Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (III)

 | 
Guy Antonetti
, 
Fabien Cardoni
, 
Matthieu de Oliveira

Ségris (Alexis Émile)

Texte intégral

1Né à Poitiers (Vienne) le 4 mars 1811
Décédé à Weggis (Suisse, canton de Schwytz) le 5 septembre 1880

2Fils d’Alexis François SÉGRIS (1782-1849)
Et de Julie Anne Renée TONNET ( ?-1857)

3Ministre de l’Instruction publique du 2 janvier au 14 avril 1870
Ministre des Finances du 14 avril au 8 août 1870

© Photographie BN, N2D 260 260

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

4Les SÉGRIS sont des marchands puis des propriétaires originaires du Poitou.

51. [bisaïeul] Jean SÉGRIS, marchand, décédé à Poitiers le 29 mars 1786, marié à dame Jeanne MARQUET, décédée à Poitiers le 26 septembre 1778, d’où :

  1. [grand-oncle] Pierre Catherine, propriétaire, né vers 1744.

  2. [aïeul] Jean Blaise, qui suit en 2.

62. [aïeul] Jean Blaise SÉGRIS, négociant puis propriétaire à Poitiers, né vers 1752, décédé le 15 juin 1830, marié en premières noces à dame Marie Thérèse CAILLON, née à Poitiers vers 1750 et décédée à Poitiers le 28 avril 1808, d’où :

  1. [père] Alexis François, qui suit en 3.

  2. [oncle] Claude Hippolyte, propriétaire, né à Poitiers vers 1784, décédé à Poitiers le 4 janvier 1845, épouse Marie Ursule GENET.

7Le 23 septembre 1812, Jean Blaise SÉGRIS épouse en secondes noces Marie Rosalie DELAVERGNE, née à Angle (Vienne) vers 1768 et décédée avant 1830, fille majeure de Jean DELAVERGNE, directeur des Postes aux Lettres d’Angle, décédé à Angle le 4 Ventôse an XIII, et de dame Catherine TURQUAND, décédée à Angle le 19 Fructidor an VIII.

83. [père] Alexis François SÉGRIS, né à Poitiers vers 1782, décédé à Poitiers le 28 octobre 1849, marchand négociant à Poitiers. Il épouse (à une date et en un lieu inconnu) Julie Anne Renée TONNET, d’où :

  1. [sujet de cette notice] Alexis Émile SÉGRIS.

  2. [sœur] Anna Ernestine, née à Poitiers (Vienne) le 16 mai 1819 et décédée dans la même ville le 30 août 1878 ; elle épouse à Poitiers le 8 octobre 1838 JeanMarie-Guillaume-Ernest CESBRON, né à Bordeaux (Gironde) le 4 avril 1809 et décédé à Poitiers le 1er janvier 1882, notaire à Poitiers de 1837 à 1867, conseiller municipal de la ville de 1848 à 1870, conseiller général de la Vienne de 1862 à 1870, député bonapartiste de la Vienne entre 1876 et 1881, dont [neveu] Alexis Paul (Poitiers, 30 mars 1845-Paris (XVIIe arrondissement), 9 mai 1921).

FAMILLE MATERNELLE

9La famille TONNET, originaire des Pyrénées-Atlantiques, s’installe au milieu du xviiie siècle en Poitou où elle se notabilise à la faveur de la Révolution.

101. [bisaïeul] Pierre TONNET, né en septembre 1710 à Gurs (Pyrénées-Atlantiques), libraire imprimeur à Pau, épouse Anne GASSIER, dont :

  1. [aïeul] Jean Joseph, qui suit en 2.

  2. [grand-oncle] Jacques.

  3. [grand-oncle] Jean-Baptiste.

  4. [grand-oncle] René Jean Arnaud.

112. [aïeul] Jean Joseph TONNET, né le 24 août 1753 à Pau (Pyrénées-Atlantiques), décédé en 1835, successivement notaire et régisseur de la baronnie de Saint-Loup (Deux-Sèvres), administrateur du département, puis propriétaire à Gourgé. Il épouse Maire Jeanne Aimée BELLIARD, dont cinq enfants :

  1. [oncle] Jean Joseph dit TONNET-HERSANT, né le 5 octobre 1784 à Saint-Loup, décédé à Boirateau (Deux-Sèvres) le 12 mars 1875. Ancien élève de l’École polytechnique puis de l’École d’application de Metz, il est lieutenant au 1er bataillon de pontonniers en 1809 et fait en cette qualité les campagnes d’Autriche et de Russie ; promu capitaine d’état-major le 12 juillet 1812, il devient inspecteur du train d’artillerie de Dresde en 1813 et participe à la défense de Metz (1811) puis de Strasbourg (1813). Mis en non-activité par la Restauration, il démissionne en 1816 et se consacre à la politique locale : maire d’Ardin, conseiller général du canton de Coulonges, il est élu à la Chambre des députés lors de l’élection partielle du 8 avril 1828. Un revers de fortune fait bientôt tomber le montant de ses impositions au-dessous du cens d’éligibilité de 1 000 F et il se croit obligé de démissionner, le 29 juin 1829. En épousant Marie Julienne Clémence CHAUVIN-HERSANT, il devient le gendre d’une des figures de la Révolution et de l’Empire dans les Deux-Sèvres, François Augustin CHAUVIN-HERSANT : né à Niort (Deux Sèvres) le 12 août 1756 et décédé le 25 septembre 1836, il est avocat puis juge à Niort au début de la Révolution ; élu membre suppléant de la Convention, il est appelé à siéger en juillet 1793 ; bientôt thermidorien, il est député au Conseil des Cinq-Cents (21 Vendémiaire an IV) puis conseiller de préfecture et secrétaire général des Deux-Sèvres à partir de l’an VIII ; destitué en 1814, il est élu député de l’arrondissement de Niort à la Chambre des Cent Jours avant de se rallier à la monarchie qui le nomme président du tribunal civil de Niort en août 1816. De l’union de Jean Joseph TONNET et de Marie Julienne Clémence CHAUVIN-HERSANT naissent :

