Version classiqueVersion mobile

Fraudes, frontières et territoires (XIIIe-XXIe siècle)

 | 
Béatrice Touchelay

La fraude et ses sociabilités au cœur des luttes de pouvoirs

Fraudes et frontières. Anjou et Loire au tournant de la Révolution française

Anne Rolland-Boulestreau

Texte intégral

  • 1 François Uzureau, Tableau de la province d’Anjou (1762-1766), Extrait des mémoires de la Société na (...)
  • 2 Louis-Antoine de Caraccioli, « Voyage de la raison en Europe », in Voyages imaginaires, songes, vis (...)

1À la veille de la Révolution française, nombreux sont ceux qui soulignent la douceur angevine, au diapason de sa nature, marquée par la Loire qui participe à l’identité et à la beauté des paysages : « La province d’Anjou a la réputation d’être une des plus belles et des plus fertiles du royaume, et en effet, elle le mérite, principalement par rapport aux parties qui se trouvent le long de la Loire et des autres rivières qui la traversent1 ». Bien sûr, les Angevins ne sont pas des « excités. Ils sont naturellement mous2 », comme le regrette Louis-Antoine Caraccioli, lettré renommé du xviiie siècle et grand observateur des Européens.

2Bien loin de cette représentation, la vallée ligérienne a formé dans l’histoire de l’Ancien Régime une ligne de démarcation plus redoutable que ne le pensent observateurs et voyageurs pressés. Elle est d’abord une frontière fiscale entre les différents pays de gabelle, au nord et au sud ; cet impôt sur le sel a été ainsi à l’origine de nombreuses fraudes et de nombreuses tensions – pour ne pas dire de violences – attestées tout au long de l’Ancien Régime entre l’Anjou et la Bretagne. Elle trace ensuite la ligne de front entre les pays républicains et ceux, insurgés, qui forment la Vendée militaire, à partir de mars 1793.

  • 3 Bruno Tertrais, Géopolitique des frontières : quelles réalités ?, Diploweb, 19 octobre 2017, www.di (...)
  • 4 Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Paris, (...)
  • 5 Anne Conchon, « Introduction », Hypothèses, vol. 1, n° 1, 1998, p. 67.

3Bruno Tertrais estime que toute frontière est une convention3. Roger Brunet, dans son Dictionnaire géographique, souligne à quel point « toutes les frontières par définition sont artificielles ». Les frontières dites « naturelles » relèvent de constructions intellectuelles et politiques, « élaborées à partir de considérations militaires locales et de la lecture de cartes qui surreprésentaient les rivières et des chaînes de montagnes parfois imaginaires4 », même si, comme le rappelle Anne Conchon, certaines d’entre elles peuvent constituer « un espace homogène façonné par les populations riveraines et structuré par des flux d’échanges et de commerce5 ».

  • 6 Nicolas Delalande, Les batailles d’impôt consentement et résistances de 1789 à nos jours, Paris, Se (...)

4Si « l’histoire du rapport des citoyens à l’impôt est autant faite d’acceptations, volontaires ou résignées, que de frictions et de résistances6 », alors la Loire fournit à l’historien un bon laboratoire pour aborder bien des sujets d’étude : le rapport des Français de la fin du xviiie siècle à la fiscalité – une fiscalité subie, souvent contestée, parfois détournée et combattue ; la fraude qui en découle parfois ; l’attitude des Français devant des lois révolutionnaires qu’ils jugent iniques et inacceptables ; aussi, et de façon plus générale, leurs relations avec l’État, quelle que soit sa nature, entre la monarchie absolue à la fin de l’Ancien Régime et la République à partir de 1792.

5Les sociétés ligériennes offrent donc un angle de recherche intéressant à plus d’un titre. Elles permettent d’adopter un cadrage suffisamment serré, pour reprendre une terminologie propre à la photographie ; une focale suffisamment petite, en quelque sorte, comme l’expérimente la micro-histoire, pour observer et mesurer les changements de comportement devant les impôts et les lois.

6Il s’agira ici d’envisager la Loire comme objet géopolitique, en montrant comment le fleuve est une frontière fabriquée par l’État, changeant de nature selon les circonstances (impositions ou conflit), avant de la confronter à la réaction des populations locales. Sous son apparence de limite naturelle, parfois difficile à franchir effectivement, la Loire est une barricade fiscale, suscitant bien des contestations, voire des violences. Pour y remédier, la monarchie absolue de la fin du xviiie siècle envisage des réformes de grande ampleur, en s’appuyant sur les notables provinciaux. À la faveur de la Révolution française, les cadres fiscaux sont remaniés. Mais la guerre de Vendée, trois ans plus tard, représente l’acmé de la violence en Anjou et sur le fleuve, devenu un enjeu militaire entre Républicains et insurgés vendéens.

I. La Loire, barrière fiscale

  • 7 Sur la notion de fraude, nous renvoyons, entre autres, aux travaux d’Anne Montenach, « Une économie (...)

7Le contrôle de la Loire constitue un enjeu essentiel pour la Ferme générale. Là passe la frontière fiscale entre les pays de « grande gabelle » et ceux « exempts » de cet impôt. Ces régimes fiscaux, aux antipodes l’un de l’autre, encouragent une fraude plus ou moins organisée7.

A. Les gabelles

  • 8 Micheline Huvet, « Faux-saunage et faux-sauniers dans la France de l’Ouest et du Centre à la fin de (...)
  • 9 Anatole-Joseph Verrier et René Onillon, Glossaire étymologique et historique des parlers et patois (...)
  • 10 Henri Bellugou, La gabelle dans le Bas-Anjou, d’après les cahiers de doléances de 1789, Angers, Sir (...)

