Version classiqueVersion mobile

Gouverner les territoires

 | 
Giuseppe Bettoni

L’élaboration des concepts de planification « communicative » et « collaborative »*

Patsy Healey

Texte intégral

I. Le contexte

  • * Le présent article est adapté, avec leur permission, de l’ouvrage en cours d’édition de L. Vale, B. (...)
  • 2 J’utilise le terme « domaine de la planification » en référence à l’ensemble de savoirs et de débat (...)

1Les concepts d’élaboration « communicative » et « collaborative » des politiques font désormais partie intégrante du domaine de la planification2. Ils se fondent sur l’importance de l’attention qui doit être portée, en premier lieu, à la qualité sociorelationnelle des processus de gouvernance et, en second lieu, aux microdynamiques sociales des pratiques de gouvernance dans toutes leurs dimensions performatives. Ces microdynamiques permettent d’élaborer des idées et des stratégies en matière de planification. Grâce à elles, les enjeux, ainsi que les facteurs et les acteurs qui entreront en ligne de compte, sont définis, se voient attribuer une forme concrète et produisent des effets sur les résultats matériels et les modes de pensée et d’action en constante évolution.

  • 3 J’utilise le terme « gouvernance » ici et ailleurs en référence à toutes les formes d’action collec (...)

2Le développement des idées associées à la « planification communicative » dans le domaine de la planification revêt ainsi les caractéristiques d’un projet intellectuel, en ce sens qu’il constitue une manière d’intégrer l’action sociale au champ de l’action collective, ou « gouvernance3 ». Mais le projet a également une dimension pratique puisque ce qui se déroule dans ces micropratiques revêt une importance en matière de politiques publiques. La mise en œuvre interactive des pratiques de l’action publique compte autant que la compétence avec laquelle les routines techniques sont appliquées, pas seulement pour des raisons d’efficacité mais aussi parce que les valeurs politiques fondamentales ont une signification et une forme matérielle spécifiques dans ces pratiques. Ces dernières années, en Europe occidentale et en Amérique du Nord, ces micropratiques ont gagné en importance du fait des tentatives entreprises pour « reconfigurer le gouvernement » à partir de modèles et de processus établis au milieu du xxe siècle, ce qui a encouragé l’émergence de nouveaux réseaux, de nouveaux espaces institutionnels et de nouvelles « collaborations » dans le cadre des systèmes formels de gouvernement et des systèmes plus larges de gouvernance. Dans ce contexte, les dimensions intellectuelle, pratique et politique sont toutes trois comprises dans l’évolution de l’idée de planification communicative.

3Deux idées ont émergé dans les années 1980, à savoir que le « travail communicatif » est une dimension centrale de l’activité de planification, et que le travail de planification se déroule de plus en plus souvent dans le cadre institutionnel où différentes parties « collaborent » afin de mettre au point des interventions en matière d’organisation spatiale et d’aménagement du territoire. Comme avec tous les concepts relatifs aux possibilités de la gouvernance et aux pratiques associées, l’idée de planification communicative a émergé de contextes intellectuels et politiques particuliers, et ses applications potentielles continuent d’être étudiées. Dans cet esprit, les pratiques, la recherche en matière de planification ainsi que d’autres thématiques des sciences sociales ont fait l’objet d’une exploration plus large afin de découvrir les significations possibles des pratiques démocratiques dans les sociétés contemporaines de différentes régions du monde.

  • 4 Voir les publications au sujet du « développement international », par exemple: R. Chambers, Whose (...)

4Au début, les contributions sont surtout venues d’Amérique du Nord et d’Europe. Néanmoins, des idées similaires, principalement liées aux concepts de stratégie de développement participatif4, ont circulé dans d’autres parties du monde. Si elle s’appuie souvent sur des références communes, l’interprétation de ces idées reflète des contextes de gouvernance divers. À la fin du xxe siècle, toutefois, des questions furent soulevées un peu partout : Quelles étaient les formes de gouvernance appropriées pour les sociétés démocratiques contemporaines ? Comment les gouvernements formels pouvaient-ils et devaient-ils interagir avec les entreprises et la société civile ? Comment les domaines d’intervention traditionnels pouvaient-ils être structurés différemment pour répondre aux problématiques contemporaines plutôt qu’à celles héritées du passé ? Comment les programmes gouvernementaux pouvaient-ils être façonnés pour permettre une approche plus cohérente des dimensions socioculturelles, environnementales et économiques de l’évolution des hommes dans le monde naturel ? Le défi à relever était de savoir comment porter l’attention des pouvoirs publics sur les nouvelles préoccupations, les nouveaux domaines de gouvernance, les parties prenantes nouvellement reconnues dans les processus de gouvernance et les nouvelles conceptions en termes de pratiques démocratiques.

5De telles questions ont été largement étudiées et le sont encore en sciences politiques et dans l’administration publique, et certains aspects de cette discussion ont à voir avec l’élaboration des concepts de planification communicative et collaborative dans le domaine de la planification. Mais le développement de ces concepts s’est largement inspiré, dans un premier temps, des expériences en matière d’actions et d’expérimentations pratiques ainsi que de la recherche continue de nouvelles voies vers un développement sociétal plus « progressiste ». Dans un second temps, le nouveau mouvement intellectuel découlant de la théorie sociale « post-positiviste » a élaboré un « vocabulaire » qui a permis d’assurer la cohérence des expériences pratiques. Ce mouvement s’est illustré par un effort philosophique visant à se détacher de l’orientation positiviste et individualiste qui dominait en sciences au milieu du xxsiècle, à reconnaître qu’identité et savoir sont les produits des contextes sociaux, toujours limités par les capacités des êtres humains. Cela détourne l’attention de la tâche qui consiste à trouver des « lois objectives » régissant le comportement social, pour la reporter sur les relations et comportements socialement construits par le biais desquels les normes et pratiques sociales sont produites et légitimées, deviennent hégémoniques et se transforment.

  • 5 A. Wildavsky, Speaking Truth to Power: The Art and Craft of Policy Analysis, Macmillan, Transaction (...)

6Deux courants de pensée se sont intéressés aux expériences pratiques. Le premier est né des recherches sur la manière dont les planificateurs travaillent et dont les programmes et stratégies sont « mis en œuvre ». Il a souligné l’importance de la capacité d’action, exprimée à la fois dans le travail individuel, mais aussi dans les types de pratiques et les configurations institutionnelles5. Ces expériences et études ont fait ressortir le poids des relations sociales entre les différents acteurs et celui de la dynamique communicative de ces relations dans le travail de planification, en particulier la dynamique ciblant la modification des programmes gouvernementaux et l’élaboration de nouvelles orientations.

  • 6 M. Castells, The Urban Question, Edward Arnold, Londres, 1977; D. Harvey, « From managerialism to e (...)

7Le second courant découla des mouvements politiques de la fin des années 1960 et des années 1970 et fut une source d’inspiration pour toute une génération. La planification eut alors pour objectif de remettre en question le consensus hégémonique selon lequel, d’après certains, la démocratie était un outil technique et élitiste visant la domination capitaliste du monde et ayant un impact négatif sur les communautés soumises à de vastes programmes de réaménagement urbain. Les activistes remirent en question les programmes de renouvellement urbain et les investissements dans les transports orientés vers le tout automobile qui désorganisaient les communautés urbaines. La planification, dans cette logique, semblait être devenue un outil technique et bureaucratique visant à mettre en œuvre un programme idéologique « moderniste » et capitaliste. En Europe, en particulier, cela fit renaître l’intérêt pour la théorie marxiste, qui avait dès le départ mis l’accent sur le pouvoir des structures économiques et la « logique de l’histoire ». En pratique, les planificateurs se retrouvèrent largement en position d’instruments de gestion du « système » capitaliste, ou du moins, de l’organisation de l’État-providence d’après-guerre6.

  • 7 N. Krumholz et J. Forester, Making Equity Planning Work, Temple University Press, Philadelphie, 199 (...)

8Mais ce marxisme « structuraliste » fut lui-même de plus en plus remis en question par le courant intellectuel naissant qui promouvait l’approche critique et constructiviste en philosophie sociale. Cette approche remettait en cause la vision structuraliste, en mettant l’accent sur les interactions complexes entre forces structurelles et capacité d’action humaine. Cela mit en évidence le fait que les hypothèses structurelles ne permettaient pas de « prédire » facilement le contenu des pratiques. La capacité et le pouvoir de mobilisation de l’« action » revêtait également de l’importance, tout comme les détails de l’exécution du travail de planification et la manière dont les jugements portés par les planificateurs dans le cadre de leur travail contribuaient à l’obtention de résultats plus novateurs. Les planificateurs novateurs commencèrent à s’intéresser aux personnes impliquées dans la définition des programmes gouvernementaux et à réinterpréter ceux-ci lors de leur mise en œuvre. Ils mirent l’accent sur les pratiques de construction de nouvelles relations et coalitions, et sur le poids des pratiques interactives de négociation et de persuasion. Certains planificateurs novateurs de cette tendance politique partageaient un intérêt commun pour les moyens collaboratifs d’impliquer différents acteurs dans l’élaboration de programmes gouvernementaux et les moyens « délibérants » de faire fonctionner ces pratiques. Ces dernières semblaient offrir un moyen de revigorer le concept de démocratie participative, de remettre en question l’idée dominante de démocratie élitiste. Les études sur les micropratiques ont également montré que certains planificateurs tentaient de combattre l’injustice et de promouvoir des environnements plus vivables et durables, souvent dans des contextes où ces valeurs étaient continuellement remises en cause7.

  • 8 Pour une étude plus approfondie, voir J. Hillier et P. Healey (éd.), Critical Readings in planning (...)

