant de « procéder avec méthode à inventaire ressources sous-sol susceptibles fournir éléments intéressants richesses à Colonie35 ». Il a déjà repris en main la Section des mines de Dakar et tenté de mettre sur pied des services fonctionnels dans les colonies du groupe. Mais il s’est heurté à un manque de reconnaissance de la part des gouverneurs et des inspections des Travaux publics. Son amertume transparaît à propos de l’administration en Côte d’Ivoire :

  • 36 Jean Malavoy, « Rapport sur le fonctionnement en 1929 du Service des Mines en AOF », ANOM, Guernut  (...)

« En 1928, les « TP » ont considéré que les Mines seraient toujours des inutiles, des parasites, des gêneurs. Ils n’ont donc jamais tenté d’organiser ce service naissant. Bien au contraire, ils semblent avoir tout fait pour le réduire à rien, tout en se refusant énergiquement à le rendre indépendant. […] J’ajoute que les géologues n’ont jamais été soutenus, ni guidés, ni réellement surveillés. On s’est contenté de les brimer36. »

  • 37 Alors que le courant ne semble pas être passé avec Jean Lombard, qui dirige, en 1929, le Bureau des (...)

32Aussi, le passage de Fernand Blondel à Dakar, en 1929, représente pour lui une véritable aubaine. En effet, Fernand Blondel et lui partagent les mêmes points de vue et leur collaboration est fructueuse37. C’est la conversion des gouverneurs généraux de l’AOF (Carde, puis Brévié) à leur façon de voir l’avenir minier de la colonie qui permet à Malavoy de mettre en œuvre un programme de réformes, et surtout de le financer.

33En juillet 1930, est mis sur pied un service consacré à la recherche géologique. Jean Malavoy chapeaute tout un ensemble au sein de la Section des mines de l’Inspection générale des Travaux publics, dont les effectifs atteignent 35 personnes en 1935, tout personnel confondu :

  • un service administratif, c’est le Service des mines proprement dit.

  • un service géologique, doté d’une dizaine de géologues sortis des instituts de géologie de Nancy et Strasbourg. À partir de 1933, arrivent les premiers jeunes ingénieurs de l’École des mines de Saint-Étienne, qui ont suivi le stage précolonial mis en place par Blondel et le Bureau d’études géologiques et minières.

  • ces services sont complétés par un laboratoire de chimie, un laboratoire de minéralogie, une bibliothèque.

  • 38 Avance sans intérêt aux colonies de l’AOF de 10 millions de francs, prévue dans la Convention du 24 (...)

34Ces transformations n’ont été possibles que parce que les gouverneurs généraux ont accepté de fournir un financement exceptionnel (voir le graphique n° 1). Alors que le budget colonial est en déficit, la Section des mines se voit dotée de crédits supplémentaires : 2,3 millions de 1931 à 1934 (sur fonds de concours de la Banque de l’Afrique Occidentale)38, puis 12 millions prélevés sur l’emprunt colonial de 1934. La somme est certes insuffisante par rapport aux dimensions de la tâche à accomplir, mais elle permet de démarrer.

Graphique 1. Budget du Service des Mines de l’AOF 1928-1936

Graphique 1. Budget du Service des Mines de l’AOF 1928-1936

Source : Fernand Blondel, Mission en Afrique-Occidentale française (géologie et mines), février-juin 1936, ANOM, 1 affpol 546, dossier 5.

  • 39 Alexis Chermette et R. Prokopenko, Carte géologique du Bas Dahomey au 1/500 000, Dakar, Gouvernemen (...)

35Le service géologique est organisé pour établir la carte géologique de l’AOF au millionième, avec certaines zones au 1/500 000. L’ensemble du territoire est quadrillé en 24 zones, parcourues selon des itinéraires distants de 25 ou 50 kilomètres, selon la zone. Une prospection rapide des alluvions est jointe à la campagne. La première carte géologique au 1/500 000, celle du Bas-Dahomey, paraît en 193339. En 1936, Blondel prévoit que l’entreprise doit aboutir au bout d’une vingtaine d’années.

