Version classiqueVersion mobile

Fraudes, frontières et territoires (XIIIe-XXIe siècle)

 | 
Béatrice Touchelay

La fraude des marges : vacance, indifférence ou opportunisme du pouvoir central ?

Lille et le marché noir alimentaire sous occupation allemande (1915‑1918)

Stéphane Lembré

Texte intégral

  • 1 Maxence Van der Meersch, Invasion 14, Paris, Albin Michel, 1935, rééd. Paris, Omnibus, 1993.

1Dans son roman Invasion 14, le romancier Maxence Van der Meersch, prix Goncourt en 1936 et témoin averti de la société nordiste de son temps, offre un tableau saisissant des difficultés du ravitaillement alimentaire, des circuits de la fraude et de l’enrichissement de quelques-uns dans le Nord de la France pendant la guerre de 1914-19181. Aussi documentée soit-elle, cette représentation a posteriori, où défilent dans l’agglomération de Lille, Roubaix et Tourcoing individus sans morale, familles en détresse et héros malheureux du quotidien, mérite d’être étudiée en détail, dans la mesure où elle soulève des enjeux importants dans la perspective d’une réflexion sur les liens entre fraudes, frontières et territoires.

  • 2 Pour de plus amples développements : Stéphane Lembré, La guerre des bouches. Ravitaillement et alim (...)
  • 3 Philippe Nivet, La France occupée 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2011, chap. 3.
  • 4 Ces procès-verbaux sont conservés aux Archives départementales du Nord (désormais AD Nord) 3 U 304/ (...)
  • 5 Firmin Lentacker, « La frontière franco-belge. Étude géographique des effets d’une frontière intern (...)
  • 6 Paul Sanders, Histoire du marché noir 1940-1946, Paris, Perrin, 2001, p. 14.

2En prenant appui sur une œuvre irréductible au statut fictionnel – car fondée sur le vécu de l’auteur et son travail de documentation –, comment décrire le ravitaillement d’un territoire occupé pendant quatre années par une puissance étrangère, à proximité du front où se sont enterrées les armées allemande et alliées à l’issue de quelques semaines de guerre de mouvement2 ? À la suite de l’invasion de Lille par les troupes allemandes en octobre 1914, la mise en place dans l’urgence, au printemps 1915, d’une forme d’économie administrée, à travers un système international de secours et un dispositif local de distribution, s’accommode non seulement de la persistance, mais même de l’émergence de marchés alimentaires, à la faveur de la désorganisation des circuits habituels de ravitaillement. Lille et son agglomération, riches avant la guerre de près de 600 000 habitants, se trouvent en effet progressivement coupées par l’armée allemande des campagnes environnantes, tout comme elles le sont largement, de fait, du territoire français. L’occupation commune par l’Allemagne rapproche davantage la France occupée de la Belgique : la frontière entre France et Belgique ne sépare plus deux territoires nationaux souverains, mais deux territoires sous administration allemande, avec quelques différences dans les modalités de cette administration3. Cette situation a une incidence directe pour le travail des douaniers, comme le signale l’interruption du registre des procès-verbaux des délits de contrebande d’août 1914 à janvier 19194. Les pratiques anciennes de fraude, exacerbées dans cet espace frontalier5, se transforment donc sous la contrainte de l’occupation militaire : la contrebande et les sanctions pénales promises à leurs auteurs se muent en une activité passible de mort dans le contexte de l’occupation militaire. Les fraudes seraient dès lors, en première analyse, constitutives du fonctionnement du marché noir, expression qui peut désigner toute transaction, action ou échange économique en infraction contre une réglementation étatique6.

  • 7 Alessandro Stanziani, Histoire de la qualité alimentaire xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 2005.

3La situation du Nord occupé nécessite toutefois de préciser qu’en raison de la communication rendue presque impossible avec le Gouvernement et les services de l’État, ce ne sont pas seulement les circuits et les intermédiaires qui changent, mais également les définitions même du légal et du licite, et donc de la fraude, une catégorie complexe que les pouvoirs publics ont cherché à mieux circonscrire dans les années précédant la guerre7. Comment penser les transgressions, l’illégal et l’illicite dans une configuration historique particulière où les pratiques et les normes sont elles-mêmes tributaires des relations évolutives et ambivalentes entre l’occupant et les pouvoirs publics restés en place ? Répondre à une telle question suppose non seulement de veiller à contextualiser les pratiques, mais aussi de prendre en compte la grande diversité des fraudes ; celles-ci sont en effet commises par des personnes isolées ou par des réseaux plus organisés, et sont fondées sur le détournement des circuits alimentaires admis par l’occupant ou sur l’élaboration de circuits autonomes et clandestins. Les motivations, les modalités et les conséquences des pratiques frauduleuses, abordées sous l’angle de leurs rapports au territoire et à la frontière, concernent aussi bien des volumes variables de produits que leur qualité ; elles ont en commun, de la part de celles et de ceux qui s’y livrent, une connaissance des normes indispensables pour envisager leur contournement ou leur subversion.

4Ces lignes se proposent donc de saisir les pratiques et les acteurs de la fraude en matière alimentaire, définie ici comme la transgression par rapport à la norme que prétend définir le Comité d’alimentation du Nord de la France (CANF), en tant qu’elle est constitutive de marchés noirs – au pluriel – qui se jouent des frontières définies par l’occupant.

I. L’occupation militaire et la quête de ressources

  • 8 Sur l’histoire de la guerre de 1914-1918 dans le Nord, voir Yves Le Maner, La Grande Guerre dans le (...)

5Lille et son agglomération vivent sous la menace des armées allemandes à partir de la fin du mois d’août 1914. Cependant, après une première incursion dans les premiers jours de septembre, l’occupation débute véritablement le 12 octobre8. Les conséquences pour le ravitaillement sont toutefois notables dès la déclaration de guerre, deux mois et demi plus tôt.