9Dans le présent article, je décrirai dans un premier temps l’émergence de ce que l’on nomme désormais la « théorie de la planification communicative », depuis les années 1970 jusque dans les années 1990. Dans un second temps, je résumerai et commenterai les principales critiques qui ont été formulées depuis lors à propos de cette approche8.

II. Construction d’une théorie

A. Les idées centrales

10Le développement de la « théorie de la planification communicative » et des idées concernant les pratiques de planification « collaborative » n’a pas constitué une entreprise cohérente menée par un groupe de spécialistes de la planification aux idées révolutionnaires. Au contraire, les différents contributeurs avaient différentes inspirations, se situaient dans différents contextes intellectuels et pratiques et menaient différents types de travaux de recherche. Ce mouvement d’idées ne devint clairement visible pour l’ensemble de la communauté des acteurs de la planification qu’à partir des années 1990. À ce moment-là, plusieurs tentatives dans différents pays pour reconfigurer le gouvernement et repenser les pratiques démocratiques étaient déjà bien avancées, créant un contexte encourageant pour les partisans de l’approche de « planification communicative ».

11Bien qu’ils soient souvent considérés comme une « théorie », comme un ensemble cohérent de principes, d’hypothèses et de prescriptions, les concepts associés à la « théorie de la planification communicative » ressemblent davantage à une association d’idées, de discussions et de controverses en « conversation » les unes avec les autres. Si elles -partagent un point de vue similaire et une orientation déterminée proposant une certaine vision du monde, il a fallu du temps pour établir un lien entre les différents travaux universitaires visant à « donner du sens » aux pratiques mises en œuvre ou observées.

  • 9 J. Habermas, The theory of Communicative Action, vol. I, Reason and the Rationalisation of Society, (...)
  • 10 P. Healey, » The pragmatic tradition in planning thought », Journal of Planning Education and Resea (...)
  • 11 Voir D. Silverman, The Theory of Organizations, Heinemann, Londres, 1970; M. Douglas, How instituti (...)

12De manière générale, ceux qui élaboraient une approche « communicative » mirent l’accent sur une conception ontologique de l’interaction sociale telle que constituée par les individus dans leurs relations avec les autres, c’est-à-dire dans des contextes sociaux, par opposition à une conception de l’individu manifestant des préférences formées de manière autonome. Cela se rapporte aux concepts de formation intersubjective de la conscience, qui sont au cœur des travaux de J. Habermas9, et également aux travaux de nombreux autres théoriciens sociaux inspirés par une approche sociale constructiviste. Ceux qui, plus tard, furent appelés « théoriciens de la planification communicative » partageaient une conception épistémologique de la formation du savoir vue comme un processus actif social et performatif d’apprentissage et de découverte, réalisé par le biais de processus sociaux visant à accomplir des tâches pratiques, à « agir dans le monde », par opposition à une conception de la formation du savoir vue comme la recherche de lois objectives en matière de comportement naturel et humain. Philosophiquement, cela renvoie à la tradition pragmatique américaine10, mais également aux idées développées en phénoménologie et en anthropologie culturelle11.

13Conséquence de cette ontologie et de cette épistémologie : la reconnaissance que « faits », « valeurs » et « intérêts », « facultés cognitives » et « émotions », science, art et jugement pratique ne sont pas des sphères distinctes, mais les multiples façons dont nous, êtres humains, saisissons les points de vue et les identités, pensons, ressentons, agissons et faisons évoluer nos manières de voir et nos identités au cours de notre existence telle que nous la vivons dans des contextes socioculturels particuliers. Selon cette approche, la théorie sociale considère le pouvoir comme une énergie sociale ainsi qu’une force dominatrice, le « pouvoir de » ainsi que le « pouvoir sur ». De plus, il est reconnu que pouvoir et politique sont présents dans de multiples enceintes (espaces institutionnels) et structurés par plusieurs forces qui interagissent de manière complexe, par opposition à une conception du pouvoir incarné par la hiérarchie des administrations publiques formelles, ou par la lutte entre les élites ou les classes économiques pour obtenir le contrôle formel des moyens de production, de distribution et d’échange. Les théoriciens sociaux Foucault et Giddens furent d’importantes sources d’inspiration dans ce domaine. Ces hypothèses ont toutes amené à reconnaître le fait que les microdynamiques de l’interaction sociale sont des espaces importants pour la formation des identités, la génération du savoir et l’apprentissage social ainsi que pour la mobilisation de l’énergie transformative, et non un « bruit » de fond créant des interférences avec le travail technique, analytique. En conséquence, une attention particulière devait être prêtée aux qualités des interactions relationnelles ainsi qu’à la construction des réseaux ayant un fort potentiel de mobilisation.

  • 12 J. Forester, Planning in the face of power, University of California Press, Berkeley, 1989.

14Plus particulièrement, le projet de planification a été considéré comme une pratique d’attention collective visant à traiter des problèmes particuliers qui se posent à un moment donné, tout en gardant à l’esprit les enjeux et les défis futurs et en prêtant attention aux conséquences immédiates et ultérieures sur les diverses parties prenantes. Cette approche a été mise en opposition à une résolution des problèmes fragmentée et au coup par coup, visant en premier lieu à servir des intérêts à court terme et des manœuvres politiciennes. Au contraire, le projet de planification était considéré par la plupart des contributeurs à la « théorie de la planification communicative » comme un effort des pouvoirs publics visant à promouvoir des résultats plus justes, plus durables et plus efficaces sur le long terme. Pour mener à bien un tel projet dans le contexte des institutions et des pratiques de gouvernance établies, il fallait créer de nouvelles connexions entre les groupes d’individus, entre les citoyens et l’État, entre les citoyens et les groupes économiques et au sein des différents segments de l’activité gouvernementale, afin de traiter les questions et problématiques autrefois négligées, par opposition à l’exécution de procédures bureaucratiques et techniques de routine. Il fallait également reconnaître que le travail de planification représente bien plus que la simple réalisation d’analyses techniques pour conseiller les décideurs. Il s’agit d’un travail ouvertement politique puisqu’il contribue à mettre certains sujets sur le devant de la scène et à en reléguer d’autres à l’arrière-plan. Il met en évidence le fait que les pratiques communicatives, c’est-à-dire la manière dont les individus « font sens12 » et génèrent de l’énergie dans leurs interactions sociales, sont essentielles pour la qualité du développement de l’apprentissage social intersubjectif et la mobilisation de l’attention. La qualité de la pratique de planification dépend par conséquent non seulement de la compétence en matière d’analyse, de conception, d’ingénierie et de gestion, mais aussi de la « performance communicative » et de la capacité à travailler (à « coopérer ») avec d’autres personnes ayant des approches et des compétences différentes.

B. Raviver la tradition pragmatiste

  • 13 J. Friedmann, Re-tracking America: a theory of transactive planning, Anchor Press, New York, 1973; (...)
  • 14 Voir C. Hoch, « Doing good and being right: the pragmatic connection in planning theory », Journal (...)
  • 15 J. Innes, Social Indicators and Public Policy: interactive processes of design and application, Els (...)

15Ces idées se situent clairement dans le cadre plus large des réorientations pratiques, intellectuelles et politiques mentionnées ci-dessus. Ces réorientations n’ont pas seulement consisté en l’élaboration de nouveaux concepts, en un recadrage intellectuel. Comme cela arrive fréquemment, les nouvelles trajectoires intellectuelles se sont appuyées sur d’anciens courants de pensée. Deux importantes contributions américaines, l’une de John Friedmann (centrée sur les questions de développement urbain et régional) et l’autre de Donald Schon (centrée sur les pratiques effectives des experts), étaient empreintes des idées pragmatistes américaines classiques13. Elles allaient dans des directions différentes, mais s’appuyaient sur la compréhension pragmatiste des contextes sociaux dans lesquels le savoir et les valeurs sont produits, et des limites humaines à la connaissance. Cette orientation, pour sa part, mettait l’accent sur l’apprentissage par le faire, l’engagement pratique dans les contextes sociaux, et insistait sur le fait de dépasser les distinctions dualistes entre émotion et raison, êtres humains et nature, fait et valeur, analyse et action,etc.14 De son côté, Judith Innes mena des recherches empiriques sur le processus interactif intervenant dans la « construction sociale du savoir » à l’origine de la production et de l’utilisation des indicateurs sociaux employés en politique publique15.

  • 16 S. Fainstein et N. Fainstein, « New debates in urban planning: the impact of Marxist theory in the (...)
  • 17 R. Bernstein, Beyond Objectivism and Relativism: Science, hermeneutics and Praxis, University of Pe (...)

16Friedmann, Schon et Innes étaient tous profondément influencés par leurs expériences pratiques et leurs recherches empiriques. Il en fut de même pour de nombreux chercheurs en planification dans les années 1970, radicalisés par le mouvement social et politique de 1968 et, plus particulièrement, par les pratiques de réaménagement urbain des années 1950 et 1960. Selon certains, comme les Fainstein, cela focalisa l’attention sur les dynamiques structurantes dans l’organisation sociale16. D’autres s’inspirèrent de la théorie critique allemande, particulièrement Jurgen Habermas qui étudia le moyen de résister à l’invasion du « système » dans le « monde vécu ». Dans les années 1970, le philosophe américain Richard Bernstein s’appuya à la fois sur Habermas et sur la tradition pragmatiste américaine. Ce furent ses travaux en particulier17 qui inspirèrent les chercheurs en planification comme John Forester et moi-même, alors que nous tentions d’élaborer des alternatives au rationalisme positiviste hégémonique et à un marxisme exagérément structuraliste.

  • 18 J. Forester, Planning in the face of power, op. cit., p. 5.
  • 19 J. Forester, Planning in the face of power, op. cit., p. 139.

