Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Troisième partie. L'argent urbain

Chapitre VI. L’argent dans la ville : les dépenses

Texte intégral

  • 1 J. Artières, Documents sur la ville de Millau. Mémorial des privilèges, Livres de comptes des Cons (...)

1Véritable chronique des événements urbains, les registres des consuls boursiers sont riches d’enseignements. Nombreuses et variées sont les informations qu’ils renferment. La publication par Jules Artières d’extraits de comptes en donne un aperçu1. La finalité première de ces sources est la justification des paiements effectués par le boursier au cours de l’année consulaire. Elles intéressent également l’histoire politique, institutionnelle, sociale, culturelle, religieuse, économique et monétaire de Millau et du Rouergue. Ces registres de comptes, comme ceux des autres villes médiévales, présentent le plus souvent les dépenses suivant un ordre chronologique. Une fois résolues les difficultés liées au regroupement des dépenses, les grands postes retenus permettent de saisir quelques évolutions des « budgets » urbains ainsi que les éventuels choix effectués par les autorités consulaires dans l’affectation de leurs ressources. La connaissance, du milieu du xive siècle au milieu du xve siècle, de la conjoncture économique et monétaire des dépenses urbaines éclaire leur analyse sérielle.

I. L’ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

  • 2 M.-Th Caron, La société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1977, p. 9 citant M. Bordeaux, Le (...)
  • 3 Les sources de l’histoire économique sont variées, sur ce point, R. Fossier, Sources de l’histoire (...)

2Une carte des diocèses français, qui représente les dommages supportés pendant la guerre de Cent ans2, fait figurer ceux de Rodez et de Vabres parmi les plus exposés. Les armées anglaises et françaises, le passage régulier de routiers paraissent en être les principales causes. Les comptes des boursiers éclairent ces difficultés3. Ils fourmillent également de nombreuses informations sur la conjoncture économique. Un long et patient travail est nécessaire pour relever l’indication du prix des biens et des services que le trésorier mentionne dans son registre. La documentation financière nous renseigne également sur les périodes d’épidémies et d’épizooties, les processions en relation avec les conditions climatiques, le ravitaillement de la ville, les dates des vendanges ou l’achat de paille pour isoler la maison commune du froid. Ces données forment un faisceau d’indices qui permet de reconstituer l’environnement dans lequel les Millavois évoluent et où les magistrats urbains prennent leurs décisions. Enfin, comme les registres notariés, la documentation comptable urbaine est utile à toute étude d’histoire monétaire.

A. LES MOUVEMENTS DE PRIX DES BIENS ET DES SERVICES

  • 4 Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, 1954, p. 412.
  • 5 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie et xive siècles, Paris, 1967, p (...)
  • 6 D. Clauzel, Finances et politiques à Lille pendant la période bourguignonne, Dunkerque, 1982, p. 2 (...)

3La détermination de l’évolution des prix et des salaires au bas Moyen Âge n’est jamais une entreprise facile4. Etienne Fournial avertissait son lecteur de la portée limitée des résultats obtenus5. Parmi les diverses sources d’histoire économique, les registres comptables des villes médiévales renferment de nombreuses informations6. Leur analyse critique ouvre la voie à la recherche de quelques-unes des tendances qui peuvent éclairer le contexte économique dans lequel s’opèrent les prélèvements fiscaux urbains et royaux.

1. Les sources et leur traitement.

  • 7 L’Histoire du Rouergue, Toulouse, 1979, rééd. 2001, p. 177-181 consacre quelques pages au redresse (...)
  • 8 R. Latouche, Comptes consulaires de Saint-Antonin au xive siècle, thèse lettres, Toulouse, 1922, N (...)
  • 9 G. Charlier, Aspects de la vie économique de Villefranche-de-Rouergue d’après les registres du not (...)
  • 10 R. Nougaret, Hôpitaux, léproserie et bodomies de Rodez de la grande peste à l’hôpital général (ver (...)
  • 11 A.-R. Carcenac, Les Templiers du Larzac. La commanderie du temple de Sainte-Eulalie de Larzac, Nîm (...)

4L’histoire économique du Rouergue médiéval est encore aujourd’hui un champ délaissé par les historiens7. À l’appui des sources comptables urbaines8, des registres notariés9, des archives hospitalières10 ou des chartes des commanderies hospitalières du Larzac11, certains travaux ont commencé à défricher ce domaine. L’étude entreprise à partir des registres des boursiers, complétée parfois par les archives hospitalières et les livres des travaux, a suscité deux questions. Quelles informations sont fournies par nos sources et quels produits retenir ?

  • 12 Arch. mun. Millau, EE 78 I.
  • 13 A. Rigaudière, Saint-Flour ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et f (...)
  • 14 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 723-724.

5Les produits les plus divers, qu’ils soient céréaliers, alimentaires ou ouvrés ont été relevés dans les comptes urbains. La collecte s’est révélée riche. On constate néanmoins, au xve siècle, une diminution de la mention du prix des biens et des services. Quelques difficultés sont apparues en raison de la discontinuité de nos informations. Les registres de comptes des boursiers sont discrets, par exemple, sur la rémunération des personnes qui travaillent sur les chantiers. Les données se révèlent lacunaires. L’absence de livres de travaux, hormis celui des années 1355-136012, rend difficile ce type de recherches. Les difficultés pour une histoire des « salaires » tiennent à l’absence d’homogénéité des sources et à la composition même de ce qu’il serait préférable de considérer comme une « rémunération composite » qui mêle espèces et compléments en nature plus difficilement transformables en termes monétaires13. L’explication des variations de prix observées sur les chantiers doit également tenir compte des saisons14, des conditions climatiques, de la pénibilité des tâches, du sexe et des dangers auxquels les manœuvres et ouvriers sont exposés.

  • 15 Pour l’évolution des prix et salaires, en Forez, au cours des années 1380-1430, E. Fournial, Les v (...)
  • 16 G. Frêche, « Cinquante et une mercuriales du Massif central (xvie-xixe siècle), A.M., janvier-mars (...)
  • 17 Arch. mun. Millau, CC 419 I, f° 24 r°.
  • 18 Arch. mun. Millau, CC 419 I, f° 31 v°.
  • 19 Arch. mun. Millau, CC 419 I, f° 29 v°.
  • 20 L’appel lancé par J.-L. Biget pour un renouveau de l’histoire des prix et des salaires, sur le mod (...)

6La connaissance du prix des biens céréaliers au Moyen Âge est rendue, elle aussi, généralement malaisée en l’absence de mercuriales15. Les informations recueillies çà et là sont souvent disparates. Pour le Rouergue, la présence d’une mercuriale pour la deuxième moitié du xvie siècle, celle de Villefranche-de-Rouergue, a été relevée16. Dans les comptes consulaires de Millau, à deux reprises seulement, apparaissent des indications comparables à celles que l’on peut trouver dans de tels documents. Le consul boursier G. de Tauriac note, pour le 23 août 1441, que lo dia de san Bertolmieu lo st. [setier] del fromen se vendia al sestayral da X a XI doblas e lo setia de la sivada V doblas e lo cartal de bon vi valia VIII d.17. Le 21 septembre, il mentionne que lo jorn de san Matres es ac sey gran mercat e valia lo sestia del fromen X s. e lo st. de la civada IIII s. II d. de la cartal del bon vi XII d.18. Sous une autre forme, le 15 septembre, on trouve la mention plus officieuse, jassia que lo bon vi say se vendia XII d. lo cartal19. Ces indications du trésorier laissent à penser que, pour le moins, les marchands relevaient le prix des différents biens. Notre étude se limitant à présenter les grands traits de l’évolution des prix, il ne nous a pas été possible de retenir, dans le cadre de cette étude, l’ensemble des informations relevées dans les comptes consulaires20.

  • 21 Les anciennes mesures locales du Massif central d’après les tables de conversion, Institut d’Étude (...)
  • 22 G. Bois, Crise du féodalisme, Paris, 1976, p. 73 et s.
  • 23 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 406.
  • 24 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez…, op. cit., p. 638.
  • 25 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez…, op. cit., p. 615-616.
  • 26 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 386.

7D’autres problèmes tiennent à l’information transcrite par le comptable et à l’analyse qui doit en être faite. Un principe nous a guidé, celui de la fidélité aux sources dans toute la mesure du possible. Certaines difficultés peuvent tenir à l’unité de mesure et d’autres à leur expression monétaire. Pour le premier de ces problèmes, on s’est s’interrogé sur l’utilisation par les médiévistes de tables de conversion21. Les données retenues permettent d’en faire abstraction, elles sont exprimées dans la même unité de mesure au cours de l’année considérée ou d’une année à l’autre. C’est par exemple le cas du setier d’avoine, de la charretée de paille, de la main de papier, de la livre de chandelle, du carton d’huile, de la fiole d’encre, de la carte de vin ou de la livre de fruits confits. Une deuxième difficulté a trait à l’expression monétaire des données au cours des périodes d’instabilité. Les prix et les salaires sont indiqués pour leurs valeurs nominales. Ce procédé n’est certes pas satisfaisant pour rendre compte des évolutions sur le long terme. On transforme généralement ces valeurs en grammes de métal fin22. Les limites d’une telle conversion ont été remarquées, car l’or et l’argent se comportent comme des marchandises23. Il n’en reste pas moins que pour apprécier les données sur le long terme, il faut prendre en considération le phénomène monétaire24. Nous avons opté pour la représentation sur un même graphique des variations des valeurs nominales en monnaie de compte25 et du cours en grammes d’argent du sou tournois26.

  • 27 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 390, relève que pour calc (...)
  • 28 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 617-618 et p. 636-637. Voir, G. Boi (...)
  • 29 Sur ce problème, Ch.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 715 ets.
  • 30 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 390.

8À quel type de produit avons-nous à faire ? Quelle valeur retenir pour établir une représentation graphique ? La première question soulève le problème de la qualité des produits. En l’absence de renseignements précis, il faut se résigner à considérer comme équivalents ou approchants deux biens qui ont la même finalité. En outre, le « panier » de produits retenus s’est efforcé de prendre en compte des biens de consommation courante et ceux dont les comptes donnent à penser qu’ils sont consommés de manière plus exceptionnelle. La seconde interrogation intéresse le choix d’une valeur représentative pour une année. Il se heurte à l’importance des informations disponibles27. En outre, le prix d’un bien varie dans le temps28, notamment pour les céréales en fonction des saisons, au moment de la soudure au printemps. Les stocks conditionnent alors la fixation du prix de ce bien29. Pour notre étude, le mode, c’est-à-dire la valeur de la variable la plus fréquemment représentée, a été retenu. Lorsque des variations importantes sont intervenues, elles ont été précisées. De plus, on a fait le choix d’une représentation graphique par points pour observer les données brutes et permettre de compléter les valeurs par de nouvelles recherches. Enfin, il a été décidé de retenir des courbes logarithmiques afin de pouvoir confronter les différentes séries30.

  • 31 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 616-639 (céréales – froment et seig (...)
  • 32 Les biens pour lesquels nous ne disposons pas d’informations suffisantes concernent avant tout les (...)

9Les produits retenus pour notre étude des grandes tendances des mouvements de prix des biens et services à Millau l’ont été sur la base du critère de la continuité des données à notre disposition. Il s’agit de ceux pour lesquels le consul boursier précise de manière régulière le prix. À l’instar des diverses études menées dans les villes médiévales, notre analyse se limite à une liste de produits31. Plutôt que de multiplier les exemples32, nous avons décidé de privilégier les biens pour lesquels nous possédons les séries les plus complètes ou qui pouvaient présenter un intérêt particulier. Quatre types de données ont retenu notre attention, les produits céréaliers, les biens manufacturés, les denrées alimentaires et les salaires. Dix produits assez variés favorisent, tant bien que mal, la connaissance de l’évolution des prix.

2. Prix des biens et des services.

  • 33 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 636-638. Ph. Wolff, « Prix et march (...)
  • 34 A. Guerreau, « L’étude de l’économie médiévale. Genèse et problèmes actuels », Cahiers du Léopard (...)
  • 35 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 636-638. A. Guerreau, « L’étude de (...)

10La formation des prix est une question qui a suscité un intérêt certain parmi les historiens et les économistes33. Qu’est-ce qu’un prix ? Comment se forme-t-il ? Les réponses sont moins évidentes34. La documentation ne permet pas toujours d’y répondre. Divers paramètres dont le temps, la composition et qualité des produits, l’ajustement de l’offre et de la demande35 contribuent à la détermination de la valeur. Nous ne prétendons pas répondre à ces interrogations à partir des comptes consulaires millavois. Il ne s’agit pas non plus d’écrire une histoire des prix. La présentation de quelques-unes des informations relevées par les boursiers tente de saisir les mouvements de prix de biens et de services afin d’éclairer les conditions dans lesquelles peut s’opérer la discussion et le prélèvement fiscal.

a. Les biens.

  • 36 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 60 v°, le bayle de la ville reçoit un demi-quartier, (...)
  • 37 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 27 r°.
  • 38 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 370 I, f° 11 v°, 23 r°, 26 r°, 27 v°. CC 377 I, f° 29 r°. CC 39 (...)

11Les biens ont été choisis sur la base de différents critères, précédemment exposés, dont le principal tient à la continuité des informations. Notre choix s’est porté sur des produits non alimentaires (setier d’avoine, charretée de paille, main de papier, livre de chandelle, fiole d’encre, carton d’huile, canne de tissus) et des produits consommables (carte de vin, livre de fruits confits, quartier de bœuf, chevreau). Pour certains, leur présence tient au fait qu’ils se renouvellent à une période déterminée de l’année réduisant ainsi les variations saisonnières. Il peut s’agir d’un présent fait à une autorité de la ville à date fixe. C’est par exemple le cas avec un quartier de bœuf offert, chaque année à Noël, au juge royal36, et du chevreau qu’il reçoit à Pâques37. Il convient de rester prudent sur les chiffres fournis pour ces produits. S’agissant de cadeaux, les magistrats ont pu choisir des biens de qualité supérieure dont le prix pourrait être plus élevé que celui généralement appliqué. Pour d’autres biens, les indications sont fournies une fois l’an à la même période, en juin pour l’achat des tissus qui servent à la confection des livrées consulaires et à celles des agents du consulat, en fin d’année pour la paille destinée à recouvrir le sol de la maison consulaire. Enfin, pour une dernière catégorie de produits, nous les retrouvons de manière régulière dans les comptes, il en va ainsi de la main de papier, de la carte de vin, du setier d’avoine. Il est difficile d’établir des séries continues pour d’autres produits céréaliers, nous disposons néanmoins de quelques informations pour le froment et le seigle38. L’évolution des prix de l’ensemble de ces produits suit de manière générale, avec quelques particularités locales, les mouvements constatés dans le royaume.

b. Les produits céréaliers.

  • 39 Ph. Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 413-417. E. Carpentier, M. Le Mené, La France du (...)
  • 40 Ph. Contamine, M. Bompaire, S. Lebecq et J.-L. Sarrazin, L’économie médiévale, Paris, 1993, 2e éd. (...)

12L’évolution des prix millavois reproduit le trend des prix céréaliers que l’on observe à Toulouse et en France39. La conjonction des dévaluations monétaires, du climat d’insécurité lié à la guerre et aux routiers ainsi que les crises frumentaires expliquent pour l’essentiel les mouvements observés. Ainsi en 1361 et 1362, comme en 1369-1370, le prix du setier d’avoine augmente fortement. De 5 s., en 1360, il s’établit désormais à 12 s. 6 d., en 1361, et à 13 s. 4 d., en 1362. De 6 s., en 1368, il est fixé à 10 s., en 1369, et 9 s., en 1370. Dans les deux cas, la situation politique de Millau et le climat d’incertitude qu’elle instaurait a joué un rôle non négligeable40.

  • 41 J. Morelló Baget, « Approvisionnement et finances municipales en Méditerranée occidentale : l’exem (...)
  • 42 G. Charlier, Aspects de la vie économique de Villefranche-de-Rouergue…, op. cit., p. 79. J. Artièr (...)
  • 43 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 25 r° et f° 29 r°.
  • 44 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 43 r°.
  • 45 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 47 v°.
  • 46 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 61 r°.
  • 47 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 61 v°.
  • 48 On a pu observer de semblables variations saisonnières pour l’année 1365-1366, Arch. mun. Millau, (...)
  • 49 De manière générale, la période 1367-1371 se traduit par une augmentation du prix des produits (ch (...)

13Comme dans les autres villes41, les consuls se préoccupent du ravitaillement de la ville. À Villefranche-de-Rouergue, les difficultés liées à la présence des compagnies de routiers obligent les consuls à acheter du blé auprès de communautés voisines42. Les comptes des boursiers millavois éclairent quelques problèmes liés à la production céréalière. Au mois de juin et de juillet 1369, le siège de Compeyre rend difficile le travail des champs. Par deux fois, le 22 juillet et le 9 août, la ville doit faire garder les moissons43. Le 13 octobre, un différend naît avec Compeyre sur les blés transportés à Millau44. Le 2 novembre, les gens d’armes du seigneur de Sévérac mettent la main sur le blé entreposé à l’hôpital des Vals45. Face à ces difficultés, les consuls décident l’envoi de chargés de mission pour acheter du blé en Gévaudan46. Les consuls entreprennent des démarches auprès du duc d’Anjou pour que leur soit reconnu le droit d’acheter et de vendre dans le royaume et de porter du blé de Gévaudan47. Ces événements ont une influence sur le prix du setier d’avoine à la fin de l’année 1369 et plus encore au moment de la soudure. L’offre insuffisante de céréales créé ainsi une tension sur les prix48. Au cours de l’année 1369-1370, on observe un mouvement à la hausse d’autres biens (main de papier)49.

Tableau 29. Variation du prix du setier d’avoine en 1369-1370

Tableau 29. Variation du prix du setier d’avoine en 1369-1370

(D’après Arch. mun. Millau, CC 365 I)

14Le prix du setier d’avoine diminue ensuite, atteignant son minimum en 1406 et en 1407 avec 3 s. 4 d. Il est toujours au plus bas en 1418 et 1419 avec 3 s. 6 d. et 4 s. Puis avec la brutale hausse artificielle des prix nominaux, le setier d’avoine passe de 2 l. 5 s., en juillet 1421, à 4 l., en février 1422. La comparaison avec le cours du gramme d’argent à la même période permet de saisir l’importance de la part du phénomène monétaire. Le setier d’avoine revient, en 1437, à son cours de 1417 (4 s. 2 d.), avant de connaître une nouvelle hausse en 1439 et en 1440 (6 s. 8 d.). Enfin, la baisse reprend jusqu’en 1460. Le setier atteint 5 s., soit le même cours qu’en 1360.

  • 50 Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 26 r°. Semblable justification est reprise le 26 novembre, le 5 dé (...)

15Disposée sur le sol de la maison commune, la paille est destinée à rendre plus agréable les conditions de travail des consuls. Le boursier Brenguier Delrieu justifie cet achat le 22 novembre 1392 car fazia gran freg50. Le prix de la charretée de paille achetée par le consulat fournit d’intéressantes informations sur la « rigueur » du climat millavois. À se limiter aux quelques dates fournies par nos sources, on perçoit que le mois de novembre est celui qui est le plus fréquemment cité (57,2 %), en particulier du 11 au 20. Viennent ensuite les mois de décembre (21,4 %), d’octobre et de janvier (9,5 %) puis celui de février (2,4 %). Le prix de la charretée de paille, hormis les périodes d’instabilité monétaire (1422 et 1429-1430), reste relativement stable au cours des années 1365-1460, entre 6 et 8 s.

  • 51 Par exemple, le mueg de cals (muid de chaux), la canne de pibol (peuplier), le quintal de fer, la (...)

16Les registres consulaires fournissent de nombreuses informations sur divers produits, qu’il s’agisse de matériaux de construction, du fer et de produits ouvrés51. Les biens pour lesquels nos données offrent des séries continues ont retenu notre attention. C’est le cas de la main de papier, de la livre de chandelle et de la canne de tissu.

  • 52 Ph. Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 702 graphique 12.
  • 53 En 1359 et en 1360, la main de papier est vendue 2 s. 6 d. puis 3 s., en 1361, et 3 s. 6 d., en 13 (...)

17Le prix de la main de papier à Millau peut être suivi pendant 81 années de 1356 à 1461. Philippe Wolff avait pu noter une tendance à la baisse à Toulouse52. La même constatation peut être formulée pour Millau. À partir d’une valeur de 2 s. 8 d. en 1356, elle se négocie à 10 d. en 1461. L’évolution qu’elle connaît pendant un siècle résume assez bien les mouvements observés pour les autres produits. Après 1356-1372, où le prix de la main de papier varie sensiblement (hausse de 1362-1363 et de 1369 à 1371)53, une longue période de stabilité (2 s. 6 d.) puis de baisse intervient jusqu’en 1418 (1. S. 8 d.). Ce mouvement est interrompu, en 1421, mais dès l’année 1422-1423, il reprend.

Tableau 30. Indice décennal du prix de la main de papier

Tableau 30. Indice décennal du prix de la main de papier
  • 54 D’autres informations sont disponibles pour les gros cierges (entorta) et ceux plus petits (entort (...)
  • 55 Pour la fiole d’encre, il se vend à 10 d., en 1435 et en 1436, puis s’établit à 4 d., en 1460.
  • 56 Le prix du carton d’huile est de 1 s. 6 d., en 1410, 18 s. 7 d., en 1422, 2 s. 6 d., en 1435 et 14 (...)

18Une même tendance est à observer pour la livre de chandelle54. Le prix le plus bas est atteint pendant les années 1380-1419, puis après la crise et les variations de 1422 à 1433, le mouvement de baisse reprend à partir de 1437. Le prix de la livre de chandelle se stabilise ensuite à 1 s. La situation de la fiole d’encre55 et du carton d’huile56 est similaire, la fin des années 1430 marque la reprise de la baisse de leur prix.

Graphique 2. Évolution du prix de la main de papier (1365-1461)

Graphique 2. Évolution du prix de la main de papier (1365-1461)

(D’après Arch. mun. Millau CC 350 à 429 I)

  • 57 Ph. Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 269-270, présente un tableau sur l’approvisionnem (...)
  • 58 De précieuses informations dans les registres notariés, notamment les reconnaissances de dettes ma (...)
  • 59 G. Charlier, Aspects de la vie économique de Villefranche-de-Rouergue…, op. cit., p. 108, note à p (...)
  • 60 G. Charlier, Aspects de la vie économique de Villefranche-de-Rouergue…, op. cit., p. 116 mentionne (...)
  • 61 Pour l’évolution du marché toulousain, Ph. Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 236 et s., (...)
  • 62 Arch. mun. Millau, CC 355 I, f° 1 r° (1361).
  • 63 Arch. mun. Millau, CC 363 I, f° 1 v° (1367) et 364 I, f° 2 r° (1368).
  • 64 Arch. mun. Millau, CC 358 I, f° 1 v° (1363).
  • 65 Arch. mun. Millau, CC 371 I, f° 1 r° (1375).
  • 66 Arch. mun. Millau, CC 361 I, f° 3 r° (1364).
  • 67 Arch. mun. Millau, CC 355 I, f° 1 r° (1361).
  • 68 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 33 v°-34 r° (1414).
  • 69 Arch. mun. Millau, CC 400 I, f° 34 r° (1418).
  • 70 Arch. mun. Millau, CC 410 I, f° 19 r° (1431).
  • 71 Arch. mun. Millau, CC 410 I, f° 19 r° (1431).
  • 72 Sur la formation des prix pour les draps de laine et la réalisation d’un bénéfice brut inférieur à (...)
  • 73 Le prix de la canne est alors de1 l. 13 s et 1 l. 14 s.
  • 74 Sur l’activité réglementaire des consuls de Montpellier en matière de draperie, A. Gouron, La régl (...)
  • 75 Arch. mun. Millau, CC 393 I, f° 32 r°. Sur les mesures prises en matière de fabrication dans les v (...)
  • 76 Arch. mun. Millau, CC 412 I, f° 42 r° (1436), CC 426 I, f° 14 v° (1456), CC 427 I, f° 1 r° (1458) (...)
  • 77 Sur la question générale de la draperie millavoise, J. Artières, « Deuxième partie. Notice histori (...)
  • 78 Arch. mun. Millau, CC 412 I, f° 41 r°, CC 427 I, f° 2 v°. Un groupe de 25 fouleurs et tisserands e (...)
  • 79 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 61 r°.

19Bien que les comptes consulaires fassent mention assez régulièrement de l’achat de draps pour la confection des robes des consuls57, de l’écuyer, des ménétriers et du titulaire de l’encan (1414), il n’est pas facile de dégager une évolution générale du prix de la canne58. En effet, la provenance variée des draps rend la tâche malaisée59. Pas moins de 22 centres de production textile sont mentionnés60. Quelques grandes régions se dessinent avec le Languedoc, les Pays-Bas, la Normandie et la Catalogne61. Au cours du troisième quart du xive siècle, les marchands millavois achètent des draps de Toulouse62, Fanjeaux (Aude)63, Béziers64, Rouen65, Gand66 ou Wervicq67. Les draps de la première moitié du xve siècle proviennent également de Larroque d’Olmes (Ariège)68, Montolieu (Aude)69, Perpignan70 et Puigcerda (Catalogne)71. Seuls les draps en provenance de Toulouse peuvent donner matière à l’esquisse d’une présentation des variations du prix de la canne, en particulier, du var de Toloza. Les informations sont assez peu nombreuses et posent en outre la question du prix qui apparaît dans les comptes. Il s’agit de celui versé par le consulat. Est-il différent du prix d’achat par le marchand, auquel s’ajoutent éventuellement le coût de transport et la marge réalisée72 ? On constate, de 1356 à 1405, que le cours de la canne augmente en 1361 et en 136273 et reste ensuite stable autour de 1 l. 4 s. La ville de Millau produisait également des draps, mais il semble que ces étoffes pâtissaient de leur moindre qualité. Les consuls ont tenté au xve siècle de l’améliorer74. Tout d’abord, en 1409, ils décident de désigner pour deux années B. Delrieu le jeune et J. Miquel qui sont chargés de sceller les draps qui répondent à certains critères de qualité75. Puis, à partir des années 1430, le sceau des draps est mis aux enchères et confié à trois personnes, un marchand, un tisserand et un fouleur76. Les mesures répétées des consuls pour veiller à la fabrication de bons produits se heurtent à l’attitude des gens du métier77. En janvier 1436, s’il est rapporté que en esta vila se fasian bel cop de draps, ils ne sont pas toujours de qualité. Les consuls prescrivent aux personnes chargées de les sceller d’être vigilantes78. Les administrateurs urbains veillent également au respect des libertés de la ville qui interdisent à tout marchand étranger de vendre au détail, en menut, des draps hormis les trois ou quatre jours de foires. Ils font ainsi citer, en avril 1411, un marchand devant le juge royal. Ils obtiennent la révocation de la licence qui lui a été octroyée79.

  • 80 Quelques autres aliments, peuvent être mentionnés comme les présents de poissons, les poules, les (...)
  • 81 Les variations du prix de la livre de fruits confits peuvent être suivies de 1361 à 1418. On remar (...)

20S’il est possible de connaître dans le détail le prix de certaines denrées consommées au cours de repas organisés par les consuls, l’étude de leurs prix sur le long terme est plus difficile à mener. Quelques données sont néanmoins exploitables, elles reflètent de manière imparfaite la composition des biens qui entrent dans l’alimentation des Millavois des xive et xve siècles80. La carte de vin est l’un de ceux les plus souvent évoqués. Les mouvements de prix s’inscrivent dans ceux déjà observés. Un premier minimum est atteint en 1396 et 1400 avec 1 s., puis de 1411 à 1418, le cartal passede 1 s. 8 d. à 5 d. Les années 1421 et 1422 traduisent une forte hausse du prix nominal lors de la crise monétaire. Enfin, la baisse de la carte de vin reprend à partir de 1439 (2 s.) pour se fixer à 6 d. en 1449. D’autres produits peuvent être retenus. Ce sont des présents offerts à une autorité de passage81 ou au juge de la ville. Ainsi le prix du quartier de bœuf et du chevreau connaissent une baisse importante. Le chevreau qui est acheté 1 l. 1 s. 8 d., en 1370, se vend 8 s. en 1396. La première moitié du xve siècle ne diffère pas, dans l’ensemble, de la tendance mise en évidence pour les autres produits. Le prix du quartier de bœuf est lui davantage stable. Hormis les années 1396, 1408, 1410 et 1441, son prix est toujours supérieur à deux livres. Sa valeur nominale n’apparaît pas avoir suivi le même mouvement que l’ensemble des autres biens.

  • 82 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 388-398.

21Ce rapide aperçu des prix de quelques biens relevés dans les comptes des boursiers révèle la difficulté certaine à pouvoir départir ce qui relève de la hausse « réelle » du prix du produit des phénomènes monétaires. Les quelques indications à notre disposition facilitent la saisie globale du mouvement des prix sur le long terme. Une tendance à la baisse peut être perçue. Comme dans d’autres régions du royaume, cela ne fut pas sans heurts82. Ainsi la situation politique et militaire locale, les difficultés monétaires, les mauvaises récoltes expliquent ces variations. Après les hausses du début et de la fin des années 1360, une longue phase de baisse des prix intervient entre 1370-1375 et les années 1410-1420. Puis survient la crise du début des années 1420 à Millau et les fluctuations des prix jusqu’en 1440. Enfin notre documentation fait état d’une dernière période où les prix des biens diminuent.

c. Les services.

  • 83 A. Guerreau, « L’étude de l’économie médiévale. Genèse et problèmes actuels », Cahiers du Léopard (...)
  • 84 Par exemple, E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 639 et s. Ph. Wolff, C (...)
  • 85 Tout juste pourrait-on donner un aperçu de services rémunérés par la ville tels que le guet sur le (...)
  • 86 Ch.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 707.
  • 87 B. Geremek, Le salariat dans l’artisanat parisien aux xiiie et xve siècles. Étude sur le marché de (...)
  • 88 Arch. mun. Millau, EE 78 à 86 I.

22L’évolution des « salaires »83 a été retracée dans de nombreuses régions84. Une étude plus approfondie que celle proposée dans les lignes qui suivent mériterait d’être menée85. Les comptes consulaires millavois ne permettent pas de saisir l’ensemble des rémunérations liées aux activités industrielles et commerciales pas plus qu’ils ne facilitent la connaissance de l’évolution du « marché de l’emploi »86. Les salaires des personnes qui participent à la construction ou à la réparation des fortifications de la ville offrent un intérêt particulier. La rémunération de la main d’œuvre sur les chantiers médiévaux a particulièrement retenu l’attention87. Davantage que l’évolution sur le long terme des gages versés aux différentes personnes rencontrées sur les chantiers urbains, les registres consulaires rendent compte d’ouvrages particuliers pendant de courtes périodes. Les comptes des travaux complètent ces informations88.

  • 89 Les gages des manœuvres s’établissent à 24 d. par jour en octobre 1356 (CC 350 I, f° 25 v°), à 30 (...)
  • 90 Pour l’évolution dans les différentes parties du royaume, E. Carpentier, M. Le Mené, La France du (...)

23Plusieurs difficultés apparaissent lorsqu’on veut connaître les gages versés à ceux que la documentation désigne par l’expression de manobra. Ces manœuvres, sous la direction d’un maître des travaux, assument diverses activités, qu’il s’agisse par exemple du transport des matériaux (sable, eau, chaux, pierre) ou de la confection du mortier. Établir leur rémunération nécessite de prendre en considération différents facteurs, à savoir les variations saisonnières et la composition des gages. Les travaux menés en 1410-1411 pour la réfection d’une partie des fortifications de la ville permettent d’illustrer ces deux données. L’évolution du taux des gages versés aux manœuvres aux xive et xve siècles, à la lumière des quelques indications en notre possession89, est comparable au trend haussier observé dans le royaume90. À l’augmentation des années 1340-1360 succède un tassement entre 1380 et 1420, enfin une hausse est observable à partir des années 1420 jusqu’en 1460-1470. La pénurie de main d’œuvre et l’affaiblissement des monnaies contribuent à expliquer ces mouvements sous la réserve de considérations locales.

  • 91 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 71 r° à 129 v°.
  • 92 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 651, note 22 jours chômés pour une (...)
  • 93 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 104 r° (3 octobre), f° 109 r° (20 octobre), f° 112 v° (27 octobre) (...)
  • 94 Arch. mun. Millau, CC 360 I, f° 25 r°.
  • 95 Remise en état d’un four à chaux à Saint-Lambert vers la Dourbie du 8 juillet au 4 août, coupe du (...)
  • 96 Certaines indications font état d’une rémunération en numéraire à laquelle s’ajoute du vin, Arch. (...)
  • 97 Arch. mun. Millau, CC 363 I, f° 11 r°.

24Le registre de compte du boursier Brenguier Rozier pour l’année 1410-1411 détaille, dans ces 58 derniers folios, les dépenses pour la réparation de la muraille des Gozons et la construction d’une barbacane91. Jour après jour, du 8 juillet au 15 décembre, le comptable expose la nature des opérations et les personnes qui y ont participé. Le travail s’effectue six jours par semaine. Il est rare, pour ce chantier, qu’un jour soit chômé92. La seule raison d’interruption de l’activité tient aux conditions climatiques. Par quatre fois, le comptable mentionne qu’il n’a pas été possible de travailler en raison de la pluie93. Le travail s’effectue durant la journée, à la lumière du jour, il ne semble pas en effet que l’urgence de la réparation ait imposé un travail de nuit comme cela fut le cas en décembre 136394. L’énumération des activités permet de saisir les différentes étapes de la reconstruction de la muraille tombée95. Les travaux, menés pendant six mois, offrent un champ d’étude pour apprécier la hiérarchie des gages et leurs évolutions. L’ouverture des rémunérations en numéraire est manifeste96. Elle s’établit, en tenant compte des variations saisonnières, de 1 s. 8 d. à 5 s., soit un rapport de 1 à 3. Sur ce chantier, contrairement à d’autres97, les femmes n’apparaissent pas. On note une différence entre les manœuvres et les maîtres maçons. Alors que les gages des seconds sont fixes dans le temps, oscillant entre 4 s. 6 d. et 5 s. suivant les personnes, les manœuvres connaissent une diminution de leur salaire.

Tableau 31. Variations de la rémunération journalière d’un manœuvre du 8 juillet au 15 décembre 1410 à Millau

Tableau 31. Variations de la rémunération journalière d’un manœuvre du 8 juillet au 15 décembre 1410 à Millau

(D’après Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 71 r° à 129 v°)

  • 98 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 723-724. E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange (...)
  • 99 Les registres notariés font parfois état de la vente d’animaux. Ainsi en 1448, une mule est vendue (...)

25De semblables fluctuations saisonnières existent, par exemple, à Saint-Flour et en Forez98. Une baisse des salaires est observée en octobre et en novembre, elle intervient après la stabilité des mois de mars à septembre pour les ouvriers maçons et maîtres maçons. Elle est plus variable pour les manœuvres. Outre l’emploi d’hommes, les comptes font état de bestia, de mula pour le transport de la matière première (bois, sable, pierre, chaux), elles peuvent être louées seules ou avec leur propriétaire. Les sommes versées varient également suivant la nature de l’animal. La location d’une mule est généralement de 2 s. 11 d. par jour99 et les bestias, sans autre indication, le sont entre 2 s. 8 d. et 3 s. 4 d. Une bête louée avec une personne est payée entre 15 et 30 % plus cher que si elle l’était seule (2 s. 1 d.-3 s. à 2 s. 8 d.-3 s. 6 d.).

26Ces quelques tendances générales de l’évolution du prix des biens et des services peuvent fournir des indications sur le contexte économique dans lequel les Millavois vivent. Ces résultats doivent être appréciés avec prudence. Tout d’abord, les biens retenus sont relativement restreints, notamment pour les produits alimentaires. Ensuite, l’étude des registres notariés n’a pu être menée. Les renseignements relatifs à la rémunération des services s’avèrent limités. Les comparer avec le prix des biens n’a pas été possible. Ces derniers, collectés dans les comptes consulaires, suivent de manière générale l’évolution constatée en divers endroits du royaume. Ils s’inscrivent dans la contraction économique des années 1340-1380, puis la stagnation de la fin du xive siècle et du début du xve siècle, interrompue par les difficultés entre 1420 et 1440. La reprise est manifeste à partir de la deuxième moitié du xve siècle. Davantage qu’une étude détaillée de l’économie millavoise aux xive et xve siècles, qui reste à faire, c’est à la présentation succincte de l’environnement dans lequel s’opère le prélèvement fiscal royal et municipal que nous nous sommes attachés.

