Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (III)

 | 
Guy Antonetti
, 
Fabien Cardoni
, 
Matthieu de Oliveira

Casabianca (François-Xavier-Joseph de)

Texte intégral

1Né à Nice (Alpes-Maritimes) le 27 juin 1796
Décédé à Paris (VIIIe arrondissement) le 25 mai 1881
Fils de François-Louis-Camille-Giocante (Joyeux) de CASABIANCA (1776-1837) et de Maria-Ilaria de CASABIANCA (1773-1835)

2Ministre de l’Agriculture et du Commerce du 26 octobre 1851 au 22 novembre 1851
Ministre des Finances du 23 novembre 1851 au 2 décembre 1851
Ministre d’État du 22 janvier 1852 au 28 juillet 1852

© BN, Lithographie de N2D 105 405.

I. LA FAMILLE

3Selon les chroniqueurs de la Corse, la famille des Capannulesi ayant été massacrée par les seigneurs feudataires de San Colombano, en 1219, un enfant rescapé nommé Santucolo aurait créé plus tard le village de Casabianca, y aurait érigé une tour fortifiée et aurait été l’ancêtre la famille des caporaux de Casabianca. Elle paraît en effet tirer sa noblesse du caporalat. On appelait caporali, en Corse, des magistrats élus par le peuple pour défendre ses intérêts. Au xve siècle, la République de Gênes, désirant se concilier les caporali, leur accorda certains privilèges transmissibles. La famille fut divisée en 1530 par une lutte retentissante entre deux frères dont l’un avait les cheveux roux, l’autre noirs. Ses descendants, les CASABIANCA de Venzolasca (appelés les « noirs »), restèrent fidèles au nationalisme insulaire tandis que les CASABIANCA de Vescovato (les « rouges ») semblent avoir accordé leur soutien à différents partis au cours des siècles. Les deux branches principales des CASABIANCA furent reconnues d’ancienne noblesse et ont été maintenues par arrêts du conseil souverain de Corse les 4 et 14 juin 1771 et 27 avril 1772, sur preuves remontant au commencement du xvie siècle. Malgré cette rivalité séculaire, il existait plusieurs alliances entre les deux branches et Xavier de CASABIANCA, sujet de cette notice, est le fruit d’une d’entre elles. Ce dernier hérita du titre de comte de son grand-père qui l’avait reçu par lettres patentes du 5 octobre 1808 de Napoléon Ier. Xavier de CASABIANCA vit son titre de comte confirmé par un décret impérial du 5 novembre 1859. Le président de la République, Louis-Napoléon Bonaparte, l’avait préalablement autorisé à le porter par une lettre du 22 mai 1852. Durant les premier et second empires, les CASABIANCA ont toujours soutenu la famille impériale. Une parenté éloignée a pu les unir, mais c’est surtout en raison de leur grand ascendant familial et électoral qu’ils eurent non seulement la faveur des Bonaparte, mais également de celle des Bourbons.

FAMILLE PATERNELLE

4LES CASABIANCA « noirs » (les « Neri ») à Venzolasca (Haute-Corse).

51. [trisaïeul] François-Saverio (Xavier) CASABIANCA, capitaine vers 1720, qui eut pour fils :

  1. François-Louis, décédé en 1760, a eu une fille.

  2. Pierre, qui suit (2).

  3. Antoine-Paul, baptisé le 1er novembre 1711, reconnu noble par un arrêt du conseil supérieur de Corse du 27 avril 1772, sans postérité.

62. [bisaïeul] Pierre de CASABIANCA, de Venzolasca, baptisé le 23 juin 1709, reconnu noble par un arrêt du conseil souverain de Corse du 27 avril 1772, décédé à Venzolasca en 1779. Il épousa Marie-Marsilia et eut trois fils :

7A. [grand-oncle] François-Marie, né en 1739, qui eut pour fils :

8a. Pierre-Joseph-Vincent, né en novembre 1784, qui avait épousé à Bastia le 9 mars 1815 Marie-Louise SANTELLI qui mourut jeune, puis Adélaïde CIPRIANI.

9Du premier mariage naquit :

10- François-Marie-Jean, né à Bastia le 14 mai 1816, décédé le 16 avril 1896. Avocat, puis juge au tribunal civil de Bastia le 13 mai 1854, il fut recommandé tout spécialement par Charles ABBATUCCI, conseiller d’État, le 23 mai 1858, et par le prince Jérôme Napoléon le 29 juillet 1859. Il fut rapidement nommé conseiller à Bastia le 31 août 1860. Il s’abstenait de faire de la politique et prit sa retraite le 15 septembre 1893. Chevalier de la Légion d’honneur le 15 juillet 1878, il avait épousé à Bastia le 5 novembre 1850, Marie-Thérèse-Joséphine GREGORJ, fille d’un banquier corse, qui lui donna deux enfants :

  • Pierre, né le 14 juin 1859, décédé le 25 février 1944, conseiller à la Cour de cassation, marié à Marie NADAL. D’où postérité.

  • Louise, qui épousa Gaston d’ANGELIS (dernier fils de François-Hippolyte d’ANGELIS, né en 1802, décédé en 1870, commissaire de la marine à Saint-Florent (Haute-Corse) en 1823, royaliste, rallié à Napoléon III pendant le Second Empire et maire de Bastia). De ce mariage naquit :

  • François-Hippolyte d’ANGELIS, qui épousa Angeline COLONNA de LECA, fille de Marc-Antoine COLONNA de LECA et de Louise de CASABIANCA. De ce mariage naquit :

  • Gaston d’ANGELIS, né le 28 janvier 1924, décédé le 30 octobre 1996.

11Du second mariage naquirent :

  • Étienne né le 26 mars 1823 à Bastia, militaire tué à Noisseville le 1er septembre 1870.

  • Antoine-Paul, né le 21 juillet 1824, décédé le 7 octobre 1892, sous-préfet, célibataire.

  • -Saveria (Xavière), née le 4 juillet 1825 à Venzolasca, décédée le 2 avril 1908, célibataire.

  • -Luce, né le 6 novembre 1827 à Venzolasca, décédé le 18 novembre 1892, maire de Venzolasca, célibataire.

  • Mariquita, qui épousa le marquis de CARREGA, sans postérité.

  • Sophie, qui épousa en 1855 LEPIDI de Tallano, d’où postérité.

12B. [grand-oncle et beau-père] François-Joseph-Marie, né à Venzolasca en juin 1742 [voir plus bas le mariage du ministre].

13C. [grand-père] François-Xavier qui suit (3).

143. [aïeul] François-Xavier de CASABIANCA, né à Venzolasca le 4 janvier 1743, capitaine de grenadiers au régiment Provincial-Corse, puis d’un régiment de volontaires corses levé par Napoléon Ier, lieutenant-colonel de la 28e division de gendarmerie (Corse), le 17 juillet 1793, décédé en 1794. Il épousa Maria-Jeronima LUCCIONI. Ils eurent une fille et deux fils qui suivent.

  1. [tante] Maria-Santa, qui épousa un de CASELLA, décédée sans postérité.

  2. [père] François-Louis-Camille-Giocante (Joyeux) de CASABIANCA qui suit (4).

  3. [oncle] Pierre-Paul-Rinuccio de CASABIANCA, né à Venzolasca le 5 mai 1786, décédé à Venzolasca le 21 décembre 1826. Il entra au service, comme lieutenant, le 24 septembre 1803. Passé au service du roi de Naples Joseph Bonaparte de 1806 à 1811 ; il était capitaine des grenadiers du régiment provincial corse le 7 novembre 1806. Prisonnier de guerre le 18 septembre 1810 au cours de l’expédition de Sicile, il rentra le 10 mars 1811 en Corse à la faveur d’un échange, puis reprit son service dans l’armée française et fut promu chef de bataillon du 7e régiment de ligne le 4 mai 1811. Il fit la campagne de Moscou et rentra en France le 4 mai 1814. Pendant les Cent Jours, il se rangea du côté de l’Empereur et participa au camp de Bivinco qu’il commanda. Il fut placé par le duc de Padoue au 2e bataillon corse. Mis en demi-solde, il mourut à Venzolasca le 21 décembre 1826. Chevalier de la Légion d’honneur le 2 juin 1815, il avait épousé Anne-Caroline dite « Nina » de POLI, petite-fille du comte Raphaël par sa mère, Rose de CASABIANCA [voir ci-dessous]. De ce mariage naquirent :

    1. [cousin] François-Xavier (« Xavier le jeune ») de CASABIANCA, né en 1818, décédé à Bastia le 27 février 1906, magistrat, premier président à la cour d’appel de Bastia, qui épousa Marie-Louise-Caroline BOISSONNIN, décédée à Bastia le 22 février 1906 à 87 ans. De ce mariage naquirent onze enfants dont :

      • (fils aîné) Pierre-Paul-Philippe, né en 1839, décédé à Bastia le 8 mars 1916, avocat, sénateur de la Corse de 1885 à 1903, célibataire.

      • Louis, engagé dans la télégraphie militaire pendant la guerre de 1870, il s’était évadé de Metz. Il décéda à Bastia le 14 octobre 1915 dans sa 75e année.

      • Luce, né en 1848, député de la Corse de 1893 à 1898, décédé sans postérité en 1920 à Nice.

      • Pierre-François, né en 1849, président du conseil général de Corse, décédé sans postérité en 1945.

      • Louise qui épousa Marc-Antoine COLONNA de LECA et dont la fille, Angeline, épousa François d’ANGELIS [voir ci-dessus].

    2. [cousine] Marie-Jéromine de CASABIANCA, qui épousa TOMASI, d’où postérité.

154. [père] François-Louis-Camille-Giocante (Joyeux) de CASABIANCA, né à Venzolasca le 17 avril 1776, décédé à Bastia le 20 mai 1837. Resté fidèle à la France lors de la conquête de la Corse par les Anglais en 1793, il devint lieutenant au 15e bataillon d’infanterie légère le 15 avril 1793 et, le mois suivant, aide de camp de son oncle, le général François-Joseph-Marie de CASABIANCA [voir ci-dessous]. Il servit à l’armée d’Italie et, le 15 Messidor an III (3 juillet 1795), il fut nommé aide de camp du général Raphaël de CASABIANCA, son beau-père. Il participa à la reprise de la ville de Bastia (le 19 octobre) et d’Ajaccio (le 22). Il servit, après la reconquête de l’île par les troupes françaises, auprès de ce général et du général GENTILI. Capitaine le 5 octobre 1796, il devint aide de camp du général MORAND (12 janvier 1802) quand celui-ci était gouverneur de la Corse, mais il s’opposa à certaines mesures trop sévères prises par MORAND en Corse. Celui-ci exigea son départ. Il fut alors nommé chef d’escadron de la légion de gendarmerie du Gard le 29 avril 1802. Le 17 mai 1807, il était nommé aide de camp du général LEFEBVRE-DESNOUETTES, grand écuyer du roi Jérôme de Westphalie, puis servit en Catalogne à partir de 1808 jusqu’à la chute de l’Empire. Chef d’escadron à la compagnie de gendarmerie de Catalogne le 14 mars 1811, colonel de la 6e légion de gendarmerie le 21 février 1813, il fut mis en non-activité à sa demande à la Restauration (1er mars 1814) et se retira en Corse. Au moment des Cent Jours, il parut le 28 mars devant Bastia avec un parti nombreux en faveur de l’Empereur. Admis à la retraite le 16 juillet 1823, il fut nommé maréchal de camp à titre honoraire le 20 août 1823 et, déjà chevalier de la Légion d’honneur, il fut fait chevalier de l’ordre de Saint-Louis. Il s’était retiré à Bastia où il mourut en 1837.

16Il avait épousé le 9 septembre 1795 à Nice sa cousine Maria-Ilaria de CASABIANCA, fille de Raphaël, général comte d’Empire et pair de France [voir ci-dessous].

FAMILLE MATERNELLE

17LES CASABIANCA « rouges » (les « Rossi ») à Casabianca et à Vescovato (Corse).

