Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Ressources energétiques et minérales : contrôle et ‎régulation

Sécurité économique et apport de Maurice Allais à la politique énergétique française

Martin Chick

Texte intégral

1En écoutant les différentes communications qui se sont succédé tout au long de la journée, j’ai été frappé par le fait que la question de la sécurité, sous ses différents aspects, a été une préoccupation constante. Dans la présentation de Jean-Philippe Passaqui, la sécurisation et la sécurité des sources nationales de carburants sont revenues de manière récurrente ; la sécurité et l’économie politique de l’énergie nucléaire ont constitué aussi les bases de l’exposé d’Alain Beltran ; enfin, la découverte et l’exploitation de sources de carburants ont été le thème central de la communication de Stéphanie Samson. Le thème de la sécurité est apparu aussi en filigrane dans les exposés d’Alan Bryden et Pierre Chancerel, qui ont souligné le souci permanent de développer des capacités techniques en vue d’optimiser l’utilisation efficace des sources et des formes potentielles d’énergie. En résumé, il est difficile de ne pas aborder la question de la sécurité quand on parle de la politique des carburants et de l’énergie.

2La sécurité physique de l’approvisionnement retient tout particulièrement l’attention – ce qui a pour effet de favoriser les sources d’approvisionnement nationales, mais encourage également la découverte et la sécurisation des sources de carburants en mer. Si l’attention accordée à l’approvisionnement et à la production de carburants et d’énergie est compréhensible, l’expérience montre, en revanche, que le maillon faible de la sécurité réside davantage dans le transport des carburants que dans leur production. Les crises de Suez, en 1956 et 1967 – lorsque l’Égypte, qui n’était pas un pays producteur de pétrole, avait bloqué le canal de Suez –, étaient des crises du transport, et non pas des crises de production. Même si les utilisateurs ont subi les chocs des hausses des prix de l’OPEP de 1973 et 1979, il ne s’agissait que de restrictions d’approvisionnements limitées, qui ont été exacerbées par les spéculations sur le pétrole et n’ont pas entraîné de hausse durable des prix du pétrole. Les gouvernements s’inquiètent inévitablement de la sécurité physique de l’approvisionnement en carburants ; en effet, depuis Aristote, la sécurité intérieure constitue la principale préoccupation légitime de l’État. Les économistes ont pourtant tendance à aller plus loin et à soulever l’embarrassante question du coût de la sécurité des carburants.

3Ceci me rappelle fortement les travaux réalisés par Maurice Allais dans la deuxième moitié des années 1940 puis à partir de 1958, alors que les pénuries de charbon d’après-guerre avaient laissé place aux excédents. Au cours des années qui suivirent immédiatement la guerre, les responsables français associèrent étroitement la question de la sécurité nationale du pays à celle de sa puissance économique. Ainsi, le constat que, sans modernisation économique, la France serait incapable d’atteindre l’objectif de sécurité nationale militaire qu’elle s’était fixée a été l’une des principales raisons qui ont conduit le Quai d’Orsay à défendre ardemment le plan Monnet (1946) et le ministère de la Production nationale contre les attaques du ministère des Finances.

