Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Deuxième partie. Les gens des finances

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Cette controverse a été relatée par Ph. Contamine, La France des principautés. Les Chambres des co (...)
  • 2 F. Autrand, « L’espace français : histoire politique du début du xie siècle à la fin du xve », L’h (...)
  • 3 Pour la bibliographie, B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, Paris, 1971, rééd. 1993, ave (...)
  • 4 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles : les ducs, l’argent et les hommes, Paris, 1987 (...)
  • 5 O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523)(...)
  • 6 J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté au xive siècle. Le duché de Bourgogne de Philipp (...)
  • 7 L. Richard, Les Finances du duché d’Orléans et leur administration (1392-1440), P.T.E.C., 1994, p. (...)
  • 8 Différentes études, regroupées dans La France des principautés. Les Chambres des comptes xive et x (...)

1L’étude d’une institution, qu’elle soit financière ou non, requiert de s’intéresser aux hommes qui la composent et la font évoluer. Rappelons-nous les mots de Lucien Febvre pour reprocher à Henri Jassemin, à propos de la Chambre des comptes de Paris au xve siècle, d’avoir négligé l’aspect humain1. Depuis une vingtaine d’années, la prosopographie a renouvelé l’histoire politique2. Des divers travaux menés, certains ont été consacrés aux gens des finances de la monarchie3, aux officiers financiers des principautés, qu’elles soient bretonne4, bourbonnaise5, bourguignonne6 ou orléanaise7, et au personnel des Chambres des comptes8. Les recherches relatives aux gens des finances des villes médiévales sont plus rares.

  • 9 Les marchands et des hommes de loi des villes médiévales sont mieux connus depuis les recherches d (...)
  • 10 Parmi la riche bibliographie sur le sujet, on citera, R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais…, op. c (...)
  • 11 L’appel lancé par A. Rigaudière pour l’étude des receveurs municipaux n’a guère été entendu, Gouve (...)
  • 12 Ch. Laroche, La vie municipale à Najac-en-Rouergue des origines du Consulat à la fin de la guerre (...)
  • 13 B. Suau-Noulens, La ville de Rodez au milieu du xve siècle, thèse E.N.C., dactyl., 1971 et dans P. (...)
  • 14 L. Bernad, Une ville de consulat…, op. cit., puis plus de quarante ans plus tard, Millau en Rouerg (...)
  • 15 J. Verger, Prosopographie et Genèse de l’État moderne…, op. cit., p. 352.

2L’intérêt porté aux groupes des dirigeants municipaux a ouvert la voie à une meilleure connaissance des différents acteurs de la société urbaine9. La place des juristes au service des villes a particulièrement retenu l’attention10. Mais les personnes qui assument une fonction financière restent dans l’ombre. Peu de travaux s’intéressent, par exemple, à l’institution du trésorier urbain11. Les villes du Rouergue ne font pas exception12. La période médiévale, hormis les recherches de Bernadette Suau-Noulens, pour Rodez13, et de Louis Bernad, pour Millau14, est dépourvue d’études relatives aux groupes sociaux urbains. Comment peut-on essayer « d’atteindre [ses] hommes et donc… sentir la vie quotidienne des institutions »15 ? Essayer de mieux connaître les gens des finances millavois, c’est-à-dire les personnes ayant eu à gérer l’argent urbain, tel est notre propos. Qui retenir ? Que rechercher ? Comment exploiter les données recueillies ? Trois étapes s’imposent. À l’exigence de cerner toutes les composantes de la population étudiée répondent celles d’analyser les sources à notre disposition et de proposer un questionnaire en fonction de la problématique choisie.

  • 16 J.-P. Leguay, La ville de Rennes au xve siècle à travers des comptes des miseurs, Paris, 1969, p. (...)

