Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Innovation et industrialisation

Discussion. Le corps des Mines face à son histoire

Texte intégral

  • 1 Directeur d’études à l’EHESS.

André Grelon1

1Merci Thierry. Eh bien, nous avons du temps maintenant pour continuer cette réflexion commune, lancée notamment par la dernière intervention, celle de Thierry. Mais Claude Riveline avait l’intention de dire un petit mot. Je lui laisse donc la parole.

  • 2 Fondateur du centre de gestion scientifique de l’École des mines de Paris.

Claude Riveline2

2Oui, je voudrais m’accrocher au remarquable exposé d’Hervé Joly sur les ingénieurs des Mines dans les entreprises pour combler un trou béant dans ce qui s’est dit aujourd’hui, y compris ce matin sur le corps des Mines. Dans cette affaire, je suis à la fois l’indigène et l’ethnologue. Comme je dis souvent, je suis un Jivaro qui a fait une licence de sociologie et je m’accrocherai, pour ça, sur un trou dans l’exposé d’Hervé Joly. Il y a eu, entre l’avant-1974 et l’après-1974, une rupture considérable dans la psychologie collective du corps des Mines. Je m’explique : avant 1974, il y avait la botte et la pantoufle. Ce vocabulaire pesait d’un poids considérable dans les échanges entre les ingénieurs des Mines. La botte, c’est le service de l’État comme fonctionnaire et la pantoufle, c’est le service de l’entreprise. On voit la force de l’image. La botte, ça serre, mais c’est élégant ; la pantoufle, c’est confortable, mais c’est un peu débraillé. Donc, il y avait cette idée que les pantouflards gagnaient beaucoup d’argent, mais au service d’intérêts, au fond, moins nobles que ceux des fonctionnaires. Qu’est-ce qui s’est passé en 1974 ? Il y a eu une tentative d’assassinat du corps des Mines par le gouvernement : Giscard d’Estaing et son bras séculier d’Ornano, alors ministre de l’Industrie. Ils ont retiré le monopole des Services des mines au corps des Mines. Cela a été considéré, dans le corps des Mines, comme une tentative de meurtre. C’est de là qu’est née l’Association amicale du corps des Mines. Sa principale activité a été l’organisation de débats à l’École des mines. Il y avait cinq ou six groupes qui se réunissaient une fois par mois. Ils se réunissent toujours, c’est une institution qui a connu une pérennité remarquable. La conséquence a été extraordinaire. Le premier groupe qui s’est réuni s’appelait le groupe « privé/public » ; j’en ai rédigé les premiers comptes rendus. On se réunissait autour d’une table, quelquefois autour d’un repas ; d’un côté de la table, il y avait ces messieurs du privé et de l’autre côté de la table, ces messieurs du public, et on se regardait d’un air haineux. Il faut savoir qu’avant 1974, quand un ingénieur des Mines pantouflait, on mettait 25 ans à lui adresser à nouveau la parole. Pourquoi ? Parce que les fonctionnaires étaient dans les cabinets ministériels ou dans les directions, où ils dialoguaient de plain-pied avec les PDG puisqu’ils étaient le pouvoir d’État. Et le camarade qui avait pantouflé, allait dans une usine où il fallait qu’il fasse ses preuves, et il mettait 25 ans à devenir chef. À ce moment-là, on redialoguait à nouveau avec lui. C’était cela, la botte et la pantoufle avant 1974. Mais après 1974, on s’est réunis si souvent à l’École des mines que cela s’est complètement évanoui. Il y a eu les camarades qui étaient soit au service de l’État, soit dans les entreprises. Mais c’était une façon de servir la nation qui avait des variantes mineures. Ce point est absolument capital. Il a tout changé, parce que cela a signifié que nous avions une sorte de vocation de moines combattants, comme disait Pierre Alby, qui pouvaient exercer ici ou là sans que cela ait une importance majeure. Il faut savoir que la tentative de l’État de détruire les grands corps ne cesse jamais et a tendance à s’aggraver. Pourquoi ? Parce que c’est absolument infernal de diriger un gouvernement, aujourd’hui. Le nombre d’événements catastrophiques qui vous tombent dessus par unité de temps a cru exponentiellement. Regardez la situation actuelle de notre bien aimé président de la République : il doit tirer à vue tous les jours sur des cibles chaque jour plus redoutables. Alors, en face de ça, des corps de l’État qui disent : « Monsieur le Président, les traditions s’opposent à ce que vous nommiez untel, ce n’est pas le plus ancien dans le grade le plus élevé, on ne comprendra pas pourquoi… », c’est horripilant ! Par conséquent, on essaye de se débarrasser de cette inertie.

  • 3 Ingénieur des Mines, président d’honneur de la Sabix, président du comité éditorial de La jaune et (...)

