Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (III)

 | 
Guy Antonetti
, 
Fabien Cardoni
, 
Matthieu de Oliveira

Buffet (Louis Joseph)

Texte intégral

1Né à Mirecourt (Vosges) le 26 octobre 1818
Décédé à Paris (VIIIe arrondissement) le 7 juillet 1898
Fils de Louis-François BUFFET (1791-1864)
et de Marie Anne Adélaïde MOITESSIER (1795-1875)

2Ministre de l’Agriculture et du Commerce du 29 décembre 1848 au 31 octobre 1849 et du 10 avril au 24 octobre 1851
Ministre des Finances du 2 janvier au 14 avril 1870 (Ministère OLLIVIER)
Vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur du 10 mars 1875 au 23 février 1876

3

© Photographie par Franck, BN, N2 D 100 620.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

4Les BUFFET sont une famille bourgeoise des Vosges dont l’ascension sociale se trouve accélérée par la Révolution et l’Empire, ainsi que par les alliances matrimoniales qu’elle noue au tournant des xviiie et xixe siècles.

51. [bisaïeul] Antoine BUFFET ( ?-avant 1784), originaire du Jura, officier dans les armées du Turenne, retiré à Tendon (Vosges) en 1675, épouse Jeanne Marie COLNEL (Tendon, 1726-Tendon, 1788), d’où Claude Joseph, qui suit en 2. Son frère, Jean Nicolas, propriétaire à Bruyères, épouse quant à lui Marie Généreuse CHIPON, d’où Marie Généreuse (1788- ?), mariée le 9 novembre 1813à Louis François MÉLINE (1785- ?), receveur de l’enregistrement à Metzervisse (Moselle) puis Schelstadt, d’où postérité [ce Louis-François est le grand-oncle deJules MÉLINE, député et ministre de la Troisième République, qui se trouve ainsi être apparenté au ministre des Finances de 1870].

62. [aïeul] Claude Joseph BUFFET (Tendon, 20 mars 1764-Épinal (Vosges), 24 mai 1847), propriétaire à Tendon, maire de sa commune et juge de paix deSaint-Nabord sous la Révolution ; retiré à Épinal à la fin du xviiie siècle, il créé des prairies artificielles sur les bords de la Moselle ; il épouse au Tholy (Vosges) le 24 avril 1784 Marie-Thérèse GEORGEL (1764- ?), fille de Dominique (1733-1794), et parente de l’abbé GEORGEL, vicaire général du cardinal de Rohan, d’où six enfants :

  1. [tante] Marie Thérèse (Tendon, 23 août 1787-Épinal, 21 octobre 1867), épouse le 12 janvier 1813 Jean-Baptiste BOULAY (1794- ?), neveu d’Antoine Jacques Claude Joseph BOULAY (1761-1840), successivement député de la Meurthe au Conseil des Cinq-Cents, président de la section de Législation auConseil d’État, premier comte BOULAY de la Meurthe et ministre de la Justice sous Napoléon Ier (1815), d’où :

    1. Augustin BOULAY (Épinal, 26 avril 1815-1903), président du tribunal d’Épinal, chevalier de la Légion d’honneur, sans alliance.

    2. Pauline BOULAY, épouse Lucien Nicolas JACQUEMIN (v. 1811-Épinal, 12 juin 1870), médecin.

  2. [tante] Rose, épouse Pierre Michel BOULLANGIER, notaire à Corcieux puis juge de paix à Remiremont, d’où :

    1. Ernest BOULLANGIER ( ?-1877), percepteur puis employé à la comptabilitédu chemin de fer de l’Est à Épinal, épouse Mlle LORIN, sans postérité.

    2. Émile BOULLANGIER, conservateur des hypothèques à Grasse (Alpes-Maritimes), épouse Mlle RENY, d’où postérité :

  3. [oncle] Jean Joseph, d’où :

    1. Louis BUFFET.

    2. Adèle, épouse M. ERNAULT.

    3. N, épouse M. MEUNIER.

  4. [oncle] Jean Charles.

  5. [père] Louis-François, qui suit en 3.

  6. [oncle] Antoine Claude, hussard, tué à Smolensk le 17 août 1812.

73. [père] Louis-François BUFFET, né à Tendon le 22 juin 1791, décédé à Mirecourt le 18 septembre 1864. Engagé volontaire le 12 mars 1809 comme vélite dans les dragons dans la Garde impériale, il fait trois campagnes en Espagne et celle de Russie, entre parmi les premiers à Moscou, promu officier en mars 1813, bloqué dans Hambourg avec DAVOUT ; démissionnaire en 1814, il organise en 1815 un corps de partisans pour lutter contre l’invasion alliée puis se retire à Mire-court où il pratique le commerce et la banque. Traitant des salines de l’Est à Mire-court, président du tribunal de commerce de Mirecourt, il acquiert en 1829 le domaine de Ravenel dont il fait une exploitation modèle ; maire de Mirecourt à partir de 1840, conseiller d’arrondissement puis conseiller général des Vosges de 1843 à 1852, il est pressenti pour être candidat libéral aux législatives de 1842 (et donc censitaire) mais se retire en faveur du comte Henri Georges BOULAY de la Meurthe (1797-1858), député (1837-1848), vice-président de la République en 1848, sénateur (1852), son parent par sa sœur ; décoré de la Légion d’honneur en 1849 par Louis-Napoléon Bonaparte.

8Il existe un portrait du père du ministre, le représentant assis, tenant dans sa main gauche un exemplaire du Journal des agriculteurs, par A. Monchablon, mais daté de… 1872, soit huit ans après son décès, ce qui en fait une œuvre sans doute commandée par son fils et surtout destinée à perpétuer sa mémoire au sein de la famille (tableau reproduit en annexe de l’ouvrage de P.-R. Ambrogi).

9Louis François BUFFET épouse le 2 décembre 1817 Marie Anne Adélaïde MOITESSIER. Le contrat de mariage du 2 septembre indique un apport du futur de 5 200 F et une dot de 10 000 F pour la future.

FAMILLE MATERNELLE

10Les MOITESSIER sont une famille de la bourgeoisie marchande issue de la même région des Vosges que les BUFFET.

111. [bisaïeul] Joseph MOITESSIER, né le 2 mars 1732 à Monthureux-le-Sec (Vosges), décédé avant 1792, épouse le 16 mai 1761 à Dombasle-Devant-Darney (Vosges) Catherine HUSSENOT, décédée après 1798, doù :

  1. Louis qui suit en 2.

  2. Antoine (1771-1817), luthier à Mirecourt.

122. [aïeul] Louis MOITESSIER (1765- ?), marchand de dentelle à Mirecourt,épouse Françoise BLÉHÉE (v. 1770- ?) d’où :

13A. [mère] Marie Anne Adélaïde (16 Floréal an IV-5 mai 1796-Ravenelle près Mirecourt, 25 février 1875).

14B. [oncle] Sigebert MOITESSIER, né le 23 Nivôse an VII-12 janvier 1799, décédé à Paris le 19 mars 1889, docteur en droit, épouse Marie Inès de FOUCAULD (dont Ingres a fait deux portraits) (24 avril 1820-Paris en son hôtelde la rue d’Anjou, 12 juillet 1897), fille de Charles Édouard Armand, comte de FOUCAULD (Metz, 3 mai 1784- ?), conservateur des forêts à Paris [le comte de FOUCAULD est le cousin de François Joseph de FOUCAULD DE MIRADOUXet DE JARZÉ, père d’Anne Mélite qui épouse en 1807 François Marie Pierre ROULLET DE LA BOUILLERIE, ce qui fait de BUFFET le lointain parent dusous-secrétaire d’État aux Finances de CORVETTO en 1816-1818], et de Eugénie Charlotte Clotilde BELFROY, d’où :

  1. [cousine] Clotilde Marie Catherine (1843-Paris, 14 juin 1914), épouse à Paris, église de La Madeleine, le 23 janvier 1862 le comte Raymond Gaspard Auguste Emmanuel de FLAVIGNY (Paris (Ier arrondissement ancien), 11 juillet 1838-Paris, 15 mai 1887), fils de Maurice Adolphe Charles (Vienne (Autriche), 3 décembre 1799-château du Mortier, Monnaie (Indre-et-Loire), 7 octobre 1873), diplomate jusqu’en 1830, pair de France à vie le 25 décembre 1841, représentant d’Indre-et-Loire en 1849, député officiel au Corps législatif et membre actif du groupe des « budgétaires », conseiller général jusqu’en 1863, officier de la Légion d’honneur le 7 octobre 1747, et de Mathilde Louis de MONTESQUIOU FÉZENSAC (Paris, 12 août 1811-Paris, 1er mai 1883) ; attaché d’ambassade en Chine en 1857, préfet du Cher (20-20 mars 1871) puis des Côtes-du-Nord (8/27 mai 1872), regrette le départ de THIERS, révoqué le 30 mai 1873, chevalier de la Légion d’honneur le 14 juin 1859 ; sans postérité.

  2. [cousine] Françoise Camille Marie (1850-1934), épouse le vicomte Olivier de BONDY.

15C. [oncle] Joseph Louis Napoléon MOITESSIER (1805- ?) négociant.

16Louis François BUFFET et Marie Anne Adélaïde MOITESSIER eurent trois enfants dont Louis Joseph est l’aîné :

17A. [sujet de cette notice] Louis Joseph.

18B. [sœur] Adèle (1820-1899), épouse Octave HOUDAILLE, conseiller à la cour d’appel de Nancy, officier de la Légion d’honneur, d’où trois enfants : un fils mort jeune et deux filles, Marie et Thérèse.

19C. [frère] Louis Aimé (Mirecourt, 27 octobre 1821-16 juin 1900), polytechnicien (1840), élève à l’École nationale des Ponts et Chaussées (1842), ingénieur (1842), en chef (1869), général (1881) des Ponts et Chaussées, chevalier de la Légion d’honneur le 14 août 1861, officier le 12 juillet 1888, épouse en 1861 Marie Anne Philippine FLICHE (1840-1921), fille d’un conservateur des Eaux et Forêts ; d’où :

  1. [nièce] Jeanne (1862-1941).

  2. [neveu] Louis (12 février 1864-1956), ingénieur des Ponts et Chaussées, épouse le 28 août 1899 Valentine GILLETIN, fille d’un grand industriel de Hainfaing (Vosges), d’où [petits-neveux] François (1891-1921) et Jean (1893-1960).

  3. [neveu] Étienne (1866-1948), ingénieur, épouse la fille du marquis de BOIGUILBERT, propriétaire du château de Saint-Pierre-du-Val en Normandie.

  4. [nièce] Marie (1872-1895).

MARIAGE ET DESCENDANCE

20Louis Joseph BUFFET épouse le 26 avril 1854 Louise Marie Pauline TARGET.

211. [bisaïeul de son épouse] Jean-Baptiste TARGET (1693-1764), avocat au parlement de Paris, épouse Marie Madeleine GOHIER D’ARMENON ( ?-1765), d’où :

222. [aïeul] Guy Jean-Baptiste TARGET (Paris, 6 décembre 1733-Molières (Seine-et-Oise), 9 septembre 1806), avocat au parlement de Paris, membre de l’Académie française (1785), promoteur de l’égalité civile des protestants (1787),député du Tiers de Paris (hors-les-murs) aux États généraux, membre du club des Jacobins dont il est secrétaire fin 1789, haut-juré de la Seine (1791), juge au Tribunal de cassation (1797-1806), chevalier de la Légion d’honneur (1804) ; épouse en 1791 Jeanne Louise LE ROY DE LISA, fille de Louis, conseiller au Grand Conseil (1774-1791), d’où :

231. [père] Louis Ange Guy TARGET (Paris (psse Saint-Gervais), 4 octobre 1792-Caen (Calvados), 1er novembre 1842), avocat, préfet du Calvados le 5/12 août 1830, commandeur de la Légion d’honneur, mort en fonction ; épousePauline Eléonore LEBRET DU DÉZERT, décédée chez sa fille et son gendre, au N° 2 de la rue de Saint-Pétersbourg à Paris, le 3 décembre 1888, d’où :

  • [frère de son épouse] Paul Louis (Lisieux (Calvados), 7 mars 1821-Saint-Désir (Calvados), 28 avril 1908), licencié en droit (1843), avocat à Paris,auditeur de deuxième classe au Conseil d’État (comité des Finances) en 1845, maintenu en 1848, passe au comité de l’Intérieur et de l’Instruction publique, démissionne après le 2 décembre en 1851 pour ne pas prêter serment au nouveau régime ; membre du conseil général du Calvados depuis 1848, le quitte après le 2 décembre pour ne pas prêter serment puis écarté de toute fonction publique sous le Second Empire, s’adonne à l’agriculture et dirige Le Courrier du dimanche, supprimé en 1866 ; membre de la Commission de décentralisation de 1869 ; lieutenant-colonel de la garde nationale de Lisieux en 1870, élu représentant du Calvados le 8 février 1871, chef d’un groupe de centre droit, s’inquiète de voir THIERS se rapprocher de la gauche et contribue à sa chute, non réélu en 1876 ; nommé ministre plénipotentiaire à La Haye le 24 juin 1873, rappelé le 5 décembre 1877 ; selon X. MARMIER, c’est sa voix qui permet l’adoption de l’amendement Wallon : « cette voix décisive est venue de La Haye. C’est M. TARGET, jadis tout dévoué à la République de M. THIERS, puis l’abandonnant au 24 mai et y revenant à présent, qui de Hollande où il est ministre, a envoyé son vote par le télégraphe » (Journal, t. II, p. 344), mais Maxime DU CAMP (Souvenirs d’un demi-siècle, Hachette, 1949, t. II, p. 308-309), l’attribue au général CHABROU, ce que confirme la notice de sénateur inamovible de ce dernier ; épouse Victoire Mélanie DUVERGIER DE HAURANNE (1828-1884), fille de Prosper, député doctrinaire (1831-1850) et académicien (1879) ; chevalier de la Légion d’honneur.

  • [épouse] Louise Marie Pauline TARGET, née à Caen (Calvados) le 18 mars 1833, décédée en 1905.

24De leur mariage, sont nés sept enfants, six garçons et une fille :

  1. [fils] Anne Joseph Paul André (1851-1909), avocat à la cour d’appel de Paris, directeur du bureau politique du duc d’Orléans et de la Ligue de la jeunesse royaliste en 1898, impliqué dans l’Affaire Dreyfus, condamné en Haute Cour à dix ans de bannissement en 1899, gracié le 14 juillet 1905.

  2. [fils] Pierre Paul Louis (1855-1907), propriétaire à Mirecourt ; auteur d’un Rapport sur les octrois présenté (au conseil municipal de Mirecourt) au nom de la Commission des octrois [Mirecourt, Impr. de Chassel, 1893, 14 p. ; BN : Lk18 3074] et de Rapports de la commission municipale de Mirecourt, au sujet du règlement des dépenses faites pour les cérémonies des 18 et 19 septembre 1895 [Mirecourt, Impr. de Chassel, 1895, 29 p. ; BN : Lk183139] ; épouse Sophie JOLY, d’où [petites-filles] Elisabeth (1888-1966) et Madeleine (1890-1966).

  3. [fils] Paul Marie Aimé Victor (1859-1927) propriétaire à Paris.

  4. [fils] Jean Louis François (Saint-Désir (Calvados), 20 mai 1861-Nancy, 14 octobre 1917), licencié en droit, commis à la Cour des comptes (1885), adjoint à l’Inspection générale des finances (1888), inspecteur (1892), démissionnaire à la suite de l’affaire de son frère (1900) ; administrateur de nombreuses sociétés en France et à l’étranger ; président du conseil d’administration de la Société nancéienne de crédit industriel et commercial, prend une part considérable au développement de la métallurgie de l’Est et à ce titre en affaires avec la branche lorraine des FOULD ; fondateur en 1914 de l’Œuvre de rééducation des mutilés de guerre de la région de l’Est et auteur d’un ouvrage intitulé Du régionalisme au nationalisme financier [Paris, Berger-Levrault, 1917, X-255 p. ; BN : 8° R 28 360] ; épouse Marthe GOSSET, d’où :

    • [petit-fils] Pierre, tué à 18 ans le 1er août 1916 à Maurepas.