    1. [cousin] Jean Alcide, né le 14 août 1817 à Niort, décédé en 1884, maire d’Ardin (1861-1862, 1870-1877, 1878-1883) et conseiller général des Deux-Sèvres (1871-1883) ; il épouse en 1847 à Fontenay le Comte (Deux-Sèvres) Anne Bathilde Cougnaud (1825- ?), dont Paul Ernest ;

    2. [cousin] Émile Auguste, né le 9 juillet 1819 à Ardin et décédé à une date inconnue, docteur en médecine, conseiller municipal de Niort, propriétaire du château d’Oriou.

  2. [tante] Marie Jeanne Aimée épouse François Marie DUCROCQ-BINET, dont Camille Angélique.

  3. [tante] Geneviève Émilie.

  4. [tante] Chantal.

  5. [mère] Julie Anne Renée, qui suit en 2.

122. [mère] Julie Anne Renée TONNET, décédée à Poitiers le 17 juillet 1857.

MARIAGE ET DESCENDANCE

13Émile SÉGRIS épousa à Angers (IIIe arrondissement) le 22 août 1837 Elisa AVENANT, née à Angers le 30 janvier 1818, décédée en 1890.

14Cette dernière est la fille de Jacques Alexis Céleste, négociant né à Nantes (Loire-Atlantique) en 1793 et décédé à Angers (Maine-et-Loire) en 1875, et d’Esther Adèle PAVIE, née à Poitiers (Vienne) en 1797 et décédée à Angers en 1875. Mariés le 8 janvier 1818 à Poitiers, ils eurent trois autres enfants :

  1. [belle-sœur] Adèle Rose Zélie, née à Angers le 2 novembre 1824 et décédée en 1903.

  2. [belle-sœur] Zélie Laure Emma, née à Angers le 7 février 1827 et décédée en 1914 ; elle épouse son cousin (par sa mère) Louis Alfred BONNEAU, né en 1823 et futur comte de BONNEAU-AVENANT.

  3. [beau-frère] Jacques, juin-décembre 1828.

15Du mariage d’Émile SÉGRIS et d’Elisa AVENANT naquirent deux enfants :

  1. [fils] Émile, né à Angers le 18 juin 1838, avocat puis précepteur à Angers, marié le 2 février 1869 (contrat de mariage du 31 janvier 1869) avec Louise Marguerite Adélaïde RICHARD, née à Angers le 20 juin 1848, fille de Maximilien, manufacturier, président du tribunal de commerce d’Angers etchevalier de la Légion d’honneur, et de Hectorine BRULLÉ.

  2. [fille] Marguerite, née à Angers le 15 octobre 1846 et décédée à Paris le 20 mai 1911, elle épouse le 6 juin 1866 à Angers Désiré RICHOU, né à Angers le 10 mai 1836 et décédé dans la même ville le 31 décembre 1897, fils de Désiré (1798-1860), banquier à Angers, et d’Aimée SORIN (1812-1888) ; succédant à son père à la tête de la Banque Richou, le gendre du ministre est conseiller général de Maine-et-Loire, maire de Feneu, président du tribunal de commerce et de la chambre de commerce d’Angers. De cette union naissent quatre enfants :

    • [petit-fils] Désiré (1867-1912).

    • [petite-fille] Louise (1868- ?) épouse le 17 novembre 1896 à Angers André DESJOBERT DE PARHAS (1862-1909).

    • [petit-fils] Raymond (1873-1928) épouse le 24 janvier 1906 à Angers Denyse DE KERGOS (1883- ?), d’où postérité.

    • [petite-fille] Marguerite (1883- ?) épouse le 9 octobre 1907 à Angers Pierre CHALAMON DE BERNARDY (1875-1912), d’où postérité.

II. LE PERSONNAGE

Les études

16Après des études secondaires commencées au lycée de Poitiers, Émile SÉGRIS est envoyé par ses parents terminer ses études au lycée Louis-le-Grand à Paris.

17Une fois son baccalauréat obtenu, il revient à Poitiers et s’inscrit à la faculté de droit de Poitiers. Licencié en 1832, il est admis au stage en 1833.

La religion

18Pendant toute sa vie, Émile SÉGRIS a manifesté sa foi catholique, allant sous le Second Empire à s’afficher comme l’un des tenants de la tendance cléricale.

Les domiciles et résidences

19Jusqu’en 1863, Émile SÉGRIS habite Angers. Une fois député au Corps législatif, il partage son temps entre le Maine-et-Loire et Paris, logeant alors au 69 rue de la Grenelle – Saint-Germain.

