Version classiqueVersion mobile

Le péage en France au XVIIIe siècle

 | 
Anne Conchon

Première partie. Les péages en questions

Chapitre III. Le péage et son espace

Texte intégral

  • 1 Dictionnaire historique de la langue française, dir. A. Rey, Le Robert, 1995. Par métonymie, le te (...)
  • 2 Cf. Lucien Merlet, Dictionnaire topographique du département d’Eure-et-Loir, Paris, Imp. impériale (...)
  • 3 Cf. Herbert George Fordham, Les Routes de France. Étude bibliographique sur les cartes routières e (...)
  • 4 Sur les 65 volumes de cette collection de cartes qui couvrent 22 généralités, on indique parfois l (...)

1Le terme de péage désignait non seulement le droit à acquitter, mais aussi – en un sens plus tardif – le lieu où il était perçu1. Repère spatial multiséculaire, il a marqué le territoire et certains toponymes ont conservé encore à l’heure actuelle le souvenir du péage : ainsi au Péage-de-Roussillon, aux lieux-dits « Le Péage » situé à mi-distance de Chartres et Dreux2, « Le Péage » (commune de Septème), etc. Cette mémoire du péage est d’autant plus étonnante qu’au xviiie siècle ce droit avait faiblement marqué l’espace cartographique. Alors même qu’une extraordinaire activité géographique s’était développée en parallèle de la politique routière, il n’existe à notre connaissance aucune carte de péages à cette époque3. Ces droits ne sont pas figurés sur les guides des itinéraires et les cartes des postes, réservés aux seuls trafics des nouvelles et des voyageurs qui échappaient au péage. On ne trouve que de rares mentions de péages sur les cartes de Cassini et les atlas Trudaine4. La commission des péages, quant à elle, n’a pas élaboré de cartes des droits qu’elle a recensés au cours du siècle. Ce silence des sources topographiques s’explique sans doute par le fait que le péage n’était pas intégré alors à la conception de l’espace de la circulation. Les ingénieurs qui ont effectué les relevés cartographiques ont privilégié l’infrastructure de transport et les voies de passage. À ce titre, l’exemple du bac est tout à fait significatif : ce n’est pas en tant que droit à acquitter, mais comme lieu de passage qu’il figure sur les cartes du xviiie siècle. Dans leurs relevés, les géomètres prenaient bien soin de noter, dans ce qu’ils appelaient l’« accompagnement » de la route, ce qui pouvait aider à la construction et à l’entretien de celle-ci (les plantations d’arbres, les carrières, etc.) ; or, le péage y est occulté, comme il est gommé du paysage de la circulation. Comme droit et lieu de perception, il est donc considéré comme une réalité artificiellement greffée sur les axes de communication.

2En l’absence de cartes d’époque, il faut composer avec l’état des sources. Par chance, le recensement établi par la commission des péages assure une couverture nationale du phénomène, et permet de travailler à différentes échelles d’observation, en procédant à un emboîtement du local dans le régional, et de ce dernier dans le national. La diversité des échelles d’analyse permettra de saisir à la fois les logiques spatiales du péage et l’inscription de celui-ci dans l’épaisseur de la réalité.

I. LA GÉOGRAPHIE FISCALE

3Notre étude ne peut guère se passer d’une analyse géographique car la dimension spatiale est omniprésente dans la question du péage. Où sont-ils situés ? Les facteurs naturels jouent-ils un rôle dans leur répartition ? Leur implantation change-t-elle sous l’influence de considérations fiscales ou au gré des modifications que subit au cours du siècle le réseau des transports routiers ? Les listes établies par la commission des péages permettent de reconstituer approximativement leur géographie, mais il convient au préalable de savoir quelle valeur accorder à ces données chiffrées, pour voir si elles rendent compte d’une appréciation numérique exacte du phénomène.

A. UN NOMBRE DIFFICILE À DÉTERMINER

  • 5 A.N., H4 31302. Tableau général contenant la récapitulation générale du nombre des péages de Franc (...)
  • 6 A.N., H4 3177, n° 2484. Motifs de conclusions : « Les péages de Château-Landon et des lieux en dép (...)
  • 7 Cf. George T. Matthews, The Royal General Farms in 18th-century France, New-York, Columbia Univers (...)

4Dans un tableau récapitulatif du travail de la commission, publié en annexe d’un mémoire en 1790, Guyenot comptabilisait 5 687 péages recensés par cette institution5. Tout porte à suspecter l’exactitude de ce chiffre, car la méthode de comptage adoptée par Guyenot est tout à fait contestable. Pour un même péage perçu dans différents bureaux, il a en effet considéré comme droit à part entière chaque point de perception, alors qu’il ne s’agissait en fait que d’un seul et même droit : quand un voiturier avait acquitté le droit dans l’un, il ne le devait point aux autres. Qui avait payé à Souppes en traversant la châtellenie de Château-Landon, ne devait rien à Dordives, et réciproquement6. Le fait de confondre le droit à acquitter et les lieux de sa perception ne pouvait que fausser le recensement des péages. Plus grave encore, Guyenot a considéré comme un péage, ce qui n’était parfois qu’une portion de droit. Ainsi, le péage de Varennes, qui appartenait pour moitié au prince de Condé et pour l’autre moitié au seigneur de Chazeuil, a été compté pour deux droits. Ces deux erreurs cumulées font que le phénomène péager est largement surestimé par rapport à la réalité. En corrigeant les données établies par Guyenot, on aboutit à un nombre total de péages bien inférieur à celui qu’il avançait. Il y en aurait eu à peu près 3 1207.

5Paradoxalement, alors que les états dressés par la commission des péages donnent une vision globalement exagérée du phénomène, ils ne sont sans doute pas complets. Il faut en effet tenir compte de la difficulté inhérente à tout recensement, et des erreurs involontaires dues à la lourdeur administrative et au faible outillage statistique. Certains péages ont pu échapper aux investigations de l’administration royale, qui n’était pas toujours bien équipée pour déceler des particularismes profondément enracinés et ne disposait pas de réelles possibilités de contrôle. Toute prétention à l’exhaustivité est donc exclue.

6En outre, le relevé effectué par Guyenot ne dénombre que les péages seigneuriaux, et ne prend pas en compte les droits qui ont fait l’objet d’une authentique concession royale pour financer des travaux d’utilité publique. Ainsi les péages perçus sur les canaux, ceux qui avaient été concédés pour financer la construction de ponts ou des travaux utiles à la navigation (entre Roanne et Saint-Rambert, l’Ile-Barbe, etc.) ne sont pas mentionnés dans l’inventaire de Guyenot, alors qu’ils apparaissent dans les dossiers de la commission.

  • 8 A.N., H4 29673. État des droits perçus dans la généralité de Lille qui ont été déclarés non sujets (...)

7Le recensement présente, en outre, une marge d’incertitude en raison des problèmes de définition et de l’approximation du vocabulaire que nous avons déjà évoqués. La diversité des péages et l’ambiguïté des dénominations fiscales rendent en effet impossible la recension précise de tous les droits actifs au xviiie siècle. Dans la mesure où les dénominations différaient selon les régions et pouvaient y prendre des sens plus ou moins étendus, il est parfois difficile de déterminer avec certitude s’il s’agit véritablement d’un péage ou d’un autre droit. La commission a par exemple déclaré certains péages non sujets à la vérification, pour des raisons qui sont parfois difficilement explicables. Dans la généralité de Lille, neufs péages ont ainsi été soustraits de la vérification par des arrêts du Conseil de 1727 et 1728 ; or, il semble que les villes qui en étaient propriétaires aient produit leurs titres, puisque chaque droit avait été affecté d’un numéro d’enregistrement. Ces droits étaient-ils d’authentiques péages, dont la commission a sciemment ignoré l’existence pour ne pas avoir à les vérifier, ou s’agissait-il d’octrois assimilés par erreur à des péages ? Toujours est-il que, pour trois de ces droits, la perception fut prorogée de 20 ans, et de 12 ans pour un autre8.

8L’état réalisé par Guyenot rassemble tous les péages officiellement examinés par la commission des péages. Malheureusement ce bilan, établi au terme du travail de celle-ci, se révèle incapable de rendre compte des mutations qui affectent à l’époque la carte des péages, dans la mesure où leur nombre n’a cessé de fluctuer au cours du siècle. À cause des hésitations et des décisions contradictoires de la commission, il faudrait réactualiser constamment l’état statistique des péages actifs à une même date. Cette instabilité du travail de vérification était accrue par les caprices de la conjoncture : il suffisait de quelques années pendant lesquelles la circulation était ralentie, pour qu’un droit ne soit plus suffisamment rentable et ne se perçoive plus.

9Malgré l’imprécision de ces données et la difficulté d’établir une géographie diachronique des péages, il est tout de même possible d’étudier la dispersion spatiale du phénomène péager au xviiie siècle, tel qu’il apparaît à la fin du travail de recensement effectué par la commission.

B. ENTRE DÉTERMINATIONS FONCIÈRES ET ÉCONOMIE DE LA CIRCULATION

  • 9 Moreau de Saint-Péravy, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la (...)

