Version classiqueVersion mobile

Vers le haut de gamme made in France

 | 
Bertrand Blancheton

L’affirmation de la qualité et l’émergence du made in

Approcher la qualité par les statistiques du commerce extérieur : enjeux et difficultés entre 1850 et 1913

Stéphane Becuwe, Bertrand Blancheton et Christopher M. Meissner

Texte intégral

  • 1  Voir Michel Jaccard, Objectif qualité. Introduction aux systèmes de management de performance et d (...)
  • 2  Nadège Sougy (dir.), Luxes et internationalisation xvie-xixe siècle, Neuchâtel, Alphil-Presses uni (...)
  • 3  Maxine Berg, « Luxury, the Luxury Trades, and the Roots of Industrial Growth: A Global Perspective (...)
  • 4  Bertrand Blancheton, Cognac, la culture de la qualité, Paris, Ellipses, 2020.
  • 5  Pierre-Yves Donzé, History of the Swiss Watch Industry: From Jacques David to Nicolas Hayek, Bruxe (...)
  • 6  Séverine Antigone Marin, L’apprentissage de la mondialisation. Les milieux économiques allemands f (...)

1Au sein de l’historiographie des xviie au xixe siècles, les références à la qualité en commerce international concernent très souvent le luxe. La doctrine mercantiliste voit dans l’exportation de produits d’exception, sans équivalent à l’étranger, un autre moyen de dégager un excédent commercial synonyme d’enrichissement national. En France au xviie siècle, le développement des manufactures royales visait la promotion de savoir-faire d’exception destinés en partie à rayonner au niveau mondial. Colbert, sensibilisé à l’importance de la qualité pour réussir à l’exportation, instaura des standards de qualité et des procédures pour les faire respecter1. Nadège Sougy2 montre que le négoce de produits de luxe est au cœur du commerce international du xvie au xixe siècle. Les marchés du luxe connectent Asie, Amériques, Afrique et Europe. À cette époque, l’origine lointaine des produits forge un imaginaire d’exotisme et un désir de consommation. Pour l’Angleterre, Berg3 souligne le rôle du commerce d’articles de luxe dans la révolution industrielle. Des réputations de qualité s’établissent à l’échelle des pays, des régions et des manufactures. Celle des verriers vénitiens qui longtemps associent qualité et innovation, celle des porcelainiers chinois de Jingdezhen dépositaires de savoir-faire ancestraux, celle des eaux-de-vie de Cognac à la large palette aromatique4, celle de l’horlogerie suisse précise et fiable5 au xixe siècle, celle des produits allemands – résistants et performants sur la durée – à partir des années 18806.

  • 7  Projet Transformations of the French Economy through the Lens of International Trade 1716-1821, ht (...)
  • 8  Voir Julien Martin et Isabelle Méjean, « Low-Wage Country Competition and the Quality Content of H (...)

2En complément des travaux historiques sur les stratégies d’entreprises en matière de qualité et les effets de réputation perceptibles à travers les archives, l’histoire économique quantitative peut chercher à approcher la qualité à travers la notion de valeur unitaire relative. Il s’agit de comparer la valeur des produits exportés rapportée aux quantités avec les valeurs unitaires des mêmes produits importés. Un enjeu scientifique crucial est de bien appréhender la robustesse de telles données statistiques. Lors du colloque « Vers le haut de gamme made in France » tenu au ministère de l’Économie et des Finances Paris en novembre 2019, deux communications ont pris appui plus ou moins largement sur de telles mesures. À travers les ressources statistiques du projet TOFLIT187, Loïc Charles et Guillaume Daudin ont montré que le commerce extérieur français d’Ancien Régime était déjà tiré par les exportations de luxe, notamment les tissus de soie, qui resteront la première spécialisation française jusqu’au début du xxe siècle. Pour la période 1995-2005, Isabelle Méjean8 a montré que la France a réagi à l’accentuation de la compétition mondiale par une montée en qualité de l’ordre de 10 à 15 % en mobilisant les valeurs unitaires déflatées des produits à l’échelle des firmes.

  • 9  Paul R. Krugman, « Increasing Returns, Monopolistic Competition, and International Trade », Journa (...)

3L’objectif de notre article est d’explorer la capacité des données de commerce extérieur de la base Montesquieu à éclairer la question de la qualité des produits sur une longue période. Nous choisissons de nous concentrer sur la période 1850-1913 afin de tester l’hypothèse selon laquelle les variations de l’intensité de la concurrence internationale pourraient influencer la qualité des exportations (en vertu du modèle de Paul Krugman9). Quelles informations ces données apportent-elles ? Quelle est leur fiabilité ? Quelles premières conclusions l’analyse de données agrégées livre-t-elle ? Quelles voies de recherche reste-t-il à défricher pour approcher au plus près les dynamiques de long terme de la qualité ?

4Notre démarche se déroule en trois temps. Une première section livre des réflexions sur la notion de qualité, difficile à caractériser. Une deuxième section présente les données de commerce extérieur mobilisables pour approcher la qualité entre 1836 et 1938. La dernière section propose des mesures de valeurs unitaires relatives pour certaines catégories entre 1850 et 1913 et offre des premières évaluations d’écarts de qualité entre produits français exportés et produits importés.

