Version classiqueVersion mobile

Fraudes, frontières et territoires (XIIIe-XXIe siècle)

 | 
Béatrice Touchelay

La fraude et ses sociabilités au cœur des luttes de pouvoirs

Contrebandiers et « gens de l’or ». Marchands, banquiers et ecclésiastiques dans l’Espagne du XVIIIe siècle

Miguel Ángel Melón Jiménez

Texte intégral

  • 1 José María Oliva Melgar, La metrópoli sin territorio ¿Crisis del comercio de Indias en el siglo xvi (...)

1Le trafic illégal de marchandises figurait au premier plan des préoccupations des responsables du Trésor espagnol (Hacienda), dans la mesure où il représentait une perte importante de revenus directs et immédiats qui contribuaient à soutenir la monarchie. Mais ce qui était évident et ne prêtait pas à confusion pour les autorités fiscales était source de conflits pour les sujets du roi, qui avaient du mal à différencier la contrebande de la fraude fiscale et finissaient souvent par assimiler l’une à l’autre. Bien que ces deux termes ne soient pas équivalents, les sources documentaires n’établissent généralement pas de distinction entre eux et les écrits publiés sur le sujet n’ont pas clairement tracé la ligne qui les sépare. La fraude commerciale désignait le fait de ne pas acquitter les droits de douane exigibles ou de dissimuler la valeur réelle des marchandises déclarées à l’importation ou à l’exportation, tandis que la contrebande supposait l’introduction sur le territoire ou l’exportation de marchandises prohibées. La première se produit à l’intérieur du système et vise à échapper à l’imposition en vigueur ; la seconde, au contraire, se déploie en dehors du système et consiste à pratiquer un commerce illicite. Si la fraude entraîne une diminution de la charge fiscale, la contrebande a pour but de s’y soustraire. Du fait de la convergence de ces deux éléments, les transactions du commerce légal et officiel et celles du commerce illégal et clandestin finissent par être liées d’un point de vue fonctionnel pour devenir une caractéristique structurelle de l’économie1.

  • 2 Éd. fac-similé, Madrid, 1990, t. II, p. 559.

2Le Diccionario de Autoridades (1729) définit la contrebande comme « la violation d’une interdiction proclamée par ban et annoncée par un crieur public dans les lieux ou endroits destinés à porter à la connaissance de tous ce que le prince prescrit ou défend d’exécuter ». Sous la notion de marchandises, vêtements ou articles de contrebande, il regroupe « les produits qu’il est prohibé d’introduire en ces royaumes, car ils proviennent de pays ennemis avec lesquels le commerce est interdit » ; par extension, le terme s’appliquait souvent aux ouvrages contrefaits. Le contrebandier (contrabandista) serait donc celui qui « vit et tire sa subsistance de l’introduction de marchandises et d’articles de contrebande » et que l’on appelle aussi metedor2. José Marcos Gutiérrez définit la contrebande dans le sens moderne du terme et établit la distinction qui s’impose entre fraude et contrebande :

  • 3 José Marcos Gutiérrez, Práctica criminal de España, t. II, Oficina de don Benito García y Compañía, (...)

« Le mot contrebande désigne le commerce pratiqué en violation d’une loi prohibitive, délit qui doit être distingué de la fraude, qui consiste seulement à se soustraire au paiement des droits imposés par le souverain sur les marchandises dont tous les citoyens peuvent faire commerce, et qu’il a été jugé bon de ne pas réprimer autrement que par la confiscation de la marchandise saisie et par l’imposition d’une amende proportionnelle à sa valeur, dans la mesure où elle s’apparente moins à un acte de désobéissance qu’à un effet de la cupidité et de l’avarice. La contrebande consiste en l’introduction et la vente de fruits ou de productions dont le commerce est interdit aux citoyens ou dont le roi a réservé l’exclusivité de la vente à lui-même et à ses employés3. »

3La Novísima Recopilación de las leyes de España, en assimilant la contrebande à la fraude, l’étendait à d’autres catégories de revenus et soulignait ainsi la diversité des pratiques associées à son exercice, mettant en lumière la véritable ampleur du problème :

  • 4 Novísima Recopilación, livre VI, titre IX, loi II, décret royal du 14 décembre 1760 et cédule du co (...)

« Toute contrebande de tabac, toute extraction de monnaie, d’or, d’argent sous forme de lingots ou de pâte, de chevaux, de mulets et de bétail, et toute fraude commise sur les droits de douane, les impôts (rentas provinciales) et les autres prélèvements administrés pour le compte de mon Trésor royal doit être considérée comme de la contrebande et ainsi qualifiée, car ces pratiques constituent une violation des bans interdisant l’introduction ou l’extraction des choses prohibées et une usurpation des droits imposés par les lois et les dispositions royales sur les marchandises de commerce licite4. »

4C’est uniquement à travers les différentes facettes de la définition de la contrebande, recueillies dans le corpus normatif en vigueur en Espagne durant l’Âge moderne, qu’il est possible de comprendre les conduites des extracteurs de monnaie, commerçants, banquiers et ecclésiastiques qui participent à ces opérations. Ces cas illustrent ce qui s’est passé en Navarre et dans les territoires castillans qui formaient ce que l’on nommait le « cordon de l’Èbre », composé des localités de Cervera, d’Aguilar, d’Inestrillas, de Navajún et de Valdemadera, qui appartiennent à l’actuelle communauté autonome de La Rioja. La radiographie de cet espace et des trafics qui s’y déployaient a pu être effectuée à partir de la documentation minutieuse conservée à l’Archivo General de Simancas sur les commissions instituées par les responsables du Trésor espagnol pour lutter contre ce type de délits au cours du xviiie siècle. Les relations qu’entretenaient les protagonistes, leurs échanges, les réseaux familiaux et commerciaux qu’ils tissaient, le rôle qu’ont joué des commerçants et maisons de commerce réputés ainsi que leur place dans cette trame, connus jusqu’au moindre détail, apportent une vision d’ensemble des innombrables subterfuges utilisés et des multiples difficultés que présentait la lutte contre ces activités dans la partie occidentale de la frontière entre l’Espagne et la France.

I. La contrebande en Navarre et le cordon de l’Èbre

5Avec l’instauration de la dynastie des Bourbons en Espagne et l’établissement d’un nouvel ordre politique dans les relations internationales, la Navarre abandonna son statut traditionnel de rempart défensif de la monarchie espagnole pour jouer le rôle de plateforme de redistribution de marchandises françaises et de produits coloniaux sur les marchés des provinces exemptées (Provincias Vascongadas), de Vieille-Castille et d’Aragon. Sa proximité avec la France et les privilèges fiscaux et commerciaux dont bénéficiaient ses habitants (importation libre de droits des biens destinés à l’autoconsommation, célébration de foires franches et réduction des impôts indirects sur les transactions, les alcabalas), qui pouvaient être étendus aux étrangers qui obtenaient une carte de résident, favorisèrent le développement de l’activité commerciale et attirèrent des marchands du pays voisin. À l’ombre des échanges légaux se dessina progressivement un territoire propice à l’apparition et l’enracinement de la contrebande. Plus qu’un phénomène épisodique ou conjoncturel, ce territoire finit par devenir une réalité permanente, tout au long de l’Époque moderne, contre laquelle fut impuissant le filtrage douanier constitué par les établissements (voir carte 1) marquant la frontière de la Navarre, avec les provinces de Guipuscoa, d’Alava et les territoires limitrophes de Castille et d’Aragon.

Carte 1. Douanes du royaume de Navarre, 1780

Carte 1. Douanes du royaume de Navarre, 1780

N. B. : Provincias exentas : provinces exemptées.

  • 5 Ana Mercedes Azcona Guerra, Comercio y comerciantes en la Navarra del siglo xviii, Pampelune, Gober (...)
  • 6 Ibid., p. 65-66.
  • 7 Ibid., p. 63.
  • 8 Pablo Fernández Albaladejo, La crisis del Antiguo Régimen en Guipúzcoa, 1766-1833: cambio económico (...)