36Les géologues sont précisément encadrés, guidés par toute une série de procédures, tant pour le travail de terrain, qui a lieu pendant la saison sèche, que pour l’analyse des échantillons à Dakar, pendant la saison des pluies. Le chef du service, Malavoy, part en tournée chaque année pour contrôler les opérations de terrain.

37L’information n’est pas oubliée, tant pour la collecte que pour la diffusion. Une importante documentation de référence est constituée, classée et accessible par fichiers. À partir de 1932, le service publie un rapport annuel qui est assez largement diffusé, complété par des publications scientifiques dans des revues, puis un bulletin scientifique paraît en 1938. Malavoy conçoit son service comme un organe de communication et de promotion :

  • 40 Jean Malavoy, « Les travaux du Service Géologique et des Mines de l’AOF », Congrès international de (...)

« Il faut ajouter aux publications du Service Géologique les notes de presse plus ou moins longues, rédigées par le Service des Mines et répandues dans tous les journaux et périodiques ; elles attirent l’attention du public sur les découvertes récentes ou anciennes, mais peu connues, faites en AOF au point de vue pratique, donnent des indications sur leur richesse, et sur la meilleure façon de mettre le pays en valeur au point de vue minier40. »

  • 41 Ouverte en 1939 sous régie directe de l’administration, privatisée en 1942, l’exploitation de la Pe (...)
  • 42 P. Legoux et A. Marelle, Les mines et la recherche minière…, op. cit.

38Le premier résultat concret du travail du Service des mines se situe en 1936 : le géologue Alexis Chermette, chargé d’étudier le Dahomey, trouve de l’or dans un cours d’eau, la Perma, puis découvre un gisement suffisamment intéressant pour que soit commencée une exploitation41. D’autres reconnaissances annoncent des mises en valeur ultérieures : des phosphates sont reconnus à Thiès, au Sénégal, en 1935-1936 ; le géologue Fernand Jacquet repère du fer et du cuivre en Mauritanie42.

39Cette réforme administrative de l’AOF est par la suite considérée comme un modèle à suivre. Les vœux de l’industrie minière, à la Conférence économique de la France métropolitaine et d’outre-mer de 1935, se portent sur la mise en place d’une « exploration générale systématique » :

  • 43 « Les vœux de l’industrie minière à la Conférence économique de la France métropolitaine et d’outre (...)

« La production minière de la plus grande partie de notre empire colonial est certainement très inférieure à ses possibilités. Il est donc nécessaire de rechercher des gisements nouveaux. Mais, dans les colonies tropicales africaines, cette recherche doit être précédée d’une exploration générale systématique, exécutée par les services officiels et financée sur fonds d’emprunt, suivant la méthode actuellement appliquée en AOF43. »

  • 44 Marcel Roubault, Trésors méconnus, Les mines de l’empire français, Paris, éditions Marco, 1946, p.  (...)

40Cependant, l’application du modèle dans les autres colonies n’est pas rapide. En Afrique équatoriale, un Service des mines centralisant les questions administratives et géologiques est créé en 1935, mais les fonds manquent. En 1938, le directeur du service, Jean Vinçotte, qui ne peut compter « sur plus de deux géologues constamment au travail sur la carte », parle d’un « démarrage au ralenti »44. Il faut attendre 1939 pour qu’un ingénieur du corps des Mines, Pierre Legoux, soit nommé pour prendre la direction des Mines à Brazzaville.

Conclusion

41Fernand Blondel fournit l’exemple d’un ingénieur des Mines qui est à la fois un expert et un activiste. Ingénieur expert, il est à l’interface entre les secteurs publics et privés. Sa capacité d’action est fondée sur son aptitude à s’imposer comme le seul expert en matière de mines coloniales, et sa force est d’être capable de penser la question minière impériale dans sa globalité.