3Un premier travail a été d’établir la liste des personnes qui ont participé à l’exercice d’une fonction financière au sein de la ville. Connus pour leurs registres comptables, les trésoriers urbains médiévaux n’ont guère fait l’objet d’attention particulière dans les monographies. Quelques pages leurs sont rapidement consacrées16. Qui sont-ils ? Quelle est leur place dans l’administration urbaine ? En font-ils d’ailleurs partie ? Ainsi le boursier millavois est choisi parmi les six consuls élus chaque année. Se limiter au seul trésorier ne rend pas pleinement compte de la réalité, tant l’argent urbain peut être géré par plusieurs personnes. C’est là une première donnée. Principal comptable, il n’est pas seul à connaître des finances de la ville. En effet certains agents exercent leur charge pendant une période relativement courte, tout au plus pendant quelques mois, et pour une tâche précise (régisseurs de travaux, levée de l’impôt direct et indirect), alors que d’autres ont une mission plus générale attribuée au moins pour une année (régisseurs des hôpitaux et des charités, bassiniers d’aumônes). Ils font partie du système financier en ce qu’ils développent des relations financières et institutionnelles avec le consulat. Boursiers et gens des finances particuliers doivent ainsi retenir notre attention.

  • 17 F. Autrand, « Y a-t-il une prosopographie de l’État médiéval ? », Prosopographie et Genèse de l’Ét (...)
  • 18 On note par exemple, à Foix, la même obligation de rendre les comptes aux consuls par les collecte (...)

4La prosopographie « rassemble des données biographiques… elle concerne l’étude de groupes d’hommes ayant quelque chose en commun : une fonction, une activité, un statut social ou autre chose »17. À Millau, il s’agit de la gestion des deniers urbains. L’obligation de rendre compte aux consuls de l’argent qu’ils ont eu à gérer est le critère retenu pour constituer le groupe des gens des finances18. Les textes consulaires invitent à un tel choix. Ils précisent quelles sont les personnes dans cette situation. L’ordonnance du 24 août 1339 mentionne ainsi que doivent redre los comtes des cossolz, de las caritatz, de l’hospital Mager (article 10) et que sia tengut tot home de tota administratio altra, redutz los comptes, que sian quitatz los administrados ambes instrumen (article 13). Ces indications sont reprises dans les établissements du 26 juin 1348 pour les consuls et le boursier (articles 5 et 7), l’hôpital Mage (articles 3 et 4), les régisseurs des charités (article 6) mais aussi les envoyés de la ville (article 8 reprenant les articles 2 à 8 de 1339). Ainsi les textes définissent un groupe composé du consul boursier, des gestionnaires des charités et des hôpitaux. L’article 13 de l’ordonnance de 1339 invite à intégrer également les collecteurs et fermiers de l’impôt, les régisseurs des travaux et les personnes désignées pour l’administration des bassins d’aumônes. La pratique révèle l’existence de redditions des comptes pour chacune de ces fonctions. De surcroît, ces personnes entretiennent des relations étroites avec les consuls. Désignation, exercice de leur charge, mais aussi milieu social sont autant d’éléments qui les rapprochent. Nous avons décidé d’exclure du groupe des gens des finances, les envoyés de la ville et de porter notre attention sur l’écuyer du consulat. Pour les chargés de mission, ce choix est justifié par le fait qu’ils assument avant tout une fonction de représentation. La gestion de sommes d’argent au cours de leurs voyages est liée à la mission. Pour l’écuyer du consulat, il en va différemment. L’examen des registres comptables fait apparaître de manière régulière ses relations financières avec le consul boursier. Il nous est apparu utile d’en souligner l’existence et d’essayer d’en décrire les principaux mécanismes. Serviteur du consulat, il apparaît aussi parfois comme un auxiliaire du trésorier de la ville.

  • 19 Sur la distinction et la démarche différente qu’elle implique, Ph. Hamon, « Le personnel financier (...)
  • 20 Ce total est composé des 344 personnes qui ont exercé des charges financières autres que celles de (...)
  • 21 Les enchères des impôts indirects étaient passées devant notaire, certains actes ont pu être repér (...)
  • 22 Arch. mun. Millau, GG 2 II (1360-1366) et GG 3 II (1414-1415).
  • 23 Arch. mun. Millau, GG 21 I.
  • 24 Arch. mun. Millau, GG 28 I et GG 29 I (charités et hôpital de Saint-Jacques, charité de Saint-Marc (...)
  • 25 Arch. mun. Millau, EE 78 I, EE 82 à 86 I et EE 1 II

