Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (III)

 | 
Guy Antonetti
, 
Fabien Cardoni
, 
Matthieu de Oliveira

Lebègue de Germiny (Charles Gabriel)

Texte intégral

1Né à Cliponville (Seine-Maritime) le 12 Brumaire an VIII-3 novembre 1799
Décédé au château de Motteville (près d’Yvetot, Seine-Maritime)
le 22 février 1871 des suites d’une crise de choléra
Fils d’Henri Charles LEBÈGUE DE GERMINY (1778-1843)
et de Joséphine DESCHAMPS DE BOISHÉBERT (1774-1851)

2Ministre des Finances du 24 janvier au 10 avril 1851

© Photographie par Nadar, Collection de la Réunion des musées nationaux.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

3Les LEBÈGUE sont une ancienne famille normande connue depuis le xive siècle avec Thomas LE BÈGUE, seigneur d’Hannerville, qualifié de chevalier en 1343, transplantée en Lorraine au début du xvie siècle avec René, homme d’armes des Ordonnances du roi, écuyer, venu à la suite de Renée de Bourbon, épouse (1515) d’Antoine, duc de Lorraine.

4Son petit-fils Jean (Vian Pastor) LE BÈGUE (1560-1645), est successivement conseiller d’État et privé de Lorraine en 1607, sous-gouverneur de la maison de Charles IV en 1618, secrétaire des commandements et conseiller en la cour des comptes de Lorraine en 1624. Il obtient des lettres de noblesse du duc Charles III le 1er août 1596 et épouse (par contrat de mariage du 30 janvier 1599) Anne DE SERRE, veuve de Pierson DES MOYNES, qui lui apporte en dot la terre de Germiny, près de Colombey (Meurthe-et-Moselle), dont Charles (1599-1667), père de Joseph (1648-1730), comte du Saint Empire par diplôme du 13 avril 1714 et qui obtient par L. P. du 8 février 1724 l’érection en comté de Germiny, lui-même père de Léopold Joseph, qui suit.

51. [trisaïeul] Léopold Joseph LEBEGUE de GERMINY, né le 15 mars 1700 et décédé à Vienne (Autriche) le 14 septembre 1738, comte du Saint Empire et de Germiny, baron de Torcheviller, seigneur de Gauviller, Holchey, Chantreine, Dompfevrin et La Neuville. Conseiller d’État et garde des sceaux du duché de Lorraine par succession de son père (1711), chambellan puis maître d’hôtel du duc Léopold de Lorraine, son parrain, il épouse le 29 mai 1724 (contrat de mariage du 10 mars) sa cousine Gabrielle Agnès d’HUNOLSTEIN (1710-1760), fille du maréchal de Lorraine Antoine François Hermann d’HUNOLSTEIN et de sa cousine Marguerite LEBÈGUE DE GERMINY (petite-fille de Charles LE BÈGUE), d’où :

  1. Antoine François, chef de la branche aînée, qui suit en 2.

  2. Jean Antoine, comte du Saint Empire, chef de la branche cadette.

  3. Charles Ernest (1730- ?), comte du Saint Empire.

  4. Reine Charlotte (1733- ?), religieuse.

62. [bisaïeul] Antoine François L. de G., à Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 1er juin 1725, décédé à Nancy en 1761. Capitaine de cavalerie au régiment Royal Allemand, il épouse par contrat de mariage du 25 février 1747 Antoinette Françoise-de-Sales Guillemine de THYRMOIS DE SACY (1727-1765), fille de Jacques Raoul, seigneur de Sacy et de Saint-Christophe, conseiller au parlement de Rouen, et d’Angélique Catherine Françoise LANGLOIS DE MOTTEVILLE, et à ce titre fondateur de la branche normande, d’où :

73. [aïeul] (Antoine) Gabriel Jacques Raoul L. de G., né à Nancy le 23 octobre 1752, décédé au château de Motteville (Seine-Maritime) le 1er février 1818, cornette puis capitaine au régiment Mestre de Camp-Dragons (1772). Parent d’émigré, il est emprisonné en l’an II ; sous l’Empire, il est conseiller de l’arrondissement d’Yvetot et président de canton. Il épouse à Rouen le 10 août 1772Amable Julie GUÉROULT DE PUYMARTIN (les généalogies disponibles indiquent également PUISMARTIN ou POUYMARTIN), née le 19 janvier 1742, décédée en 1822, d’où :

  1. [oncle] Marie Louis Gabriel Raoul, né à Rouen (Seine-Maritime) le 16 août 1773, décédé en 1829. Officier, chevalier de Saint-Louis, il épouse en premièresnoces en 1801 Adrienne Joséphine Victoire DESCHAMPS DE BOISHÉBERT, née le 8 janvier 1781, décédée après 1805 [tante de la mère du ministre] et en seconde noces en mai 1807 Adélaïde Charlotte Françoise ASSELIN DE VILLEQUIER, née le 2 novembre 1789 à Rouen, fille d’un ancien avocat au parlement de Paris sous l’Ancien Régime, devenu Premier président de la cour impériale de Rouen en 1811, d’où :

    • [cousine du premier lit] Clémence Adrienne, née en 1805 et décédée au château de Montmirail près Vendôme (Loir-et-Cher) le 13 avril 1883, épouse Marcel LE PESEANT, marquis de BOISGUILBERT, né en 1799 et décédé avant 1859, d’où trois enfants : Louis, Georgine et Noémie.

    • [cousin du second lit] Marie Henri Gabriel, né à Rouen le 3 juillet 1811 et décédé à Paris 22 février 1900, élève à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (1828), sous-lieutenant au 2e régiment de ligne, démissionnaire en 1832 ; il voyage à travers le monde et épouse le 22 décembre 1842 à Paris (paroisse Saint-Laurent) Emma Henriette Marie VAN DER VLIET, d’une riche famille hollandaise ; il s’installe au château de Béneauville à Bavent (Calvados) dont il devient maire en 1848, conseiller général du canton de Troam à partir de 1852, député gouvernemental de 1869 à 1870, membre de la commission d’enquête sur la marine marchande en février 1870 avant de renoncer à la vie publique après la chute de l’Empire ; chevalier de la Légion d’honneur en 1865.

  2. [père] Henri Charles, qui suit en 4.

  3. [oncle] Antoine Marie Raoul, né en 1780, décédé le 4 août 1838 à Vaubadon (Calvados), épouse en 1800 Aglaé Charlotte Henriette de BRIQUEVILLE, née le 27 septembre 1776 à Paris, décédée le 11 juin 1847 à Bayeux (Calvados), d’où au moins trois fils :

    • [cousin] un fils officier de marine, sans alliance

    • [cousin] Antoine Charles Gustave, née le 14 février 1802 à Bayeux, décédé le 5 juin 1860 à Bayeux, officier de cavalerie, épouse en 1823 sa cousine Antoinette Sidonie LEBÈGUE DE GERMINY, née le 5 mai 1808 à Rouen, décédée le 25 octobre 1861 à Bayeux, d’où cinq enfants : Marguerite (1828-1872), Françoise Charlotte (1829-1886), Raymond (1830- ?), Fanny (1833- ?) et Marie (1841-1878)

    • [cousin] Clément Joseph Léon (1809-1881), épouse le 29 décembre 1835 Marie Ghislaine Henriette MARESCAILLE DE COURCELLES, née en 1812, décédée en 1882, d’où trois enfants : Marie (1837-1921), Antoine (1840-1918) et Auguste.

84. [père] Henri Charles L. de G., né au château de Motteville (Seine-Inférieure) le 26 juillet 1778 et décédé à Orsay (Seine-et-Oise, aujourd’hui Essonne) le 17 mars 1843. Comte de Germiny et du Saint Empire, il est sous le règne de Napoléon Ier maire de Motteville, membre du conseil d’arrondissement d’Yvetot pendant dix ans et son secrétaire pendant sept ans, administrateur des hospices civils de Rouen pendant cinq ans et commandant de la 9e légion (Seine-Inférieure) de la garde nationale pendant six ans. Nommé inspecteur de la garde nationale enmars 1815, Henri LEBÈGUE DE GERMINY est élu député de Seine-Inférieure à la « Chambre introuvable » du 22 août 1815 : il siège avec la minorité libérale, participe à la commission chargé de l’examen de la loi d’amnistie et aux débats de la loi du 9 novembre sur les écrits et cris séditieux, qu’il tente l’une et l’autre d’adoucir. Nommé préfet du Lot (14 septembre 1816) puis de l’Oise (5 février 1817), il résigne ses fonctions le 19 février 1820 pour incompatibilité de fonctions avec celles de pair de France, dignité à laquelle il a été élevé par ordonnance royale du 5 mars 1819. Confirmé au titre de baron-pair sur institution d’un majorat formé de la terre de Gouville (Seine-Inférieure) par L. P. du 29 avril 1826 – majorat institué le 24 août 1833 –, il siège avec les royalistes modérés sous la Restauration puis avec la majorité conservatrice sous la monarchie de Juillet. Le père du ministre a entre-temps été nommé maître des requêtes en service extraordinaire auConseil d’État (19 juillet 1820) et maintenu au Conseil d’État après 1830. Enfin ce chevalier (1820) puis officier (1833) de la Légion d’honneur est également décoré des ordres de Saint-Jean-de-Jérusalem et de Saint-Louis.

9Il épouse le 17 septembre 1798 à Motteville (Seine-Maritime) Marie AnneJoséphine DESCHAMPS DE BOISHÉBERT ; chacun des deux époux a reçu en dot de leurs parents une pension annuelle de 2 000 L. Le couple a quatre enfants :

  1. [sujet de cette notice] Charles Gabriel.

  2. [sœur] Louise Aglaé, née le 4 juillet 1803 à Rouen (Seine-Maritime), décédée le 3 octobre 1883 à Curcy (Calvados), épouse le 29 avril 1829 André Adolphe SIGNARD D’OUFFIÈRES, né le 31 janvier 1800, décédé le 15 mars 1877, d’où trois enfants :

    • [nièce] Louis Frédérique Joséphine, née le 10 mai 1830 à Caen (Calvados), décédée le 7 février 1894 à Curcy (Calvados), épouse le 24 juin 1851 Léonce GUYON, marquis de GUERCHEVILLE, né le 5 avril 1826 à Argentan (Orne), décédé le 24 décembre 1888 à Curcy, d’où trois fils [petits-neveux] : Henri (1852-1899), André (1854- ?) et Gabriel (1856-1926).

    • [neveu] Charles, né en février 1832 à Caen, décédé en févier 1932 à Caen, s. a. c.

    • [nièce] Elisabeth Antoinette, née le 5 avril 1834 à Caen, décédée le 22 mars 1915, épouse le 7 décembre 1858 Marie Albert Philippe de GILLÈS, d’où six enfants [petits-neveux et nièces] : Marie André Elisabeth Thérèse (1859-1901), Jeanne Louise Mathilde Marie (1862- ?), Marie Mathilde Charlotte Jeanne (1864- ?), Magdeleine (1867- ?), Arthur Joseph (1871- ?) et Marie Joséphine Adrienne Léontine (1877- ?)

  3. [sœur] Pauline, décédée en 1829, épouse en 1822 Frédéric LE COQ DE BEAUSAMY, d’où :

    • [neveu] Henri, décédé en 1847.

    • [nièce] Anna, décédée en 1871, épouse en 1847 N. BERNARDIERS DE SAINT-QUENTIN, d’où six enfants [petits-neveux et nièces] : Gabriel, Pauline, Roger, Henri, Marine et Hélène.

  4. [frère] Antoine Raoul (1780-1833) épouse en 1800 à Bayeux (Calvados) Aglaé de BRIQUEVILLE, 1776-1844, d’où :

    • [neveu] Léon (1809-1881) épouse Henriette MARESCAILLE DE COURCELLES (1812-1882), d’où [petit-neveu] Auguste (1848-1929) épouse Lucie Cécile MADRE DE NORGUET, d’où postérité.

