Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Securité et environnement‎

Arthur Fontaine, de l’École des mines au Bureau international du travail, à la recherche d’une réglementation du travail et d’une régulation sociale, 1880-1931

Isabelle Lespinet-Moret

Texte intégral

  • 1 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, Renne (...)
  • 2 Isabelle Lespinet-Moret, « Arthur Fontaine, de l’Office du Travail au Bureau International du Trava (...)
  • 3 Le Bureau international du travail est créé en 1919, lors de la conférence de Washington, en applic (...)

1La formation d’ingénieur des Mines, puis l’exercice bref de la profession d’ingénieur ont sans nul doute sensibilisé Arthur Fontaine (1860-1932) aux notions de risque du travail industriel, de réglementation du travail et de négociations collectives. Ce haut fonctionnaire, qui a dirigé l’Office du travail et la direction du Travail au sein du ministère du Commerce, puis du Travail, des années 1890 à la fin de la Première Guerre mondiale, est un défenseur de la régulation du travail sur un plan national et international1. Arthur Fontaine contribue largement à cette époque, et à la tête de l’Office du travail à l’élaboration d’un savoir scientifique sur ces questions liées au travail, à partir duquel il propose une réforme sociale. Son action se porte à la fois sur l’administration du travail, sur la préparation de la législation, de la réglementation et sur la négociation dans les situations conflictuelles2. Le rôle d’Arthur Fontaine prend une ampleur internationale lorsque, président du conseil d’administration du Bureau international du travail à Genève, il s’efforce d’organiser la conception tripartite des relations sociales et milite en faveur d’une réglementation internationale du travail qui représente, selon lui, la garantie d’une concurrence loyale entre les nations, préalable à la paix universelle, ou du moins européenne3.

  • 4 Bruno Belhoste, Formation d’une technocratie, l’École polytechnique, de la Révolution française au (...)
  • 5 Francis Jammes, Les nouvelles littéraires, 1er septembre 1931.

2On peut s’interroger sur les motivations de cet ingénieur des Mines, qui le conduisent à abandonner une carrière industrielle pour laquelle il a été préparé pour se lancer dans l’administration du travail et la défense de la question sociale4, et devenir « un ingénieur du paradis terrestre », selon l’expression lyrique de son ami Francis Jammes5. Que devient la notion d’ingénierie sociale dans sa recherche de la paix sociale ? N’est-elle pas dépassée par une approche plus globale de l’organisation économique ? Sa formation d’ingénieur des Mines et les réseaux parmi ces ingénieurs et dans les milieux patronaux ont-ils infléchi son parcours et ses pratiques ?

I. Arthur Fontaine, directeur de l’Office du Travail et directeur du Travail, 1891-1919

A. De l’École des mines à l’administration du travail

  • 6 Correspondance Francis Jammes et Arthur Fontaine, éditée par Jean Labbé, Paris, Gallimard, 1959, p. (...)
  • 7 Dossier d’élève d’Arthur Fontaine, consultable à l’École polytechnique, à Palaiseau, fiche matricul (...)
  • 8 Eugène Raguin, « Arthur Fontaine », Extraits des Annales des mines, Paris, Dunod, 1932, p. 72 et sq
  • 9 Choix rare à cette époque, selon Christophe Charle, Les élites de la République 1880-1900, Paris, F (...)

3Né à Paris le 3 novembre 1860, Arthur Fontaine, petit-fils d’agriculteur céréalier du Soissonnais et fils d’un agent d’affaire installé dans la capitale, connaît une jeunesse studieuse dans un milieu aisé et traditionnel ; lui se plaignait d’« être né bourgeois6 ». Il commence sa carrière fort classiquement, après des études brillantes au collège Stanislas, à l’École polytechnique et à l’École des mines, où il entre en 18827. Lors de ses voyages d’études d’élève ingénieur des Mines, il commence à collecter des données économiques et sociales sur les pays européens qu’il visite, notamment la Roumanie, l’Italie, la Grèce8. Nommé ingénieur des Mines le 1er janvier 1886, il débute dans le sous-arrondissement de Béthune, puis rejoint l’arrondissement d’Arras, en s’occupant des charbonnages, c’est-à-dire des aspects économiques, mais aussi des questions de sécurité pour les mineurs. Dans les deux postes, l’ingénieur des Mines est chargé d’inspection des sites miniers et des machines à vapeur ; ce sont des postes lourds en charge de travail. Il fait, durant ces années, deux rencontres importantes pour sa carrière et pour son intérêt pour la question sociale : un ingénieur des Mines, Louis Chesneau, et Maurice Bourguin, professeur de droit à la faculté de Lille. Il pourrait alors poursuivre sa carrière d’ingénieur au service de l’État ou dans l’industrie privée. Mais ses aspirations sociales le détournent de ce chemin et son aisance matérielle, venue de sa famille, lui laisse le choix de travailler dans une administration, à un poste moins rémunéré, tout en menant une vie très aisée matériellement9.

4Dès la création de l’Office du travail, en 1891, Arthur Fontaine postule auprès de cette administration. Il est remarqué par le directeur Jules Lax, ingénieur des Ponts et Chaussées et radical, qui le recrute comme chef des statistiques le 1er octobre 1891. L’Office du travail est alors une administration toute récente, créée en juillet 1891, conçue comme l’exécutif du Conseil supérieur du travail et rattachée directement au ministère du Commerce. Administration très restreinte en moyens, disposant d’une vingtaine de fonctionnaires, puis d’une trentaine, sa mission est vaste :

  • 10 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. c (...)

« rassembler, et vulgariser tous les documents et informations utiles relatifs au travail, à ses rapports avec le capital, aux heures de travail, aux salaires des travailleurs10 ».

5Cette administration, créée avec le Conseil supérieur du travail en lieu et place d’un ministère du Travail, s’inscrit dans la politique de réponse des radicaux à la question sociale, et dans leur volonté d’intégrer les ouvriers à la République.

  • 11 Camille Moron, directeur de l’Office du travail, écrit, au sujet d’Arthur Fontaine, au ministre du (...)

6Fontaine débute au service de statistiques, mettant ainsi à profit sa formation mathématique, par des enquêtes sur les prix, puis par une étude d’actuariat sur les accidents du travail et leur réparation en Autriche et en Allemagne, pays qui disposent déjà d’un système de réparation et de statistiques importants. C’est après une mission dans le Pas-de-Calais en 1892, pour laquelle il rédige un rapport sur les grèves, que ses qualités d’observateur rigoureux et de médiateur habile sont remarquées et lui valent la fonction de sous-directeur de l’Office du travail dès 189311.

