Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Innovation et industrialisation

Un Corps technique et ses raisons

Anne-Françoise Garçon

Texte intégral

  • 1 A. Thépot, Les ingénieurs des Mines du xixsiècle. Histoire d’un corps technique d’État, 1810-1914(...)
  • 2 F. Burdeau, Histoire de l’administration française du xviiie au xxsiècle, Paris, Montchrestien, 1 (...)

1Bousculons d’emblée quelques lieux communs. L’histoire du corps des Mines n’a pas débuté avec la fondation de l’École des mines de Paris en 1783. Les premiers « corpsards » – et, parmi eux, les trois « pères fondateurs » : Lelièvre, Lefèbvre d’Hellancourt et Guillot-Duhamel le fils – qui présidèrent aux destinées du corps, jusqu’au début des années 1830, n’étaient pas polytechniciens1. Enfin, quoique étant un pur produit français, le corps n’est pas né de la seule volonté gouvernementale. Il s’est constitué de son propre chef, en opposition à la Constituante, en juin 1790, pour faire opposition au projet de loi sur la propriété minière. Certes, il est devenu un agent essentiel du centralisme républicain lors du gouvernement révolutionnaire institué par la Convention dans son décret du 14 frimaire an II. Mais, par la suite, sa situation s’effrita et de nouveau, mi -mutin, mi-soumis, il œuvra, durant la République thermidorienne et le Consulat, à définir les linéaments de l’administration industrielle du pays. Une administration comprise au sens où on l’entendait au xviiisiècle, d’administrer un remède2. Dès sa naissance, le corps s’est donné pour mission d’administrer l’industrie au pays, d’en faire un pays industriel pour le faire progresser.

2La gestation du corps, qui débuta dans le premier xviiisiècle, fut longue, difficile et contradictoire, mais elle détermina son identité. C’est ce que nous verrons dans un premier temps. Nous présenterons ce que fut son habitus technique, entre innovation, coactivité et hybridation public-privé. Enfin, nous verrons ce que l’histoire apprend de la construction contrastée, à partir de cet habitus technique, de l’habitus social.

I. Un demi-siècle de gestation

  • 3 A.-F. Garçon, Les métaux non ferreux en France aux xviiie et xixsiècles (ruptures, blocages, évol (...)

3Ce serait mauvaise grâce que sous-estimer l’influence de Colbert dans la mise en œuvre de la politique technique du Contrôle général des Finances dans les années 1740. Mais plus qu’un ressassement, ce fut la continuité d’une politique d’encadrement et de soutien de l’entreprise que le Contrôle général poursuivait depuis la fin du xviisiècle. Orry, qui lui donna une impulsion nouvelle, était d’une famille de gentilshommes entrepreneurs, et Machault d’Arnouville, qui lui succéda, poursuivit son œuvre. L’aspect le plus spectaculaire et le plus connu de cette politique fut la fondation, sous la houlette de Trudaine, du bureau des dessinateurs en 1738, suivie par la fondation, en 1747, de l’École des ponts et chaussées. Non moins important, le travail en direction de l’entreprise industrielle est moins connu. En déliquescence depuis le xviisiècle, les entreprises minières – cuivre, argent, plomb, particulièrement – furent l’objet d’un soin attentif, car elles pouvaient accroître le numéraire disponible pour les armées et assurer l’approvisionnement en munitions3.

A. L’expertise au secours de l’entreprise

4Le postulat, clairement exprimé, fut celui de la richesse du sous-sol. À l’instar de la richesse agricole et de la richesse en minerai des États voisins, États et principautés allemands, Piémont-Sardaigne, Royaume-Uni en particulier, le royaume ne pouvait manquer de ressources. L’insuffisance venait donc des compétences ; il manquait de véritables entrepreneurs pour mettre les ressources minières et métallurgiques en valeur. De concert avec l’Académie des sciences, le Contrôle général des finances œuvra au renouvellement. La figure économique de l’exploitation minéro-métallurgique au xviiisiècle ne relevait ni de l’artisanat (trop de capital initial) ni de la proto-industrie (trop de capital fixe), mais bien de l’entreprise industrielle. Préindustrielle plutôt, car les entrepreneurs miniers n’avaient pas à leur disposition les outils technologiques qui garantirent à leurs équivalents du xixsiècle une accumulation constante du capital. La grande entreprise, au xviiisiècle, dans ce secteur de production, se caractérisait par l’importance du capital fixe et l’importance corrélative du capital technique ; par la constance de la demande et la stabilité des marchés, sauf en période de guerre. L’incertitude était géologique ; le premier facteur de risque et d’incertitude venait de l’environnement naturel. L’accompagnement scientifique n’était pas encore opérant ; la géologie était dans l’enfance de l’art et il était à peu près impossible de déterminer à l’avance la forme prise par les filons de minerai. L’appauvrissement des filons et/ou l’ennoiement des fonds par des arrivées d’eau intempestives risquaient à tout moment d’interrompre l’exploitation. Quant à l’environnement technique, principalement hydraulique, il manquait de flexibilité, ce qui gênait l’accroissement des travaux en surface et en sous-sol.

  • 4 Professeur de métallurgie à la première École des mines de Paris, en 1783, compagnon de voyage de G (...)
  • 5 A.-F. Garçon, « Gabriel Jars, un ingénieur à l’Académie royale des Sciences (1768-1769) », in C. De (...)
  • 6 Nous qualifions ainsi tout l’espace technique d’Europe centrale dont l’unité était assurée par la l (...)

5Il est logique, dans ces conditions, que l’encadrement ait été technologique au premier chef, et qu’il ait concerné le capital technique. Technologique : en lien avec l’Académie des sciences, il fut décidé, en 1750, de former des élèves à l’ingénierie minière, dessin, mathématiques, chimie, dans le cadre de la jeune École des ponts et chaussées, de manière à ce qu’ils deviennent des « formateurs » avisés, capables d’appréhender scientifiquement les matières minières et métallurgiques. Quant au capital technique : deux de ces meilleurs élèves, à dire vrai les premiers ingénieurs des Mines, Gabriel Jars et Jean-Pierre Guillot-Duhamel le père4, furent envoyés dans toute l’Europe pour recueillir, ramener et implanter les techniques minières et métallurgiques les plus performantes. Pédagogie et veille technologique : telles furent les premières missions des ingénieurs des Mines à la « française ». En complément, le secrétaire de la classe de chimie à l’Académie des sciences, Jean Hellot, lui-même administrateur et entrepreneur, et l’un des piliers de cette politique, remodela les règles de la concession minière et les recentra sur la science et la finance, le savoir-faire financier et la métallurgie5. Ainsi, l’ingénieur des Mines n’est pas né en France de la complexité croissante des modalités d’exploitation, comme ce fut le cas dans l’espace technique allemand6. Sa mission première ne fut pas de gérer de vastes exploitations minières, mais d’apporter aux exploitations vacillantes ou débutantes les savoir-faire appropriés. Il fut institué pour pallier le manque de connaissances techniques.

