Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (III)

 | 
Guy Antonetti
, 
Fabien Cardoni
, 
Matthieu de Oliveira

Rouher (Eugène)

Texte intégral

1Né à Riom (Puy-de-Dôme) le 30 novembre 1814
Décédé à Paris (VIIIe arrondissement) le 3 février 1884
Fils de Pierre ROUHER ( ?-1817) et de Marie BOUTAREL

2Ministre de la Justice du 31 octobre 1849 au 24 janvier 1851,
du 10 avril 1851 au 26 octobre 1851, du 3 décembre 1851 au 22 janvier 1852
Ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics du 3 février 1855 au 23 juin 1863 (avec l’intérim de l’Algérie et des Colonies du 7 au 24 mars 1859)
Ministre présidant le Conseil d’État du 23 juin au 18 octobre 1863
Ministre d’État du 18 octobre 1863 au 12 juillet 1869 (avec le portefeuille des Finances du 20 janvier 1867 au 13 novembre 1867)

© Lithographie de Lassalle, BN, N2D 251 830.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

3Famille bourgeoise très ancienne originaire de la région d’Échassières, il y eut des ROUHER au xve siècle, seigneurs de châtellenies bourbonnaises ainsi qu’un lieutenant-général du châtelain de Moulins et au xvie siècle, un contrôleur des guerres et un avocat au présidial de Moulins. Ensuite, plusieurs branches cadettes, dont l’une formée de petits officiers royaux procureurs et avoués, se rencontrent en Combrailles, à Montaigut et à Menat, regardant peu à peu le siège judiciaire de Riom. Au début du xviiie siècle, ce patronyme figure parmi ceux des « bourgeois » de cette ville.

41. [bisaïeul] Pierre ROUHER, notaire royal d’Artonne et du bailli de Combronde, deux bourgs du voisinage de Riom vers 1750. Il eut notamment pour fils, Louis, qui suit (2). [arrière-grand-oncle] Pierre-Denis ROUHER, dernier abbé du chapitre d’Artonne en 1787.

52. [aïeul]. Louis ROUHER, notaire royal à Aubiat près de Riom et/ou cultivateur de vignes au village d’Artonne (Puy-de-Dôme). Il éleva seize enfants, et, avec les deux aînés, Pierre et Denis-Gilbert, il adhéra lors de la Révolution au jacobinisme de ces gros villages limagnais : ainsi faisaient-ils figure de « patriotes » au club d’Artonne et appartenaient-ils au corps des notables municipaux. Louis ROUHER s’était marié avec Angélique OGIER, d’où notamment :

  1. [oncle] Denis-Gilbert.

  2. [oncle] Louis.

  3. [père] Pierre qui suit (3).

63. [père] Pierre ROUHER, décédé en 1817, professeur au collège des oratoriens de Riom, révolutionnaire convaincu. Après le 9 Thermidor, il se porta volontaire à l’armée d’Italie puis il fut agent du commissaire révolutionnaire, l’ex-robespierriste Buonarroti, à Oneglia, localité située entre Nice et Savone. Pierre ROUHER avait particulièrement en charge la direction des écoles, fondées en Piémont sous domination française, et de la propagande républicaine. Il fut ensuite secrétaire général de la commission administrative du Mantouan à Bozzolo. Issu d’une vieille lignée de notaires d’Artonne, il revint se fixer à Riom en l’an VII et y acheta une étude d’avoué en 1802. Là, il acquit une petite maison, rue Desaix (rue Rouher sous le Second Empire, aujourd’hui rue Gilbert-Romme), où est né Eugène. Il avait épousé à Pontgibaud (Puy-de-Dôme) en 1803 Marie BOUTAREL qui lui donna quatre fils :

  1. [frère] Léon ROUHER, né vers 1803, décédé en 1851, avocat marié avec Sophie (vivante en 1877). D’où un fils :

      • [neveu] Louis-Henri-Gustave ROUHER, né en 1833 à Paris, décédé le 29 décembre 1920 (ou 1922). Entré au Conseil d’État comme auditeur de 2e classe en 1857 à la section des travaux publics, de l’agriculture et du commerce, il passa à la section du contentieux en 1860. L’année suivante, il fut promu auditeur de 1re classe à la même section, et, à partir de 1864, devint commissaire du Gouvernement auprès de cette section. Par ailleurs, il fut attaché au ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics,puis au ministère d’État en 1864, comme secrétaire de son oncle, son tuteur depuis le décès de son père. Promu maître des requêtes de 2e classe en 1866 à la section des finances, de l’agriculture et du commerce, puis maître des requêtes de 1re classe à la section des finances en 1870, il fut suspendu de ses fonctions, avec tout le Conseil, par le décret du Gouvernement de la défense nationale du 15 septembre 1870. Chevalier de la Légion d’honneur en 1863, Gustave ROUHER se présenta sans succès aux élections législatives de 1876 et de 1877.

  1. [frère] Denis-Gilbert-Henri-Jules ROUHER, né le 2 octobre 1808 à Riom (Puy-de-Dôme), décédé le 12 novembre (ou décembre) 1878 à Mâcon (Saône-et-Loire), marié à sa cousine Eugénie-Marie BOUTAREL. Employé des contributions directes de 1829 à 1843, il fut nommé percepteur à Riom le 5 février 1843, puis au Havre le 11 août 1850 et enfin à Bordeaux le 5 mars 1851. Receveur particulier à Riom le 5 octobre 1855, il fut ensuite receveur général de la Haute-Vienne le 24 novembre 1858 et de Saône-et-Loire le 8 septembre 1863. Nommé trésorier-payeur général du même département le 23 janvier (ou septembre) 1866, il fut admis à la retraite le 21 août 1875. Il était chevalier de la Légion d’honneur du 13 août 1861.

  2. [frère] Benoît ROUHER, décédé avant 1858.

  3. [sujet de cette notice] Eugène ROUHER, né le 30 novembre 1814. Le contrat de mariage en 1863 de Léonie ROUHER, fille du ministre, et de Samuel de LA VALETTE mentionne que la future a pour cousins : Hippolyte ROUHER, chef d’escadron des guides, et le comte de ROCHEGUDE.

FAMILLE MATERNELLE

7Famille auvergnate de baillis et notaires royaux.

81. [aïeul] Benoît BOUTAREL décédé vers 1829, marié à Françoise CONCHON, décédée en janvier 1848, d’où quatre enfants :

  1. [oncle] François-Benoît BOUTAREL, propriétaire, expert-feudiste, procureur général syndic en 1793, agent général des contributions et commissaire du pouvoir exécutif auprès de l’administration centrale sous le Directoire, maire de la commune de Pontgibaud (Puy-de-Dôme) y demeurant en 1858.

  2. [oncle] Alexandre BOUTAREL, marié avec Rose qui épousera en secondes noces François TARAVANT. De ce premier mariage naquirent :

    1. [cousine] Stéphanie BOUTAREL, veuve en 1858 de Paul-Léonard-Georges ROULHAC, négociant.

    2. [cousine] Marie-Eugénie BOUTAREL, marié à Jules ROUHER. Du second mariage naquit :

    3. [cousin] Isidore TARAVANT, procureur impérial à Mostaganem (Afrique) en 1858, inspecteur général des chemins de fer.

  3. [tante] Marie-Julie BOUTAREL épousa Claude de VILLEDIEUX, ancien notaire en 1858, attaché au Conseil d’État.

  4. [mère] Marie BOUTAREL qui suit (2).

92. [mère] Marie BOUTAREL, décédée avant 1842.

MARIAGE

10Eugène ROUHER épousa à Clermont le 3 avril 1842 (contrat du même jour passé devant Me Bonnoy, notaire à Clermont-Ferrand) Marie-Cornélie-Léontine CONCHON, née à Clermont-Ferrand le 3 août 1822, décédée à Paris (VIIIe arrondissement) le 27 décembre 1890 :

11Fille de Mademoiselle BEAUNE, décédée à Clermont le 29 mai 1877, et d’Hippolyte CONCHON (1794-1865), apparenté aux ROUHER par une grand-mère maternelle [voir ci-dessus]. Avocat à Clermont, adjoint puis maire de Clermont, il fut écarté et nommé conseiller à la cour d’appel de Riom, puis conseiller à la cour de Paris. En 1842, sa maison fut pillée et brûlée par l’émeute, maîtresse de la ville pendant vingt-quatre heures, au milieu des troubles produits par le recensement [voir notice HUMANN]. Les parents de Léontine CONCHON se sont mariés en mai 1819 à Clermont.

12Petite-fille de M. BEAUNE LAVIE (grand-père maternel).

13Sœur d’Alexandre CONCHON, décédé en 1884.

14Sœur de Marie CONCHON, décédée le 24 février 1873, qui avait épousé Claude-Laurent-Barthélémy BOHAT, né à Veyre-Mouton (Puy-de-Dôme) le 22 décembre 1811, décédé à Clermont le 14 mars 1883. Il fut élu député du Puy-de-Dôme le 29 février 1852, puis nommé sous-préfet d’Issoire (27 février/14 mars 1855), puis de Riom (8/26 décembre 1859). Promu préfet, de la Corrèze (29 avril/ 16 mai 1861) puis du Vaucluse (28 mai/7 juin 1864), il démissionna le 5 septembre 1870. D’où deux filles :

15a. [nièce] Lucienne BOHAT, célibataire en 1863.

16b. [nièce] Françoise-Laurence BOHAT, qui épousa Louis baron BRUN de VILLERET, né le 25 février 1837. Conseiller à la préfecture de la Vendée le 18 mai 1861, sous-préfet de Saint-Pons (Hérault) le 21 avril 1865, sous-préfet de Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or), le 15 juin 1867 puis sous-préfet de Clermont (Oise), il démissionna le 6 septembre 1870.

17Nièce de Marie BEAUNE, décédée veuve et sans postérité le 27 octobre 1871 à Lempdes, canton de Pont-du-Château (Puy-de-Dôme). Elle avait épousé Guillaume-Thérèze-Antoine DEGEORGE, architecte, chevalier de la Légion d’honneur.

18Du mariage d’Eugène ROUHER et de Léontine CONCHON naquirent deux filles :

19A. [fille] Marie-Sophie-Léonie ROUHER, née vers 1843. Installée en Dordogne avec son époux, on raconte qu’elle paya sur sa cassette personnelle la tenue vestimentaire de quinze enfants pauvres de Ribérac, offrit des objets de valeur à l’hôpital de Mussidan, acheta des livres aux écoliers de Peymilou. De plus, suite à la mort d’un maçon lors des travaux de remise en état des charpentes du château de Cavalerie après un incendie, elle décida un deuil de cinq jours au château et s’occupa de la famille du défunt. Elle décéda tragiquement le 22 décembre 1891 après une agonie de quatre-vingts jours. Elle avait mis le feu par mégarde à sa robe alors qu’elle allumait un chandelier. Encore mineure, elle s’était mariée le 11 août 1863 à Samuel WELLES marquis de LA VALETTE, Américain, né à Boston le 22 mars 1834, décédé le 13 juillet 1893, fils d’Adeline FOWLE (née à Watertown,États-Unis, le 13 février 1800, décédée à Paris le 21 mars 1869) seconde femme de Charles-Jean-Marie-Félix marquis de LA VALETTE (né à Senlis le 25 novembre 1806, décédé à Paris le 2 mai 1881) qui adopta Samuel le 2 (ou le 9) mai 1857.

20Le marquis de LA VALETTE père, diplomate, député de la circonscription de Bergerac de 1846 à 1848, envoyé extraordinaire à Constantinople (1849-1853 et 1860-1861), sénateur (23 juin 1854), ami de ROUHER, fut plusieurs fois ambassadeur (notamment à Londres en 1870) et ministre (de l’Intérieur du 28 mars 1865 au 13 novembre 1867 (avec l’intérim des Affaires étrangères du 1er septembre au 2 octobre 1866), puis des Affaires étrangères du 17 décembre 1868 au 17 juillet1869). Écarté après le message impérial du 12 juillet 1869, il s’était marié trois fois sans connaître de postérité : tout d’abord avec Marie CARROW BIRKETT, décédée en 1831 ; puis avec Adeline FOWLE, veuve du banquier et industriel de Boston J. WELLES, et enfin avec sa cousine Georgine-Gabrielle de FLAHAULT de BILLARDERIE, décédée en 1896, fille du comte général ambassadeur de Napoléon III, et dont le duc de MORNY était le fils naturel à la suite des rapports de ce diplomate avec la reine Hortense.

21Samuel WELLES fut secrétaire d’ambassade. Il hérita du titre de marquis de LA VALETTE dont son père adoptif avait eu confirmation pendant le Second Empire. Il devint administrateur des chemins de fer de l’Ouest. Il fut naturalisé le 16 mai 1863, soit quinze jours seulement avant son élection au Corps législatif ce qui donna lieu à un débat à la Chambre mené par LANGLAIS. Il avait été élu dans la troisième circonscription de la Dordogne le 1er juin 1863 par 14 685 voix pour 24 201 votants et 31 795 inscrits. Il fut réélu le 24 mai 1869 par 21 354 voix (22 436 votants, 30 795 inscrits). Il fit partie, à la fin de l’Empire, du cercle des Arcadiens autrement surnommés les Mamelouks, parfois plus impérialistes que l’Empereur. Mais, après la chute de l’Empire, il se rapprocha du prince Victor-Napoléon et rêvait à la réussite d’un bonapartisme de gauche. Le 15 juillet 1870 il vota les crédits pour la guerre contre la Prusse. Officier de la Légion d’honneur du 14 août 1868, WELLES de LA VALETTE était riche et ses bals et réceptions étaient très appréciés. Après le 4 septembre il se retira de la vie publique comme son père et le suivit, avec sa femme et ses enfants, dans sa retraite au château de Cavalerie en Dordogne. Il eut quatre enfants :

    1. [petite-fille] Henriette de LA VALETTE, fille aînée, mariée au comte de MONTLAUR.

