Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Ressources energétiques et minérales : contrôle et ‎régulation

Paul Weiss, directeur des Mines, un savoir-faire administratif et technique au service de l’État

Pierre Chancerel

Texte intégral

1Paul Weiss reste relativement méconnu. Son rôle a pourtant été important, semble-t-il, dans la définition d’une politique charbonnière menée par la France dans les années 1910. Arrivé à la tête de la direction des Mines du ministère des Travaux publics, un an après sa recréation, il a mené une réflexion sur les rapports entre l’État et les compagnies minières. À travers cette étude de cas, l’étude d’un destin particulier, il s’agit donc d’étudier ici quel est le rôle de la direction des Mines selon un ingénieur des Mines, à un moment charnière : celui du passage d’une économie libérale à une économie de guerre, sous l’égide de l’État.

  • 1 Arch. nat., C7723. Devant la commission d’enquête sur la métallurgie pendant la guerre, l’ancien di (...)
  • 2 Ils forment la sous-série 637 AP.
  • 3 Arch. nat., F14 11635.
  • 4 La famille a regroupé plusieurs témoignages dans un fascicule imprimé après sa mort : Marc Boegner, (...)
  • 5 Louise Weiss, Une petite fille du siècle, Paris, Albin Michel, 1978, 316 p.

2Le manque de sources peut expliquer en partie cette méconnaissance. Paul Weiss n’a pas gardé par-devers lui les archives de son passage au ministère des Travaux publics1. Or les archives de la direction des Mines ont subi des pertes importantes et la sous-série F14 des Archives nationales, où sont classées les archives du ministère des Travaux publics, présente d’importantes lacunes pour la période qui nous intéresse. Ces lacunes sont comblées, pour une large part, par les papiers personnels de Marcel Sembat, ministre des Travaux publics d’août 1914 à décembre 1916, conservés aux Archives nationales2. Ce fonds permet de retracer l’action du ministre et de son directeur des Mines pendant les deux premières années du conflit. Le dossier individuel de Paul Weiss3, également conservé dans la sous-série F14, rend compte de sa carrière. Plusieurs témoignages complètent ce dossier. Des notices nécrologiques4, d’abord, dressent un portrait extrêmement flatteur de Paul Weiss et de son action. Dans ses mémoires5, sa fille, la journaliste Louise Weiss, dépeint, au contraire, un homme intelligent mais irritable et capricieux. Enfin, on dispose des écrits publiés par Paul Weiss. On peut les classer en trois catégories : premièrement, des ouvrages scientifiques, au début de sa carrière ; ensuite, sa thèse de droit, soutenue et publiée en 1901 ; enfin, des ouvrages de vulgarisation de droit minier et son manuel de finances publiques, qui reprend son enseignement à l’École des mines.

3On se penchera d’abord sur la formation et le parcours de Paul Weiss, pour définir la culture de cet ingénieur. Il s’agira de s’interroger sur les raisons qui l’ont amené à la tête de la direction des Mines. La création de cette direction s’explique en partie par la nécessité de redéfinir les rapports entre l’État et les concessionnaires de mines. Aussi sera-t-il particulièrement intéressant d’analyser la position de Paul Weiss sur le régime minier et sur la manière de le modifier. Enfin, l’activité de ce directeur des Mines a été largement marquée par la Première Guerre mondiale. On montrera en quoi les attributions du ministère des Travaux publics changent pendant le conflit et quel est le nouveau rôle du directeur des Mines, aussi bien dans la régulation du marché du charbon que dans ses rapports avec le ministre.

I. Un homme aux compétences multiples

A. Une formation scientifique et juridique

  • 6 L. Weiss, Une petite fille…, op. cit., p. 71.
  • 7 M. Boegner, Paul Weiss…, op. cit., p. 3.
  • 8 André Thépot, Les ingénieurs des Mines au xixsiècle, histoire d’un corps technique d’État, 1810-1 (...)

4Le parcours de Paul Weiss ressemble à celui de nombreux ingénieurs des Mines. Il naît à Strasbourg, en 1867, dans une famille de la bourgeoisie protestante. Son père est notaire et sa mère fille de médecin6. Après la défaite de 1871, la famille quitte l’Alsace, le petit Paul caché dans une hotte, pour s’installer à Nancy. C’est le lycée de cette ville que Paul Weiss fréquente7, avant d’être reçu à l’École polytechnique. Major de la promotion 1888, il choisit d’intégrer le corps des Mines, comme c’est alors la tradition8.

  • 9 Paul Weiss, Le Cuivre, origine, gisements, propriétés physiques et chimiques, métallurgie… marché d (...)
  • 10 L. Weiss, Une petite fille…, op. cit., p. 146.
  • 11 Annales de la Chambre des députés, discours de Marcel Sembat, séance du 15 novembre 1916, p. 2391.

5Sa formation scientifique est complétée par plusieurs voyages d’études, dès sa scolarité à l’École des mines, comme c’est l’usage depuis la création de l’École. Son dossier indique qu’il est envoyé en mission dans le midi de la France et en Allemagne, en 1890. L’année suivante, il se rend en Roumanie et en Russie. Nommé ingénieur, Paul Weiss reprend ses travaux commencés à l’École des mines. En 1892, il obtient ainsi un congé de six semaines pour prolonger ses travaux personnels en Russie. En 1893, il obtient un nouveau congé pour étudier en Russie les moyens de développer l’exportation des charbons du Nord et du Pas-de-Calais dans les ports de la mer Baltique. Ces recherches lui permettent de publier un livre sur le cuivre, en 1894. Destiné « aux ingénieurs qui désirent se mettre au courant des principes fondamentaux de l’industrie du cuivre9 », et non aux techniciens, cet ouvrage a pour but de résumer toutes les données sur les gisements, la métallurgie et les applications du cuivre. S’y mêlent à la fois des considérations scientifiques et économiques. Tout au long de sa carrière, il n’abandonne pas les études techniques et scientifiques. En 1897, le voilà parti étudier les mines d’Héraclée, en Turquie. En 1912, il se rend dans le nord de l’Espagne, avec sa fille, pour expertiser d’anciennes mines d’or10. Pendant la Première Guerre mondiale, il met au point des recherches sur les gaz asphyxiants et les masques protecteurs. Pour faire face à la pénurie de coke métallurgique, il parvient à lui substituer un « produit obtenu par la combinaison de deux charbons11 » qui donne, d’après le ministre des Travaux publics, de très bons résultats dans les usines à gaz.