B. La technologie pour durer

  • 7 A.-F. Garçon, Du travail comme non-valeur philosophique ? Les années 1740-1780 entre éthique corpor (...)
  • 8 A. Birembaut, « L’enseignement de la minéralogie et des techniques minières », in R. Taton (dir.), (...)

6La gestation fut lente. Les décennies 1750-1780 connurent une véritable « querelle des Mines ». « Technologues » et « libéraux » s’affrontèrent jusqu’au sein de la classe de chimie, les premiers, défendant une approche technicienne de l’entreprise, les seconds une approche propriétariste. Les premiers, dans la lignée de Jean Hellot, considéraient qu’il fallait former les entrepreneurs à la technique ; que, même, il n’était d’entrepreneurs acceptables, et donc aptes à la concession minière, que formés à la technique. Les seconds, avec Turgot, pensaient que la qualité de propriétaire poussait naturellement et inéluctablement l’entrepreneur exploitant à trouver les bons praticiens7. L’ouverture, en 1783, de l’École des mines ne traduit en rien la victoire des premiers sur les seconds, ce dont témoignèrent les difficultés récurrentes8 ; le conflit, en 1789, était toujours vif.

  • 9 « Mémoire adressé à l’Assemblée Nationale par le Corps des mines, du 2 juin 1790 », cité par A. Thé (...)

7Juillet 1791 aurait dû sonner la victoire des libéraux. La première grande loi minière adoptée à cette date donnait en effet la primauté absolue au propriétaire du terrain, libre d’exploiter à son gré, selon le modèle défini par Turgot quinze ans auparavant. Alors le corps se constitua. Les ingénieurs, qu’avaient formés, à l’École des mines à Paris, Sage et Jean-Pierre Guillot-Duhamel le père, qu’avaient reçus, en complément sur le terrain, les directeurs des grandes exploitations minières, que ce soit au Huelgoat-Poullaouen en Bretagne, à Vialas dans les Cévennes ou à Sainte-Marie-aux-Mines en Alsace, s’insurgèrent. Contre le point de vue politique dominant, ils firent corps et, dans une adresse collective à l’Assemblée nationale, ils arguèrent qu’oublier la technique, c’était s’interdire une politique minière à long terme, c’était brader la ressource minière et vouer l’entreprise minière à l’extinction rapide9.

  • 10 A.-F. Garçon, Entre l’État et l’usine : l’École des mines de Saint-Étienne au xixsiècle, Rennes, (...)

8Ébranlée, l’Assemblée temporisa. D’un côté, elle maintint la primauté conférée au propriétaire, de l’autre, elle ordonna le maintien du corps, sans toutefois organiser ses missions. Et le terrain décida. Les tensions, déjà vives, entre concessionnaires et propriétaires, entre propriétaires et exploitants, voire entre propriétaires, s’exacerbèrent dans les grands bassins houillers, dans le Gard, à Saint-Étienne, au point d’empêcher l’extraction ou de la réduire singulièrement. Il revint aux jeunes ingénieurs des Mines, Michel-François Calmelet et Louis-Antoine Beaunier entre autres, de redonner le calme aux entreprises en déployant le facteur technologique, tandis que les exploitants ne disposaient que du facteur praticien, purement pragmatique10. Le corps des Mines, jusqu’à ses subordonnées, se dotait ainsi d’une image d’hyper-compétence technique, manière de transcendance susceptible à tout moment de suppléer aux défaillances entrepreneuriales.

  • 11 C. Chaut-Morel Journel, De la construction du bassin aux enjeux de la mémoire minière : les territo (...)
  • 12 A.-F. Garçon, ibidem.

9La figure de L.-A. Beaunier illustre parfaitement l’essence du corps naissant et ses paradoxes, pour ne pas dire ses contradictions. L’ingénieur, en effet, régla magistralement le problème de l’éclatement des zones de production houillères en modifiant la représentation que s’en faisaient les propriétaires-exploitants et les entrepreneurs. Jusque-là, en effet, l’exploitation des grands gîtes charbonniers s’était faite comme d’une exploitation agricole, chacun travaillant dans sa mine comme il aurait travaillé dans son champ, sans se préoccuper de la propriété voisine. Parfaitement conscient de l’importance de l’association charbon de terre/minerai de fer et suivant fidèlement la ligne définie par ses maîtres, le jeune ingénieur opta pour la cartographie souterraine comme outil de persuasion. Il désamorça les conflits en donnant à voir aux entrepreneurs l’image géologique de leur gîte et en leur démontrant, à partir de cette vision inédite et unifiée, l’intérêt qu’ils avaient à s’associer pour exploiter des concessions qu’il définit en fonction de la cartographie du sous-sol. Il imposa un remembrement souterrain, en somme. Cette approche technologique, qui usait de la triple référence scientifique, technique et gestionnaire, s’avéra concluante. La représentation globale des exploitations minières bascula définitivement de l’approche individuelle vers la vision en « bassin11 ». Il fut admis que la durée de l’exploitation dépendait conjointement du savoir-faire minier du praticien et de la compétence de l’ingénieur, qui, à la fois, englobait et surplombait la pratique minière. Il ne s’agissait en rien de technocratie. À aucun moment, l’approche technologique ne se substitua aux autres formes de management. L’homme était profondément libéral et un très grand négociateur. Avec habileté, il outrepassa la règle instituée par la loi d’avril 1810 et autorisa le maintien des enclaves des propriétaires-exploitants dans les concessions stéphanoises, en pariant sur leur disparition à terme, par épuisement géologique ou financier, ou les deux12.

II. Quel habitus technique ?

10Il est de règle qu’un groupe professionnel disposant de compétences très typées, comme le sont les savoirs miniers et métallurgiques, se constitue un corpus commun d’attitudes et de référents techniques, par rapport à quoi chacun, quel que soit son statut, ingénieur, technicien, artisan, apprenti ou homme d’expérience, se positionne et s’affirme comme membre de la communauté professionnelle. La communauté professionnelle se cristallise autour d’un vocabulaire, d’un jargon, de gestes, de stéréotypes techniques dans l’analyse du milieu et de l’action à effectuer. Cet habitus technique se distingue de l’habitus social, forgé au contact et à l’intention du public, si les nécessités de légitimation l’exigent. Or, de manière très intéressante, le corps des Mines débute avec un habitus technique très marqué. La constitution s’en est faite lors de la gestation du corps, entre 1740 et 1791, autour du champ d’application « industrie ». Trois éléments le caractérisent dans la longue durée : la capacité à propager l’innovation, l’hybridation public-privé, la capacité à fabriquer de la coactivité.

A. Vecteur d’innovation

  • 13 A.-F. Garçon, « Les dessous des Métiers. Secret, rites et sous-traitance dans la France du xviiis (...)

