Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Les sciences, la diffusion du savoir sur trois siècles

Les experts des Mines : transferts et circulations entre les pays germaniques et la France (1750-1850)

Jakob Vogel

Texte intégral

  • 1 Isabelle Laboulais, 293, rue de l’Université. La Maison des Mines dans le Paris de la Révolution et (...)
  • 2 Voir, sur ce point, les problématiques largement convergentes des historiens allemands et français  (...)

1Le rôle singulièrement important du monde germanique et du modèle de la « science des mines », élaboré à l’Académie minière de Freiberg en Saxe, pour l’élaboration du statut du corps des Mines français, au tournant du xviiie et au xixsiècle, est un fait déjà bien reconnu par les contemporains. Dans le contexte de la préparation de la nouvelle loi des Mines napoléonienne (qui devint la loi de 1810), l’ingénieur en chef Duhamel, en station dans les départements de la Moselle, de la Meurthe, du Bas-Rhin, de Rhin et Moselle, de la Sarre et du Mont-Tonnerre, parlait même de « sortir » la France de son statut d’« enfance » en appliquant au pays « les lois de l’Allemagne1 ». Les historiens français et allemands ont souvent décrit l’influence que le modèle allemand, ou plus précisément saxon, a joué au cours de la deuxième moitié du xviiisiècle, non seulement dans le développement de l’industrie minière française, mais aussi dans la formalisation et l’institutionnalisation de l’Art des mines au sein de l’École des mines, à partir de 1783, et enfin dans la professionnalisation des ingénieurs fonctionnarisés dans le corps des Mines2.

  • 3 Michel Espagne et Michael Werner, « Deutsch-französischer Kulturtransfer als Forschungsgegenstand. (...)

2Si les emprunts français à la législation « allemande », aux modèles institutionnels et aux concepts de savoirs élaborés à Freiberg ou ailleurs dans les pays germaniques ont souvent été mentionnés, la recherche n’a pas encore suffisamment éclairci les conditions et circonstances politiques, économiques et scientifiques dans lesquelles s’est passé ce transfert, et notamment les adaptations nécessaires du modèle « allemand » en France, dans un mouvement de « transfert culturel », tel qu’il a été décrit par Michel Espagne et Michael Werner3.

3En outre, le tableau des relations franco-allemandes dans le secteur des mines au tournant du xixsiècle ne serait pas complet si l’on ne restituait pas le transfert germano-français dans le contexte plus large des relations entre les experts des Mines des différents États européens et si l’on ne prenait pas en compte les effets constatés en retour dans les pays germaniques. En effet, en pleines guerres postrévolutionnaires et napoléoniennes, ces circulations scientifiques et institutionnelles entre les pays germaniques et la France, et ces échanges entre experts et institutions n’avaient rien de neutre. Aussi bien le contexte politique instable que les stéréotypes nationaux, largement diffusés dans les différentes sphères publiques, ont largement influencé la façon dont les transferts et circulations respectives ont eu lieu.

  • 4 Michael Werner et Bénédicte Zimmermann, De la comparaison à l’histoire croisée, Paris, Seuil, 2004.
  • 5 Étienne Francois, « Modell Sachsen ? », in Michel Espagne et Matthias Middell (dir.), Von der Elbe (...)
  • 6 Kai Torsten Kanz, Nationalismus und internationale Zusammenarbeit in den Naturwissenschaften. Die d (...)

4Le cadre imparti ici ne nous permet évidemment pas de retracer de manière exhaustive, dans notre optique d’une « histoire croisée4 », toute l’histoire des relations franco-allemandes dans le domaine de l’industrie minière entre 1750 et 1850. Nous tenterons néanmoins d’en proposer une esquisse, car il est important de pouvoir inclure le transfert des institutions et des savoirs de l’Art des mines dans une histoire plus large des relations franco-allemandes. Cette approche amène à considérer sous un angle inédit la question du modèle saxon5, d’une importance capitale dans le domaine du développement du secteur minier moderne en Europe. Dans le même temps, elle permet de relativiser – pour le champ de l’Art des mines tout du moins – la thèse en vogue dans les recherches d’histoire des sciences, selon laquelle le transfert des savoirs entre la France et l’Allemagne, vers 1800, a consisté avant tout en une réception allemande des études naturalistes françaises, alors que la science allemande n’aurait éveillé que peu d’intérêt en France6.

I. Stéréotypes nationaux et transfert culturel : l’image d’un « peuple agricole »

  • 7 Notons cependant que la grande thèse d’André Thépot n’accorde qu’une attention marginale au rôle de (...)
  • 8 Weber Wolfhard, Innovationen im frühindustriellen deutschen Berg- und Hüttenwesen. Friedrich Anton (...)

5Les historiens des Mines français et allemands ont déjà bien étudié l’histoire de la genèse du corps des Mines français à la fin de l’Ancien Régime et durant les premières années de la Révolution française, notamment le rôle majeur qu’y a joué le transfert de personnes et de savoirs de Saxe et de son Académie des mines, fondée en 1765 à Freiberg7. Au milieu du xviiisiècle, les secteurs minier et métallurgique français accusaient un retard par rapport aux standards en vigueur en Europe centrale. De nombreux experts saxons ont contribué de manière décisive à leur développement, comme Johann Gottfried Schreiber, nommé en 1777 directeur des mines d’or et d’argent d’Allemont, dans le Dauphiné. D’autres spécialistes de l’exploitation minière issus de Freiberg, tels que Friedrich Anton von Heynitz, ancien cofondateur de l’Académie des mines de Saxe8, ont également participé à l’essor des mines et de la métallurgie françaises, ainsi qu’au transfert de la technologie couramment utilisée dans les exploitations minières de l’Erzgebirge.

