Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Ressources energétiques et minérales : contrôle et ‎régulation

Nucléaire civil et corps des Mines : de la continuité en politique industrielle

Alain Beltran

Texte intégral

  • 1 Marie-Christine Kessler, Les grands corps de l’État, Paris, Presses de la Fondation nationale des s (...)

1Un programme industriel est par définition une œuvre collective et il peut apparaître réducteur de mettre l’accent sur tel ou tel acteur. Le développement du nucléaire civil en France – qui prend ses racines dans les années 1950 – se prête par définition à cette remarque préalable. Toutefois, il existe deux caractéristiques de longue durée qui permettent d’en comprendre la spécificité : le monde politique en a fait une réflexion stratégique de longue durée ; le corps des Mines y a joué un rôle éminent dont il convient de tracer le récit. Les politistes se sont posé la question du « poids » des corps dans les grandes décisions nationales dans différents ouvrages. Marie-Christine Kessler1 définit les contours de l’action des corps dans un ouvrage qui est devenu un classique :

« Les grands Corps sont des acteurs dominants dans les secteurs d’activité correspondant à leur vocation. Mais la présence d’un Corps dans un domaine précis implique-t-elle automatiquement qu’il maîtrise une politique sectorielle ? Le pouvoir des Corps s’exerce dans le cadre d’une société politico-administrative éclatée où les centres de décision sont nombreux, et les rivalités d’influence grandes. L’exercice d’une politique par un Corps est en fait un événement plus qu’une habitude. Il suppose réunies plusieurs conditions d’émergence : unité de vue au sein du Corps, définition d’un plan d’action, moyens de le faire passer dans les faits, appui politique, absence de concurrence réelle dans le même secteur d’activité. Pour parvenir à maturité, une politique doit se frayer un chemin au sein du Corps lui-même, puis dans les arcanes administratifs et politiques, en tenant compte de la pression des intérêts en présence. »

  • 2 Sur l’évolution du corps des Mines dans le secteur industriel, cet article s’inspire en partie de : (...)

2En termes différents, il existerait une assez grande distance entre l’affirmation réductrice sur le pouvoir sans limites des grands corps et la réalité des choses. Mais une fois ces principes posés, il est non moins vérifiable que le corps des Mines possédait et possède des structures à même de lui donner les moyens d’infléchir une politique industrielle. En effet, l’unité de vue se forge au travers de groupes de travail, de rapports, d’échanges, de lectures et de revues, comme les Annales des mines, dont la revue Gérer et Comprendre. Le corps sait se mobiliser, se réorienter dans une approche qu’il conviendra de qualifier en prenant l’exemple du nucléaire civil français2.

3La réflexion sur la politique nucléaire civile du corps est malgré tout inséparable des caractéristiques de la politique énergétique du pays, qui est marquée, depuis le début du xxsiècle, par des crises (crise d’approvisionnement pétrolier en 1917, très importantes importations charbonnières dans l’entre-deux-guerres, pénuries de l’Occupation qui se prolongent dans l’immédiat après-guerre, crise pétrolière de Suez en 1956, chocs pétroliers des années 1970, épuisement des ressources fossiles, lutte contre l’effet de serre), mais aussi par la prise en main par l’État, en particulier à la Libération, du secteur charbonnier (Charbonnages de France et Association technique des importations charbonnières ou ATIC), du secteur électrique (Électricité de France ou EDF), gazier (Gaz de France ou GDF), du secteur pétrolier (Bureau de recherche de pétrole, ERAP, Elf-Aquitaine, sans compter que la Compagnie française des pétroles-Total a longtemps eu l’État comme actionnaire important) et bien entendu du domaine nucléaire avec la création du Commissariat à l’énergie atomique en 1945. Si certaines phases chronologiques sont perçues comme un relâchement relatif de la tutelle étatique, à l’inverse, en période de reconstruction ou de crise aiguë (comme lors du premier choc pétrolier en 1973), l’État prend ou reprend en main les leviers de commande en mettant l’accent sur la nécessité d’une politique d’indépendance nationale. Cette notion est, depuis la Première Guerre mondiale, un leitmotiv de la politique française, un peu oubliée dans les années soixante, mais justifiant les décisions industrielles les plus lourdes. Malgré quelques aléas, la politique de l’énergie, surtout dans le domaine pétrolier comme dans le nucléaire civil, fut une politique de long terme destinée à s’inscrire dans une stratégie intérieure (soutien à l’industrie pour une meilleure compétitivité des ressources énergétiques) comme sur le plan international (sécurité des approvisionnements, diversification des importations). C’est dans ce cadre de pensée et d’action qu’il faut interpréter le rôle du corps des Mines autour de l’affirmation d’une politique nucléaire civile.