B. « Savoir, prévoir, pouvoir », Arthur Fontaine à la direction du Travail

  • 12 Lucien March est polytechnicien ; il a intégré l’X deux ans avant Arthur Fontaine, entre en 1892 à (...)
  • 13 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. c (...)
  • 14 Isabelle Lespinet-Moret, « Pierre du Maroussem, un arpenteur de l’économique et du social », in Oli (...)

7Le triptyque positiviste « Savoir, prévoir, pouvoir » trouve, chez Arthur Fontaine et dans son administration, une application évidente. Son activité se concentre sur l’organisation – de concert avec Lucien March12 – du service des statistiques, en préparant les dossiers ministériels ou en popularisant auprès des députés les travaux de l’Office, comme pour la préparation de la loi sur l’hygiène et la sécurité de 1893, ou la loi sur les accidents du travail en 1898, qui lui doivent beaucoup. Il organise un service d’enquêtes auxquelles il participe lui-même, qui permet à l’Office du travail de devenir un bon observatoire des questions de production, de travail et des relations sociales durant cette période de la fin du xixe et début du xxsiècle, comme on peut le voir sur les questions de placement, d’apprentissage, de grèves, de salaire, de temps de travail ou de prévoyance. Ces enquêtes, menées dans une période d’émergence d’une sociologie appliquée au travail, doivent permettre d’élaborer une analyse scientifique de la situation et doivent guider la réforme sociale. L’empreinte d’Arthur Fontaine se lit dans l’alliance qu’il favorise entre les enquêtes monographiques leplaysiennes et un recours important aux statistiques, alliant le qualitatif au quantitatif, alliance rendue possible par le recrutement qu’il opère parmi les ingénieurs, mais aussi les juristes, les syndicalistes, les économistes ou les politistes. Durant la première décennie de l’Office du travail, les ingénieurs des Mines et des Ponts et Chaussées représentent un tiers de l’effectif du personnel, certes sur un effectif réduit (30 personnes environ, permanents et temporaires). Les grandes enquêtes sur la durée du travail et les salaires dans les grandes entreprises, entre 1893 et 1897, touchent 2 957 établissements de l’industrie privée et 450 000 ouvriers. Ces enquêtes n’ont été possibles que grâce au concours gracieux des ingénieurs dans les entreprises13. Les enquêtes sur le travail à domicile (chaussure, fleur artificielle et lingerie), ou sur les salaires et la durée du travail dans les petites entreprises sont menées par des enquêteurs qui visitent les ateliers, mais aussi les quartiers et les domiciles, dans le cadre de « monographies de métier », comme celles menées par Pierre du Maroussem14 pour l’artisanat du jouet, les chiffonniers ou l’alimentation, entre 1893 et 1896.

8À propos de l’enquête sur le travail à domicile sur la lingerie en 1911, Arthur Fontaine écrit :

  • 15 Office du travail, Enquête sur le travail à domicile dans l’industrie de la lingerie, résultats gén (...)

« J’ai lieu de croire que, dans le débat qui va s’ouvrir, (à l’Assemblée nationale) l’enquête de l’Office du Travail sur la lingerie à domicile fournira au Parlement des renseignements utiles tant sur le personnel et l’organisation du travail, que sur la situation et sur les plaintes des ouvriers et des industriels »15.

  • 16 Francis Hordern, « Codes et codification », Cahiers de l’Institut régional du Travail, n° 14, 2006, (...)

9L’Office du travail, à l’instigation de Fontaine ou à la demande de la commission du travail de l’Assemblée nationale, lance des enquêtes lorsque certains projets de lois sont déposés, afin de mesurer les besoins et d’orienter la réflexion des législateurs. C’est le cas, par exemple, du projet de Louis Ricard sur les accidents du travail, déposé en 1892, puis voté en 1898. Pas moins de quatre enquêtes jalonnent le parcours législatif. Avant-guerre, la contribution du directeur de l’Office du travail s’avère capitale au sein de la commission de codification des lois ouvrières en 1910, et s’inscrit dans la politique de régularisation des relations de travail16.

  • 17 Françoise Fortunet, « De la police des mines à l’hygiène et la salubrité des mines, 1813-1907 », p. (...)

10La question des Mines est très présente dans la législation du travail et il arrive à Arthur Fontaine d’intervenir en amont par des enquêtes et par les conclusions qu’il en tire. Ainsi, la loi du 23 juillet 1907, sur l’hygiène et la salubrité des mines, complétée par un décret du 15 avril 1907, qui impose l’équipement en appareils respiratoires pour chaque siège d’exploitation, est à relier entre autres à une enquête de l’Office du travail. L’Office concourt avec d’autres acteurs – dont le Conseil des mines – au décret du 14 janvier 1909, qui précise les obligations des concessionnaires, et au décret du 13 août 1911, qui impose un dispositif de protection fondé sur la prévention du risque17. Ce dispositif législatif et réglementaire est établi après la catastrophe de Courrières, qui avait fait plus de 1 000 morts et qui avait terriblement marqué l’opinion publique et alerté les autorités françaises sur les dangers des poussières de charbon. Ce dispositif marque un tournant décisif dans la politique de gestion du risque : il s’agit de réparer, mais aussi d’éviter, de prévenir les risques.

C. Arthur Fontaine, conseiller et directeur du Travail

  • 18 Vincent Viet, Les Voltigeurs de la République, l’Inspection du Travail jusqu’en 1914, Paris, CNRS é (...)

