Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Histoire de la bureaucratie et scepticisme

Texte intégral

  • 1 Cf. « Le scepticisme de l’historien », Revue administrative, n° 303, p. 435-440.
  • 2 On nie les apparences, et même leurs formes « raisonnables ».
  • 3 Il faut élaborer des théories partielles du scepticisme, qui sont de simples outils d’anal (...)
  • 4 Nous avons choisi l’exemple de l’histoire des cabinets ministériels – qui n’est pas faite, (...)

1Nous n’avons pas de théorie générale du scepticisme en histoire1 : comment dès lors échapper aux dérapages, aux excès inévitables ? En l’absence de théorie générale, on peut chercher à réfléchir aux conditions d’application « pratiques » d’un scepticisme modéré, tenter d’élaborer une sorte de tableau des doutes « possibles », des doutes « probables ». Mais on voit notre embarras : comment établir un tel tableau sans tomber dans l’arbitraire, le déraisonnable ? L’analyse sceptique suppose beaucoup de compromis, de confusions, d’incertitudes ; mais nous croyons qu’on doit montrer aux jeunes qu’il ne suffit pas de marquer plus ou moins son scepticisme dans des notes de bas de page, qu’il faut aller plus loin dans la réflexion sceptique, examiner les différents systèmes de doutes « probables » ; le scepticisme est un art tout de pratique, il suppose beaucoup d’exercices préparatoires, chacun doit construire ces systèmes de repères, organiser son scepticisme, pousser le plus loin possible ses intuitions de l’incertain, de l’indéterminé (le scepticisme est une machine à rever ; on voit au-delà du visible)2. Nous sommes dans un domaine très piégé, où il faut montrer beaucoup de prudence3 ; nous voudrions donner une esquisse de tableau des doutes, et en faire l’application à un cas précis de l’histoire de la bureaucratie4, de façon à fixer quelques règles du jeu, mais il est évident que ces quelques observations sont « à haut risque ».

I. Peut-on construire un tableau sceptique ?

2Si l’on veut initier le jeune chercheur à un certain scepticisme, il faut lui donner certains repères, lui marquer les degrés d’un scepticisme « raisonnable » ; le mieux est de lui montrer comment on peut dire : nescio. La démarche est malaisée, le jeu n’est pas commode pour des jeunes qui ont subi une sorte de dressage « pseudo-scientiste », et qui ne sont pas habitués à marquer les limites de leur savoir. Peut-on préparer un cadre de réflexion, esquisser un tableau des questions à poser – quel que soit le sujet à traiter ? On reste par force dans l’abstraction – mais les exempla sont faciles à construire. La démarche est à plusieurs niveaux.

  • 5 Cf. « Les règles du Discours de la méthode et l’historien », Revue administrative, n° 297, (...)

3Premier niveau : suspendre son jugement, et on doit là énumérer les raisons – ou les quaestiones – qui sont de nature à provoquer cette suspension5 :

  1. les limitations du savoir commun, officiel, du conformisme,
  2. les insuffisances, les lacunes des sources, écrites ou orales,
  3. les difficultés d’interprétation des documents, soit pratiques, soit doctrinales,
  4. les difficultés tenant à la perception du phénomène, de ses limites, de la durée,
  5. l’importance de la partie « inconnaissable », à jamais disparue,
  6. les limites du savoir du chercheur, tenant à des raisons techniques, à son manque d’expérience.

4On doit suspendre son jugement : encore faut-il savoir le justifier, ce qui suppose beaucoup de science et de savoir-faire.

5Deuxième niveau : l’examen critique du prétendu savoir des prédécesseurs ; on doit mettre en doute ce qu’ils pouvaient savoir (ou croyaient savoir), montrer l’importance des idées passionnelles, des préventions (ce qui est la clef de la première règle de Descartes), analyser la manipulation de documents – ou d’idées – auxquelles ils se sont livrés (il faut chercher le cui prodest).

  • 6 On a ainsi une histoire du savoir antérieur, de sa genèse, de sa perception : cela demande (...)

6Les erreurs volontaires des prédécesseurs montrent bien que le savoir n’est jamais qu’un prétendu savoir, quelles que soient les bonnes intentions affichées. On peut hésiter à faire ce retour en arrière : mais il permet de mieux situer son refus de juger (et l’exercice est facile)6 et il montre à nu les pièges – les passions, les préventions – qui vous menacent.