I. La qualité, une notion diffuse

  • 10  Philippe Minard, « Économie de marché et État en France : mythes et légendes du colbertisme », L’É (...)

5La qualité a trait d’abord au fait que le produit ait les caractéristiques normalement attendues en termes de poids, de contenu, de fonctionnalité, voire de performance. De ce point de vue, Colbert pose des bases en imposant dans les manufactures royales l’universalisation des règles et des contrôles. Philippe Minard10 souligne que dans le secteur textile la dimension des pièces, la qualité des matières premières, le nombre de fils, les apprêts et toutes les spécifications de chaque produit sont strictement définis. Un corps d’inspecteurs des manufactures est même créé pour veiller à l’application des règlements par les corporations et les manufacturiers.

6Mais la notion de qualité dépasse le respect de standards et se caractérise par sa profonde complexité. La caractérisation de la qualité évolue le long de la chaîne de valeur. Elle peut changer au fil du temps. Elle est également différente selon les secteurs. Enfin, l’imaginaire propre à chaque culture donne un sens différent à la qualité selon les pays voire les régions.

  • 11  Nadège Sougy, « Les charbons de La Machine : valorisation et commercialisation des produits d’une (...)

7La qualité des matières premières est de nature substantielle, c’est-à-dire liée à leurs propriétés physiques, objectivées par une analyse scientifique. La qualité (et par conséquent le prix) des charbons est indissociable de leurs propriétés énergétiques11. La qualité des bois est liée à leur capacité de transformation et leur usage (leur grain pour la tonnellerie, leur résistance pour l’ameublement…). Pour le pétrole, différentes qualités sont cotées, le brent de mer du Nord et le West Texas Intermediate (WTI) : deux propriétés physiques les distinguent la densité et la teneur en soufre.

8Pour les « produits intermédiaires » (les fils dans le textile, l’outillage et les machines dans les entreprises), la qualité dépend de la fiabilité (il convient de tendre vers le « zéro défaut ») ou de la capacité à conserver un niveau de performance sur la durée. À ce niveau, le contrôle qualité prend son sens naturel à savoir le contrôle des caractéristiques des composants, du montage et de la résistance des mécanismes.

  • 12  L’Unesco caractérise le terroir comme « un espace géographique délimité, défini à partir d’une com (...)

9Pour les produits finaux, la qualité est affaire de perception et renvoie de manière très complexe à l’imaginaire de l’acheteur, la personnalité de l’individu. Selon les secteurs et les segments de gamme, elle n’a pas le même sens. Pour les produits alimentaires, la haute qualité doit être associée à une expérience produit unique, celle de la dégustation d’un fromage typique, dont l’appréciation reste très personnelle. La qualité alimentaire est souvent associée à une typicité, une originalité qu’un label peut garantir. Il authentifie une provenance, une origine géographique, le lien avec un terroir12. La qualité se construit donc autour de la garantie de la singularité du produit alimentaire, autour de la reconnaissance de son unicité. En ce sens, la qualité peut être coconstruite avec les distributeurs et les consommateurs. Le terroir peut apparaître comme un construit visant à défendre le produit contre les imitations. Les Anglo-saxons y voient souvent une distorsion de concurrence. Pour eux, seule la marque doit garantir la qualité.

10Les critères de qualité évoluent à travers le temps. Au xixe siècle, les produits américains issus de la mécanisation étaient perçus comme de meilleure qualité, car plus homogènes que les produits artisanaux européens réputés moins réguliers. Aujourd’hui, une grande tendance s’opère vers la recherche de produits dits « craft », dont l’unicité constituerait la qualité première et qui seraient associés à des valeurs fondamentales d’excellence et d’authenticité. Le principal critère de qualité des montres a longtemps été leur précision, leur capacité à bien mesurer le temps, puis elles sont devenues également des accessoires de mode, tout en étant relativement précises. La perception de la qualité s’est alors déplacée vers l’imaginaire.

11L’obsolescence programmée de certains produits lie presque ouvertement la qualité au temps (lampes, batteries…). En règle générale, un article manufacturé de qualité doit conserver ses caractéristiques sur la longue durée et un article de luxe doit parfois pouvoir s’embellir à travers le temps (comme des sacs à main Hermès ou des chaussures Weston, qui doivent pouvoir se léguer de génération en génération). Dans le luxe, la qualité est associée à l’excellence et l’unicité de l’objet. L’objet devient un marqueur social. Il est porteur de valeurs fondamentales, telles que l’attachement à l’art et à la beauté ou l’exemplarité en matière de respect de l’environnement.

12Mais la qualité est très liée à l’imaginaire du consommateur. De ce point de vue, le made in France évoque Paris, sa magie, son romantisme, son faste, ses lumières. Il renvoie aussi à la richesse d’un patrimoine historique français et à des savoirs ancestraux dans de nombreux domaines. Plus largement, il évoque un art de vivre à la française, un bon goût français, une esthétique, une touche… La montée en gamme des produits doit aujourd’hui s’appuyer sur cet ancrage historique.