    • [petit-fils] Jacques (1899- ?), auteur de la Synthèse.

  5. [fille] Marthe Marie Louise Julie (1865- ?), épouse en 1887 Édouard GAST, manufacturier à Issenheim (Haut-Rhin), d’où [petit-fils] Jean, tué le 6 septembre 1914 au Grand-Couronné à 24 ans.

  6. [fils] Jacques Octave Constant François (1870-1898), propriétaire à Alcanza, province de Vera Cruz (Mexique).

  7. [fils] Philippe François Joseph (1873-1929), propriétaire à Paris. Quatre des petits-fils du ministre sont morts pour la France au cours ou à la suite des deux guerres mondiales : Jean GAST et Pierre BUFFET, déjà cités, ainsi qu’Antoine BUFFET, mort à 24 ans le 5 décembre 1919 des suites des sévices subis en représailles pour ses multiples tentatives d’évasions, et André BUFFET, tué à 42 ans le 11 juin 1940 à Œuilly.

II. LE PERSONNAGE

Les études

25Placé au collège de Mirecourt (Vosges) le jeune BUFFET montre « dès ses premières années d’heureuses dispositions pour l’étude » (COURCEL p. 514) ; envoyé à Paris par ses parents, il est placé en 1833 à l’Institution Massin dont les élèves suivent les cours du collège Charlemagne où il fait sa seconde puis sa rhétorique et sa philosophie, remporte des prix au collège et obtient quelques nominations au concours général. Au cours de ses années de formation, il fréquente le salon parisien des BOULAY de la Meurthe.

26Mais la capitale « lui a laissé une répugnance qu’il eut peine à vaincre, au point qu’il demanda et obtint la permission de commercer ses cours de droit à Strasbourg » (BROGLIE, p. 614) et cultiver son allemand. Après avoir soutenu sa thèse de licence en droit en mai 1839, BUFFET obtient de ses parents, au terme de ses études juridiques, la possibilité de faire un voyage de plusieurs mois en Angleterre pour y perfectionner son anglais et s’y familiariser avec le système politique parlementaire. Il ne revient à Paris que pour s’y inscrire comme avocat stagiaire le 8 mai 1840.

La religion

27Catholique fervent à tendance ultramontaine.

Le portrait

28On dispose d’un assez grand nombre de représentations figurées de Louis Joseph BUFFET, la première en date étant sans doute son portrait comme jeune représentant du peuple en 1848, réunie celle de ses collègues dans la Galerie des représentants du peuple. 900 portraits sur teinte lithographiés d’après nature [Paris, Basset, 1848, t. I].

29Sa carrière de ministre de l’Agriculture et du Commerce lui vaut les honneurs des caricaturistes. VIENNET le représente, nu et ailé, se mirant dans l’eau, et légendant son œuvre des lignes suivantes : « BUFFET, pendant six mois, du ministère membre [il s’agit donc selon toute vraisemblance de son second passage au ministère, d’avril à octobre 1851], contemplant ses attrais au bord du miroir, cherche à savoir d’où vient qu’on tient lieu du pouvoir le Narcisse du dix décembre » (allusion à l’élection de Louis-Napoléon Bonaparte la présidence de la République). Une seconde caricature le représente à la Chambre, debout devant le banc des ministres, les doigts croisés, alors que la légende se moque gentiment de son action publique : « BUFFET, ministre du Commerce et de l’Agriculture, cultive carottes, navets et topinambours, couronne les bœufs, encourage les vieux et fait généralement tout ce qui concerne son état. »

30Député au Corps législatif à partir de 1864, il est comme ses collègues, photographié assis et en pied (ces images sont conservées tant au cabinet des estampes de la BN que dans le fonds Napoléon – 400 AP – des Archives nationales), et renvoie une impression de sérieux qui correspond sans doute assez bien à l’image qu’il entendait donner de lui. C’est cette même expression que l’on retrouve dans la photographie du cabinet OLLIVIER (Collection A. Buffet) sur laquelle il apparaît aux côtés de SÉGRIS qui le remplace aux Finances après sa démission.

31Son rôle sous la Troisième République enfin suscite à son tour des caricatures, telle celle, due au crayon de GILL, qui croque le nouveau « Président de l’Assemblée nationale » debout en toge et tenant à la main une fleur en forme de cloche, en couverture du journal républicain L’Éclipse du 15 juin 1873, ou encore celle de C. LÉANDRE qui renvoie l’image d’un vieillard rabougri aux doigts déformés. On peut retrouver la plupart de ces portraits et caricatures en annexe de l’ouvrage de P.-R. AMBROGI.

Jugements des contemporains

32L’Illustration du 15 mai 1875 relate cette anecdote rapportée par GUYMON : « Vers le milieu de janvier 1870, à peine y avait-il quinze jours que le ministère OLLIVIER était constitué, dans une salle du Palais Bourbon, entre la porte de la salle des séances et le guichet de la distribution, M. BUFFET, alors ministre des Finances, tenait tête à un petit groupe de ministres et de députés influents parmi lesquels figuraient, si j’ai bonne mémoire, M. OLLIVIER, M. le comte DARU et M. MARTEL, alors président de la commission du budget. De quoi s’agissait-il au juste ? Je l’ignore, d’un objet de peu d’importance sans doute, car la discussion n’avait rien de bien vif et les visages respiraient la bonne humeur. M. BUFFET avait l’air de se défendre et paraissait vivement pressé. Le colloque se poursuivait à voix basse, mais à mesure qu’il devenait rapide, le ton s’élevait peu à peu, lorsque tout à coup, se dégageant d’un pas hors du groupe, M. BUFFET avec un sourire de bonne humeur où perçait cependant une pointe de raillerie et d’obstination, se prit à dire à voix haute : “Oui, je le sais bien que j’ai mauvais caractère, mais c’est ma plus grande qualité”.

33Ce que le duc de BROGLIE confirme à sa façon dans ses Souvenirs : « Il a par nature peu de goût […] et peu d’aptitude pour le pouvoir. Son esprit manque de souplesse, et son caractère qui pousse la fermeté jusqu’à l’exagération, le rendent peu propres au maniement des hommes, des intérêts privés et surtout des vanités qui est la condition imposée aux ministres dans un régime parlementaire ».

34Selon Paul BOSQ, « la haute taille se voûtait, le teint était presque livide, et il avait les yeux clignotant d’un oiseau de nuit. […] De la netteté, du courage, de la probité politique, une incontestable valeur et un souverain mépris pour le métier de courtisan du peuple […] Il fut le plus majestueux des ficeliers » (Nos chers souverains : les opportunistes, les radicaux, la concentration, la droite, le dernier bateau, Paris, F. Juven, 1898, p. 203 et 206).

Les domiciles et résidences

35Représentant des Vosges à la Constituante puis à la Législative, Louis BUFFET s’installe au 51 rue de Luxembourg. Ministre de l’Agriculture et du Commerce par intermittence de la fin 1848 à la fin 1851, occupe alors les appartements de fonction de son ministère, rue Saint-Dominique-Saint-Germain, Nos 62-64. Le reste du temps, il se loge rue Neuve Saint-Augustin, adresse qu’il donne au moment de son mariage, en 1854.

36Mais c’est au château de Ravenel, près de Mirecourt (Vosges), qu’il est installé dès que la vie publique lui en laisse le loisir, et de façon continue entre 1852 et 1864. Véritable cœur de la famille BUFFET de génération en génération, ce bâtiment très imposant compte une cinquantaine de pièces et emploie une douzaine de serviteurs chargés de l’entretien des locaux et de l’éducation des sept enfants. Le jeudi est jour de réception, et un valet en livrée accueille les visiteurs à l’entrée du salon pour les y introduire alors que quatre voitures différentes assurent les transports individuels ou de groupe.

37De nouveau député à partir de 1864, il s’installe 10 rue de Berlin jusqu’à la fin de l’Empire. Entre janvier et avril 1870, BUFFET loge à l’hôtel du ministère des Finances, rue de Rivoli, puis à partir de 1872 et jusqu’à sa mort en 1898, habite au 2 rue de Saint-Pétersbourg (VIIIe arrondissement), un hôtel particulier déclaré pour 167 880 F dans sa succession. Sa veuve y loge jusqu’à son décès, en 1905.

Les distinctions honorifiques

38BUFFET refuse une première fois la croix de la Légion d’honneur le 4 juin 1849, indiquant : « Je fais le plus grand cas de la Légion d’honneur et quand cette croix a été gagnée dans de pénibles et glorieuses campagnes [référence à son père et à son oncle], je comprends à merveille qu’on soit fier de la porter, mais quand je suis entré dans la vie publique, j’ai pris avec moi l’engagement de n’accepter aucune mesure honorifique ». Nommé chevalier de la Légion d’honneur le 28 octobre 1851, il s’abstient d’en porter le ruban.

39Élu membre libre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1890, en remplacement de son ami DARU dont il prononce, comme le veut la tradition, l’éloge funèbre ; Notice sur la vie et les travaux de M. le comte DARU [Paris, Firmin-Didot, 1893, 53 p. ; BN : Ln27 41 425].

La sépulture

40Après des obsèques célébrées à Mirecourt (Vosges), Louis Joseph BUFFET est inhumé au cimetière de la ville.

III. LA FORTUNE

41Comme député au Corps législatif, ce qu’il est au cours des dernières années du Second Empire, BUFFET se voit accorder une indemnité parlementaire de 2 500 F par mois de session ; le sénatus-consulte du 14 juillet 1866 la porte à 12 500 F par session, avec un complément de 2 500 F par mois en cas de session extraordinaire. Son traitement de ministre se monte à 100 000 F par an, soit, pour les trois mois (de janvier à mars) pendant lesquels il est en fonction, 25 000 F.

42Il dispose par ailleurs d’une confortable fortune personnelle, qui lui assure une indépendance matérielle et politique dont il est conscient, indiquant même : « on ne peut être un homme politique quand on a besoin d’une fonction rétribuée. On pourrait être tenté de la garder lorsque le devoir est de s’en démettre. Un homme politique peut être pauvre si un revenu modeste suffit à ses besoins, mais il doit agir avec le même désintéressement que s’il avait 500 000 livres de rentes. C’est ce que je crois avoir fait jusqu’à aujourd’hui, et le jour où mes charges privées m’enlèveraient cette indépendance, j’abandonnerais la vie politique » (cité par E. Salle, Notice sur Louis Buffet, p. 28).

Le contrat de mariage

43Il est passé par-devant Me Saint-Jean à Paris le 24 avril 1854, deux jours avant la cérémonie. Il prévoit que la communauté de biens des époux est réduite aux acquêts, sauf biens et droits hérités donnés ou légués (art. 1).

44L’apport du futur (art. 3) se monte à 155 000 F se composant :

  • de ses effets personnels, meubles meublants, bijoux et bibliothèques pour 10 000F ;

    • de 10 000 F en argent comptant ;

  • du tiers d’une pièce de bois de 20 ha, le bois de Sonmaumont, à Mirecourt (le reste appartenant à ses parents) ;

  • des 5/7e d’une ferme appelée Ravenelle à Mirecourt et communes avoisi nantes, consistant en terres labourables, prés, pâtis, courtilles, jardin et maison d’exploitation (le reste appartenant à ses parents qui s’engagent à le lui léguer à leur décès), qu’il a acheté le 12 avril 1843 avec 100 000 F remis par ses parents qui lui en ont fait ultérieurement donation par acte du 18 septembre 1847.

45Louis BUFFET bénéficie en outre (art. 4) d’une avance d’hoirie de 35 000 F, soit les 2/7e restant de la ferme de Ravenelle, d’un revenu brut de 700 F, acquis le 12 avril 1843.

46L’apport de la future (art. 5) est sensiblement plus important, formé de :

  • 2 inscriptions de rente, 88 F à 4 % et 300 F à 3 % (provenant de ses économies) ;

    • 3 000 F en deniers comptant (provenant de ses économies) ;

  • la terre des Mollières et le domaine de Montabé réunis en une seule et même exploitation sur la commune des Mollières (canton de Limours, arrondissement de Rambouillet, Seine-et-Oise) avec bâtiment d’habitation et d’exploitation pour le fermier, terres labourables et bois ;

  • la maison d’habitation dite Monchanin et ses dépendances, sur la commune des Mollières ;

    • 4 000 F provenant de la vente, le 18 novembre 1833, de 2,1737 ha de terre ;

    • 59 423,86 F provenant de la succession de son père et de la communauté formée par celui-ci avec sa mère ;

    • le reliquat de la succession de son père, représentant « un actif sans importance », la mère de la future renonçant à l’usufruit dont elle jouissait sur la succession de son époux décédé.

47S’y ajoute (art. 6) une avance d’hoirie de 156 572 F, composé de :

  • 120 000 F pour la ferme de Lanoux, commune des Mollières, qui lui appartient en toute propriété à dater du mariage, d’un revenu brut de 2 920 F ;

    • 20 000 F dus comme fermage ;

    • 16 572 F en trousseau et deniers comptants.

48Au total, la dot de Mlle TARGET se monte à 222 995,86 F en argent, complétée par des biens immobiliers non estimés mais conséquents.

49L’article 9 prévoit un préciput de 15 000 F au survivant et l’art. 11 une donation au dernier vivant.

50La liste des signataires du contrat donne une bonne idée de la place – prestigieuse – qu’occupent BUFFET et la famille TARGET dans la société française du milieu du xixe siècle. On retrouve en effet parmi ceux qui honorent les futurs de leur présence : pour lui, outre les membres de sa famille (son frère, son beau-frère HOUDAILLE, ses oncle et tante MOITESSIER, mais pas ses parents, semble-t-il absents), nombre de députés anciens ou actuels (le comte de BRYAS, de VATRY,le comte de LESSEPS, BESAL, LEVASSEUR, le marquis de TALHOUËT ou encore MONTALEMBERT), les ministres LANJUINAIS, O. BARROT et DUFAURE, les ministres de Prusse et des Pays-Bas, enfin GRÉTERIN, directeur général des Douanes et Victor de LAVENAY, son ancien secrétaire général au ministère de l’Agriculture et du Commerce, récemment nommé maître des requêtes au Conseil d’État ; pour elle, outre son frère et ses parents, des représentants du même monde, comme les (anciens) parlementaires DUVERGIER DEHAURANNE (par ailleurs son parent), le marquis de VOGÜE, Gauthier de ROMILLY, WOLOWSKI (fondateur du Crédit foncier), LEROY-BEAULIEU ouBERRYER, les (anciens) ministres JAUBERT, SÉNARD, THIERS (accompagné de Mme et de Mme DOSNE) ou PASSY (ancien titulaire des Finances), enfin la baronne BENOIST D’AZY (bientôt apparentée à Charles LEBÈGUE DE GERMINY).

L’établissement des enfants

51Les documents disponibles ne permettent de connaître précisément que les modalités de dotation de la seule fille du couple BUFFET-TARGET : le contrat de mariage du 13 juin 1887 prévoit que leur fille Marthe, future épouse GAST, reçoit de ses père et mère, solidairement entre eux avec des deniers et valeurs de communauté, une dot imputable sur la succession du prémourant des donateurs et subsidiairement sur celle du survivant, à hauteur de 52 500 F. Dans sa thèse consacrée aux Notables des Vosges, Jean Henri indique de son côté que chacun des enfants a bénéficié d’une dot de 60 000 F, ce que l’indication ci-dessus contredit, mais qui permet cependant de disposer d’un ordre de grandeur.

52Il semble par ailleurs que les deux fils n’ayant pas contracté d’alliance, Jacques et Philippe, aient respectivement reçus de leurs père et mère une avance d’hoirie de 15 000 F et 30 000 F, mais à une date qu’il n’a pas été permis de préciser.

