Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Les femmes de fonctionnaires

Texte intégral

  • 1 Gallimard (Claude Orcival est Mme Alain Peyrefitte). Il faudrait le republier ; ce roman a (...)
  • 2 La transition, pour la haute fonction publique, date des années 1960-1970, Mme Questiaux a (...)
  • 3 La littérature sur le sujet semble inexistante. Cette histoire touche à l’histoire psychol (...)

1Peut-on faire l’histoire des épouses des fonctionnaires ? C’est sans doute une gageure : l’épouse joue un rôle invisible dans l’administration, on préfère ne pas en parler, et pourtant l’influence de la bureaucratie féminine n’est pas négligeable. Le roman de Claude Orcival, Ton pays sera mon pays (1953)1 nous incite à rappeler l’importance de cette histoire « impossible », même si aujourd’hui, les épouses travaillant, la question paraît bien moins sensible qu’au XIXe siècle2. Nous voudrions – avec prudence – donner quelques repères pour l’historien courageux qui aborderait un tel sujet3.

I. Qu’est-ce que l’histoire des épouses ?

  • 4 L’inventaire n’en a pas été fait, ce qui est dommage.
  • 5 Les Mœurs administratives, 1825 (cf. Témoins de l’administration, 1967, p. 143-144).
  • 6 L’art de devenir député ou même ministre, 1846 : on y trouve quelques pages sur la femme d (...)
  • 7 Au pays de l’Instar (cf. Revue administrative, 1988, p. 417-421).
  • 8 Les jeux de la préfecture (1902), cf. La bureaucratie..., ouv. cité, p. 188-192 (c’est le (...)
  • 9 Le tentateur (1927), cf. Études et documents, t. XI, 2001. Henri Clerc a montré aussi dans (...)
  • 10 Ouv. cité, p. 143.
  • 11 On peut être étonné que la science administrative n’ait pas étudié systématiquement le con (...)
  • 12 Chaque épouse de président de section au Conseil d’État avait son jour avant 1940. Et avan (...)
  • 13 Nous n’avons aucune chronique de la vie d’une préfecture, mais on peut lire Coulangheon.
  • 14 Mme Edmée Renaudin, femme du Président Renaudin.
  • 15 On trouvera quelques notations dans Maurice Lemoine, Les mal payés 1923, concernant la pré (...)
  • 16 Sur le rôle présent nous n’avons aucune étude – ce qui est bien dommage. Aux archives oral (...)

2Comment étudier une histoire si piégée ? Nous n’avons guère que des sources littéraires4 (ainsi les Employés de Balzac, Ton pays sera mon pays de Claude Orcival), des esquisses d’Ymbert5, de Groiseilliez6, des notations de Franc-Nohain7, de Coulangheon8, d’Henri Clerc9… Mais comment retracer ces annales de l’anonymat suivant le mot de Valéry ? « Nous comptons en France soixante mille fonctionnaires, déclare Ymbert en 182510 ; imaginez quelle doit être la puissance de leurs soixante mille femmes, autorisées aujourd ’hui à jeter quelques fleurs sur l’administration, à introduire de la gràce dans le recrutement, de la tendresse dans les finances et de l’amour dans les fournitures... » L’épouse du fonctionnaire joue un rôle important, mais on ne sait trop comment en parler11, on a beaucoup de peine à retracer l’ensemble des traditions d’autrefois, par exemple les usages des jours des épouses de fonctionnaires à Paris et en province12 ou les relations entre les femmes de préfets et de sous-préfets dans une préfecture jadis13… Nous ne possédons, à notre connaissance, qu’un seul journal des femme de maître des requêtes14, aucun de préfète ou de femme de diplomate – et il est bien difficile de saisir, par exemple, les privations des ménages des petits fonctionnaires vers 190015… On comprend la timidité de l’historien : mais dans la vie quotidienne la femme jouait nécessairement un grand rôle autrefois16.