  • 12 Paul Weiss et René Étienne, Mines, minières et carrières, Paris, Dupont, 1904, 117 p.
  • 13 Paul Weiss et Fernand Payen, De la Concurrence en matière de distributions d’énergie électrique, Pa (...)

6L’École des mines dispense également une formation juridique depuis 1848, sous la forme d’un cours de législation minière. En 1901, alors qu’il est ingénieur à Paris, Paul Weiss complète cette base par un doctorat en droit, qui porte sur le régime minier en Prusse et en France. Son intérêt pour le droit est confirmé par la publication, en collaboration avec René Étienne, professeur de législation à l’École des mines, d’un abrégé de droit minier12 en 1904, puis, en 1911, par celle d’un essai sur la législation en matière de distribution électrique13. À partir de la rentrée d’octobre 1911, il occupe la chaire de législation minière à l’École des mines. Paul Weiss témoigne donc d’une curiosité intellectuelle dans plusieurs domaines, alors même qu’il a entamé une brillante carrière d’ingénieur des Mines.

B. L’ascension d’un jeune ingénieur des Mines

  • 14 Vincent Bellanger, « Ernest Cuvelette, un ingénieur des Mines parmi d’autres ? », Travailler à la m (...)

7À la sortie de l’École des mines, en 1892, Paul Weiss est chargé, en tant qu’ingénieur ordinaire, du sous-arrondissement minéralogique d’Arras. Là-bas, il est chargé de la surveillance des mines, qu’il doit effectuer par des tournées d’inspection dans les différentes concessions. Le travail de ces ingénieurs peut se résumer en quatre termes : « animer, contrôler, encadrer et encourager les industries minières dans leurs tâches quotidiennes d’extraction14 ». Pendant un an, ses attributions comprennent également une partie du contrôle de l’exploitation technique des chemins de fer du Nord, une compétence partagée entre ingénieurs des Mines et des Ponts et Chaussées. C’est à ce moment qu’il rencontre d’autres ingénieurs, des patrons, qu’il se familiarise avec le monde de la mine.

  • 15 A. Thépot, Les ingénieurs des Mines…, op. cit., p. 208.
  • 16 Il rédige un mémoire pour le préfet de la Seine, peu après un effondrement survenu rue Tourlaque, d (...)
  • 17 Louise Weiss, « Paul Weiss », texte publié dans le numéro du Bulletin de l’association des anciens (...)

8Sa carrière suit son cours et, en 1899, il est nommé à la tête du service de l’Inspection des carrières de la Seine. Ce service a été créé à la fin du xviiie siècle pour faire face aux nombreux effondrements « occasionnés par une exploitation abusive et anarchique des carrières souterraines15 », et est chargé de centraliser tous les documents relatifs au sous-sol de Paris. Ce poste est recherché car il permet de rester à Paris avec un grade relativement bas, celui d’ingénieur ordinaire. Il constitue également le moyen d’assurer une activité complémentaire. Paul Weiss suit ce schéma puisqu’il combine, trois ans plus tard, la fonction d’adjoint à l’ingénieur en chef du service de l’Inspection de l’exploitation technique des chemins de fer de l’État. Ce poste lui permet d’être en contact avec les autorités municipales et préfectorales de Paris et du département de la Seine16, mais également d’acquérir une petite notoriété lorsqu’il découvre, en 1905, les restes de l’amiral Jones, héros de la guerre d’Indépendance américaine17.

  • 18 Jean-Pierre Williot, « Le Vacillement des élites : les ingénieurs des Mines face à la catastrophe d (...)
  • 19 L. Weiss, Une petite fille…, op. cit., p. 88-89.

9Jusqu’alors, la carrière de Weiss a progressé normalement. C’est en 1906 qu’elle s’accélère, suite à son rôle après la catastrophe de Courrières. Bien qu’il ne soit plus chargé du contrôle des mines du Pas-de-Calais, il se rend auprès de l’ingénieur en chef Gustave Léon, sous les ordres duquel il a été lorsqu’il était à Arras. Il est arrivé comme adjoint auprès de son ancien supérieur, mais c’est en fait lui qui prend la direction des opérations de sauvetage et décide de rouvrir un passage de la veine Julie, d’où sortent une quinzaine de survivants18. Il se joint à une équipe de sauveteurs allemands, équipés d’appareils permettant de descendre dans les puits asphyxiés, et descend lui-même plusieurs fois au fond de la mine19.

  • 20 Arch. nat., F14 11635.

10Cet événement marque le début de son ascension dans la hiérarchie du corps des Mines. Dès l’année 1906, il est chargé d’une mission spéciale ayant pour objet la réunion des règlements sur l’exploitation des mines à l’étranger et l’étude de leur application. Son dossier souligne qu’il a été nommé à ce poste « grâce à ses compétences en allemand et ses compétences en matière d’exploitation et de réglementation des mines20 ». L’année suivante, il devient chevalier de la Légion d’honneur, puis est nommé ingénieur en chef. À partir de cette date, il cumule les responsabilités : membre du comité d’électricité, commissaire technique adjoint dans la commission militaire de la Navigation et des Mines, membre de la commission de distribution d’électricité, de la commission permanente des recherches scientifiques sur le grisou et les explosifs employés dans les mines, du Comité de l’exploitation technique des chemins de fer. Tout en restant chargé de l’Inspection générale des carrières de la Seine, il prend également la responsabilité de l’arrondissement minéralogique de Paris et devient adjoint à la direction des Routes, de la Navigation et des Mines du ministère des Travaux publics, pour l’étude des questions générales concernant les mines. En 1910, le service des Mines est érigé en direction autonome, Paul Weiss en deviendra le directeur l’année suivante, ce qui apparaît comme le couronnement de sa carrière administrative. Plusieurs facteurs semblent avoir plaidé en sa faveur : sa bonne connaissance des enjeux juridiques du régime minier, à un moment de remise en question de la loi de 1810, son insertion dans le réseau des ingénieurs et des grands commis de l’État depuis 1906, facilitée par le fait qu’il habite à Paris.

