Version classiqueVersion mobile

Vers le haut de gamme made in France

 | 
Bertrand Blancheton

Introduction générale. Promouvoir la qualité des produits français

Bertrand Blancheton

Texte intégral

  • 1  Maurice Lévy-Leboyer (dir.), L’économie française dans la compétition internationale au xxe siècle(...)

1Cet ouvrage rassemble les textes des communications proposées lors du colloque « Vers le haut de gamme made in France », organisé à Bercy les 21 et 22 novembre 2019. Ces deux journées d’étude ont regroupé des chercheurs internationaux en sciences humaines et sociales (historiens, gestionnaires, économistes, anthropologues) et des praticiens du haut de gamme (spiritueux, mode, administrations chargées de promouvoir les produits français à l’étranger et de les protéger de la contrefaçon…). Le Comité pour l’histoire économique et financière de la France (Cheff) et l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE) contribuent, de longue date, à faire vivre l’histoire économique et financière en France dans sa pluralité. En 2002, le Cheff avait organisé autour de Maurice Lévy-Leboyer un colloque « L’économie française dans la compétition internationale au xxe siècle1 » où la compétitivité prix et les aspects monétaires avaient eu une large place (de la stabilisation Poincaré aux conséquences du franc fort des années 1986-1998). Le colloque « Vers le haut de gamme made in France » élargit la période couverte et resserre la thématique : il a été consacré à la compétitivité hors prix (ou qualité) de la France de l’Ancien Régime à nos jours.

I. Les vertus de la compétitivité hors prix

  • 2  Paul R. Krugman, La mondialisation n’est pas coupable. Vertus et limites du libre-échange, Paris, (...)
  • 3  Bertrand Blancheton, Introduction aux politiques économiques, Paris, Dunod, 2020.

2La compétitivité a un sens microéconomique clair, elle désigne la capacité d’une entreprise à occuper une position forte sur un marché et à être profitable sur la durée. L’analyse de l’évolution de sa part de marché et de son compte de résultat est fondamentale pour apprécier cette compétitivité. La transposition de cette notion à l’échelle des pays peut être critiquée. Un pays ne saurait être analysé comme un centre de profit et une économie avancée doit accepter le principe d’une baisse de sa part de marché dans le commerce mondial afin de permettre l’émergence de nouveaux acteurs (Chine et Inde à partir des années 1980). De surcroît, la somme des soldes courants de tous les pays du monde est égale à zéro : des pays en excédent (donc apparemment compétitifs) en contraignent d’autres à devoir financer des déficits. En ce sens, la compétitivité d’un pays peut être dénoncée comme « une dangereuse obsession2 ». Cela étant, la notion de compétitivité nous semble avoir un sens à l’échelle des pays. Les politiques macroéconomiques pèsent sur la compétitivité des entreprises. La politique fiscale influence la compétitivité coût (impôts sur les sociétés, cotisations sociales…). La politique de change exerce un effet sur la compétitivité prix. Un État stratège3 doit donc mettre en place un environnement structurel favorable à la compétitivité de ses entreprises, en particulier à travers la recherche, l’innovation, l’éducation, les choix de spécialisations, les synergies d’acteurs… L’État stratège doit promouvoir une image de marque globale du pays (portée par le « made in », voire d’autres labels). La compétitivité d’une économie nationale peut se définir comme la capacité de son secteur productif à satisfaire la demande intérieure et étrangère dans le but de soutenir la progression du niveau de vie de ses habitants et de permettre le déploiement d’un projet de développement.

  • 4  Martine Hlady-Rispal et Bertrand Blancheton, « The Diamond Model: A French Luxury Cluster Model Em (...)

