Version classiqueVersion mobile

Fraudes, frontières et territoires (XIIIe-XXIe siècle)

 | 
Béatrice Touchelay

La fraude des marges : vacance, indifférence ou opportunisme du pouvoir central ?

La contrebande de l’opium dans la marche frontière de Lào Cai sous le protectorat français (1886‑1940)

Thomas Claré

Texte intégral

  • 1 Cette étude utilise de nombreuses sources issues du fonds ministériel des Affaires politiques (AP) (...)

1Lorsque les militaires français prennent possession de la province de Lào Cai en 1886, sa position d’avant-poste économique vers le marché chinois la place déjà au centre des préoccupations de l’administration coloniale1. La puissance de l’ancien occupant de la province, Lưu Vĩnh Phúc, chef des Pavillons noirs, était alors fondée en grande partie sur le commerce de l’opium du Yunnan. D’ores et déjà, la drogue s’affirme comme un pilier majeur permettant de répondre à la nécessité d’autonomie économique vis-à-vis de la métropole. C’est ainsi que la société fermière du Tonkin est créée l’année suivante, et obtient le monopole de l’introduction, de la fabrication, du transport et de la vente de l’opium dans l’ensemble des provinces du Tonkin.

  • 2 « Arrêté confiant à l’administration des douanes et régies l’exploitation de l’opium et fixant les (...)
  • 3 Chantal Descours-Gatin, Quand l’opium finançait la colonisation en Indochine, Paris, L’Harmattan, 1 (...)
  • 4 ANVN, RST, 14304, Convention relative aux maisons de commerce à Laokay par Bleton, négociant, 1894. (...)
  • 5 Afin d’être consommé selon la « méthode thébaïque extrême-orientale », c’est-à-dire fumé, l’opium d (...)

2En raison de résultats peu probants, la Régie directe est instaurée en 1893, faisant du commerce de l’opium un monopole d’État2. Le régime est fortifié sous le Gouvernement de Paul Doumer, qui centralise l’administration des Douanes et Régies en 1897. Le monopole constitue alors un des trois piliers financiers de l’Indochine, aux côtés de celui du sel et des alcools, et dépasse 25 % des recettes totales du budget général de l’Indochine3. L’arrêté du 7 février 1899 réglemente l’exercice du monopole et la question de la répression de la fraude : tout opium qui n’est pas de la Régie est considéré comme opium de contrebande. Dans la constitution de la Régie, la province de Lào Cai a joué un rôle de tête de pont pour les achats d’opium chinois effectués à la frontière, et dès 1894, un concessionnaire est nommé pour effectuer ces achats4. À cet effet, une maison de commerce et une bouillerie pour transformer l’opium sont installées au chef-lieu de Lào Cai5.

  • 6 Bradley C. Davis, Imperial Bandits. Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands, Seattle et (...)
  • 7 Au sens donné par le géographe Roger Brunet, pour qui les marches sont « des périphéries-tampons, d (...)

3Mais la province frontalière est le théâtre d’une criminalité endémique face à laquelle l’administration coloniale semble véritablement dépassée6. Aux côtés du banditisme au sens large (piraterie, pillages, rapts) est associée la contrebande de l’opium qui procure de substantiels revenus. Celle-ci est favorisée par un manque de contrôle de la marche frontière7, par le renforcement du contrôle douanier et les tarifs importants pratiqués par la Régie. En raison de la part de l’opium dans les finances coloniales, la contrebande constitue un grave préjudice pour l’économie de l’Indochine.

4Dans ce contexte d’affirmation de l’État colonial, la frontière sino-vietnamienne et la province de Lào Cai en particulier, aux marges de l’Empire, constituent un véritable laboratoire pour observer l’ensemble des rapports de pouvoir à l’œuvre autour du commerce illicite, mais également les logiques territoriales, économiques et sociales de la fraude en matière d’opium. Aborder la question de la contrebande de l’opium à Lào Cai permet ainsi d’étudier la gestion d’une marche frontière par l’administration coloniale française. Il s’agit alors de comprendre comment les autorités analysent le problème de la fraude frontalière, et comment elles y répondent. En outre, le renforcement du contrôle de la province ainsi que son intégration ont participé à une certaine mutation du trafic illicite à Lào Cai.

I. Les rouages d’une économie originale de la province frontalière de Lào Cai

  • 8 ANOM, GGI, 65373, Résumé des renseignements reçus à l’État-major du 16 octobre au 15 novembre 1914.

5La conquête de la province puis la déroute des Pavillons noirs qui contrôlaient Lào Cai ont engendré un banditisme transfrontalier chronique. Celui-ci est souvent associé à la contrebande de l’opium et des armes, sa principale source de revenus. En effet, les bandes qui se tiennent à proximité de la frontière sont souvent « à la solde des contrebandiers chinois [et ont] pour but de protéger les convois d’opium8 ». La contrebande de l’opium est un problème avant tout chinois. Bien avant l’arrivée des Français, les Chinois pratiquent le commerce de la drogue au royaume de l’Annam. Au Yunnan, ils assurent la production. Au Tonkin, ils ont la mainmise sur le transport et la distribution vers les consommateurs, également chinois en majorité. Les convois sont protégés par des individus armés. Tout cela a favorisé dès le départ une certaine réussite de tout un réseau de distribution parallèle de l’opium. À Lào Cai, une communauté chinoise participe déjà à ce commerce au moment de l’arrivée des Français en 1886. Ne parvenant pas à s’intégrer aux réseaux de commerce de l’opium, les Français les criminalisent et font alors la chasse aux trafiquants :

  • 9 « La suppression des territoires militaires », Chantecler, n° 424, 29 avril 1937.