C. La direction des Mines au début des années 1910

  • 21 Pour l’histoire de la direction des Mines, voir André Thépot, « La Direction des Mines », Les Direc (...)

11Depuis 1880, en effet, le service des Mines ne forme pas une entité administrative autonome21. Pour André Thépot, cette époque constitue le moment où le rôle de l’État, dans le domaine industriel, est le plus réduit. Ensuite, les principales concessions minières ont alors été déjà attribuées et les grandes sociétés ont constitué leurs propres services de conseil, si bien qu’elles peuvent se passer des ingénieurs de l’État. La montée en puissance des ingénieurs des Ponts et Chaussées, enfin, notamment en matière de chemins de fer, et le nombre croissant d’ingénieurs des Mines se dirigeant dans le privé ont condamné la direction des Mines.

  • 22 Annuaire du commerce Didot-Bottin, Paris, 1914, p. 197.

12Celle-ci, qui prend le nom de direction des Mines, des Distributions électriques et de l’Aéronautique, aurait été recréée pour contrôler les secteurs de la deuxième révolution industrielle. Cette petite direction est divisée, en effet, en trois bureaux. Le premier bureau règle les demandes de concession et surveille les exploitations minières. Il contrôle également des chemins de fer desservant les mines. Le deuxième bureau est chargé de la surveillance des machines à vapeur et de l’aéronautique. Il est chargé également de la publication de la Statistique annuelle de l’industrie minérale. Le troisième bureau s’occupe des concessions en matière de distribution électrique22.

  • 23 André Thépot note que Paul Weiss n’est pas conseiller d’État, contrairement à son prédécesseur Paul (...)

13Mais une direction des Mines s’imposait également en raison de la remise en cause de la loi de 1810 concernant les concessions minières par l’État et l’arrêt des concessions qui s’est ensuivi depuis 191023.

II. Quelle conception du rôle de l’État dans le domaine minier ?

A. Le régime de 1810 en question : les termes du débat

  • 24 Xavier Bezançon, Les Services publics en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, Par (...)
  • 25 Arch. nat., 637 AP 94. Direction des Mines, « exposé des motifs d’une proposition de loi modifiant (...)

14Les mines sont soumises à une législation particulière, définie par la loi du 21 avril 181024. La propriété du sous-sol est distincte de celle de la surface et est attribuée par l’État en concession. La durée de concession n’est pas limitée, si bien que l’acte de concession fonde une véritable propriété au bénéfice de l’exploitant. Par ailleurs, l’État a abandonné ses droits sur le sous-sol. Il perçoit une redevance, mais n’est pas associé aux bénéfices de la société exploitante. En 1810, l’objectif était d’encourager la prospection minière et son exploitation, afin de tirer le plus grand profit du sous-sol. Or, dès le milieu du xixsiècle, la loi de 1810 est remise en cause afin de réaffirmer les droits de l’État et de la nation sur la richesse tréfoncière25. Cette remise en cause est renforcée par les bénéfices des compagnies minières réalisés pendant la Belle Époque, auxquels l’État reste étranger. Elle s’explique aussi par les progrès des socialistes au Parlement. Avec le régime de 1810, l’administration des Travaux publics est en effet prise en tenailles :

  • 26 Arch. nat., 637 AP 94, note manuscrite de Léon Blum, chef de cabinet du ministre des Travaux public (...)

« si on ne concède pas, on reproche au gouvernement de laisser des mines improductives ; si on concède on lui reproche d’aliéner aux profits de quelques privilégiés la richesse nationale26 ».

  • 27 Id., Exposé des motifs d’un projet de loi modifiant la loi du 21 avril 1810.

15Différents projets sont élaborés, en 1847, en 1860 et 1873, auxquels le Conseil d’État donne un avis défavorable. Sous la Troisième République, pas moins de dix-sept projets ou propositions de loi ont également vu le jour entre 1871 et 1916. Leur échec s’explique par le fait que le Parlement est divisé en deux tendances contradictoires27. Un premier courant, étatiste, s’incarne dans la proposition Ferroul de 1889, qui demande le retour à l’État des concessions minières. En 1894, ces idées ont évolué et Jaurès demande la participation des mineurs aux bénéfices de guerre. Au tournant du siècle, les propositions socialistes oscillent entre ces deux options. Elles mettent en avant l’idée que le gouvernement doit exercer une influence sur la gestion des mines. Celles-ci ne sont plus envisagées comme des biens à concéder à celui qui offre les meilleures garanties pour leur exploitation, mais comme une propriété de la nation, dont l’exploitation doit être surveillée et dont les revenus doivent profiter à tous. Confier l’exploitation d’une partie de ce domaine public constitue une aliénation, qui ne saurait être gratuite. Par ailleurs, dans les mines, le travail des ouvriers est déterminant dans la création de richesse, il est donc juste qu’il soit rétribué en touchant une partie des bénéfices. Ces aspirations ont contrarié les grands intérêts qui tiennent à conserver leurs positions et parviennent à bloquer les projets de réforme jusqu’à la Première Guerre mondiale.

  • 28 Arch. nat., F14 18396, note sur la suspension de la loi du 21 avril 1810 sur les Mines, février 191 (...)
  • 29 Id., Rapport fait au nom de la Commission des Mines par Gustave Dron, annexé au procès-verbal de la (...)