11Longtemps, l’emprunt technique effectué après une visite d’usine ou l’observation d’une machine a été taxé d’espionnage. Comme si le secret était dans la nature de l’industrie, comme s’il était dans l’essence de l’entreprise industrielle de se renfermer dans ses murs. La réduction est excessive. Nous savons désormais faire la distinction entre le secret technique et le secret industriel, l’un de nature anthropologique, l’autre de nature économique. Et nous savons aussi désormais qu’à côté de l’espionnage industriel, il existe des situations d’« open technique », de libre circulation des techniques13. Le contexte est déterminant pour faire la différence. Au xviiisiècle, l’espionnage était effectif en Grande-Bretagne, c’est-à-dire là où la dynamique des marchés avait porté le savoir technique du côté du capital technique et en avait fait un investissement inscrit dans le cadre concurrentiel. Un stade que n’avait pas encore atteint l’Europe continentale, minière et métallurgique. Facteur complémentaire, la géologie des sols britanniques favorisait l’uniformité des procédés et l’homogénéité des produits. En Europe continentale, au contraire, la diversité des gîtes et des minerais obligeait à la diversité des traitements et rendait l’imitation aléatoire. Pourquoi, dès lors, cacher des savoir-faire métallurgiques difficilement exportables en l’état ? Dans l’espace technique allemand, centre des savoir-faire métallurgiques européens depuis le xiisiècle, les portes des fonderies s’ouvraient facilement. Car adapter les techniques repérées aux caractéristiques géologiques et chimiques d’un autre type de sous-sol et de minerai n’était pas une mince affaire pour le visiteur.

12L’importance donnée à la technique, garante, on l’a vu, de la continuité des entreprises, conforta le jeune corps des Mines dans cette fonction de veille et de transmission. Dans les années 1830, il reçut, outre la mission de gestion du secteur minéro-métallurgique et la surveillance des industries existantes, l’instruction des dossiers d’ouverture et/ou d’agrandissement des entreprises et la mise à disposition aux entrepreneurs de cartes détaillées du sous-sol, une mission statistique, qui consistait à établir une photographie quantifiée de l’état du secteur de base et de l’industrie lourde, année après année, et une mission de formation qui consistait en la formation des futurs ingénieurs d’État et civil et des gardes-mines.

  • 14 M.Z. Brooke, Le Play : Engineer and Social Scientist. The Life and Work of Frédéric Le Play, Harlow (...)
  • 15 B. Kalaora, et A. Savoye. Les inventeurs oubliés : Le Play et ses continuateurs aux origines des sc (...)
  • 16 C’est là un exemple. Il aurait été possible de faire la même démonstration pour d’autres métaux, te (...)

13Toutes ces missions débouchèrent peu ou prou sur l’innovation. Innovation de management, avec les méthodes développées par Frédéric Le Play pour gérer à distance, avec efficacité, en Oural les usines Demidoff14 ; innovation sociale, avec, là aussi, Frédéric Le Play, mais aussi ses continuateurs ; innovation technique enfin, avec cet incroyable outil de veille technologique qu’étaient les journaux de voyage des élèves ingénieurs ; dans le transfert des connaissances, avec les Annales des mines. L’innovation sociale a bien été analysée par Bernard Kalaora et Antoine Savoye à propos de Frédéric Le Play et ses continuateurs, ou encore par André Thépot, Michel Cointepas et Isabelle Lespinet-Moret pour Arthur Fontaine et son rôle à l’Office du travail, puis au Bureau international du travail15. Mentionnons, du côté de l’innovation de gestion, le rôle joué par l’École des mines de Paris dans la popularisation de la notion de valeur ajoutée au début du xixsiècle, et dans l’apprentissage des comptabilités analytiques, technique et économique, ensuite, toujours sous l’impulsion de Frédéric Le Play, qui fut l’initiateur de la très gouvernementale Statistique de l’industrie minérale. Du côté de l’innovation technique, arrêtons-nous sur cette innovation majeure qu’a été le procédé Bessemer pour les deux secteurs de la sidérurgie et des chemins de fer. Il a fallu une petite décennie pour passer de l’annonce retentissante du procédé, en 1855, à son exploitation régulière en entreprise. Le corps des Mines joua un rôle majeur dans son introduction en France. Le positionnement, à l’égard de cette innovation, s’est fait de plusieurs manières : il y eut, tout d’abord, une perception immédiate de l’intérêt du procédé – dont il faut rappeler qu’à l’exception des ingénieurs des compagnies ferroviaires, il entraîna tout d’abord, comme il est habituel face à une conception aussi neuve de la métallurgie, une véritable innovation de rupture, surprise, incrédulité et moqueries. Mais, mieux que quiconque, les ingénieurs des Mines étaient bien placés pour apprécier les potentialités du nouvel acier, puisque, de par le bassin d’emploi des ingénieurs qu’ils formaient, ils se trouvaient au croisement de la sidérurgie et des chemins de fer. L’action fut politique et technique. Politique, avec la signature du traité Cobden-Chevalier, dont l’inspiration n’est pas purement saint-simonienne. Très prosaïquement, les ingénieurs avaient en vue, dans l’instauration du traité de libre-échange entre la France et l’Angleterre, l’approvisionnement du pays en charbon et en acier Bessemer. Il y eut ensuite un suivi attentif de la mise en route du procédé par l’envoi régulier d’élèves ingénieurs dans les quelques entreprises pionnières qui travaillèrent, entre 1856 et 1864, à rendre le procédé exploitable en France. Il y eut enfin, en aval, impulsé par Louis Grüner, qui mobilisa la communauté internationale des savants métallurgistes, un travail considérable de redéfinition de l’acier à partir des spécifications nouvelles produites par le procédé. On voit donc, pour cette innovation majeure du milieu du xixsiècle, le corps des Mines présent à toutes les étapes du processus innovant, depuis sa recherche confuse jusqu’à son adoption, d’abord proprement technique, puis commerciale et savante, en passant par le soutien à la conception et la redéfinition des normes16.

B. L’hybridation public-privé

  • 17 C. Charle, « Le pantouflage en France (vers 1880-vers 1980) », Annales, Économies, Sociétés, 42, 5, (...)

14Il est habituel, quand il s’agit d’ingénieurs issus des grandes écoles, d’assimiler la relation public-privé au pantouflage. L’expression, on le sait, désigne la décision prise par un haut fonctionnaire de quitter la fonction publique pour aller exercer ses talents dans le secteur privé. C’est dans les années 1930 qu’elle adopte une connotation négative. Mais le phénomène du pantouflage est moins massif et moins unilatéral qu’il n’est généralement pensé et sa signification bien plus complexe qu’il n’est généralement admis17. Les relations, au xixsiècle, entre ce qu’on appelait « l’industrie privée » et « l’industrie d’État » en témoignent parfaitement. Jusqu’à la grande crise des années 1846-1852, le secteur industriel est en pleine construction en France. Tandis que s’élabore la figure de l’entrepreneur industriel et que se fixe le contenu des termes « industrie » et « usines », la différence émerge entre « secteur d’élaboration » et secteur de base. Saint-Simon, en regard, donne au capitalisme industriel son grand récit et lui offre l’Europe et le pourtour méditerranéen pour champ d’action. J’ose ce rappel pour faire comprendre que l’industrie a été, un siècle durant, une innovation en soi, par comparaison avec le secteur primaire, bien sûr, mais aussi avec le commerce et le grand négoce. Déjà, dans le domaine minier, les ingénieurs des Mines avaient découvert avec avidité les grands districts du pays de Liège, du Harz, de Bohème et de Silésie, de Carinthie ou encore de Styrie, lors de l’expansion révolutionnaire, puis napoléonienne, et ils avaient appris à les gérer. Or, la caractéristique de cette gestion était précisément l’hybridation public-privé, le souverain assurant la construction des infrastructures, tandis que les compagnies privées assuraient le fonctionnement quotidien.

