Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (III)

 | 
Guy Antonetti
, 
Fabien Cardoni
, 
Matthieu de Oliveira

Forcade La Roquette (Jean-Louis-Victor-Adolphe De)

Texte intégral

1Né à Paris le 8 avril 1820 Décédé à Paris (VIIIe arrondissement) le 15 août 1874
Fils de Jean de FORCADE LA ROQUETTE (1783-1846)
et de Louise-Catherine PAPILLON de LA TAPY (1780-1852)

2Ministre des Finances du 28 novembre 1860 au 12 novembre 1861
Ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics du 20 janvier 1867 au 16 décembre 1868
Ministre de l’Intérieur du 17 décembre 1868 au 15 juillet 1869 puis du 17 juillet 1869 au 29 décembre 1869

© Photographie, BN, 56 C 1417.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

3La maison FORCADE et de la FORCADE, originaire de la ville d’Orthez, en Béarn, est l’une des plus anciennes familles nobles de cette province, puisqu’un de ses membres figure, au xiie siècle, au nombre des seigneurs béarnais possédantdes fiefs et donnant à l’Église des dîmes situées sur la commune d’Orthez. On connaît en outre un FORCADE premier jurat de la ville d’Orthez en 1505. Cettefamille a toujours tenu rang aux États du pays de Béarn, elle sert sous les comtes de Foix et de Béarn durant les guerres anglaises, elle assiste aux xive, xve et xvie siècles aux montres et revues de la noblesse. On compte dans ses rangs des gouverneurs de places et des officiers distingués. Une partie des de FORCADE émigra pendant la Révolution.

41. [aïeul] Étienne de FORCADE, deuxième du nom, chevalier de l’ordre de Saint-Louis. Étienne de FORCADE avait pour sœur Catherine de FORCADE qui avait épousé Jean-Baptiste GENESTE baron de Malromé, dont elle hérita du château de Taste qu’elle rebaptisa Malromé en son souvenir. Étienne fut nommé enseigne de la première compagnie au régiment de Vermandois, le 1er mars 1757, et, le 2 septembre suivant, lieutenant au même régiment dans la compagnie deCalvy. Étienne de FORCADE fut convoqué à l’assemblée de la noblesse de la sénéchaussée de Bazas et d’Agen en mars 1789. Il fut un des commissairesnommés par la noblesse. Il signait FORCADE de LA GRÉZÈRE. Légitimiste convaincu, il vécut pendant la Révolution dans son hôtel de Marmande ou dans son domaine de Montpouillan (Lot-et-Garonne). Dès la Première Restauration, il fut nommé maire de Marmande (Gironde).

5Il avait épousé (son contrat de mariage établi à Langon date du 12 juin 1766) Françoise ROUDIER, sœur de Pierre ROUDIER, qui émigra pendant la Révolution, et fille de François ROUDIER, lieutenant du maire de la ville de Langon. De cette union naquirent :

6A. [oncle] René-Pierre-Étienne de FORCADE de LA GRÉZÈRE, officier au régiment de Dauphiné avant 1789. Il émigra le 20 octobre 1791, servit comme son frère cadet [voir ci-dessous en B] dans l’armée des Princes, obtint un brevet de deuxième lieutenant en Prusse (11 juillet 1798) grâce à son cousin, le maréchal FORCADE-BIAIX, et ne rentra en France qu’en 1806. En 1815, il fut nommé par le comte d’Artois colonel commandant la garde nationale de l’arrondissement de Marmande. Officier supérieur en retraite, il décéda le 11 mars 1852. Il avait épousé, le 12 ou 17 juin 1815, Françoise-Félicité-Pauline de SURIRAY de La RUE, d’où :

  • [cousin] Étienne-Gabriel-Camille de FORCADE de LA GRÉZÈRE, né le 5 octobre 1814, marié le 25 avril 1853, à Louise-Augustine-Éléonore de CLAPPIERS, appartenant à une famille noble de Provence. De cette union naquirent deux enfants :

  • Pauline-Bénédictine-Marie de FORCADE de LA GRÉZÈRE, née le 15 avril 1854.

  • Françoise-Marie-Louise-Valentine de FORCADE de LA GRÉZÈRE, née le 7 août 1855.

  • [cousin] Max.

  • [cousin] Gaston.

7B. [oncle] Hugues-Dorothée de FORCADE, décédé à l’hôpital d’Obendorf-sur-Necker en 1794 pendant l’émigration, à l’âge de 23 ans.

8C. [oncle] Jean-Baptiste-Gaston de FORCADE, chevalier de la Légion d’honneur, maire de Marmande pendant la Restauration. Il s’était marié avec Laure-Olympe de FAGET de QUENNEFER, fille de FAGET de QUENNEFER et d’Alexandrine de BURGUES de MISSIESSY, de la famille du vice-amiral et du contre-amiral de BURGUES de MISSIESSY. De cette union naquirent :

  • [cousin] Pierre-Étienne-François-Adrien de FORCADE, né à Marmande (Lot-et-Garonne) le 3 août 1827. Il fut maire de Marmande de 1816 à 1830 et avocat à Paris en 1831. Juge suppléant à Bordeaux le 4 janvier 1854, substitut du procureur impérial à Auch le 22 novembre 1856, substitut à la cour de Chambéry le 29 décembre 1860, à celle de Bordeaux le 9 janvier 1864, conseiller à cette même cour de Bordeaux le 25 août 1867, il conserva ses dernières fonctions jusqu’à la promulgation de la loi sur la magistrature du 30 août 1883 qui l’obligea à prendre sa retraite. Il s’inscrivit alors sur le tableau de l’ordre des avocats de Bordeaux. Adrien de FORCADE était copropriétaire avec sa femme, née CLAUZEL, du château Citran, près de Margaux (Gironde) et propriétaire de terres aux environs de Marmande.

  • [cousine] Marie de FORCADE, mariée au comte Ladislas de LEVEZOU de VEZINS, chef d’escadron d’artillerie en 1874.

9D. [père] Jean de FORCADE LA ROQUETTE, qui suit (2).

102. [père] Jean de FORCADE LA ROQUETTE, qualifié chevalier de FORCADE, sieur de LA ROQUETTE, né le 23 avril 1783 à Marmande (Lot-et-Garonne), décédé à Paris (VIIIe arrondissement ancien) le 22 décembre 1846. Après avoir achevé ses études à Marmande, il passa ses examens de droit et vint chercher une situation à Paris. Avocat, sa fortune propre était constituée par le château et le domaine de Taste en Gironde, près de Saint-Macaire, hérités de sa tante, la baronne de Malromé. En 1808, il fut attaché à la comptabilité centrale du ministère des Finances. Il habitait alors rue des Prêtres (actuelle rue Saint-Sulpice) non loin de la résidence de la famille de sa future femme (à l’angle de la rue des Postes et de la rue de la Vieille-Estrapade). Il épousa à Montrouge le 16 janvier 1812 Madame PAPILLON de LA TAPY et, grâce à l’intervention de celle-ci auprès duministre d’État REGNAUD de SAINT-JEAN-d’ANGÉLY qu’elle avait aidé à fuir les persécutions de la Terreur alors qu’il était enfant, il obtint un poste de juge de paix à Paris qu’il occupa de 1811 à 1846, avec pour traitement 6 000 F par an. Doyen des juges de paix de Paris depuis 1824, il résidait au N° 38 du quai de la Tournelle, siège du tribunal, au N° 3 rue de Castellane ainsi qu’au château Malromé. Il eut trois enfants qui décédèrent tous avant 1819 et un seul fils survivant :

11– Jean-Louis-Victor-Adolphe de FORCADE LA ROQUETTE [sujet de cette notice]. Il eut pour parrain Adolphe LE ROY, son demi-frère, et pour marraine, Victorine d’ALIGRE, de la famille de l’ancien président du parlement de Paris, qui habitait la même maison parisienne que le juge de paix FORCADE.

FAMILLE MATERNELLE

12Famille bourgeoise originaire de Guyenne où le trisaïeul avait fait souche à Saint-Barthélemy près d’Agen (Lot-et-Garonne) et où il possédait diverses propriétés notamment le domaine de la Tapy. Les PAPILLON de LA TAPY sont apparentés aux PAPILLON de la GRANGE ou FONTPERTUIS, aux PAPILLONde la FERTÉ et aux PAPILLON d’AUTEROCHE.

131. [bisaïeul] Jacques PAPILLON, né à Bordeaux le 21 juin 1744, décédé à Paris le 14 avril 1807, bourgeois, avait épousé Suzanne GUYREAUD. Ils eurent deux enfants :

  1. [grand-père] Arnaud qui suit (2).

  2. [grand-tante] Marie qui avait épousé en 1783, le marquis de LAURIÈRE,gentilhomme du Périgord. Ils eurent un fils, Arnaud, marié en 1807 avec Émilie de BEAUMONT de TOUCHEBŒUF. Ces derniers eurent un fils, Léon, marié avec Ida du VIVIER, qui eut, en 1855, un fils, Gaëtan, décédé sans postérité vers 1887.

142. [aïeul] Arnaud PAPILLON de LA TAPY, secrétaire à l’ambassade de France à Londres, « intéressé dans les affaires du roi » en 1780, directeurs des postes et des messageries royales en 1785 jusqu’en 1789, puis rentier (1798), il décéda avant 1816. Il était marié depuis 1775 avec Marie-Catherine THOMASSET, décédée à Paris le 18 février 1816. De ce mariage naquit une fille unique, Louise-Catherine, qui suit (3). Marie-Catherine PAPILLON de LA TAPY acquit en 1809 un appartement, rue des Bons-Enfants, N° 17, dans l’ancien hôtel de Clermont-Tonnerre transformé en maison de rapport.