16À la fin du xixsiècle, on découvre que le bassin houiller du Pas-de-Calais se prolonge vers le sud et que celui de Sarrebruck continue également en territoire français, près de Pont-à-Mousson. La législation sur les concessions minières n’ayant pas été revue, certains députés s’élèvent contre toute nouvelle concession de mines avant que le Parlement n’ait été amené à adopter une révision de la loi de 181028. En novembre 1907, Louis Barthou, alors ministre des Travaux publics, s’engage devant la Chambre des députés à ne pas attribuer les nouveaux gisements de houille découverts en Meurthe-et-Moselle avant qu’une nouvelle loi ne soit votée. Mais l’administration des mines continue à concéder dans d’autres régions. Son successeur, Alexandre Millerand, après avoir déposé un projet de réforme de la législation minière, prend à nouveau l’engagement, le 4 juillet 1910, de ne pas concéder de nouvelles mines avant le vote d’une loi qui instaurerait de nouvelles obligations aux exploitants des mines. Le ministre souhaite imposer aux concessionnaires l’alimentation en combustible des usines proches de la mine, le développement des voies de communication utilisées par les produits de la mine et surtout le partage des bénéfices avec les ouvriers de la mine. Par ailleurs, la commission des Mines de la Chambre des députés estime que l’État doit être également intéressé au partage des bénéfices des exploitations minières29.

  • 30 Id., lettre du préfet du Nord du 28 janvier 1911, citée en annexe de la note de février 1911.

17Dès ce moment, l’examen des demandes de concessions est arrêté et aucune concession de mine n’est attribuée. Cette suspension s’étend aux autres départements et aux gisements de toute nature. En février 1911, cent cinquante-deux demandes de mines sont en attente, alors même que la France manque de charbon et est tributaire de l’étranger pour ses approvisionnements. Cette attente occasionne des plaintes des demandeurs, mais aussi des préfets, qui insistent sur le préjudice causé par cette situation sur le développement économique de leur département30. Par ailleurs, en refusant, sur la seule décision de son ministre, l’application d’une loi existante, qui a été promulguée, l’administration des Travaux publics se place dans l’illégalité.

B. La position de Paul Weiss en 1901

18La réforme du régime minier est donc urgente et engendre des projets, auxquels Paul Weiss a apporté sa pierre. À partir de 1910, il est secrétaire du Conseil général des mines et est ainsi présent aux séances de l’institution consacrées aux différents projets de réforme.

  • 31 Paul Weiss, L’Exploitation des mines par l’État, mines fiscales de la Prusse et régime minier franç (...)
  • 32 Richard Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France : modernisation et dirigisme au xxe siècle, Pari (...)

19Il a surtout consacré sa thèse de doctorat à l’étude comparée des régimes miniers de la France et de la Prusse. Aussi en vient-il à se demander quel doit être le rôle de l’État dans l’exploitation minière. Pour lui, cette intervention est nécessaire, afin de préserver au mieux les trois intérêts en présence : ceux des propriétaires de mines, ceux des mineurs et ceux de la nation. C’est dans le dernier chapitre qu’il expose quelles devraient être les modalités de cette intervention en France, en précisant que son « expérience pratique des mines31 » a inspiré ses conceptions. Celles-ci reflètent « l’ordre libéral de 190032 ».

  • 33 P. Weiss, L’Exploitation des mines…, op. cit., p. 107.
  • 34 Id., p. 108.

20Weiss se dit en effet convaincu que : « le meilleur garant de l’économie dans l’exploitation est l’intérêt même de l’exploitant. Mais il faut pour cela qu’il ait confiance dans l’avenir, qu’il n’ait d’autre souci que d’exploiter sa mine en bon père de famille et qu’il ne songe point à faire de son industrie une spéculation brillante, mais éphémère ». Pour lui, l’exploitation des mines de charbon doit ainsi être organisée avant tout pour obtenir le meilleur parti du potentiel énergétique de la France et non pour dégager le plus de bénéfices. La France dépend de l’importation étrangère pour un tiers de sa consommation de charbon et il convient avant tout de limiter la balance commerciale énergétique. Contrairement à la Prusse, « les passions politiques sont trop vives33 » en France pour que l’exploitation soit conduite par l’État. Au contraire, selon lui, ce sont les exploitants qui doivent diriger l’exploitation et le commerce de charbon. Il plaide pour la constitution d’une « association pour la vente, loyalement et publiquement organisée, ayant en vue non seulement l’intérêt immédiat des houillères, mais songeant aussi à l’avenir et à l’intérêt général34 ». Cette association serait utile pour réguler le commerce de charbon et éviter les abus, notamment en temps de crise.

  • 35 Id., p. 111.

21L’État jouerait un rôle indirect. Il veillerait à supprimer les abus et à développer la concurrence, y compris avec le charbon étranger, par des accords commerciaux avec d’autres pays. L’État doit également s’efforcer de développer la production, par l’exploration de bassins mais aussi en augmentant le rendement des mines par une surveillance plus stricte des installations. Enfin, sa troisième attribution consisterait à limiter la consommation de charbon, à la fois en développant la houille blanche et en éduquant la population à l’économie, en rappelant que « la houille est une provision de force léguée par les siècles passés, mais que ne renouvelleront pas les siècles futurs35 ». Il ne s’agit pas là d’un argument écologiste avant l’heure, mais plutôt l’insistance sur une consommation plus juste et plus rationnelle d’une ressource dont l’approvisionnement dépend de l’étranger.

22Pour assurer les meilleures conditions d’exploitation et la sécurité nécessaire de l’exploitant, il est également indispensable de garantir la perpétuité des concessions. Weiss rappelle, sans doute en exagérant, que l’exploitation du charbon est une entreprise hasardeuse, qui engendre de nombreux travaux imprévus et demande des capitaux importants. Certaines mines sont rentables très vite, d’autres au bout de nombreuses années. Or on ne saurait faire des concessions des jeux de hasard. Par ailleurs, il craint que certains directeurs de mine n’arrêtent les travaux d’entretien et de réparation lorsque leur concession arrivera à échéance, pour gonfler les bénéfices.

23En définitive, le régime de 1810 doit être réformé, mais pas révolutionné. Il est légitime que l’État se réserve une part des bénéfices de la mine. Mais il est nécessaire de maintenir l’encouragement à l’industrie, qui était à la base de la loi de 1810, et donc de maintenir la perpétuité des concessions. Tous les moyens techniques doivent être au service de la production et de la consommation, la France étant tributaire de l’étranger pour un tiers de sa consommation. Derrière des considérations juridiques et techniques, c’est donc bien un souci économique qui prédomine, celui de modérer le déficit énergétique de la France à l’étranger et donc d’assurer le meilleur emploi du potentiel énergétique de la nation.