A. La rupture des approvisionnements

6À l’annonce de la mobilisation, le spectre de la guerre et la priorité donnée au ravitaillement des armées inquiètent très vite la population. Les autorités cherchent à contrôler la situation en assurant le ravitaillement en denrées de première nécessité, et en évitant toute panique.

  • 9 Mme Eugène Delahaye-Théry, Les Cahiers Noirs. Notes quotidiennes écrites d’octobre 1914 à novembre (...)
  • 10 Y. Le Maner, op. cit., p. 210.

7L’invasion et le début de l’occupation font durement ressentir la rupture des approvisionnements alimentaires. Avec l’absence de nouvelles des hommes mobilisés et d’informations sur les opérations militaires, cette rupture montre combien la vie « à l’heure allemande » est synonyme de changement brutal des habitudes alimentaires. Il faut rapidement trouver de nouvelles sources d’approvisionnement, à mesure que les réserves se réduisent et que de nombreux commerces ferment leurs rideaux, à commencer par les boulangeries et les boucheries. Mme Delahaye-Théry note dans son journal que les étals se vident : « Lille est triste. Les magasins, pour la plupart, ont leurs volets fermés. Seule la porte est entr’ouverte. Les rares étalages sont mesquins9. » Aussi le recours à de nouvelles sources d’approvisionnement est-il rapide, du moins pour les civils qui en ont les moyens, comme le prouve la lecture des journaux intimes – tenus essentiellement par des femmes. Le début de l’occupation s’accompagne de la suppression de la douane et, selon ces écrits du for privé, d’une recrudescence de la contrebande avec la Belgique dont profitent de nombreux marchands pour faire des affaires dans les rues de Lille10.

B. La hausse des prix et l’émergence du marché noir

8La hausse des prix des denrées alimentaires se manifeste dès la déclaration de guerre. Face à la menace de la pénurie, les prix de certains produits s’envolent durant les premières semaines de l’occupation. Les familles aux ressources limitées s’inquiètent de ne plus pouvoir se nourrir à court terme. Les réserves permettent cependant d’éviter la famine, ainsi que le recours à des circuits de ravitaillement inhabituels : alors que les commerces alimentaires peinent à satisfaire la demande, nombreux sont celles et ceux qui réussissent à s’approvisionner grâce à des connaissances, parfois des parents, érigeant la débrouille illicite en solution de substitution. La jeune Marie-Thérèse, petite-fille d’un professeur de médecine, habitante d’un quartier aisé de Lille, note dans son journal, dès le 31 octobre 1914 :

  • 11 1914-1918, Une famille dans Lille occupée (Journal de Marie-Thérèse), Aix-en-Provence, Persée, 2013 (...)

« La fraude s’installe maintenant à Lille puisqu’il n’y a plus de douane entre la France et la Belgique ; les rues sont pleines de marchands ambulants, quelques-uns empruntent même l’étalage d’un grand magasin11. »

  • 12 1914-1918, Une famille…, op. cit., p. 175-176.

9La hausse des prix se poursuit pour le ravitaillement non officiel, comme le révèle Marie-Thérèse à la fin du mois de mars 1916 : « quant aux pommes de terre, on les vend sous le tablier à 2 frs le kilo quand nous savons qu’elles sont à 10 centimes le kilo dans les environs de Lille12. » Tous les témoignages s’accordent sur la hausse rapide des prix, qui traduit à la fois la rareté des produits et le recours à la spéculation.

C. L’ordre allemand et la fraude

  • 13 AD Nord, Marthe Rendu, sœur Stéphanie, Ses cahiers pendant la guerre de 1870, pendant la guerre de (...)
  • 14 Ibid., p. 31.
  • 15 Béatrice Touchelay, « Salariés sans ouvrage, entreprises sans ressource, comment survivre à Lille s (...)

10La rigueur de l’occupation allemande contribue, avec la hausse des prix, au renforcement des pratiques frauduleuses. Il ne s’agit pas de considérer que ces pratiques sont des créations conjoncturelles. Les fraudes sont en réalité renouvelées et transformées par l’ordre que les autorités d’occupation imposent aux civils. La mesure la plus emblématique réside dans l’interdiction faite aux Lillois de sortir s’approvisionner dans les campagnes environnantes – une solution qui permettait d’aller acheter dans les fermes des œufs ou du lait, voire de récolter soi-même des légumes, mais qui se heurtait à la concurrence des troupes allemandes, elles-mêmes en quête de ravitaillement et aux méthodes de réquisition plus autoritaires. Cette situation dérogeait au contrôle des régions occupées. Ainsi, en juin 1915, Marthe Rendu signale que les Allemands ne laissent plus entrer les marchands et les maraîchers dans Lille. Deux mois plus tard, elle écrit : « défense d’entrer en ville des pommes de terre13 ». L’inquiétude suscitée par cette situation revient constamment chez cette religieuse âgée (elle est née en 1846), résidente du couvent de la Charité : le 30 janvier 1916, elle note encore « plus de laissez-passer pour les faubourgs ni les communes, aussi rien n’entre-t-il plus comme vivres14 ». L’occupation interrompt le commerce qui persistait et laisse une partie de la population sans ressources15.

  • 16 Voir Johan Den Hertog, « The Commission for Relief in Belgium and the Political Diplomatic History (...)

11Le faible intérêt des autorités d’occupation pour la subsistance des civils, la hausse des prix et le spectre de la pénurie pour certains produits justifient la recherche de solutions. Le gouverneur militaire allemand de Lille encourage d’ailleurs cette quête qui mène en vain la municipalité lilloise vers la Suisse, mais aboutit le 13 avril 1915 à la signature de conventions entre l’occupant allemand et la Commission for Relief in Belgium (CRB), active depuis plusieurs mois de l’autre côté de la frontière sous l’impulsion notamment de l’ingénieur américain Herbert Hoover, avec la caution de pays restés neutres comme les États-Unis et les Pays-Bas16.