20Une fois ministre, il occupe successivement l’hôtel du ministère de l’Instruction publique, 110 rue de Grenelle – Saint-Germain, de janvier à avril 1870 puis celui du ministère des Finances, 48 rue de Rivoli, d’avril à août 1870.

21De retour à Angers après la chute de l’Empire, il s’installe au château de la Garenne, commune de Seiches, Maine-et-Loire, à partir de mars 1872.

Le portrait

22Dans ses Souvenirs politiques et parlementaires d’un témoin, Anatole CLAVEAU fait cette description peu flatteuse de celui qui n’est pas encore ministre des Finances : « M. SÉGRIS, un peu ventripotent, ressemblait à Louis XVI. Quand il devait prendre la parole, il rougissait, il tremblait, mais, une fois lancé, il dominait sa peur et on le trouvait éloquent. Ses velléités d’opposition, très espacées et très bénignes, lui avaient conquis un commencement de popularité. On suivait avec faveur ces légers accès d’indépendance, approuvés et encouragés par ceux qui en étaient incapables, et quand on annonçait, sur une matière quelconque, une intervention de M. SÉGRIS, on se confiait gravement la nouvelle dansles couloirs : “Vous savez, SÉGRIS parlera !”

23On dispose par ailleurs d’une photographie de SÉGRIS datée de 1870 ; c’est celle qui illustre cette notice et qui le représente debout, de trois-quarts, la main droite à la hanche et la main gauche tenant un chapeau.

Les distinctions honorifiques

24SÉGRIS est fait chevalier de la Légion d’honneur le 14 août 1860 et successivement promu officier le 12 août 1863, puis commandeur le 4 août 1867.

III. LA FORTUNE

25Comme député au Corps législatif, ce qu’il est sans discontinuer de 1859 à 1870, SÉGRIS se voit accorder une indemnité parlementaire de 2 500 F par mois de session ; le sénatus-consulte du 14 juillet 1866 porte cette indemnité à 12 500 F par session, avec un complément de 2 500 F par mois en cas de session extraordinaire.

26Son traitement de ministre se monte à 100 000 F par an, soit pour les sept mois (de début janvier à début août) pendant lesquels il est en fonction, un peu plus de 58 000 F.

27Mais il ne s’agit là que d’une assez faible part de ses revenus, les familles SÉGRIS et AVENANT disposant de patrimoines confortables dont le ministre et son épouse bénéficient tout au long de leur existence.

Le contrat de mariage

28Les époux SÉGRIS se marient sous le régime de la communauté d’acquêts d’après contrat de mariage du 21 août 1837 par-devant Me AVENANT, notaire à Angers et oncle de la mariée.

29L’apport de la future se monte à 130 000 F, dont 6 000 mis en communauté ; celui du futur est légèrement inférieur, 100 000 F, dont 6 000 également mis encommunauté. À ces sommes s’ajoutent les « espérances » de chacun des deux époux.

Successions reçues par le mari

30Émile SÉGRIS hérite successivement de ses père et mère, décédés à Poitiers, le premier le 28 octobre 1849 et la seconde le 17 juillet 1857. Leur succession fait l’objet d’un acte de liquidation du 8 avril 1858 dont il résulte qu’il hérite :

  • de 975,78 F en argent comptant ;

  • du tiers des sommes faisant l’objet d’un partage partiel après le décès de son père pour 7 240,63 F ;

  • du sixième du surplus de la valeur de communauté pour 16 042,62 F ;

  • du tiers d’une somme de 56 049,75 F provenant de créances, soit 18 683,25 F ;

  • du tiers d’une somme de 13 100 F pour remboursement de rentes foncières

  • ou paiement de prix d’immeubles, soit 4 366,66 F ;

  • du prix de vente de terres à Souches et Toussais (Deux-Sèvres), pour 145 000F ;

  • de la somme restant due sur le prix de vente faite par Mme SÉGRIS mère de parcelles dépendant d’une métairie, attribuées à M. SÉGRIS et vendues pour 79 757,60 F ;

  • des parcelles restant à vendre sur cette métairie, pour 16 300 F ;

  • du remboursement d’une rente perpétuelle pour 3 000 F ;

  • du prix de vente, pendant la communauté, de titres de rente pour 31 901,70 F.

31Soit au total une somme de 323 268,24 F.

Successions reçues par la femme

32Elisa AVENANT, épouse SÉGRIS, recueille successivement :

  • la succession de sa tante maternelle Rose Zélia PAVIE, épouse de Paul AVENANT, décédée à Angers le 26 janvier 1856 : il lui revient 26 000 F, mais l’usufruit de cette somme ayant été légué à sa mère, la reprise s’effectue au décès de cette dernière ;

  • le legs fait par sa mère, Mme Jacques AVENANT, d’une somme de 26 000F ;

  • le legs fait par Paul AVENANT, son oncle maternel, décédé à Angers le 24 janvier 1876 : selon l’acte de liquidation du 30 décembre 1874, il lui est attribué divers immeubles vendus pour une somme totale de 69 500 F, ainsi que le montant d’une soulte attribuée par acte du 31 décembre 1874 pour 5 806,50 F ;

  • la succession de ses père et mère, décédé pour l’un le 25 avril 1875 et pour l’autre le 19 juin suivant, liquidée le 31 janvier 1876 et qui lui lègue la moitié d’une maison à Angers d’une valeur de 20 000 F, soit 10 000 F ;

  • le legs d’une somme de 1 369,95 F ;

  • diverses successions pour 2 620,77 F. Soit un total de 115 297,22 F.