17Dans les années 1980, John Forester publia ses travaux, fruits d’études entamées dans les années 1970, dans une série d’articles puis dans deux livres, le premier devenant une référence immédiate. Planning in the face of power portait principalement sur ce qu’implique un travail de planification. Forester avançait qu’il ne suffit pas, lorsque l’on est un planificateur, de s’en remettre aux connaissances techniques. La discussion et l’argumentation ont également de l’importance, tout comme la connaissance du monde des organisations par le planificateur et sa capacité à anticiper les conflits18. Forester proposait un programme de recherches en matière de planification centré sur la manière dont les planificateurs orientent l’attention et communiquent, apportent du savoir et travaillent pour contrer les « formulations inutiles et profondément idéologiques des problèmes communautaires » dans des contextes politiques complexes19.

  • 20 J. Forester, Critical Theory, public policy and planning practice…, op. cit., p. IX.

18Dans son deuxième ouvrage, Critical theory, public policy and planning practice, Forester exposa les arguments intellectuels qui sous-tendent la conception de ce que le travail de planification implique. Que se passerait-il, demande Forester, si : « […] les interactions sociales étaient considérées […] comme un moyen pratique de faire sens ensemble dans un monde politiquement complexe [ ?] La planification et l’analyse des politiques publiques deviendraient alors des processus destinés à anticiper et gérer les perspectives futures, à orienter l’attention du public vers les enjeux publics. On pourrait alors estimer que les politiques publiques elles-mêmes, en modelant les interactions sociales, façonnent à leur tour non seulement la répartition de « qui obtient quoi », mais aussi la construction plus subtile des manières dont nous prenons conscience et nous chargeons de nos préoccupations, nos intérêts et nos besoins20. »

19Pour Forester, la planification n’est donc pas une procédure destinée à prendre des décisions stratégiques concernant les objectifs d’aménagement futurs et les moyens de les atteindre. Il s’agit de mobiliser l’« attention » et de générer l’« espoir » qu’il est possible, par une quelconque intervention à finalité publique, d’améliorer la situation. Il s’agit de trouver des moyens de résoudre les difficiles dilemmes sociaux auxquels les processus et les modes de pensée établis semblent incapables de répondre. Il s’agit d’un projet qui nécessite d’allier capacité technique avec objectif moral et sensibilité sociopolitique. Forester nomma son approche « pragmatisme critique ».

  • 21 J. Innes, Knowledge and public policy: the search for meaningful indicators, Transaction Books, New (...)
  • 22 Les travaux de Susskind ont été rassemblés dans un ouvrage récapitulatif intitulé The Consensus Bui (...)
  • 23 J. Bryson et B. Crosby, Leadership in the Common Good: tackling public problems in a shared power w (...)

20À la fin des années 1980, Forester était en relation avec d’autres universitaires travaillant sur la planification et étudiant des pratiques particulières en la matière, notamment Judith Innes, qui se pencha sur la formation du savoir des planificateurs et sur les pratiques d’élaboration du consensus21, et Larry Susskind, qui développa la pratique d’élaboration du consensus dans les contextes d’aménagement urbain et environnemental22. Spécialiste en gestion stratégique, John Bryson participa à ces discussions, étant donné son intérêt pour différents types d’enceintes et de coopérations entre parties prenantes23.

  • 24 T. Sager, Communicative Planning Theory, Avebury, Aldershot, Hants, 1994.

21Deux chercheurs en planification européens contribuèrent également à cette entreprise. Tore Sager, travaillant sur les pratiques de planification dans les transports en Norvège, opposa les pratiques dialogiques et communicatives aux pratiques rationnelles et calculatrices mises en avant dans les méthodes d’analyse économique dominantes24. Influencé par le travail de Friedmann et de Forester, il prit également en compte les discussions sur les différentes formes de pouvoir et leur relation avec les processus de production du savoir, ainsi que la contribution de Foucault à cet égard. Il présenta « le modèle communicatif de planification » comme un moyen de combiner la rationalité « instrumentale » en recherche d’objectif avec la rationalité communicative. De la sorte, les moyens à la fois techniques et discursifs d’établir le savoir -s’inscrivaient dans les processus de planification. Comme Forester, Sager avança que cela fournissait une approche critique et pragmatique à partir de laquelle on pouvait examiner les pratiques de planification.

  • 25 P. Healey et J. Underwood, « Professional Ideals and Planning Practice », Progress in Planning, n°  (...)
  • 26 A. Giddens, The Constitution of Society, Polity Press, Cambridge, 1984.
  • 27 P. Healey, « Planning through debate », Town Planning Review, n° 63, 1992, p. 143-163.
  • 28 P. Healey, Collaborative planning: shaping places in fragmented societies, Macmillan, Londres, 1997 (...)

22Installée au Royaume-Uni, j’ai mené des études empiriques sur la pratique en matière de planification, à la fois à partir du travail des planificateurs et de la dynamique institutionnelle par laquelle s’effectue le travail de planification25. Je me suis intéressée à la relation dynamique entre les forces structurantes et la capacité d’action, à la manière dont les institutions sociales façonnent les pratiques et dont les pratiques elles-mêmes génèrent de l’énergie et de nouvelles formes qui, à leur tour, ont des effets sur l’évolution des institutions. J’ai établi des liens entre les évolutions de la théorie de la planification communicative et les modifications plus profondes survenant en économie politique et, en particulier, la recherche de nouvelles formes de gouvernance. Dans les années 1990, au Royaume-Uni et ailleurs, toutes sortes d’expériences de « partenariat collaboratif » furent menées ; il semblait donc important de trouver un moyen de distinguer celles qui consistaient en un simple habillage rhétorique de pratiques anciennes de celles qui avaient la capacité d’impliquer les individus dans des processus de gouvernance affectant leur vie de manière plus respectueuse et participative. M’appuyant sur la théorie de la structuration d’A. Giddens26, je me suis penchée sur les interactions complexes entre les forces (structurantes) plus larges et les pratiques de microgouvernance que j’avais identifiées au cours de mon expérience pratique et de mes recherches empiriques. Mon « projet » était double : critiquer les pratiques qui réduisaient le type d’enceintes et l’éventail d’opinions qui pouvaient s’exprimer lors de l’établissement des concepts et cadres de références de l’action publique ; étudier la façon dont les différents types de pratiques pouvaient s’ouvrir pour devenir plus inclusifs afin d’englober la diversité des problématiques et des valeurs en jeu. Cela me conduisit à concevoir la planification en tant que projet porté par le « débat » et l’argumentation à propos des enjeux futurs. Je mis cette -conception en relation avec le défi consistant à « aménager le territoire » et développai les fondements de cette « planification par le débat27 » dans une analyse relationnelle des forces économiques, sociales, environnementales et politiques par le biais desquelles les caractéristiques des espaces publics sont établies et modifiées. Je qualifiai cette approche intellectuelle globale d’« institutionnaliste » et l’approche en matière de planification d’approche « collaborative28 ».

C. Consolidation du processus en « tournant » intellectuel

  • 29 Voir J. Hillier, « Going round the back: complex networks and informal action in local planning pro (...)

23Toutes ces contributions étaient pénétrées de l’importance de ce -qu’impliquait le « travail de planification ». Dans les années 1990, d’autres chercheurs contribuèrent de manière significative au débat, particulièrement par le biais d’analyses empiriques, mais aussi en élaborant des moyens d’entreprendre des « analyses du discours politique29 ». Les divers courants de pensée fusionnèrent intellectuellement dans deux contributions. On doit la première à l’analyste politique Frank Fischer, en collaboration avec John Forester, qui publia un ouvrage intitulé The Argumentative Turn in Policy Analysis and Planning, et la seconde à Judith Innes qui publia un article intitulé « Planning theory’s emerging paradigm : communicative action and interactive pratice. » Ainsi, au milieu des années 1990, la « planification communicative » n’était plus un simple concept, mais une approche intellectuelle de la théorie de la planification, avec un ensemble d’adeptes, une « labellisation », des référents philosophiques et un programme de recherche. Cette approche était profondément marquée par les expériences pratiques et par la recherche de moyens visant à susciter de nouvelles possibilités pratiques.

24Intellectuellement, son « opposé » était toujours principalement le paradigme rationaliste de la planification tel que développé dans ses versions positiviste et procédurale, ainsi que les comptes rendus excessivement structuralistes de l’activité gouvernementale. L’approche réclamait au contraire d’accorder davantage d’attention à l’importance des micropratiques et aux interactions entre structure et capacité d’action. Pratiquement, l’approche communicative remettait en question l’idée que le cœur de la pratique de planification dût s’appuyer sur les outils techniques d’analyse et d’aide à la décision ainsi que sur la production de stratégies à grande échelle. Au lieu de cela, elle mettait l’accent sur la négociation pratique de la distribution effective des ressources et du déploiement actif de systèmes réglementaires. Elle invitait à porter un regard critique sur l’augmentation rapide du nombre de nouvelles enceintes et pratiques de gouvernance, comme les diverses formes de partenariat et de techniques « collaboratives » et aux différentes techniques de résolution des conflits, notamment l’élaboration du consensus et la médiation. Politiquement, elle remettait en question la conception selon laquelle les systèmes de gouvernance s’appuyant sur des modèles élitistes, la technocratie paternaliste et la préoccupation capitaliste restrictive focalisée sur le profit individuel étaient les voies appropriées pour atteindre le « bien-être » de la société dans son ensemble.

