Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Innovation et industrialisation

Deux siècles d’action et d’influence : le rôle du corps des Mines dans la politique industrielle française*

Christian Stoffaës

Texte intégral

Retour sur la politique industrielle1

  • * Cet article est le résumé d’un article original publié dans une version plus longue dans le numéro (...)
  • 1 Ce texte a servi de fil conducteur au diaporama préparé pour le Bicentenaire du corps des Mines « L (...)

1Le corps des Mines n’est pas seulement une addition d’individualités exerçant de hautes responsabilités dans des secteurs économiques et scientifiques divers : hauts fonctionnaires, chercheurs, inventeurs, capitaines d’industrie… C’est une collectivité dotée d’une identité forte forgée sur la longue durée, qui a exercé un rôle puissant dans l’économie, dans le privé comme dans le public, conseillé les gouvernements, fait progresser la science et la technique, contribué à la pensée économique et sociale de leur temps sur les questions de politique industrielle. À travers les époques, à travers les phases du développement économique et la succession des régimes politiques, au-delà des inclinations idéologiques personnelles et de la diversité des métiers et des talents, on peut identifier une continuité et une cohérence qui transcendent et affirment sa permanence.

2La politique industrielle de la France est généralement mal comprise à l’étranger, notamment des économistes anglo-saxons, qui la voient sous des traits déformés – une sorte de survivance du Gosplan soviétique. C’est qu’elle ne relève pas des seules catégories de l’analyse économique, elle relève surtout de la sociologie et des institutions. L’action de l’État sur l’industrie ne se réduit pas aux ministères économiques et techniques, aux entreprises publiques, aux grands instituts de recherche ni aux plans sectoriels. Comprendre la spécificité de la politique industrielle française impose d’interroger la ressource humaine, celle de corps d’ingénieurs formés dans les grandes écoles, qui partagent des conceptions proches, de serviteurs de l’État qui essaiment dans la recherche et l’industrie, et établissent ainsi des relations de confiance entre les entreprises et les administrations, au nom de la légitimité que leur confère l’élitisme républicain.

3Le corps des Mines est l’archétype de cette spécificité française. Mais pourquoi le corps « des Mines » ? Ce secteur, qui fut certes à la base de la richesse des nations et de la révolution industrielle, n’occupe plus qu’une part réduite de l’économie moderne. Stratégique à l’époque du mercantilisme, du protectionnisme, des guerres franco-allemandes et franco-britanniques et de l’empire colonial, il a perdu de son importance à l’ère de la globalisation. Pourtant, quoique dédié à l’origine aux charbonnages et à la machine à vapeur, il a vu son rôle stratégique perdurer.

L’État ingénieur

4Dans le monde anglo-saxon, l’engineer est celui qui fait marcher les machines, c’est un technicien, un simple exécutant. En France, tout comme en Russie, en Chine et en Allemagne, « ingénieur » est un titre révéré s’appliquant à un responsable investi d’un pouvoir de direction. En France, c’est aussi le titre de hauts fonctionnaires de l’État appartenant à un des grands corps techniques investis de missions d’intérêt public : les infrastructures, les fabrications d’armements, etc. Chargé, à l’origine, d’appliquer le droit minier, de contrôler et d’encourager les entreprises, de diriger des établissements industriels et des grands travaux publics, le corps des Mines a vu son rôle s’élargir chaque fois que l’État a eu besoin de collaborateurs compétents en matière scientifique et technique. Objet mystérieux, quelque peu souterrain (comme son nom l’indique), incompréhensible aux regards étrangers, le corps des Mines est l’incarnation de deux grands courants fondateurs de la France moderne, le règne de la raison et l’élitisme républicain, un carrefour où s’incarnent des spécificités nationales :

  • la méritocratie républicaine, par son recrutement et sa formation, inséparable de l’École polytechnique. Les ingénieurs des Mines sont recrutés, depuis un siècle et demi, au sommet hypersélectif de la pyramide des concours. C’est en réalité en cela que réside leur caractéristique distinctive. Leur qualité de « majors de l’X » est au fondement de leurs compétences, de leur solidarité, de leur légitimité à agir ;

  • l’excellence scientifique, composant une sorte d’Académie des sciences de l’ingénieur, fertile en inventeurs et en savants éminents ;

  • le service de l’État (car les ingénieurs des Mines sont des hauts fonctionnaires, même s’ils essaiment aussi dans l’industrie ou dans la recherche) ;

  • l’ambition du développement économique et social, le progrès technique et l’industrialisation élevés à la hauteur d’une idéologie ;

  • l’indépendance nationale et les préoccupations stratégiques, de la mise en valeur des ressources minières nationales à la sécurité des approvisionnements énergétiques et miniers, l’organisation des industries d’armements et de l’économie de guerre, sans oublier la dissuasion atomique.

5« Pour la Patrie, les sciences et la gloire » : le corps des Mines incarne au plus haut point la devise de l’École polytechnique, dont il faut rappeler qu’elle est une école militaire destinée à former les corps d’officiers requérant une haute technicité. À ce titre, les Mines ont été considérées comme une arme stratégique de l’État, presque comme un corps militaire, à l’instar de l’artillerie et du génie maritime, eux aussi pourvus par l’École polytechnique.

Au cœur de la technocratie

6Bien avant que le xxsiècle n’établisse la notion de technocratie, le corps des Mines en fut l’incarnation précoce. Son rôle et sa place dans la société française ont évidemment évolué au rythme des phases du développement économique et technique dans le domaine des secteurs de base. Au siècle du pétrole et du nucléaire, on retrouve le rôle qu’occupait le corps des Mines au siècle du charbon et de la machine à vapeur.

7Au xixsiècle, les mines, secteur clef de la révolution industrielle, mobilisaient les capitaux lourds et la main-d’œuvre qualifiée des mineurs et des techniciens de l’exploitation minière et de la métallurgie. Dans une économie française dominée par l’agriculture et les petites entreprises, les mines, les chemins de fer et la sidérurgie relevaient de la grande industrie. Créée sous l’Ancien Régime, solidement établie par la Révolution et l’Empire pour gérer le domaine public du sous-sol et encourager le développement de l’exploitation minière, formatée par Napoléon, l’Administration des mines fut successivement investie, à mesure de l’industrialisation, d’une série de missions d’intérêt public requérant une compétence technique élevée : l’attribution de concessions minières et leur surveillance, le suivi des usines métallurgiques, la sécurité des machines à vapeur, les chemins de fer.

8La généralisation de l’intervention étatique au xxsiècle, sous la pression des nécessités (la mobilisation de l’économie de guerre, les crises et récessions) et des idéologies économiques (le socialisme, le corporatisme, les nationalisations, l’indépendance stratégique), fit du corps des Mines, constitué de fonctionnaires compétents, dévoués et disciplinés, un instrument idéal pour réaliser les ambitions industrielles de l’État (tout comme l’administration du New Deal américain, dans un pays pourtant fondamentalement libéral, fera appel au Corps of Army Engineers pour la gestion de ses grands travaux). Aujourd’hui, le temps des savants encyclopédistes et des inventeurs individuels est révolu : la recherche s’est institutionnalisée, avec le CNRS et les universités ; l’Éna (dont le recrutement est inspiré, au demeurant, du concours de Polytechnique) règne sur la haute administration et les états-majors des entreprises ; les formations au management et à la gestion sont abondantes ; l’Europe et le libéralisme ont dérégulé l’économie ; les entreprises publiques ont été privatisées ; enfin, les mines ont été rayées de la carte du territoire national. Mais, sous de nouvelles formes, le corps a conservé des positions d’action et d’influence, et il continue de jouer un rôle important, à la frontière de la technique, de l’économie et de la société.

