Version classiqueVersion mobile

Gouverner les territoires

 | 
Giuseppe Bettoni

Gouverner les territoires : l’approche géopolitique

Philippe Subra

Texte intégral

Introduction

1Si le terme de « gouvernance » ne fait pas partie du vocabulaire de la géopolitique, les questions qu’il recouvre – celles du gouvernement des territoires abordés à la fois comme réalités géographiques, comme sociétés et comme systèmes d’acteurs –, occupent incontestablement une place centrale parmi les objets de l’analyse géopolitique.

2C’est évidemment le cas lorsqu’il s’agit de relations internationales ou entre États (géopolitique externe), mais aussi lorsqu’il s’agit de rivalités et de territoires infranationaux ainsi que des enjeux d’aménagement du territoire (géopolitique interne ou géopolitique locale).

3Ce texte cherche à faire le point sur les apports spécifiques de la démarche géopolitique pour comprendre la question de la gouvernance territoriale, et s’appuiera sur l’exemple du dossier du Grand Paris et de sa gestion par les différents acteurs, notamment l’État et les élus locaux.

Les concepts de la géopolitique et la question de la gouvernance.

4La démarche géopolitique se caractérise par deux originalités :
– la place centrale qu’y occupe le territoire ;
– et l’importance accordée aux rivalités de pouvoir entre acteurs.

  • 1 Y. Lacoste, Dictionnaire de Géopolitique, Flammarion, 1993.

5Elle se définit en effet comme une démarche d’analyse des rivalités de pouvoir entre des acteurs pour le contrôle de territoires1.

6En cela elle se distingue à la fois de l’approche géographique classique, très réticente à aborder la question du pouvoir, perçue comme une question non scientifique, du droit, qui s’intéresse principalement au fonctionnement des dispositifs juridiques aussi bien internationaux (droit international) qu’internes (décentralisation, fonctionnement de l’État) et de la sociologie ou de la science politique, qui appréhendent très difficilement la dimension territoriale des conflits entre acteurs. Comme le montre par exemple l’absence de cartes dans la plupart des travaux de recherche relevant de ces deux dernières disciplines. Il s’agit en somme d’échapper à la fois aux territoires sans conflits de nombreux géographes et aux conflits sans territoires de nombreux sociologues ou politistes.

7On retrouve cette double spécificité (le territoire, les rivalités) dans les travaux de géopolitique externe, portant principalement sur les relations entre États, mais aussi dans ceux qui portent sur les questions de géopolitique interne, qu’il s’agisse des questions d’aménagement, des questions d’organisation territoriale et de gouvernance ou de géographie électorale et politique.

  • 2 Voir en particulier B. Loyer, Géopolitique du pays basque, L’Harmattan, 2006 ; Géopolitique de l’Es (...)
  • 3 B. Giblin, Géopolitique des régions françaises (Introduction), Fayard, 1986 ; Le Nord-Pas-de-Calais (...)
  • 4 B. Giblin, Dictionnaire des banlieues, Larousse, 2009.
  • 5 P. Subra, Géopolitique de l’Aménagement du Territoire, Armand Colin, 2007 ; Le Grand Paris, Armand (...)

8L’une des particularités de l’équipe de chercheurs de l’Institut français de géopolitique, après avoir construit la géopolitique comme discipline universitaire en France avec notamment le rôle de la revue Hérodote, fondée en 1976, est d’avoir cherché à appliquer les concepts de la géopolitique à des questions internes : les nationalismes régionaux en Europe2, la décentralisation et l’émergence de l’acteur régional3, l’intercommunalité, la crise des banlieues4 et les politiques d’aménagement5.