II. L’organisation du secours et les marchés parallèles

  • 17 Paul Collinet et Paul Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, Paris, PUF, New Haven, Yale Un (...)

12L’accord des autorités allemandes avec la CRB implique la mise en place, dans l’urgence, d’un système de ravitaillement et de distribution officiel et exclusif, sous le nom de Comité d’alimentation du Nord de France, patronné par des personnalités des territoires occupés et dirigé par l’industriel lillois du textile Louis Guérin17.

A. L’aide de la CRB, la mise en place du CANF et la prévention de la fraude

13Les autorités allemandes cherchent parfois à intervenir. Par exemple, en février 1916, en réponse à un courrier du maire de Lille, « l’intendanture du gouvernement » (selon la terminologie employée) autorise l’importation de 50 tonnes de viande fraîche et 30 tonnes de poissons frais ou salés par semaine en provenance de Hollande, mais prend soin de rappeler :

  • 18 Archives municipales de Lille (désormais AM Lille) 4 H 99, Lettre au maire de Lille, 15 février 191 (...)

« Il ne doit pas être fait de commerce avec les denrées alimentaires admises à l’importation ; la distribution de celles-ci serait à faire aux habitants de la ville de Lille par le CANF particulièrement aux malades et aux pauvres d’une façon proportionnée à la part des intéressés sur la base des cartes de pain18. »

  • 19 AD Nord 9 R 1382, Réunions du comité de district du CANF. Voir par exemple le compte rendu de la ré (...)

14Les rappels de la règle sont fréquents, par voie d’affichage. Le système mis en place, et qui conditionne l’engagement de la CRB ainsi que l’accord de l’armée allemande, est menacé par des cas de fraude dont les responsables du CANF et de la CRB sont informés. Les fraudes semblent le plus souvent locales, en particulier par l’utilisation de cartes de ravitaillement non mises à jour. L’introduction de denrées acheminées depuis la Belgique survit aux interdictions et à la surveillance de l’occupant. Elle provoque aussi des tensions au sein du CANF, certains représentants de comités locaux dénonçant la permissivité jugée excessive de leurs voisins, qui se répercute sur leur propre population19. Pour se prémunir de ces actes, le choix du personnel recruté pour les locaux de distribution privilégie les fonctionnaires ou les employés de services publics ou assimilés, jugés plus aptes à garantir l’intérêt général, conformément aux vues d’Herbert Hoover, et disponibles compte tenu de l’arrêt de certaines activités, à l’image des employés de la Compagnie du chemin de fer du Nord.

B. Contrôler la fraude : les polices du ravitaillement

15La police du ravitaillement est assurée par trois catégories de personnel :

  • d’abord par les agents de police, qui dressent des procès-verbaux à l’occasion des vols de nourriture et des plaintes ;

  • ensuite, les agents de l’octroi, déjà chargés du contrôle des boulangeries et des locaux de distribution, qui surveillent les abords des locaux de distribution pendant quelques mois, à la demande du CANF inquiet de la fréquence des reventes de denrées par la population, avant que des rapports conflictuels avec la police amènent à supprimer cette collaboration au printemps 1917 ;

  • enfin, une partie du personnel du Comité d’alimentation est chargée de veiller au bon déroulement des distributions et de garder les locaux où sont stockés les vivres.

  • 20 AD Nord 9 R 1319, Notes du CANF, district de Lille, 16 et 17 octobre 1917.

16Ce personnel est renforcé progressivement par des délégués intercommunaux et des inspecteurs du district, chargés du contrôle des activités des comités locaux20.

  • 21 Plusieurs dizaines de ces vols, allant de moins de 5 kg à plusieurs dizaines de kilos de marchandis (...)
  • 22 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 22 juillet 1918.
  • 23 Idem, 9 août 1918.

17De très nombreux vols sont constatés pendant la nuit par la police dans les jardins de particuliers21. L’accroissement des cultures dans les jardins, destiné à pallier le manque de vivres, augmente certes mécaniquement le nombre des vols, mais leur fréquence traduit aussi la très forte tension sur les marchés alimentaires. Les pommes de terre ou les plants de pommes de terre sont les plus concernés. Malgré la surveillance renforcée, il est difficile de surprendre les auteurs, même si certains semblent pris sur le fait, comme cet adolescent de 15 ans qui fait l’objet d’un procès-verbal pour vol de pommes de terre en juillet 191822. L’enquête aboutit parfois : le mois suivant, deux jeunes imprimeurs de 17 et 19 ans sont arrêtés cinq jours après le vol de la même denrée, la plus prisée par les consommateurs23.

  • 24 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 4 janvier 1916.
  • 25 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 15 août 1918.
  • 26 Edmond Rolants, Le laboratoire municipal de Lille pendant l’occupation, Lille, Société industrielle (...)

18La tromperie sur la marchandise constitue une autre forme de fraude que les autorités s’efforcent de combattre. Une enquête est ouverte en janvier 1916 après la vente de 10 kg de sel pour du sucre cristallisé – en réalité, une mince couche de sucre recouvrant le sel – à une épicière-cabaretière24. À l’été 1918, l’escroquerie dont est victime une commerçante du centre de Lille a été commise par un individu qui avait offert sur échantillon de la farine de blé, mais n’a livré que de la farine de manioc25. Le laboratoire municipal ne dispose pas de tous les moyens matériels pour mener des vérifications, ce qui conduit le vétérinaire départemental à user de la menace de fermeture de certains commerces sans pouvoir prouver les fraudes sur les viandes26.

  • 27 AD Nord 9 R 1440, Procès-verbal, 25 septembre 1916.
  • 28 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 24 septembre 1916.
  • 29 AM Lille 4 H 103, Lettre du CANF de Bruxelles, 18 septembre 1918.