Les prémices : colbertisme et physiocratie

9Aux périodes fondatrices de l’État moderne, le corps des Mines n’existe pas encore, mais il est le produit de ces époques. Quelques formules :

« Pro rege, saepe, pro patria semper » : « Pour le roi, souvent, pour la patrie toujours » (Colbert).

« Pâturage et labourage sont les deux mamelles dont la France est alimentée, les vraies mines et trésors du Pérou » (Sully).

« Laissez faire, laissez passer » (Turgot citant Vincent de Gournay).

« Enseigner à tous et éclairer l’ignorance » (abbé Grégoire).

« Polytechnique, ma poule aux œufs d’or » (Napoléon Ier).

10Universellement connue, la transformation en substantif (le colbertisme) du nom propre du contrôleur général des Finances du Roi-Soleil résume la spécificité de l’approche française de la politique économique. Le colbertisme, c’est d’abord la volonté de mettre l’économie au service de la puissance royale. Le « système du commerce extérieur », comme le dépeint Adam Smith, encourage le développement des activités économiques sur le territoire national. Il institue des droits de douane afin de pénaliser les importations et de développer la production nationale, ce que l’on appellera, plus tard, l’« import-substitution » ou la « reconquête du marché intérieur ». Il est à l’origine des manufactures nationales (Saint-Gobain, les Gobelins, la Savonnerie) qui, chargées de copier les productions étrangères, se voient octroyer des statuts de monopole. Colbert développe les ports du royaume, fait construire les arsenaux pour la construction navale, triple la flotte, plante des forêts, institue l’inscription maritime et les galères pour assurer le recrutement des équipages, développe les compagnies à charte et les comptoirs pour le commerce avec les colonies (aux Indes, au Québec, au Levant). Il édifie les infrastructures indispensables aux échanges (routes royales, canaux), complétant dans le domaine civil l’œuvre constructrice de Vauban dans le génie militaire. Il favorise la technologie avec la création des Académies (des sciences, de l’architecture), il attire les talents industriels étrangers (artistes, architectes, artisans et techniciens), anticipant ce que l’on appellera plus tard les « transferts de technologies ».

11La physiocratie (le « gouvernement par la nature ») s’impose en France dans la seconde moitié du xviiie siècle. Se dénommant eux-mêmes « les Économistes », regroupés autour de Quesnay, les physiocrates mettent l’accent sur l’exploitation et la valorisation des ressources de la nature, au service de l’intérêt général. La richesse, à leurs yeux, doit être produite par le travail et l’exploitation de la terre – ce que l’on appellera plus tard le « secteur primaire » – c’est-à-dire par les ressources du sol et du sous-sol. Seul le secteur primaire est productif de valeur et de « surplus » : la terre multiplie les biens (une graine semée en produisant plusieurs). L’industrie et le commerce sont des activités stériles car se contentant de transformer les matières premières. Dans sa critique du colbertisme, la physiocratie est apparentée à l’autre grande révolution dans la pensée économique qui marque l’époque, une révolution mise en forme dans le célèbre ouvrage d’Adam Smith, la Richesse des nations. Le droit de propriété, la liberté d’établissement, l’échange produisent la richesse : il faut abolir tout ce qui entrave les libertés économiques, c’est-à-dire toutes les interventions nuisibles de l’État (la propriété collective, les douanes et péages, les monopoles, les corporations, les réglementations, les impôts). Turgot, ministre de Louis XVI, abolit les corporations, les maîtrises et les jurandes, qui entravent la liberté d’entreprendre, et il libère le commerce des grains.

12Issue des États généraux convoqués pour voter l’impôt rendu nécessaire par la banqueroute publique, la Révolution française est fondamentalement une révolution libérale issue des Lumières, abolissant les privilèges et les monopoles étatiques et corporatistes, privatisant les biens nationaux et d’Église, avant que les troubles de la guerre civile et étrangère ne la fassent dériver vers le dirigisme. La création de l’École polytechnique et du corps des Mines apparaît ainsi comme un aboutissement, le fruit commun du colbertisme et des Lumières :

  • colbertiste, dotant l’État d’un puissant instrument d’intervention dans un secteur stratégique au service de l’État centralisé, bénéficiant d’un corps de direction organisé et compétent ;

  • physiocratique, mettant l’accent sur la production des ressources naturelles, en l’occurrence le développement des mines.

13Enfin, l’École polytechnique et le corps des Mines constituent un des produits les plus achevés de la jeune République française, instituant l’accès aux emplois publics via un concours, substituant le mérite aux privilèges de la naissance, au cursus ecclésiastique et à la vénalité des charges dans le recrutement des serviteurs de l’État.

Les Saint-simoniens

14Le mouvement saint-simonien exerce une influence déterminante dans la société industrielle naissante du xixsiècle. Il se rattache à la gauche dite « utopique » prémarxiste et au positivisme. Le rayonnement de cette pensée typiquement française s’étend largement au-delà de nos frontières, dans le monde entier. Les polytechniciens, au premier rang desquels les ingénieurs des Mines, participèrent aux événements du siècle. Des savants dans la politique : l’opinion publique les révéra, voyant en eux l’incarnation du rêve républicain et rationaliste.

« La société tout entière repose sur l’industrie. L’industrie est la seule garantie de son existence, la source unique de toutes les richesses » (Claude-Henri de Rouvroy de Saint-Simon).

« L’idée napoléonienne n’est point une idée de guerre, mais une idée sociale, industrielle, commerciale et humanitaire » (Charles-Louis-Napoléon Bonaparte, Napoléon III).

« La méthode qui conduit le plus sûrement à la réforme est l’observation des faits sociaux » ; « La bureaucratie organisée définitivement en France depuis la Révolution y est le principal écueil de la vie publique » ; « Les peuples comme les individus ne sont fatalement voués ni au progrès, ni à la décadence : quel que soit leur passé, ils restent maîtres de leur avenir, s’ils reprennent la pratique des lois morales » (Frédéric Le Play).

« Le dernier terme de la civilisation sera la disparition presque complète du travail manuel, coïncidant avec un développement scientifique et un perfectionnement d’outillage tels que les besoins de l’économie soient largement satisfaits » (Charles-Louis de Saulces de Freycinet).

15Pour son expédition d’Égypte, Bonaparte s’entoure de polytechniciens, militaires, et scientifiques. Dans son œuvre législative, s’inscrit le code minier qui inspirera de nombreux régimes étrangers. Le choix décisif est de faire des mines une activité privée gérée sous un régime de concessions d’État, alors que dans les pays libéraux, la propriété du sous-sol est privée. Le pouvoir napoléonien emploie le corps des Mines pour l’apprentissage et l’importation des techniques minières, pour exploiter les ressources de ses conquêtes territoriales : ainsi, le baron Héron de Villefosse, président du Conseil général des mines, est inspecteur général des mines du grand-duché de Berg, la future Ruhr. Lorsque, sous la Restauration, le projet saint-simonien émerge, c’est sous la forme d’un mouvement « de gauche » proclamant les principes d’égalité et d’abolition des privilèges fondés sur la naissance aristocratique ou sur la rente financière. Les ingénieurs, peu nombreux dans une France encore préindustrielle, sont au centre du mouvement, et parmi eux, au premier chef, le corps des Mines. Héritiers du siècle des Lumières et de la Révolution, précurseurs du socialisme, les saint-simoniens adhèrent à l’idéologie du progrès par la science. Ces « apôtres de l’industrialisation » – y compris au sens religieux du terme – se constituèrent en secte autour du « père » Enfantin, prêchant une parole moraliste dans leurs journaux. L’apogée vint sous Napoléon III. Désormais aux affaires, les membres du mouvement prirent une part décisive dans le développement de l’industrie et des infrastructures et firent entrer le pays dans l’ère industrielle, avec la construction des chemins de fer en France et en Europe, la modernisation des villes (dont les grands travaux parisiens d’Haussmann), le percement du canal de Suez, le développement économique de la Méditerranée, la création des banques d’affaires. La technique étendit son emprise bénéfique sur le développement économique et social. Après la chute de l’Empire (en 1871), le saint-simonisme fut écarté de la politique nationale. Rétrospectivement, il apparaît singulièrement moderne, précurseur à la fois du christianisme social, du mouvement coopératif et du corporatisme, de la technocratie d’État et du management de la grande entreprise.