  • 18 C.A. Schlutter, De la fonte des mines, des fonderies, etc.… le tout augmenté de plusieurs procédés (...)
  • 19 Cité par A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 125.
  • 20 A.-F. Garçon, Entre l’État…, op. cit. Le secteur métallurgique connut une période difficile à parti (...)

15Qui plus est, en France, les moyens firent toujours défaut à l’Administration. Au xviiisiècle déjà, l’Administration peinait à fournir une solde régulière aux ingénieurs et sous-ingénieurs qu’elle avait formés ou recrutés pour dynamiser le secteur. Gabriel Jars, avant son élection à l’Académie des sciences, et Jean-Pierre Guillot-Duhamel n’eurent d’autres choix que d’alterner les missions officielles financées par le Contrôle général et les emplois comme maître de forges (Guillot-Duhamel) ou le travail sur l’exploitation minière familiale (Gabriel Jars). À l’inverse, l’État usa régulièrement des services d’entrepreneurs ou de directeurs d’exploitation : König, le directeur du Huelgoat-Poullaouen en Bretagne, assura ainsi la traduction du Traité de fonderie de Schlüter18 ; Brolemann, son successeur, prit en charge la formation pratique des jeunes élèves ingénieurs des Mines après l’ouverture de l’École des mines, en 1783. En Languedoc, les Gensanne, père et fils, étaient à la fois entrepreneurs, ingénieurs et experts auprès des États du Languedoc et du Contrôle général pour les affaires géologiques, minières et métallurgiques. De même, Dietrich, le premier d’une lignée destinée à marquer l’histoire de la métallurgie, fut entrepreneur et expert auprès du Contrôle général et de l’Académie des sciences. Les « Mineurs » de la fin du siècle des Lumières se reconnaissaient non pas à leur statut, souvent fluctuant, mais à leurs compétences et à leur expertise. Et cette expertise s’exerçait tantôt dans une exploitation privée, tantôt pour le Bien public, tantôt, encore, dans une exploitation privée, pour y apporter des compétences acquises lors de voyages financés par le gouvernement. Cette hybridation native structura le secteur, à l’instar de l’espace technique allemand. L’ingénieur Fournel, en conflit avec sa hiérarchie, fit observer qu’il avait fait une carrière industrielle à la demande de L. Becquey, directeur général des Ponts et Chaussées et des Mines, en 1825, parce que c’était « le seul moyen pour l’Administration d’avoir quelques praticiens19 ». Dans les années 1840, c’était l’Administration elle-même qui recommandait aux plus impécunieux de ses gardes-mines, ceux de la 5e classe, de compléter leur solde par un deuxième emploi. Quant aux ingénieurs et gardes-mines de rang supérieur, il était courant qu’ils fassent l’aller-retour, « passant à l’industrie privée », comme on disait avant 1880, en période faste, et revenant travailler dans la fonction publique, en période de crise20. Dans le jeu des représentations, l’industrie fit longtemps charnière entre entreprise et Administration.

C. La Coactivité

  • 21 J.-P. Darré, La parole et la technique : l’univers de pensée des éleveurs du Ternois, Paris, L’Harm (...)

16Le terme « coactivité » est, par excellence, un concept « inactuel ». Ni « tendance » ni « mode », il ne fournit à lui seul aucune explication du monde ou de ce qui l’anime, et ne sert à décrypter aucun processus idéologique ou politique. Son territoire est le métier ou le savoir-faire, plus exactement l’interface entre métiers et savoir-faire. C’est un analyseur de frontières et d’échanges techniques qui apparaît dans les années soixante-dix, en ces années où la France voyait son agriculture basculer dans le mode industriel et intégré, pour désigner, sous la plume de Jean-Pierre Darré, une culture technique implicite possédée par l’ensemble des corps de métiers qui, dans les villages et les bourgs, avoisinaient le paysan et constituaient son environnement technique21. Charrons, forgerons, bourreliers, menuisiers, cordonniers, meuniers et j’en passe, tous dotés d’une culture professionnelle spécifique, comprenaient, en complément, à l’instant la demande agricole dans toute sa complexité et pouvaient répondre à l’instant encore à la demande de réparation, d’adaptation, de fabrication, voire de détournement d’un objet, d’un outil technique, d’une plante ou d’un procédé. La coactivité repose sur un savoir implicite (tacit knowledge) concret, bien établi, et partagé. La coactivité a disparu aujourd’hui dans les campagnes ; désormais, le monde agricole vit et produit en extériorité d’une société qui s’est transformée de rural en rurbaine. Et la production agricole, fortement acculturée, s’est inscrite dans le complexe technico-industriel que lui ont imposé les industries agro-alimentaires.

  • 22 G. O. Zaïbet, « Vers l’intelligence collective des équipes de travail : une étude de cas », Managem (...)

17Plus largement, le terme renvoie aux problèmes posés par la complémentarité professionnelle, tant dans la sociologie de langue française qu’anglo-saxonne. Les didacticiens et les spécialistes du coaching désignent de la sorte des modalités spécifiques d’apprentissage et de transmission des savoirs ; les spécialistes de la gestion du risque s’en servent pour caractériser et analyser une situation de travail à laquelle sont confrontés plusieurs corps de métiers, voire plusieurs entreprises, par exemple : intervention d’une entreprise pour sécuriser un lieu de travail dans une autre entreprise, ou encore : intervention conjointe de compétences pour la fabrication d’objets techniques comportant une exigence forte de sécurité (avion, centrale nucléaire). Cette dernière acception est importante. La coactivité, en effet, désigne plus qu’une entente entre professionnels. Elle est prise en charge par un collectif hétérogène d’une situation dans laquelle l’homogénéité s’impose, soit parce qu’elle procure une économie de moyens, soit parce qu’elle est rendue nécessaire pour réduire le facteur risque et le placer dans les zones d’acceptabilité que requiert le bon fonctionnement de la machine, de l’objet ou de l’entreprise22.

