Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Les sciences, la diffusion du savoir sur trois siècles

Théorie et ingéniérie économiques : deux siècles de contribution des ingénieurs des Mines

Michel Armatte

Texte intégral

1Pour traiter du rôle des ingénieurs des Mines en économie, nous allons en passer d’abord par quelques propos liminaires sur la science économique comme ingénierie, et sur ses rapports avec le rôle économique de l’État dans différents régimes de savoirs.

I. La science économique

  • 1 Les fameuses résistances de Say, Garnier, Cournot et Walras évoquées par Ménard (1977).

2Compte tenu de l’étendue de la période évoquée par un bicentenaire il serait déraisonnable de penser que la science économique soit restée la même sur cette période. Non seulement elle s’est enrichie tout au long de cette période, mais elle l’a fait en modifiant sans cesse sa dénomination, la définition de son champ d’étude, et les visions et paradigmes théoriques ou méthodologiques qui se sont concurrencés et succédé. Il n’est pas nécessaire toutefois de remonter à l’Ancien Régime et l’on peut considérer qu’après la chute de l’empire, l’économie discutée, enseignée et diffusée est largement sous l’influence majoritaire de l’école libérale française initiée par Jean-Baptiste Say, et poursuivie par Joseph Garnier, Gilbert Guillaumin et Paul Leroy-Beaulieu qui créent et animent la Société d’économie politique, trustent les chaires, les fauteuils à l’Académie des sciences morales et politiques et tiennent le Journal des économistes, et cela jusqu’à la fin des années 1880. Ils sauront résister aux attaques du socialisme aussi bien qu’aux sirènes de la statistique1 et de la mathématique, qui s’imposeront lentement après la fondation de la Société statistique de Paris en 1860 et la révolution marginaliste des années 1870. De la fin des années 1880 aux années trente, l’économie politique va trouver une certaine stabilité dans le paradigme dit « de la synthèse néoclassique » et incarné par le traité d’Alfred Marshall à Cambridge (1890). La troisième période, qui va d’une crise (1890) à une autre (1930), est marquée par le problème des cycles, l’instabilité monétaire et la montée des chômages.

3Sur tout le siècle, entre 1815 et 1914, l’économie politique n’est pas encore une science. En France, elle n’est d’ailleurs presque pas enseignée avant 1848, sauf dans quelques institutions, et il faut attendre les années 1870 pour que cet enseignement pénètre les facultés de droit, et les années 1960 pour qu’il s’en émancipe et acquière une autonomie et une identité propres dans les facultés de science économique. Que peut-on entendre dès lors par l’idée de contribution des ingénieurs à la science économique ?

  • 2 Léon Walras, bachelier ès lettres en 1851 et bachelier ès sciences en 1853, se présenta sans succès (...)

4Si l’on s’en tient à la définition académique d’une science communément admise, à savoir une discipline ayant un objet, une méthodologie, un corps de doctrines, de principes et de lois, des publications évaluées par les pairs, et un label des autorités académiques et universitaires, alors cette définition ne correspond pas à la situation de l’économie avant 1940. De plus, dans cette vision académique, les ingénieurs n’y jouent qu’un rôle mineur, ceux des Mines encore moins d’ailleurs que ceux des Ponts. Prenons simplement sur cette période les grands auteurs de référence de l’histoire de la pensée économique – Smith, Ricardo, Say, Stuart Mill, Marx, Jevons, Walras, Pareto, Fisher, Keynes – et nous n’y trouvons aucun ingénieur français… sauf le cas très particulier de Léon Walras. Si celui-ci est une référence incontournable de la théorie néoclassique avec sa théorie de l’équilibre général, et s’il fut en effet élève à l’École des mines, il n’a jamais exercé le métier d’ingénieur ; il n’a pas même été diplômé ; et il fut un assez mauvais élève, comme le rappelle la notice de Maurice Allais, publiée à l’occasion du centenaire2. Walras lui-même a reconnu, dans son autobiographie, qu’« il était dépourvu de toute espèce de goût pour les détails techniques de l’art de l’ingénieur » et qu’il négligea les cours de l’École des mines pour « s’adonner avec ardeur à des études littéraires en vue de compléter ses connaissances en philosophie, en histoire, en critique de la littérature et de l’art, en économie politique et en sciences sociales ». On sait enfin que Walras ne trouva jamais de poste en France et dut s’exiler à Lausanne pour y enseigner son « économie pure ». Comme on le verra plus loin, l’auteur de cette notice était bien digne, lui, de figurer dans le panthéon des grands économistes – n’était-il point « prix Nobel » et le seul à l’avoir été en France ? Mais, entre ces deux cas extrêmes, qui d’autre parmi les ingénieurs des Mines pourrait être gratifié d’une contribution majeure à la théorie économique ?

  • 3 Michel Armatte, La Science économique comme ingénierie. Quantification et Modélisation, Paris, Pres (...)
  • 4 La spécificité française des ingénieurs-économistes est bien connue. Voir François Etner, Histoire (...)
  • 5 Pour la longue histoire de l’ingénierie depuis le xvie siècle, voir Hélène Vérin, 1993, La gloire d (...)
  • 6 Michel Callon, 2007, “Performative economics”, in Mac Kenzie et al. (dir.), Do economists make mark (...)

5C’est en élargissant la notion de science économique au-delà de la sphère académique des chaires, des laboratoires, des publications et de la recherche patentée, que nous pourrons mieux prendre en compte le rôle des ingénieurs des Mines dans un ensemble de savoirs et de savoir-faire économiques qui ont marqué l’histoire de notre pays. Il nous faut considérer que la science économique est ce que nous avons appelé, dans un livre récent3, une ingénierie, non pas qu’elle soit réduite aux travaux des seuls ingénieurs4, mais parce que tout économiste, fût-il un académique, participe peu ou prou au développement d’une science en même temps qu’il en développe le génie, c’est-à-dire la capacité opérationnelle5. La science économique au sens large inclut, bien sûr, la production et diffusion de connaissances académiques, mais aussi la mise en œuvre de dispositifs sociotechniques qui transforment ces connaissances en savoirs pratiques et les enrôlent dans des instruments de gestion, de régulation, ou d’innovation. Que ces dispositifs soient des réglementations du marché du travail, des organismes de gestion du chômage, des instruments (budgétaires, fiscaux, monétaires) de politique économique de l’État, des calculs d’indices des prix, de tarifs d’un service public, ou d’allocations de ressources productives (répartition optimale des investissements), des modèles de pricing des options…, ils permettent d’engager la théorie économique dans des modifications effectives de l’économie réelle. Ils la performent. Cette idée de la performativité, empruntée aux sciences du langage et transposée par Michel Callon6 au discours scientifique, désigne une transformation du monde particulière, contre-intuitive, qui va dans le sens de son adaptation à la théorie. L’exemple le plus frappant est celui de la théorie financière, dont les outils conceptuels (mathématiques et informatiques) sont devenus les instruments d’une transformation des marchés financiers en marchés efficients conformes à la théorie, c’est-à-dire susceptibles de révéler la valeur fondamentale des actifs et des options. Les modèles de l’industrie financière ne se contentent pas de décrire les marchés, ils les ont constitués en devenant des outils opérationnels permettant de passer des ordres dans des réseaux d’une ampleur considérable et à un rythme effréné, de l’ordre de la microseconde. La finance n’est pas le seul domaine dans lequel on peut observer un tel phénomène, et des outils économétriques de politique économique peuvent avoir des effets de performation, voire produire des prophéties autoréalisatrices, mais c’est incontestablement, aujourd’hui, dans la finance que les transformations sont les plus directes et les plus rapides.

Les régimes de savoir

  • 7 Dominique Pestre, Science, argent et politique. Un essai d’interprétation, Paris, INRA, 2003.

6L’économie comme ingénierie doit être pensée comme une techno-science ayant des relations avec la société dans son ensemble. Ces relations caractérisent un certain régime de savoir qui n’est pas le même tout au long de l’histoire. Un tel régime se caractérise par l’association de divers éléments du système social et par le rôle qu’y jouent les savoirs en question, que cela soit par leur paradigme théorique ou par leurs outils d’analyse et d’action. Dominique Pestre7 récuse qu’il y ait eu un âge d’or où la science se serait développée à l’abri de tout projet politique, et, par conséquent, il n’y a pas un avant et un après de l’ingénierie, mais plusieurs régimes de savoirs, qui se succèdent ou se juxtaposent, et qu’il définit comme « des assemblages d’institutions et de croyances, de pratiques et de régulations politiques et économiques, qui délimitent la place et le mode d’être des sciences dans la société ». Le régime qui naît avec la science moderne au xviie siècle est différent de celui qui accompagne les révolutions politiques et industrielles du début xixe, et différent de celui qui s’impose dans l’immédiat après-guerre et les années 1950.

7Un régime de savoir est aussi un régime d’expertise en ce sens que, pour une période donnée, une certaine association des programmes de recherche scientifique et de la demande politique se trouve légitimée. Assez grossièrement, nous pouvons considérer que la science du xixe siècle a d’abord rejeté toute immixtion de la politique dans la recherche scientifique, considérée comme une contrainte abusive sur la liberté du chercheur et comme un risque majeur de perversion de sa quête de vérité. Mais cette conception s’est retournée, dans les années trente, avec la percée technocratique, qui a consacré l’idée de fonder la décision politique sur l’expertise scientifique, en lui laissant cependant la maîtrise de ses programmes de recherche. À la fin du xxe, suite aux crises sociétales économiques, écologiques, climatiques et sanitaires qui ont fait émerger des interrogations profondes sur les risques associés aux innovations, on a pu observer un nouveau changement : la question principale n’est plus celle d’une connaissance neutre et préalable, mais celle d’une gestion sociale des risques, et cette demande politique est suffisamment légitime pour formater directement certains programmes de recherche scientifique.

  • 8 Alain Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification, L’argument statistique 1, P (...)

8En économie, la définition d’un régime de savoir articule essentiellement des modes de production de distribution et de consommation – par exemple le fordisme – mais peut aussi se caractériser par les rôles respectifs de l’État et du marché comme instance de coordination, ou encore par certains outils d’analyse et de gouvernement. Alain Desrosières8 a construit un tableau définissant cinq régimes de savoir statistique et économique, caractérisés par le rôle de l’État – État ingénieur, État libéral, État providence, État keynésien, État néolibéral. Chacun de ces régimes voit dominer une certaine philosophie sociale (qui est aussi une idéologie) et des instruments privilégiés (mathématiques, statistiques, comptables…) portés par des experts au rôle et au profil changeant.

9Dans ce qui suit, nous nous emploierons à rapporter les apports des ingénieurs des Mines en termes de science, de techniques et d’innovation sociale à de tels régimes, en les inscrivant dans différentes périodes, chacune étant caractérisée par la dominance d’un régime particulier d’association des savoirs et de leur inscription dans la société. Nous en avons distingué quatre sur les deux siècles qui sont l’objet de cet article.