7Troisième niveau : le système des doutes qui touchent aux principes mêmes de la recherche, aux principia rationis ; on voit bien les principales « quaestiones » qui sont derrière cette disquisitio :

  • le « par-dessous »,
  • le clandestin,
  • le douteux,
  • le probable (et les degrés de probabilité),
  • le « continuum » (la construction de fausses continuités),
  • le « pourquoi ».

8On a là un faisceau de doutes primaires qui est en amont de toute recherche, car on doit suspendre son jugement tant qu’on ne peut répondre à ces « questions », qui touchent aux choses « les plus importantes ». Mais rien n’est moins assuré que d’être à même d’apporter de bonnes réponses.

9Quatrième niveau : l’historien doit montrer un système de doutes opératoires, qui mettent en cause la pratique même : on peut donner quelques exemples de ces obstacles, qui touchent au savoir-faire de l’historien (tout dépend du secteur) :

101°) le rôle des personnalités : c’est là chose énigmatique, on a trop tendance à le minorer,

112°) l’incertitude du savoir : on doit s’interroger sur ce qu’on peut savoir, sur sa valeur probable. Or on ne peut savoir que des choses parcellaires, qui ne peuvent « probablement » pas se transformer en savoir solide, fiable ; comment puis-je atteindre l’argile sous le sable ?

123°) si je crois savoir, quel est le taux d’obsolescence probable de ce savoir ? Puis-je réfléchir sur les sources de cette obsolescence ? Si, par exemple, j’oublie de publier des documents, ne vais-je pas m’exposer à une obsolescence totale ?

13Cinquième niveau : le système de doutes appliqué au conclure. Comment marquer son scepticisme dans son conclure ? On voit bien les conditions d’une bonne pratique des conclusions :

  • que puis-je dire aux jeunes qui les aide à généraliser ces doutes ?
  • quel est l’écart entre ce que je crois savoir (imparfaitement) et ce que je ne pourrais jamais savoir ?
  • quelles leçons de méthode puis-je donner aux historiens successeurs pour gouverner leur pratique ?
  • quelles sont les défaillances de ma manière de connaître ?

14Sixième niveau : en quoi ce livre peut-il apporter quelque chose à une théorie générale du scepticisme ? C’est là la source d’un système de questions subversives ; on doit observer sur soi les effets du scepticisme, bien en saisir les différents degrés, la nécessité d’une certaine lisibilité et traçabilité du dessein sceptique, les risques de dérive (les tentations du à quoi bon ? sont nombreuses, on se décourage vite), analyser le futur de ce scepticisme (c’est-à-dire, comment aider le lecteur de 2010 ? et le lecteur de 2050 ?), examiner les outils d’analyse, les questionnaires nécessaires au scepticisme, réfléchir aux incidences proprement spirituelles de ce scepticisme.

15On voit la différence des niveaux et la masse des exercices qu’implique une réflexion sceptique ; ce n’est pas une pratique simple, elle exige de l’attention à soi, de la subtilité, de la ténacité, du courage (il n’est jamais facile de pratiquer intelligemment le scepticisme), le goût de « philosopher » ; mais, à la vérité, il est rare qu’on pousse le scepticisme jusqu’au bout, on craint d’être trop imprudent, de se dégoûter de travailler, et on cherche à rester dans des limites « raisonnables ».

II. Quelles sont les conséquences ?

  • 7 C’est-à-dire qu’il crée le désordre, provoque des refus, excite le non-conformisme : tout (...)

16On voit qu’un tel exercice, qui de l’extérieur peut paraître abstrait, implique beaucoup d’analyses, de détours, de détournements, de doutes qui sont parfois violents (le scepticisme est chose violente in principio)7. Examinons les conséquences « probables ».

17Première conséquence : c’est un ordre qu’on établit dans ses pensées, un ordre qui par quelque côté paraît subversif, mais qui permet à l’historien de ne pas être dupe, de ne pas être dépendant de ses sources, de ses préventions, des bien-pensants (et des patrons). Être sceptique, c’est être rebelle, mais on n’ose pas trop le dire ; pourtant l’idée de liberté – de pensée, de conduite – est derrière cette idée d’ordre.

  • 8 Il y a une timidité traditionnelle de l’historien de métier dans son questionnaire, il n’a (...)
  • 9 On voit très bien ce livre à deux voix : sur la page de droite l’affirmation A et sur la p (...)