42Ingénieur activiste et propagandiste, il s’investit dans une mobilisation qui débouche sur une politique publique au travers de l’identification d’un « problème minier colonial » et la détermination des facteurs probables de ce programme, l’établissement d’un programme d’action fondé à la fois sur le lobbying en métropole et sur la réforme administrative dans les colonies, et, enfin, une réforme sur le terrain. Il promeut une politique minière nouvelle, fondée sur l’idée que la recherche géologique coloniale doit être un service public, pris en charge par les gouvernements des colonies.

  • 45 Après la guerre, Fernand Blondel contribue à la mise en valeur minière des colonies africaines en p (...)
  • 46 Jean-Claude Chiron (éd.), Objectif terre : 50 ans du BRGM, Orléans, BRGM, Paris, Textuel, 2009, 158 (...)

43L’œuvre de Blondel est en grande partie à l’origine des progrès considérables qui ont été accomplis dans la connaissance du sous-sol de l’Afrique noire coloniale45. Ces progrès ont certes été lents au départ, les financements sont restés insuffisants, mais une transformation de fond a été entamée. La modernisation et la professionnalisation réalisées alors préfigurent la création, après la guerre, du Bureau minier de la France d’outre-mer (1948), un des ancêtres du BRGM46.

Notes

1 Fernand Blondel participe à la révision de la feuille de Saint-Étienne au 1/80 000e. Eugène Raguin et Jean Marçais, « Fernand Blondel (1884-1968) », Bulletin de la société géologique de France, vol. XII, 1970, n° 5, p. 733-747. L’article est accompagné d’une bibliographie quasi exhaustive. La partie biographique est consultable sur le site de Robert Mahl, www.annales.org

2 Fernand Blondel, Carte géologique de l’Indochine au 1/4 000 000e, Publications du service géologique de l’Indochine, Hanoï, 1927.

3 Il participe, avec Charles Jacob et Alfred Lacroix, au Congrès géologique de Pretoria et obtient pour la France le secrétariat général de la Carte géologique internationale de l’Afrique, achevée en 1952.

4 Le Comité central des houillères de France, le Comité des forges et la Chambre syndicale des mines métalliques.

5 Aimée Moutet, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997, 495 p. Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 1 456 p.

6 Fernand Blondel, « Le problème minier aux colonies », Le Monde colonial illustré, mai 1930, p. 129-130. L’empire produisait, pour l’essentiel, des phosphates (Gafsa en Tunisie, Office chérifien du Maroc), du fer (Mokta-el-Hadid et mines de l’Ouenza en Algérie) et du charbon (Charbonnages du Tonkin).

7 Outre les combustibles, la France est surtout dépendante en ce qui concerne les métaux non-ferreux : elle importe alors chaque année 120 000 tonnes de cuivre, 40 000 tonnes de zinc, 70 000 tonnes de plomb. Elle est aussi dépendante de l’étranger pour le manganèse, ce qui inquiète les sidérurgistes.

8 Fernand Blondel, « La richesse minière inconnue de la France d’outre-mer », conférence faite à la Société industrielle de l’Est le 22 janvier 1931, Bulletin de la Société industrielle de l’Est, Nancy, 1931, p. 5-20.

9 Philip D. Curtin, « The lure of Bambuk gold », Journal of African History, vol. XIV, n° 4, 1973, p. 623-631.

10 Stéphanie Samson, En attendant l’or. Une histoire souterraine de la colonisation française en Afrique noire. Explorations, prospections, économie minière (1850-1940), thèse de doctorat de l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 2009, 814 p.

11 F. Blondel, « Le problème minier aux colonies », op. cit.

12 D’après les rapports du Service des mines de l’AOF, la production européenne se limite à 2 800 000 francs d’ilménite (titane) et 840 000 francs d’or, soit 3 800 000 francs en tout. Blondel se sert d’une estimation des productions africaines, sans doute fournie par Malavoy, qui ne correspond pas aux maigres 16,8 kg officiellement déclarés cette année-là (pour la seule Guinée, un chiffre douze fois inférieur à la production de l’année précédente). En AEF, on ne trouve que 756 000 francs de cuivre exporté. Jean Malavoy, « Rapport sur le fonctionnement en 1929 du Service des mines en AOF », Archives nationales d’outre-mer (ANOM), Guernut 55.