6Ce couloir devait revêtir une importance capitale lors des épisodes de blocus maritime causés par les conflits entre la France, l’Angleterre et l’Espagne, à l’occasion desquels la voie terrestre qui reliait Bayonne à Madrid et Cadix en passant par la Navarre acquérait une valeur stratégique certaine5. La ville de Pampelune, en outre, compte tenu de sa double fonction de centre de réception et d’exportation de marchandises, devint « un important microcosme commercial, inséré dans un réseau complexe de circulation de marchandises et de capitaux, d’envergure internationale » et l’épicentre d’une zone interrégionale englobant le Sud-Ouest français, de Bordeaux à Pau, et la région du Haut-Èbre, comprenant les provinces actuelles de Navarre et de La Rioja, le nord de Soria et la partie occidentale de l’Aragon6. L’accession de Bayonne au statut de port franc en 1784 et le blocus maritime imposé par la guerre contre l’Angleterre favorisèrent l’introduction de produits manufacturés textiles et de marchandises de toutes sortes, et c’est précisément durant cette décennie que la contrebande connut son « âge d’or » en Navarre7. Cette franchise subsista jusqu’en 1790 et, par la suite, les obstacles aux échanges survenus du fait des guerres jalonnant la fin du siècle incitèrent de nombreux petits commerçants du nord de la péninsule à se livrer à des trafics illicites, tant et si bien que la contrebande, qui constituait « une activité plus ou moins occasionnelle », finit par devenir pour eux « presque un moyen de subsistance8 ».

  • 9 José María de Zuaznavar, Informe al Excelentísimo Señor Don Martín Garay, Secretario de Estado y de (...)

7Les localités situées le long de la rive de l’Alhama et désignées sous la dénomination de cordon de l’Èbre se consacraient au commerce clandestin depuis la nuit des temps, mais ce phénomène s’intensifia durant la guerre de Succession d’Espagne. Leurs habitants, en particulier ceux originaires de Cervera, s’accoutumèrent « à un certain mode de vie itinérant et militaire » qui leur permit de devenir des contrebandiers accomplis que le seigneur de la région, le comte d’Aguilar, prit sous sa protection. Ces activités se poursuivirent lorsque, en 1717, les douanes furent déplacées de l’intérieur vers les Pyrénées et que certaines d’entre elles revinrent peu de temps après à leur emplacement d’origine. À compter de 1728, date de la fondation de la Compagnie royale guipuscoane de Caracas (Real Compañía Guipuzcoana de Caracas), les fraudeurs parvinrent plus aisément à introduire des marchandises dans les deux Castille, en Aragon, en Valence et en Catalogne, en particulier le cacao, le sucre, le tabac et les produits coloniaux que les Navarrais et les Bayonnais leur fournissaient. À la fin du xviiie siècle, les autorités restaient incapables de dire à quel moment précis les localités situées le long de la rivière avaient basculé dans la contrebande, mais la Surintendance du Trésor (Superintendencia de Hacienda) avait constaté que durant les années 1730, l’agriculture, l’artisanat, les métiers et le commerce avaient disparu de ces villages au profit du trafic illicite dont ils infestaient leur région. Son essor fut si important et scandaleux pendant le premier tiers du siècle que Philippe V se vit contraint d’envoyer en 1733 quatre détachements de cavalerie pour lutter contre les abus commis9. Les agents du Resguardo de rentas, chargé du contrôle des douanes, découvrirent l’identité des fraudeurs, lesquels, convaincus de leurs délits ou par peur du châtiment, avouèrent ceux-ci et sollicitèrent la clémence du roi.

  • 10 José María de Zuaznavar, Informe al excelentísimo señor Don Martín Garay sobre excesos de los cerve (...)

8Le qualificatif de cerverano (« natif de Cervera ») était appliqué à des personnes aux origines très diverses et était commodément employé comme terme générique pour désigner ceux qui pratiquaient la contrebande ou étaient liés à cette activité, de telle sorte que « généralement, on appelle cerveranos non seulement les natifs de Cervera et des quatre autres villages situés sur son territoire le long du cordon de l’Èbre, mais également les natifs d’Alfaro, de Quel, d’Autol, d’Arnedo, d’Aldeanueva, de Grávalos, de Cornago, d’Igea de Cornago, d’Alcanadre et d’autres villages de la province de Soria, les natifs de Jarque et d’autres localités d’Aragon, les natifs de Villar de Ciervos et d’autres lieux situés aux confins du Portugal, les Riojanais, certains Navarrais et beaucoup de natifs de La Manche qui se font passer pour des cerveranos ou ont coutume de se joindre à eux lorsqu’ils voyagent ». Le sens de ce terme s’était élargi au point que « le peuple de la province du Labourd, des provinces de Guipuscoa, de Biscaye et d’Alava et des royaumes de Castille, d’Aragon et de Valence, sous l’effet d’une crainte vivace qui se transmet malheureusement de père en fils, appellent cerveranos tous les contrebandiers, même s’ils ne sont pas natifs de Cervera ni des villages situés sur son territoire, et contrebandier tout natif de Cervera, même s’il ne s’adonne pas au commerce clandestin ; ce dernier est surtout présent à Navajún et Valdemadera, très important à Cervera et non négligeable à Inestrillas et Aguilar, les cinq villages situés sur le territoire de Cervera10. »

9Les autorités chargées de poursuivre les contrebandiers sur les territoires du cordon de l’Èbre et de la Navarre les classaient en plusieurs catégories :

  • la première, la plus basse, regroupait les journaliers (jornaleros) « qui, en qualité d’employés, transportaient les produits de contrebande pour le compte d’autres personnes qui les leur fournissaient contre de l’argent ou un crédit », et qui s’exposaient aux plus grands risques en échange de petits profits ;

  • la deuxième catégorie regroupait les moyens propriétaires terriens (medianos hacendados) « qui, ayant un autre mode de vie, frugal, dans le respect des lois, se sont livrés à la fraude en étant mus par le vice de la cupidité » ;

    • 11 Archivo General de Simancas (Archives générales de Simancas, AGS), Secretaría y Superintendencia de (...)

    une troisième catégorie regroupait les hommes riches (hombres ricos) « qui, non contents d’avoir acquis par la fraude les maisons, les biens et la fortune qui sont les leurs et ayant réussi à les préserver jusqu’ici de la tourmente de la justice, continuent clandestinement d’inciter à la contrebande et de s’y adonner en faisant courir des risques à beaucoup de personnes11 ».

  • 12 Anne Montenach relève des comportements similaires dans Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Al (...)

10Presque dépourvues de ressources, une cinquantaine de femmes de ces localités nommées pandereteras venaient en Navarre et dépensaient de petites sommes d’argent pour acheter des quantités réduites de cannelle, piment, clous de girofle, foulards ou produits similaires qu’elles introduisaient en Castille en les dissimulant sur elles pour ne pas payer de droits de douane. Elles parvenaient ainsi à assurer leur subsistance et certaines utilisaient les bénéfices obtenus par ce biais pour contracter mariage12.

  • 13 AGS, SSH, 2306, Domingo Mariano Traggia à Diego de Gardoqui, Cervera, 21 mai 1796.