18Deuxième conséquence : on pose des questions qu’on ne pose pas à l’accoutumée, ou qu’on n’ose poser (pourquoi ?)8 ; il y a un divorce entre l’attitude sceptique (c’est-à-dire un engagement, une conduite sceptique) et le discours habituel de l’historien, fidèle à un modèle explicatif (je peux, je dois tout expliquer) ; tout le problème est de marquer dans ses discours – ses écrits, ses cours, sa doctrine – la leçon sceptique, la doxa que l’on tire de la pratique (le poiein) sceptique. C’est là un embarras permanent : trouver la forme de discours adaptée, modérée (Que dire ? et comment le dire ?), il faudrait presqu’écrire sur deux pages en face à face9.

19Troisième conséquence : le cadre ou tableau que nous proposons oblige à ne pas laisser dans l’ombre ce qui est « probablement » important (et on pourrait le compliquer) ; c’est ce qui permet de dévoiler ce qui est en retrait, occulté, ce qui incite à être celui qui ne croit pas aux apparences, aux formes, ce qui oblige presque à voir « ce que l’autre ne voit pas » ; on écoute « ce qui n’est pas dit », on interroge sur ce qu’il n’est pas « convenable » de mettre en doute, on insinue partout le probable. C’est une sorte de révolution, mais qui peut conduire à des dérives, à des dérapages, il faut être prudent.

  • 10 Cf. « Le scepticisme… », article cité.

20Quatrième conséquence : à l’évidence, il y a derrière ce scepticisme une sorte d’humilité forcée ; on sait que l’historien est réduit à l’incertain, au probable, au fragile, qu’il n’a pas le moyen d’accéder au certain, qu’il ne peut avoir que des connaissances parcellaires ; cela ramène le jeu à une hauteur raisonnable, et assurément il y a un « profit spirituel » à pratiquer de tels exercices10.

III. Application

  • 11 Ce pourrait être celui de Michel Debré (1966-1968) aux Finances – ou celui de Pierre Bérég (...)
  • 12 Sur les règles de l’histoire des cabinets ministériels, cf. Pour une histoire de la bureau (...)

21Nous croyons qu’il faut appliquer ce cadre à un exemple précis, pour initier aux exercices sceptiques : prenons le cas, en histoire de la bureaucratie, de l’histoire d’un cabinet ministériel, quel qu’il soit11. Si je cherche à exposer ce que je sais, c’est-à-dire ce que j’ai pu rassembler, sauver comme mémoire ou documents, sur un tel thème, je dois construire immédiatement un système de réserves, qui permette de justifier la nécessité de suspendre son jugement et de montrer les « limites » de tout savoir en ce domaine ; et ce schéma (ou cette « grille ») sceptique peut s’appliquer mutatis mutandis à l’histoire de tout cabinet (même pour le XIXe siècle) ; l’historien est tenu à un questionnaire très rigoureux12. Examinons les différents segments de ce schéma, en allant du plus simple au plus complexe.

Premier niveau : la nécessité de suspendre tout jugement.

22Les raisons en sont faciles à saisir :

231°) la limitation des sources : elles sont nécessairement lacunaires, et le papier le plus important n’est pas (ou ne peut être) collecté :

  • les sources écrites sont partielles,
  • les témoignages oraux sont le plus souvent déformés (et les membres d’un cabinet ne peuvent avoir, par force, qu’une vision partielle des choses ; même un directeur de cabinet ne sait pas tout) et en général ils sont collectés tardivement, quand les choses importantes sont déjà oubliées ;

242°) la difficulté d’interpréter : pour le même dossier, on saisit les querelles entre le cabinet, le directeur – et le cabinet du Premier ministre ; on a des thèses contradictoires, l’historien ne peut que suspendre son jugement ;

  • 13 Quand on regarde l’activité d’un cabinet 20 ou 25 ans après, on s’aperçoit que c’est telle (...)