5Par opposition au « groupe donné » des consuls, les gens des finances millavois rassemblent des personnes qui assument diverses charges, elles forment un « groupe construit »19. Ainsi, 394 personnes ont pu être dénombrées pour les années 1355-146120. La confection d’une liste, aussi exhaustive puisse-telle être, des gestionnaires de l’argent urbain, soulève quelques difficultés. Point de documents comparables, par exemple, aux lettres de provision d’office pour connaître les gens des finances de Millau. Il y a là un obstacle qui rend d’autant plus malaisée la constitution de ce groupe. La lecture attentive des différents documents comptables et fiscaux s’avère indispensable. À la parcimonie des informations de certaines sources répond la profusion des données contenues dans d’autres. Leur collecte se révèle une entreprise longue, minutieuse et parfois vaine. L’absence, ou la disparition, des registres de délibérations pour les xive et xve siècles pouvait limiter notre champ d’investigation, mais la richesse des informations relevées dans les comptes des consuls boursiers compense en partie ce manque. Bien souvent, l’essentiel de nos informations a pu être glané dans ces sources. La documentation sérielle facilite la connaissance des consuls boursiers, chacun de leur compte débute invariablement par la mention du titulaire de cette charge. Les autres comptables ne se laissent pas saisir aussi facilement. À défaut d’actes particuliers qui portent désignation des collecteurs et fermiers de l’impôt, registres fiscaux et comptes consulaires sont des plus utiles21. Pour d’autres charges financières, des documents particuliers existent. C’est le cas pour la gestion des quêtes et offrandes, des mises au propre de comptes ont été conservées22. Un autre registre consigne les redditions de comptes des personnes qui ont eu en charge les bassins d’aumônes pour les années 1363-138423. L’établissement de la liste des régisseurs d’hôpitaux et de charités a été possible grâce à quelques registres de recettes et de dépenses relevés dans le fonds des archives hospitalières24. D’autres sources intéressent les travaux de fortification, elles nous renseignent sur les régisseurs désignés par les consuls25. Enfin, c’est encore aux comptes du boursier qu’il faut se reporter pour connaître l’écuyer du consulat. Bien plus que la rédaction d’une simple liste, ces documents permettent de glaner les informations les plus diverses sur chacun des gens des finances. Leur place et leur rôle dans la gestion financière du consulat et plus largement dans la vie urbaine ont ainsi pu être mis en lumière.

6Notre étude cherche à analyser la dynamique de renouvellement de l’élite urbaine, et plus particulièrement du milieu consulaire. À travers l’étude des gens des finances, il s’agit d’apprécier l’importance de l’exercice d’une fonction financière dans les voies d’accès au consulat comme peuvent l’être la richesse, la culture ou le poids des lignages. Remplir une charge financière est un moyen de renforcer son pouvoir politique et économique dans la ville. Comment s’intègrent les fonctions de boursier, de collecteur, de fermier de l’impôt, de gestionnaires des travaux, de régisseurs des hôpitaux dans le cursus honorum des consuls ? Les titulaires de ces charges ont été ensuite envisagés dans la société millavoise. Leur activité professionnelle et leur fortune motivent-elles leur participation à la gestion des finances urbaines ? Les compoix de la deuxième moitié du xve siècle se sont révélés utiles pour connaître leur place dans la hiérarchie des patrimoines. Enfin, cette étude a tenté de s’intéresser au rôle des gens des finances d’une ville hors du cadre strictement urbain. En d’autres termes, la question posée est celle de leur participation à la gestion des finances au sein des États du Rouergue, leurs liens avec l’administration financière des comtes d’Armagnac ou celle de la monarchie. En d’autres lieux, la magistrature urbaine constitue une étape qui mène vers les offices. Qu’en est-il à Millau ? Répondre à ces interrogations requiert de mieux connaître les personnes qui composent ce système financier.

7Malgré la variété des personnes rencontrées, chacune d’elles présente la particularité d’être en relation avec l’administration consulaire. Sans nul doute, le consul boursier est celui avec lequel les liens sont les plus étroits. D’autres comptables connaissent également de la gestion d’une partie de l’argent urbain. Ce sont les gens des finances particuliers. Outre la durée variable de leur charge, de quelques mois à plusieurs années, et la diversité de leurs domaines d’intervention, deux groupes peuvent être distingués suivant leur mode de désignation. Les comptables particuliers sont nommés par les consuls et assument l’administration d’une institution urbaine sous le contrôle des représentants de la ville. Les seconds correspondent aux personnes recrutées selon le système de la ferme. On les rencontre de manière quasi exclusive pour la gestion des impôts indirects.