153. [mère] Louise-Catherine PAPILLON de LA TAPY, née à Paris (paroisse Saint-Eustache) le 26 novembre 1780, décédée à Paris le 16 avril 1852. Elle s’était mariée en premières noces le 2 Messidor an V (20 juin 1797) à Paris avec Jean-Dominique LE ROY de SAINT-ARNAUD, né à Paris en 1758. Il fut avocat au parlement de Paris avant la Révolution, membre de la commission administrative de la police de Paris en Germinal an III (mars-avril 1795), commissaire du Directoire auprès du bureau central de Paris (février 1799), révoqué en août 1799, nommé en l’an VIII par Napoléon Bonaparte membre du tribunat, puis préfet de l’Aude en Frimaire an XI (novembre-décembre 1802). Destitué en juillet 1803, il était chevalier de la Légion d’honneur et chevalier de Saint-Jean-de-Jérusalem. Il décéda le 21 août 1803. Louise-Catherine épousa en secondes noces Jean de FORCADE LA ROQUETTE, père du ministre. Au décès de son second époux, elle se retira sur le domaine de Taste-Malromé, puis revint à Paris en 1848, et s’installa, en janvier 1852, avec sa petite-fille Louise, au ministère de la Guerre qu’occupait alors son fils aîné, le maréchal de SAINT-ARNAUD. Elle y décéda en avril de la même année.

16De son premier mariage naquirent une fille et deux fils qui suivent (A, B et C). Ces derniers épousèrent deux sœurs, Eugénie et Louise, filles du marquis deTRAZÉGNIES d’ITTRE, ancien colonel d’infanterie néerlandaise, et de MarieAnne-Charlotte-Louise, comtesse d’ARGENTAU.

17A. [demi-frère] Arnaud-Jacques Le ROY de SAINT-ARNAUD dit Achille (autorisé à porter ce nom par une ordonnance royale du 12 mai 1840 rendue exécutive par jugement du tribunal civil de première instance de la Seine en date du 6 juillet 1841), né à Paris le 3 Fructidor an VI (20 août 1798), décédé en Crimée le 29 septembre 1854. Il gagna ses galons de général lors de campagnes en Afrique de 1837 à 1851 : maréchal de camp du 3 novembre 1847 puis général de division (10 juillet 1851). Commandant de la 2e division de l’armée de Paris et ministre de la Guerre depuis le 26 octobre 1851, il fut nommé maréchal de France pour sonrôle dans le coup d’État du 2 décembre 1852, sénateur en 1853 et grand-croix de la Légion d’honneur la même année. Il était en outre président du conseil général de la Gironde. Commandant en chef de l’armée française en Crimée, il mourut de maladie lors de cette guerre. Il se maria une première fois (le 21 novembre 1831) avec Laure PASQUIER, née à Vannes le 11 Ventôse an VIII (2 mars 1800), décédée le 22 mars 1836, fille unique de Claudine-Charlotte-Anne SAINT-MARTIN, née à Paris vers 1780 et décédée à Brest le 11 novembre 1807, et de Mathurin-Martin PASQUIER, né à Lorient le 29 janvier 1774, qui commença sa carrière comme mousse et la termina comme capitaine de frégate (1823), après de nombreuses campagnes pendant la Révolution et l’Empire, puis fut employé à l’amirauté de Brest.

18Le général de SAINT-ARNAUD épousa, en 1848, en secondes noces, LouiseAnne-Marie de TRAZÉGNIES d’ITTRE, née à Ittre (Belgique) le 10 novembre 1816, décédée à Arcachon le 9 janvier 1905, fille de Charles-Maximilien de TRAZÉGNIES d’ITTRE, colonel d’infanterie, et de Marie-Anne d’ARGENTEAU. Il n’y eut pas d’enfant de cette union. En revanche, de son premier mariage naquirent :

  1. [neveu] Adolphe, né à Brest le 5 août 1832, cavalier au 5e régiment de hussards. En garnison à Limoges, il fut atteint d’une fluxion de poitrine à la suite d’un incendie qui avait réclamé le secours de la garnison. Malgré les soins prodigués, sa maladie empira et le fils du maréchal décéda d’une fièvre typhoïde le 23 février 1852. Son oncle, Adolphe de FORCADE, l’assista dans ses derniers instants.

  2. [nièce] Louise née à Paris le 17 mai 1834, décédée le 11 mai 1857 à Paris, mariée le 6 décembre 1852 à Paris (Xe arrondissement ancien) avec Jacques Maurice de CHASTENET, marquis de PUYSÉGUR, né à Paris le 17 avril 1825, décédé à Paris le 7 mars 1879, capitaine du 4e régiment de chasseurs, colonel de cavalerie, écuyer (1853-1854) puis officier d’ordonnance de Napoléon III (1854-1858). Issu d’une longue lignée d’officiers supérieurs dont le maréchal de PUYSÉGUR, fils de Paul marquis de PUYSÉGUR, lieutenant-colonel de cavalerie, et d’Antoinette, dite Isaure, d’HENNEZEL, Maurice de CHASTENET participa à la campagne de Crimée avec son beau-père. Son contrat de mariage, du 4 décembre 1852, fut signé par l’Empereur qui offrit à la future 300 000 F, venant s’ajouter aux 100 000 F de dot de son père. De cette union naquirent deux filles.

19La première, Eugénie de PUYSÉGUR, née à Paris le 24 octobre 1853, décédée à Vicq (Allier) le 6 mars 1940, se maria à Paris (VIIe arrondissement) le 2 février 1875 avec Roger PÉLISSIER de FÉLIGONDE né à Clermont-Ferrand le 18 mai 1834, décédé à Ébreuil le 15 mars 1920. Il était propriétaire, conseiller général del’Allier, fils de Pierre-Eustache PÉLISSIER de FÉLIGONDE, né à Clermont-Ferrand le 9 juillet 1807, riche propriétaire, avocat et député du Puy-de-Dôme de 1871 à 1876 siégeant à droite, et de Blanche GARREAU-DUPLANCHAT.Eugénie et Roger PÉLISSIER de FÉLIGONDE eurent une postérité.

20La seconde petite-fille du maréchal, Madeleine de PUYSÉGUR, née à Buzancy (Aisne) le 9 avril 1856, décédée à Hénon le 28 avril 1951, se maria à Paris (VIIIe arrondissement) le 10 septembre 1879 avec le comte Olivier de LORGERIL né à Paris le 19 mars 1852, décédé à Hénon le 31 août 1926, propriétaire. D’où postérité.

21B. [demi-sœur] Louise-Alexandrine LE ROY de SAINT-ARNAUD née à Paris en l’an VIII, décédée à Paris le 6 février 1837, épousa à Paris le 3 janvier 1835 Victor-Amédé-Désiré POTHIN-DELATTRE, né à Saint-Omer le 11 janvier 1803, décédé à Noisy-le-Grand le 21 juillet 1837, propriétaire. D’où deux enfants :

  1. [neveu] Jean-Baptiste POTHIN-DELATTRE, né à Paris (XIIe arrondissement ancien) le 30 septembre 1835, décédé le 28 décembre 1889. Il fut sous-chef du cabinet du ministre des Finances, son oncle, puis conseiller référendaire à la Cour des comptes en 1861, conseiller référendaire de 1re classe en 1882. Il avait épousé à Lille le 9 février 1857 Pauline CATOIRE, née à Lille le 7 juin 1837, décédée à Bazemont le 19 octobre 1910, fille d’un marchant de charbon. De cette union naquit Louise POTHIN-DELATTRE née à Paris en 1857, décédée à Paris (IXe arrondissement) le 25 juin 1868.

  2. [nièce] Julie POTHIN-DELATTRE née en 1836, décédée le 6 août 1837.

22C. [demi-frère] Louis-Adolphe LE ROY de SAINT-ARNAUD, né le 12 décembre 1801 à Paris, décédé au château Malromé, commune de Saint-Andrédu-Bois (Gironde) le 17 mai 1873. Licencié en droit, il s’inscrivit au barreau deParis en 1825. Au lendemain du coup d’État de 1851, il fut nommé maire du XIIe arrondissement, en partie grâce à l’influence de son frère, le maréchal de SAINT-ARNAUD, auprès de Louis-Napoléon, puis, le 25 janvier 1852, conseiller d’État en service ordinaire, attaché à la section des finances comme son demi-frère Adolphe de FORCADE LA ROQUETTE. Il occupa ces fonctions jusqu’à sa nomination au Sénat le 26 décembre 1857, où il n’a eu le plus souvent qu’un rôle effacé. Il participa en particulier aux discussions de la loi sur la liberté de la presse en 1868. Commandeur de la Légion d’honneur en 1859, vice-président du conseil général de la Gironde, il siégea au Sénat jusqu’au 4 septembre 1870. Il avait épousé à Paris le 29 novembre 1843 sa belle-sœur, Eugénie-Philippine-Marie deTRAZÉGNIES d’ITTRE, née à Ittre (Belgique) le 22 avril 1811, décédée à Paris (IXe arrondissement) le 13 décembre 1897. De cette union naquirent quatre enfants :

  1. [neveu] René LE ROY de SAINT-ARNAUD, né à Paris le 6 septembre 1844, décédé à Paris (Xe arrondissement) le 24 septembre 1920, inspecteur des chemins de fer, qui avait épousé à Paris (XIXe arrrondissement) le 11 juillet 1871 Perrine LOUICHON, née à Iffendic le 15 janvier 1843, décédée à Paris (VIIe arrondissement) le 23 décembre 1915. D’où postérité.

  2. [neveu] Ferdinand LE ROY de SAINT-ARNAUD, né à Paris le 23 mai 1846, décédé à Montlivault le 19 août 1934, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, chef de bataillon d’infanterie (réserve), qui avait épousé à Paris (IXe arrondissement) le 27 septembre 1884 Marie-Clémence BRION, née à Muides-sur-Loire le 17 novembre 1849, décédée en 1938. Sans postérité.

  3. [nièce] Marie-Louise Le ROY de SAINT-ARNAUD, née en 1848, décédée en 1850.