253°) la difficulté de perception de l’ensemble : il est très difficile de savoir tout ce qui se passe dans un cabinet, il y a les officieux, les attachés « sans titre », les familiers du ministre (parfois députés) ; un ministre, un directeur de cabinet ne contrôlent pas tout, et l’historien est encore plus mal placé (il peut privilégier, à tort, telle ou telle facette)13 ;

264°) toute une partie des réalités administratives est déjà tombée irrémédiablement dans l’oubli, personne ne peut rétablir le jeu des clans, les intrigues de tel ou tel (ce n’est qu’en retrouvant un journal de cabinet qu’on peut retrouver, et encore très partiellement, la vie du cabinet) ;

275°) croire que l’on peut juger de l’efficacité, de l’honnêteté, de la capacité d’un cabinet est pure illusion, ou prétention de journaliste ; on doit s’abstenir de juger : un cabinet « qui-ne-fait-rien » et enterre les affaires, a souvent le temps de soigner efficacement sa publicité, son image de marque ;

286°) les limites du savoir sont des plus floues : si je sais quelque chose sur le cabinet, que sais-je sur les directions, sur le cabinet de Matignon, les cabinets des ministères « rivaux » ? Le cabinet est installé au centre d’un réseau de négociations, d’intrigues « pour le pouvoir » que je ne peux sérieusement « reconstituer ».

29Ce sont là les réserves que l’on doit, par prudence, mettre en avant pour suspendre son jugement.

Deuxième niveau : les doutes de principe.

30On doit construire un système de doutes : sur quels principes solides pourrais-je travailler ? On n’a que des principes incertains, ou « à haut risque ».

311°) J’étudie une institution coutumière dans son principe, très variable suivant les temps, les patrons, où tout est affaire d’atomes crochus, de relations incertaines, de rapports de forces variables, et l’historien doit fabriquer des outils d’analyse, qui sont nécessairement imparfaits, utiliser des conventions arbitraires, souvent dangereuses.

  • 14 Ainsi, voici plus de trente ans, tel chargé de mission auprès d’un secrétaire d’État, dont (...)

322°) Il faut faire la part du par-dessous, du clandestin : comment atteindre cette part dissimulée, occultée, qui est souvent très importante dans un cabinet, soit autour du chef de cabinet, soit autour d’officieux (dont le rôle, à l’évidence, n’est pas toujours connu du cabinet officiel), ou de conseillers qui ont des tâches autres que celles qui leur sont attribuées officiellement ?14

  • 15 Il faudrait évoquer ces choses variables, compliquées – et orales – que sont les relations (...)

333°) Comment évaluer le probable, en allant du moins probable au plus probable (probabilior) ? Tout ce que nous savons d’un cabinet – même avec des documents écrits, des témoignages oraux que l’on peut croiser – n’est que de l’ordre du « probable » (il suffit de recueillir des témoignages contradictoires sur une nomination un peu difficile)15.

344°) Le douteux est chose irritante pour l’historien ; il est évident que même les documents écrits ne sont pas toujours fiables ; on a un projet de discours, mais est-ce la bonne version ? Qui l’a rédigé ? Suivant quelles « instructions » (ou suggestions) ? Qui donnait ces instructions ? Qui a révisé le texte ? On trouve dans des peluriers des notes d’un conseiller, mais elles suscitent le doute ; elles peuvent, en effet, correspondre à des situations très différentes, parfois elles ont été exigées par le directeur, qui, en fait, en a décidé le contenu, parfois elles traduisent la position personnelle d’un conseiller, ou celle du service qu’il « contrôle », parfois ce n’est qu’une précaution « pour le cas où », pour avoir une « couverture », parfois elle n’a jamais été lue par le ministre, le directeur l’a enterrée. Tous les cas de figure peuvent être envisagés, mais l’historien est très désorienté...

355°) Il faut tenir compte du temps : un cabinet a une certaine durée, et les choses n’ont pas le même poids, la même importance, la même signification, à mesure que le temps passe, que le cabinet vieillit ; l’idée d’un continuum, chère aux historiens, est ici illusoire, il y a des chevauchements de temps, des querelles de clans, des conseillers qui vont encore de l’avant, à contretemps, alors que d’autres freinent...

366°) Les raisonnements en forme de « causes », « conséquences », sont faux in principio : il est très difficile de discerner des causes, des conséquences, car on a affaire à des choses complexes, confuses, enchevêtrées, entrecroisées ; il n’y a jamais une source, une influence, mais plusieurs, et en administration on ne peut avoir que défiance pour l’idée de conséquence (« tel texte a telle conséquence » : les contrôleurs de métier savent bien que ce n’est pas si simple, qu’il faut y regarder à plusieurs fois) ; tout discours sur les cabinets utilisant les mots de causes, conséquences risque fort de n’être que du bavardage.