« Pour faire des routes, des blockhaus il fallait de l’argent ; il en fallait aussi pour payer le personnel auxiliaire qui ne dépendait pas du ministère de la Guerre : alors on créa les fermes des jeux, celle de l’alcool, de l’opium ; on commercialisa la contrebande en l’exerçant officiellement ; ce qui lui donnait aussitôt un caractère d’incontestable légalité et lui assurait d’indéniables avantages sur les concurrents chinois, qu’on exécutait sur place pour leur apprendre à vivre9. »

  • 10 ANVN, RST, 72660-01, A. s. de la répression de la contrebande d’opium au Tonkin, 1906.

6La contrebande de l’opium se révèle véritablement récurrente, systématique. Sa permanence et son efficacité l’imposent dès le départ comme un élément fondamental des circuits de la drogue dans la région, dans la mesure où il fait peser une contrainte implacable sur le monopole officiel. Pour l’administration coloniale, la contrebande s’explique par deux raisons majeures : la cherté de l’opium officiel par rapport au marché parallèle, d’une part ; la culture du pavot, faite sur toute la frontière nord et nord-ouest du protectorat, et dépassant les besoins de la consommation locale et de l’exportation commerciale, d’autre part. La coexistence de ces deux causes a engendré la spéculation d’où est née la contrebande10. Face à ces deux causes s’ajoutent d’importantes défaillances du point de vue de la répression : l’absence d’un service de renseignements, la complicité de certains villages, le manque de coordination entre les chefs de province, etc.

7Au départ, la méthode d’acheminement la plus utilisée par les trafiquants est tout simplement le transport pédestre, employé aussi bien par de grands convois que par des groupes plus modestes de contrebandiers. Le recours à ce type de transport offre aux contrebandiers les plus grandes facilités, le maximum de chances avec le minimum de risques, du fait de la topographie accidentée du paysage de la région frontalière. Il est néanmoins fréquent que des convois de coolies, parfois attelés de chevaux, soient signalés dans la province. À titre d’exemple, un convoi de chevaux transportant près de 200 kg d’opium est signalé en août 1923 au commandant du poste-frontière de Pha Long :

  • 11 ANVN, RLC, 46-01, Jugements du tribunal de paix de Laokay contre indigènes, domiciliés à Laokay, po (...)

« Le 11 août à 1 h 15 l’interprète vient m’annoncer que le nommé Kou Si Kouî habitant Pha-Long venait de lui dire qu’étant à Laoka [Chine], il avait vu six chevaux portant des sacoches en cuir et des touques pleines d’opium, qu’il avait causé avec les commerçants et appris que devant se rendre à Pakha ils quitteraient Laoka au premier chant du coq de façon à passer à Pha-Long avant le jour11. »

8Cette fois, le groupe fut mis en déroute, ce qui n’est pas toujours le cas. Les routes suivies par les convois sont entrecoupées de points relais ou d’entrepôts. Les trafiquants y bénéficient souvent de l’aide de la population locale pour se ravitailler. De manière générale, ils sont très organisés et s’appuient sur de nombreuses complicités.

  • 12 ANOM, AP, 3252, Le trafic illicite de l’opium au Tonkin, 12 juin 1934. Le fonds de la direction des (...)

« Ces convois marchent presque toujours de nuit et suivant la nature du terrain font des étapes de 30 à 40 kilomètres. Dans le jour, ils s’immobilisent et restent cachés. Les hommes dorment et à tour de rôle veillent sur la marchandise. Les gîtes d’étape sont du reste soigneusement choisis, soit en forêt, soit dans un endroit sûr, mais autant que possible à proximité d’un village ou d’un marché pour que le ravitaillement puisse se faire facilement. Ce dernier est habituellement assuré par des complices. Dans le cas contraire, quelques hommes se détachent du convoi et vont jusqu’au centre le plus voisin acheter les provisions nécessaires. Tous les deux ou trois jours, il y a relais et changement de porteurs. Ceux-ci sont d’ordinaire recrutés parmi les habitants de la région qui doit être traversée12. »

9Mais il ne faut pas négliger les petits contrebandiers, très nombreux, souvent appréhendés en ville, dans le chef-lieu même de la province. La plupart du temps, ils introduisent frauduleusement des quantités modestes d’opium dans des objets du quotidien, comme les bicyclettes, des malles de voyage ou des théières :

  • 13 ANOM, RLC, 43-02, Colportage et importation frauduleuse d’opium de contrebande commis par les indig (...)

« [L’individu], portant à la main une théière annamite, renfermée dans un panier en rotin, nous le priâmes de nous laisser visiter le contenu, ce à quoi il acquiesça. Nous avons découvert enfermés dans la paille du panier servant à transporter la théière, 1° deux paquets contenant ensemble, environ cent soixante-dix grammes d’opium brut, 2° une petite boîte en cuivre renfermant environ vingt grammes d’opium préparé13. »

II. Combattre la fraude à Lào Cai

  • 14 ANOM, GGI, 1165, Construction d’une recette à Laokay (et agrandissement des docks de cette province (...)
  • 15 ANVN, RST, 37679 (1), Transformation du 4e Territoire Militaire en province civile de Lao Kay, 1905 (...)
  • 16 Philippe Le Failler, Monopole et prohibition de l’opium en Indochine : le pilori des chimères, Pari (...)