Christian Marbach3

3Mes trois remarques proprement dites concernent trois points qui ont été évoqués à la fois ce matin et cet après-midi, et qui me paraissent montrer une sorte de permanence dans la pensée du corps. Ce ne sont pas des points majeurs, mais ce sont des points que je voudrais souligner.

4Le premier, c’est la volonté pédagogique et l’appui à la culture scientifique et technique. L’abbé Grégoire n’a pas été cité aujourd’hui, même si on a parlé de la suppression des corporations, l’abbé Grégoire, qui a créé le Conservatoire des arts et métiers, et mis à la disposition de tous les artisans et de tous les ouvriers les techniques et les machines les plus modernes. On peut mettre sur le même plan, bien entendu, les cours scientifiques faits par un certain nombre d’ingénieurs, les expositions universelles dont il a été question, où nos anciens ont joué un rôle majeur, et puis, ensuite, un peu plus tard, le palais de la Découverte et la Cité des sciences et de l’industrie, où le corps a aussi joué un certain rôle, à un moment donné. Il y a là une permanence pédagogique, en termes de culture scientifique et technique, qui me paraît majeure et qui est un des éléments de la politique industrielle, bien entendu.

5Le deuxième point, c’est l’appui à l’innovation. Concernant cet appui à l’innovation, Alexandre Moatti nous a parlé ce matin, avec talent, des ingénieurs savants. Il nous a expliqué que, de temps en temps, c’était les ingénieurs qui devenaient savants et, de temps en temps, les savants qui devenaient ingénieurs. Tous ces allers/retours, entre la science et la technique, entre le savoir et l’entrepreneuriat, se sont faits pendant longtemps au sein des grandes entreprises et autour d’elles, avec l’appui du corps. Thierry Gaudin l’a rappelé, il se trouve que depuis une trentaine d’années, le corps agit aussi dans le domaine des petites entreprises, parce qu’il a appris qu’il existait aussi des PME et que le monde industriel ne se limitait pas à un certain nombre de grandes entreprises dans lesquelles on pantouflait, pour reprendre l’expression de mon voisin. Il le savait auparavant bien entendu, mais de façon un peu plus homéopathique.

6Le troisième point que je voulais souligner est lié, disons, à l’aspect mondialisation, et je vais l’aborder par la cartographie. J’ai beaucoup aimé l’exposé d’Isabelle Laboulais sur la cartographie. Nos anciens ont fait de la cartographie à n’en plus finir. Mais ils ne l’ont pas fait seulement en France, ils l’ont faite à l’étranger, à la demande des gouvernements étrangers, par exemple en Russie ou dans les pays d’Europe orientale. Ils l’ont fait en Allemagne, sous Napoléon ; ils l’ont fait dans toutes les anciennes colonies françaises, de façon absolument majeure. Cet aspect de découverte, et donc de reconnaissance du pays au point de vue de la cartographie, au point de vue des mines, au point de vue de la future exploitation minière, a été évidemment tout à fait essentiel. Ce n’est pas le lieu ici, peut-être, de faire le procès politique ou l’évaluation globalement positive ou non positive de notre présence au Togo, en Algérie ou ailleurs. Mais il faut savoir que des dizaines et des dizaines d’ingénieurs des Mines, avant de terminer leur carrière en France, ont travaillé ailleurs que sur le territoire français à cause de l’existence des « mines colos ». Ils continuent aujourd’hui à le faire dans d’autres cadres, soit celui des grandes entreprises, notamment comme expatriés, ou dans celui des créations d’entreprises à l’étranger. En ce sens-là, quelqu’un comme Schlumberger est une espèce de référence. Je n’ai pas les noms en tête, mais nous savons bien qu’un certain nombre de nos jeunes camarades sont aujourd’hui, à la tête d’entreprises en Californie ou ailleurs.

7Donc ces trois aspects, pédagogie et culture scientifique, relation continuelle entre sciences et entrepreneuriat, mondialisation enfin sous des formes diverses, me paraissent assez symptomatiques du corps. Je voulais, non pas les rajouter, car ils ont été évoqués, mais y revenir globalement. Je vous remercie.

  • 4 Ingénieur des Mines honoraire.