Les dots des enfants

33Chacun des deux enfants du couple se voit doté de façon équivalente :

  • le contrat de mariage du 4 janvier 1866 fixe l’apport de Marguerite SÉGRIS, épouse RICHOU, à 200 000 F ;

  • l’apport d’Émile SÉGRIS est fixé à la même somme par le contrat de mariage du 31 janvier 1869.

La succession laissée par le ministre

34La déclaration de succession en date du 28 février 1881 est faite par le fils du défunt. Elle présente la particularité de le déclarer décédé le 5 septembre 1880 à Angers ce qu’infirment toutes les notices biographiques consacrées au personnage mais aussi (et surtout) les tables décennales des décès de la préfecture de Maine-et-Loire. Dès lors, soit l’employé de l’administration de l’Enregistrement a rempli le registre de façon mécanique, soit les héritiers ont préféré ne pas préciser la localité de décès afin de faciliter les démarches administratives.

35La succession de l’ancien ministre des Finances se compose de :

36A. Meubles de la communauté :

  • meubles meublants pour 20 000 F ;

  • argent comptant pour 1 000 F ;

  • 28 obligations 3 % du Paris-Orléans pour 8 981,50 F ;

  • 90 obligations 3 % du Grand Central pour 35 145 F ;

  • 30 obligations 3 % du PLM pour 11 745 F ;

  • 100 obligations 3 % du PLM pour 39 150 F ;

  • 11 actions du Journal du Maine-et-Loire pour 1 100 F ;

  • 10 obligations de la Ville d’Angers pour 1 000 F ;

  • 10 actions de la Société des courses d’Angers pour 600 F ;

  • un billet sur M. SÉGRIS de Seiches [fils du défunt], pour 20 000 F ;

  • créances diverses, pour 20 000 F.

37Total A = 158 721,50 F.

38B. Immeubles de la communauté :

  • propriété de la Garenne de 73 ha environ, y compris les immeubles loués moyennant 120 F et tous les autres biens qui pourraient se trouver sur les communs de Seiches, le tout d’un revenu de 4 540 F, y compris les arbres futaies, soit au denier 25 une somme de 113 500 F ;

  • le château de la Garenne et son parc, le tout déclaré d’un revenu de 1 000 F, soit au denier 20 une somme de 20 000 F.

39Total B = 133 500 F.

40À quoi il y a lieu d’ajouter les dots des enfants (C), soit 400 000 F.

41Total A +B+C =692 221,50 F

42Les reprises de la veuve consistent en son apport au mariage, pour 130 000 F, amputé des 6 000 F mis en communauté, soit 124 000 F, mais augmenté des successions par elle recueillies pour 115 297,22 F, soit un total de 239 297,22 F.

43De cette somme, il convient de retrancher les Récompenses dues parMme SÉGRIS pour :

  • 6 147 F fournis à titre de fermage de l’un des biens appartenant à la communauté, attendu l’insuffisance des revenus mis en réserve ;

  • 6 558,94 F de frais de succession ;

  • 60 738,35 F fournis par Mme SÉGRIS sur la part de sa sœur dans le legs d’usufruit de la quotité disponible à elle fait par ses père et mère, sommeemployée à l’acquisition d’une rente sur l’État.

44Soit un total de 73 444,29 F à déduire de la somme précédente, désormais établie à 165 852,93 F.

45Les reprises de la succession se composent de l’apport du défunt lors de son mariage, soit 100 000 F, moins sa mise en communauté, pour 6 000 F, soit 94 000 F, augmentés des 323 268,24 F recueillis au titre des successions de ses père et mère, moins 1 404,41 F de doits acquittés, soit 415 863,83 F.

46Pour résumer, l’actif de 692 221,50 F est amputé de 581 716,76 F (165 852,93 F pour la veuve et 415 863,83 F pour le mari) de reprises ; restent 110 504,74 F, dont la moitié (soit 55 252,37 F) va à la veuve. La succession s’établit donc à 55 252,37 + 415 863,83 = 471 116,20 F, moins les dots imputables sur la succession du prémourant, soit 400 000 F. Les deux enfants ont dès lors à se partager 71 116,20 F.

IV. LA CARRIERE

AVANT LE MINISTERE DES FINANCES

47Après son stage, SÉGRIS s’inscrit au barreau d’Angers en 1837 et s’impose rapidement comme l’un des premiers avocats d’affaires de la ville. Bâtonnier de son ordre en 1847, il est nommé juge suppléant au tribunal d’Angers le 6 novembre 1850.

48Devenu conseiller municipal à l’occasion de la Révolution de février 1848, il estadjoint au maire à partir de janvier 1849 et approuve en tant que tel le coup d’Étatdu 2 décembre. Élu représentant du canton d’Angers sud-est au conseil général de Maine-et-Loire en 1852, il est successivement le secrétaire (1856), le vice-président puis le président (à partir de 1863) de cette assemblée.