II. Présentation de la base Montesquieu

  • 13  Stéphane Becuwe, Bertrand Blancheton et Christopher M. Meissner, « Stages of Diversification: Fran (...)

13Au début des années 2010, l’équipe des économistes historiens de l’université de Bordeaux a entrepris un vaste projet de numérisation et de transformation en base de données de la série annuelle du Tableau général du commerce de la France avec ses colonies et les puissances étrangères (devenu le Tableau général du commerce et de la navigation après 1896). L’état d’avancement, les grands enjeux du projet et certains résultats ont été publiés13.

  • 14  David Todd, L’identité économique de la France, Paris, Grasset, 2008.
  • 15  Jean-Charles Asselain et Bertrand Blancheton, « Dynamique de l’ouverture internationale. Paradoxes (...)

14Dans les années 1820, la volonté de constituer plus systématiquement des données macroéconomiques commerciales associant quantités et valeurs répond à deux objectifs ambitieux de l’État français. Il s’agit d’abord de mieux identifier les flux entrants de marchandises. Les autorités souhaitent ensuite disposer de données pour calibrer les dispositifs de politique commerciale envers les partenaires étrangers dans le cadre d’une vision mercantiliste encore très vivace à cette époque14. La mission de collecte et de consolidation de l’information est confiée à l’administration des douanes. Les défis sont alors nombreux. Ils se concentrent sur la manière de valoriser des quantités, répertoriées de manière assez fiable par les douanes. Il est décidé que des valeurs moyennes serviront de base à cette évaluation. Le nom de valeurs officielles leur est attribué. L’exactitude de ces valeurs officielles (fondées sur des prix qui n’évoluent pas) est contestée dès les années suivantes. Sur ces bases, les chiffres de la période 1827-1846 sont à considérer avec beaucoup de prudence. Ils sont fondés sur un système de prix qui ne s’est pas adapté à l’environnement productif. Les soldes commerciaux français des années 1820 aux années 1840 sont à considérer avec beaucoup de précautions15.

15Pour les Tableaux annuels des années 1827-1835, les nomenclatures des produits présentées sont très différentes de celles, très homogènes, des décennies suivantes. Ainsi le travail de constitution d’une base commence par l’année 1836 dans le projet Montesquieu. Sur la période 1836-1938, les Tableaux proposent différentes caractéristiques du commerce extérieur de la France :

  • la dimension géographique. Les valeurs des flux en direction et en provenance des partenaires commerciaux sont disponibles à plusieurs niveaux d’agrégation ;

  • la temporalité. Les données sont annuelles, disponibles même durant les périodes au cours desquelles la France est en guerre, y compris pour les catégories de produit les plus désagrégées ;

  • les produits. Ils sont proposés à plusieurs niveaux de nomenclatures plus ou moins fines. Des résumés rétrospectifs regroupent les principaux produits en plus d’une centaine de catégories pour les importations et les exportations. Ce niveau de désagrégation se situe entre les 67 modalités du niveau 2 de la Standard International Trade Classification, Revision 3 (SITC, Rev. 3) de 1988 et les 261 modalités de son niveau 3. Ici, la portée des calculs de valeurs unitaires est, a priori, limitée par les effets de composition de ces catégories larges, mais les dynamiques des valeurs unitaires peuvent être intéressantes à interpréter. Ensuite, au niveau bilatéral, des flux de quantité sont disponibles pour les « sous-produits ». Une valeur totale par sous-produit apparaît. Au niveau des importations, le nombre de catégories est égal à celui du nombre de sections dans le tarif général. Une correspondance peut être établie ici avec le niveau 4 ou 5 de la SITC, Rev. 3. Les flux des produits précédemment cités sont ventilés soit en exportations soit en importations en termes de valeurs et de quantités physiques, sauf lorsqu’il s’agit de valeurs déclarées ;

  • les droits de douane. Pour les importations par pays de provenance, les droits de douane perçus sont disponibles aux niveaux 2 ou 3 de la SITC (résumés rétrospectifs). Les droits perçus sur les importations de niveaux 4 ou 5 sont accessibles, mais non ventilés par pays de provenance (droits totaux tous pays confondus pour un sous-produit). Jusqu’en 1865 (inclus), des droits de sortie sont appliqués sur les exportations et sont disponibles à tous les niveaux d’agrégation.

16Deux séries de commerce extérieur sont disponibles : commerce général et commerce spécial. Le « commerce spécial » intègre les flux réellement destinés à la consommation nationale. Le « commerce général » inclut, quant à lui, le trafic en transit. Pour la France, le transit se caractérise par une admission temporaire sur le territoire des marchandises ne dépassant pas en général une durée de trois mois.

17La date de 1847 constitue un tournant en matière de présentation des séries avec l’apparition de valeurs dites « actuelles ». De nouveaux grands principes sont adoptés pour l’évolution des flux commerciaux, à savoir le maintien des valeurs officielles pour assurer la continuité mais également l’inscription chaque année de prix actuels afin de valoriser les quantités.