  • 36 Arch. nat., 637 AP 94.
  • 37 Ilan Greilsammer cite une lettre de remerciement de Loucheur adressée à Blum, signée du 2 novembre (...)

24Paradoxalement, il ne semble pas qu’il ait pu développer ses vues dans un projet de loi. Le seul projet du ministère des Travaux publics sur la question, quand Weiss dirigeait la direction des Mines, date de 1916. Il est dicté par les circonstances – la pénurie qui frappe la France pendant la guerre –, mais est dû beaucoup plus au chef de cabinet du ministre, Léon Blum, qu’au directeur des Mines lui-même. Ce texte renforce les droits de l’État sur les mines36 et est donc contraire aux idées de Weiss en 1901. Il servira de base de travail au ministre de l’Armement, Louis Loucheur en 191737. Remanié par les parlementaires, le texte deviendra la loi de septembre 1919 définissant un nouveau régime des mines.

III. Un rôle stratégique pendant la Première Guerre mondiale

A. Un conseiller technique du ministre

25Entre 1911 et juillet 1914, pas moins de neuf ministres des Travaux publics se succèdent : Louis Puech, puis Charles Dumont, Jean Augagneur, Jean Dupuy, Joseph Thierry, Fernand David, Jean Dupuy à nouveau, René Renoult, Marcel Sembat enfin. Cette instabilité, ajoutée à l’ignorance par ces ministres des affaires en cours, le plus souvent assez techniques, renforce le rôle des hauts fonctionnaires du ministère, qui assurent le suivi des affaires.

26Marcel Sembat a pris le portefeuille des Travaux publics le 26 août 1914. Il reste en poste deux ans et demi, jusqu’en décembre 1916. C’est donc avec lui que Weiss travaille le plus étroitement, d’autant que le ravitaillement en charbon va s’avérer la préoccupation principale du ministre. Sembat est arrivé au gouvernement comme représentant du parti socialiste, dans le contexte de l’Union sacrée, au début de la Première Guerre mondiale. Il n’a jamais été spécialisé dans les questions relatives aux transports ou aux mines. Sa présence au gouvernement est donc essentiellement politique. Elle est un gage de confiance adressé par le gouvernement aux puissants syndicats des chemins de fer et des mines, afin d’éviter les grèves, au moment où ces secteurs sont stratégiques pour la poursuite de la guerre.

27À l’été 1914, on croit que la guerre sera courte, aussi Sembat pense-t-il que sa participation au gouvernement ne durera au plus que quelques mois. Son cabinet, dirigé par Léon Blum, alors auditeur au Conseil d’État, ne comprend donc pas d’expert dans les questions techniques. Sembat lui-même le déplore dans ses carnets intimes, le 8 octobre 1916, au moment où la crise du charbon se développe :

  • 38 Marcel Sembat, Les Cahiers noirs. Journal, 1905-1922, Paris, Ed. Viviane Hamy, 2008, p. 598-599.

« Blum est parfait pour la direction générale et la préparation des textes législatifs ; Weiss avec ses frasques donne beaucoup d’activité un peu désordonnée, mais efficace par à-coups ; mais il me manque une bonne cervelle industrielle ou commerçante38 ».

28Il ajoute avoir pensé à Jules Elby, le directeur général de la Compagnie des mines de Bruay.

  • 39 Arch. nat., 637 AP 82, rapports du directeur des Mines pour le ministre, 21 et 22 novembre, 1er et (...)
  • 40 Arch. nat., C 7761, procès-verbaux des séances de la Commission des Mines de la Chambre des députés (...)
  • 41 Archives du Sénat, registre 1706, procès-verbaux de la Commission chargée d’examiner la taxation de (...)
  • 42 Arch. nat., C 7759, Commission du Budget de la Chambre des députés, audition de Sembat, Weiss, Laca (...)

29Le directeur des Mines est ainsi complètement intégré à l’équipe de Sembat sur toutes les questions relatives au charbon. Il tient le ministre au courant de la situation de l’approvisionnement de la France par des rapports décadaires39. Il accompagne également le ministre, à cinq reprises sur douze, pour expliquer sa politique devant la Commission des mines de la Chambre des députés, entre novembre 1915 et décembre 191640, et une fois devant la commission de taxation des denrées du Sénat41. Le 8 novembre 1916, il est entendu par la commission du Budget de la Chambre, dans une audition qui réunit également des ministres, Sembat et l’amiral Lacaze, le ministre de la Marine42.

B. Les attributions nouvelles du ministère des Travaux publics pendant la guerre

  • 43 Pierre Chancerel, Les Travaux publics sous le ministère de Marcel Sembat, thèse pour le diplôme d’a (...)

30En modifiant les conditions d’approvisionnement de la France en charbon, la Première Guerre mondiale a transformé profondément le rôle du ministère des Travaux publics43. Celui-ci est désormais responsable de l’approvisionnement de la France en charbon. Or la situation est difficile. La moitié des mines du Nord et du Pas-de-Calais ont été envahies par l’Allemagne ; la France ne reçoit plus de charbon de l’Allemagne et de la Belgique envahie, qui en ont fourni, en 1913, respectivement six et quatre millions de tonnes. Enfin, la mobilisation a enlevé aux mines françaises un nombre important de mineurs. Certes, le ralentissement de la vie économique entraîne une diminution de la consommation, qui passe de soixante millions de tonnes à quarante millions. Mais, parallèlement, la production chute de quarante à vingt millions de tonnes et c’est l’Angleterre qui doit fournir le tonnage manquant. Celle-ci a vendu dix millions de tonnes à la France en 1913. Il faut donc doubler l’importation d’outre-Manche, alors que les ports ne sont pas équipés pour recevoir autant de charbon et que la main-d’œuvre et les moyens de transport manquent. Cette pénurie, parfois associée à la spéculation, a un effet sur les prix du charbon, qui augmentent dès 1915. Au mois de juillet de cette année, les exploitants de mines français acceptent de bloquer leurs prix. Mais le cours du charbon anglais, pas limité, continue de monter. La dualité des prix du charbon achève de perturber le marché et de dérégler les transports ferroviaires, certaines industries du littoral atlantique préférant faire venir de la houille des mines du Massif central plutôt que d’acheter le charbon anglais débarqué dans les ports, plus proche mais plus onéreux.