I. Des hommes omniprésents

  • 3 Fabien Cerrutti et Hervé Garrido, Stratigraphie des ingénieurs du corps des Mines de 1945 à 1975 (s (...)

4L’influence du corps des Mines dans le secteur du nucléaire civil peut se mesurer par la présence, à un moment donné, de certains hommes à des postes clés des entreprises directement concernées par le programme nucléaire. L’utilisation d’annuaires peut donc être d’un certain secours. Ce serait sans doute réducteur, car les réseaux d’influence peuvent s’étendre aussi aux grandes directions des ministères (comme la DIGEC pour le ministère de l’Industrie), aux cabinets ministériels, aux instances internationales, etc. Cette approche quantitative doit être mise en relation avec le contexte de très forte croissance de la consommation d’énergie (avant le premier choc pétrolier de 1973), mouvement que le corps des Mines accompagne et souvent précède. En un mot, alors que le charbon connaît un inéluctable déclin en France (décisions de 1960 et 1968), les secteurs pétrolier et nucléaire s’affirment, tandis que le gaz passe d’une technique à l’autre dès la fin des années cinquante (gaz de ville en gaz naturel). F. Cerrutti et H. Garrido3 ont rassemblé, pour l’ensemble du secteur énergétique, des chiffres sur la présence des « corpsards » des Mines selon trois domaines énergétiques :

1946

1951

1955

1960

1965

1970

1975

Gaz électricité

1

1

3

8

11

9

13

Énergie atomique

1

2

6

16

21

25

20

Pétrole

4

7

18

32

44

43

38

  • 4 Ehrard Friedberg et Dominique Desjeux, « Fonction de l’État et Grands Corps : le cas du Corps des m (...)

5On constate la forte implication du corps dans l’énergie atomique à partir des années 1960 (la frontière avec le secteur « électricité » mériterait cependant d’être mieux définie), mais le domaine pétrolier est celui qui, en définitive, a attiré le plus de corpsards dans cette période de redéploiement énergétique. Deux sociologues, E. Friedberg et D. Desjeux4, ont mesuré de leur côté la part des Mineurs dans le secteur public et parapublic (y compris la recherche publique et l’enseignement), soit 27,5 % en 1949 ; 31,6 % en 1961, 32,6 % en 1968, 39,9 % en 1988. Dans ce groupe, la part des Mineurs dans les secteurs pétrolier et nucléaire passe, entre 1949 et 1970, de 5,8 % à 17,4 %, ce qui reste néanmoins inférieur aux secteurs traditionnels d’emploi comme l’administration (nonobstant certaines imprécisions quant à la part du nucléaire dans EDF). Toujours est-il que ces chiffres montrent une croissance forte entre 1955 et 1965 dans les trois secteurs énergétiques majeurs (hors charbon) et une prépondérance pétrolière très marquée en 1965, moins en 1975. À cette date, l’ensemble gaz-électricité-nucléaire s’équilibre presque avec le pétrole (33 contre 38). Il est à noter cependant qu’entre 1970 et 1975, le nombre de corpsards augmente dans le gaz et l’électricité et se tasse dans le nucléaire (serait-ce le signe de la fin de la filière uranium naturel gaz graphite et la prise en main du nucléaire par EDF, où l’on trouve traditionnellement des X-Ponts ?).

  • 5 Philippe Simonnot, Les Nucléocrates, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble (Capitalisme et s (...)