  • 9 Michel Espagne et Michael Werner, Kulturtransfer…, p. 20 sq. ; Michel Espagne et Michael Werner, «  (...)
  • 10 Barbian, Beziehungen…, p. 311-2.

6Depuis la création du « Service des Mines » en 1772, les fonctionnaires français de ce secteur se rendaient régulièrement à Freiberg pour y approfondir leurs connaissances et suivre, en particulier, les cours du minéralogiste Abraham Gottlob Werner, alors très influent dans toute l’Europe. Les disciples de Werner, comme les autres diplômés et étudiants de l’Académie des mines de Saxe, diffusaient pour leur part en France la littérature enseignée à Freiberg. Il n’est guère étonnant, en ce sens, qu’une grande partie des ouvrages scientifiques sur l’Art des mines et la minéralogie étudiés en France à la fin du xviiisiècle ait été traduite de l’allemand9. En dépit de ces traductions, l’enseignement en allemand continuait de faire partie des fondamentaux de la formation à l’École des mines de Paris, qui avait aussi repris en grande partie le schéma de Freiberg pour l’organisation de ses cours10.

  • 11 Cf. aussi I. Laboulais, Serving Sciences…
  • 12 Cf., sur cette question, le programme du Journal des mines, fondé en 1794. Autorisé par le Comité d (...)
  • 13 Thépot, Ingénieurs…, p. 26.

7Le vaste transfert vers la France du concept saxon des Bergbauwissenschaften, littéralement « sciences de l’exploitation des mines11 », et des institutions qui y sont associées explique les fortes analogies dans l’image de soi des ingénieurs des deux États au xixsiècle, ainsi que dans leur formation. Les fonctionnaires formés en France ou en Saxe ne partageaient pas seulement les mêmes canons et un même esprit de corps fondé sur la pensée des Lumières, mais aussi un même sentiment d’appartenance à une élite scientifique et technique12. Dans cette même logique, les ingénieurs des Mines des deux pays revendiquaient une large autonomie dans la formulation de leurs normes professionnelles et, donc, dans la définition des critères d’appartenance à leur propre profession. Parmi ces points communs, citons la forte orientation sur l’économie publique des fonctionnaires français et allemands, et le sentiment largement partagé que l’exploitation minière, propriété sociale, devait se trouver entre les mains de l’État. Dans un rapport rédigé le 2 juin 1790 à l’attention de l’Assemblée nationale, les ingénieurs des Mines français insistent ainsi sur le statut de « propriété nationale » des richesses naturelles du sous-sol. Ils ont, de ce fait, largement pesé sur l’article premier de la loi sur les mines, adoptée le 28 juillet 1791, qui énonçait la propriété « nationale » des ressources minérales souterraines13.

  • 14 La présentation de Barbian est, à cet égard, symptomatique. « Au début de la Révolution », les ingé (...)
  • 15 Georges Weulersse, Le mouvement physiocratique en France (de 1756 à 1770), vol. I, Paris, Mouton, 1 (...)
  • 16 Manfred Mücke, « Die Französische Revolution und das Bergrecht », in Neue Bergbautechnik, 20, 1990, (...)
  • 17 Cité in Thépot, Ingénieurs…, p. 25. C’est en ces termes que les ingénieurs des Mines argumentent da (...)

8Ces phénomènes démontrent l’existence d’un véritable transfert de l’Art des mines formulé à l’Académie des mines de Freiberg vers la France. Mais de nombreuses différences témoignent simultanément des conditions spécifiques de la réception du modèle saxon. Les idées politiques, économiques et sociales des physiocrates ont en effet bien plus fortement influencé la réglementation juridique de l’industrie des mines, et, par conséquent, le statut des ingénieurs des Mines dans la société française à la fin du xviiisiècle, que ce que les chercheurs allemands ont supposé jusque-là14. Pour les physiocrates, la France était une nation essentiellement agricole. Conformément à cette conception, ils considérèrent, dès le milieu du siècle, que les mines et les carrières représentaient un contributeur relativement improductif à la richesse nationale au regard de la production alimentaire du secteur agricole15. La grande influence des physiocrates sur l’appréciation politique de l’exploitation minière se lit dans la loi sur les mines de 1791 qui, en dépit de la « nationalisation » de principe du sous-sol, affirmait la préséance des propriétaires fonciers dans l’exploitation des ressources minières ; en d’autres termes, la loi excluait que leur exploitation passât dans le secteur public16. Les ingénieurs des Mines, qui plaidaient pour une extension des activités de l’État dans le secteur minier, devaient constamment se défendre contre les offensives des physiocrates. Ainsi le député Charles François Lebrun objecta-t-il vertement, en 1790, devant l’Assemblée nationale, qu’il était impensable, « chez un peuple agricole » comme les Français, d’exploiter les richesses naturelles du sous-sol sur un mode industriel17. La doctrine physiocratique avait certes déjà perdu de son influence auprès des économistes à l’époque de la Révolution, mais le régime de la propriété des mines formulé dans la loi de 1791 restait encore largement marqué par sa conception de la nature et ses représentations de la nation française.

  • 18 Ibid., p. 32-33. Sur le droit des mines en vigueur en Allemagne au xixsiècle, cf. Jakob Vogel, «  (...)
  • 19 Cf., notamment, Michael Jankowsky, Public Policy in Industrial Growth, The Case of the Ruhr Mining (...)
  • 20 Cette orientation scientifique et technique se reflétait aussi dans la formation à l’École des mine (...)