37On voit les obstacles de principe à surmonter en amont dès que l’on cherche à entreprendre l’histoire d’un cabinet, et le questionnaire précis qu’il faut appliquer.

Troisième niveau : les doutes opératoires.

38Nous n’entrerons pas dans le détail de la recherche, mais on peut marquer les systèmes de doute qui obligent à la plus grande prudence (c’est-à-dire incitent à refuser, à titre provisoire, de juger).

  • 16 Un conseiller technique agit-il en fonction de ses intérêts de carrière ? en fonction de s (...)

39Premier doute : le rôle des personnalités. « Que peut-on savoir jamais d’un homme ? » disait Alain ; pour les cabinets – qui font travailler ensemble des gens de formation, d’expérience, d’opinion, d’habileté bien différentes – le problème des personnalités est capital ; un directeur de cabinet diplomate, persuasif, ayant du caractère et le sens de l’État est chose rare, et on voit bien la difficulté de juger de la valeur d’un haut fonctionnaire « à talents » et de ses « intérêts de carrière », qui ne sont pas toujours faciles à déceler16.

40Deuxième doute : on accumule des fragments, des parcelles de savoir sur tel cabinet, mais quelle est la valeur de ce savoir ? On empile des fragments de savoir, des fiches, des extraits de témoignages oraux, on cherche à mettre un peu d’ordre, mais ce système d’empilage ou de mélange de documents plus ou moins douteux, à degré de probabilité variable, a-t-il vraiment un sens ?

41Troisième doute : je peux bien rédiger un discours sur la vie de ce cabinet de 1974 à 1976, mais quelle sera la durée de vie probable de ce travail ? De quoi dépend cette durée de vie probable ? Puis-je appliquer des règles de prudence, des méthodes de doute qui lui donnent une vie plus longue ? Comment échapper à une obsolescence trop rapide ?

42Quatrième doute : suis-je bien assuré de ma manière de poser des questions ? Si je n’ai pas l’expérience de la vie de cabinet, puis-je comprendre ce que je lis ou collecte, ou, du moins, poser les « bonnes questions », celles qui vont au fond des choses, qui montrent que l’on n’est pas dupe ? Et si j’ai l’expérience de la vie de cabinet, ma vision n’est-elle pas déformée précisément par cette expérience, car, à l’évidence, aucun cabinet ne ressemble à un autre ?

Quatrième niveau : le doute dans le conclure.

43Il faut conclure une recherche, un livre, mais comment conclure ? L’historien sceptique doit poser nécessairement quelques questions malicieuses dans ses conclusions.

44Premier doute : je vais former des conclusions « à titre provisoire », mais dans x années, quelqu’historien tirera d’autres conclusions, avec son expérience à lui, ses doutes ou ses certitudes. Il faut donc que je montre par le détail à mes lecteurs (d’aujourd’hui et de 2030) : 1°) que mes conclusions sont provisoires, 2°) que les contraintes (de sources par exemple) peuvent se desserrer à telle ou telle condition.

45Deuxième doute : je dois montrer aussi dans mes conclusions qu’une partie de mon étude peut aider (au plan des principes) d’autres chercheurs à travailler sur un autre cabinet ; certes, je dois « montrer l’exemple », mais avec prudence.

  • 17 De même quelle valeur doit-on attribuer à un pelurier ? Qu’est-ce qui n’est pas mis dans l (...)

46Troisième doute : je dois dans ces conclusions tirer des leçons de méthode, qui enseignent l’incertitude, insinuent le doute, marquent la complexité ; par exemple, voici un journal de conseiller technique : quelle est sa valeur comme témoignage ? peut-il aider l’historien et comment ? faut-il le publier ? Ce sont là des questions auxquelles il n’est pas facile de répondre17.

47Quatrième doute : l’historien peut-il connaître vraiment une institution coutumière comme un cabinet ? C’est un débat épineux sur la manière de connaître de l’historien de la bureaucratie : comment peut-elle être assurée ? Comment changer de manière de connaître ? Dans les conclusions, on ne peut pas ne pas évoquer, fût-ce brièvement, ces questions.

  • 18 L’historien n’est pas le diable boiteux, même si, grâce aux archives, il commence à mieux (...)