B. LES VARIATIONS MONÉTAIRES

  • 100 La mutation peut être définie comme l’opération qui va « modifier la valeur intrinsèque (poids de (...)
  • 101 Ces informations sont généralement exprimées en monnaie de compte (livre, sous et denier). Des dif (...)
  • 102 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 385-388.
  • 103 Ph. Wolff, Commerce et marchands…, op. cit., p. 313-343 et A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., (...)

27Les nombreuses informations relatives au cours des monnaies contenues dans les comptes urbains ne sont pas toujours aisées à démêler. C’est particulièrement vrai lors des périodes de mutations monétaires100. Tenter de dégager l’évolution du cours des monnaies à partir des registres consulaires est tributaire, entre autres choses, de la qualité sérielle des sources et des informations fournies par le comptable101. Nous avons cherché dans les comptes millavois les informations qui concernent les deux périodes de crises de l’histoire monétaire de la France du bas Moyen Âge en 1337-1360 et en 1417-1436102. Les mouvements des mois de juin 1356 à août 1359 et des années 1422-1436 éclairent la conjoncture monétaire, ils ont été confrontés à ceux recueillis pour deux villes de régions voisines, Toulouse et Saint-Flour103.

  • 104 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 17 v° et f° 19 r°.
  • 105 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 42 v°.

28Les variations des années 1356-1359 observées à Millau complètent les informations relevées par Ph. Wolff. À partir des registres notariaux étudiés, il fit remarquer que seule une impression d’ensemble était possible, « celle d’une approximative correspondance entre les cours commerciaux des pièces d’or à Toulouse et Montauban ». Leur confrontation avec les données millavoises plus nombreuses ne prétend pas tirer de conclusion trop hâtive. Les informations dont on dispose révèlent en premier lieu l’augmentation du cours du denier d’or au florin en sous tournois de 20 s. (20 septembre 1356) à 28 s. (8 novembre 1356). Il faut rechercher dans l’environnement politique et militaire de la ville les raisons d’un tel mouvement. L’automne 1356 est marqué par les difficultés de la monarchie avec la capture du roi Jean à Poitiers. Les Millavois sont avertis le 26 septembre puis la nouvelle est confirmée le 28104. Les demandes financières pour la défense du royaume se multiplient au cours des réunions des États du Languedoc d’août à novembre 1356. La ville se préoccupe également de sa situation défensive, l’annonce de l’arrivée des Anglais participe du climat général de désarroi. Les affaiblissements monétaires pourraient trouver là une explication. La venue des troupes anglaises en janvier 1357 a pu susciter le même effet105. À partir d’avril 1357, le florin à Millau garde un cours stable de 24 s. jusqu’en 1359. La situation contraste avec les observations toulousaines et montalbanaises. L’absence de distinction entre les comptes en sous, de forte ou de faible monnaie, pourrait expliquer les divergences avec le cas millavois. Cela semble probant pour le cours du florin observé à Montauban, pendant l’été 1357, en comparaison avec les valeurs toulousaines et millavoises. Le même problème semble se poser de novembre 1358 à janvier 1359.

  • 106 Quelques indications sont également disponibles pour Rodez à partir de registres notariés, Ph. Wol (...)
  • 107 Sur cette monnaie à Toulouse, Ph. Wolff, Commerce et marchands…, op. cit., p. 339.
  • 108 Pour la situation à Toulouse de 1422 à 1440, Ph. Wolff, Commerce et marchands…, op. cit., p. 334-3 (...)
  • 109 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 675. À Millau, pour le mouton, par exemple, Arch. mun. M (...)

29Les années 1417-1436 connurent des périodes d’instabilité monétaire encore plus marquées. Les informations relevées pour Saint-Flour peuvent être rapprochées de celles recueillies dans les comptes des consuls boursiers106. Le cours du mouton, et plus rarement de l’écu, après la conversion des monnaies d’or au doblas de 10 d., ont retenu notre attention. Les variations du cours de l’écu sont trop rares pour en tirer quelques enseignements107, les données relatives au mouton sont plus nombreuses. À Saint-Flour comme à Millau, les années 1428 et 1429 connaissent un même mouvement à la hausse du cours de la monnaie, avec semble-t-il un certain décalage dans le temps quant à sa valeur maximum. Le mouton équivaut à 55 s. à la fin avril 1429, à Saint-Flour, et 50 s. fin mai et juin, à Millau. En outre, de 1430 à 1436, le cours du mouton oscille dans les deux villes entre 12 s. et 20 s., plus spécialement entre 15 s. et 17 s. à Millau. Enfin, si l’on s’intéresse aux variations après l’année 1436, une stabilité est observable dans les deux villes jusqu’aux années 1450108. À Saint-Flour, le mouton est fixe à 16 s. (1437-1451) et il varie à Millau de 15 s. à 15 s. 10 d. Le cours de l’écu s’établit dans les années 1440 à 27 s. 6 d. à Saint-Flour et entre 26 s. 8 d. et 27 s. 6 d. à Millau109.

30L’environnement économique et monétaire influe sur la gestion des comptables. Aux problèmes posés aux consuls boursiers et à ceux rencontrés par les fermiers et collecteurs de l’impôt s’ajoutent ceux moins perceptibles, de prime abord, qui pèsent sur la population. Créanciers et débiteurs, locataires et bailleurs, producteurs, vendeurs et acheteurs sont confrontés aux variations monétaires et aux mouvements des prix. Du milieu du xive siècle au milieu du xve siècle, quelques tendances ont pu être dégagées pour Millau, elles renvoient aux mouvements enregistrés dans les autres régions du royaume. Quatre phases se dessinent. La première couvre le début du xive siècle et se termine à la fin des années 1360, elle est marquée par une période de hausse des prix, plus encore des salaires, et d’instabilité des monnaies. La seconde, de 1370 aux années 1410, est déflationniste, nombre de produits sont à leur plus bas prix. Avec les années 1420-1430, une période d’instabilité monétaire et d’augmentation des prix pénalise les Millavois. Enfin, à partir des années 1440 et jusqu’en 1460, pour notre étude, une nouvelle phase de baisse du prix des biens et de stabilité du cours des monnaies est observable.

31Les variations observées en matière de prix, de salaires et d’évolution des feux doivent être rapprochées des demandes fiscales que supportent les habitants. Dans quel contexte ce prélèvement intervient-il ? La baisse du nombre de feux taillables, à partir du début du xive siècle jusqu’au milieu du xve siècle, et l’accroissement des prélèvements fiscaux devenus réguliers, notamment dans les années 1380 et 1420-1450, augmentent a priori la part de l’impôt de chacun des contribuables. La baisse des gages à la fin du xive siècle a pu l’accentuer. En mesurer l’effet n’a pas été possible en raison de données limitées et de la méconnaissance du marché du travail local. Une analyse en termes de micro histoire fiscale est rendue difficile par l’absence d’informations sur l’ensemble des revenus d’un contribuable et le montant de ses contributions fiscales, parmi d’autres charges. La documentation fait parfois état des feux qui demandent à être déchargés d’une partie de leur impôt. Le taux d’arriérés, la saisie des gages, l’absence d’enchérisseurs pour les fermes des droits indirects traduisent également quelques difficultés. Outre ces attitudes individuelles, la charge fiscale qui pèse sur la communauté suscite des actions de la part des magistrats millavois. Elle peut tout d’abord redistribuer, de manière plus équitable, la charge de l’impôt entre les feux en ayant recours à l’impôt per solidum et libram assis sur le patrimoine. Néanmoins, l’association d’une taxe sur la personne, capitation, et d’un impôt proportionnel est courante à Millau dans la deuxième moitié du xive siècle, elle pénalise les contribuables les plus modestes, tenus de payer comme les plus riches le même taux par tête. La première moitié du xve siècle est marquée par un retour à un impôt strictement proportionnel. Les réfections des compoix sont également plus fréquentes. L’arrivée au pouvoir de nouvelles familles consulaires n’y est sans doute pas étranger. La ville peut également redistribuer l’impôt en faisant contribuer des personnes d’ordinaire exemptées, par exemple les clercs pour les fortifications. La part de l’impôt royal qui revient à la ville dans le bailliage et la Haute Marche mobilise aussi l’attention des consuls. Ambassades auprès du prince, retards dans les paiements permettent de pallier un temps la charge fiscale. C’est à la lumière de ces quelques mouvements des prix et de la monnaie que les dépenses consulaires peuvent alors être appréciées.

II. LA REDISTRIBUTION DE L’ARGENT URBAIN

  • 110 Certains registres comptables urbains regroupent parfois des articles de dépenses, F. Humbert, Les (...)
  • 111 Sur cette difficulté, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 661. Ch. Desplat, Pau et le Béarn (...)
  • 112 G. Espinas, Les finances de la commune de Douai des origines au xve siècle, Paris, 1902.
  • 113 Ch. Laroche, La vie municipale à Najac-en-Rouergue…, op. cit., p. 225.
  • 114 L. Bernad, Une ville de consulat…, op. cit., p. 73-74.
  • 115 L. Bernad, Millau en Rouergue de 1350 à 1400. Étude sociale, administrative et financière, thèse d (...)

32Les registres de comptes millavois renferment de nombreux et variés articles de dépenses. Comme bon nombre de comptabilités urbaines, ils sont rarement regroupées en chapitres distincts110. La présentation chronologique des dépenses ou l’impossibilité de conserver les chapitres distingués invitent alors à un long et patient travail pour établir une classification111. Certaines monographies ont, par le passé, simplement fait état d’exemples de sommes versées par l’administration municipale112. Les travaux consacrés par Charles Laroche à Najac, en 1931113, et à Millau par Louis Bernad en 1938114 sont sur ce point révélateurs. Quelques décennies plus tard, Bernad a suivi les classifications proposées par les finances publiques contemporaines115. Peu opératoire et limitée dans le temps à la deuxième moitié du xive siècle, cette grille ne pouvait être suivie. Aussi, à partir des comptes millavois, notre travail s’est efforcé de rester au plus près des sources.

  • 116 Ch. M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 19-20, remarque formulée pour le (...)
  • 117 Rémunération de l’écuyer ou des sonneurs de cloche, travaux pour la maison commune, les églises, l (...)
  • 118 Feuilles rongées ou manquantes, tâches d’humidité en sont les principales raisons. Comptes qui n’o (...)

33Les registres consulaires comprennent de nombreux articles, si leur profusion rend l’opération de classification plus longue, elle permet également de saisir plus finement le contenu des dépenses. Les documents comptables, à l’intérieur desquels des regroupements existent, sont en général moins précis sur les dépenses qu’ils renferment116. Ceux observés à Millau117 ont guidé en partie notre analyse, mais ils ne sont pas le fait de tous les comptables. Les différents articles, d’une centaine à un millier par registre, peuvent être ventilés. Les archives municipales de Millau ont conservées 73 registres comptables pour les années 1356-1461, 58 exercices ont pu faire l’objet d’une étude approfondie118.

  • 119 J. Morelló et P. Verdés, « Les dépenses municipales : essai de typologie », La fiscalité des ville (...)
  • 120 F. Garnier, « Les dépenses consulaires millavoises de 1375 à 1415 : “ni paix ni guerre” », La fisc (...)
  • 121 Certaines subdivisions de la grille franco-espagnole ont été individualisées pour Millau, c’est le (...)

34Les diverses analyses des comptabilités urbaines ont souvent été confrontées au problème de la classification des dépenses. Les comptes consulaires millavois ne font pas exception, les boursiers regroupent rarement les dépenses de même nature entre elles. Les dépouillements cherchent alors à constituer différents postes budgétaires en fonction de la permanence de certaines dépenses et de l’importance de leur montant. Un tel travail a été mené, par exemple, à partir des archives de Saint-Flour, de Lille et plus récemment de Provins. Les travaux menés par le groupe franco-espagnol, dirigé par D. Menjot et M. Sánchez-Martínez, sur les finances des villes du bassin méditerranéen a entrepris de dégager, à la lumière de leurs expériences particulières, une grille commune de dépenses qui ouvre la voie à une approche comparative119. Quatre postes ont été retenus : les dépenses d’administration, les services communautaires, les transferts et contributions, et enfin les dettes. Une telle démarche permettra de faciliter quelques comparaisons entre les administrations urbaines. Ayant pu bénéficier de ces travaux, cette grille a été appliquée à Millau pour cinq exercices de 1375 à 1415120. Si l’apport de cette classification est sans conteste appréciable pour tout nouveau travail qui s’intéresse aux dépenses des villes médiévales, il n’en reste pas moins que d’importants dépouillements sont nécessaires pour esquisser les contours de leur évolution et préciser leurs spécificités pour la longue période (1356-1461). La même optique fonctionnelle a été suivie, dix postes ont ainsi été dégagés pour Millau121.

  • 122 Sur l’intérêt d’une telle classification fonctionnelle, J. Morelló et P. Verdés, « Les dépenses mu (...)

35Les critères retenus pour établir une grille d’analyse des dépenses sont l’importance des sommes consacrées à un objet particulier et leur continuité. Les dix postes dégagés reprennent pour l’essentiel ceux développés pour d’autres villes du royaume de France (rémunérations, gestion fiscale, fonctionnement, représentation, services communs, urbanisme, sécurité-défense, justice, part du prince et dettes)122. Les autorités municipales connaissent généralement les mêmes frais pour assurer le fonctionnement de l’administration urbaine, la défense de leurs intérêts et pour satisfaire aux besoins de sécurité et d’assistance de la population. À ces sommes s’ajoutent celles versées au prince, elles représentent généralement dans les budgets urbains une part importante.

  • 123 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 657-784.

36La similitude des préoccupations affichées par les consuls de Millau, et leur traduction financière, avec celles d’autres magistrats nous a conduit à mener une étude comparative. De nombreux travaux d’histoire urbaine consacrent quelques pages aux dépenses, peu d’entre eux les analysent sur le long terme. Nous avons choisi de confronter nos données à celles mises en lumière pour Saint-Flour123. La richesse des deux corpus, la détermination de 11 postes par A. Rigaudière, proches de ceux retenus pour Millau, la proximité géographique et enfin, un cadre temporel commun pour les années 1370-1460 nous y ont incité.

37C’est à essayer de rechercher les évolutions de la masse globale des dépenses que notre étude s’est tout d’abord intéressée au regard de l’environnement politique, économique et militaire du Rouergue. Les responsables consulaires doivent-ils se satisfaire d’une gestion quotidienne des finances urbaines ou peuvent-ils mener une politique volontariste en privilégiant certains domaines ? Les décisions consulaires, volontaires ou imposées par l’environnement, profitent à certaines personnes. Qui sont-elles ? En d’autres termes comment s’opère la redistribution de l’argent « public » géré par les dirigeants consulaires ? Si une partie, importante mais variable suivant les années, est destinée à des agents extérieurs, une autre bénéficie à certains Millavois. À détailler le contenu des postes budgétaires, certaines personnes apparaissent de manière régulière dans la comptabilité des boursiers. Elles révèlent l’importance des sommes versées, l’objet des dépenses et la nature des liens avec l’oligarchie municipale.

A. UNE DIMINUTION GLOBALE DES DÉPENSES

38Les archives municipales de Millau renferment 73 registres de comptes du milieu du xive siècle au milieu du xve siècle. Les 58 registres exploitables offrent un matériau de premier choix pour mener une analyse sérielle. L’ensemble est homogène, quatre à huit comptes sont disponibles pour chaque décennie. Certaines périodes sont particulièrement bien documentées avec cinq registres pour les années 1361-1369. En outre à six reprises, trois comptes consécutifs sont disponibles. Ces éléments laissent présager une vision fine de la connaissance des dépenses pendant plus d’un siècle.

  • 124 Nous n’avons pas choisi de mener une analyse statistique. Pour une telle démarche, A. Guerreau, «  (...)
  • 125 Sur l’existence de ces totaux, par exemple, à Rennes, J.-P. Leguay, La ville de Rennes…, op. cit., (...)
  • 126 À Millau, les totaux de deux comptes correspondent, pour les autres, ils se répartissent pour moit (...)
  • 127 De semblables observations ont été faites pour Toulouse, Ph. Wolff, « Finances et vie urbaine : Ba (...)

39Le traitement de ces sources suscite quelques difficultés124. La prise en considération d’erreurs de calcul et les choix effectués par le trésorier en ne comptabilisant pas certaines dépenses appellent quelques remarques avant d’envisager les résultats dans leur ensemble. Une première information tient à la précision des comptes. De manière générale les boursiers font apparaître dans leur registre des totaux intermédiaires125 en bas de chaque recto de folio, plus rare est l’indication en fin de compte du montant total des dépenses (ou des recettes). Apprécier la valeur de cette documentation requiert alors de confronter le total des sommes intermédiaires, ou celui établi en fin de registre lorsqu’il est mentionné par le trésorier, avec la somme résultant de nos calculs. Davantage que le sens de variation, positif ou négatif, des écarts126, la valeur absolue de leurs différences permet d’en juger l’importance. Les informations recueillies pour Saint-Flour et Millau mettent en lumière la faiblesse des erreurs de calcul127.

Tableau 32. Pourcentage de différence entre le total des dépenses mentionné dans les registres et le total recalculé lors de leur analyse

Tableau 32. Pourcentage de différence entre le total des dépenses mentionné dans les registres et le total recalculé lors de leur analyse

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 à 429 I et A. Rigaudière, Saint-Flour…, p. 668-669, tableau n° 29)

  • 128 Pour un exemple des opérations, M. Bompaire, F. Dumas, Numismatique médiévale, L’atelier du médiév (...)

40Dans les deux villes, pour 60 % des comptes, la différence est inférieure à 2 %. Ils mettent en évidence la qualité des informations transcrites. L’écart est compris entre 2 et 4 % pour un quart des registres millavois et un tiers des documents sanflorains. Enfin, sept comptes de boursiers présentent un pourcentage supérieur à 4 %. Les raisons sont diverses. Elles tiennent parfois à l’importance des sommes consignées, supérieures à 1 500 l., ou à celle du nombre d’articles de dépenses. D’autres sont de notre fait, ou des erreurs du boursier, tant les quelques 3 150 folios dépouillés peuvent parfois receler de difficultés. Un problème se fait jour en période d’instabilité monétaire. Bien que certaines informations soient reportées par le comptable, la conversion de certaines dépenses s’avère longue et sont source de possibles erreurs128.

41Une autre difficulté est liée à la tenue des comptes par les boursiers et à leur conception de la dépense. N’est comptabilisée comme telle par les comptables millavois que celle qui a donné lieu à un règlement en espèces. Les autres articles inscrits dans le compte, avec un renvoi à un livre particulier (dette, taxation, travaux), ne sont inclus ni dans les totaux intermédiaires ni dans le total final, pas plus qu’ils ne sont regroupés à part ou évalués pour leur ensemble. Ils apparaissent de manière chronologique et s’insèrent dans le corps du registre avec les autres articles. La justification de cette non-comptabilisation tient à l’impossibilité pour le trésorier de s’acquitter en numéraire de la somme due. Une ligne de crédit est ouverte au créancier de la ville dans un livre particulier permettant ainsi la compensation avec de futurs impôts. Par souci de respecter les choix opérés par les trésoriers et pour juger de la précision des comptes au regard des totaux intermédiaires établis par eux, nous avons choisi de ne pas inclure ces sommes dans nos propres calculs.

  • 129 On trouve les formules suivantes, los cals li son meses en deute el papier gran dels deutes ha LVI (...)
  • 130 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 353 I, f° 39 r° ou CC 394 I, f° 25 r° avec le paiement des gage (...)
  • 131 Il existe d’autres registres comptables spécifiques à certaines dépenses qui peuvent parfois ne pa (...)

42S’appuyant sur le critère du règlement monétaire, les boursiers de Millau ne s’intéressent pas à ces sommes dans leurs écritures tant qu’elles n’ont pas fait l’objet d’un remboursement en espèces129. Lorsque c’est le cas, elles sont alors comptabilisées par eux130. Nous avons opté là encore pour le respect de la logique comptable suivie par les trésoriers. Pour autant ces sommes, mises à l’écart de la comptabilité, doivent être appréciées au regard de leur importance et de leur nature. Les sondages menés tous les dix ans de 1359 à 1459 laissent entrevoir des situations différentes. Les sommes qui ne sont pas comptabilisées par les trésoriers représentent en moyenne 1,8 % du total des dépenses, soit environ 21 l. par année. De telles indications se rencontrent dans six des onze registres retenus. Seul celui de l’année 1429-1430 fait état d’un nombre important d’articles n’ayant pas donné lieu à un règlement de la part du boursier. Ainsi un peu plus de 70 l. sur les 1 282 l. du compte sont reportées dans un autre document. Faut-il voir cette année là le recours à cette pratique comptable pour pallier les difficultés liées aux variations monétaires ? La nature de ces sommes en 1429 et plus généralement les autres années révèlent la prédominance des articles en relation avec les voyages de chargés de mission millavois et le remboursement de leurs frais. De manière plus générale, on trouve ici une illustration du fait que les comptes tenus par les trésoriers urbains ne renferment pas, ou ne comptabilisent pas toujours la totalité des dépenses de la ville pour un exercice consulaire131. La documentation comptable et fiscale médiévale donne alors le plus souvent une image plus ou moins fine de la réalité, volontairement ou non déformée par les administrateurs urbains. Notre analyse tend à dégager quelques tendances générales. De leur confrontation avec d’autres études particulières pourront naître des conclusions plus sûres.

  • 132 Pour une autre approche à partir d’un logiciel d’analyse d’une matrice de données avec lequel troi (...)

43Malgré les difficultés liées à la représentation graphique de nos données132, l’évolution en valeur absolue des dépenses du consulat de Millau de 1356 à 1460 est marquée par un clivage entre les années 1356-1399 et 1400-1460. Alors que les dépenses sont dans un premier temps supérieures à 1 000 l., elles sont ensuite inférieures à cette valeur pour 26 des 35 exercices.

Tableau 33. Répartition du montant des dépenses annuelles du consulat de Millau de 1356 à 1461

Tableau 33. Répartition du montant des dépenses annuelles du consulat de Millau de 1356 à 1461

Graphique 3. Évolution en livres des 5 blocs de dépenses à Millau (1356-1400)

Graphique 3. Évolution en livres des 5 blocs de dépenses à Millau (1356-1400)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 Ià 387 I)

Graphique 4. Évolution en livres des 5 blocs de dépenses à Millau (1401-1461)

Graphique 4. Évolution en livres des 5 blocs de dépenses à Millau (1401-1461)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 381 à 429 I)

  • 133 Semblables observations peuvent être faites pour les autres budgets municipaux urbains. A. Droguet (...)

44Les dépenses sont en moyenne de 1 264 l. Leur montant est très variable, d’une centaine de livres à plusieurs milliers133. Dans un premier temps, de 1356 à 1387, les budgets connaissent une augmentation forte d’un millier de livres à plus de 3 900 l. Cette variation à la hausse semble s’opérer par pallier. Au cours d’une première phase, les dépenses s’accroissent de 1 136 l., en 1356, à 2 205 l., en 1369, puis un deuxième mouvement culmine avec trois années (1385-1389) à plus de 3 000 l. Après une chute brutale entre 1389 et 1395, s’ouvre une longue période de relative stabilité des dépenses du consulat. Les variations sont moins fortes, hormis les années 1406-1407, 1421-1422, 1441-1442 et 1452-1453. Les budgets des dernières années doivent plus particulièrement retenir l’attention, bien que les sommes consignées dans les registres fassent état de 300 à 400 l., ils omettent de comptabiliser l’impôt des lances.

  • 134 Le cours du florin s’établit à 24 s. à partir d’avril 1357 (CC 350 I, f° 52 v°) jusqu’à mai 1360 ( (...)
  • 135 Arch. mun. Millau, CC 376 I, f° 40 v° (mars 1386), CC 378 I, f° 2 r° (juin 1387), CC 379 I, f° 1 r (...)

45On constate une évolution différenciée des budgets millavois du milieu du xive siècle au milieu du xve siècle. Quelles en sont les raisons ? Est-ce un mouvement d’ensemble affectant tous les postes budgétaires ou certains d’entre eux connaissent-ils des variations différentes ? Les fluctuations monétaires à certaines périodes jouent un rôle. Elles provoquent une hausse artificielle de la masse des dépenses. Les années 1350-1360 sont marquées par des variations du cours des monnaies, en particulier du florin134, qui expliquent en partie l’augmentation des dépenses survenues entre 1368 et 1370. Pareilles observations peuvent être faites pour l’année 1421-1422. Pour d’autres exercices, la stabilité des cours monétaires ne constitue pas un facteur explicatif. Ainsi le franc reste stable à 20 s., de 1386 aux années 1410135. Les raisons des augmentations et des baisses successives des dépenses doivent être davantage recherchées dans l’évolution en volume des principaux postes budgétaires.

B. LES POSTES DE DÉPENSES

46Les dix postes de dépenses dégagés de la lecture des comptes consulaires poursuivent la satisfaction de besoins divers. De premières dépenses sont consacrées au fonctionnement de l’administration consulaire. Elles présentent un caractère de permanence et traduisent la continuité d’une année à l’autre dans la gestion des affaires urbaines. Elles regroupent les rémunérations des agents de la ville, en numéraire ou en nature, les frais exposés pour la répartition et la levée des impositions ainsi que les sommes consacrées à la gestion du consulat (écritures, fournitures, repas de travail, frais monétaires et diverses menues dépenses).

  • 136 Les dépenses exposées le sont pour la « communauté possédant en tant que telle une consistance ins (...)

47D’autres frais sont exposés dans l’intérêt de l’universitas pour le bien commun136. Bien que chacun des Millavois en bénéficie, directement ou indirectement, ces dépenses sont engagées pour l’ensemble de la collectivité. Les consuls veillent ainsi à la défense des intérêts de la ville et à la préservation des libertés urbaines. La poursuite de procès et la protection des biens et des personnes (armement, fortifications, routiers, surveillance) sont des préoccupations constantes pour les consuls. Les frais de représentation (voyages, cadeaux, repas de réception et fêtes) contribuent au développement des relations de la ville.

Graphique 5. Répartition des dépenses de Millau de 1356 à 1460 (en %)

Graphique 5. Répartition des dépenses de Millau de 1356 à 1460 (en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

  • 137 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 537, les définit comme « toute opération matérielle effe (...)

48Ambassades auprès du monarque, voyages aux États du Rouergue, présents offerts aux hôtes de passage, célébrations de victoires royales sont l’occasion pour les magistrats de veiller à ce que les intérêts du consulat soient exprimés. Enfin, les dépenses d’urbanisme intéressent des travaux non défensifs à caractère public qui font partie du patrimoine urbain (maison commune, horloge, chemins, ponts)137.

49La ville finance également des besoins de nature privée. Ces services communs recouvrent les dépenses affectées à l’amélioration du bien être individuel. Ces frais sont engagés pour répondre aux sollicitations de certains particuliers ou pour pallier les difficultés et les inquiétudes que les Millavois peuvent exprimer. Certaines dépenses intéressent le corps (alimentation, assistance, santé), d’autres l’âme et l’esprit (enseignement, services religieux). Quelques menus frais correspondent enfin aux aides individuelles apportées par le consulat en matière économique pour promouvoir l’agriculture, l’artisanat et le commerce.

  • 138 On se reportera à l’étude des dépenses urbaines dans La fiscalité des villes…, 3, notamment aux qu (...)
  • 139 Sur ce terme ou la référence au « commun profit », et leur utilisation par les administrateurs urb (...)

50L’analyse des deux derniers postes, constitués par la part du prince et les dettes, précise la nature et les bénéficiaires des versements ou des remboursements effectués par les consuls boursiers. Outre la composition de chacun de ces cinq principaux postes138 et l’évolution qu’ils ont pu connaître, nous nous sommes également attaché à déceler quelques-uns des éléments qui mettent en lumière la redistribution de l’argent urbain au sein de la société millavoise. Une telle étude doit être entreprise pour les dépenses liées à l’activité du consulat, la défense du bien commun139 ou des intérêts collectifs de la ville, les services communs destinés à satisfaire des besoins privés, la part du prince et les dettes.

1. Les dépenses d’administration.

  • 140 C’est le cas en 1453, 1456, 1458 et 1460. Le fort pourcentage des dépenses d’administration en 140 (...)
  • 141 Hormis en 1421-1422, elles atteignent le montant de 1148 l. en raison des effets de la crise monét (...)

51Avec 14,5 % du total des dépenses, les sommes exposées pour l’activité du consulat se répartissent entre les rémunérations (10,2 %), les dépenses de fonctionnement (3 %) et les frais liés à la gestion de l’impôt (1,3 %). L’ensemble de ces trois postes semble connaître des variations importantes, passant de 3,3 % du budget de la ville en 1387 à 59,6 % en 1458. Elles sont en moyenne de 11 % entre 1356 et 1392 et de 25 % entre 1395 et 1460. L’importance des pourcentages des années 1450 s’explique par l’absence de la prise en compte par le comptable millavois des versements pour l’entretien des lances140. Exprimées en valeurs absolues, les dépenses d’administration sont stables141. Elles varient généralement entre 100 et 200 l.

a. Les rémunérations.

52Avec en moyenne 10,2 % de l’ensemble des budgets, et environ 100 l. par an, les rémunérations se composent des gages et vacations versés aux agents du consulat (2,1 %) et des dépenses exposées pour la confection des robes consulaires (8, 1 %).

  • 142 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 24 v° (1 s. 3 d.) ou CC 410 I, f° 16 r°.
  • 143 Au départ les ménétriers ou trompadors assuraient les criées et l’accompagnement musical des manif (...)
  • 144 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 8 v°.

53Les gages et vacations représentent une faible part dans le poste des rémunérations. Les vacations, parfois désignées par l’expression estrena, sont occasionnelles, elles sont en outre d’un montant modeste. Elles sont versées, par exemple, aux hommes qui portent des présents à un invité de la ville142, aux ménétriers143 et au crieur public144.

Graphique 6. Les rémunérations de 1356 à 1460 (en livres et en %)

Graphique 6. Les rémunérations de 1356 à 1460 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

  • 145 Arch. mun. Millau, CC 387 I, f° 15 v° (3 s. 4 d.).
  • 146 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 18 v°.
  • 147 Arch. mun. Millau, CC 427 I, f° 41 v°.
  • 148 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 35 v°.

54Il peut s’agir encore de sommes destinées à récompenser un service rendu, comme ce marchand de Montpellier qui a apporté la nouvelle bannière du consulat145 ou les deux personnes qui ont conduit une femena fola et ses enfants à Rodez par paor que fezes calque escandol146 ou du meunier de Creissels Jacme Falgayretas qui accepte de moudre les blés de la charité Saint-Marc en raison du refus de Durand Buscarlet147. D’ordinaire peu importantes ces vacations connaissent, en 1413, une forte augmentation en raison des sommes versées au bayle Johan Delmas pour ses services148. Nul besoin de poursuivre la longue liste des bénéficiaires de ces paiements, ils restent marginaux par rapport à la rémunération du personnel consulaire et plus généralement des dépenses d’administration.

  • 149 La même remarque est faite à Dijon avec l’irrégularité du paiement des gages du personnel municipa (...)

55Les gages correspondent à une activité, le plus souvent annuelle, et qui a donné lieu d’ordinaire à un accord avec le consulat. De l’ordre d’une dizaine de livres par an, rares sont les exercices où la rémunération des agents du consulat atteint plus de 60 l. comme en 1362, en 1435 et en 1456. Leur augmentation pendant les années 1356-1460 n’est pas constante. Alors que le montant des gages est de manière générale voisin de 2 % au cours des années 1356-1395, compris entre 10 et 20 l., leur part relative dans les budgets s’accroît de 1396 à 1410. Après une diminution dans les années 1420, les gages versés par le consulat se traduisent par une augmentation tant de leur part dans les budgets que de leur montant moyen. À partir des années 1430, il n’est pas rare qu’ils dépassent 6 % du montant total des dépenses de la ville et même 16 % en 14561457 avec 62 l. Ces trente années sont également marquées par une augmentation sensible des sommes versées aux agents du consulat, en moyenne 32 l. À cela deux raisons peuvent être avancées, les pensions versées à l’écuyer et au notaire du consulat apparaissent plus régulièrement dans la comptabilité des boursiers149 et une personne chargée de l’horloge, à partir des années 1430, fait son entrée dans le groupe de ceux qui reçoivent des gages annuels.

  • 150 Arch. mun. Millau, CC 357 I, f° 13 v°-14 v°.
  • 151 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 20 r°, f° 24 r°.
  • 152 À Dijon il a été noté l’importance des gages versés au maître de l’horloge, comparables à ceux du (...)
  • 153 Arch. mun. Millau CC 425 I, f° 30 v° (décembre 1453).
  • 154 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 35 v° (1456), CC 427 I, f° 40 v° (1458), CC 429 I, f° 30 r° (1460) (...)
  • 155 Arch. mun. Millau, CC 412 I, f° 36 r°, Brunel réclame 12 moutons et une robe au titre de ses gages (...)
  • 156 On trouve la mention de sonneurs de cloches dès juin 1281 (senhier), J. Artières, Documents…, op. (...)
  • 157 Arch. mun. Millau, CC 410 I, f° 3 r°. Pour la rémunération du sonneur de cloche à Dijon, F. Humber (...)
  • 158 Sur la question des médecins au service des villes médiévales, D. Jacquart, Le milieu médical en F (...)
  • 159 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 20 r°-21 r°.
  • 160 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 21 v°.

56Les rémunérations de l’écuyer et du notaire du consulat constituent l’essentiel des sommes qui composent ce poste de dépenses. Ainsi les 66 l. versées en 1362-1363 sont attribuées de manière exclusive au notaire Étienne Laurens et à l’écuyer Johan Castanhet150. En 1403-1404, l’écuyer Pierre Gontier perçoit 20 l. et le notaire Bernard Fontes 10 l.151. Les comptes consulaires sont parfois silencieux sur leurs gages annuels. La pratique comptable des années 1430-1450 est plus précise. Elle mentionne de manière régulière la rémunération de ces deux agents. En outre, elle fait apparaître la rémunération de nouveaux agents au service de l’administration urbaine. Ainsi les personnes chargées de l’entretien et du fonctionnement de l’horloge de la ville sont mentionnées à partir de 1435152. Aux serruriers Jacme Brunel et Pierre Reti153 succède le chapelain P. Thilol154. C’est en raison d’un différend opposant Brunel aux consuls, sur le contenu de ses gages, que l’on prend connaissance de son activité155. La rémunération des sonneurs de cloche156 est moindre. Elle s’établit, par exemple, à 2 s. 6 d. par semaine pour les deux hommes qui en ont la charge en 1431157. Les rémunérations du responsable de l’horloge, de l’écuyer et du notaire du consulat peuvent être évaluées à la fin des années 1450 à 30 l. par an. Le personnel municipal peut de manière occasionnelle s’enrichir de médecins et des chirurgiens pensionnés par la ville158. En raison d’épidémies à l’été 1456, il est décidé de s’attacher les services du médecin Jacme Boyssia et du chirurgien Trenquia. Le boursier R. Barrieyra rapporte les pourparlers avec eux et fait part de leurs demandes excessives159. Accord est trouvé avec Boyssia, lequel accepte de demeurer en ville et de prodiguer les soins nécessaires pendant six mois moyennant 20 écus160. Cette situation exceptionnelle explique la forte augmentation des dépenses de gages durant l’exercice 1456-1457.

  • 161 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 736. M. Hébert, Tarascon au xive siècle…, op. cit., p. 1 (...)
  • 162 P. Duparc, La formation d’une ville Annecy…, op. cit., p. 100-102. R. Brondy, Chambéry. Histoire d (...)
  • 163 Arch. mun. Millau, CC 345 I.
  • 164 Ibid., f° 84 r°.
  • 165 Ibid., f° 100 r°, il précise même quelquefois le caractère ordinaire ou extraordinaire des paiemen (...)
  • 166 Ibid., f° 9 r° à f° 89 v°, les années communes avec son fils, (1342, 1343, 1344), f° 86 r°, f° 88 (...)
  • 167 Ibid., f° 86 r° à 102 r°.
  • 168 Ibid., f° 104 v° à f° 133 v°.
  • 169 Ibid., f° 8 v° à f° 80 r°, Guilhem Jaques (1311-1338), f° 81 v° à f° 133 r°, Durand Laurens (1340- (...)
  • 170 J.-L. Mestre, Introduction historique…, op. cit., p. 76-78 et p. 86. A. Rigaudière, Saint-Flour…, (...)
  • 171 La présence des notaires dans les villes médiévales est aujourd’hui bien connue, A. Rigaudière, «  (...)
  • 172 Arch. mun. Millau, FF 13 et FF 52. L’étendue des fonctions des banniers a suscité de nombreux conf (...)
  • 173 Le crieur perçoit deux francs par an à Dijon, Fr. Humbert, Les finances…, op. cit., p. 177. En 130 (...)