    2. [petite-fille] Marie de LA VALETTE, non mariée en 1891.

    3. [petite-fille] Amy de LA VALETTE, non mariée en 1891.

    4. [petit-fils] Napoléon de LA VALETTE, maréchal des logis dans un régiment de spahis, tué au combat en 1892 au Soudan, non marié, sans postérité.

22B. [fille] Anne-Marie-Louise-Eugène ROUHER, née le 25 octobre 1847 à Riom (Puy-de-Dôme), décédée en 1921 sans postérité. Auteur de plusieurs romans entre 1888 et 1897 sous le pseudonyme d’Yves de Noly, elle s’était mariée tard à Paris (VIIIe arrondissement) le 10 octobre 1887, avec Félix-Eugène-Christian baron de BAULNY, né à Paris le 18 novembre 1840, fils d’Alfred-Charles-César de BAULNY et de Anne-Louise-Laure de CHATEAUBRIAND qui se séparèrent en 1869. Son frère, Camille, baron de BAULNY, 52 ans en 1887, a été maître des requêtes au Conseil d’État.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation

23Élevé par sa mère, Eugène ROUHER obtint au collège de nombreuses récompenses en latin, en histoire, parfois en mathématique et même un prix d’excellence. Il se destinait à la marine et reçut, grâce à la protection d’un compatriote influent, le comte de CHABROL de CROUZOL ministre de la Marine, des Finances (1829-1830) et pair de France, une bourse pour intégrer l’École navale d’Angoulême en1828. À la suppression de cet établissement, il revint étudier au collège de Riom, puis à celui de Clermont-Ferrand. Bachelier le 1er août 1831, il fit ses études de droit à Paris en travaillant comme avoué puis comme second clerc dans l’étude de maître Rozier. « Il allait plaider les référés devant le président du tribunal et on l’y remarquait pour son assurance et sa facilité », indique Émile OLLIVIER.

La religion

24Catholique.

Les domiciles et résidences

25Il vécut au ministère des Travaux publics rue Saint-Dominique, N° 62, de 1855 à 1863, puis au ministère d’État au Louvre, côté rue de Rivoli, de 1863 à 1870. Il avait parallèlement deux domiciles parisiens en 1856 : un hôtel avenue des Champs-Élysées et un appartement rue des Vignes. Il résida au N° 4 de la rue del’Élysée dans les années 1870 et décéda au N° 37 de la rue de la Bienfaisance (VIIIe arrondissement).

Le portrait

26Outre la lithographie présentée au début de cette notice, est conservée au département des estampes de la Bibliothèque nationale une lithographie de 1869 par A. Gilbert et J. Robert qui figure en frontispice de la biographie de Robert Schnerb. D’après cet auteur, se trouveraient au Musée Carnavalet, les lithographies de Duviver, de Gilbert et Robert, de Plott ainsi qu’une lithographie tirée de La galerie des représentants du peuple (1848). Sont connues grâce à la biographie précitée et à l’exposition qui eut lieu à Riom pour le centenaire de la mort d’Eugène ROUHER, d’autres représentations du ministre conservées en province. Il existe en effet des lithographies de ROUHER au Musée Bargoin de Clermont-Ferrand, au Musée Mandet de Riom, un portrait de 1848 par Amaury Duval réalisé sous la direction de Cabanel qui appartient à la collection particulière de Charles BRUN de VILLERET, un buste de 1862 signé Chalonnax ainsi qu’un autre portrait anonyme de ROUHER appartenant à une autre collection particulière. En outre, les actes des journées d’étude qui accompagnèrent le centenaire de son décès présentent une photographie du personnage. Enfin, les portraits d’Eugène et Léontine ROUHER sont conservés au cottage du Pointet.

27Émile OLLIVIER le décrit ainsi : « de taille moyenne, robuste, la tête régulière, agréable, forte et claire, animée par des yeux éveillés, intelligents, d’une finesse qu’on avait parfois peine à distinguer de la fausseté, montrait dans toute sa personne un air d’assurance et d’autorité, que ne gâtait aucune morgue et qu’adoucissaient des façons d’une captivante familiarité. »

Les distinctions honorifiques

28Légion d’honneur : chevalier à 36 ans (11 août 1850), grand-officier (1856), grand-croix (25 janvier 1860). Il reçut les insignes en diamants de ce grade des mains de l’Empereur le 13 juillet 1867 : ce présent n’avait été auparavant offert qu’au duc de MORNY et au comte WALEWSKI, ce qui prouve la haute estime de l’Empereur pour ce fidèle parmi les fidèles.

29Grand cordon des saints Maurice et Lazare (Italie) (1863 ?).

30Grand-croix de l’ordre d’Albert le Valeureux (Saxe) (1867).

La sépulture

31Eugène ROUHER est inhumé dans un mausolée néoclassique en forme de temple antique, œuvre des ateliers de Volvic, situé dans le cimetière de Broût-Vernet (Allier).

Les jugements

32D’un caractère autoritaire chargé de défendre des réformes libérales, il fut critiqué à la fin du Second Empire à la fois par les bonapartistes conservateurs et les partisans de l’Empire libéral. Malgré ses contradictions, tous lui reconnaissaient d’éminentes qualités.

33MAUPAS affirme dans ses Mémoires que : « placé dès le début en face des questions les plus difficiles, il était en quelques mois familiarisé avec chacune d’elles. On eût pu croire qu’il ne faisait qu’appliquer dans son ministère, une véritable spécialité de son esprit. Les questions industrielles ou commerciales prenaient, dans sa bouche, une lucidité saisissante. Il connaissait le fort et le faible de chacun des intérêts dont il avait la direction. L’Empereur avait trouvé en lui le ministre qui convenait le mieux à l’étude des grands problèmes économiques qui se posaient depuis de longues années et qu’il voulait conduire à bonne fin sous son règne. Quelle que fût la question agitée, M. ROUHER lui trouvait toujours une solution. La fécondité de ses ressources intellectuelles avait, pour le souverain, l’attrait qu’a toujours, pour l’homme qui dirige, celui qui simplifie la tâche. » Il ajoute : « Il parlait bien et se prêtait à tout avec autant de talent que de souplesse. On ne pouvait espérer trouver en lui un homme d’État comme BILLAULT ; mais c’était un instrument docile et, en l’état des institutions, c’était là ce qu’on voulait aux Tuileries plutôt qu’un conseiller trop puissant. » Mais le préfet de police du Deux décembre souligne « quel fâcheux usage il fit de sa puissance, quels compromis il se résigna à subir pour échapper aux amertumes de la retraite », ainsi que son « absence de caractère et [son] manque de convictions. »

34Le prince Napoléon, dont les opinions politiques s’opposèrent souvent à celledu ministre d’État, juge que « ROUHER est un avocat fort habile, mais ce n’est pas un homme d’État. Toute son attention se concentre sur les moyens d’atténuer les difficultés. On vit ainsi au jour le jour. » PERSIGNY insiste, lui, sur « le vide de ses idées » et le décrit comme un « sceptique, sans conscience, sans conviction ». Il ajoute que ROUHER, avec BAROCHE, « représentent le système mesquin, bourgeois, de petites roueries [certains disaient « rouheries »], de petits expédients sans foi, sans conviction, sans moralité, sans grandeur, qui caractérisait le gouvernement de Louis-Philippe. » Certains l’ont comparé à GUIZOT. Il est présenté comme un provincial ambitieux, parvenu et liberticide dans le dictionnaire de Pierre LAROUSSE. À propos de ses bons mots, le dictionnaire républicain rappelle : « Depuis sa catastrophe [voir ci-dessous] jusqu’à ses individualités sans mandat et jusqu’à son jamais [à propos de l’occupation de Rome par les républicains italiens] si ronflant, vous y relèverez toujours quelqu’une de ces phrases voyantes et criardes, estampées dans le silence du cabinet et destinées sans doute à soulever un orage pour permettre à l’orateur de noyer les questions dans les lieux communs et les retentissantes banalités. »

35Il avait, affirme le légitimiste CHESNELONG, « une largeur d’aperçus, une sûreté de connaissance, une vigueur méthodique, une aisance puissante, une clarté d’exposition et une force de démonstration qui ont été rarement égalées ».

36Les contemporains le décrivent avec un léger reste de prononciation d’Auvergne, tous admettent que ce fut un orateur de premier ordre avec un sens de la synthèse et de la formule qui, allié à un raisonnement clair et méthodique, emportait facilement les majorités bonapartistes des Chambres qu’il savait manier.

37Victor HUGO est beaucoup plus virulent quand il décrit le fidèle serviteur de l’Empereur. En voici quelques exemples : dans le poème Nox au début des Châtiments : « […] ROUHER, cette catin, TROPLONG, cette servante […] » ; ou dans la Caravane (livre VII) : « […] Les TROPLONG, les ROUHER, violateurs de chartes […] », ou encore dans Splendeurs (livre III) : « […] la bassesse signe ROUHER […] ».

38Émile ZOLA s’est inspiré d’Eugène ROUHER pour Son Excellence Eugène Rougon, paru en mars 1876. Le personnage réapparaît ensuite épisodiquement dans L’argent du même auteur paru en 1891. Enfin, ROUHER est en 1928 un des personnages principaux de la pièce de théâtre de Maurice ROSTAND Napoléon IV.

III. LA FORTUNE

LA FORTUNE HERITEE

39Le grand-père du ministre, Louis ROUHER, jouissait d’une certaine aisance ; il avait acquis du bien et payait même à Artonne, en l’an VII, une forte contribution mobilière. Sa mère, Marie BOUTAREL, n’était pas non plus sans fortune. Son père est mort quand il avait 3 ans.

LA FORTUNE AU MARIAGE

Apports du futur époux

40Eugène apporta à son mariage des biens provenant des successions de Pierre ROUHER, son père, de Louis ROUHER, son oncle, de Léon ROUHER, son frère, d’Angélique OGIER, veuve de son aïeul paternel, et de Marie BOUTAREL, sa mère. Ces biens étaient encore indivis avec ses frères à la date de son mariage. Toutefois sa part d’héritage fut estimée à 90 000 F, auquel Eugène ajouta 10 000 F provenant de ses économies. Sa dot totale fut donc évaluée à 100 000 F.

Apports de la future épouse

41Léontine CONCHON apporta en dot une donation de son grand-père maternel de 30 000 F et la même somme de la part de ses parents ainsi qu’un trousseau d’une valeur de 3 000 F. En outre, la mère de Léontine lui constitua en avancement d’hoirie une somme de 10 000 F qu’elle promit de lui payer dans le cas où elle recueillerait la succession de son propre père, M. BEAUNE LAVIE. Sa dot s’éleva donc à 73 000 F.

DU MARIAGE AU DECES

La succession des grands-parents maternels du ministre

42Les descendants de Benoît BOUTAREL et de Françoise COCHON ont passé de longues années (de 1829 à 1858) en procès pour arriver au partage de la succession de ces derniers. Un arrêt de la cour d’appel de Riom, sous la date du 24 décembre 1847, avait réglé définitivement les réclamations respectives, mais, sur le pourvoi formé par François-Benoît BOUTAREL, cet arrêt a été cassé le 4 février 1852. Alors, « les parties, ainsi renvoyées, devant une autre cour impériale, étaient encore exposées à de longues et coûteuses discussions, lorsqu’animées mutuellement par un esprit de conciliation, elles ont arrêté les conventions suivantes, à titre de transaction sur procès ». Ainsi les deux fils ROUHER et Gustave, le petit-fils de Marie BOUTAREL, avaient gagné un procès contre leur oncle et grand-oncle à propos de la propriété de Chenevière de Régras, mais selon l’accord survenu en 1858, les trois co-héritiers devaient à leur oncle 9 577,80 F, chacun pour un tiers. Le ministre paya le coût de cette transaction les 5 et 10 novembre 1858.

Le mariage des filles du ministre

Le mariage de Léonie Rouher avec le marquis de La Valette

43Ils se marièrent selon le régime dotal avec société d’acquêts. Le riche marquis de LA VALETTE apporta une dot de 1 451 000 F. Il recueillit en outre la nue-propriété du domaine de Cavalerie, près de Bergerac (Dordogne), avec usufruit au décès du dernier parent survivant, produisant un revenu annuel de 4 000 F. Eugène et Léontine ROUHER constituèrent, en plus des 17 000 F d’apport de la future, une dot de 320 000 F, dont 300 000 F en deniers comptants, en avancement d’hoirie sur la succession du premier parent décédé. Elle reçut en outre une rente annuelle de 5 000 F dont les arrérages devaient courir à partir du jour du mariage, mais il a été dit que ses parents pourraient s’en libérer quand ils leur conviendraient moyennant le versement d’une somme de 100 000 F aux époux, ce qui fut fait le 2 juin 1875. L’apport de Léonie se monta donc à la somme considérable de 420 000 F.

Le mariage de Louise Rouher avec le baron Félix-Eugène-Christian de Baulny

44Les futurs époux optèrent pour le régime de la communauté des biens réduite aux acquêts. Le futur époux apporta en dot une somme de 30 000 F en linges, habits, bijoux, diamants, meubles, livres et deniers comptants. Sa mère, la baronne de BAULNY, lui accorda également en dot et en avancement d’hoirie, 50 000 F en espèces, la ferme des Touches sur les communes de Dorceau et de SaintGermain-des-Grois dans l’Orne (130 ha), et, dans le même département, la garenne de Launay (9 ha) ainsi que la bruyère de la Graineterie (3 ha). La baronne Anne-Louise-Laure de BAULNY, une des cinq enfants CHATEAUBRIAND, avait reçu ses terres en héritage de son père Geoffroy-Louis comte de CHATEAUBRIAND et de Fécilité-Zélie d’ORGLANDES, sa mère.

