Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Existe-t-il un « esprit Mines » ?

Anne-Françoise Garçon

Texte intégral

  • 1 François Olivier-Martin, L’organisation corporative de la France d’Ancien Régime, Paris, Sirey, 193 (...)
  • 2 Anne-Françoise Garçon, Les métaux non ferreux en France aux xviiie et xixsiècles (ruptures, bloca (...)
  • 3 Mary Douglas, How Institutions Think. Syracuse, NY, Syracuse University Press, 1986. Voir, égalemen (...)

1L’expression « corps des Mines » est-elle appelée, si ce n’est à disparaître, du moins à trouver place dans les étagères de l’Histoire ? Parlera-t-on bientôt, en lieu et place, du « corps de l’industrie, de l’énergie et des technologies » ? Rappeler le sens premier du terme « corps », droit venu des pratiques juridiques de l’Ancien Régime, n’est pas nécessairement esquiver la question. « Faire corps », dans les temps d’avant la Révolution française, indiquait le droit pour un collectif de se réunir de son propre chef sans avoir à obtenir d’autorisation royale, et d’ester en justice. C’était un privilège généralement attribué aux « corps de ville » et aux communautés de métiers, l’ancêtre pour tout dire, de notre « personne morale1 ». Officiellement né dans le cours de la Révolution, après une gestation mouvementée, une sorte de demi-vie dans les limbes de l’administration industrielle qui dura un demi-siècle, des années 1740 aux années 1790, le jeune corps des Mines pouvait à juste titre user d’une expression qui gardait sa force sociale, politique et technique, à défaut d’être encore un signifiant juridique. Car les « Mines », lieu par excellence de la grande industrie dans un monde préindustriel, en plus d’être un outil de production indispensable à la jeune République, présentaient cette caractéristique d’être un objet clos en même temps que doté d’une technicité dont les ingénieurs, en France, possédaient la maîtrise plus que les entrepreneurs et/ou concessionnaires2. L’être historique et social de l’institution est largement contenu dans cette triple prédestination du droit régalien sur le sous-sol, de la primauté technique de l’ingénieur des Mines sur l’entrepreneur minier et d’une technicité à caractère industriel marqué. Mais qu’en est-il, en regard, de l’esprit ? Pour paraphraser le titre de l’excellent ouvrage de Mary Douglas3, cette institution, ce Corps, a-t-il une âme et comment pense-t-il ?

  • 4 André Thépot. Les ingénieurs des mines du xixe siècle : histoire d’un corps technique d’État, 1810- (...)

2Parler d’un « esprit Mines », c’est rechercher, indépendamment de l’homogénéité propre à tout groupe professionnel, institué ou non, la trace d’un esprit susceptible de le différencier des autres groupes professionnels, ce qui renvoie bien évidemment aux autres grands corps techniques d’État. Tel est le sens de cette interrogation. Mais avant de jeter quelques pistes de réflexions, je tiens à remercier les organisateurs pour avoir initié ce colloque. Je remercie Pierre Couveinhes pour sa disponibilité et mes collègues du comité scientifique pour les discussions passionnantes que nous avons eues ; merci enfin à tous les intervenants d’avoir accepté non seulement de participer, mais également de s’être inscrits dans les grandes thématiques que nous avons constituées à l’occasion et qui, somme toute, semblent bien couvrir ce qu’a été le champ de compétence du corps des Mines pendant deux siècles. Et je placerai en exergue de cette présentation scientifique, qui sera brève, ce propos de Christian Stoffaës alors qu’il présentait le programme « Histoire du corps des Mines », en ouverture de l’ouvrage de notre regretté collègue André Thépot : « Le monde bouge, l’histoire donne le sens4 ». On ne saurait mieux dire.

  • 5 Louis Aguillon, « Notice historique de l’École des mines de Paris », Annales des mines, 1889, p. 43 (...)

