Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Allocution d’ouverture du colloque « Les ingénieurs des mines : cultures, pouvoirs et pratiques »

Pascal Faure

Texte intégral

1Je suis particulièrement heureux de vous accueillir aujourd’hui pour ce colloque historique, dans ce lieu prestigieux qu’est le Centre de conférences Pierre Mendès-France, situé au cœur du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi. Ici se tiennent régulièrement des réunions importantes, allant des comités techniques paritaires avec les représentants du personnel aux réunions plénières du Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies, quand elles sont présidées par le ministre, en passant par les réunions du Comité de pilotage des états généraux de l’Industrie, dont j’ai été le rapporteur général et qui était présidé par Jean-François Dehecq, présent parmi nous.

2Dans cette salle, il est souvent question de grandes choses, mais, il faut bien l’avouer, rarement de bicentenaires, bien que nous soyons à une époque où beaucoup sont à célébrer. En effet, notre pays a connu, il y a deux siècles, une forte évolution politique dont nous célébrons encore aujourd’hui les suites, ce qui témoigne de l’inspiration visionnaire qui a sous-tendu les transformations institutionnelles menées à l’époque.

3Compte tenu du programme chargé de ces journées, je vais résumer en quelques mots l’esprit dans lequel nous avons organisé ce bicentenaire et préciser pourquoi ce colloque me semble extrêmement important.

4Tout d’abord, quel bicentenaire célébrons-nous ?

5Il s’agit en fait d’un double bicentenaire :

  • le premier est celui de la loi du 21 avril 1810, qui a posé les fondements de l’action publique en matière d’exploitation minière, enjeu majeur au début du xixe siècle. Il s’agissait en effet d’accompagner la Révolution industrielle et de permettre à notre pays d’être dans le peloton de tête des grandes nations, sujet qui est toujours, à notre époque, au premier rang de nos préoccupations ;

  • le second se rapporte au décret du 18 novembre 1810, qui a organisé le Corps impérial des ingénieurs des Mines. Ce texte a également créé le Conseil général des mines, le CGM, qui, presque deux siècles plus tard, s’est transformé l’an passé pour devenir le Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies que j’ai l’honneur et le plaisir d’animer avec Jean-Jacques Dumont, présent à mes côtés.

6Quels sont les objectifs de ces deux journées de colloque ?

7Tout d’abord, il s’agit honorer l’héritage des deux siècles d’histoire qui se sont déroulés depuis l’adoption de nos textes fondateurs. Cette période a été riche d’évolutions majeures, ce qui permettra d’évoquer la mémoire de nos illustres anciens, qui, au fil des époques et avec leur talent propre, ont su façonner le développement économique, industriel et scientifique de notre pays.

8Anne-Françoise Garçon développera certainement davantage ce sujet dans ses propos introductifs.

9Nous avons également souhaité nous tourner vers l’avenir, car passé et avenir sont indissociables dans nos réflexions. C’est pourquoi nous avons organisé plusieurs manifestations à caractère prospectif. À l’image de nos aînés, nous sommes attachés à préparer l’avenir en travaillant sur les grands enjeux de notre temps, afin de favoriser l’émergence d’une société meilleure et plus humaine pour les générations futures. Toutefois, à la différence de ce qui pouvait encore être fait il y a deux siècles, nous avons systématiquement adopté une perspective européenne, voire mondiale.

10Vous avez été nombreux à participer au colloque prospectif du 23 juin 2010, consacré aux technologies de l’information, dont les débats ont été animés par Alain Bravo sur le thème : « Quelle économie numérique, quelle société numérique en 2030 ? ».

11Plus récemment, s’est tenu, dans l’amphithéâtre du Centre Pierre Mendès-France, un autre colloque, dédié, celui-là, aux questions d’énergie, avec une perspective encore plus lointaine, 2050, car, dans ce secteur, les marges de manœuvre ne sont significatives qu’à long terme. Les travaux ont été conduits par Claude Mandil.

12Ces deux colloques ont rencontré un succès remarquable avec, pour chacun d’entre eux, de l’ordre de 300 participants, des interventions de très grande qualité et des échanges du plus haut intérêt.