19Il reste cependant difficile de cartographier les fraudes. L’octroi de Lille constitue une frontière intéressante dans la mesure où les infractions qui y sont constatées aboutissent à des procès-verbaux et des rapports. Les agents peuvent y intercepter une voiture attelée d’un cheval qui transporte 25 kg de farine et 8 pains, voiture dont le conducteur, un boulanger de Pérenchies (à quelques kilomètres de Lille), après avoir affirmé qu’il n’avait rien à déclarer, se défend de travailler pour le CANF et explique avoir reçu les pains d’un fermier « dont il ne connaît pas le nom, pour les remettre à diverses personnes de Lille ». Son audition dans les locaux du CANF le conduit toutefois à avouer qu’il travaille bel et bien pour le CANF, et que la farine appartient donc à ce Comité, qui la saisit27. Si les archives suggèrent surtout des pratiques frauduleuses locales, elles permettent parfois de repérer des circulations entre la France et la Belgique, à l’image de ces deux garçons boulangers rencontrés par la police lilloise à 6 heures et demie du matin, rue du Molinel, « portant chacun un sac de farine du poids de 50 kilos », qu’ils déclarent avoir achetée en Belgique28. Si l’on remonte rarement jusqu’aux commanditaires éventuels, ou du moins aux vendeurs de ce pain côté belge, les circulations s’inversent parfois. Le bureau du CANF à Bruxelles informe ses homologues lillois en septembre 1918 d’un trafic de marchandises provenant du Nord de la France, en l’occurrence des boîtes de lait condensé vendues à Tournai. L’affaire fait suite au constat côté belge, dans les mois précédents, de grandes importations de marchandises en provenance de la France occupée après des distributions dans les communes françaises voisines de la frontière29. Des denrées du ravitaillement « officiel » ayant traversé la Belgique à destination de la France, où la définition du prix de vente est encadrée par le CANF, franchissent à nouveau la frontière en sens inverse pour devenir des marchandises de contrebande, susceptibles d’être vendues en dehors du circuit réglementaire à des prix non encadrés. Plus de trois ans après le début du ravitaillement, des pratiques frauduleuses organisées, jouant sur la frontière et confirmant la permanence de ce marqueur spatial et symbolique, sont repérables.

C. Réprimer les fraudes

20Les cas avérés de fraude entraînent deux types de sanctions :

    • 30 AD Nord 9 R 1410.

    le premier relève du CANF : il consiste à priver de ravitaillement, pour une durée variable selon l’ampleur de la fraude et de la situation du fraudeur. Ainsi d’un batelier auquel le carnet de bons de ravitaillement a été retiré pendant un mois et demi, de juillet à septembre 1916, à la suite de fraudes non précisées. Cet homme, accompagné de sa femme, a plusieurs fois supplié les responsables lillois du Comité de mettre fin à cette sanction, en invoquant la santé de leur enfant âgé de 3 mois. Le comité local accepte mais menace de sanctions judiciaires en cas de récidive30 ;

    • 31 AD Nord 9 R 1345, Lettre du procureur de la République à Lille à M. Labbé, 16 janvier 1917.
    • 32 AD Nord 9 R 1440, Lettre du maire de Lille au procureur de la République, 3 septembre 1916.

    le second niveau de sanction est judiciaire : le procureur de la République est saisi ou se saisit, selon les cas, d’affaires de fraude. Il informe par exemple le CANF, en janvier 1916, de l’enquête de police relative à la vente de 100 kg de riz à un marchand déjà mêlé à deux escroqueries, affaire dans laquelle un camionneur du Comité est compromis31. Passant de la menace aux actes, les responsables du CANF et les autorités municipales transmettent au procureur de la République les procès-verbaux dressés par les agents assermentés du Comité à l’encontre des fraudeurs, accusés de se livrer au trafic de denrées distribuées à la population, ce qui contrevient à l’interdiction faite aux consommateurs de revendre les denrées de la CRB. La plainte déposée par le maire de Lille auprès du procureur le 3 septembre 1916 vise huit personnes dont les trafics constitueraient un délit d’escroquerie et invoque l’article 405 du Code pénal32.

  • 33 AD Nord 9 R 1440, Rapport de Paul Collinet, août 1916. Suppression des denrées à certains habitants (...)

21La dualité du dispositif ne va pas de soi. L’action du CANF en matière de sanction provoque quelques remous et le juriste Paul Collinet, secrétaire du CANF, s’empare du dossier à l’été 1916. Son rapport examine le droit des comités locaux de supprimer les denrées pour certains habitants et le risque qu’il y aurait à substituer « à la justice de l’État qui continue à fonctionner » des comités locaux qui agiraient comme des « juges privés33 ». La justification de l’action des comités locaux est en premier lieu validée par la justice :

  • 34 Ibid.

« En prononçant des condamnations contre les personnes qui ont fait le trafic des denrées du Comité ou contre celles qui ont majoré sur leur carte le nombre des membres de la famille, le Tribunal a reconnu que ces actes constituaient des délits d’escroquerie, parce qu’ils causaient un préjudice au Comité et à la population, quoique les fraudeurs eussent réellement payé le prix des vivres achetés. Le préjudice provient, disent les jugements, de ce que les fraudeurs, en n’employant pas leurs denrées pour leurs propres besoins ou en en achetant frauduleusement une quantité excessive, diminuent sciemment le stock limité de vivres mis à la disposition du Nord de la France avec l’autorisation des Gouvernements intéressés et nuisent, par conséquent, à l’intérêt général du public, privé pour l’avenir de la consommation de produits détournés de leur affectation34. »

  • 35 Ibid.