3Nous nous trouvons, en effet, à un moment charnière avec quelque chose qui se termine, l’histoire du corps des Mines, stricto sensu, et quelque chose qui commence, l’histoire d’une hybridation entre « Mines » et « Télécoms ». Cette hybridation correspond à l’histoire de l’institution « Mines », marquée depuis toujours par l’adaptation au plus près de la réalité productive et industrielle du pays. À condition toutefois de bien comprendre ce qu’on entend par « histoire ». Comme tout groupe institué, le corps des Mines a son histoire mythique qui reflète, pour une part, la manière dont le corps se pense et, pour une part, constitue son histoire institutionnelle. Cette histoire mythique, telle que nous la connaissons, s’est élaborée à la fin du xixsiècle, autour de trois points de cristallisation : la double crise économique et technique des années 1890-1910, qui a obligé à repenser le rôle et la place de l’ingénieur dans l’organisation productive ; le scientisme industriel, bien représenté par H. Le Chatelier, qui a débouché sur la taylorisation et le planisme au xxsiècle ; enfin, les officialités du centenaire de la Révolution, qui se sont traduites par l’écriture par L. Aguillon, d’une histoire officielle du corps5, élaborée à partir de celle de l’École des mines de Paris. Cette histoire mythique, vous la connaissez ; c’est celle d’un corps qui se pense à peu près unique au monde, porteur par excellence et par définition du positivisme et du progrès. Un corps fier d’être né au siècle des Lumières, saint-simonien en diable, soudé par l’idéal commun du progrès par la technique et l’industrie. Aussi, pour la vision un peu plus en demi-teinte – et là, nous sommes dans le reflet renvoyé par la société –, un corps jugé technocratique dans son essence, dirigiste pareillement, dont l’habitus est coextensif au colbertisme à la française et au dirigisme d’État, dont il est le bras armé technique. Voilà globalement l’histoire mythique du corps en positif ou en négatif, assumée ou non d’ailleurs par le corps lui-même. Précisons, pour bien apprécier cette réalité, une nouvelle fois en référence aux travaux de Mary Douglas, qu’il est naturel qu’il en aille ainsi. Tout groupe professionnel a ses mythes ; cela relève de l’anthropologie des institutions, et aussi, nécessairement, de l’Histoire puisque ces représentations mythifiées influent sur l’évolution des nations, en tant qu’actants, incitateurs masqués, plus que comme acteurs déclarés.

  • 6 Pour en juger, dans le moment critique des années trente, Olivier Dard, « Du privé au public. Des t (...)

4En regard, l’histoire réelle du corps, c’est-à-dire l’histoire révélée par les archives qui donnent à voir l’institution au travail : archives du Conseil général des Mines, bien sûr, archives administratives aussi, où se trouvent les fiches individuelles de carrière de chacun des ingénieurs ; par les écrits des ingénieurs enfin, journaux de voyage, mémoires, publications – au premier chef, les Annales des mines –, les réalisations pratiques, cours, direction d’École, expertises, direction d’entreprise, etc. Cette histoire réelle est beaucoup moins rigide et beaucoup moins monolithique que l’histoire mythique, ce qui ne doit pas surprendre, puisque le dynamisme et la capacité de renouvellement et d’adaptation ont été les deux grandes constantes de l’institution, et que dynamisme et position monolithique sont antinomiques. L’évolution, l’adaptation requiert par définition des tensions, des chocs, des remises en question. D’où il résulte que le premier monolithisme auquel il faut faire un sort, dans cette histoire générale, c’est celui de l’État. L’historiographie, tout particulièrement l’historiographie anglo-saxonne ou cette sorte d’historiographie « sauvage » que les économistes créent à partir de ce qu’ils savent des grands historiques nationaux, invoque aisément, comme explication de tel ou tel comportement ou évolution, « le colbertisme à la française », lequel serait la caractéristique première d’un État également « à la française ». Or, qu’est-ce que l’État ? Une institution qui n’a cessé d’évoluer et dont on ne peut dire, historiquement, qu’elle a vu sa structure et son idéologie irrémédiablement scellées entre 1665 et 16836. Peut-on apprécier de la même manière la monarchie absolue, la monarchie censitaire, le Second Empire et chacune des Républiques qui ont suivi ? Il n’est ni souhaitable ni possible d’adhérer aussi grossièrement à l’explication étatique de « l’esprit Mines ».