La succession laissée par le mari

53Décédé le 7 juillet 1898, Louis BUFFET lègue l’ensemble de ses biens à son épouse survivante, selon les termes du contrat de mariage, ce qui explique qu’aucun inventaire après décès n’ait été établi alors. Sa succession est déclarée aux services de l’enregistrement parisien en trois fois, en date des 4 janvier 1899, 12 avril 1899 et 4 avril 1905, à la suite du décès de son épouse.

54L’actif de la communauté à déclarer à Paris se compose de :

  • Mobilier garnissant l’appartement de M. et Mme BUFFET à Paris, rue de Saint-Pétersbourg, N°2, estimé 4 001 F ;

    • Compte courant au Crédit industriel au 7 juillet 1898 pour 10 034,36 F ;

    • 2 actions de 100 F chacune de la société anonyme des Publications conservatrices au nom de BUFFET (Louis Joseph) évaluées à 200 F ;

    • 1 action au porteur de la Cie des chemins de fer de l’Est d’une valeur de 1 100 F ;

  • 15 obligations 3 % anciennes de la Compagnie des chemins de fer du Nord au porteur, d’une valeur de 7 200 F ;

  • 15 obligations des Chemins de fer de Madrid à Saragosse et à Alicante, de

  • 500 F 3 % (anciennes) au porteur, d’une valeur de 3 577,50 F ;

    • 1 action de la compagnie d’assurances L’Armorique d’une valeur de 100 F ;

    • 4 actions de La Mélusine – Prévoyance – Réassurances, compagnie anonyme de réassurances et de prêts à la grosse, d’une valeur de 1 600 F ;

    • 4 actions de la compagnie La Prévoyance, Risques de navigation maritime et intérieure et de prêts à la grosse, d’une valeur de 12 000 F ;

    • 5 actions du Comptoir maritime de 5 000 F d’une valeur de 10 000 F ;

    • 10 obligations de 500 F 6 % du gouvernement de Corrientès (République argentine), emprunt de 1888, au porteur, d’une valeur de 1 850 F ;

  • Solde du compte de M. DEBARD, gérant de la ferme des Molières, pour 2 567,92 F ;

    • Dot constituée à Mme GAST aux termes de son contrat de mariage reçu par Me PÉAN DE SAINT-GILLES, notaire à Paris le 13 juin 1887 par M. et Mme BUFFET, ses père et mère solidairement entre eux avec des deniers et valeurs de communauté, ladite dot imputable d’abord sur la succession du prémourant des donateurs et subsidiairement sur celle du survivant, pour 52 500 F ;

    • Somme avancée à M. Jacques BUFFET, par M. et Mme BUFFET, ses père et mère, pour 15 000 F ;

    • Somme avancée à M. Phlippe BUFFET, par M. et Mme BUFFET, ses père et mère, pour 30 000 F ;

    • Créance pour une personne avenue de Wagram, pour 150 F ;

    • Créance pour les époux TIRARD, des Molières, pour 14 365,10 F ;

    • Prorata de l’indemnité à laquelle avait droit M. BUFFET en qualité de sénateur, pour 156 F.

    • Prorata au 7 juillet 1898 des revenus des valeurs suivantes propres à Mme BUFFET et reprises par elle en nature pour un total de 1 475,45 F décomposé en :

    • 2 180 F de rente 4 % 1894 6e émission au porteur pour 42,37 F ;

    • 1 100 F de rente belge 3 % 1895 au porteur, pour 206,58 F ;

    • 18 obligations foncières de 500 F 3 % 1879 au porteur pour 44,82 F ;

    • 2 obligations foncières de 500 F 4 % 1853 au porteur ;

    • 7 obligations de la Ville de Paris de 500 F 4 % 1865 au porteur pour 55,08 F ;

    • 17 obligations de la Ville de Paris de 400 F 3 % 1871 au porteur pour 3,53 F ;

    • 103 obligations de la Ville de Lyon de 500 F 3 % au porteur pour 25,90 F ;

    • 20 actions de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans pour 206,94 F ;

    • 4 actions de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans au porteur pour 37,59 F ;

    • 1 action de jouissance de la Cie des chemins de fer d’Orléans pour 2,59 F ;

  • 99 actions de la Compagnie des chemins de fer de l’Est au porteur pour 629,26 F ;

    • 5 actions de jouissance de la Compagnie des chemins de fer de l’Est au porteur pour 12,92 F ;

    • 15 obligations de la Compagnie des chemins de fer du Nord de 500 F 3 % au porteur pour 3,92 F ;

    • 9 obligations des chemins de fer lombards de 500 F 3 % au porteur pour 2,29 F ;

    • 13 obligations Asturies-Galice-Léon de 500 F au porteur pour 50,11 F ;

    • 5 obligations des chemins de fer de Séville-Xérès à Cadix au porteur pour 0,93 F ;

    • 13 obligations de 500 F 3 % des chemins de fer de Madrid à Saragosse au porteur pour 3,61 F ;

    • 27 actions des Messageries maritimes pour 83,25 F ;

    • 15 actions du Creusot pour 68,75 F ;

    • 4 obligations de la Compagnie de Panama à lots de 400 F au porteur.

55Le total de l’actif de la communauté s’établit donc à 167 881,33 F.

56Il convient cependant d’en soustraire l’ensemble des reprises de Madame BUFFET.

571 -Reprises en deniers

58A - résultant de son contrat de mariage :

  • deniers comptants apportés en mariage pour 3 000 F ;

  • trousseau et deniers comptants constitués en dot à Mme BUFFET, pour 16 576F ;

  • somme provenant d’une quittance Brébau, apportée au mariage et provenant de la succession de M. TARGET (partage ci-après énoncé), pour 4 000 F ;

  • autre somme apportée au mariage comme provenant de la succession de M. TARGET et de la société d’acquêts ayant existé entre M. et Mme TARGET (partage reçu par Me SAINT-JEAN, notaire à Paris, le 11 mars 1848), pour 59 423,86 F ;

  • somme due par M. DAVID, fermier des Mollières, constituée en dot à Mme BUFFET, pour 20 000 F ;

  • inscription de 88 F de rente 4 % apportée en mariage, ne se retrouvant pas en nature et représentant une valeur de 1 925 F ;

  • inscription de 300 F de rente 3 % apportée en mariage, ne se retrouvant pas en nature et représentant au jour du mariage une valeur de 6 892 F.

59B - résultant du partage (reçu par Me PÉAN DE SAINT-GILLES, notaire à Paris, le 28 février 1889) de la succession de Mme Pauline Eléonore LEBRET DUDÉZERT, veuve de M. Louis Ange Guy TARGET, décédée à Paris en sa demeure rue de Saint-Péterbourg N° 2, le 3 décembre 1888 et mère de Mme BUFFET

  • partie de mobilier attribuée à Mme BUFFET, pour 5 591,85 F ; -391 F de rente française 3 % au porteur vendues le 19 avril 1890, pour 11 561 F ;

  • sur les 25 actions Orléans nominatives attribuées à Mme BUFFET, 1 remboursée pendant le mariage, pour 492,50 F ;

  • sur les 111 actions de la Compagnie des chemins de fer de l’Est au porteur, 10 vendues le 4 février 1898 et 2 remboursées, l’une en 1893, l’autre en 1897, pour 11 832,56 F ;

  • 50 actions de la Société générale du crédit industriel et commercial vendues le 20 mai 1889, pour 10 696,45 F ;

  • sur les 39 actions au porteur des Chemins de fer de Madrid à Saragosse attribuées à Mme BUFFET, 20 vendues le 3 avril 1889 et 19 autres ne se retrouvant pas en nature, portées pour une valeur totale de 10 657,55 F ;

  • 38 actions des Chemins de fer de l’Est au porteur ne se retrouvant pas en nature et portées pour une somme de 8 336,25 F ;

  • sur les 4 actions de jouissance de la Compagnie des chemins de fer de l’Est au porteur et attribuées à Mme BUFFET, 1 vendue le 20 janvier 1897 pour 467,25 F ;

  • sur les 10 obligations foncières (1853) de 500 F 4 % au porteur, 8 remboursées au pair entre 1890 et 1893, pour une somme de 3 940 F ;

  • 35 obligations foncières de 400 F (1877) au porteur remboursées entre 1889 et 1896, pour une somme de 13 790 F ;

  • sur les 20 obligations foncières de 500 F (1879) au porteur attribuées à Mme BUFFET par ledit partage, 2 remboursées pour une somme de 968,25 F (les 18 autres se retrouvant en nature) ;

  • 443 obligations foncières de 500 F à 3 % (1883) au porteur, vendues entre 1890 et 1897, pour une somme totale de 187 478,47 F ;

  • sur les 100 obligations de 800 F 4 % de la Compagnie des chemins de fer du Nord attribuées à Mme BUFFET, 86 vendues en 1898 pour 39 990,85 F ;

  • somme attribuée à Mme BUFFET en remboursement de 8 obligations de la Ville de Lyon pour une somme de 4 004,16 F ;

  • somme attribuée à Mme BUFFET sur celle due par le Crédit foncier de France, pour 1 834,37 F ;

  • somme rétablie par Mme BUFFET comme lui ayant été remise par Mme Target, sa mère, aux termes du partage susnommé, pour 112 196,69 F ;

  • somme attribuée à Mme BUFFET sur les deniers comptants existants au décès de Mme TARGET, sa mère, pour 8 394,48 F.

60C - résultant d’aliénation d’immeubles propres à Mme BUFFET, comme

61dépendant du domaine de Molières et par elle apporté en mariage ou à elle constitué en dot :

    • suivant contrat par devant Me THIBAULT, notaire à Limours (Essonne), du 8 août 1862, vente à M. Frédéric PICOT, moyennant le prix de 8 500 F ;

    • suivant contrat par devant Me GOUSSU, notaire à Briis-sous-Forges (Essonne), du 26 janvier 1877, vente de la ferme de la Noue à M. Alexandre Dominique MASURE, moyennant le prix de 115 000 F payés comptants ;

    • suivant procès verbal dressé par Me DELAHAYE, notaire à Limours, le 16 septembre 1877 adjudication de diverses terres pour la somme de 71 364,66 F ;

    • suivant procès verbal dressé par Me DELAHAYE, le 17 septembre 1877 vente à M. DOUCET moyennant 220 F ;

    • suivant procès verbal dressé par Me DELAHAYE, le 17 mai 1878 vente à M. LEFAURE moyennant 17 000 F ;

    • suivant contrat devant le même notaire du 21 novembre 1878, vente à M. FOURCAUT pour la somme de 278 F ;

    • suivant procès verbal dressé par Me DELAHAYE, le 10 février 1884, adjudi cation à divers pour la somme de 38 040 F ;

    • suivant contrat devant ledit Me DELAHAYE du 5 mai 1884, vente à M. CHAUVIN moyennant la somme de 10 380 F ;

    • suivant contrat devant le même notaire du 16 mai 1884, vente à M. ANGER, moyennant la somme de 6 000 F ;

    • suivant procès verbal dressé par Me MASURE, notaire à Limours le 11 octobre 1896 adjudication à divers pour la somme de 27 910 F ;

    • suivant deux contrats reçus par Me MASURE, le 31 octobre 1896, vente à divers pour une somme de 47 648,85 F ;

    • suivant contrat devant le même notaire du 31 octobre 1896, vente à M. LEBLANC pour une somme de 1 950 F ;

  • cession à la commune de Molières en 1866 et 1871 réalisées par actes administratifs en date du 4 juillet 1877 de diverses parcelles moyennant une somme de 712,95 F.

62Total des reprises en deniers de Mme BUFFET : 813 846,49 F.

63Et d’en soustraire les récompenses par elle dues :

    • excédent de dépenses du compte de tutelle de Mme BUFFET rendu par Mme veuve TARGET, sa mère (arrêté du compte devant Me SAINT-JEAN, notaire à Paris, du 27 juillet 1854), pour une somme de 67,30 F ;

    • frais de reddition dudit compte de tutelle pour 151 F ;

    • moitié à la charge de Mme BUFFET des frais funéraires et autres après le décès de Mme veuve TARGET sa mère, pour 413,97 F ;

    • prorata d’impôts (payés par la communauté) des parcelles restant du domaine des Molières du 7 juillet au 31 décembre 1898 pour 48,55 F ;

    • prix d’une ferme sise à Ravenel, commune de Mirecourt (Vosges) acquise par Mme BUFFET, à titre d’emploi des sommes par elle apportées en mariage (acquisition faite suivant contrat reçu par Me AUBRY, notaire à Mirecourt, les 30 et 31 mai 1898), moyennant le prix de 31 000 F payés comptant ;

    • frais de cette acquisition pour 3 334,91 F sur lesquels il n’a été payé au décès de M. BUFFET que 62 F.

64Total des récompenses : 31 802,82 F.

65Ce qui porte le total des reprises de Mme BUFFET à 782 061,57 F.

66L’actif de la communauté (167 881,33 F) se trouve donc totalement absorbé par les reprises opérées par la veuve qui demeure créancière de la succession à hauteur 614 180,24 F. Pour autant cette succession parisienne est à compléter par celle déposée aux archives départementales des Vosges et qui atteint la somme de 1 055 400 F.

67Le domaine de Ravenel en est sans conteste le joyau : acquis par le père du ministre en 1829 au régisseur du marquis de CHOISEUL, il couvre 138 ha bientôt augmentés de 60 ha de labours et de 20 ha de bois, acquisitions financées par ses revenus d’ancien officier de l’Empire, de commissaire priseur des Salines de l’Estet les apports de son épouse Adélaïde MOITESSIER. À sa mort en 1864, c’est son fils Louis Joseph qui hérite du domaine qu’il agrandit encore pour en faire l’un des plus vastes et des plus riches domaines du Xaintois : en 1898, il couvre près de 230 ha, répartis en 167 ha de labours, 33 ha de prés, 7 ha de vigne et 20 ha de bois. Les parcelles sont dispersées sur les communes avoisinantes de Mattaincourt, Domvallier, Ramecourt et Mirecourt et la gestion du domaine est confiée à un régisseur dévoué et compétent, M. MULOT, distingué par le comice agricole de Mirecourt en 1875, et qui l’exploite en polyculture à but commercial : 120 ha de blé (au rendement de 20 hl par ha, soit 240 hl), 200 hl de pommes de terre de consommation, 50 vaches normandes dont le lait est vendu à Mirecourt même, ce qui en fait la plus belle vacherie du département, 12 chevaux de trait et d’apparat, 30 bœufs, 400 moutons d’Alfort, sur des prairies dont 60 ha drainés et 25 ha irrigués, complété par une production de 120 tonnes de betteraves et 400 tonnes de foin, plus 1 300 tonnes de fumier qui servent à l’amendement des terres, le tout produisant un revenu annuel de 7 000 F. Louis Joseph BUFFET tire également un revenu substantiel de ses 7 ha de vigne et possède une importante cave à Mattaincourt, entretenue par six vignerons. Plus généralement, il est possible qu’il ait profité des conseils de son beau-frère TARGET, grand propriétaire en Normandie et auteur de travaux sur l’agriculture. Au centre du domaine, le château de Ravenel en constitue le cœur au revenu théorique de 2 300 F, représentant au denier 20 un capital de 46 000 F.

IV. LA CARRIERE

AVANT LE MINISTERE DES FINANCES

Avocat

68Inscrit au barreau de Paris le 8 mai 1840, BUFFET commence sa carrière d’avocat au cabinet Liouville, mais plaide alternativement à Nancy, où il cherche à s’établir, et à Paris. En 1843-1844, il est choisi comme deuxième secrétaire de la conférence MOLÉ-TOCQUEVILLE, y rencontre le duc de BROGLIE et devient l’un de ses proches ; il s’exerce également à l’art oratoire à la Conférence d’Orsay dont il est plusieurs fois le président.