16Entre libéralisme autoritaire et socialisme utopique, les ingénieurs des Mines ne sont pas des promoteurs systématiques de l’intervention de l’État dans l’économie. Ils ne sont ni des mercantilistes colbertistes ni des financiers rentiers. Ce sont des « libéraux industriels » prônant une politique centrée sur les besoins du progrès de l’industrie, passant par des mesures de développement social ou des mesures de libéralisation économique. En ce sens, ils sont les vrais précurseurs de la politique industrielle moderne. Quelques-unes des figures marquantes, incarnations du saint-simonisme, n’en sont pas issues, comme Émile Pereire, le fondateur de la compagnie de chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée (PLM), Ferdinand de Lesseps, promoteur du canal de Suez ou encore Prosper Enfantin, un polytechnicien promoteur du développement économique de l’Algérie et de l’Orient. En revanche, le mathématicien Gabriel Lamé, le chimiste Henry Le Chatelier, le thermodynamicien Émile Clapeyron, concepteur de la ligne ferroviaire de Paris à Saint-Germain-en-Laye, membres du corps des Mines investis d’une grande autorité, se situent à la croisée de la science et de l’industrie. Henri Fournel, directeur général des Forges du Creusot, ingénieur-conseil de Rothschild, principal collaborateur du père fondateur des saint-simoniens, Enfantin, résume leur doctrine, dans son intervention au grand procès de la secte, en 1831 : « J’ai adopté la doctrine saint-simonienne vers 1828, persuadé que c’est le seul moyen d’améliorer l’état social actuel ». Jean Reynaud, professeur d’économie à l’École des mines, sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique sous la révolution de 1848, est un des prédicateurs influents du saint-simonisme ; il fut le créateur de la toute première école nationale d’administration.

17Ils sont trois, parmi les ingénieurs des Mines, à avoir profondément influencé les questions économiques et sociales de ce temps : Michel Chevalier, principal conseiller de Napoléon III pour les questions économiques, saint-simonien ardent ; Frédéric Le Play, l’idéologue du régime impérial et du paternalisme, fondateur de la sociologie, Charles-Louis de Saulces de Freycinet plus tard. Directeur de la revue saint-simonienne Le Globe, Michel Chevalier devint sénateur d’empire et professeur d’économie politique au Collège de France. Auteur des Intérêts matériels en France (1837), des Essais de politique industrielle (1843), des Brevets d’invention examinés dans leurs rapports avec le principe de la liberté du travail et avec le principe de l’égalité des citoyens (1878), conseiller de l’empereur, il fut le concepteur (avec son ami Richard Cobden) du traité de commerce franco-britannique de 1860. Cet acte décisif, conclu entre les deux principales puissances de l’époque, fit entrer la France dans l’ère du libre-échange.

« Je vous répète que nous n’entrerons sérieusement et grandement dans les voies du libre-échange que par le moyen d’un traité passé avec une puissance étrangère. Le Corps législatif, très peu éclairé en tout cela, et mené par quelques prohibitionnistes, fera obstacle à tout, s’il est saisi de la question, et la seule manière de ne pas l’en saisir est de procéder par un traité ».

18Frédéric Le Play est le précurseur de la sociologie moderne. Directeur des mines du prince Demidoff dans l’Oural, responsable de la Statistique de l’industrie minérale, commissaire général des Expositions universelles de 1855, 1862 et 1867, sénateur d’Empire, auteur des Ouvriers européens (1855) et de La Réforme sociale en France (1864), fondateur de la Société internationale des études pratiques d’économie sociale, il prône un ordre social fondé sur l’harmonie entre les classes et la famille. Pour expliquer les facteurs du développement des nations, il attribua un rôle clef aux régimes successoraux en usage et au noyau familial comme facteur de stabilité sociale et de développement économique.

19Militant républicain, proche compagnon de Gambetta, qui le délègue à l’organisation de la guerre, Charles-Louis de Saulces de Freycinet est le concepteur et le réalisateur du service public des transports. Plusieurs fois ministre des Travaux publics et ministre de la Guerre, président du Conseil à quatre reprises entre 1879 et 1892, il met en œuvre le plan d’infrastructures qui porte son nom, complétant le réseau des grandes lignes du chemin de fer par un réseau local assurant l’accès universel de l’ensemble du territoire au réseau ferroviaire, ainsi que le « gabarit Freycinet » du réseau des canaux. Il modernise l’armement et est l’auteur de nombreux ouvrages sur le progrès économique, le travail des femmes et des enfants, ou encore sur la philosophie des sciences.

Conséquences des guerres et des crises : le dirigisme industriel

« Vaincus aujourd’hui par la force mécanique, nous vaincrons, demain, par une force mécanique supérieure » (Charles de Gaulle).
« La plus grosse tête, pas seulement qu’il était champion de Polytechnique et des Mines. Histoire ! Géotechnie ! Un vrai cybernétique tout seul » (Louis-Ferdinand Céline).

« Tous deux, nous étions jeunes, nous croyions avoir l’avenir devant nous et nous nous promettions d’éviter dans le futur les erreurs commises par la génération actuellement au pouvoir en cette période de guerre mondiale » (Albert Speer, à propos de Jean Bichelonne).

20La Première Guerre mondiale déstabilise l’ordre libéral ancien hérité du xixsiècle capitaliste. Le socialiste Étienne Clémentel, un des pères fondateurs de l’intervention de l’État dans l’économie, regroupe sous son autorité ministérielle les administrations traitant des questions économiques. Cette mobilisation économique étend le contrôle de l’État bien au-delà des seules industries d’armement – crédits militaires, contrôle des changes, réquisitions, impôts, mobilisation de la main-d’œuvre, gestion des pénuries. Poussées par les besoins de la défense nationale, de grandes innovations amorcent leur décollage : l’artillerie et la chimie des poudres, l’aviation, le transport routier, l’électricité. Les instruments du dirigisme industriel mis en place – en particulier le rôle nouveau attribué au corps des Mines – serviront tout au long du xxsiècle. Après la Grande Guerre, le corps des Mines fut appelé à gérer les mines confisquées de Silésie, de la Sarre, de la Ruhr, occupée par les troupes françaises. Les traités de l’après-guerre attribuèrent à la France une part des gisements de Mésopotamie, sur laquelle s’édifia la Compagnie française des pétroles, tandis que la loi de 1928 fixait le régime des importations de pétrole. Le corps prit en charge la mise en exploitation des phosphates de Tunisie et du Maroc, des mines de fer de Mauritanie, du manganèse du Gabon, du pétrole du Sahara, du golfe de Guinée enfin, à partir duquel s’est construit ultérieurement le groupe pétrolier d’État Elf-Aquitaine, prédécesseur du groupe fusionné Total, extraordinaire réalisation d’une puissante multinationale édifiée par un pays dépourvu de pétrole par les hasards de la géologie (mais riche en ingénieurs des Mines…) – un exemple emblématique de la transformation d’une faiblesse en force.