4Tandis que le Quai d’Orsay s’inquiétait de la sécurité de la France face aux menaces extérieures, M. Allais et d’autres ont commencé à élaborer les bases de la future croissance économique de la France. M. Allais a été élu, le 24 novembre 1944, par 23 votes contre 5 à la chaire d’Économie générale et industrielle de l’École nationale supérieure des mines de Paris (ce qui était son nom à l’époque). Ce fut pour lui l’occasion d’enseigner l’approche économique qu’il avait développée et exposée dans un document de près de 1 000 pages intitulé À la Recherche d’une Discipline économique. Écrit entre janvier 1941 et juillet 1943, publié à l’origine sous forme dactylographiée et financé par souscription, ce texte épousait l’approche marginale de l’allocation des ressources au sein de l’économie. Cette approche était plus particulièrement pertinente dans le cas des industries récemment nationalisées, pour lesquelles il convenait d’adopter des critères de tarification et d’investissement clairs. M. Allais s’est lui-même exprimé, en détail, sur les principes, les critères et les mécanismes susceptibles de guider l’allocation de ressources dans les mines de charbon nouvellement nationalisées. Dans un article de 116 pages publié en deux parties dans les Annales des mines, M. Allais a notamment défendu l’idée d’une fixation des prix en fonction du coût marginal pour les mines de charbon françaises nationalisées, les Charbonnages de France. Son influence a toujours été relative. Il a connu davantage de succès dans son rôle de professeur. Il a formé une jeune génération de brillants ingénieurs-économistes qui allaient ensuite occuper des postes à responsabilités au sein des universités et à EDF. M. Allais (avec Auguste Detœuf) a notamment fondé un centre d’enseignement et de discussions, le Groupe de recherche économique et sociale (GRECS) en 1945 : ce groupe est resté en activité jusqu’en 1969. Pendant les dix premières années, quasiment, ce groupe s’est réuni au premier étage du café Céron, place Saint-Sulpice, puis à l’École des mines. Au nombre des étudiants venus écouter M. Allais exposer son approche marginale, en cette période d’après-guerre, figuraient, outre Marcel Boiteux, Gérard Debreu – admis tous deux à l’École normale supérieure en 1941 – et Gabriel Dessus. M. Allais entretenait également de bonnes relations avec Pierre Massé, directeur de l’équipement à EDF, ainsi qu’avec Auguste Detœuf d’Alsthom. C’est M. Allais qui a encouragé Gérard Debreu à accepter un poste aux États-Unis, où il allait mener toute sa carrière, recevant le prix Nobel en 1983 pour sa contribution à la théorie de l’équilibre général, cinq ans avant que M. Allais (1988) n’en soit le lauréat. Pendant quelques années, Gérard Debreu s’est intéressé aux questions de tarification, publiant ses travaux sur le problème des subventions à caractère fiscal en 1952 avant de collaborer avec Kenneth Arrow sur une théorie de la valeur qui intégrait le temps de production d’une matière première. Gabriel Dessus allait devenir, quant à lui, l’un des principaux chantres de l’approche marginale, et une figure dominante des conférences internationales d’après-guerre sur les approches de la tarification des entreprises publiques, faisant preuve d’une habilité particulière pour expliquer les questions de l’approche marginale sous forme de paraboles accessibles.

5L’application d’une nouvelle approche marginale à l’allocation de ressources et l’enseignement de ce message aux futurs décideurs en France et à l’étranger ont constitué une réalisation majeure, et une contribution significative à la réussite et à la rationalisation du développement d’EDF, notamment. En termes de sécurité, ils devaient aider à obtenir une allocation rationnelle et efficace des ressources rares. Les contributions majeures de Pierre Massé et de Marcel Boiteux ont, quant à elles, permis d’appliquer les approches marginales à la tarification et aux investissements d’EDF, comme en témoignent La Note Bleue (investissement) et Le Tarif Vert (tarification), élaborés dans les années 1950. Mais à peine ces approches de l’investissement et de la tarification de l’électricité venaient-elles d’être reconnues, que la politique énergétique d’après-guerre de la France se trouvait confrontée à un défi majeur.