10Face à la contrebande, la principale mesure prise par l’administration est la répression directe du trafic transfrontalier, organisée et assurée par les douaniers et par les troupes régulières. Dans le chef-lieu de Lào Cai, un poste de douanes est installé dès février 1899, dans la continuité des mesures structurant le fonctionnement des monopoles. Le premier poste est placé à l’entrée de la ville au sud, puis un autre avant le pont du Nam-Ti à la frontière chinoise au nord. À partir de 1906, lorsque Lào Cai est reliée à Hà Nội par le chemin de fer de l’Indochine et du Yunnan, un bureau de douane est placé aux abords de la voie ferrée. Sa fonction est double : réceptionner les cargaisons d’opium du Yunnan pour le fonctionnement de la Régie et permettre un contrôle plus efficace des marchandises qui transitent par le train. En 1909, en plus des travaux d’agrandissement des entrepôts, une recette est construite afin de redistribuer l’opium aux débitants de la province14. Dans le reste de la province, ce sont avant tout les postes de police frontière, occupés par des troupes régulières, qui assurent la répression de la contrebande. À Lào Cai, ils sont au nombre de cinq : Pha Long, Mường Khương, Lào Cai, Bát Xát et Ban-Nam-Coun, auxquels s’ajoutent ceux intérieurs de Phong-Thổ, Bắc Hà et Mường Hum15. La région frontalière voit se multiplier les postes de police frontière, qui, s’ils ne permettent pas d’enrayer la fraude, permettent au moins d’avoir une meilleure connaissance des itinéraires parcourus par les convois chargés d’opium, mais également de contrôler en partie les villages proches de la frontière et de limiter leur soutien aux trafiquants. En 1927, pour centraliser l’organisation de la répression, l’administration des Douanes et Régies met en place un organisme chargé exclusivement de combattre la contrebande au Tonkin : la Brigade spéciale. Lào Cai est au cœur de ce programme, notamment en raison du passage du chemin de fer ; celui-ci constitue en effet le moyen le plus efficace pour acheminer l’opium vers le principal point de distribution vers l’international : Hải Phòng. Les résultats sont spectaculaires ; d’importantes saisies sont réalisées, ainsi qu’un redressement majeur des ventes de la Régie en Indochine. À Lào Cai, les années 1928 à 1930 sont les plus fructueuses en matière de saisies16.

  • 17 La Régie supprime dès 1907 la vente de l’opium du Yunnan en Cochinchine et au Cambodge, et fait le (...)
  • 18 La première conférence internationale se réunit à Shanghai en février 1909. La conférence de La Hay (...)
  • 19 « Arrêté du 13 avril 1922 autorisant la mise en vente d’opiums de zone et fixant les prix de cessio (...)
  • 20 La réduction de la fourniture de l’opium chinois correspond aux succès du plan de Six Ans mis en pl (...)

11Les obstacles rencontrés par la Régie en matière de fourniture et de vente de l’opium conduisent l’administration à envisager des solutions moins agressives que la répression directe. Les prix de la contrebande sont en effet nettement inférieurs à ceux pratiqués par la Régie, ce qui conduit naturellement les consommateurs à se tourner vers le marché interlope. Dès 1901, elle choisit alors de baisser les tarifs de l’opium dans les provinces frontalières, afin de concurrencer le trafic illicite. Mais la Régie est tributaire de l’approvisionnement en opium chinois, dont la production est sujette au contexte politique. Dès 1906, un édit impérial chinois projette de supprimer la consommation, la culture et la vente de l’opium. La Régie qui procède à des achats d’opium chinois est menacée par une rupture de stock, et les prix augmentent inévitablement17. Jusqu’en 1922, les prix de vente de l’opium de la Régie sont ainsi en constante augmentation. Cela est dû au contexte et aux aléas de la production, mais aussi à la pression de la communauté internationale à travers plusieurs conférences contre le « fléau » de l’opium18. Mais la différence entre les prix de l’opium officiel et celui de l’opium illicite est devenue très importante, à tel point que la Régie instaure un découpage en « zones » dès 1922 ; il s’agit alors de diminuer les prix de vente de l’opium dans les lieux où la contrebande est la plus active : un régime spécial de vente à un prix nettement inférieur au reste de l’Indochine est ainsi appliqué aux régions qui bordent la frontière avec le Yunnan. La première « zone » (voir carte 1) comprend la province de Lào Cai ainsi que les 2e, 3e et 4e territoires militaires, la seconde comprend les provinces de Bắc Kạn, Lạng Sơn et le premier territoire militaire19. Des estampillages correspondant à la qualité de l’opium – Bénarès ou Yunnan – et à la zone de vente sont appliqués sur les boîtes de la Régie. Ce cachet a évidemment pour but d’enrayer la circulation des opiums destinés aux deux zones vers les autres régions faisant partie du régime général. De 1925 à 1937, le régime des zones est étendu en Indochine et les prix sont régulièrement revus à la baisse. En 1937, la réduction de la production initiée par le Gouvernement chinois oblige la Régie à revoir ses tarifs, mais elle en préserve des prix bas pour les régions frontalières20. La zone « Haute Région » est créée et comprend les 2e, 3e et 4e territoires militaires, ainsi que la province de Lào Cai et le 5e territoire militaire, et enfin les provinces laotiennes.

Carte 1. Zones tarifaires en 1938

Carte 1. Zones tarifaires en 1938

Source : Jacques Dumarest, Les monopoles de l’opium et du sel en Indochine, Lyon, Bosc Frères, M. & L. Riou, 1938, p. 9, http://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb32055438p.

  • 21 ANOM, AP, 3252, Le trafic illicite de l’opium au Tonkin, 1934, p. 8.

12En dépit des réductions de prix de l’opium officiel, les tarifs pratiqués par la contrebande demeurent très compétitifs. Ainsi, en 1934, alors que l’opium préparé de la Régie est vendu 80 piastres le kilogramme à Lào Cai, l’opium brut vaut à Hà Khẩu (Ho Kéou) – ville frontière chinoise située en face de Lào Cai – de 10 à 15 piastres le kilogramme21. Le prix est doublé lorsque l’opium est préparé, acheminé, puis vendu dans le delta du fleuve Rouge, à 300 km de Lào Cai, et vaut de 25 à 35 piastres le kilogramme ; le tarif reste toutefois largement inférieur à celui de la Régie (100 piastres). La différence significative de prix entre l’opium manufacturé et l’opium des circuits illicites explique que, malgré la sévérité des sanctions encourues et l’intensité de la répression, le consommateur s’approvisionne le plus souvent possible en recourant à la contrebande. Dès lors, la Régie de l’opium fait face à une situation délicate. Si elle abaisse le prix officiel au niveau de la contrebande, elle risque d’être accusée de favoriser l’opiomanie, contrairement aux engagements pris par la France auprès de la communauté internationale. Si au contraire elle élève les prix de vente pour conduire à la suppression progressive de l’usage de la drogue, les consommateurs se tourneront inévitablement vers la contrebande et l’intensité de la fraude s’accentuera.