21La crise de 1929 débouche sur le chômage de masse ; elle contraint le gouvernement à secourir les secteurs en faillite, à nationaliser les chemins de fer et les banques. Le capitalisme financier et le parlementarisme libéral s’en trouvent discrédités. Les partis extrêmes captèrent la colère des chômeurs, comme celle des classes moyennes. Partout dans le monde, l’idée se répand que seule une puissante intervention de l’État est en mesure de fournir des solutions, sous des formes diverses : la planification centralisée des industries lourdes, en URSS ; le New Deal, aux États-Unis ; le nazisme en Allemagne, le fascisme en Italie. La technocratie naissante prône le transfert de la direction des affaires industrielles et financières aux managers. En France, le mouvement X-Crise rassemble des ingénieurs qui recherchent des solutions nouvelles pour répondre à la crise et au déclin. La « synarchie » préconise le transfert de la direction des affaires politiques des politiciens, jugés incapables et démagogues, aux industriels. Les idées du « planisme », une doctrine alternative au libéralisme et au communisme, se répandent à droite comme au sein de la social-démocratie. Elles seront mises en œuvre d’une part par les gouvernements du Front populaire, en 1936 (Paul Ramadier, premier titulaire de l’embryon d’un ministère de l’Énergie), puis par le régime de Vichy, en 1940, et, enfin, sous la Reconstruction, dans une profonde continuité technocratique, transcendant les alternances politiques de cette époque troublée. Ce puissant mouvement, dans lequel le corps des Mines joue un rôle central, bifurquera en deux courants : l’un sera appelé aux commandes de l’État par le régime de Vichy ; l’autre se tiendra à l’écart ou entrera en résistance pour prendre des responsabilités à la Libération.

22Le secrétariat d’État à la Production industrielle, institué par Vichy en 1940, à partir de l’historique ministère du Commerce fusionné avec le secteur des mines et de l’énergie, doit beaucoup aux idées des technocrates d’X-Crise. On lui doit la création des centres techniques sectoriels, visant à développer la recherche industrielle en entreprise. Incarnation de la synarchie, représentatif des jeunes et brillants technocrates dirigistes obsédés par la modernisation du pays, Jean Bichelonne en prend la direction dans le gouvernement Laval en 1942. À ce titre, il joue un rôle décisif dans la politique de collaboration industrielle avec l’occupant, concluant, en 1943, avec son homologue Albert Speer, technocrate comme lui, un accord d’intégration économique. Le régime crée également la Délégation générale à l’équipement national (DGEN) et décide du principe d’un plan pour la reconstruction et le rattrapage industriel du pays.D’autres membres du corps des Mines sont appelés par Pétain et Laval à occuper des fonctions ministérielles, comme le seront d’ailleurs d’autres membres de grands corps de hauts fonctionnaires, au nom du « gouvernement des techniciens » : ainsi Jean Berthelot, ministre des Transports et des Communications, et Robert Gibrat, ministre du Ravitaillement.

23Deux citations pour éclairer l’esprit de cette époque troublée, et les perversions de l’approche technocratique :

« Il semble avoir été grisé par son ascension ministérielle et avoir eu de grosses ambitions qui l’ont poussé à avoir eu des contacts politiques avec des partis d’avant-garde […] et de vous avoir mené dans les affaires de réquisition de main-d’œuvre (le STO) et d’avoir traité celle-ci comme du matériel humain que l’on cède au poids » (René Bousquet).

« L’hypertrophie de Bichelonne dans le maniement de la logique et sa cécité à l’égard des facteurs passionnels et politiques le poussaient à l’abîme. Mais, avec quel talent !.. » (Raymond Fischesser).

24Louis Armand, organisateur du mouvement Résistance-Fer sous l’Occupation, ancien résistant, jouera après la Libération un rôle décisif dans la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier et d’Euratom, contribuant ainsi à un rapprochement entre la France et l’Allemagne, dans un contexte évidemment totalement différent… Quant au ministère de la Production industrielle, il poursuivra son activité, après la guerre, sous l’action d’influents ministres (le communiste Marcel Paul ; le socialiste Robert Lacoste) pour mener à bien les nationalisations des secteurs de l’énergie et des industries lourdes.

La reconstruction et le Plan

« L’ardente obligation du Plan » (Charles de Gaulle).

« Produire, c’est aujourd’hui la forme la plus élevée du devoir de classe, du devoir des Français. Hier, notre arme était le sabotage, l’action armée contre l’ennemi, aujourd’hui, l’arme, c’est la production pour faire échec aux plans de la réaction » (Maurice Thorez).

« La modernisation n’est pas un état de choses, mais un état d’esprit […] Lorsqu’une idée correspond à la nécessité de l’époque, elle cesse d’appartenir aux hommes qui l’ont inventée et elle est plus forte que ceux qui en ont la charge. » (Jean Monnet).

25La Libération ouvre une ère nouvelle pour l’économie française. Il faut non seulement reconstruire l’économie du pays, ravagée par la pénurie mais, plus simplement, édifier une infrastructure industrielle dont la France est mal pourvue. Le Conseil national de la Résistance a réclamé la nationalisation des monopoles, des services publics industriels et commerciaux (l’électricité, le gaz, les charbonnages), des banques et des assurances. Les instruments de la planification sont désormais en place : les ministères du dirigisme économique (Économie nationale, Production industrielle, Travaux publics) ; les canaux d’affectation des crédits publics ; les entreprises nationalisées ; les institutions financières étatiques (le Crédit national, la Caisse des dépôts). Six secteurs de base sont désignés par le Plan selon un principe simple : il faut d’abord édifier les infrastructures (mines de charbon, barrages hydroélectriques d’EDF, électrification du réseau de la SNCF, autoroutes) avant les industries de transformation, et les industries lourdes avant les PME et les services. Les missions de productivité, aux États-Unis, diffusent la pédagogie des nouvelles méthodes d’organisation de l’industrie (le taylorisme, le fordisme). L’État confie souvent à des ingénieurs des Mines la direction des entreprises nationalisées (les charbonnages, le gaz, l’électricité). Citons aussi, dans le domaine de la reconstruction de la sidérurgie (demeurée à capitaux privés, mais lourdement subventionnée), les noms d’Henri Malcor et de Léon Daum, membre de la haute autorité de la Ceca.

26Symbole de la diversité des attaches politiques du corps des Mines, Louis Armand marque cette époque par sa pensée. Directeur général de la SNCF, où il conduit l’électrification du rail, président de l’Union internationale des chemins de fer, il est un des pères fondateurs de l’Europe unie, présidant les travaux de la Conférence intergouvernementale pour l’Euratom avant de devenir le premier président de la Communauté européenne de l’énergie atomique. Il exerce aussi une influence sur la politique économique de la VRépublique, à travers le comité Rueff-Armand, commission d’experts réunis par de Gaulle ayant pour mandat la suppression des obstacles à l’expansion économique.