6En 1978, Philippe Simonnot (journaliste au Monde) a publié un livre5 qui était aussi un pamphlet, ouvrage assis sur des interviews anonymes (quelques-unes sont transparentes) et des calculs sur la présence des nucléocrates (néologisme destiné à un certain succès) dans différents secteurs clés. Ces calculs étant en général construits sur des bases différentes par rapport aux exemples précédents, il vaut mieux constater les mouvements que de faire des comparaisons stricto sensu. P. Simonnot évaluait le « noyau » de la nucléocratie à 27 personnes se répartissant entre fonction publique et fonction privée. Sur ce chiffre on trouvait 9 ingénieurs du corps des Mines (contre 7 du corps des Ponts), à savoir : Pierre Guillaumat, André Giraud, Jean Blancard (délégué général à l’Énergie), Paul Moch, Jean Couture (secrétaire général à l’Énergie, également président de la commission PEON, Production d’électricité d’origine nucléaire), Pierre Couture (administrateur du Commissariat à l’énergie atomique), Henri Malcor (société Creusot-Loire), Raoul de Vitry et Pierre Jouven (Pechiney). L’auteur concluait, à propos du corps des Mines (en oubliant un peu au passage la forte position du corps des Ponts) :

  • 6 Simonnot, Les Nucléocrates, op. cit., p. 27.

« Dans la nucléocratie, il ne s’agit pas seulement d’une prééminence, mais d’une sorte d’impérialisme dont l’épine dorsale serait la filière Guillaumat : Guillaumat, Blancard, Moch, Taranger, les frères Couture6 ».

7Il est d’ailleurs à remarquer qu’une grande partie de cette filière Guillaumat est aussi une « filière pétrole », plus précisément BRP-ERAP-SNPA et Elf Aquitaine. On peut rappeler ainsi que le pétrole public était bien « encadré » : en 1963, Pierre Guillaumat dirige l’Union générale des pétroles, Jean Blancard le Bureau de recherche de pétrole et Paul Moch la Régie autonome des pétroles.

  • 7 Madame Lecomte et MM. Naudet, Dautray, de Dominicis, Balain, Mahoux, Raynal, Brun, B. Giraud, Itzys (...)
  • 8 MM. de Wissocq, Devilliers, Cénevier, Coupin, Capron, Gobert, Queniart, Vesseron (les six derniers (...)

8Si l’on avance dans le temps, en feuilletant les annuaires du corps ou de Polytechnique, on constate que le tableau de la répartition des ingénieurs des Mines au premier janvier 1988 se partage entre administration (36,8 %), secteur public (39,9 %) et secteur privé (23,3 %). On rencontre au Commissariat à l’énergie atomique, à cette date, 14 corpsards7 et à la Cogema 138. On remarque que les promotions les plus récentes (1976-1981) sont massivement dans les DRIRE, l’administration centrale, l’École des mines (ce qui correspond à des profils de carrière assez communs). Il faudrait ajouter certains X-Mines qui étaient alors à EDF comme Rémi Carle, qui a fait toute sa carrière dans le nucléaire, au CEA d’abord, puis à EDF. Et comment oublier Georges Besse qui, entre 1974 et 1982, se dévoua à Eurodif et à la Cogema. Enfin, le dernier décompte, en 1991 (toujours à partir d’un annuaire), donne des résultats qui viennent conforter ceux de 1988 : 27 membres du corps des Mines au Commissariat à l’énergie atomique contre 28 en 1988 (le décompte de ceux qui travaillent sur les applications militaires mériterait d’être clarifié) et 10 à Électricité de France. On constate donc que l’énergie nucléaire est un des domaines de prédilection du corps, sans doute de façon moins massive que le pétrole, mais, à l’inverse, avec plus de continuité (plusieurs grands patrons des entreprises pétrolières nationales n’étaient d’ailleurs pas du corps des Mines, comme Albin Chalandon, François-Xavier Ortoli ou Loïc Le Floch-Prigent). Malgré tout, au-delà des chiffres qui montrent une vérité peu contestable et qui tendraient à conforter l’hypothèse d’une politique du corps (sous forme de « bastions »), il faudrait insister sur l’aura exercée par quelques grands noms du corps, comme Pierre Guillaumat ou André Giraud. Dans ce cas, ce sont ces personnalités de premier plan qui ont influé le corps plutôt que le corps ne les a influés. Phénomène par définition délicat à quantifier.