10Il convient d’abord de rappeler qu’au xviiie siècle le péage n’est pas seulement un phénomène métropolitain, car il existait également des péages dans les possessions coloniales. En octobre 1772, une société d’entrepreneurs décida ainsi de financer la construction de sept ponts sur l’île de Saint-Domingue grâce à une souscription ; un péage, acquitté par les habitants qui n’avaient pas souscrit à cette entreprise, servirait à assurer l’entretien courant. Privilège social en métropole, le péage est ici l’instrument d’une discrimination raciale puisque tous les colons blancs en étaient exemptés9. Même s’il existe, donc, des péages dans les possessions coloniales de l’époque, on se limitera toutefois pour cette analyse aux seuls droits recensés par la commission sur le territoire métropolitain. La volonté politique dont elle émanait, s’inscrivait en effet dans une réflexion plus vaste sur la modernisation de l’État et la constitution d’un réseau de communications nationales, qui ne se définit évidemment pas dans les mêmes termes pour les régions d’outre-mer.

11Pour comprendre la géographie nationale des droits, l’opposition intérieur / périphérie peut servir de premier principe structurant. Le péage est un droit perçu strictement à l’intérieur du territoire national. Sa définition naturelle et sa limite géographique se situent dans les embouchures et sur quelques étangs côtiers de la Motte de Croisieux au port de Sète et sur le grau de Sérignan. En revanche, il n’est jamais fait mention de péage sur les côtes maritimes. Les droits qui garnissaient les façades maritimes étaient d’une autre nature et recevaient d’autres dénominations (droit d’ancrage, de havre, de quai, etc.).

12La distribution spatiale des péages s’explique d’abord par les conditions particulières de leur établissement. Le péage étant l’attribut d’un fief et un droit réel attaché à une terre, il est normal que son espace reproduise en la figeant la disposition féodale de la propriété et des divisions seigneuriales. Il inscrit et matérialise à la fois un espace hérité d’une longue histoire et saturé de limites multiples qui s’enchevêtrent et s’imbriquent les unes dans les autres. Pour démêler cet imbroglio foncier et fiscal, deux approches sont possibles, qui permettent d’analyser la répartition spatiale des péages : la première consiste à rapporter le nombre de points de péage à un espace de référence ; la seconde privilégie au contraire le caractère linéaire des voies de communication.

13Comparer les densités péagères selon la première démarche oblige à quelques remarques méthodologiques préalables, qui concernent notamment l’échelle de l’analyse. Le découpage départemental, plus fin et plus homogène que le cadre de la généralité, permet de rendre compte de la répartition globale des péages et de faire ressortir les principaux contrastes régionaux. Cette approche géographique peut paraître contestable dans la mesure où elle adopte une échelle anachronique pour étudier un phénomène passé, et recompose l’espace selon d’autres critères que ceux qui ont présidé au décompte initial. Elle s’affranchit ainsi des découpages seigneuriaux qui ont précisément déterminé la localisation des péages. Mais en raison de la complexité de cette géographie foncière, difficile voire impossible à reconstituer, cette méthode a le mérite de donner un cadre relativement uniforme pour appréhender la densité des péages à l’échelle du territoire national et de dégager quelques éléments structurants.

Carte 2
DENSITÉ DE PÉAGES PAR DÉPARTEMENTS

Carte 2DENSITÉ DE PÉAGES PAR DÉPARTEMENTS
  • 10 Cf. Annie Brives-Hollander, « Les relations commerciales entre une vallée française et une vallée (...)

14On voit d’abord que le critère plaine / montagne n’est pas pleinement pertinent pour expliquer la géographie des péages. On trouve en effet des péages dans les montagnes, où, malgré de réelles difficultés de circulation, il existait une économie montagnarde relativement dynamique. Celle-ci tient pour une bonne part, dans le cas des Alpes et des Pyrénées, à la position de frontière où s’ancraient les principaux points de passages et d’échanges avec l’étranger10.

  • 11 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle et des arts (...)

15On constate par ailleurs que la géographie des péages se calquait naturellement sur le réseau des voies de communication, autant qu’on puisse le connaître pour le xviiie siècle. Ce constat relève de l’évidence, dans la mesure où le péage se nourrit des commerces itinérants et du déplacement des marchandises. Si le trafic se tarit, le droit meurt avec lui. Il est donc normal que les concentrations de péages soulignent les axes structurants qui organisaient la circulation marchande en France. On comprend ainsi que la carte mette en évidence la prépondérance très nette de la France du Nord. Globalement, les zones de forte densité péagère se concentrent dans les départements de l’Eure-et-Loir, du Nord, de l’Aisne et de la Marne, richement pourvus en infrastructures routières et parcourus par un réseau dense de voies navigables. Les contemporains avaient eux-mêmes conscience de cette forte concentration de droits autour de la capitale : « de toutes les généralités de France, il n’y en a point où il y ait davantage de péages établis que dans la généralité de Paris »11. La forte densité de péages dans la Drôme et l’Isère s’explique également par la présence du couloir rhodanien qui drainait un trafic marchand à la fois fluvial et routier. Les concentrations péagères rendent compte assez clairement des espaces nodulaires où s’articulaient différents courants d’échanges. L’interconnexion entre la Loire et la Seine par les canaux d’Orléans et de Briare est particulièrement mise en évidence. De même le Maine-et-Loire, où confluent la Loire et plusieurs de ses affluents principaux (la Maine et la Vienne), concentrait un nombre important de péages. La Saône-et-Loire constituait également le carrefour de l’axe rhodanien et de la liaison terrestre qui permettait de rejoindre la Loire à Digoin et à Roanne. La superposition de la carte des péages avec celle du réseau des voies de communication trouve toutefois ses limites avec l’extraordinaire densité de péages observable dans le département des Landes ; cette région, en effet, n’était desservie par aucune voie d’eau d’envergure et n’était pas pourvue d’un réseau routier particulièrement dense. L’ambiguïté de ces résultats tient évidemment au fait que la répartition des péages traduit moins un mode d’organisation économique de l’espace, qu’un ensemble de réalités sociales. C’est aussi que les péages se sont fixés pour la plupart à l’époque féodale, où les transports étaient peu développés.

16Si l’on étudie à présent les densités péagères non pas à l’échelle d’une surface mais sur un trajet linéaire, on se rapproche de la façon dont les hommes du xviiie siècle percevaient le péage dans la mesure où ils ne connaissaient que ceux qu’ils étaient amenés à acquitter sur un itinéraire donné plus ou moins long. Le tracé naturel des cours d’eau se prête volontiers à ce genre d’étude qui consiste à suivre le fil des péages sur un même trajet.

Carte 3. BASSIN DE LA GARONNE et des fleuves côtiers du golfe de Gascogne.

Carte 3. BASSIN DE LA GARONNE et des fleuves côtiers du golfe de Gascogne.

Carte 4. BASSIN DU RHÔNE et des fleuves côtiers méditerranéens

Carte 4. BASSIN DU RHÔNE et des fleuves côtiers méditerranéens

Carte 5. BASSIN DE LA LOIRE et des fleuves côtiers de Bretagne et Vendée

Carte 5. BASSIN DE LA LOIRE et des fleuves côtiers de Bretagne et Vendée

Cartes 6. BASSIN DE LA SEINE et des fleuves côtiers normands

Cartes 6. BASSIN DE LA SEINE et des fleuves côtiers normands

Carte 7. BASSIN DU RHIN et des fleuves côtiers du Nord et de Picardie

Carte 7. BASSIN DU RHIN et des fleuves côtiers du Nord et de Picardie

Carte 8 PRODUIT MOYEN DES PÉAGES DE LA LOIRE

Carte 8 PRODUIT MOYEN DES PÉAGES DE LA LOIRE

Carte 9. PRODUIT MOYEN DES PÉAGES DU RHÔNE ET DE LA SAÔNE

Carte 9. PRODUIT MOYEN DES PÉAGES DU RHÔNE ET DE LA SAÔNE
  • 12 A.N., H4 3190. Aperçu des produits du péage de Mornas perçu au Paty appartenant à sa Sainteté.
  • 13 Jérôme de La Lande, Des canaux de navigation et spécialement du canal de Languedoc, Paris, Veuve D (...)

17Cette analyse de la géographie des droits fluviaux s’impose d’autant plus que les contemporains étaient persuadés qu’ils étaient plus nombreux : « il y a sans doute moins de péages à payer par terre que par eau »12, affirmait-on ; de La Lande reprochait de même aux péages d’encombrer « plus les rivières que les sables et les moulins »13. Il serait inutile de répertorier toutes les occurrences de ce topos dans la littérature économique et le discours politique de l’époque. Cette opinion communément répandue d’un surnombre des péages de rivière est en effet une chimère tenace qui n’est fondée sur aucune observation tangible. Simplement ces droits étaient ressentis comme une gêne plus importante, parce que les voituriers ne pouvaient quitter le fil du courant et échapper à la perception, alors que sur route, les rouliers avaient plus de facilités pour contourner les péages onéreux.

  • 14 Le nombre des péages diffère selon les états et l’avancement du travail de la commission ; A.N., H(...)
  • 15 A.N., H4 29673. Lettre de Jean Baillon, intendant de Lyon (25 août 1764).
  • 16 A.N., H4 3190.
  • 17 A.N., F12 15121. Liste des droits qui se perçoivent depuis son embouchure jusqu’à Saint-Rambert (1 (...)
  • 18 A.N., H4 2940.