« Le développement de l’économie européenne risque d’être gravement entravé par une insuffisance d’énergie… Mais l’entrée en scène de l’énergie nucléaire nous donne indirectement la possibilité d’endiguer la marée montante des importations [de pétrole et de charbon]. »

27Louis Armand fut aussi un écrivain prolifique, (il est notamment l’auteur de Plaidoyer pour l’avenir et de Propos ferroviaires) et fut élu à l’Académie française. Citons quelques réflexions inspirées de sa vaste expérience :

« Il faut l’Europe des hommes, et pas l’Europe des administrations » ;

« Ce n’est pas la technique qui représente le vrai danger pour la civilisation, c’est l’inertie des structures » ;

« Si on laisse l’Administration se compliquer, elle se compliquera, chacune à sa façon… Le technocrate plus un ordinateur, c’est le monde en cartes. »

De gauche à droite, Francesco Giordani, Louis Armand et Frantz Etzel, les « trois sages » auteurs d’un rapport sur la Communauté européenne de l’énergie atomique, établi à la demande des gouvernements des six pays membres de l’Euratom, 1957.

De gauche à droite, Francesco Giordani, Louis Armand et Frantz Etzel, les « trois sages » auteurs d’un rapport sur la Communauté européenne de l’énergie atomique, établi à la demande des gouvernements des six pays membres de l’Euratom, 1957.

© Association des amis de Louis Armand

Inauguration de la raffinerie de Grandpuits le 26 juin 1967 en présence du Premier ministre Georges Pompidou (au centre) et de Pierre Guillaumat, président de l’ERAP (à droite).

Inauguration de la raffinerie de Grandpuits le 26 juin 1967 en présence du Premier ministre Georges Pompidou (au centre) et de Pierre Guillaumat, président de l’ERAP (à droite).

© DR/ Total 

Les grands projets industriels

« Nous avons choisi l’indépendance. Chaque nation doit être responsable d’elle-même […]. Au point de vue de la sécurité, notre indépendance exige, à l’ère atomique où nous sommes, que nous ayons les moyens voulus par dissuader, nous-mêmes, un éventuel agresseur. » (Charles de Gaulle).

28C’est dans les grands projets d’indépendance nationale que, pour les regards étrangers, s’incarne le plus visiblement l’originalité de la politique industrielle de la France contemporaine. Et c’est dans la mise en œuvre et la gestion de ces grands projets que s’incarne l’action des ingénieurs d’État. Animé de l’ambition de la grandeur nationale et de l’indépendance stratégique, de Gaulle a pour objectif premier l’autonomie en matière d’armement, à la suite du spectaculaire retrait de la France de l’Otan et pour contourner les restrictions aux transferts de technologie imposées par les États-Unis. Il décide de donner au pays une « force de frappe atomique ». Son autre priorité est l’indépendance énergétique. Le nom de Pierre Guillaumat est inséparable de cette politique. Homme de confiance du général de Gaulle, Guillaumat crée le groupe Elf-Aquitaine en conduisant la fusion des entreprises publiques du secteur (l’Union générale des pétroles, la Régie autonome, le Bureau des recherches des pétroles, les Pétroles d’Aquitaine) et en appuyant la conquête du marché national sur une coordination étroite avec l’administration. Rangé sous son autorité, c’est une bonne partie du corps des Mines qui est mobilisée au service de la politique pétrolière du pays.

« Homme de confiance du général de Gaulle, Pierre Guillaumat crée le groupe Elf-Aquitaine en conduisant la fusion des entreprises publiques du secteur et en appuyant la conquête du marché national sur une coordination étroite avec l’administration ».

29On le retrouve dans la conduite de la politique nucléaire, en tant qu’administrateur général du CEA, ainsi que ses héritiers : André Giraud, qui accompagne la transition de la filière graphite-gaz à la filière eau légère, lance la technologie des surgénérateurs et devient le ministre de l’Industrie responsable du programme électronucléaire ; Georges Besse, qui fut constructeur de l’usine d’enrichissement du Tricastin, avant de présider et de redresser Renault.

30À partir de 1965, le général de Gaulle se préoccupe du développement d’une industrie nationale dans le domaine de l’informatique et des techniques modernes de communication. Après s’être opposé en vain au rachat par General Electric de la seule firme française, la Compagnie des machines Bull, il décide la création de la Compagnie internationale pour l’informatique (C2I) pour contourner l’embargo américain sur les grands ordinateurs nécessaires aux calculs scientifiques de la force de frappe. Mais l’évolution technologique et commerciale du secteur est trop rapide. Le Plan Calcul échoue dans son ambition de doter la France d’une industrie informatique compétitive L’effort de modernisation du téléphone permet en revanche l’édification d’une industrie moderne des télécommunications, construite autour des compétences technologiques du corps des ingénieurs des Télécommunications et du Centre national d’études des télécommunications (le CNET, laboratoire de recherche des PTT). Quelques membres du corps des Mines participent à ces projets de haute technologie : Jean Blancard, bras droit de Pierre Guillaumat, président de la Snecma, puis délégué général pour l’Armement ; Bernard Grégory, délégué général de la DGRST, ou encore Maurice Allègre, délégué à l’Informatique.

31Les grands projets du gaullisme, développés à leur origine selon une conception d’arsenaux high-tech dévolus aux commandes publiques de la Défense nationale, débouchent ultérieurement (sous les présidences Pompidou et Giscard d’Estaing) sur la conquête des marchés internationaux, apportant une contribution décisive à la balance commerciale et au potentiel technologique du pays.

De l’expansion à la globalisation

« C’est dans le domaine de l’industrie que l’effort le plus grand reste à faire, en dépit des progrès accomplis dans les dernières années. De 1970 à 1975, il faut que notre production industrielle augmente de près de la moitié et que nos investissements se développent à l’étranger. A ce prix, et à ce prix seulement, pourront être assurés aussi bien le maintien du rôle de la France dans le monde que l’amélioration satisfaisante du niveau et du cadre de vie de l’ensemble des Français » (Georges Pompidou).

« Au début de ma carrière, j’enseignais que pour faire de l’acier, il fallait disposer de charbon et de minerai de fer. J’avais tort. Il faut avoir, et cela suffit, des clients pour le consommer » (Roger Martin).

« Les entreprises publiques seront le fer de lance de la rénovation industrielle et de la reconquête du marché intérieur » (François Mitterrand).

32La haute visibilité des grands projets du gaullisme technologique ne doit pas dissimuler que l’œuvre économique des IVe et VRépubliques revêt d’autres aspects, peut-être moins spectaculaires, mais qui transforment en profondeur l’économie française : l’industrialisation, la modernisation de la gestion, la formation des grands groupes, l’internationalisation des grandes entreprises. La France est partie prenante du Marché commun : son industrie s’ouvre aux marchés extérieurs. La France agricole s’industrialise et s’urbanise à un rythme soutenu. Les grands groupes industriels se constituent, conquièrent les marchés européens, adoptent des méthodes de gestion modernes. Acteur moins directement engagé qu’il ne l’était sous la Reconstruction, l’État continue néanmoins de jouer un rôle central dans l’économie en mettant en place un cadre général favorable. Pour favoriser la mobilité et le regroupement des entreprises, des dispositions juridiques et des agréments fiscaux sont adoptés, qui auront une influence décisive sur la consolidation de l’industrie et sur la formation des grands groupes industriels :

  • dans les secteurs nationalisés du pétrole et de l’aéronautique, c’est l’État qui a donné l’impulsion ;

  • dans la sidérurgie également, avec la formation du groupe lorrain Sacilor et du groupe du Nord Usinor, issus de la fusion d’entreprises de moindre taille : Denain-Anzin, Forges Nord-Est, Longwy, Chiers, Marine Firminy, Le Creusot, etc., dont la plupart des dirigeants sont issus du corps des Mines ;

  • dans la chimie ensuite, avec la formation d’Ugine-Kuhlmann et de Rhône-Poulenc, sans oublier la pétrochimie développée par Total et Elf. La chimie d’État se réorganise, d’abord autour des mines de potasse d’Alsace et de l’Office national industriel de l’azote, puis, plus tard, autour de CDF-Chimie ;

  • dans les matériaux de construction enfin, avec les Ciments Lafarge, Saint-Gobain–Pont-à-Mousson et Pechiney, leader européen de l’aluminium.