  4. [nièce] Marie-Adèle Le ROY de SAINT-ARNAUD, née à Noisy-le-Grand le 29 août 1851, décédée à Lavaur (Tarn) le 5 janvier 1945, qui avait épousé à SaintAndré-du-Bois le 26 octobre 1872 Léon MAÎTRE, né à Bordeaux le 26 mars 1847, décédé dans cette même ville le 14 juin 1929, négociant et banquier, fils d’Adrien (1812-1905), avocat puis secrétaire de la ville de Bordeaux (1841-1870),et d’Élisabeth MORILLOT. D’où postérité.

MARIAGE

23Adolphe de FORCADE LA ROQUETTE épousa le 2 octobre 1847 à Paris (IIe arrondissement ancien) Joséphine-Adélaïde CUTLAR-FERGUSSON, née à Londres en 1831, décédée à Paris (VIIIe arrondissement) le 25 décembre 1889 :

24Fille de Robert CUTLAR-FERGUSSON of CRAIGDARROCH, né le 30 juillet1762 à Glencairn (Écosse), décédé à Paris le 16 novembre 1838. Juge, avocat puis procureur général à Calcutta, membre de la Chambre des communes de la Grande-Bretagne et du Conseil privé de Sa Majesté britannique, il avait épousé, en secondes noces, le 17 mai 1832, une Française, Marie-Joséphine AUGER, née le 30 janvier 1796 à Paris et décédée à Maisons-Lafitte (Seine-et-Oise) le 1er septembre 1858. Marie-Joséphine AUGER s’était ensuite remariée, suivant le contrat de mariage avec régime dotal passé devant Me Mayre le 17 mars 1841, avec Claude-François-Jean-Fernand SAULNIER, baron de PRAINGY (1816-1885), demeurant à Agonges (Allier).

25Sœur de Robert (Junior) CUTLAR-FERGUSSON, né le 3 décembre 1836, décédé le 6 octobre 1859, marié à Ella Francès Catherine ALISON, née en 1838, décédée le 2 juin 1906 (remariée en 1861). Ils eurent trois enfants :

  1. [neveu] Robert CUTLAR-FERGUSSON, né le 26 juillet 1855.

  2. [neveu] Archibald William CUTLAR-FERGUSSON, né le 3 août 1856.

  3. [neveu] Alexander Edward CUTLAR-FERGUSSON, né le 28 novembre 1857.

26Nièce (par sa mère) de Mlle AUGER, épouse JEANNIN.

27Du mariage d’Adolphe de FORCADE avec Adélaïde CUTLAR-FERGUSSON naquirent quatre enfants :

28A. [fille] Louise-Eugénie-Marie-Jeanne de FORCADE LA ROQUETTE, née à Paris (Ier arrondissement ancien), le 16 mars 1856 (elle eut pour parrain Napoléon III et pour marraine l’impératrice Eugénie), décédée à Paris (XVIe arrondissement) le 30 juillet 1885. Elle avait épousé à Paris (VIIIe arrondissement) le 17 décembre 1883, Maurice L’ÉPINE, né à Paris le 2 mars 1856, décédé à Paris (XVIe arrondissement) le 26 décembre 1932, ingénieur de l’École centrale de Paris, directeur puis administrateur délégué de la Banque nationale de crédit, vice-président et administrateur de sociétés, auteur sous le pseudonyme deQUATRELLES L’ÉPINE du Maréchal de Saint-Arnaud d’après sa correspondance et des documents inédits (ouvrage cité). Il était le fils d’Ernest L’ÉPINE (1826-1893), secrétaire puis chef de cabinet du duc de MORNY alors président du Corps législatif, conseiller référendaire de 2e classe à la Cour des comptes en 1865, promu à la 1re classe en 1886, homme de lettres sous les pseudonymes de E. MANUEL et de QUATRELLES, et de Maria-de-los-angeles LANIER, née à La Havane (Cuba) le 23 octobre 1829. De l’union de Jeanne de FORCADE et deMaurice L’ÉPINE naquit une fille :

29– [petite-fille] Suzanne L’ÉPINE, née à Paris (XVIe arrondissement) le 20 juillet 1885, décédée à Paris (XVIe arrondissement) le 1er février 1932, qui avait épousé à Paris (XVIe arrondissement) le 16 mai 1908 Dominique MEYNIS de PAULIN, né à Roanne le 11 février 1875, décédé à l’hôpital militaire d’Yzeure (Allier) le 24 juin 1917, employé de banque, fils de Paul MEYNIS de PAULIN, propriétaire et de Mathilde-Charlotte MULATIER de LA TROLLIÈRE. D’où postérité.

30B. [fils] Louis-Marie-Gaston de FORCADE LA ROQUETTE, né à Paris (Ier arrondissement ancien) le 26 novembre 1858, décédé à Paris (XVIIe arrondissement) le 25 septembre 1940, propriétaire, qui avait épousé à Paris (XVIIe arrondissement) le 28 septembre 1892 Mariette, dite Henriette, BERTHIER, née à Paris (XXe arrondissement) le 28 mars 1867, décédée à Paris (XVIIe arrondissement) le 3 septembre 1944, fille de Philippe BERTHIER, passementier, et d’Élisa HÉNON. Ils eurent un fils unique :

31– [petit-fils] Marcel-Yves de FORCADE LA ROQUETTE né à Paris (XVIIe arrondissement) le 27 juin 1891, décédé à Hauteville (Ain) le 17 février 1940, directeur commercial, avait épousé à Paris (IXe arrondissement) le 26 juin 1923 Camille CHAUVIN, née à Luçay-le-mâle le 22 mars 1894, fille d’Alexandre CHAUVIN, propriétaire, agriculteur et de Valérie DUPONT. D’où deux fils :

  • [arrière-petit-fils] Michel-Gaston de FORCADE LA ROQUETTE né à Paris (IIIe arrondissement) le 14 juillet 1925, chef de service dans l’industrie, organiste-claveciniste. Sans alliance en 1980.

  • [arrière-petit-fils] Jean de FORCADE LA ROQUETTE, né à Paris (IIIe arrondissement) le 6 janvier 1929, commerçant (opticien). Il a épousé en premières noces à Paris (XVIe arrondissement) le 22 juin 1959 Thérèse BRUGEROLLE de FRAISSINETTE, née à Lyon (IIe arrondissement) le 30 avril 1926, décédée à Cavaillon le 25 juillet 1968, fille d’Henri BRUGEROLLE de FRAISSINETTE, directeur d’agence bancaire, et de Jeanne MISSOL. De cette union naquirent : Isabelle (née à Paris XVe arrondissement le 21 mai 1960) ; Florence (née à Paris XVe arrondissement le 21 mai 1960) et Yves (né à Paray-le-Monial le 15 avril 1965).

32Jean de FORCADE LA ROQUETTE se remaria à Paray-le-Monial le 27 octobre 1969 avec Bernadette BOUDRY, née à Paray-le-Monial le 5 juillet 1934, fille de Marcel BOUDRY, administrateur de biens, et de Germaine MOULIN. De cette union naquirent : Hubert (né à Paray-le-Monial le 20 août 1970) et François (né à Paray-le-Monial le 29 juin 1972).

33C. [fils] Jean-Louis-Achille-Robert de FORCADE LA ROQUETTE, né à Paris (Ier arrondissement ancien) le 20 mars 1860, décédé à Arcueil le 14 décembre 1918, propriétaire, avait épousé à Paris (IXe arrondissement) le 24 décembre 1901 Marie-Louise, dite Marguerite, SAUVAGE, née à Bordeaux le 4 novembre 1861, décédée à Bordeaux le 18 mars 1927, fille de Léopold SAUVAGE, propriétaire et de Marie-Louise JULIENNE. Marguerite SAUVAGE s’était déjà mariée une première fois et, après la dissolution de son mariage avec Robert de FORCADE par un jugement du tribunal correctionnel de Bordeaux du 15 février 1904, elle se remaria en 1908. Sans postérité.

34D. [fille] Philiberte-Ange-Henriette de FORCADE LA ROQUETTE, née à Paris (IXe arrondissement) le 8 décembre 1864, décédée à Cannes le 1er novembre 1889, qui avait épousé à Paris (VIIIe arrondissement) le 24 août 1886 MauriceL’ÉPINE, veuf de sa sœur Jeanne [voir ci-dessus]. De cette union naquit un fils unique :

35- [petit-fils] Marcel L’ÉPINE, né à Paris (IXe arrondissement) le 18 juillet 1887, antiquaire et agent immobilier, qui avait épousé à Paris (XVIe arrondissement) le 8 août 1936 Christiane DELBOSC, née à Paris (XVIIIe arrondissement) le 2 février 1911, fille de Jean-Marie DELBOSC, directeur commercial, et de Marie CHOLET (mariage dissous par jugement du tribunal correctionnel de Draguignan le 29 janvier 1959). D’où deux filles [arrièrepetites-filles].

36Adolphe de FORCADE a été tuteur des enfants mineurs de Eugène-Auguste-Charles BRISSOT de WARVILLE, des deux filles mineures du marquis dePUYSÉGUR et des trois filles mineures de Max de FORCADE.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation

37Jusqu’à l’âge de 10 ans, Adolphe de FORCADE vivait huit à dix mois par an au château Malromé (Gironde). On ne lui apprit ni à lire, ni à écrire et on le laissait aller dans les vignes et les bois en compagnie des enfants des paysans des alentours. Plus tard, élève du lycée Henri IV (comme son frère utérin le maréchal de SAINT-ARNAUD), il remporta plusieurs prix au concours général, dont le prix de philosophie en 1838. FORCADE fut un membre actif de l’Association des anciens élèves d’Henri IV à sa refondation en 1856 (président des banquets de 1858 et 1869, président du bureau en 1867, membre du comité à partir de 1866et jusqu’en 1872). À sa sortie du lycée, il entreprit des études de droit à Paris et s’occupa partiellement de l’éducation des enfants de son demi-frère, le maréchal. Il fut licencié en 1843 et docteur en droit en 1846.