  • 16Tableau général du commerce de la France avec ses colonies et les puissances étrangères pendant l (...)

« Sur la proposition de l’administration des Douanes, les départements des Finances et du Commerce se sont entendus, vers la fin de 1847, pour assurer l’exécution de cette mesure. À cet effet, une commission spéciale a été chargée de procéder à une enquête, en vue de fixer la valeur des marchandises importées et exportées pendant l’année 1847. Les chambres de commerce, les divers comités des manufactures, les délégués du jury d’expertise, ont été aussi appelés à prêter leur concours à ce travail. Réunie le 14 avril 1848, sous la présidence du ministre de l’Agriculture et du Commerce, la Commission [des valeurs en douane] a immédiatement commencé ses investigations qui n’ont pu être terminées que le 14 août suivant16. »

18Dès lors, dans les Tableaux, la Commission des valeurs en douane attribue un prix à chaque sous-produit associé à une section tarifaire après une consultation des chambres de commerce et des chambres consultatives des arts et manufactures. À partir de cette date, en matière d’évaluation de la qualité, le travail de cette commission est décisif ; il est tributaire des remontées du terrain (les professions). La liste de ses membres est disponible au début de chaque annuaire (poste par poste : laine, soie, coton, vins…). L’année 1847 peut constituer une rupture lorsque l’on considère les séries proposées dans la base Montesquieu.

19Dès lors, les Tableaux proposent des flux en valeurs actuelles sur la base du travail de la Commission et toujours des flux en valeurs officielles. La valeur actuelle représente la moyenne des prix du produit (ou du groupe de produits) pendant l’année entière. Pour les importations, il s’agit d’une valeur coût, assurance et fret (CAF) et pour les exportations d’une valeur franco à bord (FOB). La France abandonne la publication de valeurs officielles à partir de 1863 (suivant a priori l’exemple anglais [1854]).

III. Prendre la mesure de la qualité dans le commerce extérieur français

  • 17  Maurice Lévy-Leboyer et François Bourguignon, The French Economy in the Nineteenth-Century: An Ess (...)

20La compétitivité qualité des produits français a fait l’objet d’appréciations fondées sur des histoires d’entreprise, des témoignages, des comptes rendus d’Expositions universelles et autres archives. Pour le xixe siècle, l’idée que la France exporte des produits de qualité est établie par l’historiographie17. Mais ces appréciations restent globales, ne discernent pas de tournant, ni même de tendances de moyen ou long termes, faute d’être assises sur des mesures systématiques.

21L’originalité et l’ambition de notre contribution visent à montrer comment l’histoire économique quantitative peut mesurer les évolutions de la compétitivité qualité de la France.

22La base Montesquieu permet d’approcher la qualité par le biais de calculs de valeurs unitaires à l’exportation et à l’importation obtenues en appliquant les formules suivantes :

V U Xc,t = Xc,t/ Qc,t, avec Xc,t la valeur des exportations pour la catégorie c durant l’année t et Qc,t les quantités pour cette même catégorie ;

V U Mc,t = Mc,t/ Qc,t, avec Mc,t la valeur des importations pour la catégorie c durant l’année t et Qc,t les quantités pour cette même catégorie.

23Sur ces bases, le rapport des valeurs unitaires constitue, selon nous, un indice de qualité. Nous le notons IQ.

IQc,t = V U Xc,t/ V U Mc,t, avec c qui désigne la catégorie de produit.

24Une valeur de IQ supérieure à 1 signifie que la qualité des produits français est supérieure à la moyenne de celles des mêmes produits importés en France.

  • 18  S. Becuwe, B. Blancheton et C. M. Meissner, « Stages of Diversification… », art. cité.

25Nous allons faire état de certains résultats obtenus à un niveau de désagrégation équivalent au niveau de la SITC 3. Les calculs sont effectués à partir des dix principaux postes d’exportations identifiés par S. Becuwe, B. Blancheton et C. Meissner18.

26Les dix catégories de produits sont les tissus de soie, les tissus de laine, les tissus de coton, les vins, les objets en métal, la soie brute, la laine brute, les articles en cuir et les vêtements. Les articles de Paris, nomenclature très hétérogène (voir la contribution de Nadège Sougy dans ce volume), figurent parmi les dix principaux postes d’exportation ; ils ne sont toutefois pas pris en compte dans nos calculs car la notion d’importation n’a pas de sens et, partant, celle de qualité relative non plus.

  • 19  David S. Jacks, Christopher M. Meissner et Dennis Novy, « Trade Costs in the First Wave of Globali (...)

27Pour illustrer le pouvoir explicatif des données en matière de qualité, nous nous concentrons sur la période 1850-1913. Cette période longue se caractérise par une intensification des échanges internationaux dans un contexte de baisse des coûts de transaction19. Nous allons chercher à éclairer la question de l’insertion de la France dans la première mondialisation. Le pays a-t-il répondu aux variations de l’ouverture et de la concurrence par des évolutions de la qualité de ses produits et une plus large diversification de son commerce extérieur ?