3La haute qualité et le luxe se construisent au fil du temps long de la réputation des entreprises, des terroirs, des pays, de leur reconnaissance par les distributeurs, les consommateurs, les « labellisateurs »… Il s’agit d’un objet d’étude où l’histoire (héritage, savoir-faire, patrimoine…) participe du processus contemporain de création de valeur4. La haute qualité est indissociable du temps qui passe. Aussi, les mises en perspective historique peuvent aider à identifier les ressorts des montées en gamme, la manière dont elles se construisent. L’histoire économique a ici vocation à éclairer les décisions des responsables politiques dans le déploiement de politiques structurelles destinées à mieux tirer profit des opportunités de la mondialisation.

  • 5  De nombreux rapports ont déjà établi ce constat ; parmi eux, citons le rapport de Louis Gallois, P (...)

4Depuis l’Ancien Régime, la France a dû faire face à l’émergence de nouveaux compétiteurs européens, puis mondiaux, qui ont attaqué ses spécialisations (tour à tour le textile, les articles de Paris, le vin, l’automobile, la chaussure, l’électronique…). Au xxe siècle, la France avait développé une culture de l’ajustement monétaire pour retrouver de la compétitivité et absorber des chocs (dévaluations). La France doit aujourd’hui relever le défi d’une compétition internationale forte et tourmentée en mobilisant d’autres leviers5. Depuis le milieu des années 2000, ses parts de marché diminuent et elle présente un déficit courant du fait d’un problème spécifique de manque de compétitivité manufacturière.

  • 6  Paul R. Krugman, « Increasing Returns, Monopolistic Competition, and International Trade », Journa (...)

5Dans la lignée des travaux de Paul Krugman6, les nouvelles théories du commerce international montrent que face à la libéralisation des échanges internationaux et la montée de la concurrence mondiale, la différenciation des produits et la montée en qualité peuvent être des options stratégiques pour les pays de tête comme la France. La progression de la qualité est une réponse vertueuse qui évite d’avoir à poser la question de l’adaptation à la mondialisation en termes de réduction de coûts (salariaux et fiscaux) fatalement attentatoire au développement économique du pays (capacité à financer la protection sociale, l’éducation, la recherche…). L’histoire économique peut éclairer les mécanismes de l’élévation de la qualité. En effet, la compétitivité hors prix renvoie pour partie à l’histoire d’un produit, d’une marque, d’une région, d’un pays (de ses valeurs symboliques, de sa culture).

II. Qualité, labels et terroir

6La notion de « made in France » est apparue en même temps que le « made in Germany », lorsqu’une loi anglaise de 1887, le Merchandise Marks Act, a contraint les producteurs étrangers à apposer une mention « made in » pour ne pas usurper les marques anglaises (Séverine Antigone Marin montre qu’elle vise particulièrement les imitations allemandes et moins les produits français, alors bien différenciés). Aujourd’hui, si le « label made in France » se définit avant tout comme un lieu de production, il constitue également un repère qualitatif, dans la mesure où il possède un pouvoir évocateur dans l’esprit des consommateurs du monde entier. L’utilisation du made in France est actuellement soumise aux respects de certaines règles afin de ne pas engendrer de confusion. En effet, dans un contexte d’éclatement des chaînes de valeur et de division internationale des processus productifs, l’origine d’un produit peut être complexe à déterminer. Le marquage de l’origine est basé sur des règles douanières, appelées « règles d’origine non préférentielle », définies dans la réglementation européenne. Elles permettent d’établir la « nationalité » d’un produit en présence de facteurs de production de différents pays. Ces règles varient selon la nature même du produit. Pour ce qui est des produits qui ont été assemblés ou transformés dans au moins deux pays, seuls sont éligibles au made in France, d’une part, les produits dont la dernière transformation ou ouvraison substantielle, c’est-à-dire ayant abouti à la création d’un produit nouveau, a été réalisée en France ; d’autre part, les produits dont 45 % de la valeur ajoutée a été réalisée en France.