18Louis-Antoine Beaunier, au début du xixsiècle, fut sans doute le premier à poser clairement le problème. Il fallait à l’industrie minière naissante, ou renaissante, un langage qui puisse mettre en relation l’ensemble des acteurs du secteur, depuis le maître-mineur et ses ouvriers, jusqu’à l’administrateur, en passant par le porion, l’ingénieur de fosse, le directeur d’exploitation, jusqu’au client. Ce langage n’existait pas. Tout ou presque a été dit de l’industrialisation, sauf ceci : qu’elle a été acclimatation de l’industrie à une échelle dans une société européenne qui était, jusque-là, organisée autour de la production agricole, qui fournissait la quasi-totalité de sa matière première aux secteurs de production les plus rentables et les mieux organisés commercialement : la production de textile, soie, laine, lin, coton, et le secteur maritime, construction navale et transports. Et qu’en conséquence, il a fallu élaborer et développer, outre les habitus spécifiques à chaque activité, des langages et des cultures partagés, et, donc, se donner les moyens de la coactivité.

19L’analyse historique de cette construction reste à faire, pour l’essentiel. L’historiographie a préféré emprunter ses outils à la pensée économique (analyse historique du profit) ou sociale (histoire du monde ouvrier et, plus récemment, histoire des ingénieurs), et, dans ses emprunts à la sociologie récente, elle s’est arrêtée sur les concepts de circulation ou de construction sociale des techniques. La coactivité n’est certes étrangère ni à l’un ni à l’autre. Elle détermine en effet ce champ de forces langagier qui autorise et facilite l’échange et l’emprunt techniques, et, bien évidemment, ce sont des groupes sociaux qui la mettent en œuvre. Mais voilà : ce processus d’échange interprofessionnel et les élaborations sémantiques qui en résultent relèvent par nature de la catégorie des savoirs implicites ; ils entrent donc dans la catégorie des invisibles. Pire, ils sont moyens et non résultats. Paradoxalement, c’est à leur absence qu’on les repère. Beaunier, confronté dès le début de sa carrière d’ingénieur à un vaste phénomène d’incompréhension entre propriétaires de terrain et exploitants miniers, entre les divers types d’exploitants miniers entre eux, entre les spécificités du développement minier, le développement industriel voulu par le législateur et la compréhension qu’en avaient les exploitants, n’en a pas conclu, comme il était fréquent à son époque, aux ravages provoqués par l’esprit routinier des uns et des autres, mais à l’absence d’un langage commun entre les divers acteurs de l’industrie. Pour prévenir de telles situations, il obtint de la monarchie censitaire la fondation, en 1816, d’une « École des Mineurs », conçue pour être à la fois un lieu de l’élaboration et de transmission des savoir-faire et d’un langage communs à tous les acteurs du secteur minier, de l’entrepreneur à l’administrateur, en passant par le maître-mineur. Les écoles d’ingénieurs furent, en France, la voie quasi unique de construction de la coactivité industrielle. Mais cela n’en fait pas les garantes d’une instauration démocratique des choix techniques. Au contraire, puisque l’un des ressorts de la dérive technocratique réside dans l’imposition d’une évidence d’autant plus irréfragable qu’elle repose sur le discours scientifique et le sentiment que ce dernier procure de donner tout son sens à la perfectibilité technique.

III. Les intermittences de l’habitus social

20L’adéquation entre habitus technique et habitus social ne s’instaure pas nécessairement et il serait maladroit, lorsque c’est le cas, de postuler la stabilité. L’historicisation existe, dont rend compte l’approche sociohistorique. Car la modélisation et la légitimation dans et par la société se heurtent nécessairement au décalage induit par l’évolution du référent et pose la question de l’ajustement. Le corps des Mines de la première industrialisation s’était forgé une identité technique forte, dont l’Administration usa largement, non sans la détourner. Les relations furent souvent âpres. D’abord, les ingénieurs des Mines regimbèrent à endosser l’habit polytechnicien ; ensuite, il leur fallut accepter la mise à distance de leur objet de prédilection, l’industrie. Un siècle plus tard, la concordance s’instaurait entre technique et administration, par la grâce de la seconde industrialisation.

A. Technique vs Administration

  • 23 D. Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, 1984, p.  (...)

21Dans le temps de réflexion qui précéda l’écriture de la loi d’avril 1810, les ingénieurs se prononcèrent ouvertement pour un type d’organisation qui leur aurait permis de conjuguer Administration et direction d’entreprise. Ils auraient vu d’un très bon œil la création d’arrondissements miniers organisés autour d’une exploitation majeure, mine et/ou fonderie, qui aurait joué le rôle tout à la fois de centre productif et de centre de diffusion de l’innovation, et qu’ils auraient été susceptibles de diriger. Une cartographie fut établie des arrondissements envisagés autour d’usines pilotes. Les plus influents des ingénieurs des Mines plaidèrent pour ce schéma, qu’ils empruntaient, dans l’espace technique allemand, aux habitudes d’organisation de la relation mine/fonderie prises à Schemnitz, tout particulièrement23.

  • 24 A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 96-97.

22La circulaire de décembre 1810, qui vint compléter la loi d’avril 1810, trancha différemment et décida de centres purement administratifs, avec obligation de résidence pour les ingénieurs ordinaires et non, comme il s’était fait jusque-là, des visites et des séjours temporaires, avec retour de l’ensemble des membres du corps, durant l’hiver, à Paris. Le désir d’industrie des ingénieurs ne fut cependant pas immédiatement battu en brèche. La circulaire faisait des ingénieurs des Mines les directeurs naturels des exploitations en régie et ne leur interdisait pas de prendre la tête d’exploitations privées, à condition de se retirer momentanément du service actif. Mieux, dans certains arrondissements, ingénieurs ordinaires, voire ingénieurs-chefs, furent aussi directeurs d’exploitations. Ce fut le cas à Saint-Étienne, où jusqu’à sa disparition prématurée, Gallois, fut à la fois ingénieur ordinaire et directeur de la Compagnie des hauts-fourneaux de Terrenoire, qu’il avait fondée, tandis que son ami Beaunier cumulait les fonctions de chef de l’arrondissement, de directeur de l’École des mineurs et de directeur de la compagnie de chemin de fer qui bâtit la première voie ferrée en France, la ligne Saint-Étienne–Andrézieux, destinée à amener à la Loire les charbons stéphanois, qu’il avait également fondée. Édouard Blavier dirigea les mines d’Anzin, Juncker la Compagnie des mines de Basse-Bretagne, Lan la compagnie de Commentry, en gardant tous leurs droits à l’avancement en grade. À partir de 1830, cependant, et plus encore sous le Second Empire, l’histoire administrative du corps fut celle d’un retrait imposé. L’Administration des mines, tenue d’une main de fer, de 1857 à 1877, par Bourreuille, dont l’histoire reste à écrire, limita les va-et-vient des ingénieurs entre l’État et l’industrie, en les contrôlant sévèrement24. Sauf à accepter une inflexion de carrière, et la perte de leurs droits à la retraite, il fallut choisir entre la position industrielle et la position administrative. C’est ainsi qu’à la direction des Houillères de Commentry, Henri Fayol succéda en 1866 à Lan, qui avait été son professeur à l’EMSE.