13Face à cette situation, la Régie s’en tient à un juste milieu. Elle fixe les prix à un niveau suffisamment élevé pour ne pas favoriser l’usage de l’opium, en essayant de les maintenir aussi bas que possible pour ne pas laisser trop de marge aux bénéfices de la contrebande.

  • 22 Maïté Lesné-Ferret, « Une juridiction spécifique : le juge de paix à compétence étendue », in Berna (...)
  • 23 Ibid., p. 125-126.
  • 24 ANVN, RST, 37679(1), Transformation du 4e territoire militaire en province civile de Lao Kay, 1905- (...)
  • 25 Les textes qui servent de référence pour tous les jugements en matière de contrebande de l’opium so (...)

14L’élaboration d’un système législatif spécifique n’a de sens que si la réglementation est appliquée effectivement par un système judiciaire efficace. En Indochine comme dans le cadre colonial général, les tribunaux importés répondaient à la nécessité de combiner les systèmes judiciaires métropolitains avec des formes judiciaires préexistantes, et en fonction des conditions locales particulières. Dans les provinces éloignées des tribunaux de première instance et de la cour de Hà Nội, il fallait trouver un système pratique pouvant s’adapter aux situations locales, tout en diffusant le système judiciaire français : le modèle de la justice de paix à compétence étendue s’avère le plus à même de répondre à cette exigence22. Cette institution fut alors mise en place à Lào Cai. Les fonctions de juge de paix y sont exercées par les résidents de la province, qui ne sont pas des magistrats. Les juges de paix sont des « hommes à tout faire », omniprésents, faisant face à une grande diversité d’affaires23. À Lào Cai, ils traitent essentiellement des affaires de contrebande d’opium. Le tribunal est installé dans les mêmes locaux que ceux de la Résidence24. Lorsqu’un trafiquant est arrêté par un agent des Douanes, un procès-verbal est dressé contre lui au bureau du receveur subordonné au chef-lieu de Lào Cai. Le contrevenant est alors conduit immédiatement devant le juge de paix, qui le maintient alors officiellement en état d’arrestation. L’individu fait l’objet d’une assignation à comparaître devant le tribunal correctionnel quelques jours plus tard. Lors du jugement, la partie civile, représentée par le receveur des Douanes, présente, en vertu des lois en vigueur, les peines requises contre le prévenu, ainsi que les dommages-intérêts calculés proportionnellement à la quantité d’opium saisie25. La condamnation est presque toujours prononcée. Les contrebandiers reconnus coupables écopent d’une peine de prison, d’une amende en francs, et de dommages-intérêts en piastres à verser à l’administration des Douanes et Régies.

  • 26 ANVN, RLC, 33, 33-01, Rôle d’audience correctionnelle, 1903-1935. Sur 1 519 prévenus sur l’ensemble (...)
  • 27 ANVN, RLC, 33-01, Rôle d’audience correctionnelle, 1914-1935.
  • 28 Le manque à gagner est considérable. Pour l’année 1920, dans le seul cas de Lào Cai, ce sont près d (...)

15Les rouages du système judiciaire semblent alors bien huilés, mais si l’on se penche plus précisément sur l’application des peines, nous nous apercevons qu’il existe un décalage avec la réalité. Tout d’abord, un grand nombre d’affaires qui sont traitées par le tribunal de Lào Cai concernent des trafiquants qui n’ont pu être appréhendés par les autorités. C’est ainsi qu’apparaissent dans les rôles d’audience correctionnelle l’ensemble des saisies d’opium contre « inconnu(s) », qui constituent près de 44 % de l’ensemble des affaires de contrebande d’opium traitées par le tribunal de paix de Lào Cai entre 1903 et 193426. Par ailleurs, dans les cas où les jugements sont effectivement prononcés, la presque totalité des peines pécuniaires ne sont jamais payées. Lorsque l’individu arrêté se trouve dans l’incapacité de s’acquitter des peines d’amende et de dommages et intérêts, l’administration des Douanes et Régies peut déposer une requête de fin d’arrestation ou d’application de la contrainte par corps par voie de recommandation auprès du juge. Dans la plupart des cas, la contrainte par corps est appliquée car les contrebandiers condamnés se trouvent dans l’incapacité de payer. Les données disponibles ne permettent pas de savoir si elle est systématiquement mise en exécution sur l’ensemble de la période. Cependant, entre le 11 août 1919 et le 9 avril 1923, pour une raison inconnue, la date de libération des contrebandiers est toujours annotée dans le rôle d’audience correctionnelle du tribunal de paix de Lào Cai27. Lorsque celle-ci dépasse la durée initialement prévue par le jugement, on peut considérer que la contrainte a été appliquée. Sur cet échantillon de quatre années, pour un total de 189 affaires, on compte 142 contraintes par corps, soit 75 % de l’effectif total. Dans les autres cas, la fin de peine a été prononcée. Il ressort cependant que celles-ci ne sont pas toujours dues à des transactions avec l’administration des Douanes et Régies, mais qu’elles s’expliquent aussi par des décès, des évasions ou des déplacements des détenus vers Hà Nội. Ainsi, les transactions ne comptent que pour 38,3 % des fins de peine. Dans les autres cas, les peines pécuniaires ne sont pas acquittées. Cela coûte cher à la colonie, qui doit entretenir les détenus et leur surveillance, et ne perçoit pas le paiement des amendes et des dommages-intérêts28.

III. L’intégration de Lào Cai au trafic illicite de l’opium en Extrême‑Orient

  • 29 En décembre 1915, le général Tsai (1882-1916) proclame l’indépendance du Yunnan et envahit le Sichu (...)
  • 30 Archives du ministère des Affaires étrangères à La Courneuve, 11PAAP6, Papiers de Paul Beau, Situat (...)