18Il est vrai néanmoins que les péages s’étaient fixés très tôt sur les principales artères fluviales qui, parce qu’elles drainaient alors l’essentiel de la circulation marchande, avaient suscité immanquablement la convoitise fiscale des seigneurs riverains. Au xviiie siècle encore, le nombre des péages perçus sur les rivières témoigne de cette prépondérance commerciale de la voie d’eau. Tous les cours d’eau navigables étaient corsetés de péages et le moindre filet d’eau était l’occasion d’une perception. Le Rhône et la Loire étaient sans conteste les deux fleuves les plus encombrés de droits. Une cinquantaine de péages s’égrenaient le long du Rhône, depuis Seyssel où le fleuve devenait navigable jusqu’au delta14. Les contemporains étaient conscients de l’extraordinaire densité des péages sur cet axe : « les péages y sont multipliés au point que depuis Givors, 4 lieues au-dessous de Lyon jusqu’à Tarascon en Provence, c’est-à-dire sur la longueur d’environ 50 lieues les bateaux payent 35 péages, et sont obligés de s’arrêter pour le payement à 13 bureaux différents »15. Pour le seul tronçon Lyon-Avignon, on ne comptait pas moins d’un péage toutes les 1,16 lieues16. Si on lui adjoint la Saône et sa vingtaine de péages, l’axe rhodanien apparaît sans conteste comme la voie la plus lourdement chargée de droits. La Loire, qui ne portait pas moins de 45 droits depuis Saint-Rambert jusqu’à Nantes, se place juste après17 : sur les 48 lieues qui séparent Roanne d’Orléans, 27 péages jalonnaient le voyage « en sorte que de 4 lieues en 4 lieues, les mariniers sont obligés de se détourner pour y aborder et payer les droits »18. Seule la Seine semble relativement moins chargée de péages que les autres artères fluviales. Cette situation paraît d’autant plus exceptionnelle quand on connaît le dynamisme commercial de ce fleuve. La proximité du pouvoir central, et la puissance du Bureau de la Ville de Paris qui contrôlait étroitement la circulation marchande, expliquent sans doute cette relative modération péagère. Les affluents de la Seine, en revanche, apparaissent relativement plus chargés de péages.

  • 19 A.N., H4 29663. Aux douze droits perçus au tablier de la prévôté supprimés par la commission, il f (...)
  • 20 Cf. A.N., H4 3190. Mémoire relatif à tous les droits de péages qui se perçoivent en la ville de Ma (...)

19La densité des péages était variable selon le tronçon du cours d’eau : même s’ils s’étiraient sur tout le cours navigable, ils étaient en général plus nombreux et plus diversifiés à l’aval, où le commerce était plus actif, car l’ouverture du bassin fluvial sur l’extérieur par un port fluvio-maritime y drainait toutes les productions de la vallée vers l’embouchure. Une vingtaine de péages était ainsi perçue au tablier de la prévôté de Nantes19. De même sur le Rhône, alors que 9 péages seulement se percevaient en amont de Lyon, 45 ponctuaient la navigation de Lyon à Arles. Ces concentrations péagères révèlent une contradiction évidente entre la finalité du droit et sa géographie : les droits étaient plus nombreux à l’aval où la navigation était plus facile, alors que c’est précisément à l’amont que les frais d’entretien étaient les plus coûteux. La Seine fait encore ici figure d’exception dans la mesure où la densité des droits est bien plus élevée en amont de la capitale. Ce déséquilibre de la géographie péagère se calque sur le partage du Bassin de la Seine en deux sphères économiques distinctes ; le fleuve en amont de Paris, prolongé par ses affluents – l’Yonne et la Marne principalement – et les canaux, drainait en effet l’essentiel de l’approvisionnement parisien. La géographie des péages séquaniens souligne également la bipartition des sphères d’influence économique sur la Seine. Mantes, qui représentait la limite de l’autorité du prévôt des marchands de Paris, était le lieu d’une concentration péagère exceptionnelle, avec pas moins d’une vingtaine de droits20.

  • 21 Lettre de Colbert à l’intendant de Limoges (1683), citée par Marcel Marion, Dictionnaire des insti (...)
  • 22 Archives parlementaires, IV, p. 604, cahiers de doléances de la paroisse de Luzarches.
  • 23 A.N., H4 31221. Il s’agit des péages de Sathonay, Mionnay, Saint-André, Villars-les-Dombes et Sain (...)
  • 24 A.N., H4 2944. Mémoire.

20S’il est relativement aisé de reconstituer la géographie des péages par eau, l’entreprise s’avère bien plus ardue pour un grand nombre de droits terrestres parfois perçus dans des lieux-dits aujourd’hui très difficiles à identifier. De plus, nombre d’entre eux étaient situés sur un réseau de chemins vicinaux qu’il est quasiment impossible de reconstituer. La représentation cartographique de ces péages n’aurait d’ailleurs guère d’intérêt, sauf dans une perspective de pure érudition. Alors que sur un cours d’eau, le trafic est canalisé sur un axe sans pouvoir en dévier, sur route, en revanche, il peut divaguer au hasard des chemins de traverse et emprunter des itinéraires qui peuvent changer d’un trajet à l’autre. La circulation routière était libre de combiner des portions de chemins, et d’improviser ses itinéraires au gré des circonstances et des livraisons. La multiplicité potentielle des cheminements ne nous permettrait pas de relier les points de péage dans un réseau de circulation. Pour apprécier les densités péagères, il faut donc se contenter des mentions éparses qui nous renseignent sur un trajet routier donné. En 1683, par exemple, l’intendant de Limoges, Le Bret, se plaignait des 17 à 18 péages qui attendait les marchandises venant du haut Limousin au chef-lieu de la généralité dans l’espace d’à peine 16 lieues21. Sur le chemin de Saint-Denis à Clermont-en-Beauvaisis, soit une longueur de 12 lieues, il ne se percevait pas moins de 6 péages dont 3,5 appartenaient au même propriétaire22. Un voiturier se plaignait également des 5 péages perçus sur la route de Lyon à Bourg-en-Bresse pour une distance de 61 km23. Un autre avait dû s’arrêter à trois reprises en un quart de lieue sur le grand chemin de Grigny à Sainte-Colombe, pour acquitter les péages de Givors, la Tour-de-Bans et Berta-devant-Grigny24.

21Même si elle présente une certaine pertinence, la relation déterministe entre la répartition géographique des droits et le réseau des transports intérieurs est insuffisante pour rendre compte de la géographie du phénomène péager. Celle-ci obéit en effet surtout à des contraintes sociales et foncières. Ce n’est qu’à une échelle plus réduite que le péage réussit à articuler deux conceptions de l’espace, l’espace dynamique de la circulation marchande et la géographie statique des propriétés seigneuriales.

II. DROITS ET LIEUX

22L’espace des péages, en reproduisant la mosaïque de territoires et de lieux qui ressortissaient à des propriétaires et à des autorités multiples, combine au xviiie siècle un enchevêtrement de droits. Le temps a façonné cet espace, héritage feuilleté de multiples variables historiques, géographiques et économiques, sédimentées avec les siècles. La dissémination spatiale des péages tient surtout à la structure de la propriété seigneuriale. L’exercice de ce droit se fonde en effet sur un territoire qui marque l’étendue de son exigibilité.

A. PÉAGE ET PÉAGERIE

  • 25 A.N., H4 3173.
  • 26 A.N., H4 3174.

23On se représente le plus souvent le péage comme un point de perception déterminé, situé sur un pont, à un carrefour, etc. Certains droits, parce qu’ils avaient été dissociés de la seigneurie à laquelle ils étaient attachés à l’origine, vendus ou affermés séparément, se limitaient effectivement au seul lieu ponctuel de leur perception : le péage de Donchery avait ainsi évolué indépendamment de la seigneurie à laquelle il avait été originellement attaché. Le prieur de Donchery avait conservé la propriété du péage alors que la seigneurie et le droit de justice avaient été vendus à la ville en 1563 par l’abbaye de Saint-Médard25. Inversement, à cause des démembrements successifs, plusieurs péages avaient fini par se percevoir sur la même terre. C’est le cas notamment pour les péages de Nanteuil-le-Haudouin et de Levignen qui relevaient de deux terres distraites naguère du duché de Valois26.

24Cependant, hormis quelques cas de ce type, le péage était généralement exigible sur l’ensemble du territoire d’une seigneurie ou de la juridiction d’une ville. Même si la perception ne se faisait qu’à un endroit, le droit était bel et bien dû dès lors que le voiturier pénétrait dans les limites de la seigneurie. Les coutumes insistaient d’ailleurs sur cette extension zonale du péage : celle de Saint-Sever distinguait le droit qui en soi était dû dans toute la seigneurie, du bureau où se faisaient la déclaration de la marchandise et le paiement. De même, la coutume d’Anjou autorisait les seigneurs locaux à percevoir des péages sur les marchandises « trépassées par les détroits et passages de leur seigneurie » (art. 49) et « par et outre le corps de la châtellenie » (art. 51). Le périmètre fiscal du péage correspondait en fait au ressort de la haute-justice qui comprenait l’exercice de la voirie et de sa police. On retrouve la même configuration spatiale pour les péages urbains, perçus non seulement aux différentes portes de la ville mais également sur le territoire environnant de la cité.

  • 27 A.N., H4 3178. Lettre de Guyenot (juin 1785).
  • 28 A.N., H4 3119. Copie d’une sentence rendue par le bailli de Dammartin (14 août 1679).