57En relation avec le développement des administrations urbaines, la rémunération de leurs agents devrait connaître une hausse sensible. Les exemples de Saint-Flour et de Tarascon semblent en nuancer le caractère systématique161. Les dépenses engagées par les villes médiévales au titre de la rémunération de leurs agents sont variables d’une ville à l’autre mais également dans le temps162. À Millau, le Liber Taxatorum, ou livre des taxations, renferme quelques indications pour connaître des agents du consulat dans la première moitié du xive siècle163. Les quelques 138 folios du registre font état, pour chaque année, des personnes qui ont trebalhat per los negossis del cossolat164. Le scribe qualifie les versements d’argent de celari165. On y trouve la rémunération des écuyers du consulat, P. Hodo (1309-1344)166 puis son fils Esteve Hodo (1342-1348)167 et à partir de 1349, Johan Rocola168. Parmi les notaires mentionnés, Guilhem Jacques puis Durand Laurens, semblent être attachés plus spécifiquement aux affaires de la ville169. On rencontre, à peu de chose près, les mêmes agents municipaux que dans les autres villes de France170. Très tôt, deux agents, le notaire171 et l’écuyer du consulat, sont les principaux interlocuteurs des consuls d’autant plus qu’ils assument leur fonction pendant plusieurs années. Le versement de gages annuels et leur renouvellement contribuent à la pérennité de leur fonction. À l’augmentation contenue de leurs gages, s’ajoute le choix des autorités consulaires d’affermer les fonctions de banniers172 et de crieur public173. L’administration ne supporte alors pas directement le coût de leur rémunération.

  • 174 Arch. mun. Millau, CC 351 I, f° 51 v°.
  • 175 C’est là une pratique commune à bien d’autres villes, A. Castaldo, Seigneurs, villes…, op. cit., p (...)
  • 176 Arch. mun. Millau CC 345 I, f° 36 r° et f° 64 r°
  • 177 Rappelons qu’une indemnité de 10 florins (soit 12 l.) est octroyée aux consuls par décision du con (...)
  • 178 Arch. mun. Millau, CC 425 I, f° 1 v°. Le 28 mai 1453, achat de tissu pour un total de 12 écus (tro (...)

58Les consuls et le trésorier de la ville ne perçoivent pas en principe de gages au titre de leur fonction. Ce principe de gratuité est affirmé à l’article 6 du serment des consuls et à l’article 16 de l’ordonnance de 1339. L’article 19 de ce même texte précise que les consuls doivent disposer aux frais de la ville d’une robe et d’un chaperon. À partir de 1357, une indemnité de dix florins est versée174. L’habitude est ensuite prise de verser une somme d’argent aux consuls, le boursier précise alors qu’elle est versée pour leurs gatges acostumatz. L’achat de draps et la confection des robes de l’administration consulaire représentent chaque année une part importante du budget millavois175. C’est le quatrième poste de dépenses après la part du prince, les frais de voyages et les dettes. En moyenne 100 l. sont consacrées aux livrées des menestrias et trompayres176 (20 %), de l’écuyer du consulat (10 %) et des six consuls (70 %). Les registres des trésoriers rendent compte d’une évolution dans le montant des sommes consacrées aux robes des magistrats municipaux177. Outre la robe consulaire, la ville achète le tissu pour confectionner un chaperon à chacun des consuls178.

  • 179 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 1 v°.
  • 180 Arch. mun. Millau, CC 363 I, f° 1 v°.
  • 181 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 1 r°.
  • 182 Arch. mun. Millau, CC 375 I, f° 1 v°-2 r°.
  • 183 J. Cazard, Le budget d’Albi au xive siècle…., op. cit., p. 63, les robes consulaires représentent (...)
  • 184 Par exemple, S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville…, op. cit., p. 75-84 et « Rouge et noire, (...)
  • 185 V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 284, note que les fournitures provenaient, par e (...)

59Les sommes consacrées à l’achat de draps pour le personnel consulaire bénéficient à certains marchands millavois. Ainsi la centaine de livres annuelle est partagée entre quelques personnes. La fourniture de l’ensemble des draps est entre les mains de certains consuls. L’examen de 29 exercices pour la deuxième moitié du xive siècle met en lumière le rôle d’une minorité d’entre eux. Johan Tiffi, consul à neuf reprises de 1350 à 1389, fournit des draps pendant 14 années. Il vend, en 1356, pour un peu plus de 12 florins les draps nécessaires aux robes de l’écuyer Johan Castanhet, des trompettes et des jongleurs179. C’est encore le cas pour neuf exercices avec Johan Fornier, sept fois consul de 1353 à 1386. Johan Gravezon, élu au consulat pour la seule année 1385-1386, a vu son hobrado profiter de ces achats en 1384, en 1385 et en 1389. Chaque année, deux ou trois marchands se répartissent ainsi la fourniture des draps nécessaires pour les ménétriers, l’écuyer et les consuls. La redistribution de cette partie de l’argent urbain est plus encore manifeste avec la « rente de situation » dont bénéficient les boursiers. La boutique du trésorier en exercice a fourni les draps à la ville lors de 14 des 29 exercices envisagés. C’est le cas de Bertrand Guisbern, au cours de cinq des sept exercices où il est boursier, et de Johan Cayret pour la moitié de ses six charges de trésorier. À défaut de gages pour leur fonction de comptable, les ventes qu’ils font à la ville constituent des revenus appréciables. Guillaume Ressa perçoit 15 florins, en 1367, pour près de sept cannes de rozat et de tanat de fanjaus180. B. Guisbern reçoit, 7 l. 10 s. en 1369181. En 1383, Cayret est le seul à bénéficier de l’ensemble des ventes de draps pour un montant de 84 l. 2 s 4 d.182. L’importance des robes consulaires a été remarquée pour de nombreuses villes, qu’il s’agisse de leur part dans les budgets communaux183 ou en raison du symbole qu’elles représentent tant dans le choix des tissus que de leur couleur184. La pratique millavoise révèle tout l’intérêt qu’il y aurait à s’intéresser aux fournisseurs de ces draps. On percevrait sans doute qu’ils sont en relation étroite avec les administrateurs urbains voire qu’ils se confondent. Il y a là une source de revenus qui ne devait pas les laisser indifférents185.

b. Les frais de fonctionnement.

  • 186 Deux autres exercices, 1361-1362 et 1400-1401, font état de dépenses diverses pour un montant de 3 (...)

60Faire face à la gestion ordinaire des affaires de la ville requiert un certain nombre de moyens matériels. Ainsi 3 % des budgets millavois sont consacrés à couvrir ces besoins, soit 38 l. en moyenne par an. Pendant les années 1356-1460, leur part relative dans les dépenses de la ville s’accroît légèrement. Inférieures, de manière générale, à 4 % pendant la première moitié du xive siècle, elles deviennent régulièrement supérieures à ce pourcentage à partir du début du xve siècle. À détailler les frais de fonctionnement, on perçoit l’existence de cinq catégories de dépenses. Les fournitures (1,2 %) représentent le poste le plus important. Leurs augmentations influent sur le montant global de ces frais, en particulier en 1361, 1369, 1389 et 1421. Les repas et collations, désignés sous le terme de beure, pris par les consuls et les conseillers à l’occasion de leurs séances de travail s’élèvent à 1 % du budget de la ville. Vient ensuite un groupe de dépenses inférieures à 1 %, avec les écritures consulaires (0,6 %), les dépenses exposées pour la conversion des monnaies (0,1 %) et de menus frais (0,1 %)186. Chacun de ces postes apparaît dans l’ensemble assez stable.

  • 187 Th. Dutour, Une société de l’honneur…, op. cit., p. 343 note que les vendeurs de marchandises sont (...)

61Les frais de fonctionnement offrent aux dirigeants municipaux, et à d’autres personnes, l’occasion de tirer profit des dépenses urbaines187. Il s’agit parfois de sommes modestes mais, de la lecture des registres comptables se dégage l’impression de l’existence d’un groupe relativement restreint qui bénéficie des achats de la ville. Avec en moyenne 15 l. par an, les fournitures nécessaires à l’activité quotidienne du consulat sont stables. Chacun des comptes détaille par le menu le papier, la cire et les chandelles achetées par l’administration urbaine. C’est là l’essentiel des achats réguliers effectués par le boursier. À certaines périodes de l’année, il acquiert également de la paille pour recouvrir le sol de la maison consulaire. D’un montant relativement limité, ces dépenses n’en constituent pas moins des sommes appréciables pour leurs bénéficiaires. Ainsi certaines années, quelques Millavois approvisionnent de manière exclusive la ville. Rien ne permet d’affirmer qu’il y avait un accord formel ou tacite entre les consuls et ces personnes. Rien non plus n’autorise à conclure que les boursiers occupent une place de choix pour faire acheter par la ville des biens venant de leur boutique.

62L’exemple de Bertrand Guisbern pour l’exercice 1373-1374 suscite quelques interrogations. Avec 15 % des articles de cette année là, les fournitures s’élèvent à un peu plus de 30 l. Pas moins de 90 % d’entre elles proviennent de son ouvroir, qu’il s’agisse de chandelles ou de papiers.

Tableau 34. La provenance des fournitures du consulat de Millau pour l’exercice 1373-1374

Tableau 34. La provenance des fournitures du consulat de Millau pour l’exercice 1373-1374

(D’après Arch. mun. Millau, CC 369 I)

63Les 28 l. versées par Guisbern, en tant que boursier du consulat, à lui-même, comme fournisseur de la ville, paraissent bien peu au regard des 1484 l. dépensées au cours de cet exercice. Cette même année, le drap pour la robe de l’écuyer a été également acheté dans sa boutique. Au total, l’argent perçu par le trésorier est équivalent aux gages du personnel consulaire ou aux frais exposés pour la sécurité et à la défense de la ville. Est-ce là un cas isolé ou les boursiers sont-ils coutumiers du fait ? Intérêt privé et exercice d’une charge municipale sont en l’espèce confondus.

Graphique 7. Dépenses de fonctionnement de 1356 à 1460 (en livres et en %)

Graphique 7. Dépenses de fonctionnement de 1356 à 1460 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

  • 188 D’autres repas sont servis lors de la réception d’hôtes de marque, ils ont été comptabilisés avec (...)
  • 189 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 70 r°.
  • 190 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 14 r°.
  • 191 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 25 r°.
  • 192 Arch. mun. Millau, CC 411 I, f° 2 v°.
  • 193 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 371 I, f° 45 v°. CC 411 I, f° 44 v°-45 r°.
  • 194 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 3 r° et f° 69 v°.

64Les frais de restauration présentent eux aussi un caractère régulier et modéré. Les quelques 12 l. annuelles d’ordinaire consacrées à ces dépenses recouvrent les beures, ou collations organisées par les consuls et les conseillers au moment des réunions de travail ainsi que le repas de l’élection consulaire188. Une première catégorie de frais de restauration a trait à la gestion des affaires de la ville. Par exemple, les réunions des conseillers pour l’examen des comptes du boursier189, la conclusion d’un marché prévoyant la construction d’un four à chaux190, le règlement d’un conflit191 sont autant d’occasions de se restaurer. D’autres repas sont plus festifs, ils se déroulent en début et en fin de consulat. Le premier correspond à une passation officieuse des pouvoirs entre anciens et nouveaux consuls192 et le second se tient le jour de l’élection à la Sainte-Trinité193. Ils donnent lieu tous deux à l’énumération détaillée de mets et de breuvages. Ces deux repas représentent la plus grande part des sommes qui sont consacrées à la restauration des autorités consulaires. En 1410-1411, le premier s’élève à 1 l. 7 s. et le second 12 l. 13 s. 6d.194, ainsi 60 % des frais de bouche sont couverts en deux journées.

  • 195 Par exemple, pour l’acte passé entre Arnaud Bonamic et le consulat le 26 février 1448 devant Johan (...)

65Les frais d’écriture représentent environ 8 l. par an, soit 0,6 % de l’ensemble. Il s’agit là de travaux de copie, de mise en forme de demandes adressées au pouvoir, de la rédaction d’une procuration, de l’apposition d’un sceau, qu’ils soient réalisés en ville par des notaires, le juge ou le notaire de la cour royale ou dans quelque chancellerie princière. Le notaire du consulat ne connaissait pas la totalité des actes passés par le consulat. Leurs registres conservent néanmoins la trace de certains actes dressés en présence des consuls195.

  • 196 Arch. mun. Millau, CC 403 I, f° 31 r°-v°.
  • 197 Arch. mun. Millau, CC 2 II, f° 31 v°.

66Liées à la conjoncture monétaire et en relation avec le paiement de l’impôt dû par la ville, des dépenses spécifiques sont consignées par les boursiers au titre de la conversion en bonne monnaie de certaines sommes. En 1387-1388, le boursier fait état de 8 l., l’année suivante de 12 l. et en 1389-1390 de 6 l. En janvier 1423, l’obligation faite par le trésorier des États de verser 80 l. de bonne monnaie contraint la ville à transformer les doblas de sant Jordi levées dans la ville en doblas novas. Le coût de l’opération s’élève à 12 l. 2 s. 4 d.196. Brenguier Rozier rapporte encore dans son compte, en 1427, qu’il a perdu XXVII de doblas… cant la crida se fes que non las pogui canbi ni metre a degun esse perdut XIII l. X s.197. Les mutations monétaires sont sources de frais pour le consulat d’autant que les agents royaux et les receveurs des États du Rouergue se montrent des plus fermes sur le versement par la ville de sa quotepart de l’impôt en bonne monnaie.

c. Les frais de gestion fiscale.

  • 198 Dans le même sens, V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 293-294. Elles varient de 50 (...)

67Comparable aux sommes affectées aux fournitures et aux repas, l’activité financière de l’administration urbaine recouvre un peu plus de 16 l. par an. Variables d’une année à l’autre198, ces dépenses correspondent à la confection des compoix, la répartition de l’impôt, les frais mis en œuvre pour contraindre les contribuables défaillants et à la rémunération des gens des finances. Représentant en moyenne 1,3 % du budget millavois, ces sommes dépassent rarement 5 % lors des 58 exercices retenus.

  • 199 Arch. mun. Millau, CC 364 I, f° 7 r°-8 v°.
  • 200 Arch. mun. Millau, CC 364 I, f° 11 v°-12 v° et f° 19 r°-v°.
  • 201 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 81 r°. C’est également le cas pour la barre de la Recluse et les b (...)

68Les sommes versées aux gens des finances chargés de la collecte de l’impôt sont limitées en raison des choix effectués par les administrateurs millavois. Affermage de l’impôt indirect et rémunération des collecteurs, en général, sur le produit des tailles diminuent d’autant leur importance. Néanmoins, les années 1362-1369 sont marquées par la mise en régie des taxes qui pèsent sur la circulation des biens et les transactions. Les frais liés à la gestion de l’impôt doublent pendant ces huit années avec en moyenne 29 l. Ainsi, les 38 l. affectées à ce poste en 1368, sont destinées au collecteur de la barre de la Recluse et à celui du poids des blés et farines, chacun percevant 12 florins199. La même année, Johan Proet est payé par le consulat pour lever la barre du pont de la Cabre, Guilhem Dauras et Grimal Cabanier le sont pour la barre du Pont Vieux200. Semblable situation s’observe en 1369 avec le selari versé à Grimal Cabanier pour la levée de la barre du Pont Vieux201.

Graphique 8. Dépenses de gestion fiscale de 1356 à 1460 (en livres et en %)

Graphique 8. Dépenses de gestion fiscale de 1356 à 1460 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

69Hormis cette période, les dépenses relatives à l’impôt sont liées à la retalh c’est-à-dire à l’opération annuelle de révision d’estimation des patrimoines ou de confection d’un nouveau compoix. En 1369, leur montant est supérieur à 20 l. Du 2 au 10 juillet 1429, les frais exposés pour les 26 membres de la commission représentent près des deux tiers des dépenses d’impôt, la rémunération d’un collecteur de taille (24 %), des sergents chargés de contraindre les contribuables (9 %) et les réparations apportées aux barres (4 %) complètent les dépenses fiscales de l’année. Plus de la moitié des 9 l. 15 s. consacrées aux questions financières en 1452-1453 ont également servi à la rédaction d’un nouveau compoix. En période de pression fiscale exercée sur la ville, les dirigeants municipaux ont recours à des moyens de contrainte à l’encontre des contribuables. L’année 1385-1386 en atteste. Un quart des dépenses d’administration sont ainsi consacrées à la gestion de ces problèmes de recouvrement.

70Le fonctionnement du consulat repose sur des moyens relativement limités. Ne disposant pas d’un personnel important, les dépenses de fournitures et les frais nécessaires à la gestion quotidienne de la ville se maintiennent à un niveau contenu. L’achat des draps pour la confection des robes consulaires occupe une place particulière, par l’importance et la régularité des sommes qui y sont consacrées.

2. Les dépenses pour le bien commun.

71Un peu moins d’un tiers des budgets millavois (32,8 %) ont pour objet la défense du bien commun ou des intérêts collectifs de la ville. Le principal poste est constitué par les dépenses de représentation (19,6). À cela s’ajoutent les sommes destinées à garantir la sécurité de la ville (7,3 %), à l’entretien et au développement du patrimoine public commun (3,8 %) et enfin celles exposées en justice pour la défense de ses libertés et privilèges (2,1). Au cours des 58 exercices, cet ensemble varie de 7,4 %, en 1387, à 74, 1 %, en 1401. Ces différences sont étroitement liées au contexte politique et militaire du Rouergue de 1356 à 1460. Les dépenses de représentation et celles de défense de la ville sont très importantes dans le deuxième quart du xive siècle. Leur diminution au cours des années suivantes permet alors au consulat de consacrer les deniers urbains à l’aménagement de la ville. Les frais de justice sont également variables, ils se concentrent avant tout dans les années 1375-1415. Ce mouvement d’ensemble se traduit par la réduction de moitié des dépenses destinées à la défense des intérêts collectifs, de 653 l. en moyenne par an, entre 1356-1392, à 265 l. par an, entre 1395-1460. La diminution des frais de voyages en est la principale raison.

a. Les dépenses de représentation.

72Les dépenses de représentation reflètent l’intense vie de relation entretenue par la ville avec les autres consulats du Rouergue, la capitale du royaume ou de nombreuses personnalités laïques et religieuses. Voyages, cadeaux, repas offerts aux visiteurs et, dans une moindre mesure, les fêtes commémoratives participent à l’expression et à la manifestation d’intérêts communs. Elles constituent le deuxième poste de dépenses des budgets millavois (19,6 %) après la part du prince. Leur part relative dans les dépenses est fréquemment supérieure à 20 % dans le courant de la deuxième moitié du xive siècle. Les années suivantes sont marquées par une forte baisse, c’est la principale raison de la diminution des dépenses consacrées au bien commun.

  • 202 Dans le même sens, C. Guilleré, « Les dépenses de la ville de Chambéry à la fin du xive siècle », (...)

73Alors que dans un premier temps, un peu plus de 400 l. sont consacrées en moyenne à la représentation de la ville, de 1400 à 1461, seules 110 l. ont la même destination. Néanmoins les exercices 1403-1404, 1410-1411, 1412-1413, 1414-1415 et 1439-1440 font figure d’exception avec respectivement 215 l., 163 l., 179 l., 157 l. et 525 l. En relation étroite avec le contexte politique et militaire du Rouergue et du royaume202, les dépenses sont principalement constituées par les frais occasionnés par les voyages de la ville. Ainsi les missions confiées aux représentants millavois, en 1369-1370, atteignent un maximum de 984 l. soit 45 % du budget total. Au cours des années 1350-1360 d’importantes sommes sont consacrées à la députation aux États de Languedoc et à la concertation avec les autres villes rouergates puis les deux autres ordres dans le cadre des États du Rouergue.

74Les conséquences liées aux changements de souveraineté sont également l’occasion d’envoyer des représentants en mission pour défendre les intérêts de la ville. La nouvelle domination anglaise se traduit aussi par l’importance des frais que le consulat expose pour se concilier les bonnes grâces du nouveau maître du Rouergue, l’année 1365-1366 l’illustre tout spécialement. En relation avec les nombreux présents offerts aux hôtes de passage et avec les cadeaux plus réguliers aux officiers de la sénéchaussée, les repas organisés en leur honneur visent aussi à obtenir leurs faveurs. Les voyages représentent plus de la moitié des dépenses de représentation, les cadeaux, les repas et les fêtes sont d’importance moindre, quoique variables dans le temps.

Graphique 9. Dépenses de représentation de 1356 à 1460 (en livres et en %)

Graphique 9. Dépenses de représentation de 1356 à 1460 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

Tableau 35. Les dépenses millavoises de représentation (en %)

Tableau 35. Les dépenses millavoises de représentation (en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 à 429 I)

  • 203 La politique des voyages est commune aux villes médiévales, pour quelques exemples, P. Flandin-Blé (...)
  • 204 A. Rigaudière, « Voyager pour administrer : les émissaires sanflorains en Auvergne et dans le roya (...)
  • 205 L’un d’eux est plus particulièrement affecté à cette tâche. Cependant le rang consulaire n’est pas (...)

75L’importance des relations développées par les villes médiévales, et plus particulièrement rouergates, a été mise en lumière203. Les voyages en sont une des illustrations. Erigés en « moyen de gouvernement »204, les déplacements reflètent les préoccupations des administrateurs municipaux. Les budgets urbains en traduisent l’importance financière. Fréquence, nature et destination des missions nous renseignent sur les problèmes rencontrés par la ville, son intégration dans un maillage urbain et l’influence qu’elle peut exercer dans la prise de décision au niveau régional. Diverses sont les personnes envoyées par le consulat, du simple messager au consul205. Multiples sont leurs destinations, principalement en Rouergue, mais aussi en Languedoc et à Paris. Variable enfin est la durée de leur mission, de quelques jours à plusieurs mois.

  • 206 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 13 v°-14 v°.
  • 207 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 19 r°.
  • 208 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 15 r°.
  • 209 Arch. mun. Millau, CC 415 I, f° 39 r° et f° 42 r°. Sur ce voyage, F. Garnier, « Deux représentants (...)

76Les budgets de la première moitié du xve siècle connaissent une diminution des sommes consacrées aux voyages. Mais il suffit qu’une affaire requière le départ d’un député de la ville pour Paris et leur importance s’accroît. Au cours des exercices 1403-1404, 1410-1411, 1412-1413, 1414-1415 et 1439-1440, les augmentations des dépenses de représentation sont dues aux frais de mission d’une ou plusieurs personnes en Fransa ou vers quelques autres princes. Absents pendant 78 jours, R. Damelhau et H. del Vilaret se rendent auprès du duc de Berry, leur voyage s’élève à plus de 110 l. sur les 172 l. consacrées à ce poste pendant l’année206. La mission du messager P. Laysac est de moindre importance en 1410-1411, la ville lui verse 6 l. pour porter une lettre à son procureur au parlement207. Parti le 20 novembre 1414, G. Boquier revient à Millau le 8 janvier, son voyage représente près de 40 % des frais de déplacement de l’exercice208. Enfin, le différend qui oppose la ville à deux commissaires royaux en 1439 requiert l’envoi du boursier Bernard Azam et de Gui Cayret à Paris pendant 116 jours pour le premier et 150 jours pour le second209. Les dépenses de voyages de l’année sont composées à hauteur de 80 % par ce déplacement.

  • 210 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 683-692. A. Rigaudière, « Voyager pour administrer : les (...)
  • 211 F. Garnier, « Représenter la ville au bas Moyen Âge : réglementation et pratique des voyages consu (...)
  • 212 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 578.
  • 213 Ch. Portal, Histoire de la ville de Cordes en Albigeois (1222-1799), Toulouse, rééd., 1994, p. 592 (...)
  • 214 Arch. mun. Millau, CC 382 I, f° 15 r°, f° 23 r° et f° 33 r° et CC 383 I, f° 22 r°.
  • 215 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 4 v° et CC 400 I, f° 29 r°.
  • 216 Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 23 r°.
  • 217 Arch. mun. Millau, CC 418 I, f° 55 r°.
  • 218 Arch. mun. Millau, CC 369 I, f° 40 v°-41 v° et f° 46 v°.

77Outre les aspects tenant aux délais et aux risques rencontrés, une réglementation des voyages se fait jour à la lecture des comptes consulaires210 et parfois même dans les statuts urbains. Un « droit des voyages » trouve à s’exprimer. Si bien souvent la pratique permet d’apporter des solutions aux questions posées, des règles peuvent être également édictées en la matière211. A. Rigaudière notait que la constitution municipale sanfloraine ne traitait pas de ces problèmes212, en d’autres lieux la réglementation est plus précise213. À Millau, l’ordonnance de 1339 détaille les droits et les obligations des chargés de mission. Aux termes des articles 2 à 8 et 24 de cette ordonnance, de l’article 9 du serment des consuls et 8 des établissements de 1348 sont esquissées les règles qui président à l’envoi des messagers de la ville. Toute personne sur la seule décision du conseil peut être envoyée luench o prop sans qu’elle puisse, sauf justification expresse appréciée par les conseillers, refuser de remplir une mission au seul proffiech de la cominautat. À son retour de voyage, obligation lui est faîte en certains délais de faire sa relatio et reda compte et razo als cossols de tot aquo que aura fag et despessat. L’envoyé du consulat s’engage à garder le secret et à remettre l’argent non dépensé et tous les documents relatifs à sa mission. Compte final de sa mission est enfin établi. Les registres de compte des boursiers précisent sur certains points cet ensemble de mesures qu’il s’agisse, de la rémunération des chargés de mission ou du remboursement des effets volés. L’indemnité versée est fonction de la destination suivant qu’il est envoyé dans les limites de la sénéchaussée ou à l’extérieur du Rouergue214 et du nombre de personnes qui l’accompagnent215. Ainsi une échelle des gages peut être établie. Un voyage à Paris donne lieu au remboursement de 20 s. par jour216, 16 s. pour un voyage avec un valet en dehors des limites de la sénéchaussée, 13 s. 4 d. dans l’espace rouergat ou 10 s. s’il est seul. Des débats peuvent naître à propos de leur rémunération217. La pratique millavoise met également en lumière les modalités de remboursement de messagers détroussés. Guilhem Manoasca, envoyé par la ville à Villefranche, se fait dérober l’argent remis par le consulat, son cheval, des effets personnels et les vêtements consulaires. Le Conseil de l’Esquille ordonne que fos restituits las raubas… ezaltras causas que avia perdudas e foron li redudas e setisfachas las cauzas pour un montant de 12 florins et demi218.

  • 219 Pour des exemples, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 692 note 115 et p. 692-700. Cl. Billo (...)
  • 220 Arch. mun. Millau, CC 384 I, f° 2 v° (18 juin avec les assises), f° 7 v° (6 septembre) et f° 14 v° (...)
  • 221 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 11 v°, par exemple un maître des frères Mineurs.
  • 222 Arch. mun. Millau, CC 390 I, f° 2 r° et f° 35 v°.
  • 223 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 384 I, f° 17 r° (consuls de Saint-Affrique et de Villefranche).
  • 224 A. Rigaudière, Saint-Flour…, p. 693-694.

78Premier moyen d’assurer la représentation de la ville, les voyages sont associés aux présents et aux repas offerts par la ville à des visiteurs pour se concilier leurs faveurs. La politique des présents est attestée dans chacune des villes du royaume, c’est là un poste régulier dans les budgets urbains219. Le consulat reçoit de manière habituelle le sénéchal, le juge Mage, le trésorier du Rouergue220 ou quelques autres hôtes de marque221. L’administration consulaire fait également preuve d’attention à l’égard des commissaires royaux222 et des consuls voisins223. À chacune de leurs visites, la ville offre des présents en nature ou en numéraire. L’existence des comptes de l’année 1406-1407 pour Saint-Flour et Millau invite à leur comparaison224. D’un montant proche, 38 l. pour Millau et 42 l. pour Saint-Flour, les présents constituent 2,3 % (Millau) et 3,6 % (Saint-Flour) du budget annuel. Quels en sont les bénéficiaires ?

Tableau 36. Les présents offerts par la ville de Millau en 1406-1407

79ML = mudat libre c’est-à-dire des dépenses non comptabilisées par le boursier dans son compte mais qui sont inscrites dans le livre des dettes de la ville.

Tableau 36 (suite)

Tableau 36 (suite)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 392 I)

  • 225 On note également pour d’autres villes la régularité des présents offerts à certains officiers roy (...)
  • 226 Notons une différence entre les deux villes, pour cette année là, alors que 29 % des dépenses de p (...)
  • 227 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 51 v°.
  • 228 Ibid., f° 42 v°.
  • 229 Ibid., f° 13 r°.
  • 230 Ibid., f° 47 r°.

80Deux catégories d’individus apparaissent parmi la liste des bénéficiaires de présents à Millau, elles rejoignent celles dégagées pour Saint-Flour225. Tout d’abord, certaines personnes en relation régulière avec la ville reçoivent à chacune de leurs visites un cadeau. Il s’agit du bailli du duc de Berry à Saint-Flour, du juge royal et d’autres officiers de la sénéchaussée pour Millau226. Les cadeaux offerts à un deuxième groupe de personnes sont destinés à obtenir quelques faveurs ou compromis. Les consuls espèrent ainsi bénéficier de délais de paiements ou faire surseoir à l’exécution d’une commission. Tel est le cas pour la venue d’un commissaire de Toulouse pour des questions financières227 ou d’un envoyé du duc de Berry pour la réparation des feux228. Nombreux sont les exemples dans les registres des boursiers millavois. D’autres présents manifestent l’attention que les édiles veulent porter à une personnalité comme le seigneur de Sévérac229 ou l’évêque de Saint-Flour230. Variables suivant les périodes et les personnes reçues dans la ville, les dépenses de présents connaissent parfois des périodes fastes. Les années 1360, une fois encore, avec l’arrivée de nouveaux officiers en sont l’illustration. Les huit exercices de 1361 à 1370 font état de 160 l. par an en moyenne contre 36 l. pour la période 1400-1410. L’année 1365-1366 est exceptionnelle avec plus de 500 l. Le détail des cadeaux offerts et de leurs bénéficiaires confirme l’importance des dépenses effectuées pour favoriser de bonnes relations avec les Anglais. Il y a là une politique active de la part des consuls désireux de défendre les intérêts de la ville.

Tableau 37. Les bénéficiaires des présents offerts lors de l’exercice 1365-1366

Tableau 37. Les bénéficiaires des présents offerts lors de l’exercice 1365-1366

(D’après Arch. mun. Millau, CC 362 I)

  • 231 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 362 I, f° 42 r°. C’est le cas encore pour le comte d’Armagnac q (...)
  • 232 Arch. mun. Millau, CC 362 I, f° 60 v° et f° 77 v°.
  • 233 Arch. mun. Millau, CC 390 I, f° 38 r° à 40 r° (du 7 janvier au 26 janvier).
  • 234 Arch. mun. Millau, CC 362 I, f° 28 v°.

81Les occasions sont nombreuses pour les dirigeants millavois de rencontrer les nouveaux maîtres du Rouergue. Aux assises, tenues le 31 août 1365 par le sénéchal, le juge Mage et le procureur de la sénéchaussée, s’ajoutent les nombreuses venues de chacun de ces officiers. Le sénéchal se rend dix fois à Millau, le procureur quatre fois, le trésorier deux fois et le juge Mage une autre fois. En outre, le passage de seigneurs anglais qui se rendent ou reviennent d’Avignon est des plus fréquent231. Ainsi Jean Chandos s’arrête à Millau le 10 mars avec 200 cavaliers. Il fera une nouvelle halte à son retour de la cité des papes le 28 avril232. Au total, pas moins de 85 l. de présents sont offerts au connétable de Guyenne, qu’il s’agisse de vin, de fruits confits, d’avoine, de poissons, d’un veau et de chevreaux. Le contexte politique, militaire et financier de ces années explique tout à la fois l’importance des frais de représentation de la ville et ensuite leur diminution dans les budgets millavois. La genèse des États du Rouergue et la vie de relation développée par les villes rouergates s’inscrivent dans cet environnement. La ville doit parfois assumer, comme en janvier 1405 (n.s.), la prise en charge de la tenue des États du Rouergue233. Le premier octobre 1365, les communes de la Haute Marche s’y réunissent234. Les consuls de Rodez, Saint-Genies, Saint-Affrique et les syndics de la Roquevalsergue sont accueillis par prezen de pa e de vi. À quoi s’ajoutent d’ordinaire des dépenses de repas.

  • 235 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 9 r°.
  • 236 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 18 v°.

82Ils sont servis à l’occasion de la réception d’hôtes de passage235. Ils contribuent, comme les voyages et les présents, aux bonnes relations de la ville avec ses différents interlocuteurs. En 1406-1407, les repas offerts mettent en lumière leur caractère politique. Certaines collations sont destinées à obtenir une décision favorable à la ville (obtention d’un délai de paiement), d’autres sont l’occasion de régler un différend, né entre le consulat et Creissels au sujet des vignes236 ou avec le lieutenant du juge. Les dernières s’inscrivent dans le cadre des bonnes relations nouées avec les consulats rouergats.

  • 237 D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. cit., p. 150-151, sur les fêtes à Lille et l’influ (...)
  • 238 Arch. mun. Millau, CC 421 I, f° 20 v°, a Monpelier avian fach grans fuocz e processecieu general… (...)
  • 239 Arch. mun. Millau, CC 421 I, f° 20 v°-21 r°.
  • 240 Arch. mun. Millau, CC 419 I, f° 33 v°, tota persona agues afar grans fuochs per tota la vila e bal (...)
  • 241 Arch. mun. Millau, CC 425 I, f° 14 v°-15 r° et f° 23 r°.

83Dernières dépenses en relation avec les frais de représentation, les fêtes données par la ville237 s’inscrivent dans la volonté d’inscrire la collectivité urbaine dans la « communauté nationale ». D’autant qu’il s’agit pour les consuls de manifester leur sentiment comme les autres villes. Ils se réjouissent, par exemple le 31 août 1443, des bonas novelas qui leurs sont parvenues de la chute de Dieppe. Comme à Montpellier, ils organisent cette célébration238. Le montant des dépenses consacrées à ces festivités est modeste à l’échelle du siècle. Elles apparaissent de manière régulière dans les années 1440. Il s’agit de processions et de sermons organisés à la demande des consuls pour la protection du roi ou l’instauration de la paix dans le royaume239. D’autres manifestations ont rapport avec des victoires militaires. En 1441, des feux de joie sont allumés pour la prise de Pontoise. Les autorités municipales et les officiers royaux se retrouvent, selon l’estimation du boursier, en compagnie de plus de 600 personnes240. En juillet 1453, la victoire de Castillon et la capitulation de Bordeaux sont également célébrées241.

b. La défense et la sécurité de la ville.

  • 242 Les informations fournies par les comptes consulaires font état d’une partie des sommes consacrées (...)

84Confrontés à la nécessité de défendre la ville, les administrateurs millavois mettent en œuvre les moyens utiles à la sécurité des personnes et des biens (7,3 % des budgets urbains). À considérer les 58 exercices, cette protection prend diverses formes, de la construction de fortifications (5,3 %) au ravitaillement de routiers (0,2 %) en passant par les frais d’armements (0,3 %) ou encore la mise en place d’une surveillance des mouvements de troupes (1,5 %). Sensibles à la situation politique et militaire du Rouergue, ces dépenses sont principalement constituées par les travaux entrepris pour l’édification de l’appareil défensif urbain242.

  • 243 De manière semblable, les travaux de fortification sont importants à Dijon entre 1355 et 1360, Fr. (...)
  • 244 Sur la politique des villes en cette matière, G. Butaud, « Le coût de la guerre et de la défense d (...)

