Version classiqueVersion mobile

Faire preuve par le chiffre ?

 | 
Arthur Jatteau

La construction de la preuve par le chiffre et ses effets heuristiques et politiques

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1  Germaine Tillion, Fragments de vie, Paris, Seuil, 2009, 395 p.

« Je tiens à signaler que les rapports “scientifiques” – c’est-à-dire basés sur l’observation des autres – sont faux et factices : pour connaître une population, il faut d’abord la “vivre” et la “regarder”. Ce pourquoi ceux qui vivent doivent apprendre à regarder et ceux qui regardent doivent apprendre à vivre. […]
Il me semblait (il me semble de plus en plus) que, pour discourir sur les sciences humaines, l’érudition pure ne peut suffire, et qu’une expérience vécue, profonde et diverse, constitue l’indispensable substrat de la connaissance authentique de notre espèce : il n’est que de vivre pour se convaincre que les évènements vécus sont la clé des évènements observés… […] Qu’est-ce que la sociologie ? Qu’est-ce que l’ethnologie ? C’est d’abord la remise en question, de fond en comble, de celui qui s’y consacre. Après cela, seulement, il peut regarder fonctionner une civilisation1. »
Germaine Tillion (2009)

1Après avoir, dans une première partie, retracé la genèse de cette « preuve par le chiffre » que constituent les expérimentations aléatoires, il convient à présent de se centrer sur la production de la preuve elle-même, en se demandant à la fois comment et pourquoi elle est fabriquée. Le discours quasi mythologique autour de la théorie des expérimentations aléatoires est simple : une méthode robuste qui fournit des preuves de la plus haute qualité doit permettre d’orienter scientifiquement les politiques publiques. Or, si l’on examine les faits en observant les expérimentations aléatoires telles qu’elles se font, et non pas telles qu’elles devraient se faire idéalement, on s’aperçoit que la réalité est complexe et s’éloigne bien souvent de la doxa méthodologique. Nous proposons ainsi dans cette partie une « épistémologie par le bas », notre objectif étant de dévoiler l’épistémologie effective des randomistes, au-delà de leur positionnement théorique. Les expérimentations aléatoires appartiennent en effet au domaine de l’économie appliquée. Dès lors, cette application suppose une traduction qu’il convient de mettre au jour, dans la mesure où ses effets concrets sont à même d’éclairer la pertinence et l’intérêt de cette méthode.

2Dans cette optique, il nous faut dans un premier temps nous pencher sur ce que l’on appelle dans la littérature les validités externe et interne (chapitre 3). La validité externe n’est pas propre aux expérimentations aléatoires et traverse toutes les sciences sociales. Dans quelle mesure une observation menée dans un contexte particulier nous informe-t-elle sur ce que l’on observerait dans un autre contexte ? Cette question prend une tournure cruciale lorsque l’on prétend, avec une telle méthode, agir sur le monde. Il ne s’agit pas simplement de lancer des évaluations dans certaines zones du globe pour informer localement de l’efficacité ou non de certains dispositifs. Les randomistes entendent informer les décideurs publics en vue d’une éventuelle généralisation. Cet aspect mérite donc d’être étudié à la hauteur de l’attente que les promoteurs de cette méthode suscitent.

  • 2  Pour un rappel sur ce point, on peut consulter : Arthur Jatteau, Les expérimentations aléatoires e (...)

3La validité interne est régulièrement présentée comme le point fort de la randomisation. Parce que le tirage au sort permettrait la constitution de groupes de contrôle et de groupes de traitement en minimisant les chances qu’il y a entre eux des différences systématiques, la randomisation serait la méthode la plus apte à réduire les biais de sélection, et donc de déterminer avec précision l’impact d’un programme2. Nous souhaitons aller au-delà d’une discussion purement théorique à ce sujet. Il nous semble plus original d’aborder le problème sous un aspect plus pragmatique, en examinant comment le déroulement in situ des expérimentations aléatoires nous informe sur leur validité interne. Nous verrons ainsi comment un certain nombre d’arrangements, peu pris en compte dans la littérature, risquent de la miner.

  • 3Ibid., p. 104‑107.

4Enfin, il nous apparaît également important de se pencher sur ce que nous appelons la « politique des expérimentations aléatoires3 » (chapitre 4). La politique constitue pour les randomistes un objet ambivalent, dans un mouvement d’attraction-répulsion. Attraction, parce qu’ils cherchent précisément à y intervenir, en adaptant les politiques publiques en fonction des démonstrations scientifiques menées à l’aide d’expérimentations aléatoires. Répulsion, parce que dans le même temps il s’agit d’écarter le politique, l’usage de la « baguette magique méthodologique » que constitue le tirage au sort permettant de minimiser son rôle. Il s’agit pour nous d’étudier ici ce double rapport au(x) politique(s). Nous nous demanderons ainsi comment le champ académique dans lequel évoluent les randomistes est à même d’influencer la pratique des expérimentations aléatoires, notamment par le biais de la pression à la publication. Nous nous intéresserons également à l’influence, directe et indirecte, que ces expérimentations ont sur l’action publique, avant de montrer en quoi leur éventuelle systématisation constitue en elle-même un acte politique fort.

Notes

1  Germaine Tillion, Fragments de vie, Paris, Seuil, 2009, 395 p.

2  Pour un rappel sur ce point, on peut consulter : Arthur Jatteau, Les expérimentations aléatoires en économie, Paris, La Découverte, 2013, 128 p., p. 32‑34.

3Ibid., p. 104‑107.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search