11Lorsque Alexandre Millerand, socialiste, est nommé par Pierre Waldeck-Rousseau à la tête du ministère du Commerce, en 1899, l’un de ses premiers gestes est de créer la direction du Travail, à nouveau substitut – ou prélude – du ministère du Travail. Il promeut Arthur Fontaine directeur de l’Office et de la direction du Travail, le 5 août 1899. En réorganisant les services de l’Office et en installant ceux de la Direction, Arthur Fontaine poursuit et intensifie sa fonction de conseiller et oriente son administration vers la préparation des dossiers législatifs et réglementaires, renforçant la collaboration avec le ministre. Ainsi, les multiples décrets de 1899 à 1901 promulgués par Millerand, ministre du Commerce, concernent la création de la direction du Travail, la réorganisation du CST, l’inspection du travail, l’hygiène et la sécurité, les conditions de travail des ouvriers employés dans les travaux d’adjudication de l’État, des communes et départements. Ces décrets, règlements et arrêtés visent à institutionnaliser le travail, à lui donner un cadre légal, s’appuient sur les résultats des enquêtes lancées par Arthur Fontaine et réforment considérablement les conditions et les relations de travail. Les projets de loi déposés par Millerand durant ces années relèvent en amont des observations et des propositions de l’Office du travail et de Fontaine : le projet de loi d’élargissement des capacités financières des syndicats ou la loi de 1900 sur les 10 heures en témoignent. Les circulaires visant à rapprocher les syndicats ouvriers de l’Administration incarnent les options de Millerand comme celles de Fontaine. Elles proposent d’organiser des rencontres, des conférences et des permanences qui sont fréquentées par les syndicalistes18. Dans cette même veine, Fontaine est à l’origine de la rédaction des deux décrets de 1900 et 1901 donnant naissance aux « Conseils de travail », conseils paritaires locaux. C’est sans doute à l’occasion du projet de loi du 15 novembre 1900, déposé par Alexandre Millerand et Pierre Waldeck-Rousseau, que l’influence d’Arthur Fontaine a été la plus décriée, notamment par Joseph Caillaux :

  • 19 Joseph Caillaux, Mes mémoires, Ma jeunesse orgueilleuse 1863-1909, t. I, Paris, Plon, 1942, p. 177.

« – M. X, un des directeurs du ministère. Je le connais, je le sais homme de grande valeur. Il sort de l’École polytechnique […] On m’a dit encore que M. X était socialiste. Est-ce exact ? Et puis qu’importe !
– Il s’approche de moi et dit : « Vous venez encore demander des modifications à mon pauvre projet ?
– Comment ? C’est vous qui êtes l’auteur du projet de grève obligatoire ?
– Mais certainement. Je n’ai fait d’ailleurs que m’inspirer de la législation de la Nouvelle Zélande. »
Ainsi, c’était parce qu’un brave idéologue, placé à la tête d’une direction du Commerce, avait découvert la Nouvelle-Zélande et ses lois que M. Millerand risquait de chambouler le Cabinet, de troubler profondément la politique du pays. […] Il subissait l’ascendant d’un de ses chefs de Cabinet19. »

  • 20 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. c (...)

12En fait, l’Office du travail avait dépêché Albert Métin, enquêteur temporaire à l’Office du travail, pour un voyage d’étude en Nouvelle-Zélande et son enthousiasme pour une législation du travail progressiste avait gagné Fontaine et Millerand. Dans la logique de la conciliation industrielle en cas de conflit, Fontaine avait trouvé là un exemple intéressant et proposé de l’appliquer en France. Il s’agissait de faire voter les salariés au début d’un conflit, proposant soit le recours à la conciliation (loi de 1893) et l’annulation du mouvement, soit de rendre la grève obligatoire si une majorité de salariés s’étaient prononcés pour cette solution, afin d’éviter d’émietter les forces des syndicats et des grévistes et de s’assurer une issue favorable au conflit. Le projet de loi ne sera pas voté et fit grand tort à Millerand20.

  • 21 Jean-Louis Escudier, « De la mutualité à la solidarité nationale : la protection sociale et sanitai (...)
  • 22 Jacques Le Goff, Du silence à la parole, une Histoire du droit du travail, des années 1830 à nos jo (...)

13Lorsqu’en 1906, le gouvernement Clemenceau crée un nouveau ministère, le ministère du Travail, de la Prévoyance et des Assurances sociales, Arthur Fontaine garde la double direction de l’Office et du Travail, à laquelle sont rattachées la Prévoyance sociale et les Assurances, ainsi que le service des Mines, ayant pour objet la réglementation du travail des mineurs21. Arthur Fontaine dirige sans discontinuer l’Office du travail et la direction du Travail, tandis que 22 ministres se succèdent au ministère du Commerce et du Travail entre 1891 et 1919. Sa position de haut fonctionnaire, d’homme de l’ombre et de dossiers, lui permet de résister aux tempêtes politiques et de maintenir une cohérence dans les dossiers. De 1895 à 1920, il assiste et participe à la commission du travail de l’Assemblée nationale, à celle des travaux publics, et aux débats de la Chambre des députés, en qualité de « commissaire du gouvernement » et en tant qu’« orateur inscrit », procédure exceptionnelle et depuis disparue. Ainsi, dans le débat (réitéré) sur les 8 heures en 1910, à la suite de l’intervention de Jules Guesde, Arthur Fontaine intervient au titre de commissaire du gouvernement pour affirmer que passer de 12 heures à 8 heures est impossible dans l’immédiat, notamment pour les usines à feu continu, mais que le gouvernement ne doit pas renoncer à cette réforme, qui doit être préparée internationalement pour être applicable en France. L’Association internationale pour la protection légale des travailleurs adopte cette mesure en conclusion de son congrès de Zurich et Fontaine fait partie de ceux qui y ont défendu cette réforme22.

14Durant la guerre de 1914-1918, Arthur Fontaine reste directeur au ministère du Travail. Il s’intéresse surtout au problème de main-d’œuvre, de placement, de chômage avec Georges Renard et Max Lazard. Il préside aussi, au ministère de l’Armement, la Commission des contrats et travaille en collaboration étroite avec Albert Thomas. Il prépare notamment la loi du salaire minimum pour les ouvrières à domicile de 1915 et, en 1917, la loi sur la semaine anglaise pour les ouvrières de la couture, ainsi que la mise en place des délégués d’atelier.

  • 23 Arthur Fontaine, « L’échelle mobile des salaires dans les mines de Grande-Bretagne », in Annales de (...)

15Durant sa direction de l’Office du travail, Arthur Fontaine conserve certains liens spécifiques avec les mines, comme ce rôle d’arbitrage qui lui est confié en 1897, dans les Deux-Sèvres, où un conflit surgit à propos de l’introduction de l’échelle mobile des salaires dans la mine de Saint-Laurs, sujet sur lequel il avait publié un article en 1895 dans les Annales des mines23. Il a tenté à plusieurs reprises d’élargir l’expérience des délégués ouvriers à la sécurité (mesure qu’il avait accompagnée dans son arrondissement d’Arras) à toute l’industrie, mais sans rencontrer un assentiment généralisé, ni parmi les syndicalistes, ni parmi les patrons, ni parmi les inspecteurs du travail.

  • 24 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. c (...)