II. Le rôle de l’épouse

  • 17 Les ménages de fonctionnaires étaient une tradition à l’Instruction publique, dans les Pos (...)

3On a beaucoup de peine à évoquer des systèmes complexes qui tendent à disparaître (depuis 1960-1970 les épouses des hauts fonctionnaires ont l’habitude d’avoir, elles aussi, un emploi – ce qui était l’exception dans la haute fonction publique avant 1950)17. Examinons les règles du jeu pour le XIXe siècle.

  • 18 Il faut donc aller voir les archives de l’enregistrement et les archives notariales pour l (...)

41°) La tradition est que la femme apporte une dot et les relations de sa famille (et parfois ses relations personnelles) : le niveau de vie de la maison tient souvent à la fortune de la femme18.

  • 19 Le compagnon, p. 166.
  • 20 Sur les femmes de diplomates – sujet mal connu –, cf. J. Baeyens, Au bout du Quai, 1975, e (...)

52°) La femme est chargée de tenir la maison, de veiller à l’éducation des enfants, de gouverner les domestiques, de recevoir, de participer à la vie mondaine plus ou moins développée suivant les « métiers ». Ainsi que le rappelle un personnage de Claude Orcival19 : « La vie mondaine à jet continu est épuisante pour tous. Pour les hommes parce qu’elle apporte une tension (…). Pour les femmes encore plus, parce qu’elle entraîne un cortège d’obligations, de toilettes, de maison à diriger et de rang à tenir, de rivalités, de jalousies, de complexes… ». Mais les situations sont très variables : les obligations d’une préfète, d’une femme de diplomate20 ont peu à voir avec celles d’une épouse de sous-directeur ou d’ingénieur.

  • 21 Paul Duval, L’employé (1842), cf. Témoins de l’administration, 1967, p. 237.
  • 22 La bureaucratie..., ouv. cité, p. 192.
  • 23 La bureaucratie féminine avait peu changé sur ce point jusque dans les années 1950- 1960.

63°) Ce réseau d’obligations est difficile à saisir, notamment en province pour les petits fonctionnaires : comme le déclare Les Français peints par eux-mêmes21, « dans les petites villes de province l’employé est entouré d’une certaine considération. Garçon, ses quinze ou dix-huit cents francs font envie à bien des mères, et plus d’une demoiselle le préfère à quelque bon marchand du pays parce qu’avec lui elle n’aura pas de magasin à surveiller, parce qu’elle pourra dîner à cinq heures, parce qu ’elle sera reçue à la préfecture (…). Si la femme (de l’employé) est jeune, jolie ou spirituelle, elle est l’intime amie de madame la préfète, de madame la générale, de madame la sous-intendante (pardonne, Académie, mais ces mots ont cours en province)… » Coulangheon, qui fut chef de cabinet du préfet à Beauvais en 1897-1900, a montré la vie, souvent étrécie, des femmes de fonctionnaires en province : « J’ai trouvé dans mes visites, dit Baridel, le spectacle d’une médiocrité lamentable. Ces femmes ne m’ont parlé que de jardinage ou de cuisine ». Et le secrétaire général de répliquer : « Elles sont heureuses (…). Elles traversent la vie sans inquiétudes morales. La religion leur fournit d’elles-mêmes une critique indulgente. Leurs maris ne les ont pas habituées à des violences amoureuses. Et dans les cœurs la haine fleurit en ses variétés diverses : l’envie, la calomnie, la médisance »22. Franc-Nohain, lui aussi ancien chef de cabinet de préfet, a soigneusement consigné les propos rituels des femmes dans Au pays de l’Instar (1901)23.

  • 24 Il est curieux de voir que Théodore Leclercq montre la préfète supérieure à son mari dans (...)
  • 25 Faut-il rappeler Ton pays sera mon pays de Claude Orcival ? Chacun a sa chronique en ce do (...)
  • 26 On le voit bien pour le corps préfectoral pour le XIXe siècle (on trouvera quelques exempl (...)