II. Les valeurs du corps et l’intérêt pour la politique nucléaire

9Si la présence du corps des Mines dans le secteur nucléaire civil est attestée et incontestable, il devient légitime de se poser la question du pourquoi d’une telle focalisation ? Certains facteurs sont assez évidents : les ingénieurs du corps, vu leur niveau de formation, sont à même d’aborder les multiples difficultés du développement d’un secteur nouveau, d’une technologie de pointe qui demande des esprits affûtés. De plus, comme dans tout secteur d’avant-garde, le nucléaire civil pouvait permettre des carrières rapides, brillantes et peu obstruées. Un effet d’entraînement vers ces carrières prometteuses a provoqué de nettes convergences qui se sont sans doute estompées après les années 1970. On peut cependant essayer d’aller plus loin et se poser la question d’une adéquation plus profonde entre les valeurs du corps des Mines et les qualités attendues pour le développement du secteur nucléaire civil. Si on interroge des membres du corps des Mines sur leurs valeurs communes, souvent la réponse est évasive ou négative : le corps serait formé de trop d’individualités fortes pour qu’il existe de vraies valeurs communes. À l’inverse, si on se penche sur la littérature sociologique ou politiste, il est en général affirmé le contraire : le corps a une idéologie que certains observateurs qualifient d’idéologie de classe dominante.

10Pourtant, au-delà des différences et écarts à la moyenne – qui peuvent être importants – il existe un nombre suffisant de valeurs communes observables dès le xixsiècle pour que la question reste fondée. Ces valeurs ont changé avec le temps car le corps des Mines n’a jamais été imperméable aux adaptations. Mais pour comprendre la possible adéquation entre corps et secteur industriel, il ne faut pas négliger l’ambiance d’une époque de croissance, de renouveau, de progrès en un mot. L’essor du nucléaire civil correspond à un certain esprit des années soixante, vaguement résumé par la notion de « Trente Glorieuses ».

  • 9 Voir Jean-Claude Thoenig, L’ère des technocrates, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 1987.

11D’abord, il est clair que l’École polytechnique, par la formation qu’elle offre, fournit un socle consensuel autour de valeurs à la fois scientifiques et républicaines. L’École, ainsi que les classes préparatoires forment des esprits travailleurs, brillants, quelquefois peu à l’aise face à d’autres formes de pensée (les ingénieurs sont moins enclins à la souplesse intellectuelle des « politiques »), qui savent mieux trancher que convaincre, démontrer que montrer. La notion d’intérêt général qui a dominé la France de la Reconstruction et lui a permis d’asseoir un certain nombre de réussites industrielles (surtout à l’époque des « grands programmes ») trouve un écho dans cette formation initiale qui a plus ou moins marqué les jeunes polytechniciens. Cet « intérêt général » permettait d’ailleurs de transcender les notions politiques, avec lesquelles le corps n’a jamais été très à l’aise. Le corps pense qu’il est là pour éclairer l’État, qui a besoin d’une expertise objective parce que fondée scientifiquement. Par certains côtés, le corps des Mines est resté fidèle aux grands principes du saint-simonisme. Cette communauté de pensée avec les grands projets industriels modernisateurs a été très perceptible à l’époque de Georges Pompidou. Le corps avait ses conseillers aux Finances, à l’Industrie, à l’Élysée et à Matignon, comme l’a bien montré Bernard Esambert. Ce n’est pas un hasard si les projets nucléaires, spatiaux et pétroliers ont été lancés en grande partie sous Georges Pompidou, avant le premier choc pétrolier. Et comme le corps est plutôt habitué à raisonner sur le long terme, la politique industrielle lui convenait parfaitement. La saga nucléaire s’inscrivait parfaitement dans cette politique de long terme, marquée par la volonté industrielle et l’indépendance énergétique. En effet, le nucléaire s’inscrit dans le paysage et dans l’économie pour quarante ou cinquante ans et demande une main ferme pour mener de front la technique, la sûreté, la rentabilité, l’acceptation sociale. Si le développement économique supposait d’être guidé par l’intérêt général et si l’essor du pays demandait une industrie forte, le corps des Mines était présent pour donner la valeur ajoutée indispensable, et la cohérence, à ces ambitions stratégiques. Enfin, depuis le xixsiècle, on constate aussi l’attrait du corps des Mines pour la grande entreprise (les Ponts9, en restant dans les généralités, étant plutôt attirés vers les grands marchés publics). Et il est clair que les principaux programmes industriels se sont appuyés sur des entreprises de grande taille, en général publiques, mais souvent avec une entente étroite avec l’industrie privée, dans un partage des rôles facilité par la proximité intellectuelle des dirigeants des deux bords.