16Au milieu de territoires militaires, Lào Cai présente la particularité d’être une province d’administration civile depuis 1907. Ce choix s’inscrit dans une politique d’intégration de la province avec Hà Nội, notamment en raison des relations commerciales avec la Chine. Cela se traduit notamment par la construction du chemin de fer du Yunnan passant par Lào Cai dès 1906. Cette intégration, loin de signifier un meilleur contrôle et une diminution de la contrebande, a au contraire participé à la mutation du trafic. Alors que l’instabilité politique en Chine, en raison de la guerre civile, met à mal la circulation de l’opium des régions de production – du Yunnan et du Sichuan – vers les centres de consommation sur la côte chinoise, les organisations de marchands d’opium chinois cherchent des voies de passage efficaces et sûres29. La route du Tonkin est idéale puisqu’elle offre une liaison rapide avec Hải Phòng, grâce au fleuve Rouge, mais surtout par le chemin de fer. À partir de là, la marchandise est exportée par bateau jusque Canton ou la colonie anglaise de Hong Kong, notamment. Au départ, de petites organisations de trafiquants exercent leur activité de la province frontalière de Lào Cai au delta du fleuve Rouge, à l’instar du « syndicat » de Hoạc Xá, village dans lequel les habitants « sont contrebandiers de père en fils, soit qu’ils fassent le métier pour leur propre compte, soit qu’ils s’engagent comme rameurs à bord des jonques de contrebande appartenant aux habitants riches du village30 ». De là, l’opium se diffuse par petites quantités dans le delta afin d’alimenter la consommation locale. Mais le nombre d’intermédiaires reste assez faible et les quantités importées puis distribuées constituent rarement plus de quelques dizaines de kilogrammes.

  • 31 ANOM, AP, 2424, Dossier 1, Rapport sur le trafic illicite de l’opium au Tonkin, 1934.
  • 32 ANOM, AP, 3252, Le trafic illicite de l’opium au Tonkin, 12 juin 1934.
  • 33 ANVN, RLC, 43-02, 45, 46, 48, 48-01, 58. Dans les bagages, ce sont tantôt des malles ou caisses en (...)
  • 34 ANVN, RLC, 58, Contrebandes d’opium commises par les Chinois et les indigènes demeurant à Lao Kay, (...)
  • 35 ANVN, CIY, 292, Liste des agents révoqués pour contrebande d’opium et réclamation des agents du Ser (...)
  • 36 ANVN, CIY, 4683, Découverte, trafic, transport d’alcool et d’opium de contrebande dans les trains e (...)
  • 37 ANVN, CIY, 4681, A. s. examens des points envisagés dans la conférence du 22 septembre 1930 avec la (...)
  • 38 ANVN, CIY, 4683, « Liste des découvertes d’opium », 1929-1943, Découverte, trafic, transport d’alco (...)

17Durant l’entre-deux-guerres, un tournant s’opère, et l’on assiste progressivement à une véritable industrialisation de la fraude. Les trafiquants redoublent d’ingéniosité pour adopter des procédés rationnels qui permettent de faciliter le transport de la drogue, en réduisant son volume et son poids. C’est ainsi que grâce à un équipement moderne, « l’opium sort des presses, sous forme de pains rectangulaires, compacts, sinon homogènes », et est déshydraté au maximum31. Une autre astuce de certains trafiquants consiste à fabriquer de fausses boîtes de biscuits remplies d’opium, conçues à partir d’une vraie marque et imitant parfaitement l’emballage. Seul le poids des boîtes permet de découvrir le subterfuge32. Les exemples de camouflage ou dissimulations abondent, du fait de la formidable malléabilité de l’opium. Si les formes traditionnelles du transport de l’opium par voies terrestre et fluviale sont maintenues, les moyens utilisés ont évolué ; ils sont désormais plus sophistiqués et s’intègrent dans les moyens de transport modernes plus rapides comme l’automobile. Mais le cas le plus éloquent est le chemin de fer, qui fait l’objet de dissimulations aussi variées que surprenantes. Les caches les plus courantes semblent être les freins à vide, les réservoirs du tender, et les différents composants des locomotives et des wagons33. Cette utilisation des machines révèle l’implication des mécaniciens et autres agents de la Compagnie française des chemins de fer de l’Indochine et du Yunnan. Ce sont des intermédiaires de taille pour les organisations qui souhaitent faire transiter de grandes quantités de marchandise prohibée avec un risque moindre. Le 7 avril 1921, lors d’une visite du dépôt de Phố Mới et de la locomotive n° 67, le préposé des Douanes et Régies de Lào Cai, Henri Goireau, a « découvert dans les deux fosses d’attelage de la locomotive et dans les boggies, un nombre total de cent dix-neuf paquets d’opium brut », pour un total de 87 kg34. La compagnie s’est souciée du problème qui menace le bon fonctionnement de l’exploitation. Ainsi, elle dresse des listes des agents révoqués et à remplacer pour assurer la circulation normale des trains35. Le principal problème qui inquiète la direction est la fréquence de l’utilisation des freins pour dissimuler l’opium, qui ne sont évidemment pas conçus à des fins de fret, mais visent à garantir la sécurité des voyageurs36. Pourtant jusqu’en 1940, date à laquelle la circulation des trains est interrompue par les Japonais à la frontière, la compagnie ne prend jamais de décision durable pour remédier à l’implication de ses agents dans ce trafic. En dépit d’une collaboration étroite avec l’administration des Douanes & Régies37, elle ne prend pas la peine par exemple de revoir les salaires versés à ses employés. La compagnie reste ainsi largement dépassée par le phénomène, et de nombreuses saisies sont effectuées dans ses trains jusqu’en 194038.

  • 39 BNF, Société des Nations, Commission consultative du trafic de l’opium et autres drogues nuisibles, (...)
  • 40 ANOM, GGI, 43042, Saisie de 550 kg d’opium, le 12 septembre 1934, dans un lot de peaux de bœufs exp (...)