  • de 1810 à 1885, c’est l’époque de la révolution industrielle, dominée par l’État libéral et le positivisme des saint-simoniens, dont l’influence fut si importante pour les polytechniciens. Les mines et le chemin de fer sont au centre de leurs missions.

  • de 1885 à 1930, la période commence et se termine par les deux crises les plus importantes de la seconde industrialisation, et voit émerger le rôle de l’État providence, engagé dans la protection des travailleurs. Le rôle social que jouent les ingénieurs dans cette médiation est considérable et se lit dans l’enseignement reçu dans les usines, et dans les institutions nationales et internationales de régulation du travail.

  • de 1930 à 1975, période associant la crise et la guerre, les réponses de l’État s’appuient à la fois sur un renouvellement théorique (keynésianisme, puis monétarisme) et sur une ingénierie très formalisée (comptabilité nationale, recherche opérationnelle, économétrie) et très instrumentée, grâce aux ordinateurs.

  • après 1975, s’imposent le néolibéralisme et la gouvernance par le marché, mais aussi le spectre d’une croissance limitée, d’une mondialisation mal contrôlée, et d’une financiarisation à hauts risques. L’ingénieur doit s’engager dans ces nouveaux défis et, malgré tout, défendre une industrialisation en berne.

II. Le Corps des mines et ses missions

  • 9 Voir Hélène Vérin (1993).

10La figure de l’ingénieur, a réuni, dès le Moyen Âge, dans les mondes arabe et méditerranéen, les deux sens du génie comme ingenium, c’est-à-dire capacité à mobiliser des engins et machines de guerre de toutes sortes, qualités comme l’intelligence, l’astuce, l’artifice, voire la tromperie, pour adapter les moyens aux fins, de la meilleure façon, sachant que « mieux vaut engin que force », et du génie comme effet de cette capacité, comme construction et dispositif matériel ou sociétal. L’art et la science de l’ingénieur combinent ainsi un savoir savant et un savoir-faire artisan pour traduire les projets d’intérêt général en ouvrages conçus par l’ingénieur, mais construits par l’entrepreneur. Sous l’influence de Vauban et d’Asfeld, s’est développé un corps d’ingénieurs militaires préoccupés essentiellement de fortifications et d’ouvrages portuaires, mais aussi de vaisseaux de marine, de l’artillerie et de la cartographie militaire. Ces ingénieurs du roi, distingués par un brevet du roi et bientôt formés à l’École du génie de Mézières, constitueront une arme, le génie, et un corps d’État comptant près de 300 membres à la fin de l’Ancien Régime, quand l’École polytechnique devient leur lieu unique de formation9. À côté de ces ingénieurs militaires, apparaissent aussi des corps d’ingénieurs civils, qui relèvent encore de l’État, comme celui des Ponts et Chaussées (dont Perronet fonda et dirigea pendant 47 ans l’École et le corps) et celui des Mines, qui va nous occuper. Le contrôleur général Orry ayant été à l’origine des deux corps en 1738-1740. La fondation de l’École centrale, en 1828, marquera l’émergence d’ingénieurs civils privés, destinés aux entreprises et n’ayant aucune mission d’État.

  • 10 Sage, 1781, cité par André Thépot, Les ingénieurs des Mines du xixsiècle : histoire d’un corps te (...)
  • 11 Un épisode de ce débat oppose, par exemple, pour les mines de charbon, l’intendant Vincent de Gourn (...)

11Les missions du corps des Mines sont définies dès la fin de l’Ancien Régime, par l’arrêt du 21 mars 1781 qui crée les quatre premiers postes d’inspecteur des Mines et qui fut suivi, en 1783, de la création de l’École des mines, chargée de former « des ingénieurs et des inspecteurs qui soient à la fois physiciens, métallurgistes, architectes, mécaniciens, mathématiciens, géologues et bons exploitants10 ». Ces ingénieurs se donnent eux-mêmes le titre de membres du corps des Mines dans un Mémoire du 2 juin 1790 adressé à l’Assemblée nationale. La loi de juillet 1794 crée une Agence des Mines, placée sous l’autorité du Comité de salut public et la nouvelle École de Paris, qui succède à celle de Pesey, et recrute dès lors à la sortie de Polytechnique. Après des années de débats sur le droit de propriété du sous-sol11, la loi du 21 avril 1810 proclame qu’il revient entièrement à l’État, dont le contrôle s’étend d’ailleurs aux fourneaux et aux forges. Le décret du 18 novembre 1810 définit alors l’organisation et les missions du corps des Mines sur le modèle du corps des Ponts et Chaussées. Le corps des Mines en assure l’inventaire, le contrôle, le suivi et la sécurité.

  • 12 Louis Aguillon, « L’œuvre des ingénieurs du corps des Mines », in École polytechnique, Livre du cen (...)

« Les Mines, la Minéralurgie et la Géologie, ainsi entendues, constituèrent donc au début les fonctions normales du Corps. Plusieurs autres occupations, de genres assez différents, devaient s’y ajouter à la suite des temps par la nature même des choses : les eaux minérales, les appareils à vapeur, les chemins de fer12 ».

12Placé sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, le corps est constitué d’inspecteurs et d’ingénieurs qui ont pour fonction de faire exécuter les lois et règlements relatifs aux mines, carrières et usines associées, de conseiller les fonctionnaires de l’Administration. Ils sont tenus :

  • 13 Extraits des articles du décret du 18 novembre 1810 relatifs aux ingénieurs en chef.

« de surveiller l’exploitation des mines et entreprises par des tournées » et « de dénoncer au directeur général, aux préfets, aux procureurs généraux et impériaux, les infractions aux lois, les exploitations ou entreprises illicites, et les travaux qui compromettraient la sûreté publique, ou les exploitations qui, par la diminution successive des produits, ou par la cessation absolue des travaux, donneraient des craintes pour les besoins de la consommation… Ils sont tenus de faire des tournées aux époques et de la manière qui seront réglées par le directeur général, pour inspecter les travaux et surveiller les objets qui peuvent intéresser le service13 ».

13Les missions du corps des Mines vont évoluer au gré des événements politiques (les révolutions de 1830 et 1848, les guerres de 1870 et de 1914), mais aussi au gré des transformations industrielles et sociales. L’essor de la métallurgie, des machines à vapeur et surtout des chemins de fer ouvre sur de nouvelles missions qu’enregistre l’ordonnance de 1846 : « Les ingénieurs des Mines devront surveiller l’état des machines (à vapeur) fixes et des locomotives », les ingénieurs des Ponts s’occupant des voies. Après 1885, ce que l’on a appelé la seconde industrialisation, emmenée par la révolution électrique et le moteur à explosion, entraîne de nouvelles missions de contrôle (1901 : immatriculations automobiles, 1913 : contrôle aérien).

14Si le corps des Mines joue un rôle majeur dans l’industrie et l’administration française, ce n’est pas dû à ses effectifs. « Le courant d’ingénieurs élèves qui alimentait le Corps des mines n’était qu’un mince filet », nous dit Thépot et son tableau (p. 50) montre des recrutements annuels de l’ordre de 2 à 7 élèves sur tout le xixsiècle, le minimum pour assurer le renouvellement naturel d’un corps dont le stock est en croissance lente, de 52 en 1810 à 153 en 1914. À l’École des mines, ce petit nombre des ingénieurs élèves est complété par la catégorie des élèves titulaires qui ne sont pas destinés au corps des Mines. Ils sont recrutés par un concours ouvert prioritairement aux fils de propriétaires d’établissements miniers et métallurgiques, et aux polytechniciens rompant leur engagement militaire et se destinant à une carrière d’ingénieur civil. Cette catégorie d’élèves, bien que limitée en nombre par la taille des laboratoires, n’arrête pas de croître, pour des raisons évidentes d’attrait des enseignements, de qualité des débouchés, mais aussi d’équilibre financier de l’École. Le concours offre, pour la seule École de Paris, une quinzaine de places en 1795, une quarantaine sous la Restauration en comptant les « autorisés », une centaine après la guerre de 1870, et près de 150 à la fin des années 1880, y compris l’année de préparation introduite en 1844 et réformée en 1861. Le concours deviendra commun avec les écoles de Saint-Étienne (1816), d’Alès (1843), de Douai (1878) et Nancy (1879). Pour ce qui concerne les élèves du corps des Mines, la durée des études, de deux ans minimum, se prolongeait par un voyage d’étude sous le patronage d’un ingénieur en chef. Cette clause fut étendue aux externes après 1848, en relais ou complément de stages et de projets.

  • 14 « Au sein des services de l’État, les ingénieurs du corps des Mines élaborent et mettent en œuvre d (...)

15En résumé, malgré son faible effectif, le corps des Mines occupe donc une place importante entre science et politique. Formé dans une école placée sous la double enseigne du sceau de la science et du service de l’État, le corps a pour mission d’intervenir – par la réglementation, le contrôle et l’innovation – sur les tissus économique et social de la nation pour y traduire à la fois les impacts du développement scientifique, sous forme d’innovations industrielles, et les politiques publiques d’un État volontariste. Ce que l’on retrouve encore aujourd’hui dans les statuts et la communication de l’Association des ingénieurs des Mines14.

A. 1810-1885 : l’État ingénieur

16De 1810 à 1885, l’époque de la révolution industrielle est d’abord dominée par l’État entrepreneur qui, depuis Colbert, s’est substitué partiellement à l’initiative privée, en développant les manufactures royales. La Révolution, puis le Premier Empire ont mis en place les écoles d’ingénieurs, dont l’École polytechnique et ses écoles d’application, qui alimentent les corps d’État chargés d’industrialiser le pays. La figure de l’ingénieur, point de passage obligé de l’industrialisation, est au centre des préoccupations de l’État-nation pour cette période. Elle est glorifiée par l’œuvre de Claude de Saint-Simon (1760-1825), dont l’influence fut grande pour les ingénieurs des Mines. Celui-ci développe un activisme considérable aux portes de l’École polytechnique, en faveur d’une nouvelle idéologie de l’entrepreneur et de l’ingénieur, tout entiers au service de l’industrialisation du pays. Cette idéologie cultive un ensemble de valeurs morales et politiques, comme la liberté de conscience, la fraternité, la laïcité, le rationalisme et le bonheur, au point d’en faire une véritable mystique religieuse, voire un esprit de secte, comme le développeront, après la mort du Maître, son secrétaire Auguste Comte et son principal disciple Prosper Enfantin. Au-delà du folklore entretenu par ce dernier dans les péripéties de sa retraite à Ménilmontant, de son procès et de son enfermement à Sainte-Pélagie avec Michel Chevalier, puis de son voyage en Égypte, ce sont des saint-simoniens convaincus qui sont les acteurs de la première industrialisation, celle des machines à vapeur et des chemins de fer (Enfantin lui-même, Clapeyron et Lamé qu’il accompagne en Russie, les banquiers Pereire) ou encore celle du canal de Suez (Enfantin lui-même, Lambert, Fournel, finalement doublés par Lesseps)15. Cette idéologie confère un rôle particulier aux ingénieurs, mais aussi à l’État, garant de la paix, de l’ordre et de la sécurité de tous, et organisateur de la liberté d’entreprendre et de commercer.