11Le métier de muletier était considéré comme une activité propice à la contrebande et le nombre d’individus qui l’exerçaient était très important dans la région. Ils acheminaient du grain depuis Soria, la Navarre ou l’Aragon, et du vin depuis l’Aragon et la Navarre ; ils transportaient du savon, de l’huile et des étoffes ; ils apportaient depuis Cervera des toiles, des sacs, du linge en lin et des produits de corderie aux lavoirs du royaume, des espadrilles à La Rioja, à Tierra de Cameros et dans les deux Castille, des laines à Madrid ou à Cadix, et rapportaient à leur retour des céréales, des légumineuses et des étoffes de Ségovie et de l’huile d’Andalousie. Ils agissaient pour leur propre compte ou transportaient des marchandises pour des maisons de commerce ou des marchands qui leur payaient les frais de port, tant pour les produits légaux que pour les marchandises illégales. Ils travaillaient en équipes (cuadrillas) et leur point de convergence final était Bayonne, d’où ils organisaient le voyage de retour, de préférence l’été. Si, en arrivant à la frontière de la Navarre, ils étaient avisés par leurs informateurs de la proximité des rondes de surveillance du Resguardo de rentas, ils prenaient l’autre itinéraire possible passant par les provinces exemptées ou se dispersaient pour ne pas être identifiés et semer leurs poursuivants. Comme le notèrent les militaires, les tactiques qu’ils mettaient en œuvre ressemblaient beaucoup plus à celles utilisées dans le cadre d’une guerre de montagne qu’aux stratégies propres à la contrebande. Pour des raisons qui restent obscures dans la documentation et qui sont liées aux mécanismes du marché de la laine, les transhumants participaient au système de la fraude, car au « moment où les bergers et les natifs de la Sierra de Cameros quittent l’Estrémadure et rentrent chez eux, les contrebandiers réalisent leurs meilleures ventes sur cette terre et il est impossible d’empêcher leur passage13 ». Les montagnes et les hameaux constituaient leurs refuges habituels et ils y avaient des associés qui leur procuraient un hébergement, des vivres et des informations sur les mouvements des troupes et du Resguardo.

II. « Gens de l’or », ecclésiastiques et agents royaux

  • 14 AGS, SSH, 2305, « Copie certifiée du courrier dont l’original a été remis à la Superioridad par le (...)
  • 15 AGS, SSH, 2305, ibid. Cf. S. J. Stein, « Un raudal de oro y plata que corría sin cesar de España a (...)

12« Gens de l’or », tel était le nom que les habitants des localités de La Rioja et de Navarre donnaient aux contrebandiers qui se consacraient à l’extraction de monnaie. Aux dires des agents du Trésor, leurs maisons étaient des puits « d’où l’on voit sortir beaucoup d’argent, sans jamais le voir entrer ». Parmi les types de fraude pratiqués sur ces territoires, aucun n’était plus rentable que celui-ci, auquel prenaient part les membres d’une organisation créée pour contourner le bouclier douanier que constituait la frontière de la Navarre avec la France à la fin du xviiie siècle14. Le torrent d’or et d’argent qui s’écoulait de manière ininterrompue de l’Espagne vers la France était tel qu’« ici on ne trouve pas même un douro par chance, ni un doublon de huit écus, il semble qu’ils aient tous disparu en France et qu’il ne reste plus que des petites couronnes et une quantité réduite de pesetas vieilles et de réaux d’argent15 ». L’activité des agents français dans ces transactions monétaires frauduleuses devait nettement diminuer après la Révolution, comme l’atteste Juan de Torreblanca, commandant du Resguardo de Pampelune.

  • 16 AGS, SSH, 2305, ibid.

« Le soupçon d’extraction de monnaie ne pèse pas sur les citoyens de ce pays (la Navarre), mais sur les marchands français qui se sont établis ici et ont mis sur pied des compagnies communes avec les natifs de la Navarre. Je crois que ce sont ces gens qui introduisent la monnaie dans ce royaume, mais comme ici on ne les voit plus et on ne les entend plus aussi souvent qu’auparavant, les craintes et les soupçons selon lesquels ils s’emploieraient à extraire de la monnaie vers la France se dissipent16. »

13Les « gens de l’or » du cordon de l’Èbre et de la Navarre se situaient à l’échelon supérieur de la fraude et bénéficiaient du statut d’intouchables. Dans la société secrète mise en place pour extraire des pièces de monnaie d’Aragon, de Castille, de Madrid ou de Catalogne vers la France, seuls étaient acceptés comme membres des gens de confiance et des partenaires fiables (gente de confianza y solvencia en los tratos) que l’on appelait des « amis » (amigos) ; cette distinction leur était accordée parce qu’ils avaient mené des transactions conjointes en de précédentes occasions ou parce qu’ils bénéficiaient de la confiance et de l’aval de l’un des participants. Ils étaient considérés comme des hommes de parole fidèles à leurs engagements, qui jouissaient même d’une certaine honorabilité, celle-là précisément qui était exigée de ceux qui opéraient dans les localités navarraises comme receleurs (receptadores) ou dépositaires (depositarios) des pièces de monnaie, hommes puissants (hombres poderosos) et personnes de confiance (personas de satisfacción) qui disposaient d’une maison réputée sûre ou de confiance (casa segura o de satisfacción), ainsi que des personnes connues (conocidos) ou des correspondants (correspondientes) qui agissaient à Pampelune pour le compte des entreprises françaises. Le dispositif impliquait :

  • l’intervention de porteurs (porteadores) ou conducteurs, qui assuraient le transport à dos d’homme ou à cheval et étaient généralement recrutés dans les localités de Cervera, d’Aguilar, d’Inestrillas, de Corella, d’Ágreda, d’Alfaro, d’Alcanadre, de Calahorra et de Cintruénigo ;

  • la participation de marchands qui avaient leurs affaires légales pour couverture (encubridores) et d’espions (espías), ainsi que de correspondants (corresponsales) détachés en France et à Madrid : les premiers étaient destinataires des monnaies, et les seconds des lettres de change tirées (letras giradas) et des remises à vue (remesas a la vista) pour camoufler l’extraction des monnaies et les échanger de nouveau contre des monnaies de plus grande valeur.

14Les opérations étaient exécutées avec la plus grande précaution ; elles étaient placées sous le sceau de la confiance, de la discrétion et du secret et devaient se dérouler selon certaines étapes et s’accompagner de signaux et de mots de passe sans lesquels le processus était bloqué. Les échanges et les types de monnaie recommandés variaient selon que la marée était haute ou basse, les pièces étaient transportées dans des sacs (sacas) ou des poches (saquillos) et leur valeur était estimée en verges (varas) ou en arrobes (arrobas), selon que l’unité de référence était exprimée en tissus ou en marchandises – laine blanche (lana blanca), orge (cebada). Les monnaies les plus demandées étaient les douros, les vieilles doblillas et les piastres d’argent (pesos de plata) et d’argent fondu (plata quemada), désignées en argot sous le terme de blancos et associées à la serge (sargas) et aux toiles blanches (lienzos blancos) ; les pièces jaunes (amarillos) étaient les doublons de huit écus d’or, aux cordons tressés (cordón viejo), plus difficiles à transporter « car leur couleur était fragile et susceptible de se tacher lors du transport, en cas de mauvais temps (borrasca) » provoqué par la présence des militaires (ministros) et des ministros de ovejas blancas, terme qui désignait les responsables de la ronde volante du Resguardo.

  • 17 AGS, SSH, 2307, Lettre de commission à Miguel de Obarrio, El Pardo, 7 mars 1787.
  • 18 AGS, SSH, 2307, Vitoria, 15 janvier 1788.

15Le 7 mars 1787, le ministre des Finances, Pedro López de Lerena, habilitait Miguel de Obarrio y Montenegro pour qu’en qualité de visiteur général et avec tous les pouvoirs nécessaires, il procède au contrôle du Resguardo et des administrations des revenus du tabac de la Navarre et de ses douanes17. Sous sa plume naît la définition de la Navarre comme « un royaume qui constitue la porte d’entrée principale du royaume de Castille sur le royaume de France18 ». Le commissaire n’ignorait pas que sur ces territoires, d’importants complices des contrebandiers et des extracteurs de monnaies appartenaient au clergé ; c’est pourquoi il fit appel à l’évêque du diocèse, qui rédigea et imprima deux circulaires publiées le 18 avril 1787.