B. L’inadéquation polytechnique

  • 25 A.-F. Garçon, Entre l’État…, op. cit., Rennes, 2004.

23Dans les premiers temps de son existence, le corps des Mines refusa la tutelle polytechnicienne. La bataille fut scientifique au premier chef. L’Agence des mines, rue Vendôme, avait en effet recueilli et abrité les savants de la défunte Académie, spécialisés dans les matières géologiques et chimiques. Haüy et d’autres avec lui y poursuivirent leurs travaux et participèrent à la formation des élèves ingénieurs, en qualité d’enseignants-chercheurs en somme. Cette intimité assumée avec les sciences en formation, géologie, cristallographie, chimie des matériaux et métallurgie, ne cessa pas, bien au contraire, avec la transformation de l’École des mines de Paris en école pratique du Mont-Blanc, sous le Consulat. Les divers savants et ingénieurs descendaient de Paris en Savoie pour donner leurs cours, puis s’en retournaient dans la capitale. L’école du Mont-Blanc, dirigée par Schreiber, lui-même formé à l’Académie des mines de Freiberg et élève du grand Werner, devint le centre de la recherche géologique en France et servit de point d’appui pour le développement des travaux d’Élie de Beaumont, en particulier25.

  • 26 A. Picon, L’invention…, op. cit., Paris, 1992.
  • 27 C’est seulement dans le milieu des années 1840, en effet, que la géologie put aider efficacement à (...)
  • 28 « On va faire de l’École, une École de mines et de chemins de fer », déplorait L. Aguillon.
  • 29 Contrairement à ce que laisse supposer la description par L. Mumford de ce qu’il appelait l’ère « p (...)

24La question n’était pas seulement sociale ou de prévalence entre les deux écoles, voire entre les deux corps, celui des Ponts et Chaussées et le très patriote corps des Mines. Elle était aussi d’opportunité. La domination des mathématiques, à ce moment, pouvait convenir à la formation en travaux publics, et l’on sait qu’elle donna de très beaux résultats, à commencer par la vogue des ponts suspendus, dans les années 1830, les premiers parmi les ouvrages d’art à pouvoir bénéficier d’une conception totalement mathématisée, qui faisait du contexte d’implantation une variable seconde et totalement maîtrisée26. Mais elle ne convenait pas aux exploitations minéro-métallurgiques27, dont les sciences éponymes étaient la géologie, la cristallographie et la physico-chimie des matériaux. Cela explique en partie le soin donné à la carte géologique de la France. On comprend, a contrario, l’importance prise par l’hydraulique dans la culture technique du corps, qui permettait d’assouvir la sensibilité mathématique en même temps qu’elle procurait aux exploitations minières et métallurgiques une énergie fiable et moins coûteuse que la vapeur. On comprend encore combien la formation initiale, dite « Polytechnique », poussa les jeunes ingénieurs X+Mines, vers les chemins de fer et l’Administration28, des milieux de travail plus proches, en somme, de leur formation intellectuelle que ceux de la métallurgie du cuivre ou l’exploitation d’un gîte houiller ou minéral29.

25On comprend enfin pourquoi le succès de l’EMSE fut jugé encombrant par les ingénieurs administrateurs. Au pire, ils cherchèrent à mettre fin à son existence ; au mieux, ils ne l’acceptèrent qu’à la condition de restreindre sa mission à la formation des gardes-mines. Le distinguo entre ingénieurs savants sortis de l’école de Paris et ingénieurs praticiens sortis de Saint-Étienne, que chercha à instituer Louis Grüner au début des années 1860, éclaire la situation. Saint-Étienne formait des ingénieurs qui, sur le terrain minier ou métallurgique, pouvaient damer le pion aux ingénieurs parisiens. L’histoire le prouva d’ailleurs, puisque parmi les plus grands directeurs de compagnie minière, celui qui marqua son temps, et le management administratif tout entier jusqu’à aujourd’hui, fut Henri Fayol.

IV. De la technocratie comme path-dependency ?

26Fayol, justement. Qu’il ait souvent été pris pour un ancien de Polytechnique témoigne de l’importance du fantasme polytechnicien en France, mais aussi, en retour, des contours assez flous de la représentation des « X » : est obligatoirement du lot tout ingénieur conduisant de bonne manœuvre une grande exploitation. Or, quoique (ou parce que ?) formé à la très pragmatique et très pratique École de Saint-Étienne, H. Fayol est devenu l’un des ténors mondiaux de la rationalisation de l’organisation productive et administrative, un domaine où Henry Le Châtelier, le véritable « X-Mines », adopta plus qu’il n’inventa. Voilà qui renverse les certitudes et interroge sérieusement l’époque.

  • 30 Expression utilisée dans la première moitié du xixsiècle par les ingénieurs des Mines responsable (...)
  • 31 Voir, à cet égard, les travaux d’Alain Gras.
  • 32 J’entends ici, non l’environnement technique, d’une redoutable humanité, mais bien l’environnement (...)

27L’époque, donc. Les cultures techniques de la première et de la seconde industrialisation se suivent et ne se ressemblent pas. Né avec le développement des « grandes usines30 », entre fin du xviiie et début du xixsiècle, constamment travaillé ensuite, le rêve d’une gestion scientifique de la production, considérée comme parfaite et inégalable, trouva les modalités de sa réalisation avec le déploiement du système pétrole/électricité/alliages, à partir de la fin du xixsiècle. Les centrales hydrauliques, thermiques et plus encore nucléaires, les réseaux de distribution pour le gaz, l’électricité et les télécommunications donnent aux technosciences et à la notion de centralité le poids d’une matérialité dominatrice jusque dans l’intangible d’organisations formatées par la norme, le risque et le principe de précaution. Un macrosystème énergétique et informatique environne et rend possible le transport aérien ; un macrosystème énergétique et industriel environne et rend possible l’usage de l’automobile, etc.31. À l’instar du cloud, ce « nuage » qui désigne les fermes de serveurs informatiques en leur conférant une représentation évanescente, il est remarquable de noter combien la notion de « réseau » masque cette centralité opérante plus que jamais. La multiplication des objets dits « communicants » et le marketing culturel qui l’accompagne réduisent à presque rien la créativité de l’usager et anéantissent la confrontation jadis habituelle des sociétés humaines avec le non-humain32, au point d’obérer gravement tout dialogue avec l’environnement.

  • 33 Pour comprendre l’histoire économique de Vichy, on lira avec profit Michel Margairaz, « Les politiq (...)
  • 34 M. Taureck, « Grandes écoles pendant la guerre (1940-1944) », in Albrecht Betz et Stefan Martens (d (...)
  • 35 J.-P. Bouchez, « De quelques tentatives de modernisations socio-économiques en France (1910-1980) » (...)

