Version classiqueVersion mobile

Fraudes, frontières et territoires (XIIIe-XXIe siècle)

 | 
Béatrice Touchelay

Les territoires de l’illicite : des sources bien informées ?

L’ère du soupçon. Fraude scientifique et rivalités nationales (Mondes britanniques et français, XVIIIe‑XIXe siècle)

Thérèse Bru

Texte intégral

  • 1 Au cœur des discussions actuelles se trouvent la réplication des résultats et sa place dans le cham (...)

1Les usages discursifs de la notion de fraude scientifique sont moins étudiés que sa réalité et son ampleur, qui font actuellement l’objet d’une réflexion dans les sciences contemporaines, où certains auteurs la voient comme un problème structurel et non résolu inhérent à la méthodologie scientifique1. La fraude peut être simplement définie comme une distorsion intentionnelle de données ou de processus de traitement de données. L’émergence de ce concept, alors que se met en place la méthode scientifique moderne, de même que ses usages polémiques et concurrentiels sont donc directement liés à la disponibilité des données, aux conflits créés par leur exploitation, et aux instances chargées de vérifier l’information. Cette communication aborde la fraude du point de vue des discours qui s’y attachent et des accusations qui la prennent pour objet ; nous prenons le parti d’examiner l’émergence et les usages rhétoriques de ce terme à la lumière des concurrences scientifiques de l’ère moderne. L’intérêt d’examiner les usages publics de cette accusation est de mettre en lumière une histoire des rivalités scientifiques dans un contexte transnational où les circulations de données occupent une place croissante. Notre hypothèse est que le déploiement du concept de fraude dans les sciences est la conséquence d’un univers informationnel plus compétitif.

  • 2 Irène Passeron et al., « La République des sciences. Réseaux de correspondance, des académies et de (...)
  • 3 Thérèse Bru, « Circulations scientifiques. Les naturalistes et leurs données entre les mondes brita (...)

2Les communautés scientifiques de l’ère moderne constituent un marché transnational d’information et de publication de plus en plus concurrentiel, sur lequel se superpose une infrastructure nationale de production et de publication scientifique. Cette dimension nationale, minimisée jusqu’à l’ère révolutionnaire par la structure même des échanges européens au sein de la République des sciences2, se renforce vers 1780 avec la concentration progressive des données dans des institutions savantes centralisées, disposant de la masse critique d’information nécessaire à son traitement3. Ce mouvement de concentration des données, révélateur d’un investissement des appareils étatiques dans le champ scientifique, tend à creuser des lignes de fracture dans les réseaux savants suivant une logique de plus en plus nationale.

  • 4 Sur le développement de marchés de données scientifiques, voir T. Bru, « Circulations scientifiques (...)

3L’objet de cet article est de montrer que le concept même de fraude, dans sa construction et son architecture, émerge dans les zones frontières de l’information, en lien avec le développement de la notion de données, qui transitent entre des champs scientifiques nationaux où se superposent des affrontements de personnes, de réseaux, d’institutions et de nations. La fraude scientifique, comme ses équivalents économiques transfrontaliers, et elle aussi éminemment caractérisée par la circulation : celle des données, de plus en plus envisagées par les contemporains comme la matière première des dispositifs scientifiques et aussi, par conséquent, comme des objets communicables liés tant à une production qu’à une demande4. La fraude n’a donc pas seulement une histoire, en tant que catégorie contre laquelle se construit, en négatif, la méthode scientifique : elle a aussi une topologie, celle de réseaux dans lesquels la montée en puissance d’États modernes rivaux crée de nouvelles concurrences professionnelles.

I. Typologie de la fraude scientifique

  • 5 John Hill, A Dissertation on Royal Societies, Londres, John Doughty, 1750 ; idem, A Review of the W (...)
  • 6 John Hill à un correspondant français : « You are to know that I have the honour not to be a member (...)
  • 7 Voir par exemple l’article de la compilation intitulé « Incontestible Proofs of a strange and surpr (...)

4L’une des premières réflexions systématiques, doublée d’une tentative de recensement, des malversations entachant l’information scientifique peut être trouvée mi-xviiie siècle dans les écrits du botaniste anglais John Hill (1714-1775). Hill entreprend de compiler les falsifications et aberrations scientifiques parues dans les Philosophical Transactions de la Royal Society de Londres sur près d’une cinquantaine d’années, pour attirer l’attention sur les défaillances du contrôle des informations par la célèbre société londonienne. L’entreprise est aussi placée sous le signe d’une vengeance personnelle : Hill est un candidat déçu au fellowship de la Royal Society, et un ennemi subséquent de plusieurs membres de la prestigieuse institution. Le naturaliste, par ailleurs auteur de travaux botaniques remarqués, entreprend à partir de 1749 d’inventorier les fraudes, contre-vérités et autres excentricités publiées dans le journal de la Société royale, dans une compilation perfidement dédiée au président de cette institution, et sobrement intitulée A Review of the Works of the Royal Society5. Derrière la revanche personnelle et la rationalisation de son propre rejet (Hill s’enorgueillit désormais dans sa correspondance de ne pas être un membre de la Royal Society6) affleure une critique des mécanismes de filtrage des données scientifiques dans les institutions centrales, reposant davantage sur la confiance peu scrupuleuse des pairs au sein de petites cliques de patronage et d’amitiés que sur l’examen des preuves réellement apportées. Sans dresser une typologie formelle, et en se contentant de classer sa compilation suivant le découpage même qui est alors en vigueur dans les Philosophical Transactions, Hill introduit l’idée qu’il existe une corrélation entre la structure d’institutions centralisées de gestion de l’information, et les possibilités de manipulation et de dénaturation de l’information qui émergent dans ces milieux fermés7. La dénonciation des falsifications et inventions introduites par les auteurs et correspondants du prestigieux journal, loin de constituer uniquement une compilation de défaillances particulières ou d’aberrations cocasses, pointe ainsi vers une explication plus structurelle, visant un modèle de fonctionnement et d’organisation des sciences encore largement adossé à des systèmes de patronage concurrentiels et fermés, où Hill n’a pas trouvé sa place.