8La Loire est une frontière administrative entre pays de gabelle. Au nord, dans les pays de « franc-sel », le minot de sel ne supporte quasiment pas d’impôt ; la livre de sel coûte ainsi un demi-sol en Bretagne. Au sud, à l’inverse, qui marque le début du pays de « grande gabelle », le régime fiscal pour le commerce et la consommation de sel est le plus lourd ; la livre de ce produit y atteint 13 sols8. Un adage de l’Ouest de la France rend parfaitement compte de cette inégalité fiscale : « Là, nous sommes au Dieu de la Bretagne et au diable de l’Anjou9 ». Il reprend une autre maxime plus ancienne, mais similaire dans sa forme : ici, « l’enfer de l’Anjou » ; là, le « paradis de la Bretagne10 ». À moins de 100 mètres, les pays de gabelle vivaient deux régimes opposés.

  • 11 Patrice Peveri, « Mondialisation, contrebande et Révolution : la rébellion de Mandrin », Revue d’hi (...)

9Les différents travaux sur la gabelle et la fiscalité d’Ancien Régime montrent que la réglementation sur le sel était complexe et difficile à appliquer. Les lois, rigoureuses et contraignantes, ont-elles fini par nourrir les fraudes ? L’historien Patrice Perveri tranche par l’affirmative en estimant que « la croissance de la contrebande est imputable aux autorités […] par la mise en œuvre de politiques fiscales et commerciales draconiennes11 ».

  • 12 R. H. Andrews, Les paysans des Mauges au xviiie siècle. Étude sur la vie rurale dans une région de (...)

10La Ferme générale dispose d’une armée privée, les gabelous, aux brigades disséminées sur la Loire et ses affluents. Ainsi en est-il d’Ingrandes-sur-Loire, grenier à sel, dont le bureau est composé d’un receveur, d’un contrôleur, de deux visiteurs et de deux scribes. Il s’appuie sur une brigade de seize hommes, avec un capitaine à sa tête, qui assure la garde du fleuve, jour et nuit. Si les chiffres nous paraissent modestes, rappelons que la maréchaussée dans les Mauges, numériquement plus réduite, couvre un plus grand périmètre : une brigade est installée à Cholet, l’autre à Montrevault. Elles rassemblent, à elles deux, seulement huit cavaliers12. La Ferme générale apparaît donc comme un « État dans l’État », à la tête de ses propres troupes, de ses propres greniers et tribunaux.

  • 13 Nathalie Marton, « La gabelle dans l’élection de Château-Gontier sous l’Ancien Régime (1700-1788) » (...)

11Le travail des gabelous est supervisé par des tribunaux spécifiques. Pour toute la France, la Ferme générale compte trois juridictions principales : Saumur, Reims et Valence. Celle de Saumur centralise les affaires qui proviennent de tout le Maine et de l’Anjou. À la veille de l’Ancien Régime, elle est composée d’un substitut, d’un procureur général de la Cour des aides et de trois officiers. Un greffier complète le personnel. Forte d’une dizaine de personnes, cette instance fonctionne jusqu’au 30 septembre 178913.

B. La Loire, espace de trafic

  • 14 Micheline Huvet-Martinet, « Faux-saunage et faux-sauniers dans la France de l’Ouest et du Centre à (...)
  • 15 Micheline Huvet-Martinet, « Gabelous et faux-sauniers à la fin de l’Ancien Régime », thèse 3e cycle (...)

12Le tribunal de Saumur est placé en première ligne pour lutter contre le trafic du sel. Ses registres dressent, en filigrane, le profil des trafiquants de sel ou faux-sauniers. Occasionnels le plus souvent, ce sont majoritairement des hommes, plutôt jeunes, disposant de contacts au nord de la Loire. Les commanditaires trouvent des « Bretons » qui acceptent de leur vendre le faux-sel. À eux ensuite d’écouler leur butin dans le pays de grande gabelle. Les gains restent cependant modestes tant que les individus pratiquent le faux-saunage, seuls et à pied. Micheline Huvet les évalue à 50 % de gains sur la – petite – quantité de sel venu de Bretagne14. Elle évoque une « fraude au stade artisanal15 ».

  • 16 M. Huvet, Gabelous et faux-sauniers…, op. cit., p. 118.

13La situation est différente pour les « professionnels de la fraude ». Les plus dangereux agissent de nuit ; leur organisation est quasi-militaire. La vallée, par son milieu naturel, est propice aux fraudes : zone de bocages, de bois et de haies, les faux-sauniers y trouvent de multiples cachettes pour échapper à la traque des gabelous ou cacher le sel de contrebande. Le territoire ligérien offre un autre avantage aux fraudeurs, un débouché urbain intéressant, Angers et Nantes en constituant les pôles les plus importants. Angers est situé à seulement 30 km de la frontière de la gabelle. L’agglomération offre des opportunités de revente pour les fraudeurs professionnels essentiellement16.

14Les pêcheurs locaux font partie de cette catégorie de fraudeurs professionnels. Certains d’entre eux n’hésitent pas à frauder sur des gabarres, chargées de faux sel, en groupes, pouvant compter une vingtaine de rameurs. Ils ont bien des facilités pour pratiquer ce trafic : leur bateau, d’abord, qui représente un moyen rapide et sûr de gagner la rive bretonne ; leur connaissance des îles de Loire, ensuite. Pour ces raisons, la Loire constitue bien une frontière fiscale poreuse. Le métier des pêcheurs leur apprend à repérer les va-et-vient des gabelous. Leur expérience précise du fleuve leur permet facilement de s’échapper. Ils peuvent enfin se débarrasser de l’objet du délit si la gabarre est repérée par les agents de la gabelle. C’est ainsi qu’en 1777 à Montjean, Jean Bréheret est arrêté, accusé de faux-saunage. Avec ses complices, ils ont toutefois jeté leurs sacs dans la Loire afin d’éviter d’être pris par les gabelous d’Ingrandes qui les serraient de près. Faute de preuve matérielle, la commission saumuroise le relâche.

  • 17 André Bendjebbar, La vie quotidienne en Anjou au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1983, p. 104.

15Certaines affaires révèlent que des agents chargés de réprimer le faux-­saunage trafiquent pour leur propre compte et deviennent ainsi, comme le dénonce un avocat angevin du xviiie siècle, des « gens tarés sans mœurs, sans honneur, que la conduite ou la fainéantise a réduit à se rendre les ennemis de leurs concitoyens17 ». Ainsi en est-il en 1780 de ces 50 à 60 soldats, sur les 400 que compte le régiment d’Angoumois, désertant vers la Bretagne pour pratiquer le faux saunage. La Loire est aussi un espace de corruption.