9L’État français avait donc un rôle relativement réduit dans l’exploitation des richesses naturelles, comparé à la situation en Saxe ou dans d’autres États allemands, ce qui s’est répercuté sur la conception du code minier napoléonien, décisif pour le développement ultérieur des mines françaises au xixsiècle. Par rapport à la version de 1791, la loi du 21 avril 1810 réduisait les privilèges des propriétaires fonciers et renforçait en contrepartie le rôle du corps des Mines. L’exploitation privée des ressources minières restait toutefois le premier objectif de la politique nationale en matière de mines et carrières, à l’inverse de la position adoptée en Saxe, et plus généralement en Allemagne, à la même époque18. Concrètement, cela signifiait que le champ d’intervention des ingénieurs des Mines français, dans les exploitations minières privées, était bien plus réduit que celui de leurs collègues saxons ou prussiens. Ces derniers possédaient de larges compétences en matière de gestion des entreprises non publiques en vertu du « principe de direction19 ». En revanche, seuls l’attribution des concessions aux exploitants privés et le contrôle technique de leurs entreprises relevaient du ressort des fonctionnaires français. Ce champ de compétences réduit, mais aussi le grand poids du modèle de l’Académie des sciences dans la sphère des experts d’État explique le fait que les ingénieurs en France se concevaient principalement comme une élite scientifique et technique, abandonnant les questions économiques et pratiques aux entrepreneurs, et cela bien plus fortement que leurs collègues saxons et prussiens, guidés par la pensée caméraliste dominante dans l’espace culturel allemand20.

II. La « communauté scientifique » internationale de l’Art des mines

  • 21 Conformément à ce point de vue, la plupart des experts scientifiques des mines de la fin du xviii(...)

10S’il est vrai que l’exploitation minière allemande a été le modèle le plus influent pour l’institutionnalisation de l’Art des mines en France et pour la constitution d’une administration nationale professionnelle, grâce, en particulier, à l’Académie des mines saxonne de Freiberg, la Saxe et, plus généralement, l’Allemagne n’ont été qu’une référence parmi d’autres pour ce qui concerne les processus d’appropriation de techniques culturelles étrangères dans l’industrie minière française. Les Français ont aussi fait des emprunts à l’Autriche des Habsbourg, qui, au moins depuis la fondation de l’Académie des mines de Schemnitz en 1770, aujourd’hui Banská Štiavnica en Slovaquie, représentait l’un des plus grands centres miniers germanophones d’Europe centrale avec Freiberg21. Les pays de la monarchie habsbourgeoise ont ainsi été l’une des destinations privilégiées des voyages « métallurgiques » entrepris par Antoine-Gabriel Jars et Jean-Pierre François Guillot-Duhamel sur ordre de Louis XV entre 1757 et 1769.

  • 22 Gabriel Jars (dir.), Voyages métallurgiques, 3 vol., Paris, G. Regnault, 1774-1781.
  • 23 Article anonyme : « Aperçu de l’extraction et du commerce des substances minérales en France avant (...)
  • 24 Theodore M. Porter, “The Promotion of Mining and the Advancement of Science : the Chemical Revoluti (...)

11Après la mort précoce de Jars, son frère a publié à titre posthume ses analyses de l’exploitation minière, de la métallurgie et de la production saline dans les multiples États européens qu’il avait visités. Elles constituent une excellente base d’observation du réseau européen des régions minières qui ont joué un rôle d’initiateur dans le transfert des techniques culturelles minières vers la France au milieu du xviiisiècle. Outre les régions d’Europe centrale que sont la Saxe, l’Autriche des Habsbourg et le Harz, les Français ont également étudié les techniques métallurgiques et minières de la Suède, de la Norvège, de l’Angleterre et de l’Écosse22. Dans les années qui ont précédé la Révolution, l’Angleterre constituait l’épicentre du progrès technologique en matière de métallurgie et d’extraction de la houille aux yeux des Français23. La Suède et la Norvège doivent, pour leur part, leur présence sur cette liste à leur rôle de pionniers dans le développement de l’Art des mines, surgeon de la minéralogie, dans la première moitié du xviiisiècle24.

  • 25 Sur la « Sozietät für Bergbaukunde », voir tout particulièrement Günter B. Fettweis et Günther Hama (...)
  • 26 Ignaz von Born et Friedrich W.H. von Trebra (dir.), Bergbaukunde, 2 vol., Leipzig, 1789 et 1790. Cf (...)
  • 27 La brève durée de vie de la Société – due à la mort précoce de Born – ne contredit pas ce fait.

12Pour donner corps à cette vaste interpénétration des experts des Mines en Europe et à l’émergence d’une « communauté scientifique » européenne des savants de ce champ, les fonctionnaires des mines autrichiens et allemands fondent la Sozietät für Bergbaukunde (Société de la science des mines) en 178625. Cette société internationale, très influencée par la pensée caméraliste et les idées des Lumières, a vu le jour grâce à Ignaz von Born, fonctionnaire des mines autrichien et franc-maçon, et à Friedrich Wilhelm Heinrich von Trebra, un ingénieur des Mines de Brunswick, formé à l’Académie des mines de Freiberg. Les deux hommes ont réuni des savants et des praticiens de l’exploitation minière originaires d’Autriche, de Prusse, de Saxe, des principautés du centre de l’Allemagne, de France, de Suède et d’Angleterre, dont le conseiller secret de la cour de Weimar, Johann Wolfgang von Goethe26. Avec sa revue Bergbaukunde, la Société se donnait pour mission de faire reposer l’exploitation minière au sens large sur une base « scientifique », minéralogique et naturaliste, et de promouvoir l’échange intellectuel et technologique dans l’intérêt de l’État et de la société. Le cadre bien défini de la discussion entre experts des mines de toute l’Europe, telle qu’elle a émergé par ce moyen, explique que le concept d’« Art des mines » se soit imposé dans de nombreux pays européens à la fin du xviiisiècle, en dépit de contextes nationaux hétérogènes27.