La religion

38Catholique.

Les domiciles et résidences

39À son mariage, en 1847 il habitait rue de la Chaussée d’Antin, N° 4 (comme sa future épouse et ses parents qui étaient au N° 58 bis). Il déménagea ensuite rue Laffitte (1852), puis cité Saint-Lazare et enfin dans un hôtel particulier rue Moncey (IXe arrondissement). Il y vécut de 1859 jusqu’à son décès, mais il décéda rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arrondissement). Il résidait également au château Malromé.

Le portrait

40Outre le portrait conservé à la Bibliothèque nationale, on connaît la photographie de Francis Roche issue de la photothèque des Douanes reproduite dans l’ouvrage de Jean BORDAS (p. 562) ainsi que le portrait du Panthéon des illustrations françaises au xixe siècle (FROND Victor (éd.), Paris, 1869, t. VIII).

Les distinctions honorifiques

41Il faut noter qu’Adolphe de FORCADE LA ROQUETTE obtint tous les grades et dignités de l’ordre de la Légion d’honneur entre 1855 et 1870 : cas exceptionnel parmi les députés du Second Empire, même si ce dernier ne fut élu au Corps législatif qu’en 1870. Légion d’honneur : chevalier en 1855 à 35 ans, officier (2 août 1858), commandeur (2 août 1861), grand-officier (11 août 1864), grand-croix (14 août 1868).

42Grand-croix de l’ordre de Léopold (Belgique).

43Grand-croix de l’ordre de Charles III (Espagne).

Le testament

44Mort intestat.

La sépulture

45À Paris, cimetière du Nord, devenu depuis cimetière de Montmartre (24e division, 19e tombe de la deuxième ligne de l’avenue Samson). Il fut inhumé le 18 août 1874 dans le petit caveau familial de style gothique des FORCADE-FERGUSSON (concession perpétuelle n° 530 depuis 1846 année du décès de son père) où il repose avec son épouse, ses père et mère, sa belle-mère et de ses deux filles.

Les jugements

46Dans ses Mémoires, HAUSSMANN le décrit comme « un travailleur consciencieux, un orateur disert, mais un esprit […] facilement irritable ». Ernest PINARD rapporte que : « M. ROUHER trouvait alors en lui un élève et un successeur pour prendre le portefeuille des Travaux publics, lorsqu’il devenaitlui-même ministre d’État. Le passé et les études de M. de FORCADE LA ROQUETTE le rendaient plus apte que personne à défendre ces traités internationaux de 1860, qui devaient être les premières étapes conduisant à la liberté commerciale. » Il ajoute que « les idées, qu’il avait à faire prévaloir sur le terrain économique, lui donnaient, en 1867, la réputation d’un ministre libéral. Dans les discussions politiques, son esprit généralisateur se plaisait à découvrir et à tracer les grandes lignes. Souvent en relations avec M. MAGNE, qui, en sa qualité de ministre des Finances, fournissait les voies et moyens pour l’exécution des grands travaux d’utilité publique, M. de FORCADE LA ROQUETTE gagnait à ce contact. Les natures impressionnables subissent toujours avec avantage l’ascendant des natures pondérées et froides. Très nerveux, prompt à l’illusion puis au découragement, se relevant facilement, le ministre des Travaux publics avait besoin de subir cet ascendant. »

47Pierre Larousse dans son Dictionnaire écrit à son sujet : « Cependant, ni auConseil d’État, ni dans ses deux directions générales, rien n’avait révélé chez M. de FORCADE-LA ROQUETTE les aptitudes exceptionnelles qui auraient pu faire prévoir une aussi étonnante faveur. […] Presque toujours il se montra inférieur à sa tâche [en 1867-1868 notamment]. »

III. LA FORTUNE

LA FORTUNE HERITEE

48Il hérita, en 1847, au décès de son père, du domaine de Taste, appelé ensuite château Malromé, situé dans le canton de Saint-Macaire, arrondissement de la Réole (Gironde).

LA FORTUNE AU MARIAGE

49Mariage selon le régime dotal avec société d’acquêts avec un préciput de 10 000 F hors de la succession du premier mourant. Le futur donnait à la future dans le cas où elle lui survivrait la moitié de l’usufruit des biens meubles et immeubles. De son côté, la future épouse faisait donation à son futur époux de l’usufruit d’un capital de 40 000 F soit en immeubles, soit en rentes, si elle venait à décéder avant lui.

Apports du futur époux

5010 000 F en habits, linges, meubles, bijoux et livres.

51Provenant de la succession de son père prédécédé.

52Les parents d’Adolphe de FORCADE ne signèrent pas de contrat de mariage et le partage se fit donc en vertu de la communauté légale des biens qui existait entre eux. Adolphe était le seul héritier de cette communauté et reçut 48 882,60 F de la liquidation de la succession de son père, sous la forme du mobilier de l’appartement de Paris et de celui du domaine de Taste, d’une partie de ses rentes, des annexes du domaine de Taste (4,5 ha de terres labourables et plantées qu’il possédait déjà en vertu d’une donation de son grand-père), et enfin de l’ensemble du domaine d’une métairie appelée Baritault (commune de Saint-André-du-Bois, arrondissement de La Réole) avec ses annexes. Il reçut également en héritage le château Malromé. Au même moment, sa mère hérita de son mari 88 364,25 F, dont, notamment, 24 fûts de vin blanc, d’une valeur de 17 814 F.

Apports de la future épouse

5315 000 F de trousseau et d’objets mobiliers.

54Provenant de la succession de son père prédécédé.

55Elle amena en dot les valeurs mobilières reçues de la succession de son père : 31 030 livres sterling, soit 775 700 F en rentes, provenant de la vente des biens de son père aux Indes et à Londres, auxquels il faut ajouter 20 400 livres sterling de rentes espagnoles qui ne produisaient plus de capital depuis 1841. Mais Adélaïde FERGUSSON était mineure quand elle hérita de la succession de son père et quand elle se maria (à l’âge de 16 ans). Au début de son mariage, en tant que mineure, elle ne reçut que le produit des rentes de son père moins l’usufruit au profit de sa mère (228 livres sterling), soit 5 700 F par an de revenus. À partir de 1847, ses biens furent administrés par Alexandre GOLDIE, son tuteur et l’exécuteur testamentaire de son père ; demeurant à Édimbourg, il en était resté charger jusqu’à son décès en 1851. Depuis, William GOLDIE, son fils, s’étant refusé à rendre les comptes de la gestion de son père, les époux de FORCADE ont dûintenter contre lui plusieurs actions judiciaires en Écosse afin notamment de recouvrir les divers titres qui n’étaient pas en la possession de GOLDIE père au moment de sa mort. Ainsi, après de longs procès, Adélaïde de FORCADE reçut durant son mariage 394 000 F de divers placements financiers provenant de la succession de son père et 50 000 F provenant de la vente d’objets d’or et d’argent offerts à son père par la Pologne. Cette somme, ainsi que 118 600 F provenant de la vente de rentes espagnoles, a servi à l’achat en 1860 des terrains à Auteuil, boulevard Suchet N° 53, où le ménage FORCADE fit construire un hôtel de 2 426 m2, loué, meublé, à partir de 1870 pour 10 000 F par an. Toujours grâce à la succession de son père, Adélaïde de FORCADE a acheté en octobre 1859 pour 286 808 F un hôtel particulier rue Moncey N° 9.

DU MARIAGE AU DECES

La succession de la mère du ministre

56En 1852, Adolphe de FORCADE a hérité avec ses demi-frères LE ROY de SAINT-ARNAUD et son neveu Jean POTHIN-DELATTRE d’un quart des biens de sa mère. Il reçut ainsi 13 978,24 F provenant d’arrérages de la pension et de rentes viagères de sa mère, et d’une partie du montant de la vente de la maison parisienne rue des Bons-Enfants et du domaine de Cappes situé à Saint-André-du-Bois, canton de Saint-Macaire (Gironde).

La succession de la belle-mère du ministre

57Adélaïde de FORCADE a hérité de sa mère, madame de PRAINGY, la somme de 180 294,45 F en rentes, actions et deniers.

58Adolphe de FORCADE fut administrateur dans les compagnies de chemins de fer de Paris-Lyon-Méditerranée et des Charentes, et de la Compagnie des paquebots transatlantiques. On raconte qu’en 1867, lorsque FORCADE quitta le Conseild’État pour prendre le ministère des Travaux publics, du Commerce et de l’Agriculture, l’Empereur omit de lui rendre sa place au Sénat où siégeaient tous ses collègues du cabinet. Par ce fait, il ne toucha pas la dotation de sénateur (30 000 F) qui lui aurait été particulièrement utile au moment où l’Exposition universelle de 1867 lui imposa de lourdes charges. Après avoir été cinq fois ministre, FORCADE LA ROQUETTE affirma que ses revenus ne s’élèvaient plus qu’à 25 000 F. Avant d’exercer ses responsabilités gouvernementales, ils atteignaient 30 000 F soit le traitement annuel des sénateurs depuis le sénatus-consulte du 25 décembre 1852.

AU DECES

59Adolphe de FORCADE LA ROQUETTE est décédé sans fortune, sa femme possédant l’essentiel des biens du couple. La veuve FORCADE eut alors à sa charge ses quatre enfants dont trois étaient mineurs au décès de leur père. Son héritage était constitué d’un capital de 380 000 F. Le cousin d’Adolphe, PierreÉtienne-François-Adrien de FORCADE, conseiller à la cour d’appel de Bordeaux, devint le tuteur des enfants mineurs après une délibération du conseil de famille tenu le 29 septembre 1874 sous la présidence du juge de paix du IXe arrondissement. Certains biens d’Adélaïde de FORCADE, notamment les hôtels de la rue Moncey et du boulevard Suchet, étaient gérés par procuration (acte du 5 mars 1875 passé devant Me Persil, notaire à Paris). Adélaïde de FORCADE quitta Paris avec ses enfants pour le château Malromé. Ce dernier avait été agrandi et en partie reconstruit pendant son mariage grâce à l’argent de la vente de la métairie de Baritault, constituant une partie de la dot du mari.