25Cette circonscription péagère, communément appelée « péagerie » ou « coustumerie », faisait parfois l’objet d’une description minutieuse dans les tarifs. La péagerie de Levignen s’étendait « depuis l’orme Saint-Ladre de Crépy jusqu’au ru de Betz et la longitude se mesure par le travers du Duché de Valois »27. À Dammartin, le tarif décrit ainsi une cartographie, complexe et familière à la fois, du périmètre fiscal du comté dans lequel le droit était exigible : « ledit travers est circonvenu au lieudit de Pommerel, entre les haies de Lessart et la ville de Marchemorel et ce qui passe entre ledit Pommerel du côté vers Marchemorel et du travers de Saint-Pathus et ce qui passe par deçà ledit Pommerel au côté devers ledit Lessart et du travers de Dammartin ; Item et vient ledit travers par le tout des bois de Lessart en tirant au ru de Rouvres, en venant droit à la maison de la Barre de Rouvres en allant selon le ru des Planches jusqu’au pont d’Ève et dudit pont en allant par Ponteux au bois de Ver jusqu’au chêne, que l’on dit le chesne de Senlis à l’entrée du bois de Saint-Nicolas : dudit chêne en tirant au coin de Beaumarchais selon le grand chemin proche Saint-Souplix du ru qui vient de Fecquepaix, en allant droit à la grange de Saint-Lazare de Dammartin et dévalant au haut du vivier de Gouelle, droit à la grange de Saint-Lazare de Dammartin et dévallant au bout dudit vivier, droit à la fontaine l’Hermitte au bout du bois de Moucy le vieil ; Item de laditte ferme en allant tout droit au bout de Moucy le vieil du côté de Dammartin jusqu’au pont de Villeneuve et allant droit aux vignes de Villeneuve au-dessus du Moulin des Besches, en allant droit au gué Thieux en venant dudit gué, droit au bout de Juilly, en tirant par derrière la ville tout droit au lieu que l’on dit les détroits de Juilly : Item des détroits de Juilly, en allant au four des Vivantes et d’iceluy revenir au four de Montger, en venant tout droit devant la porte du Saint-Sepulchre, droit aux Platrières de Marchemorel, en tirant tout droit au lieu que l’on dit le Pommerel ; Item si aucun passe par dedans ledit travers, le traversier le peut poursuivre jusque dans les portes de Paris en revenant, tout autour jusque au pont de Lagny, jusqu’au pont de Meaux, jusqu’à Acy en Mulcyen, jusqu’à Crépy-en-Valois, jusqu’au pont Perrin à l’entrée de Senlis, jusqu’à la maladrerie de Lusarches et jusque à la sentière de Saint-Denis et peut tout faire arrêter par la justice des lieux et ramener et faire revenir à Dammartin, pour payer et amender le travers emporté ; Item pour quiconque passe le travers de Saint-Pathus à revenir et passer ledit travers de Dammartin, ne doit rien à Saint-Pathus ; mais il faut qu’il vienne acquitter à Dammartin »28.

  • 29 Marcel Delafosse, « Registres de péage et actes notariés concernant la navigation de la Seine », H (...)

26Cette description minutieuse semble quadriller l’espace qui circonscrit la perception du péage. Pour donner aux redevables les moyens de reconnaître l’étendue du périmètre fiscal, le discours les guide dans un parcours jalonné de références qui s’ordonnent selon une représentation descriptive. Ce sont fréquemment des données topographiques et des éléments du paysage qui permettent de matérialiser les limites de la péagerie, tels que des arbres isolés, des haies d’épines, des bornes ou des croix qui s’ajoutent aux jalons naturels, et par eau, des ouvrages utiles à la navigation ou tout autre repère aisément identifiable depuis la rivière. À la Roche-Guyon, c’est un obélisque de 21 pieds de haut, portant les armes de la famille des La Rochefoucault, qui marquait la limite de l’acquit des droits29.

  • 30 A.N., H4 3131. Journal des observations faites par Symonet (art. 4) : « De la prairie du banc de S (...)
  • 31 La coutume d’Anjou (art. 52) donne ainsi une définition du mot « branche » qui correspond à cette (...)

27Quand il n’y avait qu’un bureau de perception, le voiturier était tenu en principe de se dérouter pour venir y acquitter le droit, dans la mesure où le péage était exigible sur le territoire entier de la seigneurie. Pour peu que celui-ci fût étendu, on tolérait parfois que les voituriers qui ne faisaient que passer aux marges du périmètre fiscal acquittent un droit réduit30. Le plus souvent toutefois, on avait aménagé plusieurs bureaux de perception sur les principaux axes de circulation qui sillonnaient la seigneurie, et, une fois que le droit avait été perçu dans l’un d’eux, il n’était pas dû dans les autres31. À l’origine, le péage avait sans doute été levé à un point fixe, mais peu à peu les marchands avaient abandonné le tracé de la route principale, pour contourner à travers champs le poste de perception. Le recouvrement du péage avait su s’adapter à ces nouveaux itinéraires, en essaimant des bureaux disposés en étoile sur les principaux chemins de la seigneurie, afin de resserrer les mailles du filet fiscal et de juguler autant que possible l’évasion du trafic.

B. LES STRATÉGIES DE L’EMPLACEMENT

28Si la distribution géographique des péages tient moins à des considérations physiques et à l’organisation des transports qu’à la structure de la propriété foncière, la localisation particulière des bureaux de perception, à l’intérieur de chaque péagerie, obéit quant à elle à des contraintes économiques autant que géographiques. Elle est soumise à des remaniements circonstanciels pour s’ajuster à l’évolution de l’espace commercial et des axes de circulation. C’est la raison pour laquelle la situation précise des péages est parfois difficile à établir, car elle pouvait varier dans le temps.

  • 32 Cf. Pierre Duparc, op. cit., pp. 145-188.
  • 33 Cf. Vital Chomel et Jean Ebersolt, Cinq siècles de circulation intérieure vue de Jougne (Un péage (...)
  • 34 A.N., H4 3122.

29Il va de soi que les fermiers recherchaient d’abord les conditions géographiques les meilleures pour lever les droits, et profitaient notamment des contraintes naturelles de l’espace. Les péages étaient nombreux à quelques passages stratégiques, imposés par les facteurs physiques de la circulation. Les obstacles à franchir, tels que les cols, les seuils géographiques, les escarpements rocheux ou encore les ponts, en resserrant le trafic à des points de passages obligés, facilitaient le contrôle et permettaient une perception optimale du péage. Le péage de Montmélian sur la route du Mont-Cenis, par exemple, se situait au débouché d’une cluse préalpine et à un croisement de routes32. On observe cette même complicité avec la nature pour le péage de Jougne, dans le couloir jurassien de la Cluse, qui canalise le trafic et empêche tous les déplacements latéraux33. Par eau, les péages se plaçaient souvent à des endroits difficiles pour la navigation : un pertuis à ouvrir, des îles qui resserraient le chenal, l’approche de rapides qui contraignaient les voituriers à transborder une partie de la cargaison sur des allèges, l’étroitesse d’un « pas », etc. Ces points de passage délicats et rétrécis constituaient autant de barrières naturelles qui, parce qu’elles contraignaient la circulation à ralentir, facilitaient la surveillance. Sur l’Yonne et la Seine, par exemple, plusieurs droits se greffaient, en amont, sur les nombreux pertuis qui rendaient possible la navigation ; à la hauteur de Melun, la rive s’incurvait et une île resserrait le chenal navigable ; en aval de Paris, les droits jouaient de l’irrégularité du lit pour s’établir dans les méandres et entre les îles qui se succédaient entre Saint-Denis et Mantes. On ne peut toutefois en déduire que les péages ne se nichaient que dans les endroits difficiles pour la circulation. La perception s’accommodait également des facilités que la nature pouvait accorder. Les rives concaves où la profondeur de l’eau permettait un abordage facile étaient les lieux les plus propices à l’établissement de la perception d’un droit. On déplaça ainsi le bureau du péage par eau de Jaulzy à la Mothe, distants d’une lieue, parce qu’il y avait dans ce village un port où les bateaux pouvaient accoster tant à la montée qu’à la descente, alors qu’à Jaulzy les mariniers passaient le plus souvent sans pouvoir ou sans vouloir s’arrêter à cause de la rapidité du courant. Cette translation avait le double avantage de ne pas gêner la circulation et de servir les intérêts du propriétaire, qui déplorait ainsi moins de fraude34.

  • 35 A.N., H4 3155.
  • 36 A.N., H4 3162, n° 1031. Mémoire pour M. le duc de Bouillon.
  • 37 A.P.M., E 26.

30La présence de péages est liée non seulement à des sites favorables, mais aussi à des situations propices à la perception d’une taxe sur la circulation marchande : le péage se greffait de préférence sur les axes de la seigneurie où la circulation était la plus intense. C’est pour de telles raisons d’efficacité fiscale, que celui de Nangis était perçu non pas dans la bourgade proprement dite, mais à cent toises environ de celle-ci, à la croix Bastien-Guyot sur la route de Paris à Troyes35. De même, parce que le péage que le duc de Bouillon faisait lever à Durance, un hameau isolé, ne rapportait qu’une somme modique, la perception fut déplacée à Tilhet et Boussies où passaient les deux routes les plus fréquentées de la baronnie36. Pour en accroître la rentabilité, les bureaux de perception étaient rarement isolés en rase campagne. Derrière la logique fiscale de ces choix, peuvent également se dissimuler d’autres motifs plus personnels : la perception des péages de Bron et de Charmant, par exemple, ne se faisait pas à ces deux endroits parce qu’étant à l’écart des principaux axes de passages, les receveurs craignaient d’y être « dénués de tous secours et par conséquent exposés aux insultes des charretiers et des muletiers »37.

  • 38 A.N., H4 30242.
  • 39 A.N., H4 3139, n° 1144. Brouillon des motifs de conclusions.
  • 40 A.N., H4 3162, n° 1031. Bail du péage et du cabaret de Pompey (1735).
  • 41 Cf. Catherine Lonchambon, Les Bacs de la Durance du Moyen Âge au xixe siècle, thèse, Université d’ (...)