  • 10 Pierre Guillaumat aurait eu ce mot assez cruel pour les jusqu’au-boutistes du CEA : « Messieurs, il (...)

12En définitive, le corps des Mines a trouvé, ou retrouvé, dans le nucléaire civil une stratégie où il pouvait conjuguer une politique de longue durée, la maîtrise de techniques de pointe, la volonté de donner à la France un rôle de leader (toutefois, on peut remarquer que les techniques françaises n’ont pas toujours eu beaucoup de succès puisque la filière uranium naturel graphite gaz et celle à neutrons rapides ont été abandonnées), d’assurer l’indépendance nationale à un pays peu riche en ressources énergétiques. La politique nucléaire telle que la définissait Pierre Guillaumat répondait à ces différents critères, loin des « patriotismes de boutiques » qu’exécrait l’ancien ministre du général de Gaulle10, au bénéfice du pays. L’idée était que les plus compétents devaient faire le métier qu’ils savaient faire :

  • 11 Entretien avec Pierre Guillaumat, dans le cadre du livre de Jean-François Picard, Alain Beltran, Ma (...)

« Personnellement, j’ai toujours vu le CEA comme chargé de mettre de l’énergie atomique partout, mais pas de le faire. Il fallait que la marine fasse de l’énergie atomique, comme EDF ou la médecine… Finalement quand j’étais responsable du CEA le seul point que nous avons fait et non pas fomenté c’est la construction de l’arme bombe. Je me disais qu’EDF fera mieux l’électricité que nous, il sait ce que c’est, il connaît les fournisseurs. Autant nous, CEA, sommes capables d’aller trouver les constructeurs, en plein accord avec les scientifiques, pour les piles de Marcoule, autant nous savons bien qu’à un moment donné, il faudra que ce soit EDF qui prenne les commandes. Ce n’est pas nous qui ferons l’électricité nucléaire, c’est EDF dont c’est le métier. Ce n’est pas la peine de se battre à coups de monopole, l’un issu d’une ordonnance, l’autre d’une loi, l’ordonnance étant d’ailleurs plus ou moins périmée par la loi parce que la loi était postérieure à l’ordonnance. Le Commissariat à l’énergie atomique avait bien d’autres choses à faire : il avait à trouver l’uranium, à le transformer, à savoir ce qu’on fait des sous-produits, comment gainer le combustible, comment le mettre à des endroits où il y a des circulations de chaleur11… »

  • 12 Pierre Grémion, Le pouvoir périphérique, Bureaucrates et notables dans le système politique françai (...)

13Des entreprises comme le CEA et EDF avaient des missions différentes, des fonctions différentes. D’ailleurs, en d’autres termes, Pierre Grémion12 écrivait :

« Placés dans des postes de responsabilité, les hommes des grands Corps sont pris dans une certaine logique, et la fonction prime le Corps ».

III. Les limites de l’influence du corps dans le domaine nucléaire

14Évoquer le rôle du corps des Mines sans regarder son environnement pourrait conduire à surévaluer son poids décisionnaire. Or, le corps n’est pas seul. Sans minorer son action dans le nucléaire civil, il est nécessaire de la replacer dans un contexte plus large. D’une part, la politique de l’énergie, en tant que politique de long terme basée sur l’indépendance comme donnée stratégique, est une politique d’État qui revient en dernier lieu au politique ; ce qui est remarquable, c’est sa continuité entre IVe et VRépubliques, malgré les alternances et les oppositions. Dire que le corps des Mines aurait mené cette politique signifierait que le politique le cède au technique (ce qu’on appelle au sens propre une technocratie) : c’est une thèse développée en particulier par les antinucléaires. Certaines décisions politiques (inflexions de programmes, arrêts de sites) montrent pourtant que cette affirmation est pour le moins exagérée. On peut ainsi mentionner le cas de Plogoff ou celui de Creys-Malville. Dans ce dernier cas, celui des surgénérateurs, CEA et EDF ont travaillé ensemble sur la matrice des futurs réacteurs. Or, après bien des vicissitudes, le Premier ministre Lionel Jospin a fait pencher la balance vers la fin de l’expérience de SuperPhénix, ce qui est sans doute un des rares exemples d’une politique nucléaire qui ne s’est pas inscrite dans la durée. En effet, les surgénérateurs devaient être l’étape qui succéderait au pressurisé. Il est donc clair que, dans ce cas, les « nucléocrates » n’ont pas eu le dernier mot.