7Sur cette base, de nombreux produits peuvent se contenter d’être assemblés en France, même si la grande majorité de leurs composants n’ont pas été produits sur le territoire national… Afin de promouvoir des critères un peu plus stricts, le label Origine France garantie (OFG) a été lancé en 2010. Ce label est porté par une association car les règles européennes ne permettent pas à un État de faire directement la promotion de sa production. Le critère de labellisation exige qu’au moins 50 % du coût de revient unitaire soit originaire de France. Un audit indépendant certifie l’origine française des produits. Là encore, la certification n’est pas intrinsèquement centrée sur la qualité.

8Le label Entreprise du patrimoine vivant (EPV), créé en 2005 en France par l’État, distingue les entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Ce label apporte une reconnaissance et s’accompagne d’un régime fiscal avantageux. Cette distinction est ouverte à tous les métiers de production, transformation, réparation et restauration. Elle est attribuée pour cinq ans après une sélection rigoureuse des candidats. Plus précisément, les métiers concernés sont les métiers liés à l’art et à la culture, les métiers de la gastronomie, ainsi que les métiers de l’industrie qui développent et utilisent des technologiques de pointe, de la propriété intellectuelle à très haute valeur ajoutée et qui sauvegardent des fabrications traditionnelles. La promotion et la protection de ces différents labels ont vocation à servir la compétitivité qualité du pays.

9Il est fondamental de bien comprendre la notion, très complexe, de qualité. L’appréhension de la qualité évolue d’abord le long de la chaîne de valeur. Elle est différente ensuite à travers le temps, les secteurs, voire les zones géographiques du fait des particularités culturelles des régions et des nations.

10La qualité des produits de base est de nature substantielle, c’est-à-dire liée à des propriétés physiques, objectivées par un contrôle scientifique. Ainsi, la qualité (et donc le prix) des charbons est indissociable de leurs propriétés énergétiques. La qualité des bois est liée à leur propriété à l’usage (leur grain pour la tonnellerie, leur résistance pour l’ameublement…). Il existe également aujourd’hui différents pétroles dont la qualité s’apprécie à travers deux critères principaux : la densité et la teneur en soufre.

11Pour les « produits intermédiaires » (les fils dans le textile ou les machines), la qualité dépend de la fiabilité (il convient de tendre au « zéro défaut ») ou de la capacité à conserver un niveau de performance sur la durée. À ce niveau, le contrôle qualité tel que l’avait imaginé très tôt Colbert prend tout son sens, à savoir le contrôle des caractéristiques des composants, du montage et de la résistance des mécanismes.

12Pour les produits de consommation finale, la qualité renvoie de manière complexe à l’imaginaire de l’acheteur. La qualité devient perçue ! Pour les produits alimentaires, la haute qualité doit être associée à une expérience d’un produit unique, celle de la dégustation d’un grand vin ou d’un cognac d’exception, dont l’appréciation reste très personnelle. Le parfum est, quant à lui, une promesse de protection et de transformation de l’être pour une meilleure connexion avec autrui… La qualité de son pouvoir de transformation est encore plus subjective. La qualité d’objet plus durable dépend de leur aptitude à conserver leurs caractéristiques au fil du temps : les tissus leur éclat, les cuirs leur grain et leur douceur, les objets leur fonctionnalité.

13La qualité se construit fondamentalement autour d’un imaginaire et de valeurs symboliques. De ce point de vue, le made in France évoque Paris, sa magie, son romantisme, son faste, ses lumières. Il renvoie aussi à la richesse d’un patrimoine historique français et à des savoirs ancestraux dans de nombreux domaines portés par une myriade d’artisans, de créateurs. Plus largement, il évoque un art de vivre à la française, un bon goût français, une esthétique, une touche particulière (French touch), dont Nadège Sougy montre qu’ils sont solidement en place dès le xixe siècle.