48Cinquième doute : on doit conclure sur l’importance des intrigues, qui sont « incompréhensibles », qui sont au centre de cette histoire ; apparemment on ne voit guère que le chaos, le non-raisonnable, le désordre permanent ; pour comprendre le jeu, il faudrait être bien plus savant18.

49Quand on conclut, on doit donc réfléchir sur ce système de doutes, et s’efforcer d’en transmettre l’essentiel dans ses conclusions.

50On saisit l’importance de ces quatre niveaux de doute, les embarras, les tourments qu’ils peuvent provoquer ; en fait, on doit être très pessimiste :

  • personne ne peut dire qu’il peut y avoir « progrès », ou amélioration de cette histoire des cabinets ; on est dans une zone d’histoire poreuse, mouvante, il y a fort peu de chances d’atteindre l’argile à travers le sable ;
  • tous les discours qui jugent, affirment relèvent de l’illusion, et quelquefois du bavardage : l’expérience des cabinets montre que l’on ne peut « savoir » – même avec beaucoup d’efforts – qu’une faible partie des choses, et l’historien qui dit : « Ceci s’est passé comme cela » est un mystificateur, ou un manipulateur (à un certain niveau, la bonne foi ne peut être présumée) ;
  • il est « probablement » impossible de faire l’histoire d’un cabinet, quel qu’il soit ; il vaut mieux savoir qu’on ne peut saisir que des éléments incertains, résiduels, médiocres, mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire.

51Le scepticisme est une chose très envahissante, mais il permet de bien mesurer les limites d’un savoir quelconque.

Conclusion

52Quelles leçons peut-on tirer de ces observations trop élusives ?

53Première leçon : un scepticisme modéré – c’est-à-dire qui n’empêche pas de faire – conduit à ne pas croire qu’on puisse saisir la vérité, à suspendre son jugement. Le scepticisme est un outil pour éviter de dire des bêtises (ou des sottises), pour rester à l’intérieur de certaines limites « raisonnables ». Malheureusement, l’historien n’aime pas qu’on lui rappelle les limites de son savoir, les insuffisances ou lacunes de sa méthode, l’incertitude de sa manière de connaître.

54Deuxième leçon : le tableau sceptique, qui traduit dans la pratique le scepticisme, et que nous avons appliqué à un exemple, peut être adapté (et compliqué) pour d’autres sujets, par exemple pour l’histoire d’une direction ou l’histoire d’une institution sociale. Chacun pour son compte doit construire ce tableau (ou cette grille) ; c’est un exercice nécessaire, qui suppose une bonne connaissance technique de la matière. Il permet de voir tout ce qu’il ne faut pas voir (ou qu’il n’est pas « convenable » de voir) et ce qu’il ne faut pas même pressentir. On construit un système sceptique contre la facilité, le bavardage, la langue de bois, l’idéologie, les illusions du « certain » : on montre ce qui est opaque, ce qui résiste, ce qui échappe.

  • 19 L’analyse sceptique n’est pas enseignée par les patrons : 1°) parce qu’elle les effraye, 2 (...)

55L’avantage de ce tableau de doutes est d’initier le jeune chercheur (et le moins jeune) à user de la mécanique de l’analyse sceptique19, de leur montrer les risques d’illusions qui tiennent à la croyance naïve à la vérité (on ne peut, répétons-le, saisir au mieux que du probable), également de mettre des bornes à un scepticisme excessif.

56Troisième leçon : le scepticisme est en soi subversif, mais il a, rappelons-le, quelques avantages :

  • il rappelle à l’humilité nécessaire le chercheur, qui parfois est « l’historien-qui-sait-tout »,
  • il assouplit l’esprit, donne le sens de l’ambigu, du douteux, du flexible, du fragile20,
  • il permet d’éviter les pièges du dogmatisme, qui a fait beaucoup de ravages depuis un demi-siècle,
  • il permet de suspendre son jugement, d’organiser une mise en doute méthodique, de faire toutes les réserves nécessaires.

57Il ne s’agit pas de verser dans un vague discours sceptique, une philosophie sceptique mondaine, subalterne (les dérives sceptiques sont nombreuses), mais d’organiser habilement un discours sceptique et de n’être pas piégé par des illusions médiocres.