16La rigueur fiscale et la présence de deux provinces contiguës, aux régimes de gabelle diamétralement opposés, jointes à un milieu naturel propice aux déplacements discrets et aux cachettes sûres, rendent les fraudes inévitables. L’État produit un territoire d’insécurité où les conflits entre gabelous et faux-sauniers sont souvent rugueux et dangereux. Les communautés ligériennes, mêmes étrangères au trafic, en sont parfois les victimes. Au début du xviiie siècle, Le Clerc de Flécheray, avocat au comté de Laval travaillant parfois pour la Ferme générale, rend les trafiquants responsables de la plupart des maux :

  • 18 Philippe Béchu, « Les officiers du grenier à sel d’Angers sous l’Ancien Régime », mémoire de maîtri (...)

« on ne serait croire combien un pays est malheureux d’être ainsi frontière de pays de franc-salé, non pas encore tant par les vexations qu’y font les archers de la gabelle, que par la désolation que font les faux-sauniers qui sont tous des gens de sac et de corde, sans foi et sans religion, meurtriers, voleurs et abandonnés à toute sorte de crimes18. »

II. La Loire, une frontière fiscale contestée et abolie

17À la veille de la Révolution française, la gabelle nourrit toute sorte de contestations, des juristes aux villageois. Il suffit d’une affaire en 1787, relevant à la fois du fait divers et du brigandage fiscal, pour que les notables angevins demandent la suppression de cet impôt.

A. Des contestations plus franches entre 1787 et 1789

  • 19 M. Huvet, Gabelous et faux-sauniers…, op. cit., p. 234. Les sources angevines ne sont pas les seule (...)

18Depuis le milieu du xviiie siècle, les notables provinciaux protestent régulièrement contre la gabelle. Quel que soit leur rôle – syndics, curés ou membres de l’assemblée provinciale d’Anjou –, ils disent tous combien la gabelle génère haine et violences dans leur ville ou leur village. Le clergé se désole des abus de pouvoir des gabelous. Pour illustration, en 1753, l’abbé Lechat, curé de Saint-Florent, n’a pas de mots assez durs contre ceux qui ont lancé une vaste recherche de faux-sel sur sa propre paroisse. Il fulmine et menace : « Si j’étais juge de tous ces chiens enragés, je les ferais tous pendre19. »

  • 20 Alain Racineux, Sel de la vie, gabelle des douleurs : entre Mayenne et Vilaine autrefois, Acigné, A (...)

19Ce sont surtout les juristes qui vont dénoncer les excès de la Ferme générale en Anjou. Prévot en est le plus important au milieu du xviiie siècle. Avocat, professeur de droit à l’université d’Angers, il rassemble une série de méfaits des agents de la gabelle, comme celui dont est victime « Mathurin Bourdais, de Pruillé, [qui] passe par le chemin de la Pouëze sur l’heure de midi. Il est tiré sans raison par une brigade de gabelle. Une balle lui brise la jambe. Trois jours après, il décède de cette blessure. Ni recherche ni punition de ce meurtre de décembre 175520. »

20La méthode de Prévot, pragmatique et précise, consiste à rassembler le maximum de témoignages pour montrer que la population angevine est victime des agressions des agents de la Ferme générale. Ce juriste souhaite les porter à la connaissance de Louis XV sous la forme d’un mémoire. Il devient le porte-parole officieux des habitants auprès du roi. Il illustre, à sa manière, ce fameux « Vive le Roi sans la gabelle », crié lors des révoltes pour attirer son attention et susciter des réformes – ici, un plus grand contrôle des « gabelous ». Ces derniers apparaissent comme de véritables tyrans, autonomes, tout-puissants, ayant droit de vie ou de mort sur les sujets. Le roi cependant ne répond ni à l’adresse de Prévot ni à celle des Angevins, pourtant de plus en plus nombreux à protester contre la gabelle.

  • 21 Témoignages cités par H. Bellugou, op. cit., p. 22.
  • 22 AD Maine-et-Loire, Dossier assemblée provinciale, C 288. Cf. aussi Françoise de Person, Bateliers e (...)
  • 23 AD Maine-et-Loire, Dossier assemblée provinciale, C 288.

21Les cahiers de doléances réitèrent ces plaintes. Certains estiment que ce conflit larvé est « peut-être plus cruel qu’une guerre étrangère ». On se croirait « en pays ennemi ». « Le paysan reçoit des coups des deux côtés21. » L’assemblée provinciale d’Anjou, en 1787, considère la Loire comme une véritable zone de guerre, « de source perpétuellement renaissante de meurtres et de carnage ». Elle en parle même comme une école du crime22 : « Notre pays est pire que celui où le théâtre de la guerre tient en ce que, dans celui-ci, elle n’est que momentanée et que dans le nôtre il y a des siècles qu’elle dure23. »

22À lire les sources de la fin du xviiie siècle, la vallée ligérienne connaîtrait une guerre sourde et perpétuelle qui engendrerait violences et vexations. L’État royal y semblerait absent, laissant la Ferme générale et ses agents tout-puissants. Loin de jouer son rôle de pacificateur et de régulateur social, il laisserait faire. Ce tableau, sombre et en partie exagéré, révèle en réalité une fragilisation d’un État impuissant ou indifférent aux critiques venues de la société.

B. Une affaire-prétexte, détonateur de la crise de la fin du xviiie siècle

23Deux événements vont bouleverser l’organisation du commerce du sel en Anjou : un fait divers, de décembre 1787, et une réforme provinciale de grande ampleur entreprise par la monarchie en 1789.

  • 24 Jean du Réau de la Gaignonnière, La commission intermédiaire de l’Anjou, Angers, Siraudeau, 1911 et (...)