49Très bien noté par ses supérieurs, SÉGRIS est pressenti en 1859 pour occuper les fonctions de conseiller à la cour impériale d’Angers. Son dossier de magistrat signale qu’il « occupe depuis longtemps, et sans transition, le premier rang au barreau d’Angers. Un talent de parole remarquable et une instruction solide (lui) ont valu une clientèle considérable. Il a dû à la loyauté de son caractère et à la dignité de sa conduite les meilleures relations avec la magistrature et avec tous les hauts fonctionnaires ».

50Le 27 novembre 1859, il est élu député gouvernemental de la 1ère circonscription de Maine-et-Loire (Angers) au Corps législatif à l’occasion d’une élection partielle (en remplacement de DUBOYS, nommé premier président à la cour d’Angers) avec 19 369 voix sur 23 143. Il est facilement réélu, toujours avec le soutien du Gouvernement, le 1er juin 1863 avec 22 019 voix sur 27 575 et le 24 mai 1869 avec 22 010 voix sur 31 984.

51Il siège le plus souvent avec la majorité, se prononçant par exemple contre l’abrogation de la loi de sûreté générale et soutenant le Gouvernement dans son projet d’expédition au Mexique. Il ne s’en écarte que ponctuellement, comme en mars 1861, pour voter l’amendement clérical des « 91 », en compagnie, entreautres, de REISET, le gendre de LEBÈGUE DE GERMINY.

52Il joue un rôle important à la Chambre, et d’abord en commission : il est membre de celle du budget sans discontinuer de 1861 à 1869, en est le secrétaire en 1861 ; il est également le rapporteur de divers impôts en 1862 et des crédits extraordinaires sur l’exercice 1862 en 1863.

53Il se distingue également à la tribune : orateur prolifique, il s’affirme progressivement comme un spécialiste des finances et fait figure de chef de file des « budgétaires » qui se fixent comme objectif de rendre au Corps législatif le contrôle des dépenses que la Constitution et le sénatus-consulte du 25 décembre 1852 lui ont en partie retiré. Ils réclament des économies, la réduction des déficits et de l’endettement, s’opposent aux « dépenses productives » de la première moitié du règne. Leurs appuis se trouvent jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir, à l’image d’un FOULD qui n’hésite pas à leur fournir de la documentation et leurs critiques sont d’autant plus significatives que la plupart d’entre eux ont été élus avec l’appui de l’Administration. On trouve parmi euxnombre de banquiers (tels GOUÏN, LEROUX ou LOUVET) et de députés ayant siégé dans les commissions des finances des régimes précédents (comme LARRABURE, LEQUIEN, MONIER DE LA SIZERANNE ou encore FLAVIGNY et RAVINEL, apparentés ou proches de BUFFET).

54Parmi les « coups d’éclat » de SÉGRIS, son intervention lors de la discussion du budget de 1866, à la construction prévue d’un nouvel hôtel des Postes à Paris. On se souvient que le gouvernement impérial avait décidé en 1811 l’érection d’un bâtiment destiné à la direction générale des Postes (qui dépend, on le rappelle du ministère des Finances) et avait acquis à cet effet des terrains rue de Rivoli, mais le chantier n’était guère avancé à la fin de l’Empire, et en 1819 le baron Louis devait en changer la destination, en affectant ces bâtiments au ministère des Finances, bientôt rassemblé dans un petit périmètre [voir les notices de MOLLIEN, LOUIS et VILLÈLE].

55En 1866, la direction générale des Postes, confiée à VANDAL depuis 1860, était installée rue Jean-Jacques-Rousseau, mais y était à l’étroit et le Gouvernement prévoyait donc d’en faire construire un nouveau, entre la rue de Mondovi et la rue du Mont-Thabor. Le nouvel hôtel était inscrit au budget pour une somme de6 millions, acceptée comme telle par la commission du budget, mais SÉGRISs’opposa en séance à son rapporteur le marquis DE TALHOUËT : il « parla et démolit aisément le nouvel Hôtel des Postes ou du moins le plan, fort beau sur le papier, qu’en avait fait la commission » [A. CLAVEAU, Souvenirs politiques et parlementaires d’un témoin, t. I, p. 81] et entraîna un Corps législatif « en veine d’économies » [Marion, p. 470].

56En avril 1869, la commission du budget est informée par une lettre de l’Empereur publiée au Moniteur de sa volonté de verser aux médaillés de Sainte-Hélène français et étrangers une somme de 250 F, représentant une dépenseannuelle de 11 à 12 millions de francs. Pour SÉGRIS et LOUVET « C’en est trop, il faut lui lier les mains », ce à quoi s’emploie l’interpellation des 116 du 6 juillet suivant, prélude à l’arrivée au pouvoir du tiers parti en janvier 1870.

57Catholique et soutenu par le clergé, d’abord favorable aux thèses autoritaires, il se rallie progressivement à l’orientation libérale du régime. Dès 1867, il est pressenti pour occuper le ministère de l’Intérieur, malgré la méfiance exprimée par ROUHER dans une note confidentielle destinée à l’Empereur : « Ce député a du talent de parole, il riposte avec vigueur ; seulement ne serait-il pas très irrésolu dans la conduite des affaires publiques ? On le pense généralement ».