III. Débats et critiques

25De nombreux universitaires et professionnels de la planification purent se libérer d’anciens paradigmes de la planification grâce aux idées associées à la « théorie de la planification communicative ». Elle leur apporta des lexiques et des concepts plus appropriés à la discussion et la compréhension des situations dans lesquelles ils se trouvaient. Dans le nouveau climat intellectuel et politique des années 1990, la conscience des incertitudes et des imprévisibilités inhérentes à la compréhension et à l’action humaines s’accrut. Politiquement, les points d’ancrage se délitaient. De nouveaux programmes politiques émergeaient, avec des exigences complexes qui touchaient souvent à la politique des États nations telles que, par exemple, les menaces pesant sur l’environnement à l’échelon planétaire, l’apparition de nouvelles puissances économiques et la grande pauvreté de larges régions du monde, surtout dans les agglomérations urbaines en expansion. Philosophiquement, l’évolution des paradigmes en sciences sociales incita à prêter attention à la formation relationnelle intersubjective des identités et des valeurs (et donc des « intérêts »), des compréhensions (façons de penser, interprétations, sens) et des pratiques performatives (façons d’agir). Politiquement, l’attention bascula vers la « reconfiguration de la gouvernance », comme indiqué plus haut, en s’appuyant sur des programmes contradictoires visant à faire travailler les institutions publiques de manière plus « commerciale », tout en cultivant des formes démocratiques plus riches et plus participatives.

  • 30 A. Fung et E. O. Wright (éd.), Deepening Democracy: Institutional innovations in empowered particip (...)

26Ces changements d’orientations politiques eurent pour conséquence toutes sortes d’initiatives cherchant à transformer le gouvernement formel et à introduire de nouvelles institutions et pratiques, tandis que les relations entre l’État, l’économie et la société civile étaient renégociées. Aux États-Unis, cette expérimentation produisit des situations que les chercheurs comme Judith Innes étudièrent. À la fin des années 1980, cette expérimentation dans le domaine des processus collaboratifs s’accompagna de l’élaboration de techniques pratiques et recommandations procédurales. Dans les années 1990, des expériences similaires virent le jour dans de nombreux pays européens, encouragées dans une certaine mesure par l’Union européenne. Les idées en matière de planification communicative trouvaient un écho dans ce climat d’innovation politique. En Europe, les expériences de travail collaboratif entre diverses parties prenantes se manifestèrent particulièrement dans les programmes de rénovation urbaine, les programmes paysagers et l’élaboration de la stratégie spatiale. En Amérique Latine et en Afrique du Sud, des expériences similaires prirent la forme de luttes visant à créer des -institutions et des pratiques démocratiques plus participatives et efficaces30.

  • 31 M. Lauria et R. Whelan, « Planning theory and political economy: the need for re-integration », Pla (...)
  • 32 S. Fainstein, « New Directions in Planning Theory », Urban Affairs Review, n° 34, 2000, p. 451-476; (...)
  • 33 M. Tewdwr-Jones et P. Allmendinger, « Deconstructing communicative ratio-nality: a critique of Habe (...)
  • 34 O. Yiftachel, « Planning and social control: exploring the dark side », Journal of Planning Literat (...)
  • 35 B. Flyvbjerg, « Empowering civil society: Habermas, Foucault and the Question of Conflict », in M.  (...)
  • 36 Voir aussi P. M. McGuirk, « Situating Communicative planning theory : context, power and knowledge  (...)

27Toutefois, de telles idées en matière de planification, aujourd’hui plus visibles du fait de leur « labellisation », firent rapidement l’objet de vigoureuses critiques de la part d’universitaires travaillant dans ce domaine. Reflétant la capacité de la « théorie de la planification communicative » à restituer l’« état d’esprit » intellectuel, pratique et politique du moment, la planification devint le sujet d’une intense contestation à la fin des années 1990. Les critiques les plus énergiques émanèrent de ceux qui partageaient certaines des perceptions intellectuelles et des engagements politiques des tenants des idées communicatives. D’autres réitérèrent simplement les arguments en faveur d’une démocratie élitiste, technocratique, dénonçant les coûts élevés de l’organisation d’une discussion et d’une participation élargies sur les grandes questions de fond et le risque que de telles influences sur la formation des politiques n’aboutissent à des résultats indésirables (les « mauvais » choix). Les débats amorcés par Mickey Lauria31 et Susan Fainstein32 aux États-Unis, M. Tewdwr-Jones et P. Allmendinger33 au Royaume-Uni, O. Yiftachel et M. Huxley34 en Israël et B. Flyvbjerg35 en Scandinavie, représentent les travaux les plus influents que les étudiants en planification sont invités à lire36. Je n’entends pas ici passer en revue ces contributions critiques, mais plutôt en tirer les principales conclusions. Je les regrouperai en trois catégories – critiques intellectuelles, pratiques et politiques – même si dans la plupart des études, ces trois dimensions tendent à se recouper.

28Intellectuellement, la réaction critique s’est cristallisée autour de quatre grands axes. Le premier, d’inspiration philosophique, accusait la nouvelle approche de simplement remplacer le rationalisme de la procédure scientifique par celui des pratiques communicatives. Les critiques affirmaient qu’elle privilégiait toujours une approche « rationnelle », soulignant l’importance de l’argumentation et de la raison dans les affaires humaines. De plus, en accordant une large place à la construction sociale de la compréhension et de l’argumentation, cette approche se révélait antiréaliste et relativiste. Cela signifiait qu’elle minimisait la matérialité des problématiques abordées et considérait les valeurs comme des produits du débat intersubjectif plutôt que comme des engagements préalables. Le deuxième axe de la critique portait sur le traitement du pouvoir et de la politique. Les critiques accusaient l’approche d’adopter une conception pluraliste de la dynamique politique (par opposition à une dynamique fondée sur les classes) et de présumer que le pouvoir pouvait être généré par la création d’enceintes (espaces institutionnels) où les groupes précédemment en conflit pouvaient explorer les moyens d’obtenir le consensus, par le biais de pratiques de délibération participative visant l’atténuation des déséquilibres initiaux en matière de pouvoir. Cet accent mis sur la réduction des conflits et l’élaboration du consensus fut accusé de « mettre entre parenthèses » la dynamique du pouvoir et de chercher à « neutraliser » le pouvoir. Le troisième axe de la critique accusait la nouvelle approche de se focaliser sur les procédures, tout comme l’approche rationaliste traditionnelle, au détriment des problématiques en jeu et de l’identité des parties prenantes. Enfin, certains soulignèrent la faiblesse de cette approche en tant que théorie de la transformation. En privilégiant le pouvoir de l’argumentation, elle négligeait d’autres sources de pouvoir, comme le contrôle des moyens de production et d’échange ou le pouvoir législatif et militaire. De manière générale, les critiques affirmaient que la nouvelle approche proposait une image de la condition humaine trop idéaliste et optimiste et s’attachait trop étroitement aux micropratiques au point de ne pas percevoir les forces structurantes de manière assez claire.

  • 37 Je suis consciente que la Planification collaborative témoigne d’une certaine tendance à l’idéalism (...)
  • 38 Voir en particulier le travail de B. Flyvbjerg, « Empowering civil society… », Cities for Citizens, (...)

29Certaines de ces critiques reflètent la surprise de ceux qui découvraient ces idées pour la première fois, ceux-ci se plaçant dans une optique différente pour essayer de donner du sens à cette « nouveauté ». L’enracinement des idées communicatives dans les évolutions post-positivistes et pragmatistes de la philosophie échappèrent à certains. D’autres prirent la reconnaissance du fait que le pouvoir était réparti dans une pluralité d’espaces institutionnels et que les fractures sociales ne dépendaient pas seulement de facteurs de classe pour une réinvention du pluralisme fondé sur l’intérêt qui dominait en sciences politiques aux États-Unis dans les années 1960. De nombreux critiques assimilèrent directement les idées communicatives aux propres espoirs normatifs d’Habermas de retrouver un sens commun des valeurs dans les sociétés occidentales. Ils accusèrent la nouvelle approche d’être attachée à une société consensuelle idéalisée, prenant à tort pour un idéalisme abstrait l’entreprise pragmatique visant à trouver un terrain d’entente sur des problématiques spécifiques ayant engendré d’interminables conflits37. Cette élision créa ensuite une opposition dualistique en matière de dynamique du pouvoir, avec d’un côté l’interprétation d’Habermas et de l’autre, celle de Foucault ; cette opposition s’est répercutée dans les débats sur la théorie de la planification, sans tenir compte du fait que l’approche s’inspirait des deux théoriciens à la fois38. Cette critique était sous-tendue par des hypothèses sur la nature du « pouvoir ». De nombreux critiques considéraient le pouvoir comme le « pouvoir sur », le pouvoir de contrôler et de dominer, voire comme une « chose » qui pouvait être « possédée ». L’approche communicative considérait le pouvoir comme inhérent aux relations. Les analystes se réclamant de cette approche mettaient l’accent sur la multitude de relations et de sources de pouvoir et s’intéressaient davantage au « pouvoir de », au pouvoir en tant qu’énergie sociale, le potentiel de production de cette énergie étant une force capable de remettre en question les schémas établis de domination et de contrôle.

  • 39 J. Innes et D. E. Booher ont apporté une contribution remarquée à ce sujet. Voir J. Innes et D. E.  (...)
  • 40 Voir X. de Souza Briggs, Democracy as problem-solving, MIT Press, Boston, Mass., 2008; P. Healey, M (...)
  • 41 Voir, par exemple, A. Cornwall et V. S. P. Coelho (éd.), Spaces for Change ?…, op. cit.