FAMILLE MATERNELLE

10Les DESCHAMPS DE BOISHÉBERT sont une famille originaire de l’élection de Montivilliers, anoblie en 1471, maintenue en 1667 et représentée à l’assemblée de la noblesse de Caudebec en 1789.

111. [bisaïeul] Antoine Adrien Joseph DESCHAMPS DE BOISHÉBERT, épouse Catherine Elisabeth Marie Gabrielle AUBER, d’où deux enfants :

  1. [grand-père] François Adrien, qui suit en 2.

  2. [grand-tante] Adrienne Elisabeth Joséphine, épouse Marie Louis Gabriel Raoul LEBÈGUE DE GERMINY [voir supra].

122. [aïeul] François Adrien D. de B., seigneur de Boishébert, né le 15 mai 1748 à Cliponville, décédé le 1er décembre 1816 à Cliponville, page du roi à la petiteEcurie en 1762, ensuite capitaine de cavalerie au régiment Royal Étranger jusqu’à sa retraite en 1776, membre de l’assemblée provinciale en 1787 ; sous l’Empire, il est maire de Cliponville, président de canton puis du conseil d’arrondissement et commandeur de la Légion d’honneur ; désigné dans la liste des plus imposés de la Seine-Inférieure de l’an XIV comme « propriétaire et président du conseil d’arrondissement d’Yvetot », acquittant 9 078 F de contributions. Il épouse le 20 août 1771 Marie Anne Gabrielle CHAUVIN D’OFFRANVILLE, née le 6 mars 1753, fille d’un maréchal de camp et chevalier de Saint-Louis, d’où sept enfants :

  1. [oncle] Adrien, né le 9 mai 1773, décédé le 31 octobre suivant.

  2. [mère] Marie Anne Joséphine, qui suit en 3.

  3. [oncle] Charles Raoul, né le 2 novembre 1776, décédé en juin 1848, maire de Cideville et conseiller général, épouse le 20 avril 1800 Thérèse THOREL DE BONNEVAL, d’où quatre enfants :

    1. [cousine] Élise.

    2. [cousine] Marie François Radulphine, née le 19 juillet 1801 à Cideville (Seine-Maritime), décédée le 14 juin 1893 à Huegelville-sur-Scie (Seine-Maritime), épouse le 10 janvier 1826 à Offrainville (Seine-Maritime) Hippolyte Robert de SAINT-VICTOR (1789-1857), d’où quatre enfants [petits-neveux etnièces] : Raoul (1827- ?), Léontine (1828-1904), Émilienne (1833-1866), Amicie (1837-1918).

    3. [cousin] Adrien, né le 1er mars 1807, décédé en 1861, épouse en premières noces en 1834 Clémence QUESNEL, née en 1817, décédée le 10 décembre 1855, dont trois enfants [petits-neveux et nièces] : Gabriel (1835-1917), Bathilde (1838-1913) et Ernest (1841- ?) et en secondes noces le 15 juin 1857 Sidonie DELARUE.

    4. [cousine] Bathilde.

  4. [oncle] Antoine Adrien, né le 27 mars 1784 à Offranville (Seine-Maritime), décédé le 24 juillet 1849 à Bordeaux (Gironde), adjudant major dans la garde nationale puis conseiller général et maire de Cliponville, épouse le 28 mai 1811 Adèle de PIPEREY, née le 15 mars 1790, décédée en 1846, fille d’un conseiller au parlement de Normandie, d’où huit enfants :

    1. [cousin] Adrien Simon Paul, né le 29 février 1812 à Cliponville (Seine-Maritime), décédé le 6 décembre 1862 à Sassetot-le-Mauconduit (Seine-Maritime), épouse le 7 décembre 1848 à Envronville (Seine-Maritime) Léopoldine DU VAL D’ANGOVILLE, d’où trois enfants [petits-neveux] : Jean (1849-1920), Adrien ( ?-1862) et Paul.

    2. [cousine] Marie Louise Caroline, née le 30 mars 1813 à Cliponville (Seine-Maritime), décédée le 12 septembre 1886, épouse le 7 juillet 1830 à Cliponville Hippolyte DESSON DE SAINT-AIGNAN, dont quatre filles [petites-cousines] : Caroline, Léontine, Marie et Gabrielle.

    3. [cousin] Raoul Alexandre, né le 14 avril 1814, décédé le 1er janvier 1880, épouse à Envronville (Seine-Maritime) Ernestine de MIRE, dont deux fils [petitscousins] : Adrien (1841- ?) et Gaston (1842-1902).

    4. [cousine] Marie Thérèse Juliette, née le 25 mai 1815 à Cliponville (Seine-Maritime), épouse le 1er février 1841 à Cliponville Paul Frédéric de GRIEU D’ESTIMAUVILLE, né en 1791, dont quatre fils [petits-cousins] : Henri (1844-1862), Arthur (1846-1913), Gaston (1849-1864) et René (1850-1880).

    5. [cousine] Gabrielle Pauline Antoinette, née le 24 décembre 1817 à Cliponville, décédée le 27 février 1875 à Cliponville, épouse le 19 novembre 1849 Henri DULONG, né le 14 août 1817 à Rouen (Seine-Maritime), décédé le 15 octobre 1866 à Cliponville, dont une fille [petite-cousine] : Marie (1854-1936).

    6. [cousin] Marie Frédéric, né en 1819 à Cliponville, épouse Aglaé CHAUFFER DE SAINT-MARTIN, d’où quatre enfants [petits-cousins et cousines] : Adrienne (1843-1870), Blanche (1845-1876), Raoul (1854- ?) et Adrien.

    7. [cousine] Émilie, née ne 1826 à Cliponville, épouse Ernest FILLEMIN, d’où trois enfants [petits-cousins et cousines] : Marie, Louis et Albert.

    8. [cousin] Charles Marie François, né le 27 décembre 1827, décédé le 21 mai 1900, épouse le 17 novembre 1851 N. de FROMONT DE BOUAILLE, d’où sept enfants [petits-cousins et cousines] : Antoine, Alix, Ignace, Berthe Marie Pauline, Pauline, Alexandre Georges et Frédéric Joseph.

  5. [tante] Calixte, née le 30 octobre 1786, décédée en 1792

  6. [tante] Marie Honorine Olympiade, née le 13 août 1793 à Rouen (Seine-Maritime), décédée le 16 janvier 1872 à Saint-Georges-du-Vièvre (Eure), épouse le 7 avril 1812 à Cliponville Louis Raoul NAGUET DE SAINT-VULFRAN, né en 1790, décédé en 1863, d’où neuf enfants :

    1. [cousin] Eugène, épouse N DES COURTILS, dont deux enfants [petitscousins et cousines] : Marie et Raoul.

    2. [cousin] Rodolphe, épouse Aurélie DU VERGER (cousine ou sœur de l’épouse de ses frères Théodore et Léoplod), dont trois enfants [petits-cousins] : Raoul, Georges et Henri.

    3. [cousin] Adrien.

    4. [cousine] Clémence.

    5. [cousin] Théodore, épouse Léontine DU VERGER (cousine ou sœur de l’épouse de ses frères Rodolphe et Léopold).

    6. [cousin] Raoul, épouse N de CHEVRAS.

    7. [cousin] Léopold, épouse Henriette DU VERGER (cousine ou sœur de l’épouse de ses frères Rodolphe et Théodore).

    8. [cousin] Octave.

    9. [cousine] Adèle.

133. [mère] Marie Anne Joséphine D. de B., née le 27 octobre 1774, décédée à Paris le 12 avril 1851.

MARIAGE ET DESCENDANCE

14Charles Gabriel LEBÈGUE DE GERMINY épouse (sans doute à Strasbourg) le 7 juillet 1825 Marie-Louise-Elisabeth HUMANN, née à Strasbourg le 25 janvier 1806, décédée en 1899, quatrième fille du ministre des Finances HUMANN et de Madeleine Barbe HEILIGENTHAL.

15L’ascendance de la mariée a été présentée par Guy Antonetti à l’occasion de la notice consacrée à son père, le ministre des Finances Jean-Georges HUMANN ; qu’on nous permette d’y renvoyer.

16Le ménage eut cinq enfants, deux fils et trois filles :

171. [fils] Charles Adrien, vicomte de GERMINY, né à Strasbourg (Bas-Rhin) le 9 septembre 1826 et décédé à Paris ou château de Gouville par Fontaine-le-Bourg (Seine-Inférieure) le 16 mars 1922. D’abord surnuméraire (1846) puis commis (1848) à l’administration centrale des Finances et à la Caisse des dépôts (1846-1854), il est attaché au cabinet particulier du directeur général de cette institutionen 1848 et candidat à l’auditorat au Conseil d’État (il fait d’ailleurs publier sa composition sur le Système des revenus publics établi en France par la première Assemblée constituante, Paris, P. Dupont, 1849, 24 p. [BNF : 8° Lf155 2 (10)]). Lorsque son père est nommé au ministère des Finances, il devient gérant intérimaire de la recette générale de la Seine-Inférieure (25 janvier-21 avril 1851), tout en poursuivant une carrière à l’Inspection des finances commencée comme adjoint (1850) puis sous-inspecteur (1853). Chef de bureau (intérimaire) au secrétariat général du ministère des Finances le 25 avril 1854, il succède à son père comme receveur général des finances (6 juillet 1854) puis trésorier-payeur général (23 novembre 1865) de la Seine-Inférieure, en poste jusqu’au 30 juillet 1888. Administrateur et censeur de la Banque de France à Rouen de 1855 à 1864, il est régent de la Banque de France de 1864 à 1899 et sous-gouverneur par intérim pendant la guerre de 1870, chargé par le Gouvernement de la défense nationale de négocier un emprunt de 250 millions auprès de la Banque Junius-Spencer Morgan de Londres, remboursable en 34 ans à 6 % l’an (contrat du 24 octobre 1871). Administrateur de la Banque impériale ottomane, de la Compagnie des chemins de fer du Nord et de la Banque de Paris et des Pays-Bas (1899), il est également le président du Comité de Paris de la Société impériale et royale des chemins de fer autrichiens. Chevalier (13 août 1861), officier (10 juillet 1874) puis commandeur de la Légion d’honneur (13 juillet 1888), il épouse par contrat du 30 juillet1851 Céline Marie de QUIÉVREMONT, née en 1834, décédée le 16 février 1910 à Gouville, dont il a 5 enfants :

  1. [petit-fils] Charles Georges, né en 1852, décédé en 1936, épouse le22 septembre 1885 à Paris Anne Marie Cécile ONFRAY DE BRÉVILLE, née en 1864, décédée en 1940, dont un fils et une fille

    • [arrière-petit-fils] Robert (1886-1969) épouse en 1919 Aline de GRAMMONT (1894-1983), d’où trois enfants : Renaud (1920-1992), Anne-Marie (1921-2005) et Emmanuel, né en 1923 et actuel comte LE BÈGUE DE GERMINY.

    • [arrière-petite-fille] Marie-Thérèse (1888-1965) épouse le 17 juillet 1908 à Paris Philippe Eugène Félix Marie, comte d’OULTREMONT (1879-1959), dont deux enfants : Théodore (1914- ?) et Georges (1916-1993).

  1. [petite-fille] Marguerite, née en 1854 ou 1855, épouse le 15 septembre 1874 à Rouen le comte Maximilien LE ROY DE VALANGLART, né en 1846, décédé au château de Sainte-Foix le 14 septembre 1920, d’où une fille :

    • [arrière-petite-fille] Elisabeth (1876- ?) épouse le 1er septembre 1898 Olivier COSTA DE BEAUREGARD (1872- ?).

  1. [petite-fille] Marthe, née en 1858, épouse en août 1879 Léon FOUACHE D’HALLOY, né en 1844, décédé en 1898, d’où deux enfants :

    • [arrière-petit-fils] Adrien (1885-avant 1826) épouse Geneviève de CHAVAGNAC (1906- ?), mariée en secondes noces le 11 février 1926 au comte Xavier de MONTECLERC (1903-2003).

    • [arrière-petit-fils] Audouin, né en 1889.