15En y regardant de plus près, certes on peut affirmer que le corps des Mines a joué un rôle incontestable dans l’affirmation de la politique nucléaire, mais on peut tout autant mettre l’accent sur l’action d’autres corps et de « roturiers » qui ont eu des responsabilités essentielles. Ainsi, EDF, en tant qu’exploitant du secteur électrique, a joué un rôle déterminant depuis la fin des années soixante, quelquefois en plus ou moins nette opposition avec le CEA. Or, Électricité de France est traditionnellement dominée par le corps des Ponts, héritage des constructeurs de barrages. Certains ont vu d’ailleurs dans cette dichotomie l’explication – simpliste – de l’antagonisme entre le CEA et EDF à l’époque de la « guerre des filières » : notre explication est autre, comme on l’a vu, puisque EDF et le CEA n’avaient pas les mêmes missions et sans doute, à un moment donné, le CEA a-t-il oublié les limites définies par Pierre Guillaumat (citation ci-dessus). De même au cours des années 1960-1970, les deux hommes qui ont fait front du côté d’EDF pour défendre l’option nucléaire, parce que c’était, selon eux, le meilleur choix pour la France, n’étaient pas ingénieurs : Marcel Boiteux était un normalien, agrégé de mathématiques, économiste (malgré tout influencé par Maurice Allais) et Paul Delouvrier un inspecteur des Finances. Sans aucun doute, les valeurs qu’ils partageaient avec Pierre Guillaumat ou Pierre Messmer remontaient-elles à la guerre et à la Résistance, autre creuset de la France contemporaine ?

  • 13 Députée de la Drôme, fondatrice de la CRIIRAD, Commission de recherche et d’information indépendant (...)

16Le dernier point qu’il conviendrait de soulever, c’est que le nucléaire n’est pas n’importe quelle politique. L’engagement nucléaire a pour conséquence de fortes particularités. En dehors d’un objectif économique, le nucléaire est aussi un choix de société qui pose la question de l’expertise, et même de la contre-expertise. Il existe toute une littérature qui veut montrer et démontrer que les décisions majeures sont prises en France par quelques hommes en dehors des instances démocratiques, sans souci de l’intérêt général. Quand cette crainte des élites rejoint la détestation du nucléaire, il est clair que certains hommes, certains corps sont plus visés que d’autres. Les opposants au nucléaire ont donc dénoncé des collusions entre nucléocrates, et entre nucléocrates et hommes politiques. L’expert a été contesté sur le plan technique, puis économique et finalement politique. Aujourd’hui, le principe de précaution permet d’attendre, de surseoir à la décision finale, malgré les conclusions de quelques experts contre lesquels on peut opposer un doute raisonnable. De plus, l’intérêt général est sans cesse assailli par de nombreux intérêts particuliers, dont la somme n’est pas automatiquement l’intérêt du plus grand nombre. L’offensive de ces nouveaux contre-pouvoirs contre les « experts » est illustrée par les propos de Madame Rivasi13, antinucléaire notoire :

  • 14 « L’énergie nucléaire : de la nécessité des contre-pouvoirs », Hérodote, 2001, n° 100. En 2002, l’I (...)

« Au début, le lobby nucléaire était sûr de lui. Il disait : ça ne marchera pas, nous sommes les seuls compétents. Il y avait cette image qu’il se donnait ; comme c’est technique, c’est nous qui connaissons le problème. Ce qui m’a sauvé c’est mon cursus universitaire, le fait que je sois physicienne issue de Normale Sup, qu’on était appuyés par des professeurs de physique nucléaire de l’université de Lyon avec qui on a très longtemps collaboré. On ne pouvait pas remettre en cause la valeur scientifique de nos mesures. Comme j’avais plus de diplômes que la plupart des gens du nucléaire, il était difficile de m’attaquer là-dessus. […] Je trouve que ce que la CRIIRAD a fait progresser, c’est la notion d’expert indépendant. Au début la notion de juge et partie n’était absolument pas quelque chose d’évident : le fait que ce n’est pas aux gens d’EDF, que ce n’est pas aux gens du nucléaire de réunir des mesures en disant qu’il n’y a aucun risque pour la santé, que ce n’est pas de leur ressort. Aujourd’hui on a fait complètement changer l’organisation du SCPRI puisqu’il s’est transformé 10 ans après en OPRI maintenant rebaptisé institut de protection et de sûreté nucléaire14. »