  • 19 AGS, SSH, 2307, Circulaire de l’évêque de Pampelune, 21 avril 1787.

16La première mettait en garde contre la rigueur avec laquelle seraient punis les ecclésiastiques au moindre soupçon de participation ou de soutien à des activités de contrebande, tout en exhortant les prêtres à contribuer avec zèle à bannir de tels vices de leur paroisse. « Je prends la plume avec honte », écrit-il, « mû par la nécessité de dire que plusieurs membres du clergé non seulement tirent profit de la contrebande, mais offrent en outre un refuge sûr à ceux qui se livrent à cette pratique répréhensible, cachent ces individus et vont jusqu’à faciliter l’acheminement des marchandises ». Le prélat prévenait que serait punie « avec la plus grande rigueur la plus légère infraction aux lois et ordonnances royales relatives à la contrebande, et que la faute pèserait même sur celui qui serait soupçonné, même de loin, d’avoir fréquenté, aidé et dissimulé ceux qui sont susceptibles de s’adonner, ou s’adonnent effectivement, à ce commerce déplorable, ou de s’être entendus avec eux19. »

  • 20 AGS, SSH, 2307, Obarrio à Lerena, 21 avril 1787.

17La seconde circulaire obligeait les ecclésiastiques à informer l’évêque de toute transgression, afin de réprimer ceux qui, oubliant leur honneur, souillaient la réputation du clergé. Les soupçons d’Obarrio et son insistance vis-à-vis du prélat étaient bien fondés. Comme il le déclare à Lerena, ce sont ces ecclésiastiques qui « portent le préjudice le plus grave, à cause du mauvais exemple qu’ils donnent aux séculiers et aux magistrats de ce royaume ; tous protègent les contrebandiers dans l’intérêt condamnable d’acheter auprès d’eux du tabac pour 8 réaux et les autres produits du commerce illicite à un prix très faible20. »

III. Un entrelacs d’intérêts commerciaux et de réseaux clientélistes

  • 21 Domingo Mariano Traggia, marquis del Palacio, fut nommé gouverneur de Cervera et de sa circonscript (...)
  • 22 Traggia eut toujours la conviction d’avoir rendu un grand service par cet acte : « Lorsque j’empris (...)
  • 23 La maison Cabarrús & Aguirre commença à avoir recours à l’activité de muletier de Remón pour transp (...)
  • 24 Juan Ángel Latreita, né à Sauveterre (Béarn), s’installa à Pampelune à 17 ans comme maître chaisier (...)
  • 25 La maison Larroder connut son époque la plus florissante à partir de 1771, quand décéda Juan de Lar (...)
  • 26 Pedro de Iturbide est un marchand originaire de Mouguerre (Labourd), commissionnaire de l’entrepris (...)
  • 27 L’établissement d’Agustín Laserre à Pampelune était dirigé par son mandataire, Andrés de Superviell (...)
  • 28 L’entreprise Lamota Hermanos fut créée par les frères Dionisio et Juan Lamota, qui étaient les comm (...)
  • 29 AGS, SSH, 2305. Sur les Goyeneche et leurs activités dans le Madrid des Bourbons, voir Santiago Aqu (...)
  • 30 Les connexions entre juifs des deux côtés de la frontière devaient remonter à une époque ancienne s (...)
  • 31 J. M. Zuaznavar, op. cit., p. 26.

18Le 16 juin 1790, au moment de l’arrestation par le gouverneur militaire de Cervera, Domingo Mariano Traggia21, du domestique français envoyé par Francisco de Cabarrús avec une note à l’intention de Marcos Antonio Remón, marchand et contrebandier de Cervera, la maison et les archives de ce dernier ont été inspectées22. Les documents saisis démontrent qu’il avait eu des échanges avec José Zapatero et avec Fermín Remón, à Bayonne, pour réaliser l’exportation frauduleuse menée en juillet 1789 ; avec l’assistance d’Iriarte, de la maison de commerce de Corella, il avait expédié des pièces de monnaie en France et introduit des articles étrangers en Castille pour une valeur atteignant plusieurs millions de réaux. Pour les mêmes motifs, il entretenait des contacts réguliers avec l’entreprise Cabarrús & Aguirre23, de Madrid, avec Juan Ángel Latreita24, mandataire de la maison Barbería, de Pampelune, avec la maison Viuda de Larroder25, avec Egozqui et Pedro de Iturbide26, avec la maison de commerce de Monsieur Laserre27, la maison Lalanne et l’entreprise Sobrinos de Lamota28, de Pampelune, avec l’entreprise Goyeneche Hermanos29, de Saint-Jean-Pied-de-Port, et avec le juif Jacob López Hilario, de Bayonne30. Ces découvertes mettaient en lumière des faits que l’administration des douanes connaissait de longue date, à savoir que dans cette région opérait un réseau de transporteurs de Cervera et de Corella qui emportaient à l’étranger de grandes quantités de pièces de monnaie et revenaient chargés de produits achetés à Bayonne. À cette époque furent organisées des expéditions auxquelles participaient « des équipes de 70 ou 80 hommes armés, voire plus, avec leur bannière et une bonne provision de munitions, pour le compte et aux risques de personnes résidant dans toutes les provinces du royaume et, par conséquent, soutenues par toutes celles-ci31 ».

  • 32 AGS, SSH, 2305, Traggia à Gardoqui, Cervera, 4 octobre 1793.

19En octobre 1793, convaincu que les puissants étaient les plus nuisibles « de cette espèce de contrebandiers cachés qui se servent des autres, les mènent à leur perte et ne prennent eux-mêmes aucun risque sinon peut-être celui d’une légère amende », Traggia suspecte que les conspirations à son encontre et à celle de ses prédécesseurs ont été fomentées par les familles Remón, Oñate et Serrano, qui sont celles qui avaient manigancé contre le juge municipal (alcalde mayor) Leonardo Cortijo à la fin de son triennat, « en poussant trois ou quatre habitants à l’accuser ouvertement et en en rassemblant jusqu’à dix-huit ou vingt autres pour servir de témoins et supporter les frais32 ». Ses investigations le conduiront à découvrir que le successeur de Cortijo était un avocat hostile au Gouvernement et partisan des Oñate et des Remón appelé Manuel de Ágreda, natif de Cervera et administrateur du comte d’Aguilar, qui avait pris ses fonctions dénué de fortune, avec l’appui des Oñate. L’individu en question était quotidiennement entouré de contrebandiers et de voleurs, « si aveugle, adorateur de ses voisins du célèbre quartier de San Gil et d’Aguilar, qu’il est incapable de reconnaître leurs défauts », et il avait des intérêts communs avec deux ecclésiastiques, nommés Zapatero et Ortega, qui collaboraient étroitement avec ses bienfaiteurs.

  • 33 Ibid. Le titre de comte d’Aguilar revint à partir de 1793 à Ángel María de Carvajal y Fernández de (...)

« Je soupçonne que cet avocat, par le biais de la maison de Son Excellence le duc d’Abrantes, comte d’Aguilar, dont il est l’administrateur dans ces contrées de son comté, ou par le biais des relations commerciales ou familiales d’une certaine autre personne de haut rang qui a ici des parents bien connus et de très basse extraction, d’anciens contrebandiers et des repris de justice, entre les mains desquels j’ai vu une lettre de sa part, a une assez grande influence sur les machinations contre le Gouvernement et il est, par conséquent, nécessaire de lui adresser un avertissement et de le surveiller33. »

  • 34 AGS, SSH, 2305, Traggia à Gardoqui, Cervera, 4 octobre 1793.
  • 35 S. J. Stein, op. cit., p. 237 ; AHN, Hacienda, 56532, exp. 35.