Michel Chevalier

Michel Chevalier

© Bibliothèque MINES ParisTech

Tombe de Jean Reynaud au Père Lachaise

Tombe de Jean Reynaud au Père Lachaise

Collection particulière © D.R.

Le Play en 1837 (gravure de Raffet)

Le Play en 1837 (gravure de Raffet)

Extrait du livre d’Anatole prince Demidoff : Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée, par la Hongrie, la Valachie et la Moldavie, exécuté en 1837, sous la direction de M. Anatole de Demidoff, par MM. Sainson, Le Play, Huot, Raffet, Rousseau, de Nordmann et du Ponceau. Paris, Ernest Bourdin, 1840-1842.

© Mines ParisTech

17Deux ingénieurs des Mines de la même promotion illustrent parfaitement l’influence saint-simonienne.

18Le premier est Michel Chevalier (1806-1879). Sorti major de Polytechnique en 1825 dans le corps des Mines, il renonce dès 1830 au métier d’ingénieur pour s’engager chez les saint-simoniens au journal Le Globe, et dans un projet de chemin de fer européen. Poursuivi pour activités sectaires, il réintègre le corps des Mines et part en mission en Amérique. Il commence alors, sous la monarchie de Juillet, une nouvelle carrière au Conseil d’État, au Collège de France (1941), puis comme député de l’Aveyron et succède à Villermé à l’Académie des sciences morales et politiques. Soutien du régime impérial, et néanmoins libéral, il est élu sénateur, et s’entend avec Cobden sur un projet de traité de commerce, signé le 23 janvier 1860, qui lui vaudra reconnaissance des libéraux et aussi une forte réaction protectionniste de ses collègues. Enrôlé par Le Play pour l’organisation des expositions internationales de 1862 et 1867, cette expérience initie une proximité qui se prolongera par le mariage de leurs enfants. Il fonde puis préside la Société statistique de Paris de 1860 à 1868 et retrouve son poste au Collège de France en 1870.

19Le second personnage de cette période est Jean Reynaud (1806-1863) dont on trouvera une notice biographique très complète sous la plume d’Émile Cheysson. Polytechnicien (X-1825), entré à l’École des mines en 1927, il fait son voyage d’étude en Allemagne avec Le Play. En 1829, ils parcoururent à pied le Hartz, la Forêt-Noire, la plaine saxonne, le Hanovre, l’Oldenbourg, la Westphalie, la Belgique et les Pays-Bas, soit 6 800 km en deux cents jours. Après une année en Corse comme ingénieur, il démissionne pour vivre la révolution de 1830 et militer dans le groupe des saint-simoniens, qu’il quittera par la suite en en dénonçant la dérive sectaire. Il s’engage alors avec Leroux dans le projet inachevé d’une Encyclopédie nouvelle. En 1848, Hippolyte Carnot lui offre le sous-secrétariat d’État au ministère de l’Instruction publique. Président de la Commission des hautes études scientifiques et littéraires, il fonde l’École d’administration, supprimée par Falloux en 1849, rétablie par Boutmy en 1872 sous le nom d’École libre des sciences politiques. En 1851, il refuse de prêter serment à l’empereur et est considéré comme démissionnaire. Il publie son grand ouvrage philosophique Terre et ciel, qui vise à réconcilier la raison avec la foi.

20Notre troisième personnage représentatif de la période a subi lui aussi l’influence de Saint-Simon, mais il s’est davantage consacré aux conséquences néfastes de l’industrialisation, aux déchirures du tissu social qui résultent de la généralisation du salariat et la dégradation de la condition ouvrière.

21La vocation de Frédéric Le Play (1806-1882), X-1825, entré major à l’École des mines en 1827, est déclenchée par la mission en Allemagne avec Jean Reynaud de 1829, déjà évoquée, et suivie, dans son cas, par de nombreux voyages en Europe (1832-1854).

22Chargé de la statistique de l’industrie minérale entre 1833 et 1847, il prend, dès 1845, la direction des mines de l’Oural pour le comte Anatole Nicolaïevitch Demidoff, ce qui ne l’empêche pas d’être professeur de métallurgie à l’École des mines de 1848 à 1856. Commissaire général des expositions universelles de Paris 1855 et 1867, et de Londres 1862, il combine volet industriel et volet social. En 1855, il entre au Conseil d’État et il est nommé sénateur en 1867. Mais il se consacre pour l’essentiel à son œuvre et sa propagation à travers la Société d’économie sociale (1855) et les Unions pour la paix sociale (1874).

  • 16 François Arnault, Frédéric Le Play, de la métallurgie à la science sociale, Presses universitaires (...)

23Nous voudrions simplement souligner ici la continuité fondamentale de ses deux engagements, celui qu’il opère dans la métallurgie et celui qu’il opère dans la réforme sociale. Lui-même affirme : « j’ai appliqué à l’étude des sociétés humaines des règles analogues à celles qui avaient dressé mon esprit à l’observation des minéraux et des plantes ». Comme le montre bien Françoise Arnault16 la science que pratique Le Play n’est pas abstraite et désincarnée. Elle s’inscrit dans un lieu, un temps, une population dont il faut tout connaître. Il est impossible pour lui de dissocier la connaissance scientifique, la maîtrise du processus industriel et la prise en compte respectueuse des savoirs ouvriers.

24De fait, les études sociales des Ouvriers européens (1855) sont produites à partir d’observations monographiques minutieuses, supposant une longue présence au milieu des familles observées et le relevé précis des échanges intérieurs et extérieurs de la cellule familiale et de leur traduction budgétaire. Le budget est pour lui l’analogue du devis pour les ingénieurs et le miroir fidèle des activités de la famille au sein des réseaux économiques. Cette invention de la monographie est sans doute plus fondatrice de la sociologie que de l’économie, et pourtant elle deviendra la méthode d’investigation majeure des sciences sociales de la fin du xixsiècle en Europe, en complément de la méthode statistique.

  • 17 Lucette Le Van-Lemesle, « Les professeurs d’économie politique et la notion de recherche (1896-1939 (...)

25Qu’en est-il maintenant de l’introduction des enseignements d’économie pour les ingénieurs des Mines ? Comment l’économie est-elle entrée dans une école destinée à bien autre chose que la formation aux mécanismes économiques ? Pour y répondre, il faut passer d’abord par un cadrage plus général et risquer un survol historique des conditions de l’introduction des enseignements économiques en France17.

  • 18 Émile Levasseur, « Résumé historique de l’enseignement de l’économie politique et de la statistique (...)
  • 19 Selon Levasseur, il y avait, en 1883, quinze cours d’économie dans les facultés de l’État et cinq d (...)

26Après des cours à l’Athénée qui commencèrent en 1815, Jean-Baptiste Say occupa la première chaire d’économie industrielle au Conservatoire des arts et métiers (1819-1832), reprise par Adolphe Blanqui (1833-1854) et doublée, après 1839, par une chaire d’économie industrielle attribuée à Raymond Wolowski (1839-1871), puis à Émile Levasseur, remplaçant, puis titulaire (1876-1911). La première chaire changea plusieurs fois d’intitulé : Administration et statistique industrielle (Burat 1854-1864), puis Économie politique et législation industrielle (Burat : 1864-1885, Foville : 1885-1893, Liesse : 1893-1929, Divisia : 1929-1959), et la seconde chaire fut également renommée Économie industrielle et statistique en 1864, sans qu’on puisse établir une différence radicale de cadrage et de contenu derrière ces différences d’intitulés… Dans un rapport faisant le récapitulatif de ces enseignements, Émile Levasseur18 reconnaît que les contenus sont similaires dans les deux cas – ils traitent de la façon dont les richesses se forment, se distribuent et se consomment – et relèvent de l’économie politique, mais celle-ci « ne pouvait pas être introduite sous son vrai nom… par crainte de la chose politique ». C’est cette même crainte qui explique, en 1816, le rejet par le Conseil d’un enseignement d’économie politique à l’École polytechnique, au principe que « les systèmes hazardés auxquels elle donne lieu ne seraient pas sans inconvénient pour la jeunesse ». Say inaugura d’ailleurs aussi la première chaire d’économie politique au Collège de France (1930-32), chaire dans laquelle se succédèrent Rossi (1833-1840) et Michel Chevalier (1841-1848). La République voulut supprimer ce cours pour la raison que « l’économie politique étant un recueil de systèmes disputés, n’avait pas le droit de prétendre au nom de science » et décida de le remplacer par des cours spécialisés : économie de la population, de l’agriculture, des mines, des manufactures, des travaux publics, des finances et du commerce. Mais elle dut revenir en arrière après la fronde des économistes libéraux. Michel Chevalier reprit son cours et, sauf la suppléance de Baudrillart (1852 à 1864), devait l’assurer jusqu’à son décès en 1879, son gendre Paul Leroy-Beaulieu lui succédant. Entre-temps, Émile Levasseur, devenu académicien, se voyait confier au Collège de France une nouvelle chaire d’histoire des doctrines économiques lui permettant « d’éclairer l’histoire par les enseignements de l’économie politique et plus encore, l’économie politique par l’expérience de l’histoire ». À cette liste de chaires et de titulaires qui se succédèrent tout au long du xixe siècle, il faudrait en rajouter d’autres, comme l’École libre des sciences politiques, où enseigneront Dunoyer, Cheysson, et Levasseur, et, pour finir, la faculté de droit de Paris, qui accueille la première chaire d’économie en 1864 (chaire de Batbie, puis Boissonade et Cauwès), bientôt suivie de plusieurs universités de province, jusqu’à sa généralisation par décret en 187719.

  • 20 Michel Armatte, « L’enseignement de l’Économie à l’École polytechnique », in La Formation polytechn (...)
  • 21 Principalement l’ouvrage d’André Thépot (1998).
  • 22 Docimasie ou analyse des minerais métalliques.

27En revanche, ni l’École polytechnique, ni l’École des mines n’ont connu d’enseignement conséquent de l’économie politique avant 1914. Il y a là un paradoxe qu’il faut expliquer. À l’École polytechnique20, les multiples projets d’un enseignement de l’économie politique, tout au long du xixsiècle, se sont heurtés aux arguments du risque de politisation de cette matière et du manque de maturité des élèves, prétextes pour conclure que cet enseignement avait davantage sa place dans les écoles d’applications. Mais celles-ci s’y refusent. À l’École des mines, les élèves ne suivent que des cours techniques spécialisés, complémentaires à ceux qu’ils ont reçus à l’École polytechnique. Les quatre piliers en sont, selon l’historiographie usuelle21, la minéralogie et la géologie (cours dédoublé dès 1817), l’exploitation des mines, la métallurgie, et la docimasie22. L’École reste attachée, jusqu’en 1848, à ce pré carré d’une formation théorique scientifique et technique, et fait confiance à l’institution des voyages et des stages pour l’acquisition de savoirs pratiques concernant la gestion des exploitations, les cadres juridiques, l’environnement économique et les questions sanitaires et sociales. Il faut rajouter que les méthodes de l’économie, si peu mathématisées encore, ne sont pas dans la culture des ingénieurs, et ne peuvent guère être enseignées, comme toutes les autres, par un ingénieur du corps ; or, il serait dangereux d’en abandonner la responsabilité au lobby tout puissant des libéraux. Par ailleurs, le lien fort du corps des Mines avec l’État ingénieur, dans un cadre de mission publique conforté par l’idéologie saint-simonienne (puis leplaysienne), protège les élèves, les enseignants et les conseils de toute nécessité de présenter et discuter les mécanismes du marché.