31Pour rentabiliser au mieux la perception et lutter efficacement contre la fraude, le bureau était situé de préférence aux croisements de chemins, aux carrefours de routes et à des confluences. Le bureau de Villers-Cotterêts avait été installé à la croisée des routes de Crépy à Soissons et de Soissons à Paris. Celui de Bron avait été judicieusement placé dans la commune de la Guillotière à l’intersection des deux routes qui reliaient respectivement la Provence et Grenoble, alors que le péage n’aurait taxé que le trafic de la seconde s’il avait été perçu à Bron même38. De même, le péage de Châteaubourg, qui ne concernait que le trafic montant, était perçu en amont de la confluence de l’Isère avec le Rhône, pour taxer ainsi deux courants de trafic39. Pour optimiser la perception du droit, les receveurs profitaient également des lieux de rupture de charge, comme la jonction d’une route avec une voie d’eau, où les marchandises quittaient un moyen de transport pour emprunter l’autre. Ils privilégiaient ainsi les ports où étaient déchargées les marchandises transportées par eau et celles qui étaient acheminées pour être embarquées sur des bateaux. Les ponts, situés à l’intersection des voies fluviales et terrestres, permettaient également de taxer les deux trafics croisés. En l’absence de pont, on tentait de trouver le meilleur emplacement pour installer le bureau deperception. À la Voulte par exemple, le bureau était placé dans une chaumière à égale distance du grand chemin et de la rivière. Dans le même but de rentabilité fiscale, les villes où s’articulaient les principaux courants d’échanges attiraient tout particulièrement les péages, qui se levaient à leurs portes. La volonté de contrôler au plus près la circulation marchande incitait parfois les receveurs à installer le bureau de perception à proximité des auberges où les voituriers étaient obligés de stationner pour la nuit avant de reprendre leur route. Le péage de la baronnie de Durance était perçu à Pompiey à côté d’une auberge, qui était d’ailleurs affermée conjointement au droit40. L’auberge située à proximité du péage de Sénas s’appelait pour cette raison le cabaret de la Péagière de Malespine41.

  • 42 A.N., H4 3133. Lettre de M. Béaunier (17 décembre 1784).
  • 43 Ibid. Bail de location d’une maison, jardins et dépendances aux Fourneaux (3 juillet 1785).
  • 44 Ibid. Lettre de M. Béaunier (5 juin 1788).

32À Melun, l’histoire du bureau de perception du péage par eau montre bien que l’emplacement de celui-ci était l’objet de toutes les attentions afin de maximiser le rendement du droit. Il avait été longtemps situé sur le bord de la rivière. À la mort du receveur Latour, sa veuve quitta ce logement pour un autre plus confortable mais plus éloigné de la Seine. Parce que depuis son nouveau bureau, elle ne pouvait plus surveiller avec autant de vigilance le trafic des bateaux, elle s’en remettait à un marinier posté sur le port. Et les voituriers profitaient de cette situation pour déclarer ce qu’ils voulaient, ou passer sans être inquiétés. Le nouveau receveur, M. Béaunier, soucieux de reprendre la perception en main, voulut rétablir le bureau à proximité de la Seine et du port en affirmant : « il est de toute nécessité qu’un bureau de péage par eau soit situé sur le bord de la rivière comme un péage par terre l’est sur un grande route. Il faut que des fenêtres, on puisse distinguer, compter et appeler les bateaux montant et descendant »42. Faute d’être parvenu à sous-louer un appartement dans la maison occupée autrefois par le couple Latour sur le port de Melun, il opta finalement pour une modeste bâtisse située aux Fourneaux. Elle avait l’avantage d’avoir « une cuisine éclairée d’une croisée au midi face à la rivière »43 depuis cette fenêtre, le receveur pouvait être à l’affût de tout ce qui passait sur la rivière, sans que rien ne lui échappe. L’emplacement et l’exposition de la maison des Fourneaux étaient même si favorables, que Béaunier s’inquiéta d’un éventuel déménagement quand, en 1788, M. Bureau exprima le désir de la récupérer44. Pour le receveur, il était primordial de conserver l’emplacement le plus favorable pour percevoir le droit dans le périmètre fiscal.

  • 45 A.N., H4 3115. Le bureau est placé à l’intersection des trois routes venant de Paris, de Cour-vill (...)

Localisation du bureau et de la pancarte du péage de Chartres45

Localisation du bureau et de la pancarte du péage de Chartres45
  • 46 A.N., H4 3191. Arrêt du Conseil (14 septembre 1745).

33Lorsque la perception du péage ne se faisait pas sur le lieu de son établissement, c’est que le fermier avait préféré déplacer le bureau dans un endroit plus commode. La perception du péage de Verberie fut ainsi transférée dans le détroit de Saint-Maxence où les bateaux pouvaient plus aisément se garer. De même, l’abbaye de Molaise et l’Hôtel-Dieu de Chalon-sur-Saône avaient été autorisés exceptionnellement à percevoir à Seurre leur péage de Chazelle, parce que « les frais d’établissement d’un bureau à Chazelle pour la perception du péage en absorberaient le produit »46. Le fait que le péage ne soit pas levé dans les limites de son territoire contribuait à compliquer davantage la géographie fiscale, d’autant que l’endroit où était perçu le péage avait pu varier dans le temps.

  • 47 A.N., H4 3121. Mémoire (mai 1787).
  • 48 A.N., H4 31201.

34S’ajoutant à la mobilité des points de péage, la perception de plusieurs droits dans un seul et même bureau introduisait un élément supplémentaire de confusion. En effet, plusieurs droits étaient souvent exigés au même endroit, pour éviter aux voituriers des arrêts répétés. Les propriétaires y trouvaient également leur compte, puisque le regroupement de plusieurs droits dans un même bureau coûtait moins cher en frais de perception. Ainsi quinze bureaux suffisaient à percevoir les trente-et-un péages situés entre Lyon et Avignon, dont sept seulement étaient levés à l’emplacement véritable du droit (Givors, Serrières, port de Sillon, Tournon, Valence, la Voulte et Roquemaure). Le risque était qu’avec le temps, les droits cumulés ne correspondent plus à des péages réellement franchis et deviennent invérifiables. Comble de complexité, la perception d’un même droit pouvait à l’inverse être répartie en plusieurs endroits. Après avoir beaucoup varié au cours des siècles, la perception de péages du Beaujolais – comprenant les droits de Montbellet, de Belleville, Chavagneux, La Marche, Bâgé et Montmerle – se faisait ainsi au xviiie siècle dans trois bureaux différents : à Mâcon, la perception du péage par eau de Montbellet et une partie de celui de Belleville était jointe à celle du péage de La Salle appartenant au chapitre de Saint-Vincent de Mâcon ; à Belleville, n’était perçu que le péage du même nom ; si les droits n’avaient pas été acquittés dans les deux bureaux précédents, ils l’étaient à Chalon en même temps que deux autres droits, ceux du marquis de Beringhen et de la ville47. La perception du péage d’Étoile était également dédoublée : le droit était exigé à Valence pour la descente, mais à Ancône pour la remontée48.

35La carte des droits de péages ne se superpose donc pas exactement à celle des lieux de perception. Les déplacements intempestifs, les regroupements occasionnels et l’éclatement des lieux de la perception compliquaient une géographie fiscale déjà éminemment complexe. Ils ont largement contribué à l’impopularité du péage, le redevable ne sachant pas toujours à quel titre il acquittait le droit.

III. LE LIEU DE LA PERCEPTION

36À l’échelle la plus réduite, celle du lieu de péage, la perception du droit avait façonné son espace propre, marqué par des signes de distinction qui reflètaient la qualité du propriétaire, et aménagé selon les exigences de la contrainte fiscale.

  • 49 A.N., H4 32071, n° 1872. Requête du comte de Courtomer (11 juillet 1743). Propriétaire du péage de (...)
  • 50 Georges Darney, La Ferté-sous-Jouarre, Paris, H. Champion, 1910, p. 187.
  • 51 A.N., H4 3169. Déclaration (31 janvier 1663), art. 3 : « tous propriétaires ou possesseurs d’aucun (...)
  • 52 A.N., H4 3162. Éclaircissements pris par M. l’intendant sur les droits de péage perçus par M. le d (...)

37De solides barrières ou de longues perches en bois, placées en travers de la route et fermées par une chaîne cadenassée, signalaient au voiturier l’obligation de s’arrêter pour acquitter le droit49. À la Ferté-sous-Jouarre, les concessionnaires du péage firent même installer une grille en fer à l’entrée du pont pour contraindre les passants à acquitter le droit50. Le lieu de perception se matérialisait aussi dans l’espace par un poteau planté sur la rive ou le bord du chemin, sur lequel était fixée une pancarte et le tarif des droits à acquitter. Toute la législation en matière de péage, de l’ordonnance d’Orléans de 1560 à l’ordonnance des Eaux et Forêts d’août 1669, en passant par la Déclaration de janvier 166351, avait rappelé inlassablement aux propriétaires l’obligation d’afficher le tarif de leur péage. Ses prescriptions étaient sans cesse renouvelées, preuve qu’elles étaient peu ou pas respectées. Le plus souvent pourtant, malgré les injonctions répétées de la monarchie depuis des siècles, il n’y avait aucune pancarte – soit qu’il n’y en ait jamais eu, soit que, comme au péage de Verneuil, la pancarte ait été dans un état de délabrement tel qu’elle soit tombée un jour sans avoir été jamais remplacée52, soit encore qu’elle pâtisse régulièrement de malveillances.

  • 53 A.N., H4 3122.
  • 54 A.N., H4 3114. Ordonnance du juge sénéchal de la seigneurie de Coulon (1er août 1730).