16Arthur Fontaine est également placé à la présidence du Conseil provisoire des mines de la Sarre, en 1919. Chaque jour, il prenait connaissance des extractions et de la situation économique des mines. De 1921 à 1932, il préside bénévolement la Caisse de retraite des ouvriers mineurs, qu’il laisse avec une encaisse d’un milliard et demi de francs, après « une gestion habile et raisonnable et dont il était justement fier », quand tant d’autres caisses, par malversations ou en raison de la crise, étaient en piètre état24. En tant qu’ingénieur des Mines, Fontaine exerce un contrôle sur le réseau Nord de chemin de fer, lorsqu’il travaille dans la circonscription d’Arras. Puis il entre au Comité consultatif des chemins de fer en 1900 et devient administrateur d’État en 1911, prend la présidence du Conseil du réseau en 1915 et du Comité de réseau de l’État en 1922. Eugène Raguin affirme, à ce sujet :

  • 25 Eugène Raguin, Arthur Fontaine, op. cit., p. 49-50.

« Par la présidence du réseau de l’État et celle de la plus importante exploitation minière d’Europe, Fontaine est l’un des grands patrons de France, soit à la tête de 300 000 travailleurs25 ».

17Ces multiples responsabilités sont rémunérées et assurent à Arthur Fontaine une assise économique certaine, en même temps qu’un pouvoir évident dans les milieux économiques. Elles se superposent aux engagements bénévoles, tantôt honorifiques, tantôt actifs d’Arthur Fontaine, comme des présidences d’honneur de coopératives ou de sociétés de secours mutuels. Arthur Fontaine s’est associé à l’activité intellectuelle et sociale du Musée social et du Collège libre des sciences sociales, autant par proximités intellectuelles et politiques que par volonté de transmettre son expérience d’enquêteur et de statisticien au sein de l’Office du travail, et de vulgariser ses projets de réforme sociale.

18Les paroles prononcées par son ami et collaborateur du BIT, Albert Thomas, en 1931, sur sa tombe, semblent retracer fidèlement le rôle essentiel de Fontaine dans le domaine du travail :

  • 26 « Discours prononcé par Albert Thomas aux obsèques d’Arthur Fontaine », Annales des mines, op. cit.

« Toutes les lois sociales élaborées depuis quarante ans l’ont été par Arthur Fontaine qui, modeste, mais stable à son poste de directeur du Travail, fournissait aux députés et sénateurs qui se succédèrent au fauteuil ministériel les éléments de discussion de ces lois26 ».

II. Engagements et contours idéologiques s’organisent autour de la réforme sociale

19L’engagement associatif et professionnel d’Arthur Fontaine se comprend en fonction d’ancrages idéologiques multiples et d’une certaine réflexion par rapport au rôle régulateur de l’État, régulation opérée entre autres par le droit. Arthur Fontaine se nourrit de positivisme – mais en rupture d’École –, se teinte d’un christianisme – assez assimilable à un humanisme –, s’approche d’un socialisme modéré, l’ensemble enrichi par de multiples rencontres et d’amitiés dans les milieux artistiques et intellectuels.

A. Un leplaysien et une mouvance catholique

  • 27 Antoine Savoye et Frédéric Audren (dir.), Frédéric Le Play et ses élèves. Naissance de l’ingénieur (...)
  • 28 Antoine Savoye, Les débuts de la sociologie empirique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994, p. 163.

20Au début de sa carrière d’ingénieur, Arthur Fontaine est séduit par la définition du rôle social des ingénieurs forgée par ce courant de pensée27. Son ami Maurice Bourguin l’introduit auprès des leplaysiens. Il fréquente un temps les conférences de la Société d’économie sociale, animée par Émile Cheysson, où se retrouvent un certain nombre d’ingénieurs des Mines. Il y fait connaissance de Pierre Du Maroussem, Lyautey, Maurice Bellom, Pierre de Rousiers et Robert Pinot. En 1895, la SES organise les « Groupes d’études pratiques », Fontaine y participe et anime un séminaire « Statistique et enquêtes28 ». Toutefois, Fontaine reste distant par rapport à la vie de ce mouvement, de ses querelles intestines et de ses réalisations après les années 1890. Il s’oppose surtout à sa dimension passéiste et à la notion de patronage.

21Des amitiés très fidèles le mettent en contact avec des catholiques fervents comme Francis Jammes, Maurice Denis et Paul Claudel. Toutefois, le christianisme d’Arthur Fontaine reste diffus, s’efface derrière sa conception de l’État laïc et se matérialise comme une des sources dans lesquelles puise son humanisme.

B. Engagements philosophiques

22D’autres courants de pensée l’ont marqué, notamment le positivisme, ce qui pourrait apparaître antinomique avec l’inspiration chrétienne. Fontaine, hostile à toute forme d’École et de catéchisme, rompt assez vite avec les positivistes orthodoxes. Il n’en reste pas moins guidé par la recherche du progrès, du bien-être de l’humanité, d’une foi inébranlable dans la science. Beaucoup de ses ouvrages en témoignent, tout comme la direction qu’il imprime à l’Office. Ordre et progrès sont aussi les moteurs de son action. Il est en contact avec le réseau positiviste, dans lequel on trouve Jules Roche, ministre du Commerce en 1891 et auquel se rattachent certaines personnes recrutées par Fontaine pour l’Office, comme Émile Corra ou Isidore Finance.

  • 29 Stephan Soulié, Les philosophes en République, l’aventure intellectuelle de la Revue de Métaphysiqu (...)
  • 30 François Chaubet, Paul Desjardins et les Décades de Pontigny, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2000.

23L’intérêt manifesté par Arthur Fontaine pour la philosophie l’accompagne durant toute sa vie et guide sa démarche professionnelle, bien que sa formation initiale soit scientifique. Cet engagement philosophique se fait aux côtés de Paul Desjardins et de l’Union pour l’action morale et de Louis Weber et la Revue de morale et de métaphysique, dirigée par Xavier Léon29. Dans les deux cas, la question sociale aiguillonne la réflexion philosophique. Fontaine est l’un des fondateurs de l’Union pour l’action morale en janvier 1892, devenue, en 1904 – lors de l’affaire Dreyfus – l’Union pour la Vérité, animée par Paul Desjardins. Ce cénacle d’intellectuels se réunit rue Visconti, à Paris, puis à l’abbaye de Pontigny, pour des entretiens estivaux et internationaux, à partir de 191030.

  • 31 Marie-Claude Blais, La solidarité, Histoire d’une idée, Paris, Gallimard, 2007.