28Il ressort des graphiques ci-dessous qu’en général, les valeurs unitaires des produits français exportés sont nettement supérieures à la valeur unitaire des produits importés. Pour le vin, les vêtements, les ouvrages en peaux et en cuir ainsi que la laine brute, l’indice de qualité est nettement supérieur à 1. Pour la soie brute et les tissus de laine, l’indice est aussi supérieur à l’unité, mais de manière moins nette. Pour les outils et ouvrages en métal, l’indice est largement supérieur à 1 des années 1850 au début des années 1890, mais devient ensuite inférieur à l’unité, traduisant a priori une tendance de fond à la réduction de la compétitivité qualité pour cet ensemble large de produits. La même tendance affecte aussi les tissus de laine. Les tissus de soie et les tissus de coton constituent curieusement les seules vraies exceptions parmi les neuf produits étudiés. Très rarement, sur la période, un net écart de valeur unitaire se dégage en faveur des tissus de soie de la France alors que ce poste est la principale spécialisation du pays. Pour les tissus de coton, l’indice de qualité devient inférieur à 1 à partir de la fin des années 1880 et diminue ensuite nettement.

29Une vue d’ensemble des indicateurs suggère une progression des indices de qualité en début de période (notamment pour le vin, les tissus de coton, les articles en peau et en cuir) et une baisse des indicateurs de qualité à partir de la fin des années 1880, notamment pour les tissus.

30Les tissus de soie, de coton, de laine et les vins constituent, en moyenne, les quatre premières spécialisations de la France. Ces postes représentent environ 45 % du total des exportations en 1850, mais seulement 16 % en 1913. Les exportations françaises se sont diversifiées dans un contexte de plus grande compétition mondiale.

31Pour les tissus, les indices de qualité ne livrent pas de messages convergents. L’indice de qualité des tissus de laine est supérieur à l’unité sur la période couverte, mais diminue très nettement en fin de période (voir graphique 1). Pour les tissus de soie, l’indice oscille autour de 1 et ne suggère pas que la qualité des exportations est très supérieure à celle des importations (voir graphique 2). Il conviendrait ici d’analyser la qualité à un niveau plus désagrégé afin de déterminer si des articles en soie rare et de haute qualité ne coexisteraient pas avec des articles plus orientés vers l’entrée de gamme et ciblant, bien entendu, des marchés différenciés. Pour les tissus de coton (voir graphique 3), la fin de période (des années 1890 à la guerre) est marquée par un indice de qualité nettement inférieur à 1.

Graphique 1. Indice de qualité des tissus de laine entre 1850 et 1913

Graphique 1. Indice de qualité des tissus de laine entre 1850 et 1913

Graphique 2. Indice de qualité des tissus de soie entre 1861 et 1913

Graphique 2. Indice de qualité des tissus de soie entre 1861 et 1913

Graphique 3. Indice de qualité des tissus de coton entre 1861 et 1913

Graphique 3. Indice de qualité des tissus de coton entre 1861 et 1913
  • 20  Maria-Isabel Ayuda, Hugo Ferrer-Pérez et Vicente Pinilla, « A Leader in an Emerging New Internatio (...)
  • 21  Stéphane Becuwe, Bertrand Blancheton et Samuel Maveyraud, « New Evidence on Wine in French Interna (...)

32Pour les vins (voir graphique 4), malgré les chocs qui touchent le secteur (oïdium et phylloxéra), l’indice de qualité reste globalement stable entre 1854 et 1886 autour de 2. À partir du milieu des années 1880, la valeur de cet indice s’élève et dépasse 5 en 1904. Dans le présent ouvrage, l’article de S. Becuwe, B. Blancheton et S. Maveyraud montre que cette augmentation est due à la composition des exportations de vins. Jusqu’en 1886, les exportations de vins étaient constituées, à hauteur de 70 % en moyenne, de vins ordinaires en futailles. Par la suite, les exportations se diversifient (montée en puissance des exportations de vins ordinaires en bouteilles, renforcée à partir de 1894 par celles des vins de Champagne). En fin de période, les vins français connaissent, bel et bien, une montée en gamme. Le rôle de leader de la France sur le marché mondial du vin fait l’objet de débats scientifiques. Dans un article récent, Maria-Isabel Ayuda, Hugo Ferrer-Pérez et Vicente Pinilla20 montrent une montée de la qualité des exportations, notamment sous l’impulsion du champagne. S. Becuwe, B. Blancheton et S. Maveyraud21 attirent l’attention sur l’importance du vignoble algérien et d’une politique commerciale discriminatoire pour le maintien de la capacité d’exportation de la « métropole » et la montée en qualité de la France.