14Les textes consacrés à l’Allemagne permettent de caractériser le made in Germany. Avant les années 1880, le pays avait la réputation de produire des articles bon marché, de piètre qualité, qu’il s’agisse de textile ou d’objets d’imitation (dont les articles de Paris). À la faveur d’un mouvement de « spécialisation/diversification », les produits allemands ont acquis une réputation de froide fiabilité et de grande résistance. Au fil du temps, cette qualité allemande apparaît comme l’expression d’un « régime de production allemand », c’est-à-dire d’une manière d’articuler production, enseignement et recherche, mais aussi de concevoir les rapports entre les salariés et le patronat, comme ceux entre les fournisseurs et les clients… Jan-Otmar Hesse montre que, dès les années 1960, l’industrie allemande a mis en œuvre une division internationale du processus de production. Sans cette stratégie de délocalisation de la production, des pans entiers de son industrie auraient disparu (Hugo Boss et Seidensticker, ou encore des fabricants d’articles de sport tels que Trigema). Le succès à l’exportation a de moins en moins à voir avec une organisation territorialisée de la production ; pour autant, le made in Germany continue de symboliser un « mode de production allemand ».

15La qualité se construit pour l’alimentation notamment autour de la garantie de la typicité du produit. Celle-ci est aujourd’hui associée à la notion complexe de « terroir », qui mêle espace naturel et savoir-faire de communauté. L’Unesco caractérise le terroir comme « un espace géographique délimité défini à partir d’une communauté humaine qui construit au cours de son histoire un ensemble de traits culturels distinctifs, de savoirs et de pratiques, fondés sur un système d’interactions entre le milieu naturel et les facteurs humains. Les savoir-faire mis en jeu révèlent une originalité, confèrent une typicité et permettent une reconnaissance pour les produits ou services originaires de cet espace et donc pour les hommes qui y vivent. Les terroirs sont des espaces vivants et innovants qui ne peuvent être assimilés à la seule tradition7. » Comme le montre Jérôme Gidoin, le terroir peut apparaître comme un lent construit que des appellations et autres labels protègent et certifient, mais que le consommateur doit aussi immédiatement reconnaître : ainsi le cristal évoque-t-il Baccarat, la mode masculine Milan, une montre la Suisse…

16En effet, la haute qualité se construit au fil d’un processus long d’interactions entre des producteurs locaux et des consommateurs globaux. L’offre de produit est caractérisée par sa durabilité, son unicité, sa haute qualité et les valeurs fondamentales qu’elle porte. Le consommateur mondial doit reconnaître une typicité et l’excellence d’une qualité en associant le produit à un lieu.

17L’histoire du champagne rappelle que la qualité peut être une construction. Les vins effervescents qui se développent au xviiie siècle sont d’abord des « vins techniques » avant d’être associés à des aires géographiques précises. Lorsque le phylloxéra arrive en Champagne (en 1892 pour les premiers cas ; en 1901, le département de la Marne est déclaré phylloxéré) et lorsque les récoltes sont mauvaises, des opérateurs s’approvisionnent en matières premières dans les Pays de la Loire et en Allemagne. Ces vins extérieurs permettent de faire des champagnes a priori tout aussi satisfaisants pour le consommateur. À la Belle Époque, les producteurs de champagne cherchent à associer l’image de leur vin à celle de Paris, de la fête, des lumières, de l’effervescence, d’une certaine magie parisienne comme lors de l’Exposition universelle de 1889. Au xxe siècle, cette qualité est institutionnalisée et protégée. Grâce aux premiers procès intentés par les maisons de Champagne, le nom « champagne » ne pouvait s’appliquer qu’aux vins récoltés et manipulés en Champagne. La loi du 22 juillet 1927 fixe la délimitation de la Champagne viticole. Une appellation d’origine contrôlée (AOC) est alors créée en 1935 ; elle institutionnalise la qualité et introduit une sorte de barrière à l’entrée sur le segment des vins effervescents de haute qualité, au grand dam des producteurs étrangers.

  • 8  Bertrand Blancheton, Cognac, la culture de la qualité, Paris, Ellipses, 2020.