38La pancarte avait une fonction précise. Elle signalait aux voituriers qu’ils devaient suspendre leur voyage pour acquitter le péage ; elle était aussi pour eux la garantie que les droits qui leur seraient demandés n’étaient pas calculés abusivement, mais correspondaient à un tarif légal. Comme la pancarte indiquait l’emplacement du bureau, on la déplaçait quand on transférait la perception à un autre endroit. On racheta ainsi 12 livres le poteau que la veuve Fauvel avait fait planter à ses frais à Jaulzy, pour le replanter devant la porte du nouveau bureau à la Mothe, distant d’une lieue53. Le receveur devait non seulement apposer le tarif à l’extérieur, sur le bord du chemin ou devant le bureau, mais était également tenu d’en afficher un autre exemplaire à l’intérieur, sur la porte d’entrée ou au-dessus de celle-ci. Le juge sénéchal de la seigneurie de Coulon ordonna ainsi que la pancarte soit affichée « au-dessus de la porte et principale entrée de la maison dite de la coutume de Coulon »54.

  • 55 A.N., H4 32171, n° 2363. Procès-verbal des habitants (3 mai 1743) concernant le péage de Saint-Bér (...)
  • 56 A.N., H4 32201, n° 2120. Acte de notoriété publique (1er juillet 1741) : la pancarte du péage de M (...)
  • 57 A.N., H4 32171, n° 349. Procès-verbal (10 juillet 1745). C’est le cas également au péage de Fonsom (...)
  • 58 A.N., H4 3169.
  • 59 A.N., H4 32171, n° 2363. Procès-verbal (3 mai 1743) : « sur laquelle feuille est écrit et rapporté (...)

39Le terme de « pancarte » désignait à la fois l’écriteau sur lequel était placardé le tarif, et le tarif proprement dit. En Beaujolais, un terme spécifique servait cependant à la désigner : on parlait, en effet, de « carcabeau » ou de « carcabel »55. Fixée sur un poteau, la pancarte était le plus souvent en métal, fer blanc ou cuivre56. Plus rarement, il pouvait s’agir, comme au péage de Roquemartine10, d’une vulgaire planche de bois attachée à une branche d’arbre57. Les articles du tarif y étaient gravés ou peints en gros caractères. Ailleurs, on pouvait trouver un panneau en bois sur lequel était placardé un exemplaire imprimé du tarif. Ainsi au péage de Melun, des copies collationnées d’un tarif établi en 1368 étaient « dans une armoire enclavée en un poteau posé sur le pont »58. Les armes du propriétaire ou celles du roi, quand le droit était domanial, étaient parfois représentées dans la partie supérieure du tarif59.

  • 60 A.N., H4 32171.

Pancarte du péage de Roquemartine60

Pancarte du péage de Roquemartine60
  • 61 Ibid.
  • 62 A.N., H4 3155. Mesures de la pancarte de Nangis.
  • 63 A.N., H4 3212, n° 420. Le tarif y était « gravé en lettres gothiques et en 3 colonnes sur une feui (...)
  • 64 A.N., H4 32171. Procès-verbal des habitants (3 mai 1743).
  • 65 A.N., H4 3171. Procès-verbal (3 avril 1715).

40Les dimensions de ces pancartes qui jalonnaient la route ou la rive étaient très variables. Celle de Saint-Bérain était « de la grosseur d’environ 2 pieds 4 pouces »61. À Nangis, elle ne mesurait qu’un pied 11 pouces 4 lignes de hauteur et 1 pied 7 pouces 9 lignes de largeur62. Celle de Picquigny avait des dimensions semblables63. Les tarifs devaient être placés à une hauteur raisonnable, pour permettre aux voituriers de les voir et de les lire aisément. Le « carcabeau » de Saint-Bérain était fixé à une hauteur d’environ sept pieds64. À Mirebeau, la pancarte était placée à l’extrémité d’un poteau « élevé de 9 pieds hors de terre »65.

  • 66 A.N., H4 32182, n° 1191.
  • 67 A.N., H4 3171. Procès-verbal (3 avril 1715).
  • 68 A.N., H4 3185. Procès-verbal (3 novembre 1736).

41De même, pour remplir pleinement sa fonction proleptique qui était d’annoncer la perception imminente d’un péage, le tarif devait être placé bien en évidence de façon à être immédiatement visible par les voituriers. La pancarte du péage de Niederroderen était ainsi juchée à la sortie du village sur une petite éminence à proximité du pont66. Pour les péages par eau, elle devait être visible depuis le cours de la rivière, mais à une distance suffisante pour ne pas gêner le halage. À Mirebeau, elle était placée « à environ quatre pieds du bord de la rivière de Baize au passage dudit quai joignant le grand chemin »67. Celle du péage de Saint-Symphorien-d’Ozon, plantée à quinze toises du fleuve, fut, en 1736, reculée pour cette raison de six toises68.

  • 69 Jean Girard, Les Péages fluviaux de la Saône. Un exemple de lutte de l’État pour rentrer en posses (...)
  • 70 A.D. Seine-Maritime, C 861. Procès-verbal de M. Roques (23 février 1772) : « cet écriteau est effa (...)
  • 71 A.N., H4 2953.
  • 72 A.N., H4 3124. Quittance (26 mars 1788) de 1 l. 10 s. au peintre Valleux.
  • 73 A.N., H4 32171, n° 2372. Procès-verbal des réparations au pont de Clairon sur la rivière de la Lou (...)
  • 74 A.D. Seine-Maritime, C 861.
  • 75 A.N., H4 3177. Lettre de M. Logette (2 mai 1788).

42Les pancartes étaient souvent en mauvais état, rongées par le temps et abîmées par les intempéries. Un procès-verbal, en date du 9 avril 1734, en témoigne pour le péage de Scey-sur-Saône : « il paraît que l’écrit dudit placard étant usé par l’ancienneté, il ne laissait pas encore d’être lisible, sauf le milliaire (...) auquel on ne reconnaissait que le 2 qui était le dernier chiffre, les trois premiers étant totalement effacés »69. L’écriteau de cuivre planté à l’entrée du pont de Roncheville était entièrement piqué et corrodé70, et le tarif de Serrières se résumait à un parchemin déchiré et partiellement effacé71. La dégradation était telle que sur les pancartes des trois bureaux de son péage de Melun, le duc de Praslin avait dû faire repeindre le tarif devenu illisible72. Pour résister aux injures du temps, le propriétaire décidait parfois de faire graver le tarif de son droit non pas sur une frêle pancarte, mais sur d’autres supports, tels qu’une arche du pont ou une borne en pierre73. À la Roche-Guyon, par exemple, le tarif était incrusté en lettres blanches sur un bloc de marbre noir posé devant le bureau74, et celui du péage de Nemours était gravé sur le mur d’une maison voisine à proximité de la route de Bray75. Ces pancartes de pierre avaient l’insigne avantage d’être bien moins fragiles que les autres. Il était par ailleurs bien plus difficile de les subtiliser.

  • 76 76. A.P.M., E 39 ; A.N., H4 2939. Arrêt du Conseil (27 décembre 1771). À Trévoux, c’est également (...)

43Le péage suppose également un lieu pour percevoir les droits. Parfois, un véritable bureau avait été spécialement aménagé à cette fin. Le plus souvent, cependant, une maison sans fonction particulière, située à proximité du passage assujetti au droit, faisait l’affaire. Aux portes des villes et pour peu que le receveur ait une autre activité, c’était souvent son échoppe qui faisait office de bureau. Ainsi les voituriers venaient acquitter le droit des grandes gabelles de Romans dans une boutique de la porte de Jacquemart76. Il importait surtout au receveur d’occuper une situation stratégique pour contrôler au mieux le trafic.

  • 77 Cf. Jacques Ungerer, Le Pont du Rhin à Strasbourg du xive siècle à la Révolution, Paris, F.-X. le (...)
  • 78 A.N., H4 3122. Mémoires des ouvrages de menuiserie et de vitrerie faits au bureau du péage (1er ju (...)
  • 79 A.N., MC XCVI / 237. Inventaire après décès (26 mars 1715).
  • 80 On retrouve cette table munie d’un tiroir dans presque tous les bureaux de recette. À Nangis, en p (...)
  • 81 A.D. Seine-Maritime, L 1074 ; A.N., H4 3124. Quittance pour la réparation du poêle.
  • 82 A.N., MC XCVI / 237. Inventaire après décès (26 mars 1715).
  • 83 A.N., H4 3122. Mémoire des ouvrages de menuiserie. Il en coûta 2 livres tant pour le bois que pour (...)
  • 84 A.N., H4 3124. Instructions (19 avril 1785) : « Il est nécessaire d’acheter quatre rouleaux de pap (...)
  • 85 A.N., H4 3124. En 1785, un réverbère fut acheté 12 livres avec 17 mèches (17 sols) pour le péage d (...)