18La majeure partie de la marchandise passe néanmoins entre les mailles du filet et l’opium se retrouve jusque dans les principaux lieux de consommation sur la côte chinoise. C’est ainsi qu’en 1934, dans un entrepôt du port de Hong Kong, ont été découvertes 67 balles de peaux de vache, pour un total de 303 peaux, à l’intérieur desquelles était cousu un carré de peau indiscernable qui permettait de cacher de l’opium39. Près de 657 kg d’opium ont ainsi été saisis, ce qui n’est pas rien si l’on considère l’ensemble du parcours effectué par la marchandise jusque Hong Kong. En effet, il s’agit d’un opium du Yunnan, contenu dans des peaux expédiées depuis le port de Hải Phòng par un transitaire. La marchandise avait auparavant effectué le trajet de Yunnanfou jusqu’à Hải Phòng en passant par Lào Cai. Sur le trajet, les autorités ont procédé à deux reprises à une vérification de la marchandise, car « les opérations de l’espèce sont étroitement surveillées par le service des Douanes et Régies, et, en particulier, l’expédition [signalée] a été vérifiée en gare de Pho-Moi (Laokay) et avant l’embarquement à Haiphong40 ». Mais cette vérification minutieuse « n’a révélé aucune infraction ». Une enquête a été commandée par le Gouvernement général auprès du consul de France à Yunnanfou afin d’en savoir plus sur les expéditeurs. Elle révèle l’existence d’une puissante organisation de contrebande d’opium dont la vitrine est une société d’exportation de peaux basée à Yunnanfou. Les deux propriétaires de la société Lin Ta Hi et Ou San se seraient alors fait remarquer par le milieu marchand de la ville :

  • 41 ANOM, GGI, 43042, ibid., Lettre confidentielle du délégué du ministère des Affaires étrangères au Y (...)

« Le sieur Lin Ta Hi, a réussi […] à faire s’accréditer à Yunnanfou une légende selon laquelle il posséderait des intelligences dans les services des douanes de l’Indochine, tant à Laokay qu’à Haiphong, et serait assuré de toute impunité en abandonnant 40 % des bénéfices de son trafic à ses prétendus complices41. »

  • 42 ANOM, RST, 886, Rapport à Monsieur le gouverneur général a. s. de la contrebande d’opium dans la va (...)
  • 43 L’enquête met notamment en évidence les relations entre le brigadier Yves Martin et un trafiquant a (...)

19Cette possible implication d’agents de l’administration des Douanes et Régies n’est pas sans rappeler d’autres affaires ayant révélé d’importantes compromissions qui ont pu auparavant faciliter l’action d’organisations de trafiquants d’opium. L’exemple le plus éloquent est le scandale qui a éclaboussé le chef de la Brigade spéciale – citée plus haut –, Joseph Barbaud, en 1931. Alors que la Brigade spéciale effectuait de nombreuses saisies au nord du Tonkin français, la mort suspecte d’un pêcheur au cours d’une saisie déclarée fictive à Lào Cai a attiré l’attention de l’administration coloniale, et celle de la Sûreté en particulier. Le gouverneur général, informé de ces faits, commandite une enquête dirigée par l’inspecteur général du travail Paul Delamarre. Par la constitution d’un volumineux rapport agrémenté de nombreuses pièces à conviction, il confirma les soupçons de collusion entre certains brigadiers et des trafiquants d’opium42. De puissants contrebandiers bénéficiaient ainsi de facilités pour franchir la frontière à Lào Cai et transporter la drogue jusqu’au delta du fleuve Rouge. Le scandale qui suivit connut alors un grand retentissement en Indochine43.

20Jusqu’en 1940, date à laquelle le Japon prend le contrôle de la région frontalière de Lào Cai, l’impossibilité de maîtriser les sources des circuits de l’opium, c’est-à-dire les régions productrices chinoises, a certainement été l’une des principales causes de la contrebande. En dépit des nombreuses mesures et stratégies visant à préserver les intérêts du monopole de l’opium, pilier économique majeur du Gouvernement général de l’Indochine, l’administration coloniale n’est pas parvenue à éliminer la fraude transfrontalière. Plus encore, la contrebande qui a toujours fait partie de l’économie de la région s’organise durant l’entre-deux-guerres à une échelle sans précédent. Redoublant d’ingéniosité et s’appuyant sur de nombreuses complicités au sein même de l’administration coloniale, les contrebandiers ont constitué de véritables cartels et ont intégré Lào Cai à leurs réseaux illicites trans-impériaux en Extrême-Orient.

Notes

1 Cette étude utilise de nombreuses sources issues du fonds ministériel des Affaires politiques (AP) et du fonds du Gouvernement général de l’Indochine (GGI), conservées au Centre des Archives nationales d’outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence. En outre, elle mobilise les fonds de la Résidence de Lào Cai (RLC), de la Résidence supérieure au Tonkin (RST), et de la Compagnie française des chemins de fer de l’Indochine et du Yunnan (CIY) rassemblés au Centre n° 1 des Archives nationales du Việt Nam à Hà Nội (ANVN).

2 « Arrêté confiant à l’administration des douanes et régies l’exploitation de l’opium et fixant les règles générales de cette exploitation », Bulletin officiel de l’Indochine française, 1893, p. 488-489.

3 Chantal Descours-Gatin, Quand l’opium finançait la colonisation en Indochine, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 222-224.

4 ANVN, RST, 14304, Convention relative aux maisons de commerce à Laokay par Bleton, négociant, 1894. Il s’agit du commissionnaire français Alcide Bleton, accrédité pour tous les achats d’opium du Yunnan auprès de la Régie. Les achats d’opium brut lui sont confiés moyennant une redevance.

5 Afin d’être consommé selon la « méthode thébaïque extrême-orientale », c’est-à-dire fumé, l’opium doit subir une préparation appelée « bouillage ».