28Initié dans les années 1880, le nouveau monde technologique eut pour effet de rapprocher gestion et mathématiques, administration et industrie. La proximité opérante dans laquelle se trouvent normalement connaissances techniques et pouvoirs n’a cessé de se renforcer avec l’accroissement de l’entropie technique. Y aurait-il, entre technoscience et technocratie, un effet de path dependency, l’un conduisant inévitablement à l’autre ? La France est, à cet égard, un bon terrain d’observation, elle qui fut et demeure l’une des rares nations au monde à proposer à ses élites « techniques » une incubation dédiée. Et de fait, certains se laissèrent piéger parmi les meilleurs des X-Mines. Chacun sait ce qu’il en fut de Jean Berthelot, Robert Gibrat et Jean Bichelonne, tous les trois secrétaires d’État sous Vichy33, tous les trois X-Mines, le premier major de la promotion 1919, les deux autres de la promotion 192334. La plupart des modernisateurs, dans l’entre-deux-guerres, toutes tendances politiques et syndicales confondues, s’accordaient avec Ernest Mercier pour voir en la rationalisation « la clé du progrès social35 ». Moderniser le pays signifiait moderniser l’État, et donc donner à l’Administration l’efficacité et la capacité de rationalisation dont pouvait faire preuve la grande entreprise. Jean Coutrot, le fondateur de X-Crise, l’affirmait sans ambages :

« C’est aux ingénieurs qu’il incombe de construire des sociétés meilleures car ce sont eux et non les juristes ou les hommes politiques qui détiennent les méthodes nécessaires ».

  • 36 J. Berthelot, Sur les rails du pouvoir, 1938-1942, Paris, Robert Laffont, 1968, p. 117, un ouvrage (...)
  • 37 O. Dard, « Du privé au public. Des technocrates en quête d’un État rationnel et à la conquête de l’ (...)

29À quoi fit écho le « tout Technique » que ne cessa de revendiquer Jean Berthelot36, secrétaire d’État aux Communications de septembre 1940 à avril 1942. Olivier Dard a raison de placer les débuts de la technocratie dans les années trente37.

30L’Histoire infligea un démenti cruel à ces espoirs de transformer le gouvernement des hommes en administration de choses. Indignité nationale d’une part ; absence de résultats dans une situation économique totalement obviée par l’obligation de fournir à vil prix la puissance occupante en matériaux et produits, et la volonté de celle-ci de détruire des pans entiers de l’industrie du pays, d’autre part. Et chacun sait qu’en regard, certains parmi les plus grands des X-Mines furent des résistants de la première heure, Pierre Guillaumat et d’autres. Ces hommes jouèrent un rôle essentiel pour la reconstruction et la modernisation du pays. Pour autant, la leçon première – savoir la nécessité qu’il y a d’assurer et d’assumer l’équilibre entre l’économique, le politique, le technique, etc. ; la nécessité qu’il y a de reconnaître et d’assumer le différentiel de temporalité qui les anime – a-t-elle été appréciée à sa mesure ? Et qu’en est-il, en regard de cette autre leçon, savoir qu’en matière d’efficacité sociétale, ou plus exactement d’efficience, il existe, pour contrebalancer le poids de l’économie, d’autres référents que le référent ingénieral ?

  • 38 P. Ducassé, Les techniques et le philosophe, Paris, PUF, 1958, p. 75.

« Ce qui différencie moralement le technocrate et son style de vie de tout ce qui a précédé dans le jeu technique, écrivait Pierre Ducassé en 1958, c’est un sens nouveau de l’action, susceptible de subordonner le pur intérêt personnel ou l’égoïsme de groupe a l’intérêt « en soi » du progrès technique et de l’aménagement collectif qui le favorise38 ».

31L’affirmation anticipait de quinze années l’imposition nucléaire qui demeure aujourd’hui dans son redoutable enkystement sociétal. Dans ce monde technologique où, dès la conception, sont normés les objets et jusqu’aux êtres vivants, où l’on configure simultanément la chose et son usage, la question du risque technocratique devrait être partie intégrante dans toute formation ayant pour objectif l’efficacité technique.

32Ce serait d’autant plus indispensable qu’il n’existe pas, à cet égard, de continuité. Une rupture fondamentale est intervenue, entre Henri Fayol, les modernisateurs de l’entre-deux-guerres, les bâtisseurs des Trente Glorieuses et notre époque, qu’ont bien repérée les historiens. Au xixsiècle, les deux domaines, politique et technique, s’épaulaient, se renforçaient, mais ils ne se mélangeaient pas ; chacun travaillait de sa place. Les modernisateurs de l’entre-deux-guerres n’ont pas intéressé la classe politique. Et, sous le régime de Vichy, ils ne furent appréciés qu’en fonction de leur utilité à administrer ; la politique reprit rapidement ses droits. Le planisme de l’après-guerre fut à la fois outil de développement et lieu collectif de définition de la norme. Tandis que, de nos jours, le développement des macrosystèmes techniques oblige à l’intrication, pour ne pas dire l’hybridation, entre expertise, administration, politique et capital. Là réside sans doute la véritable postmodernité, dans cette nouvelle path dependency dont les crises comme celles de la « vache folle » sont les tristes conséquences et d’excellents révélateurs. Le risque technocratique s’est dilué. Et le « durable » a changé de sens. Pour y faire face, de nouvelles coactivités sont à construire, entre technique et société, entre techniques, science et technologies. Mais cette fois, sur fond de perspectives singulièrement embrouillées.

Notes

1 A. Thépot, Les ingénieurs des Mines du xixsiècle. Histoire d’un corps technique d’État, 1810-1914, Paris, Eska, 1998, p. 98-100 et 115.

2 F. Burdeau, Histoire de l’administration française du xviiie au xxsiècle, Paris, Montchrestien, 1994.

3 A.-F. Garçon, Les métaux non ferreux en France aux xviiie et xixsiècles (ruptures, blocages, évolutions au sein des systèmes techniques), Lille, ANRT, 1995. Disponible sur le site HAL-SHS du CNRS.

4 Professeur de métallurgie à la première École des mines de Paris, en 1783, compagnon de voyage de Gabriel Jars, Guillot-Duhamel ne doit pas être confondu avec son homonyme l’académicien Duhamel du Monceau. Il est le père de Guillot-Duhamel cité supra.

5 A.-F. Garçon, « Gabriel Jars, un ingénieur à l’Académie royale des Sciences (1768-1769) », in C. Demeulenaere-Douyere et E. Brian (dir.), Règlements, usages et science dans la France de l’Absolutisme, Londres-Paris-New York, éd. Lavoisier, 2002, p. 237-253.

6 Nous qualifions ainsi tout l’espace technique d’Europe centrale dont l’unité était assurée par la langue allemande, et qui servit de modèle à l’ensemble de l’Europe, France et Royaume-Uni compris, aux xviie et xviiisiècles.