181. [trisaïeul] François CASABIANCA, baptisé le 22 mars 1661, a fait partie des « nobles Douze » de Corse en 1690. Il mourut en 1726. Il eut pour fils, de deux épouses différentes :

  1. Quilico CASABIANCA, fils de François et de Corsia, baptisé le 1er novembre 1686, « noble Douze » de Corse en 1726, qui mourut avant 1771. Il avait épousé Thérèse GUIDICELLI. De ce mariage naquirent quatre fils :

    1. Giocante (Joyeux) CASABIANCA, baptisé à Casabianca le 6 janvier 1711, vivant encore en 1771. Il fut reconnu noble, de noblesse prouvée au-delà de deux cents ans, ainsi que ses frères, par un arrêt du conseil souverain de Corse du 4 juin 1771.

    2. François-Marie CASABIANCA, baptisé à Casabianca le 15 août 1713, décédé en 1761 (ou 1781).

    3. Jean-Quilico CASABIANCA, baptisé à Casabianca le 4 août 1718, décédé à Vescovato en 1793. Ce proche de PAOLI servit le baron de NEUHOF et devint maréchal de camp. Il avait épousé Françoise-Marie COLONNA-CECCALDI, de Vescovato, fille d’André COLONNA-CECCALDI et de Julie de GAFFORI (fille du général de GAFFORI et de Faustine MATRA). De ce mariage naquirent un fils et une fille :

      • Luce-Quilico de CASABIANCA, né le 7 février 1762, tué à Aboukir (Égypte) le 1er août 1798. D’après un acte signé de Joseph CASABIANCA, curé de la paroisse Saint-Martin de Vescovato, Luce de CASABIANCA fut baptisé par lui le 13 janvier 1763. En danger de mort à sa naissance, Luce avait été alors ondoyé, et le « complément de cérémonie » fut reporté : il eut lieu en même temps que le baptême de sa sœur cadette [voir ci-dessous]. Le parrain de Luce fut Pascal PAOLI, et sa marraine Denise-Joséphine BARBAGGI, avec procuration à sœur Thérèse CASABIANCA. Élevé aucollège de Juilly, Luce entra à l’École militaire d’Effiat en juin 1775 et en sortit en juin 1778. Promu aspirant le 14 juillet 1778, garde du Pavillon le 1er février 1779, enseigne de vaisseau, à Toulon, le 17 novembre 1781, il s’embarqua successivement sur La Gracieuse, Le Terrible, Le Zélé, Le Swift et La Brune de 1779 à 1784. Parvenu lieutenant de vaisseau le 1er mai 1786, il avait déjà livré de nombreux combats notamment contre les Anglais lors dela guerre d’indépendance des États-Unis. Il fut promu capitaine de vaisseau le 1er janvier 1792. Le 18 septembre 1792, il fut élu par les électeurs de Corse à la Convention, le troisième sur six avec 216 voix (398 votants). Il siégea sur les bancs de la Montagne, ainsi que ses compatriotes MOLTEDO et SALICETI, tous trois du parti patriote français, et fit partie du Comité de la marine. Dans le procès du roi, il vota contre l’appel au peuple, pour la détention et pour le sursis. Comme il n’avait pas voté la mort du roi, il fut exclu de la société des jacobins dans la séance du 22 Frimaire an II-12 décembre 1793. Il fut absent lors de l’appel nominal pour la mise en accusation de MARAT. Le 23 Vendémiaire an IV-15 octobre 1795, il entra au Conseil des Cinq-Cents, comme ancien conventionnel. Il y parla le 28 Nivôse an IV-18 janvier 1796 sur l’organisation de la marine, expliquant que « la chose maritime ne peut être bien pensée et dirigée vers son vrai but que par des hommes de mer qui y appliquent le résultat de leur habituelle méditation ». Son mandat achevé (1er Prairial an VI-20 mai 1798), il reprit du service et fit partie del’expédition d’Égypte, comme capitaine du vaisseau L’Orient et fut tué puis englouti avec son bâtiment lors de la bataille d’Aboukir le 1er août 1798. Son fils, Giocante, âgé de 10 ans (né le 24 août 1787) périt avec lui. Luce de CASABIANCA s’était marié le 13 février 1784 avec Felice RAFFALLI et avait divorcé en 1793. Il avait également eu une fille, Faustine, née en 1785, qui fut élevée au couvent de Mantellate, près de Florence, pensionnée par la marine nationale.

      • Marie-Catherine Dévote de CASABIANCA, née le 7 janvier 1763. Son parrain fut le marquis de CURSAY, ancien gouverneur de la Corse qu’il avait quitté en 1751 mais où il avait gardé des relations avec diverses notabilités dont Jean-Quilico CASABIANCA. Sa marraine fut Anne-Catherine FILIPPI.

    4. Antoine-Quilico CASABIANCA, baptisé à Casabianca le 1er août 1723, encore vivant en 1771.

  2. Pierre-François CASABIANCA, fils de François et de Françoise, qui suit (2).

192. [bisaïeul] Pierre-François CASABIANCA, baptisé le 5 août 1689 (ou en 1691), marié à Rose SAVINI. Un arrêt du conseil souverain de Corse du 14 juin 1771, qui visait l’arrêt rendu le 4 juin de la même année en faveur des quatre frères (Giocante, François-Marie, Jean-Quilico et Antoine-Quilico, fils de feu Quilico), reconnut nobles ses deux fils :

  1. Dom Joseph, baptisé le 16 mai 1730, prêtre.

  2. Raphaël, né en 1737, qui suit (3).

203. [aïeul] Raphaël comte de CASABIANCA, né à Vescovato le 27 novembre 1738, décédé à Bastia le 28 novembre 1825. Le grand-père maternel du ministre des Finances connut une belle carrière militaire. Capitaine au régiment de Buttafoco-infanterie le 1er janvier 1770, devenu ensuite le régiment Provincial-Corse, il vint à Paris mais fut renvoyé en Corse comme capitaine de grenadiers dans ce régiment le 23 août 1772. Il reçut le brevet de major le 25 août 1773 et passa capitaine aux grenadiers royaux le 25 juillet 1777. Promu lieutenant-colonel du régiment Provencial-Corse le 19 septembre 1779, il fut élu député suppléant de la Corse à la Constituante et se rendit à Paris en 1791 avec trois autres élus pour remercier cette Assemblée d’avoir déclaré en 1789 que la Corse faisait partie intégrante de la France. Colonel du 49e régiment d’infanterie le 25 juillet 1791, il servit à l’armée du Nord en 1792 et se signala pendant le siège et la retraite de Mons (30 avril 1792). Maréchal de camp le 30 mai 1792, commandant l’avant-garde de l’armée des Alpes, division du lieutenant-général d’ORNAC, en septembre 1792, il fut vainqueur d’un combat au Petit Saint-Bernard. Envoyé en Corse, PAOLI, qui avait les pleins pouvoirs et qui ne s’était pas encore allié aux Anglais, lui donna le commandement en second d’Ajaccio, à la tête de la 23e division militaire (1er décembre 1792), puis le désigna en janvier 1793 pour commander la malheureuse expédition contre Cagliari en Sardaigne menée par l’amiral TRUGUET. Il débarqua en Sardaigne le 14 février 1793 mais fut forcé de se rembarquer le 20, en raison de l’insubordination d’un corps de Marseillais, et revint à Golfe-Juan. Il ne fut pas compris dans l’organisation des états-majors du 15 mai 1793 mais fut réintégré dans ses fonctions de commandant en second de la Corse à Ajaccio par le représentant du peuple LACOMBE SAINT-MICHEL le 24 juillet 1793. Général de division le 19 mars 1794, commandant la place de Calvi le 23 mars suivant, il fut assiégé par les paolistes dès le 9 juin, puis par les Anglais débarqués le 19 juin. Il capitula le 10 août 1794, la ville étant à moitié détruite, mais put regagner Toulon avec les hommes de la garnison qui survécurent. Nommé commandant à Ormea à la place de GENTILLI, le 4 décembre 1794, puis commandant la 2e division de la Côte à Nice le 29 avril 1795 (ou 1796), il fut appelé à Livourne pour l’expédition de Corse (août 1796) destinée à replacer l’île sous administration française. Commandant le département du Liamone en octobre 1796, réformé le 7 décembre 1796 mais maintenu en activité comme commandant de la Ligurie, il fut nommé commandant de Coni à la place de GAULTIER, le 20 janvier 1797, puis de Ceva et Mondovi le 8 mai. Mis à la disposition du général en chef de l’armée d’Italie le 9 août 1798, il fut admis au traitement de réforme le 5 février 1799 mais bientôt remis en activité à l’armée d’Angleterre le 26 août 1799, et en tant que commandant les Côtes du Nord le 20 octobre 1799. Le Directoire l’envoya ensuite réprimer des mouvements séditieux à Rennes. Membre de la Légion d’honneur du 9 Vendémiaire an XII-2 octobre 1803, promu grand-officier dès le 25 Prairial suivant (13 juin 1804), il est nommé sénateur par Napoléon Ier le 4 Nivôse an VIII-26 décembre 1799, pourvu de la sénatorerie d’Ajaccio le 22 mars 1804, créé comte de l’Empire le 5 octobre [on trouve aussi la date du 26 avril] 1808, pair de France le 4 juin 1814, et fut fait chevalier de Saint-Louis (21 décembre 1814) par Louis XVIII. Conservé pair pendant les Cent Jours, il fut exclu de la Chambre haute par l’ordonnance du 24 juillet 1815. Un rapport depolice à FOUCHÉ du 11 août 1815 laisse entendre que CASABIANCA a eu pour projet, avec quelques compatriotes, l’indépendance de la Corse, peut-être pour la faire échapper à la Restauration des Bourbons. D’après le rapport, le général de CASABIANCA devait en conséquence être surveillé et empêché de se rendre en Corse. Il obtint la confirmation de son titre de comte par lettres patentes du 24 mars 1817. Admis à la retraite le 1er septembre 1817, il fut réintégré à la Chambre des pairs par l’ordonnance royale du 21 novembre 1819. Il mourut à Bastia le 28 novembre 1825 et fut inhumé dans la chapelle du prieuré familial de Bastia qu’il avait fait construire en 1839.

21Il s’était marié en avril 1767 avec Marie-Ursule BIGUGLIA, née en 1750 à Biguglia, décédée à Bastia le 4 mars 1826 qui lui a donné huit enfants :

22A. [tante] Françoise, née à Vescovatto en 1765, décédée le 11 juin 1844, mariée au comte Pierre de BUTTAFOCO né à Vescovato en 1753, décédé le 21 avril 1803. De ce mariage naquirent trois filles et deux garçons dont :

    • [cousin] Sébastien de BUTTAFOCO, né vers 1791, admis au Prytanée de Saint-Cyr par un arrêté du Premier consul du 27 Frimaire an XI-18 décembre 1802, contrôleur des contributions directes, conseiller de son cousin, Xavier de CASABIANCA, alors ministre d’État.

23B. [mère] Maria-Ilaria de CASABIANCA, née à Vescovato le 6 juillet 1773, qui suit (4).

24C. [tante] Marie-Anne, née le 17 juillet 1777 à Vescovato, décédée le 14 février 1830 à Bastia, mariée le 15 juillet 1797 à Vescovato avec Philippe-Jean de SUZZONI, né le 30 décembre 1769 à Cervione, décédé le 31 janvier 1843 à Bastia, chevalier de la Légion d’honneur grâce à l’intervention de son cousin alorsministre d’État, conseiller à la cour de Bastia, ancien président de chambre à la cour d’appel de Bastia. Ils eurent cinq enfants dont :

25a. [cousin] Jean de SUZZONI, né le 17 août 1800 à Cervione, décédé le 13 mars 1890 à Bastia, chevalier de la Légion d’honneur, ancien président du tribunal de Bastia. Il avait épousé le 21 février 1835 à Bastia Angeline COLONNA d’ISTRIA, née le 11 septembre 1817 à Bastia, décédée le 31 janvier 1893 à Bastia, fille du comte COLONNA d’ISTRIA, premier président à la cour d’appel de Bastia, untemps au cabinet de Xavier de CASABIANCA quand il était ministre d’État.