33Les membres du corps des Mines dirigeants d’entreprises des secteurs de base jouent un rôle décisif dans ces concentrations. Dans ce qui est, à l’époque, l’équivalent du CAC 40, près de la moitié des grands groupes ont comme dirigeants des membres du corps des Mines : Pierre Jouven (Pechiney Ugine Kuhlmann) ; Roger Martin (Saint-Gobain–Pont-à-Mousson) ; Maurice Borgeaud (Usinor) ; Pierre Guillaumat (Elf) ; René Granier de Lilliac (Total), etc. À l’issue de ce processus, qui trouve son point culminant sous la période pompidolienne, la France est devenue une économie de grandes entreprises modernes et internationales. Hier tétanisée par l’obsession de la puissance industrielle allemande et par le « défi américain » des multinationales parties à la conquête de l’Europe, la France dispose désormais d’un grand nombre de firmes multinationales efficaces et bien gérées. Les entreprises du CAC 40 sont souvent les plus performantes de leur secteur à l’échelle globale. Sur les 500 plus grandes entreprises mondiales, 10 % sont françaises, soit plus que n’en compte l’Allemagne qui, elle, excelle dans le Mittelstand des entreprises moyennes souvent familiales (dont le prototype est l’industrie des machines-outils, dont la France est mal pourvue).

34La crise des chocs pétroliers et les nationalisations du Programme commun de la gauche française parachèvent la consolidation industrielle engagée dans la période de l’expansion, dans un contexte politique et économique fort différent. La récession conduit à multiplier les plans de soutien aux entreprises et aux secteurs en difficulté (sidérurgie, charbonnages, construction navale, machine-outil, textile). Les aides publiques creusent le déficit du budget sans pouvoir enrayer l’échéance inéluctable des restructurations. Les nationalisations du Programme commun portent à un degré d’extension inégalé le secteur public déjà considérable qui s’est constitué sous le Front populaire et la Libération. Mais la France marche alors à contre-courant du contexte mondial – la dérégulation libérale-monétariste initiée dans les pays anglo-saxons, le constat d’échec de l’économie soviétique, la globalisation des échanges et des investissements, l’achèvement du Grand Marché européen. Au nom de la construction européenne et après le départ des communistes du gouvernement, François Mitterrand change de cap. Dès lors que la gauche a réhabilité l’entreprise, renoncé au protectionnisme et à la dévaluation, que la construction européenne rassemble le consensus de l’opinion et des grands partis, le terrain est prêt pour une politique d’ouverture des marchés. L’opinion et les forces sociales acceptent désormais les nécessités de la reconversion industrielle, en premier lieu dans les régions minières et métallurgiques traditionnelles du Nord et de la Lorraine.

35Entre croissance et crise, cette période a vu la disparition d’un des principaux fiefs traditionnels du corps des Mines, les Charbonnages. La France, jadis handicapée par des ressources charbonnières déficientes, se tire mieux de la reconversion de ses mines que ses voisins (l’Angleterre, l’Allemagne, la Belgique), qui porteront le poids des subventions vingt années de plus. La sidérurgie, autre industrie estampillée « corps des Mines », suit une trajectoire similaire : une « industrie stratégique » (les canons) devenue une « industrie de base », priorité de la reconstruction, puis muée en une « industrie sociale » qu’il faut reconvertir. La fin de l’histoire est là différente, puisqu’au terme ultime de sa concentration – de mille entreprises à une seule et unique, Usinor-Sacilor –, la sidérurgie nationale se dissout dans un ensemble européen, avec le Luxembourgeois Arbed et l’espagnol Aceralia, puis dans un ensemble mondial. Plus tard, l’OPA du financier anglo-indien Mittal sur le nouveau groupe européen constituera un tournant dans l’histoire de cette industrie et de ses représentations mentales, symbole de la transition d’une économie nationaliste à la globalisation financière. Un secteur considéré jadis comme stratégique pour la survie des nations, consommateur des énormes subventions publiques de la reconstruction et des « canards boiteux », se voit livré aux « gnomes » de la City : l’acier devient une industrie « comme les autres ». De même pour un autre fleuron historique du corps des Mines, l’aluminium, avec le rachat de Pechiney par le Canadien Alcanu.

  • 2 La revue Les Annales des mines a publié, en août 2011, dans sa série « Réalités industrielles » un (...)

36Les grands groupes constitués dans la période d’expansion poursuivent avec succès leur adaptation au marché mondial, avec, aux commandes, une nouvelle génération d’ingénieurs des Mines : Jean-Louis Beffa, dauphin de Roger Martin, à Saint-Gobain ; Francis Mer, qui fusionna Usinor et Sacilor ; Bertrand Collomb, chez Lafarge ; Anne Lauvergeon, qui fusionna la Cogema et Framatome autour d’Areva. Face à la crise industrielle et au défi des reconversions, les ingénieurs des Mines, traditionnellement connus comme bâtisseurs de grands groupes et développeurs de grands projets, s’affirmèrent aussi dans les restructurations et les redressements : Roger Martin en anticipant le désastre de la sidérurgie ; Francis Mer en la restructurant et en la consolidant ; Georges Besse, venu du nucléaire, en redressant Pechiney Ugine Kuhlmann, nationalisé en 1982, puis Renault, dont il prit la direction en 1985, avant d’être la victime des terroristes d’Action directe2 ; Patrick Kron protégeant Alstom des ambitions de Siemens. La France se convertit au libéralisme, lors de la cohabitation de 1986-1988, avec la privatisation des entreprises industrielles concurrentielles et des banques nationalisées en 1981. Puis, après le coup d’arrêt de la règle du « ni-ni », entre 1988 et 1993, vint le tour des « vieilles nationalisées », y compris les plus symboliques, telles la Régie Renault, l’Aérospatiale ou Elf. Les premières privatisations ayant été saluées comme un succès, le changement de statut et l’ouverture partielle ou totale du capital s’étendirent aux entreprises de service public : France-Télécom, Air France, puis, plus tard, EDF, GDF, La Poste, enfin. Sous l’impact des directives de dérégulation du Marché intérieur européen, les anciens monopoles publics furent ouverts à la concurrence avec l’arrivée de nouveaux entrants (notamment dans les télécommunications) et la séparation de l’infrastructure de transport (SNCF, avec Réseau ferré de France ; EDF, avec Réseau de transport d’électricité). Les petites et moyennes entreprises, désormais reconnues comme essentielles à la compétitivité, sur le modèle du Mittelstand allemand, firent l’objet de dispositifs fiscaux et financiers privilégiés. En rejoignant la norme internationale, la France affirma le caractère distinctif de sa politique industrielle : la libéralisation de l’économie s’effectua dans l’ordre et la méthode, sans précipitation – en regard des thérapies de choc des M. Thatcher, B. Eltsine et autres –, sous l’égide d’un État qui demeurait une référence respectée et sans les excès de la dérégulation financière débridée.