20Le penchant pour la contrebande des familles Oñate et Serrano, d’Aguilar, ainsi que des Remón et de Juan de la Fuente, de Cervera, remontait à une époque ancienne. Ils formaient une dynastie composée « de criminels incarcérés pour avoir désobéi à la justice, avoir calomnié leurs juges et être des comploteurs, des assassins, des incendiaires et des agitateurs, leur délit le moins grave ayant toujours été la contrebande34 ». Marcos Antonio Remón, patriarche du groupe et associé à Cabarrús pour l’extraction de monnaie vers la France, fit ses premiers pas dans le monde des affaires comme petit commerçant et, vers 1747, s’introduisit dans les cercles madrilènes organisant le transport d’argent et d’or. D’après ses livres de compte, son entreprise exporta chaque année 80 000 douros jusqu’en 1780, montant qui atteignit 120 000 douros lors des périodes les plus fastes de cette décennie. Stanley J. Stein juge exagérés les dires selon lesquels son commerce était si rentable et réputé qu’il « n’y a aucun village en Castille où les hommes, les femmes, les clercs et toute sorte de gens ne venaient pas le trouver, ne le protégeaient pas et ne lui offraient pas des douros, allant jusqu’à lui en offrir par arrobe entière en vertu de la lettre d’un clerc35 ». Au vu des témoignages apportés, cette affirmation ne paraît pas très éloignée de la réalité.

  • 36 AGS, SSH, 2305, Traggia à Lerena, Cervera, 15 décembre 1789.

21Sa maison était respectable du fait de son appartenance à la noblesse et des relations et postes occupés par ses enfants : un fils juge municipal (alcalde mayor) à San Pedro Manrique, un autre résidant et possédant un commerce à Soria, un troisième habitant à Cervera et assez fortuné, et trois filles mariées à des avocats dans cette dernière ville et à Tarazona. Il versait des droits élevés au roi, « pour autant je ne jurerais pas qu’ils égalent les sommes dont il l’a escroqué », admet Traggia, et ses opérations lui avaient permis d’accumuler de l’argent et de gérer celui d’autres personnes, qu’il passait clandestinement en Navarre. Ses enfants « sont tous intrépides ; certains s’adonnent au trafic sur les chemins, d’autres relient au commerce licite ce qui ne l’est pas, d’autres encore les aident en leur fournissant les verges et les lettres servant à maquiller ces activités, des échappatoires et des moyens de défense légaux ; et le chef de famille continue de les diriger sur les voies de la contrebande ». Une véritable saga familiale érigée sur un entrelacs (voir graphique 1) d’intérêts économiques, de stratégies matrimoniales, d’alliances et de liens parfaitement étudiés et conçus pour servir de couverture et apporter un soutien aux opérations légales et frauduleuses auxquelles prenait part le patriarche du clan aux côtés de Juan de la Fuente, son associé, un homme qui est « devenu riche en seulement quelques années ; […] qui n’a d’égards pour rien, ce qui ne pourra que servir de leçon à ces populations ; est marié à la fille d’un secrétaire-greffier des rentes [escribano de rentas] mis à pied pour abus de confiance, selon ce que j’ai ouï dire, et est le frère du secrétaire-greffier de cette municipalité, homme indocile et effronté, qui a toujours joué un rôle important dans les dissolutions du pays et est aujourd’hui le seul greffier en exercice dans cette ville ». Les deux familles sont ainsi « la racine de tous ces maux et aucun remède ne sera réellement efficace si on n’arrache pas au moins celle qui peut donner le plus de rejetons36 ».

Graphique 1. Les tentacules du trafiquant Marcos Antonio Remón

Graphique 1. Les tentacules du trafiquant Marcos Antonio Remón

22À la fin du mois d’octobre 1792, le chapitre des ecclésiastiques et les curés de Cervera, d’Aguilar et d’Inestrillas furent mis en cause dans le procès intenté par Traggia contre les fraudeurs. Le rédacteur du mémoire, l’avocat Eleuterio Alfaro, était le gendre de Marcos Antonio Remón, ce qui valut au gouverneur militaire de porter ce jugement :

  • 37 AGS, SSH, 2305, Traggia à Gardoqui, Cervera, 31 octobre 1792.

« Dans ce chapitre (de Cervera) et dans celui d’Aguilar, des ecclésiastiques sont poursuivis pour contrebande et pour complicité d’extraction de monnaie ; et ceux qui ne le sont pas sont les frères ou les oncles des contrebandiers les plus connus. Ils ont bénéficié en ces temps-là d’importantes offrandes que leur faisaient, pour des messes et autres vœux pieux, ceux qui avaient réussi ou espéraient réussir à briser le cordon de l’Èbre et s’attaquaient avec force aux carabiniers du roi, ou en contrepartie de la dissimulation des articles de fraude dans les églises, dont certaines donnaient sur la Grand-Place et qui conservent aujourd’hui encore la niche où les marchandises frauduleuses furent cachées37. »

  • 38 AGS, SSH, 2305, Traggia à Gardoqui, Cervera, 31 octobre 1792.

23En mars 1791, le commissaire avait avisé l’évêque de Calahorra de la conduite dissolue des clercs, sans qu’il soit donné suite à sa plainte. Les instigateurs du document étaient selon lui Francisco Javier Ruiz Jiménez, président du chapitre d’Aguilar, qui « est un homme indocile, jugé pour fraude il y a de ça quelques années », Antonio Oñate, qui passait pour être un « clerc, fils de l’amère maison d’Aguilar, racine des maux de ce pays, et beau-frère d’Anselmo Remón », et Francisco Tovar, chapelain d’Inestrillas. Tomás Ortega et les Zapatero, ecclésiastiques de Cervera, se vantaient d’être « les plus grands soutiens de Marcos Antonio Remón et de ses voisins contrebandiers, ou les frères des plus connus » et le curé d’Inestrillas, José Larrañaga, avait collaboré à une extraction de monnaie en 1786. Les signataires étaient « des criminels, pour certains des imposteurs, ce dont j’ai la preuve en mon pouvoir, des soutiens des Remón et des Oñate, des contrebandiers ou de très proches parents de ceux-ci, des ignorants et des personnes intéressées par la conduite historiquement désordonnée de ces habitants38 ».

  • 39 AGS, SSH, 2306, Traggia à Gardoqui, Madrid, 12 juillet 1794.

24Au cours de l’été 1794, Traggia profita d’un voyage à Madrid pour informer le ministre des Finances, Diego de Gardoqui, de la gravité de ce qui se passait dans le cordon de l’Èbre. Ce qu’il eut l’occasion de constater dans la capitale du royaume acheva de lui ouvrir les yeux sur la hauteur et la solidité des piliers qui soutenaient les trafics des oligarchies provinciales qu’il combattait dans l’embouchure de l’Alhama, sur les connexions nationales et internationales dont elles jouissaient, sur la portée de leurs affaires et sur la manière dont elles avaient fait de Madrid un point de rencontre où prenaient corps les conspirations et les affaires de personnages que le noyau cosmopolite accueillait avec autant de naturel et de déférence que s’il s’agissait d’honnêtes marchands et financiers. Il eut la grande surprise de rencontrer des habitants d’Aguilar qui, logés à l’auberge du Galgo, vivaient comme des fugitifs et poursuivaient leurs activités dans la capitale : « Si bien que la contrebande semble se faire aujourd’hui dans cette Cour, avec une telle dissolution qu’il existe une société d’assurance pour les y introduire39. » Lorsqu’il prit ses fonctions de ministre des Finances, Pedro de Varela y Ulloa, le successeur de Gardoqui, trouva sur son bureau un rapport dans lequel le commissaire, sans circonlocutions, appelait les choses par leur nom.