  1. [petite-fille] Alice, née en 1862, décédée en 1915, épouse le 8 janvier 1889 le comte Bertrand de LA BOURDONNAYE-BLOSSAC, d’où quatre enfants :

    • [arrière-petite-fille] Hervée (1892- ?) épouse Gustave FOUGEROUX DE CAMPIGNEULLES (1891- ?).

    • [arrière-petit-fils] Gaston (1894- ?).

    • [arrière-petit-fils] Tanguy (1895-1969) épouse Elisabeth GARNIER (1906-2001).

    • [arrière-petite-fille] Yvonne (1896- ?) épouse Aymar BELHOMME DE FRANQUEVILLE, née le 17 ai 1891.

  1. [petit-fils] Jacques, né en 1872, décédé en 1950, épouse en premières noces en 1902 Marie Madeleine de GOUVION SAINT-CYR (1883-1926), petite-fille du maréchal du Premier Empire, en deuxièmes noces en 1927 Eda de LA HAUSSE REMONDO (décédée en 1929) et en troisièmes noces en 1946 Herminie ROGER, dite Madia ROYER.

182. [fille] Georgette Julie, dite Juliette, née en 1828, épouse le 7 juin 1847 (contrat du 4 juin) le baron [en fait c’est son oncle Marie Antoine de REISET, officier supérieur, qui est successivement fait chevalier et baron de l’Empire puis vicomte en 1822] Jules (de) REISET, issu d’une famille noble depuis 1778, né à Rouen le 6 octobre 1818, décédé à Paris le 5 février 1896. Ce dernier est le fils de Jacques Louis Étienne (1771-1836), ingénieur adjoint des Ponts et Chaussées, dessinateur géographe du Haut-Rhin puis receveur général du Haut-Rhin (1795-1803), du Mont-Tonnerre (1803-1813) et de la Seine-Inférieure (1816-1836), régent de la Banque de France (1826-1836), et de Denise Thérèse Colette GODEFFROY DE SURESNE (1782-1850). Chevalier de la Légion d’honneur et de Saint-Louis, le gendre du ministre est également le beau-frère du baron de BEURNONVILLE, pair de France et du comte d’ARJUZON, député sous le Second Empire, oncle du comte de SÉGUR-LAMOIGNON. Scientifique de renom, il publie entre 1845 et 1850 six volumes de son Annuaire de chimie et est élu à l’Académie des sciences (section d’économie rurale) en 1884 ; il mène par ailleurs une carrière politique comme maire de Rouen, conseiller général de la Seine-Inférieure en 1848, secrétaire de cette assemblée ; élu député officiel de la Seine-Inférieure le 11 décembre 1859, il vote le plus souvent avec la majorité sauf sur la question du traité de 1860 ou de la politique italienne de Napoléon III et vote l’amendement de 91, mais ne se représente pas en 1863 et se retire de la vie politique. Officier de la Légion d’honneur et commandeur de Saint-Grégoire-le-Grand, il décède sans postérité.

193. [fille] Marie Joséphine Louise Isabelle (1834-6 mars 1891 à Paris), épouse au château familial de Motteville le 19 août 1854 (contrat du 18 août) Marie Jacques Henry RAMEY, vicomte de SUGNY. Issu d’une famille noble du Forez, ce dernier, né le 16 novembre 1829 et décédé le 1er novembre 1909, est le petit-fils du premier préfet du Puy-de-Dôme, le fils d’un maître des requêtes au Conseild’État et le frère d’un député légitimiste catholique de la Loire. De leur union naissent huit enfants, cinq garçons et trois filles :

20A. [petit-fils] Joseph Marie Gabriel, né le 15 févier 1856, décédé le 17 août 1928, lieutenant de vaisseau, commandant de l’aviso L’Actif à Alger au décès de sa mère ; il poursuit sa carrière dans la Marine jusqu’au grade de contre-amiral. Il épouse en premières noces le 5 janvier 1887 Elisabeth de MONTAIGNE DE PONCINS, née le 6 juin 1864, décédée le 19 août 1898, dont deux enfants :

  • [arrière-petit-fils] Henri (1889-1899).

  • [arrière-petite-fille] Isabelle (1895- ?) épouse Arnaud de MAULÉON.

21Et en secondes noces le 26 juillet 1902 à Paris Catherine Adèle RENOUARD DE BUSSIÈRE, née le 14 juillet 1867, décédée le 8 décembre 1940, d’où deux autres enfants :

  • [arrière-petite-fille] Georgina (1904-1997) épouse en février 1927 Hubert BÉRY (1899- ?), contre-amiral.

  • [arrière-petit-fils] Jean Léopold (1910-1984) épouse le 29 novembre 1937 Geneviève de DAMPIERRE (1917- ?).

22B. [petite-fille] Marie Hélène Gabrielle, née en 1859, décédée en 1938, religieuse et à ce titre n’apparaissant pas parmi les héritiers de sa mère en 1891.

23C. [petit-fils] Marie François, né le 15 mai 1861, décédé le 1er septembre 1893, lieutenant au 27e dragons au décès de sa mère, chef d’escadron de cavalerie à son décès, père de - [arrière-petit-fils] Pierre Vital (1893-après 1951), licencié en droit et en lettres, mobilisé en 1915 (une blessure, deux citations), inspecteur des finances (1923), contrôleur des dépenses engagées aux ministères de l’Intérieur puis des Affaires étrangères (1925-1928), directeur au Crédit Lyonnais en 1929.

24D. [petite-fille] Marie Louise, née en 1863, décédée en 1865.

25E. [petite-fille] Jeanne Louise, née en 1866, décédée en 1957, « sans profession à Lyon » en 1891, religieuse.

26F. [petit-fils] Louis Gabriel Vital, né le 3 avril 1868 à Souternon (Loire), décédé en 1953, maréchal des logis au 27e dragons au décès de sa mère, en garnison àl’École militaire, épouse Louise de JOUVENCEL, née le 16 décembre 1872 à Paris, décédée en 1937, d’où trois fils :

  • [arrière-petit-fils] Henri (1901-1968) épouse le 28 avril 1942 à Paris Odile de VASSINHAC DIMÉCOURT (1910- ?).

  • [arrière-petit-fils] Olivier (1904- ?) épouse Thérèse de MARTIGNAC.

  • [arrière-petit-fils] Jean-Marie.

27G. [petit-fils] Marie Charles Joseph, né en 1872, décédé en 1941.

28F. [petite-fille] Marie Marguerite Jeanne, née en 1876, décédée en 1962, épouse Hubert MICHEL, d’où deux fils :

  • [arrière-petit-fils] Edouard (1899- ?) épouse Marie Jeanne HERVÉGRUYER (1899- ?).

  • [arrière-petit-fils] Hervé (1906- ?) épouse le 13 juin 1931 Germaine GOUÏN (1906- ?).

294. [fille] Marie Amélie, née en 1839, décédée à Paris le 10 octobre 1861, épouse le 11 juin 1860 (contrat de mariage du même jour) le vicomte Ange Charles Léonor BENOIST D’AZY (1834- ?). Fils de Denys Aimé René Emmanuel (1796-1880), secrétaire de légation en Allemagne, inspecteur général des finances (1825), directeur de la Dette inscrite (1830), député de la Nièvre (1841-1848 et 1871-1877) et du Gard (1849), membre de l’Assemblée nationale (1871-1876), chevalier de la Légion d’honneur (1826), il est le petit-fils de Pierre Vincent BENOIST (1758-1834), lui-même petit-fils du ministre des Finances LEROULXDELAVILLE [voir sa notice] par sa mère, ministre d’État et membre du Conseil privé (1815), comte par L. P. du 21 août 1828, et de Léontine Rose Amélie BRIÈRE DAZY ( ?-1884), autorisé par ordonnance royale du 29 juin 1847 à ajouter « d’Azy » à son nom. Le couple demeure sans postérité, en raison du décès prématuré de la mariée.

304. [fils] Charles Eugène, né à Melun le 11 juillet 1841, décédé à Buenos-Aires (Argentine) en 1898, auteur d’une thèse pour la licence en droit soutenue le 7 juillet 1865 à la faculté de Paris consacrée au Rang que les hypothèques ont entre elles [BNF : 8° F4 1078], avocat à la cour d’appel de Paris, catholique militant, conseiller municipal de Paris représentant le quartier Saint-Thomas-d’Aquin (1874-1878) et candidat clérical malheureux aux législatives de février-mars 1876. Il est mêlé en 1877 à une affaire de mœurs (arrêté le 6 décembre 1876 dansune vespasienne des Champs-Élysées en flagrant délit d’outrage public à la pudeur de nature homosexuelle sur la personne d’un bijoutier de 18 ans, condamné à deux mois de prison et 200 F d’amende) qui l’oblige à s’exiler ; avocat à Buenos-Aires à partir de 1886. Il avait épousé le 17 février 1867 (contrat du 25 février 1868) sacousine Emma Clémence Marianne LEBÈGUE DE GERMINY, d’où trois enfants [petits-fils et petite-fille] : Raoul, Charles et Marie.

II. LE PERSONNAGE

Les études

31Il n’a pas été possible de retrouver des informations relatives aux études du futur ministre. Seule la mention d’actions du collège de Juilly qu’il détient à son décès peut faire penser qu’il y a fait une partie de sa scolarité.

La religion

32Fervent catholique pratiquant.

Les domiciles et résidences

33Haut commis de l’État, LEBÈGUE DE GERMINY a le plus souvent occupé des logements de fonction, ce qui ne l’empêche pas de se porter acquéreur de certains de ses domiciles.

34Sa nomination au Conseil d’État en 1832 lui impose de disposer d’un logement parisien, sans doute celui qu’il occupe toujours une fois devenu conseiller maître à la Cour des comptes en 1841.

35Installé comme receveur général de Saône-et-Loire en 1833, il demeure à Mâcon jusqu’en 1836 ; nommé aux mêmes fonctions à Rouen à la fin de l’année 1845, il achète à son prédécesseur BAUDON DE MONY fils la « magnifique maison » qui servait de siège de la recette générale, avec le mobilier qu’elle renfermait, et la possède toujours à son décès.

36Devenu entre-temps préfet de Seine-et-Marne en 1838, il loge à la préfecture du département à Melun. De même loge-t-il au siège du Crédit foncier entre 1854 et 1857, d’abord 57 rue Taitbout (IXe arrondissement) puis 17 rue des Capucines (Ier arrondissement) ; devenu gouverneur de la Banque de France, c’est à l’hôtel de la Vrillière, dans la rue du même nom, qu’il habite entre 1857 et 1863.

37En 1865, il est installé au 7bis rue des Saints-Pères (VIe arrondissement) qu’il quitte en 1868 pour le 2 rue Alfred-de-Vigny (VIIIe arrondissement) qu’il conserve jusqu’à son décès. Il passe enfin ses dernières années dans son château de Motteville Lesneval, près d’Yvetot (Seine-Maritime).

Le portrait

38LEBÈGUE DE GERMINY passe pour un bon spécialiste des finances, « rompu à toutes les difficultés du royaume des écus » selon un contemporain et totalement dévoué au prince-président puis à l’Empereur qui fait appel à lui chaque fois qu’il a besoin d’un « financier compétent et fidèle » (A. Plessis, p. 311-312). Selon L’Indépendance belge, il joint aux « habitudes laborieuses de l’administration une aménité de forme parfaite et la courtoisie d’un gentleman ».

39L’un des rares portraits dont on dispose du comte de GERMINY est en fait une photographie due à Nadar, conservée dans les collections de la Réunion des musées nationaux.

Les distinctions honorifiques

40Les armes de la famille LEBÈGUE DE GERMINY sont : écartelé en 1 et 4, d’azur au poisson posé en fasce ; en 2 et 3, d’azur à l’écusson d’argent en abîme ; le tout à l’aigle déployé de sable.

41Démissionnaire de ses fonctions de ministre des Finances le 10 avril 1851, GERMINY est élevé dès le lendemain au grade de commandeur de la Légion d’honneur, sans avoir été ni chevalier ni officier ; il est promu grand-officier le 16 août 1860.