69Selon l’un de ses biographes, le baron de COURCEL, « il fut question pour M. BUFFET à cette époque [c’est à dire au début des années 1840] d’entrer comme auditeur au Conseil d’État. Il hésita quelque temps puis abandonna cette piste. Il écrivait à ce sujet à son père, en avril 1843 : “Je ne puis qu’être imparfaitement édifié sur les avantages de cette carrière qui, contrairement à tous mes projets et à mon penchant, me fixerait pour bien longtemps à Paris, sinon pour toujours… J’avais rêvé une existence calme, indépendante, peut-être une petite réputation de clocher, et puis surtout le bonheur de vivre près de vous ! Ne vais-je pas faire le sacrifice de tout cela ?” ». Un peu plus tard, une place de sous-préfet lui aurait été proposée et son introduction dans la carrière administrative se serait combinée avec un mariage qui lui assurait pour l’avenir protection utile et richesse. Il raconte dans une lettre à son père l’impression que lui fit cette ouverture : « Je répondis que certainement je ne me marierais jamais par pure ambition soit de place, soit d’argent ; que les qualités personnelles de la femme que j’épouserais seraient toujours la grande raison déterminante […] Il est certain par ailleurs que ce mariage me placerait dans une position tout à fait dépendante. Je serais garrotté à l’administration, sans pouvoir en sortir, obligé de passer ma vie à approuver et à appuyer des actes que je croirais funestes à mon pays… ». L’on comprend dès lors qu’il ait décliné l’une et l’autre propositions.

70Confronté à la chute de la monarchie de Juillet, il se rallie à la République au lendemain du 24 février 1848 ; face au nouveau régime, il exprime « peut-être des craintes communes, mais nulle prétention aveugle ; aucun engagement personnel ne l’empêchait d’y faire en conscience et sans arrière-pensée une sincère adhésion » selon les termes de son autre biographe, le duc de BROGLIE. Homme d’ordre et appartenant à une famille notable du département, bientôt « porté par [les] vœux [de ses concitoyens] à la sous-préfecture de Mirecourt, il occupa transitoirement ce poste, dans lequel il s’agissait surtout, pendant les premiers jours, d’aider au maintien de l’ordre et à l’apaisement des esprits » (COURCEL, p. 520). On retrouve effectivement BUFFET « sous-commissaire de la République » (selon la terminologie du moment) à Mirecourt du 10 mars au 17 avril 1848, placé sous l’autorité successive des commissaires Léopold TURCK, en fonction depuis le 2 mars mais démissionnaire le 21 mars, puis de Félix BALLON, nommé le lendemain. Mais il abandonne bientôt ces fonctions pour se consacrer à la campagne électorale en vue des élections à l’Assemblée nationale constituante.

Représentant des Vosges

71Candidat à la députation, BUFFET adresse aux délégués de comités électoraux du département des Vosges une circulaire électorale en date du 26 mars 1848 : il y expose un programme modérément orienté à gauche, mais se pose avant tout en partisan de l’ordre. Le 23 avril 1848, il est élu représentant du peuple pour le département des Vosges par 71 492 voix sur 85 950 votants, le second de la liste après son parent BOULAY de la Meurthe. Commence alors une carrière parlementaire « d’un demi-siècle » indique le duc de BROGLIE, couronnée par la présidence de la Chambre sous la Troisième République, mais interrompue par une « retraite de douze années, les plus belles de la vie d’un homme », de 1851 à 1863.

72À l’Assemblée nationale constituante, il siège à droite, auprès de THIERS, O. BARROT et DUFAURE. Partisan déclaré d’une « Constitution à l’anglaise », il apparaît comme une des figures montantes du courant orléaniste et se fait remarquer par ses connaissances en économie politique. Élu secrétaire du comité des Finances, il « s’applique avec ardeur, et bientôt avec succès, à cultiver une science toute nouvelle pour lui. Les connaissances qu’il acquit ainsi en matière financière lui furent souvent utiles par la suite, et il se fit une originalité de ce qui devait être toujours le principe dirigeant de cette banche de la politique, la sévérité des calculs » (COURCEL, p. 528).

73Sa première intervention à la tribune date du 30 août 1848 : il soutient alors la proposition de WOLOWSKI tendant à abroger le décret du 2 mars 1848 qui limite la durée du travail des ouvriers à 10 heures à Paris et à 11 heures en province et abolit le marchandage, décret finalement aboli le 9 septembre suivant. Une autre de ses interventions notables porte sur le projet de loi relatif à l’enseignement agricole prévoyant l’établissement d’une ferme école dans chaque département, des instituts régionaux et un institut supérieur : il s’y oppose, y voyant un excès de pouvoir de la bureaucratie et estimant qu’il existe déjà des exploitations modèles, comme le domaine paternel de Ravenel, aptes à former les futurs agriculteurs [Moniteur universel du 3 octobre 1848].

74Lorsque les faubourgs parisiens se soulèvent en juin 1848, il paie de sa personne face aux barricades – de la même façon que l’avaient fait Achille FOULD et son fils aîné – et considère dès lors que « La République ne sera sauvée que par les républicains du lendemain, par ceux qu’on appelle aujourd’hui les réactionnaires et qui ne réagissent que contre l’absurdité et l’incapacité scandaleuse des hommes de la veille » (COURCEL, p. 529).

75Lors du débat sur le mode de désignation du chef de l’État, il se prononce en faveur d’une élection au suffrage universel : « Je suis convaincu qu’un Président élu par l’Assemblée n’aurait jamais possédé l’autorité morale nécessaire pour gérer avec succès les affaires du pays […] L’élection par le suffrage universel m’a paru une occasion de faire entrer, d’une manière large et franche, la nation toute entière dans la République, au lieu de la tenir, en quelque sorte, à la porte comme on l’a fait jusqu’ici […] L’élection par l’Assemblée était évidemment un coupd’État, car le pays ne nous avait point donné mission de nommer le Président. Orje comprends, dans certains cas, les coups d’État. Ils sont quelque fois légitimés par l’intérêt manifeste du pays. Si j’avais été absolument convaincu que le salut du pays était attaché à la présidence de M. CAVAIGNAC et si j’avais pensé d’un autre côté que le seul moyen de le faire arriver à ce poste suprême, c’était l’élection par l’Assemblée, peut-être me serais-je résigné à sacrifier le droit et les principes au salut public » écrit-il à sa famille le 12 octobre 1848.

76Pressé par ses électeurs de se déclarer en faveur d’un candidat, il se prononce « à la dernière heure » pour CAVAIGNAC, bientôt largement battu par Louis-Napoléon Bonaparte, dans les Vosges (par 13 279 voix contre 78 899) comme dans le reste du pays.

Ministre du prince-président

77BUFFET est pourtant appelé à faire partie du premier ministère personnel de Louis-Napoléon Bonaparte, comme ministre de l’Agriculture et du Commerce, le 29 décembre 1848, en remplacement de BIXIO, démissionnaire.

78Lors du remaniement intervenu le 2 juin 1849, TOCQUEVILLE pose pourtant une condition à son entrée au Gouvernement, rappelée dans ses Souvenirs : « Je demandai pour [LANJUINAIS le portefeuille] de l’Agriculture et du Commerce, que tenait depuis le 30 décembre [1848] BUFFET, ami de FALLOUX et même son complaisant assez servile dans le conseil ; celui-ci refusa de laisser partir son collègue ; je m’opiniâtrai ; le nouveau cabinet presque formé fut pendant vingt-quatre heures comme dissous. Pour vaincre ma résolution, FALLOUX tenta une démarche directe ; il vint chez moi, où j’étais retenu dans mon lit, me pressa, me pria de renoncer à LANJUINAIS et de laisser son ami BUFFET à l’Agriculture. J’avais pris mon parti et je restai sourd. FALLOUX dépité, mais toujours maître de lui-même, se leva enfin. Je crus que tout était manqué ; tout était gagné, au contraire. “Vous le voulez, me dit-il, en me tendant la main avec cette bonne grâce aristocratique dont il savait si naturellement recouvrir tous les sentiments, même les plus amers ; vous le voulez, c’est à moi de céder.” De son côté, FALLOUX signale dans ses Souvenirs que « M. BUFFET se retira sans autre récompense que le profond regret de ses amis et la pleine satisfaction d’une conscience désintéressée ». Tout indique pourtant qu’il soit resté en en fonction jusqu’au 31 octobre 1849, date de la formation du gouvernement dirigé par HAUTPOUL.

79Entre-temps, BUFFET avait été réélu représentant des Vosges à la Législative le 13 mai 1849 avec 43 442 voix sur 71 000 votants ; dans sa profession de foi, il proteste de son « dévouement absolu, inébranlable, à ces grands principes qui sont l’éternel fondement de toute société et qu’on a vus, de nos jours, si audacieusement attaqués par des sophistes et des factieux ». Membre de la réunion de la rue de Poitiers, il siège au centre droit et participe aux travaux de la commission parlementaire chargé de l’élaboration de la loi du 31 mai 1850 qui restreint l’exercice du suffrage universel en exigeant des électeurs des conditions de résidence et une absence absolue de condamnation, même minime.

80Il retrouve son portefeuille de l’Agriculture et du Commerce dans le gouvernement dirigé par FAUCHER, du 10 avril au 24 octobre 1851, et y côtoie MAGNE, en charge des Travaux publics. Cette dernière tentative constitutionnelle avant l’épreuve de force entre le Président et l’Assemblée que tout le monde sait désormais inéluctable se solde par la démission du cabinet après que le Président se soit déclaré contre la loi du 31 mai (dont il est, on l’a vu, l’un des auteurs).

81Dans une allocution prononcée devant le comice agricole de Mirecourt, il exhorte alors son auditoire à ne pas s’en remettre à un homme providentiel et à défendre la Constitution, ce qu’il fait comme simple député depuis la chute du ministère auquel il appartenait. Entre le 21 et le 30 novembre 1851, il participe en tant que principale figure de la majorité conservatrice, avec DARU et MONTALEMBERT, à une ultime tentative de conciliation avec Louis-Napoléon Bonaparte, représenté lors de ces discussions par FOULD, BAROCHE et ROUHER. Il se dit prêt à concéder une prolongation de ses pouvoirs au chef del’État, mais à la condition qu’il obtienne la majorité absolue (et non des trois-quarts comme le prévoit l’article 111 de la Constitution) lors d’un vote à l’Assemblée. Mais c’est sur les modalités de violation de ce même article que le désaccord intervient, les émissaires du prince-président jugeant nécessaire une action concertée du Président et de la majorité, alors que les parlementaires n’acceptent qu’un appel au peuple. Les deux parties se séparent alors sur un constant d’échec.

Le reclus des Vosges

82Au matin du 2 décembre 1851, BUFFET se rend avec ses collègues exclus du Palais Bourbon à la mairie du Xe arrondissement (ancien, aujourd’hui détruite et située rue de Grenelle-Saint-Germain, face à la rue des Saints-Pères) pour y préparer une protestation. L’intervention de la force armée entraîne son arrestation : conduit d’abord à la caserne du quai d’Orsay puis détenu plusieurs jours au château de Vincennes, il refuse de signer un engagement à ne plus participer à un acte de résistance et n’est libéré que lorsque la situation est définitivement sous le contrôle de Louis-Napoléon Bonaparte. Il regagne alors sa ville de Mirecourt, décidé à pendre le recul qui lui semble nécessaire.

83Dès lors, il se refuse à toute manifestation de ralliement au nouveau régime et manifeste « un rare et complet désintéressement » (BROGLIE, p. 625), bien qu’il eût pu le faire sans rougir, ayant été par deux fois le ministre du nouveau maître du pays et s’en étant séparé dans les meilleurs termes. « Si, après l’émotion des premiers jours, et surtout après que l’acte du 2 décembre eut été ratifié par lesuffrage plébiscitaire, il s’était présenté à l’Élysée, un accueil bienveillant lui aurait été probablement réservé ; sa protestation de la première heure eût aisément été regardée comme une affaire de pure forme ou une boutade d’humeur » (BROGLIE, p. 625-626). Sa position est d’ailleurs mal comprise jusque dans son collège électoral, parmi ses amis, sa famille : dans une lettre à son père datée du 13 décembre, il écrit : « Croyez bien que, si je ne partage pas votre manière de voir, je respecte et j’honore du fond de mon cœur vos opinions, toujours inspirées par un patriotisme sincère et par un sens plus juste et plus pratique, je le sens, que celui dont je suis doué. Je suis, du reste, entièrement d’accord avec vous sur un point. J’ai fait mon devoir en défendant mon mandat ; mais je ne ferai jamais rien qui excède la limite de mon devoir et qui soit de nature à troubler la paix publique, ni même le sommeil un peu léthargique auquel la France, tant éprouvée par les révolutions, est disposé à s’abandonner au moins pour quelque temps. Si le paysratifie le coup d’État, je ne ferai pas, même alors, acte d’adhésion ; mais je me soumettrai respectueusement à la volonté nationale. » Et de fixer sa ligne de conduite pour les années à venir dans une autre lettre, datée de la fin décembre 1851 : « Je suis complètement résolu, non seulement à ne pas demander, mais à n’accepter, ni aujourd’hui, ni plus tard, aucune situation à la nomination du pouvoir exécutif. Je ne puis être, et ne serais jamais, que représentant ou ministre, et ministre dans un gouvernement représentatif, ou rien […] Je suis aujourd’hui ce que j’étais avant le 2 décembre, conservateur d’abord, et sagement libéral » (COURCEL, p. 537-538 et 540).

84À l’annonce des élections de janvier 1852, ses électeurs s’apprêtent à le réélire et interprètent son refus d’être candidat comme un indice de sa prochaine nomination au Sénat, avant de se résoudre à croire à une opposition qui le place du côté des révolutionnaires. Le scrutin passé, il éprouve le besoin d’expliquer nettement les motifs de sa conduite à ses commettants : « le motif de ma conduite se trouve surtout dans la politique qui a été suivie depuis cette époque : le bannissement d’hommes auxquels on ne pouvait reprocher qu’une opposition parfaitement légale, les décrets du 22 janvier [sur la confiscation des biens de la maison d’Orléans] qui sont à mes yeux un monument déplorable d’iniquité, et les actesmoins fâcheux qui en ont été les conséquence, la destitution de conseillers d’État [dont son beau-frère TARGET], coupables d’avoir jugé selon leur conscience, enfin une constitution qui enlève à la nation toute participation sérieuse à ses propres affaires, voilà les raisons qui m’obligent à me tenir à l’écart » (BROGLIE, p. 626-628).

85Pendant son « exil intérieur », BUFFET ne manifeste aucune impatience, se réjouit au contraire de tout ce qui renforce la position de la France à l’étranger : les succès militaires de la guerre de Crimée puis le congrès et la paix de Paris (du 26 février au 30 mars 1856) qui ont « eu, entre autres résultats, la dissolution de la coalition européenne, qui, depuis 1789, avait toujours subsisté au fond contre nous. La France a recouvré sa liberté d’action en se portant à la défense des intérêts généraux de l’Europe, et en prouvant qu’elle pouvait faire une guerre politique pour un objet défini qui ne dégénérât pas en une guerre de conquête de et révolution » (lettre à son père après la conclusion du traité de Paris) ou la naissance du prince impérial en 1856. « Je reconnais que la naissance du Prince impérial est venue mettre le comble à tant de prospérité en donnant à l’établissement impérial une condition très importante de stabilité. Je ne suis pas un adversaire aveugle et passionné du gouvernement actuel ; mais tout en reconnaissant l’habileté de son chef, les services qu’il a rendu et sa merveilleuse fortune, je ne demeure pas moins convaincu qu’un pouvoir sans contrôle sérieux doit finir par s’égarer et par convaincre le monde que les garanties constitutionnelles dont on fait si peu de cas aujourd’hui, après les avoir voulues si exagérées, sont bonnes à quelque chose. Je resterai fidèle à cette conviction sans découragement, sans impatience, sans amertume et surtout sans me croire obligé à dénigrer ce qui se fera bien par d’autres voies. Ce que je voudrais, ce serait qu’au lieu de voir toutes ces libertés, maintenant délaissées, ressaisir brusquement, à un jour donné, leur empire sur les esprits, elles fussent graduellement et pacifiquement reconquises par le progrès vrai et ferme de l’esprit public, et à mesure que leur utilité pratique serait mieux comprise par l’effet de leur privation. Voilà l’œuvre à laquelle j’aurais aimé à travailler dans le sein du Corps législatif, si j’y étais entré. Je suis donc décidé à me tenir bien tranquille. Je renonce avec d’autant moins de peine, à toute ambition politique qu’il est impossible d’être plus heureux que je ne le suis dans la vie privée » (lettre du 28 mars 1856).