58Il se fait en 1869 l’un des promoteurs du tiers parti dont il apparaît comme l’un des chefs : il est en particulier l’un des signataires de l’interpellation des 116, avecentre autres BUFFET, COCHERY, FOULD fils, LEFÉBURE fils ou WILSON, tous – sauf FOULD – appelés à occuper les fonctions de ministre ou sous-secrétaire d’État aux Finances à la fin de l’Empire ou au début de la Troisième République. Il refuse un portefeuille ministériel au lendemain de l’interpellation, puis de nouveau en décembre 1869. Candidat malheureux (il ne recueille que deux voix) à la présidence du Corps législatif contre MORNY le 1er décembre 1869, il devient membre de la Commission pour la préparation du règlement du Corps législatif nommée le 6 décembre 1869.

59SÉGRIS devient bientôt l’un des pivots du cabinet en formation, associant centre gauche et centre droit, dont il est l’un des chefs. C’est à ce titre qu’il est appelé au ministère de l’Instruction publique dans le Gouvernement É. OLLIVIER du 2 janvier 1870. Il y retrouve son ami LOUVET, comme lui ancien député de Maine-et-Loire, nommé à l’Agriculture et au Commerce, et BUFFET, aux Finances [voir sa notice].

60Rue de Grenelle, son action pour courte qu’elle soit, est importante : il confie à GUIZOT la présidence d’une Commission (extraparlementaire) des hautes études chargée de réfléchir à la liberté de l’enseignement supérieur ; il révoque l’astronome et sénateur LE VERRIER de ses fonctions de directeur de l’Observatoire le 5 février après qu’il ait utilisé son droit d’interpellation au Sénat pour critiquer la façon dont son ministre de tutelle intervenait dans les affaires de l’Observatoire ; il adresse aux préfets une circulaire relative à l’instruction primaire en avril ; enfinil ferme pour un mois l’École de médecine par mesure de discipline à la suite des manifestations contre le professeur TARDIEU.

61La démission du ministre des Finances BUFFET à l’annonce du plébiscite du8 mai 1870 pousse É. OLLIVIER à appeler SÉGRIS pour lui succéder le 14 avril. Dans son Journal, le chef du Gouvernement relate sa discussion avec Napoléon III à ce propos : « À dix heures, je me suis rendu chez l’Empereur ; il était plutôt enchanté et il a eu quelque peine à dissimuler sa satisfaction lorsqu’il m’a dit : BUFFET a donné sa démission. Il me parle de MAGNE comme successeur. Je luiréponds qu’il faut en finir avec tous ces hommes usés. Je propose SÉGRIS » (9 avril 1870).

AU MINISTERE DES FINANCES

62Pour diriger son cabinet, SÉGRIS choisit un homme du sérail qui connaît bien les arcanes du ministère : fils d’un chef de bureau aux Finances et frère du directeur général des contributions directes en poste depuis 1866, Georges GRIMPEL, est inspecteur des finances depuis 1863 et le chef du bureau de la dette inscrite.

63En fonction dans les semaines qui précèdent le plébiscite, SÉGRIS doit tout d’abord faire face aux fluctuations de la Bourse. Il soutient à cet égard la positiond’É. OLLIVIER qui signale dans son Journal : « On me propose de prendre des mesures pour soutenir le cours de la rente pendant toute la période plébiscitaire, je m’y refuse. Tant que je serai ministre, les cours seront abandonnés à eux-mêmes, je ne ferai rien pour les relever fictivement. SÉGRIS répond de même » (27 avril 1870).

64Le plébiscite du 8 mai constitue à l’évidence une victoire politique pour Napoléon III (« J’ai retrouvé mon chiffre ! »). Il confirme également les modifications constitutionnelles prévues par le sénatus-consulte du 20 avril 1870 et dont il convient de rappeler les incidences financières : la modification des tarifs des douanes et des postes est soumise au vote d’une loi, mais surtout le budget est désormais présenté au Corps législatif par chapitre (on en compte 315 au total) et article et voté par les parlementaires par chapitre. C’est l’aboutissement d’un processus initié en 1861 et qui octroie un droit de regard et de surveillance accru aux députés en matière financière.

65Mais les deux grandes affaires auxquelles le nouveau ministre est confronté sont successivement le vote du budget pour 1871 puis la fixation des modalités et le lancement de l’emprunt de 750 millions destiné à financer la guerre franco-prussienne, la seconde reléguant bien vite la première en position accessoire.

La discussion du budget de 1871

66La session parlementaire de 1870 s’ouvre le 27 décembre 1869, se poursuit jusqu’au 21 juillet 1870. Le budget, préparé par BUFFET, est par la force deschoses défendu par SÉGRIS.

67Tel qu’il est présenté par le ministre, il propose pour 1 765 414 517 F de recettes, soit 25 millions de plus qu’en 1870 en dépit de quelques dégrèvements : une immunité fiscale sur les sels destinés aux usages agricoles, une réduction de 0,2 % des droits d’échanges des immeubles ruraux non bâtis ou encore une réduction à 1 % du droit sur le montant de la plus-value dans ce type d’échange. Les dépenses fixées par le Gouvernement s’établissent à 1 659 839 397 F, soit 9 millions de plus qu’en 1870, surplus principalement destiné à une augmentation des faibles traitements (dont ceux des instituteurs dont SÉGRIS avait la responsabilité jusqu’en avril).

