Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Les sciences, la diffusion du savoir sur trois siècles

La raison de la mine et la raison de la machine à vapeur

Jean-Marc Oury

Texte intégral

Introduction

1C’est un grand privilège pour moi d’intervenir après des exposés si documentés et captivants. C’est aussi une grande difficulté : il m’est demandé aujourd’hui de donner le point de vue d’un ingénieur des Mines, alors même que tant de grands et illustres exemples inviteraient avant tout au silence de l’humilité. Je me contenterai donc d’essayer de vous faire partager mon étonnement sur quelques points qui me paraissent porteurs de réflexions encore d’actualité.

2Je grouperai ces points autour de quatre interrogations :

  • Les ingénieurs des Mines, tous les orateurs l’ont montré, ont participé à l’élaboration et à la diffusion des savoirs. Était-ce évident ?

  • Le contraste entre les exposés d’Isabelle Laboulais et de Jacob Vogel, qui nous présentent des ingénieurs sur le terrain, d’une part, celui de Michel Letté, qui évoque « le culte de la raison » chez Henry Le Chatelier, d’autre part, pose question : la mine a engendré et nourri la révolution industrielle née de la machine à vapeur, mais la « raison » de la mine et la « raison » de la machine à vapeur sont-elles les mêmes ou, au contraire, s’opposent-elles ? Nous concernent-elles encore aujourd’hui ?

  • Les exemples présentés, et tout particulièrement les fortes personnalités citées par Michel Armatte et Alexandre Moatti, font apparaître que les ingénieurs des Mines ont accompagné les évolutions de leur temps dans la conception même des sciences et de leur rôle. Comment l’ont-ils fait et où en sommes-nous aujourd’hui ?

  • Anne-Françoise Garçon a parlé des mythes du corps des Mines. Je voudrais dire un mot de ses rites, présents dans la transmission des savoirs : en quoi consistaient-ils et que sont-ils devenus aujourd’hui ? Comment s’articulent-ils avec les valeurs qui ont fondé le corps des Mines sous la Révolution et l’Empire ? Et ne peut-on finalement y voir le ciment qui, de façon presque invisible, soutient le corps depuis deux siècles ?

I. La participation à l’élaboration et à la diffusion des savoirs : Était-ce évident ?

3L’exposé de Jacob Vogel l’a montré : la France était bien en retard sur ses voisins dans le domaine minier.

4Sous l’Ancien Régime, les mines étaient réglementées sous l’angle de leurs capacités à renflouer les caisses royales. D’où une alternance de législations soit totalement libérales (édit du 30 mai 1413 de Charles VI, qui laisse une mine à son inventeur sous réserve du paiement d’une taxe du « dixième de la production purifiée »), soit totalement centralisée (édit de 1471 de Louis XI, qui établit « un gouverneur et superintendant général des mines ayant pouvoir de les ouvrir et de les faire ouvrir en lui payant le dixième royal »).

5Cette charge ne fut abolie qu’en 1748 par Trudaine, peu après la création, le 14 février 1747, de l’École des ponts et chaussées. Les jeunes gens recommandés par les « directeurs » ou « entrepreneurs de mines » furent alors admis dans cette école à condition d’y suivre un cours spécifique de chimie et, surtout, d’accomplir des visites sur différents sites miniers et usines en France et à l’étranger.

6Ce n’est qu’en 1769 que fut instauré un département ministériel pour les mines ; puis parurent, le 19 mars 1783, en même temps qu’était créée l’École des mines, les deux premières réglementations minières, ancêtres lointaines des lois dont nous fêtons le bicentenaire, l’une sur les mines métalliques, l’autre sur les mines de houille.

7Par arrêté du Comité de salut public du 13 messidor an II, la Révolution instituait une « Agence des mines », qu’elle plaçait sous l’autorité de la Commission des armes et poudres…

8En fin de compte, avec un petit demi-siècle de retard sur la situation allemande que vient de rappeler Jacob Vogel.

9Ce petit demi-siècle de retard allait faire la différence, car il faisait de la toute jeune Agence des mines l’héritière du siècle des Lumières.

10Ainsi, le programme donné par un nouvel arrêté, pris cinq jours plus tard, ne faisait qu’une obligation ferme aux inspecteurs et ingénieurs : celle « de prendre des mesures pour que les travaux soient solides et que les ouvriers soient en sûreté ».