  • 7 Faut-il rappeler, à ce sujet, l’excellente analyse de Philippe Minard, La fortune du colbertisme : (...)
  • 8 Anne-Françoise Garçon, Entre l’État et l’usine : l’École des mines de Saint-Étienne au xixe siècle, (...)

5Pire encore, à supposer que l’on veuille absolument s’en tenir à l’explication « colbertiste », il se trouve que dans le premier temps de l’histoire qui nous occupe, au xixsiècle, l’État, en France, a été profondément libéral, y compris dans sa version la plus autoritaire. C’est-à-dire que si « colbertisme à la française » il y eut7, il n’est pas possible d’en faire un « mot-clé » ouvrant toutes les portes de l’interprétation historique. Il est obligé de l’interroger et de l’analyser, d’une part, dans cette tension entre dirigisme et libéralisme, d’autre part, dans la compréhension qu’eurent les corps techniques d’État de cette tension. Il ne peut être perdu de vue, en ce sens, que le corps des Mines eut pour mission première le développement de l’industrie, domaine privé par définition, y compris lorsque le droit social émergea comme espace juridique autonome, entre les décennies 1890 et 1920. L’existence du corps des Mines relève du paradoxe, autant sinon plus que de la prédestination politique. À preuve de ce paradoxe, les grands ingénieurs des Mines que j’ai pu rencontrer, dans mon parcours historiographique, étaient à la fois profondément libéraux et des défenseurs actifs de l’industrie, au nom du patriotisme économique8. En d’autres termes, apporter la technique, conjointement à l’État et à l’entreprise, ne se fait pas automatiquement et nécessairement avec le dirigisme pour environnement de pensée, sauf à considérer que toute pédagogie est dirigiste… L’analyse fine de la relation pédagogie technique/encadrement administratif de l’industrie/dirigisme reste à faire, et je pense que c’est ce qui va se dessiner dans ces deux journées.

6Il est, en regard, un autre aspect mythique que j’aimerais également nuancer, cette idée fameuse et toujours évoquée d’un corps symbolisant le « progrès par la science ». Elle est souvent associée à l’idéologie saint-simonienne. À juste titre. Saint-Simon dans les années 1820, préconisait le remplacement du clergé religieux par un clergé laïque, composé des savants, qui aurait constitué le collège des référents majeurs de la civilisation industrielle. Pour autant, la cristallisation en tant qu’idée phare, représentative par excellence de « l’esprit Mines », ne s’est pas effectuée avant la fin du xixsiècle. C’est-à-dire qu’à ce moment, dont nous avons déjà souligné qu’il fut un temps de reconsidération du métier d’ingénieur, elle est devenue franchement idéologie. En regard, que trouve-t-on à l’origine du corps ? Qu’est-ce qui a motivé son existence ? Dans cette fin de xviiisiècle, où la notion de progrès elle-même était en cours de construction, les idées premières, fondatrices, ont été l’utilité et le bien public. Être utile comment ? La réponse constante semble bien avoir été la pédagogie appliquée à l’entreprise industrielle. Le corps d’avant le corps, entre les années 1740 et 1790, et tout particulièrement dans ces années 1780 qui connurent le premier grand « boom » industriel du pays, a cherché avant tout à être utile à l’entrepreneur. Et sa deuxième motivation, et ce autour de quoi il s’est auto-institué « Corps » en 1791, comme André Thépot l’a très bien montré dans son travail, a été l’exigence technique, seule garante à ses yeux de la durabilité de l’entreprise industrielle – nous dirions aujourd’hui de sa « soutenabilité ». L’exigence technique a été l’une des constantes de « l’esprit Mines ».

  • 9 Outre l’ouvrage de Bruno Belhoste, La formation d’une technocratie : l’École polytechnique et ses é (...)
  • 10 André Leroi-Gourhan, L’Homme et la matière, Paris, Albin Michel, 1943, p. 27-28.
  • 11 Rappelons, à ce propos, l’excellente analyse de Michel Callon, « L’État face à l’innovation techniq (...)
  • 12 A contrario : Yannick Barthe, « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et révers (...)
  • 13 Sur le concept et les débats que ce dernier concept a suscités, voir Jean-Paul Gaudillière et Chris (...)