  • 28 Les 11 Anglais de la Société possédaient par conséquent presque tous le statut de « membres extraor (...)
  • 29 « Auszug aus einem Briefe von Hrn. O. in Petersburg, das dasige Bergcorps betreffend », in Bergmänn (...)
  • 30 Cf., sur ce point, les déclarations de l’inspecteur des Mines Duhamel en 1800-1801 à propos du stat (...)

13La structure de la Société permet en outre de comprendre pourquoi le modèle d’un Art des mines d’inspiration caméraliste, issu d’Europe centrale, a autant attiré les ingénieurs des Mines français. À l’inverse de la stricte séparation entre minéralogie, géologie et pratiques minières, telle qu’elle prévalait en Angleterre28, le modèle saxon ou autrichien privilégiait non seulement une combinaison productive des deux domaines, mais offrait également une image attractive de l’expert-fonctionnaire. Selon ce modèle, les ingénieurs des Mines travaillaient sur la base de critères professionnels et possédaient une grande autonomie d’action au sein de l’appareil d’État, tout en ayant accès à ses ressources pour développer leurs propres activités. À cela s’ajoute le modèle de formation largement identique dans les deux pays : l’Académie de Freiberg comme celle de Schemnitz associaient aspects scientifiques et pratiques, parti pris dont s’inspirera aussi la Russie pour créer son institut de formation à l’Art des mines29. Enfin, la force d’attraction qu’a exercée en France le concept
d’Art des mines d’Europe centrale sur l’élite technocratique éclairée à la fin de l’Ancien Régime s’inscrit dans un contexte où l’exploitation minière était négligée par les propriétaires fonciers et affaiblie par les visions physiocratiques. On le voit donc, les liens étroits des ingénieurs des Mines français avec la Saxe et Freiberg prennent place dans un cadre européen plus vaste, dont la prise en compte permet seule de mettre au jour la nature et l’ampleur du transfert culturel dans ce champ scientifique30.

III. De l’autre côté du transfert : les experts français et l’Allemagne à l’époque napoléonienne

  • 31 Cf., par ex., Dietrich L.G. Karsten, « Uber die alte und neue Berwerksverfassung in Frankreich », i (...)
  • 32 Neues Bergmännisches Journal, I, 1795, p. 276-279.

14Le rayonnement politique, économique et culturel qu’exerçait la France napoléonienne sur l’Europe entière, mais aussi l’alliance politique entre la Saxe et la France à partir de 1806 expliquent pourquoi le transfert culturel dans le secteur minier a été beaucoup encouragé par la monarchie saxonne. Mais nombre des fonctionnaires des mines saxons et allemands mus par l’esprit des Lumières avaient déjà auparavant éprouvé une grande sympathie pour la République française, qui semblait vouloir accorder plus d’attention au développement de l’industrie minière que ne l’avait fait l’Ancien Régime31. Le Neues Bergmännisches Journal de Freiberg, la revue de l’Académie des mines, alimenta ainsi régulièrement ses lecteurs en extraits détaillés d’articles et de notes parus dans le Journal des mines, et traduisit le programme du « jeune frère français » de 179432.

  • 33 Gabriel Gohau, Les sciences de la Terre aux xviie et xviiisiècles. Naissance de la géologie, Pari (...)
  • 34 « Ueber die neuern Fortschritte des Wernerischen Systems der Mineralogie in Frankreich », in Neues (...)
  • 35 Hermann, Bergbau…, p. 46 ; Barbian, Beziehungen…, p. 306.

15Vu de Freiberg, le contact avec la France avait un parfum particulier dans le sens où les experts français des Mines avaient délibérément repris et développé le système minéralogique d’Abraham G. Werner. Si les conceptions neptunistes de Werner, notamment, étaient très controversées parmi les géologues français, les ingénieurs des Mines français restaient visiblement convaincus de la supériorité de sa « géognosie », reposant sur la description externe des minéraux. Elle possédait, il faut bien le reconnaître, un certain nombre d’atouts indéniables, comparée à la minéralogie chimique pour le travail quotidien des mineurs33. Le Neues Bergmännisches Journal, sorte de tribune de l’école de Werner, suivait attentivement la diffusion de la doctrine géognostique chez les experts français et rendait hommage aux anciens élèves de l’école de Freiberg qui, à l’instar de Jean-François d’Aubuisson de Voisins, « œuvraient à la diffusion du système minéralogique wernérien à l’étranger34 ». Le voyage de Werner à Paris, en 1802, et sa rencontre officielle avec Napoléon marquèrent l’apogée symbolique des relations de Freiberg avec le corps des Mines, qui se consolidèrent encore en 1844 avec le don d’un portrait du géologue saxon à la bibliothèque de l’École des mines de Paris35.

  • 36 Sur l’attitude des fonctionnaires prussiens sous l’occupation napoléonienne, voir en particulier – (...)
  • 37 Cf. notamment ibid, p. 421-3, 437.
  • 38 Ibid, p. 433-436, 446 sq.