Graphique 4. Indice de qualité des vins entre 1850 et 1913

Graphique 4. Indice de qualité des vins entre 1850 et 1913

33Pour les vêtements (voir graphique 5), l’indice de qualité n’est disponible que sur la période 1880-1913 ; il oscille autour de 2 et connaît une hausse en fin de période. Sous l’impulsion de la haute couture naissante, les exportations françaises de vêtements sont d’une qualité très largement supérieure à la moyenne de celles des importations. Il en est de même pour les ouvrages en peau et en cuir sur la même période (voir graphique 6). La mode parisienne permet un positionnement haut de gamme des produits français (ganterie, maroquinerie, chapellerie…). L’image de Paris, sa magie et son rayonnement participent de la construction d’une qualité française dans l’univers de la mode (voir les contributions de Nadège Sougy et Eugénie Briot dans ce volume).

Graphique 5. Indice de qualité des vêtements entre 1880 et 1913

Graphique 5. Indice de qualité des vêtements entre 1880 et 1913

Graphique 6. Indice de qualité des ouvrages en peaux et cuir entre 1880 et 1913

Graphique 6. Indice de qualité des ouvrages en peaux et cuir entre 1880 et 1913

34Deux produits de base apparaissent dans les principales exportations françaises : les laines et les soies. L’indice de qualité des soies (voir graphique 8) est presque systématiquement supérieur à l’unité et celui des laines (voir graphique 7), croissant sur la période, oscille autour de 1,5 entre 1870 et 1913.

Graphique 7. Indice de qualité de la laine entre 1850 et 1913

Graphique 7. Indice de qualité de la laine entre 1850 et 1913

Graphique 8. Indice de qualité des soies brutes entre 1850 et 1913

Graphique 8. Indice de qualité des soies brutes entre 1850 et 1913

35Pour le poste « Outils et ouvrages en métaux » (voir graphique 9), l’indice de qualité est très supérieur à 1 entre 1850 et la fin des années 1880 ; il atteint des sommets au-delà de 4 au début des années 1860 et au-delà de 3 au début des années 1880. Par la suite, l’indice diminue et devient inférieur à 1 en fin de période. Il est difficile de faire la part des choses entre une baisse de la compétitivité qualité sur les machines en fin de période et des évolutions de la composition de ce poste, qui se diversifie (comme le montre le graphique 11 en annexe) jusqu’à regrouper 47 sous-produits en 1913.

Graphique 9. Indice de qualité des outils et ouvrages en métaux entre 1850 et 1913

Graphique 9. Indice de qualité des outils et ouvrages en métaux entre 1850 et 1913

36Le graphique 10 propose un calcul de moyenne de l’indice de qualité à partir des indices de qualité pour les neuf produits. Cette moyenne n’est pas pondérée et nous ne pouvons pas en déduire que les valeurs unitaires des exportations françaises sont en fin de période, par exemple, supérieures de 50 % aux valeurs unitaires des importations. Mais les évolutions de cet indice moyen sont à souligner, notamment sa hausse entre les années 1850 et 1863, puis sa baisse rapide jusqu’au milieu des années 1870. À partir du début des années 1890, l’indice connaît une baisse significative. Un enjeu scientifique est ici de savoir si un lien peut être établi entre les évolutions de la politique tarifaire et celle de la qualité.

Graphique 10. Moyenne des indices de qualité pour les neuf produits étudiés entre 1850 et 1913

Graphique 10. Moyenne des indices de qualité pour les neuf produits étudiés entre 1850 et 1913

Conclusion

37Une analyse d’ensemble des indices de qualité montre une progression de la qualité relative des produits français exportés en début de période (notamment pour le vin, les tissus de coton, les articles en peau et en cuir ainsi que les ouvrages en métaux) et une baisse de la qualité relative à partir de la fin des années 1880 (notamment pour les tissus et les outils et ouvrages en métaux). Ces éléments suggèrent un lien entre l’évolution de la qualité des produits et l’intensité de la concurrence, apprécié via l’évolution de la politique commerciale, à savoir un choc de libéralisation de 1860 suivi d’un resserrement de la politique commerciale après 1892. Bien entendu, les investigations doivent être poursuivies pour en apporter la preuve.

38La critique qui peut être adressée aux résultats ci-dessus (voir graphiques 1 à 8) a trait à la composition de ces catégories. Elles mélangent en effet des sous-produits parfois nombreux et hétérogènes, de l’ordre de plusieurs dizaines, pour des produits manufacturés comme « outils et ouvrages en métaux », « tissus de soie », « tissus de coton », « tissus de laine » et « ouvrages en peaux et en cuir » (voir graphique 10 ci-dessous). Une piste de recherche consiste à analyser la dynamique de sous-produits à l’intérieur de ces catégories. Il s’agit d’aller au niveau le plus fin pour mesurer les valeurs unitaires relatives. C’est pour des produits homogènes que les écarts de valeurs unitaires ont le plus de sens en termes d’écart de qualité. Mais le chantier est ici de taille puisqu’en 1850, par exemple, on dénombre 1 132 produits exportés et 875 produits importés. À ce niveau, il conviendrait aussi d’analyser les décisions de la Commission des valeurs en douanes quant à la valorisation des produits.