85Les dépenses de sécurité et de défense se caractérisent tout d’abord par leur caractère variable, de quelques livres à plusieurs centaines. Les années 1355-1375 recouvrent les deux tiers de l’ensemble, c’est dire si l’effort est manifeste durant cette période243. Ainsi lors des exercices 1357-1358, 1364-1365 et 1368-1369, entre 30 et 40 % de la totalité des dépenses sont affectés à la défense de la ville244.

Tableau 38. Les dépenses liées à la sécurité et à la défense de Millau (en %)

Tableau 38. Les dépenses liées à la sécurité et à la défense de Millau (en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 à 429 I)

  • 245 J. Artières, Documents…., op. cit., p. 67 (1325, interdiction édictée par lettres royaux de constr (...)

86Bien que des mesures aient été destinées à la sécurité de la ville avant 1355245, sa mise en défense devient la préoccupation majeure des consuls. Elle fait l’objet d’une véritable politique de la part des dirigeants municipaux. Outre la volonté de faire contribuer les clercs au financement des fortifications, les magistrats édictent quelques ordonnances utiles à la garde de la ville et à l’édification de fortifications.

Graphique 10. Dépenses de sécurité et de défense de 1356 à 1461 (en livres et en %)

Graphique 10. Dépenses de sécurité et de défense de 1356 à 1461 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

  • 246 Arch. mun. Millau, CC 348 I, f° 14 r°-v°.
  • 247 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 17 v° et f° 19 r°.
  • 248 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 20 r°.
  • 249 Arch. mun. Millau, CC 348 I, f° 19 r°-23 v°. Sur la venue d’autres conseillers, par exemple, CC 35 (...)
  • 250 Sur l’état d’armement des villes, par exemple Dijon, Fr. Humbert, Les finances…., op. cit., p. 202 (...)
  • 251 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 21 v° à 32 v°.
  • 252 Par exemple, ibid., f° 43 v°, anet B. Velas a Saveyrac per anar parlar am mosenhen Prunet cavalier (...)
  • 253 J. Artières, Documents…, op. cit., p. 97-98. Les travaux se poursuivent en août 1356, CC 366 I, f° (...)

87Par exemple, le 30 octobre 1355, à l’imposition de tailles empauzatz a totas personas habitans et bes tenes dins las pertenencias de lad[icha] vila s’ajoutent des prescriptions relatives à l’obligation de nettoyer les fossés par chaque quartier, un jour par semaine, sous la responsabilité de deux régisseurs ainsi que celles qui prévoient la réparation des brèches dans la muraille246. L’exercice 1356-1357 rend compte de la poursuite des efforts entrepris d’autant que les nouvelles de la prise du roi Jean parviennent à Millau dans les derniers jours de septembre 1356247. La réaction des consuls ne tarde pas. Dès le premier octobre, ils demandent au seigneur Arnaud de Roquefeuil de se rendre à Millau pour acosselhar nos cossi nos regiriam del fach de la guarda de nostra villa e dels bastimens daquela248. Véritable conseiller militaire, sa venue se traduit par la rédaction, le 17 octobre, d’une ordenatio… sobre la reparatio e la garda de la vila damelhau249. Pendant le mois d’octobre, les arbalètes sont également réparées250, la démolition de l’église des frères mineurs et celle de cinq maisons sont entreprises251. Le compte d’Astruc Johan met en lumière bien d’autres mesures destinées à assurer la défense de la ville252. Il y a là l’expression de la volonté des administrateurs, bien qu’agissant sous la nécessité, d’affirmer leur pouvoir en la matière. Guidés par l’état des murailles et l’intérêt stratégique des différentes parties défensives, ils décident de porter d’abord leur attention sur le front avec la fermeture de la porte du château253. Les efforts entrepris se poursuivent pendant les années 1360, de nouvelles tours sont construites au début du xve siècle.

  • 254 Les fortifications représentent un tiers des exercices comptables de Chambéry en 1390 et en 1391, (...)
  • 255 A. Higounet, « Le financement des travaux publics à Périgueux au Moyen Âge », Les constructions ci (...)
  • 256 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 6 r°.
  • 257 Arch. mun. Millau, CC 388 I, f° 28 r° à 49 v°.
  • 258 Arch. mun. Millau CC 394 I, f° 13 v°. Pour une situation comparable, A. Higounet, « Le financement (...)
  • 259 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 29 v°.

88Les dépenses d’urbanisme, à vocation défensive ou non, représentent 9,1 % des dépenses de la ville soit le quatrième poste après la part du prince, les voyages et les dettes. C’est dire l’importance des sommes qui leur ont été consacrées. Départir entre celles consacrées à la défense de la ville et celles d’ » équipements collectifs », permet de préciser la politique suivie par les édiles municipaux en matière d’urbanisme. À comparer le pourcentage des travaux défensifs dans les dépenses d’urbanisme à Saint-Flour et à Millau à la fin du xive siècle254 et dans le deuxième quart du xve siècle, les différences sont grandes entre les deux villes. On trouve là une illustration du caractère variable d’une année à l’autre et d’une ville à l’autre des dépenses de fortifications255. Alors que la part de ces dépenses se maintient à un fort pourcentage à Saint-Flour, elle diminue de moitié à Millau entre 1378-1392 et 1427-1444. On constate en outre que la part des travaux d’urbanisme dans les deux budgets s’accroît et qu’elle met en jeu des sommes équivalentes. Elles traduisent des préoccupations différentes. Les édiles sanflorains consacrent des sommes toujours plus importantes aux fortifications dans le deuxième quart du xve siècle, les consuls millavois entreprennent des travaux à la maison commune en 1427, au Pont Neuf en 1429 et au clocher de Notre-Dame en 1431. L’essentiel de l’effort millavois pour mettre en état ses fortifications se concentre dans les années 1350-1360. Ainsi, près de 18 % des dépenses millavoises sont destinées aux investissements d’urbanisme dont 91,6 % ont une vocation défensive. Les nécessités qui se font jour au milieu du xive siècle en raison des menaces venant de l’ouest, s’atténuent avec le déplacement du théâtre des opérations militaires plus au nord au xve siècle. Il suffit que des informations se fassent plus inquiétantes pour que de nouvelles réparations soient entreprises256. C’est le cas en 1401-1402 avec les réparations des murailles et la construction d’un four à chaux257. Des travaux sont également financés en juillet 1410, après qu’une partie de la muraille à la porte des Gozons se soit écroulée258 et à la suite de plaintes des gens de la rue de Saint-Antoine pour que les consuls réparent la tour de la porte259. Les années 1410 traduisent moins les préoccupations défensives des consuls. L’évolution des dépenses de sécurité marque un retour à des temps plus pacifiques bien que le passage de routiers oblige à la vigilance.

  • 260 Arch. mun. Millau, CC 355 I, f° 12 r°-v°. CC 363 I, f° 19 r°-v°, venue de 70 à 80 cavaliers en jui (...)
  • 261 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 44 v°-46 r°.
  • 262 Arch. mun. Millau, CC 415 I, f° 15 v° et f° 19 r°-20 r°.
  • 263 Arch. mun. Millau, CC 419 I.
  • 264 Arch. mun. Millau, CC 357 I, f° 12 v°.
  • 265 J. Artières, Millau à travers les siècles, Millau, 1943, Marseille, 1996, p. 85-87.
  • 266 A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 127-128, l’a. note que le « renou (...)
  • 267 Arch. mun. Millau, CC 395 I, f° 1 r°-4 v°, f° 8 v°, f° 34 r°-35 r°.
  • 268 Arch. mun. Millau, CC 43 v°-47 r°.
  • 269 Sur l’attitude différente d’autres villes, A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. (...)
  • 270 Ces frais sont exposés essentiellement dans les années 1350-1360. Par exemple, pour des arbalètes (...)

89Outre les dépenses destinées aux fortifications, le consulat assure la défense de la ville par d’autres moyens. Il négocie le départ des routiers moyennant la fourniture de vivres260. En mai 1415, Ramonet de Guerre vient s’établir à Aguessac et contrôle le Tarn261. En juillet 1439, les consuls apprennent que l’hôpital Guibert sur le Larzac a été pris par des gens d’armes, d’autres se trouvent à Compeyre (Pocho de Rebieyra)262, enfin le capitaine Blanchafort s’installe à Aguessac en mai 1441263. Leur venue est moins régulière que celle des compagnies du bâtard de Landorre, des Bretons d’Olivier de Malechat ou de Seguin de Badafol264 dans la seconde moitié du xive siècle265. Le consulat organise également des gardes sur les murailles et sur le clocher. Des guetteurs (badas) sur les hauteurs environnantes de Millau surveillent les mouvements de troupes ainsi que l’envoi d’espions266. C’est particulièrement le cas en 1361-1362 et en 1368-1369, lorsque les troupes anglaises et françaises se disputent le Rouergue. Entre 3 et 6 % des dépenses de la ville sont affectés à ce poste, elles sont proches de celles versées au titre des vacations et des gages. De tels pourcentages ne se rencontrent au xve siècle qu’en des circonstances exceptionnelles. Le passage de compagnies en 1412267 et la rivalité avec les gens du vicomte de Lomagne dans les années 1441-1442268 en attestent. En matière de sécurité, l’action des consuls est souvent contrainte par les événements. Ils agissent le plus souvent dans l’urgence. La défense de la ville passe par l’engagement de sommes importantes pour assurer la sécurité physique des Millavois toutefois nul besoin n’est apparu de recruter des gens d’armes269. Tout aussi exceptionnelles sont les sommes pour l’armement de la ville270.

c. Les dépenses d’urbanisme.

  • 271 La situation millavoise ne peut être comparée à celle d’autres villes médiévales, P. Boucheron, «  (...)

90Les dépenses d’urbanisme non défensif, destinées à l’aménagement et à l’embellissement de la ville, occupent une place sans cesse grandissante271. En moyenne 3,8 % des budgets y sont consacrés. Alors que leur part dans les dépenses est généralement inférieure à 5 % de 1356 à 1392, elle dépasse plus souvent ce pourcentage dans la première moitié du xve siècle. Elles atteignent ainsi 40 % de budget en 1404 et plus de 20 % en 1413, 1414, 1431 et 1448. Pour autant cette évolution s’inscrit dans un mouvement plus général de baisse des dépenses à caractère immobilier. Une fois passé le temps des fortifications, les moyens de financement utilisés pour assurer leur réalisation sont ensuite consacrés à d’autres ouvrages, au moins pour un temps. La comparaison des résultats pour trois exercices, 1356-1375, 1400-1419 et 1435-1460, met en lumière ce double phénomène.

Tableau 39. Répartition des dépenses d’urbanisme

Tableau 39. Répartition des dépenses d’urbanisme

(D’après Arch. mun. Millau CC 350-371, CC 387-401 I et CC 412-429 I)

Graphique 11. Dépenses d’urbanisme non défensif de 1356 à 1460 (en livres et en %)

Graphique 11. Dépenses d’urbanisme non défensif de 1356 à 1460 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

91L’évolution des dépenses des deux postes est inverse. Les consuls engagent des dépenses pour des équipements urbains nouveaux, tels l’horloge, ou pour la réparation de la maison commune et des églises. Les fortifications et les portes de la ville font désormais l’objet d’un simple entretien.

  • 272 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 29 v°-30 r°.
  • 273 Arch. mun. Millau, CC 405 I, f° 27 r° et f° 29 r°. CC 412 I, f° 9 v°, en juin 1435, per cobri toat (...)
  • 274 Arch.mun. Millau, CC 390 I, f°13r° à f° 18r°et f°29v°à f° 32 v°,f° 23 r° à f°26 v°.
  • 275 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 25 r°-v°.
  • 276 Arch. mun. Millau, CC 405 I, f° 46 r°.
  • 277 Arch. mun. Millau, CC 410 I, f° 2 r°.
  • 278 Arch. mun. Millau, CC 395 I, f° 12 v°-16 v° (1412). CC 396 I, f° 2 r°, f° 4 v°, f° 13 r°-v° (1413) (...)
  • 279 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 4 r°-5 v°. Sur la construction des premières horloges, à Saint-Flo (...)
  • 280 Les comptes consulaires médiévaux font état de ces dépenses dans de nombreuses villes, ils mettent (...)
  • 281 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 48 r° et f° 51 r°.
  • 282 Arch. mun. Millau, CC 409 I, f° 18 v° et s.
  • 283 Arch. mun. Millau, CC 423 I, f° 7 v°, f° 15 v°-20 v° et f° 44 r°-48 v°.
  • 284 Arch. mun. Millau, CC 427 I, f° 11 r°.
  • 285 Arch. mun. Millau, CC 423 I, f° 38 r°.

92Les années 1400-1419 permettent à la ville de consacrer exceptionnellement une partie de ses dépenses à la réfection de bâtiments, les préoccupations défensives demeurent néanmoins avec les réparations effectuées à la muraille jugée mal aponh, ou la construction d’une tour sur la porte de la Capelle en 1414272. Les édifices qui retiennent l’attention des consuls de manière régulière sont la maison commune273, l’église paroissiale et les ouvrages en bordure du Tarn. Des travaux sont entrepris début octobre 1404 pour le senh tersial de l’église Mage qui a grand besoin d’être réparer ainsi que l’église de Saint Martin274. Terminés le 12 novembre, il faut les recommencer cinq jours plus tard car la cloche de l’église Mage no fos fagz sofissienmen. Ils se poursuivent ainsi jusqu’au 4 décembre pour un coût total de 250 l. De nouveaux travaux sont entrepris, en 1413, pour une centaine de livres275, au clocher en 1427276 et en 1431277. L’horloge occupe également une place particulière dans les travaux du xve siècle278, dont l’installation est faite en l’église Saint Martin au cours de l’été 1403279. En outre, les Millavois ont appris à vivre très tôt avec le Tarn et ses crues280. En 1414-1415, en raison de la destruction du moulin du Pont Vieux, le consulat entreprend sa reconstruction281. Des travaux sont également destinés à bâtir une arche au Pont Neuf et à réparer la chaussée en 1430282 et en 1448283. Semblable préoccupation habite les consuls dix ans plus tard lorsqu’ils décident d’anar veser cossi hom poyria reparar las archas vielhas del pon nou que era perilh284. La tour de la Capelle est louée en avril 1449 pour six ans à Gui Trespuech comme entrepôt de laines et de peaux285.

d. Les frais de justice.

  • 286 Pareille observation peut être faite pour d’autres villes, par exemple, A. Rigaudière, Saint-Flour (...)

93Participant à la défense du bien commun et des droits de l’universitas, les dépenses de contentieux et les frais utiles à la poursuite des actions engagées par la ville sont irréguliers dans les budgets et d’un montant variable. Les 2,1 % du total des dépenses sont ainsi exposés pendant les années 1375-1415, tel est le cas pour 80 % des 1 524 l. consacrées aux procédures judiciaires. C’est dire tout à la fois la faible place occupée par les dépenses de contentieux et leur existence en un temps bien déterminé286. À partir du deuxième quart du xve siècle, leur part dans les budgets millavois est le plus souvent inférieure à 2 %, excepté en 1453-1454 et en 1460-1461 avec 7 %.

  • 287 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 371 I, f° 29 r° et f° 44 r°.
  • 288 Arch. mun. Millau, CC 375 I, f° 46 v°.
  • 289 Il s’agit du privilège du conseil de connaître toutes les affaires criminelles portées devant le j (...)

94Une rapide chronique des affaires judiciaires de la fin du xive siècle et du début du xve siècle met en lumière trois types de procès poursuivis par la ville. Il s’agit tout d’abord d’affaires qui opposent le consulat aux hospitaliers avec la question des fourches patibulaires situées sur le Larzac, en 1375-1376287 et en février 1385288. D’autres sources de contentieux tiennent à l’immixtion des agents royaux dans les compétences criminelles des consuls. En 1388-1389, le lieutenant de la sénéchaussée conteste leur droit de jutjar ni acosselar lo rey negun criminos ni criminoza289.

Graphique 12. Dépenses de contentieux de 1356 à 1460 (en livres et en %)

Graphique 12. Dépenses de contentieux de 1356 à 1460 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

  • 290 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 15 v° et f° 33 r°.
  • 291 Arch. mun. Millau, CC 393 I, f° 9 r°, f° 15 v° et f° 24 r°. Sur cette question, J.-M. Carbasse, «  (...)
  • 292 Arch. mun. Millau, CC 382 I, f° 32 r°-33 v°.
  • 293 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 8 r°, sestayral et commun de paix en 1388. CC 383 I, f° 25 r°, dev (...)
  • 294 Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 49 v°.
  • 295 Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 58 v°-59 v°.
  • 296 Leur présence en ville, d’une durée de 15 et 20 jours, coûte quatre francs par journée. Arch. mun. (...)
  • 297 Arch. mun. Millau, CC 372 I, f° 19 r°.
  • 298 Arch. mun. Millau, CC 372 I, f° 29 r°, f° 34 r°.

95Un débat est soulevé en 1406 et en 1408 sur le fait « des hommes de la ville condamnés à mort et que leurs héritiers ne perdent pas leurs biens »290. En d’autres termes la question se pose de savoir si ces biens doivent revenir au roi291. Enfin, les conflits de nature financière surviennent lors du défaut de paiement de la ville et la mise en œuvre de moyens de contrainte par le trésorier du Rouergue292 ou pour défendre les revenus que le roi lui a concédés293. Des gages sont également versés à des commissaires venus enquêter sur les exsesivitatz que avian fag alcus ofessiers del rey294 et la destruction du moulin du Pont Vieux295. Le juge de Béziers et le juge Mage du Rouergue se rendent à Millau en 1378-1379 pour instruire le différend qui oppose la ville aux hospitaliers. Aux 136 l. perçues par chacun d’eux s’ajoutent les gages de leur clerc dont le montant est fixé à un franc par jour296. En outre de menus frais sont versés aux sergents royaux pour des citations297 ou la production de témoins298. Les frais engagés par la ville pour rémunérer ses conseillers juridiques sont également importants.

  • 299 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 34 r° et CC 382 I, f° 33 v°. Dans les années 1400, deux professeur (...)
  • 300 C’est là chose courante pour les villes médiévales et ce auprès de différentes cours, P. Desportes (...)
  • 301 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 13 r°. CC 387 I, f° 14 v°. CC 389 I, f° 4 r°.
  • 302 Arch. mun. Millau, CC 393 I, f° 24 r°-v°.
  • 303 Arch. mun. Millau, CC 375 I, f° 14 r°, f° 37 r°. CC 376 I, f° 19 r°. CC 378 I, f° 19 r°. CC 379 I, (...)
  • 304 Arch. mun. Millau, CC 381 I, f° 7 r°, f° 9 r° et f° 13 v°. CC 385 I, f° 34 v°. CC 387 I, f° 8 v°. (...)
  • 305 Arch. mun. Millau, CC 415 I, f° 49 v°.
  • 306 Il reçoit 6 l. 14 s. 1 d., en 1385-1386, pour sa pension de l’année versée par Millau, CC 376 I, f (...)

96Le consulat peut verser des gages à des clercs pour leur aide ponctuelle299, il pensionne en outre de manière régulière des procureurs auprès des principales juridictions qui intéressent la poursuite de ses intérêts300. C’est le cas à Villefranche et à Paris. Au siège de la sénéchaussée, Me D. Picanilh est percurayre e avocat de Millau, au moins de 1396 à 1403301. La ville disposait près du sénéchal de défenseurs nombreux à en croire le boursier en 1408 lorsque Johan Dolmieras prête 60 écus à la ville qui est tenguda grandamen a Vilafranca tant as avocatz es a procurayres es notaris per proseses eper ganre dautres escripturas e trebals302. Le versement de pensions régulières est également attesté pour des procureurs près le Parlement et la Chambre des comptes. Jean Béthisy, procure nostre en parlamen de Paris, reçoit six francs pour sa pencio de 1384 à 1391303. Il en est de même pour Johan Folcaut de 1390 à 1408304 ou encore de Me Andrieu Coraut en 1439305. Certains des procureurs de la ville étaient également pensionnés par d’autres consulats, ainsi Jean Béthisy reçoit des consuls sanflorains des gages équivalents à ceux versés par Millau dans les années 1380306. D’autres villes rouergates ou de Languedoc faisaient-elles appel à ses services ? D’autres procureurs étaient-ils pensionnés par plusieurs villes, était-ce là leur principale source de revenus ? Comment s’opérait le choix des villes ? Les pensions versées aux procureurs millavois ne se rencontrent plus dans notre documentation après le premier quart du xve siècle, il y à la un signe de la moindre importance des procès dans les affaires du consulat. À ces dépenses, il faut ajouter les cadeaux offerts par les représentants millavois aux officiers des diverses cours.

97La seconde moitié du xive siècle est marquée par une évolution des dépenses en relation directe avec l’environnement politique et militaire du Rouergue et du royaume. Les dépenses de représentation et d’urbanisme occupent une place essentielle. Après le temps des fortifications, de 1356 à 1375, puis celui des procès, de 1375 à 1414, les consuls se montrent davantage attentifs aux besoins privés des Millavois.

3. Les services communs.

  • 307 Pareille situation se rencontre dans d’autres villes du Sud de la France, La fiscalité des villes…(...)

98Les dépenses qualifiées de services communs sont destinées à satisfaire des besoins privés en matière d’alimentation (0,5 %), d’assistance (0,1 %), d’enseignement (0,3 %), de services religieux (1,6 %) et économiques (0,1 %). Elles représentent moins de 3 % des budgets de la ville307. Le consulat leur consacre environ 30 l. par an. Elles sont relativement stables, rares sont les exercices où elles augmentent fortement en valeur absolue. Des circonstances exceptionnelles justifient alors leur brutale hausse (1369-1370 avec les dépenses de ravitaillement, 1413-1414 en raison de frais d’enseignement). Des différences apparaissent au cours des années 1356-1460. Pendant la deuxième moitié du xive siècle, 45 l. par an sont destinées à satisfaire ces services communs, puis elles diminuent entre 1395 et 1433 (29 l. par an). Elles tombent à 11 l. de 1435 à 1441 puis augmentent sensiblement entre 1447 et 1460 (22 l).

  • 308 Par exemple, R. Nougaret, Hôpitaux, léproseries et bodomies de Rodez…, op. cit., p. 205.
  • 309 A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 102 et s. avec la politique suivi (...)
  • 310 C’est là semble-t-il une caractéristique des dépenses des villes du Sud de la France. Plusieurs ex (...)

99L’explication de telles variations tient à l’environnement d’insécurité et aux prélèvements royaux. La faiblesse de ces dépenses correspond aux périodes pendant lesquelles les investissements défensifs et les transferts vers la monarchie représentent plus de la moitié des budgets. En outre, les registres consulaires ne comptabilisent pas, par exemple, l’ensemble des aides fournies aux particuliers au titre de l’assistance. De telles dépenses doivent être recherchées dans d’autres sources que les comptes des trésoriers urbains. La documentation conservée pour les hôpitaux, les charités et les bassins en témoigne308. Rares sont les dépenses affectées au ravitaillement de la ville309, et de manière plus générale à l’activité économique310, les premières se rencontrent dans la première moitié du xive siècle. Seulement 0,5 % des budgets intéresse cette question, l’essentiel de l’approvisionnement organisé par les consuls intervient en 1369 et en 1389. Leur action semble exceptionnelle, elle est destinée à répondre à une situation qui ne l’est pas moins.

Graphique 13. Services communs de 1356 à 1460 (en livres et en %)

Graphique 13. Services communs de 1356 à 1460 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

  • 311 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 8 v°.
  • 312 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 61 r°.
  • 313 Arch. mun. Millau, CC 380 I, f° 1 r°-2 r° et f° 4 r°.

100La ville achète tout d’abord 200 setiers de froment pour le prix de 100 l. à l’évêché de Vabres311. À la fin de la même année, les consuls s’enquièrent de trouver en Gévaudan et à Marvejols du blé à acheter312. Des envoyés de la ville se rendent en juin 1389 à La Bastide de Pradines pour prendre livraison de 100 setiers de froment du commandeur de Saint-Félix313.

  • 314 M. Hébert, Tarascon…, op. cit., p. 161, note que « l’économie interne de la cité, de même que son (...)
  • 315 Arch. mun. Millau, AA 11 et FF 58 I.
  • 316 Cf. supra avec le prix des draps et l’activité textile.
  • 317 Arch. mun. Millau, CC 408 I, f° 46 v°. CC 409 I, f° 17 v°-18 r°.
  • 318 Arch. mun. Millau, CC 418 I, f° 16 r°, f° 18 r°-v°.

101Tout aussi discrètes sont les dépenses de nature économique destinées au développement et au soutien des activités productives et commerciales des Millavois314. Les criées annuelles et le serment des consuls prescrivent certaines mesures qui intéressent le commerce, l’hygiène ou la police économique relatives aux bouchers, aux poissonniers, à la vente du vin, aux mégissiers et aux drapiers315. L’action du consulat est avant tout réglementaire. Par exemple pour la draperie316, les interventions financières paraissent exceptionnelles. L’administration consulaire donne à bail, en 1430, pour neuf ans le moulin du Pont Vieux. Elle accepte que le preneur le transforme en moulin drapier et elle participe à son financement317. L’essentiel reste néanmoins l’obtention de nouvelles foires pour la ville et les sommes dépensées pour en assurer la publicité. De telles mesures se rencontrent lors de l’exercice 1447-1448 avec l’envoi de représentants du consulat à Salles-Curan, Mende, Marvejols, Villefranche-de-Panat, Compeyre, Espalion, Rodez, Sévérac, Saint-Sernin, Saint-Affrique, Mayrueys, Saint-Jean du Bruel, Nant et au Caylar318.

  • 319 L’intervention des magistrats municipaux en matière d’instruction est attestée dans de nombreuses (...)
  • 320 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 45 v°.
  • 321 Arch. mun. Millau, CC 351 I, f° 46 v°.
  • 322 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 37 r°-v°.
  • 323 Arch. mun. Millau, CC 405 I, f° 39 v°.
  • 324 Arch. mun. Millau, CC 424 I, f° 16 r°-v°.
  • 325 Les consuls ont le pouvoir de décider de la reconduction du maître, Arch. mun. Millau, CC 426 I, f (...)
  • 326 Arch. mun. Millau, CC 428 I, f° 57 v°.
  • 327 J. Artières, Documents…, p. 390-391.
  • 328 Arch. mun. Millau, CC 424 I, f° 16 r°-v°.
  • 329 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 12 r°. CC 388 I, f° 24 v°.
  • 330 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 37 v°.
  • 331 Arch. mun. Millau, CC 424 I, f° 16 r°. CC 426 I, f° 35 r°, en 1456, 2 muids de vin, 4 écus et 6 se (...)
  • 332 Arch. mun. Millau, CC 516 I, quittance du maître d’école.
  • 333 Arch. mun. Millau, CC 398 I, f° 23 r°-v°.
  • 334 M. Hébert, Tarascon…, op. cit., p. 163.
  • 335 Arch. mun. Millau, CC 366 I, f° 67.
  • 336 Arch. mun. Millau, CC 398 I, f° 24 r°.
  • 337 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 18 v°, 6 moutons pour la maison de Francis Balmes en 1456-1457, CC (...)
  • 338 Arch. mun. Millau, CC 402 I, f° 14 r°, location d’une salle appartenant à Johan Fornier pour le ma (...)
  • 339 Arch. mun. Millau, CC 429 I, f° 4 v°. Des difficultés naissent parfois, comme en juin 1458, lorsqu (...)
  • 340 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 24 r°.
  • 341 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 20 r°-v°, f° 24 r° (1413), il reçoit 75 l. Il remerciera le consul (...)
  • 342 Arch. mun. Millau, CC 418 I, f° 12 r°-13 r°.
  • 343 Pour une attitude semblable, F. Humbert, Les finances…., op. cit., p. 196.
  • 344 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 25 v°.
  • 345 Arch. mun. Millau, CC 402 I, f° 11 r°.

102L’enseignement tient aux yeux des magistrats millavois une importance particulière, mais leur préoccupation ne se traduit pas toujours dans les budgets de la ville319. Leur attention se porte en premier lieu sur le recrutement des maîtres d’école. Ils mettent également à disposition un lieu où les élèves peuvent être réunis, enfin l’excellence de certains étudiants millavois est récompensée par un prix de doctorat. Bien que moins d’un pour cent des sommes dépensées de 1356 à 1460 intéresse les questions d’éducation, l’action des consuls est perceptible à la lecture des comptes consulaires. En mars 1357, la ville s’engage à obtenir au profit de Me Helias de Colturas, bachelier en arts, une lettre de l’évêque de Rodez afin qu’il puisse enseigner dans la ville et que nul autre n’enseigne dans les quatre lieues environnantes320. En mai 1358, l’official lui accorde une telle faculté321. Après quelques plaintes des habitants, les consuls font venir un maître d’école de Saint-Geniès-de-Rivadol en 1414322. Il est assez fréquent que les enseignants soient originaires d’autres villes du Rouergue, c’est par exemple le cas en 1427 avec la venue d’un maître d’école de Villefranche323 ou de Laguiole en 1452324. Lorsqu’un postulant se présente aux administrateurs municipaux, une commission est réunie pour juger de ses capacités. Un accord est ensuite conclu précisant ses droits et ses obligations. En fin de contrat il doit rendre compte de son activité aux consuls325, qui peuvent l’inspecter à tout moment326. En 1470, le maître d’école venant de Nant est « examiné » par Anthoni Maurel, maître en théologie, et un représentant des Prédicateurs. Il est inspecté en présence de consuls, de conseillers et de l’ancien titulaire de la charge327. Jugé sufficien par les examinateurs, il peut s’engager avec la ville. Pour d’autres, cette première étape n’est pas franchie avec succès, ainsi cette personne qui non era pas ases suficien per ensenhar las scolas dela vila que ny avia que sabian plus que lo dich maystre328. Les termes de l’accord prévu entre les deux parties précisent la nature et le montant de ses gages ainsi que ses obligations. La pension est fixée en 1400 à six setiers de froment soit deux livres329, auxquels sont ajoutés un muid et demi de vin en 1413330 puis deux muids en 1452331. Ces versements donnent lieu à la rédaction d’une quittance par le maître332. Comme pour les autres personnes qui reçoivent des gages du consulat, certains maîtres se plaignent auprès du conseil des retards de paiement333. La communauté prend également à sa charge la location d’une maison pour tenir les enseignements et loger le maître334. Divers baux sont conclus par l’administration consulaire pour des maisons situées, rue Montservi en 1356-1357 (deux florins)335, rue des Falsquets (trois livres, de novembre 1415 à juin 1416)336, au Mandarous337, ou en d’autres lieux338. La ville cherche le plus souvent à obtenir une maison al melhor mercat339. D’un montant en général contenu, ces frais que l’on peut qualifier d’ordinaires sont complétés par des dépenses exceptionnelles liées à la volonté de la ville de récompenser les nouveaux docteurs. Elle dépêche un ou deux consuls porteurs d’un cadeau pour honorer chacun des filh[s] de la viala. Johan Cayret se rend à Montpellier, en avril 1404, pour la festa de R. de Montcalm que si devia fayre maistre en medessina. Le nouveau docteur reçoit quatre tasses pesant chacune un marc d’argent (un peu plus de 28 l.)340. Semblable attention est portée à la fin des études de Raymond Mayrueys, à Toulouse, par R. Montelhs et P. Barrieyra341. J. Galhart, qui doit penre lo bonet doctoral, en novembre 1447, reçoit le même présent pesant six marcs d’argent342. La ville prête également attention aux difficultés des jeunes étudiants qui sollicitent son aide343. Dans les décisions prises par le conseil, on met en avant qu’il s’agit d’un filh de la viala ou qu’il es nadieu de la viala. Johan Bonal perçoit dix livres, en 1397, avant son départ pour Paris per estudia e non ages ben aparelhat344. En 1421, faisant suite aux demandes d’un maître et d’un frère de l’ordre des prédicateurs, Azémar Fizel obtient 50 l. pour devenir Me de santa teulegia345. Rares sont les informations qui permettent de nous renseigner sur la nature et la localisation des études poursuivies par les Millavois.

  • 346 Pareille observation peut être faite pour Lille, D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. c (...)
  • 347 S. F. Roberts, « Les consulats du Rouergue et l’assistance urbaine au xiiie et au début du xive si (...)
  • 348 On pourra se reporter par exemple au compte tenu par J. Brunel et D. Buscarlet, régisseurs de la c (...)
  • 349 Arch. mun. Millau, CC 360 I, f° 24 v°.
  • 350 Arch. mun. Millau, CC 380 I, f° 8 v°.
  • 351 Arch. mun. Millau, CC 422 I, f° 19 r°.

103Les dépenses d’assistance et de santé paraissent peu importantes à la lumière des comptes consulaires (0,1 %)346 alors que l’on connaît l’importance du rôle des consuls dans l’administration et le contrôle des institutions charitables347. Les registres des boursiers, une nouvelle fois, ne renferment pas toutes les dépenses de la ville. Il existe aussi des registres particuliers tenus par les régisseurs des charités et les bassiniers d’aumônes348. Ces documents sont les seuls à pouvoir nous renseigner de manière plus précise sur l’assistance à Millau au bas Moyen Âge. Certaines dépenses mettent en évidence la nature des actions du consulat. La ville verse dix sous à I paure home malante qui travaille aux fortifications et ayant été blessé349. Elle rémunère un barbier pour les soins apportés à un valet350 ou une servante qui s’occupe de l’ancien consul Pierre Portala351.

  • 352 Il est surprenant de constater l’inaction des échevins dijonnais en période d’épidémie alors qu’à (...)
  • 353 D. Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècles…, op. cit., p. 131-137 et carte p. (...)
  • 354 D. Jacquart, Le milieu médical…, op. cit., p. 183. La présence d’un médecin au service de Millau s (...)
  • 355 B. de Gauléjac, « Examen médical des lépreux à Millau au cours du xive siècle », M.S.L.S.A.A., 23 (...)
  • 356 Arch. mun. Millau, CC 388 I, f° 5 r° et CC 389 I, f° 26 v°.
  • 357 Arch. mun. Millau, CC 424 I, f° 20 r°-v°.
  • 358 Arch. mun. Millau, CC 415 I, f° 10 r° et f° 25 v°.
  • 359 Pour une série de mesures semblables, S. Guilbert, « À Châlons-sur-Marne au xve siècle : un consei (...)
  • 360 Arch. mun. Millau, CC 426 I.
  • 361 Arch. mun. Millau, CC 428 I, f° 16 v° et f° 57 v°.
  • 362 Arch. mun. Millau, CC 429 I, f° 4 v°.
  • 363 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 49 r°.

104Les interventions des consuls sont plus nombreuses en période d’épidémies pour isoler les malades et recruter des médecins. Les villes médiévales ont assez peu l’habitude de pensionner des médecins352, les poussées d’épidémie du xve siècle incitent les administrations à faire appel à leurs services et à se préoccuper davantage de police sanitaire353. Peu d’éléments permettent de juger de leur activité354, hormis en 1424 et en 1470 les pièces qui relatent les examens médicaux pratiqués355. La ville verse 15 l. de pension, en 1401-1402 et en 1403-1404, à un médecin356, en 1452, un autre perçoit 16 l. de gages, dix setiers de froment et deux muids de vin357. Certains d’entre eux participaient également à la vie politique et administrative de Millau tels Antoine Pégurier, Johan Galhart et Raymond de Montcalm. La recrudescence des foyers d’épidémies à partir de la fin des années 1430358 et 1450 oblige les consuls à prendre les mesures de police nécessaires pour essayer de préserver la ville359. En 1456-1457, l’activité des magistrats millavois est consacrée pleinement à ce problème360. Dès la nouvelle de l’existence d’une épidémie en tera bassa et en Lenguadoc, la ville se préoccupe de réserver une salle de l’hôpital aux personnes qui viennent de ces foyers de contagion. D’importantes sommes sont consacrées à la garde des portes. On isole certaines maisons, un fossoyeur est rétribué, on proscrit la venue de marchands contaminés au moment des foires. En outre, la nécessité s’impose de trouver des médecins et des chirurgiens car Me Johan Galhart emay los autres sen eron deja fugistz e que ni era pas rasso que la paura vialha demora sans qualque socors de remedi. La ville engage alors Me Jacme Boyssia et Trenquia. Pareilles mesures sont renouvelées en 1459-1460361 et en 1460-1461362. En ces périodes de doute, nombre de processions sont également organisées pour que Dieus gardes la vila de lenpedimia363, la peste étant hors les murs de la ville, les rassemblements ne constituent pas dans l’esprit des habitants un facteur de contagion.