  • 8 Jim Endersby, Imperial Nature: Joseph Hooker and the Practices of Victorian Science, Chicago/Londre (...)
  • 9 Charles Babbage, Reflections on the Decline of Science in England, and on Some of Its Causes, Londr (...)

5Un même type d’explication structurelle, tenant à la nature d’institutions savantes cette fois nationales et rivales, sous-tend au tournant du siècle les réflexions sur la réorganisation des sciences, notamment dans le cadre d’un courant « décliniste » en Angleterre qui appelle à la réforme des structures scientifiques8. Représentatifs de certains appels de cette mouvance sont les travaux du mathématicien et inventeur Charles Babbage (plus connu en tant que concepteur d’une machine analytique qui constitue une sorte d’ancêtre des ordinateurs actuels). En 1830, Babbage dresse ce qui constitue l’une des premières typologies de la fraude scientifique dans son ouvrage programmatique Reflections on the Decline of Science in England, and on Some of Its Causes9, qui appelle à une réforme des sciences en Angleterre, et consacre une section entière à la « fraude des observateurs », qui gangrène selon lui le corps scientifique. Étant donné que son programme implique de réformer les sciences anglaises à un niveau national (avec le modèle français reposant sur des financements étatiques dans le viseur), sa compréhension de la structure des fraudes est particulièrement éclairante, dans la mesure où elle dérive d’une compétition savante elle-même modulée par des politiques de financement. Cette dimension interactive dans la construction de la fraude est aussi analysée sous l’angle de la participation d’un public élargi à la consommation comme à l’examen critique des productions scientifiques. La démarche de validation devient indissociable de processus plus larges d’ouverture du champ scientifique, et la sphère publique, tout autant que les institutions, est considérée comme partie prenante dans la vérification de l’information.

6La première catégorie identifiée par Babbage est appelée hoaxing (canular) : elle révèle un autre problème structurel dans les sciences, le négatif de la tromperie volontaire, qui est la crédulité et l’absence d’esprit critique du public. La seconde catégorie est la forgerie (forging), ou création de but en blanc de faits, d’objets ou de spécimens inexistants : par sa nature même, elle reste assez rare. Les deux dernières catégories sont appelées respectivement trimming et cooking : trimming désigne des ajustements arbitraires, des « tailles » dans les données, de manière à obtenir des moyennes arrangeantes ; cooking désigne, littéralement, le fait de « cuisiner » les données de manière à ce qu’elles supportent des conclusions déjà tirées, ou des interprétations intéressantes. Il faut ici souligner l’importance de ces deux dernières catégories. La « taille » comme la « cuisine » des données renvoient directement à la notion d’information et de données dans les sciences. Contrairement aux deux catégories précédentes, elles sont jugées peu spectaculaires, mais plus insidieuses, délimitant un domaine potentiellement immense pour la fraude scientifique. Trimming et cooking sont les opérations qui se rapprochent de la fraude la plus dangereuse, consistant en de très légères modifications et distorsions de l’information, presque indétectables, qui nécessitent de penser au préalable les sciences comme une architecture de données. La catégorie de fraude apparaît dès lors étroitement liée à l’émergence de celle de données dans les sciences.

II. Une émergence liée au concept de données

  • 10 Google Advanced Book Search, paramètres : English, « data », 1700-1800 ; French, « l/ces données », (...)

7Une approche strictement nominaliste montre que le terme de données (data en anglais) est employé depuis le xviiie siècle dans son sens actuel10. Nous définissons ici les données comme des ensembles de valeurs appliqués à des objets, qui diffèrent ainsi de l’information, laquelle suppose une mise en relation de plusieurs données afin de produire des comparaisons et donc des énoncés de jugement qualitatif ou quantitatif. L’idée que les sciences constituent des opérations sur des séries de données se répand à la fin du xviiie et surtout au xixe siècle. Le concept de fraude se développe donc en lien avec une conception de plus en plus informationnelle de la méthodologie scientifique.

8Les graphes qui suivent ont été réalisés à l’aide de Ngram Viewer11, un outil en ligne développé par Google permettant de retracer les occurrences de séquences de lettres ou de mots (n-grams) à travers le temps, dans les corpus numérisés par la compagnie. L’emploi de cet outil présente l’avantage de permettre une recherche dans le plus vaste corpus d’imprimés numérisés et traités par reconnaissance de caractères exploitable à l’heure actuelle, celui de Google Livres, et ainsi de déceler des tendances chronologiques sur le temps long. Les termes de « données » et de « data » présentent les mêmes évolutions tant dans les corpus anglophone (voir graphique 1) que francophone (voir graphique 2), le vrai décollage s’amorçant entre 1780 et 1820.

Graphique 1. Occurrences du terme « data » dans le corpus anglophone, 1700‑1900

Graphique 1. Occurrences du terme « data » dans le corpus anglophone, 1700‑1900

Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.

Graphique 2. Occurrences du terme « données » dans le corpus francophone, 1700‑1900

Graphique 2. Occurrences du terme « données » dans le corpus francophone, 1700‑1900

Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.

9Une étude plus détaillée des emplois des termes « données » et « data » dans les sciences met en lumière un phénomène intéressant sur les deux graphes qui suivent : c’est dans le domaine de la géologie que l’usage émerge le plus vite et le plus massivement, au début du xixe siècle (voir graphiques 3 et 4). La géologie est alors une discipline en plein essor et un front scientifique, où le concept de séries (stratigraphiques, mais aussi de données) occupe une place importante.

Graphique 3. Occurrences du terme « data » qualifiées par « scientific, geological, botanical, zoological » dans le corpus anglophone, 1700‑1900

Graphique 3. Occurrences du terme « data » qualifiées par « scientific, geological, botanical, zoological » dans le corpus anglophone, 1700‑1900

Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.

Graphique 4. Occurrences du terme « données » qualifiées par « scientifiques, géologiques, botaniques, zoologiques », dans le corpus francophone, 1700‑1900

Graphique 4. Occurrences du terme « données » qualifiées par « scientifiques, géologiques, botaniques, zoologiques », dans le corpus francophone, 1700‑1900

Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.