  • 40 AGS, SSH, 2306, Traggia à Varela, Cervera, 4 novembre 1796.

« J’ai bien peur que la participation de plus de soixante maisons de commerce de Biscaye et de Navarre aux manœuvres illicites des cerveranos, en particulier celles constatées ces quarante dernières années, l’implication de personnages importants et la protection apportée par d’autres mal informés aient eu jusqu’ici une grande influence sur le report de l’adoption des dispositions requises. Mais il n’échappe pas à la grande sagacité de Votre Excellence que si l’on veut que les habitants des berges de la rivière Alhama cessent à l’avenir d’usurper les revenus et le patrimoine royal de Sa Majesté avec une telle désinvolture et deviennent des sujets utiles et paisibles, il est nécessaire, par-delà la violence primaire à leur encontre, de contrarier ceux qui profitent et ont profité de leur ancien mode de vie ; et ce sont précisément les maisons de Navarre et de Biscaye qui les aident à commettre leurs fraudes40. »

25Si le panorama qu’il contemplait était inquiétant, l’irrésolution du Secrétariat et de la Surintendance du Trésor (Secretaría y Superintendencia de Hacienda) et la progression des cerveranos dans les trafics illicites l’étaient bien plus. Traggia ira directement se plaindre auprès de Varela, avec amertume, du peu d’aide qu’il avait trouvé au sein de son ministère et du retour de Marcos Antonio Remón à l’administration municipale de Cervera, en qualité de député (diputado) :

  • 41 AGS, SSH, 2306, Traggia à Varela, Cervera, 14 janvier 1797.

« Les abus de pouvoir de cet homme et de sa famille, colossal criminel et modèle de ces réformés, même avant son entrée à la mairie, ont corrompu les meilleurs habitants, ont détruit des manufactures, ont brisé le frein que constituaient les passeports, ont encouragé les recours et les calomnies atroces qui ont eu le dessus sur la netteté de ma conduite et, enfin, ont convaincu les tièdes et conforté les malfaisants dans l’idée qu’il était possible de faire tomber mon gouvernement, qu’ils voyaient déjà sans sa vigueur passée41. »

26La situation était redevenue aussi désordonnée, voire plus, qu’au début de sa mission.

IV. En guise de conclusion : de « vrais voleurs aux termes des lois »

  • 42 Sur une époque antérieure, voir Elena María García Guerra, « Delito económico, causa política: fals (...)
  • 43 AGS, SSH, 2306, Plainte adressée par Francisco Escudero et Joaquín de Oñate au roi, Madrid, 20 nove (...)

27Les extracteurs de monnaie, les moyens propriétaires terriens, les muletiers et les journaliers formaient, dans les territoires adjacents de la Navarre, de la Vieille-Castille et des provinces exemptées, les pièces de l’engrenage qui faisait marcher le commerce illicite et l’extraction de monnaie à travers la frontière avec la France42. Leurs actes s’expliquaient non seulement par la propension à avoir recours à ce type de solutions dans les contrées aux faibles ressources financières, mais aussi par le fait que les oligarchies civiles et ecclésiastiques qui finançaient la fraude déclaraient ouvertement et étaient convaincues qu’en l’encourageant elles appliquaient des principes de libre-échange prônés par le souverain et destinés à lever les obstacles empêchant le développement de l’industrie. En novembre 1794, les oligarques affirmaient, au nom d’Aguilar et de Cervera, que les villes qui demandaient la suspension des passeports imposés par les agents du Trésor « ne faisaient rien d’autre qu’appliquer à leur situation des principes économiques autorisés par la volonté de Sa Majesté et de son glorieux père dans de nombreuses lois et ordonnances existantes destinées à ôter tous les obstacles pouvant s’opposer au développement des classes les plus indispensables ». Ils ne comprenaient pas le sens d’une formalité qui les empêchait de choisir librement leurs itinéraires et leurs points de passage et qui les obligeait à se présenter chaque jour devant la justice « pour subir un examen minutieux et la pénible comparaison de leurs traits physiques avec ceux indiqués sur le passeport43 ».

28Les autorités fiscales et militaires, en revanche, avaient une vision différente de ces pratiques commerciales commanditées par un groupe de notables castillans et navarrais enrichis pour l’essentiel par l’extraction de monnaie vers la France. Dans sa lettre envoyée au ministre Gardoqui en août 1796, Traggia taxe les marchands de la rivière Alhama de « vrais voleurs aux termes des lois » et leur manière de commercer de captieuse :

  • 44 AGS, SSH, 2306, Traggia à Gardoqui, Cervera, 11 août 1796.

« Et que leur commerce se faisant à crédit, aucun d’eux ne prend des articles avec l’intention de les payer. Et qu’ils ont pris l’habitude de se rendre dans une maison de commerce, d’en sortir les articles, de ne pas les payer aux échéances prévues, de dissimuler les montants perçus ou de faire valoir des pertes, et d’obliger les créanciers à des remises de dette forcées et à des libérations scandaleuses qui ont déjà atteint quatre-vingt-douze pour cent, après quoi ils continuent leur trafic et répètent les faillites, comme cela arrive à la plupart. Pourquoi doit-on autoriser un tel commerce ? Il n’existe presque aucun lieu en Espagne que ces gens n’aient pas touché et tous ont subi le même sort. Avec ces dissimulations, ils dépensent, ils triomphent, ils se font plaisir, ils corrompent, ils deviennent fiers et fainéants, et il en résulte un nombre incalculable de fléaux44. »

  • 45 Alberto Angulo Morales, « La limitación del derecho de asilo en sagrado. Medidas contra el contraba (...)

29Les dénonciations de la conduite déviante des clercs impliqués dans la contrebande se multiplient sur l’ensemble du territoire espagnol pendant la seconde moitié du xviiie siècle. Leur rôle dans ces opérations ne se limitait pas à transformer les enceintes sacrées et les locaux privés en entrepôts imprenables ou en réceptacles de produits illicites : ils étaient aussi des fraudeurs actifs, ils fournissaient une assistance et ils apportaient des fonds aux entreprises qui introduisaient dans le pays des articles étrangers illicites. En règle générale, les autorités ecclésiastiques ne réprouvaient pas les pratiques de leurs subordonnés et retardaient l’octroi des autorisations de perquisition de leurs maisons, de sorte que, lorsque ces fraudeurs se faisaient prendre, ils avaient largement l’occasion et le temps de cacher les marchandises45. Les officiaux, les vicaires et les ecclésiastiques dotés de compétences juridictionnelles et, dans les endroits où il n’en existait pas, les curés ou les prêtres géraient et utilisaient des lieux d’habitation ou de culte qui n’étaient pas facilement accessibles aux autorités civiles, lesquelles devaient demander une autorisation du nonce apostolique pour les perquisitionner ou arrêter des personnes ayant un tel statut. Dans les couvents de religieuses, l’autorisation de l’évêque du diocèse, de son official ou du juge ecclésiastique était requise ; sur les territoires des ordres militaires et de la Sainte Assemblée de l’Ordre de Saint-Jean (Sacra Asamblea de la Orden de San Juan), les autorités civiles devaient disposer d’une décision du conseil des Ordres ou de cette assemblée.

  • 46 V. D. Ceano y Barba, Plan para el aumento de la población, mejoramiento de la agricultura y demás r (...)