24En décembre 1787, une affaire particulièrement violente est instrumentalisée pour rendre compte des effets de la « guerre du sel ». Sur une gabarre, vingt-trois contrebandiers ont été aperçus par des gabelous du côté de Saint-Germain-des-Prés. Malgré leur reddition, les gabelous les « fusillent », les « mitraillent » à plusieurs reprises. Ils finissent par être arrêtés. Certains d’entre eux sont grièvement blessés. Et comme si le scandale n’était pas suffisant, les gabelous leur demandent de l’argent (environ 1 000 écus) pour les « élargir », c’est-à-dire les libérer. Incapables de réunir cette somme, les faux-sauniers sont emprisonnés et jugés. L’affaire semble entendue : les faux-sauniers sont pris sur le fait. Ils agissent en bande organisée. Ils ont tenté de fuir. Mais la suite de l’histoire est plus complexe : à la faveur des réformes provinciales menées par Turgot, une commission intermédiaire est constituée en Anjou, à l’été 1787. La création des commissions, chargées des travaux publics, de l’assistance, de la levée et de la répartition des impôts, témoigne de la volonté de l’État de moderniser son administration, qu’il veut rendre plus proche des sujets24.

  • 25 AD Maine-et-Loire, Dossier assemblée provinciale, C 288.
  • 26 Melaine Lefeuvre, « À la recherche de faux-sauniers aux limites du Maine, de l’Anjou et de la Breta (...)

25Connue pour ses projets de routes angevines et ses discussions sur la reconstitution des États provinciaux, la nouvelle commission intermédiaire va pourtant jouer un rôle-clé pour la gabelle. Chargée de préparer un compte-rendu « officiel » sur cette affaire, elle prend fait et cause pour les contrebandiers ligériens. La cour de justice de Saumur, seule habilitée à juger de cette affaire, subit une pression – illégitime, mais bien réelle – de la commission intermédiaire. Elle cède donc en atténuant la peine de prison et l’amende. La commission intermédiaire s’est appuyée sur le témoignage de « plus de cent personnes » ayant assisté à « l’indigne agression des employés des fermes25 ». Elle prend même l’avis de Rezé, un médecin installé à Ingrandes qui a visité les prisonniers et constaté l’agonie de l’un des blessés laissé sans soins en prison. À la différence des faits divers du milieu du xviiie siècle, celui de 1787 conduit à un procès retentissant en Anjou, où les fraudeurs ont le beau rôle, parce que « tout le monde préfère le faux-saunier au gabelou26 ».

  • 27 Gilbert Shapiro et John Markoff, Revolutionary Demands: A Content Analysis of the Cahiers de doléan (...)
  • 28 François Uzureau, La suppression de la gabelle et les Angevins, Épernay, Impr. sparnacienne, 1923.
  • 29 Voir Le Moniteur universel, 21 mars 1790.

26Les notables provinciaux exploitent habilement ce fait divers pour réclamer des réformes fiscales. Néanmoins, en 1789 encore, et malgré les cahiers de doléances et les séances des États généraux, l’abolition de la gabelle n’est toujours pas envisagée27. Dans le contexte révolutionnaire, des Angevins, seuls ou en groupes, passent la frontière ligérienne et vont chercher directement le sel en Bretagne. À Ingrandes, les barrières tombent et les gabelous, jusque-là actifs dans la lutte contre le faux-sel, assistent impuissants à ces migrations. Ils se font discrets, d’autant que leurs pataches (leurs bateaux) ont été brûlés28. L’État central, mis devant le fait accompli, cède. Il propose de diminuer le prix du sel : de 13 sous la livre, l’impôt passerait à 6 sous. Rien n’y fait : les Angevins exigent l’abolition pure et simple de la gabelle. En octobre 1789, les délégués de la ville d’Angers et ceux des paroisses avoisinantes se réunissent et décrètent la liberté de la vente de sel. Ils vont même plus loin en déclarant que l’Anjou ne paiera plus d’impôt tant que la gabelle ne sera pas abolie. Le personnel de la gabelle est congédié : sur les 906 agents stationnés dans la région, certains reçoivent un secours pour prendre leur retraite, 306 sont renvoyés, 200 sont affectés aux frontières et les autres disparaissent des archives. Le 21 mars 1790, la Constituante abolit officiellement l’impôt et le système de la gabelle ; la Loire n’est plus une frontière29.

27Par l’établissement des commissions intermédiaires, Turgot avait voulu un échelon administratif réformateur et moderne. Il n’était cependant pas question pour lui de bouleverser le socle sur lequel s’appuyait le système fiscal de la monarchie, mais plutôt de répondre aux besoins des provinciaux et de réfléchir aux moyens d’améliorer les conditions de vie des sujets du roi. L’État s’est trouvé débordé par l’opinion et les notables provinciaux qu’il pensait pouvoir contrôler et qui se révélèrent, en Anjou, vindicatifs sur la question de la gabelle.

III. La Loire, zone de guerre

28On aurait pu penser que la suppression de la gabelle à partir de 1790 rende caduque la barrière fiscale de la Loire. Or, en 1793, la guerre de Vendée renoue pourtant avec les anciennes pratiques de trafics en tout genre et surtout des armes, dans la vallée ligérienne.

A. Faux-sauniers et gabelous au chômage : de farouches contre‑révolutionnaires ?

29Durant trois années, de mars 1790 à mars 1793, la Loire devient un espace ouvert où le commerce est totalement libre après trois siècles de gabelle. C’est une période nouvelle pour les habitants de la vallée qui adhèrent avec enthousiasme aux réformes fiscales escomptées depuis plus de cinquante ans. Cependant, d’autres réformes, comme l’adoption de la Constitution civile du clergé, plus radicales et inattendues dans cette partie de l’Ouest très attachée au culte catholique tridentin, portent atteinte aux cadres traditionnels, notamment à la paroisse, et s’en prennent aux curés refusant de prêter serment de fidélité à « la Nation, au Roi et à la loi ». Entre 1791 et 1793, le contexte régional se dégrade.

  • 30 R. Brunet, op. cit., p. 228.