Sociabilité

42LEBÈGUE DE GERMINY est un personnage très mondain qui donne de grandes soirées à Rouen puis à Paris et aime recevoir. Le marquis de CASTELLANE relate dans son Journal à la date du 9 février 1848 : « Le comte de GERMINY a donné un beau bal… Il reçoit chaque semaine, ce qui lui est facile, mais cela n’en est pas moins bien à lui : il y en a tant d’autres, dans le siècle où nous vivions, qui mettraient les économies tout simplement dans leurs poches ».

43Passant pour un fin gourmet, il est réputé pour sa science du bien manger comme « un bel homme de table » et donne son nom à un potage spécialement crée pourlui en 1869 par le prestigieux chef du Café anglais, Adolphe DUGLÉRÉ, le potage Germiny, à base d’oseille.

44Il est également membre du Jockey Club et du Cercle des chemins de fer, ainsi que vice-président du Cercle agricole de 1855 à 1870. Il est d’ailleurs à l’origine de la création en 1864 de la Société de l’hôtel du quai d’Orsay, que loue ce même Cercle agricole après sa construction.

Le testament

45Par testament olographe en date du 25 novembre 1865 déposé en l’étude de Me Mauger, notaire à Clères (Seine-Maritime) le 29 avril 1871, le comte de GERMINY lègue à sa veuve toute la fortune mobilière et immobilière que la loi lui permet de léguer.

La sépulture

46Le comte de GERMINY est semble-t-il inhumé à l’intérieur de la chapelle familiale située dans le cimetière de la commune de Motteville.

III. LA FORTUNE

47Le comte de GERMINY semble n’avoir jamais connu autre chose que l’aisance et même la fortune, et quelques chiffres suffisent à s’en convaincre.

48Il reconnaît lui-même tirer 150 000 F par an de sa recette générale de la Seine-Inférieure, « la meilleure de France » ; son traitement de gouverneur du Crédit foncier s’établit à 40 000 F par an, celui de gouverneur de la Banque de France à 60 000 F ; devenu sénateur, il dispose d’une dotation annuelle et viagère de 30 000 F ; enfin ses revenus sont estimés à la fin de l’Empire à 100 000 F.

49Ces divers appointements viennent compléter un patrimoine immobilier important et pour large une part hérité et une fortune globale encore accrue par son mariage.

Le contrat de mariage

50Passé devant Me Reuker, notaire à Strasbourg en date du 5 juillet 1825, il prévoit que les deux époux adoptent le régime de la communauté d’acquêts.

51L’apport de Mlle HUMANN se monte à 400 000 F en trois inscriptions de rentes 5 % consolidées ; elle hérite par la suite de sommes confortables [voir infra].

Successions reçues par l’épouse

52Mme de GERMINY, en plus de la dot de 400 000 F reçue de ses parents lors de son mariage en 1825, disposait « d’espérances » plus que confortables qui assurèrent au couple des revenus supplémentaires tout à fait importants.

53D’après la succession de son époux, elle a reçu :

    • sa part dans la succession de son frère Charles Eugène HUMANN suivant liquidation enregistrée à Strasbourg le 25 septembre 1838, pour 33 917,44 F ;

    • sa part dans la succession de son père suivant acte passé devant Me Noël, notaire à Paris les 20 au 20 novembre 1842, pour 302 325,65 F ;

    • sa part complémentaire dans la même succession selon l’inventaire des valeurs laissées indivises selon l’acte du même jour pour 135 617,55 F.

54Soit un total de 471 860,64 F.

55Mais les informations recueillies par Guy Antonetti laissent à penser que la somme est sans doute plus importante, puisqu’elle aurait hérité de 691 303,46 F, provenant :

    • de la succession maternelle en 1836 qui fait apparaître un actif de 4 468 424 F, certes amputée des six dots de 400 000 F, soit 2 400 000 F, mais se montant tout de même à 2 068 424 F ; la moitié revient naturellement à l’époux survivant, le reste soit 1 034 212 F étant à partager entre les six enfants survivants du couple HUMANN qui reçoivent donc chacun 172 368,66 F ;

    • en 1838, le frère cadet de Mme de GERMINY décède célibataire, laissant une succession de 395 788 F revenant pour un quart (98 947 F) à son père et le reste à ses cinq frères et sœurs ; celui qui n’est alors « que » pair de France décide pourtant de faire don de sa part à ses enfants, qui dès lors touchent chacun 79 157,60 F ;

    • lorsque son père décède en 1842, il laisse quant à lui 4 598 886 F, moins les 2 400 000 F de dot, soit 2 198 886 F, soit une somme de 439 777,20 F pour chacun des cinq enfants survivants.

Successions reçues par l’époux

56La destruction au moins partielle des archives de l’enregistrement de la Seine-Maritime nous prive du détail de la succession des ascendants du ministre, sans doute en grande partie immobilière.

57De fait, on ne dispose que de quelques éléments permettant d’évaluer la fortune de sa famille paternelle : son grand-père dispose en 1809 de revenus estimés à 80 000 F, acquitte 11 537 F de contributions, ce qui fait de lui le 14e rang de la liste des 60 plus imposés du département établie en l’an XIII et acquiert 986 ha de biens dorigine nationale en 1815, léguant à sa mort en 1818 pour 243 277 F de biens ; son fils Henry, le père du ministre, laisse à son décès en 1843, une succession (parisienne) comprenant pour 2 634 F de « meubles meublants » et pour 40 000 F de terrains situés au nord de la capitale, entre les barrières Poissonnière et Saint-Denis. Une partie de ces biens revient bien évidemment à son fils aîné.

58Quant aux héritages venus du côté maternel, ils se composent d’une partie desrevenus connus de son grand-père DESCHAMPS DE BOISHÉBERT, qui acquitte pour 9 078 F de contributions en l’an XIII (21e plus imposé du département) et lègue à sa mort en 1816 des biens immobiliers dont le revenu est évalué à 11 000 F (soit une valeur de 220 000 F au denier 20).

L’établissement des enfants

59Chacun des enfants mariés du couple reçoit peu ou prou une dot comparable, payée par moitié par les deux parents :

  • Juliette est la première à se marier, en 1847, avec Jules de REISET : elle est dotée par ses père et mère pour moitié de 20 000 F et de 300 000 F en avance d’hoiries.

  • Adrien, l’aîné des enfants, épouse en 1851 Céline Marie de QUIÉVREMONT : il reçoit de ses parents une somme de 300 000 F.

  • Isabelle, mariée en 1854 à Henry RAMEY DE SUGNY reçoit à son tour une somme de 300 000 F de ses parents.

  • Marie avait bénéficié lors de son mariage en 1861 avec Charles Léonor BENOIST D’AZY d’une somme identique. Sa disparition précoce entraîne une restitution partielle de la dot à ses parents : la future avait apporté en mariage un capital de 40 000 F et fait donation à son mari de l’usufruit de la moitié de ses biens ; à son décès et en l’absence de descendants, la moitié de ces biens revient en toute propriété à ses père et mère et réintègre la communauté qu’ils forment, l’autre moitié leur revenant en nue propriété, pour une somme totale de 125 884 F.

  • Eugène enfin épouse en 1867 sa cousine Emma Clémence Marianne LEBÈGUE DE GERMINY et se voit pareillement doté à hauteur de 300 000 F.

La succession laissée par le mari

60Le comte de GERMINY fait de son épouse sa légataire universelle, d’autant que par acte déposé au greffe du tribunal civil d’Yvetot en date des 16 et 17 août 1871, les héritiers réservataires renoncent purement et simplement à la succession de leur père et aïeul, de sorte que la comtesse de GERMINY recueille seule la succession de son époux. La déclaration de succession principale est faite le 18 août 1871 au bureau d’Yerville ; une déclaration en date du 30 décembre 1871 complète la première concernant les fermages.

  • Il dépend de la communauté existante entre les époux :

  • les objets mobiliers, meubles, habits, linges décrits dans l’inventaire après décès dressé les 2, 3 et 4 mai 1871 et prisé à hauteur de 28 607 F ;

  • l’argenterie, prisée pour une valeur de 6 395 F ;

  • argent monnayé pour 13 255,50 F ;

  • dépôt en compte courant à la recette générale de la Seine-Inférieure pour 194 602,12 F ;

  • 90 jetons [de présence ?] en argent pour 326 F ;

  • par acte passé devant Me Ducloux, notaire à Paris en date des 15 novembre et 28 décembre 1861, les époux GERMINY ont réglé avec M. BENOIST D’AZY leur gendre la succession de leur fille Marie, décédée sans postérité le 10 octobre 1861 : 125 884 F sur lesquels 20 000 F, formant la moitié de l’apport de Mme BENOIST D’AZY ayant déjà supporté le droit sur la toute propriété au décès de cette dernière, il y a lieu de déduire la moitié, soit 10 000 F ; reste donc soumis au droit une somme de 115 884 F ;

  • créance sur le baron du PILLE pour 4 000 F ;

  • part du loyer dû par M. Adrien de GERMINY, locataire de l’hôtel de la recette générale [remarquons qu’en dépit de la réforme de 1865, l’hôtel n’a semble-t-il pas adopté la nouvelle terminologie de trésorerie paierie générale] à Rouen depuis le 25 décembre 1870 pour 1 830 F ;

  • prêt en argent ou pour fermage échu au décès à M. Arthus pour 13 750 F ;

  • prêt pour fermage échu au décès à M. Petit pour 9 460 F ;

  • prêt pour fermage échu au décès à M. Hennetier pour 1 328 F ;

  • prêt pour fermage échu au décès à M. Cabot pour 160 F ;

  • prêt pour fermage échu au décès à M. Bouterre pour 80 F ;

  • prêt pour loyer échu au décès à M. Folloppe pour 60 F ;

  • 3 actions du collège de Juilly estimées 1 F ;

  • un récépissé provisoire de 12 000 F délivré pour le versement fait sur les deux premiers 1/5e de 60 actions de la Société des bétons agglomérés estimés 1 F ;

  • 3 obligations sur le Cercle impérial estimées 600 F ;

  • 4 reçus pour l’achat d’actions de la Société de l’hôtel du quai d’Orsay estimés 5000 F ;

  • certificat pour 200 actions de la Société du Crédit mobilier pour 29 375 F + 19 600 F de dividendes échus depuis le 1er janvier 1867 ;

  • 2 obligations 4 % au porteur sur le Crédit foncier de France, pour 930 F + 200 F d’intérêts échus depuis le 1er novembre 1868 ;

  • 1 obligation 3 % au porteur sur le même Crédit foncier pour 435 F + 75 F d’intérêts échus depuis 5 ans ;

  • 5/10e d’obligations foncières 3 % au porteur sur le même Crédit foncier pour 423,75 F ;

  • une lettre de gage 5 % au porteur sur le même Crédit foncier pour 500 F + 125 F d’intérêts échus depuis 5 ans ;

  • 2 lettres de gage 5 % au porteur sur le même Crédit foncier pour 182 F + 40 F d’intérêts échus depuis 5 ans ;

  • 2 obligations de la Ville de Paris 3 % au porteur pour 830 F + 150 F d’intérêts échus depuis 5 ans ;

  • 100 actions du chemin de fer du Nord pour une valeur de 99 000 F + 6 700 F de dividende pour l’année 1870 ;

  • un certificat d’inscription pour 100 actions du Chemin de fer d’Orléans pour 79 125 F ;

  • 6 obligations au porteur sur le Chemin de fer d’Orléans pour 5 100 F ;

  • 1 obligation au porteur 3 % sur le Chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée pour 288,75 F + 67,50 F d’intérêts depuis le 1er juillet 1865 ;

  • 200 actions du chemin de fer du Nord de l’Espagne pour 170 F ;

  • 29 obligations 6 % au porteur de la Compagnie des chantiers et ateliers de l’Océan pour 4 950 F + 435 F d’intérêts échus depuis le 1er novembre 1870 ;

  • certificat pour 100 actions de la Compagnie des chantiers et ateliers de l’Océan, estimés 1 F ; -intérêts et dividendes depuis le 17 janvier 1871 de 54 actions de la Compagnie des forges d’Audicourt pour 1 750 F.