26Leur fils, Philippe de SUZZONI, né le 24 février 1838 à Bastia, décédé le 23 mars 1922 à Bastia, fut directeur honoraire de la Banque de France de Bastia, président de la chambre de commerce de cette ville entre 1911 et 1916.

27b. [cousin] Raphaël de SUZZONI, né le 4 octobre 1818 à Cervione (Corse), polytechnicien, élève de l’école d’artillerie de Metz, il en sortit comme lieutenant et fut envoyé sur sa demande en Algérie. Commandant d’un régiment de tirailleurs indigènes, puis colonel d’un régiment de turcos, il fut tué à la bataille de Reichshoffen en 1870.

28D. [tante] Rose, mariée à Philippe-Louis de POLI. De ce mariage naquit :

    • [cousine germaine] Anne-Caroline dite « Nina » de POLI, née le 11 août 1800, qui épousa son oncle par alliance Pierre-Paul-Rinuccio de CASABIANCA [voir ci-dessus].

29E. [tante] Marie, née en 1783, décédée en 1870, mariée à Dominique-Charles comte de RIVAROLA-BARBAGGI né le 4 octobre 1771, décédé à Bastia le 21 décembre 1844, député de la Corse de 1824 à 1830 et conservateur des Eaux et Forêts, chevalier de Saint-Louis et de la Légion d’honneur. D’où une nombreuse descendance.

30F. [tante] Félicité, née à Vescovato le 11 novembre 1786, décédée à Bastia le 6 décembre 1858, mariée (avant 1811) à Henri RIGO, procureur impérial en 1812 près le tribunal d’Ajaccio puis celui de Bastia. De ce mariage naquirent notamment :

31a. [cousine] Lucie RIGO, née le 15 novembre 1815, décédée le 9 janvier 1893 qui épousa M. FURIANI.

32b. [cousin] le chanoine RIGO, né à Bastia le 30 décembre 1809, décédé à Bastia le 8 mars 1887, prieur de la chapelle de saint Raphaël et sainte Ursule, curé de la paroisse de saint Jean-Baptiste en Corse.

33G. [tante] Marie-Thérèse, née à Vescovato le 21 septembre 1789, décédée à Bastia le 15 avril 1848. Elle avait épousé en 1808 Philippe-Louis-Mathieu BIADELLI, né le 26 avril 1783, décédé à Bastia le 1er avril 1847, fils de M. BIADELLI (président du tribunal civil de Bastia et père du duc de Padoue) et d’Antoinette GUASCO (décédée en 1846). Louis BIADELLI prit part au rétablissement de l’Empire en mars 1815, rejoignit le camp de Bivinco et commanda lagarde nationale de Bastia aux Cent Jours. À la seconde Restauration, il fut emprisonné au fort de Malgue. Avocat libéral, il devint magistrat sous la monarchie de Juillet, fut nommé juge d’instruction à Toulon en 1836, puis conseiller à la cour d’appel de Bastia en 1842. Il fut nommé chevalier de la Légion d’honneur. De ce mariage naquirent trois fils et quatre filles :

    1. [cousine] Antonia, née en 1812, décédée en 1898.

    2. [cousine] Marie-Élisabeth BIADELLI, née en 1809, décédée le 9 avril 1885, qui avait épousé César PIERANGELI, décédé le 30 novembre 1880, juge au tribunal civil de Bastia.

    3. [cousin et gendre] Antoine-Philippe-Pierre-François-Xavier BIADELLI, né le 22 mars 1821, décédé à Paris le 9 janvier 1873. Officier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre des saints Maurice et Lazare, attaché auprès du prince MURAT quand celui-ci était ministre plénipotentiaire auprès du roi du Piémont,commandant en second du Palais de l’Élysée en 1850, officier d’ordonnance du prince Jérôme en 1856, il servit dans la garde impériale en 1869 en tant que lieutenant-colonel du 2e régiment de voltigeurs, prisonnier avec l’armée de Metz en 1870. Colonel commandant le 38e régiment d’infanterie en 1871, il combattit les insurgés de la Commune à Issy où il participa à la prise du fort. Il participa également à la bataille dans Paris pendant la Semaine sanglante durant laquelle il fut blessé. Il décéda des suites de ses blessures quelques mois plus tard. Il avait épousé le 4 juillet 1848 Marie-Henriette de CASABIANCA, fille de Xavier de CASABIANCA [voir ci-dessous].

    4. [cousin] Vincent-Raphaël BIADELLI, né le 19 juin 1829, tué à la bataille de Frœschwiller, 6 août 1870. Engagé volontaire au 6e régiment d’infanterie de ligne le 30 décembre 1837, capitaine au 5e régiment d’infanterie, le 12 août 1864, capitaine adjudant-major au 56e régiment d’infanterie de ligne. Il avait épousé Marie-Grace POZZO di BORGO, née à Ajaccio le 22 mars 1844, fille de Jean-André POZZO di BORGO, directeur des postes de la Corse et de Marguerite MAESTRONI. Ils eurent une fille, Marguerite, née vers 1867.

    5. [cousin] Philippe, célibataire.

    6. [cousine] Joséphine qui épousa François LOTA. Ils eurent une fille.

    7. [cousine] Angélique qui épousa Dominique LOTA. Ils eurent trois filles.

    8. [oncle] Pierre-François-Vincent-Antoine de CASABIANCA, né à Vescovato le 30 avril 1784. Entré à l’École polytechnique le 23 septembre 1801,il fut peut-être aide de camp de MASSÉNA. Colonel du 11e régiment d’infanterie légère, il fut blessé mortellement à Polotsk le 11 août 1812 pendant la campagne de Russie et décéda le 14 août suivant sans postérité. Avec la mort du fils unique du comte de CASABIANCA, s’éteignit la succession par les mâles des CASABIANCA rouges.

344. [mère] Maria-Ilaria de CASABIANCA, née à Vescovato le 6 juillet 1773, décédée à Bastia le 24 novembre 1835, mariée le 9 septembre 1795 avec FrançoisLouis-Camille-Giocante de CASABIANCA, son cousin [voir ci-dessus]. De ce mariage naquirent deux enfants :

  1. [sujet de cette notice] François-Xavier de CASABIANCA, né en 1796 à Nice où sa famille s’était réfugiée pendant l’occupation de la Corse par les Anglais.

  2. [sœur] Caroline, née en 1804, décédée à Ciotti le 16 novembre 1866, mariée à Louis-César CERVONI, baron de l’Empire, décédé pendant la campagne d’Autriche. Ils eurent cinq enfants :

    1. [neveu] Ernest, sous-préfet, qui épousa Marie MAGGI, devenue ensuite Mme BENEDETTI, décédé sans postérité.

    2. [nièce] Marie-Adélaïde, qui épousa en premières noces M. ARNAUD, puis en secondes noces le colonel MAUPOINT de VENDEUIL (1809-1870), fils du général d’Empire MAUPOINT et d’Irène CERVONI, fille du général CERVONI, décédée sans postérité.

    3. [nièce] Joséphine, née en 1868, décédée en 1880, sans postérité.

    4. [neveu] Auguste, décédé à 70 ans, sans postérité.

    5. [neveu] Antoine, commandant de marine, qui épousa Henriette de FRANCESCHI, d’où postérité.

35Dans ses mémoires, le comte de CASABIANCA évoque également un autre cousin, Napoléon LEVIE-RAMOLINO, officier qui s’était échappé de Metz durant le siège de 1870. Il avait repris du service dans l’armée de l’Est avec le grade de capitaine, mais, fait prisonnier à Dijon, il fut reconnu par son uniforme comme l’un des officiers de l’armée de Metz et fut fusillé pour ne pas avoir respecté le serment, qu’il n’aurait pas prêté, de se laisser conduire en Allemagne comme prisonnier. Son épouse était originaire de Salon-de-Provence.

MARIAGE

36Xavier de CASABIANCA épousa (à Aléria ? à Vescovato ?) le 11 décembre 1822 sa cousine Marie-Anne-Laure de CASABIANCA, fille du frère de François-Xavier, grand-père du futur ministre. Cette dernière était née à Mantoue le 24 mai 1804 quand son père était le gouverneur militaire de cette cité. Elle décéda à Paris le 6 décembre 1880. Elle était la :

37Fille de François-Joseph-Marie de CASABIANCA vicomte d’ALÉRIA, né à Venzolasca le 1er juin 1742 et de Marie-Anne BERNAVON. François-Joseph-Marie entra au 2e régiment Royal-Corse le 29 avril 1761 et fut promu lieutenant le 18 avril 1763. Il servit comme volontaire à l’état-major de l’armée française en Corse en 1768. Il participa au combat de Borgo, au passage du pont du Golo contre PAOLI, et fut blessé à la prise de la montagne Sant’Angelo. Capitaine de dragons dans la légion corse, 1er septembre 1769, lieutenant-colonel le 9 novembre 1772, il était passé à la légion du Dauphiné le 26 avril 1775 mais dut se retirer du service le 4 juillet 1775. En récompense de ses services, il obtint du roi Louis XVI l’érection de sa seigneurie d’ALÉRIA en vicomté de CASABIANCA le 28 septembre 1776. Entretenu lieutenant-colonel dans la garnison de Bastia à partir du 25 février 1778, aide-major général des logis surnuméraire au corps de l’état-major de l’armée en Corse le 1er juillet 1788, il fut réformé le 20 mai 1791, puis reprit du service en tant que lieutenant-colonel du 22e régiment de cavalerie, le 27 mai 1792, à l’armée du Midi, puis d’Italie en 1792-1793. Le 1er février 1793, il fut promu maréchal de camp. Il servit à l’aile gauche pendant la bataille victorieuse de Belgodère le 10 mai 1793. Fait prisonnier par les Barbets à Saint-Colomban le 11 mai 1793, emmené au camp piémontais puis à la citadelle d’Alexandrie, il futnommé pendant sa détention général de division le 15 mai 1793. Échangé le 20 juin 1794, il réunit peu après à Lyon divers corps de cavalerie puis fut chargé de l’inspection de la cavalerie de l’armée d’Italie stationnée dans la vallée du Rhône (1er novembre 1794). Commandant la cavalerie de l’armée d’Italie le 27 février 1795, non compris dans l’organisation des états-majors du 13 juin 1795, commandant temporaire de la batterie de La Roquette le 23 juin suivant, il fut remis en activité comme général de brigade à l’armée des Pyrénées-Orientales le 24 juillet 1795. Employé comme général de division à l’armée des Alpes le 19 octobre 1795, il passa à l’armée d’Italie le 26 novembre 1796. Commandant le Piémont puis la 3e division de l’armée de Rome à compter du 1er novembre 1798, il fut blessé de deux coups de feu au visage à l’affaire de Porto di Fermo (28 novembre 1798). Il commanda la division d’Ancône (1er décembre), et placé sous le commandement de GROUCHY en Piémont le 24 décembre. Il s’empara de Bormio en Valteline en mars 1799. Le même mois, pourtant vainqueur à Santa-Maria di Tirano, il ne fut pas compris dans l’organisation de l’état-major généralde l’armée d’Italie par le général en chef SCHÉRER. Il fut remplacé dans son commandement, mis en disponibilité, et autorisé à se rendre à Paris pour recevoir de nouveaux ordres le 21 août 1799. Réemployé à l’armée d’Italie le 9 décembre1799, il ne prit cependant aucune part à la campagne pour cause de maladie. À nouveau mis en disponibilité le 1er août 1800, réformé le 21 mai 1801, gouverneur de la place de Mantoue le 4 octobre, il fut admis à la retraite le 3 octobre 1803. Il fut fait chevalier de Saint-Louis, le 6 novembre 1786 et nommé membre de la Légion d’honneur le 11 décembre 1803.

