Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Deuxième partie. Les gens des finances

Conclusion de la deuxieme partie

Texte intégral

1Parmi les différentes composantes de la société médiévale, les patriciats urbains ont suscité de belles études. Plus rares sont celles qui se sont intéressées aux officiers municipaux ou aux personnes chargées de la gestion des finances au sein des villes. Les travaux consacrés aux finances des cités médiévales ne peuvent pas se limiter aux techniques fiscales ou à l’analyse des dépenses et des recettes. Le personnel financier mérite de retenir davantage l’attention. À Millau, cette recherche a permis de mettre en lumière un groupe varié d’individus aux qualités et aux ambitions diverses. Si les consuls boursiers sont les moins mal connus, ne serait-ce que par l’exceptionnelle série de comptes qu’ils nous ont laissée, les autres personnes qui interviennent, de façon plus modeste et moins visible, dans la gestion des affaires financières de la ville suscitent également l’intérêt.

2Le trésorier millavois, à la différence d’autres villes, est choisi parmi les six consuls pour une année. Ses droits et obligations sont semblables à ceux des cinq autres magistrats de la ville. En raison de ses fonctions spécialisées, sa responsabilité est renforcée en ce qui concerne la gestion de l’argent urbain. Dans le silence des textes consulaires, l’examen des comptes de la ville facilite la connaissance de ces hommes, de leurs compétences et de leurs attributions. Étudiés dans l’exercice de leur fonction, les boursiers se révèlent de bons comptables ayant l’habitude du maniement de l’argent. Leur charge, le plus souvent remplie dans la ville, peut également les conduire hors des murs de Millau pour défendre les intérêts financiers de la communauté devant les États du Rouergue. Parfois, en raison de leur absence ou de leur indisponibilité, un consul assure leur remplacement pendant quelques jours voir quelques mois.

3Le groupe des gens des finances particuliers recouvre des personnes différentes parmi lesquelles certaines apparaissent être de véritables « professionnels » des finances. Comptables particuliers désignés par la ville pour la gestion d’une institution ou d’une mission particulière et fermiers sont en relation étroite avec les administrateurs urbains. Désignation et exercice de l’activité de ces deux groupes sont soumises à leur surveillance et à leur contrôle. L’activité financière attire diverses personnes pour lesquelles la participation directe ou indirecte à la gestion de l’argent urbain représente une activité exceptionnelle ou une étape dans le développement d’une stratégie d’accession au pouvoir.

4L’étude prosopographique des gens des finances millavois a permis d’identifier près de 400 personnes. Tous les renseignements utiles à une meilleure connaissance de chacune d’elles ont été collectés, autant qu’il était permis de le faire, dans des sources variées. Une base de données informatique a pu être ainsi élaborée. Elle renferme les informations relatives à la fortune, à la profession, mais également à la participation aux affaires consulaires de ces personnes. L’analyse de ces personnes de 1356 à 1461 révèle des clivages et des évolutions.

5Trois groupes peuvent être différenciés suivant leur place dans la hiérarchie des fortunes et leur rapport avec le milieu consulaire. Parmi les gens des finances les plus aisés et les mieux intégrés dans la connaissance des affaires urbaines se trouvent les boursiers, puis viennent les comptables particuliers et enfin les fermiers de l’impôt. En outre des évolutions ont été décelées, entre la fin du xive siècle et le milieu du xve siècle, dans le choix des boursiers ou des gens des finances. Les liens avec le consulat apparaissent plus distendus pour les premiers, la fortune semble jouer un rôle moindre pour les seconds. La réponse à la question de l’existence de relations entre milieu financier et milieu consulaire à Millau doit être nuancée. Ces deux groupes se recouvrent en partie. L’exercice d’une activité financière peut se révéler, parmi d’autres éléments, être un moyen d’accéder aux charges consulaires. Apprécier avec exactitude le rôle joué par ce facteur dans le renouvellement ou le maintien de l’élite millavoise au pouvoir est plus hasardeux. D’autres éléments doivent être pris en considération comme les stratégies matrimoniales, la monopolisation des fonctions politiques par sept familles jusqu’au premier quart du xve siècle puis leur disparition de la vie publique et enfin les conflits sociaux.