30La participation du clergé au commerce illicite s’expliquait par divers facteurs notamment l’abondance de fondations (vinculaciones et aniversarios) sans grands revenus, situation proverbiale dans les terres du Sud de l’Espagne. Il n’existait aucun village, aussi petit qu’il fût, qui n’abritait pas six ou huit fondations « et autant de paresseux et de fainéants parmi leurs possesseurs », qui n’étaient autre chose que des « oisifs sans but ni occupation », correspondant à ce que l’on appelait les clercs capigorrones, un poste prééminent dans une confrérie aussi vaste que peu honorable. Ceux qui occupaient ces fondations s’abandonnaient à la luxure, à la gourmandise et à l’oisiveté, « et le pire est que, s’ils sont pauvres et affamés dans les royaumes de Castille, dans ceux d’Andalousie ils sont connus pour leurs activités de contrebande et la protection qu’ils offrent aux fraudeurs, occupation dont ils font étalage et à laquelle ils s’adonnent à visage découvert46 ».

  • 47 J. M. Gutiérrez, op. cit., p. 44-45.

31Le problème, à ce moment du siècle, ne consistait déjà plus à poursuivre des petits trafiquants qui, sous l’habit de clercs et au prétexte de leur consommation personnelle, collaboraient occasionnellement avec les fraudeurs ou se solidarisaient avec leurs voisins, mais des délinquants occupant les plus hauts échelons du système qui soutenait et rendait possible la contrebande. L’étau se resserra autour d’eux et ils finirent par devenir un sujet de discorde de plus dans les relations entre l’Église et l’État. Marcos Gutiérrez inclut, en raison de leur importance particulière dans la commission du délit, les personnes et les communautés ecclésiastiques qui « oubliant les obligations communes à tous les vassaux et celles propres à leur statut protègent les contrebandiers, s’opposent à l’inspection de leurs chariots et bagages et retardent celle de leurs maisons et des lieux sacrés pour faciliter la dissimulation des fraudes47 ». Contrôler le clergé impliquait dans certains cas de sectionner les tentacules les plus actifs de l’Hydre mythique de la contrebande et d’éliminer leurs connexions avec les extracteurs de monnaie.

Notes

1 José María Oliva Melgar, La metrópoli sin territorio ¿Crisis del comercio de Indias en el siglo xvii o pérdida del control del monopolio?, in C. Martínez Shaw et José María Oliva Melgar (dir.), El sistema atlántico español (siglos xvii-xix), Madrid, Marcial Pons, 2005, p. 19-73, spéc. p. 39-43 ; Miguel Ángel Melón Jiménez, Los tentáculos de la Hidra. Contrabando y militarización del orden público en España, 1784-1800, Madrid, Sílex, 2009.

2 Éd. fac-similé, Madrid, 1990, t. II, p. 559.

3 José Marcos Gutiérrez, Práctica criminal de España, t. II, Oficina de don Benito García y Compañía, Madrid, 1805, chap. IV, De los juicios de contrabando, p. 44-45.

4 Novísima Recopilación, livre VI, titre IX, loi II, décret royal du 14 décembre 1760 et cédule du conseil des finances (Consejo de Hacienda) du 17 décembre 1760.

5 Ana Mercedes Azcona Guerra, Comercio y comerciantes en la Navarra del siglo xviii, Pampelune, Gobernio de Navarra, Departamento de Educaciôn y Cultura, 1996, p. 42.

6 Ibid., p. 65-66.

7 Ibid., p. 63.

8 Pablo Fernández Albaladejo, La crisis del Antiguo Régimen en Guipúzcoa, 1766-1833: cambio económico e historia, Madrid, Akal, 1975, p. 262.

9 José María de Zuaznavar, Informe al Excelentísimo Señor Don Martín Garay, Secretario de Estado y del Despacho Universal de Hacienda en virtud de Real Orden de 7 de abril de 1817, Pampelune, Imprenta de la viuda de Rada, 1821, p. 16-19.

10 José María de Zuaznavar, Informe al excelentísimo señor Don Martín Garay sobre excesos de los cerveranos del río Alhama en materia de contrabando, Pampelune, Imprenta de la viuda de Rada, 1821, p. 12 et 14.

11 Archivo General de Simancas (Archives générales de Simancas, AGS), Secretaría y Superintendencia de Hacienda (SSH), liasse 2305.

12 Anne Montenach relève des comportements similaires dans Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au xviiie siècle, Grenoble, PUG, 2017.

13 AGS, SSH, 2306, Domingo Mariano Traggia à Diego de Gardoqui, Cervera, 21 mai 1796.

14 AGS, SSH, 2305, « Copie certifiée du courrier dont l’original a été remis à la Superioridad par le gouverneur de Cervera, agissant en représentation, le 15 décembre 1789 ». Henry Kamen rapporte des témoignages, alors que la guerre de Succession bat son plein, sur l’extraction de métaux précieux vers la France par la route terrestre, dissimulés dans des sacs de laine, ainsi que sur l’utilisation de la route maritime Bilbao-Bayonne pour exporter illégalement de la monnaie et la participation à cette activité de fonctionnaires français installés à Madrid, aidés par des financiers espagnols qui résidaient dans la capitale, cf. La Guerra de Sucesión en España, 1700-1715, Barcelone, Grijalbo, 1974, p. 194‑195.

15 AGS, SSH, 2305, ibid. Cf. S. J. Stein, « Un raudal de oro y plata que corría sin cesar de España a Francia. Política mercantil española y el comercio con Francia en la época de Carlos III », Actas del Congreso Internacional sobre « Carlos III y la Ilustración », t. II, Economía y Sociedad, Madrid, Ministerio de Cultura, 1989, p. 219-280 ; la citation figure à la page 240 et la source documentaire se trouve auprès des Archivo Histórico Nacional (Archives historiques nationales, AHN), Hacienda, 3781 B, nº 5.

16 AGS, SSH, 2305, ibid.

17 AGS, SSH, 2307, Lettre de commission à Miguel de Obarrio, El Pardo, 7 mars 1787.

18 AGS, SSH, 2307, Vitoria, 15 janvier 1788.

19 AGS, SSH, 2307, Circulaire de l’évêque de Pampelune, 21 avril 1787.

20 AGS, SSH, 2307, Obarrio à Lerena, 21 avril 1787.

21 Domingo Mariano Traggia, marquis del Palacio, fut nommé gouverneur de Cervera et de sa circonscription afin d’exécuter « la volonté de Sa Majesté quant aux faits commis par les habitants de ces villages, à savoir de les réprimer et de les éloigner de la contrebande et des autres excès auxquels ils se sont adonnés au détriment de l’État et du Trésor royal » (Archivo General militar-Archives générales militaires de Ségovie, feuille de service du brigadier marquis del Palacio, 6e régiment des hussards).

22 Traggia eut toujours la conviction d’avoir rendu un grand service par cet acte : « Lorsque j’emprisonnai l’employé du comte de Cabarrús qui portait la mystérieuse missive à l’intention de Marcos Antonio Remón, je crus, et je croirai toute ma vie, avoir empêché un grave dommage à l’État, un vol à la Banque nationale, et avoir évité la fuite d’une personne qui, en France, où elle se rendait, et à cette occasion, aurait été notre cruel ennemi » (AGS, SSH, 2305). Lerena donna l’ordre d’arrêter Cabarrús en l’accusant de liens avec le réseau de contrebande appelé La Moneda (« La Monnaie »), dont faisait également partie Remón ; dans la correspondance que j’ai trouvée, rien ne prouve que c’était effectivement le cas, mais des indices laissent penser que les cerveranos étaient protégés par un haut personnage de Madrid, dont l’identité n’est révélée par personne.