61Soit un total de 645 867,62 F.

62Auquel il convient d’ajouter les récompenses dues par M. de GERMINY :

  • Mme REISET a été dotée par ses père et mère pour moitié suivant contrat du 4 juin 1847 de 20 000 F et en avance d’hoiries de 300 000 F, soit pour le père une somme de 160 000 F.

  • M. Adrien a été doté par ses père et mère pour moitié suivant contrat du 30 juillet 1851 de 300 000 F, soit pour le père une somme de 150 000 F.

  • Mme DE SUGNY a été dotée pareillement par contrat du 18 août 1854 de 300 000 F, soit pour le père une somme de 150 000 F.

  • M. Eugène a été doté par ses père et mère pour moitié suivant contrat du 25 févier 1868 en avance d’hoiries de 325 000 F, soit pour le père une somme de 175 000 F.

63Soit un total de 635 000 F sur laquelle M. de GERMINY a droit à la reprise de 200 000 F, soit 435 000 F.

64Il doit donc à la communauté 645 867,62 F + 435 000 F = 1 080 867,62 F.

65Quant aux récompenses dues par Mme de GERMINY, elles s’élèvent à :

  • moitié dans les dots constituées en avance d’hoiries à Mme REISET, M. Adrien et Mme de SUGNY, soit 460 000 F.

66Sur lesquels elle a à faire reprise de :

  • son apport au mariage, pour 200 000 F ;

  • sa part dans la succession de son frère Charles Eugène HUMANN suivant liquidation enregistrée à Strasbourg le 25 septembre 1838, pour 33 917,44 F ;

  • sa part dans la succession de son père suivant acte passé devant Me Noël, notaire à Paris les 20 au 20 novembre 1842, pour 302 3025,65 F ;

  • sa part complémentaire dans la même succession selon l’inventaire des valeurs laissées indivises selon l’acte du même jour pour 135 617,55 F.

67En sorte que les reprises de Mme de GERMINY s’établissent à 211 860,64 F laissant dans la communauté une somme de 869 006,98 F, dont la moitié revient à la survivante, pour 434 503,49 F.

68La communauté se compose « immobilièrement » :

  • d’une ferme de plus de 89 ha louée à M. Petit pour un loyer de 7 000 + 150 F outre l’impôt ;

  • d’une masure dite du château de Motteville louée au même pour un loyer de 260 F outre l’impôt ;

  • d’une ferme de près de 12 ha louée au même pour un loyer de 1 000 F + 40 F outre l’impôt ;

  • d’une ferme de plus de 94 ha louée M. Arthus pour un loyer de 7 500 F + 324 F outre l’impôt ; -d’une ferme auberge de plus de 9 ha louée M. Hennetier pour un loyer de 3 320 F + 24 F outre l’impôt ;

  • d’un bâtiment, dépendances et maison à usage d’école pour les filles sur plus de 27 ha formant les réserves du propriétaire, d’un revenu brut annuel de 3 000 F ;

  • d’une maison et jardin au lieu-dit Le Carreau (10 ares) louée à M. Cabot pour un loyer de 400 F ;

  • d’une maison et jardin au même lieu (5 ares), contiguë au château louée à M. Bouterre pour un loyer de 200 F ;

  • d’une maison et jardin (6 ares) au même lieu louée à M. Folloppe pour un loyer de 150 F.

69Soit un total immobilier dépassant les 233 ha et imposé à hauteur de 2 830,54 F ; la croissance des arbres de haute futaie existant sur les immeubles est évaluée à 300 F. Soit un revenu annuel brut de 26 498,94 F, dont 13 249,47 F revenant à l’épouse survivante, donnant au denier 20 un capital de 264 989,40 F, qui s’ajoutent à la moitié des bénéfices de la communauté immobilière, soit 434 503,49 F pour atteindre un total de 699 492,89 F dont il y a lieu de retirer l’indemnité faite pour les dots, soit 435 000 F, le total général soumis aux droits s’établissant à 264 492,89 F.

70Il convient également d’y ajouter l’hôtel de la recette générale à Rouen dont il est propriétaire puisqu’il le loue à son fils et qu’il a sans doute acquis lorsqu’il était lui-même en poste au chef-lieu de la Seine-Maritime, soit entre 1845 et 1854 ; si l’on se fie au loyer de 1 830 F exigé depuis le 25 décembre 1870, soit six ou sept mois, son revenu annuel est de 3 200 à 3 700 F, soit au denier 20, un capital de 64 à 74 000 F.

71Outre ses biens normands, le comte de GERMINY disposait d’un domicile parisien sis rue Alfred-de-Vigny dont les « meubles meublants » sont estimés à plus de 20 000 F à son décès.

IV. LA CARRIERE

AVANT LE MINISTERE DES FINANCES

72Fils d’un pair de France et gendre d’un autre, Charles Gabriel LEBÈGUE DE GERMINY fait figure de jeune homme plein d’avenir. C’est d’ailleurs son beau-père qui lui met le pied à l’étrier des grandes affaires en l’associant à la fondation, en juin 1826, de la Société des houillères et fonderies de l’Aveyron qu’il préside. Par la suite et jusqu’à sa nomination au ministère des Finances, il ne cesse d’être administrateur de sociétés, toutes plus importantes les unes que les autres : les Fonderies et forges d’Alais, le Paris-Orléans (1842-1849) ou encore la Nationale, une compagnie d’assurances sur la vie et contre l’incendie (à partir de 1851).

73Il entame parallèlement une carrière administrative au sein des grands corps del’État, d’abord au Conseil d’État, comme maître des requêtes en service extraordinaire à partir du 1er novembre 1832. C’est d’ailleurs à ce titre qu’il participe aux travaux de la Commission extraparlementaire, créée par ordonnance royale du 4 janvier 1833 à la demande du ministre des Finances HUMANN et chargée de réviser la législation sur les pensions. Il ne cesse de participer aux travaux du comité des Finances qu’au moment de sa nomination comme receveur général desfinances, le 22 novembre 1833 et ne quitte définitivement le Conseil d’État que le 26 mars 1846, pour incompatibilité de fonctions.

74Il est en effet également receveur général des finances de Saône-et-Loire entre 1833 et 1836, puis de la Seine-Inférieure à partir du 21 décembre 1845. À ce titre, il participe au projet – avorté – de création d’un Crédit foncier de Rouen, à la fondation de la Société des intérêts municipaux et industriels de Rouen et du Comptoir d’escompte de Paris.

75Entre-temps, il exerce les fonctions de préfet de Seine-et-Marne (10 novembre 1838) et demeure en poste jusqu’en décembre 1841.

76Ce qui ne l’empêche pas de rejoindre le ministère des Finances comme directeur de cabinet de son beau-père, ministre pour la deuxième fois entre le 29 octobre 1840 et le 25 avril 1842 [voir sa notice]. Et c’est encore HUMANN qui le fait nommer conseiller maître à la Cour des comptes le 1er décembre 1841. Il siège alors à la première chambre, en charge des recettes publiques, avant de démissionner en 1845 lorsque la fructueuse recette générale de Rouen lui est proposée. Ses attaches familiales normandes lui assurent rapidement la confiance des principaux détenteurs de capitaux de la Seine-Inférieure, de l’Eure et de l’Orne.

77Cette fonction lui ouvre les portes du conseil de régence de la Banque de France dont il devient membre élu en janvier 1850 et qu’il ne quitte qu’au moment de sa nomination à la tête du Crédit foncier, en juillet 1854. Il demeure donc formellement régent de la Banque de France alors même qu’il est nommé au ministère des Finances, ce qui n’est pas sans susciter les interrogations de deux actionnaires lors de l’assemblée générale de 1851.

AU MINISTERE DES FINANCES

78Nommé ministre des Finances dans le gouvernement de transition connu comme le « petit ministère » ou « ministère sans nom », LEBÈGUE DE GERMINY côtoie alors MAGNE, en charge des Travaux publics. Il ne reste cependant rue de Rivoli que deux mois et demi, du 24 janvier au 10 avril 1851.

79Lorsqu’il entre en fonction, le contexte économique est morose : le niveau des escomptes de la Banque de France est au plus bas, atteignant en 1850 selon son gouverneur d’ARGOUT la moitié de celui, déjà modeste, de 1847 et les recettes publiques des deux premiers mois de 1851 sont inférieures d’un million à celles de la même période de l’année précédente. À cela s’ajoute la tension politique née de la situation constitutionnelle qui fait de 1851 la dernière année avant la double échéance du renouvellement de la Législative et du remplacement du Président de la République, une année forte en tension entre deux pouvoirs concurrents.

Les frais de représentation

80L’une des premières occasions de la guerre d’escarmouche qu’ils se livraient est offerte par GERMINY lui-même, qui propose quelques jours après son entrée en fonction une augmentation conséquente des dépenses de la présidence. Il est vrai que le Président ne dispose en vertu de la Constitution que d’un traitement de 600 000 F, complété par une somme équivalente en frais de réception. Le ministre des Finances demande donc à l’Assemblée une somme 2,4 millions de francs et explique dans son exposé des motifs que « le chef de l’État a toujours été considéré en France comme une seconde Providence, faite pour encourager les arts, récompenser les actions vertueuses, soulager les infortunes… »

81La commission de l’Assemblée, majoritairement composée d’adversaires politiques de Louis-Napoléon Bonaparte et soucieuse de ne pas subventionner la politique de celui qu’elle considère comme son ennemi mais n’osant lui refuser totalement cette somme, s’accorde pour ne lui attribuer que 1 600 000 F, et encore « à titre d’indemnité pour dépenses d’installation ». Pour MATHIEU DE LA DRÔME, « voter le crédit, c’est porter des munitions à l’ennemi », alors que son collègue Pascal DUPRAT estime que « c’est une liste civile qu’on nous propose de constituer en faveur de Louis-Napoléon Bonaparte », alors même qu’on lui reproche de s’opposer au versement d’une allocation aux combattants de février 1848. Un amendement repris par le Gouvernement propose alors de fixer la somme à 2 160 000 F, et de les ajouter aux 240 000 F déjà accordés pour les travaux de réparation de l’Élysée. L’accord est ainsi trouvé, au prix de la mauvaise humeur des députés qui votent l’amendement.

82Le 3 février suivant, GERMINY dépose pourtant un projet de loi tendant à ouvrir au ministre des Finances un crédit extraordinaire de 1 800 000 F pour frais de représentation de la présidence de la République [BN : 8° Le74 3 (1851, 24, 1614)]. L’alliance objective de la Montagne et de quelques députés royalistes, décidés à n’accorder à Louis-Napoléon Bonaparte ni une heure de prorogation ni un écu, permet à une majorité de la Chambre de repousser la demande par 396 voix contre 294. À travers le pays, des souscriptions s’organisent alors pour mettre à la disposition du Président la somme réclamée, mais il refuse, préférant se défaire de quelques domestiques et voitures et entretenant à bon compte sa popularité aux dépens de la Législative.

La présentation du budget de 1852

83Il s’agit bien sûr d’un budget préparé par FOULD (premier ministère) que GERMINY ne fait que présenter et défendre à la Chambre en février 1851 : il prévoyait pour 1 382 millions de recettes et 1 372 millions de dépenses, soit un apparent excédent de 10 millions, vite engloutis dans les 75 millions prévus pour des travaux extraordinaires et entraînant un déficit de 65 millions. On retrouve avec ces chiffres les ordres de grandeur du dernier budget voté par la monarchie de Juillet, qui prévoyait pourtant un amortissement de la dette qui avait disparu dans le budget de 1852. Le coût financier de la politique suivie depuis la Révolution de février, estimé selon FOULD à 3 millions pour 1848, 253 millions pour 1849 et 105 millions pour 1850, ajoutés aux 260,8 millions de déficit hérités du régime déchu, établit ainsi la dette publique à près de 647 millions (646 875 000 F), en réalité 651 millions, qu’il espérait pouvoir ramener à 616 millions à la fin 1851 grâce à des excédents de recettes.