30Il n’est pas question ici de retracer cette histoire troublée, ni celle du conflit vendéen qui déchire l’Ouest de la France entre mars 1793 et mars 1796. Mais la guerre civile est l’occasion d’analyser la place et le rôle de la Loire. La vallée ligérienne illustre l’autre versant de la définition de frontière. Ce mot, issu de la racine « front », lui confère incontestablement un sens guerrier30. Durant toute la guerre de Vendée, les rapports républicains désignent fréquemment la Loire comme la barrière entre insurgés du sud et Républicains du nord. D’un espace enfin ouvert, depuis 1790, la Loire redevient un territoire fermé et insécurisé à partir de mars 1793.

  • 31 Célestin Port, La Vendée angevine. Les origines, l’insurrection (janvier 1789-31 mars 1793), Paris, (...)

31Certains gabelous ou faux-sauniers, désœuvrés après la suppression de la gabelle, se seraient retrouvés, en grand nombre, dans les agitations qui secouent l’Ouest de la France à partir de 1792, et qui aboutissent à la guerre de Vendée en mars 1793. C’est du moins la thèse de Célestin Port, archiviste aux archives départementales de Maine-et-Loire à la fin du xixe siècle. Il estime ainsi que l’état-major vendéen était constitué « d’agents déclassés, régisseurs, feudistes, gardes-chasse, commis des gabelles ou de la contrebande et, pour le surplus, des bandes d’inconnus, d’étrangers ». Un certain « sieur de Limon, ancien employé des fermes », « Chupin, dit Baromètre, ancien gabelou » et Pierre Grimault « ancien contrebandier31 » entrent ainsi dans la « bande » de Jacques Cathelineau et Jean Perdriault (les premiers chefs identifiés par les Républicains à la mi-mars 1793).

  • 32 A. Bendjebbar, op. cit., p. 259.
  • 33 Bernard Peschot, « La Chouannerie en Anjou. Théories et pratiques de la “petite guerre” à l’épreuve (...)

32Dans un contexte de commémoration du centenaire de la Révolution, Célestin Port, républicain convaincu, veut montrer que l’armée des insurgés est formée d’anciens contrebandiers, d’anciens hors-la-loi. Il dévalorise ainsi les origines du mouvement contre-révolutionnaire en liant le faux-saunage de la fin d’Ancien Régime au brigandage vendéen. Il n’a pas totalement tort. Reprenant les thèses de Célestin Port, André Bendjebbar conclut, plus récemment, que la guerre de Vendée s’est faite par une armée de contrebandiers du sel32. Bernard Peschot, spécialiste de la chouannerie, estime effectivement que Vendéens et Chouans furent rejoints par des employés de la gabelle et des faux-sauniers, « ennemis irréconciliables jusqu’alors et qui, après la disparition de leur gagne-pain, se sont réunis dans une haine commune de la République33 ».

  • 34 R.-H. Andrews, op. cit., p. 213, note 18.
  • 35 AD Maine-et-Loire, Affiches d’Angers, 20 février 1790.

33Leur pratique du brigandage, leur expérience des armes, leur connaissance des chemins et des réseaux feraient de ces « déclassés » de la gabelle des opposants redoutables à la République. D’ailleurs, Hamard et Cottereau, deux faux-sauniers célèbres dans l’Ouest, vont embrasser la cause de la Contre-révolution. Le premier, Hamard, dit Catinat, est marchand de chevaux à la Chapelle-Saint-Sauveur (à 8 km de la Loire). De 1775 à 1785, il échappe régulièrement aux gabelous. Arrêté et sur le point d’être jugé, il reçoit le soutien de cinq curés qui attestent de son honnêteté34. Hamard n’échappe finalement pas aux galères. Mais il réussit à s’évader au bout de neuf ans. À la veille de la Révolution, en 1788, il est donc condamné par contumace à être pendu. Jamais repris par la justice, les Affiches d’Angers le déclarent toujours vivant en 179035. Optant pour la Contre-révolution à partir de 1793, il devient chef vendéen. Il est considéré comme le mentor de Jean Chouan, deuxième faux-saunier à embrasser la cause contre-révolutionnaire. Jean Chouan, de son « vrai » nom Jean Cottereau, est originaire de Mayenne (près de Laval) et faux-saunier, comme son père et son frère. Il est connu de la Ferme depuis avril 1772, alors qu’il n’a que 15 ans, depuis sa convocation devant la commission de Saumur. D’après ses biographes, Jean Chouan a su mobiliser ses nombreuses complicités en Bretagne et en Anjou, nouées du temps de la gabelle. Il aurait également appliqué les méthodes du faux-saunage à la chouannerie.

34Ces deux chefs, « terreur de la gabelle » selon Bernard Peschot, se retrouvent dès lors dans les rangs des contre-révolutionnaires. Le lien entre insurrection de l’Ouest et gabelle serait donc assuré. Pour autant, ces figures importantes ne sauraient faire oublier que la plupart des autres chefs vendéens n’ont eu aucun lien avec le faux-saunage.

B. Les Vendéens et la Loire

  • 36 Jean-Julien Michel Savary, Guerres des Vendéens et des Chouans, ou Annales des départemens de l’Oue (...)
  • 37 Ibid.

35En revanche, dans leur conflit contre la République, les Vendéens savent tirer profit du fleuve. La vallée renoue avec le trafic, passant du sel de contrebande d’avant 1790 au commerce illicite d’armes à partir de 1794-1795. Pour pallier le manque de munitions, ils se fournissent directement dans la ville de Nantes, auprès de civils – voire de soldats républicains – peu regardants sur les acheteurs. Ils détournent « des poudres destinées pour les ports de la République36 ». Ils les font ensuite « passer à leurs commettans37 » par le fleuve, comme s’en désole l’administration de Nantes au Comité de salut public. Ce trafic d’armes dure jusqu’à la fin de la première guerre de Vendée, en mars 1796.

  • 38 Ibid.
  • 39 Gundula Bavendamm, « L’ennemi chez soi », in Stéphane Audoin-Rouzeau, Jean-Jacques Becker (dir.), E (...)