  • 12 Nous avons préféré « fausses » et « false » à des termes comme « erronées » ou « erroneous », car « (...)

10Une étude de l’apparition du concept de fraude dans les sciences sur le temps long, du xviiie au xxe siècle, montre que le terme de « fraude scientifique » ou « scientific fraud » fait son apparition au xixe siècle, où il reste minoritaire. La notion de fraude dans les publications est encore massivement attachée à celle de « fraude littéraire » ou « literary fraud », qui peut aussi bien désigner des formes de plagiat que de manipulation de l’information. En revanche, l’idée que les données puissent être entachées de fausseté est nettement présente sur les graphes qui suivent dès le xixe siècle – avec l’avertissement (caveat) que toutes les collections de données sont concernées, incluant par exemple la statistique ou l’économie, hors des sciences de la nature à strictement parler. La progression des usages de « données fausses » ou « false data12 » reproduit, avec plus d’ampleur, la courbe des occurrences de « fraude scientifique » et « scientific fraud » (voir graphiques 5 et 6).

Graphique 5. Occurrences des termes « scientific fraud », « literary fraud » et « false data » dans le corpus anglophone, 1700‑2000

Graphique 5. Occurrences des termes « scientific fraud », « literary fraud » et « false data » dans le corpus anglophone, 1700‑2000

Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.

Graphique 6. Occurrences des termes « fraude scientifique », « fraude littéraire » et « fausses données » dans le corpus francophone, 1700‑2000

Graphique 6. Occurrences des termes « fraude scientifique », « fraude littéraire » et « fausses données » dans le corpus francophone, 1700‑2000

Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.

11Le concept de « données », et leur inévitable distorsion (volontaire ou involontaire), préexiste donc à l’émergence du concept de fraude dans les sciences, lequel est distinct de celui plus répandu aux xviiie et xixe siècles de « fraude littéraire », généralement centré sur la notion de propriété intellectuelle.

III. La fraude, une catégorie de construction récente

  • 13 T. Bru, « Circulations scientifiques… », thèse citée, chap. 4 et 10, p. 125-145 et 370-380.

12La notion de contrôle ou de vérifiabilité appliquée aux données, comme celle de « données » elles-mêmes, s’est donc construite progressivement à la fin du xviiie siècle. Le créneau de décollage 1780-1820 mis en évidence sur les graphes correspond à un âge marqué par l’afflux d’observations globales provenant notamment des voyages de circumnavigation entrepris par les États modernes. L’attention portée à l’intégrité des données a pu s’en trouver renforcée. En outre, pendant une large partie du xviiie siècle, les systèmes traditionnels de publication scientifique, essentiellement livresques avec quelques grands périodiques à parution annuelle, n’ont pas favorisé le contrôle des résultats. C’est avec les dernières décennies du xviiie siècle que s’impose une presse scientifique de circulation plus rapide, autonome et spécialisée, favorisant le recoupement des informations et leur vérifiabilité13.

  • 14 Ibid. chap. 9, p. 336-340.

13Par ailleurs, comme les graphes le suggèrent, l’intégrité de l’information est une préoccupation de la fin de la période. Il existe une zone grise des pratiques autour de l’exactitude des données, qui perdure pendant la majeure partie du xviiie siècle. Celle-ci est en partie liée à la nature des circuits de collecte des faits et des objets, de plus en plus globaux et enchevêtrés à l’échelle du monde au xviiie siècle. La remontée de l’information vers les institutions et communautés scientifiques s’effectue par un certain nombre de plaques tournantes, certaines géographiques, comme le cap de Bonne-Espérance, d’autres immatérielles et découplées de l’espace physique, comme les réseaux d’échanges de naturalistes. Dans les deux cas, une contamination de l’information par des données extérieures, transitant par ces mêmes circuits, se produit14, créant erreurs et confusions ; ces dernières sont parfois tolérées par des naturalistes, qui perçoivent leurs données et échantillons comme le produit de canaux globaux de collecte scientifique, greffés sur des infrastructures marchandes elles-mêmes internationales.

  • 15 « Nouvelles littéraires. Extrait d’un manuscrit de Robert-Paul Lamanon, déposé à la Bibliothèque na (...)
  • 16 La formule « manufactured species » est employée à propos des naturalistes François Levaillant et P (...)
  • 17 Pascal Duris, Linné et la France, 1780-1850, Genève, Droz, 1993, p. 135.
  • 18 Madeleine Ly-Tio-Fane, Pierre Sonnerat 1748-1814: An Account of His Life and Work, Île Maurice, Cas (...)

14Les pratiques d’appropriation des données et des spécimens (organiques ou géologiques) sont aussi moins encadrées en début de période, contribuant à l’extension de l’ambiguïté sur la provenance et la fiabilité des matériaux. À la fin du xviiie siècle, le naturaliste Jean Baptiste Christian Fusée-Aublet se plaint que le botaniste et membre de l’Académie des sciences Michel Adanson « se proposoit de publier les plantes du Sénégal en s’appropriant et donnant, sous le nom de Sénégal, ce que lui, M. Aublet, avoit découvert dans ses voyages, et dont M. Adanson avoit eu connoissance par le moyen de M. Bombarde, auquel M. Aublet envoyoit tout ce qu’il découvroit d’intéressant15. » Ces pratiques de « désattribution » géographique comme propriétaire sont courantes et habituelles pendant les trois quarts du xviiie siècle. Les ouvrages de Buffon comportent des espèces nées de la collision d’informations diverses et d’informateurs dispersés, assemblées en une « manufacture d’espèces16 », générées par une utilisation indifférenciée de données difficiles à gérer par leur provenance globale. Ces erreurs et forgeries informationnelles qui émaillent les travaux du naturaliste et intendant du Jardin du Roi ne commencent à être attaquées qu’à la fin du xviiie siècle17. Le même constat vaut pour les spécimens physiques : les manipulations dans l’identification, la provenance ou la propriété sont pratique courante pendant une large partie du siècle. Le naturaliste Pierre Sonnerat, à qui le voyageur et homme de sciences Joseph Banks confie en 1771 au Cap de Bonne-Espérance des oiseaux australiens, les fait paraître en son nom et comme des spécimens de la Nouvelle-Guinée dans ses propres publications18. Dans l’ensemble, la rigueur dans la provenance des spécimens importe peu et les malversations sont nombreuses pendant une large partie du siècle : les naturalistes sont surtout à la recherche de nouveaux « types » et ne traitent pas systématiquement les données de provenance, auxquelles la biogéographie ne s’intéressera qu’à la charnière du siècle. La fraude est donc, ici, largement une question de méthode de traitement de l’information et d’état des questionnements scientifiques, expliquant l’ampleur de ces pratiques et la relative indifférence qui les entoure. Toutefois, cette zone grise de tolérance envers les manipulations de données se réduit progressivement à la charnière du siècle, à mesure que le champ scientifique devient plus compétitif, tant sur le plan professionnel que national.