28Les choses bougent en 1848. Sous la pression renouvelée du lobby libéral, qui s’intensifie après 1830 et qui s’appuie sur la tradition du calcul économique incarnée par Jules Dupuit, une première chaire d’économie politique est créée en 1846 par le ministre Duruy à l’École des ponts, et confiée à Joseph Garnier. Celui-ci propose, en 1847, la création d’un cours comparable à l’École des mines. D’abord refusée, sous la pression de Le Play et de ses successeurs au cours de législation industrielle, ce cours est installé en 1848 par le directeur Ours-Pierre-Armand Dufrénoy, et il est confié à Jean Reynaud. Supprimé après le coup d’État de décembre 1851, il est remplacé par un cours de Villeneuve Flayosc qui, selon plusieurs sources, ne remplit guère sa mission et semble se consacrer pleinement à l’agriculture. Le cours est repris dès 1856 par Ernest Lamé Fleury (1823-1903), ingénieur du corps ayant exercé principalement au contrôle des chemins de fer, puis aux carrières de la Seine. Il obtient sa transformation en chaire en 1862, mais la quitte en 1868 pour entrer au Conseil général des mines, et finir sa carrière au Conseil d’État après 1879. Étienne Gabriel Dupont (1817-1896), directeur des écoles d’Alès, puis de Saint-Étienne, lui succède de 1870 à 1882 avant de se consacrer aux mines de Carmaux. Louis Aguillon (1842-1935) enfin, ingénieur du corps ayant exercé d’abord au contrôle des chemins de fer algériens, tunisiens et corses, prend la charge de ce cours de législation industrielle de 1882 à 1911. Sur toute cette durée, ce cours garde un contenu très spécifique, directement utile à l’ingénieur du corps chargé d’inspecter et contrôler l’exploitation des mines et des industries associées, mais peu formateur en matière de raisonnement économique.

  • 23 André Thépot, Les ingénieurs des Mines du xixsiècle. Histoire d’un corps technique d’État : 1810- (...)

29L’irruption d’enseignements économiques, après la crise de 1848, est la trace de plusieurs changements dans les rapports entre l’État et les ingénieurs. L’État libéral a pris le dessus sur l’État ingénieur. La gouvernance marchande l’emporte sur la gouvernance technique. À l’échelle internationale, les traités de commerce signés par Michel Chevalier en 1860 ouvrent une période de libéralisme effectif. La première révolution industrielle associée à la machine à vapeur reçoit une nouvelle impulsion avec les chemins de fer. Ceux-ci se développent sous la forme de compagnies privées, mais sous contrôle et surveillance de la puissance publique. L’ordonnance du 15 novembre 1846 a confié au corps des Mines la surveillance du matériel roulant, tandis que la voierie reste du ressort du corps des Ponts et Chaussées. Ils sont à part égale dans les commissions techniques. André Thépot23 a dressé un tableau des ingénieurs du corps ayant consacré une partie de leur carrière aux chemins de fer et l’on peut en déduire qu’entre 1830 et 1880, cette activité a concerné, dans chaque promotion, un quart des ingénieurs du corps, mais pour la plupart à temps partiel. Beaucoup d’ingénieurs des Mines s’engagent dans la grande aventure du chemin de fer, directement au service des Compagnies, quand ils ne les fondent pas eux-mêmes. C’est le cas de Beaunier, le fondateur de l’École de Saint-Étienne, dès 1823, de Coste, Lamé et Clapeyron dans les années 1830. Et le premier cours de chemin de fer à l’École des mines est celui de Couche (1846-1879).

B. 1885-1930 : l’État providence

30Cette seconde période commence par la grande dépression de fin de siècle qui fut, en fait, un marasme de vingt ans (1873-1895). Cette crise débute par un décrochage de la Bourse de Vienne et finit avec le krach de la Barings en 1890, avec, entre les deux, la faillite de plusieurs compagnies de chemins de fer américaines. La période se termine par la crise financière, puis économique la plus grave du siècle suivant, en 1929-1932. Cette période d’entre deux crises est caractérisée par la seconde industrialisation, liée aux innovations majeures dans le domaine énergétique de l’électricité et du pétrole, lesquelles ouvrent les portes de la mécanisation des usines, de l’électrification des villes et de l’automobile. Cette seconde industrialisation renforce les conflits du travail, attisés par la lutte idéologique entre libéraux et socialistes. L’arbitre tout désigné en est l’État-providence, qui organise la protection des entrepreneurs (protectionnisme vis-à-vis de l’étranger, encouragement du patronage) et celle des salariés (législation du travail, assurances maladie, chômage, accidents). L’État providence est l’occasion d’un grand développement de la statistique économique, qui fournit toutes informations sur les productions, les prix, les salaires. Le compromis qui résulte de ce contrat après 1914 est celui du fordisme, qui associe production en série à bas coûts, redistribution salariale et consommation de masse, mais aussi contrôle de l’inflation et lutte contre le chômage.

31Dans ce régime, les régulations du marché du travail sont essentielles et passent par de nouvelles institutions (l’Office du travail en France, le BIT à l’international) et par de nouveaux outils de gestion : c’est l’âge d’or de la statistique économique, avec des progrès dans l’investigation (enquêtes), dans l’enregistrement et la diffusion des données (SGF), dans la construction des indices et des baromètres pour objectiver le cycle des affaires.

32Les ingénieurs des Mines comme ceux des Ponts s’inscrivent dans cette nouvelle mission : celle de l’ingénieur social.

33Un représentant au plus haut niveau de cet engagement dans la mise en place d’un vaste système d’information sur les conditions du travail salarié et dans la négociation de différents cadres réglementaires est Arthur Fontaine (1860-1931), X-1880, sorti dans le corps des Mines.

34À sa sortie de l’École, en 1881, il visite la Saxe, la Bohème, la Silésie, la Galicie, la Hongrie septentrionale et, l’année suivante, l’Italie, la Sicile, la Grèce, la Roumanie, l’Autriche-Hongrie. En octobre 1891, il entre comme chef du bureau de statistique à l’Office du travail, qui vient d’être créé et dont le but, avec l’aide des organisations patronales et syndicales, est « de recueillir, coordonner, et publier toutes informations relatives au travail, notamment en ce qui concerne l’État et le développement de la production, l’organisation et la rémunération du travail, ses rapports avec le capital, la condition des ouvriers, la situation comparée du travail en France et à l’étranger ». Nommé sous-directeur de l’Office en 1894, puis directeur en 1899, sous le gouvernement de Waldeck-Rousseau, il y fera l’essentiel de sa carrière et connaîtra 22 ministres. Jusqu’en 1920, il coordonne encore l’information statistique produite et publiée dans le Bulletin ; il met en place le Conseil supérieur du travail et prépare les nombreuses lois sociales votées dans cette période (travail des enfants, hygiène et sécurité, durée du travail, congés…) et contrôlées par le nouveau corps des inspecteurs du Travail. Dès 1904, l’Office signe des accords internationaux et prépare, avec l’Association internationale pour la protection des travailleurs (1900), la mise en place d’une harmonisation internationale du travail.

  • 24 Voir Michel Cointepas (2008) et l’article d’Isabelle Lespinet-Moret.

35La guerre le détourne un moment vers des activités de conseil auprès du ministère de l’Armement. Mais la signature du traité de Versailles comporte un volet qui lui doit beaucoup : la création de l’OIT (et du BIT) en 1920. Il en préside le Conseil pendant 12 ans avec l’appui de son ami et directeur Albert Thomas. Une riche expérience de terrain (administrateur du réseau d’État des chemins de fer, président du Conseil des Mines de la Sarre) enrichit son œuvre internationale24.

  • 25 Voir le chapitre X de l’anthologie publiée aux éditions des Mines par Antoine Savoye et Frédéric Au (...)

36Un autre courant est constitué des disciples de Le Play qui poursuivent son œuvre en matière d’enquêtes monographiques, et d’investigation et de diffusion de la statistique par des moyens graphiques. Ils inscrivent les nouvelles missions de l’ingénieur dans le cadre de l’État providence : au-delà d’une évidente générosité, la philanthropie apparaît comme un nouvel art de l’ingénieur, ou comme un nouveau management paternaliste dans lequel le patron doit plus à l’ouvrier que son salaire : il lui doit assistance et prévoyance dans les domaines de la famille, du logement, de la maladie et de la retraite25.

37Le premier représentant bien connu de cette école leplaysienne pour la période est Émile Cheysson (1836-1910), polytechnicien (X-1854) qui n’est pas du corps des Mines, mais du corps des Ponts. Il a cependant place dans cette évocation, ne serait-ce que pour ses enseignements à l’École des mines.

Arthur Fontaine

Arthur Fontaine

© Bibliothèque du Bureau international du travail (BIT)

Émile Cheysson

Émile Cheysson

© Bibliothèque MINES ParisTech

Maurice Bellom

Maurice Bellom

© Bibliothèque MINES ParisTech

38Cheysson collabore avec Le Play à l’exposition de 1867 et est responsable, par exemple, de la logique spatiale tout à fait particulière de l’exposition. Comme ingénieur, il est successivement directeur de l’usine du Creusot (1871-1874), directeur du service de navigation de la Seine (1874-1877) et directeur du service des cartes et plans au ministère des Travaux publics (1877-1884)

39Mais une carrière académique s’ouvre à lui dans les années 1880. Nommé professeur d’économie politique et sociale à l’École libre des sciences politiques en 1882, il obtient, en 1885, une chaire d’économie industrielle à l’École des mines, qu’il conservera jusqu’en 1906. Il entre à l’Académie des sciences morales et politiques en 1901. En bon disciple de Le Play, il poursuit les monographies de famille et d’atelier, qu’il rassemble et publie en 1890 sous le titre : Les budgets comparés de cent monographies. Son article de 1897 sur « Le rôle social de l’ingénieur » témoigne de sa position centrale dans la question de l’expertise à la fin du xxsiècle.

  • 26 Voir Alain Desrosières, 2008a, ibid.