William Varoquaux4

8Je voudrais rebondir sur les propos de Christian Marbach. Il y a une dimension que vous n’avez absolument pas prise en compte, mais qui, moi, m’interpelle. Dans ma promotion, mon major s’appelle Jacques Attali et il n’est jamais entré dans le corps des Mines. Il m’a dit : « De toute façon, le corps des Mines ça ne m’intéresse pas, le Corps s’est comporté de manière incorrecte pendant la dernière guerre mondiale. » Alors je rends hommage à Christian Stoffaës d’avoir évoqué le cas de Bichelonne, parce que Bichelonne était du corps des Mines. Mais il se trouve que j’ai un père qui est du corps des Mines, qui m’a dit : « Le corps des Mines, au contraire, il a eu un rôle fort honorable » et il m’a donné des raisons. Mais c’est vrai qu’il n’est pas historien, et moi non plus. Je rends hommage à Jacques Chirac d’avoir mis les pieds dans le plat en disant que l’histoire de France, entre 1939 et 1945, n’était pas glorieuse. Je souhaite vivement qu’on en parle, et qu’on écrive aussi l’histoire du corps des Mines, entre 1939 et 1945. Personnellement, je pense que dans la culture du corps des Mines, il y a un aspect glorieux. C’est un corps totalement laïc et, quelle que soit sa confession, eh bien, on est ingénieur des Mines ou pas ! Pour moi, que tous ces racismes et ces discriminations soient totalement ignorés, c’est là une dimension positive de la culture du corps des Mines.

9Par conséquent, j’ai l’impression que Jacques Attali s’est trompé. Certes, il y a eu Bichelonne, mais disons la vérité : c’est la France, entre 1939 et 1945, qui n’a pas été totalement glorieuse et Jacques Chirac l’a bien dit. Voilà mon vœu : c’est de voir écrite une histoire du corps des Mines entre 1939 et 1945.

Claude Riveline

10Répondre, c’est beaucoup dire, mais le cas de Jean Bichelonne est extrêmement excitant pour l’esprit. Ses camarades et d’autres de notre promotion considèrent que c’est le major des majors. C’est l’homme le plus brillant du xxsiècle, mais son brio était accompagné d’une cécité incroyable sur les phénomènes psychologiques et politiques. Il avait « vu » le marché commun. Il pensait qu’une vie économique commune entre la France et l’Allemagne était inscrite dans l’histoire et ferait la prospérité et le bonheur des deux peuples, et il considérait l’épisode nazi comme relativement secondaire : « ça leur passera », disait-il ; il ne s’est pas rendu compte… C’est vrai que ça a passé, mais à quel prix ! De sorte qu’il a intensément travaillé avec l’Allemagne nazie. Il est mort en Allemagne. Il a accompagné Pétain dans sa fuite. Mais il a sauvé des Juifs, il a fait des actes de résistance, il a fait du sabotage pendant la guerre contre les Allemands. Donc, il y avait un étrange mélange. Il m’arrive de dire que c’est la pathologie du polytechnicien, c’est-à-dire le formidable élève qui, en même temps, ne voit pas certaines choses essentielles de la vie.

Thierry Gaudin

11Oui, je suis d’accord avec ce que vient de dire Claude. L’impression que j’en ai, c’est que les ingénieurs des Mines, pendant la guerre, étaient consciemment des deux côtés, de manière à pouvoir s’entraider par-dessus l’hostilité. Et de toute façon, effectivement, la France était vaincue et il fallait faire en sorte, d’une part, de sauver les meubles et, d’autre part, d’organiser la Résistance. Il y a trois ingénieurs des Mines, ça a été dit ce matin, qui ont été compagnons de la Libération. Je voudrais citer autre chose ; j’ai assisté à une présentation par quelqu’un qui n’est pas historien, mais qui est ce qu’on appelle un journaliste d’investigation. Il s’appelle Pierre Péan et il a étudié le cas Guillaumat. Apparemment, Guillaumat a été recruté par le colonel Passy dans le service secret gaulliste, pendant la guerre, et il a continué à être membre des services spéciaux jusqu’à sa retraite. À tel point, qu’à certains moments, on se demandait si c’était le SDECE (Service de documentation extérieure et de contre-espionnage) qui commandait Elf ou Elf qui commandait le SDECE.

  • 5 Ingénieur des Mines honoraire.

Guy Berman5

12Il y a une chose qui m’a frappé dans l’ensemble des exposés, aussi bien ce matin que cet après-midi : c’est la fréquence avec laquelle on a parlé de progrès, et des ingénieurs des Mines soit comme acteurs de progrès, soit comme accompagnant le progrès, comme tirant leur légitimité du progrès, surtout du progrès matériel, comme l’a très bien dit Thierry Gaudin dans sa remarque de tout à l’heure. Et ça, je crois que c’était dû au fait que la valeur progrès était une valeur reconnue par tout le monde jusque, disons, le rapport Meadows remis au club de Rome en 1972, si ma mémoire est bonne. Alors ma question est la suivante : est-ce qu’il y a eu un rôle des ingénieurs des Mines pour promouvoir cette idée que le progrès était une bonne valeur, que c’était quelque chose qu’il fallait soutenir ?

13Ou bien ont-ils suivi un mouvement, en faisant confiance à d’autres, pour que cette valeur soit la valeur dominante et leur permette, ensuite, de jouer un rôle assez remarquable, comme on l’a vu dans tous les exposés, pour accompagner ou soutenir ce progrès ?