74°) Le rôle de la femme est de soutenir la carrière de son mari : Balzac a peint dans les Employés Mme Rabourdin, la « femme supérieure » qui dirige son mari ; parfois la préfète intervient dans les affaires plus ou moins directement24, et cette bureaucratie féminine, comme dit Ymbert, n’est pas sans influence dans les ministères : « Elle est douce, bénigne, insinuante ; elle agit sans caractère officiel ; elle ne s’autorise ni de brevets, ni de timbres, ni de cachets. C’est une fée, une magicienne, qui pour être invisible, n’en est pas moins puissante ». La femme confesse parfois son mari, sait tout du bureau, juge sévèrement les employés (et même quelquefois elle a les bonnes intuitions). Mais on voit aussi la femme qui dessert son mari, que l’on plaint (tout se sait dans un ministère), parfois elle ruine sa position sociale, le détruit de l’intérieur25, parfois elle crée des conflits, provoque des drames26.

  • 27 Cf. notre étude « Le droit à pension des veuves de fonctionnaires au XIXe s. », Actes du 1 (...)
  • 28 Cf. le rapport de la Commission de réforme de 1817, Les retraites de fonctionnaires. Débat (...)
  • 29 Cf. ibidem, t. II, p. 661.
  • 30 L’âge moyen, calculait-on en 1879, à l’admission à la pension de réversion était dans les (...)

85°) La veuve d’un fonctionnaire reçoit une pension de réversion : mais cette pension fut longtemps contestée, on la soumettait parfois à des conditions de ressources, ce fut un sujet de longues disputes27 : garantir des ressources à la femme en cas de malheur est une préoccupation constante, on veut lui accorder la pension, même si son mari n’avait pas atteint trente ans de services28 – mais la loi de 1853 s’opposa à toutes ces facilités (en 1902 Georges Cahen se plaint de la dureté de l’administration qui prive de pension la femme quand le mari disparaît à 27 ans de services)29. L’on calculait vers 1880 que la femme survivait à son mari en général 15 à 17 ans30 – et souvent ses conditions de vie étaient fort médiocres.

III. Difficultés de la recherche

9On voit bien les difficultés rencontrées par l’historien qui se hasarderait dans l’histoire de cette foule anonyme.

10Première difficulté : les sources. Elles sont très peu nombreuses et peu fiables, à l’évidence :

  • les dossiers des préfets et sous-préfets31 contiennent beaucoup de notes précises, la femme est « notée » (parfois par la femme du préfet) : « Nom et àge de la femme. Caractère. Esprit. Valeur et relations comme femme du monde. Influence. Tenue de la maison »32 On a peur que le sous-préfet soit dans la dépendance de sa femme, qu’il subisse l’influence des coteries auxquelles serait liée sa femme et surtout celle du clergé. Et parfois même on reconnaît le rôle de la femme : « Livré à lui-même, M. xxx serait un sous-préfet plus qu ’ordinaire. Dirigé par sa femme, il suffit à ses fonctions ». C’est un métier que d’être femme de préfet et de sous-préfet (encore aujourd’hui)33 ;
  • les dossiers des ingénieurs des Ponts et Chaussées et des ingénieurs des mines ne contiennent rien de semblable (mais on a souvent des renseignements sur la belle-famille) ;
  • les recueils de jurisprudence concernent les subtilités juridiques de l’octroi de pension de réversion aux veuves (pour les préfets, les conseillers d’État, elles sont liées à des conditions de ressources) ;
  • les mémoires des femmes de fonctionnaires sont exceptionnels (Mme Camescasse elle-même parle peu de son métier de préfète)34. Et les hauts fonctionnaires dans leurs souvenirs parlent fort peu, à l’accoutumée, de leurs épouses35 (les mémoires ou journaux de diplomates évoquent parfois les épouses des supérieurs ou des pairs) ;
  • on ne possède pas apparemment de journal – en dehors de celui, remarquable, de Mme Edmée Renaudin pour 1940-1944 (son mari, maître des requêtes, était Commissaire général à la Famille)36 ;
  • les archives orales n’ont pas, jusqu’à présent, été faites pour les épouses des hauts fonctionnaires, ce qui est sans doute une erreur (elles pourraient peut-être nous apprendre beaucoup, notamment sur le jeu des relations mondaines).
  • 37 Supra, p. 221.