38Plusieurs dates et versions ont été avancées pour sa mort. Un factum conservé à la Bibliothèque nationale indique qu’il mourut, le 13 Brumaire an XIV (3 novembre 1805), dans le village de Mornas (Vaucluse), proche de son château de Liman qu’il aménageait. Il aurait été victime, selon certains, d’un de ses jardiniers mécontents qui, un soir, déchargea sur lui un pistolet. Selon Xavier de CASABIANCA, ce jardinier avoua son crime sur son lit de mort.

39François-Joseph-Marie de CASABIANCA avait épousé à Tarascon le 2 Prairial an IV (21 mai 1796) Marie-Anne BERNAVON, née à Beaucaire le 17 août 1768, décédée le 12 décembre 1822. Fille d’un marchand tanneur, veuve en premières noces de Charles PASCAL guillotiné à Marseille le 14 Germinal an II (3 avril 1734), bachelier en droit et fils d’un commerçant de Tarascon.

40De ce premier mariage naquirent Jean-Léon PASCAL et Marie-Catherine-Esprit-Vital PASCAL, mariée à Antoine-Pierre-Fiacre-François FÉLIX, recteur de l’académie de Nîmes.

41Du mariage du vicomte avec Marie-Anne BERNAVON naquirent, outre MarieAnne-Laure, un fils :

42- [beau-frère] Pierre-Jacques-Napoléon-Achille de CASABIANCA, né, peut-être à Mantoue, en juin 1802, demeurant à Avignon, puis qui se serait établi en Italie, où il se serait marié et aurait eu pour enfants :

    • [nièce] Hortense, décédée à Naples le 11 mars 1913 qui épousa le marquis CICCOLINI de GUARDAGRELLA, sans postérité.

    • [nièce] Élodie, religieuse.

    • [neveu] Octave né en 1841, disparu en Afrique en 1865, lieutenant d’infanterie.

    • [neveu] Joseph-Achille (peut-être fils illégitime) qui s’établit en Nouvelle-Calédonie.

43Du mariage de Xavier de CASABIANCA et de Laure de CASABIANCA naquirent cinq enfants :

44A. [fille] Marie-Henriette née en 1825, décédée en 1901 qui a épousé le 4 juillet 1848 Antoine-Philippe-Pierre-François-Xavier BIADELLI, cousin germain de son père [voir ci-dessus], décédée en 1873. De ce mariage naquit :

    1. [petit-fils] Louis-Napoléon-Lucien BIADELLI, né en 1852, titulaire de la médaille militaire en 1870, décédé en 1929, qui épousa Dolores de ZUBIANE et qui eut pour fils :

      • [arrière-petit-fils] Joseph-Napoléon-Raphaël BIADELLI, né en 1893, tué à Verdun en 1916, sans postérité.

      • [arrière-petit-fils] Antoine-Louis-Luce BIADELLI, né en 1895, mort à Paris en 1973, qui épousa Geneviève LOPES YAGUE, sans postérité.

    1. [petite-fille] Thérèse BIADELLI, née en 1854, décédée en 1924.

45B. [fils] Joseph-Marie-Raphaël comte de CASABIANCA, né à Bastia le 22 mars 1830, décédé à Paris (XVIe arrondissement) le 11 mai 1919. Il poursuivit des études de droit à Paris, où il fut reçu avocat en 1851. Il devint alors chef de cabinet de son père au ministère de l’Agriculture et du Commerce puis au ministère des Finances. Après la constitution du ministère d’État le 22 janvier 1852, il entra comme auditeur de 1re classe au Conseil d’État le 25 janvier, attaché à la section des finances. Maître des requêtes de 2e classe le 16 février 1855, il passa à la section de l’intérieur, de l’instruction publique et des cultes. Il fut promu maître des requêtes de 1re classe le 31 décembre 1865 et, le 15 septembre 1870, il fut suspendu de ses fonctions avec tous les membres du Conseil d’État par décret du Gouvernement de la défense nationale. Il fit partie de la garde nationale de Cambrai pendant la guerre de 1870-1871. Lors des élections législatives qui suivirent la dissolution de la Chambre en 1877, profitant du désistement de son père en sa faveur, il fut élu député de l’arrondissement de Bastia le 14 octobre par 8 317 voix (13 182 votants et 20 637 inscrits). Il siégea à droite, avec l’Appel au peuple, et vota le 20 janvier 1879 contre l’ordre du jour de confiance accordée auministère DUFAURE, le 30 janvier 1879 contre l’élection de Jules GRÉVY à la présidence de la République, le 21 février 1879 contre l’amnistie, le 16 mars 1880 contre l’application des lois existantes aux congrégations et le 8 février 1881 contre le divorce. Il ne se représenta pas en 1881. Chevalier de la Légion d’honneur en 1869, il avait épousé à Cambrai, Laure MINANGOY, décédée en 1917, qui lui donna trois filles :

    1. [petite-fille] Marie, née en 1860, mariée en juin 1889 à André COURTET baron d’ARQUINVILLIERS décédé en 1936. De ce mariage naquit :

      • [arrière-petite-fille] Solange, née en 1891, décédée en 1968, qui avait épouséLouis de BÉRANGER (1888-1964). Ils eurent deux enfants : Antoinette (1923-1987) célibataire, et Ghislaine (1925-1972), qui épousa Roland COUSIN, conseiller général de l’Orne. Ces derniers ont eu quatre enfants : Bruno, Régine, Laurence et Inès.

    1. [petite-fille] Anne, née en 1861, décédée le 5 octobre 1917 sans postérité.

    2. [petite-fille] Marguerite, décédée en 1947 sans postérité.

46Avec le décès du fils du ministre s’éteignit la succession par les mâles des CASABIANCA noirs de Venzolasca. Seule la branche aînée, également de Venzolasca, issue de François-Marie, frère aîné du grand-père paternel du ministre, a toujours des descendants mâles dont les derniers sont Pierre de CASABIANCA (né en 1924) qui a eu deux fils (dont un est décédé) et une fille ; il a trois petits-fils. Mademoiselle Rose-Marie de CASABIANCA et sa sœur Madame Saveria MOREL de CASABIANCA, qui m’ont aidé dans ce travail, appartiennent à cette branche.

47C. [fille] Marie-Louise-Joséphine, mariée en février 1856 à Frédéric-Henri BAILLE de COSELBONNE, receveur des finances. De ce mariage naquirent :

    1. [petite-fille] Caroline.

    2. [petite-fille] Ilaria.

48D. [fille] Ursule, chanoinesse de l’ordre de Sainte-Anne-de-Bavière, décédée en 1915.

49E. [fille] Eugénie-Marianne-Jéromine, née à Bastia le 17 avril 1835, décédée au château de Paillet le 18 mars 1919 où elle est inhumée. Elle s’était mariée le 23 juillet 1866 avec Camille-Joseph-Alphonse-Charles FERY d’ESCLANDS, duc romain, né à Saint-Denis de La Réunion le 6 juin 1835, décédé le 30 août 1909 à Neuville-les-Dieppe (Seine-Maritime), fils de Charles FERY d’ESCLANDS et de Marie-Caroline HÉMART, née à Paris le 13 février 1811, fille de ClaudeNicolas-Louis HÉMART (1757-1834) et de Caroline-Henriette LEJEUNE qu’il avait épousée en secondes noces en 1806. Charles FERY d’ESCLANDS fils était inspecteur des finances. Auditeur à la Cour des comptes de 1862 à 1866, secrétaire particulier du procureur général de cette cour, son beau-père, il fut promuconseiller référendaire en 1867. En 1870, il organisa le corps des Éclaireurs de la Seine qui servait à des reconnaissances de nuit au milieu des lignes allemandes, qui participait au service des remparts et qui comptait dans ses rangs quelques membres de la Cour des comptes, préfets et députés, ainsi que le petit-fils du ministre de CASABIANCA, Lucien BIADELLI, qui y figurait comme sous-officier. Ce dernier reçut le 7 janvier 1871 la croix de la Légion d’honneur pour un engagement meurtrier aux environs de Saint-Denis. Au lendemain de la guerre de 1870, Charles FERY d’ESCLANDS fonda pour maintenir les liens noués avec ses camarades de combat, sous le titre de « Cercle des éclaireurs », une salle d’armes fréquentée par les membres les plus en vue de la haute société parisienne. Il devint avocat général de la Cour des comptes en 1880, assistant le procureur général, puis conseiller-maître en 1882. De son mariage naquirent :

50a. [petit-fils] Xavier, né en 1867, qui épousa Angèle de DAMPIERRE, décédé en 1912, sans postérité.

51b. [petite-fille] Louise, née en 1872, filleule du prince impérial, décédée en mars 1955, qui avait épousé Armand, baron de LANDEVOISIN, né le 18 janvier 1866, décédé le 28 juillet 1926. De ce mariage naquirent :

    • [arrière-petit-fils] Armand, baron de LANDEVOISIN, né à Daon (Mayenne) le 14 septembre 1912, qui a épousé à Maisoncelle (Mayenne), le12 novembre 1940, Élisabeth de QUATREBARBES, née le 10 février 1920. De ce mariage sont issus :

    • [arrière-arrière-petite-fille] Annick de LANDEVOISIN, née vers 1941, qui a épousé le comte Henri de MAYNARD. Ils eurent deux fils : Thibaut né en 1969, Jean-Armand né en 1970.

    • [arrière-arrière-petite-fille] Marie-France de LANDEVOISIN, née vers 1942, qui a épousé le comte Bruno de LAMBERT des GRANGES. Ils eurent un fils, Bernard, né vers 1971.

    • [arrière-arrière-petite-fille] Élisabeth de LANDEVOISIN, née en 1950, quia épousé en 1971, le comte Guy de BRÉON, décédée sans postérité en 1972.

    • [arrière-petit-fils] René de LANDEVOISIN, qui a épousé Simone de VALROGER. De ce mariage naquirent :

    • [arrière-arrière-petit-fils] Géraud de LANDEVOISIN, qui épousa Christelle de REDON. Ils eurent trois enfants : Éric né en 1954, Hubert né en 1958 et Maude née en 1971.

    • [arrière-arrière-petit-fils] Henri de LANDEVOISIN, qui épousa Mlle Sabine GANDILHON. De cette union, quatre enfants naquirent : Régis né en 1960, Bruno né en 1961, Marie née en 1964 et Virginie née en 1965.

    • [arrière-arrière-petit(e)-fils ou fille] Claude de LANDEVOISIN, qui épousa M. ou Mme RICHARD. -[arrière-arrière-petite-fille] Nicole de LANDEVOISIN, qui épousa François MATHIEU.

52c. [petit-fils] Paul-Michel-Charles, duc romain, né à Paris le 17 décembre 1875, filleul du duc d’ELCHINGEN, décédé à Paillet, le 28 mars 1969, célibataire.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation

53Élève au lycée Napoléon (Henri IV) à Paris où il obtint le premier prix de philosophie en 1812. Il fit son droit à Paris. Il obtint sa licence en décembre 1818.

La religion

54Catholique, longtemps dubitatif, il pratiquait sans conviction. Après une longue réflexion, il prit la résolution de finir sa vie en suivant avec rigueur les principes de la religion catholique.

Les domiciles et résidences

55En Corse, il résidait à Venzolasca et à Bastia. À Paris, après son élection à la députation, il louait un appartement rue de Miromesnil, puis, une fois ministre, en 1851, il logea au ministère de l’Agriculture et du Commerce, rue de Varennes, puis rue de Rivoli dans celui des Finances. En 1852, il résida quelque temps au Palaisdes Tuileries, pavillon de Marsan, en tant que ministère d’État. En août 1852, il déménagea dans une maison gothique, prêtée par le prince MURAT, avenue de Saint-Cloud proche de l’Arc de triomphe. Puis, à partir d’une date inconnue, il s’établit au N° 17 de la rue de Marignan (VIIIe arrondissement) où il décéda. De septembre 1870 à février 1871, durant le siège de Paris, il vécut à Londres près d’Hyde Park, puis à Versailles pendant la Commune.

Le portrait

56Outre celui que l’on trouve à la Bibliothèque nationale, on en connaît un qui fut conservé par Gaston d’ANGELIS et un autre qui est actuellement en possession de Rose-Marie de CASABIANCA.