45Louise ROUHER se constitua personnellement en dot – elle se maria à l’âge de 40 ans – un trousseau d’une valeur de 25 000 F, et pour 452 000 F de rentes, actions, obligations et espèces. En outre, la future fit donation à son futur époux au cas où il lui survivrait d’une rente annuelle viagère de 12 000 F. En contrepartie, le futur lui fit donation de l’usufruit de la moitié de ses apport et dot dans le cas où il décéderait avant elle.

La succession de la belle-mère du ministre

46Madame veuve CONCHON, mère de la femme du ministre, a fait donation en 1872 (acte du 12 août 1872 passé devant Me Bonnay, notaire à Clermont), à titre de partage anticipé, à ses filles Léontine et Marie, mais en se réservant l’usufruit, la moitié des immeubles suivant :

  • un hôtel à Clermont, rue Pascal N° 22 ;

  • un jardin à Clermont, rue du Bon-Pasteur N° 20 ;

  • un bâtiment à Clermont, également rue du Bon-Pasteur N° 18 ;

  • un grand domaine sur la commune d’Aulnat au lieu-dit le Grand Pré de la Condamine ;

  • une propriété dite de Joursat, commune de Vinzelles, canton de Lezoux ;

  • une autre propriété appelée du Pointet, sur la commune de Broût-Vernet, canton d’Escurolles (Allier) ;

  • et tous autres bâtiments, locatures, cours, jardins, vignes, terres et pâtures, appartenant à la veuve CONCHON sur la commune de Broût-Vernet mais séparés du parc du Pointet.

47Marie, une des filles de la veuve CONCHON, étant décédée en 1873, c’est sa fille, la baronne BRUN de VILLERET, qui reçut, à la mort de sa grand-mère en 1877, la moitié des biens précités. À la même époque, la femme du ministre hérita de sa mère de la propriété du Pointet, à Broût-Vernet, où Eugène ROUHER, qui y venait peu jusque-là, séjourna à partir de 1880, après son retrait de la viepublique. La propriété de Joursat fut vendue pour 110 000 F. À Clermont, l’hôtel rue Pascal, le jardin ainsi que le bâtiment rue du Bon-Pasteur furent vendus en 1890 pour 130 000 F. Léontine ROUHER et la baronne BRUN de VILLERET, sa nièce, héritèrent également de quelques biens de leur tante, Marie BEAUNE, décédée veuve et sans postérité.

Fortune du ministre

48Au cours de sa carrière d’avocat, mais surtout en cumulant les plus hautes fonctions de l’État sous l’Empire, Eugène ROUHER acquit une fortune considérable. Robert Schnerb estime que l’avocat ROUHER à Riom, à raison de plus de deux cents plaidoiries en moyenne par an, gagnait entre 10 000 F et 12 000 F. Un cahier de la main de ROUHER indique le relevé des plaidoiries non soldées, soit un total de 31 317 F, sur lesquels 2 600 F environ rentrèrent encore de 1852 à 1858. Aux revenus de ses plaidoiries, l’avocat très sollicité ajouta les indemnités de députés de 1848 à 1849, puis de ministre de la Justice de 1849 à 1851. À partir dejanvier 1852, il perçoit 35 000 F par an en tant que conseiller d’État, président d’une section. En plus du traitement de ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics qu’il fut sans interruption de 1855 à 1863, il perçut à partir de 1856 la dotation annuelle de 30 000 F qui revenait aux sénateurs. En outre, en tant que membre dès 1859 du Conseil privé nouvellement créé, il recevait 100 000 F annuels, et pendant les six années durant lesquelles il fut ministre d’État il obtint 80 000 F par an plus 30 000 F pour ses frais de représentation (Schnerb estime, lui, ses revenus pour cette seule fonction à 130 000 F annuels).

49Pendant l’Empire, Eugène ROUHER vendit sa maison natale à Riom, rue Desaix, à un menuisier nommé GRENET. En 1856, il possédait, on l’a vu, deuxrésidences parisiennes, une avenue des Champs-Élysées, une autre rue des Vignes. Il acheta en 1865 pour 200 000 F le château de Cerçay (commune de Villecresnes, canton de Boissy-saint-Léger, Seine-et-Oise, aujourd’hui Essonne) à Jean-Nicolas TIEDMAN, demeurant à La Haye (Pays-Bas), suivant le contrat reçu par Me Petitperrot, notaire à Brunoy, le 15 janvier 1865. Pendant la guerre de 1870, le château fut occupé par les Prussiens qui le saccagèrent et emportèrent les archives du ministre [voir ci-dessous]. ROUHER y revint pour la première fois le 4 juin 1871. Il fallut un an pour tout remettre en état. Pendant quelques années, jusqu’en 1879, Cerçay connut une grande animation : toutes les gloires déchues de l’Empire y séjournèrent et les ROUHER y donnèrent quelques fêtes brillantes.

AU DECES

Liquidation de la société d’acquêts

50On peut constater ici l’étendue des investissements financiers du ministre d’État. On remarquera les sommes placées en Angleterre.

51Actif de la société d’acquêts :

52Mobilier de Paris 29 341

53Château de Cerçay avec un parc de 20 ha évalué à 300 000

54Mobilier de Cerçay 41 191

55Hôtel de deux étages à Riom (Puy-de-Dôme) rue Massillon 20 000

56Mobilier du Pointet 15 112

57Deniers comptants 3 000

5850 obligations de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon par leourbonnais 17 900

5969 obligations de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée 24 736

60106 obligations nominatives de la Compagnie du chemin de fer de Lyon à Genève 37 630

613 obligations de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (1852) 1 083,75

6245 obligations de la Compagnie du chemin de fer de Lyon à Genève (1857) 15 975

63300 actions de la Compagnie de Rio Tinto 147 000

6415 actions de la Compagnie de Rio Tinto7 350

65285 obligations privilégiées au porteur des chemins de fer égyptiens 131 385

66232 obligations de la dette égyptienne unifiée 79 228

67380 obligations de la Compagnie de Rio Tinto (1880) 192 850

6820 actions de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée 25 075

69175 obligations de la Ville de Paris (1871) 68 600

70150 obligations du chemin de fer de Madrid à Saragosse 47 962

71135 obligations des chemins de fer lombards (anciennes) 9 521,25

72160 obligations spéciales des chemins de fer du Nord de l’Espagne 49 880

736 000 F de rente italienne 5 % 111 090

745 881 F de rente française 3 % nominative 151 387,73

75103 F de rente française 4 ½ % 2 438,81

76135 obligations de l’emprunt russe (1869) 53 476,85

7733/10 d’obligations de 100 F 4 % du Crédit foncier de France (1853) 3 613,50

7810 obligations de l’emprunt russe (1867) 3 967,50

7914 obligations de 50 livres de l’emprunt russe (1875) 14 023,80

8060 livres sterling de rente russe 5 % (1870) 27 140,40

813 actions des mines et fonderies de zinc de Silésie 1 200

821 bon de liquidation des départements 518,75

8325 obligations du Crédit foncier de France (1877) 8 693,75

8425 actions du Petit journal 19 406,25

8520 obligations prince Rodolphe (chemins de fer) 10 375

8625 actions de la Compagnie parisienne de gaz 35 937,50

8710 obligations lombardes. Série S 2 927,50

8825 actions de la Banque de France 21 625

8910 obligations lombardes. Série X 2 981,25

90910 F de rente française 3 % nominative 23 417,33

91F de rente française 3 % nominative 15 440

92180 F de rente française 4 ½ % nominative (1883) 4 262,40

9359 obligations nominatives du Chemin de fer d’Orléans 20 995,50

9470 obligations nominatives de la compagnie PLM 24 998,75

95Créances sur M. J. Souchard 3 102,20

96Compte courant à la Société générale 3 227,25

97Reliquat de compte à la London Joint Stock Bank 208 576,40

98Reliquat de compte de M. Morange 2 892,25

99Reliquat de compte de MM. Baring Brothers de Londres 750

100Dot de Léonie ROUHER 320 000

101TOTAL société d’acquêts 2 460 081,92

102Passif de la société : 40 875 F

103Frais funéraires : 11 500 F

104La veuve renonça au préciput de 5 000 F auquel elle avait droit en vertu du contrat de mariage ainsi qu’à la donation de moitié en usufruit lui profitant. Elle ne retira donc de la liquidation que ses reprises, soit 73 000 F de dot, 80 000 F hérités de son père, 50 000 F de son frère Alexandre, 150 840,25 F de sa mère et 17 775,50 F du mobilier inventorié, 100 000 F d’un legs préciputaire de sa tante DEGEORGE et 597 183,39 F de l’héritage de cette même tante.

105Total des reprises de la veuve :

106En nature : l’hôtel de Clermont rue Pascal, le bâtiment et le jardin à Clermont rue des Bons-Enfants, le domaine d’Aulnat et la propriété du Pointet.

107En argent : 1 085 009,70 F.

108Reprise d’Eugène en argent : 100 000 F (il n’a pas reçu de don ou d’héritage pendant son mariage) mais il devait 320 000 F à la société d’acquêts sur les 420 000 F promis pour la dot de sa fille.

109Actif définitif de la société d’acquêts (une fois déduits les frais d’inventaire et de liquidation, de scellés et de notaire et les reprises de la veuve) : 1 359 205,60 F,

110Dont 679 602,80 F pour la veuve, soit un total général (avec reprises) pour la veuve de 1 764 612,50 F qui reçut l’hôtel de Riom et le château de Cerçay avec le mobilier à Paris, au Pointet et à Cerçay, et le reste en actions et obligations. Le château de Cerçay fut vendu par la veuve ROUHER puis démoli en 1921.

Succession d’Eugène Rouher

111Les deux filles héritèrent chacune du quart des biens de la société d’acquêts. Mais Léonie ROUHER ne put hériter de son père « que » de 389 801,40 F. En conséquence, et compte tenu du montant de sa dot, il se trouva que la marquise de la VALETTE avait été dotée en trop de 30 198,40 F. Sa sœur Louise, alors mademoiselle, reçut de sa mère le 28 avril 1884, en avance d’hoirie la même somme pour qu’elle ne fût pas lésée.

Succession de la veuve d’Eugène Rouher

112La marquise de LA VALETTE profita de l’institution faite à son profit aux termes de son contrat de mariage selon lequel ses père et mère l’ont instituée leur légataire universelle pour moitié de tous les biens qu’ils laisseraient à leur décès, sous la réserve à leur profit de pouvoir user l’un vis-à-vis de l’autre de toute la quotité disponible et de disposer chacun au profit de qui bon leur semblerait d’une somme de 100 000 F sur leurs fortunes respectives.

113Sa sœur, la baronne de BAULNY, en vertu du testament de sa mère du 20 janvier 1890 (déposé chez Me Girardot, notaire à Clermont) reçut en héritage la propriété du Pointet (Allier), d’une valeur de 130 000 F. Elle y résida jusqu’à sa mort en 1921. Ce cottage, qui revint alors à une des petites-filles du ministre, existe toujours et abrite aujourd’hui une communauté religieuse.

114Enfin, la veuve ROUHER légua à chacun de ces quatre petits-enfants, la somme de 30 000 F. Son petit-fils, Napoléon, ne devait recevoir cette somme qu’à l’âge de 30 ans. Enfin, elle légua 4 000 F au curé de la paroisse de Broût-Vernet (Allier).

115Dans l’inventaire après décès de la veuve ROUHER, établi dans son dernier domicile au N° 76 de la rue de Monceau, outre le mobilier, les bijoux et les décorations de feu son mari estimées à 54 320 F, on recense un très grand nombre d’actions et d’obligations :

116Rente française 4 ½ %,

117Obligations de la ville de Paris 4 % et 3 %,

118Obligations du Crédit foncier 4 % et 3 %,

119Emprunt argentin,

120Rente brésilienne,

121Dette égyptienne unifiée,

122Rente espagnole,

123Billets hypothécaires de Cuba,

124Emprunt hellénique,

125Rente italienne,

126Rente portugaise,

127Emprunt russe,

128Dette convertie de l’Empire ottoman,

129Banque de la Réunion,

130Banque de Paris et des Pays-Bas,

131Crédit foncier d’Autriche,

132Crédit foncier égyptien,

133Canal interocéanique de Panama,

134Obligations du canal maritime de Suez,

135Obligations de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, anciennes à 3 %, Chemins de fer andalous,

136Chemins de fer du Sud de l’Autriche, anciennes et nouvelles,

137Compagnie des chemins de fer de Madrid à Saragosse et à Alicante,

138Obligations des chemins de fer égyptien et du port d’Alexandrie,

139Obligations du chemin de fer de Saragosse à Pampelune et à Alsasua, et de Saragosse à Barcelone,

140Obligations du chemin de fer de Koursk-Kharkof-Ozof,

141Buenos-Aires and Pacific Railway company,

142Actions du Petit Journal,

143Obligations hypothécaires domaniales d’Égypte,

144Obligations du gaz de Lisbonne,

145Obligations de la Compagnie de Rio Tinto,

146Caisse générale de l’épargne,

147Obligations de la Compagnie française du linoléum,

148Actions de la Compagnie centrale des cafés-restaurants,

149Actions des mines et fonderies de zinc de Silésie,

150Actions de la grande brasserie de la Croix de Lorraine,

151Actions de la Compagnie Cape Copper Company,

152ainsi que les reliquats des :

153Comptes à la Société générale,

154Compte à la Banque d’escompte de Paris,

155Compte chez Monsieur Morange [gestionnaire de biens, avenue de l’Opéra],

156Compte chez Monsieur Girardot, notaire à Clermont,

157Bail de la propriété de Riom, l’hôtel à Riom, rue Massillon, était loué à Raymond TABOURNEL, conservateur des hypothèques, puis à son successeur M. de CLÉRAMBAULT pour 1 200 F annuels,

158Baux d’immeubles à Aulnat [trois parcelles de terrains affermées],

159Bail de location de l’appartement 76 rue de Monceau, débutant le 1er juillet 1885, 12 000 F par an,

160Assurance de la propriété du Pointet, contracté en 1886 pour dix ans.