86Il se consacre en effet presque exclusivement à sa famille et à l’exploitation du domaine agricole de Ravenel. Succédant dans les années 1840 à son père comme membre du comice agricole de Mirecourt, il en devient le président le 4 juin 1853 et le demeure jusqu’à sa disparition ; il est par ailleurs l’invité incontournable de tous les comices du département et y aborde tous les sujets politiques avec éloquence, au point que son auditoire attend avec impatience ses discours et qu’aux yeux des agriculteurs, il fait figure d’oracle. À Charmes, pour le comice de Mirecourt en 1864, « comme toujours, il est sorti du cercles des allocutions banales qui se font entendre trop souvent en pareille circonstance » (Le Courrier des Vosges, 20 septembre 1864) ; en 1869, devant 450 convives réunis pour le comice d’Épinal, il « a retracé à l’aide d’une transition pleine de justesse et d’à-propos, la conduite politique qu’il a suivie et exposé ses intentions… Rarement M. BUFFET a pu être mieux inspiré et nous sommes certains que son toast aurait les proportions d’un événement politique… » (Le Courrier des Vosges, 28 août 1869).

87Il approfondit également sa foi catholique, apparaît comme clérical, et intègre à partir de 1855 l’équipe dirigeante du Correspondant sous la houlette de MONTALEMBERT et de son ancien collègue FALLOUX, avec COCHIN, LENORMANT et son ami le duc de BROGLIE, les assurant plus de ses conseils que de sa collaboration effective. Il réfléchit avec eux à la question de savoir si,au nom des intérêts de l’Église, il convenait de renoncer aux libertés fondamentales pour s’en remettre à la « protection » du nouveau régime qui recherche le soutien des catholiques. La guerre d’Italie en 1859 et la menace qui pèse sur le Saint-Siège font progressivement basculer les catholiques du côté de l’opposition à l’Empire, manifeste à dater des élections législatives de 1863.

88BUFFET avait déjà été candidat dans la 2e circonscription des Vosges en 1857, « croyant devoir se présenter » selon COURCEL, sous l’amicale pression de ses amis selon BROGLIE, « et il les avait laissé faire, leur prêtant à regret son nom pour se compter : l’échec qu’il avait prévu avait été désastreux ». Il indique alors : « J’ai passé le Rubicon, je suis candidat… Je ne serai pas nommé, je n’aurai même pas, je crois, une forte minorité. Mais mes amis pensent qu’il vaut mieux former un noyau que l’avenir grossira que d’abandonner le pays à son apathie ; que c’est même un devoir de fournir aux hommes modérés et indépendants un moyen de manifester leur sentiment, dussent-ils en se comptant reconnaître qu’ils sont bien peu nombreux. Je crois, ou plutôt, je suis sûr que l’on agira énergiquement contre moi. Cela ôtera à l’échec ce qu’il peut avoir d’humiliant. Je ne sais si je me trompe, mais j’ai le sentiment que je fais mon devoir. Si j’atteins le millier de suffrages, je devrai me tenir pour satisfait. » Combattu comme candidat d’opposition par l’administration impériale, il voit ses circulaires « se perdre », ses affiches lacérées et le 22 juin, obtient finalement 2 494 voix contre 24 354 à sonconcurrent AYMÉ DE LA HERLIÈRE.

89Il se réjouit pourtant que de nouveaux droits aient été accordés au Corps législatif par le décret du 24 novembre 1860 : vote d’une adresse annuelle à l’Empereur en réponse au discours du trône qui ouvre la session, interpellation des ministres sans portefeuille, possibilité de déposer des amendements. Le 27, il écrit à ses parents : « J’apprends la grande nouvelle des changements si considérables apportés par l’Empereur dans notre régime politique. C’est certainement un pas immense dans la voie de la liberté politique, un pas tel que je n’espérais pas être, de mon vivant, témoin d’un semblable. »

90Et lorsqu’il est appelé à faire partie du jury de l’Exposition internationale de Londres en 1862, il s’abstient de faire une visite aux princes d’Orléans en exil, afin de ne pas prêter le flanc à des critiques politiques et s’en explique dans une lettre : « Il paraît qu’à mon insu j’étais un peu surveillé à Londres. Or, le préfet des Vosges a dit il y a quelques jours à un de mes cousins : “Le Gouvernement n’ignore pas que M. BUFFET n’a pas jugé à propos de se faire présenter aux princes d’Orléans.” Je me hâte de vous dire que si, en effet, je ne suis pas allé saluer les princes exilés et dignes de tous les égards, je n’ai pas fait le misérable calcul que qui que ce soit au monde me tiendrait compte de mon abstention. Mais j’aime en général à mettre les actes d’accord avec ma manière de voir. Or il m’a semblé que n’ayant pas eu autrefois l’honneur d’être connu des princes, ma démarche ne serait pas seulement un acte de respect, qu’elle aurait ou paraîtrait avoir un caractère politique, et qu’elle serait dès lors une déviation de la ligne que j’ai suivie depuis dix ans et que je maintiendrai tant que cela sera possible sans être tout à fait ridicule et sans avoir l’air d’être moins dupe que compère. Et quand je dit que je désire l’amélioration prudente et graduelle des institutions impériales dans le sens de la vraie liberté et non leur renversement, lorsque j’applaudis hautement à tous les actes qui me paraissent tendre vers ce but, je ne veux pas que le plus petit fait puisse laisser à personne le moindre doute sur ma sincérité. »

91BUFFET n’en reste pas moins méfiant envers le pouvoir impérial et des circonstances locales, nationales et même familiales s’opposent à un ralliement apparent.

Député d’opposition et chef du tiers parti

92Orléaniste, BUFFET persiste dans une opposition politique envers le gouvernement de Napoléon III ; catholique ultramontain, il est ulcéré par sa politique italienne alors même que les zouaves pontificaux (et on en compte 22 originaires de Vosges) sont écrasés à Castelfidardo ; notable départemental, il demeure attentif au bien-être de ses anciens électeurs et à partir de 1860, pointe les effets négatifs de la politique libre-échangiste sur l’industrie textile des Vosges, qui en dépit des aides distribuées par les pouvoirs publics, est touchée de plein fouet par la concurrence étrangère et les effets de la guerre de Sécession, entraînant faillite et chômage.

93Dans la famille même de BUFFET, le courant d’opposition se renforce depuis que son beau-frère Paul Louis TARGET, s’est retiré sur ses terres après avoir refusé de prêter serment au régime (en 1851 !) et entame en 1863 une campagne de presse en publiant des articles dans le Courrier du dimanche puis un manuel intitulé Législation électorale : droits et devoirs du citoyen, dont le titre rappelle celui du Manuel électoral publié par un autre Vosgien la même année, le jeune avocat républicain Jules FERRY.

94Attentif aux effets de la réforme financière initiée par FOULD qui confère aux députés un véritable droit de contrôle sur le budget et l’abolition de l’arbitraire financier, BUFFET envisage de plus en plus sérieusement de se lancer dans la bataille législative de 1863 dans la circonscription de Mirecourt, comme député d’opposition contre le candidat officiel, le comte de BOURCIER DE VILLIERS, légitimiste rallié.

95Profitant de ces divisions internes à la majorité, BUFFET entre en campagne et mobilise, contre les pressions de l’administration, toutes ses relations, tous ses réseaux d’influence auprès de la justice, du clergé et de ses « gens ». L’Espérance de Nancy devient pour l’occasion son organe de presse, relayant ses discours ou publiant des lettres de ralliement telle celle du conseiller d’arrondissement MASSON, par ailleurs ami de la famille, qui annonce son intention de voter pour lui et informe par voie de presse le préfet de sa démission de membre du conseil général. Dans son rapport le procureur général de Nancy fait état de la triple dimension de sa candidature : « Libéral, il s’est adressé aux personnes qui regrettent le système parlementaire, et sur ce point n’a pas eu le courage de repousser l’appui du parti démocratique avancé. Catholique, il s’est prononcé pour le maintien du pouvoir temporel, attitude qui lui assurait le soutien du clergé. Financier, il promettait à tous un contrôle efficace du budget » (8 juillet 1863).

96Les 30-31 mai 1863, il apparaît donc comme candidat de l’opposition dans lacirconscription d’Épinal-Remiremont contre BOURCIER DE VILLIERS. Les résultats électoraux reflètent bien la vigueur de la bataille, avec des scores très proches : 14 524 voix pour Bourcier et 14 334 pour BUFFET qui l’emporte dans 5 cantons sur 9 et dans 13 des 18 villes de plus de 2 000 habitants, profitant de l’appui de l’Église et des électeurs du textile dans l’arrondissement de Remiremont en crise, ainsi que de l’intervention des maîtres des forges et de son oncle le juge de paix BOULLANGIER. Il s’emploie dès lors à faire invalider l’élection de son adversaire et y parvient, faisant valoir pas moins de sept motifs ; la commission envoyée sur place constate effectivement que 651 électeurs ont été inscrits sur les listes après le 31 mars, que 511 ont voté et remarque que le nombre de bulletins est supérieur à celui des votants (de 7 unités).

97La nouvelle élection législative est fixée au 17-18 janvier 1864 et la campagne est vive, organisée par l’oncle BOULLANGIER. L’Administration soutient activement BOURCIER, de même que Le Courrier des Vosges, qui voit en BUFFET « un mandataire dont le passé ne peut suffisamment répondre de l’avenir et que l’arrondissement de Remiremont n’a pas voulu accueillir parce qu’il le connaît, parce que la politique suivie constamment par M. BUFFET n’est qu’une politique d’oscillation » (14 janvier 1864). BUFFET finit pourtant par l’emporter, par 18 321 voix contre 13 478. La préfecture ne peut que reconnaître sa défaite, mais l’annonce – sans chiffre – le 19 janvier, puis – sans commentaire – le 23 janvier. Entre-temps, il a été élu au conseil général des Vosges à l’occasion d’une élection partielle dans le canton de Thillot-Ramonchamp en août 1863, obtenant le double de voix de son adversaire, le maire bonapartiste de Saint-Dié (1514 voix contre 755).

98Au Corps législatif, il siège dans l’opposition à l’Empire et entend utiliser les libertés politiques concédées au Corps législatif, en particulier le droit d’adresse accordé en 1860, sans pour autant remettre en cause la nature du régime. Catholique, il obtient le 15 avril 1865 une minorité de 83 voix contre 116 pour défendre le pouvoir temporel du pape ; le 17 mars 1866, il dépose un amendement réclamant le retour des libertés promises par l’Empereur, même en petit nombre et progressivement, pour éviter les débordements et permettre à la population de s’y habituer et recueille 63 voix contre 206. Il forme dès lors avec ses cosignataires le tiers parti, placé au centre gauche de l’échiquier politique.

99« Il devint ainsi, naturellement, l’organe préféré de ceux qui désiraient que l’Empire, modifiant ses pratiques plutôt que transformant ses principes, accordât des garanties constitutionnelles sérieuses de nature à imposer le contrôle de la nation sur ses propres intérêts. Ses opinions religieuses qu’il ne cachait pas, les saines doctrines économiques qu’il professait, rassuraient contre ce que son hostilité du premier jour à l’égard de l’Empire naissant avait paru avoir d’excessif et d’aigu, c’était l’esprit libéral ramené à la dose que les tempéraments qui en avaient perdu l’habitude pouvaient supporter. Aussi, lorsque, après de longues hésitations, une fraction importante de l’Assemblée se décida à exprimer ses vœux sous la forme d’un amendement à un projet d’adresse, M. BUFFET fut l’organe désigné pour porter la parole au nom des 42 qui l’avaient signé » (BROGLIE, p. 632-633). Loin d’exiger le bouleversement de la Constitution de 1852, il demande des réformes limitées : droit d’interpellation, envoi des ministres devant la Chambre, réforme du régime de la presse, droit de grève… toutes mesures qui, de fait, sont progressivement concédées entre 1864 et 1870.

100Pour autant, BUFFET symbolise bien les contradictions du tiers parti, libéral en politique parce qu’hostile au gouvernement personnel de l’Empereur, mais très conservateur en matière sociale et réfractaire à la politique « ouvrière » de Napoléon III. Cette dimension de son caractère s’exprime par exemple lors du vote de la loi sur la contrainte par corps, discuté en mars-avril 1867 : le Gouvernement entend réformer cette loi qui assimile le débiteur « à sa maison, son troupeau, son mobilier » et accorde au créancier « un pouvoir inhumain », d’autant que sa pratique tombait depuis plusieurs années en désuétude ; il y trouve par ailleurs l’occasion de manifester son « libéralisme » et son attachement aux libertés individuelles, tant réclamées par l’opposition. Hésitante, la majorité soumet au vote le renvoi du texte en commission, proposition rejetée, mais par 123 voix contre 114 ; parmi ces dernières, celles des membres de l’ancien parti de l’Ordre réunis au sein du tiers parti, THIERS, BERRYER, BUFFET… soutenus par les éléments les plus conservateurs de la majorité gouvernementale. Il n’en est pas moins un membre actif de la commission chargée de régler l’épineuse question des coalitions en 1864.

101Cela ne l’empêche pas de pratiquer à l’occasion une opposition plus franche, comme dans le domaine des finances : il réclame une bonne administration des finances et lutte en particulier contre « les procédés fallacieux de la division des budgets et de l’emprunt sur ressources spéciales » (COURCEL, p. 641). Lors de la discussion du budget de 1867, il prône une gestion prudente et saine, repousse tous les procédés qui gonflent fictivement les recettes et réclame un équilibre permanent des budgets, aux conséquences heureuses pour l’intérieur en assurantla popularité du gouvernement impérial à l’extérieur. À ses yeux, « le bon état de nos finances est une des conditions les plus indispensables de notre influence. On a dit, et je n’entends pas contester cette parole sortie d’une bouche auguste, que l’influence d’une nation se mesure à sa puissance militaire. Je l’admets jusqu’à un certain point, mais je me permets d’ajouter que la puissance militaire d’une nation ne consiste pas exclusivement dans le nombre ni même dans la valeur de ses soldats, elle consiste aussi dans les ressources financières qui permettent à cette nation de soutenir ses armées en les approvisionnant largement de tout ce qui leur est nécessaire. Je suis convaincu que les puissances étrangères qui étudient avec un soin jaloux l’état de nos affaires seraient et parfaitement dégagée que par l’inscription au frontispice d’une loi, d’un chiffre formidable de soldats » [Discours prononcé au Corps législatif le 5 juillet 1867 sur l’équilibre du budget, Tours, E. Mazereau, 1867, 17 p. ; BN : Le83 495bis].

102L’année suivante, BUFFET s’oppose à la Loi Niel sur l’organisation militaire du pays, rendue nécessaire par l’accroissement du danger prussien et votée le 1er février 1868 : elle réclame un accroissement notable des effectifs sous les drapeaux, rétablit le remplacement militaire dans les conditions édictées en 1832, établit à neuf ans le temps de service et prévoit la création d’une garde nationale mobile formée des jeune gens non appelés à servir dans l’armée d’active. Ses amis politiques, plutôt que de le suivre dans son opposition, font adopter de nombreux amendements qui en réduisent considérablement la portée.