  • 1 Histoire du Rouergue, H. Enjalbert, G. Cholvy (sous la direction de), Toulouse, 1979, rééd. 2001, (...)
  • 2 G. Castelnuovo, « Service de l’Etat et identité sociale. Les Chambres des comptes princières à la (...)
  • 3 Voir les parcours, de Guilhem Boquier, Johan Borzes, Jacme Brunel, Ponset Labruelha, Guilhem Molin (...)

6La connaissance des gens des finances s’est limitée à l’espace urbain. La rareté des informations à notre disposition n’a pas permis de consacrer des développements plus fournis aux carrières de certains Millavois qui intègrent des cercles de pouvoir autres que ceux du consulat. Le passage du service de la ville à celui du prince et la place des fonctions financières dans cette ascension sont difficiles à cerner. Si on note la présence de Millavois auprès d’Alphonse de Poitiers ou des comtes d’Armagnac1, la taille modeste de la ville, ses rapports émaillés de conflits avec la famille des comtes de Rodez ne facilitent pas toujours l’accès aux offices royaux. La présence des comptables municipaux dans les rouages des administrations princières, en particulier des Chambres des comptes, a été mise en lumière pour diverses parties du royaume2. L’absence de telles institutions pour le Rouergue et leur éloignement rendent d’autant plus difficile la mobilité sociale des élites millavoises. Activités financières et charges consulaires ouvrent parfois la voie aux charges d’officiers dans les fonctions administratives, financières et judiciaires3. Après avoir envisagé les cadres institutionnels et politiques de l’action des gens des finances, l’objet de leur gestion, l’argent urbain, doit retenir notre attention.

Notes

1 Histoire du Rouergue, H. Enjalbert, G. Cholvy (sous la direction de), Toulouse, 1979, rééd. 2001, p. 130 et p. 172.

2 G. Castelnuovo, « Service de l’Etat et identité sociale. Les Chambres des comptes princières à la fin du Moyen Âge », R.H., 618 (2001), p. 505 et p. 509-510, « A côté de l’office, voici la seigneurie ; près des Comptes, voilà la ville. En vérité l’une des principales caractéristiques des principautés du bas Moyen Âge peut justement se trouver dans la corrélation de ces trois critères de reconnaissance sociale. La médiation entre la ville, l’office et la seigneurie, contribue ainsi à bâtir une société politique territoriale fondée à la fois sur des bourgeois parfois anoblis et sur des nobles, souvent urbanisés, qui tous deux vivent, entre autres, en tant qu’officiers (des comptes) au service de leur prince ». Pour quelques exemples, J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 t., Paris, 1987, p. 762-763, note la présence de 25 miseurs rennais entre 1420 et 1495 dans l’administration ducale. O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, 1998, p. 306-309 où 85 % du personnel de la Chambre des comptes de Moulins proviennent des principales villes du duché. J. Thibault, « Le personnel de la Chambre des comptes de Blois à la fin du Moyen Âge », La France des principautés. Les Chambres des comptes xive et xve siècles, Colloque tenu aux Archives départementales de l’Allier, à Moulins-Yzeure, les 6,7 et 8 avril 1995, Paris, 1996, p. 161-162.

3 Voir les parcours, de Guilhem Boquier, Johan Borzes, Jacme Brunel, Ponset Labruelha, Guilhem Molinia, Pierre Senhoret et Hugues del Vilaret, F. Garnier, Le consulat de Millau au bas Moyen Âge : finances, pouvoir et société. Catalogue prosopographique-Les gens de finance millavois (1356-1461), t. III, dactyl., thèse droit, Paris II, 2002.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par