6En 1958, a pris fin la période de pénurie de charbon qu’avait connu l’économie européenne durant les premières années ayant suivi la guerre. À cette époque, non seulement la production de charbon a augmenté, mais le substitut du pétrole était de plus en plus utilisé, son prix relatif ayant diminué. S’est alors immédiatement posée en France la question de savoir comment il convenait de gérer l’industrie nationale du charbon. Devait-elle être protégée en sa qualité de source de carburant nationale sûre et de moyen de réduire la dépendance vis-à-vis des importations de pétrole ? Ce fut une des questions, parmi tant d’autres, auxquelles le nouveau ministre de l’Industrie, Jean-Marcel Jeanneney, eut à répondre. Nommé par le Premier ministre, Michel Debré, aux débuts de la Ve République, J.-M. Jeanneney était un jeune professeur d’économie (1951-1958) à la faculté de droit et d’économie à Paris, et l’auteur des textes juridiques et économiques Économie et droit de l’électricité, en 1950, et Forces et faiblesses de l’économie française, en 1956. Plus important encore, il adhérait à l’approche marginale et était disposé à participer aux travaux sur l’orientation future de la politique énergétique française. J.-M. Jeanneney a ainsi participé à une série de séminaires sur la politique énergétique organisés par M. Allais au cours de l’année 1960. À la fin de chaque séminaire, auxquels des leaders des principales industries du carburant et de l’électricité assistaient et participaient, M. Allais présentait systématiquement une synthèse des principales questions traitées, proposant des orientations précises sur la façon d’appréhender ces thèmes selon l’angle de l’approche marginale. Ces séminaires ont fourni un cadre très utile à la réévaluation de la politique énergétique française initiée en juin 1959 par J.-M. Jeanneney qui, à cette occasion, a accordé un rôle important à la section Énergie du Conseil économique et social (CES), organe consultatif auprès du gouvernement. Maurice Allais et Marcel Boiteux d’EDF figuraient au nombre des membres de la section Énergie du CES. Lors des débats de la section Énergie du CES, J.-M. Jeanneney a signifié son adhésion à l’approche marginale de la réévaluation de la politique énergétique française, espérant que le CES l’adopterait, encourageant explicitement ses membres à faire table rase du passé et à se concentrer sur le prix marginal plutôt que sur le prix basé sur le coût moyen. Le rapport de la section Énergie du CES, du 15 octobre 1959, était organisé autour de ces thèmes et a constitué le fondement de ce qui fut par la suite plus communément appelé le « Plan Jeanneney », plan qui prévoyait d’importantes réductions d’effectifs et la fermeture de puits de charbon en France. Le 21 juin 1960, J.-M. Jeanneney a annoncé que l’objectif de production de charbon pour 1965 avait été fixé à 53 millions de tonnes, se décomposant en 28 millions de tonnes pour les mines du Nord-Pas-de-Calais, 13,5 millions de tonnes pour les mines de Lorraine et 11,4 millions de tonnes pour celles du Centre-Midi. À la suite de nouvelles réductions de la production charbonnière en 1965, puis en 1968, la production de charbon nationale était tombée, en 1973, à 27 millions de tonnes, contre 58 millions de tonnes en 1958. Durant cette période, les effectifs de l’industrie du charbon ont été réduits des deux tiers.

7La décision de favoriser la hausse des importations de pétrole au détriment de la protection des mines de charbon nationales a dû s’accompagner de la réfutation d’un certain nombre d’arguments « sécuritaires » nationaux traditionnels, notamment l’argument habituel selon lequel l’industrie des carburants nationale participait de la sécurité militaire.

8Si cette considération pouvait passer pour raisonnable aux yeux du gouvernement américain et, dans une moindre mesure, du gouvernement britannique, cet argument était plus discutable dans le cas de la France, qui avait hébergé les armées occupantes durant la guerre franco-prussienne de 1870-1871 et les Première et Seconde Guerres mondiales. La France et ses mines de charbon ont ainsi eu la fâcheuse tendance à être occupées en temps de guerre, tandis que ses sources d’approvisionnement d’outre-mer demeuraient comparativement plus sûres. Si la France avait disposé de réserves pétrolières outre-mer durant la Seconde Guerre mondiale, elles auraient pu servir à soutenir les actions des Français libres. Lorsqu’on examine la politique des carburants à une période où toute invasion de l’Europe de l’Ouest peut entraîner une riposte nucléaire, on se rend compte que le lobbying de l’industrie minière française nationalisée, Charbonnages de France, sur les avantages, en terme de sécurité, de la production de charbon nationale, présente certaines limites. Dans le cadre de la revue de la politique énergétique française initiée par J.-M. Jeanneney en 1959, le Conseil économique et social (CES) s’est penché sur la question de la valeur des avantages « sécuritaires » de la production nationale de carburants. Son rapport sur la politique énergétique française estimait que « la sécurité des approvisionnements en énergie ne devait pas mettre en danger l’ensemble de notre économie dans la concurrence internationale », et que « la crainte de risques incertains ne devait pas engendrer de réflexes malthusiens ». Ou, comme l’a déclaré Maurice Allais devant le CES :