103Dès janvier 1867, on parle d’un cabinet OLLIVIER, avec WALEWSKI, BUFFET, PINARD, le maréchal NIEL et peut-être PERSIGNY, mais c’est finalement ROUHER qui demeure au pouvoir. Quelques mois plus tard, ce dernier rédige une note confidentielle sur le député d’opposition : « M. BUFFET est un esprit doctrinaire et pourtant toujours indécis, qui ne se donnera jamais tout entier, qui se présentera dans une combinaison ministérielle avec des conditions et un programme sur les choses et les personnes. Le premier article de ce programme sera peut-être le retrait de la loi militaire, nous n’en sommes pas que je sache à ce degré du régime parlementaire et je ne crois pas l’Empereur disposé à passer sous les Fourches Caudines ».

104Par ailleurs, l’Empereur qui connaissait BUFFET pour l’avoir eu deux fois comme ministre, « en gardait un souvenir fait d’estime plus que de sympathie. La sévère probité de ce personnage lui en imposait un peu. Il redoutait sa raideur, son austérité méticuleuse, et bien qu’il n’aima pas être flatté, craignait vraiment de l’être trop peu » (P. de la GORCE, Histoire du Second Empire). Deux fois déjà, il l’avait, selon É. OLLIVIER, écarté d’une combinaison ministérielle : le 11 février 1868, lorsque SCHNEIDER avait proposé l’opportunité d’un ministère tiers Parti-BUFFET, Napoléon III aurait dit « j’aime mieux aller vers la gauche que vers ces gens là, je n’en voudrais pas pour cirer mes bottes » puis le 8 juillet suivant : « S’il n’y avait que BUFFET et les autres, l’Empereur se résoudraitplutôt à un coup d’État ; il disait récemment : “J’aimerais mieux abdiquer que de donner un ministère à BUFFET !”

105Lors des élections de 1869, l’Administration ne cherche pourtant pas à le combattre, l’Empereur ayant décidé d’engager des réformes que BUFFET réclame au Corps législatif. Cette opposition modérée lui permet de conforter son influence dans son département d’origine et lui assure une confortable réélection, malgré une campagne peu animée et une forte abstention. Le 24 mai 1869, il l’emporte avec 23 993 voix sur 25 457 votants et 42 605 inscrits.

106De retour au Corps législatif, il s’affirme comme l’un des chefs de l’oppositionaux côtés d’Émile OLLIVIER. Il participe activement à l’interpellation des 116 du 6 juillet 1869 réclamant un cabinet responsable et est naturellement du nombredes futurs ministres appelés à former un cabinet autour d’É. OLLIVIER. « Il fallait des collègues à M. Émile OLLIVIER et la composition du ministère qu’il dut former ne vint pas au jour sans difficulté. Deux noms en particulier, paraissaient nécessairement appelés à y figurer, celui de M. BUFFET d’abord […] et celui du comte DARU […] Mais M. BUFFET fut moins facilement agréé, malgré l’estime que l’Empereur avait gardé pour son caractère, peut-être en raison de cette estime même. Il le regardait comme un constitutionnel de trop stricte et trop rigoureuse observance de qui on ne pouvait attendre les aménagements nécessaires pour une époque de transition » (BROGLIE, p. 637).

107Son nom est un point d’achoppement à la constitution du nouveau Gouvernement, mais ses amis refusent d’y entrer sans lui, ce dont est conscientÉ. OLLIVIER lui-même qui profite d’un séjour à Vittel pour lui faire des avances à travers un discours reproduit par le Courrier des Vosges. BUFFET refuse pourtant une première nomination le 18 novembre 1869 et É. OLLIVIER reconnaît dans son Journal : « J’avais sur le cœur leur rebuffades (à DARU et BUFFET) ; je répugnais à une alliance avec ces noms, j’en prévoyais les difficultés ; néanmoins, il n’y avait pas à hésiter : BUFFET correspondait à une situation parlementaire. » Il fallait enfin vaincre les réticences de l’Empereur, ce à quoi il s’emploie : « Je connais mieux que VM les inconvénients de M. BUFFET, mais il a fait avec moi la loi des coalitions [du 25 mai 1864], il n’est pas protectionniste [mais sur ce point, OLLIVIER s’illusionne sur les positions de BUFFET], il parle bien et il a une réelle influence sur une partie de l’opinion. Quand à ses inconvénients, j’en fais mon affaire et je m’ingénierai à en défendre VM. »

108É. OLLIVIER met près de cinq jours pour « accoucher » d’un ministère qui est loin d’être celui qu’il aurait souhaité, ne serait-ce que parce qu’il n’y dispose pas de prééminence. Il doit composer avec les membres du centre droit – dont il apparaît comme le chef – et dont les figures sont CHEVANDIER DE VALDRÔME,SÉGRIS ou LOUVET et ceux du centre gauche, « copie du centre droit avec une dose supplémentaire de parlementarisme, de tendance sinon d’inspiration orléaniste, dont les ténors sont DARU et BUFFET, qui lui imposent TALHOUËT » (Ph. TOLLU dans Regards sur É. Ollivier, p. 136). À la veille de la publication du ministère, « M. MAGNE faisait toujours partie de la combinaison. Une dernière retouche l’en évinça, et ce fut M. BUFFET qui eut le portefeuille des Finances », selon A. CLAVEAU (t. I, p. 337).

109« Enfin il est formé ce ministère, non comme l’Empereur le voulait, par des hommes du centre droit. Il a fallu qu’il se résignât à accepter des hommes qui étaient combattus à outrance aux dernières élections, tels que M. DARU et M. BUFFET, et ces hommes n’ont consentis à être nommés ministres qu’en faisant leurs conditions » signale Xavier MARMIER (Journal, 3 janvier 1870, p. 147). Pour autant, la présence de personnalités orléanistes dans le cabinet n’est pas sans susciter les moqueries des bonapartistes qui racontaient « qu’au lieu d’avancer, on reculait de trente ans » selon le mot rapporté par A. CLAVEAU (t. I, p. 343).

AU MINISTERE DES FINANCES

110BUFFET succède donc à MAGNE (second ministère) comme ministre desFinances dans le cabinet OLLIVIER du 2 janvier 1870, en compagnie de SÉGRIS, nommé à l’Instruction publique et qui le remplace après sa démission, le 14 avril suivant.

111À la tête de son cabinet, BUFFET nomme Charles Louis de RAVINEL (1839-1905), fils du député des Vosges décédé le 18 septembre 1867. Après des études de droit, le jeune baron devient peut-être adjoint à l’Inspection des finances en 1862 mais n’a semble-t-il pas poursuivi dans la carrière (indiqué par le Dictionnaire des parlementaires comme inspecteur en 1865 et révoqué en 1867 pour s’être déclaré candidat d’opposition à l’élection partielle qui suit le décès de son père, il n’apparaît pas dans l’ouvrage du centenaire de l’Inspection ni dans celui d’E. Chadeau). D’opinion légitimiste, catholique ultramontain, il a bénéficié du patronage de BUFFET dans la lutte électorale des conservateurs vosgiens, maisest finalement battu par le candidat officiel Nicolas GÉLIOT en 1867, puis de nouveau en 1869. Député à la Chambre de 1871, il est battu en 1876 et échoue dès lors à se faire réélire.

112La présence, somme toute très courte de BUFFET au ministère des Finances, à peine trois mois et demi, justifie amplement que son action ait été des plus limitées ; il s’attache cependant à réaliser toutes les économies possibles, comme il les avait défendues et réclamées à la Chambre. Il est également appelé à prendre un certain nombre de décisions et se charge de clarifier devant les parlementaires la position du cabinet – lui-même traversé par des tensions internes – sur des questions économiques et financières importantes. On peut en repérer trois principales.

La question douanière

113Divisé sur la question douanière (BUFFET, DARU et LOUVET par exemple sont favorables à un retour au protectionnisme), le ministère OLLIVIER, décide dès son entrée en fonction l’ouverture d’une grande enquête sur le sujet, tout en restreignant considérablement les admissions temporaires par deux décrets du 9 janvier, l’un d’eux prévoyant même leur suppression prochaine au profit des industries métallurgiques et textiles (dont celles des Vosges bien entendu).

114Avant leur promulgation, une interpellation sur la politique économique avait été déposée au Sénat : la discussion, les 13 et 14 janvier, s’ouvre sur une vive attaque de la mesure gouvernementale par ROUHER, l’un des auteurs du coupd’État douanier de 1860 et désormais président du Sénat, relayée le lendemain par BAROCHE qui reproche au Gouvernement d’avoir tranché brutalement une question encore soumise à l’examen du Conseil supérieur du commerce, du Corps législatif et du Sénat ; ils lui reprochent en particulier de réclamer une ratification préalable des chambres pour des décrets qui ne seraient exécutoires que dans quatre mois. BUFFET, au nom du cabinet, répond en raillant ROUHER et BAROCHE d’invoquer si fermement un « principe parlementaire » qu’ils avaient combattu avec tant de force lorsqu’ils étaient aux affaires.

115Plus largement, il intervient à plusieurs reprises sur les questions douanières au cours du mois de janvier, exposant devant la Chambre la position du cabinet sur les admissions temporaires des fers, fontes et métaux (31 janvier) puis des tissus de coton (1er février). Il développe dans ces interventions une position protectionniste dont il ne se départit pas par la suite, bataillant ferme avec THIERS sur ces questions au début de la Troisième République (voir infra).

La politique ferroviaire

116Le second grand axe de sa politique concerne les compagnies des chemins de fer qui bénéficient alors de concessions de longue durée accordées lors de la mise en place des réseaux ferroviaires, sous la monarchie de Juillet puis le Second Empire [voir la notice du ministre BINEAU]. Ainsi intervient-il le 11 février 1870 devant les sénateurs à propos des clauses financières applicables à l’exécution du chemin de fer d’Orléans à Châlons-sur-Marne, l’une des premières voies de chemin de fer secondaire ; de même le 17 février suivant, c’est le renvoi aux bureaux de la Chambre d’une proposition de loi concernant le paiement des subventions aux compagnies de chemins de fer qui justifie sa prise de parole.

La question monétaire

117Mais c’est dans ce dernier domaine que BUFFET à l’occasion de faire la preuve de la fermeté de ses principes financiers, même lorsqu’ils entrent en contradiction avec ses sentiments religieux. Le traité d’union connu sous le noms d’Union monétaire latine signé en 1865 et élargi en 1867 s’étendait à plusieurs États voisins de la France : la Belgique, l’Italie, la Suisse puis la Grèce ; il stipulait que les parties contractantes ne seraient autorisées à frapper les monnaies divisionnaires (inférieures 5 F à au titre en argent fin affaibli, de 900 à 835 millièmes) que dans une certaine proportion, calculée d’après leur population respective, à hauteur de 6 F par habitant. Ces monnaies peuvent entrer dans les paiements à hauteur de 50 F entre particuliers, 100 F entre caisses publiques et sans limitation dans l’acquittement des impôts. Mais les détenteurs sont en droit de demander l’échange de ces pièces contre des pièces à titre plein.

118Bien que n’ayant jamais formellement adhéré à l’Union latine, les autorités pontificales avaient adopté par une loi du 18 juin 1866 un système monétaire conforme à celui en vigueur dans l’Union et frappaient depuis des pièces au titre de 831,76 millièmes. Bien que d’une valeur intrinsèque encore amoindrie par rapport aux autres modules conventionnels, ces dernières jouissaient du courslégal sur le territoire des différents États associés. Mais depuis cette date, le territoire pontifical s’était considérablement amoindri et l’une des formes de protestation du souverain pontife était de continuer la frappe des monnaies d’argent dans la proportion afférente à toute l’étendue de son territoire ancien. Le bénéfice réalisé par le Trésor pontifical, sans être absolument sans valeur, demeurait somme toute modeste et les États contractants avaient jusqu’alors fait preuve de tolérance face à cette manifestation d’humeur de Pie IX.

119BUFFET y voit pourtant un manquement à la foi des contrats et signe une circulaire interdisant le libre cours des monnaies pontificales d’argent sur le territoire national. En 1870, la France détient en effet pour 80 millions de pièces italiennes et près de 20 millions en pièces pontificales, mais la cour pontificale n’ayant pas formellement adhéré à la convention de 1865, l’échange ne peut lui être réclamé par la Banque de France, ce qui creuse d’autant le déficit du Trésor. La circulaire enjoint donc aux comptables publics de les refuser.

120Le texte lui vaut une interpellation du député de l’Isère VENDRE le 25 février 1870 : « Une circulaire de l’honorable ministre des Finances, adressée sans avis préalable, est venue pour ainsi dire comme un coup de foudre qui n’a pas eu d’éclair précurseur, jeter l’alarme dans le commerce, dans l’industrie… (Interruption) Elle est extrêmement fâcheuse pour les classes laborieuses et a jeté en outre une espèce de panique dans plusieurs départements, Isère, Haut-Rhin, Gironde, Jura, Var, Côte-d’Or… » BUFFET indique alors à ses contradicteurs à la Chambre qu’il ne peut accepter ces pièces qu’à leur valeur réelle (soit 91 % du nominal), à moins qu’on lui vote un crédit pour combler le déficit ainsi apparu.

121À ces questions, il convient d’ajouter quelques actions de moindre importance.

122Il refuse ainsi à Émile OLLIVIER la nomination de son ancien collègue du Corps législatif DARIMON aux fonctions de conseiller-maître à la Cour des comptes afin de ne pas léser les droits acquis des magistrats de la Cour. Né en 1817, Alfred DARIMON, journaliste républicain devenu le secrétaire de PROUDHON, devient en 1857 l’un des « Cinq » députés de l’opposition élus,avec É. OLLIVIER, Ernest PICARD, Jules FAVRE (élus à Paris) et HÉNON (de Lyon). Se spécialisant dans les questions économiques et financières, il est réélu jusqu’en 1869 ; prenant acte de la libéralisation du régime, il devient secrétaire duCorps législatif, accompagne É. OLLIVIER dans son ralliement à Napoléon III et se coupe de ses anciens amis républicains. Nommé consul à Rotterdam en 1869, il n’occupe pas ces fonctions mais brigue sans succès un poste de conseiller d’État et n’obtient qu’un poste de commissaire spécial au Conseil supérieur du commerce, de l’agriculture et de l’industrie pour la question monétaire (14 décembre 1869). Les espoirs nés de l’accession de son ami OLLIVIER au pouvoir se heurtent finalement à l’intransigeance de BUFFET et la chute de l’Empire fragilise encore la situation de DARIMON qui vit après 1870 de la publication de nombreux ouvrages sur la vie politique du régime et son activité parlementaire, mais décède en 1902 dans le plus grand dénuement.

123Le 11 mars, il intervient sur le retard apporté à la présentation du budget extraordinaire de la Ville de Paris, alors même que l’une des principales mesures du nouveau Gouvernement a été d’obtenir de l’Empereur la révocation, le 5 janvier 1870, du préfet de la Seine, HAUSSMANN, protégé de l’Empereur. Enfin le 22 mars 1870, il commente les conclusions de la Commission d’initiative concernant une proposition de loi relative à la réforme de l’impôt sur les boissons ; c’est là sa dernière intervention publique en tant que ministre des Finances.

124Ministre des Finances du ministère OLLIVIER, BUFFET n’en reste pas moins l’un des chefs du centre gauche, soucieux de défendre les convictions des siens et d’en faire appliquer le programme. C’est particulièrement visible sur deux questions.

125Il défend en premier lieu l’idée que les maires doivent être non plus nommés par le pouvoir, mais désignés parmi les candidats présentés par le conseil municipal. Il s’agit là d’un élément central du programme de centre gauche de 1869 et BUFFET menace, avec DARU, de démissionner s’il n’obtient pas satisfaction sur ce point. Émile OLLIVIER obtient de ses collègues que la question soit finalement tranchée à la suite des conclusions de la Commission de décentralisation instaurée en 1869 (et dont son beau-frère Paul Louis TARGET est membre).