161Dans l’inventaire de la propriété du Pointet, dont 16 ha environ, hors du parc, étaient affermés, le mobilier fut estimé à 11 820 F.

162À ces biens meubles, s’ajoutèrent en nature l’hôtel de Riom, le domaine d’Aulnat et la propriété du Pointet. La marquise de LA VALETTE avait reçu, on l’a vu, 389 801,40 F de la succession de son père. Il restait donc 30 198,60 F imputables sur la succession de la mère. L’actif brut de la succession de la veuve d’Eugène ROUHER fut évalué au total à 1 806 256,35 F, à partager entre ses deux filles.

IV. LA CARRIERE

AVANT LE MINISTERE DES FINANCES

163Après avoir obtenu sa licence en droit à Paris, Eugène ROUHER rentra à Riom où il dut remplacer un de ses frères, devenu paralysé, qui était avocat dans cetteville. À partir de 1836 il débuta une carrière d’avocat durant laquelle il acquit une solide réputation dans les procès d’affaires et, devant la cour d’assises, dans quelques procès contre la presse indépendante dans lesquels il soutint la cause libérale démocratique. Il bénéficia en outre d’une certaine notoriété après avoir défendu l’accusé Jacques Besson dans l’affaire de Marcellange. Il se présenta en tant que candidat favorable à Guizot aux élections législatives de 1846, mais il fut battu (94 voix seulement sur 232 votants et 252 inscrits) par le député de centre gauche COMBAREL de LEYVAL. Après la Révolution de février 1848, il manifesta des opinions sinon socialistes, du moins très avancées, se prononçant pour l’abolition des contributions indirectes, l’impôt progressif et l’organisation du travail. Il fut élu à l’Assemblée constituante le 23 avril 1848, quatorzième sur quinze avec 48 282 voix (125 432 votants pour 173 000 inscrits), comme républicain du lendemain. Il vota avec le parti modéré sauf pour appuyer l’abolition de l’impôt sur le sel. Il fit partie du comité du travail, prit part à la discussion sur la Constitution en proposant un amendement favorable au système des deux Chambres, protesta contre les lois d’exception, vota pour le cautionnement des journaux, contre le droit au travail, contre le remplacement militaire et s’abstint sur l’impôt progressif,sur l’amendement GRÉVY, sur la proposition RATEAU, sur la diminution de l’impôt sur le sel et sur la suppression des clubs. Il fut réélu le 13 mai 1849 à l’Assemblée législative, le second sur treize avec 54 115 voix sur 168 305 inscrits, avec le soutien du parti de l’ordre. Il continua de voter avec la majorité et il fit partie de cinq commissions chargées d’examiner l’autorisation de poursuites demandées contre certains députés compromis dans l’affaire du 13 juin 1849. Il se rapprocha un temps de LAMARTINE, puis de CAVAIGNAC, mais, probablement recommandé par MORNY son collègue élu du Puy-de-Dôme, il se ralliarapidement à la politique de l’Élysée.

164Nommé garde des Sceaux à la suite d’Odilon BARROT, le 31 octobre 1849, il fut l’orateur principal du ministère jusqu’à l’arrivée en mars 1850 de BAROCHE. Il défendit avec vigueur et conviction la politique de reprise en main du pays après les événements de 1848 et utilisa les procureurs pour obtenir d’eux des rapports mensuels sur la « situation morale et politique » de leur département. Ils devaient en particulier l’informer sur « les menées sourdes ou apparentes des partis ». Il ordonna de nombreuses poursuites contre la presse montagnarde et organisa la déportation des prisonniers politiques. Il avait soutenu le projet de loi sur la déportation qui se substituait à la peine de mort en matière politique. ROUHER présenta également un projet de loi sur la réforme hypothécaire, combattit la proposition de SAINT-PRIEST sur l’usure et défendit le timbre unique sur les journaux, en affirmant que plus les journaux étaient grands, plus ils étaient impartiaux. Il défendit la loi du 31 mai 1850 qui restreignait le suffrage universel et contre laquelle Louis-Napoléon Bonaparte s’était élevé. Il fit voter la loi de juillet 1850 sur la presse, dirigée contre « ces mauvais imprimés que l’on répand à bas prix dans les villes et dans les campagnes où ils propagent les préjugés, entretiennent les erreurs, excitent les passions et corrompent la conscience publique ». Au cours de cette discussion, il affronta les députés montagnards auxquels il lança : « ce grand ébranlement social produit par le 24 février […] que je considérerai toujours, moi, comme une véritable catastrophe » (8 juillet 1850), omettant de dire qu’elle fut un bienfait pour sa carrière politique. Sorti du ministère le 24 janvier 1851 à la suite de la crise provoquée par la révocation du général CHANGARNIER, il y revint le 10 avril suivant au même poste. Il quitta une nouvelle fois le Gouvernement lors du remaniement du 26 octobre 1851. Nommé à nouveau gardedes Sceaux au lendemain du coup d’État qu’il n’avait pas souhaité, il participa à la répression judiciaire des opposants et révoqua de nombreux juges de paix. Il eut en outre une part déterminante dans l’élaboration de la Constitution de janvier 1852 et de la nouvelle loi électorale rétablissant le suffrage universel masculin et le scrutin uninominal à deux tours. Il démissionna le 22 janvier 1852 avec MORNY, FOULD et MAGNE, ses collègues au Gouvernement, pour protester contre la nationalisation-confiscation des biens de la famille d’ORLÉANS.

165Le 25 janvier suivant, il fut nommé conseiller d’État en service ordinaire, président de la section de législation, de justice et des affaires étrangères, avec BAROCHE comme président. En août 1852, il fut élu conseiller général et vice-président du conseil général du Puy-de-Dôme. Le 30 décembre 1852, il devintvice-président du Conseil d’État. Il assura également au cours de ces années, au Corps législatif et au Sénat, la défense des projets de loi à l’élaboration desquels il avait contribué. Il conserva ses fonctions jusqu’à sa nomination à la tête du ministère du Commerce, de l’Agriculture et des Travaux publics le 3 février 1855.

166Au sujet de ses nouvelles fonctions, ROUHER avoua par la suite : « Je n’étais point arrivé au ministère du Commerce avec des opinions préconçues ; j’étais étranger aux matières auxquelles j’allais me consacrer. […] Je n’ai point étudié les questions économiques dans les livres de théories. » Il occupa ce poste pendant huit ans et y traita les plus importantes affaires économiques. Sur la question des chemins de fer, il fut accusé d’avoir promis la concession des lignes des Pyrénéesaux PEREIRE au détriment des intérêts de l’État. Il poursuivit et accéléra la politique d’équipement ferroviaire du pays, et prépara, selon le vœu de l’Empereur, les conventions de 1857 réduisant le réseau à six compagnies. Dans le domaine agricole, il fut à l’origine de la création d’assurances mutuelles contre la grêle et la mortalité du bétail, d’une loi encourageant le drainage, l’assainissement de la Sologne, de la Dombes et de la Brenne, de nombreux travaux d’endiguement de fleuves et de cours d’eau pour en limiter les crues après les inondations de 1856 ainsi que du boisement des Landes. Il permit par ailleurs la modernisation de divers ports. En tant que ministre du Commerce, il eut à défendre la politique impériale en faveur du libre-échange avec les pays voisins de la France. Tout d’abord, il supprima progressivement mais rapidement les prohibitions, notamment pour l’entrée des matières premières ; il suspendit puis supprima, en 1861, l’échelle mobile sur les céréales ; et enfin il élargit le système des admissions temporaires. Il négocia en secret avec CHEVALIER, Lord COWLEY et Richard COBDEN qui en avaient eu l’initiative, le traité de commerce avec l’Angleterre de mars 1860, qui fut qualifié de « coup d’État douanier ». Il définit ensuite lors de négociations complémentaires le tarif douanier de chaque produit. Enfin, il négocia en tant ministre plénipotentiaire et signa les traités de commerce avec la Belgique en 1861 (avec une convention de navigation et une convention littéraire), l’Union douanière allemande en 1862 et l’Italie en 1863.

167ROUHER avait peu à peu conquis l’entière confiance de l’Empereur et devint un de ses conseillers les plus écoutés. Napoléon III l’avait fait entrer le 12 juin 1856 au Sénat et en 1859 dans son Conseil privé. L’Empereur lui proposa en novembre 1860 un poste de ministre sans portefeuille, mais ROUHER préféra rester dans son ministère. En 1861, il présida en l’absence du prince Napoléon, la commission française pour l’exposition universelle de Londres de 1862. Il avait déjà été membre, en 1855, de la commission de l’exposition universelle parisienne. Du 8 au 10 juillet 1862, il conduisit la visite de l’Empereur et de l’Impératrice à Riom et Clermont. Il adressa en 1863 à l’Empereur un rapport sur l’enseignement professionnel (22 juin), et peu de temps après, malgré les réticences de l’Empereur, fit établir la liberté de la boulangerie (30 juin 1863). Depuis 1853, une caisse de boulangerie était chargée de fournir aux boulangers parisiens le moyen de vendre le pain au-dessous du cours, sauf à maintenir un prix supérieur au cours lorsque les blés et farines auraient baissé. En 1863 toujours, il assural’intérim du ministre de l’Intérieur BOUDET avant d’être nommé ministre d’État.

168Depuis le décret du 23 juin 1863, ROUHER avait le titre de ministre présidantle Conseil d’État. Ce même décret transforma en un ministère politique le ministère d’État, créé en 1852 [voir la notice CASABIANCA], qu’on avait depuis amputé de la Maison de l’Empereur et amoindri par la création en 1860 de trois ministres sans portefeuille (le 26 novembre pour MAGNE et BILLAULT et le 3 décembre pour BAROCHE). Après le décès subit du ministre d’État BILLAULT (18 octobre), ROUHER fut appelé pour jouer le premier rôle au sein du Gouvernement, celui d’avocat du Gouvernement devant les Chambres, un poste qui l’obligeait à couvrir l’ensemble des domaines d’action de l’État mais qui lui attirerait aussi les plus vives inimitiés. ROUHER devint donc à la fois le chef des ministres et le directeur de la politique impériale ; son emprise sur le Gouvernement inspira le bon mot de « rouhernement ». MAUPAS raconte qu’« il dominait presque sans partage. […] Dans les deux chambres, il régnait en maître. La majorité ne se contentait pas de voter selon son mot d’ordre, elle l’acclamait à tout propos ; les acclamations devenaient pour lui des banalités. » Même si certains de ses opposants le virent omnipotent, comme un « vice-empereur »(expression d’Émile OLLIVIER), il ne fut cependant jamais que le fidèle exécutant des volontés de l’Empereur même si ces dernières heurtaient ses opinions. Vil serviteur prêt à tout pour conserver ses hautes fonctions ou grandserviteur de l’État dont le travail accompli imposait le respect ? Entre les deux visions les avis des contemporains sont partagés. Son biographe Robert Schnerb transige : « Sans être une personnalité au relief puissant, il mérite une place de choix parmi les grands bourgeois qui ont fait à leur image la France contemporaine. »

169À son arrivée au ministère d’État, ROUHER eut pendant quelques semaines pour chef de cabinet HUET, futur juge d’instruction (23 novembre 1865) qui devait démissionner le 14 juillet 1869 car il avait élu député. ROUHER appelaégalement Émile DUSOLIER, fils et frère des députés Thomas et Alcide DUSOLIER, et plaça des hommes à lui aux rouages importants de l’État et dans certains journaux, se constituant ainsi une clientèle de fidèles et une presse favorable. C’est à ROUHER que l’on doit la création du Journal officiel (alors de l’Empire français) afin de contrôler la publication des débats parlementaires auparavant transcrits dans Le Moniteur universel. ROUHER utilisa également à partir de novembre 1868 et jusqu’à la chute du régime, le quotidien Public, dont le propriétaire et le rédacteur en chef était DRÉOLE, désigné comme candidat officiel en 1869 et qui fut élu cette année-là.

170De 1863 à 1867, ROUHER dut soutenir les attaques d’une opposition au Corps législatif qui progressivement se renforçait. Durant ces années, la politique commerciale de l’Empire était naturellement constamment défendue par son principal artisan. THIERS, associé à POUYER-QUERTIER attaquèrent ainsi ROUHER à deux reprises sur la liberté commerciale en vigueur, à propos d’un amendement relatif à l’enquête agricole (9 mars 1866), puis, après son passage aux Finances, d’une demande tendant à la dénonciation les traités de 1860 (mai 1868). ROUHER dirigeait également les affaires étrangères. Malgré l’accumulation des mauvaises nouvelles, il défendit pendant quatre sessions l’expédition du Mexique, niant l’état déplorable des finances mexicaines et l’impossibilité pour les prêteurs français du gouvernement du Mexique de se faire rembourser. Il désigna même cette expédition comme « la plus grande pensée du règne ». Il inclinait pourtant généralement pour la paix même s’il ne proposa jamais la réduction des dépenses d’armement. Il était parallèlement partisan de la politique des nationalités. En politique intérieure, il eut constamment la main sur la majorité parlementaire et sur le déroulement des élections. En mars 1866, il eut à combattre l’amendement des quarante-cinq visant le rétablissement du régime parlementaire dont il s’efforça de démontrer l’incompatibilité avec le suffrage universel. Il était alors le plus fervent défenseur d’un Empire autoritaire limitant le pouvoir des assemblées délibératives et la liberté de la presse.