11Quant aux sources littéraires que nous avons évoquées37, elles doivent être interprétées avec beaucoup de prudence.

  • 38 Les archives de l’enregistrement, les archives notariales n’apportent qu’une connaissance (...)
  • 39 Trarieux était ami de Péguy, qui avait projeté de publier l’Otage dans les Cahiers. Cette (...)
  • 40 On a ainsi exploité les lettres, très vivantes, de la femme du préfet de Barante.

12Deuxième difficulté : peut-on aborder en étudiant un corps, une institution, les épouses de fonctionnaires, les conditions du mariage, la vie de ces femmes à Paris, en province ? Comment pourrait-on les sortir de l’anonymat ? On n’a pas les documents nécessaires38, même si on pressent bien leur rôle souvent non négligeable, par exemple dans le corps préfectoral (comme disait vers 1880 un journaliste, cité par Mme Camescasse : « Ce sont des métiers où il faut être deux ») ; elles ont un certain rôle, notamment dans les œuvres de bienfaisance, dans le domaine religieux (Gabriel Trarieux a publié une curieuse pièce L’otage39 sur les débats religieux d’un préfet et de sa femme). Parfois on peut retrouver des correspondances qui permettent de mieux cerner ce rôle40.

  • 41 La Française et la France, 1951.
  • 42 C’est un monde où l’on pénètre mal, sauf quand il y a un journal (Edmée Renaudin). Les sou (...)
  • 43 Aux Affaires étrangères, les divorces finissaient dans les années 1970 par poser des probl (...)
  • 44 Pour des exemples sous l’Empire, cf. Bureaucratie et bureaucrates, ouv. cité, p. 467- 468. (...)

13Troisième difficulté : il paraît bien difficile de connaître les rapports de l’épouse et des collaborateurs de son mari (la secrétaire d’un directeur a nécessairement des rapports très diplomatiques avec la femme – et Giraudoux41 rappelait malicieusement qu’un haut fonctionnaire passe dans une journée plus de temps avec sa secrétaire qu’avec sa femme), les rapports avec les collègues et avec les supérieurs de son mari (et avec leurs femmes)42 ; faut-il aussi évoquer les « trahisons » du mari volage43 ou les petits scandales d’épouses qui font des dettes ou « se conduisent mal »44 ? Dès qu’on cherche à pénétrer dans ces domaines, on n’a le plus souvent que des informations de qualité fort médiocre, c’est un chapitre impossible d’histoire psychologique.

IV. Règles du jeu

14Si l’on voulait développer cette histoire, on pourrait appliquer quelques règles simples.

  • 45 La femme du sous-préfet doit être une femme du monde, sachant « tenir son salon avec disti (...)

15Première règle : on devrait établir un corpus d’après les notations du corps préfectoral, qui renvoient à des normes simples45 : on pourrait ainsi dresser une grille de questions, saisir ce qui est important.

  • 46 C’est ce qu’on a fait pour la femme d’un agent voyer (cf. Viviane Isambert-Jamati, Solidar (...)

16Deuxième règle : dès que l’on trouve des correspondances de femmes de préfets, d’ingénieurs, on devrait chercher à les publier46, elles sont importantes pour l’histoire psychologique (et peut-être peut-on retrouver un journal de femme de diplomate ou de gouverneur colonial).

17Troisième règle : on devrait tenter de publier tous les textes littéraires que l’on peut repérer : cette anthologie donnerait une sorte de fresque, elle montrerait comment on voit l’épouse du fonctionnaire.