30Comme pour toute bonne analyse intellectuelle, la critique eut un effet bénéfique en forçant les partisans de cette approche à réfléchir plus en profondeur à certaines problématiques. Premièrement, elle incita à prêter une attention plus critique à la théorie de la transformation inhérente à la promotion d’une approche communicative et de pratiques collaboratives. Bien qu’il fût important de comprendre la dynamique des rencontres collaboratives39, il était également important de mettre l’accent sur la dynamique institutionnelle au sein de laquelle les pratiques collaboratives novatrices pouvaient se développer, ainsi que sur l’évolution conjointe de ces pratiques avec les problématiques plus larges de gouvernance40. Deuxièmement, et en conséquence, ceux qui plaidaient pour accorder une plus grande attention aux pratiques collaboratives commencèrent à explorer les possibilités de leur émergence dans l’évolution de l’économie politique, c’est-à-dire dans le contexte plus large de l’évolution des relations État-société. Les recherches empiriques visant à multiplier les expériences pratiques dont la nouvelle approche tirait son inspiration et son soutien connurent un nouvel élan. Fait intéressant, ces chercheurs furent soutenus dans cette voie par les débats entre universitaires travaillant sur la transformation sociale issus de différentes mouvances, qui recommandaient d’accorder davantage d’attention à la micropolitique des rencontres délibératives41.

31Troisièmement, alors qu’initialement les partisans des idées communicatives valorisaient l’obtention du consensus, par opposition à la théorie du conflit structurel présente à la fois dans l’économie politique marxiste et dans les cultures fondées sur le principe du contradictoire (comme au Royaume-Uni), aujourd’hui davantage d’importance est accordée au rôle positif du conflit qui permet de garder les problématiques et les intérêts « en jeu » dans les enceintes délibératives. Cela pose plusieurs questions : de quel point de vue se placent les critiques et quelle est l’importance relative d’un regard critique provenant d’enceintes « extérieures » destinées à remettre en question les pratiques de gouvernance établies, par opposition à l’incorporation des points de vue contradictoires dans ces mêmes enceintes ?

  • 42 A. Fung et E. O. Wright (éd.), Deepening Democracy…, op. cit.

32Enfin, ceux qui mettent en œuvre l’approche communicative doivent encore prêter davantage d’attention à la façon dont les problématiques et les valeurs « en jeu » façonnent les rencontres délibératives et comment de telles rencontres affectent les problématiques antérieures. Si ce qui est « juste », « équitable », « durable »,etc. doit être ramené à des éléments empiriques spécifiques pour avoir de la matérialité et du sens, la plupart des progressistes affirmeraient néanmoins aujourd’hui que de telles valeurs ne peuvent pas simplement être exprimées lors de rencontres délibératives spécifiques. Certaines valeurs et certains critères sont toujours « attachés » au contexte institutionnel plus large dans lequel les pratiques spécifiques s’exercent, résultat de sessions de travail antérieures sur la formation de l’attention. Dans certaines situations, ce sont ces valeurs et modes de pensée (« mentalités ») qui doivent être ouverts à l’examen critique. Cela met en lumière a) le poids de la conception des institutions dans la dynamique de gouvernance, b) l’interaction des infrastructures de gouvernance « strictes » et « souples » ainsi que des relations entre constitutions, conventions juridiques et normes culturelles, etc.) les pratiques spécifiques mises en œuvre dans les différentes enceintes de gouvernance42.

33Ceux qui considéraient la nouvelle approche du point de vue des pratiques mises en œuvre dans les systèmes de planification émirent des critiques différentes, axées sur trois problématiques. Premièrement, pour certains, l’approche était davantage une « description » de pratiques plutôt qu’une contribution à la création de pratiques alternatives. Au Royaume-Uni, doté d’un système hiérarchisé et surbureaucratisé de réglementation de l’utilisation des sols, l’approche fut accusée d’être une description inexacte de la pratique en vigueur et de ses perspectives futures. Ces critiques, émises au milieu des années 1990, ignoraient largement les expérimentations en matière de pratiques collaboratives menées alors aux États-Unis, au Canada et dans d’autres parties du monde et qui commençaient à apparaître au Royaume-Uni, particulièrement dans les initiatives de rénovation urbaine et dans la gestion environnementale à l’échelon local.

  • 43 Ces deux critiques – inefficacité et impossibilité de parvenir à la bonne décision – ravivèrent les (...)

34Deuxièmement, en s’inspirant de ces expériences, certains affirmèrent que ces pratiques se révélaient trop « inefficaces » et qu’elles demandaient trop de temps. Cependant, dans les expériences de conception des institutions, la question se posa ensuite de savoir si le temps accordé aux pratiques délibératives dans le but d’établir les grandes orientations de l’action publique ne pouvait pas, en réalité, faire économiser ultérieurement le temps et l’argent consacrés à la résolution des conflits dans les enceintes de confrontation, telles que les requêtes officielles et les procédures judiciaires. D’autres estimèrent que les pratiques délibératives ne débouchaient pas nécessairement sur la « bonne » décision. Ces critiques émanaient surtout de personnes engagées dans des programmes environnementaux, soucieuses de protéger -l’environnement, tant au plan local que mondial43. Mais cet argument pose la question de savoir qui « a raison » et ce qui est « bon ».

  • 44 A. Fung, Empowered participation, Princeton University Press, Princeton, 2004.

35Troisièmement, certains craignaient que les pratiques délibératives ne subissent tous les problèmes liés au localisme débridé, un groupe pouvant alors en opprimer un autre et les impacts plus larges risquant d’être ignorés. La critique portait sur la décentralisation des stratégies de gouvernance, désormais confiées aux localités et aux quartiers, et largement utilisée dans de nombreux pays à la fin du xxe siècle. Elle insistait sur la nécessité de trouver des solutions pratiques pour combiner considérations plus larges et énergie locale. Dans les années 2000, cela a donné lieu à un ensemble de travaux sur la manière dont la conception formelle des initiatives gouvernementales pouvait reposer à la fois sur des paramètres structurants et sur l’expérimentation locale. Par exemple, A. Fung44 a étudié quelles mesures devaient être mises en place dans les systèmes gouvernementaux formels afin de favoriser le développement de modes de gouvernance participatifs plus actifs.

  • 45 C. Bengs, « Time for a critique of planning theory: Editorial n° 3 », European Journal of Spatial D (...)

36Les dernières critiques présentées ici furent émises par des progressistes. Certains d’entre eux affirmèrent que le fait de mettre l’accent sur le développement d’enceintes délibératives, à l’intersection des espaces étatique et sociétal, était simplement une forme de cooptation managériale. Selon eux, il est préférable de se situer « à l’extérieur » de l’État, aux marges des valeurs et pratiques établies, en faisant entendre la voix des « exclus » et en gardant une voix « agonistique » ou « discordante » dans le débat public. Les pratiques communicatives qui relient les acteurs de l’État, de l’économie et de la société civile pourraient en quelque sorte très facilement devenir juste un autre moyen de « neutraliser » le conflit et d’affaiblir le combat pour la justice sociale parmi les personnes marginalisées et opprimées par les intérêts économiques privés dominants et leurs ambitions mondialistes. Ou bien ces expériences pourraient se révéler de simples symboles, un genre de masque rhétorique pour maintenir le « statu quo ». Certains accusent même l’approche communicative de servir de soutien politique au -déploiement de stratégies néolibérales, ébranlant les systèmes de gouvernance des États-providence socio-démocrates et leur capacité à promouvoir la justice sociale et la durabilité environnementale45.

  • 46 P. Healey, Making better places…, op. cit.

37Ces critiques soulèvent des questions quant à la manière dont les transformations sociales s’accomplissent. Les idées en matière de planification communicative soulignent l’importance de la micro-dynamique des évolutions lentes, des processus d’apprentissage social par le biais desquels les sociétés se développent et changent. Bien que certains critiques considèrent le fait d’encourager les arrangements collaboratifs et les pratiques délibératives comme un autre moyen de combler les failles des institutions sociales établies, de nombreux défenseurs du potentiel novateur de cette approche voient ces pratiques comme un moyen de libérer les énergies en élargissant l’apprentissage social, avec de multiples possibilités transformatives. Les tenants de l’approche communicative ont contribué à donner du poids, en tant qu’espaces d’apprentissage sur la politique et les structures sociales dans lesquels ils évoluent, à la micropolitique des rencontres délibératives où les individus se rassemblent pour gérer leurs problèmes et conflits communs. Mais en soi, cela dit peu de chose sur le moment, le lieu ou la manière dont les pratiques de gouvernance collaboratives pourraient avoir des effets transformatifs. Comme avec les autres critiques de la planification communicative, cet argument nous rappelle l’importance de replacer la discussion concernant les bonnes pratiques de planification dans la dynamique spécifique des situations de gouvernance réelles, avec leurs aspects historiques et géographiques particuliers46.

38Les débats et les critiques à propos de l’approche de la « planification communicative » ont eu pour effet d’affiner et de renforcer les arguments avancés par ses partisans. Cette approche a encouragé une quantité significative de travaux empiriques et inspiré un débat critique. Dans ce sens, on pourrait affirmer qu’elle a obtenu un « succès » intellectuel considérable. Mais ce n’est pas l’unique raison pour laquelle elle continue d’attirer autant l’attention. D’autres raisons résident dans le contexte plus large des défis associés aux processus de gouvernance et à l’expérimentation en matière de conception des institutions. Construire de nouvelles relations et de nouvelles enceintes et aider des groupes d’individus à développer de nouvelles façons de réfléchir aux problématiques et aux questions auxquelles ils sont confrontés requiert le type de compétences que l’approche communicative met en avant. Plus généralement, cette approche contribue à une recherche plus large de solutions pour enrichir et renouveler ce qu’une démocratie -participative et pluraliste pourrait et devrait être au xxie siècle.