171Le 19 janvier 1867 parut une lettre impériale annonçant certaines réformes libérales modifiant la Constitution. À la suite de cette lettre et du décret qui l’accompagnait, tous les ministres démissionnèrent, mais la plupart furent rappelés, et, aupremier rang, le ministre d’État. En dépit d’une manœuvre de WALEWSKI et des partisans du libéralisme, ROUHER, qui s’était opposé à ces mesures libérales et qui fut accusé ensuite de freiner les réformes voulues par l’Empereur, retrouvadonc son ministère. Émile OLLIVIER note dans son Journal : » 19 janvier 1867 : WALEWSKI est consterné du changement ministériel. ROUHER devient ministredes Finances et reste ministre d’État […] Sans doute il eût mieux valu des hommes nouveaux, mais d’autre part, il était impossible à l’Empereur de sacrifier et d’abandonner ROUHER qui lui a rendu tant de services. Mais ROUHER donne une triste idée de son caractère en acceptant cette situation. » Pour beaucoup ce jour fut une journée des dupes.

172On vit ainsi ROUHER argumenter, dans les antichambres, en faveur du retrait des mesures libérales annoncées par l’Empereur le 19 janvier mais qu’il devait officiellement promouvoir et faire accepter par les Chambres. L’Empereur considérait néanmoins qu’il était le seul et le meilleur orateur disponible pour défendre cette nouvelle politique. Notamment par haine de WALEWSKI, ROUHER avait accepté cette charge contre sa nature de bonapartiste autoritaire, car la lettre de l’Empereur publiée au Moniteur du 20 janvier qui était destinée au ministre d’État le chargeait de conduire le changement qu’il avait constamment combattu et quimenaçait l’existence même du ministère d’État. D’une part, cette lettre annonçait que le moment était venu de « donner aux institutions de l’Empire tout le développement dont elles étaient susceptibles » : le droit de voter l’adresse, accordé au Sénat et au Corps législatif par le décret du 24 novembre 1860, était supprimé et remplacé « par le droit d’interpellation sagement réglementé ». D’autre part, des projets de loi attribuant exclusivement aux tribunaux correctionnels la connaissance des délits commis par la voie de presse et réglant le droit de réunion devaient être déposés. Enfin, chaque ministre pouvait dorénavant, par une délégationspéciale de l’Empereur, être chargé, de concert avec le ministre d’État, les présidents et les membres du Conseil d’État, de représenter le Gouvernement devant le Sénat et le Corps législatif dans la discussion des affaires ou des projets de loi. Il faut noter que cette mesure aurait dû logiquement entraîner la suppression du postede ministre d’État ou tout au moins avoir pour effet immédiat de le ramener à son rang initial de secrétaire de l’Empereur. Cependant, grâce surtout à l’influence de son titulaire, ce ministère fut maintenu pendant plus de deux ans encore. D’ailleursde 1867 à 1869, le ministre d’État continua à jouer véritablement le rôle d’un chef de gouvernement à tel point que, en juillet 1869, les journaux considérèrent la démission des ministres comme la démission du « cabinet ROUHER ». Le maintien de cette fonction fut considéré par les opposants à l’Empire comme un reliquat de gouvernement personnel, un symbole à faire tomber. Sa présence faisait en outre douter de la sincérité des avancées vers le régime parlementaire. L’inquiétude de l’opposition de gauche provenait également du fait qu’auparavant dans la discussion de l’adresse tous les amendements avaient pu être produits et défendus, tandis que désormais les interpellations au Gouvernement ne devaient être développées que si quatre bureaux les avaient admises, ce qui subordonnait le droit de la minorité au bon vouloir de la majorité issue de la candidature officielle. Au cours de la session 1867, les bureaux du Corps législatif autorisèrent les interpellations sur le secret des lettres, sur les modifications apportées au décret du 24 novembre, sur les affaires étrangères, mais repoussèrent, en avril et en mai, trois demandes d’interpellation, dont celle de Jules FAVRE, sur la crise luxembourgeoise, l’affaire des duchés qui pouvait prendre la forme d’une guerre contre la Prusse.

173En lui rendant, par le décret du 20 janvier 1867, son portefeuille de ministred’État, Napoléon III ajouta celui des Finances parce que FOULD était en désaccord avec l’Empereur [voir sa notice] et qu’on ne pouvait appeler MAGNE sans souligner le désaveu de FOULD et signer la défaite de l’ancien trio BAROCHEFOULD-ROUHER.

AU MINISTERE DES FINANCES

174ROUHER avait jusque-là joué un rôle important dans la politique économique, même s’il est parfois difficile de discerner son action personnelle dans l’œuvre économique du Second Empire [voir l’article cité d’Alain Plessis]. Dans ses fonctions de vice-président du Conseil d’État, de ministre de l’Agriculture, duCommerce et des Travaux publics, et enfin de ministre d’État où il défendit l’ensemble des projets de loi dont parfois les lois de finances, il dut s’intéresser aux mesures gouvernementales concernant la situation monétaire, la politique du crédit et les structures bancaires, l’essor des moyens de transport mécanisés terrestres et maritimes, le régime douanier et l’aménagement des ports, la mise en valeur des Landes, le progrès industriel et le lancement des expositions universelles, l’« haussmanisation » de Paris et la transformation des autres grandes villes de France, le fonctionnement des commerces de boulangerie et de boucherie, etc.,autant de domaines qui intéressent les finances de l’État. ROUHER a donc déjà eu de nombreuses fois l’occasion, en collaboration avec les ministres des Finances successifs, d’étudier les affaires financières.

175Les papiers de Cerçay nous instruisent sur la documentation que ROUHER accumula au cours des années pour s’initier aux problèmes économiques et budgétaires : notes concernant l’amortissement depuis 1835 (les lois et discussions financières du temps de Louis-Philippe), les emprunts, les loteries [voir ci-dessous], les budgets rectificatifs des années 1864-1866 ; un dossier sur la constitution et l’organisation financière de divers États allemands ; un dossier sur les affaires des mines de l’île d’Elbe ; des listes des trésoriers-payeurs généraux (à la suite d’une réforme de FOULD qui, par souci d’économie, avait réuni les deux fonctions de receveur et de payeur général) ; des tableaux comparés des budgets britanniques et français de 1862-1864, et des impôts et revenus indirects de 1866-1868 ainsi que diverses pièces relatives aux travaux d’Haussmann et aux emprunts mexicains.

176Ces papiers conservent de surcroît une lettre confidentielle d’Haussmann du 15 septembre 1867 sur l’augmentation des droits d’octroi suite à l’extension de Paris dans laquelle celui-ci écrit : « Vous ne manquerez pas de remarquer le peu d’importance de l’accroissement de 3 660 000 F produit sur le droit d’octroi par l’effet de l’annexion, de cette mesure qu’on a cru motivée par le besoin d’enrichir la Ville, et qui lui a été et lui est encore si coûteuse ! La population annexée était égale au tiers de l’ancienne population, et le droit d’octroi sur le vin ne s’est pas augmenté d’un cinquième ! » Haussmann suggérait de ne pas surtaxer les vins fins, en bouteille, contre les vins communs car « on ne doit jamais pousser une population, par l’effet des tarifs, à consommer la denrée la moins bonne plutôt que la meilleure. […] Toutefois il est certain que la taxation unique est plus équitable que la mode suivie dans le reste du pays. » Il ajoutait cyniquement : « On ne voit pas pourquoi le fisc se mêle ailleurs, sous prétexte de morale, de condamner la consommation du cabaret, en la frappant de surtaxe. Beaucoup d’ouvriers vivants au jour le jour ne sauraient boire de vin que là. Si quelques-uns en boivent trop, jusqu’à se griser, le fisc n’a rien à y voir. Il n’a qu’à percevoir le produit plus grand qu’il en retire. » Le préfet de la Seine prônait enfin un dégrèvement général des taxations (de l’octroi et du Trésor) des vins consommés à Paris.

177Les papiers ROUHER aux Archives nationales conservent en outre une note d’avril 1867 de la direction générale des Fonds sur la loterie. La loi du 21 mai 1836 avait interdit les loteries en France, mais la Ville de Paris avait été autorisée à émettre des emprunts en 1848, 1855 et 1860 avec lots et primes, à l’instar d’autres villes, du Crédit foncier en 1852 et de certains emprunts étrangers cotés en France (selon la convention avec la Belgique de 1861 et l’emprunt autrichien émis en 1853 par exemple). La note visait à préciser les cas où l’État aurait à intervenir, au nom de la loi de 1836, en définissant les emprunts remboursables avec lots et primes par la voie du sort qui pourraient être assimilés à des loteries et mettre fin à l’arbitraire des décisions gouvernementales, variant selon les circonstances et ses intérêts politiques ou diplomatiques. Le projet prévoyait que les opérations financières qui donneraient lieu à une émission de titres ou de valeurs remboursables avec primes et lots après tirage au sort ne pourraient être autorisées qu’autant qu’elles n’entraîneraient l’aliénation d’aucune portion du capital engagé et que tous les titres émis jouiraient d’un intérêt fixe annuel dont le taux ne pourrait être inférieur à 3 % du capital nominal. La somme totale annuelle des bénéfices aléatoires attribués sous forme de lots ou de primes ne pourrait, en aucun cas, excéder 1 % du capital. Il ne pourrait être attribué de prime ou lot dont le chiffre excède cent fois le prix d’émission du titre qui y donnait droit, sans que ce chiffre pût, en aucun cas, excéder 50 000 F. Les titres émis ne pourraient être d’une valeur nominale inférieure à 100 F. Le fractionnement ultérieur des titres émis serait interdit.

178ROUHER discutait en outre, notamment avec Michel CHEVALIER, des droits d’enregistrement et de l’amortissement : refusant de réduire les premiers et de supprimer les seconds. Le nouveau ministre des Finances ne possédait pas une théorie précise sur la conduite des finances publiques, et sa gestion se résumait à trouver les crédits nécessaires à la politique impériale, et notamment aux frais de l’armée française envoyée en Italie.

179Son court passage aux Finances, onze mois, est par ailleurs indissociable de son rôle de porte-parole du Gouvernement devant les Chambres. Le cumul desfonctions de ministre d’État et de ministre des Finances est assez rare pour être souligné. Dans la liste des titulaires du portefeuille des Finances, on peut lecomparer à VILLÈLE qui cumulait, lui, les fonctions de président du Conseil et de ministre des Finances. Cependant ROUHER ne s’impliqua guère dans les affaires financières, comme le montrent les lettres qu’il adressait en septembre 1867 à l’Empereur (reproduites dans les Papiers secrets cités plus bas), il préférait traiter des questions internationales, défendre un de ses thèmes préférés : la liberté de la boulangerie, chercher une solution à la crise du Crédit mobilier, ou encore préparer les élections qu’il souhaitait pour le mois de mai suivant.

180La session de 1867, du 14 février au 24 juillet, fut particulièrement agitée, en raison notamment d’une opposition républicaine enhardie par les réformes libérales. La bataille se déroula principalement autour des crédits militaires, des affaires mexicaines et de la dette flottante. ROUHER devait simultanément suivre les délicates négociations de l’affaire du Luxembourg et venir défendre la politique extérieure du Gouvernement chaque fois que l’intervention du marquis de MOUSTIER se révélait inefficace. THIERS et ROUHER s’affrontèrent violemment les 14 et 16 mars. THIERS repoussa comme éminemment funeste la théorie des « grandes agglomérations » européennes préconisée par l’Empereur, et conseilla au Gouvernement de contrebalancer les agrandissements de l’Italie et de la Prusse par la formation en Europe d’un parti conservateur, composé del’Angleterre, de l’Autriche, des petits États, appuyé par toute la force armée de la France. En terminant le premier de ses deux discours, celui du 14 mars, l’éminent orateur de l’opposition s’écria : « Il n’y a plus une seule faute à commettre ! » ROUHER répondit qu’« il n’y avait pas eu une seule faute commise » et exposa sa théorie des trois tronçons en déclarant qu’au moment de la bataille de Sadowa il avait eu de « patriotiques angoisses » mais que, réflexion faite, il trouvait la situation moins menaçante qu’avant la guerre austro-prussienne et qu’il envisageait l’avenir avec un sentiment de profonde quiétude.

181Deux jours plus tard, le 18 mars, eut lieu une des séances les plus houleuses du Corps législatif où notamment FAVRE et THIERS face à ROUHER eurent des mots : ce dernier traita ses opposants d’« énergumènes » puis de « factieux ». PICARD lui répliqua ainsi qu’à la droite : « C’est vous qui êtes des factieux ! » PELLETAN renchérit. Commença alors un tumulte général. ROUHER, s’adressant au président de l’Assemblée, WALEWSKI, s’écria : « Mais présidez donc, nom de Dieu ! ou je n’ajoute plus un mot pour la défense du Gouvernement et je quitte la tribune », tribune abattue au lendemain du Deux décembre et qui avait été rétablie à la veille de l’ouverture de la session de 1867 pour que les ministres puissent répondre aux députés. Finalement le vote de l’ordre du jour pur et simple par 215 voix contre 44 permit de clore la discussion à la Chambre. ROUHER reprocha à WALEWSKI son inaptitude à maintenir l’ordre au sein du Corps législatif. Mais WALEWSKI écrivit à l’Empereur pour rendre ROUHER responsable du tumulte et rappela les paroles violentes qu’il avait eues pour les opposants. Quelques jours après, les deux hommes s’affrontèrent à nouveau à propos de l’élection du rapporteur de la commission sur la liberté de la presse. Le ministred’État soutenait MATHIEU contre le président du Corps législatif qui proposait OLLIVIER. WALEWSKI prétendit avoir l’aval de l’Empereur ; ROUHER s’en prévalut également. Napoléon III expliqua qu’il y avait eu un malentendu. MATHIEU ne passa qu’avec une voix de majorité. Anatole CLAVEAU, secrétaire-rédacteur au Corps législatif à ce moment, raconte, dans ses Souvenirs, que « pendant neuf ou dix jours les vice-présidents SCHNEIDER et Alfred LE ROUX occupèrent le fauteuil, et enfin, le 29 mars, M. WALEWSKI, s’y installant pour la dernière fois et pour cinq minutes seulement, annonça lui-même au Corps législatif sa démission. […] La majorité partageait l’émotion de l’homme d’État évidemment disgracié, qui lui faisait ses adieux ; mais beaucoup de ses membres hésitaient à l’exprimer, même à la montrer. Ils se sentaient surveillés parROUHER. À gauche, au contraire, on se répandait avec affectation en témoignages aussi bruyants que flatteurs. » WALEWSKI fut remplacé le 2 avril par SCHNEIDER.