36Les insurgés disposeraient d’espions, une « foule d’agens des rebelles38 », nombreux dans la ville de Nantes. D’après les administrateurs de cette ville, ils forment une sorte de réseau et se jouent des contrôles républicains. Des femmes, prisonnières des Vendéens pendant plusieurs semaines, ont ainsi vu des « émissaires » – dont elles ne savent rien – renseigner les ennemis. Si le nombre d’espions est sans doute plus limité que ne le pensent les Républicains, leur existence atteste cependant de la nature militarisée du fleuve39. La Loire retrouve ainsi son ancienne vocation de « zone grise » de trafic illicite.

  • 40 Service historique de la Défense (SHD), B5/7, 15 décembre 1793.
  • 41 AD Maine-et-Loire, 1 L 115, 27 pluviôse an II, 15 février 1794 ; Archives nationales, AF II-119.
  • 42 J.-J. Michel Savary, op. cit., p. 94, 18 août 1794.
  • 43 J.-J. Michel Savary, op. cit., p. 95.

37L’espace ligérien entre Nantes et Saumur, soit 160 km environ (voir carte 1), mobilise les armées de la République, qui doivent fermer la vallée afin d’éviter les contacts contre-révolutionnaires entre les Angevins, les Mayennais et les Bretons. À peine nommé général en chef de l’armée de l’Ouest, Turreau ordonne en décembre 1793 de brûler les bateaux sur tout le fleuve40. Deux mois plus tard, les représentants du peuple, Hentz et Francastel, répètent cette décision41 et décident d’un embargo sur les bateaux de « toute espèce ». À l’été 1794, le Comité de salut public réitère cet ordre – signe que l’injonction n’a pas été appliquée – et invite les Républicains « à garder soigneusement les passages de la Loire, afin d’empêcher toute communication de la Vendée avec les Chouans42 », au moyen de « chaloupes armées et toujours en surveillance43 ». C’est le temps des canonnières, bateaux légers, armés et renforcés, cantonnés à un rôle essentiellement de défense et de surveillance. La Loire est donc devenue une frontière « fortifiée » pour les Républicains afin de la rendre la moins poreuse possible. Tous, des insurgés aux belligérants de l’armée de l’Ouest jusqu’aux membres du Comité de salut public, font du fleuve un enjeu stratégique.

Carte 1. Théâtre des opérations de la guerre de Vendée

Carte 1. Théâtre des opérations de la guerre de Vendée

Source : Anne Rolland-Boulestreau, Les colonnes infernales, violences et guerre civile en Vendée militaire (1794-1795), Paris, Fayard, 2015, p. 17.

  • 44 J.-J. Michel Savary, op. cit., 3 mars 1795.
  • 45 Louis-Prosper Lofficial, Journal d’un conventionnel en Vendée, Paris, Flammarion, 1896, p. 73.

38La guerre civile bouleverse aussi les circuits d’échanges et de systèmes de production dans cette région de l’Ouest. Les fermes et les métairies situées à proximité des rives sont en partie détruites. Pour la population locale, les risques sont considérables d’être surpris par des soldats républicains qui ne font aucune distinction entre civils et combattants, du moins pendant une bonne partie du conflit, entre l’hiver et l’été 1794. Les villes et bourgades ligériennes, pour la plupart aux mains des Républicains, manquent de tout et subissent une sorte d’embargo de l’intérieur organisé par les Vendéens, qui refusent de leur vendre blé et bœufs. On sait ainsi qu’au début de mars 1795, l’administration d’Ancenis s’inquiète de n’avoir de blé que pour quatre jours44, tandis que Nantes décrit aux représentants du peuple la ruine du commerce et la nécessité d’acheter des subsistances45.

  • 46 AD Maine-et-Loire, 1 L 205, 10 messidor an III, 28 juin 1795.
  • 47 SHD, B5/11, 20 juillet 1795 et B5/12, 17 décembre 1795.
  • 48 Louis-Prosper Lofficial, op. cit., p. 138.
  • 49 SHD, B5/35, 9 février 1796.

39Le district de Saint-Florent déplore au printemps 1795 qu’« il ne peut sortir aucune denrée […] Il y a des foires et marchés qui ne sont composés que de rebelles vendéens ! Aucun citoyen, ny réfugié ny est admis ! Les rebelles ne commercent qu’entre eux46 ». La vie est devenue « chère47 ». Les denrées circulent pourtant, car la population civile organise des circuits d’échange parallèles : les insurgés menacent les paysans tentés de vendre leurs bœufs aux Bleus de les fusiller sans autre forme de procès. Louis-Prosper Lofficial, représentant du peuple autour de la Loire, montre bien une population ligérienne otage de la guerre civile : « Aussi n’est-il plus possible d’avoir des bœufs pour la boucherie, quoiqu’ils soient très communs dans le pays et que les métayers désirent les vendre48. » La situation est à ce point difficile qu’en février 1796, encore, le représentant du peuple Goupilleau prédit des risques de « famine49 » dans les villes de la région.

  • 50 J.-J. Michel Savary, op. cit., 7 mai 1796.

40En mai 1795, la ville de Nantes est « déclarée hors d’état de siège50 ». La décision est symbolique ; elle est la promesse de régulation des échanges entre villes et campagnes. Mais il faut attendre la mort des deux derniers chefs de la Vendée, Stofflet et Charette, arrêtés et fusillés, l’un à Angers en février, l’autre à Nantes en mars 1796, pour que le ravitaillement soit mieux assuré, et la Loire enfin sécurisée de l’océan à Saumur.

41La Loire permet donc d’éprouver le concept de frontière en tant qu’espace de transactions illicites et de conflictualité. Fin xviiie siècle, la Loire a pris tour à tour l’aspect d’une frontière fiscale, puis d’un espace libre et d’une zone de guerre. La vallée ligérienne a favorisé les fraudes du faux-sel ; elle a aussi été le théâtre de violences entre faux-sauniers et gabelous. L’État royal, sur cette question, a eu bien du mal à négocier avec les élites provinciales.