17Face à ces nouveaux experts qui contestaient les experts « officiels », le corps des Mines, intéressé par l’avenir du nucléaire, n’a pas échappé à l’évolution profonde de la société. Il a dû apprendre à communiquer, à convaincre au-delà du seul raisonnement scientifique. L’ingénieur est un homme rationnel, mais, dans le domaine nucléaire, les réactions, les oppositions, les craintes sont quelquefois irrationnelles. Car les ingénieurs des grands corps doivent intégrer un nouveau venu dans le débat économique et scientifique. Il s’agit de l’opinion publique. Celle-ci est sans aucun doute l’élément-clé dans la durabilité du programme nucléaire français. Car ce qui est remarquable dans le programme français de développement nucléaire, c’est bien entendu la qualité des scientifiques ou des industriels et la volonté politique, mais c’est aussi l’acceptation sociale. Face à ce « miracle » qui n’est pas forcément destiné à durer, les politiques d’autrefois, basées sur l’autorité, la légitimité scientifique, l’assurance technologique (certains diraient l’arrogance technocratique), n’ont plus le même poids. Là aussi, les membres du corps engagés dans le combat nucléaire ont dû adapter discours et méthodes. L’opinion reste toujours à conquérir, même si l’acculturation des Français au nucléaire dure depuis deux générations.

  • 15 Voir, par exemple, « Le nouveau visage du corps des Mines », Les Échos, 28 juin 2010, p. 8.
  • 16 Jean Syrota, « L’avenir du nucléaire civil », Politique étrangère, 2008-2001 (printemps).

18La question initiale telle qu’elle était posée pouvait supposer que le corps des Mines se distinguait du corps social par son recrutement, ses missions, son expertise. Un regard rétrospectif sur ses 200 ans d’histoire et, plus modestement, sur son rôle dans le développement du nucléaire civil depuis les années 1950 montre que l’une des forces du corps a été de comprendre sans cesse les besoins et les attentes du pays en regardant au loin, vers le long terme. Le corps des Mines est en phase avec la population française, il s’adapte et connaît des mutations, même s’il ne renvoie pas une image exactement similaire à l’ensemble du corps social15. Toutefois, depuis les années 1960-1970 (ou même quatre-vingt), certains facteurs ont changé : la politique industrielle et ses grands programmes font moins recette (même si l’on annonce régulièrement son retour) et le nucléaire civil faisait partie des grands programmes dans lesquels le corps se sentait à l’aise ; l’individualisme des nouvelles générations s’affirme face à l’intérêt général ; l’autorité (et ses représentants) est contestée, même quand elle est assise sur la connaissance apparemment objective. Toutefois, pour un pays comme la France, qui souffre structurellement du manque d’énergie, la politique nucléaire reste au cœur des préoccupations, d’autant que le nucléaire apparaît (si on n’intègre pas la question des déchets) comme une énergie propre, sans rejet de carbone, « verte » en quelque sorte. Le nucléaire civil continuera de faire partie des projets à long terme du pays et donc le corps des Mines pourra s’y consacrer selon une sorte de programme décrit par un des plus éminents membres du corps et fin connaisseur de la question nucléaire, Jean Syrota16 :