Les distinctions honorifiques

57Légion d’honneur : officier (4 août 1852, après son départ du ministère d’État), commandeur (7 octobre 1853), grand-officier (30 juillet 1858).

La sépulture

58Inhumé à Bastia dans le second tombeau familial qu’il fit construire tout à côté du prieuré saint Raphaël et sainte Ursule fondé en 1839 (route de Saint-Antoine).

Les jugements

59Victor HUGO parmi ses Choses vues en 1849 dresse un portrait au vitriol et calomnieux du député bonapartiste et de sa famille, dans lequel il le décrit comme « grand, maigre, pâle, grisonnant, avec son profil de mouton, ses gros yeux bleus, son air naïf, discret et rapace ».

60À l’opposé du grand poète, Frédéric MARINI publie en 1852 une ode assez énigmatique à madame de CASABIANCA, femme du ministre qui débute ainsi : « Madame toute belle, et, dit-on, fort jolie » et se termine par : « Je dis que ce séjour serait encor très doux, quand même, pour soleil, les gens n’auraient que vous ! »

III. LA FORTUNE

LA FORTUNE AU MARIAGE

Apports de la future épouse

61Provenant de la succession de son père prédécédé.

62Laure de CASABIANCA eut pour dot le château de Liman (Vaucluse) que son père avait acheté pour 135 000 F avec la dot de son épouse le 7 Prairial an VIII-27 mai 1800. Il se situait sur les bords du Rhône à Mornas, entre ce village et Piolence, à une douzaine de kilomètres au nord d’Orange. Le domaine de Liman fut vendu en 1825 après le mariage de sa fille avec le futur ministre. Ce domaine existe toujours ; il avait été la propriété du noviciat des Jésuites d’Avignon, qui l’avaient constitué en gagnant sur le Rhône et qui construisirent probablement la maison de maître. Le général François-Joseph-Marie de CASABIANCA possédait aussi une maison en Avignon où il résidait l’hiver.

DU MARIAGE AU DECES

La succession de la mère du ministre

63Xavier de CASABIANCA hérita au décès de sa mère, Ilaria de CASABIANCA, de la maison du comte Raphaël de CASABIANCA à Vescovato.

64Les années où CASABIANCA fut sénateur, il recevait, d’après le sénatusconsulte du 25 décembre 1852, une dotation de 30 000 F par an et un supplément de 35 000 F par an en tant que procureur général à la Cour des comptes.

AU DECES

Liquidation de la société d’acquêts au décès de son épouse

65Veuf à son décès.

Liquidation de sa succession

66Le registre de l’enregistrement du bureau de Bastia pour les opérations entre avril 1881 et octobre 1882 étant manquant, il ne nous a pas été possible d’identifier le notaire de Xavier de CASABIANCA. Les recherches dans les archives des études notariales bastiaises et de Casinca, conservées aux Archives départementales et nos demandes d’informations auprès de divers notaires en Corse sont demeurées infructueuses. Ainsi la fortune mobilière de CASABIANCA en Corse reste inconnue tout comme, à défaut d’une recension cadastrale chronophage, le montant de ses biens immobiliers sur l’île. En outre, conformément aux arrêtés Miot, les propriétés foncières de CASABIANCA en Corse n’étaient pas soumises à l’impôt sur les successions et à l’obligation de déclaration fiscale. Sa déclaration à l’enregistrement de Paris indique en conséquence une fortune sans rapport avec ’étendue des biens immobiliers de l’ancien ministre :

67Mobilier parisien 5 565

68Loyer échu au décès. Maison et magasin sis à Bastia 1 000

69Fermages échus au décès. Propriété sise commune de Vescovato 500

70TOTAL 7 065

71Joseph-Marie-Raphaël, comte de CASABIANCA, fils du ministre, vendit en 1910, à madame FALCUCCI la maison de Raphaël de CASABIANCA à Vescovato où logea le roi Murat en 1815 se cachant de la police de Louis XVIII.

IV. LA CARRIERE

AVANT LE MINISTERE DES FINANCES

72Xavier de CASABIANCA avait à peine six mois lorsque la Corse fut libérée desAnglais. Il alla alors vivre à Venzolasca. À l’âge de 9 ans, il rejoignit son père qui était chef d’escadron de gendarmerie dans la légion du Gard. Fils d’un maréchal de camp, petit-fils d’un général sénateur comte d’Empire et également petit-neveuet gendre d’un autre général de l’Empire, le vicomte d’ALÉRIA, Xavier de CASABIANCA ne choisit pas la carrière des armes mais celle d’avocat. À partir de 1810 et durant sa scolarité à Paris, il fut accueilli par son grand-père maternel. En 1815, après le départ de Napoléon Ier pour Sainte-Hélène, Xavier partit clandestinement pour la Corse avec son grand-père, menacé en raison de son attachement à l’Empereur. Le voyage fut épique. Xavier revint à Paris en 1817 pour y achever ses études de droit. Avocat inscrit au barreau de Bastia depuis 1819, Xavier de CASABIANCA fut élu en 1848 représentant de la Corse à l’Assemblée constituante, le quatrième sur six avec 15 932 voix (50 947 votants, 58 467 inscrits), où il fit partie du comité de la Marine. Il a voté le 9 août 1848 pour le rétablissement du cautionnement, le 1er septembre pour le rétablissement de la contrainte par corps, le 7 octobre contre l’amendement Grévy sur la présidence, le 2 novembre contre le droit au travail, mais se déclara également contre l’existence des deux Chambres, contre le vote à la commune, pour la proposition RATEAU,pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la Haute Cour. À propos de la journée du 15 mai 1848, Xavier de CASABIANCA raconte, dans ses mémoires inédits, que lors de l’envahissement de la Chambre, un garçon boucher se serait approché de lui et l’aurait interpellé en ces termes : « Où est Napoléon-Bonaparte ? Je veux le voir. » Le député corse répondit : « Il n’est pas ici. » Le garçon boucher, insistant, lui aurait dit : « C’est là sa place ; on me l’a dit. Est-ce qu’il aurait peur de nous ? Nous sommes prêts à le défendre. » Cet anecdote inspira ce commentaire au nouveau député : « Ce langage était tenu par une espèce de garçon boucher en veste, taillé en hercule ; il me prouvait que même dans cette tourbe révolutionnaire où fermentaient les plus mauvaises passions, le souvenir de Napoléon Ier conservait tout son prestige et que ce nom immortel sortirait de nouveau des urnes populaires aussitôt que le suffrage universel aurait été appelé à donner un chef à la France, quelle que fût la forme du gouvernement, républicaine ou monarchique. » En raison de ses convictions politiques et des relations intimes que le comte entretenait depuis son enfance avec divers membres de l’ex-famille impériale, il se rallia naturellement à la candidature présidentielle de Louis-Napoléon Bonaparte.

73Il fut réélu en 1849, le troisième sur six par 22 002 voix (41 078 votants, 57 685 inscrits). L’Assemblée législative valida son élection le 29 mai 1849. Il intervint pour la première fois à la tribune dans la séance du 10 juillet pour combattre la mise en accusation du prince-président qui avait ordonné l’occupation de Rome. Il avait voté pour les crédits de l’expédition de Rome. Il devait écrire à la suite de son intervention : « Le prince-président lui-même me félicita, en me laissant entrevoir que si j’acquérais une réputation d’orateur, il m’appellerait au ministère. Mais je ne parvins pas à dominer la crainte instinctive que m’inspirait la tribune ; sauf de rares exceptions, je n’y montais que contraint et forcé, comme rapporteur. J’en remplissais, il est vrai, assez souvent les fonctions. » En effet, il participa activement aux débats de l’Assemblée et s’exprima notamment en 1849, en tant que rapporteur, contre la proposition de SAVATIER-LAROCHE tendant à abolir la peine de mort en matière criminelle. Ce discours où il défendit le maintien de la peine capitale le fit considérer comme un orateur de talent. Il soutint plus tard la proposition de loi de RIANCEY et FAVRAU, visant à ajouter au Code d’instruction criminelle des dispositions spéciales pour la révision des procès criminels en certains cas déterminés. À cette occasion, il appuya un amendement tendant à étendre l’application de la loi proposée à la cassation éventuelle des arrêts reconnus comme entachés d’erreur, même après le décès de ceux qu’ils condamnaient (par exemple dans l’affaire Lesurques). Il s’opposa à la levée de l’état de siège dans les départements de la 6e division militaire, à la réduction des pensions et traitements, et prit notamment part aux débats portant sur la réorganisation du corps des officiers de santé de l’armée de Terre, sur les conventions entre les maîtres et les domestiques, sur les mariages contractés aux colonies par des personnes non libres antérieurement à l’abolition de l’esclavage, sur la modification des règles de la procédure, en matières contentieuses, devant les conseils de préfecture, sur divers articles du code civil relatifs aux successions. Il fit partie aux côtés notamment de THIERS, TOCQUEVILLE, Victor HUGO et Odilon BARROT de la commission chargée de présenter les crédits supplémentaires nécessaires au maintien du corps expéditionnaire français en Italie. CASABIANCA entretenait alors des rapports cordiaux avec Victor HUGO, qu’il chercha à rallier à la personne de Louis-Napoléon. La question romaine entraîna le rapprochement du poète, élu sur une liste conservatrice, avec la Montagne. Dans ses mémoires, CASABIANCA s’estime « convaincu que si M. Victor HUGO avait suivi mes conseils, si, s’abstenant de toute critique contre Pie IX et le clergé, il s’était borné à défendre avec modération la politique du Président, il aurait obtenu ce portefeuille de l’Instruction publique qu’il avait si ardemment convoité pendant le règne de Louis-Philippe, et qui était encore en 1849, l’objet de toute son ambition. […] Je dois probablement à ce souvenir, d’être le seul ministre de Napoléon III contre qui il n’ait point déversé l’outrage. » Quand il écrivit ses lignes en juillet 1877, CASABIANCA n’avait pas connaissance du portrait qu’HUGO lui consacra dans ses Choses vues et que nous avons évoqué plus haut.

74Les relations tendues entre le président de la République et l’Assemblée contraignirent Louis-Napoléon à s’entourer de fidèles, dont, parmi les Corses, CASABIANCA. Le président eut le projet, en janvier 1850, de lui faire mener une enquête sur les opinions politiques du personnel préfectoral. Le projet ne se réalisa pas.

75En janvier 1851, au moment de la destitution du général CHANGARNIER, CASABIANCA obtint du cabinet de renoncer à une démission collective avant le vote de défiance et le décret de destitution. Il aurait été pressenti pour le portefeuille des Affaires étrangères dans le ministère de transition qui fut alors nommé. Il fit partie de la commission chargée de terminer à l’amiable les procès forestiersen cours en Corse qui opposaient l’État et des particuliers. Les questions de délimitation des parcelles ne devaient être résolues qu’en mars 1852 et après la longue mission d’inventaire et de conciliation menée par un commissaire spécial du Gouvernement. Le décret du ministre des Finances qui en découla fut inspiré par CASABIANCA, l’ancien député de la Corse, et facilitait la mise en valeur des forêts de l’île.