14Peut-être les historiens ont-ils des éléments de réponse ?

Anne-Françoise Garçon

15C’est une vaste question… En fait, qui, au xixsiècle, a construit cette valeur progrès ? Il est difficile de désigner une personnalité plus qu’une autre. C’est plutôt le fruit d’une construction collective, un construit social avec différentes théorisations. Christian Stoffaës a évoqué avec justesse le rôle de Turgot. Turgot a joué un rôle important, avant la Révolution française, dans cette construction, de même, ensuite, que Condorcet. Mais c’est une pensée, disons, dominante et je crois qu’il était difficile quand on était savant ou quand on était ingénieur de ne pas s’inscrire dans cette pensée. L’exemple le plus parfait de cela, c’est Jules Verne, dont l’œuvre est rien moins qu’une pédagogie du progrès à l’intention des enfants… Mais qu’en pense Bruno ?

Bruno Belhoste

16Ce n’est pas très original, mais il y a un philosophe du progrès qui apparaît avec évidence. Ce n’est pas un ingénieur des Mines, mais un polytechnicien : c’est Auguste Comte. Et, de manière qui nous rapproche de nos ingénieurs des Mines, il y a Saint-Simon et les saint-simoniens, dont nous avons beaucoup parlé aujourd’hui. Par exemple, quelqu’un comme Jean Reynaud, un personnage bien oublié qui a été évoqué, était saint-simonien ; il était à la fois un acteur de son temps et un idéologue. En tant qu’idéologue, c’était aussi justement un apôtre du progrès. Donc, je crois que les ingénieurs des Mines ont été dans un mouvement ; ils en ont été des acteurs majeurs, mais aussi, pour certains, les idéologues.

Lionel Latty

17En quels termes l’évaluation des performances de l’Administration des mines, au regard de la mise en œuvre de la loi de 1810, a-t-elle été faite par les directeurs généraux de l’Administration des mines durant la période 1811 à 1873 ? Cette évaluation des performances était-elle clairement désirée par les nombreux ministres ayant autorité sur cette administration ? Entre 1830 et 1848, neuf ministres se sont succédé, dont deux seulement ont exercé cette responsabilité pendant plus de trois ans : Teste et Dumon. En 1848 ils seront cinq.

18L’analyse des procès-verbaux des séances du Conseil général des mines et des avis émis par ses membres montre certes une vraie quête pour hiérarchiser les questions qui leur sont soumises, mais, en même temps, un étonnant silence et une forme d’autisme au regard du mode d’exploitation réel des concessions houillères. Dès 1830, tous les défauts d’exploitation sont connus, grâce aux rapports des ingénieurs en service ordinaire. Faute de sanction réelle à l’égard des concessionnaires, les avis des ingénieurs sont peu suivis d’effets. La loi de 1810 ne donne ni au préfet ni aux ingénieurs le moyen d’exiger les améliorations indispensables à apporter aux exploitations « vicieuses », terme pourtant souvent employé par l’Administration (pas de remblais, mauvais aérage, plans des travaux pas ou mal mis au jour). Durant la période 1838-1852, ni l’Administration dans sa majorité, ni le Conseil d’État dans sa majorité, ni une majorité politique au sein des Assemblées ne voudront modifier substantiellement la loi de 1810 sur les points suivants :

  • la définition de « l’exploitation utile » ;

  • les concessions inexploitées : il y en a, en 1845, 174 sur un total de 449 ; en 1869, 323 sur un total de 623, soit 52 % ;

  • la prévention des accidents ;

  • une réglementation nationale, bien que recommandée par la Commission du grisou voulue en 1876 par Paul Bert ;

  • les relations d’influence et d’autorité qui s’établissent entre les hommes politiques, les groupes industriels et financiers, la haute administration, quelques personnalités du corps des Mines.

19Les débats provoqués dès 1838 par la menace de monopole de « l’agglomération des concessions » dans le Forez, qui culminent de 1845 à 1852, sont révélateurs. Plusieurs séances du Conseil général des mines sont étonnantes par leur contraste. Tantôt il y a le souci de préciser de quoi il s’agit. Tantôt il y a une confusion déconcertante. C’est le cas le 25 janvier 1849, en présence du ministre Lacrosse, quand il s’agit de prendre position sur la proposition de la commission Dumon du 18 décembre 1846, favorable sous certaines conditions à la mise aux enchères des concessions à instituer : les membres du Conseil commencent par une décision favorable à la mise aux enchères (6 membres pour, 3 membres contre), puis, quelques minutes plus tard, ils considèrent qu’il « n’y a pas opportunité à sa mise en œuvre ». L’opportunité ne se manifestera jamais. Il y a donc eu, au sein du CGM, un clivage : 3 membres novateurs, 3 membres conservateurs, 3 membres opportunistes. Comment se sont-ils posés ou comment aussi leur a-t-on posé la question de l’évaluation des performances de leur propre activité ?