11Elle leur demandait en revanche mille choses dans l’esprit de l’Encyclopédie : « Ils traceront sur des cartes les découvertes qu’ils feront ». Isabelle Laboulais nous a montré comment ils se sont acquittés de leur mission avec cette volonté, qu’elle a bien mise en évidence, de tout représenter sur une même carte. « Ils décriront les procédés employés dans les usines, dans les manufactures indépendantes des mines. Ils en dessineront les machines, les fourneaux ». Ou encore l’obligation « de rassembler toutes les substances fossiles comme celles, terres, pierres combustibles, minerais et métaux […] et d’en envoyer la collection bien étiquetée à l’Agence des Mines à Paris ».

12Cet héritage du siècle des Lumières se lit aussi bien sûr dans la création de l’École polytechnique et le passage des ingénieurs de la nouvelle agence par cette École. Alexandre Moatti et Michel Armatte nous ont bien montré l’importance de cette décision.

13En fin de compte, face aux difficultés techniques, juridiques et écono-
miques qu’il faut surmonter pour rendre possible l’exploitation minière, les pays saxons ont répondu d’abord par l’accumulation de savoir-faire, de règlements de sécurité, de règles de droit. Jacob Vogel a montré qu’une approche scientifique dédiée à la Mine s’est développée, dans un second temps, au niveau européen à la fin du xviiisiècle. La France aura la chance de venir après et de pouvoir ainsi combiner, dès l’origine, la première et la seconde étape, la démarche scientifique inspirant ainsi dès l’origine l’ensemble du dispositif.

14Peut-on parler pour autant de culture ou, a fortiori, de culte de la raison comme nous invite Michel Letté à le faire ? Ce sera l’objet de notre second questionnement.

15Qu’il me soit permis auparavant d’ajouter un souvenir personnel qui montre que cette spécificité a perduré au cours des deux siècles écoulés. Au début de ma carrière, j’ai eu l’honneur de servir au Service central de sûreté des installations nucléaires, au moment où la France développait son programme électronucléaire. Il fallait bien évidemment en établir les normes de sûreté, singulièrement pour l’appareil à vapeur si important qu’est le circuit primaire de chaque réacteur. Sans entrer dans les détails, les normes américaines définissent des « règles applicables » (Regulatory Guide), là où la France demande aux constructeurs d’apporter la démonstration de la sûreté de ses installations.

II. La « raison » de la mine et la « raison » de la machine à vapeur

16La démonstration que nous a présentée Michel Letté est évidemment à la fois passionnante et tragique : passionnante parce qu’elle nous montre chez un très grand ancien, Henry Le Chatelier, une hauteur de vue et une bonne volonté impressionnantes, singulièrement dans sa volonté de réconcilier par la raison les aspects sociaux et économiques du développement industriel ; tragique parce qu’elle nous montre comment cette vocation à la Science qui accompagnait le corps des Mines à sa naissance a pu conduire à un certain aveuglement caractéristique de ce que Michel Letté a appelé le passage de « la culture de la raison au culte de la raison ».

17A contrario, Michel Armatte nous a rappelé les noms de bien des ingénieurs des Mines qui, tout en prenant une part active aux débats économiques, sociaux et même politiques de leur temps, ont su parfaitement échapper à cet écueil.

18Pour dépasser cette opposition qui m’a étonné, je propose ici d’opposer deux acceptions du mot « raison » : la raison de la mine et la raison de la machine à vapeur.

19Dans la mine, l’ingénieur se heurte à l’inconnu, au danger et à la précarité. Les gisements, les filons ou les nappes ne sont connus qu’approximativement, ne se laissent exploiter que partiellement et à condition de s’adapter à ce que donne la terre. Les risques d’éboulements, d’asphyxie ou d’explosion ne sont maîtrisés que par la vigilance constante des ingénieurs et des ouvriers, sans parler des risques d’accident qui entraînent de gigantesques pollutions. Les réserves, même les plus importantes, s’épuisent, et de mauvaises décisions d’exploitation peuvent en accroître encore la précarité. La raison de la mine est donc faite de vigilance et de modestie face à des éléments naturels que l’on ne peut jamais totalement appréhender. Malheur à celui qui se laisse aveugler par Hybris !

20La machine à vapeur aussi, bien sûr, n’est pas exempte de dangers. Mais nous sommes dans le domaine par excellence de ce qu’Heidegger appelait « l’arraisonnement de la nature », dans lequel il voyait l’essence de la Technique moderne. L’ingénieur vit au milieu d’un monde qu’il a conçu pour convoquer les lois de la nature au service de ses propres finalités. Il peut faire des erreurs, mais il ne pourra s’en prendre qu’à lui-même.

21À l’humilité prudente du mineur s’oppose ainsi la force dominatrice du mécanicien.