42La suppression de cet impôt ouvrait une période nouvelle pour la navigation et les échanges sur la Loire. Mais la guerre de Vendée marque le retour de la Loire comme zone interdite. La guerre civile génère des trafics, autres que ceux du sel, tout aussi illicites et tout aussi violents. Zone de non-droit où ni les Républicains ni les Vendéens ne sont durablement établis, la Loire est un fleuve à surveiller, à tenir et à conquérir.

43À la fin de la guerre de Vendée, en mars 1796, la Loire devient un axe d’échanges et de commerce. Les espaces ligériens sont définitivement intégrés au territoire national. Le régime d’exception fiscal et guerrier, qui a duré au moins trois siècles et demi, a vécu.

  • 51 Daniel Dessert, L’argent du sel : le sel de l’argent, Paris, Fayard, 2012 et Jean-Claude Hocquet, « (...)

44La gabelle en Anjou a été étudiée jusque dans les années 1970-1980 et délaissée depuis par les historiens. Or, comme Daniel Dessert – entre autres – l’a souligné, ce sujet est pourtant travaillé sous des angles nouveaux aux implications politiques et sociales élargies51. Il serait sans doute utile de travailler la gabelle dans l’Ouest de la France et de mesurer ses effets sur les sociétés bretonne, mayennaise et angevine, de la « Vendée militaire » aux chouanneries du nord de la Loire.

Notes

1 François Uzureau, Tableau de la province d’Anjou (1762-1766), Extrait des mémoires de la Société nationale d’agriculture, sciences et arts d’Angers, Angers, Lachèse, 1898, p. 82.

2 Louis-Antoine de Caraccioli, « Voyage de la raison en Europe », in Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques ornés de figures, Amsterdam et Paris, 1788. Cité par Stéphane Baudens, « De la province à la nation. Débats sur la constitution des états provinciaux à la veille de la Révolution : le cas de l’Anjou », Annales historiques de la Révolution française, n° 364, 2011, p. 86.

3 Bruno Tertrais, Géopolitique des frontières : quelles réalités ?, Diploweb, 19 octobre 2017, www.diploweb.com/Video-B-Tertrais-Geopolitique-des-frontieres-quelles-realites.html. Voir Michel Foucher, L’obsession des frontières, Paris, Perrin, 2007, p. 26 et Anne-Laure Amilhat Szary, Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Paris, PUF, 2015, p. 63-66.

4 Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry, Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Paris, Reclus, La Documentation française, 3e éd., 1993, p. 227.

5 Anne Conchon, « Introduction », Hypothèses, vol. 1, n° 1, 1998, p. 67.

6 Nicolas Delalande, Les batailles d’impôt consentement et résistances de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, coll. Univers historique, 2011, p. 13.

7 Sur la notion de fraude, nous renvoyons, entre autres, aux travaux d’Anne Montenach, « Une économie de l’ombre ? La fraude dans le commerce alimentaire à Lyon au xviie siècle », in Gérard Béaur (éd.), Fraude, contrefaçon, contrebande de l’Antiquité à nos jours, Paris, Librairie Droz, 2007, p. 515-538.

8 Micheline Huvet, « Faux-saunage et faux-sauniers dans la France de l’Ouest et du Centre à la fin de l’Ancien Régime (1764-1789) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 85, 1978, p. 580.

9 Anatole-Joseph Verrier et René Onillon, Glossaire étymologique et historique des parlers et patois de l’Anjou, Angers, Germain et Grassin, 1908, t. 2, p. 456.

10 Henri Bellugou, La gabelle dans le Bas-Anjou, d’après les cahiers de doléances de 1789, Angers, Siraudeau, 1953, p. 6.

11 Patrice Peveri, « Mondialisation, contrebande et Révolution : la rébellion de Mandrin », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 1, 2017, p. 152. Voir également Emmanuel Brouard, « Quel commerce fluvial en Loire angevine au xviiie siècle ? Nantes et son arrière-pays ligérien », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, vol. 123, n° 1, 2016, p. 134-144.

12 R. H. Andrews, Les paysans des Mauges au xviiie siècle. Étude sur la vie rurale dans une région de l’Anjou, Tours, Arrault, 1935, p. 172.

13 Nathalie Marton, « La gabelle dans l’élection de Château-Gontier sous l’Ancien Régime (1700-1788) », mémoire de maîtrise Angers, Université catholique de l’Ouest, s. d., p. 137.

14 Micheline Huvet-Martinet, « Faux-saunage et faux-sauniers dans la France de l’Ouest et du Centre à la fin de l’Ancien Régime (1764-1789) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 85, 1978, p. 591. Voir aussi Bernard Briais, Contrebandiers du sel. La vie des faux-sauniers au temps de la gabelle, Paris, Aubier, 1984, p. 97 et Yves Durand, Vivre au pays au xviiie siècle, Paris, PUF, 1984, p. 62-63. Ces deux auteurs estiment, à une dizaine de livres par voyage, le gain d’un faux-saunier dans l’Ouest de la France.

15 Micheline Huvet-Martinet, « Gabelous et faux-sauniers à la fin de l’Ancien Régime », thèse 3e cycle, histoire, sous la direction de François Lebrun, Rennes II, 1975, p. 246. En cela, la situation angevine ne se distingue pas de celle du Hainaut : Jean Clinquart, Les services extérieurs de la Ferme générale à la fin de l’Ancien Régime. L’exemple de la direction des fermes du Hainaut, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, p. 227.

16 M. Huvet, Gabelous et faux-sauniers…, op. cit., p. 118.

17 André Bendjebbar, La vie quotidienne en Anjou au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1983, p. 104.

18 Philippe Béchu, « Les officiers du grenier à sel d’Angers sous l’Ancien Régime », mémoire de maîtrise, Angers, 1976, p. 21.

19 M. Huvet, Gabelous et faux-sauniers…, op. cit., p. 234. Les sources angevines ne sont pas les seules à relater des relations conflictuelles entre gabelous et contrebandiers. Cf. par exemple J. Clinquart, op. cit., p. 225 et s.