  • 44 Pierre Renouvin, Les Formes du gouvernement de guerre, Paris, Presses universitaires de France, 192 (...)
  • 45 Arch. nat., F14 18955.
  • 46 Arch. nat., AJ26 1, Rapport du directeur des Mines au ministre des Travaux publics, 12 avril 1916.

31Dès l’année 1915, la France est donc plongée dans la « crise du charbon », qui devient le principal souci du ministre et qui contribue sans doute à le rapprocher de son directeur des Mines. Celui-ci devient l’un des organisateurs d’une économie de guerre dans le domaine des combustibles minéraux. Ce rôle s’exerce d’abord par sa participation à différents comités qui assurent la marche de l’économie en temps de guerre. C’est cette forme qui a été choisie en priorité pour faire face aux nouvelles tâches de l’administration, en faisant appel au personnel des administrations centrales44. L’administration des Travaux publics n’achète pas la houille destinée au ravitaillement du pays, mais exerce une tutelle de plus en plus stricte sur le marché du charbon, par l’intermédiaire d’organismes ad hoc. En août 1915, Paul Weiss prend ainsi la direction de la commission militaire des mines, qui réunit des ingénieurs des Mines et des militaires et qui est chargée de lever les réquisitions de charbon et de renvoyer à la mine les mineurs qui ont été mobilisés45. Auparavant, il a été nommé membre de la commission de répartition des combustibles, chargée de définir les établissements devant être livrés en charbon en priorité. Il fait également partie de la commission de fixation des prix, instituée en février 1916 pour définir les prix auxquels doivent être vendus les charbons achetés par les Chemins de fer de l’État. Surtout, dans un rapport du 12 avril 191646, Weiss montre la nécessité de regrouper tous ces organismes pour en assurer une coordination. Le même jour est créé le Bureau national des charbons (BNC), véritable instrument de la politique charbonnière de la France pendant le reste de la guerre, dont Weiss est le premier directeur. Cet organisme vise trois objectifs : un meilleur rendement de l’importation, l’établissement de priorité de livraisons pour satisfaire les besoins les plus urgents et un contrôle des prix. Il est chargé de centraliser les demandes d’importation de charbon et de choisir celles qui seront autorisées, en délivrant des licences d’importation. Le BNC exerce donc un contrôle sur l’ensemble du marché du charbon, soit par l’achat de quantités destinées aux services publics, soit par cette tutelle sur les importations.

32Paul Weiss est également associé à la préparation des projets de loi. À la fin de l’année 1915, Sembat et son cabinet souhaitent supprimer l’écart de prix entre les charbons anglais et français, tout en réservant du charbon bon marché pour la consommation domestique. Tandis que Léon Blum envisage un prix uniforme pour tous les consommateurs français, Weiss souhaite faire fonctionner les organismes déjà existants et s’appuyer sur le réseau des distributeurs de charbon. Son projet reflète sans doute des conceptions plus frileuses quant à l’intervention de l’État dans l’économie et son souci de s’appuyer le plus possible sur les compagnies houillères. Il témoigne également des contacts qu’il entretient avec les mines, et notamment avec Henry de Peyerimhoff, le secrétaire général du Comité des houillères de France, qui a participé à l’écriture du texte. Le directeur des Mines constitue ainsi une interface entre les ingénieurs, le monde politique et les industriels, d’être au cœur d’un réseau dans le domaine minier.

C. Un haut fonctionnaire en disgrâce

  • 47 « Un Homme populaire », L’œuvre, 20 décembre 1916.
  • 48 Annales de la Chambre des députés, discours de Charles Bernard, 30 janvier 1917, p. 205.

33Accusé d’être responsable de la pénurie de charbon qui touche la France dès l’automne 1916, Sembat subit des critiques, aussi bien dans la presse que parmi les parlementaires. Les reproches concernant le bilan de son ministère semblent contradictoires, puisqu’on lui reproche à la fois son imprévoyance et son ingérence dans le marché du charbon. Mais les considérations politiques ne sont pas absentes. En visant le ministre des Travaux publics, c’est tout le gouvernement Briand qu’on espère faire tomber. Paul Weiss est également la cible des critiques. Ainsi, en décembre 1916, il fait l’objet d’un filet en première page de L’Œuvre, où on raconte qu’il a assisté à une séance de la Chambre des députés, seul homme au milieu de femmes venues écouter l’éloquence d’Aristide Briand. Dès qu’on le reconnut, « la foule des couloirs accourut pour le conspuer, et il s’enfuit sous les huées47 ». Un peu plus tard, à la tribune de la Chambre, le député Charles Bernard l’accuse de conflit d’intérêt48. Il explique que l’Office départemental des charbons, créé à Paris quand Marcel Sembat était ministre, prélèvera cinquante centimes par tonne de charbon distribuée, ce qui lui permet d’espérer des profits juteux. Or, parmi ses administrateurs, se trouve Eugène Weiss, le frère de l’ancien directeur des Mines, qui travaille pour les Chemins de fer de l’État. Ces accusations sont non fondées, le bénéfice éventuel servira à abaisser le prix du charbon et Eugène Weiss a accepté d’administrer cet organisme gratuitement. Mais ces exemples témoignent de la violence des attaques portées contre Weiss et, corrélativement, de ses liens avec le ministre des Travaux publics, qu’il s’agit de discréditer. Ils montrent aussi que, haut fonctionnaire chargé de l’approvisionnement du charbon, Paul Weiss n’est plus à l’abri des crises ministérielles. L’économie de guerre a provoqué le recours croissant à des spécialistes, des techniciens, appelés au gouvernement ou dans les administrations centrales. Autant que les hommes politiques, les ministres, ceux-ci sont désormais pleinement responsables devant le Parlement et l’opinion publique, dont ils doivent désormais affronter les critiques.

  • 49 Arch. nat., 637 AP 95, déposition de M. Herriot devant la commission de taxation, 28 décembre 1916.