37Plusieurs membres du corps des Mines furent appelés à des fonctions ministérielles au cours de cette période : André Giraud, ministre de l’Industrie de 1978 à 1981, puis de la Défense de 1986 à 1988 ; Francis Mer, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie de 2002 à 2004 ; François Loos, ministre délégué à l’Industrie de 2005 à 2007. La structure ministérielle de la politique industrielle se transforma. Le ministère de l’Industrie fut intégré au sein du ministère de l’Économie, et l’Énergie partagée avec le ministère de l’Écologie, dans le contexte de la lutte contre le changement climatique. Les services régionaux de l’Administration des mines – les vénérables arrondissements minéralogiques –, devenus les DRIRE fusionnèrent avec d’autres services administratifs régionaux pour donner les DREAL et les DIRECCTE. Le corps des Mines, enfin, fusionna avec le corps des ingénieurs des Télécommunications en 2009 et le Conseil général des mines devint le Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET). Les techniques des xixe et xxsiècles rejoignaient celles du xxie : peu de restructurations administratives furent aussi ambitieuses.

  • 3 On peut également citer, dans cette catégorie, l’auteur du présent article, Christian Stoffaës, con (...)

38Mentionnons, à côté des ingénieurs des Mines placés aux commandes des organismes publics et des grands entreprises, l’influence des ingénieurs économistes, qui, par leurs fonctions de conseillers ou leurs écrits, inspirés de leur proximité des décideurs, fournirent une analyse et une conception de la politique industrielle3 :

39Bernard Esambert, conseiller du Premier ministre et du président de la République Georges Pompidou, auteur de Pompidou, Capitaine d’Industrie et de La guerre économique mondiale ;

40Lionel Stoléru, à la même époque conseiller du ministre des Finances, puis du président de la République Valéry Giscard d’Estaing, auteur de L’impératif industriel (1969) ;

41Maurice Allais, l’unique prix Nobel français d’économie, professeur à l’École des mines de Paris, où il forma des générations de futurs dirigeants industriels, dont les travaux multiples touchent aussi bien au calcul économique et à la théorie mathématique (ainsi qu’en témoigne l’œuvre de ses élèves Marcel Boiteux et Gérard Debreu, franco-américain également lauréat du prix Nobel) qu’à l’économie politique ;

42Jacques Lesourne, incomparable connaisseur des stratégies industrielles, consultant au sein de grandes entreprises, théoricien du management et de la prospective industrielle, professeur au Cnam, et qui fut aussi, un temps, directeur du journal Le Monde.

43S’il faut retenir une figure pour incarner au travers de son action et de sa pensée la transition de l’économie nationale à la globalisation, la modernisation de la grande entreprise à travers l’expansion et la crise, c’est celle de Roger Martin, président de Saint-Gobain. Professeur de sidérurgie à l’École des mines, il entre à Pont-à-Mousson, où il conduit la fusion avec le vénérable groupe verrier Saint-Gobain, dont il fait le modèle respecté d’une fusion réussie. Gestionnaire industriel remarquable, il croit aussi au pouvoir des idées et rassemble son expérience en écrivant Patron de droit divin. Il fonde l’histoire d’entreprise à Saint-Gobain et l’Institut d’histoire de l’industrie. L’application concrète de cette vision est sa sortie précoce de la sidérurgie, qui vivait alors dispendieusement aux crochets de l’État et dont il avait anticipé, avant tout le monde, la marche à l’abîme :

« Une tragédie grecque où des personnages aveugles et sourds poursuivent imperturbablement leur marche vers un destin fatal ».

44Roger Martin s’est illustré comme défenseur de l’entreprise, si mal aimée en France, expliquant sa nécessaire relation avec le profit :

« Le profit n’est ni notre loi ni notre morale, mais notre obligation et notre garde-fou. »

« L’industrie est une affaire d’hommes au service des hommes. La réussite ou l’échec se mesurera dans les hommes. »

« Les entreprises sont des organismes vivants extrêmement fragiles, auxquels il convient de ne toucher qu’avec la plus extrême prudence. »

Permanence du Corps des Mines

45Où peut-on situer l’action et l’influence distinctives du corps des Mines par rapport aux grands débats économiques récurrents que sont le libre-échange et le protectionnisme ; le libéralisme et le dirigisme ; la question sociale, les syndicats et les relations du travail ? Une constante s’impose : la croyance dans les vertus du progrès technique et de l’industrialisation, trait permanent du corps des Mines : des encyclopédistes aux saint-simoniens, de la reconstruction aux grands projets. Les ingénieurs des Mines sont des ingénieurs : pour eux, la machine, l’usine et les hommes qui y travaillent sont au cœur de la richesse des nations. Ils se différencient, en cela, des commerçants et des financiers, même s’ils savent qu’il n’y a pas d’industrie sans finance et sans commerce. On serait tenté d’en faire des dirigistes invétérés et des protectionnistes par construction, du fait qu’il s’agit d’un corps de hauts fonctionnaires au service de l’État et de la Nation. Il n’en est rien. Le développement de la technique et de l’industrie passe par les entrepreneurs et les libertés économiques. Ainsi, les saint-simoniens furent des libéraux, en matière économique – Michel Chevalier n’est-il pas l’inspirateur du traité de libre-échange avec l’Angleterre ? Régulièrement, les ingénieurs des Mines fustigent la bureaucratie, comme en attestent leurs écrits, cités dans cet article, de Le Play à Louis Armand.

46Rêve d’harmonie économique et sociale ? L’idée corporatiste (l’organisation des professions) apparaît de manière récurrente, produit du rationalisme inhérent à leur formation (de Le Play, qui en construit la théorie, jusqu’à Bichelonne, qui la met en pratique dans le cadre du ministère de la Production industrielle, des directions sectorielles et des comités d’organisation. Bien que créés sous l’Occupation, ces dispositifs seront conservés après la Libération et déboucheront sur les fédérations professionnelles patronales et sur les commissions du Plan…).

47Productivistes invétérés ? Ils placent les questions humaines et sociales au centre du projet industriel : l’industrie est une affaire d’hommes avant que d’être une affaire de machines, ainsi qu’en atteste l’attention constante portée à la formation supérieure des ingénieurs et aux formations techniciennes, à la protection des travailleurs contre les accidents du travail (la sécurité minière et des appareils à pression constituant une fonction essentielle de l’administration des mines), à la condition ouvrière, que les réflexions de Le Play ont rendues centrales. Ils s’affirment aujourd’hui comme les techniciens de la maîtrise des risques, de la protection de l’environnement et des consommateurs, des fonctions de l’État qui deviennent aujourd’hui essentielles, autour du principe de précaution et du développement durable. Voilà une vocation essentielle du corps des Mines pour le xxisiècle : une forme de « magistrature technique » se situant à l’interface des technologies et de la société, indépendants des groupes de pression, de par son statut et sa légitimité scientifique, apte à comprendre la complexité et à rendre des arbitrages sur des enjeux complexes, telle la sûreté nucléaire. Leur idéal est l’intégration harmonieuse de la technique et du progrès dans la société, à travers l’attention portée aux questions sociales, humaines, de sécurité, d’écologie.

48Car dans politique industrielle, il y a le mot « politique ». Participant au pouvoir d’État, les ingénieurs des Mines exercent, par là même, un rôle politique. Et ce, même s’ils s’en défendent, au nom de la neutralité de la science et de la technique Ainsi Francis Mer titre-t-il significativement son livre de mémoires Vous, les politiques. Le corps des Mines bénéficie de la faveur des pouvoirs de manière contrastée selon les régimes politiques et les idées économiques et sociales ambiantes, avec des périodes de grâce et des périodes de (relative) disgrâce. Le corps des Mines atteint l’apogée de son influence avec Napoléon plutôt qu’avec la Restauration ; sous le Second Empire plutôt que sous la monarchie de Juillet. La mobilisation économique de la Grande Guerre, la grande dépression de l’entre-deux-guerres, la gestion de la pénurie sous l’Occupation, la Reconstruction l’amènent au premier plan. Il bénéficie de la faveur du maréchal Pétain, qui voulait construire une économie corporatiste, mais aussi des partis de la Libération, qui nationalisent les industries lourdes. Il est aux côtés du général de Gaulle pour conduire les grands projets pétroliers, nucléaire, technologiques, et il accompagne Georges Pompidou dans son ambition du développement industriel et de la consolidation des grandes entreprises. La diversité des opinions en son sein lui permet d’assurer sa continuité par-delà les péripéties de l’histoire. Les ingénieurs des Mines proches du Second Empire, mis à l’écart par le nouveau régime, sont remplacés par des ingénieurs républicains. Aux ingénieurs des Mines vichyssois, discrédités par la collaboration, succèdent les résistants Pierre Guillaumat, chef du BCRA (Bureau central de renseignements et d’action) à Tunis, et Louis Armand, chef de la Résistance ferroviaire.