126Il prône par ailleurs une pratique strictement parlementaire qui place les ministres, tous et toujours solidaires les uns des autres, dans la dépendance du seul chefde l’État, unique responsable devant la nation représentée, et défend farouchement ce principe. Il ne peut accepter l’idée que Napoléon III utilise le droit d’appel au peuple que lui confère la Constitution de 1852 pour faire valider les évolutions politiques du régime, comme il l’envisage lors du plébiscite du 8 mai 1870. Averti du projet impérial quelques semaines avant qu’il ne soit rendu public, il « se raidit, est dans un état d’irritation permanente contre la majorité et continue de grincer » selon les termes d’É. OLLIVIER. « Cette clause parut à M. BUFFET incompatible avec la saine doctrine parlementaire, et menaçante pour le maintien du nouveau régime. Son avis n’ayant pas prévalu, il se retira du ministère » (COURCEL, p. 643). Pour A. CLAVEAU, « M. BUFFET, ministre des Finances, se retira et personne ne se trompa sur ses motifs. Ce n’était pas un homme à faire claquer les portes, mais il les trouvait toujours mal faites ou mal jointes » (t. I, p. 376).

127Le récit de sa démission nous est connu par deux sources différentes. Le Journal d’É. OLLIVIER tout d’abord indique à la date du 9 avril 1870 : « À neuf heures, je reçois la visite de BUFFET. Il me dit qu’il va chez l’Empereur donner sa démission, qu’il ne peut rester, que ce lui serait un remords éternel s’il ratifiait l’appel au peuple. Je l’ai écouté sans rien dire, je me suis contenté de lui répondre : “Je croisque vous vous trompez” À dix heures, je me suis rendu chez l’Empereur ; il était plutôt enchanté et il a eu quelque peine à dissimuler sa satisfaction lorsqu’il m’a dit : “BUFFET a donné sa démission.” Il me parle de MAGNE comme successeur.Je lui réponds qu’il faut en finir avec tous ces hommes usés. Je propose SÉGRIS.” Dans une lettre du 27 avril 1870, BUFFET donne une version légèrement différente de son entrevue avec Napoléon III : « L’Empereur, lorsque je lui ai porté ma démission, a été très affectueux. Il m’a témoigné à plusieurs reprises le regret que lui causait ma retraite et m’a demandé si ma détermination était irrévocable ; mais il n’en a pas paru surpris et il est évident pour moi qu’il s’y attendait. »

128Interrogé au Corps législatif sur le motif de sa retraite, il refuse de s’expliquer, estimant que les débats intérieurs d’un cabinet ne paraissait pas devoir être révélés au public. Selon le républicain Jules FAVRE, « c’est pour avoir défendu les prérogatives de cette Chambre [le Corps législatif] que l’honorable M. BUFFET a été dans la nécessité de déposer son portefeuille. En quittant le pouvoir, il a fait connaître à la nation, quels sont les motifs qui y retiennent ses collègues… C’est la démonstration que le ministère qui est sur ces bancs n’est plus le ministère parlementaire qui a été choisi par la Chambre, il n’est que le ministère du pouvoir personnel entrant en lutte contre la volonté de la nation. »

129Un peu plus tard, lors d’une promenade au sortir du Palais Bourbon avec BUFFET, l’avocat NICOLET, en passant devant le ministère des Finances, lui lance « ces mots que le poète latin applique à un héros abattu sur le champ de bataille : … et dulces reminiscitur Argos. M. BUFFET fit signe qu’il n’avait nul regret d’Argos ; et la sincérité de sa dénégation était indéniable » (COURCEL, p. 644).

APRES LE MINISTERE DES FINANCES

130Reprenant sa place au Corps législatif comme simple député, BUFFET demeure opposé au plébiscite mais se refuse à mener une campagne ouverte contre lui, se limitant à donner des consignes de vote à ses proches. Il vote selon toute vraisemblance « non » au plébiscite qui constitue un important succès pour le régime (7 350 142 oui, 1 538 825 non et 112 975 bulletins nuls), même si le décompte particulier des voix des militaires laisse apparaître qu’ils ne sont que 350 000 pour un effectif théorique de 640 000.

131À l’été, il est parmi les rares députés à manifester son opposition à la déclaration de guerre à la Prusse, intervenant après THIERS et Jules FAVRE : « Au moment où l’on demande à cette chambre, représentation du pays, d’engager à son tour sa responsabilité avec celle du Gouvernement, la Chambre doit connaître tout ce que le Gouvernement a connu. Je comprends parfaitement les réserves, les réticences quand les négociations sont engagées, mais à l’heure qu’il est, dans la pensée du Gouvernement, il n’y a plus de négociations ; c’est le pays qui va être engagé dans une guerre dont il sortira, j’en suis convaincu, victorieux ; et dans une conjoncture aussi grave, il n’y a rien à cacher, et c’est à mon avis un droit et un devoir absolu pour la Chambre de demander qu’il lui soit donné, ou à la commission, communication de toutes les pièces, et c’est le devoir impérieux du Gouvernement de lui faire cette communication. » Sa demande est cependant repoussée.

Le 4 septembre 1870

132Les 3 et 4 septembre 1870, alors que l’armée française est partout battue et que la nouvelle de la reddition de Sedan (2 septembre) se propage, laissant seule l’Impératrice, BUFFET suscite et propose une solution politique visant à constituer, avec l’assentiment de la régente, un comité de défense composé de représentants de toutes les sensibilités présentes au Corps législatif pour prendre en charge les affaires du pays, sans aborder pour autant la question du remplacement du régime, remise à plus tard, mais transférant de fait le pouvoir à la Chambre. Il propose que « l’Impératrice adresserait un message au Corps législatif par lequel elle déclarerait que depuis le départ de l’Empereur, elle gouvernait en vertu de pouvoirs délégués et limités ; que ces pouvoirs étaient insuffisants pour faire face aux nécessités de la situation, puisqu’ils ne comprenaient pas la plénitude de l’autorité impériale telle qu’elle était établie par la Constitution, et notamment la nomination des ministres ; qu’elle n’en pouvait demander le complément à l’Empereur, qui avait cessé d’être libre, et qu’il était impossible de s’adresser au pays ; que, dans ces conditions, elle remettait au Corps législatif, émanation du suffrage universel, la direction des affaires ; qu’elle l’invitait à nommer une commission de Gouvernement, et qu’après la guerre la France serait consultée » (COURCEL, p. 648).

133Lors du Conseil du 4 septembre, c’est une solution mixte qui prévaut d’abord, celle d’un Conseil de régence élu par le Corps législatif et exerçant le pouvoir exécutif sous la présidence du comte de PALIKAO (dernier ministre de la Guerre et Président du conseil du Second Empire). Cette solution ne convient pas au Corps législatif et plusieurs députés pressent BUFFET d’aller lui-même proposer « sa » solution à l’Impératrice. Elle refuse d’abandonner les fonctions que lui a conférées son mari « en se déchargeant sur d’autres des devoirs périlleux qui lui étaient dévolus » et lui expliquant : « Ce que vous me proposez, Monsieur, réserve, dites-vous, l’avenir, mais en me faisant abandonner, dans le présent et au moment du plus grand péril, le poste que l’Empereur m’a confié. Je ne puis, je ne dois pas y consentir. »

134Lorsqu’elle finit pas céder, la République vient d’être proclamée au balcon de l’hôtel de ville de Paris (4 septembre 1870) et BUFFET pénètre dans un Corps législatif déserté. Le Gouvernement de la défense nationale invite bientôt ce qui reste de la représentation nationale à ratifier ses actes, quitte à passer outre en cas de refus, mais selon Maxime DU CAMP, « quelques hommes intègres et fiers, DARU, BUFFET, PINARD, humiliés d’être mis dehors avec ce sans-façon, voulurent protester et déclarèrent qu’ils cédaient non à la force, mais à un sentiment de patriotisme qui leur interdisait toute résistance, en présence de l’invasion du territoire et d’une guerre civile possible » (Souvenirs d’un demi-siècle, t. II, p. 93). En cette journée terrible, BUFFET joue finalement un rôle qui s’apparente à celui joué par d’ARGOUT en juillet 1830 [voir sa notice].

Le « ministre des Finances » de Thiers

135BUFFET se retire alors dans les Vosges qu’il découvre occupées par les troupes prussiennes et attend avec impatience la tenue de nouvelles élections législatives qui puissent donner une représentation au pays. Il est bientôt réélu député des Vosges (8 février 1871), le premier sur huit, par 39 332 voix sur 58 175 votants et 119 746 inscrits, et se rend à Bordeaux où se réunit la nouvelle Assemblée, où il siège au centre droit.

136Le 1er mars 1871, il vote contre une proposition de son beau-frère TARGET ayant pour objet la confirmation par l’Assemblée nationale de la déchéance de l’Empereur et de la dynastie napoléonienne.

137Nommé chef du pouvoir exécutif, THIERS se préoccupe de former un cabinet et le Bulletin des lois du 19 février 1871 publie une liste de ministres, parmi lesquels BUFFET, aux Finances. Il décline pourtant l’offre : « ancien ministre de Napoléon III, il crut devoir à son sentiment du patriotisme, non moins qu’à sa dignité personnelle, de garder plus de réserve » (COURCEL, p. 655) et s’en explique dans une lettre à son épouse : « À mon arrivée à Bordeaux et même à la station précédente, j’ai appris que le ministère était formé et que M. THIERS m’y réservait le portefeuille des finances. Deux raisons décisives s’opposaient à mon acceptation. Si le traité de paix doit contenir des cessions territoriales et comprendre dans ces cessions une partie de la Lorraine et dans ce cas un coin du département des Vosges, il est impossible qu’un député lorrain et vosgien soit partie contractante et consentante ; car il faut au moins réserver l’avenir. Il est donc essentiel, si l’on ne peut éviter cette épouvantable extrémité que les représentants élus par ces populations livrées à l’ennemi ne paraissent pas, par leurs actes ou par leurs votes, donner leur adhésion à cette partie du traité. Le Gouvernement reconnaît, je crois, que le droit et même le devoir des députés des deux provinces serait dans ce cas de s’abstenir. Si cette abstention m’est commandée comme député, à bien plus forte raison ne puis-je prendre part comme ministre à un tel arrangement. En second lieu, je ne pense pas qu’il est décent, au moment où l’on dressera l’acte d’accusation politique, sinon juridique des premiers auteurs de la catastrophe actuelle (je dis les premiers car il en a eu bien d’autres depuis), je pense, dis-je, qu’il serait choquant qu’un ancien collègue des ministres du 2 janvier se trouvât à ce moment sur les bancs du Gouvernement. Je ne suis assurément responsable à aucun degré des actes accomplis depuis ma retraite, des actes que j’ai condamnés avant et depuis cette retraite, mais si je ne dois pas être accusé, je ne veux pas être accusateur. » Dans une lettre postérieure, il indique encore : « J’ai lu hier dans L’Espérance du 26 les lignes suivantes : “M. BUFFET décline le portefeuille des Finances principalement par crainte des susceptibilités que pourraient éveiller son rôle et ses fonctions sous l’Empire.” Il est impossible d’interpréter ma résolution d’une manière plus fausse […] Mon acceptation n’aurait éveillé aucune susceptibilité dans la Chambre. Au contraire, des centaines de députés de toutes les nuances m’ont demandé instamment d’accepter et m’ont témoigné le plus vif regret de mon refus. » Et c’est finalement POUYER-QUERTIER qui devient le ministre des Finances de THIERS.

138La question des « provinces perdues » et de leur importance devient d’ailleurs rapidement un point d’achoppement dans les relations entre BUFFET et THIERS. Alors qu’on déplorait devant ce dernier la nécessité de les céder à l’Allemagne, il répond : « Il ne faut point trop s’échauffer sur cette question ; c’est le jeu des batailles et le sort des populations frontières. C’est peu de choses que de céder des territoires, parce qu’on peut toujours les reprendre. Ce qui est plus grave, bien plus grave, c’est de donner de l’argent, car l’argent sorti d’un pays n’y revient jamais » (M. DU CAMP, Souvenirs d’un demi-siècle, t. II, p. 259).

Député et président de la Chambre des députés

139BUFFET s’éloigne d’ailleurs de plus en plus de THIERS qu’il soupçonne de soutenir la République en sous-main, alors qu’il est lui-même partisan d’une restauration monarchique (orléaniste), avant de se rallier à l’idée d’une république, pour autant qu’elle soit conservatrice.

140Membre de la commission du budget, BUFFET ne tarde pas à s’opposer au chef du pouvoir exécutif. Pour financer la libération du pays, THIERS entend frapper les matières premières, ce à quoi s’oppose la Commission en lui proposant d’autres ressources. Dans une lettre à sa femme datée de juillet 1871, il indique : « Tu me dis de ne pas hésiter à soutenir mes opinions financières devant la Chambre, alors même qu’elles sont en contradiction avec celles de M. THIERS. J’y serai peut-être obligé en fin de compte et je n’hésiterai pas du tout à le faire s’il ne s’agissait de discuter des questions qui ne sont point politiques de leur nature ; mais M. THIERS ne l’entend pas ainsi. Ces jours derniers, la commission du budget avait décidé qu’elle remplacerait par un impôt sur les tissus fabriqués, le droit d’entrée de 20 % proposé par le Gouvernement sur les matières textiles. M. THIERS est venu aujourd’hui avec le ministre des Finances devant la Commission. J’ai discuté la question avec le calme et la modération d’un Hollandais ; j’ai pris cent fois plus de précautions que je n’en aurais prises avec l’Empire ; j’ai cherché à lui démontrer qu’un droit de 20 % sur les cotons et la laine, c’est-à-dire les textiles qui servent à l’habillement des classes pauvres et peu aisées, tandis qu’on n’imposerait, pour ne pas gêner les exportations, qu’un droit de 3 % sur la soie, produirait le plus déplorable effet, qu’on ne manquerait pas de dire avec quelque raison, ou du moins quelque apparence de raison, qu’on surchargerait le pauvre en ménageant le riche. J’ai présenté d’autres objections qui, en conscience, semblaient décisives. Il s’est animé, a déclaré que l’on lui suscitait des difficultés intolérables, que le Gouvernement lui était impossible dans de telles conditions et que si cela continuait, il quitterait le pouvoir. Je lui ai fait remarquer que loin de lui créer des difficultés, la Commission était unanime pour donner au Gouvernement plus de ressources qu’il n’en demande, qu’elle avait déjà aggravé plusieurs des taxes proposées par lui. Il n’a rien voulu entendre. »

141Les questions financières en discussion à la Chambre deviennent bientôt autant de motifs de tension, voire d’affrontement entre le chef du pouvoir exécutif et l’ombrageux député des Vosges.

142Le 5 août 1871, la Chambre discute de la proposition de CLAUDE DE LA MEURTHE de faire supporter à toute la nation les contributions de guerre, réparations et dommages consécutifs à l’invasion. THIERS accepte de donner aux populations les secours que les finances permettent, mais BUFFET fait remarquer qu’il ne s’agit pas d’un devoir de secours, mais de réparation dont la charge ne peut incomber aux seuls 33 départements envahis.

143À la fin décembre 1871, c’est le projet de loi relatif à la Banque de France qui est cette fois en débat : le Gouvernement demande l’extension de l’émission des billets de banque de 2,4 à 2,8 milliards de francs. BUFFET, au nom de la commission du budget, entend limiter l’augmentation à 300 millions afin d’amoindrir lerisque de dévaluation. À la suite d’une explication en séance entre THIERS et BUFFET, la demande gouvernementale est finalement satisfaite.