  • 6 Conseiller et représentant permanent du Mosul Vilayet Concil à l’ONU.

Anton Keller6

20Je suis conseiller du Mosul Vilayet Council (www.solami.com/mvcindex.htm), et le fait que vous m’ayez invité à cette conférence, à cet anniversaire, en dit long sur la vision des actuels dirigeants de votre corps. Le Mosul Vilayet est la région Nord de l’Irak. Je rappelle que cette région faisait partie du Sykes-Picot Agreement de 1916, qui préconisait sa mise sous influence française. Plusieurs interventions se sont référées aujourd’hui au pétrole, aux mines de l’étranger et à la loi de 1923. Or, actuellement, nous cherchons, dans cette région, à voir quels sont ceux qui sont prêts à participer au développement futur des énormes richesses de cette région, en pétrole, mais aussi en eau et en autres minéraux. Je ne sais pas s’il y a quelqu’un, ici, du Quai d’Orsay. Je ne sais pas s’il y a une volonté, dans votre corps, d’élargir son champ d’action au-delà du territoire français actuel, et aussi au-delà des problèmes actuels mis sur la table. Parce que c’est une région stratégique et qu’il existe la possibilité d’une association stratégique, pour l’Europe tout entière. Et là, le corps pourrait être un intermédiaire, un partenaire extrêmement intéressant.

André Grelon

21Merci, Monsieur, pour ce témoignage qui pose la question du rôle du corps à l’international.

Christian Stoffaës

22La Compagnie française des pétroles a été créée par la confiscation des avoirs de la Deutsche Bank en Mésopotamie turque. Les pétroles de Mossoul étaient exploités par une compagnie allemande, la Turkish Petroleum Company, dans le cadre des relations d’alliance entre l’Empire ottoman et l’Allemagne impériale. Après le traité de Versailles, les pétroles d’Irak ont été redistribués. La France en a reçu 23,75 % par le traité de San Remo, le conseiller de la Sublime Porte, Nubar Gulbenkian, ayant retenu 5 % de commission pour ses services d’intermédiaire. Donc, l’origine de Total, grand succès de la politique pétrolière française, il y a la coopération franco-allemande. Tout comme les accords Speer-Bichelonne de 1943, préparant la Ceca. L’Histoire peut être ironique.

Anne-Françoise Garçon

23Peut-être des éléments de réponse aux questions posées par Lionel Latty, sur les deux questions, tout à fait importantes, de l’évaluation du corps d’une part, et des relations entre le corps et l’administration centrale et le gouvernement, d’autre part. Concernant l’évaluation, je me suis fait les mêmes réflexions. Personnellement, j’ai surtout travaillé à partir des fiches de suivi des ingénieurs des Mines, sur toute leur carrière. J’en ai dépouillé énormément et je dois dire que l’évaluation se fait toujours au plus bas de l’échelle. C’est-à-dire que plus vous étiez bas dans la hiérarchie, au xixsiècle, et plus vous étiez évalué de façon pointue, pertinente. Et, visiblement, cela correspondait à des éléments de caractère ou de comportement. Ensuite, plus l’ingénieur montait dans la hiérarchie, passait d’ingénieur ordinaire à ingénieur général, puis, a fortiori, inspecteur, on observe, dans les fiches, comme une sorte de rhétorique générale et bien fondée, qui fait qu’on ne savait plus rien de vous, sauf évidemment, et là, je confirme le propos de Claude Riveline, sauf évidemment lorsque vous aviez pantouflé. Alors, la haine se déchargeait effectivement de façon assez violente et assez amusante, dans les fiches que l’administration continuait de remplir. Charles Ledoux, par exemple, le directeur de Peñarroya, ou encore Auguste Rateau étaient manifestement profondément détestés ou enviés. Je comprends donc qu’au niveau du Conseil général des mines, il n’y ait plus rien… Je me demande dans quelle mesure les deux questions, de l’évaluation et de la relation à l’administration centrale, ne sont pas liées c’est-à-dire qu’à certains moments, mal évaluer, c’est porter atteinte au corps. Et porter atteinte au corps, c’est l’affaiblir vis-à-vis d’un pouvoir qui, effectivement, a souvent cherché à s’en débarrasser. Car, je le confirme, cette tension permanente, entre la nécessité de son existence et la gêne qu’elle provoquait, est une constante de l’histoire du corps. On peut se demander d’ailleurs si, à plus longue échelle – car, oui, cher Christian Stoffaës, il arrive aussi que les historiens se risquent à penser dans la très longue durée –, ce n’est pas cela qui aboutit à la pathologie, parce que je suis d’accord avec ce terme : « pathologie du polytechnicien ». C’est-à-dire qu’à force de constituer une idée complètement lisse de ce qu’est le mérite, eh bien, on finit effectivement par avoir quelqu’un qui absorbe tout ça, et dont la personnalité se subsume dans l’action lisse et nécessaire. La question posée par Lionel Latty est donc tout à fait importante. Je pense qu’Hervé Joly a des choses à dire là-dessus.