24Enfin, Arthur Fontaine a sans doute puisé dans le solidarisme, courant politique familier de cette démarche philosophique qui lie la morale et le social31. Le solidarisme de Fontaine exprime une forte opposition aux libéraux sur la question de l’intervention de l’État. Il envisage le corps social comme devant être solidaire, mais n’exclut pas le coopératisme, dont il est un ardent défenseur. Enfin, Fontaine ne peut être défini totalement comme un solidariste, car il penchait par ailleurs vers le socialisme. Or, solidarisme et socialisme n’étaient pas compatibles sur certains plans, le solidarisme étant, pour certains socialistes comme Jaurès, « un peu de quinine et de phénol sur le corps social ».

C. Proximité avec les socialistes libéraux et régulation

25Arthur Fontaine n’a été membre d’aucun parti politique et il prétend ne pas avoir d’autre parti que celui de la réforme sociale. Il n’est pas aisé de l’étiqueter, même s’il a été proche des socialistes comme Albert Thomas, Alexandre Millerand, Georges Renard ou Jean Jaurès. Ses relations sont autant professionnelles qu’amicales et n’ont pas leur équivalent dans le milieu radical ou conservateur. Lorsque Millerand crée la direction du Travail, geste éminemment politique, il la confie à Fontaine. Il s’agit autant d’une reconnaissance de ses compétences techniques, éprouvées à la direction de l’Office, que la certitude d’une orientation politique commune. À l’Assemblée nationale et dans la commission parlementaire du travail, il s’appuie sur les socialistes libéraux. Ils partagent la même conception du rôle de la loi par rapport au monde du travail et de la production. En revanche, ses relations avec les guesdistes ou avec les syndicalistes d’action directe semblent inexistantes ou distantes. Le monde syndical avec lequel il traite est celui qui s’investit dans la réforme sociale ; il s’agit de certaines bourses du travail, de fédérations modérées, comme celle des typographes ou des mineurs (qui sont venus en nombre assister à ses obsèques, porteurs de lampes voilées de crêpe), du Cercle des prolétaires positivistes. La clef de voûte de son système, sur fond de paix sociale, de fraternité, et de prospérité, c’est la dignité recouvrée des ouvriers ; d’où la nécessité des syndicats et de la grève.

  • 32 Arthur Fontaine, Notes sur l’intervention de l’État dans le contrat de travail, Paris, UPAP, 1896, (...)

26Réformateur, Arthur Fontaine articule sa pensée et son action autour de l’État et de la loi. Dès 1896, le sous-directeur de l’Office se prononce pour une voie entre « la libre concurrence » et « l’organisation socialiste de la production », pour une action « régulatrice » de l’État qui doit « compenser habilement les ruptures d’équilibre entre les forces libertaires et les forces solidaires, entre les nécessités de l’action individuelle et de la connexion sociale32 ».

27L’État doit être l’expression du bien commun et non d’intérêts particuliers, il n’est pas non plus l’expression d’un rapport de force. Il se matérialise par la loi qui est « la conscience de ceux qui n’en ont pas ». La société doit être régie par l’idée de contrat « entre parties également puissantes et libres ». Au sujet de la grande grève de Montceau-les-Mines en 1901, Fontaine exprime, auprès de son ami Desjardins, son jugement sévère par rapport à la direction de la Compagnie houillère, sa gestion du personnel et ses licenciements abusifs témoignant d’un manque de responsabilité par rapport à un bassin d’emploi et à un territoire. Pour lui, l’État devrait intervenir et devrait pouvoir peser sur les décisions de la Compagnie ; il écrit :

  • 33 Lettre d’Arthur Fontaine à Paul Desjardins, 2 août 1901, Bulletin de l’Union pour la Vérité, févrie (...)

« Rien ne met mieux en évidence le fait qu’il faut s’affranchir lorsque l’entreprise capitaliste devient trop considérable et trop puissante33 ».

D. Un mécène ou un amateur d’art en quête d’une certaine modernité

28Il manquerait des clefs pour saisir la personnalité et le rayonnement du directeur du Travail, si l’on passait sous silence sa vie mondaine et ses amitiés parmi les artistes. Son ami Francis Jammes le croque ainsi, en 1911 :

  • 34 Francis Jammes et Arthur Fontaine, Correspondance, op. cit., p. 127, lettre du 10 mai 1911. La « ba (...)

« Ne pensez pas que je puisse songer sans sourire à ce terrible révolutionnaire que vous êtes et qui reconstitue chez une baronne lettrée, en compagnie d’un abbé, un salon du xviiie siècle34 ».

29De fait, dès 1899 et jusqu’à sa mort, sa correspondance fait état de ses amitiés avec les peintres et de son plaisir à les réunir : Maurice Denis, Vuillard, Charles Lacoste, Henri Lerolle, Gaston Bonheur et Odilon Redon. Il les accueille dans son salon, avenue de Villars, puis de Saxe et enfin boulevard Raspail, pour discuter, écouter des pièces littéraires, pour exposer leurs toiles. Le salon d’Arthur Fontaine offre la primeur de certaines œuvres ; ainsi, Gide y lit L’Église habillée de feuilles, Léon-Paul Fargue La Jeune Parque ; on y découvre le dernier poème de Paul Valéry. Amateur éclairé et éclectique, le directeur du Travail achète des toiles contemporaines, les collectionne, regrettant que certains peintres, comme Charles Lacoste, soient boudés par les critiques. Ses amis lui offrent leurs toiles, reconnaissants des efforts déployés par Fontaine pour les faire connaître ; il en achète beaucoup également. Vuillard a peint le portrait d’Arthur Fontaine, tout comme Eugène Carrière. Maurice Denis, Odilon Redon, Bonnard, Renoir et Van Dongen ont peint ou dessiné des membres de sa famille. Plus tard, Landowski a sculpté un buste d’Arthur Fontaine, exposé au BIT à Genève.

  • 35 Dominique Guyot (dir.), Pierre Hamp, Inspecteur du Travail et écrivain humaniste, 1876-1962, Paris, (...)

30Dans le salon des Fontaine se retrouvent aussi des musiciens : Raymond Bonheur, Ernest Chausson, Claude Debussy, Darius Milhaud ; des sculpteurs : Auguste Rodin, Antoine Bourdelle et Aristide Maillol. Deux générations se succèdent, celle des artistes confirmés, nés dans les années 1840-1850, et celle des plus jeunes, des nabis en quête de renouveau et qui instauraient « une liaison intime entre le labeur ouvrier et la création artistique », pour reprendre les mots de Paul Valéry, lui aussi ami d’Arthur Fontaine. On peut encore dénombrer André Gide, Albert Samain, l’écrivain Pierre Hamp35 et le géologue Pierre Termier parmi ses amis qui font halte à son domicile.