84La situation soumise à l’examen des députés est donc grave, ce qu’exprime l’ancien ministre des Finances PASSY, soutenu par les députés Mortimer TERNAUX ou BENOIST D’AZY (le père de son futur gendre !) ; leur collègue Mathieu BODET (futur ministre des Finances de la Troisième République et qui fait ici ses premières armes politiques et financières) rappelle que l’on avait espéré voir les dépenses de la Guerre et de la Marine diminuer fortement, mais qu’une telle option semblait, aux yeux des commissions chargées de l’examen des ces deux postes budgétaires, impossible et il ne voit plus que le moyen d’une réduction importante des crédits publics consacrés aux travaux publics pour limiter la croissance des dépenses, à charge pour l’État de concéder ces travaux à des compagnies privées.

85Le débat s’engage le 5 mars 1851, les uns réclamant des économies dans les dépenses (RAUDOT), les autres, plus rares, demandant le rétablissement de l’impôt sur le sel pour accroître les recettes. BERRYER va jusqu’à réclamer le 11 mars le rétablissement, au moins temporaire, des 20 centimes par kilogramme de sel, supprimés par la loi du 27 décembre 1848, y voyant le moyen de rembourser en quatre ans (1852-1855), sous forme de remise sur les contributions directes et à raison de 44 millions chaque année, les 174 212 404 F qu’ont coûté selon lui les 45 centimes ; autant dire qu’il se trouve immédiatement en butte à l’opposition farouche des députés de gauche qui réclament à leur tour le remboursement du milliard des émigrés de 1825 ! Le retrait de la première proposition entraîne celui de la seconde et l’examen du budget continue, parfois de façon houleuse : un député demande l’abolition du budget des cultes ; HENNEQUIN réclame l’instauration d’un impôt sur le capital et d’un autre sur le revenu ; un autre s’en prend aux octrois…

86Lorsque la fin de la session intervient, le budget n’est toujours pas voté, et LEBÈGUE DE GERMINY a démissionné depuis le 10 avril.

Les autres mesures

87Entre-temps, il a pourtant réussi à présenter, défendre et parfois faire voter quelques textes.

88Le 20 février 1851, il dépose ainsi un projet de loi portant demande d’un crédit de 522 019,83 F pour le service de l’emprunt grec garanti par la France au 1er mars 1851 [BN : 8° Le74 3 (1851, 24, 1668)]. Il s’agit là d’une vieille affaire dont l’un des principaux protagonistes était le beau-père du ministre des Finances, HUMANN, titulaire du même portefeuille en 1832-1833.

89Reconnue indépendante le 3 février 1830, la Grèce avait contracté pour financer sa reconstruction et son développement un emprunt de 60 millions garanti par ses trois protecteurs, l’Angleterre, la Russie et la France. L’accord de cette dernière avait fait l’objet d’un vote dans le cadre du budget de 1833 et l’emprunt grec était apparu sur le marché parisien à partir de 1834, sans pour autant être jamais coté. De fait, Athènes ne fut (presque) jamais en mesure de faire face à ses engagements financiers et le gouvernement français se trouvait régulièrement dans l’obligation de faire voter l’ouverture de crédits destinés au paiement des semestres échus aux détenteurs de titres de cet emprunt.

90GERMINY doit également poursuivre l’action de son prédécesseur FOULD dans le domaine des liaisons maritimes : les paquebots à vapeur ont depuis le milieu des années 1830 vocation à jouer le rôle de « chemins de fer de l’Océan », en prolongeant sur mer les voies ferrées terrestres, à l’exemple de la Peninsular & Oriental britannique et de la Lloyd triestine.

91Faute de voir de grandes compagnies privées perdurer, l’État s’était résolu à organiser un service de transport des lettres, des passagers et des paquets de taille réduite mais de valeur importante, abandonnant tout le fret à des compagnies privées. Un tel système était structurellement déficitaire, à hauteur de 37 millions pour la période 1837-1850, et se devait donc d’être réformé ; GERMINY se trouve doublement concerné par cette affaire, puisqu’à la fois en charge des finances publiques et de l’administration des Postes, l’une des directions générales du ministère des Finances, confiée à Édouard THAYER depuis le 25 décembre 1848. Ce dernier participe depuis l’été 1849 à rédaction d’un cahier des charges pour l’adjudication des lignes de la Méditerranée, en prévision d’une concession. Les commissions administratives du ministère des Finances travaillent du printemps 1850 au printemps 1851 et les différentes instances tombent d’accord sur la création des Messageries (maritimes) nationales.

92Le 28 février 1851, le ministre dépose donc un projet de loi pour l’affermage du service postal de la Méditerranée [BN : 8° Le74 3 (1851, 24, 1695)], complété par la demande d’un crédit de 915 145 F sur l’exercice 1851 pour les paquebots-postes de la Méditerranée [BN : 8° Le74 3 (1851, 24, 1696)]. La nouvelle compagnie demandait une concession de vingt ans et une subvention annuelle de 3 millions, inférieure de près de 2 millions au déficit annuel du déficit des paquebots en service et réduite de 100 000 F par an au bout de dix ans. La discussion, ouverte le 3 juillet suivant, soit plus de trois mois après le départ de GERMINY du ministère, se solde par le vote de l’ensemble du projet aux conditions énoncées par 468 voix contre 217 le 8 juillet. Prenant bientôt le nom de Messageries impériales, la compagnie est présidée par BÉHIC, plusieurs fois pressenti pour succéder à FOULD aux Finances et futur ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics (1863-1867).

93Le ministre présente enfin deux autres projets de loi, l’un du 28 février 1851 portant ouverture de crédits supplémentaires pour frais de perception des contributions directes [BN : 8° Le74 3 (1851, 24, 1697)], l’autre en date du 20 mars suivant, portant demande d’un crédit supplémentaire, sur l’exercice 1851, destiné 1° 18 000 F au service des forêts, 2° 507 000 F pour restitution sur les produits et revenus de l’Algérie, pendant les années 1846 et 1847 [BN : 8° Le74 3 (1851, 25, 1771)].

APRES LE MINISTERE DES FINANCES

94Démissionnaire le 10 avril 1851, LEBÈGUE DE GERMINY retrouve les fonctions qu’il occupait avant d’être appelé (ou plutôt « utilisé ») aux Finances, celles de receveur général de la Seine-Inférieure et de régent de la Banque de France. Il les avait en effet conservé, preuve s’il en était besoin du rôle d’intérimaire qu’on lui fait jouer, et demeure en poste jusqu’en juillet 1854.

95La même année, il est élu représentant du canton d’Yerville au conseil général de la Seine-Inférieure, assemblée dont il devient bientôt le vice-président.

Gouverneur du Crédit foncier de France (1854)

96Il est nommé gouverneur du Crédit foncier de France le 6 juillet 1854, semble-t-il sur intervention du ministre de l’Intérieur PERSIGNY, chargé de préparer les textes fondateurs du nouvel établissement en collaboration avec son collègue des Finances BINEAU.

97Le Crédit foncier de France date en fait de 1852 (décrets des 28 mars, 30 juillet et 10 décembre) et naît de la fusion de la Banque foncière de Paris, fondée par l’économiste polonais Louis WOLOWSKI et dont GERMINY est actionnaire, et des établissements similaires créés à Nevers et Marseille pour promouvoir le crédit hypothécaire. Soutenu par le prince-président et assuré du monopole de ce type d’opérations dans toute la France, le nouvel établissement dispose d’un capital de 60 millions et ambitionne de placer dans le public pour 200 millions d’obligations foncières, destinées au financement des activités agricoles ; d’une valeur de 500 F et rapportant 4 à 4,5 %, ces titres peinent pourtant à se placer, obligeant le Crédit foncier à soutenir son propre cours en bourse.

98Cette délicate situation impose une réorganisation de l’institution par le décret du 6 juillet 1854 qui le place dans l’orbite du pouvoir. De même que la Banque de France à partir de 1806, le Crédit foncier de France voit dès lors son gouverneur et ses deux sous-gouverneurs (les conseillers d’État CRÉPY et DAVERNE) nommés par le Gouvernement. Un conseil d’administration d’une vingtaine de membres complète l’organigramme supérieur de l’institution : on y retrouve outre des receveurs généraux (FIRINO, FONTENILLIAT, GUILHEM et LEMERCIER DE NEUVILLE), quelques anciens représentants (dont WOLOWSKI ou le vicomte BENOIST D’AZY, déjà rencontrés), les banquiers É. PEREIRE et BARTHOLONY (également président de la Compagnie du chemin de fer d’Orléans, dont GERMINY devient par la suite administrateur) ou encore LEGENTIL, président de la Chambre de commerce de Paris. Ces derniers sont élus par une assemblée générale des deux cents principaux actionnaires.

99Le statut du nouveau gouverneur ne va cependant pas de soi, en raison du flou juridique qui entoure sa nomination et ce n’est que par un jugement du tribunal de commerce de Paris du 8 juillet 1878, confirmé par un arrêt du Conseil d’État du 31 mai 1882, que la qualité de haut fonctionnaire est reconnue au gouverneur du Crédit foncier. Il apparaît plutôt comme un homme rompu aux méandres de la finance privée et publique, reconnu comme un technicien hors pair et s’affichant comme bonapartiste, par ailleurs détenteur d’une des plus rentables recettes générales de France et grand propriétaire foncier en Normandie – et à ce titre l’un des principaux actionnaires de la Banque foncière de Paris puis du Crédit foncier –, faisant en somme la synthèse des différents acteurs et actionnaires de l’institution.

100Gouverneur, LEBÈGUE DE GERMINY profite de la confiance générale pour placer massivement les obligations garanties par les engagements hypothécaires souscrits auprès de son établissement. Il milite également en faveur de l’adjonction au Foncier du crédit sur nantissement et participe à la réalisation du projet d’une banque de crédit agricole adossée au Crédit foncier de France, alors que la mauvaise récolte de 1856 impose une intervention des pouvoirs publics et que les difficultés d’accès au crédit fragilisent l’agriculture française.

101Pour faire taire les reproches de ne favoriser que la grande propriété, le gouverneur propose de fonder une nouvelle société, partageant ses succursales avec le Crédit foncier de France, et représentée dans chaque département par un comité d’escompte chargé d’examiner les dossiers de prêts ; le cas échéant, cet établissement pourrait endosser les billets des agriculteurs avant de les transmettre au siège central qui se chargerait à son tour de les faire escompter par la Banque de France. Cette politique, poursuivie par son successeur et soutenue par Napoléon III, aboutit à la signature d’une convention associant le ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, celui des Finances et le Crédit foncier, agissant en qualité de fondateurs de la future Société de crédit agricole, société anonyme ayant pour objet de procurer des capitaux à l’agriculture sous le patronage du Gouvernement et avec son concours financier (loi du 28 juillet 1860 et décret du 16 juin 1861). Parmi les cadres dirigeants de cette nouvelle société, on trouve Adolphe FOULD, le fils aîné du ministre.

102Mais le Crédit foncier abandonne progressivement ses ambitions rurales pour bientôt devenir le principal bailleur de fonds des opérations immobilières urbaines, en particulier dans la capitale. À partir de 1863, sous la direction du gouverneur FRÉMY et de son premier sous-gouverneur SOUBEYRAN, proche de FOULD, le Crédit foncier procure au préfet HAUSSMANN les capitaux nécessaires à ses grands travaux.

103À cette époque, LEBÈGUE DE GERMINY a quitté depuis longtemps le Crédit foncier pour prendre la direction de la Banque de France.

Gouverneur de la Banque de France (1857)

104Sa nomination est l’aboutissement d’un long processus et d’une lutte d’influence au sommet de l’État. Il s’agit tout d’abord de remplacer le comte d’ARGOUT, à la tête de l’institut d’émission depuis 1836 et de plus en plus malade depuis 1852 [voir sa notice]. Le sujet est en tout cas abordée lors du Conseil des ministres du 19 octobre 1855, comme l’indique FORTOUL dans son Journal : « FOULD tient pour M. de GERMINY. Je suis pour M. SCHNEIDER qu’il repousse et que MAGNE [ministre des Finances en titre] préfèrerait certainement » (II, 114).