34Sembat quitte le gouvernement à la chute du gouvernement Briand, le 12 décembre 1916. La première mesure de son successeur, Édouard Herriot, est de remplacer le directeur des Mines, officiellement pour son « manque de tactique » et son « absence d’ordre et de décision49 ». Dans ses mémoires, Louise Weiss relate la première conversation entre Herriot et Weiss :

  • 50 L. Weiss, Une petite fille…, op. cit., p. 250.

« Soucieux de sa réputation d’élu au grand cœur, Édouard Herriot avait aussitôt convoqué mon père et, sans écouter la moindre explication, l’avait admonesté :
– Nos veuves de guerre, nos pupilles de la nation, ont déjà bien assez froid au cœur. Je leur assurerai, moi, le droit que vous leur avez dénié : celui de vivre au chaud. C’est sur mon dos que je porterai à vos victimes leurs sacs de charbon, si vous ne les leur portez sur le vôtre.
À quoi mon père, exaspéré, lui avait rétorqué :
– Les radicaux n’ont, en effet, jamais été que des bougnats.
Édouard Herriot avait alors relégué mon père dans les tréfonds du ministère où il se serait morfondu si quelques amis ne l’avaient constamment rappelé au sentiment de sa valeur qui était grande50. »

  • 51 M. Sembat, Les Cahiers…, op. cit., p. 621.
  • 52 Id., p. 628, 632, 648, 666, 670, 706, 731.

35Il semble que Weiss ait gardé des liens avec Sembat après son départ de la direction des Mines, signe que le fonctionnaire et l’homme politique avaient noué des relations fortes. Dans ses carnets, Sembat écrit, le 13 février 1917, que Weiss l’a rejoint dans son chalet de Chamonix, où il le tient au courant de la campagne de presse qui se poursuit51. Les notes font état de plusieurs entretiens entre les deux hommes jusqu’en 191952.

  • 53 Arch. nat., F14 11635.
  • 54 Arch. nat., AJ26 2, Comité consultatif des mines et commission centrale des mines.
  • 55 Voir Charles Vieu, « L’œuvre industrielle », dans M. Boegner et alii, Paul Weiss…, op. cit., p. 21- (...)
  • 56 A. Thépot, Les ingénieurs des Mines…, op. cit., p. 456-457.
  • 57 Arch. nat., AJ26 110, note de l’Association des ingénieurs des Ponts et Chaussées et des Mines sur (...)

36Après son éviction de la direction des Mines, Paul Weiss est chargé de plusieurs missions par Herriot, afin d’étudier les moyens d’intensifier l’importation d’Angleterre et de remettre en état les mines des régions envahies53. Il est également membre de différentes commissions destinées à établir un régime transitoire avant le retour à un marché libre du charbon54. Par ailleurs, il continue d’assurer ses cours à l’École des mines jusqu’en 1923. En 1918, il est rentré au service de la Compagnie des mines de Noeux-Vicoigne et Drocourt comme ingénieur-conseil55. À la fin de la guerre, de nombreux ingénieurs des Mines rejoignent en effet l’industrie. Leurs compétences techniques et administratives sont recherchées par les compagnies privées56, mais il semble également que ces décisions soient prises en réaction à un traitement devenu insuffisant57.

37Weiss travaille au service de cette compagnie jusqu’en 1930. C’est lui qui organise la reconstruction des mines. Il les dote d’importants bâtiments de surface : une centrale électrique, des fours à coke. Il travaille également à la valorisation des charbons grâce à une industrie chimique bâtie à proximité des sièges d’extraction. Poursuivant ses recherches scientifiques, il parvient à créer un anthracite synthétique. Enfin, il développe des réseaux de transport électrique et de gaz pour approvisionner les mines.

Conclusion

38La carrière de cet ingénieur semble donc avoir été classique de celle d’un ingénieur des Mines au tournant du xxsiècle. Ses conceptions sont marquées par le pragmatisme, la recherche de l’intérêt général et le libéralisme. Mais il faut souligner aussi ses capacités d’adaptation et de remise en cause, notamment face à une situation inédite, telle qu’elle se présente dès 1914-1915.

39Il convient, enfin, de mettre en lumière le rôle pris par Weiss dans la définition de cette politique. Il est devenu un des symboles de cette intrusion de l’État dans le marché du charbon, le chef de file de ces fonctionnaires qui veulent s’aviser de faire du commerce et qui provoquent les foudres des tenants du libéralisme. Son éviction montre à la fois le pouvoir et la responsabilité qu’il a pris, et le fait qu’en 1916, la nécessité d’une économie de guerre et d’un renversement du paradigme libéral n’a pas encore pleinement été acceptée dans la société française.

Notes

1 Arch. nat., C7723. Devant la commission d’enquête sur la métallurgie pendant la guerre, l’ancien directeur des Mines déclare, le 21 mars 1919, qu’il « n’[a] pas les documents, mais [qu’]il serait facile de les retrouver aux archives du ministère des Travaux Publics ».

2 Ils forment la sous-série 637 AP.

3 Arch. nat., F14 11635.

4 La famille a regroupé plusieurs témoignages dans un fascicule imprimé après sa mort : Marc Boegner, Fernand Manesse, Charles Vieu, M. Chavane, Paul Weiss, 1867-1945, Paris, Imprimerie de Gauthier-Villars, 1946, 29 p.

5 Louise Weiss, Une petite fille du siècle, Paris, Albin Michel, 1978, 316 p.

6 L. Weiss, Une petite fille…, op. cit., p. 71.

7 M. Boegner, Paul Weiss…, op. cit., p. 3.

8 André Thépot, Les ingénieurs des Mines au xixsiècle, histoire d’un corps technique d’État, 1810-1914, t. 1, Paris, Eska, Institut d’histoire de l’industrie, 1998, p. 60.

9 Paul Weiss, Le Cuivre, origine, gisements, propriétés physiques et chimiques, métallurgie… marché du cuivre, principales applications… alliages industriels, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1894, p. V.