76CASABIANCA siégeait avec le parti de l’Ordre et adhéra au comité de la rue de Poitiers. Le 15 mars 1851, il déposa à l’Assemblée une proposition présentée au nom du conseil municipal par le maire d’Ajaccio, demandant la révision de la Constitution et la prorogation des pouvoirs du président de la République. Il avait lui-même voté en faveur de cette proposition. Il fut informé par l’Empereur àSaint-Cloud du projet de coup d’État le 1er octobre 1851. Il expliqua que « rentré à Paris, j’annonçai à ma famille sous le sceau du secret, le changement qui allait s’opérer dans notre situation, mais je me gardais bien de leur en révéler les périls. » Il participa durant le mois d’octobre 1851 aux tractations en vue de former un cabinet prêt à mettre en œuvre la politique du prince-président. Le 26 octobre 1851, il est nommé ministre de l’Agriculture et du Commerce dans le cabinet où le général SAINT-ARNAUD était ministre de la Guerre. Voici comment il évoque dans ses mémoires son passage au ministère de l’Agriculture et du Commerce : « Je ne tardais pas à me mettre au courant des travaux de mon ministère, qui n’avait rien d’embarrassant ni de pénible, si ce n’est pas le nombre énorme de signatures à donner, j’y employais deux heures par jour. J’avertis mes employés supérieurs que je signerais sans aucun examen les pièces qu’ils me présenteraient, mais sous leur responsabilité personnelle, à moins que, par une marque au crayon, ils ne m’indiquassent celles qui pouvaient soulever des questions sérieuses. C’était souvent des questions de droit ; je les résolvais sans peine. J’acquis ainsi rapidement une grande autorité sur mes subordonnés. »

77Un mois à peine après son arrivée au ministère de l’Agriculture et du Commerce, CASABIANCA était nommé aux Finances à son « très grand regret » : « M. BLONDEL, mandé à Paris par télégraphe, refusa ce dernier portefeuille en se basant sur son inexpérience comme orateur ; la discussion du budget de ce département était imminente et le temps lui manquait même pour en étudier les articles. Nous lui cherchâmes vainement un successeur. Informé que j’avais fait partie de la commission du budget, le prince me pressa de céder à ses insistances bienveillantes. » LEFEBVRE-DURUFLÉ le remplaça à l’Agriculture.

AU MINISTERE DES FINANCES

78Membre du cabinet du 24 novembre 1851, Xavier de CASABIANCA n’est resté que huit jours ministre des Finances ; son action fut donc des plus réduites. Cependant ces quelques jours ne sont pas dénués d’intérêt car ils comprennent lecoup d’État du 2 décembre.

79Les souvenirs inédits du ministre nous permettent de saisir un épisode crucial de sa brève activité ministérielle : « À peine installé à l’hôtel de la rue de Rivoli, je fis venir dans mon cabinet M. MONTANIER, directeur du Mouvement des fonds et je lui demandai quelles étaient les sommes disponibles, celles d’une réalisation prochaine et les paiements que j’aurais eu à faire. Mon crédit à la Banque de France était de 44 millions ; mais il résulta du compte approximatif dressé par M. MONTANIER que, suivant toutes les probabilités, je n’aurais pu me dispenser, avant trois mois, de recourir à un emprunt, opération onéreuse, puisque le 5 % était déjà au-dessous de 90 F. Je ne pouvais me dissimuler, en outre, le mauvais vouloir que je devais rencontrer dans la commission du budget et dans la majorité de l’Assemblée. Il était donc prudent de m’assurer, d’avance, les ressources éventuelles que je pouvais me procurer sans avoir besoin d’y être autorisé. Le mercredi 26 novembre 1851, je reçus la visite que le gouverneur de la Banque de France, M. le sous-gouverneur et le secrétaire général font toujours aux nouveaux ministres des Finances. Après les compliments d’usage, le gouverneur d’ARGOUT me pria de lui permettre de m’adresser une question à laquelle je ne répondrais pas, si elle me paraissait indiscrète. Le journal Le Constitutionnel avait publié plusieurs articles sur des réformes à introduire dans notre système financier, spécialement sur la suppression des octrois qui auraient été remplacés par des centimes additionnels aux contributions. Le public avait cru que ces articles exprimaient la pensée du président de la République et s’en était profondément ému. Je répondis que je n’avais jamais eu l’occasion de m’entretenir de cette question avec le prince ; que je ne lui supposais pas ce projet, mais si contrairement à mon attente, il me proposait de la mettre à exécution, je me serais opposé ; je considérerais comme une faute très grave tout changement opéré en temps de crise à notre système financier, l’un des principaux fondements du crédit et conséquemment de lapuissance de l’État. À ces mots, une vive satisfaction se peignit sur le visage de M. d’ARGOUT qui me demanda, s’il pouvait rendre notre entretien public ; je lui dis que je n’y voyais aucun inconvénient, et même que je n’aurais pas hésité à renouveler cette déclaration à la tribune, si j’étais interpellé.

80La joie de M. d’ARGOUT ne fut pas de longue durée ; je le vis se rembrunir lorsque je lui manifestai l’intention de réclamer de la Banque de France, une somme de 25 millions, reliquat d’un prêt de 150 millions qu’elle avait consenti à faire au Gouvernement en 1848 [par le traité du 30 juin 1848], il n’y avait eu que 125 millions versés au Trésor, j’avais pris en détail connaissance de ce traité, étant membre de la commission du budget : cette obligation, me fit observer M. d’ARGOUT, nous a été imposée aussitôt après la révolution à une époque où nous ne pouvions opposer aucune résistance aux demandes qui nous étaient adressées ; aussi les conditions de ce traité sont-elles ruineuses pour nous. Si vous voulez contracter un nouvel emprunt de la Banque de France, elle s’empressera de vous fournir les capitaux qui vous sont nécessaires. Je répliquai : « Vous vous plaignez des exigences du Gouvernement provisoire de 1848. Vous oubliez qu’il vous a accordé le cours forcé, sans lequel votre grand établissement aurait peut-être eu le même sort que presque toutes les banques particulières, réduites alors à la triste nécessité de suspendre leurs paiements. Vous oubliez que si vous avez ratifié ce même traité en 1850, il y a un contrat ; il n’existe pas de tribunal qui ne prononçât votre condamnation, si ce litige lui était déféré. Voilà ce que j’ai à vous répondre comme jurisconsulte. J’ajoute comme ministre : Avez-vous besoin de l’appui du Gouvernement ? Il ne vous fera pas défaut, mais à condition que de votre côté, vous lui veniez en aide, surtout lorsqu’il aura pour lui le droit comme en ce moment. » « Eh bien, Monsieur le ministre, le Conseil se réunit tous les jeudis chaque semaine. Il siège demain. Je lui soumettrai la question. Il nommera un rapporteur sous huit jours, je vous communiquerai sa décision. » Je lui répondis que la question n’était pas douteuse, qu’elle était très simple et qu’elle n’exigeait point de rapport, que je désirais une prompte réponse et que je regarderais un atermoiement comme un refus. Le lendemain au soir, une lettre de M. d’ARGOUT m’annonçait que la Banque mettait les 25 millions à ma disposition. »

81Il est vrai que le ministre des Finances, dans une dépêche du 27 novembre, demanda officiellement les 25 millions à la Banque qui en accepta le principe le jour même, mais la somme ne fut pas réclamée et ne fut versée que le 8 décembre. Il était possible au Trésor de demander à la Banque, malgré ce qu’avait déclaré dans un premier temps d’ARGOUT, le restant de l’emprunt autorisé par le traité du 30 juin 1848, approuvé par le décret du 25 juillet suivant et réduit à 75 millionspar la loi du 6 août 1850. Or, en 1850, l’État n’avait emprunté à la Banque que 50 millions et il avait jusqu’au 30 décembre 1851 pour réclamer les sommes restantes. Ainsi, contrairement aux rumeurs qui ne manquèrent pas de courir malgré les démentis parus dans la presse et les lettres de d’ARGOUT et de CASABIANCA publiées dans le Moniteur du 8 décembre, la Banque de France n’a pas fait un cadeau de 25 millions au Gouvernement pour les besoins du coup d’État.

82Pendant son bref passage aux Finances, il eut également le temps, le 29 novembre 1851, de déposer un projet de loi portant demande d’un crédit supplémentaire d’un million de francs pour l’exercice 1852 destiné à renforcer le service de la perception sur le sucre indigène. Dans cette séance, le ministre expliqua que « la loi du 13 juin 1851 a modifié l’économie du mode de perception qui régit le sucre indigène ; à l’ancienne base des types, qui servait d’élément à l’assiette de l’impôt, elle a substitué l’appréciation d’après la richesse saccharine équivalente et le rendement au raffinage : en outre, elle a assujetti à l’exercice les raffineries, qui en étaient exemptées jusqu’à ce jour. L’article 14 de cette loi porte qu’un règlement d’administration publique déterminera les obligations des raffineurs et les conditions de l’exercice dans les raffineries, dans les raffineries annexées aux fabriques, dans les fabriques, ainsi que dans les établissements où l’on extrait le sucre des mélasses. » Le Conseil d’État était déjà saisi de l’examen de ce projet de règlement, mais son exécution exigeait des ressources financières que le ministre venait demander à la Chambre, afin de renforcer le service de la surveillance et la perception dans les fabriques car la production du sucre indigène ne cessait de croître, et, d’autre part, pour créer l’exercice dans les raffineries qui avait pour objet de suivre la fabrication dans toutes ces phases, d’accompagner les transformations successives des jus en sirops, des sirops en sucre, de constater les lochages, c’est-à-dire l’extraction des sucres des formes où ils subissaient leur dernière élaboration, et d’escorter le produit achevé jusque dans les raffineries ou les entrepôts. Le ministre souhaitait une surveillance du fisc jusqu’au moment del’achat du sucre par le consommateur. Pour l’État il s’agissait d’assurer la rentrée annuelle de 40 millions d’impôts et de lutter contre les nombreuses fraudes conséquences du manque persistant de personnel surveillant la production de toutes les fabriques (52 d’entre elles n’étaient ainsi pas couvertes). Vis-à-vis des fabricants, le ministre doit assurer l’égalité fiscale entre les deux types de sucre et une surveillance en métropole équivalente à celle que la douane exerçait sur le sucre colonial. La loi du 7 août 1851 avait ouvert, à titre de crédits supplémentaires sur l’exercice 1851, les crédits nécessaires pour augmenter de 113 employés le service de la perception sur le sucre indigène, mais CASABIANCA demandait des crédits supplémentaires pour entretenir 228 agents spéciaux, dont 115 devaient être recrutés. Il réclamait également la surveillance « permanente », de jour comme de nuit, des 84 raffineries nationales à l’aide de 314 emplois de commis aux exercices à créer.

83Le comte de CASABIANCA savait donc qu’un coup d’État était imminent mais il s’opposait au recours à la force. Dans ses mémoires, il nous fournit un témoignage sur l’opération qui allait museler le Parlement et entraîner son départ des Finances : « Dans la matinée du 1er décembre, j’avais eu à l’Élysée un entretien avec le prince qui, sans se départir de sa réserve habituelle, me semblait néanmoins disposé à me laisser entrevoir quelqu’importante résolution. Je pressentais sa pensée, je ne la partageais point. J’étais toujours d’avis qu’il ne fallait dissoudre l’Assemblée par la force que si l’adoption d’une mesure semblable à celle qui avait été rejetée le 17 novembre, nous plaçait dans le cas de la légitime défense. Je ne provoqua pas une révélation qui aurait pu nous embarrasser tous deux. […] Les ministres dînaient alternativement les uns chez les autres chaque lundi. Le 1er décembre, c’était le général SAINT-ARNAUD qui nous réunissait à sa table. Toujours très gai, nous remarquâmes qu’il l’était encore plus que de coutume. Nous allâmes ensemble au palais de l’Élysée. Le calme le plus profond y régnait. L’assistance n’était pas plus nombreuse que les jours précédents, aucun changement ne se manifestait ni dans l’attitude, ni dans le langage du prince. Quoique mon gendre BIADELLI, ainsi que je l’ai déjà dit, fut spécialement chargé de veiller à sa sûreté personnelle et commandait la garde du Palais, il lui accorda exceptionnellement la permission de m’accompagner à l’hôtel du ministère et d’y passer la nuit seulement lorsque je pris congé de lui, vers dix heures du soir, un serrement de main plus affectueux que d’ordinaire me causa une assez vive émotion.