Notes

1 Cette controverse a été relatée par Ph. Contamine, La France des principautés. Les Chambres des comptes xive et xve siècles, Colloque tenu aux Archives départementales de l’Allier, à Moulins-Yzeure, les 6, 7 et 8 avril 1995, Paris, 1996, p. XXXI-XXXIII.

2 F. Autrand, « L’espace français : histoire politique du début du xie siècle à la fin du xve », L’histoire française médiévale en France. Bilan et perspectives, Paris, 1991, p. 105-106. On se reportera également aux actes de la table ronde C.N.R.S.-E.N.S.J.F. tenue en 1984, Prosopographie et Genèse de l’État moderne, Paris, 1986.

3 Pour la bibliographie, B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, Paris, 1971, rééd. 1993, avec les indications des travaux relatifs à « L’administration de l’État : les finances » et « Les serviteurs de l’État ». Plus récemment, par exemple, Ph. Hamon, « Le personnel financier subalterne sous François Ier : cœur ou marge de l’administration monarchique ? Les apports de la prosopographie », L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, Paris, 1996, p. 181-188.

4 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles : les ducs, l’argent et les hommes, Paris, 1987, p. 695-942. J. Kerhervé, « Prosopographie des officiers de finances : l’exemple des trésoriers de l’Epargne breton du xve siècle », Medieval Lives and the Historian. Studies in medieval prosopography, N. Bulst et J.-P. Genet (éd.) Kalamazoo, Michigan, 1986, p. 267-289. J. Kerhervé, « Une famille d’officiers de finances bretons au xve siècle : les Thomas de Nantes », Annales de Bretagne, 83 (1976), p. 7-33. J. Kerhervé, « Jean Mauléon, trésorier de l’Epargne. Une carrière au service de l’État breton », Questions d’histoire de Bretagne. Actes du 107e congrès national des Sociétés savantes, Brest, 1982, t. II, Paris, 1984, p. 161-184. D. Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes 1491-1547, Paris, 1997.

5 O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, 1998, p. 199-242 sur les officiers des comptes. O. Mattéoni, « Une famille de receveurs montluçonnais : la famille de Fourest (milieu du xve-début du xvie siècle) », Bulletin des Amis de Montluçon, 43 (1992), p. 45-87.

6 J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté au xive siècle. Le duché de Bourgogne de Philippe le Hardi (1364-1384), Paris, 1996. J. Bartier, Légistes et gens des finances au xve siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Bruxelles, 1955-1957.

7 L. Richard, Les Finances du duché d’Orléans et leur administration (1392-1440), P.T.E.C., 1994, p. 181-187.

8 Différentes études, regroupées dans La France des principautés. Les Chambres des comptes xive et xve siècles…, intéressent les Chambres des comptes de Lorraine, de Provence, de Blois et de Bretagne. D’autres recherches ont été menées en Bourbonnais, à Lille et plus récemment à Paris : O. Mattéoni, « L’apport de la prosopographie à la connaissance des carrières des officiers de la Chambre des comptes de Moulins (environ 1450-environ 1530) », L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècle…, p. 123-138 ; M. Jean, La Chambre des comptes de Lille (1477-1667).
L’institution et les hommes, Paris-Genève, 1992 ; F. Leclercq, « Le personnel de la Chambre des comptes de Lille : sa place dans la société du xve siècle », R.N., 41 (1959), p. 235-236 et D. Prévost, Le personnel de la Chambre des Comptes de Paris (1320-1418), thèse d’histoire, dactyl., Paris I, 2000.

9 Les marchands et des hommes de loi des villes médiévales sont mieux connus depuis les recherches de Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, 1954 et de R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge, étude sur les origines de la classe de robe, Paris, 1964. Parmi de nombreux travaux, on peut noter l’attention portée à la chevalerie et aux artisans, M. Aurell, « La chevalerie urbaine en Occitanie (fin xe-début xiiie siècle) », Les élites urbaines au Moyen Âge, Paris, 1997, p. 71-118, P. Benoit et Ph. Lardin, « Les élites artisanales au service de la ville. Les cas de Paris et de Rouen à la fin du Moyen Âge », Les élites urbaines…, p. 287-304. Pour l’étude d’une élite sociale, de sa structure, de son évolution et des rapports entre les membres de ce groupe, Th. Dutour, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Paris, 1998. Sur la participation des exclus au pouvoir dans les villes médiévales, M. Mollat, Ph. Wolff, Ongles bleus : Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux xive et xve siècles, Paris, 1970 et A. Rigaudière, « Hiérarchie socio-professionnelle et gestion municipale dans les villes du Midi français au bas Moyen Âge », Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 167-214.