Liquidation de la société d’acquêts

60Biens en propres de la veuve :

61Prorata d’arrérages de 2 rentes espagnoles 720,70

62Prorata du loyer de la maison rue de Moncey N° 9 2 100

63Prorata d’arrérages de rente perpétuelle [ ?] 16

64Prorata d’intérêts et arrérages de :

6510 actions de l’Urbaine 85,80

667500 rente 5 % 1875

67350 rente 3 [ ?] % 87,75

6823 actions de la Banque de France

69Hôtel de la rue Moncey acheté 260 000 F, et qui a coûté 286 808 F avec les frais et où logent quatre locataires

70Biens de la société d’acquêts :

71Mobilier (rue Moncey) 13 776

7210 actions de l’Urbaine à 210 2 100

73Solde de créances sur l’ancienne compagnie de M. Propriétaire (aujourd’hui réunie à l’Urbaine) 3 430

7425 obligations lombardes à 252,125 6 303,13

75Dividendes de 5 actions coopératives 12,50

7610 actions Lyon à 915 9 150

77Jetons de présence dus à M. de FORCADE, comme administrateur de cette compagnie 3 301

7820 actions Charentes à 337,10 67,50

79Jetons de présence dus à M. de FORCADE, comme administrateur de cette compagnie 1 280

8020 actions de la compagnie transatlantique à 260,525 5 212,50

81Jetons de présence dus à M. de FORCADE, comme administrateur de la dite compagnie 520

82Compte courant au Crédit foncier 703

83Compte courant à la recette générale de Bordeaux 1 939,25

84Créance [Natal ?] avec 110,95 d’intérêts 1 360,95

85Deniers […] comptant rue Moncey

86Abonnement au gaz

87Prorata de loyer de [Boites ?] boulevard de Suchet, N° 53,

88de la communauté 833,33

89Total 51 042,28

90Reprises de la veuve :

91Apport 37 065,23

92À déduire :

93Frais de négociations de valeurs propres 829

94Versements complémentaires sur les 10 actions de l’Urbaine 420

95[somme] relati[ve] à l’hôtel rue Moncey, N° 9, qui lui est propre 310,45

96Reste des reprises de la veuve 35 505,78

97Reste de la communauté 15 536,50

98Absorbés par les reprises de la succession composée de :

99Apport 18 000

100Vente d’immeubles 39 217,17

101Droits sur le défunt dans la succession de sa mère 14 253,21

102Total 71 470,38

103Reprises du défunt :

104Travaux d’amélioration exécutés au château Malromé, commune de Saint-André-du-Bois (Gironde), propre au défunt, suivant le rapport d’expert demeurant à Labbé, architecte de Bordeaux, du 30 janvier 1875 enregistré à Paris devant notaire le 2 février 1875 40 000

105Remboursement d’une créance Lerouge, mise à la charge du défunt, par la liquidation de la succession de sa mère, dressé par Me Girard, notaire à Paris du 21 septembre 1847 9 000

106Soulte résultant dudit acte de liquidation et partage 139,40

107Total des reprises du défunt 49 139,40

108Reste de la communauté 22 330,98

109Insuffisances 6 794,48

110Préciput de la veuve 10 000

111Total 16 794,48

112À prélever sur l’immeuble boulevard Suchet N° 53, XVIe arrondissement

113Actif de succession,

114Reliquat de la communauté à valoir sur les reprises du défunt 15 536,50

115Valeurs propres à ajouter Rente perpétuelle Lauriol, de 75, capital 1 500 Total 17 036,50

116À la liquidation de la société d’acquêts, la veuve FORCADE conserve la moitié des biens en usufruit de son mari ainsi que ses biens propres : Usufruit de moitié à la veuve 4 259,13

117Passif :

  • deux emprunts au Crédit foncier pour un total de 95 000 F : solde débiteur en 1874 : 35 131,90 F

  • dettes de la société d’acquêts diverses : 846,70 F et 3 174,40 F à des commerçants

Liquidation de la succession

118Pour régler la succession il fut nécessaire de vendre la propriété de Taste, qui fut acquise en 1883, par la comtesse Adèle de TOULOUSE-LAUTREC, mère du peintre. Le domaine, sans le château et les constructions, fut évalué en 1874 entre 93 000 et 94 000 F, et le mobilier fut estimé à 14 966 F avec 1 005,11 F de dettes à payer. La liquidation de la succession d’Adolphe de FORCADE fut réglée par Me Desclaux de Lacoste, notaire à Bordeaux, par jugement du tribunal de la Seine du 16 mai 1878. La vente des biens eut lieu le 26 juin 1878. Son cousin, Adrien de FORCADE, s’était fait représenter par M. CHAUCHAT, maître des requêtesau Conseil d’État.

IV. LA CARRIERE

119Adolphe de FORCADE LA ROQUETTE fut ministre à plusieurs reprises pendant le Second Empire. En outre, il est un des deux seuls députés du Corps législatif du Second Empire à avoir également été membre du Sénat et du Conseild’État. Enfin, il est un de ces deux seuls députés à avoir été précédemment sénateur ce qui était pourtant inconstitutionnel puisque les sénateurs étaient inamovibles en vertu de l’article 21 de la Constitution du 14 janvier 1852.

AVANT LE MINISTERE DES FINANCES

120Inscrit au barreau de la cour d’appel de Paris en 1843 comme avocat stagiaire, Adolphe de FORCADE compléta chez l’avoué DENORMANDIE son instruction juridique. Ses collègues clercs étaient entre autres : DENORMANDIE fils qui, trente ans plus tard, devait être sénateur inamovible, gouverneur de la Banque de France, et NICOLET, le futur bâtonnier de l’ordre des avocats. Ses amis se nommaient notamment Oscar de VALLÉE, Mathieu BODET (futur ministre des Finances sous la Troisième République) et Edmond ROUSSE. Pendant la monarchie de Juillet, Adolphe de FORCADE fit partie d’un club, ou plutôt d’une conférence politique créée par ces jeunes avocats, qui fut la première de ce genre à Paris. Les séances se tinrent d’abord dans la salle d’audience de la justice de paix du Ier arrondissement (N° 33 rue Caumartin) mise à disposition par FORCADE père, puis les réunions, à l’étroit dans ce lieu, déménagèrent et devinrent la célèbre « parlotte du quai d’Orsay ».

121Adolphe de FORCADE n’a eu qu’un rôle politique effacé jusqu’en 1851, maisil a eu connaissance du projet de coup d’État dès septembre 1851. En effet, le général de SAINT-ARNAUD de passage à Malromé, qui avait déjà été contacté par le prince-président en vue d’une opération prévue initialement le 17 septembre, réunit début septembre un conseil de famille pour examiner la situation avec sa mère, sa femme, son demi-frère FORCADE et la femme de ce dernier. Le 9 septembre 1851 le général de SAINT-ARNAUD écrivit depuis Paris à sa femme résidant à Malromé : « Si je suis nommé [ministre], mon frère FORCADE recevra de suite, par le télégraphe, l’ordre se rendre à Paris. Que rien de tout ceci ne transpire hors des murs de Malromé. » Le 30 septembre 1851, il écrivit à son demi-frère Adolphe : « Ta politique n’est pas tout à fait la mienne. Tu vois les choses à un point de vue moins élevé, moins général que moi. Tu ne vois que la situation et les embarras du moment, et tu penses que la réélection du Président suffit pour les écarter. Moi, j’embrasse plus d’avenir, je voudrais voir la France sortir du cercle vicieux où elle se perd. Je voudrais surtout anéantir la démagogie […] Plus tôt tu seras à Paris, mieux cela sera. » FORCADE arriva à Paris dans les tout premiers jours d’octobre 1851.

122Les liens fraternels de FORCADE avec le bras armé du coup d’État et son ralliement indéfectible à Louis-Napoléon Bonaparte lui ouvrirent les portes d’une carrière rapide. Il fut ainsi nommé maître des requêtes de 1re classe à la section des finances du Conseil d’État dès le 26 janvier 1852, le jour même où le général SAINT-ARNAUD était nommé sénateur. Après le 2 décembre, FORCADE semblait encore partisan d’un régime parlementaire. Le 1er juillet 1852, SAINTARNAUD lui écrivit ce conseil sans ambiguïté : « Je connais ta maladie, c’est ton amour pour la chose parlementaire. Tu es bien jeune, cher frère, en politique, puisque tu reviens à tes idées antigouvernementales. Rappelle-toi ce que je te dis : il n’y a pas de gouvernement possible, en face des idées dominantes, le socialisme et la révolte, si l’on suit les idées parlementaires, vieilles ornières remplies de boue où l’on meurt… et où l’on meurt salement. Rappelle-toi cet aphorisme, c’est le vrai. Sois conseiller d’État, sois gouvernemental, mais dépouille ta défroque pourrie d’avocat. »

123En 1857, Adolphe de FORCADE fut nommé directeur des Eaux et Forêts. Il prit une part active à la préparation des lois relatives au défrichement des bois des particuliers et au reboisement des montagnes. Il contribua à donner une impulsion nouvelle au cantonnement des droits d’usage dans les bois du Domaine.