  • 364 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 3 v°-6 v°, le testament prévoyait que les consuls devaient verser (...)
  • 365 Arch. mun. Millau, CC 393 I, f° 27 r°.
  • 366 Arch. mun. Millau, CC 399 I, f° 11 r°. M. de Riquer, « Fecha y localizacon de algunos sermones de (...)

105Chaque année, 25 l. en moyenne (1,6 %) sont consacrées à la célébration d’offices religieux et de manifestations de piété. Le troisième quart du xive siècle fait apparaître le versement par le consulat de six deniers chaque dimanche à 20 prêtres de la ville pour l’oferta (offrande) de Me P. Del Ranc et de son neveu364. Les consuls écrivent également à Vincent Ferrier, en décembre 1408, pour qu’il vienne prêcher365. Au cours du voyage qu’il effectue en Rouergue entre le 18 juin et fin juillet, il se rend à Millau en 1416366.

106Les services communs occupent une place restreinte dans les budgets millavois. La ville est davantage préoccupée de 1356 à 1460 par sa sécurité et la défense de ses libertés. À la lumière des comptes consulaires, elle semble intervenir de manière limitée en matière économique et d’assistance. Son action se mesure davantage par la réglementation qu’elle édicte. En cas de circonstances exceptionnelles, l’administration consulaire prend les mesures nécessaires. Au quotidien, l’assistance est confiée à des institutions plus spécifiques. Les consuls exercent néanmoins un contrôle sur leur gestion. La part réduite de ces dépenses s’explique également en partie par les disponibilités limitées dont dispose la ville une fois la part du prince prélevée sur la communauté.

4. La part du prince.

  • 367 Les transferts ne peuvent se limiter à la « part du prince », toutefois la documentation ne permet (...)
  • 368 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 425 I, f° 33 v°-34 v° et 45 l. 17 s. de frais. CC 426 I, f°39 r (...)
  • 369 Arch. mun. Millau, CC 429 I, f° 16 v°.

107Ce poste de dépense recouvre les sommes versées à des autorités politiques et militaires extérieures à la ville qu’elles soient royales ou seigneuriales, laïques ou ecclésiastiques. C’est à essayer de distinguer entre ces différents prélèvements opérés sur la ville, leurs bénéficiaires, leur importance et leur évolution que notre travail s’est intéressé367. Les sources pour apprécier, par exemple l’importance de la dîme, n’ont pu être consultées. Les données recueillies dans les registres des boursiers nous renseignent avant tout sur l’impôt public demandé à la ville dans le cadre des États du Rouergue. Les informations contenues dans les documents comptables donnent une vision générale des prélèvements opérés et plus précisément des sommes réellement versées par le trésorier. En effet, seuls les paiements effectués par le boursier ont pu être comptabilisés. D’autres charges qui pèsent sur la ville, et mentionnées à titre d’information par le comptable, n’apparaissent pas dans le total de ses dépenses. C’est par exemple le cas, dans les années 1450-1460, avec l'imposition des lances. Les boursiers de 1453 à 1460 rendent compte dans leurs registres de la répartition des sommes prélevées au titre des lances en Rouergue. La part de Millau s’établit de manière invariable chaque année à 808 l. 8 s. à laquelle s’ajoutent des frais divers368. Or le total de quatre des cinq budgets de cette période est compris entre 300 et 400 l. Il y a là une différence et une difficulté comptable sur lesquelles l’attention doit être attirée. Le chiffre de 1 179 l., en 1459-1460, est plus proche de la réalité. En outre, la somme des dépenses comptabilisées par Bertrand Bonamic, en 1458-1459, s’élève à 309 l., or la reddition de compte qui intervient en octobre 1460 fait état d’un montant total des dépenses pour 1 189 l.369. Les résultats obtenus pour les exercices financiers des années 1450 doivent donc être analysés avec prudence. La part des transferts ces années-là est plus proche des 70 % que des 10 % qui peuvent être déduits d’une première lecture par trop rapide. À la lumière de ces précisions, on voudra bien considérer que les chiffres fournis, une fois encore, donnent quelques tendances générales sur les prélèvements opérés à Millau. La liste des impositions, dressée pour le Rouergue de 1370 à 1461, a mis en évidence une certaine régularité des demandes fiscales négociées dans le cadre des États et son influence sur le rythme et la nature des impôts. Nous tenterons d’apprécier l’importance des prélèvements publics sur le consulat, au regard d’autres villes, puis d’en déterminer les bénéficiaires.

  • 370 Sur cette construction, A. Vuitry, Études sur le régime financier de la France avant la Révolution (...)
  • 371 P. Chaunu, « L’État de finance », F. Braudel. E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la F (...)
  • 372 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 749.
  • 373 M.-C. Ferradou-Haber, Pouvoir royal et pouvoir consulaire à Narbonne…, op. cit., p. 256-347.
  • 374 M.-C. Ferradou-Haber, Pouvoir royal et pouvoir consulaire à Narbonne…, op. cit., p. 271, l’auteur (...)
  • 375 Ph. Wolff, « Finances et vie urbaine : Barcelone et Toulouse au début du xve siècle », Regards sur (...)
  • 376 R. Favreau, J. Glénisson, « Fiscalité d’État et budget à Poitiers au xve siècle », L’impôt dans le (...)
  • 377 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 744-747.
  • 378 M. Le Mené, « Ville et fiscalité d’État à la fin du Moyen Âge. L’exemple d’Angers », Mélanges offe (...)

108Le poids de l’impôt extraordinaire et le développement des institutions financières monarchiques permettent de distinguer différentes phases dans la construction de l’« État de finance »370. Au temps de « préparation à l’impôt » fait suite celui de son établissement. Après quelques tâtonnements avec le règne de Philippe le Bel, les années 1355-1370 sont le « point de départ d’une construction continue et définitive » de l’impôt moderne371. Au xve siècle, la monarchie, malgré une période de crise (1380-1430), instaure progressivement le monopole royal de l’impôt extraordinaire, face aux seigneurs et aux villes, aboutissant à la « légitimité de l’Extraordinaire royal » et au « Monopole royal sur l’Extraordinaire », cette évolution intéresse le droit d’imposer reconnu et mis en œuvre par les consuls millavois. A. Rigaudière s’interrogeait, à partir du cas sanflorain, sur la part du prince dans les budgets urbains pour la longue période372. Les monographies urbaines qui envisagent cette question sont peu nombreuses. Quelques études, plus ponctuelles, fournissent des éléments de comparaisons. Les relations financières entre la monarchie et la ville de Narbonne ont pu être retracées jusque dans le premier quart du xve siècle373. À la participation aux guerres du début du xive siècle, succèdent des prélèvements réguliers, à partir de 1355, et qui s’accentuent entre 1380 et 1400374. La situation financière de Narbonne conduit le duc de Berry à exempter la ville de tout impôt royal en 1405, exemption qui sera renouvelée à plusieurs reprises au moins jusqu’en 1421. À Toulouse, 59 % des dépenses sont destinées au paiement de subsides royaux en 1404-1405375. Pour Poitiers, entre 1410 et 1440, Robert Favreau et Jean Glénisson ont fait remarquer que « les impôts extraordinaires sont relativement supportables » et que Charles VII « ménage les villes »376. Les budgets poitevins ne subissent pas l’ » influence dangereuse de la fiscalité d’État » qui s’exprime durant le règne de Louis XI. Les comptes sanflorains permettent de voir, dans les années 1420, le poids davantage régulier et important de la part du prince377. Enfin Michel Le Mené, malgré les difficultés rencontrées pour dresser un bilan du prélèvement royal, met en lumière la modération, voire la diminution, de la fiscalité d’État pesant sur Angers de 1483 à 1522378. La diversité des situations particulières le dispute à la rareté des évaluations chiffrées. Qu’en est-il à Millau ?

109À considérer les prélèvements fiscaux, ils représentent le principal poste des budgets du consulat (40,1 %) avec en moyenne 500 l. par an. De manière régulière, ils constituent la charge la plus lourde de la ville. Dans un quart des exercices, ces sommes sont supérieures à la moitié des budgets, et dans plus d’un cas sur trois, elles sont supérieures à 40 %. Des variations sensibles sont perceptibles.

  • 379 H. Martin, « L’évacuation des forteresses “anglaises” du Rouergue et des pays voisins », Études su (...)

110Au cours des années 1356-1372 et 1421-1460, hormis les lances, les prélèvements connaissent un montant voisin des 500 l. annuelles (413 l. pour les années 1356-1372 et 506 l. pour 1421-1460), les périodes 1372-1388 et 13891418 se distinguent. La première comprend huit exercices financiers pendant lesquels la contribution de la ville est très forte avec 1394 l. en moyenne. La part du prince se révèle supérieure à la moitié des dépenses de la ville pour six années atteignant le taux de 86,7 % en 1387-1388. Remarquons que la même somme, 11 150 l., est prélevée en huit ans de 1372 à 1388 et pendant 22 exercices entre 1421 et 1460 (hormis les lances). L’importance des dépenses des années 1372-1388 est liée tant à la défense du Rouergue avec la conclusion d’accords de protection avec le comte d’Armagnac qu’à la participation à la délivrance des lieux occupés par les Anglais379. La prise en considération des lances dans les années 1450 met en lumière un prélèvement moins important, environ 850 l., mais annuel. La permanence de ce prélèvement contraste avec les années antérieures. En effet, toute différente est la situation de la période 1389-1418 puisque 150 l. sont versées en moyenne chaque année par la ville. Hormis l’année 1406-1407, la part du prince est le plus souvent proche de 10 %.

Graphique 14. Part du prince de 1356 à 1460 (en livres et en %)

Graphique 14. Part du prince de 1356 à 1460 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

111Là encore, à l’image des dépenses de défense de la ville, l’environnement politique et militaire influe sur l’évolution de ce poste. La considération des bénéficiaires des prélèvements opérés sur la ville apporte quelques lumières nouvelles.

Tableau 40. Bénéficiaires des prélèvements fiscaux à Millau de 1356 à 1460

Tableau 40. Bénéficiaires des prélèvements fiscaux à Millau de 1356 à 1460

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350-429 I)

112La répartition des prélèvements entre les principaux bénéficiaires des sommes versées par la ville donne quelques indications pour apprécier le poids de l’impôt et son affectation. Le détail des dépenses de transfert permet d’évaluer à la moitié la part de l’argent affectée à un but défensif et militaire, qu’il s’agisse du financement de la protection du Rouergue, de la délivrance de places fortes puis des lances à partir de 1445. C’est là un élément qui a lourdement pesé dans les années 1370-1380 avec 75 % des 14 453 l. affectées à cet objet. La précision, le plus souvent, du destinataire et/ou de l’objet dans les comptes des boursiers facilitent l’établissement d’une chronologie des grandes phases de l’impôt prélevé.

  • 380 G. Dupont-Ferrier, Les officiers royaux des bailliages et sénéchaussées et les institutions monarc (...)
  • 381 G. Dupont-Ferrier, « Les origines des élections financières en France aux xive et xve siècles », B (...)

113Le premier bénéficiaire des sommes prélevées sur Millau est le souverain français. Plus d’un tiers des prélèvements fiscaux lui sont destinés. L’usage de l’expression relative à la taille per lo rey est fréquent à partir des années 1420. Outre leur régularité, une des particularités des finances extraordinaires de la monarchie tient à l’absence de l’institution d’élus en Rouergue aux xive et xve siècles380, alors que cette nouvelle administration est introduite par les États de langue d’oïl en 1355 puis dans les pays du Midi381. Administrateur et répartiteur de l’impôt, juge, l’élu est inconnu en Rouergue. Ce sont les États dans le cadre de la sénéchaussée, après négociation du montant de l’impôt avec les représentants du roi, qui déterminent la charge fiscale entre les Marches. Depuis 1356, elles constituent une circonscription financière où l’impôt est réparti entre bailliages. La genèse et le rôle des États du Rouergue n’ont pas besoin d’être rappelés, ils constituent le lieu de la concertation et de la répartition de l’impôt. Du milieu du xive siècle aux années 1420, les demandes royales sont rares, hormis le paiement de la rançon du roi Jean. De la même manière que la monarchie a transféré sur les villes l’effort de fortification, elle a fait peser sur elles, du moins en Rouergue, la charge d’assurer leur défense dans le cadre des États. Face à l’impossibilité d’en assumer le financement, pour un moment, le poids de la guerre repose sur les villes rouergates. Pendant la domination anglaise, les fouages et les impositions levées pour les mutations monétaires s’inscrivent également dans le cadre des États du Rouergue. Ainsi 4,5 % des transferts a profité au prince d’Aquitaine pendant ces sept années.

  • 382 F. Autrand, Jean de Berry, Paris, 2000, p. 151-162, en particulier, p. 154 avec la récapitulation (...)
  • 383 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 11 r°, d’autres versements, à des dates différentes, sont consigné (...)
  • 384 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 36 r°.
  • 385 Arch. mun. Millau, CC 381 I, f° 10 v°-11 v°.

114L’évacuation des places tenues par les troupes anglaises, Figeac, Peyrelade, Carlat ou Balaguier, impose aux villes rouergates une lourde contribution de 1372 à 1396. Les demandes des ducs d’Anjou et de Berry accentuent la charge fiscale sur la ville382. Le traité de Rodez du 6 juillet 1387 prévoit le départ des capitaines. Les exercices 1387-1388 et 1388-1389 détaillent les paiements effectués à Guillaume Cocural trésorier des buegas. Ainsi en septembre 1387, la ville s’acquitte de 300 francs en diminution des 2 600 francs qui sont à sa charge383 et en février 1389, quelques 582 l. sont versées384. Pareil effort se poursuit avec les commissions de Jean de Blaisy en 1390 et 1391385. En outre, les États doivent pourvoir à la sécurité du pays, ils financent alors des accords passés avec le comte d’Armagnac, les suefras.

  • 386 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 14 r°-v°.
  • 387 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 27 v°. CC 379 I, f° 2 r°.
  • 388 Arch. mun. Millau, CC 407 I, f° 20 v°.
  • 389 Arch. mun. Millau, CC 408 I, f° 47 v°.
  • 390 P. Flandin-Bléty, Essai…, op. cit., p. 766 note 1, pour de nombreux autres exemples.
  • 391 Arch. mun. Millau, CC 417 I, f° 20 v° et s.
  • 392 A. Leguai, De la seigneurie à l’État. Le Bourbonnais pendant la guerre de Cent Ans, Moulins, 1969. (...)
  • 393 A. Leguai, « Royauté et principautés en France aux xive et xve siècles : l’évolution de leurs rapp (...)

115Les comtes d’Armagnac dans le dernier quart du xive siècle et dans les années 1420-1430 reçoivent d’importantes sommes. En octobre 1387, Johan Cayret se rend à Rodez pour discuter d’une taille relative aux mois de septembre et d’octobre accordée au comte d’Armagnac, il est décidé d’accorder un tiers de franc par feu386. En avril 1388, Raymond Garnier est envoyé par la ville à Rodez pour répartir 22 000 francs destinés au comte pour la garda e defenssio del pays387. De tels accords sont renouvelés, par exemple, en décembre 1428 avec l’octroi de 8 000 moutons388, et en mai 1429 pour discuter de l’offre du comte de prendre pendant un an le Rouergue en garda et en sufferta am que lo pays lo dones X milia m°389 et enfin en juillet 1436 avec 4 000 écus390. Mais les ressources tirées par la famille d’Armagnac de ces accords de défense sont contestées. Le conflit qui survient entre le consulat et le vicomte de Lomagne est à ce titre révélateur après que la ville ait décidé de ne rien consentir (non cossentigues de hun denia)391. Les sommes versées aux Armagnac sont importantes, un peu plus de 30 % des transferts. Ils ont échoué là où ailleurs d’autres ont construit des principautés392. Malgré leurs tentatives, la constitution d’une unité géographique et politique n’a pas été possible393. Les terres de Gascogne et leurs possessions en Rouergue n’ont pu être réunies de manière durable. L’affirmation de leur puissance aux xive et xve siècles est à l’égal de celle des comtes de Toulouse aux xiie et xiiie siècles. Le développement institutionnel, financier et administratif ne semble pas suivre celui d’autres territoires. L’expédition militaire menée contre Jean V d’Armagnac, en 1455, l’obligera à quitter le royaume, sa condamnation par défaut met fin aux prétentions politiques de cette famille. Les possessions des Albret-Armagnac seront réunies au domaine royal en 1607.

  • 394 Le 13 septembre 1356, trois commissaires du trésorier du Rouergue viennent arrêter les consuls et (...)
  • 395 Arch. mun. Millau, CC 382 I, f° 32 r°-33 r°.
  • 396 Ph. Wolff, « Finances et vie urbaine : Barcelone et Toulouse au début du xve siècle », Regards sur (...)
  • 397 E. Perroy, « La fiscalité royale en Beaujolais aux xive et xve siècles », M.A., t. XXIX, 1928, p. (...)
  • 398 Par exemple, en 1391, les consuls répondent favorablement à la demande de prêt du juge, Arch. mun. (...)
  • 399 Arch. mun. Millau, CC 417 I, f° 57 r°. CC 419 I, f° 17 r°-v°.

116En définitive, 93,1 % des transferts comptabilisés dans les budgets millavois se répartissent entre les souverains français et anglais, la famille d’Armagnac et les sommes consacrées à l’évacuation des places pendant les années 1370-1390. Cet ensemble concerne avant tout les impositions extraordinaires directes à quoi il convient d’ajouter 4,1 % des dépenses liées aux frais de contraintes. Il n’est pas utile d’évoquer en détail la venue des sergents en garnison sur le consulat394, c’est là une pratique commune avec les autres villes du royaume. Le conflit qui oppose la ville à G. Cocural en 1391-1392 est porté devant la cambra de nostre senher lo Papa, le trésorier voulant faire excommunier les consuls pour leur défaut de paiement. Ce moyen de pression a pour effet de susciter chez les magistrats millavois quelques réactions qui dépêchent Johan Cayret en Avignon pour requérir leur absolution395. À Toulouse au début du xve siècle, on procède également à la consignation des capitouls à la maison commune ou à la venue de sergents en garnison dans les demeures des capitouls396. Semblables pratiques se rencontrent par exemple en Beaujolais397. La lecture des registres consulaires met en lumière les marchandages opérés avec les commissaires venus exécuter la ville, les demandes de délai de paiement ou les ambassades, de la ville ou des États, envoyées au Roi. Il y a là autant de moyens dilatoires dont les résultats s’avèrent parfois fructueux. Enfin, 2,8 % des prélèvements recouvrent des versements divers effectués au juge de la ville398, au sénéchal et à d’autres officiers royaux pour certanas donas le plus souvent en relation avec l’impôt399.

  • 400 O.R.F., V, p. 292-294.
  • 401 Arch. mun. Millau, CC 2 II, f° 37 r°.
  • 402 Arch. mun. Millau, CC 405 I, f° 39 r°.

117Les informations recueillies dans les comptes des boursiers intéressent également les questions des assignations effectuées sur la ville et la place des impositions indirectes prélevées par la monarchie. Les relations financières entre le pouvoir royal et le consulat en matière d’assignation ont été précisées dans des lettres du duc d’Anjou en mars 1370 (n.s.). Nulle assignation n’est faite sur les revenus du domaine que le roi tire de la ville, ces deniers sont versés au seul trésorier royal400. Les dispositions ainsi formulées ont trait aux impôts concédés par le roi à la ville. Dans le domaine des finances extraordinaires ces mesures ne trouvaient pas à s’appliquer. Les consuls paient certaines sommes en vertu d’une assignation faite par le bénéficiaire de l’impôt. Ainsi en mai 1427, la ville doit verser 37 l. à un particulier en vertu de la décision du receveur de la taille401. Un écuyer de Madame de Pardiac perçoit également 200 moutons, en mars 1428, en raison d’une assignation produite par le receveur P. de Vessodes. Les conseillers ne font pas obstacle402. Les registres consulaires du xve siècle rendent assez régulièrement compte de ces opérations.

  • 403 P. Flandi-Bléty, Essai…, op. cit., p. 516-520, note les difficultés pour rendre compte en raison d (...)
  • 404 Arch. mun. Millau, AA 18 (14 mars 1370). O.R.F., V, p. 291-292. Privilège confirmé le 3 septembre (...)
  • 405 Arch. nat., JJ 100, pièce 543. O.R.F., V, p. 304-305 (juin 1370).
  • 406 Arch. mun. Millau, AA 14, n° 361.
  • 407 Arch. mun. Millau, CC 369 I, f° 39 v° et s. Des consultations sont entreprises avec les consuls de (...)
  • 408 Arch. mun. Millau, CC 372 I, f° 15 v° et f° 36 v°, toutefois le duc d’Anjou accorde à la ville de (...)
  • 409 Histoire générale de Languedoc, X, c. 606 et c. 1522-1523.
  • 410 Principalement Arch. mun. Millau, CC 376 I, f° 22 r°-v° et 58 v°.

118Moins nombreuses sont les informations qui concernent les taxations sur la circulation des marchandises au titre des aides pour la guerre403. À la suite de la reconnaissance de la souveraineté du Roi de France en 1369-1370, de nombreux privilèges furent consentis au consulat parmi lesquels l’exemption d’impôts pendant 20 ans404 et celle des droits pour les marchandises achetées par les Millavois405. D’autres exemptions sont accordées, en 1376, pour l’impôt du treizième par des lettres du duc d’Anjou406. En outre, les consuls manifestent leur opposition à l’instauration de la gabelle de 12 deniers par livre lors des journées tenues par les États du Rouergue en 1373-1374 pour payer les 13 000 francs réclamés par le duc d’Anjou407. Ce n’est que partie remise car en 1378, l’imposition de 12 deniers par livre et du treizième sur le vin est levée408. Sur les plaintes des consuls, Charles V interdit en août 1375 la vente du sel chez les particuliers et impose que le sel « soit mené pour vendre et vendu en une place commune… senz ce que les vendeurs dudit sel puissent ou doient vendre en leurs hostelz ou autres lieux particuliers »409. L’exercice 1385-1386 précise la venue de commissaires sur le fait du sel et le paiement de la finansa de la sal pour près de 600 l.410.

  • 411 Sur l’attitude des consuls narbonnais, M.-C. Ferradou-Haber, Pouvoir royal…, op. cit., p. 271 et s (...)
  • 412 Arch. mun. Millau, CC 376 I, f° 30 v°, la paurieyra dels pays e quere ajuda al pays car lo pays es (...)
  • 413 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 49 r°.
  • 414 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 22 r° et f° 25 v°.

119Le poids des prélèvements opérés sur la ville suscite quelques difficultés financières dont les boursiers se font l’écho dans leurs registres411. Aux demandes de remises d’impôts en raison de la pauvreté du pays, certes classiques, répond la recherche d’argent pour payer les impositions, confirmant la réalité des demandes d’exonération. Un représentant de la ville se rend auprès du duc de Berry et du comte d’Armagnac, en décembre 1375, pour exposer la pauvreté du pays412. Johan Cayret est envoyé à Paris, en avril 1407, per espliqua al Rey la nesesitat ela meseria del pays413. Dans l’obligation de s’acquitter de leur part de l’impôt, les consuls mobilisent les ressources de la ville par l’intermédiaire de prêts forcés, en général auprès des plus riches habitants. À défaut ils recherchent des aides à l’extérieur de Millau. Ainsi en février 1388, le consulat tente de trouver 1000 francs dont la moitié sera destinée au paiement d’une bueia414. Les demandes financières diverses qui pèsent sur le consulat constituent une des explications du recours à l’emprunt.

5. Les dettes à court terme.

  • 415 A. Furió, « La dette dans les dépenses municipales », La fiscalité des villes…, 3, p. 321-350. La (...)
  • 416 Ph. Wolff, « Finances et vie urbaine : Barcelone et Toulouse au début du xve siècle », Regards sur (...)
  • 417 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 759 et s.

120Les dettes ne constituent pas un poste important des finances millavoises (10 %) au regard d’autres villes de l’Occident méditerranéen415. Comparant les finances de Barcelone et de Toulouse, Ph. Wolff concluait à un recours différent au crédit par les deux villes : « Toulouse s’adresse à quelques individus, auxquels elle demande surtout des facilités de trésorerie, à plus ou moins bref terme… À Barcelone, le crédit repose sur l’émission de rentes perpétuelles rachetables » où près des deux tiers du budget vont au service de la dette416. La situation millavoise est proche de celle observée à Toulouse. Très variable entre 1356 et 1460, la part des remboursements de dettes de la ville est du même ordre de grandeur qu’à Saint-Flour417. Leur évolution est sensiblement différente. Alors que les arriérés sanflorains s’établissent entre 8 et 12 % des dépenses globales de 1378 à 1420, puis qu’ils diminuent ensuite, les dettes millavoises varient en moyenne entre 5,5 % (1356-1387), 31,2 % (1388-1395) et 9,8 % (1396-1460).

  • 418 V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 316 pour la question du règlement d’arriérés.
  • 419 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, p. 213-215. G. Espi (...)
  • 420 Arch. mun. Millau, CC 384 I, f° 26 r°, paguiey al sen Damelhau en amermamen de I deute que li deu (...)

121Les informations contenues dans les comptes permettent en partie d’individualiser les personnes auxquelles le boursier a remboursé l’argent qu’elles ont prêté ou avancé418. Parmi les créanciers du consulat une distinction peut être opérée entre les particuliers (42,9 %) et les prêteurs extérieurs à la ville (57,1 %) au cours des années 1356-1460. Ni les registres comptables des boursiers, ni les autres documents financiers n’ont laissé trace de constitution de rentes comme il a pu en exister en d’autres villes419. Une première catégorie est constituée par les particuliers millavois. Il s’agit du paiement de sommes d’argent dues par la ville et inscrites sur le registre des dettes420. Ces paiements effectués par le consul boursier, ou assignés sur les sommes perçues par un collecteur ou fermier de l’impôt, peuvent faire l’objet d’un règlement monétaire. Le plus souvent une compensation s’établit avec l’impôt dû par le créancier du consulat. Pour un peu plus de 80 % de ces remboursements, le bénéficiaire peut être identifié. Ainsi 40 personnes ont bénéficié de quelques 2 500 l. Leur appartenance au milieu consulaire et à celui des gens des finances est des plus remarquables.

  • 421 Pons Barrieyra doit s’acquitter de 2 fl. 3 gr. 9 d., Johan Cayret de 4 fl. 11 gr. 9 d. Esteve Dolm (...)
  • 422 Arch. mun. Millau, CC 380 I, f° 7 r°. À Marseille, l’intérêt est en général de 10 à 15 %, A. Drogu (...)
  • 423 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 25 v°-28 v°.
  • 424 Arch. mun. Millau, CC 417 I, f° 41 v°.
  • 425 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 30 v°. Johan Molinier a été fermier de la barre de la Recluse en 1 (...)
  • 426 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 61 v°. Il participe à la gestion des bassins, des travaux mais éga (...)
  • 427 Par exemple G. Pelegri, Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 21 v°.

122Parmi les 30 lignages consulaires ayant occupé le plus grand nombre de charges au consulat, 27 d’entre eux sont représentés. On note la présence des Johan, Delrieu, Fornier, Dolmières, Portala, Vonc et Borzes. Variant de quelques livres à plusieurs centaines, le montant global des sommes acquittées par le consulat révèle l’existence de « financiers ». Ainsi cinq personnes ont reçu plus de 100 l. Elles appartiennent au milieu consulaire et elles ont toutes exercé la fonction de boursier. C’est le cas avec Pons Barrieyra (109 l. 15 s.), Johan Dolmieras (119 l. 13 s.), Estève Dolmieras (1 35l. 2 s.), Brenguier Delrieu jeune (191 l. 9 s.) et Johan Cayret (1 211 l. 1 s.). Chacun d’eux a occupé denombreuses charges consulaires dont celle de trésorier qu’il s’agisse par exemple de Delrieu par trois fois (1413-1421), de Dolmières à cinq reprises (1364-1380) ou de Cayret au cours de six années (1371-1391). Ils apparaissent, à la lumière du manuel de la taille de 1380, parmi les feux les plus imposés421. Le consulat tire profit de leur fortune pour éviter d’avoir à emprunter à l’extérieur. Il peut ainsi mobiliser d’importantes sommes d’argent sans avoir recours à l’imposition. Le registre de P. Ratier fait état, le 13 juillet 1389, du remboursement d’un prêt de 400 écus d’or à 7,5 % consenti par Cayret à la ville422. Cet acte est passé, le 23 novembre 1388, à un moment où le consulat doit faire face au paiement d’une bueia, Cayret est l’un des deux envoyés de la ville pour négocier avec le sénéchal quelque arrangement423. En d’autres circonstances, Estève Dolmieras est remboursé du prêt qu’il a fait pour financer le voyage d’un envoyé à Paris424. Outre les boursiers, 15 des 40 personnes identifiées, nombre d’individus ayant assumé d’autres charges financières se retrouvent parmi ce groupe des prêteurs. Au total, 29 des 40 personnes appartiennent aux gens des finances. C’est par exemple le cas de Johan Molinier qui reçoit 30 l., en mai 1388, per I deute que li devia lo cossolat425 et de Raymond Rozier426. D’autres n’ont semble-t-il pas assumé de fonctions financières427.

Graphique 15. Les dettes du consulat de Millau de 1356 à 1460 (en livres et en %)

Graphique 15. Les dettes du consulat de Millau de 1356 à 1460 (en livres et en %)

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)

  • 428 Arch. mun. Millau, CC 371 I, f° 18 v°.
  • 429 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 20 r° et f° 31 v°.
  • 430 Arch. mun. Millau, CC 382 I, f° 14 r°.
  • 431 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 32 v°.
  • 432 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 23 v°.
  • 433 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 23 v°.
  • 434 Arch. mun. Millau, CC 372 I, f° 7 v°-8 r°.
  • 435 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 42 r°, sur Jean Vigouroux, H. Bousquet, Comptes consulaires…., t. (...)
  • 436 Arch. mun. Millau, CC 418 I, f° 95 r°.

123Le consulat fait également appel à des prêteurs extérieurs dont certaines peuvent être connues grâce aux remboursements effectués par les boursiers. En 1375, la ville emprunte cent francs auprès d’un marchand montpelliérain par l’intermédiaire de B. Crozier en voyage à Paris428. Suivant les indications données par les comptables millavois, la localisation géographique des bénéficiaires peut être précisée. Plus de la moitié des versements sont destinés à des Montpelliérains (55,4 % du total des dettes de la ville versées à des personnes extérieures), puis viennent des Ruthénois et Saint-Africains (17,3 % et 3,8 %). Un peu moins du quart restant est payé à des individus dont la résidence n’a pu être renseignée. Les prêts contractés auprès de marchands qui habitent Montpellier sont tout à la fois importants par leurs montants et leur régularité dans les années 1370-1410. Ils confortent les relations régulières entre les deux villes. En 1388-1389, les envoyés consulaires se rendent deux fois à Montpellier pour deux prêts, l’un de 400 francs et le second de 600 francs429. En septembre 1391, la ville paie 120 l. pour le remboursement de cette somme de 600 francs empruntée pour une buega430. De 1400 à 1410, le consulat est en relation étroite avec Yzarn Tenchurier, il lui verse 300 l. en décembre 1406431, puis 100 l. en novembre 1413432 et quelque autre argent en janvier 1414433. Dans d’autres circonstances, certaines sommes sont empruntées à Paris par un envoyé du consulat et remboursées à un marchand de Montpellier434. Enfin, parmi les remboursements effectués à des marchands rouergats, les noms de Johan Vigouroux et de Durand Hebrat à Rodez435 ou de Brenguia Solia à SaintAffrique436 sont mentionnés.

  • 437 À Millau, il n’existe pas d’administration particulière pour la gestion de la dette publique. Pour (...)
  • 438 A. Furió, « La dette dans les dépenses municipales », La fiscalité des villes…, 3, p. 345. Voir ég (...)

124Le poste des dettes du consulat met en lumière l’absence d’une organisation précise de financement des dépenses de la ville437. Les comptes de l’administration municipale éclairent l’action du consulat pour mobiliser certains habitants pour des emprunts forcés ou des particuliers en vue de faciliter la gestion de la trésorerie. Enfin, il n’existe pas de rentes viagères ou héréditaires. À Millau, on ne peut conclure, comme dans d’autres villes, que « les exigences de la monarchie étaient financées par la dette (…) et celle-ci, à son tour, par la fiscalité levée pour rembourser les emprunts ou payer les intérêts »438. Certes il existe des emprunts auprès des plus riches Millavois qui sont également des membres de l’administration consulaire et qui assument une partie des charges financières de la ville, toutefois on ne peut affirmer que les finances de la ville repose sur la dette, l’impôt direct constitue le principal moyen de financement des dépenses du consulat.

  • 439 Dans ce sens, B. Chevalier, Les bonnes villes de France…, op. cit., p. 213-217.

125Des 73 registres de comptes conservés pour les années 1356-1460, 58 exercices comptables ont permis l’analyse de la répartition et de l’évolution des dépenses du consulat. La classification fonctionnelle adoptée distingue entre les dépenses de rémunérations (10,2 %), de gestion fiscale (1,3 %), de fonctionnement (3 %), de représentation (19,6 %), les services communs (2,6 %), l’urbanisme (3,8 %), la sécurité et défense (7,3 %), la justice (2,1 %), la part du prince (40,1 %) et enfin les dettes (10 %). L’influence du contexte politique, économique, financier et militaire est grande. Les dépenses de défense et de sécurité, la part du prince, les frais de représentation constituent plus des deux tiers des budgets. C’est dire si à Millau comme ailleurs, par exemple à Saint-Flour, la marge de manœuvre des consuls est étroite. À cela s’ajoutent les dépenses régulières liées au fonctionnement de l’administration qui réduisent d’autant leurs initiatives. On l’aura compris, les consuls millavois maîtrisent une petite partie des sommes qu’ils ont à gérer, services communs et dépenses d’urbanisme en constituent l’essentiel. L’examen des comptabilités urbaines devrait permettre de préciser des différences géographiques mais également une chronologie des dépenses439.

  • 440 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 765-769, dépenses militaires (1378-1384), frais de justi (...)

126Ces sources, tout à fait exceptionnelles, éclairent deux phases dans l’évolution, en valeur absolue, des budgets. Après une augmentation dans la première moitié du xive siècle, les dépenses atteignent ensuite leur maximum, avec plus de 3 000 l., pendant les années 1385-1390. Enfin, elles s’établissent au cours des exercices suivants à environ 1 000 l. Les variations des différents postes budgétaires mettent en lumière l’importance de certains d’entre eux, qu’il s’agisse des investissements défensifs (1357-1365), des dépenses de représentation (1356-1375 et 1389-1396), de la part du prince (1378-1388 et 1433-1460), de la dette (1388-1396), du contentieux (1391-1405), de l’urbanisme (1403-1414) ou des services communs (1396-1408 et 1453-1461). Ces six « options budgétaires »440 sont à rapprocher de celles mises en évidence par les comptes sanflorains. Elles intéressent les mêmes domaines mais deux différences sont à noter. À Millau, plusieurs options dominantes peuvent être suivies au cours d’un exercice ou d’une période donnée. En outre, leur chronologie, liée à l’environnement militaire et politique de l’Auvergne et du Rouergue, est différente d’une ville à l’autre, par exemple, pour les dépenses de défense. Quelle est la situation dans les autres villes du Rouergue et du royaume ?

Conclusion

  • 441 On pourra se reporter aux études de cas menées pour Chambéry, Narbonne, Cadillac, Tarascon et Mill (...)

127Hormis la connaissance de l’évolution et de la répartition des dépenses du consulat, ou du moins celles consignées par les boursiers, certaines perspectives de recherche peuvent être avancées à la lumière des informations recueillies pour Millau et d’autres villes. Peu de monographies envisagent les finances urbaines alors que de nombreuses villes conservent de riches fonds. Les appels lancés pour leur exploitation rencontreront à l’avenir, il faut l’espérer, quelques bonnes volontés. C’est tout d’abord la multiplication des études pour les grandes villes et celles de taille plus modeste qui permettront d’avancer des conclusions plus sûres et plus nuancées quant à la structure des budgets urbains. Nous avons bien conscience qu’il y a quelque chose d’un peu artificiel à comparer les données de Lille, Dijon, Marseille, Tarascon, Rennes, Provins et Millau de la fin du xiiie siècle à la fin du xve siècle. Sans doute faudrait-il davantage s’attacher à des zones géographiques aux caractéristiques politiques, financières, économiques et sociales semblables441. Une carte urbaine des dépenses pourrait alors être esquissée qui distinguerait les mouvements d’ensemble de phénomènes plus locaux.