IV. La rhétorique du soupçon

15Le développement des accusations de malversations n’est pas étranger au cloisonnement progressif des sciences dans le cadre d’institutions nationales, en concurrence avec les institutions d’autres pays, à l’orée du xixe siècle. La méfiance naît dans les zones frontières de la collecte des données. Les données extérieures à une institution lui sont potentiellement suspectes, comme le montre l’exemple des spécimens collectés par Georges Cuvier dans le cadre de ses Recherches sur les ossements fossiles.

  • 19 Georges Cuvier, « Sur le grand mastodonte », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, n° 8, 1806, p (...)

« On montre en ce moment à Paris une pièce qui, si elle était suffisamment authentique, confirmerait toutes les autres et ferait presque douter que l’espèce fût éteinte. C’est une semelle avec ses cinq ongles. Le propriétaire assure la tenir d’un Mexicain, qui lui a dit l’avoir achetée à des sauvages de l’ouest du Missouri, lesquels l’avoient trouvée dans une caverne avec une dent. Mais cette semelle est si fraîche ; elle paraît si manifestement avoir été enlevée au pied avec un instrument tranchant ; enfin elle est si parfaitement semblable à celle d’un éléphant, que je ne puis m’empêcher de soupçonner quelque fraude, au moins dans le récit du Mexicain19. »

  • 20 Voir Simon Schaffer, Lissa Roberts, Kapil Raj, James Delbourgo (dir.), The Brokered World. Go-Betwe (...)

16« Soupçonner quelque fraude » est un exemple de formulation traduisant l’émergence d’une rhétorique du soupçon, qui se développe aux marges géographiques de la collecte d’information savante. Les zones frontières, à la limite des possibilités de contrôle du système institutionnel, paraissent de plus en plus suspectes, tout comme les intermédiaires étrangers20, soupçonnés de chercher à « rouler » l’acquéreur de spécimens éclairé. La construction de la notion de fraude est adossée à la formalisation institutionnelle de réseaux jusqu’ici spontanément organisés. Ce qui est extérieur au champ institutionnel national devient potentiellement suspect.

V. « National stigma » : la fraude à l’intersection de rivalités nationales

17La rhétorique du soupçon se développe aussi le long des lignes de faille nationales, notamment comme produit de la rivalité croissante opposant les structures scientifiques européennes tant étatiques qu’institutionnelles. L’accusation de fraude devient un outil de communication scientifique entre les mains d’États rivaux sur le terrain scientifique. Ce dernier est perçu comme un domaine de légitimité et un moyen de pression appuyant l’influence d’États engagés dans les politiques de conquête de l’ère révolutionnaire et des guerres de l’empire.

18Emblématiques de l’influence de l’histoire naturelle française, certains spécimens types d’espèces conservés par Buffon au Cabinet du roi et reproduits dans l’Histoire naturelle sont désormais dénoncés comme des constructions frauduleuses entachant l’honneur du programme des sciences françaises, qui se présente à cette époque comme un modèle pour l’Europe. Le périodique anglais The Anti-Jacobine Review (le nom donne le programme) attaque ainsi les collections d’ornithologie du Muséum de Paris au motif qu’elles seraient truffées d’espèces fictives : derrière la dénonciation de la fraude affleure la volonté de contrecarrer l’influence des ouvrages français, à une époque où Français et Britanniques sont engagés dans une bataille des systèmes et des classifications. Ces accusations prennent pour témoins les savants d’autres nations européennes (ici, le naturaliste espagnol Félix de Azara), sous l’œil attentif desquelles se déroule la lutte géopolitique et idéologique sans merci opposant la France post-révolutionnaire à la monarchie anglaise.

  • 21 « Foreign Literature, Azara’s Travels to South America », The Anti-Jacobine Review, vol. 34, 1809, (...)

« We notice this, only to guard our readers against the too familiar use of French books, to inform them that even their works on natural history very often contain gross indecencies […] When Don F[élix de Azara] was at Paris, he examined of course the museum of natural history with great attention, and discovered that many of the birds preserved there, are mere imaginary species composed of feathers collected from different birds!!! This infamous fraud he attributed to Sonnini, whom he also suspected of furnishing such manufactured species to Buffon, as he is likewise a traveler. It is not difficult to conceive that such an exposure would necessarily rouse all the national pride of Frenchmen, that it must cast an eternal disgrace on the whole corps of French naturalists, and that it will become a national stigma21. »

19La fraude devient une affaire, ou une disgrâce, nationale (« stigma », ci-­dessus). Le Voyage dans l’Amérique méridionale de Don Félix de Azara, traduction de l’original espagnol annotée par Cuvier avec une notice du naturaliste français Charles-Athanase Walckenaer, publié en français en 1809, reconnaît à bas bruit la validité de certaines accusations portées par de Azara :

  • 22 Charles Athanase Walckenaer, « Notice », in Félix de Azara, Voyage dans l’Amérique méridionale de D (...)