Next step ?

49La mise en perspective historique de la politique industrielle est une manière de réfléchir sur l’avenir et sur les formes sous lesquelles celle-ci pourrait, demain, redevenir pertinente et utile. Depuis la crise financière, la politique industrielle n’est plus un débat interdit : mieux, elle redevient à la mode. Vouée aux gémonies par la révolution libéral-monétariste, qui, depuis R. Reagan et M. Thatcher, a submergé la planète, entraînée dans la chute des régimes communistes et le discrédit du Gosplan, prohibée en Europe par le droit de la concurrence et le marché unique, « opéisée » par les traders de Wall Street, la politique industrielle paraissait un archaïsme bon à ranger au magasin des antiquités.

  • 4 La revue Les Annales des mines a publié, en mai 2010, dans sa série « Réalités industrielles, un nu (...)

50Retour à l’économie réelle – réhabilitation des ingénieurs4. Wall Street a subi un échec retentissant ; la financiarisation est allée trop loin, engloutie dans une spéculation teintée d’arrogance. Hier encore, le règne des marchés financiers réduisait l’entreprise à un actif financier, à une source de cash flow évaluée au jour le jour par les analystes et le cours de la Bourse, sous la menace des OPA hostiles et des mergers & acquisitions. Sous l’empire de la corporate governance, la gestion industrielle était réduite à maximiser la valeur pour les actionnaires : disparus des écrans radar, les usines, les machines, les chercheurs et scientifiques, les ouvriers et les techniciens. Dans les étages des directions d’entreprises, les financiers, les juristes et les communicants avaient pris la place des techniciens, au nom de l’hypothèse des marchés financiers efficients, le credo de notre époque.

51Aujourd’hui, ce sont les forces financières qui sont désignées à l’opprobe publique, à Paris comme à Washington et à Bruxelles.

52Retour à l’État : quand l’administration Bush elle-même engage un plan de sauvetage des banques applaudi par Wall Street ; quand Londres vient au secours de la City ; quand General Motors échappe à la faillite par une injection massive de crédits publics…

53La France a une longue expérience en matière de politique industrielle. Dans le monde anglo-saxon, cela nous fait parfois comparer à une Union soviétique qui n’aurait pas échoué. Car, en dépit de quelques « canards boiteux » et autres « éléphants blancs » (le Plan Calcul, les soutiens prolongés à la sidérurgie, aux charbonnages, à la construction navale), les réalisations sont enviables. Elles assurent notre présence sur les marchés mondiaux, d’Airbus et du TGV au pétrole et au programme nucléaire, qui ont délivré un pays dépourvu de charbon et de pétrole du souci de sa dépendance énergétique. L’histoire ne se répète pas. L’expérience française n’est guère reproductible ailleurs. Le corps des Mines est une institution unique dans le monde, qui a survécu à deux siècles de mutations impressionnantes du paysage industriel, à la fin des charbonnages, à l’OPA sur la sidérurgie, à la dilution de son ministère de rattachement, à la frontière de l’Économie et du Développement durable, à sa fusion avec le corps des Télécommunications – dans laquelle il pourra se ressourcer – le mariage improbable de la machine à vapeur et de l’Internet… La politique industrielle, si celle-ci doit renaître, prendra des formes toutes différentes. Mais la France a un message à adresser à un monde désorienté, à la recherche de nouveaux repères.

Notes

* Cet article est le résumé d’un article original publié dans une version plus longue dans le numéro Réalités industrielles des Annales des mines de novembre 2011, p. 48-67.

1 Ce texte a servi de fil conducteur au diaporama préparé pour le Bicentenaire du corps des Mines « Les grandes heures de la politique industrielle », disponible sur le site www.cgiet.org

2 La revue Les Annales des mines a publié, en août 2011, dans sa série « Réalités industrielles » un numéro consacré à la mémoire de Georges Besse.

3 On peut également citer, dans cette catégorie, l’auteur du présent article, Christian Stoffaës, conseiller des ministres de l’Industrie Michel d’Ornano, André Giraud, puis Alain Madelin, directeur du Centre d’études et de prévision du ministère de l’Industrie, président du Centre d’études prospectives et d’informations internationales, coauteur de Nationalisations (1977), La grande menace industrielle (1978), French industrial policy, Brookings (1985), éditeur de Pierre Guillaumat, ingénieur d’État (1974) et de Georges Besse, ingénieur de la République (1975), ainsi que de nombreux actes de colloques sur la politique industrielle dans la collection de l’Institut d’histoire de l’industrie (IDHI).

4 La revue Les Annales des mines a publié, en mai 2010, dans sa série « Réalités industrielles, un numéro consacré à ce thème, coordonné par Christian Stoffaës et Xavier Dalloz, comprenant des signatures prestigieuses, comme Maurice Allais, Francis Mer, Marcel Boiteux et Claude Martinand.

Table des illustrations

Titre De gauche à droite, Francesco Giordani, Louis Armand et Frantz Etzel, les « trois sages » auteurs d’un rapport sur la Communauté européenne de l’énergie atomique, établi à la demande des gouvernements des six pays membres de l’Euratom, 1957.
Crédits © Association des amis de Louis Armand
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Inauguration de la raffinerie de Grandpuits le 26 juin 1967 en présence du Premier ministre Georges Pompidou (au centre) et de Pierre Guillaumat, président de l’ERAP (à droite).
Crédits © DR/ Total 
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 486k

Auteur

Ingénieur général des Mines au Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET), ministères économique et financier. Il est rapporteur du Comité de prospective, réseau de transport d’électricité, professeur associé d’économie, université Paris-2–Panthéon-Assas, président de l’Institut d’histoire de l’industrie (IDHI), président du conseil d’administration du CEPII (Centre d’études prospectives et d’informations internationales, 2004-2009).
Il poursuit sa carrière à EDF où il a été successivement secrétaire du comité stratégique, directeur de l’Inspection générale, directeur des relations internationales, directeur exécutif du Fonds E7 pour le développement énergétique durable, délégué général. Au ministère de l’Industrie (de 1972 à 1988), il a été : directeur du Service des mines de la région de Paris ; sous-directeur des contrats d’équipement internationaux ; directeur du Centre d’études et de prévisions ; directeur adjoint de la Direction des industries électroniques et de l’informatique ; chargé de mission auprès du ministre. Il est l’auteur de nombreux livres et articles sur les questions d’économie de la régulation, de l’énergie, de politique industrielle. Sur les questions de politique industrielle et du corps des Mines, Christian Stoffaës a publié : Cours de politique industrielle, Institut d’études politiques, Les Cours de droit, 1976 ; La grande menace industrielle, Calmann-Lévy et Le Livre de poche, 1978 ; French Industrial Policy, Brookings Institution, Washington, 1986.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search