9Cette application des concepts de la géopolitique – territoire, stratégie, rivalités de pouvoir, rapports de forces, représentations, etc. – à des questions internes, notamment de gouvernance, et à des projets, des politiques, ou des conflits d’aménagement, implique cependant un certain nombre d’adaptations, car les situations analysées sont sur certains points très différentes de celles analysées en géopolitique externe. Leur degré de violence est d’abord bien moindre – ce dont on ne peut que se féliciter –, elles se situent dans des démocraties et des États de droit, donc dans un cadre juridique très présent (ce qui n’est pas le cas de nombreux conflits géopolitiques externes), mais surtout les acteurs sont bien plus divers, leurs logiques aussi, et les États en particulier y jouent un rôle assez différent.

I. Le concept de territoire, sa place dans les analyses de géopolitique interne et dans la compréhension des rivalités de pouvoir

10Dans l’approche géopolitique, le territoire est d’abord l’enjeu du conflit ou des rivalités entre acteurs : c’est le contrôle ou l’appropriation du territoire qui est la finalité du conflit et l’objectif des acteurs.

11Cependant, la forme et le contenu de ce contrôle diffèrent fortement, quand il s’agit de conflits d’aménagement, de ce qu’ils sont dans des conflits géopolitiques classiques : ce n’est pas la souveraineté juridique et le contrôle militaire qui sont recherchés, mais l’usage du territoire. C’est l’usage qui définit le contrôle et le contrôle qui permet l’usage. Le conflit naissant de la coexistence de plusieurs projets d’appropriation, partiellement ou totalement contradictoires, entre des acteurs différents, sur le même territoire.

  • 6 Not in my back yard, pas « dans mon jardin ».

12Cet usage varie considérablement d’un acteur à l’autre en fonction de sa logique : il peut être résidentiel et patrimonial (dans le sens financier du terme), dans le cas des riverains (conflits nimby6), économique, dans le cas des entreprises, politique, symbolique et patrimonial (dans le sens collectif du terme), dans le cas des militants écologistes, politique et institutionnel dans le cas des élus et des forces politiques ou des -institutions politiques, etc.

13Le territoire intervient ensuite comme contexte du conflit : il n’y a pas de conflit hors-sol ou offshore, déconnecté d’une réalité territoriale ; celle-ci, dans sa complexité, joue un rôle essentiel pour comprendre pourquoi tel projet d’aménagement déclenchera un conflit violent à tel endroit, alors qu’ailleurs le même projet d’équipement ne suscitera qu’une opposition beaucoup plus faible.

14Le conflit d’aménagement naît en effet de la rencontre d’un projet précis et d’un territoire précis ; son intensité dépend donc pour une large part des caractéristiques du territoire :
– des enjeux qui sont perçus comme essentiels par les acteurs : déclin démographique ou économique, ou au contraire émergence de nouvelles activités (tourisme vert, agriculture de terroir) dont le développement apparaît en contradiction avec le projet d’aménagement ;
– de son histoire conflictuelle (c’est-à-dire l’existence de conflits passés qui ont laissé en place une culture du conflit, des acteurs -disponibles pour un nouveau conflit, etc.) ;
– de l’état des relations et des rapports de forces entre acteurs. Un projet d’aménagement pourra être instrumentalisé par un conflit local qui lui préexiste.

15Le territoire est donc en lui-même un facteur de conflit et il existe des territoires potentiellement plus conflictuels que d’autres (par exemple certaines zones rurales ou périurbaines en raison de la présence de nombreuses résidences secondaires et/ou de néoruraux). Seule une analyse à la fois géographique, historique et géopolitique du territoire concerné permet d’évaluer les facteurs de conflit et de les localiser en les comparant au tracé ou à l’emplacement prévu pour la nouvelle infrastructure, ou à certaines des options de localisation envisagées pour celle-ci.

16Pour cette raison, les maîtres d’ouvrage ont de plus en plus recours à des « études de contexte » avant le lancement d’un projet, pour évaluer ce qu’on pourrait appeler le « risque territoire ».