84Le lendemain 2 décembre, jour des anniversaires du couronnement de Napoléon Ier et de la victoire d’Austerlitz, j’étais à six heures du matin, assis comme de coutume à mon bureau, occupé à étudier mon budget qui devait être incessamment voté, lorsque mon huissier me remet la lettre suivante :

85« Mon cher Monsieur de CASABIANCA,

86Je n’ai pas le temps de vous expliquer pourquoi je ne vous ai pas mis dans ma confidence et pourquoi je vous remplace momentanément ; mais croyez que je vous conserverai toujours le même sentiment de haute estime et d’amitié. LouisNapoléon. Élysée, 1er décembre 1851. Demain, l’Assemblée sera dissoute. »

87À la réception de cette lettre, mon premier mouvement fut d’appeler mon gendre, mais j’appris seulement alors que dès trois heures du matin il avait étémandé au palais de l’Élysée. J’envoie mon fils voir ce qui se passait au dehors, il rentre aussitôt et m’annonce que la place de la Concorde est remplie de troupes et qu’un piquet de cuirassiers interdit au public l’accès de la rue du faubourg Saint-Honoré. Je fais atteler les chevaux à ma voiture ; je traverse la rue Royale,je me nomme et j’arrive sans obstacle à l’Élysée. Je n’y rencontre que quelques personnes attachées au Palais par leurs fonctions. Elles me reçoivent en silence, leur visage trahit une vive inquiétude. On m’introduit auprès du prince, qui vient au-devant de moi en riant, je reproduis les paroles que nous avons échangées et qui sont profondément gravées dans ma mémoire : « Vous ne vous attendiez pas à cela. – Oui, Monseigneur, mais pas ce matin. Pourquoi, ne m’avez-vous pas averti ? Vous ne pouviez pas m’aider en ce que j’allais faire et je n’ai pas voulu vous compromettre inutilement. Je vous ai même écrit pour ne laisser peser sur vous aucune responsabilité. – Cette précaution était superflue, mon sort est et sera toujours lié au vôtre. – Je le sais, aussi n’est-ce point par une vaine formule que dans ma lettre je vous ai renouvelé l’assurance de mon amitié. – Néanmoins, vous me renvoyez. – Oui, mais momentanément ; je vous réserve un ministère qui vous rapprochera de moi plus que celui dont l’acceptation n’a été de votre part qu’un acte de dévouement. Je crois que FOULD consentira actuellement à reprendre ce portefeuille, et sa rentrée aux affaires assurera le monde financier dont il fait lui-même partie. – En attendant que faut-il que je fasse ? – Retournez au ministère et restez-y tant que FOULD ne viendra pas vous remplacer. »

88CASABIANCA quitta le ministère de la rue de Rivoli le 5 décembre dès qu’il eut la confirmation que FOULD avait accepté le portefeuille des Finances.

APRES LE MINISTERE DES FINANCES

89Un décret du 24 décembre 1851 nomma CASABIANCA membre de la commission de surveillance de la Caisse d’amortissement et des dépôts et consignations. En janvier 1852, l’Empereur lui proposa d’organiser la secrétairerie du président, réminiscence de celle de Napoléon Bonaparte créée par le décret du 25 décembre 1799. CASABIANCA prépara le texte et proposa le titrede ministre d’État pour celui qui devait être plus que le secrétaire du futur empereur mais un intermédiaire entre le Président et ses ministres. Cette dénomination fut acceptée et le décret du 22 janvier 1852 créant le ministère d’État entérina sa nomination à ce poste de confiance. Ainsi récompensé de son dévouement à Louis-Napoléon, le nouveau ministre d’État contresigna le décret de confiscation des biens de la famille d’Orléans ce qu’avaient refusé quatre des ministres du cabinetqui démissionnèrent. Le ministre d’État s’installa au palais des Tuileries, dans le pavillon de Marsan, symbole de la nécessaire proximité entre l’Empereur et son nouveau ministre. Ce dernier contresignait tous les décrets et possédait une certaine influence au Conseil des ministres et auprès du Président. Le ministre d’État supervisait en outre la partie officielle du Moniteur par l’intermédiaire d’un de ses cousins, Philippe ASTIMA, qu’il avait nommé avec deux autres de ses cousins dans son cabinet [voir plus haut]. Durant son ministériat, il embaucha également (arrêté du 14 février 1852), comme commis attaché à son cabinet, Luce-Charles-Camille de CASABIANCA. Célibataire, non logé au palais des Tuileries (il habitait rue Saint-Nicaise), ce cousin issu de germain possédait 8 000 F de rentes et percevait 2 400 F de salaire par an. Ses fonctions cessent officiellement le11 septembre 1852, après le départ de son protecteur du ministère d’État.

90CASABIANCA eut en outre pour mission de réorganiser rapidement le Conseild’État et de proposer la liste de ses nouveaux membres. Il contribua par ailleurs à la rédaction du décret organique du 28 février sur l’extension des activités du Crédit foncier. Il avait également pour charge de trier les innombrables pétitions qui parvenaient chaque jour au Président. Enfin, comme ministre d’État, il fut chargé de suivre et de contrôler les travaux qui devaient relier les deux palais du Louvre et des Tuileries. Le 13 mars 1852, il nomma, par un arrêté, le marquis d’AUDIFFRET président de la commission de surveillance et de contrôle des travaux aux Tuileries mais aussi au Louvre ainsi que dans les autres palais nationaux. Le 25 juillet 1852, CASABIANCA posa la première pierre de l’achèvement du Louvre. Ce fut le dernier acte de son ministère qu’il quitta soulagé, dit-il, de ne plus avoir à lutter contre les rumeurs malveillantes des envieux de sa nouvelle position.

91En effet, le 28 juillet, CASABIANCA présenta sa démission. Deux jours plus tard, il apprit que FOULD allait le remplacer et par un décret du même jour il fut nommé au Sénat en récompense de son abnégation. Il fut très actif au sein de la Chambre haute, souvent en charge de questions techniques ou politiquement sensibles. Il rapporta plusieurs sénatus-consultes (liste civile de l’Empereur, dotation du prince Napoléon, modifications du domaine de la Couronne, application aux colonies de lois de la métropole), plusieurs projets de lois (douanes, canaux, crédits supplémentaires, amortissement de la dette, transcription hypothécaire, édification du nouvel opéra de Paris, etc.) et nombre de pétitions (projet de Code administratif et propositions pour le Code rural notamment). Il rédigea un rapport, présenté le 10 juillet 1856, visant à interdire les crédits supplémentaires s’il n’existait déjà pas de crédits prévus, mais ses avis sont restés sans effet. Il a en outre rédigé un projet complet de Code rural et fait une étude approfondie du dessèchement des marais et de l’irrigation du sol de la France. Il fut rapporteur du long projet sénatorial de Code rural, dû à l’initiative de LADOUCETTE, et qui occupa les trois sessions de 1856, de 1857 et de 1858. CASABIANCA fut en outre le rapporteur de la loi sur la sûreté générale devant la Chambre haute.

92Par un décret du 5 mars 1864, il fut nommé procureur général près la Cour des comptes, en remplacement de COLLARD-DUTILLEUL, beau-frère de MOLLIEN, en poste depuis 1846. Le premier président ROYER l’accueillit par ces mots : « Vos travaux de jurisconsulte, votre situation dans les Assemblées législatives et au Sénat, trois ministères acceptés dans des temps difficiles, vos rapports et vos discours sur d’importantes questions financières, l’honorable indépendance de votre caractère, votre dévouement éprouvé au pays et à l’Empereur, tels sont les titres qui, après vous avoir désigné à la confiance du souverain, vous assurent d’avance l’autorité nécessaire à vos nouvelles fonctions. » Durant les sept ans qu’il passa à la Cour des comptes – il restait sénateur –, CASABIANCA étudia les législations et les pratiques budgétaires de quelquesgrands pays européens. À l’occasion des audiences solennelles de rentrée tenues chaque année au début de novembre, il présenta une étude comparée des finances publiques françaises, anglaises et prussiennes. Ces conférences furent publiées [voir ci-dessous]. En 1865, 1866 et 1867, ce furent des études comparées sur le contrôle budgétaire en France et en Grande-Bretagne, ainsi que sur l’évolution de la dette publique dans ces deux pays. En 1869, il traita des institutions financières de la Prusse. Ainsi CASABIANCA peut être considéré comme un des précurseurs du droit financier comparé.

93Le 4 septembre 1870, CASABIANCA était au Sénat lorsqu’il apprit l’invasion du Corps législatif. Le 5, il partit avec ses deux plus jeunes filles rejoindre à Dieppe sa femme et ses deux filles aînées en villégiature près de la mer. Le 6, il s’embarqua avec elles pour l’Angleterre et s’installa à Londres. Il fit de fréquentes visites à l’Impératrice et au prince impérial dans leur résidence de Camden Place. Il fut présent par exemple à la cérémonie organisée pour la majorité du fils de l’exempereur. CASABIANCA rédigea pour le prince impérial un traité sur les finances qu’il lui présenta en mai 1871. Cet ouvrage devint Les finances françaises publié après la mort du prince impérial [voir ci-dessous]. En mars 1874, le marquis d’AUDIFFRET fit cadeau de son Système financier au prince impérial par l’intermédiaire du comte de CASABIANCA, son ancien collaborateur à la Cour des comptes avec lequel il avait noué des liens d’amitié.

94CASABIANCA rentra à Paris en février 1871 et reprit quelque temps ses fonctions de procureur général à la Cour des comptes. Le 20 mars, les travaux de la Cour furent suspendus et il rejoignit sa famille à Versailles. Il fut admis d’office à la retraite par décret du chef du pouvoir exécutif du 5 juin 1871 car, en sa qualité de procureur, il n’était pas un magistrat inamovible. De plus, il approchait de l’âge limite de la retraite. Le premier président ROYER, sénateur d’Empire et ancienministre comme lui, demeura, lui, à son poste jusqu’à sa mort. À la Cour des comptes, CASABIANCA devait être remplacé par ROULAND qui avait réclamé cette place en dédommagement de la perte de son poste de gouverneur de la Banque de France. Mais ROULAND conserva sa place à la Banque et le poste de procureur général resta vacant durant quatre mois. CASABIANCA refusa sa pension de retraité.

95En parallèle de sa carrière au sommet de l’État, Xavier de CASABIANCA n’a jamais cessé d’être un notable de Corse et d’agir comme tel. CASABIANCA qui a réussi à introduire en Corse la culture de la garance, fut membre de la société d’agriculture, sciences et arts de Bastia dès sa création en avril 1853. Il est peut-être exagéré de dire, comme Jean-Bernard Delacroix, que, sans CASABIANCA, l’Empire aurait oublié Bastia, mais il est vrai que le comte n’a pas cessé d’intervenir en haut lieu en faveur de la Corse en général et de Bastia en particulier. Il a ainsi favorisé la réalisation d’opérations que les problèmes de financement retardaient constamment. Dès le 20 août 1852, il avait été nommé président du conseil général de la Corse et le comte nous apprend que « deux mesures importantes signalèrent cette décision : nous classâmes les routes forestières que le décret-loidu 28 mars de la même année avait mises à la charge de l’État ; nous recommandâmes à l’ingénieur en chef [des Ponts et Chaussées] de faire les tracés de manière à ce que les nouvelles routes servissent à la fois à l’exploitation des bois et des voies de communications aux habitants des villages situés sur les montagnes qui n’avaient que des sentiers abrupts. » Dès 1853, la présidence du conseil général de la Corse fut confiée à Charles ABBATUCCI. Le père de ce dernier, le garde des Sceaux, fut constamment hostile à CASABIANCA et fut en partie responsable de son départ du ministère d’État. Le 1er mai 1863, le comte Xavier de CASABIANCA annonça que la décision a été finalement prise de réaliser des conduites en fonte à Bastia et assura que la ville pourrait jouir des eaux dans le courant de cette année 1863. Il avait réussi auparavant à débloquer la situation pour les travaux du palais de justice et du port de Bastia. Pour ce dernier projet, il avait, en 1849, réussi à inscrire au budget la somme nécessaire pour débuter les aménagements mais ils furent ajournés. Le crédit de 100 000 F fut rétabli dans le budget de 1851. Le comte joua à nouveau en 1865 de toute son influence en faveur du nouveau port Saint-Nicolas et notamment de la construction de la nouvelle jetée du Dragon, et, le 15 janvier 1866, le maire de Bastia lui adressa une lettre chaleureuse pour le remercier de « ses multiples interventions en faveur du financement du port de Bastia. » Par une lettre du 20 juillet de la même année CASABIANCA fit savoir qu’un crédit supplémentaire de 200 000 F venait d’être alloué pour le port. Il a en outre évoqué avec Napoléon III le problème des marais de Corse, terres incultes et foyers de maladies, et il indiqua à ce propos que « l’Empereur tient à marquer son règne par la cessation complète de l’insalubrité des côtes de Corse qui est le plus grand obstacle au développement de la prospérité », mais rien ne fut fait avant la chute de l’Empire.