Conclusion

39J’ai affirmé dans le présent article que l’émergence de la « théorie de la planification communicative » doit être replacée dans le mouvement social et philosophique plus large qui a permis de déplacer l’attention politique et pratique sur l’importance de la micropolitique en matière d’action collective et, en particulier, sur les potentialités de la capacité d’action dans et autour des organisations gouvernementales formelles. Cela donne du poids aux relations entre micropratiques, puisque celles-ci se construisent activement par la pratique, et à la manière dont les forces contextuelles plus globales se manifestent. Par conséquent, cela met fortement l’accent sur l’imbrication des multiples formes de savoir, sur le jugement moral et sur les compétences pratiques, ainsi que sur la façon dont le travail de planification est exécuté. En outre, cette approche est à mettre en parallèle avec la volonté pragmatiste classique de développer les pratiques démocratiques en se fondant sur l’apprentissage du savoir « raisonner en public », élargissant la notion de raisonnement à partir d’une sorte de technique logique, pour englober tous les moyens dont les revendications (au sujet des problématiques ou des enjeux, des personnes affectées, des actions pouvant être menées, quand et par qui) sont portées à l’attention, expliquées, justifiées et légitimées. Enfin, l’approche affirme que ces micropratiques « font la différence » en matière de résultat et de qualité de l’espace public, pas seulement pour les personnes directement affectées par la teneur de cette pratique, mais aussi pour la qualité évolutive d’un système politique plus large. De cette manière lente et cumulative, les micro-pratiques disposent d’un potentiel transformatif. Il ne s’agit pas là de nier le poids des -initiatives transformatives sur une large échelle. Comme de nombreuses personnes l’affirment aujourd’hui, il faut également prêter attention à l’interaction entre micropratiques et conception des institutions dans les programmes gouvernementaux et les interventions légales. Mais négliger les micropratiques consisterait à faire l’impasse sur un domaine important au sein duquel les valeurs politiques, notamment la poursuite de la justice sociale, de la durabilité environnementale, du développement économique et de la viabilité, sont combinées et hiérarchisées et reçoivent une forme matérielle et une signification localisée.

  • 47 A. Fung, Empowered participation, op. cit.
  • 48 P. Hall et R. Taylor, « Political science and the three institutionalisms », Political Studies, n°  (...)

40Mais cela ne signifie pas que la « planification communicative » en tant qu’approche intellectuelle puisse être purement et simplement transformée en promotion des formes de pratique collaborative qui, d’une manière ou d’une autre, feront évoluer les systèmes politiques vers un idéal de « démocratie participative » améliorée. Comme A. Fung47 l’avance, l’accent mis sur les micropratiques ne doit pas se traduire par un quelconque « localisme » romantique. Tout comme l’attention portée aux micropratiques doit être liée à la reconnaissance de la manière dont les forces plus larges façonnent les micropratiques et sont façonnées par elles, les deux niveaux d’attention doivent rester conscients du contexte dans lequel ces interactions se situent. Dans une certaine mesure, la « théorie de la planification communicative » a été absorbée dans des approches historiques et sociologiques institutionnalistes plus larges, de la manière dont les pratiques et leurs paramètres institutionnels évoluent ensemble48. De ce fait, les tentatives visant à transférer les pratiques et les techniques spécifiques associées aux efforts collaboratifs dans un contexte donné devraient être abordées en portant un regard critique rigoureux sur la dynamique sociopolitique qui a généré la pratique et sur sa pertinence dans une situation différente.

41En conclusion, l’idée communicative dans le domaine de la planification a ouvert à l’attention critique un champ important de l’activité de gouvernance. Elle a renforcé les sensibilités analytiques et normatives en focalisant l’analyse sur les détails de « l’action des pouvoirs publics », remettant ainsi en question les grands stéréotypes concernant le travail de planification et ses résultats, et soulignant le poids des compétences communicatives, du savoir-faire technique et de l’attention portée aux questions d’éthique qui se combinent dans des contextes sociaux spécifiques pour produire des effets, à la fois en façonnant les produits matériels et la manière dont les problématiques, les questions et les solutions sont imaginées et traitées. Dès lors que les implications de l’idée communicative auront été assimilées, il ne devrait plus être possible de considérer les « écarts de mise en œuvre » comme de simples échecs de conception des politiques publiques ou comme l’absence de pouvoir d’une capacité d’action par rapport à une autre. Au lieu de cela, cette idée entraîne la reconnaissance du pouvoir créatif de la capacité d’action. Le défi en matière de conception de « systèmes » d’action consiste alors à trouver les moyens de libérer ce pouvoir au service de la création de perspectives où la majorité, et pas seulement la minorité, a des chances de s’épanouir.

Bibliographie

Bengs, C., « Time for a critique of planning theory: Editorial n 3 », European Journal of Spatial Development, juin 2005; (www.nordregio.se/ESJD/editorials.html).

Bernstein, R., Beyond Objectivism and Relativism : Science, hermeneutics and Praxis, University of Pennsylvania Press, Philadelphie, 1983.

Briggs, X. (de Souza), Democracy as problem-solving, MIT Press, Boston, Mass., 2008.

Bryson, J., et Crosby, B., Leadership in the Common Good : tackling public problems in a shared power world, Jossey Bass, San Francisco, 1992.

Cars, G., P. Healey, et al., Urban Governance, Institutional Capacity and Social Milieux, Aldershot, Hants, Ashgate, 2002.

Castells, M., The Urban Question, Edward Arnold, Londres, 1977.

Chambers, R., Whose reality counts ? putting the first last, Intermediate Technology Publications, Londres, 1997.

Cornwall, A., et Coelho V. S. P., (éd.), Spaces for Change ? The Politics of Citizen Participation in New democratic Arenas, Zed Books, Londres, 2007.

Douglas, M., How institutions think, Routledge and Kegan Paul, Londres, 1987.

Fainstein, S., « New Directions in Planning Theory », Urban Affairs Review, n 34, 2000, p. 451-476.

Fainstein, S., « Planning Theory and the City », Journal of Planning Education and Research, n 25, 2005, p. 121-130.

Fainstein, S., et Fainstein, N., « New debates in urban planning : the impact of Marxist theory in the United States », International Journal of Urban and Regional Research, n° 3, 1979, p. 381-403.

Fainstein, S., et Fainstein, N., (éd.), Restructuring the city : the political economy of urban redevelopment, Longman, New York, 1986.

Fischer, F., et Forester, J., (éd.), The Argumentative Turn in Policy Analysis and Planning, UCL Press, Londres, 1993.

Fischler, R., « Communicative planning theory : a Foucauldian assessment », Journal of Planning Education and Research, n 19, 2000, p. 358-368.

Flyvbjerg, B., « Empowering civil society : Habermas, Foucault and the Question of Conflict », in Douglass, M., et Friedmann, J., (éd.), Cities for Citizens, Wiley, Londres, 1998, p. 185-212.

Forester, J., Planning in the face of power, University of California Press, Berkeley, 1989.

Forester, J., Critical Theory, public policy and planning practice : toward a critical pragmatism, State university of New York Press, Albany, 1993.

Friedmann, J., Re-tracking America : a theory of transactive planning, Anchor Press, New York, 1973.

Friend, J., Power, J., et Yewlett, C., Public planning : the intercorporate dimension, Tavistock Institute, Londres, 1974.

Fung, A., Empowered participation, Princeton University Press, Princeton, 2004.

Fung, A., et Wright, E. O., (éd.), Deepening Democracy : Institutional innovations in empowered participatory governance, Verso, Londres, 2003.

Geertz, C., Local Knowledge, Londres, New York, 1983.

Giddens, A., The Constitution of Society, Polity Press, Cambridge, 1984.

Gonzalez, S., et Healey, P., « A sociological institutionalist approach to the study of innovation in governance capacity », Urban Studies, n° 42(11), 2005, p. 2055-2070.

Habermas, J., The theory of Communicative Action, vol. I, Reason and the Rationalisation of Society, Polity Press, Cambridge, 1984.

Hajer, M., The politics of environmental discourse, Oxford University Press, Oxford, 1995.

Hajer, M., et Wagenaar, H., (éd.), Deliberative Policy Analysis : Understanding Governance in the Network Society, Cambridge University Press, Cambridge, 2003.

Hall, P., et Taylor, R., « Political science and the three institutiona-lisms », Political Studies, n° XLIV, 1996, p. 936-957.

Harper, T. L., et Stein, S. M., Dialogical Planning in a Fragmented Society, CUPR Press, New Brunswick, New Jersey, 2006.

Harris, N., « Collaborative Planning : from critical foundations to practice forms », in Allmendinger, P., et Tewdwr-Jones, M., (éd.), Planning Futures : New directions for planning theory, Routledge, Londres, 2002, p. 21-43.

Harrison, P., Todes, A. et al., Planning and Transformation : learning from the post-apartheid experience, Routledge, Londres, 2007.

Harvey, D., « From managerialism to entrepreneurialism : the formation of urban governance in late capitalism », Geografisker Annaler, n° 71B, 1989, p. 3-17.

Healey, P., « Planning through debate », Town Planning Review, n 63, 1992, p. 143-163.

Healey, P., Collaborative planning : shaping places in fragmented societies, Macmillan, Londres, 1997/2006.

Healey, P., « Institutionalist analysis, communicative planning and shaping places », Journal of Planning Education and Research, n° 19(2), 1999, p. 111-122.

Healey, P., « Collaborative Planning in Perspective », Planning Theory, n° 2, 2003, p. 101-123.

Healey, P., « The pragmatic tradition in planning thought », Journal of Planning Education and Research, n° 28(3), 2009, p. 277-292.

Healey, P., Making better places : the planning project in the twentyfirst century, Palgrave Macmillan, Londres, 2010.

Healey, P., et Underwood, J., « Professional Ideals and Planning Practice », Progress in Planning, n° 9(2), 1979, p. 73-127.

Healey, P., Hoch, C., Lauria, M., et Feldman, M., « Planning theory, political economy and the interpretive turn : the debate continues ! », Planning Theory, n° 17, 1997, p. 10-85.

Healey, P., McNamara, P., Elson, M., et Doak, J., Land Use Planning and the Mediation of Urban Change, Cambridge University Press, Cambridge, 1988.