Graphique 11. Nombre de sous-produits à l’intérieur des nomenclatures étudiées entre 1850 et 1913

Graphique 11. Nombre de sous-produits à l’intérieur des nomenclatures étudiées entre 1850 et 1913

Notes

1  Voir Michel Jaccard, Objectif qualité. Introduction aux systèmes de management de performance et de durabilité, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. Diriger l’entreprise, 2010.

2  Nadège Sougy (dir.), Luxes et internationalisation xvie-xixe siècle, Neuchâtel, Alphil-Presses universitaires de Suisse, 2013.

3  Maxine Berg, « Luxury, the Luxury Trades, and the Roots of Industrial Growth: A Global Perspective », chap. 9, dans Frank Trentmann (dir.), The Oxford Handbook of the History of Consumption, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 173‑212.

4  Bertrand Blancheton, Cognac, la culture de la qualité, Paris, Ellipses, 2020.

5  Pierre-Yves Donzé, History of the Swiss Watch Industry: From Jacques David to Nicolas Hayek, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2011.

6  Séverine Antigone Marin, L’apprentissage de la mondialisation. Les milieux économiques allemands face à la réussite américaine 1876‑1914, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2012.

7  Projet Transformations of the French Economy through the Lens of International Trade 1716-1821, https://toflit18.hypotheses.org.

8  Voir Julien Martin et Isabelle Méjean, « Low-Wage Country Competition and the Quality Content of High-Wage Country Exports », Journal of International Economics, vol. 93, n° 1, 2014, p. 140‑152.

9  Paul R. Krugman, « Increasing Returns, Monopolistic Competition, and International Trade », Journal of International Economics, vol. 9, n° 4, 1979, p. 469‑479.

10  Philippe Minard, « Économie de marché et État en France : mythes et légendes du colbertisme », L’Économie politique, n° 37, 2008/1, p. 77‑94.

11  Nadège Sougy, « Les charbons de La Machine : valorisation et commercialisation des produits d’une houillère nivernaise de 1838 à 1938 », doctorat, histoire, sous la direction de Denis Woronoff et d’Anne-Lise Head-König, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2003.

12  L’Unesco caractérise le terroir comme « un espace géographique délimité, défini à partir d’une communauté humaine qui construit au cours de son histoire un ensemble de traits culturels distinctifs, de savoirs et de pratiques, fondés sur un système d’interactions entre le milieu naturel et les facteurs humains. Les savoir-faire mis en jeu révèlent une originalité, confèrent une typicité et permettent une reconnaissance pour les produits ou services originaires de cet espace et donc pour les hommes qui y vivent. Les terroirs sont des espaces vivants et innovants qui ne peuvent être assimilés à la seule tradition. » https://fr.unesco.org.

13  Stéphane Becuwe, Bertrand Blancheton et Christopher M. Meissner, « Stages of Diversification: France, 1836-1938 », European Review of Economic History, NBER Working Paper Series, n° 21777, vol. 22, n° 4, 2018, p. 430‑461 ; Stéphane Becuwe, Bertrand Blancheton, Léo Charles et Matthieu Clément, « The Influence of Distance on French International Trade (1850 to 1913): A Comparison with Germany », International Trade Journal, vol. 32, n° 5, 2018, p. 465‑490 ; Stéphane Becuwe, Bertrand Blancheton et Karine Onfroy, « Base Montesquieu : données du commerce extérieur français (1836-1938) », Revue de l’OFCE, n° 164, 2019, p. 87‑109 ; Stéphane Becuwe et Bertrand Blancheton, « French Textile Specialisation in Long Run Perspective (1836-1938): Trade Policy as Industrial Policy », Business History, vol. 62, n° 6, 2020, p. 891‑914. L’objectif final de ce projet est d’offrir une interface opérationnelle mettant dans le domaine public l’ensemble des données (environ 2 millions). Le travail de numérisation est à la disposition du public. La collection Registres des douanes de Bordeaux est progressivement publiée dans la bibliothèque numérique patrimoniale du réseau documentaire des universités de Bordeaux, Babord-Num. Elle dispose d’une URL pérenne moissonnée par Gallica, ce qui lui assure une large visibilité (cf. www.babordnum.fr/collections/show/13). Les images sont ainsi déjà disponibles sous licence ouverte et librement téléchargeables par les chercheurs.

14  David Todd, L’identité économique de la France, Paris, Grasset, 2008.

15  Jean-Charles Asselain et Bertrand Blancheton, « Dynamique de l’ouverture internationale. Paradoxes, enjeux, éléments d’interprétation à partir du cas de la France », Économies et sociétés, série HEQs, n° 1, 2005, p. 49‑179.

16Tableau général du commerce de la France avec ses colonies et les puissances étrangères pendant l’année 1847, Paris, Impr. nationale, sept. 1848, p. 9.

17  Maurice Lévy-Leboyer et François Bourguignon, The French Economy in the Nineteenth-Century: An Essay in Econometric Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 ; Patrick Verley, L’échelle du monde, Paris, Gallimard, 1997, éd. augm. 2003 ; Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004 ; N. Sougy (dir.), Luxes et internationalisation…, op. cit.