  • 47 Le jour de la femme du Premier Président de la Cour des Comptes est disparu en 1968.

18Quatrième règle : aux archives orales on devrait interviewer systématiquement les épouses des hauts fonctionnaires, avec un questionnaire spécial qui permette de cerner la vie privée et le rôle social de la femme dans les années 1930-1980 (la présidente René Mayer nous avait conté combien elle s’ennuyait au jour de Mme Henri Chardon où sa présence était obligatoire...)47.

Conclusion

19Il est tout à fait anormal que cette histoire n’ait pas encore été tentée : cherchons à tirer quelques leçons de ces observations trop brèves.

  • 48 Que sait exactement une femme du métier de son mari ? des difficultés qu’il rencontre dans (...)

20Première leçon : la vie privée a nécessairement une grande influence sur la vie publique, et un administrateur n’est pas un être de raison : la science administrative a tort de négliger un tel problème48.

21Deuxième leçon : c’est là une histoire psychologique impossible, mais il convient de publier tous les documents que l’on possède, et de lancer les enquêtes orales nécessaires avant qu’il soit trop tard (l’épouse qui travaille n’a pas les mêmes traditions, le même habitus que celle qui ne travaille pas).

22Troisième leçon : l’épouse jouait un rôle important dans les carrières, notamment dans la haute administration, elle pouvait accélérer certains avancements ; l’historien de la bureaucratie ne peut ignorer ce ressort capital, et les archives orales devraient nous apporter quelques lumières en ce domaine pour les années 1940-1970.

Notes

1 Gallimard (Claude Orcival est Mme Alain Peyrefitte). Il faudrait le republier ; ce roman a une suite, Le compagnon, 1956. Il paraît, au témoignage de Jean-François Deniau, que la Résidence était le Haut-Commissariat de François-Poncet en Allemagne.

2 La transition, pour la haute fonction publique, date des années 1960-1970, Mme Questiaux avait été reçue à l’éna, mais ne voulait pas entrer à l’École pour pouvoir élever ses enfants : Bourdeau de Fontenay se fâcha, et lui offrit un stage de préfecture au Mans, où habitaient ses parents...

3 La littérature sur le sujet semble inexistante. Cette histoire touche à l’histoire psychologique, à l’histoire sociale, à l’histoire religieuse, à l’histoire du quotidien administratif, à l’histoire des carrières. Quand on étudie un corps, une institution, on a tout intérêt à s’intéresser aux « épouses ».

4 L’inventaire n’en a pas été fait, ce qui est dommage.

5 Les Mœurs administratives, 1825 (cf. Témoins de l’administration, 1967, p. 143-144).

6 L’art de devenir député ou même ministre, 1846 : on y trouve quelques pages sur la femme du préfet « qui intervient dans les élections », la femme du procureur général, celle du receveur général (cf. La bureaucratie en France aux XIXe et XXe siècles, 1987, p. 260-266).

7 Au pays de l’Instar (cf. Revue administrative, 1988, p. 417-421).

8 Les jeux de la préfecture (1902), cf. La bureaucratie..., ouv. cité, p. 188-192 (c’est le récit des visites de courtoisie du nouveau chef de cabinet du préfet).

9 Le tentateur (1927), cf. Études et documents, t. XI, 2001. Henri Clerc a montré aussi dans Le beau métier (1928) la femme du Directeur de la Trésorerie qui le pousse à « pantoufler » (cf. La bureaucratie..., ouv. cité, p. 224-225). – Il faudrait ajouter à ces quelques titres, Boucher de Perthes, qui évoque les querelles de ménages dans les hôtels des douanes (ibidem, p. 277-278) ou encore Lebrun, dans la Bonne ville en 1826 (ibidem, p. 231-232).