23 La maison Cabarrús & Aguirre commença à avoir recours à l’activité de muletier de Remón pour transporter des métaux précieux de Madrid à Bayonne aux alentours de 1775. Dans cette ville, les entreprises familiales liées à Cabarrús qui recevaient les pièces de monnaie (Viuda de Lalanne e Hijos, Cabarrús Padre e Hijo, Juan Pedro Lalanne) endossaient des lettres de change payables à vue à l’intention de Cabarrús & Aguirre, à Madrid, ou de Le Normand & Cie, à Cadix, cette dernière entreprise ayant été mise en cause lors de l’enquête sur les conflits et intérêts croisés menée au sein des douanes de sa région en 1786.

24 Juan Ángel Latreita, né à Sauveterre (Béarn), s’installa à Pampelune à 17 ans comme maître chaisier et se fit naturaliser 10 ans plus tard alors qu’il était employé au service de la maison de commerce de Martín de Barbería en qualité de teneur de livres et comptable. Il monta sa propre boutique et eut des échanges avec des établissements commerciaux de Bayonne, de Nîmes, de Lyon, de Saint-Sébastien, de Toulouse, d’Azparren, de Saragosse, de Saint-Jean-Pied-de-Port et de Saint-Esteben d’Arbéroue (A. M. Azcona, op. cit., p. 463).

25 La maison Larroder connut son époque la plus florissante à partir de 1771, quand décéda Juan de Larroder et que sa veuve, Juana María Eugenia Pauca, originaire de Pampelune et fille d’émigrants du Béarn, prit la direction de l’entreprise. Elle gérait les affaires de l’entreprise bayonnaise de son cousin, François Barrau, sur le territoire espagnol et faisait partie du réseau d’exportation illégale de pièces de monnaie qui opérait dans cette région. À compter de 1782, les activités de l’entreprise consistèrent en l’exportation de laines, le tirage de lettres de change et l’importation de tissus, qu’elle distribuait dans les communes de Castille, de la Rioja et d’Aragon (A. M. Azcona, op. cit., p. 468‑470).

26 Pedro de Iturbide est un marchand originaire de Mouguerre (Labourd), commissionnaire de l’entreprise Viuda de Lalanne e Hijos, de Bayonne (A. M. Azcona, op. cit., p. 458).

27 L’établissement d’Agustín Laserre à Pampelune était dirigé par son mandataire, Andrés de Supervielle. Il le ferma à la veille de la guerre du Roussillon (A. M. Azcona, op. cit., p. 487).

28 L’entreprise Lamota Hermanos fut créée par les frères Dionisio et Juan Lamota, qui étaient les commissionnaires de Juan de Olorón à Pampelune. Leurs activités consistaient en l’exportation de laine navarraise et en l’importation de produits textiles de basse qualité. En 1786, le seul frère encore vivant, Dionisio, s’était spécialisé dans l’exportation de laines et le tirage de lettres de change après avoir vendu à ses neveux sa part de l’entreprise (A. M. Azcona, op. cit., p. 486).

29 AGS, SSH, 2305. Sur les Goyeneche et leurs activités dans le Madrid des Bourbons, voir Santiago Aquerreta, Negocios y finanzas en el siglo xviii: La familia Goyeneche, Pampelune, EUNSA, 2001.

30 Les connexions entre juifs des deux côtés de la frontière devaient remonter à une époque ancienne si l’on en croit la lettre que Traggia adressa à Gardoqui en 1792, dans laquelle il l’informe que, d’après un jugement exécutoire de 1583, la Chancellerie de Valladolid fut saisie d’un litige opposant le comte d’Aguilar aux habitants de sa commune au motif qu’il leur avait refusé un droit auquel ils prétendaient « parce qu’il n’y avait que 60 ans, à peu de chose près, qu’ils s’étaient convertis et n’étaient plus musulmans ou juifs » (AGS, SSH, 2305, Cervera, 31 octobre 1792).

31 J. M. Zuaznavar, op. cit., p. 26.

32 AGS, SSH, 2305, Traggia à Gardoqui, Cervera, 4 octobre 1793.

33 Ibid. Le titre de comte d’Aguilar revint à partir de 1793 à Ángel María de Carvajal y Fernández de Córdoba (1793-1839), duc d’Abrantes. Sur cette famille d’absentéistes de Cáceres résidant à Madrid, voir Miguel Ángel Melón Jiménez, Extremadura en el Antiguo Régimen. Economía y sociedad en tierras de Cáceres (1700-1814), Salamanque, Editora Regional de Extremadura, 1989, p. 370-383.

34 AGS, SSH, 2305, Traggia à Gardoqui, Cervera, 4 octobre 1793.

35 S. J. Stein, op. cit., p. 237 ; AHN, Hacienda, 56532, exp. 35.

36 AGS, SSH, 2305, Traggia à Lerena, Cervera, 15 décembre 1789.

37 AGS, SSH, 2305, Traggia à Gardoqui, Cervera, 31 octobre 1792.

38 AGS, SSH, 2305, Traggia à Gardoqui, Cervera, 31 octobre 1792.

39 AGS, SSH, 2306, Traggia à Gardoqui, Madrid, 12 juillet 1794.

40 AGS, SSH, 2306, Traggia à Varela, Cervera, 4 novembre 1796.

41 AGS, SSH, 2306, Traggia à Varela, Cervera, 14 janvier 1797.

42 Sur une époque antérieure, voir Elena María García Guerra, « Delito económico, causa política: falsificadores y contrabandistas en el imperio de los Austrias durante el siglo xvii », Anuario americanista europeo, n° 4-5, 2006-2007, p. 83-104 ; Susana Truchuelo García, « Contrebandiers de monnaie et autorités locales sur les côtes basques au début du xviie siècle », Criminocorpus, dossier « Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours », 17 février 2014, https://journals.openedition.org/criminocorpus/2666 ; Olivier Caporossi, « Les délits de monnaie dans les provinces basques (1551-1700) : une criminalité de l’étranger », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 117, n° 1, 2010, p. 223-239.

43 AGS, SSH, 2306, Plainte adressée par Francisco Escudero et Joaquín de Oñate au roi, Madrid, 20 novembre 1794.

44 AGS, SSH, 2306, Traggia à Gardoqui, Cervera, 11 août 1796.

45 Alberto Angulo Morales, « La limitación del derecho de asilo en sagrado. Medidas contra el contrabando en la España del siglo xviii », Cuadernos de Investigación Histórica, n° 20, 2003, p. 267-298.

46 V. D. Ceano y Barba, Plan para el aumento de la población, mejoramiento de la agricultura y demás ramos útiles; simplificación de la recaudación de las rentas provinciales y extensión de pastos y tierras labrantías en Extremadura, Madrid, 1785, Biblioteca de Extremadura, s. c. et s. d.

47 J. M. Gutiérrez, op. cit., p. 44-45.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Douanes du royaume de Navarre, 1780
Crédits N. B. : Provincias exentas : provinces exemptées.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Graphique 1. Les tentacules du trafiquant Marcos Antonio Remón
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 497k

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’Université d’Estrémadure (Espagne), Miguel Ángel Melón Jiménez oriente désormais ses recherches vers l’étude des espaces frontaliers de l’Empire espagnol. Parmi ses publications, on compte les ouvrages Hacienda, comercio y contrabando en la frontera de Portugal, siglos xvi-xviii, Cáceres, Cicon Ediciones, 1999, et Los tentáculos de la Hidra. Contrabando y militarización del orden público en España 1784-1800, Madrid, Universidad de Extremadura, Servicio de publicaciones, 2009. Il a été responsable d’un projet de recherche financé par le ministère espagnol des Sciences et de l’Innovation, intitulé Las fronteras del Imperio español 1659-1812. Procesos de definición, formas de ocupación del espacio, y sistemas de control del territorio, et, à ce jour, d’un autre projet intitulé Dinámica de las fronteras en periodos de conflicto. El Imperio español 1640-1815. Il coordonne par ailleurs le Grupo para el estudio de la historia social en el Occidente moderno peninsular dans son université de rattachement.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search