40Son œuvre statistique et économique reflète un statut mixte de moraliste et d’homme d’État. Elle associe la statistique graphique, la statistique géométrique (chemins de fer et équilibre général), la théorie des moyennes, l’amélioration du recensement, la mise en place de la loi sur les accidents du travail, ce qui indique bien son penchant pour une ingénierie économique plus soucieuse d’équilibres sociaux que d’équilibres théoriques. L’économie n’est pour lui ni une science exacte ni une science naturelle, mais une science morale26. On lui doit aussi la création du Conseil supérieur de la statistique, chargé de la coordination des services et des enquêtes statistiques, et pièce maîtresse, avec l’Office du travail, de la mise en œuvre du programme de l’État providence.

41Le cours qu’il développe aux Mines à partir de 1885, à l’intérieur de la chaire d’économie industrielle créée de toutes pièces à côté de la chaire de législation industrielle d’Aguillon, marque un tournant important dans les enseignements de l’École des mines. C’est un véritable cours d’économie articulant d’abord classiquement production, circulation et consommation des richesses, avec des éclairages historiques sur les modes de production, et qui se poursuit par une analyse des rapports capital-travail et de la prévoyance, pour se terminer par une formation aux outils d’investigation : enquête monographique, statistique et comptabilité.

42Son successeur, à la chaire de l’École des mines est Maurice Bellom (1865-1913), X-1884 sorti dans le corps des Mines, et qui sera donc notre troisième témoin pour cette période.

  • 27 Savoye et Audren, 2008, ibid.

43Disciple de Le Play et membre de la Société d’économie sociale, il pratique lui aussi l’enquête monographique. Il est détaché à l’Office du travail en 1891. En 1892, il entre au ministère de la Justice comme attaché de cabinet, puis secrétaire particulier du ministre. Il s’occupe principalement de prévoyance et de législation européenne : il publie La prévoyance comme parade aux aléas de la vie et comme thème articulant production de connaissances et résolution d’une question sociale concrète27. Il est aussi proche d’un Millerand que d’un Arthur Fontaine. En 1906, il devient professeur à l’École de Saint-Étienne et titulaire de la chaire d’économie industrielle à l’École des mines de Paris (1906-1913), succédant ainsi à Cheysson. Sa leçon inaugurale portera sur « Le rôle économique et social de l’ingénieur ». Un enseignement sur l’économie sociale pas si éloigné de celui de Fournière à Polytechnique.

44À l’École polytechnique, les premiers enseignements de l’économie voient le jour en 1904, dans un contexte politique national qui est celui du cabinet Waldeck-Rousseau et d’un État providence éclatant incarné par Millerand. Le général André, membre de ce cabinet et acteur important de la réhabilitation de Dreyfus, confie le premier cours d’économie à Polytechnique à un représentant du socialisme militant, Eugène Fournière, qui se rapprochera ensuite de l’école de Le Play. Cet enseignement ne vise pas à former des analystes, mais à déniaiser quelque peu les jeunes recrues sur les réalités ouvrières, les conditions de travail, les conflits du travail, les organisations ouvrières et patronales, le rôle de l’État et le droit du travail. Les contenus relèvent de ce qu’on appelle l’économie sociale et n’ont qu’un rapport très lointain, voire antagoniste, avec l’économie politique des classiques.

45Après 1914, les contenus des enseignements d’économie changent radicalement dans les deux écoles. L’heure n’est plus au programme social (faire connaître la condition ouvrière) ni au programme culturel d’un Duruy qui voudrait former à l’évolution de la société française, mais à la ligne défendue par Carvallo, directeur des études à Polytechnique : un programme scientifique ancré sur le raisonnement et le calcul, apte à combattre les utopies et cohérent avec le reste de la formation. Celui qui incarne cette dernière variante est Clément Colson (1853-1939), ingénieur du corps des Ponts, chef de cabinet du ministre des Travaux publics (1879-1882), et directeur des Chemins de fer (1894-1895), conseiller d’État en 1897 et membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1910. Il succède à Fournière sur la chaire de Polytechnique de janvier 1914 jusqu’à sa retraite en 1928 ; il reprend aussi le cours de Garnier et Baudrillart à l’École des ponts et chaussées (1892-1926). Quant au cours d’économie industrielle des Mines, il est confié à Colson de 1919 à 1939. Avec Colson, l’économie sociale et l’économie industrielle font place à l’orthodoxie d’un champion du libéralisme, qui place au centre de son enseignement la théorie de la valeur, la formation des prix, le raisonnement en équilibre partiel, tout en sachant s’accommoder du pragmatisme et du paternalisme des ingénieurs. Ce pédagogue peu convaincant, comme le dit Lucette Le Van-Lemesle, « réussit la performance de convaincre des générations d’étudiants du caractère passionnant de sa discipline à la condition qu’elle soit enseignée par d’autres que lui ! ». Il réussit néanmoins à fonder une véritable école des ingénieurs économistes, dont Rueff, Divisia, Roy et Allais ont été les représentants les plus marquants dans les années 1930.

C. 1930-1975 : l’État keynésien

46La crise financière de 1929 et la crise économique qui s’installe dans les années trente sont fondatrices d’une crise de la science économique elle-même, dont l’efficacité à comprendre, prévoir et réguler les cycles et les crises est remise en cause dans les enceintes nationales et internationales. Au niveau international, la critique des approches barométriques inductives, portées par les instituts de conjoncture et non articulées à une théorie formalisée, conduit à la fondation de l’Econometric Society, le 30 décembre 1930, réunissant, sous la houlette de l’Américain Irving Fisher et du Norvégien Ragnar Frish, des économistes prêts à mieux articuler approches théoriques, mathématiques et statistiques. Parmi ces pionniers, quelques Français, dont les polytechniciens de la mouvance de Colson déjà nommés, ou les probabilistes Poincaré, Borel, Darmois, Lévy et Fréchet qui vont jouer un rôle majeur dans les fondements et les usages du calcul des probabilités. En France même, le mouvement X-Crise ouvre un large débat sur les perspectives économiques et surtout sur les méthodes, faisant dialoguer les libéraux classiques et les dirigistes inspirés par l’expérience soviétique ou le planisme, ou encore les économètres et les historiens.

47Les gouvernements européens et américains mettent en place de nouvelles politiques de régulation économique par l’intervention directe de l’État, dont les prérogatives passent ainsi du marché du travail à celui des biens de production et de consommation : le New Deal, aux États-Unis, est le déclencheur de ce nouveau régime d’un État régulateur, dont les politiques interventionnistes, assez vite inspirées par le keynésianisme, dominent les dernières années de la décennie.

  • 28 Amy Dahan, Dominique Pestre (dir.), Les Sciences dans et pour la Guerre, EHESS, Paris, 2004.

48La Seconde Guerre mondiale change totalement le régime de l’expertise économique, en donnant d’abord un formidable coup de pouce à la recherche appliquée et à l’ingénierie dans les divers think tank qui traduisent l’alliance des scientifiques, des militaires et des industriels. De ces lieux mythiques que sont le Mathematical Panel, la Rand corporation, la Cowles Commission sortent de nouveaux outillages cognitifs comme l’ordinateur, la recherche opérationnelle, la théorie des jeux, l’économétrie, la comptabilité nationale, l’organisation scientifique du travail… qui s’intègrent au nouveau régime de l’après-guerre. Celui-ci est une reconfiguration de l’économie mondiale (accords de Bretton Woods) qui impose le dollar et une pax americana régissant l’activité économique (economy) et sa science (economics), produite et diffusée désormais par de nouveaux lieux de savoir : Harvard, MIT, Chicago, Columbia, Cowles Commission… Ce nouveau régime économique – le fordisme, caractérisé par ses politiques salariales, le contrôle des prix et la consommation de masse – se poursuivra jusqu’aux chocs pétroliers des années 1970. Il a été résumé par l’expression des « Trente Glorieuses28 ».

  • 29 Commission générale d’organisation scientifique du travail.
  • 30 Voir la biographie du polytechnicien Coutrot par Olivier Dard, Jean Coutrot, de l’ingénieur au prop (...)

49En France, la restructuration complète de l’économie industrielle, à la Libération, s’appuie sur l’organisation scientifique du travail mise en place à la fin des années vingt. Le CNOF, qui avait fusionné les courants de Taylor et Fayol, et la CEGOS29, créée par Jean Milhaud en 1926, assisté d’autres polytechniciens comme Auguste Detœuf et Jean Coutrot30, ont mené un grand nombre d’études sur le calcul des prix de revient, sur la rationalisation des services administratifs…, reprises dans l’École du CNOF fondée en 1935, et débouchant sur un encadrement fort du patronat (le CNPF prenant la suite, en 1946, de la CGPF, dissoute en 1940 au profit des comités d’organisation). Mais le rôle économique principal est tenu par l’État français, qui regroupe 51 % du capital industriel après les nationalisations, en particulier celles des charbonnages, du gaz, de l’électricité. L’État mène une refonte totale du système d’information économique : institutions (l’INSEE), moyens d’investigation (fichiers, enquêtes par sondage), cadre légal (loi de 1951 sur l’obligation et le secret), nomenclatures des produits, des CSP et comptes nationaux en sont les nouveaux ingrédients.

50Il s’ensuit un renouvellement complet des missions des ingénieurs des différents corps d’État. Par exemple, les mines de charbon étant nationalisées, il n’y a plus à suivre et contrôler les concessions. Par contre, il faut développer de nouvelles compétences dans la gestion de ces entreprises. Les ingénieurs d’État jouent un grand rôle dans le calcul des coûts, la tarification au coût marginal, le choix des investissements. Ils s’imposent également comme maîtres d’œuvre de la prévision (SEEF, puis direction de la Prévision) et de la planification « à la française » (Pierre Massé et le CEPREMAP).

51Les ingénieurs civils, de leur côté, s’organisent (SICF) et prennent des positions clés dans les grandes entreprises, en particulier dans les secteurs de l’énergie, du transport, de l’urbanisme et l’aménagement du territoire, et du conseil en organisation.

  • 31 Recherche opérationnelle.

52Les formations dans les grandes écoles ont du mal à s’adapter à cette nouvelle donne. Il a fallu ouvrir largement les enseignements en économie et gestion, les aligner sur la recherche, remplacer les stages en Europe par des voyages aux États-Unis. À l’École polytechnique, François Divisia a succédé à Colson à la chaire d’économie, y apportant son expérience de la statistique et de l’économétrie. Mais son lien avec les milieux de la recherche se distend et il perd le leadership de la discipline dans les années cinquante, au profit de ceux que le CNRS a chargé des séminaires d’économétrie : René Roy aux Ponts (1951-1961), Eyraud à l’ISFA de Lyon, G.-Th. Gilbaud à l’EHESS en R.O.31, et Maurice Allais à l’École des mines.

  • 32 Voir notre notice dans le Dictionnaire des professeurs du CNAM, reproduite dans Michel Armatte, « F (...)

53François Divisia (1889-1975), polytechnicien sorti dans le corps des Ponts, est un des trois personnages que nous avons choisis pour cette période pour le rôle majeur qu’il a joué dans l’ingénierie économique dans l’entre-deux-guerres, malgré le fait qu’il n’est pas ingénieur des Mines32.