10 Parmi la riche bibliographie sur le sujet, on citera, R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais…, op. cit. A. Gouron, « Le rôle social des juristes dans les villes méridionales du Moyen Âge », La science du droit dans le Midi de la France au Moyen Âge, London, 1984, p. 55-67. A. Rigaudière, « L’essor des conseillers juridiques dans la France du bas Moyen Âge », Gouverner la ville…, p. 215-251 (voir la bibliographie note 2) et « Le notaire et la ville médiévale », Gouverner la ville…, p. 253-268. Pour l’ascension des hommes de loi de Dijon, la bibliographie est citée par P. Bodineau, « La contribution des historiens du droit aux recherches sur l’histoire des villes en Bourgogne », Annales de Bourgogne, 71 (1999), p. 87-88. N. Coulet, « Les juristes dans les villes de Provence médiévale », Les sociétés urbaines en France méridionale et en péninsule ibérique au Moyen Âge, Actes du colloque de Pau, 21-23 septembre 1998, Bordeaux, 1991, p. 311-327. P. Flandin-Bléty, « Le rôle des juristes dans la politique des consulats du Quercy au Moyen Âge », Revue de la société internationale d’histoire de la profession d’avocat, 6 (1994), p. 5-39. J. Verger, « Les gradués en droit dans les sociétés urbaines du Midi de la France à la fin du Moyen Âge », Milieux universitaires et mentalités urbaines au Moyen Âge, Colloque du département d’études médiévales de Paris-Sorbonne et de l’université de Bonn, Paris, 1987, p. 147-156. B. Chevalier, « Le pouvoir par le savoir : le renouvellement des élites urbaines en France au début de l’âge moderne (1350-1550) », Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au xxe siècle, Tours, 1999, p. 77-79.

11 L’appel lancé par A. Rigaudière pour l’étude des receveurs municipaux n’a guère été entendu, Gouverner la ville…, op. cit., p. 503.

12 Ch. Laroche, La vie municipale à Najac-en-Rouergue des origines du Consulat à la fin de la guerre de Cent ans (xiiie-xve siècle).
Étude d’une communauté d’habitants, thèse E.N.C., 1931, p. 221. H. Bousquet, « La fiscalité à Rodez au Moyen Âge », P.V.S.L.S.A.A., 32 (1931-1934), p. 21-27. L. Bernad, Une ville de consulat : Millau en Rouergue, Millau, 1938, p. 45-46. Seuls Frédéric Laur, et plus récemment, Sylvie Mouysset, ont utilisé la prosopographie pour rendre compte des institutions consulaires millavoises et ruthénoises d’Ancien Régime, F. Laur, Le consulat de Millau sous la monarchie absolue, Nîmes, 1998 et S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez-Toulouse, 2000. À Millau, des notices bibliographiques ont été établies pour le personnel politique. Elles précisent le cursus honorum et le statut social. Frédéric Laur présente également les parentés et alliances des principales familles consulaires. Sylvie Mouysset a analysé les « règles de reproduction » du patriciat à partir des registres de délibérations consulaires du Bourg et de la Cité de Rodez, des documents fiscaux et des fonds notariaux. Elle se pose la question de savoir comment à partir de la gestion municipale se dégage une certaine élite. On notera également l’étude prosopographique consacrée aux chanoines de Rodez au bas Moyen Âge ou aux capitaines aux xvie s., M. Desachy, « Le chapitre cathédral de Rodez (v. 1350-v. 1450) », P.T.E.C., 1996, p. 112-114 et S. Desachy-Delclos, Les capitaines en Rouergue à l’époque des guerres de Religion, P.T.E.C., 1995, p. 67-73.

13 B. Suau-Noulens, La ville de Rodez au milieu du xve siècle, thèse E.N.C., dactyl., 1971 et dans P.T.E.C, 1971, p. 175-184, avec une étude du consulat et des composantes de la société urbaine (artisans, marchands et clercs). Voir également, M.-Th. Chartrou, La vie municipale de la Cité de Rodez d’après un registre de délibération (1405-1442), mémoire DES, dactyl., 2 vol., Toulouse, 1959.