124En 1860, l’Empereur et son entourage voulait imposer le régime du libre-échange et les termes du traité commercial signé avec l’Angleterre. Dans ce but, l’Empereur exclut, en le nommant au Sénat le 12 mars 1860, le directeur desDouanes et des Contributions indirectes du moment, GRÉTERIN, favorable au protectionnisme et qui n’avait pas été associé aux négociations. Il fut remplacé le même jour par FORCADE. Ce dernier devait être capable d’imposer la nouvelle donne douanière au personnel des Douanes car rares étaient les fonctionnaires acquis à la doctrine du libre-échange dans les états-majors de cette administration. Une fois chef des Douanes, il déclara attendre des douaniers de la vigilance et de la modération dans l’application des nouvelles mesures douanières. Dans un premier temps, il délégua la gestion des Douanes au conseil d’administration car ses nombreuses occupations l’empêchaient de s’y consacrer. En effet, en qualité deconseiller d’État en service extraordinaire et commissaire du Gouvernement, il dut défendre devant le Corps législatif le projet douanier qui avait été négocié en secretet signé le 23 janvier 1860 par l’Empereur seul. À la Chambre basse, la lutte s’engagea à propos d’une proposition de loi prévoyant le dégrèvement des matières premières destinées à l’industrie textile. La commission du Corps législatif choisit pour rapporteur le futur ministre des Finances de la Troisième République POUYER-QUERTIER, favorable au protectionnisme. Le 1er mai, à la tribune, le rapporteur reprocha au traité d’avoir déjà accumulé d’immenses ruines par ses seules menaces et de risquer de « livr[er] à l’Angleterre l’avenir et la fortune industrielle de la France. » De nombreux députés lui emboîtèrent le pas et leurs outrances entraînèrent d’éloquentes ripostes des libéraux. FORCADE défendit le programme impérial et s’attacha à rassurer la Chambre sur les difficultés de son exécution. Après son intervention, le projet de loi fut adopté à une immense majorité de 249 voix contre 4. Devant les sénateurs, encore plus attachés au protectionnisme, l’Empereur craignant que le Gouvernement ne se laissa aller à consentir de trop fortes réductions de droits, c’est ROUHER qui intervint et le projet fut adopté par 84 voix contre 11.

125En tant que commissaire du Gouvernement, FORCADE transmit la proposition de loi, votée le 25 mai 1860, sur les sucres, le café, le cacao et le thé qui avait pour but de rendre largement accessible ces produits encore considérés comme des denrées de luxe. FORCADE, dut en outre participer aux conférences préparant les conventions complémentaires au traité. Après l’enquête qu’avait faite le Conseil supérieur du commerce, il donna également des instructions sur l’application de l’importante convention sur l’importation de la houille et du coke anglais. Il fut amené à cette occasion, à préciser les notions de « produits d’origine et de fabrication britanniques et d’importation directe du Royaume-Uni ». Il précisa également qu’en matière de transport direct, « on se bornera à exiger la représentation des livres et papiers de bord » et que pour les justifications d’origine, « les certificats devront être visés par les consuls ou agents consulaires de France dans le lieu d’expédition ou le port d’embarquement ». Il annonça la première convention complémentaire au traité avec l’Angleterre qui fixait le tarif appliqué « à une partie importante des marchandises d’origine et de manufacture britanniques ». Signée le 12 octobre 1860, elle définissait les tarifs des droits d’entrée des articles qui étaient immédiatement applicables. Une seconde convention, datée du 16 novembre, ajouta d’autres articles anglais à la première liste. De plus, il fut convenu que les produits anglais seraient soumis aux mêmes conditions et avantages susceptibles d’être accordés en France, en matière de droits d’accises ou de drawback. Enfin, le bénéfice de la clause de la nation la plus favorisée fut accordé aux deux parties prenantes du traité. Cette dernière convention était applicable au plus tard le 1er octobre 1861.

126Parallèlement, dès son entrée en fonctions, il dut intégrer dans le système douanier français la Savoie et Nice que la France venait d’annexer par le traité du 24 mars 1860. Après une période d’attente causée par la lenteur de la ratification de la cession de ces deux provinces par le parlement sarde, il chargea BARBIER, administrateur et chef de la deuxième section des Douanes, de prendre les mesures provisoires et notamment l’aménagement des lignes de douanes. Il lui confia également la préparation du décret-loi du 21 juin 1860, établissant définitivement ces lignes. Par ailleurs, un décret du 13 juin précédent avait étendu aux territoires annexés la législation française sur le sel et le tabac. FORCADE annonça la création de deux directions des douanes : l’une à Chambéry, l’autre à Nice, se substituant à celle de Grenoble. En outre, le régime de la partie de la Savoie située en zone franche avait d’abord été défini par une circulaire d’août 1860. Ce territoire était placé dans la même situation douanière que celle du pays de Gex érigé en zone franche par l’arrêté du 13 octobre 1828. D’autres décrets prévirent l’extension des lois et règlements des douanes françaises sur les territoires annexés et fixaient les attributions des nouveaux bureaux de douanes.

127Ce n’est que fin mai que FORCADE fit à ses administrateurs une déclaration sur la politique générale qu’il envisageait pour les Douanes, puis il s’intéressa à la situation du personnel. Il pensait en effet nécessaire de modifier le « système adopté pour constater la position et le mérite des agents des divers grades ». Après avoir déploré que les feuilles signalétiques instaurées par son prédécesseur ne parvenaient que rarement à l’administration centrale, il prescrivit aux directeurs d’établir, chaque année au mois de juin, une feuille individuelle pour chaque employé dont la nomination était du ressort du directeur général et du ministre. Il les invita à lui adresser, en décembre, les états d’avancement établis par chaque direction. Son passage à la tête des Douanes fut le plus bref du xixe siècle car il quitta cette administration dès novembre 1860.

128En tant que directeur général des Eaux et Forêts puis des Douanes, il avait pu observer les hauts fonctionnaires du ministère des Finances. En tant que commissaire du Gouvernement, il avait réussi à se mettre en évidence lors des discussions du Parlement à propos du traité franco-anglais. C’était donc un familier des rouages des Finances et un défenseur remarqué du libéralisme économique qui fut nommé, le 28 novembre 1860, au portefeuille des Finances. Il désigna alors son successeur aux Douanes, BARBIER, qui le remplaça à compter du 5 décembre et qui resta en poste jusqu’en mars 1869 avant de rejoindre lui aussi les bancs des sénateurs. FORCADE a eu une influence plus nette sur la politique douanière lorsqu’il fut ministre des Finances.

AU MINISTERE DES FINANCES

129Il dut en effet faire préparer et défendre devant le Parlement le traité du 1er mai 1861 avec la Belgique, puis, plus tard, en tant que commissaire du Gouvernement, celui du 2 août 1862 avec le Zollverein et le grand-duché du Mecklembourg. En revanche, il resta à l’écart des discussions budgétaires à la Chambre menées parPierre MAGNE, alors ministre d’État sans portefeuille. FORCADE fut donc un ministre des Finances relativement effacé. La principale mesure de son ministériat fut l’émission des obligations trentenaires, qui avait été cependant préparée par son prédécesseur MAGNE. Il faut ajouter à ce bilan mince deux lois qui ne sont pas directement de son fait mais qui furent votées pendant son passage rue de Rivoli et qui eurent d’importantes incidences financières. D’une part, la loi du 2 juillet 1861 lança la construction des lignes de chemins de fer mises à la chargede l’État par la convention de 1859 ou celles situées en Savoie : Rennes à Brest, Toulouse à Bayonne, Grenoble à Montmélian, Aix à Annecy, Perpignan à Port-Vendres, Napoléon-Vendée à La Rochelle, etc. D’autre part, la loi du 3 juillet 1861 modifia profondément les relations commerciales entre les colonies et la métropole, Napoléon III accordant ainsi une large autonomie commerciale aux colonies d’outre-mer qui purent ainsi nouer des relations directes avec l’étranger.

Le budget de 1862

130Pendant son ministère, et c’était nouveau, de nombreuses critiques s’élevèrent contre les déficits et les crédits supplémentaires et extraordinaires. Aux protestations de Victor BONNET dans la Revue des deux mondes du 1er janvier 1861,s’ajoutèrent celles de Casimir PÉRIER qui fustigea l’habitude des emprunts, le gonflement régulier des dettes, la fin de l’amortissement, la persistance des crédits supplémentaires et extraordinaires alors que la possibilité de virer des crédits au sein d’un chapitre budgétaire ainsi que le vote du budget par ministère auraient dû les empêcher. Selon PÉRIER, l’absence de parlementarisme n’avait pas, au contraire, réduit les dépenses, le déficit était masqué mais bien réel. Le budget voté chaque année n’était pas en réalité l’œuvre de la Chambre mais celle du Conseild’État. Le conseiller d’État, commissaire du Gouvernement pour les Finances,l’ancien sous-secrétaire d’État aux Finances de FOULD, VUITRY [voir sa notice], se défendit de ses accusations dans Le Constitutionnel. Fin octobre encore, dans sa chronique de la quinzaine de la Revue des deux mondes (livraison du 15 octobre 1861), Eugène FORCADE, s’inquiétait de la situation économique du pays, critiquant à mots à peine couverts non seulement l’imprévoyance et le laxisme de l’actuel ministre des Finances, mais également celui de ses prédécesseurs.

131Durant la discussion du budget de 1861 qui eut lieu du 5 au 13 juin (la plus longue discussion depuis le début de l’Empire), ce fut MAGNE, en sa qualité deministre d’État sans portefeuille qui défendit le budget [voir la notice de celui-ci]. La commission du budget, par la voix de son rapporteur, regretta la fin de l’amortissement et demanda l’arrêt de la progression des dépenses. Elle réclama également la spécialité des crédits, c’est-à-dire le vote par article ou par section.

