Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Securité et environnement‎

Savoir, prévoir, vouloir…

William Dab

Texte intégral

1La présidence de cette session est surtout pour moi l’opportunité d’exprimer l’immense estime que je ressens de longue date pour les ingénieurs des Mines. D’abord, et bien évidemment, en raison de l’excellence de votre formation, avec toute la puissance intellectuelle et scientifique qui la caractérise. Il est inutile ici d’énumérer les membres du corps des Mines qui ont joué des rôles nationaux et internationaux dans tous les domaines, et qui sont passés à la postérité. Ensuite, peut-être aussi parce que j’avoue avoir le regret de ne pas être un des vôtres (à supposer que j’eusse réussi les concours requis…). En fait, j’ai longtemps hésité entre le métier d’ingénieur et celui de médecin… avec ce résultat curieux que la médecine m’a mené à former aujourd’hui des ingénieurs du Cnam. Enfin, parce que les ingénieurs des Mines avec qui j’ai eu la chance de travailler, je pense particulièrement à Gérard Renon et à Philippe Vesseron, m’ont fortement marqué par leur capacité à articuler une vision globale des enjeux et un savoir-faire dans la résolution de problèmes complexes.

2Cette session permet aussi d’illustrer le rôle moteur qu’ont eu historiquement les ingénieurs des Mines dans l’amélioration des risques industriels, professionnels et environnementaux. Le secteur des mines au xixsiècle, la pétrochimie et le nucléaire au xxsiècle ont fourni les modèles conceptuels, scientifiques et techniques qui ont servi de base au développement de la prévention, de la réparation et de l’évaluation. À chaque fois, il s’agissait de secteurs stratégiques dont les risques étaient patents et qu’il fallait maîtriser sous peine de menacer l’existence même de l’activité. Dans ce mouvement, des ingénieurs des Mines ont inventé, proposé et mis en œuvre des modèles qui se sont peu à peu étendus à tous les secteurs de la production des biens et des services. Il faut rendre hommage à ces pionniers qui ont mis leur crédibilité professionnelle au service de causes qui n’étaient pas, alors, considérées comme nobles.

3Savoir, prévoir, vouloir : trois piliers de la culture des ingénieurs des Mines qui, dans leur vision saint-simonienne, ont promu des approches techniquement fondées et socialement justifiées, cette démarche sociotechnique ouverte sur le monde étant véritablement votre « image de marque ». En ce sens, on peut parler d’un modèle français dont vous avez été l’initiateur et dont vous êtes encore les porteurs. Cette vision vous a permis de faire en permanence un lien entre le monde industriel et l’appareil d’État. À l’heure où la mondialisation de l’économie signifie la mondialisation des risques, cette vision reste plus que jamais actuelle. Le numéro d’octobre 2010 de la revue Responsabilité et Environnement le démontre parfaitement.

4Je me sens personnellement proche de cette vision, d’où les regrets que j’ai formulés ci-dessus. Mais ces regrets sont atténués par un fait qui me semble insuffisamment souligné : la forte proximité qui existe entre les modèles de pratiques des ingénieurs et ceux des médecins. Ces deux professions ont pour but de mettre en œuvre des outils scientifiques pour résoudre des problèmes concrets. Ni la médecine ni l’ingénierie ne sont des sciences au sens propre. Ce sont des pratiques de mise en œuvre de techniques fondées sur les connaissances et les méthodes scientifiques les plus actuelles. Il y a là derrière un projet qui nous est commun : celui d’améliorer les conditions de vie et le bien-être des hommes, vous en améliorant les modes de production pour les rendre plus performants et plus sûrs, et nous, les médecins, en centrant notre action sur l’Homme et la maladie. Les médecins ne sont-ils pas des ingénieurs du corps ? Les ingénieurs ne sont-ils pas des médecins des process de production ?

5Il y a là une complémentarité qui m’a semblé suffisamment forte pour soutenir, par exemple, le rapprochement entre l’OPRI et l’IPSN, qui a donné naissance à l’IRSN. Ingénieurs et médecins, nous partageons une vision du progrès centré sur l’Homme. Et je rappelle souvent que, sans une poignée de polytechniciens, l’épidémiologie française aurait complètement disparu dans les années soixante.

6Depuis l’an passé, le Cnam offre un diplôme d’ingénieur dans une nouvelle spécialité, intitulée « Sécurité sanitaire ». Je me suis beaucoup battu pour que la sécurité sanitaire (c’est-à-dire l’ensemble des risques collectifs dont on ne peut se prémunir au niveau individuel) ne soit pas un monopole médical, qui ne pourrait lui apporter sa pleine efficacité. J’espère ainsi contribuer à cette synthèse entre nos deux mondes. Je sais que vous y êtes sensibles puisque vous avez eu l’amabilité de m’inviter parmi vous aujourd’hui, ce dont je vous remercie chaleureusement.

7En vous redisant toute mon admiration pour l’œuvre accomplie depuis deux siècles, je souhaite que les deux prochains rapprochent encore plus nos domaines, ce qui ne manquera pas de produire des réalisations marquantes.

Auteur

Ancien directeur général de la Santé (2003-2005), William Dab est professeur titulaire de la chaire « Hygiène et sécurité » et directeur de l’Institut d’hygiène industrielle et de l’environnement – Sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (IHIE-SSET) du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). Il est médecin, ancien interne des hôpitaux de Paris et docteur ès sciences (Épidémiologie). Après une carrière hospitalière, il a travaillé à l’Observatoire régional de santé d’Île-de-France, puis il a enseigné l’évaluation des risques sanitaires à l’École nationale de la santé publique. Il a été directeur adjoint du Service des études médicales d’EDF-GDF et délégué général de l’Association pour la prévention de la pollution atmosphérique (APPA). Ses travaux ont porté sur la surveillance épidémiologique, l’organisation du système de sécurité sanitaire, le sida et la sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (pollution atmosphérique, rayonnements, pollution des sols). Il anime le Nanoforum du Cnam, instance de débat public sur les nanotechnologies. Il coordonne le Réseau francophone de formation en santé au travail. Membre d’une dizaine de sociétés savantes et ancien vice-président de la Société française de santé publique, il préside le jury du prix « Santé et entreprises » du Club européen de la santé et est membre fondateur de l’Observatoire du principe de précaution. Il a été le président élu du Comité européen Environnement et santé de l’OMS pour la région Europe (53 pays membres). Il anime la rubrique Santé et environnement du Quotidien du médecin. Il est l’auteur de cinq livres (dont le « Que sais-je ? » Santé et Environnement, n° 3771) et d’une centaine de publications scientifiques.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search