10 L. Weiss, Une petite fille…, op. cit., p. 146.

11 Annales de la Chambre des députés, discours de Marcel Sembat, séance du 15 novembre 1916, p. 2391.

12 Paul Weiss et René Étienne, Mines, minières et carrières, Paris, Dupont, 1904, 117 p.

13 Paul Weiss et Fernand Payen, De la Concurrence en matière de distributions d’énergie électrique, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1911, 64 p.

14 Vincent Bellanger, « Ernest Cuvelette, un ingénieur des Mines parmi d’autres ? », Travailler à la mine, une veine inépuisée, Arras, Artois presses université, 2003, p. 216-217.

15 A. Thépot, Les ingénieurs des Mines…, op. cit., p. 208.

16 Il rédige un mémoire pour le préfet de la Seine, peu après un effondrement survenu rue Tourlaque, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, en 1910, afin d’en exposer les causes et de proposer un programme de travaux de sécurité.

17 Louise Weiss, « Paul Weiss », texte publié dans le numéro du Bulletin de l’association des anciens élèves de l’École des mines de Paris, à l’occasion du centenaire de la création de l’Association, consultable en ligne, http://annales.org/archives/x/weiss.html.

18 Jean-Pierre Williot, « Le Vacillement des élites : les ingénieurs des Mines face à la catastrophe de Courrières », Courrières, aux risques de l’histoire : 10 mars 1906, actes du colloque international, 9, 10 et 11 mars à Billy-Montigny, textes réunis par Denis Varaschin et Ludovic Laloux, Vincennes, GRHEN, 2006, p. 278-279.

19 L. Weiss, Une petite fille…, op. cit., p. 88-89.

20 Arch. nat., F14 11635.

21 Pour l’histoire de la direction des Mines, voir André Thépot, « La Direction des Mines », Les Directeurs de Ministère en France (xixe-xxe siècles), colloque organisé par l’Institut français des sciences administratives et par la IVe Section de l’École des hautes études, Genève, Droz, 1976, p. 122-129.

22 Annuaire du commerce Didot-Bottin, Paris, 1914, p. 197.

23 André Thépot note que Paul Weiss n’est pas conseiller d’État, contrairement à son prédécesseur Paul Henriot, et aux directeurs des Chemins de fer et des Routes et de la Navigation, au ministère des Travaux publics. Son expérience en matière juridique lui a sans doute permis de pallier cette absence.

24 Xavier Bezançon, Les Services publics en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1998, p. 338-340.

25 Arch. nat., 637 AP 94. Direction des Mines, « exposé des motifs d’une proposition de loi modifiant la loi de 1810 ».

26 Arch. nat., 637 AP 94, note manuscrite de Léon Blum, chef de cabinet du ministre des Travaux publics, sur la nécessité de faire une nouvelle loi réglementant le régime minier.

27 Id., Exposé des motifs d’un projet de loi modifiant la loi du 21 avril 1810.

28 Arch. nat., F14 18396, note sur la suspension de la loi du 21 avril 1810 sur les Mines, février 1911.

29 Id., Rapport fait au nom de la Commission des Mines par Gustave Dron, annexé au procès-verbal de la séance du 14 mars 1910.

30 Id., lettre du préfet du Nord du 28 janvier 1911, citée en annexe de la note de février 1911.

31 Paul Weiss, L’Exploitation des mines par l’État, mines fiscales de la Prusse et régime minier français, Paris, A. Rousseau, 1901, p. 116.

32 Richard Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France : modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, Gallimard, 1984, p. 27.

33 P. Weiss, L’Exploitation des mines…, op. cit., p. 107.

34 Id., p. 108.

35 Id., p. 111.

36 Arch. nat., 637 AP 94.

37 Ilan Greilsammer cite une lettre de remerciement de Loucheur adressée à Blum, signée du 2 novembre 1917 (Ilan Greilsammer, Blum, Paris, Flammarion, 1996, p. 218).

38 Marcel Sembat, Les Cahiers noirs. Journal, 1905-1922, Paris, Ed. Viviane Hamy, 2008, p. 598-599.

39 Arch. nat., 637 AP 82, rapports du directeur des Mines pour le ministre, 21 et 22 novembre, 1er et 12 décembre 1916.

40 Arch. nat., C 7761, procès-verbaux des séances de la Commission des Mines de la Chambre des députés, 1914-1919.

41 Archives du Sénat, registre 1706, procès-verbaux de la Commission chargée d’examiner la taxation des denrées, séance du 22 mars 1916.

42 Arch. nat., C 7759, Commission du Budget de la Chambre des députés, audition de Sembat, Weiss, Lacaze, Gassouin, 8 novembre 1916.

43 Pierre Chancerel, Les Travaux publics sous le ministère de Marcel Sembat, thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, École des Chartes, sous la direction de Bruno Belhoste et Christine Nougaret, 2008, 449 p.

44 Pierre Renouvin, Les Formes du gouvernement de guerre, Paris, Presses universitaires de France, 1925, p. 55.

45 Arch. nat., F14 18955.

46 Arch. nat., AJ26 1, Rapport du directeur des Mines au ministre des Travaux publics, 12 avril 1916.

47 « Un Homme populaire », L’œuvre, 20 décembre 1916.

48 Annales de la Chambre des députés, discours de Charles Bernard, 30 janvier 1917, p. 205.

49 Arch. nat., 637 AP 95, déposition de M. Herriot devant la commission de taxation, 28 décembre 1916.

50 L. Weiss, Une petite fille…, op. cit., p. 250.

51 M. Sembat, Les Cahiers…, op. cit., p. 621.

52 Id., p. 628, 632, 648, 666, 670, 706, 731.

53 Arch. nat., F14 11635.

54 Arch. nat., AJ26 2, Comité consultatif des mines et commission centrale des mines.

55 Voir Charles Vieu, « L’œuvre industrielle », dans M. Boegner et alii, Paul Weiss…, op. cit., p. 21-26.

56 A. Thépot, Les ingénieurs des Mines…, op. cit., p. 456-457.

57 Arch. nat., AJ26 110, note de l’Association des ingénieurs des Ponts et Chaussées et des Mines sur l’augmentation et l’extension des indemnités allouées aux ingénieurs des Mines, 22 novembre 1920.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search