22Plus largement, la recherche d’une sanction efficace et dans l’intérêt de la population conduit le CANF à ne pas réclamer le remboursement des fraudes, mais plutôt à veiller à la reconstitution du stock à la mesure du préjudice subi – ce qui revient à « priver les coupables de la fourniture des denrées qu’ils ont touchées en trop et par avance ». Selon le juriste, « il ne s’agit donc pas là de peines proprement dites. Les Comités ne se substituent pas à la Justice. Il ne s’agit là, de leur part, que d’un acte de bonne administration, de sage économie, dans l’intérêt de la population dont le Comité a la charge35. »

III. Une typologie des fraudes en situation d’occupation

23La notion de fraude recouvre des situations nettement distinctes par l’ampleur des pratiques illicites – telles que les sources permettent de les appréhender –, par les ressources des individus impliqués et par la finalité de leurs actes.

A. Les agents du ravitaillement et la tentation du détournement

  • 36 AM Lille 4 H 103, Rapport du commissaire central intérimaire au maire de Lille, 20 août 1918.
  • 37 AM Lille 4 H 109, Fiches individuelles du personnel du CANF.

24Les archives du CANF permettent de noter la fréquence des fraudes commises par des agents du comité, dans la diversité de leurs attributions. Il s’agit ici d’un détournement rendu possible par l’accès de son ou de ses auteurs aux denrées lors de leur acheminement ou de leur distribution. Les agents chargés du transport sont les premiers concernés : deux d’entre eux sont arrêtés en août 1918 pour avoir dérobé 10 kg de lard « aux Docks », c’est-à-dire au magasin central du CANF36. Les fiches individuelles établies par le Comité pour les personnes employées à Lille mentionnent d’assez nombreux congédiements, mais peu de fraudes : le plus souvent, on reproche à des employés des « indélicatesses », des propos inconvenants, des absences ou des retards, parfois un manque d’hygiène37. On note cependant des irrégularités dans les rations distribuées, qui peuvent déboucher sur des blâmes. Une ouvrière recrutée comme distributrice dans un local du CANF en avril 1916 est toutefois relevée de ses fonctions pour fraude en octobre. Une autre distributrice, ménagère âgée de 33 ans, est remerciée en août 1918, trois mois après son embauche : sa fiche mentionne « sœur fraude », sans plus d’explication, renvoyant probablement aux solidarités familiales face aux difficultés du ravitaillement. Mais pour d’autres employés, les responsables du Comité attribuent un blâme : « simple complaisance, pas de fraude ». Quelques cas de renvoi sont liés à des vols, sans que le qualificatif de « fraude » soit employé.

  • 38 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 24 mars 1917.

25Les responsables du comité d’alimentation sont contraints d’instaurer des règles strictes pour réduire le phénomène, et de compter sur des enquêtes et des dénonciations pour interrompre des trafics, à l’image de la perquisition menée le 23 mars 1917 « chez un sieur Carnoy », à Lille, où les policiers découvrent « 29 lapins congelés provenant du Comité d’alimentation du Nord de la France » dans la cave, où ils ont été déposés par un charretier employé par le Comité38.

  • 39 Marcq-en-Barœul sous l’occupation. Le ravitaillement, t. 1, Marcq, Imprimerie F. Maréchal, s. d.

26La fin de la guerre ouvre la voie à des critiques parfois virulentes des comportements durant le conflit, dans lesquelles les fraudes alimentaires ont une grande place. L’Union nationale des combattants de Marcq-en-Barœul s’appuie sur un rapport de l’inspecteur de district du CANF, rédigé en décembre 1917, pour dénoncer les fraudes et réclamer des poursuites contre les principaux responsables de la distribution du ravitaillement dans la commune39. La démarche paraît isolée, mais vient éclairer des dysfonctionnements déjà repérés par les responsables du CANF, qui cherchent à régler ces affaires sans déclencher d’affrontements entre les civils sous les yeux de l’occupant, reportant ainsi à l’après-guerre d’éventuels règlements de compte.

B. Des professionnels de l’alimentation à la recherche de la liberté et du profit

  • 40 AD Nord 9 R 1440, Lettre du délégué américain de la CRB à M. Meunier, 28 juin 1916.

27Les fraudes commises par des professionnels de l’alimentation sont d’un autre ordre, comme l’illustre le cas des boulangers. Les constats de fraude sont relativement nombreux dans cette profession exposée en raison de la place qu’occupe le pain dans les habitudes alimentaires. Dès la mise en place du ravitaillement par la CRB, il est exigé des boulangers, par la signature d’un engagement, qu’ils ne travaillent plus que la farine américaine, et les autres farines et fécules conservées chez eux sont mises sous scellés. Pourtant, quelques-uns persistent à utiliser ces farines, comme Charles Meunier, représentant des boulangers lillois, accusé par le délégué américain de la CRB de fabriquer du pain pour sa famille ou son entourage et même d’en vendre40. L’avertissement ne se traduit pas en sanction et le boulanger fait amende honorable. Mais un nouveau rapport signale des irrégularités dans le travail de ce même boulanger, qui fabriquerait du pain blanc, contrairement aux consignes du CANF. Certains boulangers cherchent même à justifier les fraudes dont ils sont accusés, en contestant l’accusation et en pointant la situation dans laquelle le système de ravitaillement les place : Charles Meunier est le plus vindicatif, pointant l’absence de liberté et le rôle de bouc émissaire que le CANF ferait jouer aux boulangers alors que la qualité des farines expliquerait seule les infractions au règlement précis quant à la composition du pain.

  • 41 Mme E. Delahaye-Théry, op. cit., p. 200.
  • 42 Ibid., p. 201.