10 Ouv. cité, p. 143.

11 On peut être étonné que la science administrative n’ait pas étudié systématiquement le connubium.

12 Chaque épouse de président de section au Conseil d’État avait son jour avant 1940. Et avant 1914 les Annuaires départementaux publiaient la liste des jours où les femmes des principaux fonctionnaires du chef-lieu recevaient (ainsi, Annuaire du département de la Nièvre, année 1913, p. 357-362 avec les dates des « jours de réception »).

13 Nous n’avons aucune chronique de la vie d’une préfecture, mais on peut lire Coulangheon.

14 Mme Edmée Renaudin, femme du Président Renaudin.

15 On trouvera quelques notations dans Maurice Lemoine, Les mal payés 1923, concernant la préfecture de Rouen, La bureaucratie..., ouv. cité, p. 373-374.

16 Sur le rôle présent nous n’avons aucune étude – ce qui est bien dommage. Aux archives orales, les maris semblent fort discrets sur le rôle de leur femme : mais Roger Goetze (Entretiens avec Roger Goetze…, 1998, p. 104) évoque le rôle de sa femme lors du débarquement allié à Alger en novembre 1942 : « J’avais… une femme extraordinaire. Elle avait beaucoup plus de connaissances que moi. D’abord parce qu’elle avait appartenu aux Sœurs blanches, elle s’était mise avec les Sœurs blanches dans la Casbah, de sorte qu’elle connaissait la population, elle connaissait les miséreux, les malades aussi... C’était un remarquable agent de renseignement ». Elle était « tout ce qu’il y a de plus gaulliste », et elle était en quelque sorte la garantie politique de son mari...

17 Les ménages de fonctionnaires étaient une tradition à l’Instruction publique, dans les Postes, c’était plus rare dans les Finances (on voit dans le Tentateur (1926) d’Henri Clerc la femme du percepteur travailler bénévolement pour lui, tenir les écritures, recevoir les clients – et détourner des fonds).

18 Il faut donc aller voir les archives de l’enregistrement et les archives notariales pour le contrat de mariage.

19 Le compagnon, p. 166.

20 Sur les femmes de diplomates – sujet mal connu –, cf. J. Baeyens, Au bout du Quai, 1975, et Étranges affaires étrangères, 1978, p. 46 et suiv. (sur « les femmes d’agents »).

21 Paul Duval, L’employé (1842), cf. Témoins de l’administration, 1967, p. 237.

22 La bureaucratie..., ouv. cité, p. 192.

23 La bureaucratie féminine avait peu changé sur ce point jusque dans les années 1950- 1960.

24 Il est curieux de voir que Théodore Leclercq montre la préfète supérieure à son mari dans l’adversité par la finesse et le caractère (cf. « Comment Théodore Leclercq voyait la destitution d’un préfet (1825) », Revue administrative, 1997, p. 149-154) et Groiseilliez montre que la préfète peut jouer un certain rôle dans les élections (La bureaucratie..., ouv. cité, p. 260-263).

25 Faut-il rappeler Ton pays sera mon pays de Claude Orcival ? Chacun a sa chronique en ce domaine.

26 On le voit bien pour le corps préfectoral pour le XIXe siècle (on trouvera quelques exemples dans « Le style de la notation des sous-préfets sous le Second Empire », Bureaucratie et bureaucrates en France au XIXe siècle, 1980, p. 465-468).

27 Cf. notre étude « Le droit à pension des veuves de fonctionnaires au XIXe s. », Actes du 117e Congrès national des sociétés savantes, Colloque d’histoire de la sécurité sociale, 1992, p. 247-274. C’est encore aujourd’hui un sujet important de querelle : le régime des retraites des fonctionnaires est sur ce point plus favorable que le régime général de la Sécurité Sociale, où la pension de reversion est soumise à des conditions de ressources.

28 Cf. le rapport de la Commission de réforme de 1817, Les retraites de fonctionnaires. Débats et doctrines (1790-1914), 1.1, 1996, p. 343-344.