17Le territoire intervient enfin comme un élément de la stratégie des acteurs en tant que « territoire de référence », utilisé par l’acteur pour définir ses objectifs et les moyens dont il se dote pour les atteindre, autrement dit sa stratégie. Ce territoire de référence peut être unique ou multiple, il est d’échelle variable selon les acteurs et il dépend de la logique de l’acteur : ce sera le territoire des nuisances supposées dans le cas d’un riverain ou le paysage auquel il est attaché, le territoire nécessaire à son activité économique, pour une entreprise, un écosystème particulier pour un militant écologiste, un territoire politique (circonscription électorale, commune, intercommunalité, départements, région) pour un acteur politique. Certains acteurs (élus, entreprises, écologistes) combinant éventuellement plusieurs territoires de référence d’échelles différentes.

II. La production des rapports de forces : le rôle des représentations

18La victoire dans un conflit d’aménagement, qu’elle soit complète ou partielle et prenne la forme d’un compromis favorable, est le résultat des rapports de forces que le conflit a contribué à faire apparaître ou qu’il a confortés au sein du système d’acteurs.

19La construction de ces rapports de forces se fait par différents moyens, souterrains et peu visibles (réseaux) ou publics et plus ou moins médiatisés, certains empruntés à l’expérience des combats syndicaux ou politiques, d’autres plus innovantes : manifestations, utilisation des médias (tribunes dans la presse, publicités payantes, articles favorables, sites Internet), production de rapports techniques et contre-expertises, participation à des procédures de concertation (enquêtes publiques, débat public en France), recours juridiques devant les tribunaux -administratifs, le Conseil d’État, la Cour européenne de justice.

20Dans ces différents cas, les représentations jouent un rôle particulièrement décisif, car elles sont un moyen presque incontournable pour influencer l’opinion publique et, à travers elle, les vrais décideurs. C’est là un autre point commun avec la géopolitique externe.

21Comme en géopolitique externe, ces représentations appartiennent à deux grandes catégories, ou plus exactement empruntent à deux grandes figures :
– elles sont pour partie des représentations conscientes, construites, explicites, qui ont une fonction d’outils de communication ou de propagande, légitimant telle ou telle revendication, tel ou tel point de vue, donc au service de la stratégie, des objectifs, des intérêts de tel ou tel acteur ;
– elles sont pour partie inconscientes, héritées, implicites, perçues comme étant l’évidence ou la vérité elle-même, et servent de cadres à la perception du problème et des enjeux par les acteurs. On peut dire qu’une représentation construite est un succès lorsqu’elle a acquis ce statut de vérité, d’évidence pour une partie des acteurs et pour l’opinion publique.

  • 7 P. Subra, Le Temps d’une conversion, Le Valenciennois, PUV, 1996.

22Mais il arrive qu’une représentation limite la capacité de production stratégique donc d’action d’un acteur, car celui-ci l’a si bien intégrée qu’il est incapable de penser en dehors du prisme qu’implique cette représentation. Ainsi les élus communistes du Valenciennois dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais ont-ils longtemps été incapables de penser une stratégie efficace de reconversion, car leurs représentations ne leur offraient qu’une seule stratégie acceptable, la défense pied à pied de l’industrie lourde, pratiquement sans alternative7.

23Dans tous les cas, imposer ses représentations est un passage obligé pour l’emporter. Les slogans et les modalités les plus prosaïques du combat doivent donc être conçus à la fois pour assurer la meilleure médiatisation possible et l’emporter sur le front des représentations.

24Ces représentations sont extrêmement diverses. Elles peuvent porter sur le territoire concerné en lui conférant une valeur emblématique qui le valorise considérablement et permet de mobiliser sur un très large territoire (la Vallée d’Aspe « dernière vallée sauvage des Pyrénées » lors du conflit sur le tunnel du Somport, la Loire « dernier fleuve sauvage d’Europe ») et/ou sur ce qu’il doit être, sur ce que devrait être le bon aménagement pour ce territoire. Ou sur la lecture qu’il convient d’avoir du territoire régional, national ou européen (la « banane bleue », « l’arc atlantique » ou « méditerranéen »).