18Dans le monde anglo-saxon, la marque, seule, doit garantir la qualité et la désignation d’origine est perçue comme une distorsion de concurrence. En Europe du Sud, l’appellation d’origine contrôlée vise la protection du consommateur et garantit une singularité des produits. Dans le domaine du haut de gamme, les marques et les appellations d’origine contrôlées entretiennent des liaisons complexes. Comme en Cognac8, les marques sont tentées de minimiser parfois l’AOC et ont – sur certains marchés – des notoriétés bien plus grandes que le lieu d’origine. Les marques pourraient être tentées de se distancier des AOC.

19Dans le haut de gamme, les marques et les AOC se complètent et ne sauraient être opposées. Les marques, souvent adossées à de grands groupes, ouvrent les marchés d’exportation et racontent une histoire aux consommateurs lointains alors que les AOC, en plus de faire respecter un cahier des charges (que la marque pourrait très bien faire sien, il est vrai), fédèrent les acteurs locaux d’une filière et génèrent ainsi des effets d’entraînement immatériels liés à la proximité (échange rapide de bonnes pratiques, recherche de solutions collective, émergence d’une culture locale ou régionale de la qualité du produit, comme en Cognac).

20En France, le label Entreprise du patrimoine vivant est de plus en plus reconnu à l’échelle internationale comme un label adossé aux plus grandes marques relevant de l’univers de luxe et de l’excellence. L’histoire est de la sorte intégrée au business model de l’entreprise : elle permet de bien distinguer l’offre produit.

III. La montée en gamme

21Pour les historiens, la qualité est notamment appréciée à travers les histoires de la consommation, des techniques et la business history. Les archives d’entreprises, l’analyse des stratégies de positionnement des produits, les retours des commissionnaires sur les réactions des clients, les comptes rendus d’expositions internationales (dont les Expositions universelles) permettent de recouper des éléments de positionnement qualitatif des gammes de produits. Les économistes convergent, quant à eux, pour mesurer la qualité à travers des valeurs unitaires relatives : valeur des produits exportés rapportés aux quantités mis en rapport avec les valeurs unitaires des mêmes produits importés. Les ressources statistiques du projet TOFLIT189, développé par Guillaume Daudin et Loïc Charles, permettent de montrer que le commerce extérieur français d’Ancien Régime était déjà tiré par les exportations de luxe, notamment les tissus de soie, qui resteront la première spécialisation française jusqu’au début du xxe siècle. La base de données Montesquieu permet de montrer qu’au milieu du xixe siècle, la valeur unitaire de produits français était supérieure de près de 20 % à celle de la moyenne des compétiteurs du reste du monde. Le choc international de la libéralisation commerciale des années 1860 n’a pas eu pour effet global de pousser les producteurs français à accroître la qualité. Au contraire, la communication d’Isabelle Méjean (non publiée ici) a montré qu’entre 1995 et 2005 la France a réagi à l’accentuation de la compétition mondiale par une montée en qualité de l’ordre de 10 à 15 %, si l’on mobilise les valeurs unitaires déflatées des produits à l’échelle des firmes.

22L’émergence d’un positionnement luxe nécessite de mobiliser un héritage historique. Il ne réside pas forcément dans des savoir-faire ancestraux encore vivants (des gestes, des techniques de production spécifiques…) mais peut être la simple évocation d’un passé, à condition qu’il soit glorieux. Ainsi, comme le relate Carlo Marco Belfanti à la fin du xixe siècle, la mode lombarde naissante faisait référence à l’histoire des vêtements et à des couleurs de la Renaissance italienne. Elle utilisait des types d’étoffes emblématiques de cette époque (velours de soie, dentelles…). Les références à la Renaissance concernent aussi l’évocation des peintres et les couleurs : « rouge Titien » ou « vert Véronèse ». Pierre-Yves Donzé montre que l’horlogerie suisse, qui a connu dans les années 1980 une crise du fait du virage vers l’électronique (montres à quartz venues notamment du Japon), a opéré un repositionnement vers le luxe dans les années 1990 en mettant en scène un véritable storytelling de la tradition horlogère à Genève (Grand Prix de Genève, Poinçon de Genève…). Le repositionnement luxe de la marque Omega s’est ainsi fait autour de trois axes :