22Cette opposition dans les formes de la raison ne pouvait manquer d’influencer les réflexions économiques et sociales tout au long de ces deux siècles.

23Henry Le Chatelier est, à mon avis du moins, un homme de cette seconde culture. Son principe d’ailleurs ne s’applique qu’aux successions d’états d’équilibres et non aux ruptures. La mine ne s’exploite guère en successions d’états d’équilibres : l’abattage des roches nécessite parfois le recours aux explosifs et il faut savoir se confronter au foudroiement des piliers.

24La plupart des autres personnalités citées ont été à l’école de la mine, qui ne tolère pas le culte de la raison.

25Aujourd’hui, nous percevons plus que jamais les dangers que le développement industriel fait peser sur la planète. Pourtant, il ne peut s’agir de l’arrêter puisque, pour la première fois peut-être dans l’histoire de l’humanité, la pauvreté, loin d’être vaincue, commence au moins à reculer, grâce au développement des pays émergents.

26Avancer pas à pas avec l’humilité prudente du mineur me semble donc aujourd’hui plus que jamais d’actualité.

III. Les ingénieurs des Mines et les évolutions de la conception des sciences

27J’ai dit plus haut l’influence prédominante de la pensée des Lumières sur la création de l’Agence des mines.

28Cette influence se lit clairement dans le contenu de son programme scientifique, fait de cartographie, de minéralogie, d’inventaires, de descriptions de machines : l’esprit de l’Encyclopédie est évident. Isabelle Laboulais nous l’a montré : il fallait tout faire figurer sur une même carte. Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’un de nos grands anciens, Jean Reynaud, reprit à son compte le projet d’une Encyclopédie nouvelle au milieu du xixsiècle. Les précieuses informations que nous ont apportées Isabelle Laboulais et Jacob Vogel illustrent parfaitement cette période de l’activité scientifique des ingénieurs des Mines, qui se serait achevée comme une utopie s’il n’y avait eu la dissociation, citée par Isabelle Laboulais, entre science et administration, qui devait aboutir, au milieu du xixsiècle, à la prédominance pratique des cartes départementales.

29Mais les sciences avaient évolué : comme l’a montré Michel Foucault, le temps faisait son entrée dans le tableau immobile du siècle précédent. Les exemples des autres exposés nous montrent comment les ingénieurs des Mines du xixsiècle ont su s’adapter à cette évolution, aussi bien dans le domaine des sciences mathématiques et physiques que dans le domaine des sciences économiques et sociales.

30Michel Foucault n’a pas poursuivi son étude sur le xxsiècle : les exposés qui nous ont été présentés permettent cependant d’esquisser certaines pistes.

31Reprenons quelques noms : Henri Poincaré, à l’aube du siècle, s’intéressant aux mathématiques de Galois comme à celles de la relativité restreinte ; plus récemment, Albert Messiah, se consacrant à la mécanique quantique et à la physique des particules ; en économie, après Maurice Allais et Jacques Lesourne, Pierre-Noël Giraud, développant une réflexion originale sur l’économie industrielle ; Michel Callon, créant un centre de sociologie de l’innovation à l’École des mines ; Claude Riveline, renouvelant les disciplines de gestion en y apportant la rigueur scientifique et l’humilité de la raison de la mine ; Michel Berry, dans la même voie, créant l’École de Paris du management, que j’ai l’honneur de présider et qui, depuis plus de quinze ans, accumule, selon une méthode originale associant chercheurs et praticiens, des récits d’expériences vécues associés à des réflexions d’une richesse insoupçonnée à mes yeux.

32La liste serait très longue, et que ceux qui sont ici présents et que je ne cite pas me pardonnent !

33Que dire face à une telle diversité ?

34Tout se passe comme si nous assistions à la fin des grands systèmes de pensée bâtis au xixsiècle, qui visaient à décrire des lois universelles. À la place, se dessine un nouvel effort pour observer ce qui se passe vraiment au sein de la matière (Messiah) comme au sein des entreprises (Claude Riveline et Michel Berry), avec une rigueur et une précision qui fait éclater tous les grands systèmes au profit de la mise en valeur des particularités, des effets de relativité et d’incertitude.

35Au-delà, peut-être à nouveau une accumulation de faits et d’expériences qui ont au moins le mérite de nous prémunir contre le retour des grands systèmes et du culte de la raison.