« L’histoire montre que les inconvénients causés par une certaine insécurité sont relativement temporaires, tandis qu’une politique protectionniste implique un coût permanent ».

9Bien que considérant qu’il était essentiel que la France dispose de sources d’énergie sûres, J.‑M. Jeanneney a accueilli favorablement la décision du CES d’accepter la proposition de M. Allais de ne pas augmenter de plus de 10 % les prix de l’énergie. Si J.-M. Jeanneney refusait d’accorder la « priorité absolue » aux mines de charbon françaises s’il en découlait un désavantage concurrentiel pour les industries utilisant du charbon, il considérait également tout débat sur une politique de carburants protectionniste comme contraire aux intérêts nationaux français.

10Que l’industrie charbonnière puisse être une source de carburant importante et sûre en temps de guerre, de blocus ou d’embargo, personne n’en doutait, mais pour trouver un compromis entre importations de pétrole et production nationale de charbon, la politique s’appuyait sur des calculs des besoins minimaux de carburant des citoyens français en temps de guerre. Les calculs sur le pétrole brut, effectués par Lucien Gouni, rapporteur général de la commission de l’Énergie du CGP, ont montré qu’en 1944, la consommation d’énergie par habitant avait diminué de moitié par rapport à son niveau de 1938, passant de 2 tonnes d’équivalent-charbon par habitant en 1938 à une tonne au maximum en 1944. Tout en admettant que la baisse de consommation en 1944 s’expliquait notamment par l’occupation allemande, L. Gouni estimait que si en 1975 les ressources nationales fournissaient 2 tonnes par habitant, alors le « minimum vital » par habitant pouvait être estimé au niveau de consommation de 1938, étant donné les prévisions d’un doublement du niveau de vie entre 1961 et 1975. Pour approvisionner 49 millions d’habitants sur la base de 2 tonnes par personne, la production nationale totale devait s’élever à près de 100 millions de tonnes, soit près de 45 % des besoins actuels. Le nucléaire et l’hydroélectricité devaient fournir l’équivalent de 50 à 60 millions de tonnes de charbon en 1975, le charbon national devant servir à combler l’écart de 40 à 50 millions de tonnes. L’objectif du Plan Jeanneney de contraction de l’industrie houillère était de ramener la production à 53 millions de tonnes.

  • 1 Font, 1961, p. 75.