« C’est faute de connaître personnellement M. d’Azara, que M. Sonnini attribue à la haine ou à la jalousie les attaques dirigées contre Buffon et contre lui dans cet ouvrage. Il est très vrai que plusieurs fois en examinant avec moi les oiseaux empaillés qui sont dans notre Muséum d’histoire naturelle, M. d’Azara m’en montra qu’il regardait comme des espèces imaginaires composées de plumes rapportées de différents oiseaux. M. d’Azara a cru que M. Sonnini en avait fourni de tels à Buffon ; il s’élève avec force contre une pareille fraude22. »

20Alors que la professionnalisation des activités scientifiques se précise, les accusations de fraude formulées dans un contexte de compétition internationale se réfractent sur les carrières savantes nationales. En jetant le doute sur les spécimens de l’ancien Cabinet du roi, Walckenaer et Cuvier s’inscrivent dans la rigueur programmatique caractérisant désormais les méthodes en histoire naturelle ; Cuvier est d’ailleurs engagé dans la promotion d’une méthodologie scientifique émergente, l’anatomie comparée, qui propose précisément la comparaison de différents spécimens. La notion de fraude se construit donc rhétoriquement à l’intersection de concurrences académiques et nationales, alors que les institutions scientifiques rivalisent sur la scène européenne pour les avancées et la communication des sciences.

  • 23 Sur la notion de zone de contact, voir Kapil Raj, Relocating Modern Science: Circulation and the Co (...)
  • 24 Objet des investigations de Simon Schaffer, présentées lors d’une communication à l’École des haute (...)

21L’utilisation de la notion de fraude dans l’imprimé scientifique, dont une presse spécialisée de plus en plus accessible, reflète aussi la progression des rivalités impériales à l’échelle du globe. L’accusation de fraude est fort utile dans les zones frontières ou zones de contact23 des entreprises d’exploration et de conquête coloniales, qui sont aussi des fronts scientifiques. Ainsi à Java, où voyagent dans années 1820 le naturaliste français Jean-Baptiste Leschenault de la Tour et le naturaliste américain Thomas Horsfield. Au détour de ses collectes botaniques, Leschenault établit la non-existence du mythique « arbre à poison de Java », un motif récurrent depuis le début du siècle dans une littérature européenne mettant en scène la collecte exotique et tragique des sarments toxiques de l’« upas tieuté » par de supposés condamnés à mort. L’« arbre à poison de Java » apparaît désormais comme une invention échafaudée par les puissances coloniales successives cherchant le contrôle de l’île24, et solidifiée par des décennies de publications tapageuses se reprenant sans vérification. Lorsque Leschenault proclame avoir trouvé la véritable espèce botanique derrière la légende, son concurrent Horsfield l’accuse de s’être approprié comme une découverte majeure une information déjà ancienne et connue de tout le district de Blambangan (à l’est de Java), y compris selon lui du commandant local :

  • 25 Thomas Horsfield, « An Essay on the Oopas, or Poison Tree of Java », Annals of Philosophy, vol. 9, (...)

« I am induced to make this statement, in order to concede to Mr. Leschenault de la Tour the priority in observing the oopas of Java. But […] the knowledge of the existence of this tree was by no means uncommon or secret in the district of Blambangan […] It is in fact more surprising that a subject of so much notoriety in the district of Blambangan, and of so great celebrity and misrepresentation in every other part of the world, should so long have remained unexplored, than that it should finally have been noticed and described25. »

22On retrouve ici l’idée des écrits de Babbage selon laquelle la fraude réside dans une modification minimale mais insidieuse des données, à une époque caractérisée par l’afflux de nouvelles observations venant de l’ensemble du monde. La découverte de Leschenault, qui déracine une supercherie ancienne, frauduleuse et à usage symbolique, repose paradoxalement elle-même en tant que coup de théâtre scientifique sur une utilisation pour le moins douteuse d’une information locale relativement opaque. La notion de fraude se déplace de la fabrication vers la manipulation plus fine et difficile à déceler du concept de données disponibles. Dans ce nouveau paysage informationnel, où les institutions chargées de trancher la validité des observations sont souvent éloignées, la vigilance qu’exercent les concurrents scientifiques venant d’une autre nation joue un rôle central. À mesure que le trucage des données se fait plus subtil, les circulations transnationales jouent un rôle grandissant dans les tensions autour de la primauté nationale en matière de découvertes et d’inventions.

VI. Circulation et vérifiabilité des résultats

23Les rivalités transnationales multiplient les incitations à dénoncer les fraudes de part et d’autre de l’échiquier scientifique, alors que les graphes précédemment présentés témoignent d’une percée progressive du concept de fausseté entachant les données elles-mêmes. Si les accusations prolifèrent dans les espaces de confrontation scientifique, est-ce parce que les données qui en proviennent sont passées au crible d’une attention plus concurrentielle, débusquant au passage des malversations passées auparavant inaperçues, ou bien parce que les rivalités nationales et scientifiques elles-mêmes incitent à la fraude ? En 1826, un périodique britannique publié en Inde, The Asiatic Journal, considère avec un certain fatalisme que l’essor de la presse scientifique et de son modèle de financement des données, nécessitant un appel extérieur pour fournir des contenus, fait de la fraude un problème structurel et inévitable :

  • 26 « Literary Frauds », The Asiatic Journal, vol. 22, juillet-décembre 1826, p. 47 : « Tout en disculp (...)

« Whilst exculpating this Journal, in our last number, from a charge of borrowing from a foreign work without acknowledgment, which was the act of an individual who imposed upon us an article which he had taken from a French publication, we observed that it was not possible for the conductors of periodical works (who are obliged to pay for literary aid) to secure themselves, whatever vigilance they may exert, against the arts of a person capable of stooping to the commission of such a contemptible fraud. We are now furnished with additional evidence of the truth of this observation26. »

24Dans cette affaire d’usage frauduleux de contenus prélevés dans les publications françaises, l’intitulé même de la section du journal dans laquelle paraît l’extrait qui précède, « Fraudes littéraires », implique que ce type de problèmes devait être assez récurrent pour justifier d’une section dédiée. La suite de l’article traite d’ailleurs d’un plagiat de The History of Java de Sir Thomas Stamford Raffles, tiré d’une version abrégée parue dans un périodique français, et maladroitement utilisée dans le périodique britannique The Oriental Herald au service d’une comparaison entre les antiquités de divers pays, la supercherie étant découverte grâce à une coquille systématique transformant l’adjectif « Javanese » du texte d’origine en « Japanese », à l’origine de détournements de sens particulièrement malheureux :

  • 27 Ibid., p. 48 : « Nous avons été stupéfaits de découvrir que l’article du Oriental Herald était un p (...)