144Enfin en janvier 1872, le Gouvernement cherche à financer ses engagements à hauteur de 256 millions et propose de nouveaux impôts : refusant catégoriquement de recourir à « l’atroce impôt sur le revenu », THIERS se propose une fois encore de taxer les matières premières à leur entrée sur le territoire national. La plupart de ses amis politiques qui considère la mesure comme une hérésie économique, fait remarquer que les traités de commerce signés avec l’Angleterre et la Belgique réduiront le revenu espéré à 5,5 millions au mieux. On évoque alors une taxe proportionnelle sur le chiffre d’affaires de chaque commerçant, une augmentation de la patente, une taxe sur les produits fabriqués, un droit de timbre progressif sur les factures, mais THIERS écarte une à une ces propositions pour ne laisser subsister que sa « petite révolution douanière ». Mais dans cette affaire, raconte A. CLAVEAU, « le Président de la République allait avoir affaire à BUFFET, adversaire plus redoutable [que ceux qu’il avait jusque là affrontés] et qu’il détestait. J’assistai alors à une véritable duel, moins financier que politique, où les deux escrimeurs déployèrent toutes les ressources de la science et de l’art » (t. II, p. 281). Pour mieux combattre son adversaire, BUFFET cite un discours de 1848 dans lequel THIERS s’élevait précisément contre tout impôt sur le capital et parvient par la suite à le mettre en perpétuelle contradiction avec lui-même ; il finit par conclure qu’un impôt général, mais temporaire, sur tous les revenus vaudrait mieux que la taxe arbitrairement proposée. Mal défendue par POUYER-QUERTIER, la mesure gouvernementale s’en trouve affaiblie, alors que la discussion s’éternise et que THIERS s’impatiente avant de s’écrier : « Je supplie l’Assemblée d’en finir ! ». La Chambre, irritée de ce qu’il veuille entraver les débats, lui impose quatre séances supplémentaires pour finalement repousser, le 19 janvier 1872, par 367 voix contre 297, l’impôt sur les matières premières.

145Fort de ce succès politique et financier, BUFFET, qui préside également, comme député, la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations entre 1871 et 1876, voit son autorité et son prestige considérablement renforcés.

146Le 4 avril 1873, il est élu président de la Chambre des députés en remplacementde Jules GRÉVY, démissionnaire, par 304 voix contre 285 à son adversaire MARTEL. Pour X. MARMIER, « M. BUFFET a été élu président […] très honnête homme, pauvre mais fier, n’est pas facile à conduire. Il ne cèdera point à M. THIERS, il appartient à la droite et par son élection, donne à la droite une nouvelle autorité » (Journal, t. II, p. 307) alors qu’A. CLAVEAU voit en lui « le candidat le plus digne et le plus indiqué. […] La droite sentait instinctivement ce quelle gagnait à son élection. Ce nétait pas un domestique, mais cétait un ami. Son indépendance se fût refusée à toute complicité, à tout engagement formel et explicite ; mais on pouvait compter sur la bienveillance, au moins sur la sympathique neutralité dun homme qui connaissait toutes les ressources du règlement », qu’il incarnait « en personne » (Souvenirs…, t. II, p. 413 et 451). Réélu six fois de suite jusqu’au 1er mars 1875 (la BN a conservé de nombreux discours de prises de fonction), il siège au « perchoir » le 24 mai 1873 lors de la mise en minorité de THIERS et figure parmi les vainqueurs de la journée.

147Selon Maxime DU CAMP, « deux factions se réunissaient dans une haine semblable contre THIERS, qu’elles accusaient de les avoir trompées ; c’étaient celles qui siégeaient à droite et au centre, c’est-à-dire les légitimistes et les orléanistes, dont le branle était mené par le duc de BROGLIE, BUFFET et le duc dAUDIFFRET-PASQUIER. Leur projet avoué était de renverser THIERS et de ramener le comte de CHAMBORD, auquel succèderait le comte de PARIS » (Souvenirs d’un demi-siècle, t. II, p. 297). Mais BUFFET s’irrite bientôt de l’impossibilité d’un accord avec le prétendant légitimiste qui sonne le glas d’une restauration monarchique ; il se rallie alors à l’idée du septennat qui rend quelque confiance au parti conservateur, mais elle a pour conséquence nécessaire une organisation des pouvoirs publics. « Républicain par dépit », il favorise le vote de l’amendement WALLON de janvier 1875, sans pourtant prendre part au vote, comme président, avant d’abandonner la présidence de la Chambre.

148Le 10 mars 1875, le Maréchal MAC MAHON le charge de former un cabinet, alors même qu’il est à Remiremont, au chevet de sa mère, décédée le 25 février ; cette désignation en son absence rappelle celle de 1871 et le duc de BROGLIE avoue dans ses Mémoires avoir pris « soin que la note ne parût que quand BUFFET fût assez loin pour ne pouvoir la démentir ».

Un cabinet de combat

149Nommé vice-président du Conseil, BUFFET met sur pied un gouvernement d’« union sacrée conservatrice », conserve pour lui le ministère de l’Intérieur tout en s’associant à des républicains déclarés comme DUFAURE (chef du centre gauche) et Léon SAY (aux Finances), ce qui lui vaut l’animosité des royalistes radicaux. Son programme, exposé le 19 septembre, « consiste à reformer le faisceau de toutes les forces conservatrices de la France, si malheureusement rompu par nos révolutions ». Il procède à une épuration de la « gangrène radicale » dans l’Administration, fait voter une nouvelle loi répressive sur la presse, maintient l’état de siège à Paris, Lyon et Marseille, apparaissant dès lors comme l’incarnation de l’ordre moral autoritaire.

150Pour autant, BUFFET prépare et défend à l’Assemblée la loi organique chargée de régler les rapports entre les différents pouvoirs, définitivement votée le 16 juillet 1875 et fixe la date des sénatoriales au 30 janvier 1876 et les législatives au 20 février suivant, ces dernières au scrutin d’arrondissement, réputé plus favorable aux notables. Il ne peut cependant rien contre la large victoire des républicains. Candidat dans quatre circonscriptions législatives (Mirecourt dans les Vosges ; Commercy dans la Meuse ; Bourges dans le Cher ; Castelsarrazin dans le Tarn-et-Garonne), BUFFET est partout battu, même à Mirecourt qui lui préfère un candidat républicain. Ses proches lui ayant proposé une circonscription acquise à la droite pour le second tour, il commente avec ironie : « Si j’y suis candidat, je la rendrai mauvaise ! » Il tire toutes les conséquences de son échec et porte sa démission au Président de la République le 23 février 1876, soit avant même le second tour de scrutin.

151C’est sans doute la défaite dans les Vosges qui est la plus dure à accepter pour BUFFET. Pourtant, dès l’été 1873, des signes avant-coureurs s’étaient manifestés dans plusieurs comices, dont la correspondance de Jules FERRY se fait l’écho : « BUFFET devait venir dimanche prochain au comice de Remiremont ; les musiques de la ville et des environs ont signifié que s’il paraissait à la fête, elles se retireraient. Il sera positivement livré, s’il se risque ; mais il ne se risquera pas » (lettre de Jules FERRY à son frère Charles, 19 août 1873). En août 1874, il ne se rend pas au comice de Raon et FERRY jubile : « Tout s’est passé à souhait. Il n’y eut ni BUFFET, ni RAVINEL. […] La parole m’avait été réservée… » (idem, 25 août 1874). À celui de Saint-Dié la même année, « BUFFET a remporté ici une veste à sa taille. Il n’a pas été hué, mais on lui a crié des Vive THIERS, Vive laRépublique, et ce qui est assez fou Vive GRÉVY à la gare et sous les fenêtres de la sous-préfecture… BUFFET n’a même pas eu d’ovation personnelle au banquet du comice, soigneusement trié pourtant. »

Le sénateur inamovible

152Dans le même temps, ses amis politiques subissent une déroute aux élections des sénateurs inamovibles. Lui-même n’est coopté comme sénateur inamovible le 14 juin 1876 qu’à la faveur du décès de RICARD (le 11 mai 1876), par 144 voix contre 141 à son adversaire RENOUARD, procureur général à la Cour de cassation, orléaniste rallié à la République et candidat du centre gauche. Une fois encore, Xavier MARMIER relate l’épisode à sa façon : « Une place est vacante au Sénat. Les conservateurs veulent la donner à M. BUFFET, ce qui est de toute justice. Les radicaux accablent d’injures cet homme qui a rempli avec le plus parfait sentiment de conscience et de dignité les fonctions de député, ministre, président de l’Assemblée. Ils lui opposent le vieux RENOUARD, un vieux reste de doctrinarisme républicain par les événements, et idiotisé. […] Enfin a une majorité d’une voix, M. BUFFET est élu, et les radicaux sont en rage » (t. II, p. 368).

153Siégeant pendant vingt-deux ans, jusqu’à sa mort en 1898 au sein de la majorité, BUFFET participe à la vie politique de la haute assemblée, intervenant plus de trois cents fois, en particulier sur les questions financières, et se consacre à la défense des idées conservatrices et des intérêts catholiques. Il vote ainsi la dissolution de la Chambre demandée par le duc de BROGLIE le 16 mai 1877, s’oppose aux attaques contre la religion, demande la suppression de l’article 7 de la loi de mars 1880 sur l’enseignement supérieur dirigé contre les congrégations religieuses, est présent au couvent des dominicains de la rue Jean-de-Beauvais lors de leur expulsion et est lui-même expulsé, et relate les scènes dont il a été témoin lors de la séance du 15 novembre 1880 ; il s’élève le 20 décembre 1880 contre l’enlèvement des crucifix dans les écoles laïques de Paris, proteste le 30 mai 1881 contre le remplacement des sœurs par des surveillantes laïques dans les hôpitaux et hospices de Paris, rejette en mars 1887 le principe de la Haute Cour comme juridiction d’exception, celle-là même devant laquelle son fils est déféré en 1899. Plus généralement, il condamne le régime républicain qu’il a lui-même contribué à instaurer, dans une lettre du 23 septembre 1893 : « En 1875, j’étais à la tête du Gouvernement, je n’étais pas alors, je l’avoue, plus républicain qu’aujourd’hui, mais j’avais fait voter les lois constitutionnelles qui s’imposaient, après l’échec de la fusion, comme une nécessité, et j’avais formellement déclaré, dans mon programme ministériel, que j’exécuterais loyalement ces lois et que je les ferais respecter. Que pouvait-on demander de plus ? Or dans ces conditions, j’ai subi dans mon département tout entier, comme candidat au Sénat, et dans mon propre arrondissement, comme candidat à la Chambre, un échec sans précédent pour un premier ministre. […] Je respecte aujourd’hui comme alors les lois constitutionnelles qui étaient un bien relatif, et je le répète, une nécessité au moment où elles ont été votées ; mais je n’ai jamais cru et je ne crois pas qu’elles donnent à la France le régime définitif nécessaire à son relèvement. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de les violer pour les changer. Si nous avions la majorité dans chacune de deux chambres, nous pourrions mettre la monarchie à la place de la république, en nous conformant scrupuleusement à toutes les prescriptions de la constitution existante. » Cette prise de position claire justifie pleinement son opposition au Ralliement.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

154Le Catalogue des imprimés de la BN tome 21, colonnes 53-58, conserve la trace des très nombreuses interventions publiques de Louis Joseph BUFFET.

155On en retrouve également une liste qui se veut exhaustive à la fois dans l’ouvrage de son descendant Paul BUFFET, Bibliographie. Discours et opuscules divers de M. Louis Buffet, Paris, Impr. de Renouard, s. d., p. 123-156 [BN : 8° Q pièce 1546] et dans celui de Pascal-Raphaël AMBROGI, cité en bibliographie (annexe III, p. 329-352).

ARCHIVES

Archives nationales

156LH 389/47 : dossier de Légion d’honneur du ministre.

157LH 389/46 : dossier de son frère Louis Aimé.

158LH 2569/10 : dossier de son beau-frère Paul Louis TARGET.

159F1b I 174/1 : dossier de préfet de Louis Ange Guy TARGET (beau-père du ministre).

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris

160MCN LXXXIV 1087 : contrat de mariage du 24 avril 1854.

Archives de Paris

161DQ7 12 309, n° 10 : déclaration de succession du ministre du 4 janvier 1899, complétée par celle du 4 avril 1905 (DQ7 13 675 n° 527).

Archives départementales des Vosges

1623Q 26 : déclaration de succession du ministre.

Archives privées de la famille BUFFET

163Elles ont été consultées par Pascal-Raphaël AMBROGI qui les a utilisées dans le cadre de son étude sur le rôle de BUFFET dans L’avènement de la Troisième République. L’inventaire sommaire qu’il en donne (p. 358-359) indique clairement que son passage au ministère des Finances n’a pas donné lieu à la constitution d’un dossier spécifique.

164Seuls les « Dossiers personnels et familiaux » (cotés E) conservent quelques pièces relatives à ses fonctions ministérielles au milieux des « Diplômes, décrets et nominations » (E1), les « Lettres » (E2) et les « Notices biographiques et nécrologies » (E3).

Bibliographie

ANCEAU, notice 86

COUGNY, I 526-528

ROMAN D’AMAT, VII, 625-627

TULARD, Second Empire, 216

VAPEREAU (1858), 305 et (1870), 298-299

YVERT, Ministres 234-235 et Présidents du Conseil 170-172

CLAVEAU Anatole, Souvenirs politiques et parlementaires d’un témoin, Paris, Plon, 1913, 2 vol.

DU CAMP Maxime, Souvenirs d’un demi-siècle, Paris, Hachette, 1949, 2 vol.

MARMIER Xavier, Journal, Genève, Droz, 1968, 2 vol.

LAMY Charles, Notice sur la famille GEORGEL et ses alliances : les CLAUDEL, les MÉLINE, les BUFFET, les DIDIER, les LEMARQUIS, les LAMY, les GEORGES, ms., Monzay, 1893 ; BN : Lm3 2246.

BROGLIE Albert (duc de), « M. Buffet, Cinquante années de vie parlementaire », Le Correspondant, 25 mai et 10 juin 1899, p. 613-642 et 821-859

COURCEL (baron de), « Notice sur la vie et les travaux de M. Buffet », Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, janvier 1902, p. 509544 et 633-675 (séances des 4, 11 et 18 janvier 1902).

SALLE E., Louis Buffet. Notice…, Nancy, Berger-Levrault, 1905.

BUFFET Jacques, Essai de synthèse sur la vie de Louis Joseph Buffet, homme d’État, 1818-1898, Université de Nancy, 1975, 100 p. ; BN : 4° Ln27 91 331.

HENRI Jean, Les notables des Vosges (1860-1880) : histoire sociale et politique, doctorat d’histoire contemporaine (dir. J. Roth), Nantes II, 1995, Lille, ANRT, 1995, MIC TH 1710.

AMBROGI Pascal-Raphaël, Buffet et l’avènement de la Troisième République, diplôme de 3e cycle (dir. J. Tulard), EPHE, 1997, publié sous le même titre, Bayonne, Atlantica, 1999.

MAYEUR Jean-Marie et CORBIN Alain (dir.), Les immortels au Sénat, 1875-1918. Les 116 inamovibles de la Troisième République, Paris, Publ. de la Sorbonne, 1995, notices BUFFET (p. 239-243), RENOUARD (p. 449-452) et RICARD (p. 452-454).

MOINE Jean-Marie, Les barons du fer. Les maîtres de forges en Lorraine du milieu du xixe siècle aux années 1930. Histoire sociale d’un patronat sidérurgique, Nancy, PU Nancy-Serpenoise, 1989.

Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État, 1799-2000, Paris, Fayard, p. 360 (son beau-frère TARGET).

CHADEAU Emmanuel, Les inspecteurs des finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, p. 114 (son fils Jean Louis François).

LEMAY Edna H., Dictionnaire des constituants, Paris, Universitas, 1991, t. II, p. 876-879 (l’aïeul TARGET de sa femme). BLUCHE François, Les magistrats du Grand Conseil au xviiie siècle, 1690-1791, Paris, Les Belles Lettres, 1966 (LE ROY DE LISA).

TROISIER DE DIAZ Anne (études réunies par), Regards sur Émile Ollivier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985.

Table des illustrations

Légende © Photographie par Franck, BN, N2 D 100 620.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search