96Sur la demande de l’Empereur, il fit campagne en Corse en 1871 pour y favoriser l’élection de ROUHER. Peu après, il fut à nouveau nommé au conseil général de ce département en tant que représentant du canton de Bastia. Lors d’une élection partielle le 14 mai 1876, CASABIANCA fut élu député de la Corse, en remplacement de ROUHER qui avait opté pour Riom, par 9 418 voix (10 246 votants, 20 378 inscrits). Il soutint le gouvernement BROGLIE lors de la dissolution de l’Assemblée le 16 mai 1877, puis il « céda » son poste de député à son fils qui appartenait lui aussi à l’Appel au peuple. Il rédigea alors ses mémoires et décéda à son domicile parisien le 25 mai 1881.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

97Le comte de CASABIANCA a fini de rédiger ses mémoires en juillet 1877. Restés inédits, nous avons pu en consulter une copie dactylographique (255 p.). On y découvre un proche de l’Empereur qui explique qu’il avait « avec presque tous les membres de la famille impériale des relations intimes » et en particulier avec le roi Jérôme.

98Des finances françaises. [Annexes :] Discours prononcés aux audiences de rentrée de la Cour des comptes (années 1865, 1866, 1867 et 1869) sur les institutions financières de la Grande-Bretagne et de la Prusse comparées à celles de la France, Paris, Guillaumin, 1880, in-8, XVI-288 p.

99Selon son auteur, « ce traité élémentaire n’a été composé, en 1875, que dans le but d’initier le prince impérial à l’étude des finances. Il n’était point destiné à la publicité ; en le livrant à l’impression, l’auteur s’est conformé au désir exprimé par le Prince lui-même, peu de temps avant son départ pour la fatale expédition où il a si glorieusement péri. » Il comprend une étude sommaire du budget del’État et un exposé de la situation des finances françaises sous tous les régimes y compris le Second Empire. Ce traité de finances peu connu est un résumé sommaire et partisan qui ne contient pas un mot sur son action comme ministre des Finances, mais où il donne son opinion sur la gestion financière de l’Empire. Il critique notamment le sénatus-consulte du 31 décembre 1861 qui fit voter le budget par sections et imposa la transparence des crédits supplémentaires et extraordinaires, cette mesure devant, d’après FOULD, empêcher la course aux armements et in fine la guerre. Il se déclare également en faveur du libéralisme commercial avec l’Angleterre.

100Beaucoup plus intéressantes sont ses considérations, prononcées aux audiences de rentrée de la Cour des comptes. En effet, CASABIANCA a souhaité renouer avec la tradition des discours d’ouverture à la Cour des comptes à l’instar de la Cour de cassation ou des cours d’appel. En 1864, il traita de l’origine de la Cour des comptes, de ses attributions et de ses perfectionnements. Les années qui suivirent, il poursuivit une étude comparative des systèmes financiers en Europe, étudiant en particulier l’Audit office, équivalent anglais de la Cour des comptes (discours de 1865). Il compara ensuite les recettes des budgets anglais et français de l’exercice 1863 (discours de 1866), puis les dépenses anglaises et françaises pour le même exercice (discours de 1867) et présenta enfin la situation financière et l’organisation administrative des finances de la Prusse avant Sadowa (dernier discours de 1869). Pour la rentrée de 1870, il préparait un discours sur l’état des finances de la Prusse depuis la bataille de Sadowa.

101Dès son arrivée à la Chambre, CASABIANCA présenta, le 5 juillet 1848, conjointement avec les députés d’origine corse (Napoléon BONAPARTE, Pierre-Napoléon BONAPARTE, CONTI, PIETRI et ABBATUCCI) une proposition relative à l’assainissement et à la colonisation du littoral corse (BN 8-LE67-2 (1848,2,184). La Bibliothèque nationale conserve également divers discours et rapports parlementaires : sur la levée de l’état de siège à Paris (28 juin 1849) et dans les cinq départements dont se compose la 6e division militaire (17 décembre 1849), sur la suspension en Algérie jusqu’au 1er juillet 1850 des poursuites par voie d’expropriation forcée (26 octobre 1849), sur la proposition de M. SAVATIER-LAROCHE relative à l’abolition de la peine de mort (5 décembre 1849), sur la proposition de HUGUENIN relative à la réduction des traitements et à la suppression des emplois inutiles (20 décembre 1849), sur le règlement d’administration publique, sur l’organisation des officiers de santé de l’armée de Terre (12 avril 1850), sur les conventions entre les maîtres et les domestiques (29 avril 1850), sur les mariages contractés aux colonies par des personnes non libres, antérieurement au décret d’abolition de l’esclavage (6 mai et 8 juillet 1850), sur l’irrigation et le dessèchement (projet de dépenses pour 1851, séance du 26 juillet 1850), sur la modification des règles de la procédure en matière contentieuse devant les conseils de préfecture (8 août 1850), sur la formation d’un Conseil consultatif supérieur permanent de la guerre (7 novembre 1849 et 30 décembre 1850), sur la modification des articles 754 et 755 du Code civil (15 février et 13 mars 1851), sur l’exécution de l’article 8 du préambule et de l’article 13 de la Constitution (10 avril 1851), sur le projet de sénatus-consulte portant modification des articles 4 et 12 du sénatus-consulte du 25 décembre 1852 (séance du 20 décembre 1861), sur la discussion de l’adresse au Sénat (6 mars 1861), sur la pétition présentée au Sénat par la Hesse et sur la péréquation de l’impôt foncier entre les départements (23 mai 1864).

ARCHIVES

Archives nationales

102F17 1456, Dossier 5, Réponse à une recommandation de Xavier de CASABIANCA pour ¾ de bourse en faveur de son neveu CERVONI déjà demi-boursier.

103F70 354, Dossier Luce-Charles-Camille de CASABIANCA, commis au cabinet du ministère d’État en 1852.

104187 AP 4, Rapport de police à FOUCHÉ sur le général comte de CASABIANCA, 11 août 1815.

Archives du Service historique de l’armée de Terre (Vincennes)

105Dossiers du général de division François-Joseph-Marie vicomte de CASABIANCA, de François-Xavier de CASABIANCA, du maréchal de camp François-Louis-Giocante de CASABIANCA, du chef de bataillon Pierre-Paul-Rinuccio de CASABIANCA, du général de division Raphaël comte de CASABIANCA, du colonel Pierre-François de CASABIANCA, des BIADELLI.

Archives du Service historique de la Marine

106Dossier du capitaine de vaisseau Luce de CASABIANCA.

Archives de Paris

107DQ 7 12 135, 21 novembre 1881, Déclaration de succession de Xavier de CASABIANCA.

Archives départementales de la Haute-Corse

108Table décennale des mariages à Bastia 1815-1822 (Le comte ne s’est pas marié à Bastia).

109Dossier biographique sur la famille de CASABIANCA (d’un faible intérêt).

110LACROIX Jean-Bernard, Bastia. De la bourgade à la ville 1814-1914, tapuscrit, 1981, 217 p. (usuel, Us 5)

Bibliothèque nationale

1114-FM-5403, Factum de l’avocat Garilhe défendant les intérêts des enfants (JeanPierre-Achille-Napoléon et Marie-Anne-Laure) du vicomte François-Joseph-Marie de CASABIANCA contre les enfants issus du premier mariage de Marie-Anne BERNAVON, s. d. [postérieur à 1826].

Archives privées

112Les papiers de la famille de CASABIANCA conservés par M. de SUZZONI ont brûlé dans l’incendie de sa maison. Gaston d’ANGELIS, aujourd’hui décédé, conservait de nombreux souvenirs et papiers des CASABIANCA et des d’ANGELIS, ainsi que des portraits de ses aïeuls dans ces deux familles, et notamment celui du comte Raphaël en sénateur ainsi que son livre de comptes et divers papiers ou souvenirs de ce personnage. Gaston d’ANGELIS avait hérité du patrimoine de Pierre-Paul de CASABIANCA, sénateur de la Corse (1885-1903) [un des fils du cousin du ministre, voir ci-dessus] et du tombeau de Raphaël de CASABIANCA où furent inhumés de nombreux membres de cette famille.

Bibliographie

HOEFER, VII 933.

COUGNY, I 598-599.

ROMAN d’AMAT, VII 1290-1293.

BROTONNE Léonce de, Les sénateurs du Second Empire, Genève, Slatkine, 1974 (1re éd. 1895), p. 279.

CHAIX d’EST-ANGE, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du xixe siècle, t. VIII, p. 344-346.

DRAGO Roland, IMBERT Jean, MONNIER François, TULARD Jean, Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État, 1799-2000, Paris, Fayard, 2004, p. 178.

KUSCINSKI A., Dictionnaire des conventionnels, Paris, Société de l’histoire de la Révolution française, 1916, p. 117-118.

LAROUSSE Pierre, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Librairie classique Larousse et Boyre, 1867, reprod. fac-sim., Genève-Paris, Slatkine, 1982, t. III, p. 483.

RÉVÉREND Albert (vicomte), Les familles titrées et anoblies au xixe siècle. Titres et confirmations de titres. Monarchie de juillet, IIe République, 2e empire [sic], IIIe République, 1830-1908, Paris, Champion, 1909, 2 vol.

SIX Georges, Dictionnaire biographique des généraux et amiraux français de la Révolution et de l’Empire 1792-1814, Paris, Georges Saffroy libraire-éditeur, 1934, 2 vol.

TULARD Jean (dir.), Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995, p. 178.

VAPEREAU Louis-Gustave, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables en France et des pays étrangers, 1re éd. : Paris, Hachette, 1858, 2 vol. ; 3e éd. : 1865, 1 vol., p. 336.

Annuaire de la noblesse de France, 1894, p. 433-435.

AUDIFFRET Charles-Louis-Gaston (marquis d’), Souvenirs de ma famille et de ma carrière dédiés à mes enfants 1787-1878, édition critique présentée et annotée par Michel Bruguière et Valérie Goutal-Arnal, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, 650 p.

BEAUCOUR Fernand, Un fidèle de l’Empereur : Jean-Mathieu-Alexandre Sari 1792-1862, thèse pour le doctorat de 3e cycle d’histoire moderne, université de Lille III, Paris, 1973, t. III, p. 131-150 (BN 4-Ln27-90847 (3,1). On trouvera, dans cette thèse, une généalogie fournie mais incomplète, et quelques références bibliographiques sur les CASABIANCA.

CRÉPEY André (dir.), La Cour des comptes, Paris, CNRS, 1984, p. 543-544 et 554-558.

DEMARTINI François, Armorial de Corse, Ajaccio, Éditions Alain Piazzola, 2003, 3 vol., vol. 1, p. 170-176.

HUGO Victor, Œuvres complètes : Choses vues 1830-1854, Paris, Librairie Ollendorff, Imprimerie nationale, 1913, t. II, p. 54-55.

LEBEY André, Louis-Napoléon et la Révolution de 1848, Paris, F. Juven, 1907, t. I, p. 93. L’auteur a vraisemblablement eu connaissance d’un exemplaire des mémoires du ministre, conservé alors par Lucien BIADELLI, le petit-fils du comte.

« Notice historique sur la noblesse de Corse », Nobiliaire de France, 1849-1850, p. 246-258.

MARINI Frédéric, À Mme la comtesse Xavier de Casabianca, épouse de M. le ministre d’État, Paris, impr. de Blondeau, 1852, in-4, 1 p. (BN YE-6460)

Table des illustrations

Légende © BN, Lithographie de N2D 105 405.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search