54Mobilisé en 1915 et blessé en 1917 comme René Roy, Divisia occupe un poste d’ingénieur à l’Office national de navigation de 1922 à 1928. Mais ses fonctions académiques l’emporteront vite sur sa carrière d’ingénieur. Après avoir repris, après guerre, ses cours à l’École des ponts (avec Colson en économie) et en droit à la faculté de Paris, il est amené à remplacer Colson à son cours des Ponts dès 1922, dans la même tradition libérale antisocialiste et antisolidariste. En 1926, il devient titulaire du Cours d’Économie politique générale et d’économie sociale à l’École des Ponts, qu’il conservera jusqu’en 1950. Il a également, semble-t-il, fait quelques cours et conférences à l’École des mines. La même année, il publie l’article célèbre sur l’indice monétaire (fondé sur la loi quantitative de la monnaie) et, l’année suivante, l’ouvrage Économique rationnelle, qui obtient le prix des deux Académies.

Robert Gibrat

Robert Gibrat

© Bibliothèque MINES ParisTech

François Divisia

François Divisia

© Bibliothèque MINES ParisTech

Maurice Allais en 1943

Maurice Allais en 1943

© Bibliothèque MINES ParisTech

55Dès cette date, il est associé au projet de création de la Société internationale d’économétrie. Il en sera le premier vice-président, et le second président en 1935. Par contre, il sera peu présent aux réunions de X-Crise, qui concerne une génération plus jeune.

56En 1929, il obtient la succession de Colson à la chaire d’économie de Polytechnique et celle d’André Liesse au CNAM, qu’il conservera toutes les deux jusqu’en 1960. Il est donc titulaire des chaires d’économie de trois des plus grands établissements d’enseignement français.

  • 33 Jacques Dumontier succédera à Divisia à Polytechnique (1959-1973) et développera le laboratoire d’é (...)

57À la fin des années trente, il monte un laboratoire d’économétrie et de statistique au CNAM avec des financements du Commissariat de lutte contre le chômage. Il y développe la « statitechnique » et la statistique géométrique (non probabiliste). En 1939, il prend la tête d’un comité d’économétrie du CNRS qui ne passera pas la guerre. Grâce à des financements de la fondation Rockefeller, il réussit cependant à installer, en 1950, un laboratoire d’économétrie à Polytechnique33. Il publie encore quelques ouvrages importants jusqu’à sa retraite en 1960.

58Divisia avait publié, en 1932, un ouvrage intitulé Économie et statistique, dans lequel la première place avait été donnée à la thèse de Robert Gibrat, jugée exemplaire de ce qu’il fallait faire en économie. Robert Gibrat (1904-1980), polytechnicien (major à l’entrée, X-1922), sorti dans le corps des Mines, est la seconde figure de cette période.

59Entre 1927 et 1931, il est professeur, puis directeur adjoint à l’École des mines de Saint-Étienne. Il soutient en 1931 sa thèse de droit sur les Inégalités économiques, qui exploite des ajustements de la loi de l’effet proportionnel (ou loi lognormale) à des données de revenus et de patrimoine. Il appliquera aussi cette même loi à des débits de rivières. Dès 1931, il suit les activités de X-Crise et devient le rédacteur régulier de la rubrique économétrique dans son bulletin. Parallèlement, il adhère au groupe l’Ordre nouveau de Robert Aron et Jean Jardin.

60De 1936 à 1940, il est professeur d’électricité industrielle à l’École des mines de Paris. À l’automne 1940 il suit Jean Bichelonne au ministère de la Production industrielle, comme directeur de l’électricité dans le premier gouvernement Laval (Bichelonne y sera secrétaire d’État de novembre 1942 à novembre 1943). En avril 1942, il est nommé secrétaire d’État aux communications (avec tutelle sur l’X) dans le second gouvernement Laval, dont il démissionne le 15 novembre 1942.

61Ces deux engagements dans le régime de Vichy lui valent, en mars 1946, un an de prison et une condamnation à 10 ans de dégradation nationale :

« Il bénéficie de circonstances atténuantes car il n’a eu que des responsabilités strictement techniques au sein du gouvernement et il apporte les preuves d’une attitude favorable à la Résistance et aux Juifs ».

62Reprenant sa carrière en 1946, il devient ingénieur-conseil auprès d’EDF pour les centrales et les usines marémotrices : son projet d’usine sur la Rance voit le jour en 1956. Il fait alors une carrière remarquable dans la filière atomique : directeur général du groupement des industries atomiques (Indatom) et président du conseil scientifique d’Euratom en 1962-1963.

  • 34 Société d’économie et de mathématique appliquée.

63Dans ce panorama des innovations économiques de l’après-guerre, il ne faudrait pas oublier la recherche privée faite par les bureaux d’études comme la Sema34 (1960). Nous y reviendrons à l’occasion de la référence, dans la période suivante, à J. Lesourne qui en fut le fondateur et directeur.

64Le troisième et dernier personnage associé à cette période a tous les droits d’y figurer à la toute première place. Maurice Allais (1911-2010), (X-1930 et 1931), sorti major dans le corps des Mines, économiste de tout premier plan, le seul économiste français nobélisé jusqu’il y a peu, par ailleurs titulaire de la chaire des Mines depuis 1944, est un personnage hors norme. Il nous a quittés malheureusement à la veille de cette célébration du Bicentenaire, au seuil de sa centième année.

65D’abord affecté au service des mines de Nantes, puis au contrôle des chemins de fer, il est, au début de la guerre, lieutenant d’artillerie à Fontainebleau, puis enrôlé dans les chasseurs alpins. Il sera directeur du Bureau de la statistique minière de 1943 à 1948.

66Il a publié, en 1943, À la recherche d’une discipline économique et, dans la même période, il prépare sa thèse sur la théorie de l’équilibre général et le choix social, qu’il soutiendra en 1949. Il devient alors professeur d’économie à la chaire des Mines (1944-1980) et à l’ISUP (1947-1968) et à l’École d’application de l’INSEE (l’ENSAE après 1961), directeur de recherche (depuis 1954) et responsable du mythique séminaire CNRS-Mines, dont les séances se tenaient dans un café de la place Saint-Sulpice.

67Membre de la Société du Mont-Pèlerin en 1947 avec Hayek, Mises et Friedman, il est d’abord classé comme libéral, voire ultralibéral et reaganien, dans les années quatre-vingt. Mais il prend ensuite ses distances avec de telles positions ; il critique le libre-échangisme mondialiste de la Communauté européenne et se dit libéral-socialiste.

68Il obtient très tardivement le prix Nobel d’économie pour ses travaux sur la théorie des marchés et l’utilisation efficace des ressources. Outre l’ouvrage de 1943, on doit citer parmi ses publications Économie et intérêt (1947), Fondements d’une théorie positive des choix comportant un risque (1953), qui comporte le fameux paradoxe d’Allais, et la théorie générale du surplus (1981).

69Prolongeant cette notice succincte sur Maurice Allais, nous voulons en profiter pour faire le point sur les bouleversements majeurs des enseignements d’économie à l’École des mines. Deux documents, déposés à la bibliothèque de l’École des mines, permettent d’en mesurer l’ampleur.

70Le premier (Audouard, 1992) est un assez long mémoire sur l’évolution des enseignements entre 1944 et 1968, réalisé à partir des P.V. de conseils et des publications des Annales des mines. L’École y apparaît très affaiblie par la guerre, par l’occupation de l’École et son bombardement, mais aussi par l’appui du corps des Mines au gouvernement de Vichy et plus particulièrement à Bichelonne. Très vite, l’École apparaît comme dépassée par les tâches de la reconstruction. Son recrutement malthusien, sa pédagogie inadaptée, l’obsolescence de nombreux cours techniques, peu à même d’introduire aux enjeux économiques et sociaux, sont l’objet de vives critiques en interne et à l’extérieur. La réforme des enseignements, sujet régulier des séances du Conseil de perfectionnement après 1950, s’engage à la suite du rapport Fischesser, remis au CP en novembre 1953, et du décret de décembre 1955, et s’articule à la réforme du corps des Mines de 1956, mais elle ne se traduit pas dans les faits avant 1959. L’objectif annoncé de la formation est de « fournir des cadres aux industries lourdes ». Ce terme de cadre, qui supplante celui d’ingénieur, est lourd de sens : la fonction technique est mise au service de l’innovation et de la gestion des entreprises dans un environnement économique auquel il faut préparer les élèves.

  • 35 Cet horaire gonflera par la suite : Allais donnera 28 conférences de 1 h 30 aux élèves titulaires e (...)

71De fait, les enseignements de l’économie, réduits, dans les années cinquante, aux cours d’économie industrielle et générale de Maurice Allais (20 heures)35, augmentés de 8 heures de comptabilité et finance et 6 heures de statistique, deviennent un cycle à part entière d’économie et science sociale de plus de 60 heures (les 4 autres cycles portent respectivement sur la formation théorique, les techniques de base, les industries en débouché et des options de spécialisation). Une nouvelle génération accompagne ce renforcement des enseignements économiques : Pierre Guillaumat au Conseil des mines, André Giraud dans la réforme et le déménagement de Polytechnique et Bertrand Schwartz dans la réforme de la pédagogie à l’École de Saint-Étienne sont aux avant-postes. Pierre-Noël Giraud, Raymond Courbis, Gérard de Bernis, Louis Lévy-Garboua prennent des responsabilités effectives dans les nouveaux enseignements.

72Un second document, rédigé par Pierre Garnier (1979), synthèse de réunions étalées sur la période 1976-1977, permet d’évaluer, vingt ans plus tard, ces enseignements d’économie réformés. Les cours d’économie qui s’étalent maintenant sur les six semestres, comprennent l’économie descriptive (Tincelin et Danicarrere), la macroéconomie (Bernis et Allais pour monnaie et développement), la planification avec FIFI et DMS (Courbis), le calcul économique (Allais), une approche marxiste des économies occidentales (Deleplace), et l’économie internationale (Schaer). Une telle gamme rend bien compte des engagements variés des économistes de cette époque. Les trois défauts reconnus de cet enseignement, révélés explicitement par le débat qui est rapporté, sont, d’une part, son manque d’unité doctrinale – mais ici s’opposent ceux qui souhaiteraient un alignement sur les standards du libéralisme et ceux qui résistent, au nom de l’héritage critique de 1968 et du pluralisme –, d’autre part la faiblesse de l’ancrage sur la recherche, du fait que les laboratoires sont souvent des coquilles vides, sans équipe en dehors du responsable, et enfin le caractère optionnel de ces enseignements (sauf le premier), victimes de la séparation des cursus pour les élèves ingénieurs et titulaires, confiés au coup par coup à des vacataires pour l’essentiel, et sans prise en compte de la logique des programmes. Maurice Allais est, dans ce paysage, dans une position de surplomb sur ses collègues, ne serait-ce que pour avoir assuré seul cet enseignement de 1944 à 1968, mais aussi dans un rôle d’ambassadeur de l’École dans l’univers académique. Il défend, dans ses interventions, la nécessité d’une cohérence globale et explicitée par un cadre général de pensée, et s’il reconnaît la nécessité du pluralisme, c’est avec bien des réserves : pour lui, dans 95 % des cas, les théories marxistes et keynésiennes ne résistent pas à l’épreuve des faits.