16Pourtant, dans le contexte des bouleversements politiques qui suivirent les campagnes militaires napoléoniennes, les rapports entre les experts allemands et leurs collègues français prirent une ampleur encore plus importante, débordant le cadre privilégié franco-saxon. En effet, les ingénieurs français et leurs collègues allemands ne partageaient pas seulement la même culture scientifique et technique et le même habitus professionnel, mais aussi des convictions communes sur le rôle de l’État dans l’économie minière. S’ajoutaient les liens maçonniques qui étaient particulièrement importants dans les milieux des experts de mines. Naturellement, ces relations étaient particulièrement étroites pour ces ingénieurs français qui, comme André-Jean-Marie Brochant de Villiers, avaient étudié eux-mêmes à Freiberg et avaient connu personnellement leurs collègues allemands. Mais la collaboration étroite de l’administration des Mines prussienne avec les autorités françaises, après la défaite des Prussiens en 1806, montre aussi, au-delà de ces rapports personnels, à quel point l’affinité intellectuelle, culturelle et politique entre les spécialistes des Mines prussiens formés à Freiberg et leurs collègues français était grande36. Après la chute de Napoléon en 1813-1815, les fonctionnaires prussiens ont certes volontiers insisté sur leur comportement « patriotique » – discours repris par une historiographie nationale qui cherchait à masquer cette collaboration37 –, mais cela n’a guère suffi à cacher leur coopération avec leurs supérieurs français pendant l’occupation napoléonienne. Ainsi, par exemple, le ministre prussien chargé des Mines Friedrich Wilhelm von Reden, ancien élève de Werner à Freiberg, ne voyait guère de problème à prêter serment à Napoléon en 1806 – épisode qui lui valut d’être destitué plus tard par Frédéric Guillaume III, le roi prussien. Mais comme l’État prussien ne voulait ou ne pouvait pas se passer de son élite technocratique, Reden resta finalement la seule victime de la collaboration du service de Mines prussien avec les autorités françaises d’occupation. Dans le contexte de la réorganisation de son administration après Waterloo, le roi prussien alla jusqu’à nommer, à la tête de l’administration des Mines à Berlin, l’inspecteur des Mines Gerhard, qui s’était mis, avant 1813, au service de la cour de Westphalie, royaume modèle au centre de l’Allemagne, gouverné par le frère de Napoléon, Jérôme38.

17Pendant l’époque napoléonienne, l’administration minière de la Westphalie, dont dépendaient les mines du Harz, était un lieu privilégié de rencontres entre les experts français et allemands. Ceux-ci collaborèrent étroitement pour établir la nouvelle administration des Mines de cet État. Ainsi, le jeune et brillant ingénieur Antoine-Marie Héron de Villefosse fut chargé, du côté du corps des Mines, de surveiller la mise en place de la nouvelle équipe westphalienne. Son ouvrage sur les mines du royaume, publié à partir de 1810 à Paris sous le titre Traité sur les mines et usines du Royaume de Westphalie, pris pour terme de comparaison, relativement aux autres états de l’Europe, reste le témoin de cette étroite collaboration franco-allemande. Les derniers volumes de ce traité parurent en 1819, c’est-à-dire à une date où le royaume qu’ils décrivaient n’existait déjà plus !

  • 39 Carl J.B. Karsten, Grundriss der deutschen Bergrechtslehre mit Rücksicht auf die französische Bergw (...)
  • 40 La conception d’un « code général des mines » spécifiquement allemand avait encore, en 1828, une di (...)

18Enfin, la prise en compte de ces relations relativement harmonieuses entre les ingénieurs des Mines allemands et les autorités françaises pendant l’époque napoléonienne permet de réévaluer l’idée d’un « droit des mines allemand » prétendument « ancestral » et reposant sur une longue tradition particulière en Allemagne, qui domina les discussions sur la nature juridique du secteur des Mines en Prusse et dans d’autres États allemands dans la deuxième partie du xixsiècle. Apparue pour la première fois en 1828, cette conception, élaborée par Carl Johann Bernhard Karsten, s’inspirait des idées de l’école « germanique » du droit des juristes allemands de l’époque. Elle marqua profondément la codification ultérieure du droit des mines en Prusse et en Allemagne39. Ainsi si le Code général des mines allemand de 1864 a été élaboré en opposition au code minier français, c’est en s’inspirant néanmoins d’une partie de la législation napoléonienne de 1810. Ce code s’avère donc paradoxalement le reflet des liens étroits des experts des mines allemands avec la France. L’influence du concept de ce « droit des mines allemand » explique ainsi le fait que le droit anglais n’ait pas joué le rôle du miroir négatif dans l’élaboration d’une « théorie du droit des mines allemand », quoiqu’il fût, bien davantage que le droit français, aux antipodes de la situation juridique allemande. D’autre part, les ingénieurs se sont servis de la nationalisation a posteriori du droit des mines pour compenser leur collaboration avec l’occupation napoléonienne, en opérant une réinterprétation symbolique de l’industrie minière en un domaine culturel « typiquement allemand ». Ainsi la construction d’un « code général des mines » ne reflète pas seulement la propension générale des juristes allemands de la première moitié du xixsiècle à « germaniser » l’histoire du droit allemand. Elle repose également sur des expériences spécifiques qui découlent des liens étroits qu’avaient noués les ingénieurs des Mines allemands avec la France40.