28Les boulangers ne sont pas seuls en cause. Mme Delahaye-Théry, dans ses carnets, note en juin 1916 que « des cultivateurs des environs plutôt que de livrer leurs œufs aux Allemands viennent en ville offrir leurs poules en cachette. On m’en a proposé deux pour 45 francs. Ce n’est pas à des prix pareils que je puis manger de la viande41. » Et d’évoquer ces « quelques fraudeurs hardis [qui] risquent encore de passer42 » de rares morceaux de viande. Certains approvisionnent d’ailleurs les commerçants eux-mêmes, le système des intermédiaires contribuant à la hausse des prix constatée. Émile Ferré, qui n’a pas perdu ses réflexes d’ancien journaliste et relate après-guerre son quotidien pendant l’occupation, livre une explication en mars 1916 :

  • 43 É. Ferré, op. cit., p. 218.

« Dans les périodes difficiles où, comme en ce moment, la frontière belge est hermétiquement fermée et où les approvisionneurs bourgeois ne fonctionnent plus, les commerçants sont obligés d’avoir recours, pour les denrées courantes, à des individus souvent peu recommandables – fraudeurs, repris de justice, braconniers, auxquels “l’occupation fait des loisirs” –, qui risquent leur vie pour pénétrer de France en Belgique et de Belgique en France et dont il faut rémunérer grassement les services exceptionnels43. »

  • 44 AD Nord 9 R 1440, Procès-verbal, 31 août 1916.

29L’une des affaires les plus sérieuses survient à la fin de l’été 1916, lorsqu’une épicière lilloise est convaincue de revente de denrées du CANF. Les quantités sont loin d’être négligeables : le commissaire de police, suivant une commission rogatoire du juge d’instruction, saisit 5 400 kg de marchandises au domicile de cette femme ! Le procès-verbal dressé par deux agents de l’octroi évoque les témoignages de « différentes personnes très honorables », ce qui tendrait à confirmer que la population est au courant du marché noir et des circuits de ravitaillement illégaux qui se sont mis en place depuis le début de l’occupation. D’après les témoignages recueillis, l’épicière « achetait les denrées provenant des locaux de distribution du comité d’alimentation et […] journellement une trentaine de personnes venaient chez elle vendre leurs rations ». Lorsque les agents se présentent dans ce commerce, une jeune fille est en train de revendre à l’épicière du sucre et du café qu’elle a elle-même rachetés à une autre habitante qui avait touché ces denrées auprès du Comité de manière tout à fait normale grâce à sa carte de ravitaillement44. D’autres affaires confirment l’intrication entre des organisations de trafic illicite et les particuliers, ceux-ci étant non seulement consommateurs mais aussi revendeurs de marchandises, en contradiction évidente avec la règle.

C. Les consommateurs ou la fraude du quotidien

  • 45 É. Ferré, op. cit., p. 219-220. L’épisode, conté a posteriori, est daté de mars 1916.
  • 46 M. Rendu, op. cit., p. 39.
  • 47 AD Nord 9 R 1440.

30En dernière instance, les fraudes sont donc celles des consommateurs : on peut faire l’hypothèse qu’elles sont les plus fréquentes et les plus modestes, mais la vérification de cette hypothèse achoppe sur le constat évident qu’elles sont aussi les moins documentées. Les journaux tenus par des civils pendant le conflit permettent d’attester la fraude, mais ces diaristes, prudents, se gardent d’identifier leurs fournisseurs. Seul Émile Ferré, ancien directeur du journal L’Écho du Nord, qui habite boulevard de la République à La Madeleine, se vante – non sans autodérision – d’avoir lui-même fraudé avec son collègue Eugène Martin-Mamy (ancien directeur du quotidien Le Progrès du Nord) en ramenant de la viande achetée à Roubaix, malgré l’interdiction par l’occupant de faire sortir des denrées alimentaires des communes. Sous sa plume, le retour de Roubaix devient une épopée ridicule : « Martin-Mamy s’assied sur son bifteck, tandis que je presse sur mon cœur la “raccourçure” de mon pot-au-feu, enfouie dans la poche intérieure de mon pardessus45. » Sur un mode plus inquiet, Marthe Rendu explique que « les fraudeurs seuls ont quelques pommes de terre qu’ils vendent 1 franc 60 la livre. Nous avons mangé cette semaine deux poules payées en argent frais 65 francs46 ». Elle témoigne ainsi à la fois de son recours à cette source d’approvisionnement, mais aussi de sa fréquence, qui lui permet de connaître l’évolution des prix au marché noir. Les reventes de denrées obtenues grâce aux distributions du CANF sont aussi une pratique courante ; dans la seule semaine du 22 au 27 décembre 1916, quatorze infractions à l’arrêté municipal du 24 juillet précédent interdisant la revente et l’achat des denrées provenant du CANF sont constatées par la police47.

Conclusion

  • 48 Les atrocités allemandes à Lille. Trois témoignages de députés socialistes, Paris, Union des grande (...)

31À la tribune de la Chambre des députés, le 22 octobre 1918, le député Gustave Delory, maire de Lille de 1896 à 1904, livre le témoignage d’un élu socialiste resté en zone occupée pendant quatre années. Il évoque la dureté des conditions de vie, et notamment l’insuffisance de denrées pour survivre, dénonce la mortalité « effroyable » et la barbarie de l’occupant, et précise : « Nous-mêmes qui, cependant, grâce à la fraude qui se faisait par la Belgique, avons pu nous procurer quelques aliments supplémentaires, vous ne vous étonnerez pas de nous retrouver, aussi ardents, mais moins lourds que nous n’étions avant la guerre48. » L’existence de fraudes et de circulations de denrées alimentaires hors du contrôle du CANF se vérifie aisément, malgré la difficulté à apprécier l’ampleur de ce phénomène peu documenté. Le constat serait d’une grande banalité s’il ne pouvait être complété par trois observations conclusives.

  • 49 Fabrice Grenard, La France du marché noir (1940-1949), Paris, Payot, 2008, p. 285.
  • 50 Clément Durant, Lille pendant l’occupation allemande. Chroniques rimées du 13 octobre 1914 au 17 oc (...)
  • 51 Clotilde Druelle-Korn, « From an Alice in Wonderland Idea? Financer le ravitaillement de la France (...)