D. Après 1975 : l’État néolibéral

73On a dit qu’Allais était un libéral dans l’ère keynésienne. En fait, il a eu le temps d’une seconde vie, dans laquelle l’idéologie dominante fut plus en accord avec ses idées, et les a même dépassées. Le tournant du milieu des années 1970 est à la fois marqué par la crise pétrolière et le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance. Il ouvre une période où le credo keynésien est mis à mal, d’abord par les monétaristes, ensuite par les nouveaux classiques. Les premiers, emmenés par Friedman et l’École de Chicago, s’en prennent à l’idée d’arbitrage entre chômage et inflation selon la courbe de Phillips, qu’ils acceptent à court terme comme effet de manipulations monétaires, mais pas à long terme, où la monnaie est neutre, et ils mettent en avant l’idée d’un chômage naturel. Les seconds, emmenés par Robert Lucas, revendiquent la prise en compte des anticipations rationnelles des agents, et concluent à l’inefficacité des politiques économiques fondées sur des modèles qui resteraient inconnus des agents. La monnaie n’est pas seulement neutre à long terme, comme le prétendent les monétaristes, elle est également neutre à court terme. L’économétrie structurelle est reléguée au musée.

74Margaret Thatcher (Premier ministre britannique de 1979 à 1990, instaurant la révolution conservatrice) et Ronald Reagan (président des États-Unis de 1981 à 1989) ouvrent l’ère nouvelle d’un État néolibéral ayant perdu la plupart de ses prérogatives, en matière de régulation économique, au profit des marchés. L’État assure la défense nationale, le maintien de l’ordre et de la propriété, le respect des valeurs morales traditionnelles et le bon fonctionnement des marchés. Leur politique passe donc par des privatisations, la baisse des impôts et la maîtrise de l’inflation et des dépenses de l’État. Individualisation, concurrence non biaisée, dérégulation, subsidiarité, théorie de l’agence, incitations, anticipations, risque deviennent les mots-clés d’une nouvelle grammaire économique. La propriété des moyens de production et la propriété intellectuelle (brevets) forment une base importante de ce régime du capital financier, dans lequel l’entrepreneur est soumis à la loi de l’actionnaire, qui cherche un rendement maximum de ses investissements. L’entrepreneur subit la concurrence des marchés financiers, eux aussi dérégulés, souvent plus rémunérateurs, et dont les innovations (marchés à terme, options, titrisation, effet de levier) se développent au rythme soutenu des innovations mathématiques et informatiques, et à une échelle mondiale.

75Les exigences nouvelles de la construction européenne, en termes de contrôle de l’inflation et de la dette publique, se conjuguent avec les contraintes de la mondialisation, dominée par de nouvelles puissances (Chine, Brésil, Inde…), pour remodeler nos industries et notre commerce international, et pour limiter fortement les degrés de liberté des politiques nationales. Les crises financières et économiques se succèdent à un rythme soutenu et s’accompagnent d’un stress environnemental inquiétant, activé tour à tour par les questions énergétiques (peak oil), par les pollutions à large échelle, par les crises sanitaires et par le spectre du changement climatique majeur annoncé. La gestion de ces risques amène une nouvelle manière de conjuguer science et politique.

76Face à la reconfiguration complète de la donne économique et aux défis que représentent ces crises multiples, quelles sont les tendances que l’on peut observer au sein du corps des ingénieurs d’État, et plus particulièrement de celui des Mines ? Il est évidemment un peu trop tôt pour en faire un tableau complet, mais on peut malgré tout en noter les grandes lignes et repérer des parcours types.

77Un premier constat, c’est évidemment celui du développement rapide des ingénieurs civils et de leur engagement massif, à côté des ingénieurs du corps, dans les secteurs nouveaux à forte capacité d’évolution : la finance et les technologies de l’information et de la communication ont fait appel à de nombreux scientifiques, mathématiciens et ingénieurs. Les ingénieurs des Mines n’y ont pas manqué et, dans ce sens, la fusion de leur corps avec celui des Télécommunications est dans la logique des développements industriels de la dernière période au sein du capitalisme financier.

78La seconde voie consiste à multiplier les études de long terme sur ces sujets. Les ingénieurs des Mines en ont été très souvent les contributeurs ou les maîtres d’œuvre, compte tenu de leurs compétences et de leurs engagements passés au Plan, à la DATAR, ou dans les grosses entreprises nationales, en matière de prospective. L’exercice suppose de mobiliser à la fois des données, des calculs et des simulations, selon des points de vue, voire des visions, donc des scénarios à la fois possibles et souhaitables, comme l’écrivait déjà Pierre Massé dans les années soixante. Pour ne citer qu’un nom, on évoquera Jacques Lesourne, polytechnicien (X-1948) sorti major dans le corps des Mines, qui, dans sa longue carrière à la Sema, de 1958 à 1975, a pratiqué les études, le calcul économique, l’informatique, et la prospective (avec Michel Godet). Titulaire de la chaire d’économie industrielle du CNAM depuis 1974, il a copiloté, de 1976 à 1979, avec des Japonais, une étude pour l’OCDE, baptisée « Interfuturs », qui est une référence, et il préside aujourd’hui l’association Futuribles.

79Une troisième tendance est celle d’un retour au cœur de métier : non pas la mine, mais les industries énergétiques, pour lesquelles il faut penser à la fois les nouvelles conditions géopolitiques, les mutations du mix énergétique vers le renouvelable et le nucléaire, et une politique de la demande qui accompagne cette mutation. Un représentant exemplaire d’une carrière de ce type est Jean Syrota (X-1958-corps des Mines). Il a dirigé l’Ademe de 1974 à 1978 et, après trois ans à la DGT, a été directeur général de la DGEMP (1982-1988) et PDG de la Cogema (1988-1999), président de la CRE (2000-2006) et de la commission énergie du CAS. On lui doit plusieurs rapports, dont un rapport de 2007 sur les Perspectives énergétiques de la France à l’horizon 2020-2050.

80Une quatrième voie est représentée par des engagements dans l’enseignement et la recherche en gestion des organisations. Cette discipline, issue de l’économie, s’est émancipée de sa tutelle et constitue, depuis les années 1970, une discipline à part entière, ayant dépassé le stade d’un agglomérat de techniques pour s’ouvrir un vaste champ de recherche, consacré aujourd’hui par de nombreuses thèses et publications. Pour illustrer cette voie, on pense d’abord à un personnage comme Claude Riveline (X-1956-corps des Mines) élève de Maurice Allais comme son aîné Jacques Lesourne. Professeur de gestion à l’École des mines, il a développé une pédagogie appuyée sur des études de terrain. Fondateur du Centre de gestion scientifique et spécialiste de l’optimisation et de l’évaluation des coûts, il est devenu le grand démystificateur de la rationalité calculatoire, de sa relativité – « chacun optimise les critères sur lesquels il se sent jugé » – et de son ancrage dans les valeurs, « les tribus, les rites et les mythes ». Son Essai sur le dur et le mou montre que l’ingénieur observateur des entreprises ne saurait mépriser ces facteurs humains, car « le mou est au cœur des sciences dures ». Philippe d’Iribarne (X-corps des Mines-IEP), directeur de recherche, qui a dirigé successivement le Centre de recherche sur le bien-être (Cerebe) et le laboratoire « Gestion et société », a lui aussi développé une vision originale de la gestion, qui part de l’influence des cultures nationales comme système de sens sur le fonctionnement des organisations. Parmi ses nombreux ouvrages, l’ouvrage collectif Cultures et mondialisation (1998) témoigne de la richesse de cette approche.

81L’ingénieur des Mines peut donc souvent ressentir le besoin de prendre un recul important par rapport à son objet. Et donc de se faire philosophe. Une cinquième voie à évoquer, dont nous avons déjà ouvert la porte avec les gestionnaires-philosophes, nous mène à Jean-Pierre Dupuy (X-1960-corps des Mines) qui est sans doute l’un des plus grands philosophes et polymathes de notre époque. Directeur de recherche au CNRS et professeur à Polytechnique et Stanford, il a fondé le Crea en 1982 (sur une idée de Jean Ullmo) et il a travaillé sur les bords de la discipline économique, entre autres, sur la modélisation, sur l’auto-organisation, sur la cybernétique (Aux origines des sciences cognitives), sur le risque climatique (Pour un catastrophisme éclairé). Il a diffusé les idées de penseurs majeurs mal connus comme Illich, Girard, Rawls et Anders.

82Mais l’ingénieur des Mines peut aussi se faire tout simplement capitaine d’industrie. À une époque où le capitalisme financier et mondialisé semble se moquer des réalités industrielles, voire même opérer en douceur et dans la douleur une vaste désindustrialisation dans le pays, ce n’est pas une mince affaire que de tenter de s’y opposer avec les outils du manager et de l’ingénieur. Avec une connaissance des réalités techniques et sociales qui vient de loin, on l’a vu, l’ingénieur des Mines est bien armé pour proposer dans son entreprise, mais aussi dans les cercles du pouvoir, des alternatives à ce gâchis. Un exemple entre cent, mais très significatif, est la bataille menée dans cette direction par Jean-Louis Beffa (X-corps des Mines), au sein du groupe Saint-Gobain et dans le Centre Cournot, qu’il a fondé pour réfléchir et publier sur ces questions, mais aussi dans un rapport remis au président Chirac fin 2004, visant à :

  • 36 Termes de la lettre de mission de Jacques Chirac.

« répondre au défi immédiat des délocalisations et, à plus long terme, pour renforcer l’attractivité et la compétitivité de notre territoire […] et à engager « une relance ambitieuse des grands programmes scientifiques et technologiques36 ».

83Déjà, l’auteur et son équipe identifiaient « les signes d’un certain décrochage en matière industrielle » et tentaient d’y répondre en proposant de rompre avec les fleurons du passé (Défense, aéronautique, nucléaire) au profit de nouveaux projets plus en phase avec le monde d’aujourd’hui, et par la mise en place d’une Agence de l’innovation chargée de leur pilotage. Quelques années plus tard, on retrouve, dans l’intervention de clôture du bicentenaire du corps des Mines, un discours encore plus inquiet et plus offensif sur la nécessité de faire face à la désindustrialisation.