6 Bradley C. Davis, Imperial Bandits. Outlaws and Rebels in the China-Vietnam Borderlands, Seattle et Londres, University of Washington Press, 2017 ; Johann Grémont, « Pirates et contrebandiers le long de la frontière sino-vietnamienne : une frontière à l’épreuve ? (1895-1940) », thèse de doctorat d’épistémologie et d’histoire des sciences, sous la direction d’Emmanuel Poisson, Université Paris-Diderot, 2017.

7 Au sens donné par le géographe Roger Brunet, pour qui les marches sont « des périphéries-tampons, des espaces tenus mais non incorporés, des espaces de protection et d’expérimentation, avec des populations tantôt insoumises, tantôt ignorées, tantôt utilisées, […] parfois vassales, ayant fait acte d’allégeance mais pour une confiance limitée ». Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry (dir.), Les mots de la géographie, Paris, Reclus, La Documentation française, 1992, p. 291.

8 ANOM, GGI, 65373, Résumé des renseignements reçus à l’État-major du 16 octobre au 15 novembre 1914.

9 « La suppression des territoires militaires », Chantecler, n° 424, 29 avril 1937.

10 ANVN, RST, 72660-01, A. s. de la répression de la contrebande d’opium au Tonkin, 1906.

11 ANVN, RLC, 46-01, Jugements du tribunal de paix de Laokay contre indigènes, domiciliés à Laokay, pour importation frauduleuse du thé, coupe de bois de feu sans permis, 1923.

12 ANOM, AP, 3252, Le trafic illicite de l’opium au Tonkin, 12 juin 1934. Le fonds de la direction des Affaires politiques, issu de la section outre-mer du ministère des Colonies, rassemble de nombreux rapports de synthèse sur l’opium qui devient un enjeu international au début du xxe siècle, notamment lorsque la Société des Nations prend en charge la question de l’opium par l’intermédiaire de la Commission consultative sur l’opium créée en 1920.

13 ANOM, RLC, 43-02, Colportage et importation frauduleuse d’opium de contrebande commis par les indigènes et les Chinois à Lao Kay, 1913-1914. Procès-verbal contre Trương Yun Sing, 15 février 1913.

14 ANOM, GGI, 1165, Construction d’une recette à Laokay (et agrandissement des docks de cette province), 1910.

15 ANVN, RST, 37679 (1), Transformation du 4e Territoire Militaire en province civile de Lao Kay, 1905-1908. Voir aussi J. Grémont, Pirates et contrebandiers…, op. cit.

16 Philippe Le Failler, Monopole et prohibition de l’opium en Indochine : le pilori des chimères, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 317 ; ANVN, RLC, 33, 33-01, Rôle d’audience correctionnelle, 1909-1935. À Lào Cai, les quantités d’opium saisies passent de 111 kg en 1927 à 4 108 kg en 1928 (la quantité saisie a été multipliée par 37), 2 211 kg en 1929, et 4 322 kg en 1930. À l’échelle de l’Indochine, les saisies passent de 6 520 kg en 1927 à 15 090 kg en 1928 (soit une augmentation de 131 %), 13 120 kg en 1929, et 14 790 kg en 1930.

17 La Régie supprime dès 1907 la vente de l’opium du Yunnan en Cochinchine et au Cambodge, et fait le choix d’augmenter les tarifs de l’opium de Bénarès (Inde). Elle réserve l’opium du Yunnan pour l’Annam et le Tonkin, toujours pour concurrencer la contrebande. En réalité, la Régie ne savait pas comment pallier cette difficulté financière majeure que représente l’arrêt des approvisionnements en opium du Yunnan. En 1910, la suppression de la vente dans certaines provinces du Tonkin, à Hà Nội et Hải Phòng, et l’augmentation des tarifs dans les autres sont inévitables. À Lào Cai, en 1908, le prix de l’opium du Yunnan vendu par la Régie est de 41,14 dollars le kilogramme. En 1910, son prix passe à 71,50 dollars le kilogramme.

18 La première conférence internationale se réunit à Shanghai en février 1909. La conférence de La Haye s’achève quant à elle en 1912 par la signature d’une convention par laquelle les puissances contractantes prennent l’engagement de supprimer l’importation de l’opium, d’en empêcher ou d’en contrôler l’exportation, et d’en supprimer graduellement la fabrication, le commerce et la consommation. Mais il faut attendre le traité de Versailles de 1919 pour assister à l’application des engagements de La Haye, et la prise en charge de la question des stupéfiants par la Société des Nations.

19 « Arrêté du 13 avril 1922 autorisant la mise en vente d’opiums de zone et fixant les prix de cession de ces opiums », Annales des Douanes et Régies de l’Indochine, Hanoi, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1922.

20 La réduction de la fourniture de l’opium chinois correspond aux succès du plan de Six Ans mis en place par le Guomindang en 1934, après avoir soumis les principaux seigneurs de la guerre. Ce plan a pour objectif de supprimer progressivement la production, le commerce et la consommation de l’opium par la taxation et le monopole d’État.

21 ANOM, AP, 3252, Le trafic illicite de l’opium au Tonkin, 1934, p. 8.

22 Maïté Lesné-Ferret, « Une juridiction spécifique : le juge de paix à compétence étendue », in Bernard Durand, Martine Fabre, Mamadou Badji (dir.), Le juge et l’outre-mer, Justicia litterata : aequitate uti ? La conquête de la Toison, t. 6, Lille, Centre d’histoire judiciaire, 2010, p. 117-147.

23 Ibid., p. 125-126.

24 ANVN, RST, 37679(1), Transformation du 4e territoire militaire en province civile de Lao Kay, 1905-1908.

25 Les textes qui servent de référence pour tous les jugements en matière de contrebande de l’opium sont l’arrêté du 7 février 1899, puis celui du 18 octobre 1921 qui réglemente les trois régies alcool, opium et sel.