Hickey, S., et Mohan, G., Participation : from Tryranny to Trans-formation, Zed Books, Londres, 2004.

Hillier, J., « Going round the back : complex networks and informal action in local planning processes », Environment and Planning A, n 32(1), 2000, p. 33-54.

Hillier, J., et Healey, P., (éd.), Critical Readings in planning theory, vol. I, Foundations of the planning enterprise, Ashgate, Aldershot, Hants, 2008.

Hillier, J., et Healey, P., (éd.), Critical Readings in planning theory, vol. 111, Contemporary movements in planning theory, Ashgate, Aldershot, Hants, 2008.

Hoch, C., « Doing good and being right : the pragmatic connection in planning theory », Journal of the American Planning Association, n° 50, 1984, p. 335-345.

Holston, J., Insurgent citizenship : disjunctions of democracy and modernity in Brazil, Princeton University Press, Princeton, 2008.

Huxley, M., et Yiftachel, O., « New Paradigm or Old Myopia ? Unsettling the Communicative Turn in Planning Theory », Journal of Planning Education and Practice, n 19, 2000, p. 333-342.

Innes, J., Social Indicators and Public Policy : interactive processes of design and application, Elsevier, New York, 1975.

Innes, J., Knowledge and public policy : the search for meaningful indicators, Transaction Books, New Brunswick, 1990.

Innes, J., Group processes and the social construction of growth management, Journal of the American Planning Association, n 58, 1992, p. 440-454.

Innes, J., « Planning theory’s emerging paradigm : communicative action and interactive practice », Journal of Planning Education and Research, n 14, 1995, p. 183-189.

Innes, J., « Consensus building : clarification for critics », Planning Theory, n° 3, 2004, p. 5-20.

Innes, J., et Booher, D. E., Planning with Complexity : An Introduction to Collaborative Rationality for Public Policy, Routledge, New York, 2010.

Innes, J., Gruber, J., Thompson, R., et Neuman, M., Co-ordinating growth and environmental management through consensus-building, Berkeley University of California, Berkeley, 1994.

Kothari, V., et Cooke, B., (éd.), Participation : the New Tyranny, Zed Books, Londres, 2001.

Krumholz, N., et Forester, J., Making Equity Planning Work, Temple University Press, Philadelphie, 1990.

Lauria, M., et Whelan, R., « Planning theory and political economy : the need for re-integration », Planning Theory, n° 14, 1995, p. 8-33.

Margerum, R. D., « Evaluating Collaborative Planning : Implications from an empirical analysis of growth management », Journal of the American Planning Association, n 68(2), 2002, p. 179-193.

McGuirk, P. M., « Situating Communicative planning theory : context, power and knowledge », Environment and Planning A, n 33, 2001, p. 195-217.

Mitlin, D., et Satterthwaite, D., (éd.), Empowering Squatter Citizen : Local government, civil society and urban poverty reduction, Earthscan, Londres, 2004.

Pressman, J. L., et Wildavsky, A. B., Implementation : How great expectations in Washington are dashed in Oakland, University of California Press, Berkeley, Californie, 1973.

Rorty, R., Philosophy and the mirror of nature, Blackwell, Oxford, 1980.

Sager, T., Communicative Planning Theory, Avebury, Aldershot, Hants, 1994.

Scholz, J. T., et Stiftel, B., (éd.), Adaptive governance and water conflict, Resources for the Future Press, Washington, D. C., 2005.

Schon, D., Beyond the Stable State, Temple Smith, Londres, 1971.

Schon, D., The Reflective Practitioner, Basic Books, New York, 1983.

Silverman, D., The Theory of Organizations, Heinemann, Londres, 1970.

Sorensen, E., et Torfing, J., (éd.), Theories of Democratic Network Governance, Palgrave Macmillan, Londres, 2006.

Susskind, L., McKearnan, S., et Thomas-Larmer, J., (éd.), The Consensus-Building Handbook, Thousand Oaks, California and Sage, Londres, 1999.

Tewdwr-Jones, M., et Allmendinger, P., « Deconstructing communicative rationality : a critique of Habermasian collaborative planning », Environment and Planning A, n 30, 1998, p. 1979-1989.

Verma, N., « Pragmatic Rationality and Planning Theory », Journal of Planning Education and Research, n° 16, 1996, p. 5-14.

Wildavsky, A., Speaking Truth to Power : The Art and Craft of Policy Analysis, Macmillan (Transaction Books), Londres, 1979/1987.

Yiftachel, O., « Planning and social control : exploring the dark side », Journal of Planning Literature, n° 12, 1998, p. 396-406.

Yiftachel, O., « Planning Theory at the Crossroads », Journal of Planning Education and Research, n° 18, 1999, p. 67-69.

Yiftachel, O., et Huxley, M., « Debating Dominance and relevance : Notes on the "communicative turn" in planning theory », International Journal of Urban and Regional Research, n 24, 2000, p. 907-913.

Notes

* Le présent article est adapté, avec leur permission, de l’ouvrage en cours d’édition de L. Vale, B. Sanyal et T. Rosan, Planning Ideas that Matter, « The Idea of "Communicative" Planning ; practices, concepts and rhetorics ».

2 J’utilise le terme « domaine de la planification » en référence à l’ensemble de savoirs et de débats associés à l’élaboration de perspectives territoriales et de programmes visant à façonner l’aménagement territorial futur. Dans certains aspects de ce domaine, cette définition est élargie pour inclure des initiatives de développement et programmes gouvernementaux de toutes sortes. Voir J. Hillier et P. Healey (éd.), Critical Readings in planning theory, vol. I, Foundations of the planning enterprise, Ashgate, Aldershot, Hants, 2008.

3 J’utilise le terme « gouvernance » ici et ailleurs en référence à toutes les formes d’action collective, y compris l’activité formelle du gouvernement. Voir, G. Cars, P. Healey, et al., Urban Governance, Institutional Capacity and Social Milieux, Aldershot, Hants, Ashgate, 2002.

4 Voir les publications au sujet du « développement international », par exemple: R. Chambers, Whose reality counts? putting the first last, Intermediate Technology Publications, Londres, 1997; D. Mitlin et D. Satterthwaite (éd.), Empowering Squatter Citizen: Local government, civil society and urban poverty reduction, Earthscan, Londres, 2004 ; V. Kothari et B. Cooke (éd.), Participation: the New Tyranny, Zed Books, Londres, 2001; S. Hickey et G. Mohan, Participation: from Tryranny to Transformation, Zed Books, Londres, 2004; A. Cornwall et V. S. P. Coelho (éd.), Spaces for Change? The Politics of Citizen Participation in New Democratic Arenas, Zed Books, Londres, 2007.

5 A. Wildavsky, Speaking Truth to Power: The Art and Craft of Policy Analysis, Macmillan, Transaction Books, Londres, 1979/1987; J. L. Pressman et A. B. Wildavsky, Implementation: How great expectations in Washington are dashed in Oakland, University of California Press, Berkeley, Californie, 1973; J. Friend, J. Power et C. Yewlett, Public planning: the intercorporate dimension, Tavistock Institute, Londres, 1974; P. Healey, P. McNamara, M. Elson et J. Doak, Land Use Planning and the Mediation of Urban Change, Cambridge University Press, Cambridge, 1988.

6 M. Castells, The Urban Question, Edward Arnold, Londres, 1977; D. Harvey, « From managerialism to entrepreneurialism: the formation of urban governance in late capitalism », Geografisker Annaler, n° 71B, 1989, p. 3-17.

7 N. Krumholz et J. Forester, Making Equity Planning Work, Temple University Press, Philadelphie, 1990.

8 Pour une étude plus approfondie, voir J. Hillier et P. Healey (éd.), Critical Readings in planning theory, vol. 111, Contemporary movements in planning theory, Ashgate, Aldershot, Hants, 2008.

9 J. Habermas, The theory of Communicative Action, vol. I, Reason and the Rationalisation of Society, Polity Press, Cambridge, 1984.

10 P. Healey, » The pragmatic tradition in planning thought », Journal of Planning Education and Research, n° 28(3), 2009, p. 277-292.

11 Voir D. Silverman, The Theory of Organizations, Heinemann, Londres, 1970; M. Douglas, How institutions think, Routledge and Kegan Paul, Londres, 1987; C. Geertz, Local Knowledge, Basic Books, New York, 1983.

12 J. Forester, Planning in the face of power, University of California Press, Berkeley, 1989.

13 J. Friedmann, Re-tracking America: a theory of transactive planning, Anchor Press, New York, 1973; D. Schon, Beyond the Stable State, Temple Smith, Londres, 1971; D. Schon, The Reflective Practitioner, Basic Books, New York, 1983.

14 Voir C. Hoch, « Doing good and being right: the pragmatic connection in planning theory », Journal of the American Planning Association, n° 50, 1984, p. 335-345; P. Healey, » The pragmatic tradition in planning thought », Journal of Planning Education and Research, op. cit.; J. Forester, Critical Theory, public policy and planning practice: toward a critical pragmatism, State university of New York Press, Albany, 1993; N. Verma, » Pragmatic Rationality and Planning Theory », Journal of Planning Education and Research, n° 16, 1996, p. 5-14.

15 J. Innes, Social Indicators and Public Policy: interactive processes of design and application, Elsevier, New York, 1975.

16 S. Fainstein et N. Fainstein, « New debates in urban planning: the impact of Marxist theory in the United States », International Journal of Urban and Regional Research, n° 3, 1979, p. 381-403; S. Fainstein et N. Fainstein, Restructuring the city: the political economy of urban redevelopment, Longman, New York, 1986.

17 R. Bernstein, Beyond Objectivism and Relativism: Science, hermeneutics and Praxis, University of Pennsylvania Press, Philadelphie, 1983.