132Ce budget était caractérisé par l’augmentation des traitements des fonctionnaires les plus faibles. Il fut présenté avec 1 885 millions de dépenses ordinaires et 1 969 millions au total, dont 24 millions pour la transformation de l’artillerie. Il portait 1 974 millions de francs en recettes. On avait espéré que le nouveau ministre des Finances put réellement freiner ou stopper les dépenses de ses collègues. Or, tous les budgets des ministères étaient en progression. Les prévisions étaient gonflées pour éviter d’ordonner des crédits supplémentaires. Le budget fut voté le 13 juin. Malgré les critiques, les travers budgétaires du Second Empire se perpétuèrent. Ainsi les décrets des 5 et 12 août 1861 attribuèrent respectivement 80 millions de crédits extraordinaires à la Marine et aux Colonies et 78 millions à la Guerre. Le total des crédits supplémentaires et extraordinaires pour le budget de 1861 s’éleva à 352 millions et la loi de règlement solda cet exercice avec un déficit effectif de 164 millions.

Les obligations trentenaires

133La loi du 29 juin 1861 autorisa l’émission d’obligations trentenaires, résultat dela conversion des sommes dues par l’État à des compagnies de chemins de fer. L’émission de 300 000 obligations trentenaires devait créer des ressources spéciales sans augmenter la dette consolidée. En réalité, il s’agissait d’un nouvel emprunt. Cette opération avait été prévue par l’article 21 de la loi de finances du 23 juin 1857 et compta pour 35 millions dans le budget de 1862. La souscription se fit au prix de 440 F, portant intérêt de 20 F et remboursables à 500 F par tirages au sort jusqu’en 1889, pour un capital total de 132 millions de francs. Ces obligations devaient être enveloppées dans la conversion volontaire du 4 ½ % (juillet 1861). La souscription, ouverte du 11 au 16 juillet, connut un immense succès auprès du public : 4 695 413 demandes d’obligation dont 146 879 souhaitant une seule obligation. Les petits capitalistes furent servis en totalité, puis de 2 à 35 obligations demandées on en donna une (34 577 souscripteurs) ; les autres reçurent 2,79 obligations pour 100 souscrites. FORCADE triomphait. Il expliqua que c’était là la « manifestation imposante de la puissance financière du pays et une preuve nouvelle de la confiance qu’inspire le Gouvernement », en bref un démenti à tous les pessimistes qui niaient l’abondance des capitaux. On allait pouvoir lancer la construction d’un troisième réseau destiné à couvrir les régions les plus délaissées jusqu’alors : les Alpes, l’ouest du Massif central, les Charentes et la Vendée.

134Cependant, au cours de l’année, l’horizon s’assombrit. Une récolte déficitaire fut annoncée. L’encaisse de la Banque de France tomba à la fin de septembre à 304 millions, la Banque élevant son taux d’escompte à 6 % et réduisant ses avances sur valeurs à un maximum de 60 %.

135Le 29 septembre 1861, Achille FOULD, alors membre du Conseil privé, envoya à l’Empereur un rapport qui lui conseillait de renoncer aux crédits supplémentaires et extraordinaires décrétés sans un vote des Chambres, car c’était, selon lui, entretenir la course aux armements en Europe. En effet, avec un budget transparent et présentant l’intégralité des dépenses d’armement, les voisins de la France n’auraient plus de doutes sur la sincérité des déclarations pacifiques de l’Empire. La lettre, qui employait le mot « crise » et appelait un nouveau système financier, fut lue en Conseil des ministres le 12 novembre et publié au Moniteur du 14 novembre. Ce jour-là, l’Empereur demanda à FOULD de venir appliquer ses idées au ministère des Finances. Les milieux d’affaires, dont FOULD était issu, accueillirent favorablement sa nomination. À la Bourse, le 3 % monta jusqu’à 71 F. Dès le 1er décembre 1861, un décret imposa l’avis du ministre des Finances pour toute demande de crédits supplémentaires. La lettre de FOULD et les vives critiques qui furent adressées à la gestion des finances de l’Empire pendant le ministériat de FORCADE amenèrent le sénatus-consulte du 31 décembre 1861 qui entraîna le retour au vote du budget par section. En outre, les virements étaient toujours possibles (mais ils furent peu utilisés), et une loi était désormais obligatoire pour les crédits supplémentaires et extraordinaires. Ces mesures libérales complétaient, sur le plan financier, les réformes commerciales et politiques de l’année 1860.

136Deux jours après son départ de la rue de Rivoli, le 14 novembre 1861, Adolphe de FORCADE fut nommé sénateur.

APRES LE MINISTERE DES FINANCES

137En mars 1863, Napoléon III envoie FORCADE en Algérie, avec pour mission officielle, d’y étudier diverses questions relatives à la colonisation et au commerce soulevées par les réclamations de la colonie, de renseigner le Conseil supérieur du commerce, de l’agriculture et de l’industrie sur la meilleure manière d’abaisser les droits portant sur les produits indigènes algériens, d’enquêter sur le régime douanier applicable au commerce algérien, et, pour mission officieuse, de préparer la visite de l’Empereur qui aura lieu en 1865.

138À son retour, il fut nommé vice-président du Conseil d’État, le 18 octobre 1863. Il dut alors abandonner son poste au Sénat. Au sein du Conseil, il se montra soucieux de limiter les prérogatives de l’État et continua à défendre la politique économique libérale. À partir de 1864, il fut chargé de présider la section du commerce et des travaux publics. Il s’impliqua dans la défense du projet de loi sur la marine marchande qui proposait « d’admettre en franchise de droits de douane les navires construits à l’étranger et d’accorder comme compensation, à nos chantiers maritimes, la même exemption ». Il demanda la suppression totale des droits de tonnage, des surtaxes de pavillon et des surtaxes d’entrepôts. L’exposé des motifs qu’il présenta sur ce sujet le 28 mars 1865 fut vivement combattu par THIERS qui pensait que la marine nationale serait privée de fret à exporter. FORCADE prit également part aux débats sur la législation des céréales et sur la loi sur l’amortissement.

139Le 20 janvier 1867, il fut nommé ministre de l’Agriculture, des Travaux publicset du Commerce en remplacement de BÉHIC. Il organisa l’exposition maritime du Havre. Il obtint la création de chambres syndicales et l’adoption de l’égalité entre les serments des ouvriers et des patrons. Pendant les sessions parlementaires de 1867-1868, il subit les violentes attaques de l’opposition à propos des travaux publics et principalement des chemins de fer. Il y eut notamment en 1868 une interpellation sur la situation économique de la France face à laquelle FORCADE défendit une fois encore le principe d’une protection modérée mais qu’à la condition qu’elle bénéficiât à l’intérêt général. Le libéralisme et les tarifs conventionnels en vigueur devaient, selon lui, perdurer. Au ministère de l’Agriculture, des Travaux publics et du Commerce, il s’était adjoint, à partir du 1er novembre 1868, comme attaché à son cabinet en qualité de rédacteur et pour un traitement annuel de 2 000 F, Henri de FORCADE (son lien de parenté avec le ministre nous échappe) qui sera révoqué le 20 décembre suivant, peu après le départ de son parent de ce ministère pour celui de l’Intérieur.

140Il fut en effet nommé ministre de l’Intérieur le 17 décembre 1868 en remplacement de PINARD. À ce poste, il fut un ministre sinon zélé, du moins autoritaire et partisan. Dès son arrivée à l’Intérieur, il fit appliquer strictement les lois sur la presse et le droit de réunion. Il remania les circonscriptions électorales de manière à obtenir des résultats favorables à l’Empire aux élections de 1869. Certains de ses remaniements étaient tellement arbitraires que de vives réclamations s’élevèrent au sein de plusieurs conseils municipaux, à Bordeaux notamment. Mais ces protestations n’eurent aucun effet sur l’action et la détermination du ministre. Face aux critiques qui émanaient du Corps législatif, il défendit (8 mars 1869) avec véhémence et habileté les mesures prises et le droit du Gouvernement de soutenir des candidatures officielles. D’une part, sur 238 candidats officiels sortants, il n’y en a eu que 21 qui perdirent l’investiture gouvernementale, dont seulement 7 furent battus. Le ministre de l’Intérieur décida de faire preuve de neutralité dans 43 des 292 circonscriptions, avouant ainsi que dans ces circonscriptions une candidature officielle ne suffirait pas et gênerait même l’élection d’un candidat plutôt favorable au Gouvernement. Des candidats de plus en plus nombreux montraient en effet des réticences à se recommander du Gouvernement. Ils se disaient fréquemment dynastiques mais indépendants, conservateurs ou libéraux. En ne s’opposant pas quelquefois à la réélection d’anciens officiels, le ministre espérait voir rentrer ces derniers dans le giron impérial. Dans d’autres circonscriptions, il agissait de la même façon avec des hommes susceptibles de se rallier. Plus rarement, il laissa ses adversaires s’entre-déchirer, ne voulant pas trancher entre deux périls. La situation locale détermina plus que jamais l’attitude du pouvoir. La candidature officielle apparaissait largement discréditée, et, durant l’année que FORCADE passa au ministère de l’Intérieur, aucune circulaire générale ne fut rédigée sur la candidature officielle. Cette pratique disparut avec l’approbation desdéputés eux-mêmes pendant le gouvernement d’Émile OLLIVIER en 1870.

141Après les élections de 1869, lors de la vérification des pouvoirs des nouveaux élus, FORCADE eut à nouveau à faire face, au Corps législatif, aux attaques de l’opposition bien que dans de nombreuses circonscriptions dévolues à des candidats officiels, ce fut le candidat républicain qui fut élu. Par provocation, ROCHEFORT interpella un jour ainsi le ministre de l’Intérieur : « M. FORCADE de je ne sais plus quelle prison… » (allusion à la prison parisienne de La Roquette). Il conserva néanmoins son poste après les élections car son renvoi eut été pour Napoléon III à la fois une condamnation indirecte du système des candidatures officielles et l’aveu que les élections n’avaient pas répondu à ses espérances. Lorsque l’Empereur, après l’annonce du 15 juillet 1869, souhaita modifier la Constitution dans un sens plus libéral, FORCADE démissionna avec tous ses collègues.