36D’autres visions naîtront-elles de cette accumulation ? Difficile de répondre à une telle question. Une certitude toutefois : si de nouvelles visions sortent de ces nouveaux efforts d’accumulation, elles se situeront à un niveau différent de toutes celles que nous avons héritées des siècles passés. Bien loin de chercher à décrire des états d’équilibres ou simplement stables, à voir comment l’ordre naît du désordre, elles devront avant tout rendre compte des précarités, des diversités, voire des contradictions que tous ces travaux récents ne cessent de mettre en évidence sous nos yeux.

IV. Les rites de transmission du savoir au sein du corps des Mines

37C’est Claude Riveline qui, le premier, m’a fait prendre conscience, il y a bien longtemps, de l’importance des rites pour la solidité dans le temps et dans l’espace d’une communauté humaine.

38Pour ne pas le gêner ici en lui rendant un hommage trop appuyé, j’ajouterai, avant de vous faire part de mon quatrième étonnement, une nuance tirée d’une culture très ancienne et toute différente, qu’à dire vrai, j’ai découverte tout récemment.

  • 1 Philosophes confucianistes, La Pléiade, Paris, NRF Gallimard, 2009, p. 44.

« Meng Yizi s’enquit de la piété filiale. Le Maître (Confucius) dit : “C’est ne pas contrevenir aux rites”1 ».

39Parler de piété filiale est naturel un jour de bicentenaire, et la réponse du Maître, à cet égard, me paraît particulièrement intéressante.

40Car dans le programme qui définissait, il y a deux siècles, la toute jeune Agence des mines, figuraient des rites très précis de formation des ingénieurs et inspecteurs des Mines. Ils étaient peu nombreux, et leur formation consistait pour l’essentiel à accompagner leurs anciens dans leurs voyages, l’été, et à écouter leurs conférences, l’hiver. Puis à voyager de par le monde pour y apprendre (et rapporter en France) ce qui se faisait de mieux. Enfin, une première affectation dans un poste de terrain au service du pays, là encore auprès de leurs anciens.

41Sous d’autres formes, tout cela existe encore aujourd’hui… et je pense que beaucoup d’ingénieurs des Mines gardent, comme moi, un souvenir impérissable de ce qu’ils ont appris dans cette période de leur vie, y compris lors de leur premier poste.

42Si l’on y ajoute le passage préalable par l’École polytechnique (élargi aujourd’hui à l’École normale supérieure et à l’École des mines de Paris, complété par un recrutement interne au sein du corps des TPE), on trouve ici un ensemble très complet de rites qui s’articulent parfaitement avec les mythes fondateurs du corps des Mines, que j’ai rappelés au début de cette présentation.

43Les missions ont changé, les sciences ont fait d’immenses progrès, les mines en France ont, pour l’essentiel, fermé. Mais la question de notre approvisionnement en matières premières et en énergie demeure cruciale, et la question de la précarité de notre environnement se pose désormais à l’échelle de la planète. Les rites de formation des ingénieurs ont évolué dans leur objet, mais, de façon peut-être provocante, je soutiendrai volontiers que leur esprit n’a pas changé et qu’ils constituent bien le ciment qui, depuis deux siècles, fait des ingénieurs des Mines un corps.

44À l’heure où le corps des Mines vient de fusionner avec un autre grand corps de l’État au passé très différent, ces rites doivent sans doute connaître une certaine évolution : je suis convaincu que, par leurs exposés riches et documentés, les cinq intervenants de cette matinée nous ont apporté des éléments de réflexion précieux qui méritent tous nos remerciements.

45Pour conclure, je citerai encore Confucius, qui écrit un peu plus loin, dans le même texte, sur la pratique du gouvernement :

  • 2 Ibid., p. 45.

« Celui qui sait réchauffer l’ancien pour comprendre le nouveau, mérite d’être considéré comme un maître2 ».

46C’est certainement ce à quoi contribuera ce colloque.

47Je vous remercie pour votre attention.

Notes

1 Philosophes confucianistes, La Pléiade, Paris, NRF Gallimard, 2009, p. 44.

2 Ibid., p. 45.

Auteur

Jean-Marc Oury est ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de mathématiques et ingénieur au corps des Mines. Il est chargé de cours (Économie de l’entreprise) à Mines-Paris Tech. Depuis 1992, il préside l’Association école de Paris du management. Il a publié : Économie politique de la vigilance (1983) et divers articles, parus notamment dans les Annales des mines et les Annales de l’École de Paris.
Depuis 1995, il est président de Saint-Germain Conseils Investissements, associé-gérant de E8 Partenaires. De 1982 à 1994, il travaille à la Compagnie générale des eaux et, à partir de 1987, il est directeur de la compagnie. De 1977 à 1981, il était chef de la division en charge de la sûreté du programme électronucléaire au ministère de l’Industrie (SCSIN).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search