25Elles peuvent être aussi plus générales. Dans les conflits géopolitiques externes, Lacoste a montré le rôle que jouait l’idée de nation comme représentation fondamentale au service de projets géopolitiques. Dans les conflits de géopolitique interne, notamment ceux qui portent sur des politiques ou des projets d’aménagement, c’est l’idée d’intérêt général qui joue largement ce rôle de représentation mère. L’intérêt général est en effet un concept clé des processus d’aménagement, car il légitime les atteintes au droit de propriété et permet juridiquement l’expropriation, après qu’a été prise la DUP (déclaration d’utilité publique). C’est principalement le consensus sur le contenu de l’intérêt général (à côté d’autres facteurs politiques – comme la légitimité de l’État avant la décentralisation – et sociologiques) qui explique l’absence de conflits majeurs sur les politiques -d’aménagement jusqu’au milieu des années 1970. La crise de l’idée d’intérêt général à partir de cette période, le dissensus qui prévaut depuis sur son contenu, sont exactement contemporains de la multiplication des conflits sur tous les types d’aménagements ou presque et quelle que soit leur taille, et lui sont étroitement liés.

26Il n’est pas étonnant dans ces conditions que les acteurs des conflits d’aménagement, partisans du développement économique ou défenseurs de l’environnement, cherchent tous à faire prévaloir leur propre conception de l’intérêt général pour légitimer leurs projets ou leurs positions, et que l’issue des conflits se joue très largement sur cette question : le projet d’aménagement en question relève-t-il de l’intérêt général ?

III. L’exemple du Grand Paris, une question d’aménagement et de gouvernance étroitement corrélée aux enjeux de géopolitique interne

27La question du Grand Paris – qui vient d’occuper une place importante dans le débat public sur l’organisation des territoires en France au cours des trois dernières années –, fournit une démonstration assez exemplaire de l’intérêt qu’il y a à analyser la question de la -gouvernance avec les outils de la géopolitique.

28Rappelons les faits : en juin 2007 Nicolas Sarkozy, président de la République, inaugurant un nouveau terminal d’Air France à Roissy, se prononce pour une relance volontariste de l’aménagement de l’agglomération parisienne et pointe l’anomalie que constitue l’absence d’une communauté urbaine de Paris, alors que toutes les grandes villes de province sont dotées de ce type d’institution intercommunale.

29Trois ans plus tard, la relance de l’aménagement est au rendez-vous, du moins au niveau des intentions, mais la communauté urbaine a disparu et c’est notamment sur cette disparition que je voudrais m’interroger.

30Depuis juin 2007 le dossier du Grand Paris a été au centre de violentes polémiques entre les élus régionaux, de droite et de gauche et entre ces derniers et le gouvernement, en particulier le secrétaire d’État au Développement de la région capitale, nommé par Nicolas Sarkozy en mars 2008, Christian Blanc.

31Ces débats portent sur trois points principaux :
– le contenu de la stratégie de développement adoptée par l’équipe de Christian Blanc (et présentée en avril 2009 par le président lui-même) qui est basée sur la construction d’un nouveau réseau de transport en commun en banlieue, long de 130 kilomètres, appelé « Double boucle » ou « Grand huit » puis « Réseau du Grand Paris » et sur le -développement de huit secteurs stratégiques spécialisés (clusters) ;
– la « méthode Blanc », c’est-à-dire la manière dont ce projet a été élaboré par Christian Blanc, sans négociation d’ensemble avec les élus et en opposition frontale avec la Région, pourtant en charge de l’aménagement régional, mais dont le projet de Schéma directeur (le SDRIF) est bloqué (le préfet, sur instruction de Christian Blanc, refusant de le -transmettre au Conseil d’État pour avis, ce qui en empêche l’adoption) ;
– enfin le contenu du dispositif institutionnel et d’action, prévu par la loi sur le Grand Paris. Ce texte confie à un nouvel établissement public, la Société du Grand Paris, la mission de réaliser le nouveau réseau de transport en commun et l’aménagement du territoire entourant ses 40 gares. Les élus n’occupant que des strapontins dans le conseil de surveillance de la nouvelle structure.