  • 36 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. c (...)

31Arthur Fontaine fréquente des salons politiques au tournant du siècle, comme celui d’Henri Monod (directeur de l’Assistance publique), de Charles Andler ; s’y rencontrent Marcel Mauss, Gustave Lanson, Ferdinand Lot, Charles Seignobos, Pierre Hamp. Fontaine y est invité en qualité de spécialiste de la question sociale, en tant que directeur de l’Office ou président du BIT, soucieux de débats intellectuels sur les réformes à mener. Il fréquente également des salons artistiques et mondains tels ceux d’Alix d’Anethan, de Madame Mühlfeld, de Madame de Noailles, surtout après la guerre. C’est le mécène, l’amateur d’art qui est ainsi convié ; il en profite bien souvent pour faire l’apologie de la production artistique de ses amis. L’influence de ces milieux artistique et intellectuel s’exerce peut-être dans la recherche de la théorie, de la modernité, sur la volonté de saisir la société dans ses vibrations nouvelles qui sont manifestes dans l’Office, puis au BIT36.

III. Arthur Fontaine porte la question du travail sur la scène internationale

A. Engagement au sein de l’AIPLT et l’accord franco-italien de 1904

  • 37 Arthur Fontaine, Données statistiques tirées du fonctionnement des Assurances Ouvrières contre les (...)
  • 38 Luigi Luzzatti est un économiste prônant l’intervention de l’État pour réguler l’économie, il parti (...)
  • 39 Arthur Fontaine, Convention conclue à Rome, le 15 avril 1904 entre la France et l’Italie, en vue d’ (...)
  • 40 L’AIPLT est constituée les 27 et 28 septembre 1901 à Bâle ; sa direction est assurée par Henri Sche (...)

32Haut fonctionnaire au service d’une administration et d’une cause, Arthur Fontaine est aussi délégué par les gouvernements successifs à l’étranger pour l’élaboration d’accords internationaux. Ces missions lui sont commandées à titre individuel ou en tant que représentant de l’Office, puis en tant que président du conseil d’administration du Bureau international du travail. En 1894, Fontaine participe au congrès international à Milan, sur les accidents du travail37. Arthur Fontaine est délégué par le gouvernement français au Congrès international de statistique en 1899 à Oslo. En 1904, il est l’envoyé très officiel, avec Barrère (ambassadeur de France), chargé de signer un traité avec Luzzatti38 (ministre du Trésor), Tittoni (ministre des Affaires étrangères) Rava (ministre de l’Agriculture) et Stelluti Scala (ministre des P&T), après quelques missions préparatoires en 1902 et en 190339. Un accord garantissant la protection des travailleurs italiens en France est signé en 1904 ; il s’agit du premier traité international du travail. Il prévoit l’extension de la législation française du travail aux ouvriers immigrés italiens, le contrôle de son application par les inspecteurs du travail et un accord entre les caisses d’épargne italiennes et françaises pour leur épargne-retraite. La signature de ce traité est indissociable de l’activité de l’Association internationale pour la protection légale des travailleurs, dont Arthur Fontaine est l’un des pionniers40.

  • 41 En 1900, adhèrent de nombreux membres de l’Institut international de statistiques. Cf. Anne Rasmuss (...)

33L’Association internationale de protection légale des travailleurs (AIPLT) se réunit régulièrement ; s’y rencontrent savants et hommes politiques animés par un même souci de réforme législative du travail41. Outre l’organisation de débats, l’AIPLT se fixe pour objectif de préparer des conférences devant déboucher sur la signature de conventions internationales sur le travail. Le gouvernement français délègue Arthur Fontaine aux réunions du comité directeur et aux congrès de l’Association. En 1901, Fontaine représente la France à Bâle avec Alexandre Millerand et l’abbé Lemire. Les trente participants doivent débattre sur deux questions : l’emploi du phosphore et le travail des femmes la nuit, thèmes choisis avec le plus grand soin pour la portée de ces mesures, mais aussi leur caractère réalisable. Ils parviennent, lors de la conférence de Berne de 1906, à la signature d’une convention sur ces deux sujets. À bien des égards, cette association prélude à l’œuvre de l’Organisation internationale du travail.

  • 42 Ses quatre fils étaient au front, deux d’entre eux reviennent blessés. Cet engagement familial lui (...)

34Vers la fin de la guerre, Arthur Fontaine souhaite un rapprochement franco-allemand et contribue à la création d’un comité, dont il assure la vice-présidence. Cette démarche, comme sa volonté, avant la fin du conflit, d’établir une paix au plus vite, lui ont valu quelques critiques42.

B. Arthur Fontaine, président du CA du BIT

  • 43 Vincent Viet, « La médiation de Justin Godart entre la France et l’Organisation internationale du T (...)
  • 44 Isabelle Lespinet-Moret, « Le vivier de la Direction du travail et du ministère du Travail au sein (...)
  • 45 Danièle Fraboulet, Quand les patrons s’organisent. Stratégies et pratiques de l’Union des Industrie (...)

35Enfin, avant d’entamer sa nouvelle carrière au BIT, Arthur Fontaine représente la France en 1919, aux côtés de Justin Godart, aux conférences de Paris et de Washington, à la commission internationale qui prépare la partie XIII – celle concernant le travail – du traité de Versailles43. A. Fontaine est élu, à l’unanimité et au premier tour, lorsque la commission internationale met en place l’OIT. À cette occasion, on peut observer que ses relations, tant avec les syndicats ouvriers que les confédérations patronales, étaient aussi nombreuses que ses connaissances parmi les experts et les politiques. À sa création et pour une décennie au moins, le Bureau international du travail est très marqué par l’influence de l’AIPLT et des réformateurs français. Albert Thomas le dirige et Arthur Fontaine en préside le conseil d’administration du 27 novembre 1919 jusqu’à sa mort, le 2 septembre 1931. Durant cette période, sont signées de nombreuses conventions internationales concernant l’interdiction du travail de nuit des femmes, l’hygiène et la sécurité, le temps de travail, les assurances sociales, le sort des mutilés, des travailleurs intellectuels, les conditions de travail des marins, etc. L’influence de l’ancienne équipe de l’Office du travail peut se mesurer à la démarche d’enquête, de statistique qui guide le BIT44. Fontaine et Thomas tentent également d’imposer un dialogue social auquel les syndicats doivent prendre part dans le cadre du tripartisme. Le dialogue avec certains délégués patronaux comme Robert Pinot (Comité des Forges, puis UIMM) remet Fontaine en relation avec un ancien leplaysien, fréquenté dans les années 1890 à la SES et au Musée social45.