105GERMINY entretient par ailleurs des liens anciens avec le gouverneur de la Banque de France, son père jouant à la Chambre « le rôle d’agent secret de DECAZES », le protecteur d’ARGOUT sous la Restauration. Il le remplace officiellement le 10 juin 1857, participant par-là à une nouvelle victoire politique de FOULD sur MAGNE, et occupe dès lors l’un des postes financiers les plus importants du régime. À ce titre, il est en contact quotidien avec le ministre des Finances en poste, qu’il s’agisse de MAGNE (1855-1860), FORCADE LA ROQUETTE (1860-1861) ou FOULD (1861-1867). GERMINY se charge également de moderniser la vieille institution : selon Alain Plessis, il apparaît « moins attaché au passé de la Banque que ne l’était son prédécesseur, plus ouvert aux conceptions économiques nouvelles et plus attentif à l’exemple de la Banque d’Angleterre, plus soucieux des problèmes monétaires internationaux » [Régents et gouverneurs, p. 314].

106Le nouveau gouverneur est en particulier chargé d’appliquer la loi du 9 juin 1857 prorogeant le privilège d’émission de quarante ans en échange d’avantages pour le Trésor. La loi du 30 juin 1840 (art. 1er), modifiée par le décret-loi du 3 mars 1852 (art. 3) prévoyait une prorogation jusqu’au 31 décembre 1867, mais dès 1855, le conseil de régence se préoccupe du renouvellement et entame des négociations avec le Gouvernement, peut-être en raison des attaques dont l’institut d’émission fait alors l’objet. De son côté, le pouvoir impérial cherche à s’assurer le concours d’une institution dispensatrice de crédit à un moment où tout nouvel emprunt est inenvisageable. Les négociations durent de décembre 1855 à juin 1857, font l’objet de discussions au conseil de régence, au Conseil d’État et au Corps législatif et débouchent finalement sur la loi du 9 juin, confirmée par le traité signé le lendemain par le ministre des Finances MAGNE et d’ARGOUT, qui intervient là pour la dernière fois comme gouverneur.

107Aux termes des débats, la Banque voit son capital doublé et porté à 182 500 000 F ; les sommes ainsi dégagées demeurent disponibles jusqu’en 1859, puis doivent être investies en titres de rente 3 % détenus par la Caisse d’amortissement à un prix minimum de 75 F. Elle obtient également la faculté d’élever à 6 % le taux de l’escompte et au-delà au besoin, « si les circonstances l’exigent ». En échange, elle accroît ses avances à un taux réduit (3 %) au Trésor qui dispose dès lors d’une avance permanente de 80 millions, réduite à 60 millions à partir de 1862. Elle admet par ailleurs les obligations du Crédit foncier en garantie d’avances, prépare l’émission de billets de 50 F, enfin accélère sa politique de création de succursales.

108Pour certains observateurs, cette réforme transforme un peu plus l’institut d’émission en une banque d’État, alors que les défenseurs de la liberté bancaire, PEREIRE et le Crédit mobilier en tête, subissent une première défaite d’importance, en attendant celle liée à la Banque de Savoie. Du point de vue de la Banque, cette réforme lui assure une pérennité exceptionnelle et un rôle central dans le contrôle du crédit ; elle contribue également à une forte croissance du rendement de ses opérations, de l’ordre de 50 %, et du dividende perçu par ses actionnaires.

109Fort de cette nouvelle légitimité, le gouverneur GERMINY conduit désormais la Banque de France d’une main plus ferme et infléchit la politique de l’établissement dont le fonctionnement se rapproche de celui de son homologue britannique. Il préconise ainsi dix jours seulement après son installation un recours plus fréquent à une mobilité du taux d’escompte, de l’ordre de 0,5 % à chaque fois, afin de « coller » au plus près au mouvement des affaires. Le taux de l’escompte passe ainsi de 5,5 % en juin 1857 à 7,5 % en octobre de la même année avant d’amorcer un reflux qui le mène à 4 % au premier semestre 1863. Ces variations s’expliquent principalement par la succession de deux crises financières importantes, en 1857-1858 puis en 1860-1861, que le gouverneur doit affronter et résoudre, avec le concours du conseil de régence comme du ministère des Finances. Les liens avec la Rue de Rivoli sont désormais plus étroits, GERMINY voyant régulièrement MAGNE puis FOULD et participant à l’occasion à des « petits Conseil financier » avec le ministre et l’Empereur, comme à Compiègne en octobre 1857.

110Au cours de ces années, la politique de la Banque de France vise avant tout à protéger l’encaisse qui garantit les billets qu’elle met en circulation : la variation du taux d’escompte y contribue, de même que d’autres « moyens protecteurs », tels que la restriction des avances sur titres ou des opérations de reports sur rentes, l’achat de métaux précieux à des maisons parisiennes, la coopération avec d’autres instituts d’émissions nationaux, la mise en place d’une circulation de traites sur Londres ou encore l’émission de coupures de 50 F, même si celle-ci intervient au lendemain du départ de GERMINY.

111La Banque de France joue également pendant cette période le rôle de (discret) pourvoyeur de fonds au Trésor : en application de la loi du 9 juin 1857, elle échange au 31 décembre 1859 les 100 millions de francs provenant du doublement de son capital contre une valeur identique en rentes 3 % ; parallèlement, le Trésor rembourse jusqu’en 1862 les sommes mises à sa disposition sous la Deuxième République, à concurrence de 5 millions par an. Les ministres des Finances recourent également ponctuellement à ses services, escomptant auprès d’elle pour 25 à 50 millions de bons du Trésor en mai 1859 (remboursés en juillet 1860), de nouveau en mai 1861 (remboursés à la fin du mois de mai suivant) et enfin en janvier 1862 (le dernier remboursement n’intervient cette fois qu’à la fin 1863 ou au début 1864). Cette dernière opération vise essentiellement à faciliter le succès de la conversion décidée par FOULD en février 1862 : le gouverneur appuie fortement la demande ministérielle, estimant devant un conseil de régence partagé qu’« il faut déblayer les difficultés, amoindrir les motifs d’inquiétudes en donnant des facilités de diverses natures » en mettant la Banque au service de l’opération.

112GERMINY se fait par ailleurs l’avocat des compagnies de chemin de fer auprès des instances dirigeantes de la Banque et participe en cela au développement ferroviaire sous le Second Empire, même s’il reconnaît par la suite que la Banque s’est quelque peu éloignée de ses statuts à cette occasion. Le 9 décembre 1857, il parvient à persuader le conseil de régence d’accorder des avances à un syndicat formé des huit compagnies existantes pour le placement commun et solidaire de nouvelles obligations. Le but de l’opération est de leur fournir immédiatement l’argent nécessaire aux travaux entamés sans peser sur le cours de leurs titres. En échange, la Banque reçoit en garantie des obligations des compagnies syndiquées qui s’interdisent par ailleurs toute émission ou vente de titre en dehors du syndicat. Un temps divisé, le conseil de régence accorde une première avance de 50 millions de francs renouvelable chaque trimestre pendant un an, au cours ordinaire des avances. Ce système, en vigueur de 1858 à 1861, facilite largement le financement du chemin de fer en France et participe de l’acclimatation des obligations ferroviaires dans le public.

113C’est également sous son gouvernorat que la Banque de France étend son réseau à l’ensemble du territoire, récemment élargi, en ouvrant des succursales à Sedan, Tours, Bar-le-Duc, Laval (1857), Agen, Bastia, Bayonne, Brest (1858), Annonay, Châlons-sur-Saône, Flers ou Nice (1860).

114GERMINY doit enfin faire face aux exigences de la Banque de Savoie : déboutée, début 1861, de ses prétentions de fusion « au pair » de ses actions (cotées 1 200 à 1 300 F) avec celles de la Banque de France (cotées 3 000 F), elle réclame le droit d’émettre des billets sur le territoire de l’Empire, remettant ainsi en cause le monopole de fait de l’institut d’émission depuis 1848. L’affaire se termine, aux dépens de la Banque de Savoie et de ses actionnaires et alliés (les PEREIRE principalement), à l’automne 1863, soit après son départ.

115Frappé par une grave maladie, il démissionne en effet en mai 1863 et cède la place à VUITRY. Il conserve cependant le titre de gouverneur honoraire et obtient « à titre de compensation » que son fils aîné Adrien soit élu régent (ce qu’il reste jusqu’en 1899).

Le « financier compétent et fidèle » (A. Plessis) de Napoléon III

116Le gouverneur GERMINY siège également ès qualité au sein de la Commission supérieure de surveillance des banques coloniales, de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations (à partir de 1856) et participe à la direction de la Caisse d’épargne de Paris. Il représente également la Banque de France lors des commissions monétaires de 1857 à 1863, et participe à ce titre à la définition de la politique monétaire de la France. Enfin il est membre de la commission nommée le 5 décembre 1860 par ROUHER et présidée par le conseiller d’État BOINVILLIERS à la suite du traité de commerce : chargée de répartir un prêt de 40 millions entre les industriels les plus mal outillés, elle a pour objectif de leur permettre de supporter le choc de la libéralisation des échanges extérieurs.

117Au début de l’année 1861, LEBÈGUE DE GERMINY est par ailleurs chargé par le Gouvernement de procéder à l’examen les livres de compte de l’affairiste MIRÈS. Il s’agit de liquider cette affaire qui empoisonne la place de Paris et touche de près au pouvoir, plusieurs personnages hauts placés gravitant autour du financier ou l’ayant assuré de leur soutien et dont Émile ZOLA s’est à l’évidence inspiré au moment d’établir la trame de son roman L’argent (1891).

118Jules Isaac MIRÈS (1809-1871), d’une famille juive de Bordeaux, exerce d’abord divers métiers avant de fonder en 1833 une agence spécialisée dans les recours contre le cadastre, mettant ainsi à profit son court passage aux contributions directes comme surnuméraire (il n’avait pas obtenu, quelques mois plus tôt, sa titularisation en raison de son orthographe déplorable). Cette activité entraîne une multiplication des heurts avec l’administration préfectorale jusqu’en 1838 et lui vaut même plusieurs condamnations pour insultes à fonctionnaires.

119Monté à Paris en 1841, il s’essaie au commerce des vins puis travaille pour le compte d’un agent de change (1845) avant de s’associer en 1848 à Polydore Moïse MILLAUD pour l’acquisition de différents journaux, dont le Journal des chemins de fer, périodique financier qui rencontre un public nombreux et offre une tribune à ses affaires. En mars 1849, la Caisse des actions réunies, société de pure spéculation entretenue par le battage médiatique ses journaux, assure à son gérant et ses actionnaires de fabuleux bénéfices (Marion parle de 91 % en trois ans). Enfin en juin 1853, il fonde la Caisse générale des chemins de fer, présidée par le baron de PONTALBA et au conseil d’administration prestigieux, et dont il exerce la gérance à partir de janvier 1854. Disposant d’un capital social porté à 50 millions (soit seulement 10 de moins que le Crédit mobilier) en juin 1856, il entreprend de vastes opérations à la fois financières et industrielles dans la région marseillaise, pratiquant la concentration verticale, de la Compagnie des chemins de fer et des houillères de Portes et Sénéchas (1854) à la restructuration du port de Marseille (1856) en passant par les hauts-fourneaux et fonderies de Saint-Louis (1855) et la Société anonyme de l’éclairage au gaz de Marseille (1855). Le mariage de sa fille Jeanne Émilie avec le prince Alphonse de POLIGNAC, en mai 1860, manifeste sa réussite financière et sociale, consacrée par la remise de la Légion d’honneur par Napoléon III lui-même en septembre suivant.