32Les deux derniers points (élaboration, puis mise en œuvre d’un projet d’aménagement territorial sur 30 ans) relevant à l’évidence de la question de la gouvernance.

33L’évolution du dossier du Grand Paris et l’issue qu’il a (provisoirement) trouvée en termes de gouvernance (pas de communauté urbaine, un établissement public totalement contrôlé par l’État, la Société du Grand Paris, la marginalisation des élus) s’expliquent à la fois par des raisons de fond, des facteurs géopolitiques durables, de moyen et de court terme, et par des facteurs eux aussi géopolitiques, mais à plus court terme, qui renvoient à la conduite du dossier par les différents acteurs, dans sa dimension tactique, pendant la séquence 2007-2010.

Les facteurs de long et moyen terme :

34a. Le poids de la métropole parisienne (plus de 20 % de la population et plus de 30 % du PIB) qui en fait un enjeu capital pour l’État ;

35b. L’histoire spécifique de la France comme État centralisé avec un État doté encore aujourd’hui d’une forte légitimité.

36Ces deux points ont abouti à une tradition d’intervention et même de contrôle de la part de l’État sur la politique d’aménagement de l’Île-de-France (Haussmann, Delouvrier).

37c. La force des rivalités entre forces politiques :
– entre la Gauche et la Droite pour le contrôle de l’institution régionale, de la Ville de Paris et de certains départements ou communes susceptibles de basculer à la faveur d’une élection ;
– entre le PC, le PS et les Verts avec pour enjeu le contrôle de la banlieue rouge, en constant repli depuis une trentaine d’années et qui représente pour le PC un enjeu vital ;
– entre le PS et les Verts pour le contrôle de la représentation politique des classes moyennes.

Les facteurs de court terme :

38a. Dans l’affaire du Grand Paris les objectifs poursuivis par Nicolas Sarkozy n’étaient pas seulement ceux affichés : booster la croissance de l’Île-de-France, renforcer l’attractivité de la capitale et sa -compétitivité dans la concurrence entre villes mondiales. La dimension proprement politique occupait une place essentielle : affaiblir durablement la gauche régionale en la privant de plusieurs de ses fiefs (la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, qui auraient disparu avec la création d’une communauté urbaine) ou en affaiblissant considérablement la Région, réduite à gérer la grande couronne ou, pire, les seules franges périurbaines et rurales de l’Île-de-France.

39b. Tout au long de cette courte séquence historique, Nicolas Sarkozy a fait preuve de remarquables capacités tactiques :
– il a réussi à constamment garder l’initiative, prenant par surprise ses adversaires, mais aussi ses principaux soutiens parmi les élus régionaux de droite, les obligeant à se positionner, défensivement, par rapport à lui, réussissant dans une certaine mesure à les diviser, avec à chaque fois un coup d’avance (annonce du concours international d’architectes en septembre 2007, nomination de Christian Blanc en mars 2008, présentation du projet et des résultats du concours en avril 2009), tout en tenant des discours fédérateurs, de nature à désarmer les critiques ;
– mais il a su également prendre acte avec beaucoup de réalisme de l’évolution des rapports de forces : ainsi, en mars 2008 l’échec de la droite aux élections municipales et cantonales le conduit à abandonner le projet de communauté urbaine, car celle-ci, compte tenu des résultats électoraux, ne pouvait qu’être contrôlée par la gauche ; il nomme un secrétaire d’État, connu pour sa force de caractère et son expérience des situations conflictuelles (commissaire de la République à Nouméa en 1988, patron de la RATP et d’Air France), le dote d’une administration légère et efficace, dirigée par un expert reconnu (Pierre Veltz), et lui fixe une feuille de route simple : élaborer le projet urbain, en renvoyant à plus tard (2009-2010) la question de la gouvernance.