13 Jean-Pierre Chauveau, La région de Kokumbo. Notes sur l’histoire économique et sociale (pays baoulé, Côte d’Ivoire), Paris, Travaux et Documents de l’ORSTOM, n° 104, 1979, 227 p.

14 La Compagnie des mines de la Falémé-Gambie a obtenu 46,146 kg d’or. À Kokumbo, en Côte d’Ivoire, l’extraction d’or déclarée par la Société minière et immobilière de la Côte d’Ivoire est limitée à 10,2 kg. Jean Malavoy, « Rapport sur le Service des mines en AOF », 1928, ANOM, Guernut 55.

15 Sociétés de l’ilménite, Gaziello et Raffin et fils. Il faut ajouter à ces chiffres le sel extrait de façon artisanale en Mauritanie (6 500 tonnes des salines du Trarza occidental) et au Niger (1 600 tonnes).

16 Rapport de Jean Vinçotte sur les gisements métallifères de la région de Mindouli et l’activité des Compagnies concessionnaires, 5 septembre 1935, ANOM, Guernut 55.

17 F. Blondel, « La richesse minière inconnue… », op. cit.

18 Honoré Lantenois, ancien directeur du Service des mines de l’Indochine et inspecteur général des Mines, était seul représentant des Mines à la section des Mines du Conseil supérieur économique. Au Comité des travaux publics des colonies, il est presque toujours l’unique ingénieur des Mines, brièvement rejoint par Raoul de Vitry d’Avaucourt en 1926.

19 Pierre Legoux, « L’Afrique Occidentale Française avant la Seconde Guerre mondiale », in Pierre Legoux et André Marelle, Les mines et la recherche minière en Afrique occidentale française, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 23.

20 Sur le rôle des contrôleurs, voir la thèse d’André Thépot, Les ingénieurs des Mines du xixsiècle. Histoire d’un corps technique d’État, Paris, Eska, 1998, 511 p.

21 Jean Lombard, Les richesses minières de l’Afrique équatoriale française, Paris, Ed. La Dépêche coloniale, 1931, 71 p.

22 Henry Hubert, État actuel de nos connaissances sur la géologie de l’Afrique occidentale, carte au 1/5 000 000e, Paris, Larose, 1911.

23 Fernand Blondel, « La mise en valeur du sous-sol de l’Afrique française », Rapport présenté à la Conférence économique de l’Afrique française, Paris, Publications du Comité de l’Afrique française, 1932, p. 27.

24 C’est le gouverneur général Antonetti qui prend l’initiative de confier, en 1928-1929, deux missions de recherches à Victor Lebedeff, ancien élève de l’École nationale supérieure de pétrole de Strasbourg, et de contacter l’Office national des combustibles liquides. Devant le résultat positif des missions de l’ingénieur-géologue, le gouverneur décide de faire réaliser des travaux de prospection. Tout le territoire de la colonie est réservé pour les hydrocarbures par arrêté du 4 mai 1929.

25 Jean Lombard, « Rapport annuel sur le service des mines de l’AEF », 1931, ANOM, Guernut 55.

26 Stéphanie Samson, En attendant l’or…, op. cit.

27 Il s’agissait de la Société d’exploration minière équatoriale (avec des participations de la Compagnie minière du Congo français, de la Banque de l’Union parisienne, d’Anzin, Gafsa, Mokta-el-Hadid et Alais Froges et Camargues), de la Société anonyme de recherches et d’exploitation minière de l’AEF (avec des participations de la Société de la Marine, de Micheville, Pont-à-Mousson, Mokta-el-Hadid, Minerais et métaux, de la Banque de l’Union parisienne), et de Compagnie générale de recherches minières de l’Oubangui (un groupement d’investisseurs belges autour de la Compagnie équatoriale des Mines).