68Le Gouvernement décide par ailleurs, tout en le conservant, de réunir le vote du budget extraordinaire à celui du budget ordinaire ; un article de la loi de finances interdit par ailleurs tout virement entraînant une augmentation des crédits de personnels ou de fonds secrets ou détournant des crédits affectés à des dépenses extraordinaires au profit de crédits ordinaires. Enfin le minimum de rente inscriptible au Grand Livre de la dette publique est abaissé de 5 à 3 F afin de diffuser le plus largement possible la rente publique parmi la population.

69La discussion n’intervient que très tardivement, à partir du 4 juillet, au moment même où débute la crise internationale qui débouche sur la guerre de 1870, ce qui le rend caduc avant d’être d’avoir été discuté et voté. Les parlementaires qui interviennent sont le plus souvent critiques : LA TOUR DU MOULIN réclame la suppression absolue du droit de virement, BARTHÉLEMY-SAINT-HILAIRE dénonce l’abus des emprunts et des crédits extraordinaires

70SÉGRIS prononce le 5 juillet un « discours important, à peu près le dernier qui ait été écouté par le Corps législatif » (Marion) et réfute toutes ces attaques : il raille ceux qui se représentent le droit de virement comme un moyen de se promener impétueusement à travers les budgets votés et d’en bouleverser l’économie, alors qu’il n’est pas autre chose que le crédit supplémentaire s’exerçant au cours d’un budget en exercice après que le ministre des Finances et leConseil d’État en aient constaté la nécessité et signale qu’entre 1863 et 1868, cette pratique n’a jamais porté sur plus de 22 millions en moyenne ; il se réjouit par ailleurs de l’équilibre du budget présenté et des dégrèvements qu’il prévoit.

71Modifiées par la commission du budget du Corps législatif, les dépenses atteignent 1 636 839 887 F et les recettes 1 765 514 517 F. L’excédent de 128,5 millions est destiné à couvrir l’ensemble du budget extraordinaire ; encore convient-il d’y ajouter le budget sur ressources spéciales pour 309,1 millions, les 88,3 millions de services spéciaux et les 81,6 millions du budget de la Caisse d’amortissement qui disposaient cependant tous de leurs ressources propres. Les « suppléments de crédits de l’exercice 1870 », anciennement connus sous le terme de « budget rectificatif », se montent quant à eux à 26 millions pour le budget ordinaire et 14 pour l’extraordinaire.

72Mais la guerre, certaine le 15 juillet et déclarée le 19, intervient avant le terme de la discussion. Le budget est pourtant officiellement – mais bien rapidement – voté le 21 juillet. Le même jour, le Corps législatif vote des crédits exceptionnels au ministère de la Guerre et autorise un emprunt de 500 millions de francs, bientôt porté à 750 millions. C’est l’aboutissement d’un engrenage qui a débuté avec la présentation de la candidature Hohenzollern au trône d’Espagne (4 juillet).

73Le 6 juillet, le duc de Gramont, ministre des Affaires étrangères confirme devant les députés l’acceptation par le prince Léopold de la couronne espagnole, ce à quoi la France est fermement décidée à s’opposer, y compris sous-entend-il, par la force. Le 13 juillet, le même annonce le renoncement des Hohenzollern, mais l’effet de la nouvelle est rapidement éclipsé par la publication (tronquée, on le sait, à l’instigation du chancelier BISMARCK) de la dépêche d’Ems, le 14 au soir.

74Le 15 juillet, É. OLLIVIER vient demander au nom du Gouvernement un crédit de 50 millions et se déclare prêt à accepter la guerre « d’un cœur léger » avant de se reprendre. THIERS de son côté, prend position contre la guerre, ce qui lui vaut l’hostilité de la majorité des députés et les crédits sont votés à l’unanimité moins10 voix, dont celle de GARNIER-PAGÈS, ancien ministre des Finances de la Deuxième République [voir sa notice].

75Le 20 juillet, la guerre est déclarée ; deux jours plus tard, une nouvelle loi ouvrant pour 500 millions (440 pour la Guerre et 60 millions pour la Marine) de crédits militaires est votée ; le 12 août, ce crédit est porté à 1 milliard.

76Pour financer ces dépenses nouvelles, SÉGRIS prend dès le 15 juillet des mesures qui remettent en cause la politique mise en œuvre depuis avril : l’abandon du demi-décime supplémentaire sur les droits d’enregistrement, l’établissement des droits de douane de 100 F sur le quintal de café, de 50 à 60 F sur les cacaos, de 100 à 160 F sur les thés. Il en tire un supplément de recettes ordinaires, dès lors fixées à 1 789 914 527 F lorsque les dépenses atteignent 1 673 793 000 F.

77Il obtient également le vote d’une loi établissant le cours forcé des billets de banque et fixant le maximum de l’émission à 1 800 millions, plafond relevé à 2 400 millions le 14 août, soit au lendemain du départ de SÉGRIS du ministère.

L’emprunt de 750 millions

78Selon Maxime DU CAMP, lors du Conseil des ministres consécutif à la publication de la dépêche d’Ems, « un seul ministre, SÉGRIS, chargé du portefeuille des Finances, combattit pour la paix et demandait énergiquement qu’elle ne fut point troublée à propos d’une question qui n’eut jamais dû sortir du domaine diplomatique » (t. I, p. 284).