36Arthur Fontaine joue un rôle de médiateur, au sein de l’OIT, entre les délégations patronales et ouvrières notamment ; il devient un ambassadeur du travail. De son poste de président du CA du BIT, il a la haute main sur les sujets qui sont soumis au vote des conférences internationales du travail, notamment. On retrouve la trace de son pragmatisme et de sa conception du progrès social à petit pas à propos des thèmes proposés pour les premières conventions (travaux insalubres et travail de nuit interdit pour les femmes). Il voulait être sûr d’obtenir l’unanimité sur ces textes lors des conférences internationales du travail, afin de transformer l’idée en convention internationale et d’ajuster ainsi les conditions de la concurrence internationale.

Conclusion

37L’ingénieur des Mines a gardé de sa formation un contact avec le monde industriel et ses patrons, une méthodologie scientifique. Il y a très largement intégré la démarche du sociologue du travail et le goût pour la négociation, le pragmatisme appliqué à la réforme sociale et le souci de la justice sociale. Arthur Fontaine incarne la réforme sociale telle qu’elle a été pensée et mise en place par un petit milieu, qui pensait globalement la question sociale et a cherché à la résoudre à l’échelle internationale. Il s’est dégagé de l’empreinte de l’ingénierie sociale, forgée par les leplaysiens et assez présente dans le milieu des ingénieurs des Mines, au fil de ses rencontres avec les solidaristes et les socialistes, et du dialogue noué durablement avec les syndicats réformistes. Élu avec Albert Thomas à la tête de l’Organisation internationale du travail, institution fondée sur le tripartisme, Arthur Fontaine n’envisage la réforme sociale que construite avec les partenaires sociaux en l’adossant à la régulation économique. Cette régulation économique lui semble être une nécessité absolue afin d’établir entre les nations une concurrence économique loyale, qui seule peut garantir la paix internationale.

Notes

1 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, Rennes, PUR, 2007.

2 Isabelle Lespinet-Moret, « Arthur Fontaine, de l’Office du Travail au Bureau International du Travail, un promoteur du droit international du travail, 1891-1931 », in Les acteurs de l’histoire du droit du travail, Jean-Pierre Le Crom (dir.), Rennes, PUR, 2004, p. 239-251.

3 Le Bureau international du travail est créé en 1919, lors de la conférence de Washington, en application du chapitre XIII du traité de Versailles.

4 Bruno Belhoste, Formation d’une technocratie, l’École polytechnique, de la Révolution française au Second Empire, Paris, Belin, 2003. Shinn Terry, Savoirs scientifiques et pouvoir social, l’École polytechnique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1980. Dominique Chagnolaud, Le premier des ordres, Paris, Fayard, 1991.

5 Francis Jammes, Les nouvelles littéraires, 1er septembre 1931.

6 Correspondance Francis Jammes et Arthur Fontaine, éditée par Jean Labbé, Paris, Gallimard, 1959, p. 40.

7 Dossier d’élève d’Arthur Fontaine, consultable à l’École polytechnique, à Palaiseau, fiche matricule n° 12490. Reçu 5e à l’entrée, il sort avec un rang de 3e sur 209 élèves et intègre 2e à l’École des mines sur 7 élèves.

8 Eugène Raguin, « Arthur Fontaine », Extraits des Annales des mines, Paris, Dunod, 1932, p. 72 et sq.

9 Choix rare à cette époque, selon Christophe Charle, Les élites de la République 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, p. 192.

10 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. cit., p. 38.

11 Camille Moron, directeur de l’Office du travail, écrit, au sujet d’Arthur Fontaine, au ministre du Commerce en 1893 : « M. Fontaine a fait preuve d’aptitudes les plus rares pour les études économiques et sociales ». CARAN, F 12 5144.

12 Lucien March est polytechnicien ; il a intégré l’X deux ans avant Arthur Fontaine, entre en 1892 à l’Office du travail et devient responsable du service des statistiques de l’Office du travail. Il dirige la SGF (Statistique générale de France), y compris lorsque celle-ci devient indépendante, en 1919.

13 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. cit., p. 170 et sq.

14 Isabelle Lespinet-Moret, « Pierre du Maroussem, un arpenteur de l’économique et du social », in Olivier Feiertag et Isabelle Lespinet-Moret (dir.), L’économie faite homme, Hommage à Alain Plessis, Genève, Droz, 2010, p. 423-437.

15 Office du travail, Enquête sur le travail à domicile dans l’industrie de la lingerie, résultats généraux, Paris, I.N., 1911, p. 8.

16 Francis Hordern, « Codes et codification », Cahiers de l’Institut régional du Travail, n° 14, 2006, p. 11 à 49.

17 Françoise Fortunet, « De la police des mines à l’hygiène et la salubrité des mines, 1813-1907 », p. 138-144 et Philippe Cassini, Jean-François Raffoux et Christain Tauziède, « L’héritage de Courrières : de la sécurité minière à la sécurité industrielle », p. 179-189, in 10 mars 1906, La catastrophe de Courrières… Et après ?…, Centre historique minier de Lewarde, 2007.

18 Vincent Viet, Les Voltigeurs de la République, l’Inspection du Travail jusqu’en 1914, Paris, CNRS édition, 1994, p. 325-327.

19 Joseph Caillaux, Mes mémoires, Ma jeunesse orgueilleuse 1863-1909, t. I, Paris, Plon, 1942, p. 177.

20 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. cit., p. 294.

21 Jean-Louis Escudier, « De la mutualité à la solidarité nationale : la protection sociale et sanitaire des salariés des mines (1773-2006) », in Cahier d’Histoire de la Sécurité Sociale, n° 5, p. 21 à 200.

22 Jacques Le Goff, Du silence à la parole, une Histoire du droit du travail, des années 1830 à nos jours, Rennes, PUR, 2004, p. 186-187.

23 Arthur Fontaine, « L’échelle mobile des salaires dans les mines de Grande-Bretagne », in Annales des mines, Paris, Dunod, 1895, 31 p.

24 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. cit., p. 68.