28 Jean Lombard, Les richesses minières…, op. cit. Voir aussi Jean Lombard, « Les grandes minéralisations de l’Afrique sud-équatoriale et la géologie régionale. Applications à l’Afrique équatoriale française », Chronique des mines coloniales, 1er janvier et 1er février 1933, p. 4-21 et p. 67-85.

29 Lucien Thiébaut, « La prospection des mines aux colonies françaises », Bulletin de la Société industrielle de l’Est, Nancy, 1er trimestre 1931, p. 41.

30 Congrès colonial français, Xe section, Industrie minérale, « Vœux adoptés à la précédente session et confirmés à la session de juin 1907 », ANOM, 14 MI 1530 / P 468, pièce 25.

31 Fernand Blondel, « Les services géologiques coloniaux », Comptes-rendus de l’Académie des Sciences coloniales, séance du 21 mai 1930, t. 14, 1932, p. 445-456.

32 Fernand Blondel, « La carrière scientifique coloniale », Association Colonies-Sciences, 1931, 15 p. [tiré à part].

33 Annuaire du Comité d’Études minières de la France d’Outre-mer, Paris, 1931 à 1939. La géologie et les mines de la France d’Outre-mer, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1932, 604 p.

34 Il est au conseil de direction de l’association Colonies-Sciences, de la Société géologique de France et de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale.

35 Dépêche télégraphique du 17 septembre 1926, ANOM, 1 TP 1198.

36 Jean Malavoy, « Rapport sur le fonctionnement en 1929 du Service des Mines en AOF », ANOM, Guernut 55.

37 Alors que le courant ne semble pas être passé avec Jean Lombard, qui dirige, en 1929, le Bureau des mines de l’AEF.

38 Avance sans intérêt aux colonies de l’AOF de 10 millions de francs, prévue dans la Convention du 24 février 1927 sur le renouvellement du privilège de la Banque d’émission.

39 Alexis Chermette et R. Prokopenko, Carte géologique du Bas Dahomey au 1/500 000, Dakar, Gouvernement général de l’AOF, 1934.

40 Jean Malavoy, « Les travaux du Service Géologique et des Mines de l’AOF », Congrès international des mines, de la métallurgie et de la géologie appliquée, Paris, 1936, p. 1025 à 1033.

41 Ouverte en 1939 sous régie directe de l’administration, privatisée en 1942, l’exploitation de la Perma a fourni 900 kilogrammes d’or.

42 P. Legoux et A. Marelle, Les mines et la recherche minière…, op. cit.

43 « Les vœux de l’industrie minière à la Conférence économique de la France métropolitaine et d’outre-mer », Chronique des mines coloniales, janvier 1935, p. 2-5.

44 Marcel Roubault, Trésors méconnus, Les mines de l’empire français, Paris, éditions Marco, 1946, p. 67. Seule la prospection pétrolière est financée sur fond d’emprunt.

45 Après la guerre, Fernand Blondel contribue à la mise en valeur minière des colonies africaines en participant à la mise en exploitation de la mine de fer de Conakry et de la mine de fer de Mauritanie (MIFERMA). P. Legoux et A. Marelle, Les mines et la recherche minière…, op. cit.

46 Jean-Claude Chiron (éd.), Objectif terre : 50 ans du BRGM, Orléans, BRGM, Paris, Textuel, 2009, 158 p.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Budget du Service des Mines de l’AOF 1928-1936
Crédits Source : Fernand Blondel, Mission en Afrique-Occidentale française (géologie et mines), février-juin 1936, ANOM, 1 affpol 546, dossier 5.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

Agrégée d’histoire et ancienne élève de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud, elle est professeur d’histoire-géographie au lycée français Charles-de-Gaulle de Londres.
Auteur d’une thèse d’histoire soutenue à Nanterre en 2009 : En attendant l’or. Une histoire souterraine de la colonisation française en Afrique noire. Explorations, prospections, économie minière (1850-1940).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search