Hervé Joly

24Je veux juste dire un mot par rapport à cette vision qui a été donnée, à la fois par Claude Riveline et par Anne-Françoise Garçon, sur la position très hostile qu’aurait eu le corps à l’égard de ceux qui allaient dans le privé avant 1974. Les dossiers de carrière que j’ai vus remontent plutôt à la fin du xixsiècle ou le début du xxe ; ils sont assez riches. Or, je n’ai pas cette impression que le corps voyait d’un si mauvais œil les pantouflages. Mais, il y a peut-être des cas où, effectivement, cela ne se passait pas très bien.

25Ledoux avait déjà des problèmes dans l’administration, parce que, autant que je m’en souvienne, il était protestant et il s’était heurté, dans les régions où il était en poste, à des catholiques qui l’avaient attaqué. Concernant Rateau, il y a eu aussi des choses un peu particulières, liées au fait que c’était un pantouflage en plusieurs temps, parce qu’il a continué les activités dans le corps tout en créant sa propre activité. Mais, globalement, ce qu’on trouve dans les fiches, c’est plutôt positif. Les ingénieurs ne sont pas suivis de très près quand ils passent dans le privé ; l’appréciation est assez répétitive. C’est en général une mention pour dire ; « Fait une belle carrière dans l’industrie » ou « Il fait honneur à notre Corps ». Enfin du moins, c’est ce qu’on trouve autour des années 1900. En général, le corps est quand même plutôt fier de ses ingénieurs faisant carrière dans le privé. Alors, je ne sais pas, ce que dit Claude Riveline, est-ce que c’est un effet de l’après-1968 ? Peut-être que les choses s’étaient un petit peu radicalisées. Quand on lit les mémoires de Roger Martin, lorsqu’il évoque les relations entre ingénieurs des Mines dans les années 1950, entre ceux qui sont restés dans l’administration et ceux qui sont passés dans le privé, tout ça n’a pas l’air de se passer si mal.

Anne-Françoise Garçon

26Attention, les époques ne sont pas les mêmes, et on voit bien, dans les carrières des ingénieurs, l’impact de la grande crise qui commence en 1873-1880. Là, on bascule vers autre chose. En fait, je me situais bien en amont de cette crise. Après, le travail se fait rare, il y a trop d’ingénieurs. Et Ledoux, en particulier, fait partie de ceux qui embauchent, avec l’énorme développement de Peñarroya. D’où le possible changement de regard. Comme vous le disiez ce matin, il faut bien faire la différence entre les périodes.

Thierry Gaudin

27Je me souviens de l’accueil que faisait Fischesser aux jeunes ingénieurs. Il leur disait : « Vous allez aller dans l’administration, puis une bonne partie d’entre vous ira dans le privé, mais ça sera toujours pour servir l’intérêt général ». Donc, il mettait ça comme définissant l’identité du corps, et à l’époque, on avait des ratios ; Daunesse disait : « Il en faut un tiers en région, un tiers en administration centrale, un tiers dans la recherche et un tiers dans le privé… ».

  • 7 Agrégée d’histoire, docteur en histoire contemporaine, auteur du Grand état-major financier : les i (...)

Nathalie Carré de Malberg7

28Je me réjouis vraiment d’avoir été invitée à ce colloque, parce que je travaille, moi, depuis très longtemps maintenant, sur les inspecteurs des Finances. J’ai déjà fait remarquer à Madame Garçon que l’expression « grand corps » n’avait pas été prononcée dans cette matinée. Or l’inspection des Finances est l’autre grand corps, et ils peuvent entrer en compétition. Alors, je voudrais faire deux ou trois petites remarques.

29D’abord, je voudrais vous encourager, vous au corps des Mines, à faire ce que l’inspection des Finances est en train de faire. C’est-à-dire, qu’elle va publier un dictionnaire historique des membres de ce corps, fait par des historiens, et, dans ce cadre, il y aura un article, que je rédige avec leurs archives qui m’ont été ouvertes, sur les parcours des inspecteurs des Finances sur la période 1939-1946, épuration visible et invisible comprise. Donc, je vous encourage à faire ce travail, vous, dans le corps des Mines, pour qu’on puisse comparer, parce qu’en l’état, le dictionnaire des inspecteurs va sortir sans comparaison, sauf avec la Cour des comptes, qui a fait le même travail que nous.