120Pour se maintenir au sommet, il doit cependant prendre de plus en plus de risques et encourt les revers de fortune : il souscrit à lui seul un emprunt turc de 164 millions le 29 octobre 1860 mais échoue dans sa tentative de faire coter le titre sur la place de Paris ; ses ennemis sont nombreux et il parvient à se mettre à dos aussi bien les ROTHSCHILD que les PEREIRE alors que ses soutiens gouvernementaux lui font progressivement défaut. Enfin il se brouille avec ses associés qui découvrent qu’il joue en bourse avec leurs titres, PONTALBA finissant par déposer une plainte pour escroquerie en décembre 1860. PERSIGNY, le nouveau ministre de l’Intérieur qui lui est hostile, ordonne une enquête et fait saisir ses livres mais le laisse en liberté, à charge pour lui de dédommager tous ses créanciers : il désintéresse PONTALBA et rembourse 70 millions en six semaines, écartant le danger d’un krach boursier. Arrêté le 14 février 1861, il est incarcéré à Mazas, produisant un effet « immense » selon Émile OLLIVIER : « C’est une émotion générale, on ne parle plus de rien d’autre. L’opinion universelle est que l’arrestation a été faite par crainte des interpellations de J. FAVRE. Or celui-ci, bien loin d’y penser, m’a dit que cette arrestation était monstrueuse » (Journal).

121Jugé à partir du 28 juin 1861, il est condamné à cinq ans de prison et 3 000 F d’amende pour escroquerie et détournement d’actions, peine confirmée par la Cour d’appel ; la Cour de cassation casse finalement le jugement pour vice de forme en décembre et renvoie l’affaire devant la cour de Douai qui l’acquitte le 21 avril 1862. La correspondance des procureurs généraux (citée par L. Girard, p. 269) souligne alors à quel point l’opinion épouse sa cause et se réjouit de son acquittement, les ordres d’achat des titres de la Caisse des chemins de fer affluant à la Bourse ; à l’inverse, pour É. OLLIVIER, « l’acquittement de MIRÈS a satisfait les gens d’affaires, mais a été mal vu par la généralité. On va répétant partout que l’acquittement a eu lieu par ordre, parce qu’on craignait des révélations. Le Gouvernement, je crois, considère plutôt cet acte comme un fait d’opposition [mais] les conseillers de Douai n’étaient ni des spéculateurs ni des courtisans. Ils ont été gagnés par les explications de MIRÈS et révoltés par les irrégularités de l’expertise » (30 avril et 14 mai 1862), ce qui laisserait à penser que LEBÈGUE DE GERMINY – suivi par les magistrats en charge de l’instruction – a peut-être procédé à un examen à charge de ses livres.

122Décidé à se refaire en profitant du climat de spéculation généralisée, MIRÈS lance en 1864 une Banque des États, spécialisée dans le placement des titres d’État, communes et établissements publics, mais échoue, malgré la bienveillance de MORNY. De nouveau ruiné, aigri, il multiplie les procès contre ses anciens associés et décède à Marseille le 6 juin 1871. « Acquitté honorablement sur tous les points […] sans pouvoir jamais obtenir de l’opinion la réhabilitation que lui ont accordée les juges, [il] se survit à lui-même pendant neuf ans » (Marion).

123De son côté, GERMINY est élevé à la dignité de sénateur le 27 mai 1863. Il intervient peu et le plus souvent pour défendre des textes à caractère financier ; c’est le cas de son Rapport présenté au Sénat sur la loi relative à un emprunt de 300 millions le 28 décembre 1863 [BN : 8° Le82 76] comme de son Discours dans la discussion d’une pétition relative à la Banque de France et à la Banque de Savoie, prononcé lors de la séance du 30 mai 1864 [BN : 8° Le82 79]. Dans un cas comme dans l’autre, il défend et soutient les positions du Gouvernement et surtout du ministre en fonction, Achille FOULD.

124C’est encore à GERMINY que le pouvoir impérial fait appel pour tenter de débrouiller l’imbroglio financier né de la convention de Miramar du 11 avril 1864, consécutive à l’acceptation par l’archiduc Maximilien d’Autriche de la couronne du Mexique. Ce dernier s’engageait à verser une indemnité de 270 millions à la France en remboursement de ses frais d’expédition jusqu’au 1er juillet 1864, mais le nouveau régime n’ayant pas le premier peso pour faire face à cet engagement, un emprunt devient indispensable.

125On créé donc 18 696 000 F de rente à 6 % proposés au prix de 63 F, supposés produire un capital de 127 millions, mais en dépit de ces conditions avantageuses, seuls les deux tiers des titres sont souscrits, presque exclusivement par des Français. Sur les 95 750 000 F finalement disponibles, plus de 23,65 millions servent à dédommager les souscripteurs britanniques d’un emprunt mexicain de 1851, en souffrance depuis dix ans, 47 millions reviennent effectivement à Maximilien, enfin les 25 millions restants sont confiés à la Caisse des dépôts et consignations afin de garantir le paiement des intérêts et de l’amortissement de l’emprunt pendant deux ans.

126Ancien membre de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations et financier tout-terrain du régime, GERMINY est nommé à la présidence de cette commission internationale, accompagné d’un Anglais et d’un Mexicain. Il y perd pourtant beaucoup de l’autorité dont il jouissait jusqu’alors : s’il ne peut à l’évidence être tenu pour responsable du désastre mexicain, son nom est désormais associé à la ruine des petits souscripteurs du second emprunt, encore plus avantageux pour les souscripteurs (du moins apparemment) mais surtout pour les banquiers commissionnaires, ainsi que sur le plan politique, pour le pouvoir impérial. La fin tragique de Maximilien, le retrait sans gloire des troupes françaises, l’abandon des créances mexicaines enfin pèsent bien lourd dans la balance.

127La dernière mission officielle qui lui est confiée à la présidence conjointe du Crédit mobilier et de la Compagnie immobilière qui lui échoit par décret du 11 octobre 1867. En juin 1866, le Crédit foncier avait en effet prêté 30 millions à l’Immobilière contre une hypothèque générale sur ses biens qui ralentit considérablement leur écoulement. Poussé à fusionner les deux affaires, FRÉMY n’y consent qu’à la condition de succéder aux PEREIRE à la tête du nouveau groupe. Mais le gouverneur du Crédit foncier est accusé par le ministre des Finances ROUHER de s’être servi de l’établissement qu’il gouvernait « non pour la [la Compagnie immobilière] sauver mais pour l’éreinter dans de continuelles spéculations de bourse » selon les termes de son biographe Robert Schnerb (p. 213) ; quant à la Banque de France, elle conditionne l’octroi d’une avance de 37 millions à l’Immobilière à la nomination de GERMINY.

128Chargé de liquider ces deux entreprises fondées par les PEREIRE, il les remplace par ailleurs dans diverses sociétés telles que la Banque impériale ottomane et siège comme administrateur des Compagnies du chemin de fer d’Orléans et du Nord. À la fin du Second Empire, il est enfin le président de la Compagnie des chantiers et ateliers de l’Océan. Il détient d’ailleurs des titres de ces compagnies et sociétés au moment de son décès.

129La chute du Second Empire marque la fin de son activité politique. Il se retire sur ses terres normandes et décède des suites d’une crise de choléra le 22 février 1871.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

130On trouve dans le Catalogue des imprimés de la BN, tome 59, colonnes 700-701 la mention de nombreux discours, rapports et comptes rendus comme régent ou gouverneur de la Banque de France, gouverneur du Crédit foncier, administrateur de la caisse d’épargne et de prévoyance de Paris, etc.

ARCHIVES

Archives nationales

131F1b I 161/10 : dossiers de préfet du ministre et de son père Henri de GERMINY.

132AF IV 1427 : Liste des principaux imposés de Seine-Inférieure, an XIV.

133BB11 353, dossier 2089 X2 : institution du majorat de Gouville, 24 août 1833.

134AB XIX 173, dossier 67 : Papiers de cabinet de Napoléon III trouvés aux Tuileries en 1867, note du gouverneur du Crédit foncier à l’Empereur, 18 juin 1855.

135LH 1512/71 : dossier de Légion d’honneur du ministre.

136LH 1512/70 : dossier de Légion d’honneur de son fils Adrien.

137LH 1512/74 : dossier de Légion d’honneur de son cousin Marie Henri Gabriel.

138LH 2288/84 : dossier de Légion d’honneur de son gendre REISET.

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris

139MCN, LXVIII/961 : inventaire après décès de son père Henri de GERMINY, 13 mai 1843.

Archives départementales de la Seine-Maritime (Rouen)

1403 Q 16/62 : Déclaration de succession des 18 août et 30 décembre 1871.

Service des archives économiques et financières

1411 C 5557 : dossier de receveur général de son fils Adrien.

Bibliographie

ANCEAU, notice 266 (son cousin)

COUGNY, III 162-163

ROMAN D’AMAT, XV, 1137-1342

TULARD, Second Empire, 571

VAPEREAU (1865), 737-738

YVERT, 265

GERMINY Maxime (comte de), Le Bègue de Germinie. Noblesse, titres, armes, Paris, Nogent-le-Rotrou, Impr. de Daupeley-Gouverneur, 1930, 40 p. ; BNF : 8° Lm3 3798.

AUBERT DE LA CHESNAYE-DESBOIS François, Dictionnaire de la Noblesse, Paris, Berger-Levrault, 1980 (1re éd. : 1863), tome I, p. 825-831.

Annuaire de la noblesse de France et des Maisons souveraines de l’Europe, Paris, s. n., 1866 (23e année), p. 241-248 et 1895 (53e année), p. 328-333.

MAGNY E. de, Nobiliaire de Normandie, Paris, Ed. Contrepoint, 1979 (réimpr. de l’éd. de 1863), III, p. 17.

RÉVÉREND Albert (vicomte), Les familles titrées et anoblies au xixe siècle, Paris, Honoré Champion, 1974 (1re édition : 1894), IV, p. 236-238.

DUNNE John, Les Grands notables du premier Empire, volume 20 : Seine-Inférieure, Paris, Éd. du CNRS, 1993.

Les préfets du 11 Ventôse an VIII au 4 septembre 1870, Paris, Archives nationales, 1981, p. 187.

Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État, p. 278-279.

La Cour des comptes, Paris, CNRS, 1984, p. 505-506.

PLESSIS Alain, La Banque de France et ses deux cents actionnaires sous le Second Empire, Genève, Droz, 1982.

PLESSIS Alain, Régents et gouverneurs de la Banque de France sous le Second Empire, Genève, Droz, 1984.

PLESSIS Alain, La politique de la Banque de France de 1851 à 1870, Genève, Droz, 1985.

GUESLIN André, Les origines du Crédit agricole (1840-1914), Nancy, Annales de l’Est, 1978.

ALLINNE Jean-Pierre, Banquiers et bâtisseurs, un siècle de Crédit foncier 1852-1940, Paris, CNRS, 1983.

STOSKOPF Nicolas, Financiers et banquiers parisiens sous le Second Empire, Paris, Picard, p. 195-197.

CATY Roland, RICHARD Éliane et ECHINARD Pierre, Les patrons du Second Empire. 5 – Marseille, Paris-Le Mans, Picard-Cénomane, 1999, p. 69-72.

GIRARD Louis, La politique des travaux publics du Second Empire, Paris, A. Colin, 1952.

PINAUD Pierre-François, Les receveurs-généraux des finances, p. 156-157 (son fils Adrien).

PINAUD Pierre-François, Les trésoriers-payeurs généraux, p. 123 (son fils Adrien).

L’Inspection générale des finances, 1831-1931, Paris, Impr. Nationale, p. 108-109 (son fils Adrien).

CHADEAU Emmanuel, Les inspecteurs des finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, p. 146 (son fils Adrien).

NAGAÏ Nobuhito, Les conseillers municipaux de Paris sous la Troisième République (1871-1914), Paris, Publ. de la Sorbonne, 2002 (son fils Eugène).

GURY Christian, L’honneur perdu d’un politicien homosexuel en 1876, Paris, Kimé, 1999 (son fils Eugène).

Table des illustrations

Légende © Photographie par Nadar, Collection de la Réunion des musées nationaux.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search