79Il n’en demeure pas moins solidaire du ministère et se met au travail pour assurer le plus large succès à la souscription. Il propose à cet effet d’utiliser la nouvelle formule qui avait fait l’objet d’une discussion au sein de la commission du budget : à l’initiative de SOUBEYRAN, sous-gouverneur du Crédit foncier et député gouvernemental depuis 1863 [sur ce personnage, voir la notice de FOULD], celle-ci avait approuvé la proposition tendant à émettre des bons du Trésor pour rembourser les annuités dues aux compagnies de chemin de fer ; face aux circonstances nouvelles, elle renonce naturellement à ce remboursement et accepte d’appliquer ce mode d’emprunt aux frais de guerre.

80La loi du 8 mai 1869 avait pourtant limité à 150 millions le chiffre des bons du Trésor pouvant être mis en circulation en 1870, ce qui explique sans doute que SÉGRIS n’était pas un chaud partisan de cette formule.

81Il s’y rallie pourtant et, d’après MAGNE, « après les avoir vivement combattus, fit annoncer leur émission. […] L’argent n’arrivant pas, il voulut donner un attrait à ses bons. Il créa une nouvelle catégorie [… et] accorda aux porteurs un droit de préférence pour l’emprunt futur. Mais il n’eut pas soin de dire que ces bons, en outre de la préférence dans la souscription, seraient pris en paiement. Il décida même le contraire, de sorte que le placement en resta difficile et très lent. Quelques jours avant sa sortie du ministère, SÉGRIS m’avait annoncé l’intention de porter l’intérêt de 5 à 6 % ; il était inquiet et indécis. Sur les cinq cents millions à émettre, il en était sorti de toutes les catégories à peu près pour dix-neuf millions, et la guerre était là avec toutes ses exigences qui ne comportent aucun retard. » [cité par J. DURIEUX, Le ministre Pierre Magne d’après ses lettres et souvenirs, t. II, p. 204]. Aux yeux de son prédécesseur (indirect, en raison de « l’intérim »BUFFET) et successeur, SÉGRIS semble on le voit singulièrement manquer d’expérience.

82Plus généralement, le ministre des Finances est en butte à ce qu’il croit être de l’hostilité de la part de MAGNE, alors membre du Conseil de régence et siégeant à ce titre au Conseil des ministres. Lors de l’une des réunions de cabinet de ce mois de juillet particulièrement difficile, il déclare : « Je reconnais que M. MAGNE a plus d’expérience et plus de savoir que moi en matière de finances. Mais si Votre Majesté veut utiliser ses services, qu’Elle le mette à ma place ; je ne peux consentir à l’avoir pour auxiliaire, pour témoin et pour contradicteur. Mon autorité serait affaiblie. » [J. DURIEUX, op. cit., t. II, p. 184-185].

83Si le résultat escompté n’est pas au rendez-vous, Marion voit plus loin et se veutmoins sévère à l’égard de SÉGRIS. Il rappelle que l’emprunt, finalement émis le 23 août – et donc par MAGNE –, payable 1/5e au comptant et le reste en huit versements entre le 21 octobre et le 21 mai 1871, est proposé au cours de 60,60 F, soit à un coût inférieur à celui de 1859 (60 F) et qu’il fournit en quelques jours plus de 800 millions au lieu des 750 demandés [Marion, p. 506].

84Au lendemain des premières défaites, SÉGRIS se voit contraint de quitter le pouvoir en même temps que ses collègues du ministère OLLIVIER. Il est remplacé le 8 août par MAGNE [voir sa notice].

APRÈS LE MINISTÈRE DES FINANCES

85Après la chute de l’Empire, SÉGRIS reprend sa place au barreau et ses fonctions de juge suppléant au tribunal d’Angers puis rentre dans la vie privée.

86Domicilié au château de la Garenne, commune de Seiches, Maine-et-Loire, à partir de mars 1872, il se rend en Suisse à l’été 1880 et s’installe en villégiature à Weggis, sur les bords du lac des Quatre-Cantons, où il décède le 5 septembre.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

87Alexis Émile SÉGRIS n’a rien écrit et seuls ses discours ou interventions sont conservés par la Bibliothèque nationale, Catalogue des imprimés, volume 169, colonnes 854-855.

ARCHIVES

Archives nationales

88LH 2492/54 : dossier de Légion d’honneur.

89BB6 II 391 : dossier de magistrat.

Archives municipales de Poitiers

90État-civil.

Archives départementales de Maine-et-Loire

913Q 15 573 : Succession en date du 28 février 1881.

Archives municipales d’Angers

92État-civil.

Bibliographie

COUGNY, V 293-294.

VAPEREAU (1870), 1659.

ANCEAU, Notice 59.

TULARD, Second Empire, 1184.

YVERT, 303-304.

CLAVEAU Anatole, Souvenirs politiques et parlementaires d’un témoin, Paris, Plon, 1913, 2 vol.

DU CAMP Maxime, Souvenirs d’un demi-siècle, Paris, Hachette, 1949, 2 vol.

TROISIER DE DIAZ Anne (études réunies par), Regards sur Émile Ollivier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985.

Table des illustrations

Légende © Photographie BN, N2D 260 260
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search