18 J. Forester, Planning in the face of power, op. cit., p. 5.

19 J. Forester, Planning in the face of power, op. cit., p. 139.

20 J. Forester, Critical Theory, public policy and planning practice…, op. cit., p. IX.

21 J. Innes, Knowledge and public policy: the search for meaningful indicators, Transaction Books, New Brunswick, 1990; J. Innes, » Group processes and the social construction of growth management », Journal of the American Planning Association, n° 58, 1992, p. 440-454; J. Innes, J. Gruber, R. Thompson et M. Neuman, Co-ordinating growth and environmental management through consensus-building, Berkeley University of California, Berkeley, 1994.

22 Les travaux de Susskind ont été rassemblés dans un ouvrage récapitulatif intitulé The Consensus Building Handbook (Thousand Oaks, California and Sage, Londres, 1999). Dans le même temps, Tom Harper et Stan Stein élaboraient une « approche dialogique », inspirée à la fois de Rorty et du philosophe John Rawls, pour produire ce qu’ils appelaient « théorie de la planification "néo-pragmatiste" » (T. L. Harper et S. M. Stein, Dialogical Planning in a Fragmented Society, CUPR Press, New Brunswick, New Jersey, 2006.).

23 J. Bryson et B. Crosby, Leadership in the Common Good: tackling public problems in a shared power world, Jossey Bass, San Francisco, 1992.

24 T. Sager, Communicative Planning Theory, Avebury, Aldershot, Hants, 1994.

25 P. Healey et J. Underwood, « Professional Ideals and Planning Practice », Progress in Planning, n° 9(2), 1979, p. 73-127; P. Healey, P. McNamara, M. Elson et J. Doak, Land Use Planning…, op. cit.

26 A. Giddens, The Constitution of Society, Polity Press, Cambridge, 1984.

27 P. Healey, « Planning through debate », Town Planning Review, n° 63, 1992, p. 143-163.

28 P. Healey, Collaborative planning: shaping places in fragmented societies, Macmillan, Londres, 1997/2006. Pour plus de détails et de commentaires, voir P. Healey, « Institutionalist analysis, communicative planning and shaping places », Journal of Planning Education and Research, n° 19(2), 1999, p. 111-122; P. Healey, « Collaborative Planning in Perspective », Planning Theory, n° 2, 2003, p. 101-123.

29 Voir J. Hillier, « Going round the back: complex networks and informal action in local planning processes », Environment and Planning A, n° 32(1), 2000, p. 33-54; M. Hajer, The politics of environmental discourse, Oxford University Press, Oxford, 1995; R. D. Margerum, « Evaluating Collaborative Planning: Implications from an empirical analysis of growth management », Journal of the American Planning Association, n° 68(2), 2002, p. 179-193; J. T. Scholz et B. Stiftel (éd.), Adaptive governance and water conflict, Resources for the Future Press, Washington, D. C., 2005.

30 A. Fung et E. O. Wright (éd.), Deepening Democracy: Institutional innovations in empowered participatory governance, Verso, Londres, 2003; A. Cornwall et V. S. P. Coelho (éd.), Spaces for Change? The Politics of Citizen Participation in New democratic Arenas, Zed Books, Londres, 2007; J. Holston, Insurgent citizenship: disjunc-tions of democracy and modernity in Brazil, Princeton University Press Harrison, Prin-ceton, 2008; P. Harrison, A. Todes, et al., 2007, Planning and Transformation: learning from the post-apartheid experience, Routledge, Londres, 2007.

31 M. Lauria et R. Whelan, « Planning theory and political economy: the need for re-integration », Planning Theory, n° 14, 1995, p. 8-33; P. Healey, C. Hoch, M. Lauria et M. Feldman, « Planning theory, political economy and the interpretive turn: the debate continues! », Planning Theory, n° 17, 1997, p. 10-85.

32 S. Fainstein, « New Directions in Planning Theory », Urban Affairs Review, n° 34, 2000, p. 451-476; S. Fainstein, « Planning Theory and the City », Journal of Planning Education and Research, n° 25, 2005, p. 121-130.

33 M. Tewdwr-Jones et P. Allmendinger, « Deconstructing communicative ratio-nality: a critique of Habermasian collaborative planning », Environment and Planning A, n° 30, 1998, p. 1979-1989.

34 O. Yiftachel, « Planning and social control: exploring the dark side », Journal of Planning Literature, n° 12, 1998, p. 396-406; O. Yiftachel, « Planning Theory at the Crossroads », Journal of Planning Education and Research, n° 18, 1999, p. 67-69; M. Huxley et O. Yiftachel, « New Paradigm or Old Myopia? Unsettling the Communicative Turn in Planning Theory », Journal of Planning Education and Practice, n° 19, 2000, p. 333-342; O. Yiftachel et M. Huxley, « Debating Dominance and relevance: Notes on the "communicative turn" in planning theory », International Journal of Urban and Regional Research, n° 24, 2000, p. 907-913.

35 B. Flyvbjerg, « Empowering civil society: Habermas, Foucault and the Question of Conflict », in M. Douglass et J. Friedmann (éd.), Cities for Citizens, Wiley, Londres, 1998, p. 185-212.

36 Voir aussi P. M. McGuirk, « Situating Communicative planning theory : context, power and knowledge », Environment and Planning A, n° 33, 2001, p. 195-217, pour un commentaire riche en réflexion s’appuyant sur un cas empirique. Voir également « réponses aux critiques » de Forester dans O. Yiftachel et M. Huxley, « Debating Dominance and relevance… », International Journal of Urban…, op. cit. ; P. Healey, « Collaborative Planning in Perspective », Planning Theory, op. cit., Collaborative planning…, op. cit., chapitre X, et J. Innes, « Consensus building : clarification for critics », Planning Theory, n° 3, 2004, p. 5-20. N. Harris « Collaborative Planning: from critical foundations to practice forms », in P. Allmendinger et M. Tewdwr-Jones (éd.), Planning Futures: New directions for planning theory, Routledge, Londres, 2002, p. 21-43, et R. Fischler « Communicative planning theory: a Foucauldian assessment », Journal of Planning Education and Research, n° 19, 2000, p. 358-368, relayent de manière méthodique certains aspects des débats critiques. Voir aussi J. Hillier et P. Healey (éd.), Critical Readings in planning theory, vol. 111, op. cit.

37 Je suis consciente que la Planification collaborative témoigne d’une certaine tendance à l’idéalisme romantique, mais mon « repoussoir » à l’époque était le néo--libéralisme autoritaire. Selon moi, il fallait démontrer clairement que des possibilités alternatives de sociétés démocratiques existaient bel et bien. Dans de récents travaux, Forester (2009) affirme que nous pouvons nous mettre d’accord de façon pragmatique sur « ce que nous devons faire aujourd’hui », même si nous ne pouvons nous entendre sur des valeurs plus fondamentales. Au-delà de cela, nous pouvons nous mettre d’accord sur le fait que le processus qui a mené une décision est légitime même si nous ne sommes pas d’accord avec la décision elle-même.

38 Voir en particulier le travail de B. Flyvbjerg, « Empowering civil society… », Cities for Citizens, op. cit. Voir R. Fischler, « Communicative planning theory : a Foucauldian assessment », Journal of Planning Education…, op. cit., pour un bon résumé et la -résolution du débat concernant ce dualisme dans le cadre de la théorie de la planification.

39 J. Innes et D. E. Booher ont apporté une contribution remarquée à ce sujet. Voir J. Innes et D. E. Booher, Planning with Complexity : An Introduction to Collaborative Rationality for Public Polic, Routledge, New York, 2010 pour une version synthétisée de leurs travaux de ces deux dernières décennies.

40 Voir X. de Souza Briggs, Democracy as problem-solving, MIT Press, Boston, Mass., 2008; P. Healey, Making better places: the planning project in the twentyfirst century, Palgrave Macmillan, Londres, 2010; A. Cornwall et V. S. P. Coelho (éd.), Spaces for Change…, op. cit.

41 Voir, par exemple, A. Cornwall et V. S. P. Coelho (éd.), Spaces for Change ?…, op. cit.

42 A. Fung et E. O. Wright (éd.), Deepening Democracy…, op. cit.

43 Ces deux critiques – inefficacité et impossibilité de parvenir à la bonne décision – ravivèrent les débats sur les mérites respectifs de la démocratie élitiste et de la démocratie participative.

44 A. Fung, Empowered participation, Princeton University Press, Princeton, 2004.

45 C. Bengs, « Time for a critique of planning theory: Editorial n° 3 », European Journal of Spatial Development, juin 2005, (www.nordregio.se/ESJD/editorials.html); T. Sager, Communicative Planning Theory, op. cit.

46 P. Healey, Making better places…, op. cit.

47 A. Fung, Empowered participation, op. cit.

48 P. Hall et R. Taylor, « Political science and the three institutionalisms », Political Studies, n° XLIV, 1996, p. 936-957; S. Gonzalez et P. Healey, « A sociological institutionalist approach to the study of innovation in governance capacity. » Urban Studies, n° 42(11), 2005, p. 2055-2070.

Auteur

Patsy Healey est professeur émérite à l’Université de Newcastle (School of Architecture, Planning and Landscape). Spécialiste en planification urbaine, elle a en particulier étudié la façon dont les stratégies de planification sont concrètement mises en œuvre, et avec quels partenariats, dans le cas des territoires en déshérence. Parmi ses ouvrages les plus récents on peut citer : Collaborative Planning : shaping places in fragmented societies (1997, 2e éd. 2006) ; Urban Complexity and Spatial Strategies (2007) ; Making BetterPlaces (2010). Elle a été rédacteur en chef de la revue Planning Theory and Practice jusqu’à 2009.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search