Conclusion

19Intégrer le transfert franco-saxon de l’Art des mines, à la fin du xviiisiècle, dans une histoire plus large des relations dans le secteur minier entre la France et l’Allemagne – et même des interpénétrations européennes – met en lumière les atouts et les limites que représentaient, aux yeux de la France et d’autres pays européens, au tournant des xviiie et xixsiècles, le modèle saxon d’exploitation minière contrôlée par l’État et son corps de fonctionnaires férus de sciences. Ainsi l’Académie des mines de Freiberg, et les ingénieurs qui en sortaient, constituait un modèle attirant pour les Français, en ce qu’elle associait une éthique scientifique éclairée à un enseignement technique et pratique dans le secteur des mines. Toutefois, son appropriation a été, comme toujours, synonyme d’adaptation du système pratiqué en Saxe aux conditions spécifiquement françaises, en raison notamment des fortes résistances des physiocrates, qui se sont répercutées sur le statut de l’industrie minière par rapport à celui de l’agriculture.

  • 41 Cf., par exemple, Kanz, Nationalismus…, p. 220-235.

20L’importance des relations franco-allemandes dans le secteur des mines contredit l’affirmation de Kai Torsten Kanz, selon laquelle les Français « donnaient le ton » dans le domaine des sciences naturelles vers 1800, pendant que les Allemands se cantonnaient plutôt dans « le rôle du récepteur41 ». Le même auteur soutient que « l’ère de la république des savants de l’époque moderne » a pris « définitivement fin » dans le champ des sciences de la nature avec la Révolution française, car à cette époque existaient, en France comme en Allemagne, des « communautés nationales de savants » déjà instruites. Cependant, à observer les contacts étroits entre les ingénieurs des Mines français et allemands, force est de nuancer cette thèse. Il existait bien encore, au début du xixsiècle, une communauté transnationale des experts des Mines fonctionnarisés sur le continent européen, formant, au mépris des frontières nationales, un groupe aux convictions étonnement homogènes, pour qui l’approche scientifique de l’exploitation des mines faisait partie d’un ordre économique et d’un système des savoirs naturalistes et éclairés. Cette affinité intellectuelle des ingénieurs des Mines français et allemands a non seulement constitué le terreau sur lequel s’est opéré le transfert du modèle des « Bergbauwissenschaften », ou Art des mines, saxons vers la France, mais elle a également préparé le terrain pour l’étroite collaboration franco-allemande en matières des Mines dans les différents États sous domination napoléonienne.

21L’influence de cette circulation des hommes et des idées, dont l’apogée se situe dans les décennies autour de 1800, a été beaucoup plus grande qu’on ne le pense, alors qu’au contraire, tout au long des xixe et xxsiècles, la volonté de se différencier et le nationalisme se sont progressivement imposés dans les relations scientifiques et économiques entre la France et les pays germaniques. Le fait même que les lois minières fondamentales des deux pays, en 1810 en France et en 1864 en Prusse, reposent l’une et l’autre sur cette circulation mutuelle montre bien le grand impact de cette histoire entrecroisée. En dépit donc des nombreux stéréotypes et préjugés nationaux intrinsèques aux processus de transfert, la constitution des corps de Mines, aux xviiie et xixsiècles résulte d’une évolution qu’il est impossible à saisir de façon adéquate si l’on omet d’élargir la perspective aux diverses relations existant alors entre la France et l’Allemagne.

Notes

1 Isabelle Laboulais, 293, rue de l’Université. La Maison des Mines dans le Paris de la Révolution et de l’Empire, MS de la thèse d’habilitation, université Paris-VII-Denis Diderot, 2010, p. 126.

2 Voir, sur ce point, les problématiques largement convergentes des historiens allemands et français : Jan-Pieter Barbian, « Deutsch-französische Beziehungen in der Wissenschaft und Technologie des 18. und frühen 19. Jahrhunderts. Das Beispiel der montanwissenschaftlichen Ausbildung », in Technikgeschichte, 56 (1989), p. 305-328 ; Hans-Günter Lichtenbäumer, « Die École des Mines in Paris. Gründung und Entwicklung bis 1815 », in Der Anschnitt, 40 (1988), p. 2-13 ; I. Laboulais, 293, rue de l’Université ; Isabelle Laboulais, « Serving Sciences an the State : Mining science in France, 1794-1810 », in Minerva, 46/1, mars 2008, p. 17-36.

3 Michel Espagne et Michael Werner, « Deutsch-französischer Kulturtransfer als Forschungsgegenstand. Eine Problemskizze », in Michel Espagne et Michael Werner (dir.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie et xixe siècles), Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, 1988, p. 12-34.

4 Michael Werner et Bénédicte Zimmermann, De la comparaison à l’histoire croisée, Paris, Seuil, 2004.

5 Étienne Francois, « Modell Sachsen ? », in Michel Espagne et Matthias Middell (dir.), Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1993, p. 12-21.

6 Kai Torsten Kanz, Nationalismus und internationale Zusammenarbeit in den Naturwissenschaften. Die deutsch-französischen Wissenschaftsbeziehungen zwischen Revolution und Restauration 1789-1832, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1997 ; Kai Torsten Kanz, « Wissenstransfer und Nationalismus‚ “Deutsche” und “französische” Naturwissenschaft um 1800 », in François et al., Marianne…, t. II, p. 385-403.

7 Notons cependant que la grande thèse d’André Thépot n’accorde qu’une attention marginale au rôle des modèles allemands chez les ingénieurs des Mines français dans son ample recherche : Les ingénieurs des Mines du xixsiècle. Histoire d’un corps technique d’État : 1810-1914, Paris, Eska, 1998, p. 21-34.