La loi de règlement de l’exercice 1863

182Lors de la discussion de la loi de règlement de l’exercice 1863, le député républicain Joseph MAGNIN, qui faisait partie des budgétaires, ces députés qui passaient au crible les documents financiers et qui restaient intraitables avec l’orthodoxie financière, prononça le 20 mars 1867 un discours argumenté dans lequel il chercha à montrer l’influence qu’avait eu sur les finances de la France le sénatus-consulte du 31 décembre 1861. C’était l’occasion de passer en revue l’ensemble de la politique financière de FOULD. Ce sénatus-consulte voulu par FOULD avait substitué au vote du budget par ministère, établi en 1852, le vote du budget par grande section, avait donné au Gouvernement le droit de virement entre tous les chapitres d’un ministère, alors même qu’ils appartenaient à des sections différentes, et avait imposé un vote du Corps législatif pour tous les projets de crédits supplémentaires et extraordinaires. MAGNIN démontra que, malgré ce sénatus-consulte, il y avait eu en 1863 des crédits extraordinaires et supplémentaires sans vote, qu’on avait abouti à un déficit de 22 millions et à un accroissement d’impôts de 67 millions. Enfin le déficit total s’établissait à 211 millions en 1867. Il examina ensuite les budgets de 1864 qui accusaient un déficit avoué de 51 millions ; ceux de 1865, de 1866 et de 1867 devaient aboutir, eux aussi, au déficit par suite des dépenses de l’expédition du Mexique et de l’impossibilité où s’était trouvé le gouvernement de Maximilien de pourvoir au remboursement de l’indemnité mexicaine. MAGNIN réclama un contrôle accru par le Corps législatif et plaida pour le retour à la spécialité des crédits budgétaires à voter par chapitre au sein des budgets des ministères. L’opposant à l’Empire critiqua également le règlement trop tardif des exercices antérieurs, retard qu’il suggérait provenir de la lenteur de la Cour des comptes. Il ajouta que « le pays ne sait pas, ne se doute pas que notre contrôle réel ne peut s’exercer qu’après ce délai et sans aucune sanction, que par conséquent il est impossible. » Revenant aux comptes de 1863, il montra que la loi de finances de cette année avait accordé au Gouvernement une somme de 2 millions pour les fonds secrets, et que la totalité de cette somme avait été dépensée dans le premier semestre de cette année. « Année électorale ! » s’écria Ernest Picard, à la grande indignation de la majorité. MAGNIN constata ensuite qu’un décret de virement en date du 29 août 1863 avait ajouté une somme de 300 000 F au crédit de 2 millions bien que les virements fussent illégaux.

Les discussions budgétaires de 1867

183Lors de la discussion budgétaire qui s’ouvrit le 4 juillet avec l’examen du budget rectificatif de 1867 par le Corps législatif, ROUHER allait devoir défendre, pour la première fois, « son » budget. Or, depuis janvier, de l’aveu de l’Empereur, ROUHER continuait de s’occuper des affaires étrangères et dirigeait, outre la politique générale, certains services de l’Intérieur (le ministre de l’Intérieur LA VALETTE désirait que ROUHER s’occupât plus activement encore des rapports avec les préfets et avec la police). Il laissa donc dans un premier temps agir le rapporteur pour le Gouvernement DU MIRAL et LAVENAIS, président desection au Conseil d’État et commissaire du Gouvernement. Le conseiller d’État VUITRY intervint également pour défendre le budget rectificatif.

184Durant la discussion générale du budget, un des chefs du tiers parti, LATOUR du MOULIN, critiqua vivement la politique de ROUHER. Ernest PICARD et Jules SIMON prononcèrent ensuite d’éloquents discours, et obligèrent le ministred’État à répondre à ce qu’il avait appelé lui-même le « réquisitoire » des deux orateurs de la gauche. Le budget fut en outre critiqué par BUFFET et surtout par MAGNIN qui montra que sur une dépense totale de 113 millions, 65 millions devaient être attribués à la Guerre et à la Marine, et 19 millions seulement aux travaux publics extraordinaires. Il jugea néfastes les 20 millions d’annulations de crédits et les 93 millions de plus-values de crédits proposés pour boucler le budget. Au cours des années précédentes, en 1865 et en 1866, les commissions du budget s’étaient montrées favorables à la règle d’après laquelle les annulations de crédits ne devaient point figurer dans les ressources prévues au budget rectificatif. Cette fois, la commission actuelle avait adopté la solution contraire. MAGNIN s’y opposa et montra en outre que l’optimisme manifesté par la commission au sujet de la progression des recettes de l’exercice de 1866 et qui, d’après elle, devait continuer en 1867, aboutirait certainement à de graves désillusions car depuis le début de l’année les prévisions se révélaient fausses. La diminution était déjà de 19 millions ; elle atteindrait probablement 41 millions et peut-être plus.

185Malgré les dénégations de DU MIRAL, qui interrompit à deux reprises l’orateur, tous savaient que l’année 1867 – entre avril et novembre se tenait l’exposition universelle – était mal engagée. Le voyage des souverains à Salzbourg en 1867 pour y rencontrer François-Joseph raviva les inquiétudes des partisans de la paix. Les bruits de guerre tarissaient le flux des capitaux disponibles : on parlait de la « grève du milliard ». L’encours de la Banque de France chutait. Il était de 715 millions le 30 janvier 1867, il devait être de 519 millions le 30 janvier 1868, et de 414 millions le 25 juin de cette même année. Le textile mal remis – le coton surtout – de la crise de 1861-1863, connaissait à nouveau une crise ainsi que l’activité des hauts fourneaux au bois. Le chômage et une diminution des salaires allaient de pair avec une hausse des prix du pain. ROUHER prescrivit une enquête économique et annonça la fondation d’une caisse des chemins vicinaux alimentée par les obligations trentenaires. Dans ce contexte MAGNIN fustigea l’imprévoyance du Gouvernement : « Quand on a présenté ce budget, ne savait-on pas que la récolte de 1866, au point de vue des vins et des sucres, était une récolte très médiocre ? Et ne devait-on pas penser que les plus-values de 1866 avaient été produites d’abord par une récolte en vins excessivement abondante, presque fabuleuse en 1865 ; que cette année même 1865 avait donné, au point de vue des sucres indigènes, une récolte et un rendement qu’on n’avait pas trouvés depuis nombre d’années ? » La commission du budget savait, d’autre part, que l’année 1866 avait donné des résultats complètement opposés à ceux de l’année précédente : une mauvaise récolte en vins, une faible production du sucre. Le déficit était donc indéniable, et le désaccord ne pouvait porter que sur le chiffre de ce déficit, qui ne pouvait être financé que par un accroissement d’impôts ou un emprunt. Déjà, GARNIER-PAGÈS avait demandé au ministre des Finances quel était son programme, car le Gouvernement proposait de porter la dette flottante de 900 millions à 1 047 millions. Ce programme ne pouvait être que l’opposé de celui de FOULD car ce dernier avait promis l’arrêt des crédits supplémentaires et avait dit qu’il ne fallait plus ouvrir le Grand Livre de la dette publique. ROUHER vint, cette fois, au secours de VUITRY, assura que la dette flottante n’avait « rien d’inquiétant, rien qui doive préoccuper », qu’on pourrait encore émettre beaucoup de bons du Trésor et évoqua l’enrichissement indéniable du pays comme un facteur très rassurant. Néanmoins, à propos des crédits déjà dépensés en partie pour l’armement lors de l’affaire du Luxembourg, il reconnut que le pouvoir de ratification accordé à la Chambre excluait toute possibilité de contrôle.

186Après avoir rappelé que Jules SIMON avait reproché au Gouvernement d’avoir dépensé à outrance et que ROUHER lui avait répondu qu’il était facile de dire : « Vous dépensez à outrance, mais qu’il fallait le prouver », MAGNIN se lança dans une attaque méticuleuse de la gestion des finances depuis 1852, critiquant par là l’ensemble de la politique de l’Empire et donc de son principal avocat, ROUHER : « Depuis 1852, qu’a-t-on fait ? On a augmenté la dette inscrite de plus de 3 milliards ; on a consommé les ressources extraordinaires en les appliquant au budget, c’était là un capital de la France qui s’élevait à plus de 600 millions ; on a affecté les réserves de l’amortissement aux besoins généraux du budget jusqu’à concurrence de 1 360 millions ; on a augmenté la dette flottante de 300 millions. Ces chiffres, je les emprunte à l’année 1864, car ce sont les derniers qui soient officiels ; on a consommé les 160 millions de la conversion de la rente ; on arrive à un total de 5 milliards 500 millions, et en dehors de 22 milliards qui, depuis treize ans, ont été produits par l’impôt. » Après avoir montré que, sur les treize budgets réglés de 1852 à 1864, il s’en trouvait onze qui avaient donné 1 024 millions de déficit, que les dépenses, qui étaient de 1 500 millions en 1852, s’élevaient actuellement à 2 milliards 200 millions, que les recettes n’avaient pas suivi la progression des dépenses, qu’il y avait une différence de 40 millions, MAGNIN termina par ces mots : « Vous avez dépensé, malgré l’accroissement de vos recettes, 40 millions de plus que ne vous a donnés cet accroissement lui-même. Et bien, n’appelez-vous pas cette façon d’administrer les finances, dépenser à outrance ? » MAGNIN pointait ainsi du doigt les principaux défauts des finances impériales : un système d’annulations de crédits entièrement fictif, une escompte excessive de la plus-value des recettes futures et un budget morcelé qui obscurcissait les comptes.

187La discussion du budget permit en outre à Jules FAVRE, THIERS et à BERRYER de rappeler comment avait été conduite la désastreuse expédition duMexique à laquelle une impérieuse sommation des États-Unis avait mis un terme, et qui avait eu pour épilogue l’exécution de Maximilien à Queretaro. Les troupes françaises étaient rentrées du Mexique en février 1867. Durant ces débats passionnés, le 12 juillet, Émile OLLIVIER s’en prit directement à ROUHER et prononça sa célèbre tirade : « Pour définir le ministère d’État, on s’est servi successivement ou à la fois, de diverses expressions (Écoutez ! Écoutez !). Les uns ont dit : c’est un premier ministre ; d’autres, c’est un grand vizir… (Hilarité). D’autres : c’est un maire du palais (Oh ! Oh !). Je trouve ces trois expressions incorrectes (Ah !). Premier ministre, c’est une expression inconstitutionnelle ; il n’y a pas de premier ministre. Grand vizir… (On rit), c’est trop vif ; maire du palais, c’est blessant pour l’une des personnes que cette expression atteint. Qu’est-ce donc, au vrai, sans chercher des formes épigrammatiques, qu’est-cedonc que le ministre d’État ? Le ministre d’État, dans le décret qui l’a institué, est l’avocat d’office de tous ses collègues… On ne saurait exiger qu’un homme de valeur se condamne à ce rôle d’être un avocat qui explique des causes… (Rumeurs) qu’il n’a pas conduites. Aussi, les attributions du ministère d’État ont dû s’accroître démesurément ; l’avocat des ministres est d’abord devenu leur conseil, puis leur directeur, et aujourd’hui, il est, non pas comme on l’a dit, premier ministre, maire du palais ou grand vizir, mais un vice-empereur sans responsabilité. (Exclamations et mouvements prolongés). » En réponse à ces attaques, Napoléon III adressa à son ministre d’État une lettre autographe accompagnée de la grand-croix de la Légion d’honneur en diamants.

188La session de 1867 s’acheva le 24 juillet. Le budget rectificatif, ainsi que les budgets ordinaire et extraordinaire, sur ressources spéciales, des services spéciaux, de la Caisse d’amortissement, et la loi sur les nouveaux crédits extraordinaires de l’exercice 1867 furent tous votés entre le 8 et le 22 juillet 1867. Une fois encore le sénatus-consulte de 1861 était contourné voire nié par des crédits supplémentaires régularisés ensuite par la Chambre, ce que ROUHER reconnaissait. Durant cette session, pendant laquelle le Corps législatif s’est réuni trente-huit fois dans ses bureaux, il y a eu 172 heures de débats publics pour 89 séances, dont 9 pour discuter quatre demandes d’interpellation, 21 consacrées au budget et 59 aux autres projets de loi. Sur 151 projets de lois (34 d’intérêt général et 117 d’intérêt local), 135 ont été adoptés, 1 retiré et 15 reportés à la session suivante. Les commissions reçurent 400 amendements. Durant cette session, des lois importantes furent votées notamment sur les pouvoirs des conseils municipaux, l’établissement des sociétés anonymes, l’école primaire, la contrainte par corps (et l’octroi d’une pension à LAMARTINE). La loi du 24 juillet 1867 modifia le régime des emprunts communaux dans un sens plus libéral. Elle conféra aussi plus d’autonomie au conseil municipal mais la subordonnait à trois conditions : l’affectation au service de l’emprunt des ressources de la commune, un délai d’amortissement qui ne devait pas excéder douze ans, un accord préalable entre le maire et le conseil que le préfet devait approuver. En cas de revenu supérieur à 100 000 F, le décret autorisant un de cesemprunts était rendu en Conseil d’État. Si la somme à emprunter dépassait le million, une loi était nécessaire. Cette loi de 1867 a également fixé les règles pour les hospices, les hôpitaux et autres établissements charitables. Enfin, dans ses Mémoires, le marquis d’AUDIFFRET indique qu’il proposa au ministre des Finances ROUHER un décret organique, qui resta sans suite, modifiant l’organisation de l’administration des Finances, et qui prévoyait outre la reconfiguration des directions la création d’un conseil des finances instaurant une direction collégiale du ministère.