40c. La conduite du dossier par Christian Blanc (ce qu’on pourrait appeler la gouvernance du projet) a été porteuse de gains stratégiques et tactiques :
– il a imposé un rythme rapide que ses adversaires dénoncent mais ne parviennent pas à gêner : élaboration du projet en une année, élaboration du projet de loi en 6 mois, adoption par le Parlement en 6 mois (une seule lecture par assemblée) ;
– il a divisé ses adversaires, provocant Jean-Paul Huchon tout en ménageant Bertrand Delanoë, recevant les élus en tête-à-tête, refusant de s’exprimer, sauf exception, devant des aréopages d’élus ;
– son projet, par sa simplicité même, a séduit de nombreux élus et intéresse l’opinion publique ;
– même ses provocations et sa posture cassante ont produit des bénéfices : elles ont contribué à radicaliser les réactions de certains (Huchon), donc à diviser le camp de l’opposition ; en polarisant sur sa personne les critiques les plus virulentes, il a protégé Nicolas Sarkozy, qui peut endosser les habits du rassembleur et du consensuel.

41d. De leur côté, les autres acteurs se sont positionnés en fonction d’objectifs géopolitiques, à savoir préserver ou accroître leurs positions de pouvoir sur leurs territoires respectifs :
– les grands barons de la droite, bien que contraints de soutenir publiquement le président de la République, n’ont en réalité rien fait pour faire avancer le projet de communauté urbaine, soit parce qu’ils visaient la présidence de la Région et n’avaient donc aucun intérêt à l’affaiblir (Roger Karoutchi et Valérie Pécresse), soit parce qu’une communauté urbaine aurait absorbé la collectivité territoriale dont ils venaient à peine de prendre la présidence (Patrick Devedjian et les Hauts-de-Seine) ;
– le socialiste Jean-Paul Huchon, président du conseil régional, ses principaux lieutenants et les Verts (pour lesquels la Région est l’institution la plus favorable, car la seule à leur offrir une forte représentation grâce au mode de scrutin proportionnel) ont adopté dès le départ une position d’opposition frontale face au projet de communauté urbaine, puis aux projets de Christian Blanc, pour défendre à travers la Région leur existence politique ;
– les élus communistes ont agi poussés par une double nécessité : négocier pour obtenir pour leurs territoires le plus de retombées positives possibles dans le cadre du projet d’aménagement en cours d’élaboration (des gares sur le nouveau réseau de transport, faire partie d’un des 8 pôles stratégiques) et en même temps conserver le contrôle de l’aménagement du territoire de leurs communes, clé de la sociologie, donc de l’électorat, ce qui en fait des opposants résolus à une -communauté urbaine qui hériterait de la compétence aménagement.

42e. Seul Bertrand Delanoë, s’appuyant sur un de ses adjoints communistes, Pierre Mansat, a réussi à construire une réponse à peu près efficace, même si elle se révèle très ambiguë et limitée dans ses perspectives : Paris-Métropole, simple syndicat d’études, ne regroupe qu’une partie des élus de l’agglomération et a choisi un mode de gouvernance très consensuel (présidence tournante d’un an).