« [We] were astonished to find that the article in the Oriental Herald was a most extraordinary plagiarism committed upon Chapter IX in the second volume of that history [History of Java]; which was neatly epitomized, with the remarkable substitution of Japan and Japanese for Java and Javanese, wherever those terms occur in the work of Sir Stamford. The dissertation in the Oriental Herald exhibits, consequently, one of the most monstrous specimens of absurdity ever found in print27. »

25La circulation croissante des données dans une presse transnationale en plein essor au début du xixe siècle multiplie les malversations dans l’utilisation d’une information mouvante, la substitution d’une seule consonne dans le plagiat découvert par The Asiatic Journal étant symptomatique de la difficulté à détecter des modifications insidieuses trahies uniquement par des éléments mineurs. Le caractère insidieux de ces altérations constitue un problème nouveau dans la gestion de l’information scientifique. Un premier scénario est donc celui d’une circulation internationale qui crée de la fraude dans les sciences en accélérant les possibilités de pillage, tout en dispersant la vigilance publique, impuissante à superviser des masses de plus en plus considérables de données publiées en temps de plus en plus réel. La rédaction de The Asiatic Journal, recherchant dans les archives de périodiques français la version abrégée susceptible d’avoir fourni le détournement de The History of Java ayant servi à la fraude, doit renoncer devant la quantité prodigieuse d’informations déjà accumulées depuis la parution de l’ouvrage de Raffles.

  • 28 Brian W. Ogilvie, « Merian’s Surinamese Lantern Fly: The Coming into Being and Passing Away of a Sc (...)

26Mais la circulation transnationale des données peut aussi constituer le plus puissant (voire le seul) mécanisme de contrôle de l’information scientifique, comme le montre l’affaire des insectes luminescents (Fulgora laternaria) décrits par la naturaliste d’origine allemande Maria Sybilla Merian au Surinam, insectes à la lumière desquels Merian aurait prétendument eu assez d’éclairage pour lire la nuit28. Longtemps incontestée, cette observation remarquable s’avère avoir été inventée de toutes pièces, aucune trace de bioluminescence n’ayant été trouvée chez cette espèce. En 1818, la circulation des données entomologiques entre différents pays jette déjà une ombre sur les observations de Merian. William Kirby, un entomologiste anglais, note avec méfiance que les rapports de plusieurs naturalistes en Amérique du Sud et des habitants de Cayenne concordent sur l’absence absolue de luminescence chez cet insecte.

  • 29 William Kirby, An Introduction to Entomology: or Elements of the Natural History of Insects, Londre (...)

« The above account of the luminous properties of Fulgora laternaria is given, because negative evidence ought not hastily to be allowed to set aside facts positively asserted by an author whose veracity is unimpeached; but it is necessary to state, that not only have several of the inhabitants of Cayenne, according to the French Dictionnaire d’Histoire Naturelle, denied that this insect shines, in which denial they are joined by M. Richard, who reared the species (Encyclopédie, art. Fulgora); but the learned and accurate Count Hoffmansegg informs us, that his insect collector Sieber, a practised entomologist of thirty years’ standing, and who, when in the Brazils for some years, took many specimens, affirms, that he never saw a single one in the least luminous29. »

27Les distorsions de l’information se dissolvent à l’endroit même où elles naissent le plus facilement : au carrefour de la production de données globales, sur les frontières (géographiques comme théoriques) de la création de connaissances. Comparaison et réplication des observations opèrent comme autant de garde-fous : les multiples interfaces académiques, nationales et publiques, par la concurrence scientifique qu’elles favorisent, opèrent comme un processus de vérification de l’information, de mise à l’épreuve des faits et de démantèlement des malversations.

Conclusion

28La fraude scientifique, dans son sens actuel, émerge en liaison étroite avec la notion de données comme matière première des processus scientifiques, et comme format d’enregistrement des faits, ce que reflète une analyse de la terminologie entre 1700 et 1900. La désignation de la fraude, et son étude en tant qu’énoncé, loin de fournir uniquement des perspectives subjectives sur des querelles interpersonnelles ou nationales, permettent de rendre compte d’un phénomène sous-jacent plus important : l’entrée des sciences dans une ère de l’information massive, nécessitant de penser les mécanismes de vérification et de gestion de données désormais globales.

29La massification des possibilités de fraude, induite par la massification des données et les possibilités infinies qu’ouvrent des modifications même mineures dans une série, entrave toute tentative de contrôle ou de certification centralisée, et replace la vigilance du public au centre de la réflexion sur la fraude scientifique. Les manifestations de la participation des audiences, dont la crédulité, chez Charles Babbage, assurant le succès de fraudes comme les forgeries (hoaxes), trouvent une symétrie à partir du xixe siècle dans la participation du public à la production tant des observations que des analyses scientifiques, assurant des formes de contrôle plus distribuées de l’information.

30Nous terminons sur une note contemporaine. En 2005 est mis en ligne, à l’initiative de jeunes chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, un générateur de pseudo-articles scientifiques (centré sur la physique et l’informatique) intitulé SCIgen, ou Science Generator30. Le site, qui permet de générer en quelques clics des articles entiers parfaitement dépourvus de sens, mais en apparence criant de vérité et incluant une grammaire formelle exacte, des graphes, tableaux, citations, et même des références bibliographiques, se veut un test de la capacité de sélection des revues et conférences dans ces champs scientifiques. Les programmeurs du générateur dénombrent plusieurs instances où les faux articles ont franchi les premières étapes, voire toutes les étapes, de processus de sélection dans des revues ou conférences, y compris internationales. Muni de moyens neufs, dont le traitement automatique des langues (TAL), SCIGen automatise l’ère du soupçon, en proposant un questionnement automatique des capacités de filtrage des institutions. Procéduralisé et massifié, le soupçon interroge l’organisation sociale de l’architecture de production scientifique, suivant une logique dont la Review of the Works of the Royal Society de John Hill pourrait être considérée comme un lointain ancêtre.