8 Weber Wolfhard, Innovationen im frühindustriellen deutschen Berg- und Hüttenwesen. Friedrich Anton von Heynitz, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1976, p. 170-180.

9 Michel Espagne et Michael Werner, Kulturtransfer…, p. 20 sq. ; Michel Espagne et Michael Werner, « Figures allemandes autour de l’Encyclopédie », in Dix-huitième siècle, 19, 1987, p. 263-281.

10 Barbian, Beziehungen…, p. 311-2.

11 Cf. aussi I. Laboulais, Serving Sciences…

12 Cf., sur cette question, le programme du Journal des mines, fondé en 1794. Autorisé par le Comité de salut public, il est considéré comme le « manifeste » des ingénieurs des Mines français : Charles Coquebert, « Programme », in Journal des mines, I, 1794, p. 3-16.

13 Thépot, Ingénieurs…, p. 26.

14 La présentation de Barbian est, à cet égard, symptomatique. « Au début de la Révolution », les ingénieurs des Mines se seraient « heurtés à des résistances considérables », notamment de la part des physiocrates, mais auraient fini, même en France, par imposer leurs conceptions de l’Art des mines : (Barbian, Beziehungen…, p. 312). Sur les physiocrates français, cf., notamment, Georges Weulersse, La physiocratie à l’aube de la révolution 1781-1792, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1985 ; Rainer Gömmel et Rainer Klemp, Merkantilisten und Physiokraten in Frankreich, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1994.

15 Georges Weulersse, Le mouvement physiocratique en France (de 1756 à 1770), vol. I, Paris, Mouton, 1968 (1910), p. 277 sq.

16 Manfred Mücke, « Die Französische Revolution und das Bergrecht », in Neue Bergbautechnik, 20, 1990, p. 76 sq.

17 Cité in Thépot, Ingénieurs…, p. 25. C’est en ces termes que les ingénieurs des Mines argumentent dans leur manifeste de 1791 : « La terre de la France est sans doute aussi riche à l’intérieur que féconde à sa surface. » (Coquebert, Programme…, p. 3). L’évolution de l’administration des mines sous l’Ancien Régime, encore largement méconnue à ce jour, semble par conséquent plus étroitement liée au statut de la doctrine physiocratique au sein du gouvernement français que ce que l’ont perçu les chercheurs, même français, jusque-là (cf. Thépot, Ingénieurs…, p. 21-24).

18 Ibid., p. 32-33. Sur le droit des mines en vigueur en Allemagne au xixsiècle, cf. Jakob Vogel, « Moderner Traditionalismus. Mythos und Realität des Bergwerkseigentums im preußisch-deutschen Bergrecht des 19. Jahrhunderts », In Hannes Siegrist et David Sugarman (dir.), Eigentum im internationalen Vergleich (18.-20. Jahrhundert), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999, p. 185-205.

19 Cf., notamment, Michael Jankowsky, Public Policy in Industrial Growth, The Case of the Ruhr Mining Region 1776-1865, New York, Arno Press, 1977 ; Konrad Fuchs, Vom Dirigismus zum Liberalismus. Die Entwicklung Oberschlesiens als preußisches Berg- und Hüttenrevier. Ein Beitrag zur Wirtschaftsgeschichte Deutschlands im 18. und 19. Jahrhundert, Wiesbaden, Steiner, 1970.

20 Cette orientation scientifique et technique se reflétait aussi dans la formation à l’École des mines qui, au milieu du xixsiècle, laissait peu de place aux questions économiques, cf. Thépot, Ingénieurs…, p. 33-41, 79-85. Sur le caméralisme allemand et les circulations de ses concepts entre l’espace germanique, la France et autres États européens, voir Pascale Laborier et al. (dir.), Les sciences camérales : activités pratiques et histoires des dispositifs publics, Paris, Presses universitaires de France, 2011.

21 Conformément à ce point de vue, la plupart des experts scientifiques des mines de la fin du xviiisiècle rattachaient l’Autriche des Habsbourg à l’Allemagne. Notons pourtant que le Royaume de Hongrie était alors partie intégrante de l’Autriche.

22 Gabriel Jars (dir.), Voyages métallurgiques, 3 vol., Paris, G. Regnault, 1774-1781.

23 Article anonyme : « Aperçu de l’extraction et du commerce des substances minérales en France avant la Révolution », in Journal des mines, I, 1794, p. 55-92. Voir aussi Wolfhard Weber, « Industriespiognage als technologischer Transfer in der Frühindustrialisierung Deutschlands », in Technikgeschichte, 42, 1975, p. 287-395, p. 293 sq.

24 Theodore M. Porter, “The Promotion of Mining and the Advancement of Science : the Chemical Revolution of Mineralogy”, in Annals of Science, 38, 1981, p. 543-570.

25 Sur la « Sozietät für Bergbaukunde », voir tout particulièrement Günter B. Fettweis et Günther Hamann (dir.), Über Ignaz von Born und die Societät der Bergbaukunde, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1989 ; L. Molnár et A. Weiß, Ignaz von Born und die Societät der Bergbaukunde 1786, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1986.

26 Ignaz von Born et Friedrich W.H. von Trebra (dir.), Bergbaukunde, 2 vol., Leipzig, 1789 et 1790. Cf. aussi la liste des membres, imprimée dans l’annexe du vol. I de l’ouvrage.