25 Eugène Raguin, Arthur Fontaine, op. cit., p. 49-50.

26 « Discours prononcé par Albert Thomas aux obsèques d’Arthur Fontaine », Annales des mines, op. cit.

27 Antoine Savoye et Frédéric Audren (dir.), Frédéric Le Play et ses élèves. Naissance de l’ingénieur social. Les ingénieurs des mines et la science sociale au xixe siècle, Presses de l’École des mines, 2008, 332 p.

28 Antoine Savoye, Les débuts de la sociologie empirique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994, p. 163.

29 Stephan Soulié, Les philosophes en République, l’aventure intellectuelle de la Revue de Métaphysique et de Morale et la Société française de Philosophie, 1891-1914, Rennes, PUR, 2009.

30 François Chaubet, Paul Desjardins et les Décades de Pontigny, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2000.

31 Marie-Claude Blais, La solidarité, Histoire d’une idée, Paris, Gallimard, 2007.

32 Arthur Fontaine, Notes sur l’intervention de l’État dans le contrat de travail, Paris, UPAP, 1896, p. 7.

33 Lettre d’Arthur Fontaine à Paul Desjardins, 2 août 1901, Bulletin de l’Union pour la Vérité, février-mars 1933, n° 5-6, p. 27.

34 Francis Jammes et Arthur Fontaine, Correspondance, op. cit., p. 127, lettre du 10 mai 1911. La « baronne » n’est autre qu’Alix d’Anethan, l’abbé pourrait être l’abbé Bremond qui fréquentait ce même salon.

35 Dominique Guyot (dir.), Pierre Hamp, Inspecteur du Travail et écrivain humaniste, 1876-1962, Paris, L’Harmattan, 2006, 252 p.

36 Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail, 1891-1914, La République et la réforme sociale, op. cit., p. 86 à 88.

37 Arthur Fontaine, Données statistiques tirées du fonctionnement des Assurances Ouvrières contre les accidents, Congrès international des accidents du travail à Milan du 1er au 6 octobre 1894.

38 Luigi Luzzatti est un économiste prônant l’intervention de l’État pour réguler l’économie, il participe à de nombreux congrès sociaux internationaux et devient un interlocuteur privilégié de Fontaine à ces occasions. Il a fréquenté le salon sociologique de la place Saint-Sulpice, animé par Edmond Demoslins et Henri de Tourville. Il est très lié aux banques populaires. Pietro Cafaro et Isabelle Lespinet-Moret in « Credito popolare e questione sociale, 1860-1914 », Giuseppe Conti, Olivier Feiertag et Rosanna Scatamacchia (dir.), Credito et nazione in Francia e in Italia, Pisa university Press, 2009, p. 269 à 291.

39 Arthur Fontaine, Convention conclue à Rome, le 15 avril 1904 entre la France et l’Italie, en vue d’assurer des garanties à la personne du travailleur. Exposé de la convention franco-italienne relative au travail et à la prévoyance sociale, (s.l.n.d.), in-8, 9 p.

40 L’AIPLT est constituée les 27 et 28 septembre 1901 à Bâle ; sa direction est assurée par Henri Scherrer et Théodore Curti, son secrétariat est confié à Étienne Bauer. Après avoir été créée à Paris, sous la présidence de Millerand, le 26 juillet 1900, elle disposait d’un comité directeur de 12 membres, où figuraient les ténors de la question sociale. Après la guerre, elle devient l’Association pour le progrès social ; la section française est présidée par Arthur Fontaine jusqu’à sa mort. L’AIPLT avait une fonction de coordination entre des réformateurs de pays différents, un rôle d’information en organisant des débats et la préparation de conférences devant aboutir à la signature de conventions internationales sur le travail. Madeleine Herren-Oesch, « La formation d’une politique internationale du travail avant la Première Guerre mondiale », in Jean Luciani (dir.), Histoire de l’Office du travail, Paris, Syros, 1992, p. 409 à 422.

41 En 1900, adhèrent de nombreux membres de l’Institut international de statistiques. Cf. Anne Rasmussen, « Le travail en congrès : élaboration d’un milieu international », ibid., p. 135.

42 Ses quatre fils étaient au front, deux d’entre eux reviennent blessés. Cet engagement familial lui épargne l’accusation de défaitisme, mais même son ami Paul Desjardins semble prendre des distances avec Fontaine en raison de ce comité franco-allemand. Cf. lettre du 24 juillet 1920, où Fontaine évoque « certaines divergences sur la guerre et la paix », Bulletin de l’Union pour la vérité, février-mars 1933, n° 5-6.

43 Vincent Viet, « La médiation de Justin Godart entre la France et l’Organisation internationale du Travail dans l’entre-deux-guerres », in Isabelle Lespinet-Moret et Vincent Viet, L’Organisation internationale du Travail, Origine, développement et devenir, Rennes, PUR, 2011, p. 89 à 106. Isabelle Lespinet-Moret, « Justin Godart et le Bureau International du Travail », in Annette Wiewiorka (dir.), Justin Godart, Un homme dans son siècle, 1871-1956, Paris, CNRS éd. 2004, p. 81-87.

44 Isabelle Lespinet-Moret, « Le vivier de la Direction du travail et du ministère du Travail au sein de l’Organisation internationale du Travail, 1919-1932 », in Alain Chatriot, Odile Join-Lambert, Vincent Viet, (dir.), Les politiques du Travail, acteurs, institutions, réseaux, p. 241-257, Rennes, PUR, 2007.

45 Danièle Fraboulet, Quand les patrons s’organisent. Stratégies et pratiques de l’Union des Industries Métallurgiques et Minières 1901-1950, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007.

Auteur

Isabelle Lespinet-Moret est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Ouest-Nanterre, membre du laboratoire IDHE (Institutions et dynamiques de l’histoire économique), actuellement en délégation CNRS. Ses travaux portent, d’une part, sur les réformateurs sociaux français et la question du travail de la fin du xixe siècle aux années vingt et, d’autre part, sur l’Organisation internationale du travail et les questions de santé au travail. Elle est l’auteur de L’Office du Travail, 1891-1914, la République et la réforme sociale, Rennes, PUR, 2007. Elle a codirigé deux ouvrages : Isabelle Lespinet-Moret et Vincent Viet, L’Organisation internationale du Travail, origines, développement, avenir, Rennes, PUR, 2011, et Isabelle Lespinet-Moret et Olivier Feiertag, L’économie faite homme, Hommage à Alain Plessis, Genève, Droz, 2010.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search