Notes

1 Au cœur des discussions actuelles se trouvent la réplication des résultats et sa place dans le champ de la publication scientifique : Brian A. Nosek, Jeffrey R. Spies, Matt Motyl, « Scientific Utopia: II. Restructuring Incentives and Practices to promote Truth over Publishability », Perspectives on Psychological Science, n° 7, 2012, p. 615-631, http://arxiv.org/abs/1205.4251 (version 2, 25 mai 2012). Voir aussi l’Open Science Framework (OSF), qui propose de rendre la recherche scientifique reproductible, ouverte et vérifiable : https://osf.io/.

2 Irène Passeron et al., « La République des sciences. Réseaux de correspondance, des académies et des livres scientifiques », Dix-huitième siècle, n° 40, 2008, p. 5-28.

3 Thérèse Bru, « Circulations scientifiques. Les naturalistes et leurs données entre les mondes britanniques et français, 1700-1836 », thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Philippe Minard, Université Paris 8, 2017, chap. 6, p. 195-208, consultable à l’Université Paris 8.

4 Sur le développement de marchés de données scientifiques, voir T. Bru, « Circulations scientifiques… », thèse citée, chap. 3, p. 85-120.

5 John Hill, A Dissertation on Royal Societies, Londres, John Doughty, 1750 ; idem, A Review of the Works of the Royal Society of London, Londres, R. Griffiths, 1751.

6 John Hill à un correspondant français : « You are to know that I have the honour not to be a member of the Royal Society of London », cité in F. W. Oliver (dir.), Makers of British Botany: A Collection of Biographies by Living Botanists, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, cf. « John Hill », p. 90.

7 Voir par exemple l’article de la compilation intitulé « Incontestible Proofs of a strange and surprising Fact: namely, that Fish will live in Water », que Hill introduit en notant que le cercle fermé de la Société, désireux d’éviter les querelles internes, est prédisposé à glisser sur les sujets complexes ou contentieux, et donc à sélectionner de préférence des trivialités et des lapalissades, comme l’emblématique article qui donne son titre à la section. J. Hill, A Review of the Works of the Royal Society…, op. cit., chap. II.

8 Jim Endersby, Imperial Nature: Joseph Hooker and the Practices of Victorian Science, Chicago/Londres, University of Chicago Press, 2008, p. 232-233.

9 Charles Babbage, Reflections on the Decline of Science in England, and on Some of Its Causes, Londres, B. Fellowes, 1830.

10 Google Advanced Book Search, paramètres : English, « data », 1700-1800 ; French, « l/ces données », 1700-1800. Quelques exemples : Robert Kyd en 1791 : « collecting the necessary data », cité in Richard Drayton, Nature’s Government: Science, Imperial Britain, and the « Improvement » of the World, New Haven, London, Yale University Press, 2000, p. 123. Le terme est, sans surprise, plus courant au xixe siècle ; par exemple : Magazine of Natural History and Journal of Zoology, Botany…, vol. 1, 1829, p. 442 : « from authentic data ».

11 Google Ngram Viewer, https://books.google.com/ngrams, paramètres détaillés en légende sous chaque graphe.

12 Nous avons préféré « fausses » et « false » à des termes comme « erronées » ou « erroneous », car « faux » conserve la notion de manipulation là où « erroné » reflète simplement une erreur.

13 T. Bru, « Circulations scientifiques… », thèse citée, chap. 4 et 10, p. 125-145 et 370-380.

14 Ibid. chap. 9, p. 336-340.

15 « Nouvelles littéraires. Extrait d’un manuscrit de Robert-Paul Lamanon, déposé à la Bibliothèque nationale », Magasin encyclopédique ou Journal des sciences, des Lettres et des arts. Rédigé par A. L. Millin, 8e année, t. 2, Paris, An X (1802), p. 365-367.

16 La formule « manufactured species » est employée à propos des naturalistes François Levaillant et Pierre Sonnerat dans « Lord Walden on Philippine Birds », Proceedings of the Zoological Society of London, 1873, p. 522. Pour une application de cette expression à Buffon, voir note 21.

17 Pascal Duris, Linné et la France, 1780-1850, Genève, Droz, 1993, p. 135.

18 Madeleine Ly-Tio-Fane, Pierre Sonnerat 1748-1814: An Account of His Life and Work, Île Maurice, Cassis, 1976.

19 Georges Cuvier, « Sur le grand mastodonte », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, n° 8, 1806, p. 287.

20 Voir Simon Schaffer, Lissa Roberts, Kapil Raj, James Delbourgo (dir.), The Brokered World. Go-Betweens and Global Intelligence, 1770-1820, Sagamore Beach, Science History Publications, Uppsala Studies in the History of Science, vol. 35, 2009.

21 « Foreign Literature, Azara’s Travels to South America », The Anti-Jacobine Review, vol. 34, 1809, p. 453 : « Si nous faisons cette remarque, c’est pour mettre en garde nos lecteurs contre l’usage par trop familier des livres français, et pour les informer que même leurs ouvrages d’histoire naturelle contiennent très couramment de grossières indécences […] Lorsque Don F[élix de Azara] était à Paris, il examina bien évidemment le Muséum d’histoire naturelle avec grande attention, et découvrit que nombre d’oiseaux qui y étaient préservés, ne sont que des espèces imaginaires composées de plumes collectées sur des oiseaux différents ! Il attribue cette fraude infâme à Sonnini, qu’il suspecte aussi d’avoir fourni de telles espèces “manufacturées” à Buffon, étant donné qu’il est également un voyageur. Il n’est pas difficile de concevoir qu’exposer ceci piquerait la fierté nationale des Français, et jetterait une disgrâce éternelle sur le corps tout entier des naturalistes, devenant une honte nationale. » Traduction de l’auteure.