32D’abord, la grande diversité des pratiques frauduleuses se vérifie à l’examen de la situation lilloise pendant la guerre de 1914-1918, à condition de diversifier les sources consultées, puisque les seules archives institutionnelles ne suffisent pas pour appréhender le marché et les « zones grises », dans lesquelles il s’avère bien difficile de distinguer « celui qui enfreint la loi afin de compenser les insuffisances de la politique officielle [du] trafiquant mû par la recherche du profit49 ». Les archives permettent difficilement d’identifier de riches marchands à la tête de véritables réseaux de ravitaillement, tels que Maxence Van der Meersch en brosse le portrait ou comme des chansons populaires en renvoient l’image50. Faut-il en déduire que de tels profiteurs de guerre n’ont pas existé, ou qu’ils n’ont pas laissé de trace ? Les études récentes d’histoire économique, centrées notamment sur le financement du ravitaillement, livrent des conclusions suggestives, grâce à l’analyse des impôts sur les bénéfices de guerre ou à celle de l’émission de monnaie51.

  • 52 Alessandro Stanziani, « Accaparement et spéculation sur les denrées alimentaires : au-delà de la pé (...)

33Par ailleurs, l’existence des fraudes dépend de la norme : le bouleversement des circuits habituels et licites de ravitaillement occasionné par l’occupation militaire brouille, pour les civils, la limite entre licite et illicite. De ce brouillage, certains s’accommodent toutefois volontiers, transformant les stratégies de survie en stratégies de profit. Avec la mise en place de l’approvisionnement par la CRB et la distribution par le CANF, une nouvelle norme officielle est instaurée, mais les privations et la menace de pénurie font prospérer le marché noir. L’accaparement, pratique héritée de l’Ancien Régime, prospère sur la rareté de denrées alimentaires52.

  • 53 C. Druelle-Korn, Food for Democracy ?, op. cit.

34Enfin, les communications réduites avec Paris et l’interruption du contrôle par les douaniers, certes contrebalancées par l’« approvisionnement discret » décidé par l’État53, ouvrent la voie, d’une part, à l’affirmation de formes de régulation qui, à défaut d’être nouvelles, sont du moins remodelées compte tenu de l’accroissement, de fait, des prérogatives municipales ; d’autre part, à des pratiques renouvelées de transgression de ces formes de régulation, tout particulièrement dans les centres urbains incapables de pourvoir par eux-mêmes à l’alimentation de leurs habitants.

Notes

1 Maxence Van der Meersch, Invasion 14, Paris, Albin Michel, 1935, rééd. Paris, Omnibus, 1993.

2 Pour de plus amples développements : Stéphane Lembré, La guerre des bouches. Ravitaillement et alimentation à Lille 1914-1919, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016.

3 Philippe Nivet, La France occupée 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2011, chap. 3.

4 Ces procès-verbaux sont conservés aux Archives départementales du Nord (désormais AD Nord) 3 U 304/30.

5 Firmin Lentacker, « La frontière franco-belge. Étude géographique des effets d’une frontière internationale sur la vie de relations », thèse de doctorat, géographie, sous la direction d’Aimé Perpillou, Université Paris IV, 1973 ; Marc Blancpain, La frontière du Nord, 843-1945. De la mer à la Meuse, Paris, Perrin, 1990.

6 Paul Sanders, Histoire du marché noir 1940-1946, Paris, Perrin, 2001, p. 14.

7 Alessandro Stanziani, Histoire de la qualité alimentaire xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 2005.

8 Sur l’histoire de la guerre de 1914-1918 dans le Nord, voir Yves Le Maner, La Grande Guerre dans le Nord et le Pas-de-Calais, 1914-1918, Lille, Éd. La Voix, 2014, et Annette Becker, Les cicatrices rouges 14‑18. France et Belgique occupées, Paris, Fayard, 2010.

9 Mme Eugène Delahaye-Théry, Les Cahiers Noirs. Notes quotidiennes écrites d’octobre 1914 à novembre 1918 par une Lilloise sous l’occupation allemande, Rennes, Éd. La Province, 1934, p. 7 (14 novembre 1914).

10 Y. Le Maner, op. cit., p. 210.

11 1914-1918, Une famille dans Lille occupée (Journal de Marie-Thérèse), Aix-en-Provence, Persée, 2013, p. 77.

12 1914-1918, Une famille…, op. cit., p. 175-176.

13 AD Nord, Marthe Rendu, sœur Stéphanie, Ses cahiers pendant la guerre de 1870, pendant la guerre de 1914-1918, fascicule dactylographié, p. 20 et 25.

14 Ibid., p. 31.

15 Béatrice Touchelay, « Salariés sans ouvrage, entreprises sans ressource, comment survivre à Lille sous l’occupation allemande (1914-1918) ? », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 267, 2017, p. 87-98.

16 Voir Johan Den Hertog, « The Commission for Relief in Belgium and the Political Diplomatic History of the First World War », Diplomacy & Statecraft, vol. 21, n° 4, 2010, p. 593-610 ; Sébastien Farré, Colis de guerre. Secours alimentaire et organisations humanitaires (1914-1947), Rennes, PUR, 2014, chap. II ; idem, « La Commission for Relief of Belgium : neutralité, action humanitaire et mobilisations civiles durant la Première Guerre mondiale », Relations internationales, n° 159, 2014, p. 69-82 ; Clotilde Druelle-Korn, « L’approvisionnement discret de la France occupée 1914-1919 : Herbert Hoover, le blocus, les Neutres et les Alliés », mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches, Université Paris I, 2016 ; idem, Food for Democracy ? Le ravitaillement de la France occupée 1914-1919 : Herbert Hoover, le Blocus, les Neutres et les Alliés, Bruxelles, Peter Lang, 2018.