11S’il était possible d’évaluer le niveau minimal de production charbonnière nationale, il fallait encore estimer le bon dosage entre carburants nationaux et importés. Cette question présentait un réel intérêt, dans la mesure où, suite à la découverte de pétrole et de gaz à Lacq en 1949 et 1951, respectivement, la découverte d’importants gisements de pétrole et de gaz au Sahara en 1956 constituait une opportunité significative pour la France. Restait à savoir à quels critères la politique sur les importations de carburants devrait répondre. Une fois encore, comme ce fut le cas pour l’industrie charbonnière en 1952, M. Allais rédigea deux articles substantiels qui parurent dans les Annales des mines en 1961, énonçant de manière détaillée les principes sur lesquels devait se fonder la politique énergétique française. Il établit un prix de référence pour les coûts de développement à long terme du pétrole au Moyen-Orient et au Sahara, qu’il compara au coût de la production charbonnière nationale. Ces calculs devaient tenir compte de l’aspect politique : en effet, si l’Algérie parvenait à acquérir son indépendance vis-à-vis de la France, il était fort probable que ce pétrole soit taxé par le gouvernement algérien, taxe qui avait été estimée à environ 25 nouveaux francs par tonne, portant le coût total d’une tonne entre 83 et 100 NF – ce prix étant converti, à des fins de comparaison, en équivalent charbon (tec, la tonne d’équivalent charbon) en divisant le chiffre obtenu par 1,5, soit un prix compris entre 55 et 67 NF/tec. Dans le cas où l’Algérie demeurerait rattachée à la France, le coût de développement en tec pour la France pouvait redescendre à 38 NF/tec. Pour comparaison, les coûts de développement pour le pétrole du Moyen-Orient étaient évalués à 90-95 NF par tonne, soit 60-65 NF/tec1. Ces coûts furent ensuite comparés sur une base de tec avec les importations de charbon vapeur américain (entre 63 et 70 NF par tonne selon le point d’accès), le charbon européen (67 NF par tonne) et le charbon vapeur européen (61 NF par tonne). Pour ce qui est du charbon national, c’est la production du Nord-Pas-de-Calais qui fut utilisée comme charbon de référence, le prix estimé s’élevant à 67 NF par tonne en 1959 et 66,9 NF par tonne en 1960. Ainsi que nous l’avons vu, le coût du pétrole africain était estimé entre 55 et 67 NF/tec par tonne et celui du Moyen-Orient entre 60 et 65 NF/tec par tonne. De manière plus générale, il ne fallait pas s’attendre à une diminution des coûts de développement comparatifs en faisant appel à d’éventuels substituts de pétrole et de charbon.

12Je pourrais poursuivre ma démonstration, mais, fort heureusement, la conclusion est évidente. Alors que les politiciens et les industriels ont tendance à envisager la sécurité énergétique en termes physiques, l’économiste part du principe que toute chose a un coût. Quel niveau de sécurité souhaitez-vous et à quel prix ? Quels sont les coûts pour les autres industries d’une protection des industries de carburants nationales ? Quels sont les coûts/avantages économiques d’une politique énergétique et de quelle façon ces coûts et bénéfices évoluent-ils à la marge ? Ces questions sont complexes, mais, et ce fait est important, M. Allais a eu le mérite de les poser. Il a ainsi gagné le respect et l’attention de ministres tels que J.-M. Jeanneney, et a pu accéder à des postes influents, comme son siège au CES, qui lui a donné l’occasion de convaincre de la pertinence de ses idées. M. Allais s’est bien sûr penché sur de nombreux autres sujets et a continué à écrire bien au-delà du début des années soixante, jusqu’à cet ultime et bref commentaire. Son influence et son importance sont manifestes, même dans ce court commentaire. À l’heure où nous célébrons les 200 ans du corps des Mines, il convient de rappeler que l’École des mines a compté le lauréat du prix Nobel au nombre de ses professeurs d’économie et qu’il a eu une influence majeure sur la politique énergétique française à des moments clés durant les premières années qui ont suivi la guerre. M. Allais mérite bien de se retrouver en couverture du programme de la conférence, aux côtés des photographies de Georges Besse et Henri Poincaré.

Notes

1 Font, 1961, p. 75.

Auteur

Martin Chick is Reader in Economic History at the University of Edinburgh. He has written two books, one on the economic planning of the Attlee governments (Industrial Policy in Britain, 1945-1951, Cambridge University Press, 1998) and the other on the political economy of energy policy (Electricity and Energy Policy in Britain, France and the United States since 1945, Edward Elgar, 2007). He is currently writing the final volume of the Oxford Economic and Social History of Britain (since 1951).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search