84La conclusion de ce parcours de deux siècles s’impose. L’ingénieur des Mines a joué, tout au long de la période, un rôle irremplaçable dans le mode français d’articulation des réalités industrielles et de la politique de développement menée par les pouvoirs publics. Certes, les contours de sa mission se sont déplacés, comme on l’a vu, au rythme des ruptures de société, des innovations technologiques et des rôles assumés par les politiques publiques en matière de coordination, contrôle, prise en main, régulation et dérégulation des marchés du travail, des biens et services, et de la finance. Mais quelques constantes peuvent malgré tout être pointées dans ce rôle. C’est d’abord le paradoxe bien français de cette formation élitiste, qui réussit à produire des hommes d’exception à l’aise dans leur mission, malgré des contenus et des méthodes de formation qui laissent beaucoup à désirer et accusent un retard permanent par rapport à l’enseignement et la recherche académiques. C’est ensuite la capacité forte des ingénieurs des Mines à mettre en œuvre en toute occasion les outils par lesquels ils ont été sélectionnés – les mathématiques en tout premier lieu, mais aussi les différents savoirs et raisonnements scientifiques –, et d’être tout aussi capables de s’évader de cette culture de la rationalité et du calcul, du formalisme et du chiffre, pour aborder avec un regard neuf et une pensée non dogmatique les problèmes qui se posent à nos sociétés. Sans doute parce que le face-à-face direct avec les problèmes majeurs qu’ils ont à traiter et la prise en compte de la complexité des systèmes hommes-machines-société sont plus formateurs que les certitudes des sciences pures qu’ils pourraient mobiliser. À ce titre, les sciences économiques et sociales, aussi faible qu’ait été pendant longtemps leur présence à l’École, ont été fortement constitutives de leur approche des faits industriels. Décidément, comme au temps de Frédéric Le Play et d’Émile Cheysson, l’ingénieur des Mines est essentiellement dans sa vie un ingénieur social, apte à saisir simultanément les enjeux cognitifs, industriels et sociaux de toute situation. De la géologie à la gestion moderne, comme tout au long de l’histoire de la statistique, c’est toujours l’homme et le territoire qui imposent leurs marques.

Notes

1 Les fameuses résistances de Say, Garnier, Cournot et Walras évoquées par Ménard (1977).

2 Léon Walras, bachelier ès lettres en 1851 et bachelier ès sciences en 1853, se présenta sans succès cette même année à l’École polytechnique. Il se représenta de nouveau au concours de l’École polytechnique l’année suivante et fut de nouveau recalé. Il réussit toutefois à se faire admettre cette même année 1854 à l’École des mines de Paris comme élève externe, en année préparatoire, classé dixième sur quatorze admis. À la fin de l’année, n’ayant obtenu qu’une moyenne de 11 sur 20 alors qu’un minimum de 12 était nécessaire, il fut rayé des effectifs par le Conseil de l’École le 28 juillet 1855. Après les vacances, il se représenta à nouveau, et fut encore classé dixième, et passa donc une nouvelle année à l’École, mais n’obtint cette fois qu’une moyenne encore plus basse de 9,89. À nouveau exclu par la décision du 7 juin 1856, il se représenta alors une troisième fois, il fut classé 39e pour 22 places disponibles, et finalement non admis.

3 Michel Armatte, La Science économique comme ingénierie. Quantification et Modélisation, Paris, Presses des Mines, 2010.

4 La spécificité française des ingénieurs-économistes est bien connue. Voir François Etner, Histoire du calcul économique en France, Economica, 1987, et François Vatin, Économie des forces et production d’utilité. La pensée gestionnaire des ingénieurs des Ponts (1831-1891). Édition de la thèse de Bernard Grall (1962-1997), Rennes, PUR, 2004.

5 Pour la longue histoire de l’ingénierie depuis le xvie siècle, voir Hélène Vérin, 1993, La gloire des Ingénieurs. L’intelligence technique du xvie au xviiisiècle, Paris, Albin Michel, 1993.

6 Michel Callon, 2007, “Performative economics”, in Mac Kenzie et al. (dir.), Do economists make markets, Princeton, Princeton University Press, p. 311-357.

7 Dominique Pestre, Science, argent et politique. Un essai d’interprétation, Paris, INRA, 2003.

8 Alain Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification, L’argument statistique 1, Presses de l’École des mines, 2008a, et Gouverner par les nombres, L’argument statistique 2, Presses de l’École des Mines, 2008b.

9 Voir Hélène Vérin (1993).

10 Sage, 1781, cité par André Thépot, Les ingénieurs des Mines du xixsiècle : histoire d’un corps technique d’État, 1810-1914, Eska, 1998, p. 23.

11 Un épisode de ce débat oppose, par exemple, pour les mines de charbon, l’intendant Vincent de Gournay, qui défend la liberté d’exploitation, et le ministre Trudaine, qui vise à accroître l’emprise de l’État et la richesse du royaume.

12 Louis Aguillon, « L’œuvre des ingénieurs du corps des Mines », in École polytechnique, Livre du centenaire (1794-1894), t. III, Gauthier-Villars, 1897 ; http://www.annales.org/archives/index.html.

13 Extraits des articles du décret du 18 novembre 1810 relatifs aux ingénieurs en chef.

14 « Au sein des services de l’État, les ingénieurs du corps des Mines élaborent et mettent en œuvre des politiques publiques, les réglementations nationales et internationales et accélèrent la modernisation de l’Administration. Présents aux plus hauts niveaux des entreprises, ils sont des acteurs majeurs du dynamisme économique et de l’innovation » (Site de l’Association).

15 Voir J.-P. Callot (sur le site : http://www.annales.org/archives/x/saintsimonisme.html), ainsi que A. Picon (sur le site : http://www.enpc.fr/enseignements/Picon/XStS.html).

16 François Arnault, Frédéric Le Play, de la métallurgie à la science sociale, Presses universitaires de Nancy, 1993.

17 Lucette Le Van-Lemesle, « Les professeurs d’économie politique et la notion de recherche (1896-1939) », in Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux xixe et xxsiècle, C. Charle et R. Ferré (dir.), Paris, CNRS, 1985, p. 247-259. Voir aussi Michel Armatte, « L’enseignement de la statistique économique (1885-1925) ; présentation de quelques documents », Journal électronique d’histoire des probabilités et de la statistique, vol. 2/n° 2, déc. 2006, www.jehps.net

18 Émile Levasseur, « Résumé historique de l’enseignement de l’économie politique et de la statistique en France », Extrait du Journal des Économistes (1882), Paris, Guillaumin (1883).

19 Selon Levasseur, il y avait, en 1883, quinze cours d’économie dans les facultés de l’État et cinq dans les facultés libres.

20 Michel Armatte, « L’enseignement de l’Économie à l’École polytechnique », in La Formation polytechnicienne. 1794-1994, Actes du Symposium international de Palaiseau, 10-11 fév. 1993, Belhoste et alii, Paris, Dunod, 1994.

21 Principalement l’ouvrage d’André Thépot (1998).

22 Docimasie ou analyse des minerais métalliques.

23 André Thépot, Les ingénieurs des Mines du xixsiècle. Histoire d’un corps technique d’État : 1810-1914, Eska, 1998.

24 Voir Michel Cointepas (2008) et l’article d’Isabelle Lespinet-Moret.

25 Voir le chapitre X de l’anthologie publiée aux éditions des Mines par Antoine Savoye et Frédéric Audren, Naissance de l’ingénieur social, Presses de l’École des mines, 2008.

26 Voir Alain Desrosières, 2008a, ibid.

27 Savoye et Audren, 2008, ibid.

28 Amy Dahan, Dominique Pestre (dir.), Les Sciences dans et pour la Guerre, EHESS, Paris, 2004.

29 Commission générale d’organisation scientifique du travail.

30 Voir la biographie du polytechnicien Coutrot par Olivier Dard, Jean Coutrot, de l’ingénieur au prophète, Presses universitaires franc-comtoises, 1999.

31 Recherche opérationnelle.

32 Voir notre notice dans le Dictionnaire des professeurs du CNAM, reproduite dans Michel Armatte, « François Divisia (1889-1964) », in Les professeurs du Conservatoire National des Arts et Métiers. Dictionnaire biographique 1794-1955, C. Fontanon et A. Grelon (dir.), t. I, Paris, INRP/CNAM, 1994, p. 424-440.

33 Jacques Dumontier succédera à Divisia à Polytechnique (1959-1973) et développera le laboratoire d’économétrie et le Centre de recherche en économie appliquée (CREA).

34 Société d’économie et de mathématique appliquée.

35 Cet horaire gonflera par la suite : Allais donnera 28 conférences de 1 h 30 aux élèves titulaires et 40 conférences de 2 heures aux ingénieurs élèves.

36 Termes de la lettre de mission de Jacques Chirac.

Table des illustrations

Titre Michel Chevalier
Crédits © Bibliothèque MINES ParisTech
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tombe de Jean Reynaud au Père Lachaise
Crédits Collection particulière © D.R.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Le Play en 1837 (gravure de Raffet)
Légende Extrait du livre d’Anatole prince Demidoff : Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée, par la Hongrie, la Valachie et la Moldavie, exécuté en 1837, sous la direction de M. Anatole de Demidoff, par MM. Sainson, Le Play, Huot, Raffet, Rousseau, de Nordmann et du Ponceau. Paris, Ernest Bourdin, 1840-1842.
Crédits © Mines ParisTech
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Arthur Fontaine
Crédits © Bibliothèque du Bureau international du travail (BIT)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Émile Cheysson
Crédits © Bibliothèque MINES ParisTech
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Maurice Bellom
Crédits © Bibliothèque MINES ParisTech
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Robert Gibrat
Crédits © Bibliothèque MINES ParisTech
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre François Divisia
Crédits © Bibliothèque MINES ParisTech
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1357/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Maurice Allais en 1943
Crédits © Bibliothèque MINES ParisTech
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1357/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Michel Armatte est ingénieur Ensam 1967. Après un DEA de statistique en 1968, il est maître de conférences à l’université Paris-Dauphine et soutient une thèse d’économie à l’EHESS en 1995 sur l’histoire du modèle linéaire en statistique et économétrie. Il est directeur de l’UFR Économie appliquée de 1995 à 2000 et chef de projet Enseignement numérique (CANEGE et AUNEGE). Retraité depuis 2009, il est chercheur associé au Centre Alexandre-Koyré depuis 2000.
Publications récentes : « Crise financière : modèles du risque et risque de modèle », Mouvement, 2009, www.mouvements.info/crise-financiere-modeles-du-risque.htm ; « Climate Change Scenarios and the economic crisis », in Changing Climate, Changing Economy, 2009, Jean Philippe Touffut (éd.), Edward Elgar, The Cournot Centre for Economic Studies Serie ; La Science économique comme ingénierie. Quantification et Modélisation, 2010, Paris, Presse des Mines ; « L’observation est-elle un témoignage », colloque de Besançon, septembre 2010, Journal électronique d’histoire des probabilités et de la statistique, 2011, vol. 7/n° 2, www.jehps.net ; « L’économiste dans la cité : ingénierie et expertise », Nouvelles Perspectives en sciences sociales, 2011, vol. 6, n° 2, p. 97-131.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search