20 Alain Racineux, Sel de la vie, gabelle des douleurs : entre Mayenne et Vilaine autrefois, Acigné, A. Racineux, 1995, p. 20.

21 Témoignages cités par H. Bellugou, op. cit., p. 22.

22 AD Maine-et-Loire, Dossier assemblée provinciale, C 288. Cf. aussi Françoise de Person, Bateliers et contrebandiers du sel, Rennes, Éd. Ouest France, 1999, p. 250.

23 AD Maine-et-Loire, Dossier assemblée provinciale, C 288.

24 Jean du Réau de la Gaignonnière, La commission intermédiaire de l’Anjou, Angers, Siraudeau, 1911 et S. Baudens, op. cit.

25 AD Maine-et-Loire, Dossier assemblée provinciale, C 288.

26 Melaine Lefeuvre, « À la recherche de faux-sauniers aux limites du Maine, de l’Anjou et de la Bretagne, à la fin du xviiie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 109-3, 2002, p. 29.

27 Gilbert Shapiro et John Markoff, Revolutionary Demands: A Content Analysis of the Cahiers de doléances of 1789, Stanford, Standford University Press, 1998, spéc. chap. XX ; Jens Ivo Engels, Frédéric Monier et Natalie Petiteau, La politique vue d’en bas. Pratiques privées, débats publics dans l’Europe contemporaine (xixe-xxe siècle). Les coulisses du politique à l’époque contemporaine, Paris, Armand Colin, 2012, p. 82 et s.

28 François Uzureau, La suppression de la gabelle et les Angevins, Épernay, Impr. sparnacienne, 1923.

29 Voir Le Moniteur universel, 21 mars 1790.

30 R. Brunet, op. cit., p. 228.

31 Célestin Port, La Vendée angevine. Les origines, l’insurrection (janvier 1789-31 mars 1793), Paris, 1888, t. 2, p. 87-107.

32 A. Bendjebbar, op. cit., p. 259.

33 Bernard Peschot, « La Chouannerie en Anjou. Théories et pratiques de la “petite guerre” à l’épreuve de la politique (1794-1804) », doctorat de 3e cycle, histoire, sous la direction d’Anne Blanchard, Université Paul-Valéry Montpellier III, 1982, p. 209.

34 R.-H. Andrews, op. cit., p. 213, note 18.

35 AD Maine-et-Loire, Affiches d’Angers, 20 février 1790.

36 Jean-Julien Michel Savary, Guerres des Vendéens et des Chouans, ou Annales des départemens de l’Ouest pendant ces guerres, d’après les Actes et la Correspondance du comité de Salut public, des Ministres, des Représentans du peuple en mission, des Agens du Gouvernement, des Autorités constituées ; des généraux Berruyer, Biron, Canclaux, Rossignol, Santerre, L’Échelle, Kleber, Marceau, Turreau, Moulin, Hoche…, et d’après les Règlemens, Proclamations et Bulletins du conseil supérieur et des chefs des Vendéens et des Chouans ; par un officier supérieur des Armées de la République, habitant dans la Vendée avant ces troubles, Paris, Baudouin frères, 1824, 30 août 1795.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Gundula Bavendamm, « L’ennemi chez soi », in Stéphane Audoin-Rouzeau, Jean-Jacques Becker (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918, Paris, Bayard, 2004, p. 751.

40 Service historique de la Défense (SHD), B5/7, 15 décembre 1793.

41 AD Maine-et-Loire, 1 L 115, 27 pluviôse an II, 15 février 1794 ; Archives nationales, AF II-119.

42 J.-J. Michel Savary, op. cit., p. 94, 18 août 1794.

43 J.-J. Michel Savary, op. cit., p. 95.

44 J.-J. Michel Savary, op. cit., 3 mars 1795.

45 Louis-Prosper Lofficial, Journal d’un conventionnel en Vendée, Paris, Flammarion, 1896, p. 73.

46 AD Maine-et-Loire, 1 L 205, 10 messidor an III, 28 juin 1795.

47 SHD, B5/11, 20 juillet 1795 et B5/12, 17 décembre 1795.

48 Louis-Prosper Lofficial, op. cit., p. 138.

49 SHD, B5/35, 9 février 1796.

50 J.-J. Michel Savary, op. cit., 7 mai 1796.

51 Daniel Dessert, L’argent du sel : le sel de l’argent, Paris, Fayard, 2012 et Jean-Claude Hocquet, « Travailler aux mines de sel. Réquisitions, corvées, travail forcé et esclavage », Revue historique, vol. 640, n° 4, 2006, p. 779-811.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Théâtre des opérations de la guerre de Vendée
Crédits Source : Anne Rolland-Boulestreau, Les colonnes infernales, violences et guerre civile en Vendée militaire (1794-1795), Paris, Fayard, 2015, p. 17.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k

Auteur

Maîtresse de conférences HDR en histoire moderne à l’Université catholique de l’Ouest (Angers), elle a soutenu une thèse portant sur les communautés rurales, les notabilités angevines et leur rapport à l’État de 1730 à 1830. Cette recherche a été publiée en 2004 aux Presses universitaires de Rennes sous le titre Les notables des Mauges, Communautés rurales et Révolution. La guerre civile s’est alors imposée à ses recherches, plus particulièrement le moment paroxystique des violences dans l’ouest de la France, entre mars 1793 et mars 1796. À partir des sources républicaines, écrites au jour le jour, et pour la plupart conservées aux archives départementales de Maine-et-Loire et au Service historique de la Défense à Vincennes, elle montre ce qu’est une armée en campagne pendant la guerre civile. En 2015, elle édite chez Fayard Les colonnes infernales. Violences et guerre civile en Vendée militaire 1794-1795. En septembre 2019, elle publie chez Fayard un travail sur la pacification dans l’ouest de la France intitulé Guerre et paix en Vendée 1794-1796. Par ses recherches et ses articles, Anne Rolland-Boulestreau étudie les communautés ligériennes face aux réformes révolutionnaires, leurs adhésions ou au contraire leurs refus qui les conduisent, parfois, à prendre les armes.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search