17 Paul Collinet et Paul Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, Paris, PUF, New Haven, Yale University Press, Publications de la dotation Carnegie pour la paix internationale, 1928.

18 Archives municipales de Lille (désormais AM Lille) 4 H 99, Lettre au maire de Lille, 15 février 1916.

19 AD Nord 9 R 1382, Réunions du comité de district du CANF. Voir par exemple le compte rendu de la réunion du 15 septembre 1915.

20 AD Nord 9 R 1319, Notes du CANF, district de Lille, 16 et 17 octobre 1917.

21 Plusieurs dizaines de ces vols, allant de moins de 5 kg à plusieurs dizaines de kilos de marchandises, sont recensés de 1916 à 1918 dans les rapports journaliers dressés par le commissariat de police de Lille : AM Lille 4 H 71.

22 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 22 juillet 1918.

23 Idem, 9 août 1918.

24 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 4 janvier 1916.

25 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 15 août 1918.

26 Edmond Rolants, Le laboratoire municipal de Lille pendant l’occupation, Lille, Société industrielle du Nord, 1930, et les propos que prête Émile Ferré au vétérinaire départemental Monsarrat, chargé de la surveillance des viandes : Émile Ferré, Croquis et notes d’occupation. Vie intime et anecdotique de Lille de 1914 à 1918, Paris, Tallandier, p. 213‑214.

27 AD Nord 9 R 1440, Procès-verbal, 25 septembre 1916.

28 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 24 septembre 1916.

29 AM Lille 4 H 103, Lettre du CANF de Bruxelles, 18 septembre 1918.

30 AD Nord 9 R 1410.

31 AD Nord 9 R 1345, Lettre du procureur de la République à Lille à M. Labbé, 16 janvier 1917.

32 AD Nord 9 R 1440, Lettre du maire de Lille au procureur de la République, 3 septembre 1916.

33 AD Nord 9 R 1440, Rapport de Paul Collinet, août 1916. Suppression des denrées à certains habitants par les comités locaux.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 AM Lille 4 H 103, Rapport du commissaire central intérimaire au maire de Lille, 20 août 1918.

37 AM Lille 4 H 109, Fiches individuelles du personnel du CANF.

38 AM Lille 4 H 271, Rapport du commissariat central de police de Lille, 24 mars 1917.

39 Marcq-en-Barœul sous l’occupation. Le ravitaillement, t. 1, Marcq, Imprimerie F. Maréchal, s. d.

40 AD Nord 9 R 1440, Lettre du délégué américain de la CRB à M. Meunier, 28 juin 1916.

41 Mme E. Delahaye-Théry, op. cit., p. 200.

42 Ibid., p. 201.

43 É. Ferré, op. cit., p. 218.

44 AD Nord 9 R 1440, Procès-verbal, 31 août 1916.

45 É. Ferré, op. cit., p. 219-220. L’épisode, conté a posteriori, est daté de mars 1916.

46 M. Rendu, op. cit., p. 39.

47 AD Nord 9 R 1440.

48 Les atrocités allemandes à Lille. Trois témoignages de députés socialistes, Paris, Union des grandes associations françaises contre la propagande ennemie, 1918. Ce discours est aussi relaté dans Le Petit Journal du 23 octobre 1918 et par Marcel Sembat, « Delory et Max de Bade », in La Grande Guerre par les grands écrivains, Messidor, n° 92, 5 novembre 1918, p. 130.

49 Fabrice Grenard, La France du marché noir (1940-1949), Paris, Payot, 2008, p. 285.

50 Clément Durant, Lille pendant l’occupation allemande. Chroniques rimées du 13 octobre 1914 au 17 octobre 1918, Lille, La Gutenberg, 1919, p. 78-79.

51 Clotilde Druelle-Korn, « From an Alice in Wonderland Idea? Financer le ravitaillement de la France occupée pendant la Grande Guerre », in Florence Descamps et Laure Quennouëlle-Corre (dir.), Finances publiques en temps de guerre, 1914-1918. Déstabilisation et recomposition des pouvoirs, Paris, IGPDE-Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016, p. 207-232, consultable en ligne, https://books.openedition.org/igpde/4343 ; Jean-Luc Mastin, « Une place bancaire à l’épreuve de la guerre et de l’occupation : la région lilloise (1914-1923) », in Fabien Cardoni (dir.), Les banques françaises et la Grande Guerre, Paris, IGPDE-Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016, p. 129-153, consultable en ligne, https://books.openedition.org/igpde/4200 ; Jean-François Eck, Béatrice Touchelay, « Les “monnaies de nécessité” dans le Nord de la France occupé entre 1914 et 1918 : les conditions d’un transfert de souveraineté », in Olivier Feiertag, Michel Margairaz (dir.), Les Banques centrales pendant la Grande Guerre, Paris, Presses de Sciences Po, 2019, chap. 9.

52 Alessandro Stanziani, « Accaparement et spéculation sur les denrées alimentaires : au-delà de la pénurie », in Martin Bruegel (dir.), Profusion et pénurie. Les hommes face à leurs besoins alimentaires, Rennes, PUR, 2009, p. 103-120.

53 C. Druelle-Korn, Food for Democracy ?, op. cit.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Lille, Institut national supérieur du professorat et de l’éducation, Lille, Hauts-de-France, Stéphane Lembré est membre du laboratoire Centre de recherche et d’études histoire et société (EA 4027, Université d’Artois). Ses travaux s’intéressent à l’histoire de l’éducation et à l’histoire économique et sociale ; dans ce dernier domaine, ils portent plus particulièrement sur les marchés agro­alimentaires et leurs régulations. Parmi ses dernières publications : « Séparer le bon grain de l’ivraie ? L’organisation patronale dans la meunerie du Nord (1914-1987) », Le Mouvement social, 2015/1, n° 250, p. 81-95, et La guerre des bouches. Ravitaillement et alimentation à Lille 1914-1919, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search