29 Cf. ibidem, t. II, p. 661.

30 L’âge moyen, calculait-on en 1879, à l’admission à la pension de réversion était dans les années 1870 de 57 ans, la durée de vie des pensionnées était de 17 ans. Mais beaucoup de femmes ne percevaient pas de pension de réversion : sur 1 000 employés entrés dans l’administration à 20 ans, 250 n’atteignaient pas l’âge de la retraite (cf. Les pensions de retraite des fonctionnaires au XIXes., 1994, p. 167-168).

31 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 465.

32 Grille de notation de 1866. Nous avons cherché à exploiter ces notes dans Bureaucratie et bureaucrates..., ouv. cité, p. 465-468, mais il faudrait faire une analyse systématique (en y joignant les dossiers de pension, la veuve devant faire la preuve de son insuffisance de ressources).

33 Le métier comporte bien des sujétions : les déménagements, et les nécessités de recevoir sans cesse.

34 On devrait bien les rééditer. A noter que Mme Émile Borel (Camille Marbo) explique très bien que comme fille du recteur de Paris Appel et femme de professeur, elle était toute jeune, avant 1914, à la tête d’œuvres sociales importantes (cf. A travers deux siècles. Souvenirs et Rencontres, 1883-1967).

35 Cette lacune étonne, notamment pour le corps préfectoral. Le Premier Président Léonard dans ses souvenirs sur son séjour en Algérie évoque le rôle de sa femme. Et l’administrateur civil du Budget, Paul Schwall, conte dans ses mémoires (« Au fil d’une vie... 1944- 1957 », Etudes et documents, t. VI, 1993, p. 551 et suiv.) que sa femme lui apportait le soir son aide pour les additions...

36 Elle a raconté aussi ses souvenirs de jeune femme (Edmée la bague au doigt) ; elle conte même que pendant son voyage de noces en Italie, son mari se plongeait avidement dans la lecture du Temps.

37 Supra, p. 221.

38 Les archives de l’enregistrement, les archives notariales n’apportent qu’une connaissance toute extérieure.

39 Trarieux était ami de Péguy, qui avait projeté de publier l’Otage dans les Cahiers. Cette pièce devrait – au titre de l’archéologie administrative – être republiée (la querelle tourne autour de l’éducation religieuse de l’enfant).

40 On a ainsi exploité les lettres, très vivantes, de la femme du préfet de Barante.

41 La Française et la France, 1951.

42 C’est un monde où l’on pénètre mal, sauf quand il y a un journal (Edmée Renaudin). Les souvenirs (comme ceux de Ménie Grégoire) ne disent pas grand chose.

43 Aux Affaires étrangères, les divorces finissaient dans les années 1970 par poser des problèmes, il fallait secourir les femmes chargées d’enfants, leur procurer un emploi...

44 Pour des exemples sous l’Empire, cf. Bureaucratie et bureaucrates, ouv. cité, p. 467- 468. Chaque ministère a sa petite chronique.

45 La femme du sous-préfet doit être une femme du monde, sachant « tenir son salon avec distinction », « se concilier les sympathies », et ne pas créer de coteries ni de jalousies.

46 C’est ce qu’on a fait pour la femme d’un agent voyer (cf. Viviane Isambert-Jamati, Solidarité fraternelle et réussite sociale. La correspondance familiale des Dubois-Goblot, 1841-1882, 1995).

47 Le jour de la femme du Premier Président de la Cour des Comptes est disparu en 1968.

48 Que sait exactement une femme du métier de son mari ? des difficultés qu’il rencontre dans le métier ? Reçoit-elle les confidences de son mari ? Participe-t-elle à certaines décisions de carrière du mari (par exemple pour le choix des postes ?) ? Quels « sacrifices » est-elle obligée de faire ? Comment voit-elle la carrière de son époux ? On saisit la liste des interrogations qu’entraîne une telle étude.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search