7 A.-F. Garçon, Du travail comme non-valeur philosophique ? Les années 1740-1780 entre éthique corporative et pensée sociale, Paris, Collège international de philosophie, 2004, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003856/en/. À paraître dans notre ouvrage L’imaginaire et la pensée technique, éditions Classiques Garnier, sous presse.

8 A. Birembaut, « L’enseignement de la minéralogie et des techniques minières », in R. Taton (dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiisiècle, Paris, Hermann, 1964, p. 365-418.

9 « Mémoire adressé à l’Assemblée Nationale par le Corps des mines, du 2 juin 1790 », cité par A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 25.

10 A.-F. Garçon, Entre l’État et l’usine : l’École des mines de Saint-Étienne au xixsiècle, Rennes, PUR, 2004.

11 C. Chaut-Morel Journel, De la construction du bassin aux enjeux de la mémoire minière : les territoires du charbon en région stéphanoise, thèse dactyl., Saint-Étienne, 1999.

12 A.-F. Garçon, ibidem.

13 A.-F. Garçon, « Les dessous des Métiers. Secret, rites et sous-traitance dans la France du xviiisiècle », Early Science and Medicine, 10, 3, 2005, p. 378-391 et avec L. Hilaire-Pérez, “Open Technique between Community and Individuality in the Eighteenth-Century France”, in F. de Goey et J.W. Veluwenkamp, Entrepreneurs and Institutions in Europe and Asia, 1500-2000, Amsterdam, Aksant, 2002, p. 237-256.

14 M.Z. Brooke, Le Play : Engineer and Social Scientist. The Life and Work of Frédéric Le Play, Harlow, Longman, 1970, p. 54-58.

15 B. Kalaora, et A. Savoye. Les inventeurs oubliés : Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989 ; A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 444 sq. ; M. Cointepas. Arthur Fontaine, 1860-1931. Un réformateur, pacifiste et mécène au sommet de la Troisième République, Rennes, PUR, 2008 ; I. Lespinet-Moret, L’office du travail (1891-1914). La République et la réforme sociale, Rennes, PUR, 2007.

16 C’est là un exemple. Il aurait été possible de faire la même démonstration pour d’autres métaux, tel le zinc au xixsiècle.

17 C. Charle, « Le pantouflage en France (vers 1880-vers 1980) », Annales, Économies, Sociétés, 42, 5, 1987, p. 1115‑1137.

18 C.A. Schlutter, De la fonte des mines, des fonderies, etc.… le tout augmenté de plusieurs procédés et observations par M. Hellot, 2 vol., Paris, Herissant [1738], 1750-1753. La première partie de l’ouvrage est disponible sur Google Books.

19 Cité par A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 125.

20 A.-F. Garçon, Entre l’État…, op. cit. Le secteur métallurgique connut une période difficile à partir des années 1880.

21 J.-P. Darré, La parole et la technique : l’univers de pensée des éleveurs du Ternois, Paris, L’Harmattan, 1985.

22 G. O. Zaïbet, « Vers l’intelligence collective des équipes de travail : une étude de cas », Management & Avenir, 2007/4, 14, p. 41-59 ; S. Habhab-Rave, « Le rôle des communautés de pratique dans le processus de gestion des connaissances dans les entreprises innovantes : une étude de cas par comparaison intersites », La Revue des Sciences de Gestion, 241, 2010, p. 43-54 ; E. Cloutier et al., « Transfert de connaissances entre générations : le cas de l’usinage », Pensée plurielle, 2006/1, 11, p. 109-116.

23 D. Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, 1984, p. 86-87.

24 A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 96-97.

25 A.-F. Garçon, Entre l’État…, op. cit., Rennes, 2004.

26 A. Picon, L’invention…, op. cit., Paris, 1992.

27 C’est seulement dans le milieu des années 1840, en effet, que la géologie put aider efficacement à déterminer avec assez d’exactitude les contours de gîtes complexes.

28 « On va faire de l’École, une École de mines et de chemins de fer », déplorait L. Aguillon.

29 Contrairement à ce que laisse supposer la description par L. Mumford de ce qu’il appelait l’ère « paléotechnique », le travail au fond de la mine ne s’industrialisa que tardivement.

30 Expression utilisée dans la première moitié du xixsiècle par les ingénieurs des Mines responsables de la Statistique de l’industrie minérale pour distinguer les grands ateliers métallurgiques des « usines », dont le terme désignait alors tout moulin dédié à une activité de transformation des métaux.

31 Voir, à cet égard, les travaux d’Alain Gras.

32 J’entends ici, non l’environnement technique, d’une redoutable humanité, mais bien l’environnement naturel. La technique est précisément le média entre humain et non-humain…

33 Pour comprendre l’histoire économique de Vichy, on lira avec profit Michel Margairaz, « Les politiques économiques sous et de Vichy », Histoire@Politique, n° 9, 2009, p. 93 et suiv..

34 M. Taureck, « Grandes écoles pendant la guerre (1940-1944) », in Albrecht Betz et Stefan Martens (dir.), Les intellectuels et l’Occupation, 1940-1944, Paris, Autrement, 2004, p. 262-277.

35 J.-P. Bouchez, « De quelques tentatives de modernisations socio-économiques en France (1910-1980) », Management & Avenir, 2007/1, n° 11, p. 93-111.

36 J. Berthelot, Sur les rails du pouvoir, 1938-1942, Paris, Robert Laffont, 1968, p. 117, un ouvrage au titre significatif pour celui qui était, en 1939, directeur adjoint de la SNCF (cité par Margot Taureck, op. cit.).

37 O. Dard, « Du privé au public. Des technocrates en quête d’un État rationnel et à la conquête de l’État républicain dans la France des années trente » in Marc-Olivier Baruch et Vincent Duclert (dir.), Les serviteurs de l’État, Paris, La Découverte, 2000, p. 475-484. Il est bon de rappeler que ces « modernisateurs » se qualifiaient aussi de « néo-libéraux ». F. Denord, « Aux origines du néo-libéralisme en France. Louis Rougier et le Colloque Walter Lippmann de 1938 », Le Mouvement Social, 2001, 2, 195, p. 9-34.

38 P. Ducassé, Les techniques et le philosophe, Paris, PUF, 1958, p. 75.

Auteur

André Grelon est directeur d’études à l’EHESS. Ses travaux portent sur l’histoire et la sociologie des ingénieurs et cadres en France et en Europe. En particulier, il a mené des recherches sur l’histoire de la formation des ingénieurs, sur la naissance et les débuts des cadres, sur les ingénieurs et le patronat chrétien. Après avoir dirigé pendant six ans le Centre Maurice-Halbwachs (unité mixte CNRS-EHESS-ENS), il est actuellement membre de l’équipe de direction de l’École des hautes études en sciences sociales, où il a en charge la direction des enseignements. Dernière publication : Les enjeux identitaires des ingénieurs, entre la formation et l’action (dir. avec A. Cardoso, M.-P. Diogo, I. Gouzevitch), Lisbonne, Colibri éd., 2009, 608 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search