44L’intérieur de quelques bureaux de perception ne nous est connu que par de brèves allusions et des quittances de travaux. À Strasbourg, l’ancien bureau, situé sur une arche du pont, consistait en une modeste maison de bois construite à même la route qui la traversait en son milieu. De part et d’autre étaient disposées trois pièces qui servaient tant à la perception du péage qu’au logement des receveurs77. Généralement, seule une pièce au rez-de-chaussée servait de bureau de perception. À Dammartin, elle s’ouvrait par exemple sur la grande rue pour tenir boutique en face de la halle. À Nanteuil-le-Haudouin, on installa une porte vitrée qui permettait de voir ce qui passait devant le bureau78. Au pont du Pecq cependant, le bureau de perception fut installé dans une chambre au premier étage, attenante à celle du commis, qui donnait à la fois sur la route de Saint-Germain, le pont et la rivière79. Le mobilier de la pièce, communément assez dépouillé, se limitait à une table ou un bureau garni d’un petit tiroir fermant à clé dans lequel le receveur rangeait son registre80, à un chandelier et à un poêle81. Dans la description sommaire du bureau du pont du Pecq, il est en outre fait mention de quatre tapis, de trois petites tablettes, de cinq petits tableaux dévots et de trois tabourets ployants, le tout estimé à 8 livres82. Au mur était affiché le tarif dans un cadre en bois, « de deux pieds de haut sur seize pouces de large orné de moulure et uns panaux par derrière de pareille hauteur sur la même largeur pour encadrer les droits de péage le tout en bois de chêne »83. Les bureaux de péages domaniaux – comme à Melun et à Dammartin – étaient parfois tapissés d’un papier à fond bleu parsemé de fleurs de lys84. Le reste de la maison servait de résidence au receveur et à sa famille. À l’extérieur du bureau était parfois installé un réverbère pour surveiller plus facilement les passages nocturnes85.

  • 86 A.N., H4 31302.

Maison de péage (page de titre du Traité des péages de M. Allemand86)

Maison de péage (page de titre du Traité des péages de M. Allemand86)

45La réalité du péage est donc indissociable d’une série d’espaces qui s’emboîtent les uns dans les autres, de l’espace national au lieu de perception. Pour restituer autant que possible la complexité du phénomène, il nous a fallu travailler à des échelles différentes et rétrécir progressivement le champ d’observation. On a pu constater ainsi que la géographie des droits de péage est dictée moins par la logique dynamique de la circulation marchande, que par l’espace statique et fragmenté des seigneuries. Or, avec la croissance des échanges au xviiie siècle, ces deux structurations de l’espace vont devenir totalement inconciliables. Les péages seront de plus en plus perçus comme des barrages physiques et des barrières idéologiques, matérialisant dans l’espace les contraintes mentales d’un modèle de société. La commission, tout en composant avec ce cloisonnement féodal, s’efforcera de réaménager la carte des péages pour l’ouvrir aux exigences commerciales.

Notes

1 Dictionnaire historique de la langue française, dir. A. Rey, Le Robert, 1995. Par métonymie, le terme « péage » désigne l’endroit où l’on paie le droit (sens attesté en 1694).

2 Cf. Lucien Merlet, Dictionnaire topographique du département d’Eure-et-Loir, Paris, Imp. impériale, 1861, pp. 138-139. Le fief du Péage, attesté depuis le xiie siècle, relevait du duché de Chartres et ressortissait pour la justice au bailliage de cette ville.

3 Cf. Herbert George Fordham, Les Routes de France. Étude bibliographique sur les cartes routières et les itinéraires et guides routiers de France, Paris, H. Champion, 1929 ; et « La cartographie des routes de France au xviiie siècle », extrait du Bulletin de la section de géographie, 1925, Paris, Imp. nat., 1926, 22 p. ; Guy Arbellot, « La grande mutation des routes de France au milieu du xviiie siècle », Annales ESC, 1973, 28 (3), pp. 775-786.

4 Sur les 65 volumes de cette collection de cartes qui couvrent 22 généralités, on indique parfois la présence de péages. A.N., CP F14 bis / 8443, Compiègne 1, Pl. 1 : barrage Saint-Brice et Pl. 2 : barrage de Saint-Denis. On retrouve ce droit sur la planche 56, Compiègne 2, F14 bis / 8444.

5 A.N., H4 31302. Tableau général contenant la récapitulation générale du nombre des péages de France divisé par généralité et chaque généralité par ses différentes classes.

6 A.N., H4 3177, n° 2484. Motifs de conclusions : « Les péages de Château-Landon et des lieux en dépendant n’en font qu’un, c’est-à-dire que le droit ne doit être payé qu’une seule fois pour raison de la même marchandise ».

7 Cf. George T. Matthews, The Royal General Farms in 18th-century France, New-York, Columbia University press, 1958, p. 137.

8 A.N., H4 29673. État des droits perçus dans la généralité de Lille qui ont été déclarés non sujets à la vérification ordonnée par arrêt du Conseil du 29 août 1724. De même, le droit perçu comme péage à Famars sur le chemin de Cambray à Mons ne figure pas dans le recensement final effectué par Guyenot (H4 29682).

9 Moreau de Saint-Péravy, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue, éd. par Blanche Maurel et Étienne Taillemite, Paris, Société française d’histoire d’Outre-Mer, 1984, t. 1, pp. 448-454.

10 Cf. Annie Brives-Hollander, « Les relations commerciales entre une vallée française et une vallée espagnole des Pyrénées au xviie siècle : le cahier de péage de Torla (1642) », Annales du Midi, 1984, t. 96, n° 167, pp. 253-272 ; et Pierre Duparc, « Un péage savoyard sur la route du Mont-Cenis aux xiiie et xive siècles : Montmélian », Bulletin philologique et historique, 1960, t. 1, pp. 145-188.

11 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle et des arts et métiers, Copenhague, frères C. et A. Philibert, 1759-1765, t. IV, p. 92.

12 A.N., H4 3190. Aperçu des produits du péage de Mornas perçu au Paty appartenant à sa Sainteté.

13 Jérôme de La Lande, Des canaux de navigation et spécialement du canal de Languedoc, Paris, Veuve Desaint, 1778 ; fac.-similé, APAMP-Euroapping, Toulouse-Grenoble, 1996. p. 367.

14 Le nombre des péages diffère selon les états et l’avancement du travail de la commission ; A.N., H4 2965. Bureaux et ports où se perçoivent les droits dus aux 52 péages sur le Rhône de Lyon à la mer.

15 A.N., H4 29673. Lettre de Jean Baillon, intendant de Lyon (25 août 1764).

16 A.N., H4 3190.

17 A.N., F12 15121. Liste des droits qui se perçoivent depuis son embouchure jusqu’à Saint-Rambert (1787). Elle mentionne 75 droits, mais parmi ceux-ci figurent également des droits de traite.

18 A.N., H4 2940.

19 A.N., H4 29663. Aux douze droits perçus au tablier de la prévôté supprimés par la commission, il faut encore ajouter les droits de grandes et petites onzaines dont la perception a été défendue par l’intendant. Il y a encore les treize autres dont les titres ont été transmis au bureau des droits maritimes. Voir G. Durville, « Les droits de tonlieu et d’escaffe perçus au tablier de la Prévôté de Nantes jusqu’au xviiie siècle », Bulletin de la société archéologique de Nantes, 1916, t. 58, pp. 41-96.

20 Cf. A.N., H4 3190. Mémoire relatif à tous les droits de péages qui se perçoivent en la ville de Mantes ; et Gustave Guilmoto, Étude sur les droits de navigation de la Seine de Paris à la Roche-Guyon du xie au xviiie siècle, Paris, A. Picard, 1889.

21 Lettre de Colbert à l’intendant de Limoges (1683), citée par Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, A. Picard, 1923, p. 436.

22 Archives parlementaires, IV, p. 604, cahiers de doléances de la paroisse de Luzarches.

23 A.N., H4 31221. Il s’agit des péages de Sathonay, Mionnay, Saint-André, Villars-les-Dombes et Saint-Paul.

24 A.N., H4 2944. Mémoire.

25 A.N., H4 3173.

26 A.N., H4 3174.

27 A.N., H4 3178. Lettre de Guyenot (juin 1785).

28 A.N., H4 3119. Copie d’une sentence rendue par le bailli de Dammartin (14 août 1679).

29 Marcel Delafosse, « Registres de péage et actes notariés concernant la navigation de la Seine », Histoire d’eau en Ile-de-France, Actes du colloque de Mantes-la-Jolie, 12-14 décembre 1985, Mantes-La-Jolie, Credop, 1990, p. 60.

30 A.N., H4 3131. Journal des observations faites par Symonet (art. 4) : « De la prairie du banc de Sedan qui aboutit à celui de Sachy les voituriers sont obligés de faire un détour et par conséquent passer sur les terres du duché [de Carignan], on ne peut exiger d’eux un droit à raison de 7 s par voiture, ils n’ont jamais payé, comme ils ne font que passer sur la lisière on ne peut je crois leur demander le droit entier ».

31 La coutume d’Anjou (art. 52) donne ainsi une définition du mot « branche » qui correspond à cette disposition spatiale : « Est entendu le corps de la châtelenie, la principale ville et le principal bourg d’icelle, et les branchières sont les autres lieux et hors la principale ville ou bourg » (A.N., H4 3162 : Mémoire pour M. le duc de Bouillon). On trouve également dans le même sens, le mot « aile ». Les lieux de La Fère et Vaux-sous-Laon par exemple sont indiqués comme des « ailes ou branches » du vinage de Pont-à-Bucy (H4 3145, n° 111).

32 Cf. Pierre Duparc, op. cit., pp. 145-188.

33 Cf. Vital Chomel et Jean Ebersolt, Cinq siècles de circulation intérieure vue de Jougne (Un péage jurassien du xiiie au xviiie siècle), Paris, A. Colin, 1951. 

34 A.N., H4 3122.

35 A.N., H4 3155.

36 A.N., H4 3162, n° 1031. Mémoire pour M. le duc de Bouillon.

37 A.P.M., E 26.

38 A.N., H4 30242.

39 A.N., H4 3139, n° 1144. Brouillon des motifs de conclusions.

40 A.N., H4 3162, n° 1031. Bail du péage et du cabaret de Pompey (1735).

41 Cf. Catherine Lonchambon, Les Bacs de la Durance du Moyen Âge au xixe siècle, thèse, Université d’Aix-Marseille I, Préhistoire, Archéologie, Histoire et Civilisation de l’Antiquité et du Moyen Âge, 1998, p. 126 et 129.