142Il fut cependant rappelé dès le remaniement ministériel du 17 juillet suivant. On demandait à FORCADE de mettre en œuvre ce libéralisme en faveur de la presse et du droit de réunion qu’il avait combattu précédemment. Cette modération nouvelle connut néanmoins des limites, et FORCADE intervint, notamment au Sénat en septembre 1869, pour combattre les opinions démocratiques du prince Napoléon. Le 1er décembre 1869, lors de la deuxième session de 1869 et après l’élection de SCHNEIDER à la présidence du Corps législatif, FORCADE prononça un grand discours au nom du Gouvernement. L’Assemblée continuait à examiner le résultat des élections en parallèle de l’affrontement entre les républicainset les radicaux parisiens. Après des semaines de tractation, Émile OLLIVIER s’apprêtait à former un gouvernement libéral dont FORCADE serait forcément exclu. FORCADE s’inclina et quitta ce cabinet qu’il savait de transition. Il démissionna le 29 décembre 1869 et fut remplacé, dans le cabinet du 2 janvier, par CHEVANDIER de VALDROME.

143FORCADE ne quitta cependant pas l’arène politique et se présenta aux élections législatives. Pour qu’il fût élu, fut nommé au Sénat Gustave de RICHEMONT, député de la deuxième circonscription de Lot-et-Garonne tout juste réélu. L’élection partielle qui suivit, le 10 janvier 1870, amena la victoire de FORCADE avec 20 311 voix (25 878 votants, 35 026 inscrits). Il fait ainsi partie des quatre ministres du Second Empire devenus ensuite députés. Cette élection fut vivement contestée par son opposant l’avocat V. de LANGSDORFF dans une plaquette : Le blanchissage électoral par M. de Forcade La Roquette devant la Chambre et sa candidature dans la seconde circonscription de Lot-et-Garonne (Paris, impr. de Renou et Maulde, 1869, in-8, 22 p., BN 4-LE77-2848). Lors de la session de 1870 (les 24 et 25 janvier), il défendit vigoureusement le traité de commerce avec l’Angleterre. Toujours favorable à la candidature officielle, il intervint en ce sens en février. Très actif, il participa à de nombreuses commissions parlementaires. FORCADE, qui était un proche de ROUHER, vota jusqu’au bout avec la droite. Il fut le chef de file des conservateurs bonapartistes intransigeants.

144Pendant le Second Empire, Adolphe de FORCADE fut membre de la conférence MOLÉ, fondée le 19 mars 1832, qui tenait ses séances au N° 8 de la rue de Poitiers, dans le local en forme d’hémicycle de l’Académie royale de médecine et qui avait pour but « l’examen des institutions françaises » mais qui en réalité suivait de près l’ordre du jour des Assemblées. Ce cénacle réputé jouait le rôle de véritable école de la tribune parlementaire et rassemblait essentiellement des juristes, avocats et magistrats ainsi qu’un nombre significatif de députés du Corps législatif représentant toutes les tendances politiques. FORCADE y siégea donc aux côtés de BILLAULT et PINARD par exemple, et face à FERRY, OLLIVIER ou encore GAMBETTA.

145Après le 4 septembre 1870, il se retira en Gironde puis en Espagne quelques mois, d’où il revint en 1871. Il se présenta vainement à la députation dans la Gironde en 1872. Il fut battu avec 47 041 voix contre 66 308 voix pour son adversaire, A. CADUC, un candidat républicain. Il ne put pas non plus réintégrer le conseil général de la Gironde où il était entré en 1852 et où il avait siégé comme représentant du canton de Sauveterre jusqu’en 1867. Il avait en outre présidé ce conseil pendant sept années après le décès de son demi-frère, le maréchal SAINTARNAUD, qui avait été nommé sa tête le 21 août 1852. Il fit le voyage à Chislehurst en Angleterre pour les obsèques de l’empereur déchu, le 15 janvier 1873. Adolphe de FORCADE mourut subitement à Paris le 15 août 1874.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

146Partisan et artisan du libre-échangisme, il a écrit à ce sujet :

147Défense du traité de commerce avec l’Angleterre, Agen, Impr. P. Foubel, 1872, in-8, 50 p. ; 2e éd. : Paris, Guillaumin, 1872, in-8, 51 p. (BN 8-LB57-3053).

148Les nouveaux traités de commerce et la loi sur les matières premières, Paris, Guillaumin, 1873, in-8, 46 p. (BN 8-LB57-4309).

149La Bibliothèque nationale conserve de nombreux discours imprimés, notamment sur la marine marchande (1866), sur la question agricole (1866), et ceux qu’il prononça lorsqu’il fut ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics sur les sociétés à capital variable (1867), ainsi que plusieurs discours sur le traité de commerce franco-anglais qu’il défendra encore sous la Troisième République. On y trouvera également ses discours de ministre de l’Intérieur à propos des lois sur les réunions publiques, l’emprunt de la ville de Paris ou encore la vérification des pouvoirs des élus en 1869. Deux de ses rapports aux conférences de la Madeleine en 1841 ont également été imprimés (sur la compétence des conseils de guerre et le rôle de la papauté dans l’affaiblissement politique de l’Italie). Enfin, son discours remarqué pour l’ouverture de la conférence des avocats de 1845 a été publié sous le titre Le barreau sous Louis XIV, Paris, Impr. de A. Guyot, 1845, in-8, 27 p. (BN FP-3029).

ARCHIVES

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris

150XLIII 864, 21 septembre 1847, Liquidation des communauté et succession de FORCADE père du ministre.

151LXIV 746, 30 septembre 1847, Contrat de mariage d’Adolphe de FORCADE et de Mlle CUTLAR-FERGUSSON.

152LXIV 801, 12 février 1859, Liquidation de la communauté entre M. et Mme de PRAINGY.

153LXIV 874, 30 septembre 1874 (clôt le 26 janvier 1875), Inventaire après le décès d’Adolphe de FORCADE.

154LXVIII/1523, 26 décembre 1889, Testament et codicilles d’Adélaïde de FORCADE LA ROQUETTE, veuve de M. Jean Louis Victor Adolphe, décédée au N° 8 rue Pierre-le-Grand, le 25 décembre 1889.

Archives nationales

155F14 11 403, Henri de FORCADE : attaché de cabinet du ministre des Travaux publics, fin d’activité en 1868.

15646 AP 3, Dossier 8, Lettres de FORCADE LA ROQUETTE du 6 septembre 1861 et du 8 août 1868.

Archives de Paris

157DQ7 12 361, 3 février 1875, Déclaration de succession d’Adolphe de FORCADE.

158D 34 Z, Notice par M. Dereix, juge de paix du XIIe arrondissement ancien (1811-1834), puis du Ier arrondissement ancien (1834-1846) sur Jean FORCADE de [sic] LA ROQUETTE.

Bibliographie

COUGNY, III 25-26.

ROMAN d’AMAT, XIV 422-423.

ANCEAU Éric, Les députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite au xixe siècle, Paris, Honoré Champion, 2000, 1018 p.

DRAGO Roland, IMBERT Jean, MONNIER François, TULARD Jean, Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État, 1799-2000, Paris, Fayard, 2004, p. 230-231 et 289.

FROND Victor (éd.), Panthéon des illustrations françaises au xixe siècle, Paris, 1869, t. VIII.

LAROUSSE Pierre, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, 1re éd. : Paris, Librairie classique Larousse et Boyre, 1867, reprod. fac-sim., Genève-Paris, Slatkine, 1982, t. VIII, p. 587.

TULARD Jean (dir.), Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995, p. 531.

VALYNSEELE Joseph, Dictionnaire des maréchaux de France : du Moyen Âge à nos jours, Paris, Perrin, 2000, p. 386-387.

VALYNSEELE Joseph, Les maréchaux de Napoléon III : leur famille et leur descendance, Paris, 8 rue Cannebière, 1980, p. 193-221.

VAPEREAU Louis-Gustave, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables en France et des pays étrangers, 1re éd. : Paris, Hachette, 1858, 2 vol. ; 3e éd. : 1865, 1 vol., p. 672.

Association amicale des anciens élèves du lycée Henri IV et du lycée Napoléon, Bulletin, 1856-1874 (BN 8-JO-379).

Association d’entraide de la noblesse française, Recueil des personnes ayant fait leurs preuves de noblesse devant les assemblées générales de l’Association d’entraide de la noblesse française du 1er janvier 1954 au 30 juin 1959, Paris, ANF, 1959, t. IV, p. 69.

BORDAS Jean, Les directeurs généraux des douanes : l’administration et la politique douanière 1801-1939, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, VI-742 p.

BOURROUSSE de LAFFORE Pierre Jules de et O’GILVY Gabriel, Nobiliaire de Guyenne et de Gascogne, Paris, Dumoulin-H. Champion, 1860, t. III, p. 169 185.

CLINQUART Jean, L’administration des douanes en France de la Révolution de 1848 à la Commune, Paris, Association pour l’histoire de l’administration des douanes, 1983, 675 p.

CRÉPEY A. (dir.), La Cour des comptes, Paris, CNRS, 1984, p. 1028.

FÉRET Édouard, Statistique générale… du département de la Gironde, Bordeaux, Feret et fils, 1889, t. III, p. 254-255.

LEROY de SAINT-ARNAUD Arnaud-Jacques de, Lettres du maréchal de Saint-Arnaud 1832-1854, Paris, Michel-Lévy frères, 3e éd. : 1864, t. II.

PINARD Ernest, Mon Journal, Paris, Dentu, 1892, t. I, p. 160-161.

QUATRELLES L’ÉPINE Ernest, Le maréchal de Saint-Arnaud d’après sa correspondance, Paris, 1928-1929, 2 vol.

ROCHEFORT Henri, Les aventures de ma vie, Paris, P. Dupont, 16e éd., 1896-1898, t. II, p. 120.

Table des illustrations

Légende © Photographie, BN, 56 C 1417.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 377k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search