26 ANVN, RLC, 33, 33-01, Rôle d’audience correctionnelle, 1903-1935. Sur 1 519 prévenus sur l’ensemble de la période, les inconnus sont au nombre de 671.

27 ANVN, RLC, 33-01, Rôle d’audience correctionnelle, 1914-1935.

28 Le manque à gagner est considérable. Pour l’année 1920, dans le seul cas de Lào Cai, ce sont près de 500 000 piastres qui ne rentrent pas dans les caisses de l’Administration.

29 En décembre 1915, le général Tsai (1882-1916) proclame l’indépendance du Yunnan et envahit le Sichuan. La production de l’opium – alors significativement réduite par le plan de Dix Ans (1906) – reprend progressivement en raison de l’importante demande et des revenus qui permettent d’entretenir les armées. Jusqu’au milieu des années 1930, la production ne diminue plus, car les revenus de l’opium sont si importants qu’y renoncer équivaut à un suicide politique pour les seigneurs de la guerre. Les circuits de distribution de l’opium se reconfigurent alors selon les contextes, et n’hésitent pas à emprunter la voie du Tonkin. Sur l’opium en Chine durant la période républicaine, voir Xavier Paulès, Histoire d’une drogue en sursis. L’opium à Canton 1906-1936, Paris, Éd. EHESS, 2010.

30 Archives du ministère des Affaires étrangères à La Courneuve, 11PAAP6, Papiers de Paul Beau, Situation en Indochine (Renseignements sur les différentes régions), 1906. À propos de ce « syndicat », voir aussi ANOM, GGI, 1411, Affaire de Hoạc-Xá, 1906 ; ANOM, GGI, 8509, Contrebande d’opium dans la province de Son Täy, 1901.

31 ANOM, AP, 2424, Dossier 1, Rapport sur le trafic illicite de l’opium au Tonkin, 1934.

32 ANOM, AP, 3252, Le trafic illicite de l’opium au Tonkin, 12 juin 1934.

33 ANVN, RLC, 43-02, 45, 46, 48, 48-01, 58. Dans les bagages, ce sont tantôt des malles ou caisses en bois à double paroi, des valises, des chargements de fruits et légumes, des marmites et autres récipients truqués ; dans les équipements des wagons, ce sont les cabinets d’aisances, les doubles plafonds, etc.

34 ANVN, RLC, 58, Contrebandes d’opium commises par les Chinois et les indigènes demeurant à Lao Kay, 1921. PV du 8 avril 1921 dressé contre Nguyên-văn-Dai, chauffeur, Yến, mécanicien, et contre la Compagnie française des chemins de fer de l’Indochine et du Yunnan, civilement responsable.

35 ANVN, CIY, 292, Liste des agents révoqués pour contrebande d’opium et réclamation des agents du Service « Trafic et Mouvement » a. s. du licenciement du personnel à la suite de la contrebande d’opium, 1923-1929.

36 ANVN, CIY, 4683, Découverte, trafic, transport d’alcool et d’opium de contrebande dans les trains et dans les emprises du chemin de fer, 1921-1940. Modification de réservoir à vide des wagons pour transport d’opium. Ordre général n° 459 du directeur de l’exploitation Lécorché du 3 novembre 1928.

37 ANVN, CIY, 4681, A. s. examens des points envisagés dans la conférence du 22 septembre 1930 avec la Douane sur la répression de la contrebande d’opium, 1930-1937.

38 ANVN, CIY, 4683, « Liste des découvertes d’opium », 1929-1943, Découverte, trafic, transport d’alcool et d’opiums de contrebande dans les trains et dans les emprises du chemin de fer, 1921-1940.

39 BNF, Société des Nations, Commission consultative du trafic de l’opium et autres drogues nuisibles, Liste des transactions illicites et des saisies communiquées à la Société des Nations, 1934.

40 ANOM, GGI, 43042, Saisie de 550 kg d’opium, le 12 septembre 1934, dans un lot de peaux de bœufs expédié de Haiphong par le steamer « Canton ».

41 ANOM, GGI, 43042, ibid., Lettre confidentielle du délégué du ministère des Affaires étrangères au Yunnan au gouverneur général de l’Indochine, 11 décembre 1934.

42 ANOM, RST, 886, Rapport à Monsieur le gouverneur général a. s. de la contrebande d’opium dans la vallée du fleuve Rouge et du rôle de la Brigade spéciale de l’opium, 1931.

43 L’enquête met notamment en évidence les relations entre le brigadier Yves Martin et un trafiquant appelé Ky Sinh, ainsi qu’avec Tổng Công qui menait des opérations de plus grande envergure, et participait activement au financement des révolutionnaires nationalistes à la fin des années 1920. Joseph Barbaud aurait alors eu une parfaite connaissance des agissements de ses agents et aurait même rencontré Tổng Công à plusieurs reprises. Une violente campagne de presse a alimenté ce qu’on appelle alors le « Scandale de l’opium » ou l’« Affaire Barbaud », et les protagonistes sont jugés à la cour criminelle de Hà Nộ en mars 1933. Des doutes subsistent quant à la culpabilité réelle de Joseph Barbaud, corrompu pour les uns, ou qui avait eu le malheur de s’intéresser de trop près aux agissements de certains indicateurs de la Sûreté dans les environs de Hải Phòng pour les autres.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Zones tarifaires en 1938
Crédits Source : Jacques Dumarest, Les monopoles de l’opium et du sel en Indochine, Lyon, Bosc Frères, M. & L. Riou, 1938, p. 9, http://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb32055438p.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

Auteur

Titulaire d’un master d’histoire sur « La contrebande de l’opium dans la province de Lào Cai (1886-1940) » en 2018, réalisé sous la direction de Pierre Singaravélou à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Thomas Claré prépare actuelle­ment l’agrégation d’histoire et envisage une thèse sur « La contrebande de l’opium en Indochine française : réseaux, flux et territoires de l’illicite (1858‑1954) ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search