22 Charles Athanase Walckenaer, « Notice », in Félix de Azara, Voyage dans l’Amérique méridionale de Don Félix d’Azara, annoté par Cuvier, avec une notice de Charles Athanase Walckenaer, vol. 1, Paris, Dentu, 1809, p. xxxij.

23 Sur la notion de zone de contact, voir Kapil Raj, Relocating Modern Science: Circulation and the Construction of Knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, qui développe ce concept à partir des travaux de Mary Louise Pratt, Imperial Eyes: Travel Writing and Transculturation, Londres et New York, Routledge, 1992.

24 Objet des investigations de Simon Schaffer, présentées lors d’une communication à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), séminaire « Les frontières mouvantes entre sciences et savoirs (xviiie-xxe siècle) », 1er avril 2014, Paris, EHESS.

25 Thomas Horsfield, « An Essay on the Oopas, or Poison Tree of Java », Annals of Philosophy, vol. 9, 1817, p. 204 : « Si je suis incité à faire cette remarque, c’est dans le but de concéder à Mr. Leschenault de la Tour la primauté de l’observation des oopas de Java. Néanmoins […] la connaissance de l’existence de cet arbre n’était nullement rare ou secrète dans le district de Blambangan […]. Il est en fait davantage surprenant qu’un sujet d’une telle notoriété dans le district de Blambangan, et d’une telle célébrité et dénaturation partout ailleurs dans le monde, soit resté pendant si longtemps inexploré, plutôt qu’il ait été finalement approché et décrit. » Traduction de l’auteure.

26 « Literary Frauds », The Asiatic Journal, vol. 22, juillet-décembre 1826, p. 47 : « Tout en disculpant ce Journal, dans notre dernier numéro, de l’accusation d’avoir emprunté à un ouvrage étranger sans le reconnaître, ce qui était le fait d’un individu ayant réussi à nous faire accepter un article qu’il avait copié dans une publication française, nous faisions aussi observer qu’il n’est pas toujours possible pour ceux qui conduisent de telles entreprises de publication périodique (et qui sont obligés de dédommager les contributions) de se prémunir, quelque vigilance qu’ils exercent, contre les artifices d’une personne capable de s’abaisser à commettre une fraude aussi méprisable. Voici qui nous fournit une preuve supplémentaire de la validité de cette observation. » Traduction de l’auteure.

27 Ibid., p. 48 : « Nous avons été stupéfaits de découvrir que l’article du Oriental Herald était un plagiat extraordinaire du chapitre IX du second volume de cette histoire [Histoire de Java], qui a été parfaitement résumé, avec la remarquable substitution de Japon et Japonais pour Java et Javanais, partout où ces termes apparaissaient dans l’œuvre de Sir Stamford. Le mémoire du Oriental Herald présente ainsi, en conséquent, l’un des plus monstrueux spécimens d’absurdité jamais imprimés. » Traduction de l’auteure.

28 Brian W. Ogilvie, « Merian’s Surinamese Lantern Fly: The Coming into Being and Passing Away of a Scientific Fact », Colloque ICT Mobilités et circulations des savoirs, 17-19 novembre 2011, Atelier 4, « L’acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain : enjeux cognitifs et identités savantes », Université Paris Diderot.

29 William Kirby, An Introduction to Entomology: or Elements of the Natural History of Insects, Londres, Longman, Rees, Orme, Brown & Green, 1818, note p. 419 : « Si le compte rendu ci-dessus des propriétés lumineuses de Fulgora laternaria est donné, c’est parce que l’absence de preuves ne saurait hâtivement remettre en question des faits positivement présentés par un auteur dont la [réputation de] véracité est irrécusable ; mais il est nécessaire d’affirmer, que non seulement plusieurs habitants de Cayenne, selon le Dictionnaire d’Histoire naturelle, ont nié avoir vu cet insecte briller, déni dans lequel ils sont rejoints par M. Richard, qui a élevé l’espèce (Encyclopédie, art. Fulgora) ; mais que le savant et rigoureux comte Hoffmansegg nous informe que son collecteur d’insectes Sieber, un entomologiste ayant 30 ans d’expérience, et qui, séjournant au Brésil pendant plusieurs années, a pris de nombreux spécimens, affirme qu’il n’a jamais vu chez un seul de ces insectes la moindre luminosité. » Traduction de l’auteure.

30 SCIgen, https://pdos.csail.mit.edu/archive/scigen/.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Occurrences du terme « data » dans le corpus anglophone, 1700‑1900
Crédits Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 2. Occurrences du terme « données » dans le corpus francophone, 1700‑1900
Crédits Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 3. Occurrences du terme « data » qualifiées par « scientific, geological, botanical, zoological » dans le corpus anglophone, 1700‑1900
Crédits Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Graphique 4. Occurrences du terme « données » qualifiées par « scientifiques, géologiques, botaniques, zoologiques », dans le corpus francophone, 1700‑1900
Crédits Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11173/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Graphique 5. Occurrences des termes « scientific fraud », « literary fraud » et « false data » dans le corpus anglophone, 1700‑2000
Crédits Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11173/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Graphique 6. Occurrences des termes « fraude scientifique », « fraude littéraire » et « fausses données » dans le corpus francophone, 1700‑2000
Crédits Source : Google Ngram Viewer, 2018, smoothing = 3.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/11173/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

Auteur

Normalienne et docteure en histoire, titulaire d’une thèse d’histoire des sciences reconstituant les échanges d’information scientifique en sciences naturelles entre les mondes britannique et français, dans un contexte de rivalités internationales (xviiie-xixe siècle), Thérèse Bru a orienté son travail vers une analyse structurelle de ces réseaux d’information. Ses recherches portent sur la modélisation des transferts de données scientifiques à l’ère moderne. Parmi plusieurs publications, elle a codirigé, avec Solène de La Forest d’Armaillé, un ouvrage collectif Matière à écrire. Les échanges de correspondance du xvie au xixe siècle, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2017.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search