189Au lendemain du congrès de l’Internationale à Lausanne et du congrès de la Paix à Genève, moins d’une année après l’évacuation de Rome par les soldats français en vertu de la convention du 15 septembre 1864, GARIBALDI tenta à nouveaud’envahir les États pontificaux. ROUHER souhaitait un congrès européen pour régler la question mais déjà l’Empereur s’apprêtait à défendre militairement lesÉtats du pape. Le 3 novembre les Français battaient les Italiens de Garibaldi à Mentana. Les troupes françaises occupaient à nouveau Rome. Le cabinet était très divisé. Le ministre de l’Intérieur qui était pour une occupation mixte franco-italienne, comme du reste ROUHER, démissionna. Contrairement à l’avis du ministre d’État émis dans un rapport à l’Empereur du 15 octobre 1867 qui listait dans l’ordre de ses préférences les candidats à ce poste (publié en 1870 dans les Papiers secrets trouvés aux Tuileries), ce fut Ernest PINARD, jeune procureurgénéral, récemment conseiller d’État, qui passait pour être l’homme des catholiques autoritaires qui fut nommé le 13 novembre à l’Intérieur. Dans ce remaniement qui était une victoire pour les opposants de la politique des nationalités, MAGNE, que ROUHER avait vu en favori pour le portefeuille de l’Intérieur, reprit les Finances. Quelque temps auparavant, MAGNE avait déjà subi un premier échec, « non convaincu, mais vaincu » sur certains projets qu’il désapprouvait (emprunts pour les chemins vicinaux et diminution des octrois). Il avait patiemment préparé son retour et bénéficiait de l’appui de THIERS et de SCHNEIDER. ROUHER abandonna sans regret le ministère des Finances car la double charge de travail était trop lourde. Pierre MAGNE écrivit dans ses papiers : « Il a cru se grandir, il s’est nuit. »

APRES LE MINISTERE DES FINANCES

190Le remaniement ministériel n’avait pas résolu la crise italienne. Sous l’influence de ROUHER, la décision d’évacuer Rome si la conférence internationale aboutissait fut prise au Conseil des ministres du 23 novembre. Le débat reprit à la Chambre le 2 décembre. L’opposition s’empara de la question romaine pour attaquer une nouvelle fois la politique impériale. Elle critiqua vivement cette seconde expédition militaire française pour sauver le pouvoir temporel du pape. Le 5 décembre 1867, surenchérissant sur le discours précédent de THIERS lui aussi favorable à une intervention française en Italie, ROUHER prononça un discours devenu fameux dans lequel il affirma : « Eh bien ! nous le déclarons au nom du gouvernement français, l’Italie ne s’emparera pas de Rome. Jamais ! non jamais ! jamais ! » En réaction à ce mot devenu historique car rapidement démenti par les faits, le témoin Anatole CLAVEAU raconte que « la gauche semblait frappée de stupeur, tandis que le reste de la Chambre rayonnait d’admiration et de joie. Lorsque ROUHER descendit de la tribune, il ne put franchir l’étroit espace qui le séparait de son banc ministériel. On l’entourait, on l’acclamait. Il ne touchait plus terre. […] 17 voix seulement contre 237 repoussèrent ce témoignage de confiance, et la Chambre très secouée en effet, s’adjugea trois jours de repos. » Ce grand moment parlementaire de l’Empire montre que ROUHER conservait encore toute son influence sur la majorité.

191Il continua à jouer le premier rôle dans les débats des Chambres et prononça, notamment dans la séance du 27 décembre 1867, un discours sur la loi militaire fortement combattue par THIERS et Jules SIMON. Au sujet de la proposition du maréchal Niel, discutée au cours du mois de décembre 1867, le Corps législatif fut à l’origine d’une véritable contre-proposition. La loi fut votée fortement dénaturée le 14 janvier 1868. Napoléon III envisagea un moment, semble-t-il, de dissoudre le Parlement, ce dont ROUHER le dissuada. Attaché aux institutions et aux méthodes de l’Empire autoritaire, il tentait de freiner les réformes libérales auxquelles il devait finalement se résoudre. Le 7 mai 1868, justifiant son revirement politique, il déclara : « jusqu’au dernier jour, jusqu’à la dernière heure, j’aidéfendu devant les pouvoirs publics le décret de 1852, tant que le chef de l’État a jugé nécessaire de le maintenir. » Lors de la discussion de la loi sur la presse votée le 11 mai, durant laquelle il voulut peut-être démissionner, il exposa les arguments du Gouvernement (4 février 1868). Il intervint également au moment des débats sur les traités de commerce (discours des 19 et 20 mai 1868), sur la loi de réunion votée le 6 juin et sur les obligations mexicaines (discours du 28 juillet 1868 au Corps législatif).

192ROUHER, après son départ des Finances, s’intéressait toujours de près à la situation financière comme le montre une lettre du 12 novembre 1868 de MAGNE qui lui adressa en pièces jointes le résumé des recettes de l’année 1868 comparées avec les recouvrements de 1867 et les évaluations du budget de 1868, la comparaison des recettes du mois d’octobre 1868 avec celles du même mois des années 1866 et 1867, la comparaison des recettes des dix premiers mois de 1868 avec celles des mêmes mois des années 1866 et 1867. Le ministre d’État entrait dans des considérations financières dès que les questions politiques, et la plupart étaient dans ce cas, l’y amenaient. De plus, certaines questions strictement financières eurent également ROUHER pour défenseur, comme lors de la discussion du budget de la Ville de Paris avec les emprunts extralégaux qui le compliquaient durant laquelle il batailla devant le Corps législatif et notamment avec Jules FAVRE jusqu’au moment où il fut obligé de reculer devant les réticences d’une majorité moins docile, et de reconnaître que les traités de la Ville avec le Crédit foncier engageant l’avenir sans l’intervention de la loi (février-mars 1869).

193À la fin de la troisième législature, les bonapartistes conservateurs, avec le soutien de ROUHER, s’organisèrent pour lutter contre l’évolution libérale durégime. À Paris, rue de l’Arcade fut organisée une réunion de députés, bientôt appelés les Arcadiens, avec, aux côtés de Jérôme DAVID, Edmond de BEAUVERGER, Louis de BENOIST et Samuel WELLES de LA VALETTE, gendre de ROUHER, qui figura parmi les plus actifs. GRANIER de CASSAGNAC avait fait de son journal, Le Pays, le véritable organe du groupe. Malgré leurs efforts, les élections législatives de mai 1869 marquèrent une nouvelle progression de l’opposition. Le pays opinait incontestablement en faveur d’une évolution libérale, comme le montrera le référendum du 8 mai 1870 ; les députés, dont beaucoup avaient hésité à se présenter en tant que candidat officiel, souhaitaient dans leur ensemble une plus grande autonomie et de plus grands pouvoirs de contrôle sur la politique du cabinet. Les idées et le système de gouvernement de ROUHER hérités de l’Empire autoritaire étaient clairement menacés. Dès le début de la session extraordinaire, il n’est question que de la demande d’interpellation présentée par la gauche dont le texte fut définitivement adopté le 1er juillet par cent seize députés.

194L’Empereur souhaita aller plus loin vers le régime parlementaire et chargea une nouvelle fois ROUHER d’annoncer les mesures libérales. Mais, cette fois, il renonça à soutenir une politique qui, au fond de lui, le répugnait. Aussi, le 12 juillet 1869, le jour même où il exposa en séance le projet de décret, préparé par CHASSELOUP-LAUBAT et qui sera voté le 18 juillet suivant, annonçant lasuppression du ministère d’État, il présenta sa démission. Il déclara : « Je suis fatigué, écœuré des attaques, des injures dont je suis accablé depuis longtemps. Il y a six ans que je suis sur la brèche, il faut que je m’éloigne ; sans cela on dira encore que je veux escamoter le message comme j’ai escamoté la lettre impériale du 19 janvier 1867. » Émile OLLIVIER rapporte dans Journal : « 24 juillet 1869 : C’est le 13 juillet 1867 que ROUHER a reçu une plaque en diamants. C’est le 13 juillet 1869 qu’il est tombé, après être venu à la tribune lire un message qui n’est que l’approbation des idées que je soutiens depuis six ans contre lui. Le 12 juillet, ma victoire sur lui a été complète. » OLLIVIER exagérait car si la démission du ministre d’État entraîna également la suppression du ministèred’État, ROUHER n’allait pas disparaître de la scène politique pour autant.

195Dès le 20 juillet, il fut choisi par l’Empereur pour remplacer, à la présidence du Sénat, TROPLONG qui venait de décéder. LA VALETTE déplora l’absence de ROUHER au Corps législatif, où il aurait pu revenir comme député : « Qui aura une autorité assez grande pour tenir tête à l’opposition ? Il n’y avait qu’un homme qui pût remplir ce rôle ; il ne l’a pas compris ; il est allé s’enterrer au Sénat. ROUHER était le seul capable de former de la majorité un tout compact. » D’autres s’étonnèrent de sa nomination. Ainsi HALÉVY écrivit : « Le Sénat va être appelé à délibérer sur des réformes libérales et à modifier dans le sens parlementaire les constitutions de l’Empire. Or, l’homme qu’on choisit pour diriger ces débats est précisément l’homme qui a dû quitter le ministère parce qu’il représentait la politique du gouvernement personnel. L’Empereur décidément se fait vieux. Il cède il y a huit jours et renvoie M. ROUHER, puis se repent et reprend de la main gauche ce qu’il regrette avoir donné de la main droite. » À la fin de la session extraordinaire de 1869, le 8 septembre, un sénatus-consulte institua les changements libéraux dont notamment la possibilité pour un député d’entrer dans le Gouvernement et le vote par les Chambres du budget des dépenses article par article. ROUHER conservait une influence certaine sur la Chambre haute dans laquelle beaucoup de sénateurs lui devaient leur place. Au Luxembourg, il présida avec beaucoup d’autorité. Il défendit ainsi les traités de commerce vivement attaqués, et se prononça, en janvier 1870, contre la restriction des admissions temporaires en franchise de droit de douane pour les tissus et les fers proposées par BUFFET, ministre des Finances. L’ancien ministre d’État avait toujours l’oreille de l’Empereur : il lui aurait notamment soufflé l’idée du plébiscite de 1870. Depuis le début d’octobre 1869, il faisait partie du Conseil de régence. Le 16 juillet 1870, ROUHER fit lui-même au Sénat le rapport sur les projets de loi présentés par le Gouvernement pour ouvrir des crédits destinés à mettre sur le pied de guerre la garde nationale mobile. Après la déclaration de guerre et un maladroit discours belliqueux, il déclara à Saint-Cloud, devant l’Empereur : « Grâce à vos soins, la France est prête, sire. » En août 1870, après les premiers revers français, il rejoignit l’Empereur au camp de Châlons pour le décider à réunir l’armée de Châlons à celle du maréchal BAZAINE, conformément au plan du général de PALIKAO. Le 4 septembre 1870, il présida une dernière fois le Sénat. Il laissa ses membres se disperser sans même être inquiétés par les manifestants, signe du peu d’importance accordée alors à la Chambre haute.

196Il s’enfuit alors en Angleterre (avec difficultés car il fut reconnu à Calais, hué et injurié) où il rejoignit l’Impératrice et fonda rapidement un journal appelé Situation. Pendant le siège de Paris, les Prussiens occupèrent son château de Cerçay où ils trouvèrent de nombreux papiers d’État qui furent envoyés à Bismarck. Il rejoignit l’ex-empereur à Chiselhurst après sa libération, puis tenta de retourner en France avec CHEVREAU. Mais il débarqua à Boulogne-sur-mer le 18 mars 1871 et fut reconduit à la frontière belge, en passant par Arras, sur ordre de THIERS qui ne souhaitait pas agiter encore plus Paris par l’annonce de ce retour. Après un double échec lors d’élections partielles en Charente-Inférieure et en Gironde en juillet 1871, il fut toutefois élu représentant de la Corse, le 16 août suivant car le député Séverin ABBATUCCI lui « céda » son poste. Les troubles qui eurent lieu dans l’île, au commencement d’octobre, à l’occasion des élections au conseil général et de la nomination du prince Napoléon comme membre de ce conseil, déterminèrent le Gouvernement à ajourner la convocation des électeurs en février 1872. Le 19 janvier précédent, ROUHER avait lancé son manifeste dans lequel il déclarait : « Mon nom est un symbole ; ma candidature est celle d’un ami de l’exil et du malheur ; elle s’adresse à la noblesse et à la fierté de vos sentiments. » Il fut réélu représentant de la Corse par 36 026 voix contre 8 796 pour POZZO DI BORGO, candidat orléaniste, et 6 951 en faveur du candidat républicain, SAVELLI (sur 51 999 votants et 75 473 inscrits).