14 L. Bernad, Une ville de consulat…, op. cit., puis plus de quarante ans plus tard, Millau en Rouergue de 1350 à 1400. Étude sociale, administrative et financière, thèse de doctorat en histoire, Montpellier, 2 vol, dactyl., 1991.

15 J. Verger, Prosopographie et Genèse de l’État moderne…, op. cit., p. 352.

16 J.-P. Leguay, La ville de Rennes au xve siècle à travers des comptes des miseurs, Paris, 1969, p. 21-31. A. Rigaudière, Saint-Flour…, op. cit., p. 161-162. F. Humbert, Les finances municipales…, op. cit., p. 41-52. J. Deniau, La commune de Lyon et la guerre bourguignonne 1417-1435, Lyon, 1934, p. 249-251. A. Leguai, De la seigneurie à l’État.
Le bourbonnais pendant la guerre de Cent Ans, Moulins, 1969, p. 129. P. Duparc, La formation d’une ville Annecy jusqu’au début du xvie siècle, Annecy, 1973, p. 122. A. et S. Plaisse, La vie municipale à Évreux pendant la guerre de Cent Ans, Évreux, 1978, p. 57-58. Les études qui se sont intéressées aux receveurs municipaux mettent en lumière le peu de prestige accordé à la charge de receveur aussi bien à Dijon, F. Humbert, Les finances municipales de Dijon…, op. cit., p. 61, qu’à Rennes, J.-P. Leguay, La ville de Rennes…, op. cit., p. 30, les auteurs le qualifient généralement d’officier subalterne. On pourra se reporter de manière plus générale à P. Dognon, Les institutions politiques et administratives des pays de Languedoc, du xiiie siècle aux guerres de religion, Toulouse-Paris, 1895, p. 109-110. P.-C. Timbal, « Les villes de consulat dans le Midi de la France. Histoire de leurs institutions administratives et judiciaires », Recueil de la société Jean Bodin, VI, La ville, Bruxelles, 1954, p. 362. J. Glénisson et Ch. Higounet, « Remarques sur les comptes et sur l’administration financière des villes françaises entre Loire et Pyrénées (xive-xvie siècles) », Finances et comptabilité urbaines du xiiie au xvie siècle, Bruxelles, 1964, p. 37. J.-L. Mestre, Introduction historique au droit administratif français, Paris, 1985, p. 77-78.

17 F. Autrand, « Y a-t-il une prosopographie de l’État médiéval ? », Prosopographie et Genèse de l’État moderne…, p. 13.

18 On note par exemple, à Foix, la même obligation de rendre les comptes aux consuls par les collecteurs, les bayles des hôpitaux et confréries ainsi que du tronc des âmes du Purgatoire, G. de Llobet, Foix médiéval. Recherches d’histoire urbaine, Saint-Girons, 1974, p. 167.

19 Sur la distinction et la démarche différente qu’elle implique, Ph. Hamon, « Le personnel financier subalterne sous François Ier : cœur ou marge de l’administration monarchique ? Les apports de la prosopographie », L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècle…, p. 181, note 1.

20 Ce total est composé des 344 personnes qui ont exercé des charges financières autres que celles de consul boursier et des 50 individus ayant assumé la fonction de trésorier (39 l’on été à titre principal et 11 comme remplaçant). Le temps nous a manqué, notamment à partir des registres notariés, pour mener une étude des changeurs et autres éventuels banquiers.

21 Les enchères des impôts indirects étaient passées devant notaire, certains actes ont pu être repérés lors de nos sondages : Arch. dép. Aveyron, 3E 11423 (1448), f° 167 v°-169 v°, commun de paix et 3E 11428 (année 1455-56), f° 193 r°-v°, souquet acheté par Vincent Gilays.

22 Arch. mun. Millau, GG 2 II (1360-1366) et GG 3 II (1414-1415).

23 Arch. mun. Millau, GG 21 I.

24 Arch. mun. Millau, GG 28 I et GG 29 I (charités et hôpital de Saint-Jacques, charité de Saint-Marc). Archives hospitalières, 1er fonds, série E, n° 15 à n° 15-9. Les registres notariés font parfois état d’actes passés par ces régisseurs, par exemple, Arch. dép. Aveyron, 3E 14423 (13-III-1448), f° 114 v°-115 r°.

25 Arch. mun. Millau, EE 78 I, EE 82 à 86 I et EE 1 II

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540