13Au cours de ce mois d’octobre, nous organisons deux colloques historiques consacrés à deux grands corps de l’État qui ont fusionné récemment, le corps des ingénieurs des Mines et le corps des ingénieurs des Télécommunications. L’objectif est de mettre en lumière le rôle joué au service de la France par ces deux corps de fonctionnaires, dont la particularité est d’être à vocation scientifique et technique, ce qu’illustre bien leur recrutement majoritaire à la sortie de l’École polytechnique (la diversification des recrutements des deux corps, au cours des dernières années, ayant apporté une richesse supplémentaire). Il s’agit de montrer comment ces fonctionnaires ont su, sur une période de deux siècles, contribuer à la transformation de l’industrie et de l’économie de notre pays.

14Enfin, un colloque de clôture se tiendra le 18 novembre 2010, jour anniversaire du décret du 18 novembre 1810, sous la présidence de Mme Christine Lagarde, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie. Au cours de cette journée, se tiendront trois tables rondes qui permettront à la fois de faire la synthèse de l’ensemble des travaux menés au cours de cette année du bicentenaire, de les mettre en perspective, de définir quelques pistes d’action pour l’avenir et d’alimenter ainsi les réflexions que nous menons au quotidien au service de l’État. Les jeunes générations d’ingénieurs des Mines sont étroitement associées à la préparation de ce colloque de clôture.

15Je reviens au colloque qui nous rassemble aujourd’hui. Le thème de cette matinée est « Les sciences, la diffusion du savoir sur trois siècles ». Cela nous ramène au siècle des Lumières qui a vu la création d’écoles intimement liées à l’histoire de nos corps : l’École des mines de Paris, l’École polytechnique et l’École normale supérieure. Après la Renaissance, le siècle des Lumières a certainement contribué à donner à l’Europe une avance décisive en matière de développement sur l’Asie et les autres continents. Les changements que le monde vit actuellement nous obligent à la vigilance et à ne pas nous endormir sur nos lauriers.

16Lors des demi-journées suivantes, seront abordés d’autres thèmes importants pour le corps des Mines, qui ont été à l’origine de sa création au service du pays : « Innovation et industrialisation », « Sécurité et environnement », « Ressources énergétiques et minérales ». Il me paraît essentiel d’avoir aujourd’hui ce regard sur le passé, afin de mieux préparer l’avenir.

17Je remercie chaleureusement tous ceux qui ont participé à la préparation de ces journées et à ceux qui y contribueront :

  • les historiens, bien sûr, sans qui rien n’aurait été possible, et notamment ceux qui ont assuré la direction scientifique de ce colloque : Michel Lescure, Anne-Françoise Garçon et Bruno Belhoste, auxquels j’associerai Denis Woronoff et Jean-François Eck. Je vous propose d’avoir une pensée toute particulière pour André Thépot, malheureusement disparu, l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire des corps des Mines, à qui je souhaite dédier ce colloque ;

  • les présidents de session et les discutants, en particulier Claude Riveline et Jean-Marc Oury, qui vont intervenir lors de la première table ronde, ainsi que Pierre Couveinhes, artisan majeur de toutes les cérémonies du bicentenaire, et Anne de Castelnau et Patricia Bas, du département d’histoire de l’IGPDE, qui ont contribué de manière décisive à l’organisation de ce colloque et en produiront les actes.

18Je crois qu’il est maintenant temps de donner la parole à Anne-Françoise Garçon, qui va introduire nos travaux par une intervention sur le thème : « Y a-t-il un “esprit Mines”  ? ».

Auteur

Vice-président du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET). Pascal Faure, ingénieur général des Mines, a débuté sa carrière dans la R&D aux Laboratoires Bell (États-Unis, PA), chez Apple Computer (États-Unis, CA), puis au Centre national d’études des télécommunications (France Télécom/CNET) en tant que chef de projets dans le domaine de la sécurisation des communications et de la cryptologie. De 1992 à 1995, il a travaillé au ministère du Budget sur les crédits de la politique informatique administrative ; il a ensuite été nommé conseiller technique en charge des affaires budgétaires, fiscales, emploi et aménagement du territoire au cabinet du ministre du Tourisme, puis du ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ville et de l’Intégration. De 1997 à 2001, Pascal Faure a occupé le poste de directeur du développement, des affaires financières et d’adjoint à l’administrateur général de l’Institut Télécom. Il a alors été nommé directeur technique adjoint au ministère de la Défense. Il a, parallèlement, exercé les fonctions de président de l’Association des ingénieurs des télécommunications de 2001 à 2006. En 2007, Pascal Faure est nommé vice-président du Conseil général des technologies de l’information (CGTI). Depuis le 1er février 2009, il est vice-président du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET), issu de la fusion du Conseil général des mines et du Conseil général des technologies de l’information.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search