30La deuxième observation s’adresse à Hervé Joly. En effet, ses chiffres ne prennent que le premier emploi. Or, dans le cas des inspecteurs des Finances, on constate une grande mobilité d’entreprise et d’emploi. Je voulais donc savoir si ses chiffres n’auraient pas été un peu différents si, au lieu de les prendre au premier emploi, il les avait pris en tant qu’actifs. Car j’ai été frappé par la faible présence du système financier dans ses chiffres. Or, chacun connaît des membres du corps des Mines qui sont passés par l’industrie et qui ont terminé dans la finance.

31Et cela me conduit à poser une autre question, plutôt à Christian Stoffaës. La financiarisation, c’est aussi une technique et, à mon avis, ce n’est pas un monopole de l’inspection des Finances. Donc, je m’étonnais que les ingénieurs du corps des Mines, qui disposent d’outils mathématiques certainement plus élaborés que ceux des inspecteurs des finances, ne prennent pas davantage le pouvoir dans le système financier en France, voire en Europe.

Hervé Joly

32Réponse rapide effectivement. Pour faire simple, j’ai pris le premier pantouflage, mais c’est vrai que pour l’essentiel des promotions que j’étudie – c’est moins vrai pour les dernières années –, la mobilité entre les branches n’est pas si forte. Quand même, pour la plupart des ingénieurs, quand ils entrent dans la sidérurgie, ils y font toute leur carrière. C’est vrai que, dès le début du xxsiècle, il y en a quelques-uns qui passent par les banques, mais cela peut être en début de carrière, parfois pour aller dans l’industrie ou l’inverse. Donc, en gros, de ce que j’ai vu, je crois que ça n’aurait pas changé tellement la répartition si j’avais pris en compte l’ensemble des pantouflages, ce qui aurait été plus compliqué. En revanche, c’est vrai que si on examine les promotions plus récentes, le passage par le secteur financier devient encore plus important. Mais ce n’est pas forcément de l’industrie vers le secteur financier. Cela peut être en sens inverse, commencer dans la banque et finir dans l’industrie ou dans les services.

Christian Stoffaës

33À propos de cette époque troublée qui se déroule entre 1935 et 1946, où l’on assiste à une succession de régimes extrêmement différents, conflictuels, où le corps des Mines et d’autres grands corps qui constituent la solide armature de l’État, comme l’inspection des Finances, traversent tous ces troubles et l’histoire n’en est pas vraiment écrite. Cette tache blanche pèse sur nos consciences, appelant une sorte de psychanalyse collective. Vous ne vous racontez pas l’histoire. Le temps a passé. Les grandes personnalités du corps des Mines à l’époque, comme Louis Armand, chef de Résistance Rails, et Pierre Guillaumat, chef du BCRA à Tunis étaient des résistants. En 1944, Bichelonne a été mitraillé dans sa voiture, sur les routes de Sigmaringen, probablement parce qu’il en savait trop long sur les cartels allemands et sur le STO ; Robert Gibrat a fait deux ans de prison à Fresnes. Avec la Libération, sont arrivés au pouvoir les autres, c’est-à-dire les résistants, Guillaumat et Armand, dont on se souvient car, eux, ils étaient du bon côté. C’est le moment d’écrire sur cette période. Ce serait une œuvre très salutaire. Il y a un passé extraordinairement lourd, qui pèse sur nos épaules. Cet objet étrange, et sans équivalent dans le monde, qui s’appelle le corps des Mines, une sorte d’OVNI incompréhensible si on ne pénètre pas vraiment dans la connaissance de l’histoire française. Donc merci, Nathalie, de ton regard bienveillant et des petites leçons que tu nous donnes. C’est une invitation à la réflexion et c’est très intéressant. Groupons-nous avec l’inspection des Finances pour écrire l’histoire de cette période maudite ou une psychanalyse de groupe.

34En ce qui concerne les économistes, ils jouent un rôle majeur dans la prescription des choix publics. L’économie, c’est une science des chiffres, des méthodes, mais c’est aussi de la politique. Il y a effectivement beaucoup de polytechniciens économistes et, comme le dit Nathalie, les banquiers, les financiers ont eu recours aux mathématiciens depuis une trentaine d’années, avec la modélisation. C’est même un peu en raison de cette mathématisation qu’est arrivée la crise, parce que la crise économique, c’est en fait une spéculation qui s’est mal terminée, une spéculation dissimulée au regard, parce que les instruments étaient très sophistiqués, des modèles mathématiques qui donnaient une confiance trompeuse. Les Annales des mines ont publié, il y a quelques semaines, un numéro « Retour à l’économie réelle » et qui essaie de regarder ce qui s’est passé chez les économistes depuis vingt ou trente ans. D’abord, les économistes ont été achetés par les banquiers ; donc, ils ont plaidé la cause des banquiers et leur ont fourni des argumentaires pour la vente de titres. Ils ont imposé des modèles conceptuels qui réduisent l’entreprise à des agrégats financiers : le flux des dividendes, le cash-flow, la maximisation de la valeur pour les actionnaires. On avait oublié ce qu’était une entreprise. Il n’y avait plus d’usines, il n’y avait plus d’ingénieurs, il n’y avait plus d’ouvriers, il n’y avait plus que des abstractions mathématiques. On est en train de vivre une contre-révolution avec, non seulement une crise économique, mais aussi la conception de nouveaux paradigmes autour de la technique. Parce que la technique, c’est elle qui crée le progrès. Comme le proclamaient les saint-simoniens, dont le corps des Mines était le symbole le plus achevé. Ce qui fait que le monde du xxie est différent du xixe, c’est qu’il y a eu la machine à vapeur, le chemin de fer, l’automobile, puis la révolution informatique, c’est-à-dire un bouleversement de la technologie. C’est cela qui fait que le monde est différent. Plus personne ne se souvient de combien était le déficit budgétaire en 1950 ou en 1835. En revanche, on se souvient comment est née la machine à vapeur.