128Quelques éléments nous sont déjà connus. Ainsi l’importance des investissements défensifs des années 1350-1360 est un phénomène commun à bien des villes. Le poids de la fiscalité princière et monarchique est tout aussi présent. Pour les villes de Languedoc, le recours à la dette, et son remboursement, ne paraissent pas occuper une place importante dans les dépenses urbaines. Enfin, les dépenses de représentation tiennent une place non négligeable dans les comptabilités municipales. C’est à essayer d’avancer dans ces quelques directions que notre étude a choisi de comparer les résultats millavois avec ceux mis en évidence pour Saint-Flour. Ces deux études offrent l’avantage de s’inscrire dans le long terme, 1356-1460 pour Millau et 1376-1466 pour Saint-Flour.

  • 442 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 774-775.

129A. Rigaudière regrettait l’absence des registres sanflorains avant le troisième quart du xive siècle, les comptes millavois éclairent l’effort entrepris par la ville pour remettre en état et édifier l’appareil défensif. Les seules dépenses destinées aux fortifications représentent près de 90 % des investissements d’urbanisme de 1356 à 1368. Elles constituent en moyenne près d’un cinquième des budgets voire 40 % en 1368-1369. À quoi il convient d’ajouter certaines sommes, bien malaisées à connaître avec précision, consignées dans d’autres registres en particulier les livres de travaux. D’autres postes viennent limiter les choix des magistrats consulaires, « ils vivent une gestion plus qu’ils ne la pensent, exécutant la plupart du temps un budget sans l’avoir prévu »442 ou l’environnement leur dicte le plus souvent la conduite à suivre.

130Quelques points d’interrogation subsistent. Un premier a trait aux administrations urbaines. Peu d’études se sont intéressées aux conséquences financières de leur développement sur les budgets urbains et à l’apparition de nouveaux agents en relation avec certaines fonctions sociales urbaines. Une deuxième remarque laisserait à penser que les pouvoirs de police dont disposent les magistrats urbains et dont ils usent en de nombreux domaines (économique, social et hygiène) se traduisent faiblement dans les dépenses municipales. Enfin, la question de la redistribution de l’argent dans la ville reste pour l’instant à peine esquissée. La majorité des sommes inscrites dans les registres des boursiers millavois est destinée à des agents qui ne résident pas dans les murs du consulat. Les prélèvements fiscaux, les remboursements des emprunts auprès de marchands montpelliérains en constituent l’essentiel, les avantages reçus par les officiers et les commissaires royaux ne sont pas non plus à négliger. L’appréciation chiffrée des sommes distribuées aux Millavois est plus délicate encore à mesurer. Quelques éléments ont pu être mis en évidence avec l’approvisionnement des robes consulaires, de manière générale, auprès des boursiers ou leur rôle dans la gestion de la caisse par les avances consenties. La liste des personnes avec lesquelles les prix-faits pour les travaux sont conclus est réduite. La lecture des comptes consulaires millavois traduit cette redistribution d’une partie des recettes de la ville qui repose principalement sur l’impôt direct.

Les dépenses de Millau de 1356 à 1460

Les dépenses de Millau de 1356 à 1460

(D’après Arch. mun. Millau, CC 350 à 429 I)

Notes

1 J. Artières, Documents sur la ville de Millau. Mémorial des privilèges, Livres de comptes des Consuls boursiers, délibérations communales (xie-xvie siècles), Collection des Archives Historiques du Rouergue, VII, Millau, 1930.

2 M.-Th Caron, La société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1977, p. 9 citant M. Bordeaux, Le patrimoine ecclésiastique à la fin du Moyen Âge, évolution économique des diocèses et abbayes de France aux xive et xve siècles, Paris, 1969, p. 88, fig. B.

3 Les sources de l’histoire économique sont variées, sur ce point, R. Fossier, Sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge occidental, L’atelier du Médiéviste, 6, Turnhout, 1999, p. 35-131. Pour une présentation des informations fournies par la documentation consultée, par exemple, Ch.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence au xive s. (1280-1380), Rome, 1982, p. 15-22, avec l’utilisation des sources notariées, livres de raison personnels, comptabilités hospitalières, mercuriales et des écrits de chroniqueurs.

4 Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, 1954, p. 412.

5 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie et xive siècles, Paris, 1967, p. 615.

6 D. Clauzel, Finances et politiques à Lille pendant la période bourguignonne, Dunkerque, 1982, p. 205-206 prévient son lecteur que la comptabilité urbaine « ne reflète pas toute la vie de la cité. Il en est de l’économie comme du reste ».

7 L’Histoire du Rouergue, Toulouse, 1979, rééd. 2001, p. 177-181 consacre quelques pages au redressement économique observé à partir du milieu du xve siècle, mais J. Bousquet note les rares travaux consacrés à la période antérieure, op. cit., p. 193. Au milieu du xvie siècle, l’intensité de la vie économique des villes, la production du blé et du vin dans les campagnes ont été mises en lumière par J. Bousquet, Enquête sur les commodités du Rouergue de 1552, Toulouse, 1969.

8 R. Latouche, Comptes consulaires de Saint-Antonin au xive siècle, thèse lettres, Toulouse, 1922, Nice, 1923. B. Suau-Noulens, La ville de Rodez au milieu du xve siècle, thèse E.N.C, dactyl., vol. 2, 1971.

9 G. Charlier, Aspects de la vie économique de Villefranche-de-Rouergue d’après les registres du notaire Raymond de Salis (1361-1367), mémoire maîtrise, dactyl., U.T.M., 1998-1999, avec l’étude de 290 actes de dettes. Pour une étude, à partir des registres ruthénois, A.-M. Landes-Mallet, « Travail et apprentissage en Rouergue médiéval », Libertés locales et vie municipale en Rouergue, Languedoc et Roussillon, Actes du LVIXe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Millau, 1987, Montpellier, 1988, p. 91-98.

10 R. Nougaret, Hôpitaux, léproserie et bodomies de Rodez de la grande peste à l’hôpital général (vers 1340-1676), Rodez, 1986. B. de Gaulejac, « Evolution des prix, des salaires et du niveau de vie dans le Rouergue, entre 1350 et 1789 », Études sur le Rouergue, Actes du XLVIIe congrès d’Études de la F.H.L.M.R. et du XXIXe congrès d’Études de la Fédération des Sociétés Académiques et Savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne, tenus à Rodez les 7, 8 et 9 juin 1974, 1974, p. 149-173. Cette dernière étude est consacrée essentiellement à l’Ancien Régime, peu de données sur les prix des produits ont été relevées.

11 A.-R. Carcenac, Les Templiers du Larzac. La commanderie du temple de Sainte-Eulalie de Larzac, Nîmes, 1994. Voir également, G. Bourgeois, « Le rôle économique des Grands Ordres dans le Sud Rouergue au Moyen Âge », Découverte du Rouergue méridional, Annales 1984-1985, Millau, 1986, p. 69-82.

12 Arch. mun. Millau, EE 78 I.

13 A. Rigaudière, Saint-Flour ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et financière, Paris, 1982, p. 722-727. E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle. Population, société, économie, Paris, 1996, p. 399.

14 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 723-724.

15 Pour l’évolution des prix et salaires, en Forez, au cours des années 1380-1430, E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 615-654. À Toulouse, les notaires portent parfois en début de registres l’indication du prix du blé et du vin, Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse…, op. cit., p. 411-412.

16 G. Frêche, « Cinquante et une mercuriales du Massif central (xvie-xixe siècle), A.M., janvier-mars 1979, p. 30.

17 Arch. mun. Millau, CC 419 I, f° 24 r°.

18 Arch. mun. Millau, CC 419 I, f° 31 v°.

19 Arch. mun. Millau, CC 419 I, f° 29 v°.

20 L’appel lancé par J.-L. Biget pour un renouveau de l’histoire des prix et des salaires, sur le modèle de celui développé par Ch.-M. de La Roncière, n’a guère été entendu en Rouergue. Notre travail a pu s’inspirer de la réflexion menée à partir des sources toscanes mais il demeure très incomplet. Une étude d’ensemble mériterait d’être menée pour les villes rouergates. J.-L. Biget, « Florence, un “modèle” pour l’histoire des villes du Midi français », A.M., 97 (1985), p. 444-446. Ch.-M de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 11 insiste sur la nécessité de prendre en considération tous les prix mentionnés par les diverses sources. Il précise que « les éliminer des statistiques reviendrait à appauvrir la complexité des marchés urbains et à éloigner des catégories sociales parfois majoritaires. Sans confondre tous ces prix, d’origine et de portée différentes, on cherchera à les utiliser tous, à leur niveau ». Notre étude, plus limitée, a du se résoudre à faire des choix.

21 Les anciennes mesures locales du Massif central d’après les tables de conversion, Institut d’Études du Massif central, P. Charbonnier (sous la direction de), Clermont-Ferrand, 1990, p. 14 et p. 252. Elles doivent servir d’ » ordres de grandeur vraisemblables ». Il souligne qu’il est « difficile de croire à l’immutabilité parfaite des mesures depuis le Moyen Âge jusqu’au xixe siècle, la force des coutumes locales et la transmission orale des connaissances dans le monde paysan ont dû jouer un rôle déterminant dans les permanences ». Pour l’Aveyron, p. 73-88, dont les sources sont constituées par Arch. nat., F 12, 209, Tableau des nouveaux poids, rapport des poids anciens et nouveaux, Rodez, Carrère, s. d., H. de Richeprey, Réduction des poids et mesures « alors en usage en Haute-Guienne » aux poids et mesures de Paris, Paris, Crapost, 1787, Tableaux des anciennes mesures du département de l’Aveyron, Rodez, Carrère, 1798.
Mesures à Millau de capacité pour les grains (le setier de 63,2 litres se divise en 4 quartes et 40 bassines), de capacité des liquides (muid = 4 quartiers = 16 setiers = 32 émines ou cartal = 256 canons = 292 litres ; vayssel = 6 muids), de longueur (canne de 2,003 mètres, journée de pré de 960 cannes carrées ou 38,52 ares, terres labourables, septerée de 4 quartes et 16 boisseaux = 800 cannes carrées = 32,09 ares, journée de vigne de 80 cannes carrées vaut 3 ares 21 ca).

22 G. Bois, Crise du féodalisme, Paris, 1976, p. 73 et s.

23 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 406.

24 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez…, op. cit., p. 638.

25 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez…, op. cit., p. 615-616.

26 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 386.

27 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 390, relève que pour calculer une moyenne annuelle, il est nécessaire de disposer d’un « échantillonnage mensuel satisfaisant. Parfois il peut être possible de comparer, année par année, le prix moyen du mois pour lequel nous sommes le mieux informés ».

28 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 617-618 et p. 636-637. Voir, G. Bois, Crise du féodalisme…, op. cit., note 4 p. 74, sur le débat du traitement des sources qui opposa J. Meuvret et R. Baehrel.

29 Sur ce problème, Ch.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 715 ets.

30 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 390.

31 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 616-639 (céréales – froment et seigle –, pain, vin, huile, sel, volailles, animaux de basse-cour, vaches, cire, pierre, bois, chaux, tuiles, textiles, chaussures, fer, plomb, clous, maisons, terres labourables). Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse…, op. cit., p. 410 et s. (céréales – froment –, vin, autres produits d’alimentation – animaux –, produits non alimentaires – pastel, bois à brûler, papier, drap de laine –). D. Clauzel, Finances et politique à Lille pendant la période bourguignonne, Lille, 1982, p. 211 et s. (blé, vin et bière, autres produits, textile, guède, lin, cuir). B. Suau-Noulens, La ville de Rodez au milieu du xve siècle, Thèse E.N.C., 1971, dactyl., p. 254 et s. (froment, seigle, vigne, viande, draps, métaux, cire, papier). B. Chevalier, « Le pauvre et l’apprenti. À propos d’un renversement de la conjoncture dans les bonnes villes en France à la fin du xve siècle », Les bonnes villes, l’État et la société dans la France de la fin du xve siècle, Orléans, 1995, p. 277-289.

32 Les biens pour lesquels nous ne disposons pas d’informations suffisantes concernent avant tout les matières premières (chaux, fer, bois, pierre).

33 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 636-638. Ph. Wolff, « Prix et marché », Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, Paris, 1973, p. 463-481. Ch.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 10-11 sur la démarche adoptée.

34 A. Guerreau, « L’étude de l’économie médiévale. Genèse et problèmes actuels », Cahiers du Léopard d’or, 7, 1998, p. 54-55. J. Day, Monnaies et marchés au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 213-249. E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 389.

35 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 636-638. A. Guerreau, « L’étude de l’économie médiévale. Genèse et problèmes actuels », Le Moyen Âge aujourd’hui…, p. 54-55. J. Day, Monnaies et marchés au Moyen Âge…, op. cit., p. 87 et s.

36 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 60 v°, le bayle de la ville reçoit un demi-quartier, l’écuyer du consulat a droit à une pièce de bœuf également chaque année. Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 26 v°.

37 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 27 r°.

38 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 370 I, f° 11 v°, 23 r°, 26 r°, 27 v°. CC 377 I, f° 29 r°. CC 395 I, f° 17 v°.CC410I, f° 9 v°, 10r° à 12 v°, 30 v°et 31 r°.

39 Ph. Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 413-417. E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 389-396.

40 Ph. Contamine, M. Bompaire, S. Lebecq et J.-L. Sarrazin, L’économie médiévale, Paris, 1993, 2e éd., 1997, p. 343-345 sur le poids économique des guerres.

41 J. Morelló Baget, « Approvisionnement et finances municipales en Méditerranée occidentale : l’exemple de la Couronne d’Aragon », La fiscalité des villes…, 3, p. 267-294, avec des compléments pour la France méridionale apportés par Ch. Guilleré. Les villes du Sud de la France semblent consacrer de faibles dépenses à cette action. Plusieurs exemples sont fournis dans La fiscalité des villes…, 3, pour Chambéry, p. 141, Narbonne, p. 158, Cadillac, p. 168 et Tarascon, p. 172. Pour l’intervention des consuls de Saint-Flour en cette matière, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 494 et s. A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 102 et s. avec la politique suivie par la ville et les lieux d’approvisionnement. E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 637. Sur la politique mise en place par les magistrats de Florence, Ch.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 523-621. Il détaille la mise en place d’organismes spécialisés pour assurer le ravitaillement de la population ainsi que d’une législation « précoce et méticuleuse » qui réglemente le prix des denrées. Il conclut à la portée limitée de ces mesures en raison de trois facteurs, les aléas climatiques, les problèmes liés aux importations de blés et l’action des producteurs et importateurs privés.

42 G. Charlier, Aspects de la vie économique de Villefranche-de-Rouergue…, op. cit., p. 79. J. Artières, Documents…, op. cit., n° 141, p. 65-66, rapporte l’action du sénéchal du Rouergue, en avril 1323, en raison de la pénurie de blé.

43 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 25 r° et f° 29 r°.

44 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 43 r°.

45 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 47 v°.

46 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 61 r°.

47 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 61 v°.

48 On a pu observer de semblables variations saisonnières pour l’année 1365-1366, Arch. mun. Millau, CC 362 I, f° 9 v° (4 juillet, 6 s. le st. de sivada), f° 19 v° (31 août, 5s. 10 d.), f° 39 r° (8 novembre, 6 s.), f° 42 r° (18 novembre, 6 s.), f° 50 v° (9 janvier, 7 s.), f° 52 r° (28 janvier, 6 s. 10 d.), f° 53 r° (17 février, 6 s. 8 d.), f° 60 v° (10 mars, 7 s.), f° 64 v° (18 mars, 7 s.), f° 67 v° (29 mars, 7 s.), f° 73 r° (16 avril, 7 s.) et f° 77 v° (28 avril, 7 s. 6 d.).

49 De manière générale, la période 1367-1371 se traduit par une augmentation du prix des produits (charretée de paille en 1368, la fiole d’encre de 1369 à 1372, le cartal de vin en1371, la livre de fruits confits de 1368 à 1371). Les phénomènes monétaires sont également à prendre en considération, le florin passant de 15 s. au mois de juin 1369 à 20 s. au mois de mai 1370, Arch. mun. Millau, CC 364 I, f° 3 v°-6 v°.

50 Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 26 r°. Semblable justification est reprise le 26 novembre, le 5 décembre, le 11 décembre et le 2 janvier, Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 26 v°, f° 30 v°, f° 31 v° et f° 38 r°.

51 Par exemple, le mueg de cals (muid de chaux), la canne de pibol (peuplier), le quintal de fer, la canne de pierre. Les données ne sont pas suffisamment continues pour saisir l’évolution de leur prix pendant une période suffisante.

52 Ph. Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 702 graphique 12.

53 En 1359 et en 1360, la main de papier est vendue 2 s. 6 d. puis 3 s., en 1361, et 3 s. 6 d., en 1362. En 1368, le prix du papier est de 2 s. puis de 3 s. 6 d., en 1369 et de 4 s., en 1370.

54 D’autres informations sont disponibles pour les gros cierges (entorta) et ceux plus petits (entortillos). Les variations de prix suivent celui de la livre de chandelle.

55 Pour la fiole d’encre, il se vend à 10 d., en 1435 et en 1436, puis s’établit à 4 d., en 1460.

56 Le prix du carton d’huile est de 1 s. 6 d., en 1410, 18 s. 7 d., en 1422, 2 s. 6 d., en 1435 et 1436, 2 s. de 1437 à 1442, puis de 1 s. 4 d., en 1460.

57 Ph. Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 269-270, présente un tableau sur l’approvisionnement en draps pour les robes consulaires de 1379 à 1447. Aucun consulat du Rouergue n’est mentionné.

58 De précieuses informations dans les registres notariés, notamment les reconnaissances de dettes marchandes, permettent de compléter les données relevées dans les comptes consulaires. Par exemple, pour l’achat de laine en provenance de France, 3E 11631, f° 19 v° (1373). Certains actes ne mentionnent pas la quantité précise de draps achetés ou vendus, Arch. dép. Aveyron, 3E 11424, f° 249 v° (1451).

59 G. Charlier, Aspects de la vie économique de Villefranche-de-Rouergue…, op. cit., p. 108, note à propos du marché de l’étoffe un élargissement de ce commerce à de nouvelles aires d’influence depuis la domination anglaise.

60 G. Charlier, Aspects de la vie économique de Villefranche-de-Rouergue…, op. cit., p. 116 mentionne les provenances des étoffes : Flandre, Languedoc (Montolieu), Malines et Wervicq.

61 Pour l’évolution du marché toulousain, Ph. Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 236 et s., p. 704 graphique 15.

62 Arch. mun. Millau, CC 355 I, f° 1 r° (1361).

63 Arch. mun. Millau, CC 363 I, f° 1 v° (1367) et 364 I, f° 2 r° (1368).

64 Arch. mun. Millau, CC 358 I, f° 1 v° (1363).

65 Arch. mun. Millau, CC 371 I, f° 1 r° (1375).

66 Arch. mun. Millau, CC 361 I, f° 3 r° (1364).

67 Arch. mun. Millau, CC 355 I, f° 1 r° (1361).

68 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 33 v°-34 r° (1414).

69 Arch. mun. Millau, CC 400 I, f° 34 r° (1418).

70 Arch. mun. Millau, CC 410 I, f° 19 r° (1431).

71 Arch. mun. Millau, CC 410 I, f° 19 r° (1431).

72 Sur la formation des prix pour les draps de laine et la réalisation d’un bénéfice brut inférieur à 20 % par les marchands toulousains, Ph. Wolff, Commerces et marchands…, op. cit., p. 423.

73 Le prix de la canne est alors de1 l. 13 s et 1 l. 14 s.

74 Sur l’activité réglementaire des consuls de Montpellier en matière de draperie, A. Gouron, La réglementation des métiers en Languedoc, Paris, 1958, p. 166.

75 Arch. mun. Millau, CC 393 I, f° 32 r°. Sur les mesures prises en matière de fabrication dans les villes de Languedoc, A. Gouron, La réglementation des métiers en Languedoc…, op. cit., p. 311 et s.

76 Arch. mun. Millau, CC 412 I, f° 42 r° (1436), CC 426 I, f° 14 v° (1456), CC 427 I, f° 1 r° (1458) et CC 428 I, f° 17 r° (1459).

77 Sur la question générale de la draperie millavoise, J. Artières, « Deuxième partie. Notice historique sur la draperie de Millau (XIVe-XVIIIe) », M.S.L.S.A.A., 15 (1894-1899), p. 264-316.

78 Arch. mun. Millau, CC 412 I, f° 41 r°, CC 427 I, f° 2 v°. Un groupe de 25 fouleurs et tisserands est assemblé pour prêter serment d’observer les ordonnances prises par les consuls édictant de produire des draps commercialisables. Le juge de la ville fait crier que les draps doivent se far ben e lialmen, CC 427 I, f° 3 v°. Pour la condamnation à 15 jours de prison, 7 livres d’amende et la charge des dépenses, d’un pareur qui a enlevé le sceau d’une pièce de drap pour la mettre sur une autre de mauvaise qualité, J. Artières, « Recherches sur l’ancienne organisation du travail. Deuxième partie. Notice historique sur la draperie de Millau (xive-xviiie siècle) », op. cit., p. 279.

79 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 61 r°.

80 Quelques autres aliments, peuvent être mentionnés comme les présents de poissons, les poules, les perdrix, les lapins, les épices. À titre de comparaison, B. Chevalier, « Alimentation et niveau de vie à Tours à la fin du xve siècle », Les bonnes villes, l’État et la société dans la France de la fin du xve siècle, Orléans, 1995, p. 101-115.

81 Les variations du prix de la livre de fruits confits peuvent être suivies de 1361 à 1418. On remarque, une fois encore, l’augmentation pour l’année 1362 et les années 1368-1371. On n’hésite pas en mars 1366, à dépêcher une personne pour aller acheter à Montpellier 20 livres de fruits confits pour un montant de 12 florins et 6 gros, à l’occasion de la venue de Jean Chandos, Arch. mun. Millau, CC 362 I, f° 62 r°.

82 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 388-398.

83 A. Guerreau, « L’étude de l’économie médiévale. Genèse et problèmes actuels », Cahiers du Léopard d’or, 7, 1998, p. 55 sur le terme de salaire auquel est préféré celui de rémunération.

84 Par exemple, E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 639 et s. Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse…, op. cit., p. 432 et s. Ch.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 257 et s. avec la mise en lumière des mouvements démographiques de Florence et de la condition des salariés. La « ville impose aux salariés le célibat ou la misère. Pour la majorité de ses habitants elle est stérilisante ou mortifère », J.-L. Biget, « Florence, un “modèle” pour l’histoire des villes du Midi français », A.M., 1985, p. 444.

85 Tout juste pourrait-on donner un aperçu de services rémunérés par la ville tels que le guet sur le clocher ou bien sur les hauteurs environnantes de Millau, des travaux de la confection de robes pour le personnel municipal. Les archives hospitalières de Millau éclairent également la condition des travailleurs, par exemple, Arch. hosp. Millau, E 15-6, f° 1 v° (1385) pour les journées de travail d’une femme dans les champs pour 10 d. par jour.

86 Ch.-M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 707.

87 B. Geremek, Le salariat dans l’artisanat parisien aux xiiie et xve siècles. Étude sur le marché de la main-d’œuvre au Moyen Âge, Paris-La Haye, 1962. Ph. Wolff, Commerce et marchands…, op. cit., p. 441. J.-P. Sosson, Les travaux publics de la ville de Bruges. xive-xve siècles. Les matériaux. Les hommes, Bruxelles, 1977. M. David, « La fabrique et les manœuvres sur les chantiers des cathédrales en France jusqu’au xive siècle », Études d’histoire du droit canonique dédiées à G. Le Bras, Paris, 1965, p. 1113-1130. J.-P. Leguay, La ville de Rennes à travers les comptes des miseurs, Paris, 1968. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 714-727.

88 Arch. mun. Millau, EE 78 à 86 I.

89 Les gages des manœuvres s’établissent à 24 d. par jour en octobre 1356 (CC 350 I, f° 25 v°), à 30 d. en mai 1361 (CC 354 I, f° 36 r°) puis à 36 d. en novembre 1363 (CC 358 I, f° 22 v°). En janvier 1372, les gages sont de 15 d. (CC 367 I, f° 34 r°), de 20 d. en janvier 1376 (CC 371 I, f° 27 v°), puis ils remontent pour se fixer à 34 d. en août 1396 (CC 385 I, f° 14 r°). De 1403 à 1413, ils semblent osciller autour de 30 d. (CC 389 I, f° 5 r°, CC 392 I, f° 53 v° et CC 396 I, f° 6 v°). En novembre 1416 et en mai 1418, ils diminuent à 20 d. (CC 399 I, f° 20 r° et CC 400 I, f° 48 r°). En 1429, ils sont supérieurs à 40 d. (CC 407 I, f° 32 v° et CC 408 I, f° 10 v°).

90 Pour l’évolution dans les différentes parties du royaume, E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 400-408.

91 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 71 r° à 129 v°.

92 E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 651, note 22 jours chômés pour une année civile, 200 jours sont travaillés au total.

93 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 104 r° (3 octobre), f° 109 r° (20 octobre), f° 112 v° (27 octobre) et f° 123 r° (22 novembre).

94 Arch. mun. Millau, CC 360 I, f° 25 r°.

95 Remise en état d’un four à chaux à Saint-Lambert vers la Dourbie du 8 juillet au 4 août, coupe du bois pour cuire le four, fabrication et transport de la chaux, réparation proprement dite de la muraille du 28 juillet au 15 décembre.

96 Certaines indications font état d’une rémunération en numéraire à laquelle s’ajoute du vin, Arch. mun. Millau, CC 399 I, f° 23 v°, ou bien parfois du logement et de la nourriture. Ainsi pour des travaux en 1418, deux frères qui viennent de Sévérac sont rémunérés au taux de 2 s. 1 d. par jour et 1 s. 4 d., CC 400 I,f° 40 r°.

97 Arch. mun. Millau, CC 363 I, f° 11 r°.

98 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 723-724. E. Fournial, Les villes et l’économie d’échange…, op. cit., p. 648 et s.

99 Les registres notariés font parfois état de la vente d’animaux. Ainsi en 1448, une mule est vendue pour le prix de 12 moutons d’or, Arch. dép. Aveyron, 3E 11423, f° 127 r°.

100 La mutation peut être définie comme l’opération qui va « modifier la valeur intrinsèque (poids de métal fin) ou le cours légal dans le système de comptes », J. Favier, Finance et fiscalité…, op. cit., p. 39, « toute modification, officiellement prescrite, de l’équation : valeur d’échange exprimée en unités monétaires et poids de métal », M. Bloch, « Mutations monétaires dans l’ancienne France », A.E.S.C., avril-juin 1953, 2, p. 146. L’affaiblissement d’une monnaie consiste à « diminuer le poids de métal correspondant à une unité monétaire donnée » et le renforcement l’opération inverse. Marc Bloch avait attiré l’attention sur la terminologie et les variations de vocabulaire pour désigner les variations intervenues, reflétant selon lui une « modification assez profonde de la mentalité économique ». M. Bloch, « Mutations monétaires dans l’ancienne France », A.E.S.C., avril-juin 1953, p. 145-158 et p. 433-456. Différentes interprétations des raisons de ces mutations, et de la place de la monnaie dans les crises, ont été fournies, on pourra se reporter à Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse…, op. cit., p. 308. Voir égalment, J. Day, Monnaies et marchés au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 41-82, p. 101-116, p. 149-189 et p. 271-281. Ph. Contamine et alii, L’économie médiévale…, op. cit., p. 321 et s. G. Bois, La grande dépression médiévale xive et xve siècles. Le précédent d’une crise systémique, Paris, 2000, p. 55 et s.

101 Ces informations sont généralement exprimées en monnaie de compte (livre, sous et denier). Des différentes monnaies évoquées nous n’avons retenu que celles qui offrent la possibilité de suivre dans le temps leur cours. Pour le problème de la monnaie de compte et des monnaies de paiement, Ph. Contamine, L’économie médiévale…, op. cit., p. 300 et s., M. Bompaire, Fr. Dumas, Numismatique médiévale…, op. cit., p. 318-336. Les registres de comptes des administrations urbaines posent ce problème, par exemple, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 672 et s., notamment p. 675 sur la valeur des comptes urbains pour connaître de l’histoire monétaire. Fr. Humbert, Les finances municipales…, op. cit., p. 87-95. D. Clauzel, Finances et politiques…, op. cit., p. 101 et s.

102 E. Carpentier, M. Le Mené, La France du xie au xve siècle…, op. cit., p. 385-388.

103 Ph. Wolff, Commerce et marchands…, op. cit., p. 313-343 et A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 674-678.

104 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 17 v° et f° 19 r°.

105 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 42 v°.

106 Quelques indications sont également disponibles pour Rodez à partir de registres notariés, Ph. Wolff, « Quelques données sur la société de Rodez autour de 1420 », Rouergue et confins, Rodez, 1958, p. 123-126.

107 Sur cette monnaie à Toulouse, Ph. Wolff, Commerce et marchands…, op. cit., p. 339.

108 Pour la situation à Toulouse de 1422 à 1440, Ph. Wolff, Commerce et marchands…, op. cit., p. 334-343.

109 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 675. À Millau, pour le mouton, par exemple, Arch. mun. Millau, CC 413 I, f° 2 v° (30 mai 1437, 15 s.), CC 415 I, f° 38 r° (1er octobre 1439, 15 s. 10 d.), CC 422 I, f° 38 r° (9 octobre 1445, 15 s. 10 d.), CC 424 I, f° 5 v° (17 juillet 1452, 15 s. 10 d.). Pour l’écu, par exemple, Arch. mun. Millau, CC 417 I, f° 31 r° (12 octobre 1440, 26 s. 8 d.), CC 424 I, f°8v° (5 août 1452, 27 s. 6 d.).

110 Certains registres comptables urbains regroupent parfois des articles de dépenses, F. Humbert, Les finances municipales de Dijon…, op. cit., p. 49-50. À Provins, les postes établis par les comptables ont pu être conservés, V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 260-261. À noter une particularité du livre des clavaires d’Agde qui distingue dans le chapitre des dépenses entre les despessas (dépenses « courantes ») et les bayladas (sommes d’argent remises à un consul de façon un peu solennelle), A. Castaldo, Seigneurs, villes…, op. cit., p. 395. Pour Marseille, la classification est sommaire, le comptable distingue quatre postes : les salaires des personnes au service de la ville, le ravitaillement, les dépenses communes et les ambassades, A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 58-59. Sur l’évolution de la classification des dépenses au xive siècle à Lille, D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. cit., p. 87-94. Rare, au Moyen Âge, cette pratique semble tardive et limitée aux frais les plus importants liés à la défense des villes. C’est le cas par exemple à Saint-Flour, à Rennes ou encore à Périgueux et à Rodez, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 660 ; J.-P. Leguay, La ville de Rennes au xve siècle…, op. cit., p. 33 ; A. Higounet-Nadal, « Le financement des travaux publics à Périgueux au Moyen Âge », Les constructions civiles de l’Europe au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime, et leur financement, Bruxelles, 1971, p. 156 ; H. Bousquet, Comptes consulaires…, t. I, op. cit., p. 106-129.

111 Sur cette difficulté, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 661. Ch. Desplat, Pau et le Béarn au xviiie siècle, Biarritz, 1992, p. 304-307. B. Garnot, Les villes en France aux xvie-xviie-xviiie siècles, Paris, 1989, p. 105. Pour une synthèse, D. Menjot, « Aperçu historiographique critique des méthodes d’analyse des dépenses urbaines », La fiscalité des villes au Moyen Âge (Occident méditerranéen), 3. La redistribution de l’impôt, Toulouse, 2002, p. 9-33.

112 G. Espinas, Les finances de la commune de Douai des origines au xve siècle, Paris, 1902.

113 Ch. Laroche, La vie municipale à Najac-en-Rouergue…, op. cit., p. 225.

114 L. Bernad, Une ville de consulat…, op. cit., p. 73-74.

115 L. Bernad, Millau en Rouergue de 1350 à 1400. Étude sociale, administrative et financière, thèse d’histoire, dactyl., Montpellier, 1991, p. 333-368 avec la distinction entre les dépenses de fonctionnement (administration, entretien, diverses) et d’investissement.

116 Ch. M. de La Roncière, Prix et salaires à Florence…, op. cit., p. 19-20, remarque formulée pour les comptes d’hôpitaux mais valable également pour les administrations urbaines.

117 Rémunération de l’écuyer ou des sonneurs de cloche, travaux pour la maison commune, les églises, les ponts et les fortifications, dépenses de voyages et la réfection des compoix.

118 Feuilles rongées ou manquantes, tâches d’humidité en sont les principales raisons. Comptes qui n’ont pas été retenus : CC 352 I (1358-1359), CC 354 I (1360-1361), CC 370 I (1374-1375), CC 373 I (1379-1380), CC 374-375 I (1383-1384), CC 377 I (1386-1387), CC 381 I (1390-1391), CC 391 I (1405-1406), CC 398 I (1415-1416), CC 399 I (1416-1417), CC 400 I (1417-1418), CC 407 I (1428-1429), CC 414 I (1438-1439), CC 421 I (1443-1444) et CC 422 I (1445-1446).

119 J. Morelló et P. Verdés, « Les dépenses municipales : essai de typologie », La fiscalité des villes…, 3, p. 35-40.

120 F. Garnier, « Les dépenses consulaires millavoises de 1375 à 1415 : “ni paix ni guerre” », La fiscalité des villes…, 3, p. 147-153.

121 Certaines subdivisions de la grille franco-espagnole ont été individualisées pour Millau, c’est le cas des frais de représentation. En outre, le poste « transferts et contributions » ne se retrouve que de manière incomplète à Millau sous la rubrique « part du prince », il s’agit de prélèvements fiscaux.
Enfin les « services communautaires » ont été divisés en deux rubriques. Dans la grille, ils concernent les « dépenses destinées à couvrir les besoins de la communauté d’habitants », qu’il s’agisse de service à caractère social (« améliorer le bien-être des habitants y compris les infrastructures relatives aux services à caractère social »), des services à caractère économique (« développer les différents secteurs d’activités économiques, y compris les investissements dans les infrastructures »), des services à caractère militaire (« protection des habitants, de leurs biens et de leurs intérêts ») et des services à caractère judiciaire et contentieux (« service d’assistance juridique et de défense des intérêts de l’institution, de la communauté ou d’individus devant toute instance judiciaire ou arbitrale »), J. Morelló et P. Verdés, « Les dépenses municipales : essai de typologie », La fiscalité des villes…, 3, p. 38-40. Nous avons préféré distinguer entre les dépenses consacrées à la défense du bien commun, c’est-à-dire des intérêts de l’universitas, de l’institution consulaire ou de la ville comme entité collective, et les dépenses de services communs qui sont des prestations offertes aux particuliers.

122 Sur l’intérêt d’une telle classification fonctionnelle, J. Morelló et P. Verdés, « Les dépenses municipales : essai de typologie », La fiscalité des villes…, 3, p. 37.

123 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 657-784.

124 Nous n’avons pas choisi de mener une analyse statistique. Pour une telle démarche, A. Guerreau, « Analyse statistique des finances municipales de Dijon au xve siècle. Observations de méthode sur l’analyse factorielle et les procédés classiques », B.E.C., tome 140, janvier-juin 1982, p. 5-34. Sur cette question, D. Menjot, « Aperçu historiographique critique des méthodes d’analyse des dépenses urbaines », La fiscalité des villes…, 3, p. 29-32.

125 Sur l’existence de ces totaux, par exemple, à Rennes, J.-P. Leguay, La ville de Rennes…, op. cit., p. 34.

126 À Millau, les totaux de deux comptes correspondent, pour les autres, ils se répartissent pour moitié entre ceux pour lesquels le résultat de nos calculs est supérieur aux sommes mentionnées dans les comptes, et les autres connaissent une situation inverse.