7Cela en fait-il des technocrates par obligation ? Pour qui donne au terme « technocratie » sa définition historiquement la plus douloureuse, à savoir : une manière de gouverner (kratein) qui remplace la politique par la technique, la réponse est négative9. La dérive technocratique est un danger, un danger permanent, effectivement, pour qui place la technique à un très haut niveau dans la capacité de gestion en étant impliqué dans l’administration publique, mais un danger qui doit être traité en tant que tel. S’agit-il pour autant d’une « tendance », au sens où l’entendait A. Leroi-Gourhan, d’un comportement rendu obligé par l’essence et la nature des matériaux et des objets utilisés10 ? La réponse est négative, également. Certes, d’un côté, il y a ce moment, insoutenable, du régime de Vichy, durant lequel la technique devient, pour des gens comme Jean Bichelonne, le mode exclusif de gouvernement, au mépris de l’éthique et de l’humanité des institutions humaines. Nous pourrions évoquer, également, l’autoritarisme technique – technocratique – d’EDF autour de l’énergie électrique en général, nucléaire en particulier11. Mais, de l’autre, il y a, lors du Second Empire, régime hautement autoritaire, le traité Cobden-Chevalier, un grand geste libéral pris en charge par Michel Chevalier, qui était ingénieur des Mines et pour lequel le politique a su gouverner la technique. En d’autres termes, l’autonomie de la technique, qui se manifeste par la manière dont elle infléchit le cours des choses, en induisant des modifications sociales, culturelles ou encore religieuses, ne doit pas se confondre avec la compréhension inadéquate que chacun peut se faire du gouvernement des hommes. Les responsabilités, dans ce cas de figure, incombent à l’éducation, ce qui nécessite une pédagogie appropriée. À condition, en regard, que la détermination des concepts aide à prendre la mesure des risques. L’accent, encore trop souvent mis sur la prétendue « neutralité de la technique » n’aide guère, de ce point de vue, à s’éloigner de l’aporie « technophilie/technophobie12 ». Observons, en définitive, combien peu est fait, dans notre pays, pour développer la conscience du danger chez les futurs ingénieurs et techniciens, en dépit des nécessités nouvelles, et très certainement incontournables, de soutenabilité et de « démocratie technique13 ».

8Mais c’est là divaguer. Chacun, au sortir de cette brève introduction, pourra juger de ce qui relève de « l’esprit Mines ». Personnellement, je le placerai dans l’adaptabilité, la résilience, la capacité à faire lien entre une histoire interne complexe et une histoire, disons, conjoncturelle, dans un environnement contextuel complexe. J’y ajouterai la capacité à gérer les tensions constantes. Tensions, encore, entre l’imposition technique et le libéralisme qui structure l’histoire du corps en son sein et dans ses rapports avec le contexte. Tensions historiques, en début de xixsiècle, entre le désir d’industrie et la nécessité d’administrer, qui l’a emporté dans les années 1830. Tensions entre les différentes familles au sein du corps, au-delà de son homogénéité : ainsi, les industrialistes des années 1860-1880 comprenaient mal les administrateurs, qui, eux-mêmes, n’étaient pas complètement pédagogues. Un Charles Ledoux, avant qu’il ne devienne le directeur de Penarroya, un Auguste Rateau, lorsqu’il était jeune professeur à l’École des mines de Saint-Étienne, n’étaient guère appréciés par leurs supérieurs hiérarchiques à en juger par leurs fiches administratives. Tensions encore, entre les Écoles au xixsiècle, Paris et Saint-Étienne, cette dernière, école d’ingénieurs praticiens, plus proches du terrain que les ingénieurs parisiens… Tensions, au xxsiècle, durant la Seconde Guerre mondiale, entre collaboration et résistance. Tensions croissantes, enfin, entre la dénomination « Mines » et l’évolution technique. En permanence, le corps dut gérer ces tensions qui lui ont donné, à mon avis, en retour, sa capacité à innover dans les domaines d’expertise qui furent les siens durant les deux siècles de son histoire : la conception industrielle et la gestion des ressources.