  • l’excellence technique (invention d’un nouveau mouvement de montre en 1997) ;

  • la mise en avant de la tradition historique (la Moonwatch et la montre des Jeux olympiques) ;

  • la mobilisation d’un levier glamour (en associant son image à celle de George Clooney).

23La France est crédible pour faire émerger de nouveaux pôles luxe autour de ses nombreuses traditions historiques territorialisées :

  • l’horlogerie dans le Doubs et le Jura, même si elle a aujourd’hui presque totalement disparu ;

  • le linge basco-béarnais ;

  • l’armagnac, dont on peine à comprendre pourquoi il ne s’exporte pas aussi aisément que le cognac…

24La création de clusters luxe apparaît souhaitable. Dans le luxe, les clusters apportent des avantages immatériels spécifiques. La concentration d’activité forge – à long terme – une culture de la qualité. Cette ressource constitue un avantage compétitif pour la région. La création récente de deux clusters luxe en Nouvelle-Aquitaine (Spirits Valley à Cognac et Réso’Cuir autour du cuir luxe aux confins de la Dordogne, de la Haute-Vienne et de la Charente) doit être imitée autour d’une logique de filière attachée à l’excellence, comme le montre Martine Hlady-Rispal.

  • 10  Sally Hassan El Arabi El Kodssi, « L’impact de la contrefaçon sur la perception de l’image de marq (...)

25En raison de leur qualité, les produits français ont été très tôt reproduits ; ils restent aujourd’hui les plus copiés au monde avec les produits américains. La thèse de Sally Hassan El Arabi El Kodssi10 montre que, dans le secteur du textile et de la mode, la contrefaçon influence négativement le comportement d’achat de la consommatrice. Elle altère l’attachement à la marque et la confiance. L’innovation est apparue très tôt comme un moyen de se protéger ; le renouvellement des modes et des collections dans le textile a ainsi permis de conserver un temps d’avance sur les imitateurs allemands et suisses. Le cas du constructeur automobile allemand Audi, étudié par Daniel Baier, Alexandra Rese et Felix Homfeldt, montre aussi comment l’innovation technologique autorise le maintien d’un leadership sur le haut de gamme. Audi axe sa stratégie sur l’intégration des équipementiers dans le développement de produit et coopère de plus en plus avec des start-up. Le droit international des marques et de la propriété intellectuelle a, dès la fin du xixe siècle, protégé les intérêts de producteurs axés sur une différenciation par la qualité (convention de Madrid de 1891). Les appellations d’origine (à travers la loi du 6 mai 1919, par exemple) ont ensuite cherché à protéger et à construire des typicités régionales. L’enjeu pour l’Administration reste aujourd’hui de continuer à répondre à la demande des professionnels des filières haut de gamme concernant la protection des imitations et autres détournements de notoriété…