Thierry Gaudin

35Je voulais juste faire une remarque à propos des mathématiques financières. Les vrais matheux sont horrifiés par l’usage des mathématiques qui est fait par les financiers. Si on demandait à des mathématiciens de faire quelque chose de propre, en matière de monnaie et de gestion financière, ils sauraient le faire. Mais on ne le leur demande pas, on veut continuer à jouer au casino. En Angleterre aussi, ils ont des mathématiciens remarquables : Andrew Wiles, par exemple, qui a démontré le théorème de Fermat. Ils ont des mathématiciens d’extrêmement haut niveau. J’ai discuté avec eux, ils sont horrifiés de ce qui est fait : considérer comme indépendantes des variables qui ne le sont pas, c’est quand même un peu gros pour un mathématicien ! Et c’est cela qui est, effectivement, à l’origine de la crise des subprimes.

Claude Riveline

36Je voudrais faire une courte intervention qui soit un petit peu moralisatrice. J’ai pour excuse le fait que tous les ingénieurs des Mines vivants, à quelques vieillards près, ont été mes élèves. De sorte que c’est avec beaucoup d’implication et d’émotion que j’ai entendu tout ce qui s’est dit aujourd’hui. Et je voudrais vous faire sentir l’importance que cela revêt à mes yeux. Auguste Detœuf a écrit dans les Propos de Barenton, confiseur que le salut d’une nation repose sur une centaine de personnes désintéressées. Il était ingénieur des Ponts, donc il n’y a pas de chauvinisme dans cette affaire, et je pense qu’il a raison. Eh bien, les ingénieurs des Mines correspondent à peu près à cette définition. Pourquoi ? Parce que ce sont fondamentalement des premiers de la classe ; le seul point commun qu’il y a entre eux est qu’ils ont eu de bonnes notes. Je pense que s’ils sont honnêtes et désintéressés, c’est parce qu’ils veulent toute leur vie avoir de bonnes notes. Alors, cela peut se traduire de différentes manières, dans certaines pathologies ; en effet, on l’a noté au passage…

37Mais il n’en reste pas moins que c’est un trésor pour une nation, surtout à une époque où nous sommes tous sur des navires dans une mer démontée. Actuellement, il y a des tempêtes qui noient les plus beaux bâtiments et, dans ce cas-là, avoir dans la nation des principes de permanence, c’est une nécessité vitale. Or, le politique ne le comprend pas toujours. Je note avec beaucoup de plaisir et d’intérêt que nos amis de l’inspection des Finances et du Conseil d’État ont, eux aussi, des préoccupations d’histoire. Mais ils sont beaucoup plus solides que nous. Il y aura toujours du droit administratif, et il faudra toujours un Conseil d’État. Il y aura toujours des finances publiques à contrôler, donc il faudra toujours des corps d’inspection, mais il n’y a plus de mines. De sorte que, si le corps des Mines survit, c’est parce qu’il a une aura, une espèce de force intérieure, dont une cérémonie comme celle d’aujourd’hui est une manifestation. On dit que ceux qui n’ont pas de passé ne peuvent pas avoir d’avenir. Donc, intéressons-nous à notre passé, mais pas seulement pour faire des archives, pour nous demander aussi quel sens a notre avenir.

André Grelon

38Voilà une excellente conclusion. Merci à vous tous, chers collègues et amis, pour cette très belle discussion.

Notes

1 Directeur d’études à l’EHESS.

2 Fondateur du centre de gestion scientifique de l’École des mines de Paris.

3 Ingénieur des Mines, président d’honneur de la Sabix, président du comité éditorial de La jaune et le Rouge.

4 Ingénieur des Mines honoraire.

5 Ingénieur des Mines honoraire.

6 Conseiller et représentant permanent du Mosul Vilayet Concil à l’ONU.

7 Agrégée d’histoire, docteur en histoire contemporaine, auteur du Grand état-major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search