27 La brève durée de vie de la Société – due à la mort précoce de Born – ne contredit pas ce fait.

28 Les 11 Anglais de la Société possédaient par conséquent presque tous le statut de « membres extraordinaires » (9 membres), ce qui en faisait, selon les statuts de la société, des « théoriciens », au contraire des « savants et praticiens des mines et de la métallurgie » (voir, sur ce point, le programme de la Société, in Born et Trebra (dir.), « Erster Nachtrag über die Einrichtung der Societät für Bergbaukunde », in Bergbaukunde, vol. 1, p. 9-34, p. 16). Cette classification masque toutefois que Watts et Boulton étaient des entrepreneurs influents et John Hawkins un directeur de verrerie formé à Freiberg, pourtant tous rangés parmi les « théoriciens ». La plupart des autres membres anglais étaient d’éminents minéralogistes, géologues ou naturalistes. Cf. Roy Porter, The Making of Geology. Earth Sciences in Britain 1660-1815, Cambridge, Cambridge University Press, 1977. Cf. également Michael Shortland, « Darkness Visible : Underground Culture in the Golden Age of Geology », in History of Science, 32, 1994, p. 1-61.

29 « Auszug aus einem Briefe von Hrn. O. in Petersburg, das dasige Bergcorps betreffend », in Bergmännisches Journal (Freiberg), I/I, 1788, p. 70-76.

30 Cf., sur ce point, les déclarations de l’inspecteur des Mines Duhamel en 1800-1801 à propos du statut de l’industrie minière allemande en Europe, in Dictionnaire positif, allemand et français, Paris, 1800/1801, cit. in Lichtenbäumer, École…, p. 4.

31 Cf., par ex., Dietrich L.G. Karsten, « Uber die alte und neue Berwerksverfassung in Frankreich », in Bergmännisches Journal, 4/II, 1791, p. 161-167. Sur l’empathie d’A.G. Werner pour la Révolution, cf. Walther Hermann, Bergbau und Kultur. Beiträge zur Geschichte des Freiberger Bergbaus und der Bergakademie, Berlin, Akademie-Verlag, 1953, p. 46.

32 Neues Bergmännisches Journal, I, 1795, p. 276-279.

33 Gabriel Gohau, Les sciences de la Terre aux xviie et xviiisiècles. Naissance de la géologie, Paris, Albin Michel, 1990, p. 220-231.

34 « Ueber die neuern Fortschritte des Wernerischen Systems der Mineralogie in Frankreich », in Neues Bergmännisches Journal, 4, 1816, p. 103-106. Sur la carrière d’Aubuisson – de l’officier d’artillerie de l’armée royale et soldat des campagnes contre le gouvernement révolutionnaire à ses activités d’ingénieur de l’administration des Mines napoléoniennes, en passant par son émigration en Allemagne et ses études à Freiberg – cf. Barbian, Beziehungen…, p. 313.

35 Hermann, Bergbau…, p. 46 ; Barbian, Beziehungen…, p. 306.

36 Sur l’attitude des fonctionnaires prussiens sous l’occupation napoléonienne, voir en particulier – malgré son caractère apologétique et très anti-Français – Konrad Wutke, Aus der Vergangenheit des Schlesischen Berg- und Hüttenwesens. Ein Beitrag zur Preußischen Verwaltungs- und Wirtschaftsgeschichte des 18. / 19. Jahrhunderts, Breslau, 1913, p. 279-399.

37 Cf. notamment ibid, p. 421-3, 437.

38 Ibid, p. 433-436, 446 sq.

39 Carl J.B. Karsten, Grundriss der deutschen Bergrechtslehre mit Rücksicht auf die französische Bergwerksgesetzgebung, Berlin, Haude & Spener, 1928. Pour plus de détails sur la théorie de Karsten et son rôle dans la constitution du droit minier allemand au xixsiècle, cf. Vogel, Traditionalismus.

40 La conception d’un « code général des mines » spécifiquement allemand avait encore, en 1828, une dimension idéaliste chez Karsten, alors que les formulations ultérieures de la « théorie du droit des mines allemand » ont un accent plus fortement nationaliste et anti-français.

41 Cf., par exemple, Kanz, Nationalismus…, p. 220-235.

Auteur

Professeur d’histoire de l’Europe, xixe-xxe siècle au Centre d’Histoire de Sciences Po, Paris (depuis avril 2011), après avoir été professeur et directeur du Centre d’études européennes comparées (ZEUS) à l’université de Cologne (2008-2011) et directeur adjoint au Centre Marc-Bloch à Berlin (2006-2008). Ses travaux portent sur l’histoire culturelle, économique et sociale de l’Europe du « long xixe siècle ». Les dernières années il a travaillé et publié sur l’Histoire des savoirs et des sciences des xviiie et xixe siècles, notamment dans le secteur des Mines et de la production du sel. Ses premiers travaux portaient sur l’Histoire de la nation et du nationalisme dans une perspective comparée.
Publications (sélection) : Kirstin Buchinger, Claire Gantet, Jakob Vogel (dir.), Europäische Erinnerungsräume, Francfort/M., Campus, 2009 ; Ein schillerndes Kristall. Das Salz im Wissenswandel zwischen Frühneuzeit und Moderne, Cologne, Boehlau Verlag, 2008 ; Hartmut Berghoff, Jakob Vogel (dir.), Wirtschaftsgeschichte als Kulturgeschichte. Dimensionen eines Perspektivenwechsels, Francfort/M., Campus, 2004 ; Ralph Jessen, Jakob Vogel (dir.), Wissenschaft und Nation in der europäischen Geschichte, Francfort/M., Campus, 2002 ; Nationen im Gleichschritt. Der Kult der ‚Nation in Waffen‘ in Deutschland und Frankreich (1871-1914), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1997.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search