18  S. Becuwe, B. Blancheton et C. M. Meissner, « Stages of Diversification… », art. cité.

19  David S. Jacks, Christopher M. Meissner et Dennis Novy, « Trade Costs in the First Wave of Globalization », Explorations in Economic History, vol. 47, n° 2, 2010, p. 127‑141.

20  Maria-Isabel Ayuda, Hugo Ferrer-Pérez et Vicente Pinilla, « A Leader in an Emerging New International Market: The Determinants of French Wine Exports, 1848-1938 », Economic History Review, vol. 73, n° 3, 2020, p. 703‑729.

21  Stéphane Becuwe, Bertrand Blancheton et Samuel Maveyraud, « New Evidence on Wine in French International Trade (1848-1913): Import Discrimination as Export Quality Promotion », Mimeo, 2019.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Indice de qualité des tissus de laine entre 1850 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 2. Indice de qualité des tissus de soie entre 1861 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique 3. Indice de qualité des tissus de coton entre 1861 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 4. Indice de qualité des vins entre 1850 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 5. Indice de qualité des vêtements entre 1880 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 6. Indice de qualité des ouvrages en peaux et cuir entre 1880 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Graphique 7. Indice de qualité de la laine entre 1850 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique 8. Indice de qualité des soies brutes entre 1850 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 9. Indice de qualité des outils et ouvrages en métaux entre 1850 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 10. Moyenne des indices de qualité pour les neuf produits étudiés entre 1850 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 11. Nombre de sous-produits à l’intérieur des nomenclatures étudiées entre 1850 et 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/12360/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 270k

Auteurs

Directeur de recherche au CNRS (GREThA UMR 5113 CNRS-université de Bordeaux), Stéphane Becuwe travaille sur l’histoire économique quantitative et le commerce international. Il a récemment publié : avec Bertrand Blancheton et Karine Onfroy ; « Base Montesquieu : données du commerce extérieur français (1836-1938) », Revue de l’OFCE, 2019, 164 (4), p. 87‑109 ; avec B. Blancheton et Christopher M. Meissner, « La politique commerciale et le commerce extérieur de la France entre 1836 et 1938. Éclairages par les données », Histoire, économie & société, n° 2020-3, p. 101‑121 ; en codirection avec B. Blancheton, L’économie maritime en France : histoire, enjeux, perspectives, Paris, Éditions Ellipses, 2020 ; avec B. Blancheton, « French Textile Specialization in Long Run Perspective (1836-1938): Trade Policy as Industrial Policy », Business History, 2020, vol. 62, n° 6, p. 891‑914.

Agrégé de sciences économiques en 2002, Bertrand Blancheton est professeur à l’université de Bordeaux. Il dirige la faculté d’économie, gestion et AES depuis 2010. Il est chercheur au GREThA UMR CNRS 5113. Il est membre du Comité pour l’histoire économique et financière de la France depuis 2016. Ses travaux concernent l’histoire économique et l’économie internationale. Ils portent sur les stratégies d’insertion des économies nationales dans la mondialisation, l’histoire des crises financières et le Central Banking Design. Il publie régulièrement dans des revues internationales de référence sur ces questions : European Review of Economic History, Financial History Review, Economic Modelling, Accounting History Review, Business History, International Trade Journal, Revue d’économie politique, Revue économique, Vingtième Siècle… Il publie aussi des ouvrages de vulgarisation avec pour ambition de montrer la capacité de l’histoire économique à éclairer les débats de politiques économiques du moment mais aussi les enjeux du futur : Histoire des faits économiques, Paris, Dunod, 1re éd. 2007 ; Histoire de la mondialisation, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2008 ; Sciences économiques, Paris, Dunod, 1re éd. 2009 ; Mythes économiques, Paris, Ellipses, 2017 ; Grandes Questions d’économie du xxie siècle, Paris, Ellipses, 2018 ; Introduction aux politiques économiques, Paris, Dunod, 2020 ; Cognac, la culture de la qualité, Paris, Ellipses, 2020.

Professeur d’économie à l’université Davis de Californie, les recherches de Christopher M. Meissner portent sur l’histoire de l’économie internationale en particulier entre 1870 et 1913. Il est également chercheur associé au National Bureau of Economic Research dans le cadre du programme Développement de l’économie américaine. Avant de rejoindre l’université de Davis, C. M. Meissner était professeur associé à la faculté d’économie de l’université de Cambridge. Il y a été directeur des études en économie et membre du King’s College. Ensuite, il a occupé des postes de chercheur invité au Fonds monétaire international, à Harvard, à l’Insead, à la Paris School of Economics, à l’université du Danemark du Sud à Odense, à l’université de Bordeaux Montesquieu et à l’université de New York à Shanghaï. En 2006, il était boursier Houblon Norman à la Banque d’Angleterre. Il est actuellement coéditeur de la European Review of Economic History. Il a publié plus de quarante-cinq articles dans les principales revues notamment American Economic Review, Journal of Economic History, Journal of International Economics et Journal of Development Economics.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search