43Mes deux dernières remarques portent sur les représentations et sur le dispositif de gouvernance prévu par la loi sur le Grand Paris en cours d’adoption :

44Le projet de Grand Paris de Nicolas Sarkozy et de Christian Blanc n’est pas compréhensible si on ne prend pas en compte la double matrice idéologique dont il est issu et qui est à la fois :
– libérale et entrepreneuriale, car elle fait de la croissance économique la clé de la résolution de l’ensemble des problèmes de la métropole : la crise du logement (300 000 inscrits sur les listes d’attente des organismes HLM) serait résolue par la croissance, qui en distribuant du pouvoir d’achat, solvabiliserait les ménages et leur permettrait d’accéder au marché privé, tout en stimulant l’offre sur ce marché privé ;
– étatiste, avec des références appuyées à l’expérience (au modèle ?) que constituerait le district des années 1960 dirigé par Paul Delouvrier, l’action du baron Haussmann et surtout avec des pratiques autoritaires qui nient la décentralisation des années 1982-1983 et les transferts de pouvoir de l’État vers la Région concédés (tardivement) dans les années 2000 (élaboration du SDRIF, présidence du STIF, le Syndicat des Transports d’Île-de-France).

45La question du pouvoir et du contrôle du territoire est donc présente du début à la fin (provisoire) de ce dossier, dans le comportement des différents acteurs, dans les motivations, comme dans les résultats, comme un élément clé de la compréhension du dossier du Grand Paris. Le compromis sur les projets de transport en commun (protocole d’accord entre l’État et la Région, signé en janvier 2011), qui fusionne le Réseau du Grand Paris et le projet Arc express, défendu par le Conseil régional, est lui-même le résultat des rapports de forces géopolitiques construits par les acteurs au cours de ce conflit.

Bibliographie

Giblin, B., Géopolitique des régions françaises (Introduction), Fayard, 1986.

Giblin, B., Le Nord-Pas-de-Calais. La Région, territoires politiques, Fayard, 1990.

Giblin, B., Nouvelle Géopolitique des régions françaises (Introduction générale), Fayard, 2005.

Giblin, B., Dictionnaire des banlieues, Larousse, 2009.

Lacoste, Y., Dictionnaire de Géopolitique, Flammarion, 1993.

Loyer, B., Géopolitique du pays basque, L’Harmattan, 1997.

Loyer, B., Géopolitique de l’Espagne, Armand Colin, 2006.

Subra, P., Le Temps d’une conversion, Le Valenciennois, PUV, 1996.

Subra, P., Géopolitique de l’Aménagement du Territoire, Armand Colin, 2007.

Subra, P., « L’aménagement, une question géopolitique ! », Géographie, guerres et conflits, in Hérodote n° 130, La Découverte, 2008.

Subra, P., Le Grand Paris, Armand Colin, 2009.

Subra, P., « Le Grand Paris, stratégies urbaines et rivalités politiques », France, enjeux territoriaux, Hérodote n° 135, La Découverte, 2009.

Notes

1 Y. Lacoste, Dictionnaire de Géopolitique, Flammarion, 1993.

2 Voir en particulier B. Loyer, Géopolitique du pays basque, L’Harmattan, 2006 ; Géopolitique de l’Espagne, Armand Colin, 1997.

3 B. Giblin, Géopolitique des régions françaises (Introduction), Fayard, 1986 ; Le Nord-Pas-de-Calais. La Région, territoires politiques, Fayard, 1990 ; Nouvelle Géopolitique des régions françaises (Introduction générale), Fayard, 2005.

4 B. Giblin, Dictionnaire des banlieues, Larousse, 2009.

5 P. Subra, Géopolitique de l’Aménagement du Territoire, Armand Colin, 2007 ; Le Grand Paris, Armand Colin, 2009.

6 Not in my back yard, pas « dans mon jardin ».

7 P. Subra, Le Temps d’une conversion, Le Valenciennois, PUV, 1996.

Auteur

Philippe Subra est professeur à l’Institut français de Géopolitique de l’Université Paris 8 Saint-Denis, responsable du master professionnel « Géopolitique locale : Aménagement, Gestion et Enjeux de Territoires ». Il est l’auteur d’une trentaine de publications sur les problèmes d’aménagement du territoire et d’aménagement urbain, dans une approche géopolitique, et sur la géopolitique interne de la France dont Vingt-cinq questions sur le Grand Paris (2009) ; Géopolitique de l’aménagement du territoire (2007).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search