127 De semblables observations ont été faites pour Toulouse, Ph. Wolff, « Finances et vie urbaine : Barcelone et Toulouse au début du xve siècle », Regards sur le midi médiéval, Toulouse, 1978, p. 501, pour Calais, P. Bougard, C. Wyffels, Les finances de Calais au xiiie siècle, Bruxelles, 1966, p. 21, pour Marseille où les totaux sont presque tous inexacts mais dans une proportion minime, A. Droguet, Les finances municipales…, op. cit., p. 53, pour Lille ou les « erreurs de calcul sont rares et infimes », D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. cit., p. 95. Sur la question des différences entre les prévisions des comptes et les sommes réellement manipulées, J.-P. Leguay, La ville de Rennes au xve siècle…, op. cit., p. 37-39.

128 Pour un exemple des opérations, M. Bompaire, F. Dumas, Numismatique médiévale, L’atelier du médiéviste, 7, Turnhout, 2000, p. 335-336.

129 On trouve les formules suivantes, los cals li son meses en deute el papier gran dels deutes ha LVII cartas los cals non ai mes ni comtat en ma meza, CC 351 I, f° 19 v°, pour le louage d’un cheval pendant deux jours.

130 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 353 I, f° 39 r° ou CC 394 I, f° 25 r° avec le paiement des gages de l’écuyer P. Gontier s’élevant à 30 livres.

131 Il existe d’autres registres comptables spécifiques à certaines dépenses qui peuvent parfois ne pas figurer dans le compte du trésorier. Cela peut être le cas des registres de travaux pour les fortifications de la ville, par exemple, Arch. mun. Millau, EE 78 I, année 1355-1360. Dans le même sens, P. Verdes, « Les finances del Clavari : abast, limits i funcionament (Cervera, 1442) », A.E.M., 29 (1999), p. 1134. P. Bougard, C. Wyffels, Les finances de Calais…, op. cit., p. 41, avec l’existence de comptes spéciaux pour les grands travaux et p. 64. Ils s’interrogent pour savoir si les comptes reflètent toutes les opérations financières de la ville, « autrement dit toutes les recettes et toutes les dépenses y sont-elles inscrites ? ». Ils notent l’existence de deux caisses et concluent qu’un « grand nombre d’opérations financières n’ont laissé de trace ni dans les comptes, ni dans les états de la dette, qui ne présentent que le résultat final de chaque exercice ». P. Desportes, Reims et les Rémois…, op. cit., p. 754, « dans la comptabilité des échevins, on ne trouve pas de sommes consacrées à la construction ou à l’entretien des murailles, financés par l’ensemble de la ville, ces travaux relèvent d’un budget différent ». Pour une intégration des dépenses de travaux dans les comptes du trésorier, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 700 et s.

132 Pour une autre approche à partir d’un logiciel d’analyse d’une matrice de données avec lequel trois éléments sont représentés : la part de chaque poste dans les dépenses de l’année (valeur relative), la part des dépenses de l’année dans l’ensemble des exercices considérés et la part supérieure à la moyenne des dépenses du poste pour les exercices considérés. Cet histogramme permet de « raisonner à la fois sur les chiffres absolus de chaque poste, calculés en ligne – la base de chaque colonne étant proportionnelle au montant cumulé des dépenses de chaque exercice – et sur les pourcentages de chaque poste, calculés en colonnes », D. Menjot, « Aperçu historiographique critique des méthodes d’analyse des dépenses urbaines », La fiscalité des villes…, 3, p. 29-32.

133 Semblables observations peuvent être faites pour les autres budgets municipaux urbains. A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 167, constate que les dépenses peuvent varier du simple au triple en quelques années. À Saint-Flour, les budgets, qui varient entre 900 l. et près de 5 000 l., sont en général compris entre 1 500 et 1 600 l., A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 765. L’évolution des dépenses à Albi pour la deuxième moitié du xive siècle met en lumière de semblables variations, passant de 6 328 l., en 1359, à 7 314 l. en 1370, de 5 327 l. en 1377, à 833 l., en 1380. Un minimum est atteint en 1393 avec 642 l. en 1393. L’amplitude des variations est moindre à Millau, elle est de 1 à 3. En outre le montant et le sens des variations des budgets sont fort différents, alors qu’à Millau ils ont tendance à augmenter, un mouvement inverse se produit à Albi. Un élément d’explication peut tenir dans la variation du cours du florin, J. Cazard, Le budget d’Albi au xive siècle d’après treize comptes consulaires (1359-1398), D.E.S., s.d., p. 12 et p. 95 et s. B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., p. 95-96 sur la baisse des dépenses entre 1358 et 1418. En revanche l’augmentation constatée à partir de 1425 diffère de la situation millavoise. R. A. Lodge, Le plus ancien registre de comptes des consuls de Montferrand en provençal auvergnat 1259-1272, Clermont-Ferrand, 1985, p. 21-22.

134 Le cours du florin s’établit à 24 s. à partir d’avril 1357 (CC 350 I, f° 52 v°) jusqu’à mai 1360 (CC 353 I, f° 36 v°) puis dans les années 1360, de 25 s. en 1361 (CC 355 I, f° 1 r°) à 26 s., en 1363-1364 (CC 358 I, f° 4 r°-6 r°). En juin 1364, le cours est de 14 s. puis il remonte progressivement à 16 s. en mars 1365 (CC 361 I, f° 4 v°-7v°), à 18 s. en mai 1366 (CC 362 I, f° 79 v°). Une criée en mai 1368, fixe le cours du florin à 20 s. mais entre les marchands il se négocie à 13 s. (CC 363 I, f° 81 r°). L’année 1368 voit le cours du florin s’établir de 15 s., en juillet, à 17 s., en février et mars 1369, puis à 20 s., en mai 1369 (CC 364 I, f° 3 v°-6 v°) et 21 s. 8 d., au printemps 1370 (CC 365 I, f° 96 r°, 108 r°-v°). Au cours des années 1370, il oscillera entre 16 s. et 17 s. (CC 368 I, f° 2 v°-1372, CC 372 I, f° 18 v°-1378). Pour une évolution similaire, J. Cazard, Le budget d’Albi au xive siècle…, op. cit., p. 12.

135 Arch. mun. Millau, CC 376 I, f° 40 v° (mars 1386), CC 378 I, f° 2 r° (juin 1387), CC 379 I, f° 1 r° (juin 1388), CC 380 I, f° 6 v° (juillet 1389), CC 381 I, f° 1 r° (mai 1390), CC 383 I, f° 1 r° (juin 1392), CC 384 I, f° 18 r° (février 1395), CC 392 I, f° 15 r° (août 1406), CC 394 I, f° 7 v° (juin 1410) et CC 397 I, f° 27 r° (février 1415). L’écu connaît lui aussi un cours invariable de 22 s. 6 d. entre 1392 et 1416. Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 1 r° (juin 1392), CC 387 I, f° 1 r° (juin 1400), CC 391 I, f° 11 v° (octobre 1405), CC 394 I, f° 31 v° (décembre 1410), CC 397 I, f° 36 v° (avril 1415) et CC 399 I, f° 18 r° (août 1416).

136 Les dépenses exposées le sont pour la « communauté possédant en tant que telle une consistance institutionnelle assurant à l’ensemble des membres qui la composent une vie collective réelle », P. Michaud-Quantin, Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen Âge latin, Paris, 1970, p. 47. Nous avons considéré que les frais relatifs aux procès, aux voyages, à la défense de la ville ou à son patrimoine sont engagés pour la « collectivité dont les membres ont la volonté et la conscience de former une seule personne dans leur existence et leur action commune », op. cit., p. 57. Ces dépenses nous paraissent d’une nature différente de celles consacrées aux besoins particuliers des membres de la communauté, ou de certains d’entre eux. Il s’agit alors davantage de services communs, financés par la ville, mais dont la portée paraît plus limitée.

137 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 537, les définit comme « toute opération matérielle effectuée dans un but d’intérêt public, à la suite d’une décision des consuls et sous leur direction, sur un immeuble appartenant à la communauté, à ses frais et sous, sa responsabilité ». Il distingue les travaux défensifs des ouvrages qui concernent « l’aménagement intérieur de la cité et des ouvrages qui en facilitent l’accès ». J.-L. Mestre, Introduction historique au droit administratif…, op. cit., p. 105-106.

138 On se reportera à l’étude des dépenses urbaines dans La fiscalité des villes…, 3, notamment aux quatre cas qui intéressent les villes du Midi, C. Guilleré, « Les dépenses de la ville de Chambéry à la fin du xive siècle », op. cit., p. 137-145, G. Larguier, « Les dépenses municipales de Narbonne au xve siècle », op. cit., p. 155-164, M. Bochaca, « Les dépenses municipales d’une petite ville du Bordelais : Cadillac (1457-1461) », op. cit., p. 165-168 et M. Hébert, « Les dépenses de Tarascon (1382-1391) », op. cit., p. 169-174. On lira également avec intérêt les articles de synthèse consacrés à la dépense édilitaire, à la défense, à l’approvisionnement, à la part du prince et à la dette dans les villes de l’espace méditerranéen, op. cit., p. 211-350.

139 Sur ce terme ou la référence au « commun profit », et leur utilisation par les administrateurs urbains, J.-L. Mestre, Introduction historique au droit administratif…, op. cit., p. 98-103.

140 C’est le cas en 1453, 1456, 1458 et 1460. Le fort pourcentage des dépenses d’administration en 1400, 1418 et 1431 s’explique également par la faiblesse de la part du prince.

141 Hormis en 1421-1422, elles atteignent le montant de 1148 l. en raison des effets de la crise monétaire sur l’achat des draps pour confectionner les robes consulaires.

142 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 24 v° (1 s. 3 d.) ou CC 410 I, f° 16 r°.

143 Au départ les ménétriers ou trompadors assuraient les criées et l’accompagnement musical des manifestations urbaines, ils sont évoqués dans le livre des taxations au titre des robes confectionnées pour eux, par exemple en 1315, CC 345 I, f° 36 r°, ou en 1332, f° 64 r°. Avec la création de l’office de crieur public en 1342, les ménétriers ne participent plus qu’aux réjouissances. Ils se produisent par exemple lors de la fête du corps de Dieu. En 1356, on évoque des joglars, Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 7 v°. On les retrouve durant le xve siècle, Arch. mun. Millau, CC 400 I, f° 34 r°, CC 2 II, f° 9 v°, 15 r°, CC 426 I, f° 37 r°, CC 427 I, f° 37 r°. En 1445, on dispose du nom de cinq menestrias, Bernard Cumbas, Johan Gros, Ramon del Bost, P. Erassa et Johan Gros Terrida, Arch. mun. Millau, CC 422 I, f° 56 r°-v°.

144 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 8 v°.

145 Arch. mun. Millau, CC 387 I, f° 15 v° (3 s. 4 d.).

146 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 18 v°.

147 Arch. mun. Millau, CC 427 I, f° 41 v°.

148 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 35 v°.

149 La même remarque est faite à Dijon avec l’irrégularité du paiement des gages du personnel municipal, Fr. Humbert, Les finances…, op. cit., p. 181 note 2.

150 Arch. mun. Millau, CC 357 I, f° 13 v°-14 v°.

151 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 20 r°, f° 24 r°.

152 À Dijon il a été noté l’importance des gages versés au maître de l’horloge, comparables à ceux du procureur de la ville, F. Humbert, Les finances municipales de Dijon…, op. cit., p. 176. R. Brondy, Chambéry. Histoire d’une capitale…, op. cit., p. 60. D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. cit., p. 142.

153 Arch. mun. Millau CC 425 I, f° 30 v° (décembre 1453).

154 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 35 v° (1456), CC 427 I, f° 40 v° (1458), CC 429 I, f° 30 r° (1460). Il perçoit 4 l. par an.

155 Arch. mun. Millau, CC 412 I, f° 36 r°, Brunel réclame 12 moutons et une robe au titre de ses gages annuels, les conseillers acceptent que lui soit versée la somme de 15 moutons. R. Crozet, « Les constructions civiles d’intérêt public à Poitiers au Moyen Âge », Les constructions civiles d’intérêt public dans les villes d’Europe au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime et leur financement, Bruxelles, 1968, p. 45, l’horloger du duc de Berry pour Poitiers touche 40 l. de gages annuels en 1394.

156 On trouve la mention de sonneurs de cloches dès juin 1281 (senhier), J. Artières, Documents…, op. cit., p. 24-25. Le serment prêté aux consuls à cette date fait mention de leur offici. Ils prêtent serment sur les Saints Évangiles d’accomplir leur tâche be e fizelmen. Leur rémunération est constituée par des gages annuels, Arch. mun. Millau, CC 404 I, f° 48 r°-v°. Ils sont fonction des classes de cascun cors et de la qualité de la personne morte. Le choix des senhiers appartient aux consuls, ainsi en septembre 1388, Guiral Viguier et Esteve Aldebert sont nommés sonneurs de cloches en raison de la mort de Girnai Cabassier, Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 18 v°. À leur travail habituel peut s’ajouter une charge supplémentaire, due aux circonstances, et nécessitant un renfort. Les consuls font sonar al ben de la tera mayre pendant une semaine à Guilhem Cussac en mai 1458, Arch. mun. Millau, CC 427 I, f° 1 v°, ou bien le 29 mai 1456, alors que la ville connaît une épidémie, Bernard Tranqua alias Tranquo et Gui Chyran, tisserand, viennent aider les senhias hordenaris, Esteve del Cort et P. Cussac, Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 4 v°-5 r°. C’est à nouveau le cas le 15 juin 1460, Arch. mun. Millau, CC 429 I, f° 3 r°. Enfin, les sonneurs font état des réparations nécessaires au bon exercice de leur fonction, lo senh Mage non aponcht de corda car aquela que hies es ronpuda e lo temps es grandamen perilhos de tempesta, Arch. mun. Millau, CC 428 I, f° 15 v°. À Dijon, il existait un « maistre du orreloige », F. Humbert, Les finances municipales de Dijon…, op. cit., p. 176.

157 Arch. mun. Millau, CC 410 I, f° 3 r°. Pour la rémunération du sonneur de cloche à Dijon, F. Humbert, Les finances municipales de Dijon…, op. cit., p. 176-177.

158 Sur la question des médecins au service des villes médiévales, D. Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, 1981, p. 131-137. J. Teyssot, Riom. Capitale et Bonne ville d’Auvergne (1212-1557), Clermont-Ferrand, 1999, p. 255 mentionne le recrutement d’un médecin en 1373 pendant deux ans avec des gages annuels de 20 francs. Th. Raynal, Aperçus historiques sur la ville de Saint-Affrique et sur l’évêché de Vabres, Carcassonne, 1877, Saint-Affrique, 1996, p. 70, mentionne qu’en 1377, un médecin se fixe en ville et demande à avoir une pension de 20 francs or par an. R. Brondy, Chambéry. Histoire d’une capitale…, op. cit., p. 60. A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 93-94. Fr. Humbert, Les finances…, op. cit., p. 196.

159 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 20 r°-21 r°.

160 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 21 v°.

161 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 736. M. Hébert, Tarascon au xive siècle…, op. cit., p. 110-111 et p. 251, les salaires versés aux officiers municipaux entre 1382 et 1390 passent de 6,6 %, en 1383, à 4,2 %, en 1390, du total des dépenses alors que leur nombre annuel moyen augmente de 15 % entre 1374-1383 et 1385-1393. Toutefois à Lille, l’augmentation des dépenses consacrées aux vacations est « le signe des progrès réalisés par la bureaucratie communale ». Le personnel à temps plein est peu nombreux, passant de 11 en 1380 à 14 en 1480, alors que les « vacataires » sont davantage, D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. cit., p. 140-145. C. Guilleré, « Les dépenses de la ville de Chambéry à la fin du xive siècle », La fiscalité des villes…, 3, p. 140.

162 P. Duparc, La formation d’une ville Annecy…, op. cit., p. 100-102. R. Brondy, Chambéry. Histoire d’une capitale…, op. cit., p. 63 avec la composition du personnel municipal et l’échelle des salaires. R. A. Lodge, Le plus ancien registre de comptes…, op. cit., p. 22-23, la rémunération du personnel administratif s’établit en moyenne pour les 12 exercices à 2,3 %. Ch. Morand, Les institutions municipales de Clermont…, op. cit., p. 50-51, la hiérarchie des salaires met en lumière que les gages des agents municipaux sont minimes, environ quelques livres, hormis ceux des élus et du trésorier. P. Bougard, C. Wyffels, Les finances de Calais…, op. cit., p. 39, outre la rémunération en numéraire du clerc et de deux serviteurs de la ville, d’autres avantages sont prévus comme l’exemption de taille et livrées. Ils sont plus élevés à Rennes au xve siècle, 9 % en moyenne entre 1418 et 1500, J.-P. Leguay, Un réseau urbain…, op. cit., p. 165. À Agde lors de l’année 1360, les frais de personnel représentent 8,44 %, A. Castaldo, Seigneurs, villes…, op. cit., p. 408-409. B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., p. 102, avec les gages des officiers représentant entre 4 et 29 % des budgets tourangeaux de 1389 à 1459.

163 Arch. mun. Millau, CC 345 I.

164 Ibid., f° 84 r°.

165 Ibid., f° 100 r°, il précise même quelquefois le caractère ordinaire ou extraordinaire des paiements.

166 Ibid., f° 9 r° à f° 89 v°, les années communes avec son fils, (1342, 1343, 1344), f° 86 r°, f° 88 r° et f° 89 v°. La rémunération annuelle est de 15 livres du début à la fin de son activité.

167 Ibid., f° 86 r° à 102 r°.

168 Ibid., f° 104 v° à f° 133 v°.

169 Ibid., f° 8 v° à f° 80 r°, Guilhem Jaques (1311-1338), f° 81 v° à f° 133 r°, Durand Laurens (1340-1353), qualifié en 1352 de notari del cossolat et appointé pour 25 l., f° 123 v°. En 1339, le notaire pourrait être B. Maurel dont le celari s’élève à 10 l., f° 81 v°.

170 J.-L. Mestre, Introduction historique…, op. cit., p. 76-78 et p. 86. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 150-166. F. Garrisson, « Sur les ventes publiques dans le droit méridional des xiiie et xive siècles », Mélanges P. Tisset, S.H.D.E., fasc. VII, 1970, p. 207-246. Y.-H. Le Maresquier-Kesteloot, Les officiers municipaux de la ville de Paris au xve siècle, Paris, 1997. H. Affre, « Lettres sur l’histoire de Saint-Affrique », M.S.L.S.A.A., 15 (1894-1899), p. 157-159. E. Baillaud, P. A. Verlaguet, Coutumes et privilèges du Rouergue, Toulouse, 1910, p. 20-23 sur la nomination d’un crieur public en 1302 par les consuls de la cité de Rodez. M.-Th. Chartrou, « La vie municipale dans la cité de Rodez au xve siècle d’après le registre BB 1 (1405-1444) », Rouergue et confins…, p. 141.

171 La présence des notaires dans les villes médiévales est aujourd’hui bien connue, A. Rigaudière, « Le notaire et la ville médiévale », Gouverner la ville…, p. 253-268. R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais…, op. cit., p. 151 et s. P. Bodineau, « Les gens de loi au service de la commune de Dijon au xive siècle », B.P.H., Paris, 1981, p. 123-132. P. Racine, « Le notaire au service de l’État communal italien (xiie-xiiie siècles) », Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, Paris, 1999, p. 63-94. Sur les notaires à Millau et la précocité de leur présence, J. Bousquet, M. Vilard, « Les notaires de Millau et leur seing à l’étoile. Essai d’histoire d’une forme et d’un usage », S.H.D.E, fasc. VII, 1970, p. 41-64.

172 Arch. mun. Millau, FF 13 et FF 52. L’étendue des fonctions des banniers a suscité de nombreux conflits entre le procureur du roi et les consuls sur la question de savoir s’ils devaient procéder aux exécutions contre les criminels. Les lettres du 13 janvier 1394 mettent un terme final au débat, les banniers ne « … soient tenuz en aucune servitude envers la justice dudit lieu quant il eschiet que aucuns malfaiteurs pour leurs demerites doivent estre exequtes, pour ce que yceulx bandiers sont communement des plus povres et simples gens dudit lieu, les contraignent ou veulent contraindre par force, et contre raison, a porter les eschieles et autres instrumens necessaires a la justice ou lesdits malfaieteurs doivent estre exequtes… ne soient tenus a ladite servitude… ». Les fonctions de banniers sont affermées chaque année.

173 Le crieur perçoit deux francs par an à Dijon, Fr. Humbert, Les finances…, op. cit., p. 177. En 1302, la criée des ordonnances royales est assurée par les trompadors, J. Artières, Documents…, op. cit., p. 46. Jean de Marigny, lieutenant-général du roi en Gascogne, Agenais, Bordelais, Saintonge et Languedoc, accorde le 17 juin 1342 aux consuls de Millau le privilège de pouvoir établir chaque année un crieur public, AA 19. La fonction est vendue aux enchères chaque année. E. Defolie, Albi au bas Moyen Âge…, op. cit., p. 65-66.

174 Arch. mun. Millau, CC 351 I, f° 51 v°.

175 C’est là une pratique commune à bien d’autres villes, A. Castaldo, Seigneurs, villes…, op. cit., p. 381, les draps consulaires sont évalués à 51 florins, en 1360, soit 1,8 % de l’ensemble des dépenses. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 736-737. R. Amouroux, Le consulat et l’administration municipale de Narbonne…, op. cit., p. 220. Toutefois à Provins, les échevins ne bénéficient pas de cette pratique, V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 283. E. Delcambre, Une institution municipale…, op. cit., p. 78-79, note l’évolution du prix des robes consulaires de 60 l. en 1405 à 180 l. en 1469.

176 Arch. mun. Millau CC 345 I, f° 36 r° et f° 64 r°

177 Rappelons qu’une indemnité de 10 florins (soit 12 l.) est octroyée aux consuls par décision du conseil le 20 juillet 1357. Puis en août 1363, deux florins supplémentaires sont accordés par consul, représentant 12 l. au lieu des 12 florins (environ 10 l.). Enfin, à partir de juillet 1408 habitude est ensuite prise jusqu’en 1461 de verser 12 l. de bonne monnaie à chacun des consuls.

178 Arch. mun. Millau, CC 425 I, f° 1 v°. Le 28 mai 1453, achat de tissu pour un total de 12 écus (trois cannes de rouge et de bruneta de Courtrai).

179 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 1 v°.

180 Arch. mun. Millau, CC 363 I, f° 1 v°.

181 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 1 r°.

182 Arch. mun. Millau, CC 375 I, f° 1 v°-2 r°.

183 J. Cazard, Le budget d’Albi au xive siècle…., op. cit., p. 63, les robes consulaires représentent entre 56 et 78 % des dépenses ordinaires de la ville. Ch. Laroche, La vie municipale à Najac-en-Rouergue…, op. cit., p. 134-135. B. Suau-Noulens, La ville de Rodez au milieu du xve siècle…, op. cit., p. 129-131. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 737 et note 223.

184 Par exemple, S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville…, op. cit., p. 75-84 et « Rouge et noire, la robe fait le consul, l’exemple de Rodez aux xvie et xviie siècles », Mélanges offerts à Claude Petitfrère. Regard sur les sociétés modernes (xvie-xviiie siècles), Tours, 1997, p. 123-132.

185 V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 284, note que les fournitures provenaient, par exemple en 1328, d’un des échevins.

186 Deux autres exercices, 1361-1362 et 1400-1401, font état de dépenses diverses pour un montant de 33 l. 6 s. (0,4 %) consacrées à la confection d’une nouvelle bannière et d’un nouveau sceau pour le consulat.

187 Th. Dutour, Une société de l’honneur…, op. cit., p. 343 note que les vendeurs de marchandises sont présents de manière importante dans les groupes de personnes chargés de gérer les revenus publics de la ville. Intérêts privés et service du bien commun ne semblent pas être toujours distingués.

188 D’autres repas sont servis lors de la réception d’hôtes de marque, ils ont été comptabilisés avec les frais de représentation au même titre que les cadeaux.

189 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 70 r°.

190 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 14 r°.

191 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 25 r°.

192 Arch. mun. Millau, CC 411 I, f° 2 v°.

193 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 371 I, f° 45 v°. CC 411 I, f° 44 v°-45 r°.

194 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 3 r° et f° 69 v°.

195 Par exemple, pour l’acte passé entre Arnaud Bonamic et le consulat le 26 février 1448 devant Johan Calmetas, Arch. dép. Aveyron, 3E 11423, f° 86 v°-88 r°.

196 Arch. mun. Millau, CC 403 I, f° 31 r°-v°.

197 Arch. mun. Millau, CC 2 II, f° 31 v°.

198 Dans le même sens, V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 293-294. Elles varient de 50 à 200 l. pendant les années 1274-1328.

199 Arch. mun. Millau, CC 364 I, f° 7 r°-8 v°.

200 Arch. mun. Millau, CC 364 I, f° 11 v°-12 v° et f° 19 r°-v°.

201 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 81 r°. C’est également le cas pour la barre de la Recluse et les barres du pont de la Cabre et du Pont Neuf.

202 Dans le même sens, C. Guilleré, « Les dépenses de la ville de Chambéry à la fin du xive siècle », La fiscalité des villes…, 3, p. 140.

203 La politique des voyages est commune aux villes médiévales, pour quelques exemples, P. Flandin-Bléty, Essai sur le rôle politique du tiers état dans les pays de Quercy et de Rouergue (xiie-xve s.), thèse droit, dactyl, Paris II, 1979, p. 406-429 et p. 474 et s. A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 98-99. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 557-649 et « Voyager pour administrer : les émissaires sanflorains en Auvergne et dans le royaume (1393-1394) », La ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges J.-P. Leguay, Rouen, 2000, p. 291-314. J. Teyssot, « Voyages et pérégrinations d’Auvergnats pendant la guerre de Cent Ans », Voyages et voyageurs au Moyen Âge, Paris, 1996, p. 64-67. V. Terrasse, La commune de Provins (1152-1355)…, p. 285 et s. Ch. Morand, Les institutions municipales de Clermont…, op. cit., p. 48. Fr. Humbert, Les finances…, op. cit., p. 181-182. A. Castaldo, Seigneurs, villes…, op. cit., p. 381-382.

204 A. Rigaudière, « Voyager pour administrer : les émissaires sanflorains en Auvergne et dans le royaume (1393-1394) », La ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs…, p. 292.

205 L’un d’eux est plus particulièrement affecté à cette tâche. Cependant le rang consulaire n’est pas déterminant. Ce peut être, par exemple, le quatrième consul, Albert Johan, en 1364-1365, ou le second consul, Johan Cayret, en 1395-1396. En outre rappelons que le boursier exerce aussi ses fonctions hors des murs de la ville, principalement pour les questions financières devant les États du Rouergue. Pour plus de précisions, F. Garnier, « Représenter la ville au bas Moyen Âge : réglementation et pratique des voyages consulaires en Rouergue », Rouergue, carrefour d’histoire et de nature, 54e Congrès régional de la fédération historique de Midi-Pyrénées, Millau, 21-23 juin 2002, Rodez, 2003, p. 43-54.

206 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 13 v°-14 v°.

207 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 19 r°.

208 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 15 r°.

209 Arch. mun. Millau, CC 415 I, f° 39 r° et f° 42 r°. Sur ce voyage, F. Garnier, « Deux représentants millavois en mission à Paris (2 octobre 1439-28 février 1440, n.s.) », A.M., 246 (2004), p. 205-224.

210 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 683-692. A. Rigaudière, « Voyager pour administrer : les émissaires sanflorains en Auvergne et dans le royaume (1393-1394) », La ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges J.-P. Leguay, Rouen, 2000, p. 291-314.

211 F. Garnier, « Représenter la ville au bas Moyen Âge : réglementation et pratique des voyages consulaires en Rouergue », Rouergue, carrefour d’histoire et de nature…, op. cit.

212 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 578.

213 Ch. Portal, Histoire de la ville de Cordes en Albigeois (1222-1799), Toulouse, rééd., 1994, p. 592, pièce justificative n° 7, article 19 des statuts communaux du 26 octobre 1331 sur la question de la rémunération des messagers. Al Canton, Villeneuve, Rodez, 1995, p. 44-46 et Baillaud-Verlaguet, Coutumes et privilèges du Rouergue, Rodez, t. II, 1910, p. 215-219 avec l’article 11 de l’ordonnance consulaire du 8 mai 1374. Sur l’obligation de rendre compte et de restituer l’argent non dépensé par les chargés de missions dijonnais ainsi que l’échelle des gages en fonction de la qualité des messagers, Fr. Humbert, Les finances municipales…, op. cit., p. 181. O.R.F., V, p. 667-685, n° 4 de la charte de la commune de Rouen sur l’autorisation nécessaire de l’assemblée pour les voyages des échevins.

214 Arch. mun. Millau, CC 382 I, f° 15 r°, f° 23 r° et f° 33 r° et CC 383 I, f° 22 r°.

215 Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 4 v° et CC 400 I, f° 29 r°.

216 Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 23 r°.

217 Arch. mun. Millau, CC 418 I, f° 55 r°.

218 Arch. mun. Millau, CC 369 I, f° 40 v°-41 v° et f° 46 v°.

219 Pour des exemples, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 692 note 115 et p. 692-700. Cl. Billot, Chartres à la fin du Moyen Âge…, op. cit., p. 150, note que les dons et les présents représentent environ 30 % des budgets de 1377 à 1395, entrées royales et passages duc Berry en sont les principales raisons. On peut remarquer qu’à Dijon, le passage des ducs n’entraînait pas une augmentation particulière des dépenses, excepté lors des entrées solennelles, Fr. Humbert, Les finances municipales…., op. cit., p. 177-181. P. Desportes, Reims et les Rémois…, op. cit., p. 753. A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 100. V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 291-293, insiste sur la variété des présents et des bénéficiaires. Ch. Morand, Les institutions municipales de Clermont…, op. cit., p. 111-112.

220 Arch. mun. Millau, CC 384 I, f° 2 v° (18 juin avec les assises), f° 7 v° (6 septembre) et f° 14 v° (10 décembre pour les assises).

221 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 11 v°, par exemple un maître des frères Mineurs.

222 Arch. mun. Millau, CC 390 I, f° 2 r° et f° 35 v°.

223 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 384 I, f° 17 r° (consuls de Saint-Affrique et de Villefranche).

224 A. Rigaudière, Saint-Flour…, p. 693-694.

225 On note également pour d’autres villes la régularité des présents offerts à certains officiers royaux ou comtaux en relation avec l’administration urbaine, P. Bougard, C. Wyffels, Les finances de Calais…, op. cit., p. 40. On rencontre aussi à Dijon cette pratique à l’égard des officiers ducaux, Fr. Humbert, Les finances…., op. cit., p. 178.

226 Notons une différence entre les deux villes, pour cette année là, alors que 29 % des dépenses de présents leur sont octroyées à Saint-Flour, 15 % connaissent une même destination à Millau.

227 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 51 v°.

228 Ibid., f° 42 v°.

229 Ibid., f° 13 r°.

230 Ibid., f° 47 r°.

231 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 362 I, f° 42 r°. C’est le cas encore pour le comte d’Armagnac qui s’arrête à son retour le 10 février dans la nuit, CC 362 I, f° 51 v°.

232 Arch. mun. Millau, CC 362 I, f° 60 v° et f° 77 v°.

233 Arch. mun. Millau, CC 390 I, f° 38 r° à 40 r° (du 7 janvier au 26 janvier).

234 Arch. mun. Millau, CC 362 I, f° 28 v°.

235 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 9 r°.

236 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 18 v°.

237 D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. cit., p. 150-151, sur les fêtes à Lille et l’influence ducale.

238 Arch. mun. Millau, CC 421 I, f° 20 v°, a Monpelier avian fach grans fuocz e processecieu general… los cossols ad hordeneron que hom fezes prossecieu general am sollemne sermon.

239 Arch. mun. Millau, CC 421 I, f° 20 v°-21 r°.

240 Arch. mun. Millau, CC 419 I, f° 33 v°, tota persona agues afar grans fuochs per tota la vila e bals e danssas en pena de estre reputat avol e fals al rey heron prezen moss lo judge elos cossols el bayle e de gens plus entorn lo sestayral que hera ali sens de vespras plus de VI c personas.

241 Arch. mun. Millau, CC 425 I, f° 14 v°-15 r° et f° 23 r°.

242 Les informations fournies par les comptes consulaires font état d’une partie des sommes consacrées à la sécurité de la ville, les livres de travaux complètent ces données. Leur non-conservation rend difficile une évaluation plus fine.

243 De manière semblable, les travaux de fortification sont importants à Dijon entre 1355 et 1360, Fr. Humbert, Les finances…, op. cit., p. 199, ou bien à Agde, A. Castaldo, Seigneurs, villes…, op. cit., p. 377-379.

244 Sur la politique des villes en cette matière, G. Butaud, « Le coût de la guerre et de la défense dans les villes au bas Moyen Âge : l’exemple de la France du Midi et de l’Italie », La fiscalité des villes…, 3, p. 235-265.

245 J. Artières, Documents…., op. cit., p. 67 (1325, interdiction édictée par lettres royaux de construire en dehors des remparts), p. 73 (1334, fermeture des ouvertures faites dans les murs de la ville ordonnée par lettres royaux), p. 83 (1345, entretien des fortifications ordonné par le sénéchal), p. 87 (1351, lettres royaux autorisant Millau à faire contribuer los habitans de la juridictiou et ressort aux dépenses de fortifications), p. 89 (1352, autorisation de l’évêque de Rodez que les revenus des charités, les legs pieux et les aumônes soient affectées aux fortifications). C’est là un mouvement général, J. Glénisson et Ch. Higounet, « Remarques sur les comptes et sur l’administration financière des villes françaises entre Loire et Pyrénées (xive-xvie siècles) », Finances et comptabilité urbaines du xiie au xvie siècles, Bruxelles, 1964, p. 31-74. Ph. Contamine, « Les fortifications en France à la fin du Moyen Âge : aspects financiers et économiques », R.H., 527 (1978), p. 23-47. A. Rigaudière, « Le financement des fortifications urbaines en France du milieu du xive siècle à la fin du xve siècle », Gouverner la ville…, p. 417-497. Les monographies urbaines s’en font également l’écho, par exemple, J.-P. Leguay, La ville de Rennes…, op. cit., p. 21 et p. 96-242 pour le xve siècle. A. Rigaudière, Saint-Flour …, op. cit., p. 754 note 273.

246 Arch. mun. Millau, CC 348 I, f° 14 r°-v°.

247 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 17 v° et f° 19 r°.

248 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 20 r°.

249 Arch. mun. Millau, CC 348 I, f° 19 r°-23 v°. Sur la venue d’autres conseillers, par exemple, CC 352 I, f° 13 v° pour la construction d’une barbacane à la porte du Mandarous.

250 Sur l’état d’armement des villes, par exemple Dijon, Fr. Humbert, Les finances…., op. cit., p. 202-203, ou à Agde, A. Castaldo, Seigneurs, villes…., op. cit., p. 377.

251 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 21 v° à 32 v°.

252 Par exemple, ibid., f° 43 v°, anet B. Velas a Saveyrac per anar parlar am mosenhen Prunet cavalier quel plagues que vengues enestavilla per dechar (prescrire les réparations à) la barbacana de la Capela.

253 J. Artières, Documents…, op. cit., p. 97-98. Les travaux se poursuivent en août 1356, CC 366 I, f° 56 v°.

254 Les fortifications représentent un tiers des exercices comptables de Chambéry en 1390 et en 1391, elles diminuent ensuite fortement de 1393 à 1399, C. Guilleré, « Les dépenses de la ville de Chambéry à la fin du xive siècle », La fiscalité des villes…, 3, p. 140.

255 A. Higounet, « Le financement des travaux publics à Périgueux au Moyen Âge », Les constructions civiles d’intérêt public…, op. cit., p. 168 met en lumière le pourcentage consacré aux travaux publics au regard des dépenses totales. Il est en moyenne inférieur à 10 % pour les sept exercices de 1415 à 1454. Pour l’importance des travaux militaires dans les budgets des villes bretonnes, J.-P. Leguay, Un réseau urbain…, op. cit., p. 165-166. Lors des années 1382-1390, à Tarascon, les dépenses défensives représentent 54 % des dépenses d’urbanisme et 21,7 % des budgets de la ville, M. Hébert, Tarascon…, op. cit., p. 251.

256 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 6 r°.

257 Arch. mun. Millau, CC 388 I, f° 28 r° à 49 v°.

258 Arch. mun. Millau CC 394 I, f° 13 v°. Pour une situation comparable, A. Higounet, « Le financement des travaux publics à Périgueux au Moyen Âge », Les constructions civiles d’intérêt public…, p. 167.