« Il faut rappeler les conditions d’un succès durable du nucléaire. Cette industrie a une particularité, à savoir la solidarité de fait qui réunit tous les acteurs. Un accident, où qu’il se produise, a des conséquences pour tout le monde, un abandon dans un pays renforce les oppositions partout, des faits avérés de prolifération jettent l’opprobre sur toute la filière. La conclusion logique est triple. En premier lieu, il faut exclure que la concurrence ou le souci de rentabilité à court terme puissent conduire à diminuer les exigences en matière de sécurité ou de non-prolifération chez les opérateurs nucléaires. En second lieu il apparaît que même des concurrents ont intérêt à développer des coopérations sur différents sujets, tels l’obtention d’une culture commune de sûreté, la préparation des réacteurs de l’avenir, le cycle du combustible et la bonne gestion des déchets, la non-prolifération, pour en rester à l’essentiel. Enfin il faut renforcer les autorités de contrôle international et mettre en place une organisation du cycle du combustible réduisant les risques de prolifération, tout en renforçant la compétitivité économique et la sécurité d’approvisionnement. »

19L’avenir des sociétés avancées sera sans doute en partie nucléaire et fatalement complexe, ce qui n’est pas pour déplaire au corps des Mines…

Notes

1 Marie-Christine Kessler, Les grands corps de l’État, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986, p. 291.

2 Sur l’évolution du corps des Mines dans le secteur industriel, cet article s’inspire en partie de : Alain Beltran, « Le corps des Mines et l’industrie des années 1950 aux années 1980 », État et Énergie xixe-xxe siècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2009, p. 217-257.

3 Fabien Cerrutti et Hervé Garrido, Stratigraphie des ingénieurs du corps des Mines de 1945 à 1975 (structures, évolutions et rôle du corps des Mines), mémoire de maîtrise soutenu à l’université de Paris-X-Nanterre sous la direction d’André Thépot, p. 72 (121 + XIII).

4 Ehrard Friedberg et Dominique Desjeux, « Fonction de l’État et Grands Corps : le cas du Corps des mines », Annuaire international de la fonction publique 1971-1972, Paris, Institut international d’administration publique (Centre de recherche et de documentation sur la fonction publique), 1972, p. 567-585.

5 Philippe Simonnot, Les Nucléocrates, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble (Capitalisme et survie), 1978.

6 Simonnot, Les Nucléocrates, op. cit., p. 27.

7 Madame Lecomte et MM. Naudet, Dautray, de Dominicis, Balain, Mahoux, Raynal, Brun, B. Giraud, Itzyskon, Régent, Camarcat, Damamme, Thiaville.

8 MM. de Wissocq, Devilliers, Cénevier, Coupin, Capron, Gobert, Queniart, Vesseron (les six derniers appartenant aux promotions 1961-1965), d’Escatha, Hache, Cazalet, Lederman, J.-L. Ricaud.

9 Voir Jean-Claude Thoenig, L’ère des technocrates, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 1987.

10 Pierre Guillaumat aurait eu ce mot assez cruel pour les jusqu’au-boutistes du CEA : « Messieurs, il n’y a plus de Commissariat à la machine à vapeur… ».

11 Entretien avec Pierre Guillaumat, dans le cadre du livre de Jean-François Picard, Alain Beltran, Martine Bungener, Histoire de l’EDF, Paris, Dunod, 1985.

12 Pierre Grémion, Le pouvoir périphérique, Bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Le Seuil, collection sociologie, 1976, p. 332.

13 Députée de la Drôme, fondatrice de la CRIIRAD, Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité.

14 « L’énergie nucléaire : de la nécessité des contre-pouvoirs », Hérodote, 2001, n° 100. En 2002, l’Institut de protection et de sûreté nucléaire et l’Office de protection contre les rayonnements ionisants ont fusionné dans l’Institut de radioprotection et sûreté nucléaire.

15 Voir, par exemple, « Le nouveau visage du corps des Mines », Les Échos, 28 juin 2010, p. 8.

16 Jean Syrota, « L’avenir du nucléaire civil », Politique étrangère, 2008-2001 (printemps).

Auteur

Alain Beltran, directeur de recherche au CNRS, fait partie de l’unité mixte Irice (Identités, Relations internationales, Civilisations de l’Europe) commune au CNRS et aux universités Paris-Sorbonne et Panthéon-Sorbonne.
Il consacre l’essentiel de ses recherches à l’histoire de l’énergie, sur un plan économique, technique, géopolitique. Ses travaux récents portent sur le transport de gaz naturel et la distribution d’électricité. On peut citer, parmi ses dernières publications : Oil producing countries and Oil Companies, from the xixth Century to the xxist Century, P. Lang, Bruxelles, 294 p. Il est président du Comité d’histoire de la Fondation EDF.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search