197Le 21 mai 1872, s’ouvrit le débat sur les marchés d’armement conclus au début de la guerre par le gouvernement impérial. ROUHER intervint pour se défendre de toute irrégularité. Il eut droit à une réplique cinglante d’AUDIFFRET-PASQUIER. Il s’exprima également sur la convention postale avec l’Allemagne. Le 1er juillet, voulant parler sur les matières premières, ROUHER en fut empêché par l’hostilité de la Chambre à son égard. Siégeant à droite avec l’Appel au peuple, il restait néanmoins l’un des chefs les plus influents du parti bonapartiste, et contribua à la chute de THIERS en mai 1873. En effet, en 1872-1873, ROUHER œuvra en faveur d’une alliance de circonstances avec les légitimistes qui permettrait de renverser la République. Ceux-ci, sans prétendant sérieux en raison de l’intransigeance du comte de Chambord, se rallieraient selon lui à l’idée d’une restauration bonapartiste comme beaucoup des conservateurs, effrayés par le spectre de l’anarchie. C’est au nom de cette politique qu’en mai 1873 les députés bonapartistes participèrent au renversement de THIERS et à l’installation de MAC MAHON à la présidence. BROGLIE accorda aussitôt dans son Gouvernement trois places à des hommes proches des milieux bonapartistes, dont Pierre MAGNE aux Finances. ROUHER s’opposa au prince Napoléon et conserva une influence certaine sur le prince impérial. Le 5 novembre 1873, il appuya la propositiond’appel au peuple de ESCHASSÉRIAUX et reprit la même idée quelques jours plus tard lors de la discussion sur le septennat. Durant la législature, il vota contre le service de trois ans, contre le septennat (le 20 septembre 1873, mais il fit voter son groupe pour), contre le ministère de BROGLIE (16 mai 1874), contre l’amendement WALLON (30 janvier 1875) et contre les lois constitutionnelles (24 et 25 février et 16 juillet 1875).

198Sous la Troisième République, ROUHER tenta sans cesse de restaurer l’Empire en mettant notamment en place un comité de l’Appel au peuple destiné à soutenir le retour de Napoléon III en France. Ce comité secret, qu’il présida, resta purement consultatif jusqu’à la mort de l’empereur déchu (7 janvier 1873), mais, à partir de cette date, ROUHER le structura comme un véritable parti avec un réseau politique national qui s’appuyait sur des organes de presse et sur d’anciens conseillers d’État, d’anciens préfets et sous-préfets, et des fonctionnaires de tout genre affiliés au parti. Il fit également distribuer une foule de brochures et de photographies bonapartistes. L’existence officieuse du comité fut dénoncée en 1874 et une enquête parlementaire mit à jour l’organisation subversive. ROUHER nia constamment être le chef de l’Appel au peuple ou d’un quelconque parti bonapartiste organisé. Aucune preuve ne put être apportée.

199À la fois réélu à Bastia, le 20 février 1876, et élu à Riom (dans la première circonscription, avec 10 595 voix sur 17 260 votants et 20 109 inscrits) et à Ajaccio le 6 mars suivant (après un scrutin de ballottage, avec l’appui du prince impérial et contre le prince Napoléon), il choisit la circonscription auvergnate. Le prince Napoléon le remplaça à Ajaccio et le comte de CASABIANCA à Bastia. Il déclara à la Chambre des représentants (avril 1876) sur une demande de FLOQUET relative à la suppression du budget des cultes qu’il trouvait la mesure « prématurée » sans y être opposée en principe. Il appuya le cabinet BROGLIE du 17 mai 1877 et soutint une vive polémique contre Paul de CASSAGNAC (juillet) au sujet des candidatures bonapartistes aux élections suivantes : ROUHER ne voulait que des candidats impérialistes purs, tandis que de CASSAGNAC se ralliait à l’Union conservatrice. Conseiller général du canton de Randan (juin 1876-août 1880), il fut réélu une nouvelle fois à Riom le 14 octobre 1877 (par 9 414 voix, 16 114 votants pour 20 218 inscrits). Il reprit sa place et son rôle de chef de file bonapartiste à la Chambre et profita (janvier 1878) d’une apostrophe de GAMBETTA, lors de la vérification des pouvoirs des nouveaux élus, pour faire l’apologie de l’Empire et répudier toute responsabilité dans l’issue de la guerre de 1870. Quelques jours après, il parla contre l’amnistie restreinte des insurgés de la Commune, plus tard (juin 1880) il défendit encore les traites de commerce et combattit (juin 1881) certains articles du projet de loi sur la marine marchande. Après la mort du prince impérial en juin 1879, qui, selon lui, mettait fin à son rôle politique, et réticent face aux opinions avancées du prince Napoléon, il ne se représenta pas en 1881 et rentra définitivement dans la vie privée. Il mourut à Paris le 3 février 1884.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

200Eugène ROUHER n’a laissé aucun ouvrage si ce n’est une brochure anonyme qu’on lui attribue : Le Prince impérial de France et la Prusse, publiée en 1871 à Londres sous le titre The Prince Imperial of France and Prussia, chez Baillière, Tindal and Co. (in-8, 39 p., BN 8-LB57-2053). Il n’aurait pas non plus songé à rédiger ses mémoires.

201La Bibliothèque nationale conserve quelques projets de lois du ministre de la Justice de la Deuxième République (dont des demandes de crédits supplémentaires), de nombreux rapports imprimés parmi lesquels il faut mentionner celui sur la boucherie (février 1858) et sur la boulangerie (juin 1863) et un très grand nombre de discours imprimés de l’Empire et de la Troisième République, dont notamment celui qui définit son rôle dans l’action gouvernementale (11 janvier 1864), celui dans lequel il défendit les candidatures officielles (14 janvier 1864), celui qui demandait le maintien de la loi draconienne de 1852 sur la presse et repoussait toute réforme sur cette question (31 mars 1865), celui contre la nomination des maires pris dans le sein du conseil municipal (6 avril 1865), celui sur l’emprunt mexicain et la situation de l’armée française au Mexique (9 juin 1865), celui qui défendait les traités de commerce contre POUYER-QUERTIER (9 mars 1866), celui sur la loi sur l’armée (27 décembre 1867).

202Les discours de ROUHER au conseil général du Puy-de-Dôme ont été reproduits par Georges Bonnefoy dans l’Histoire de l’administration civile dans la province d’Auvergne et le département du Puy-de-Dôme, t. III, 1902.

ARCHIVES

Archives nationales

203Les fameux papiers du ministre pris par les Prussiens en 1870 à Cerçay ont été restitués à la France, en vertu d’une clause spéciale du traité de Versailles de 1919.Bismarck utilisa cette prise de guerre pour intimider les États allemands du Sud et les forcer à accepter le nouvel empire allemand. Versés aux Archives nationales en 1933, classés tout d’abord en ABXIX 1510 à 1533, ils forment aujourd’hui le fonds d’archives privées ROUHER (45AP). Très important pour son activité deministre d’État, embrassant de très nombreux sujets témoignant de l’étendue des préoccupations du ministre, ce fonds est en revanche décevant quant à son action aux Finances. Il contient une documentation sur des sujets économiques et financiers, et notamment sur les recettes des impôts indirects en 1867, mais ne révèle pas les idées de ROUHER sur ces questions.

20445 AP 3, Dossier 5, Questions financières : lettres de FOULD, PERCIN, ROULAND, etc., questions budgétaires, situation du Crédit mobilier, de l’Immobilière, du Crédit foncier.

20545 AP 4, Dossier 2, Transaction entre les héritiers de François BOUTAREL et Françoise COCHON.

20645 AP 20, Dossiers sur les finances, les impôts, les budgets, etc.

207BB6 II 210, Dossier HUET chef de cabinet de ROUHER.

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris

208XCIX 1044, 10 août 1863, Contrat de mariage entre Léonie ROUHER et Samuel WELLES de LA VALETTE.

209LXVIII 1440, 24 avril 1884, Liquidation et partage de la société d’acquêts entre M. et Mme ROUHER et de la succession de M. ROUHER.

210LXVIII 1493, 10 octobre 1887, Contrat de mariage entre Louise ROUHER et le baron de BAULNY.

211LXVIII 1537, 10 janvier 1891 (clôturé le 28 mars 1891), Inventaire après décès de la veuve du ministre.

212LXVIII 1540, N° 488, 9, 12 et 14 avril 1891, Partage de la succession de Madame Marie-Cornélie-Léontine CONCHON, veuve d’Eugène ROUHER [acte en déficit].

Archives du ministère des Affaires étrangères

213Treize volumes (Papiers des agents, AP 232 Rouher) provenant également des papiers de Cerçay, concernant essentiellement les affaires internationales.

Archives de Paris

214DQ7 12160, 23 mai 1884, Déclaration de succession d’Eugène ROUHER.

Archives départementales du Puy-de-Dôme

2152 J 225, Fonds LEVE du MONTAT (né en 1814, décédé en 1900, avocat, procureur, ami de jeunesse de ROUHER) qui comprend une correspondance intime avec Eugène ROUHER.

Bibliographie

HOEFER, XLI 718-719.

COUGNY, V 202-204 et 559.

ANCEAU Éric, Les députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite au xixe siècle, Paris, Honoré Champion, 2000, 1018 p.

DRAGO Roland, IMBERT Jean, MONNIER François, TULARD Jean, Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État, 1799-2000, Paris, Fayard, 2004, p. 343.

LAROUSSE Pierre, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Librairie classique Larousse et Boyre, 1867, reprod. fac-sim., Genève-Paris, Slatkine, 1982, t. XIII, 2e partie, p. 1442-1443.

GLAESER Ernest (dir.), Biographie nationale des contemporains, Paris, Glaeser, 1878.

SAINT-MAURICE CABANY Maurice de (dir.), Galerie nationale des notabilités contemporaines : annales biographiques des principaux fonctionnaires […] de la France, Paris, Bureaux et Administration, 1850-1851, t. III.

TULARD Jean (dir.), Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995, p. 1135-1137.

VAPEREAU Louis-Gustave, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables en France et des pays étrangers, 1re éd. : Paris, Hachette, 1858, 2 vol. ; 3e éd. : 1865, 1 vol., p. 1551.

YVERT Benoît (dir.), Dictionnaire des ministres 1789-1989, Paris, Perrin, 1990, p. 295-298.

Archives nationales, Les préfets du 11 ventôse an VIII au 4 septembre 1870, Répertoires nominatif et territorial, préface de Jean Favier, Paris, Archives nationales, 1981, p. 57.

Archives nationales, Le personnel de l’administration préfectorale 1800-1880, Paris, Archives nationales, 1998, p. 152.

AUDIFFRET Charles-Louis-Gaston (marquis d’), Souvenirs de ma famille et de ma carrière dédiés à mes enfants 1787-1878, édition critique présentée et annotée par Michel Bruguière et Valérie Goutal-Arnal, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, p. 493.

CHALARON Frédéric, Eugène Rouher 1814-1884, catalogue de l’exposition tenue au Musée Francisque Mandet entre les 16 février et 21 avril 1984, Riom, Musée Francisque Mandet, 1984, 34 p. (BN 8-V-PIECE-35740)

CLAVEAU Anatole, Souvenirs politiques et parlementaires d’un témoin, Paris, Plon-Nourrit, 1913-1914, 2 vol.

DALBA Jean, Les Bergeracois de 1846 à 1892 et les de La Valette, Bergerac, Presses d’Aquitaine, 1979, 160 p.

DELABROUSSE Lucien, Joseph Magnin et son temps 1824-1910, Paris, F. Alcan, 1915, t. I : Le Corps législatif. Le siège de Paris, XII-487 p.

IDEVILLE Henry (comte d’), Les châteaux de mon enfance. Auvergne et Bourbonnais, Paris, 1877, in-8, p. 76-84.

LAPORTE André, Les ministres d’État sous le Second Empire et la Troisième République, thèse, Droit, Université de Paris, Paris, F. Loviton, 1938, 258 p.

OLLIVIER Émile, Journal, texte choisi et annoté par Théodore Zeldin et Anne Troisier de Diaz, Paris, Julliard, 1961, 2 tomes.

OLLIVIER Émile, L’Empire libéral, Paris, Garnier, 1897, t. II, p. 262-263.

Papiers secrets et correspondance du Second Empire. Réimpression complète de l’édition de l’Imprimerie nationale, annotée et augmentée de nombreuses pièces publiées à l’étranger et recueillies par A. Poulet-Malassis, France, Belgique, chez tous les libraires, 1871, in-8, 443 p.

PINAUD Pierre-François, Les trésoriers-payeurs généraux au xixe siècle. Répertoire nominatif et territorial, Paris, Les Éditions de l’Érudit, 1983, p. 171. PINAUD Pierre-François, Les receveurs généraux des finances 1790-1865 : étude historique. Répertoires nominatif et territorial, Genève, Droz, 1990, p. 201.

ROUGERON Georges, Les consultations politiques dans le département de l’Allier. Le personnel politique bourbonnais 1789-1963, Moulins, Impr. A. Pottier, 1964.

ROUGERON Georges, Le personnel politique bourbonnais dans les hauts-conseils et les grands corps de l’État 1791-1965, Montluçon, Impr. typocentre, 1968.

Eugène Rouher, actes des journées d’étude de Riom et de Clermont-Ferrand des 16 et 17 mars 1984, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif central, 1984, 101 p. (voir notamment Alain PLESSIS, « Rouher et les grands choix économiques du Second Empire », p. 31-39).

SAVARY Étienne, M. Rouher à Cerçay après la guerre, Paris, Librairie de la « Nouvelle revue », 1893, 156 p.

SCHNERB Robert, Rouher et le Second Empire, Paris, A. Colin, 1949, in-8, 353 p.

SCHNERB Robert, « Sur le père d’Eugène ROUHER », Revue d’Auvergne, publiée par la Société des amis de l’université de Clermont, t. 66, 1952, p. 52.

Table des illustrations

Légende © Lithographie de Lassalle, BN, N2D 251 830.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 510k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search