259 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 29 v°.

260 Arch. mun. Millau, CC 355 I, f° 12 r°-v°. CC 363 I, f° 19 r°-v°, venue de 70 à 80 cavaliers en juillet 1367, la ville leur fournit du pain, du poisson, du vin et 20 st d’avoine. CC 371 I, f° 8 r°-v° pour une autre compagnie en août 1375.

261 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 44 v°-46 r°.

262 Arch. mun. Millau, CC 415 I, f° 15 v° et f° 19 r°-20 r°.

263 Arch. mun. Millau, CC 419 I.

264 Arch. mun. Millau, CC 357 I, f° 12 v°.

265 J. Artières, Millau à travers les siècles, Millau, 1943, Marseille, 1996, p. 85-87.

266 A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 127-128, l’a. note que le « renouvellement des gardes est régulier, en moyenne d’une moitié d’une année sur l’autre ». V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 305-308 pour un état détaillé des dépenses de guet. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 515-521, sur l’organisation de la garde et du guet. A. Castaldo, Seigneurs, villes…, op. cit., p. 378.

267 Arch. mun. Millau, CC 395 I, f° 1 r°-4 v°, f° 8 v°, f° 34 r°-35 r°.

268 Arch. mun. Millau, CC 43 v°-47 r°.

269 Sur l’attitude différente d’autres villes, A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 131. R. Brondy, Chambéry. Histoire d’une capitale…, op. cit., p. 56. M. Hébert, Tarascon…, op. cit., p. 174-175. G. Butaud, « Le coût de la guerre et de la défense dans les villes au bas Moyen Âge : l’exemple de la France du Midi et de l’Italie », La fiscalité des villes…, 3, p. 258-260.

270 Ces frais sont exposés essentiellement dans les années 1350-1360. Par exemple, pour des arbalètes en 1356, Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 19 v° et f° 152 r°. De manière plus exceptionnelle, en 1412, pour une bombarde et de la poudre, CC 395 I, f° 18 r°, f° 26 r° et f° 30 r°. G. Butaud, « Le coût de la guerre et de la défense dans les villes au bas Moyen Âge : l’exemple de la France du Midi et de l’Italie », La fiscalité des villes…, 3, p. 250-252.

271 La situation millavoise ne peut être comparée à celle d’autres villes médiévales, P. Boucheron, « Bien public et intérêts privés : la dépense édilitaire dans les villes de l’Italie centro-septentrionale (xiiie-xve siècle) », La fiscalité des villes…, 3, p. 211-234.

272 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 29 v°-30 r°.

273 Arch. mun. Millau, CC 405 I, f° 27 r° et f° 29 r°. CC 412 I, f° 9 v°, en juin 1435, per cobri toat davan la mayo cominal car lo estava mal. CC 418 I, f° 7 v°, 24 septembre 1447, bastir eper fustar eper taular eper far portas etot so que sera necessari en la cozina de la mayo de sayns e de las latrinas.

274 Arch.mun. Millau, CC 390 I, f°13r° à f° 18r°et f°29v°à f° 32 v°,f° 23 r° à f°26 v°.

275 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 25 r°-v°.

276 Arch. mun. Millau, CC 405 I, f° 46 r°.

277 Arch. mun. Millau, CC 410 I, f° 2 r°.

278 Arch. mun. Millau, CC 395 I, f° 12 v°-16 v° (1412). CC 396 I, f° 2 r°, f° 4 v°, f° 13 r°-v° (1413). CC 396 I, f° 35 v°-37 r° (1430).

279 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 4 r°-5 v°. Sur la construction des premières horloges, à Saint-Flour en 1386, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 754 note 276, ou à Poitiers, R. Crozet, « Les constructions civiles d’intérêt public à Poitiers au Moyen Âge », Les constructions civiles d’intérêt public…, op. cit., p. 44.

280 Les comptes consulaires médiévaux font état de ces dépenses dans de nombreuses villes, ils mettent en lumière de manière plus générale le problème de l’eau, La fiscalité des villes…, 3, à Chambéry, p. 141 et à Narbonne, p. 159.

281 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 48 r° et f° 51 r°.

282 Arch. mun. Millau, CC 409 I, f° 18 v° et s.

283 Arch. mun. Millau, CC 423 I, f° 7 v°, f° 15 v°-20 v° et f° 44 r°-48 v°.

284 Arch. mun. Millau, CC 427 I, f° 11 r°.

285 Arch. mun. Millau, CC 423 I, f° 38 r°.

286 Pareille observation peut être faite pour d’autres villes, par exemple, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 741-744. À Reims la situation semble toute différente où les frais de justice couvre la moitié des dépenses des budgets annuels, P. Desportes, Reims et les Rémois…, op. cit., p. 750.

287 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 371 I, f° 29 r° et f° 44 r°.

288 Arch. mun. Millau, CC 375 I, f° 46 v°.

289 Il s’agit du privilège du conseil de connaître toutes les affaires criminelles portées devant le juge-bailli et de le conseiller en lui proposant une peine que le juge ne pouvait augmenter, F. Laur, Le consulat de Millau sous la monarchie absolue, Nîmes, 1998, p. 177-183 et J.-M. Carbasse, Consulats méridionaux et justice criminelle au Moyen Âge, thèse droit, Montpellier I, dactyl., 1974, p. 184-185. Ce privilège a été maintenu jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, J.-M. Carbasse, Histoire du droit pénal et de la justice criminelle, Paris, 2000, p. 194 et sur l’exercice de ce privilège, F. Laur, Le consulat…, op. cit., p. 195-270. Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 14 r° et s., discussion avec les consuls de Compeyre d’une lettre des généraux de Carcassonne pour obtenir que le lieutenant soit dezapauzat de son offissi.

290 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 15 v° et f° 33 r°.

291 Arch. mun. Millau, CC 393 I, f° 9 r°, f° 15 v° et f° 24 r°. Sur cette question, J.-M. Carbasse, « Droit royal et droit écrit : la confiscation des biens des condamnés à mort à Millau à la fin du Moyen Âge », Anthropologies juridiques. Mélanges Pierre Braun, J. Hoareau-Dodinau, P. Texier (textes réunis par), Limoges, 1998, p. 115-134.

292 Arch. mun. Millau, CC 382 I, f° 32 r°-33 v°.

293 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 8 r°, sestayral et commun de paix en 1388. CC 383 I, f° 25 r°, devant la chambre des comptes sur la question du sestayral, commun de paix et des barres en 1392-1393.

294 Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 49 v°.

295 Arch. mun. Millau, CC 383 I, f° 58 v°-59 v°.

296 Leur présence en ville, d’une durée de 15 et 20 jours, coûte quatre francs par journée. Arch. mun. Millau, CC 372 I, f° 25 v°-28 v°.

297 Arch. mun. Millau, CC 372 I, f° 19 r°.

298 Arch. mun. Millau, CC 372 I, f° 29 r°, f° 34 r°.

299 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 34 r° et CC 382 I, f° 33 v°. Dans les années 1400, deux professeurs de droit forment à Rodez de nombreux jurisperiti dont certains sont régulièrement consultés par les consulats sur leurs affaires tout comme les legum doctores et licenciés que compte au même moment Rodez, P. Flandin-Bléty, Essai…., op. cit., p. 201. P. Flandin-Bléty, « Le rôle des juristes dans la politique des consulats du Quercy au Moyen Âge », Revue de la société internationale d’histoire de la profession d’avocat, 1994, n° 6, p. 29-30 fait remarquer la précocité des conseillers pensionnés par les consulats du Quercy.

300 C’est là chose courante pour les villes médiévales et ce auprès de différentes cours, P. Desportes, Reims et les Rémois…, op. cit., p. 750-751. D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. cit., p. 143. Ch. Morand, Les institutions municipales de Clermont…, op. cit., p. 46-47. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 681 et p. 686. Fr. Humbert, Les finances…, op. cit., p. 183. A. Castaldo, Seigneurs, villes…, op. cit., p. 483 note 1. K. Weidenfeld, Les origines du contentieux administratif..., op. cit., p. 391-394.

301 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 13 r°. CC 387 I, f° 14 v°. CC 389 I, f° 4 r°.

302 Arch. mun. Millau, CC 393 I, f° 24 r°-v°.

303 Arch. mun. Millau, CC 375 I, f° 14 r°, f° 37 r°. CC 376 I, f° 19 r°. CC 378 I, f° 19 r°. CC 379 I, f° 8 r°. CC 381 I, f° 14 r°. CC 382 I, f° 23 v°. Sur la personnalité de Béthisy, J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent ans. Les rôles d’impôt de 1421, 1423 et 1438, Paris, 1970, p. 180 et 260.

304 Arch. mun. Millau, CC 381 I, f° 7 r°, f° 9 r° et f° 13 v°. CC 385 I, f° 34 v°. CC 387 I, f° 8 v°. CC 389 I, f° 3 v°. CC 393 I, f° 8 r°. Sur la personnalité de Folcaut, J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent ans. Les rôles d’impôt de 1421, 1423 et 1438, Paris, 1970, p. 274 et p. 320 avec le renvoi à Clément de Fauquemberge, Journal, A. Tuetey (éd.), Paris, 1903-1915, II, p. 129.

305 Arch. mun. Millau, CC 415 I, f° 49 v°.

306 Il reçoit 6 l. 14 s. 1 d., en 1385-1386, pour sa pension de l’année versée par Millau, CC 376 I, f° 19 r°, et il perçoit 6 l. en 1386. À Saint-Flour, elle est de 5 et 7 livres en 1388-1389, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 686, p. 681.

307 Pareille situation se rencontre dans d’autres villes du Sud de la France, La fiscalité des villes…, 3, pour Chambéry, p. 143, Narbonne, p. 158, Cadillac, p. 168 et Tarascon, p. 172.

308 Par exemple, R. Nougaret, Hôpitaux, léproseries et bodomies de Rodez…, op. cit., p. 205.

309 A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 102 et s. avec la politique suivie par la ville et les lieux d’approvisionnement. Pour l’intervention des consuls de Saint-Flour en cette matière, A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 494 et s. J. Morelló Baget, « Approvisionnement et finances municipales en Méditerranée occidentale : l’exemple de la Couronne d’Aragon », La fiscalité des villes…, 3, p. 267-294, avec des éléments pour la France méridionale apportés par Ch. Guilleré.

310 C’est là semble-t-il une caractéristique des dépenses des villes du Sud de la France. Plusieurs exemples sont fournis dans La fiscalité des villes…, 3, pour Chambéry, p. 141, Narbonne, p. 158, Cadillac, p. 168 et Tarascon, p. 172.

311 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 8 v°.

312 Arch. mun. Millau, CC 365 I, f° 61 r°.

313 Arch. mun. Millau, CC 380 I, f° 1 r°-2 r° et f° 4 r°.

314 M. Hébert, Tarascon…, op. cit., p. 161, note que « l’économie interne de la cité, de même que son commerce extérieur et son approvisionnement, sont des domaines qui, en temps normal, ne préoccupent guère les édiles ».

315 Arch. mun. Millau, AA 11 et FF 58 I.

316 Cf. supra avec le prix des draps et l’activité textile.

317 Arch. mun. Millau, CC 408 I, f° 46 v°. CC 409 I, f° 17 v°-18 r°.

318 Arch. mun. Millau, CC 418 I, f° 16 r°, f° 18 r°-v°.

319 L’intervention des magistrats municipaux en matière d’instruction est attestée dans de nombreuses villes, néanmoins les sommes consacrées aux dépenses d’instruction sont relativement modérées au regard de l’ensemble des budgets, F. Humbert, Les finances…, op. cit., p. 195-196. M. Hébert, Tarascon…, op. cit., p. 163 et p. 169. A. Droguet, Les finances municipales de Marseille…, op. cit., p. 93-94.

320 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 45 v°.

321 Arch. mun. Millau, CC 351 I, f° 46 v°.

322 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 37 r°-v°.

323 Arch. mun. Millau, CC 405 I, f° 39 v°.

324 Arch. mun. Millau, CC 424 I, f° 16 r°-v°.

325 Les consuls ont le pouvoir de décider de la reconduction du maître, Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 17 r°-v°.

326 Arch. mun. Millau, CC 428 I, f° 57 v°.

327 J. Artières, Documents…, p. 390-391.

328 Arch. mun. Millau, CC 424 I, f° 16 r°-v°.

329 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 12 r°. CC 388 I, f° 24 v°.

330 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 37 v°.

331 Arch. mun. Millau, CC 424 I, f° 16 r°. CC 426 I, f° 35 r°, en 1456, 2 muids de vin, 4 écus et 6 setiers de froment. CC 427 I, f° 8 r°. CC 428 I, f° 32 r°. Ces gages représentent environ 6 l. Ils sont proches de ceux d’autres villes, J. Teyssot, Riom. Capitale et Bonne ville d’Auvergne…, op. cit., p. 254, gages de 10 l. par an en 1419. M. Hébert, Tarascon…, op. cit., note 59 p. 179 sur le contenu de la pension en nature et en numéraire.

332 Arch. mun. Millau, CC 516 I, quittance du maître d’école.

333 Arch. mun. Millau, CC 398 I, f° 23 r°-v°.

334 M. Hébert, Tarascon…, op. cit., p. 163.

335 Arch. mun. Millau, CC 366 I, f° 67.

336 Arch. mun. Millau, CC 398 I, f° 24 r°.

337 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 18 v°, 6 moutons pour la maison de Francis Balmes en 1456-1457, CC 427 I, f° 37 v°.

338 Arch. mun. Millau, CC 402 I, f° 14 r°, location d’une salle appartenant à Johan Fornier pour le maître de chant, en 1421, au prix de 8 l. pour l’année. CC 408 I, f° 13 r°, en 1429, une maison du prieuré de Saint-Léon pour 8 moutons l’année. CC 428 I, f° 15 v° (8 juillet 1459), f° 22 r°, f° 38 v°, 5 moutons en 1459-1460. La maison louée, en 1463, au notaire Jean Calmettes pour tenir les écoles comprenait une grande salle, une chambre, un rez-de-chaussée et un jardin, bail de 8 moutons d’or.

339 Arch. mun. Millau, CC 429 I, f° 4 v°. Des difficultés naissent parfois, comme en juin 1458, lorsque le maître d’école se plaint que el avie pauc dostal, CC 427 I, f°6r°.

340 Arch. mun. Millau, CC 389 I, f° 24 r°.

341 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 20 r°-v°, f° 24 r° (1413), il reçoit 75 l. Il remerciera le consulat en juin 1416, CC 399 I, f° 5 v°.

342 Arch. mun. Millau, CC 418 I, f° 12 r°-13 r°.

343 Pour une attitude semblable, F. Humbert, Les finances…., op. cit., p. 196.

344 Arch. mun. Millau, CC 385 I, f° 25 v°.

345 Arch. mun. Millau, CC 402 I, f° 11 r°.

346 Pareille observation peut être faite pour Lille, D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. cit., p. 147. Sur l’action des administrations urbaines dans le Bas-Rhône et la « municipalisation de l’assistance », D. Le Blévec, La part du pauvre. L’assistance dans les pays du Bas-Rhône du xiie s. au milieu du xve s., 2000, t. I, p. 290-298, en particulier p. 296, et pour la gestion hospitalière, vol. 2, p. 646-652.

347 S. F. Roberts, « Les consulats du Rouergue et l’assistance urbaine au xiiie et au début du xive siècle », Cahiers de Fanjeaux, 13 (1978), p. 131-146.

348 On pourra se reporter par exemple au compte tenu par J. Brunel et D. Buscarlet, régisseurs de la charité de Saint-Marc en 1438, Arch. mun. Millau, GG 29 I. À Tarascon, le contrôle des autorités municipales en matière d’assistance est notable, elles veillent à la distribution de pains, M. Hébert, Tarascon…, op. cit., p. 169.

349 Arch. mun. Millau, CC 360 I, f° 24 v°.

350 Arch. mun. Millau, CC 380 I, f° 8 v°.

351 Arch. mun. Millau, CC 422 I, f° 19 r°.

352 Il est surprenant de constater l’inaction des échevins dijonnais en période d’épidémie alors qu’à partir de 1445, « la mairie décida de payer aux habitants trop pauvres tous les frais de médecine et de pharmacie », Fr. Humbert, Les finances municipales…, op. cit., p. 196.

353 D. Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècles…, op. cit., p. 131-137 et carte p. 352. J.-N. Biraben, Les hommes et la Peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Mouton, 1975-76, 2 vol. J. Dupâquier, Histoire de la population française, I, Des origines à la renaissance, Paris, 1995 (rééd.), p. 314-337.

354 D. Jacquart, Le milieu médical…, op. cit., p. 183. La présence d’un médecin au service de Millau semble attestée depuis 1326 avec Jean Bonefis rétribué en nature (1 setier de froment).

355 B. de Gauléjac, « Examen médical des lépreux à Millau au cours du xive siècle », M.S.L.S.A.A., 23 (1935), p. 487-496.

356 Arch. mun. Millau, CC 388 I, f° 5 r° et CC 389 I, f° 26 v°.

357 Arch. mun. Millau, CC 424 I, f° 20 r°-v°.

358 Arch. mun. Millau, CC 415 I, f° 10 r° et f° 25 v°.

359 Pour une série de mesures semblables, S. Guilbert, « À Châlons-sur-Marne au xve siècle : un conseil municipal face aux épidémies », A.E.S.C., 1968, p. 1283-1300. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 509-514.

360 Arch. mun. Millau, CC 426 I.

361 Arch. mun. Millau, CC 428 I, f° 16 v° et f° 57 v°.

362 Arch. mun. Millau, CC 429 I, f° 4 v°.

363 Arch. mun. Millau, CC 426 I, f° 49 r°.

364 Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 3 v°-6 v°, le testament prévoyait que les consuls devaient verser cette somme toutes les semaines sur le prix de vente de leurs biens.

365 Arch. mun. Millau, CC 393 I, f° 27 r°.

366 Arch. mun. Millau, CC 399 I, f° 11 r°. M. de Riquer, « Fecha y localizacon de algunos sermones de San Vicente Ferre », Boletín de la Real academia de Buenas Letras de Barcelona, t. XXX, 1963-1964, p. 151-168, il prononce à Millau, les sermons XLIX, L et LI, p. 165.

367 Les transferts ne peuvent se limiter à la « part du prince », toutefois la documentation ne permet pas toujours de saisir la totalité des sommes, de toutes natures, prélevées sur la ville. Pour un exemple de la variété et de l’importance des versements effectués au profit du pouvoir royal (près de 28 % des dépenses), V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 295 et s. M. Sánchez Martínez et M. Hébert, « La “part du prince” : contributions et transferts au roi dans les dépenses des villes des pays de la Couronne d’Aragon et de Provence », La fiscalité des villes…, 3, p. 295-320.

368 Par exemple, Arch. mun. Millau, CC 425 I, f° 33 v°-34 v° et 45 l. 17 s. de frais. CC 426 I, f°39 r°-40 r° et 51 l. 12 s. de frais. CC 427 I, f° 24 r°à 26 r°,49 l. 9 s. et de frais.

369 Arch. mun. Millau, CC 429 I, f° 16 v°.

370 Sur cette construction, A. Vuitry, Études sur le régime financier de la France avant la Révolution française de 1789, 2 vol., Paris, 1878-1883. J.-J. Clamageran, Histoire de l’impôt en France, t. I et II, Paris, 1867-1868. A. Spont, « La taille royale en Languedoc de 1415 à 1515 », A.M., 3 (1890), p. 365-384 et p. 478-513, 4 (1891), p. 340-366 et p. 482-494. C. Stephenson, « Les “aides” des villes françaises aux xiie et xiiie siècles », M.A., t. XXXIII, 1922, p. 274-328. F. Lot, R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. II, Paris, 1958, p. 183-285. M. Rey, Le domaine du roi et les ressources extraordinaires sous Charles VI, 1388-1413, Paris, 1965. M. Rey, Les finances royales sous Charles VI, Les causes du déficit, 1388-1413, Paris, 1965. J.B. Henneman, Royal taxation in fourtenth century France. The development of war financing, 1322-1356, Princeton, 1971. F. Braudel. E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, I / 1450-1660, Paris, 1977, rééd., 1993, p. 40-43 et p. 129-148. A. Rigaudière, « L’essor de la fiscalité royale du règne de Philippe le Bel (1285-1314) à celui de Philippe VI (1328-1350) », Europa en los umbrales de la crisis (1250-1350), XXI Semana de Estudios Medievales de Estella 94, Pamplona, 1995, p. 323-391. B. Chevalier, « Fiscalité municipale et fiscalité d’État en France du xive à la fin du xvie siècle. Deux systèmes liés et concurrents », Les bonnes villes, l’État et la société dans la France de la fin du xve siècle, Orléans, 1995, p. 201-215.

371 P. Chaunu, « L’État de finance », F. Braudel. E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France…, p. 131.

372 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 749.

373 M.-C. Ferradou-Haber, Pouvoir royal et pouvoir consulaire à Narbonne…, op. cit., p. 256-347.

374 M.-C. Ferradou-Haber, Pouvoir royal et pouvoir consulaire à Narbonne…, op. cit., p. 271, l’auteur conclut que « jusqu’en 1355, c’est encore une période de préparation à l’impôt permanent, où les exigences royales, bien que croissantes, demeurent modérées… de 1356 à 1380… lourdes ponctions fiscales… à partir de 1380, les impôts multipliés s’abattent sur une ville en pleine décadence qui ne peut plus y faire face ».

375 Ph. Wolff, « Finances et vie urbaine : Barcelone et Toulouse au début du xve siècle », Regards sur le Midi médiéval…, p. 502.

376 R. Favreau, J. Glénisson, « Fiscalité d’État et budget à Poitiers au xve siècle », L’impôt dans le cadre de la ville et de l’État, Bruxelles, 1966, p. 124.

377 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 744-747.

378 M. Le Mené, « Ville et fiscalité d’État à la fin du Moyen Âge. L’exemple d’Angers », Mélanges offerts à B. Chevalier, Villes, Bonnes villes, cités et capitales, Tours, 1989, p. 98-100.

379 H. Martin, « L’évacuation des forteresses “anglaises” du Rouergue et des pays voisins », Études sur le Rouergue, Actes du XLVIIe Congrès d’Études de la F.H.L.M.R et du XXIXe Congrès d’Études de la Fédération des Sociétés académiques et Savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne tenus à Rodez les 7, 8 et 9 juin 1974, Rodez, 1974, p. 87-93.

380 G. Dupont-Ferrier, Les officiers royaux des bailliages et sénéchaussées et les institutions monarchiques locales en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1902, p. 612, l’a. note que la même situation se rencontre en Gascogne, Quercy et Languedoc. G. Dupont-Ferrier, « Les origines des élections financières en France aux xive et xve siècles », B.E.C., 1929, p. 253, qualifié de « recettes de taille… non des élections ».

381 G. Dupont-Ferrier, « Les origines des élections financières en France aux xive et xve siècles », B.E.C., 1929, p. 233-255.

382 F. Autrand, Jean de Berry, Paris, 2000, p. 151-162, en particulier, p. 154 avec la récapitulation par Jacme Mascaro, l’écuyer du consulat de Béziers, des fouages imposés par Anjou.

383 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 11 r°, d’autres versements, à des dates différentes, sont consignés sur le même folio.

384 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 36 r°.

385 Arch. mun. Millau, CC 381 I, f° 10 v°-11 v°.

386 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 14 r°-v°.

387 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 27 v°. CC 379 I, f° 2 r°.

388 Arch. mun. Millau, CC 407 I, f° 20 v°.

389 Arch. mun. Millau, CC 408 I, f° 47 v°.

390 P. Flandin-Bléty, Essai…, op. cit., p. 766 note 1, pour de nombreux autres exemples.

391 Arch. mun. Millau, CC 417 I, f° 20 v° et s.

392 A. Leguai, De la seigneurie à l’État. Le Bourbonnais pendant la guerre de Cent Ans, Moulins, 1969. O. Mattéoni, Servir le prince…, op. cit., p. 69 et s. avec l’action de Louis II de Bourbon à partir de 1356. J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, Paris, 1987, p. 41 et s.

393 A. Leguai, « Royauté et principautés en France aux xive et xve siècles : l’évolution de leurs rapports au cours de la guerre de Cent Ans », M.A., t. CI, 1995, p. 131-132.

394 Le 13 septembre 1356, trois commissaires du trésorier du Rouergue viennent arrêter les consuls et 12 bos homes destavilla pour les contraindre à payer les 381 écus d’un subside, Arch. mun. Millau, CC 350 I, f° 14 v°. En février 1436, deux envoyés millavois sont arrêtés par le procureur du comte d’Armagnac à Rodez, CC 412 I, f° 43 v°.

395 Arch. mun. Millau, CC 382 I, f° 32 r°-33 r°.

396 Ph. Wolff, « Finances et vie urbaine : Barcelone et Toulouse au début du xve siècle », Regards sur le Midi médiéval…, p. 502.

397 E. Perroy, « La fiscalité royale en Beaujolais aux xive et xve siècles », M.A., t. XXIX, 1928, p. 27.

398 Par exemple, en 1391, les consuls répondent favorablement à la demande de prêt du juge, Arch. mun. Millau, CC 382 I, f° 17 v°.

399 Arch. mun. Millau, CC 417 I, f° 57 r°. CC 419 I, f° 17 r°-v°.

400 O.R.F., V, p. 292-294.

401 Arch. mun. Millau, CC 2 II, f° 37 r°.

402 Arch. mun. Millau, CC 405 I, f° 39 r°.

403 P. Flandi-Bléty, Essai…, op. cit., p. 516-520, note les difficultés pour rendre compte en raison du « langage trop elliptique des sources ».

404 Arch. mun. Millau, AA 18 (14 mars 1370). O.R.F., V, p. 291-292. Privilège confirmé le 3 septembre 1372, O.R.F., V, p. 525-526.

405 Arch. nat., JJ 100, pièce 543. O.R.F., V, p. 304-305 (juin 1370).

406 Arch. mun. Millau, AA 14, n° 361.

407 Arch. mun. Millau, CC 369 I, f° 39 v° et s. Des consultations sont entreprises avec les consuls de Saint-Affrique et de Rodez sur la gabelle que le duc d’Anjou veut imposer en Rouergue. Les deux villes répondent que non consentiron denpauzar neguna enpozesio ni guabela en lhur vilas ses consultar lo rei nostre senhor, f° 43 r°. Une ambassade est envoyée en France en avril 1374, f° 49 r° et f° 51 r°, fon trames ha Paris en R. Peri per hanar prosegre devan lo rei nostre senhor per lo fag de la guabela soes asaber XII d. per l. que volia enpauzat eses forsa va denpauzar en totas mereidarias ques vendeson per tota la senescalquia de Rozergue moss lo duc dango fraire de nostre senhior lo rei de Fransa e luoctenen siou per tota la Lencguadoc. En juin 1374, les démarches rouergates ont abouti, les consuls millavois veulent savoir si les cossols de Rodes… trametian la letra de la grasia quezava faha lo rei al pais de Rozergue de la guabela a moss lo duc a Toloza, CC 370 I, f° 5 r°, en contrepartie les États accordent un don de 1 000 francs au duc d’Anjou, f° 9 v°.

408 Arch. mun. Millau, CC 372 I, f° 15 v° et f° 36 v°, toutefois le duc d’Anjou accorde à la ville de lever simplement le quart de ces impositions. Certaines villes bénéficient d’exemptions, par exemple Sauveterre, Histoire générale de Languedoc, X, c. 1590-91, Jean Arribat, receveur général de la sénéchaussée de Rouergue des impositions de 12 deniers, de 1/13e du vin et du fouage, accorde une remise de 60 francs d’or « pour convertir en la réparacion, fortification et closure dudit lieu et pour leur aidier à refaire et redrécier une grant partie du mur de la forteresce qui est cheue ».

409 Histoire générale de Languedoc, X, c. 606 et c. 1522-1523.

410 Principalement Arch. mun. Millau, CC 376 I, f° 22 r°-v° et 58 v°.

411 Sur l’attitude des consuls narbonnais, M.-C. Ferradou-Haber, Pouvoir royal…, op. cit., p. 271 et s. P. Flandin-Bléty, Essai…, op. cit., p. 567 et s. sur la contestation fiscales des villes rouergates et quercinoises.

412 Arch. mun. Millau, CC 376 I, f° 30 v°, la paurieyra dels pays e quere ajuda al pays car lo pays est tant paures que non pot portar los cargues que hom ly bayla.

413 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 49 r°.

414 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 22 r° et f° 25 v°.

415 A. Furió, « La dette dans les dépenses municipales », La fiscalité des villes…, 3, p. 321-350. La mise en place d’un système de la dette en relation avec le développement de la pression fiscale monarchique et les impôts « indirects » est bien connue pour la Catalogne. P. Ortí Gost, M. Turull Rubinat, « La génesis de la fiscalidad municipal en Cataluña », Revista d’Historia Medieval, 7, 1996, p. 115-134. P. Ortí Gost, M. Sánchez Martínez, « La Corona en la génesis del sistema fiscal municipal en Catalunya (1300-1360) », Col-loqui Corona, municipis i fiscalitat a la baixa Edat Mitjana, Lleida, 1997, p. 233-271. Les finances municipales centrées sur la dette se rencontrent également dans les villes du Nord, P. Bougard, C. Wyffels, Les finances de Calais…, op. cit., p. 45-61. D. Clauzel, Finances et politique à Lille…, op. cit., p. 129-135, où 55,1 % des dépenses correspondent aux charges de la dette. V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 312 et s. Pour l’absence de dettes dans les villes du Sud, G. Larguier, « Les dépenses municipales de Narbonne au xve siècle », La fiscalité des villes…, 3, p. 156-157, Narbonne est qualifiée de « ville sans dette ». M. Hébert, « Les dépenses de Tarascon (1382-1391) », La fiscalité des villes…, 3, p. 171 et 173.

416 Ph. Wolff, « Finances et vie urbaine : Barcelone et Toulouse au début du xve siècle », Regards sur le Midi médiéval…, p. 506 et 510.

417 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 759 et s.

418 V. Terrasse, La commune de Provins…, op. cit., p. 316 pour la question du règlement d’arriérés.

419 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, p. 213-215. G. Espinas, Douai…, op. cit., p. 314-346. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 762-763. Fr. Humbert, Les finances municipales…, op. cit., p. 167-168, note que c’était là chose exceptionnelle que la municipalité dijonnaise constitue des rentes perpétuelles ou viagères pour le remboursement de prêts.

420 Arch. mun. Millau, CC 384 I, f° 26 r°, paguiey al sen Damelhau en amermamen de I deute que li deu lo cossolat el gran libre a CLXIIII cartas que monta X l.

421 Pons Barrieyra doit s’acquitter de 2 fl. 3 gr. 9 d., Johan Cayret de 4 fl. 11 gr. 9 d. Esteve Dolmières de 6 fl. 5 gr. alors que la moyenne des feux urbains est d’environ 8 gr.

422 Arch. mun. Millau, CC 380 I, f° 7 r°. À Marseille, l’intérêt est en général de 10 à 15 %, A. Droguet, « Les finances municipales de Marseille… », P.T.E.C., 1975, p. 70.

423 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 25 v°-28 v°.

424 Arch. mun. Millau, CC 417 I, f° 41 v°.

425 Arch. mun. Millau, CC 378 I, f° 30 v°. Johan Molinier a été fermier de la barre de la Recluse en 1386 et en 1395, il a été collecteur d’une taille en 1388.

426 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 61 v°. Il participe à la gestion des bassins, des travaux mais également à la collecte de taille et du souquet.

427 Par exemple G. Pelegri, Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 21 v°.

428 Arch. mun. Millau, CC 371 I, f° 18 v°.

429 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 20 r° et f° 31 v°.

430 Arch. mun. Millau, CC 382 I, f° 14 r°.

431 Arch. mun. Millau, CC 392 I, f° 32 v°.

432 Arch. mun. Millau, CC 396 I, f° 23 v°.

433 Arch. mun. Millau, CC 397 I, f° 23 v°.

434 Arch. mun. Millau, CC 372 I, f° 7 v°-8 r°.

435 Arch. mun. Millau, CC 379 I, f° 42 r°, sur Jean Vigouroux, H. Bousquet, Comptes consulaires…., t. II, p. 549 pour les nombreux renvois de l’index et Arch. mun. Millau, CC 408 I, f° 28 v°.

436 Arch. mun. Millau, CC 418 I, f° 95 r°.

437 À Millau, il n’existe pas d’administration particulière pour la gestion de la dette publique. Pour une situation différente, M. Sánchez Martínez, « Le système fiscal des villes catalanes et valenciennes du domaine royal au bas Moyen Âge », La fiscalité des villes…, 2, p. 32-33.

438 A. Furió, « La dette dans les dépenses municipales », La fiscalité des villes…, 3, p. 345. Voir également, P. Ortí Gost, M. Turull Rubinat, « La génesis de la fiscalidad municipal en Cataluña », Revista d’Historia Medieval, 7 (1996), p. 115-134. P. Ortí Gost, M. Sánchez Martínez, « La Corona en la génesis del sistema fiscal municipal en Catalunya (1300-1360) », Col-loqui Corona, municipis i fiscalitat a la baixa Edat Mitjana, Lleida, 1997, p. 233-271. En France, A. Droguet, « Les finances municipales de Marseille… », P.T.E.C., 1975, p. 73.

439 Dans ce sens, B. Chevalier, Les bonnes villes de France…, op. cit., p. 213-217.

440 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 765-769, dépenses militaires (1378-1384), frais de justice (1394-1397), travaux publics (1398-1405), arriérés (1419-1421) et part du prince (1423-1429).

441 On pourra se reporter aux études de cas menées pour Chambéry, Narbonne, Cadillac, Tarascon et Millau, La fiscalité des villes…, 3, p. 137-174.

442 A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 774-775.

Table des illustrations

Titre Tableau 29. Variation du prix du setier d’avoine en 1369-1370
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 365 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 30. Indice décennal du prix de la main de papier
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Graphique 2. Évolution du prix de la main de papier (1365-1461)
Légende (D’après Arch. mun. Millau CC 350 à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 31. Variations de la rémunération journalière d’un manœuvre du 8 juillet au 15 décembre 1410 à Millau
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 394 I, f° 71 r° à 129 v°)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 32. Pourcentage de différence entre le total des dépenses mentionné dans les registres et le total recalculé lors de leur analyse
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 à 429 I et A. Rigaudière, Saint-Flour…, p. 668-669, tableau n° 29)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 33. Répartition du montant des dépenses annuelles du consulat de Millau de 1356 à 1461
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Graphique 3. Évolution en livres des 5 blocs de dépenses à Millau (1356-1400)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 Ià 387 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Graphique 4. Évolution en livres des 5 blocs de dépenses à Millau (1401-1461)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 381 à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Graphique 5. Répartition des dépenses de Millau de 1356 à 1460 (en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Graphique 6. Les rémunérations de 1356 à 1460 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Tableau 34. La provenance des fournitures du consulat de Millau pour l’exercice 1373-1374
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 369 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Graphique 7. Dépenses de fonctionnement de 1356 à 1460 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 8. Dépenses de gestion fiscale de 1356 à 1460 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Graphique 9. Dépenses de représentation de 1356 à 1460 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Tableau 35. Les dépenses millavoises de représentation (en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Tableau 36 (suite)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 392 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Tableau 37. Les bénéficiaires des présents offerts lors de l’exercice 1365-1366
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 362 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 38. Les dépenses liées à la sécurité et à la défense de Millau (en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 10. Dépenses de sécurité et de défense de 1356 à 1461 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 39. Répartition des dépenses d’urbanisme
Légende (D’après Arch. mun. Millau CC 350-371, CC 387-401 I et CC 412-429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique 11. Dépenses d’urbanisme non défensif de 1356 à 1460 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 12. Dépenses de contentieux de 1356 à 1460 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Graphique 13. Services communs de 1356 à 1460 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Graphique 14. Part du prince de 1356 à 1460 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Tableau 40. Bénéficiaires des prélèvements fiscaux à Millau de 1356 à 1460
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350-429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 15. Les dettes du consulat de Millau de 1356 à 1460 (en livres et en %)
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 I à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Les dépenses de Millau de 1356 à 1460
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende (D’après Arch. mun. Millau, CC 350 à 429 I)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1084/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540