42 A.N., H4 3133. Lettre de M. Béaunier (17 décembre 1784).

43 Ibid. Bail de location d’une maison, jardins et dépendances aux Fourneaux (3 juillet 1785).

44 Ibid. Lettre de M. Béaunier (5 juin 1788).

45 A.N., H4 3115. Le bureau est placé à l’intersection des trois routes venant de Paris, de Cour-ville et du Mans, et les pancartes sont figurées à l’approche des différents carrefours.

46 A.N., H4 3191. Arrêt du Conseil (14 septembre 1745).

47 A.N., H4 3121. Mémoire (mai 1787).

48 A.N., H4 31201.

49 A.N., H4 32071, n° 1872. Requête du comte de Courtomer (11 juillet 1743). Propriétaire du péage de Meulan, il sollicita l’autorisation de placer des barrières roulantes aux différents lieux de perception.

50 Georges Darney, La Ferté-sous-Jouarre, Paris, H. Champion, 1910, p. 187.

51 A.N., H4 3169. Déclaration (31 janvier 1663), art. 3 : « tous propriétaires ou possesseurs d’aucuns desdits droits seront tenus de les inscrire en grosses lettres et bien lisibles, dans un tableau d’airain ou fer blanc, qu’ils afficheront au lieu où la levée s’en doit faire, à telle hauteur et endroit qu’ils puissent être lus par les marchands, voituriers et passants, lesquels demeureront déchargés, comme nous les déchargeons, desdits droits, aux jours que lesdits tableaux ne seront exposés : et en cas qu’à l’avenir et pendant dix années suivantes et consécutives, lesdits seigneurs péagers n’ayant leurs dits tableaux exposés, nous déclarons lesdits droits prescrits, et en conséquence nos sujets, soit marchands, voituriers ou autres, déchargés d’iceux à perpétuité, et sans que lesdits seigneurs péagers puissent être reçus en preuve de la jouissance et possession qu’en y joignant le fait de l’affiche desdits tableaux, sans lequel nous défendons à toutes nos cours et juges d’avoir égard à leurs titres et possession prétendue ».

52 A.N., H4 3162. Éclaircissements pris par M. l’intendant sur les droits de péage perçus par M. le duc de Bouillon à Château-Thierry et à Verneuil dans la généralité de Champagne : « tout ce qu’on sait de certain c’est que la pancarte n’existe pas, qu’elle est tombée, et que le receveur de cet endroit tire ce qu’il peut ».

53 A.N., H4 3122.

54 A.N., H4 3114. Ordonnance du juge sénéchal de la seigneurie de Coulon (1er août 1730).

55 A.N., H4 32171, n° 2363. Procès-verbal des habitants (3 mai 1743) concernant le péage de Saint-Bérain dans la baronnie de Nantoux : « il existait en la place publique et grand chemin dudit Saint-Bérain un poteau en forme de corcabeau avec une pancarte de fer blanc incruchetée en iceluy sur laquelle étaient écrits et rapportés les droits de péage ».

56 A.N., H4 32201, n° 2120. Acte de notoriété publique (1er juillet 1741) : la pancarte du péage de Malause était « écrite sur cuivre en lettre d’or moulée attachée à une corniche de bois dans la place publique aud. port » ; H4 32211, n° 1541, rel. 1461. Celle du péage de Curebourse était en plomb.

57 A.N., H4 32171, n° 349. Procès-verbal (10 juillet 1745). C’est le cas également au péage de Fonsommes où sur l’arbre de la Croisette « il y a un billot ou bloquau [sic] pendu afin d’avertir les passants de payer mond. vinage afin qu’ils n’en prétendent cause d’ignorance » (A.N., T 112332).

58 A.N., H4 3169.

59 A.N., H4 32171, n° 2363. Procès-verbal (3 mai 1743) : « sur laquelle feuille est écrit et rapporté en tête de ladite feuille les armes gravées de la maison des seigeurs et dame de Chamilly, ensuite les droits qui dépendent du péage ».

60 A.N., H4 32171.

61 Ibid.

62 A.N., H4 3155. Mesures de la pancarte de Nangis.

63 A.N., H4 3212, n° 420. Le tarif y était « gravé en lettres gothiques et en 3 colonnes sur une feuille de cuivre rouge d’1 pied 7 pouces de haut et d’1 pied 6 pouces et demi de large ».

64 A.N., H4 32171. Procès-verbal des habitants (3 mai 1743).

65 A.N., H4 3171. Procès-verbal (3 avril 1715).

66 A.N., H4 32182, n° 1191.

67 A.N., H4 3171. Procès-verbal (3 avril 1715).

68 A.N., H4 3185. Procès-verbal (3 novembre 1736).

69 Jean Girard, Les Péages fluviaux de la Saône. Un exemple de lutte de l’État pour rentrer en possession de droits régaliens usurpés, thèse de 3e cycle (dactyl.), Paris, 1965, p. 84 : Procès-verbal cité dans l’Arrêt du Conseil du 16 mars 1753.

70 A.D. Seine-Maritime, C 861. Procès-verbal de M. Roques (23 février 1772) : « cet écriteau est effacé en sorte que l’on ne peut y lire ainsi l’on ne peut savoir le prix des droits ».

71 A.N., H4 2953.

72 A.N., H4 3124. Quittance (26 mars 1788) de 1 l. 10 s. au peintre Valleux.

73 A.N., H4 32171, n° 2372. Procès-verbal des réparations au pont de Clairon sur la rivière de la Loue (26 septembre 1736). Pendant les travaux de réparation du pont, on retrouva dans la rivière une pierre de 10 pouces de hauteur, 20 de largeur, 8 d’épaisseur sur laquelle était gravé le tarif du péage remontant à 1606.

74 A.D. Seine-Maritime, C 861.

75 A.N., H4 3177. Lettre de M. Logette (2 mai 1788).

76 76. A.P.M., E 39 ; A.N., H4 2939. Arrêt du Conseil (27 décembre 1771). À Trévoux, c’est également une boutique qui servait de logement aux fermiers du péage du comte de Baglion.

77 Cf. Jacques Ungerer, Le Pont du Rhin à Strasbourg du xive siècle à la Révolution, Paris, F.-X. le Roux, 1952, p. 17. Dans la seconde moitié du xviie siècle, le bureau de perception fut ramené à l’entrée du pont, car il gênait considérablement les opérations de tir.

78 A.N., H4 3122. Mémoires des ouvrages de menuiserie et de vitrerie faits au bureau du péage (1er juin 1786).

79 A.N., MC XCVI / 237. Inventaire après décès (26 mars 1715).

80 On retrouve cette table munie d’un tiroir dans presque tous les bureaux de recette. À Nangis, en plus du grand tiroir qui servait à ranger le registre, le receveur en avait fait façonner un plus petit pour « y mettre le panier à l’argent » (Arch. nat., H4 3155. Copie de compte du sieur Tartivot rendu le 28 décembre 1786).

81 A.D. Seine-Maritime, L 1074 ; A.N., H4 3124. Quittance pour la réparation du poêle.

82 A.N., MC XCVI / 237. Inventaire après décès (26 mars 1715).

83 A.N., H4 3122. Mémoire des ouvrages de menuiserie. Il en coûta 2 livres tant pour le bois que pour la façon.

84 A.N., H4 3124. Instructions (19 avril 1785) : « Il est nécessaire d’acheter quatre rouleaux de papier à fleur de lys pour en tapisser les bureaux dans la nouvelle maison de monseigneur ». État de ce qu’il y reste dans la maison du Sr Bureau louée à Monseigneur le duc de Praslin pour ce servir de bureau à la perception des droits de péage par eau de Melun après le déménagement du Sr Breton ancien receveur (août 1790). H4 3122. Quittance : « pour M. Vincent receveur du péage de Dammartin en novembre 1786 avoir fourni : 6 rouleaux de papier fond bleu semé fleur de lys pour son bureau 18 l[ivres] et 1 rouleau de bordure 3 l[ivres] pour avoir collé lesdits 7 rouleaux et fourniture de colle 7 l[ivres] ».

85 A.N., H4 3124. En 1785, un réverbère fut acheté 12 livres avec 17 mèches (17 sols) pour le péage de Melun. Dans le compte de 1788, il est fait mention d’une dépense de 4 l. 10 s. pour l’impôt des réverbères et de 4 bouteilles d’huile.

86 A.N., H4 31302.

Table des illustrations

Titre Carte 2DENSITÉ DE PÉAGES PAR DÉPARTEMENTS
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Carte 3. BASSIN DE LA GARONNE et des fleuves côtiers du golfe de Gascogne.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Carte 4. BASSIN DU RHÔNE et des fleuves côtiers méditerranéens
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Carte 5. BASSIN DE LA LOIRE et des fleuves côtiers de Bretagne et Vendée
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Cartes 6. BASSIN DE LA SEINE et des fleuves côtiers normands
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Carte 7. BASSIN DU RHIN et des fleuves côtiers du Nord et de Picardie
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Carte 8 PRODUIT MOYEN DES PÉAGES DE LA LOIRE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Carte 9. PRODUIT MOYEN DES PÉAGES DU RHÔNE ET DE LA SAÔNE
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Localisation du bureau et de la pancarte du péage de Chartres45
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Pancarte du péage de Roquemartine60
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Maison de péage (page de titre du Traité des péages de M. Allemand86)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1156/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search