Notes

1 Cf. « Le scepticisme de l’historien », Revue administrative, n° 303, p. 435-440.

2 On nie les apparences, et même leurs formes « raisonnables ».

3 Il faut élaborer des théories partielles du scepticisme, qui sont de simples outils d’analyse, de recherche, mais qui montrent la voie où l’on devrait s’engager si l’on était plus courageux ou plus savant. Ces théories partielles permettent d’éliminer les discours trop faciles, trop simples, de réviser – ou d’épurer – les conventions de la discipline.

4 Nous avons choisi l’exemple de l’histoire des cabinets ministériels – qui n’est pas faite, mais qui est très tentante, que l’on fera un jour – parce qu’elle permet de bien voir les règles du jeu.

5 Cf. « Les règles du Discours de la méthode et l’historien », Revue administrative, n° 297, 1997, p. 336-343.

6 On a ainsi une histoire du savoir antérieur, de sa genèse, de sa perception : cela demande parfois un bon œil. Faire la fortune critique d’une idée, la genèse d’une idée, est très profitable pour un esprit sceptique : il ne lit pas les documents de la même façon qu’un historien qui « pense conforme ». Sur l’histoire génétique, cf. L’historien entre le reve et la raison, 1998, p. 713-721.

7 C’est-à-dire qu’il crée le désordre, provoque des refus, excite le non-conformisme : tout historien sceptique effraye, crée des réflexes négatifs.

8 Il y a une timidité traditionnelle de l’historien de métier dans son questionnaire, il n’aime pas toujours poser les bonnes questions, celles qui font mal, il a peur de ses pairs et même de ses élèves (sur la manière de poser les questions, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 700- 712).

9 On voit très bien ce livre à deux voix : sur la page de droite l’affirmation A et sur la page de gauche, tout ce qui va contre A, et qui est probablement mieux fondé en raison, plus chargé de sens.

10 Cf. « Le scepticisme… », article cité.

11 Ce pourrait être celui de Michel Debré (1966-1968) aux Finances – ou celui de Pierre Bérégovoy.

12 Sur les règles de l’histoire des cabinets ministériels, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 129-140.

13 Quand on regarde l’activité d’un cabinet 20 ou 25 ans après, on s’aperçoit que c’est telle décision minime, alors passée tout à fait inaperçue, qui a eu des effets durables, importants, que l’on cite 25 ans après, alors que telle autre, qui mobilisait toute l’énergie du cabinet, qui provoquait des débats, des conflits avec les Finances, qui dévorait le temps du ministre, est tombée totalement dans l’oubli : ainsi va la vie.

14 Ainsi, voici plus de trente ans, tel chargé de mission auprès d’un secrétaire d’État, dont le rôle véritable était d’assurer « clandestinement » les relations du gouvernement avec l’Épiscopat…

15 Il faudrait évoquer ces choses variables, compliquées – et orales – que sont les relations d’un cabinet avec Matignon.

16 Un conseiller technique agit-il en fonction de ses intérêts de carrière ? en fonction de ses idées personnelles ? de ses devoirs d’état ? Mais que sont les devoirs d’état d’un conseiller technique ? Rien n’est plus difficile que de savoir pourquoi agit tel ou tel conseiller technique, l’historien doit être très méfiant (qu’est-ce qui pousse X à lancer ce grand projet de réforme ?).

17 De même quelle valeur doit-on attribuer à un pelurier ? Qu’est-ce qui n’est pas mis dans le pelurier ? Quelles pièces un conseiller garde-t-il par devers lui ?

18 L’historien n’est pas le diable boiteux, même si, grâce aux archives, il commence à mieux comprendre les modes de raisonnement des hauts fonctionnaires, l’importance des intrigues et des « intérêts de carrière » et le faible poids des « idéologies ».

19 L’analyse sceptique n’est pas enseignée par les patrons : 1°) parce qu’elle les effraye, 2°) parce qu’elle est difficile à construire et à limiter, 3°) parce qu’ils n’en découvrent les vertus qu’à un certain âge, et qu’ils n’ont plus alors le courage de la transmettre, 4°) parce que très souvent, ils n’ont souvent qu’une faible expérience de la vie pratique (très inférieure à celle d’un médecin ou d’un ingénieur...).

20 Il introduit à une philosophie de l’embarrassant, de l’indéterminé, de l’insoluble (que puis-je dire ? devient presque source d’angoisse).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search