26La stratégie de montée en gamme des produits français apparaît comme un processus long et complexe qui nécessite une mobilisation d’acteurs à plusieurs échelles et l’articulation de leurs actions. Sur le terrain, les entreprises doivent mettre en œuvre des stratégies de diversification de leurs offres intégrant le haut de gamme. La montée en qualité repose sur une capacité à innover et à proposer des produits qui évoquent la France, son style, son art de vivre, son bon goût… L’entreprise désireuse de se positionner sur le luxe doit « théâtraliser » un ancrage historique, la mobilisation de savoir-faire anciens et associer une dimension artistique à sa production. À l’échelle des filières, des régions et des terroirs, le rapprochement des acteurs au sein de clusters peut permettre de capturer des avantages compétitifs. Des bénéfices immatériels résident dans la constitution de réseaux, l’accès à des informations, la meilleure affirmation d’une image de marque des produits et d’une origine géographique, ainsi que le développement de ressources culturelles (attachement à la qualité, conscience collective d’une histoire, savoir-faire…). Au niveau national, la mise en place de labels et leur promotion, l’accompagnement des entreprises à l’exportation – notamment via la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface) ou les missions économiques… –, la protection contre les imitations – grâce entre autres à l’action des Douanes ou à celle de l’Institut national de la propriété industrielle – participent du processus de montée en qualité. Il revient aussi au Gouvernement de porter l’image de marque du pays à travers le monde en restant attaché à des symboles – dans le cas français : une touche française, un art de vivre à la française.

Notes

1  Maurice Lévy-Leboyer (dir.), L’économie française dans la compétition internationale au xxe siècle, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, consultable en ligne, https://books.openedition.org/igpde/4675.

2  Paul R. Krugman, La mondialisation n’est pas coupable. Vertus et limites du libre-échange, Paris, La Découverte, 1998.

3  Bertrand Blancheton, Introduction aux politiques économiques, Paris, Dunod, 2020.

4  Martine Hlady-Rispal et Bertrand Blancheton, « The Diamond Model: A French Luxury Cluster Model Embedded in Regional Heritage », Journal of Small Business Management, 25 février 2020.

5  De nombreux rapports ont déjà établi ce constat ; parmi eux, citons le rapport de Louis Gallois, Pacte pour la compétitivité de l’industrie française, Rapport au Premier ministre, 5 novembre 2012.

6  Paul R. Krugman, « Increasing Returns, Monopolistic Competition, and International Trade », Journal of International Economics, vol. 9, n° 4, 1979, p. 469-479.

7  Voir le site de l’Unesco, https://fr.unesco.org.

8  Bertrand Blancheton, Cognac, la culture de la qualité, Paris, Ellipses, 2020.

9https://toflit18.hypotheses.org/ et http://toflit18.medialab.sciences-po.fr/#/home.

10  Sally Hassan El Arabi El Kodssi, « L’impact de la contrefaçon sur la perception de l’image de marque dans le secteur du textile et de la mode : le cas des consommatrices saoudiennes », doctorat, sciences de gestion, sous la direction de Catherine Sarlandie de La Robertie, université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2019.

Auteur

Agrégé de sciences économiques en 2002, Bertrand Blancheton est professeur à l’université de Bordeaux. Il dirige la faculté d’économie, gestion et AES depuis 2010. Il est chercheur au GREThA UMR CNRS 5113. Il est membre du Comité pour l’histoire économique et financière de la France depuis 2016. Ses travaux concernent l’histoire économique et l’économie internationale. Ils portent sur les stratégies d’insertion des économies nationales dans la mondialisation, l’histoire des crises financières et le Central Banking Design. Il publie régulièrement dans des revues internationales de référence sur ces questions : European Review of Economic History, Financial History Review, Economic Modelling, Accounting History Review, Business History, International Trade Journal, Revue d’économie politique, Revue économique, Vingtième Siècle… Il publie aussi des ouvrages de vulgarisation avec pour ambition de montrer la capacité de l’histoire économique à éclairer les débats de politiques économiques du moment mais aussi les enjeux du futur : Histoire des faits économiques, Paris, Dunod, 1re éd. 2007 ; Histoire de la mondialisation, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2008 ; Sciences économiques, Paris, Dunod, 1re éd. 2009 ; Mythes économiques, Paris, Ellipses, 2017 ; Grandes Questions d’économie du xxie siècle, Paris, Ellipses, 2018 ; Introduction aux politiques économiques, Paris, Dunod, 2020 ; Cognac, la culture de la qualité, Paris, Ellipses, 2020.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search