9Ceci présenté, je ne puis désormais que m’effacer, pour qu’il en soit discuté…

Notes

1 François Olivier-Martin, L’organisation corporative de la France d’Ancien Régime, Paris, Sirey, 1938.

2 Anne-Françoise Garçon, Les métaux non ferreux en France aux xviiie et xixsiècles (ruptures, blocages, évolutions au sein des systèmes techniques), Lille, ANRT, université de Lille-III, 1995.

3 Mary Douglas, How Institutions Think. Syracuse, NY, Syracuse University Press, 1986. Voir, également dans des registres différents, Gilles J. Guglielmi et Claudine Haroche, L’esprit de corps, démocratie et espace public, Paris, PUF, 2005 ; Marie-Christine Kessler, Les grands corps de l’État, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

4 André Thépot. Les ingénieurs des mines du xixe siècle : histoire d’un corps technique d’État, 1810-1914, Paris, Eska, 1998, p. III. Christian Stoffaës intervenait en tant que délégué général de l’Institut d’histoire de l’industrie.

5 Louis Aguillon, « Notice historique de l’École des mines de Paris », Annales des mines, 1889, p. 433-686.

6 Pour en juger, dans le moment critique des années trente, Olivier Dard, « Du privé au public. Des technocrates en quête d’un État rationnel et à la conquête de l’État républicain dans la France des années trente », in Marc Olivier Baruch et Vincent Duclert (dir.), Serviteurs de l’État, Paris, La Découverte, 2000, p. 475-484.

7 Faut-il rappeler, à ce sujet, l’excellente analyse de Philippe Minard, La fortune du colbertisme : État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998 ?

8 Anne-Françoise Garçon, Entre l’État et l’usine : l’École des mines de Saint-Étienne au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

9 Outre l’ouvrage de Bruno Belhoste, La formation d’une technocratie : l’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003, voir, sur le sujet : Jean Meynaud, « Qu’est-ce que la technocratie ? », Revue économique, 11 (1960), p. 497-526 ; André Grelon, « Les ingénieurs, la culture technique et l’éthique : une évolution historique », Quaderns d’Historia de l’Enginyeria, III (1999), p. 55-67 ; Michel Margairaz, « Les politiques économiques sous et de Vichy », Histoire@Politique, Politique, culture, société, n° 9, septembre-décembre 2009.

10 André Leroi-Gourhan, L’Homme et la matière, Paris, Albin Michel, 1943, p. 27-28.

11 Rappelons, à ce propos, l’excellente analyse de Michel Callon, « L’État face à l’innovation technique : le cas du véhicule électrique », Revue française de science politique, 29 (1979), p. 426-447.

12 A contrario : Yannick Barthe, « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires », Tracés, 2009/1 (n° 16), p. 119-137.

13 Sur le concept et les débats que ce dernier concept a suscités, voir Jean-Paul Gaudillière et Christophe Bonneuil, « À propos de démocratie technique », Mouvements, 5/2001 (n° 18), p. 73-80, et Franck Aggeri, « La démocratie technique en débat. À propos du livre de M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans l’incertain. Essai sur la démocratie technique », Gérer et comprendre, juin 2002, n° 68, p. 55-65, avec une réponse des auteurs.

Auteur

Anne-Françoise Garçon est professeur en histoire des techniques à l’université Paris-1–Panthéon-Sorbonne. Le fil conducteur de ses travaux est l’histoire des systèmes techniques et de la pensée technique : conception, innovation, régimes de la pensée opératoire. Elle a consacré de nombreux travaux à l’histoire minière et métallurgique et publié, à ce propos : Mine et Métal. Les non-ferreux et l’industrialisation, PUR, 1998 ; Entre l’État et l’usine. L’École des mines de Saint-Étienne au xixsiècle, PUR, 2004. Son prochain ouvrage, L’imaginaire et la pensée technique, paraîtra à l’automne 2012.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search