Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Le retraité

Texte intégral

  • 1 On est ici aux limites de l’histoire et de la sociologie : si l’on fait une recherche avec (...)
  • 2 Nous ne donnons qu’une esquisse. La littérature sur le retraité, sa psychologie est fort l (...)

1Le retraité est un chapitre oublié des traités de science administrative, et l’histoire administrative ne s’est guère intéressée qu’à l’octroi des pensions de retraite. Et pourtant le fonctionnaire retraité joue un certain rôle dans la société durant 15-20 ans, il est parfois d’une activité débordante, il écrit, dirige, conseille (le haut fonctionnaire retraité garde de multiples activités). Mais on a grand-peine à saisir ce qui se passe réellement, à deviner les mutations récentes : en province, le fonctionnaire retraité joue souvent un rôle non négligeable, mais comment peut-on aborder raisonnablement un tel sujet ? Ce n’est pas un problème de chiffres, de statistiques : il faut s’attacher à la psychologie du retraité, à ses attentes, au jeu qu’il joue, à l’influence plus ou moins discrète qu’il exerce : mais bien des choses nous échappent1. Nous voudrions – pour le chercheur courageux qui s’attacherait à un tel sujet – donner quelques réflexions propres à orienter sa recherche : mais ce n’est qu’une exploration, par force limitée2.

I. Qu’est-ce qu’un fonctionnaire retraité ?

  • 3 On peut être étonné des lacunes de la recherche en ce domaine ; c’est un sujet qui apparem (...)
  • 4 Ce rajeunissement mériterait une étude : rappelons que les limites d’âge n’ont été introdu (...)

2C’est là un beau sujet de science administrative3 : que fait, que pense, comment vit un fonctionnaire retraité ? Quelle influence exerce-t-il autour de lui ? Quel rôle joue-t-il dans le corps social ? Mais on ne sait comment répondre à de telles questions : pourtant le fonctionnaire retraité – qui est de plus en plus jeune4 – a toujours joué un certain rôle social, mais personne ne cherche à le définir.

  • 5 Le cas s’est vu dans plusieurs ministères.
  • 6 Jadis il était membre de conseils d’administration « rentables ».

3Ainsi le haut fonctionnaire conserve un certain temps des présidences de commissions (commissions des marchés), d’associations, parfois il a même gardé un petit secrétariat au ministère5 ; souvent il est surchargé de travail, on le consulte officiellement, ou il conseille des groupes, des banques (mais la situation s’est beaucoup dégradée)6.

4Les autres retraités ont souvent de multiples fonctions : expertises aux Ponts et Chaussées, commissaire enquêteur, ingénieur conseil, parfois avocat. On les retrouve comme présidents, ou secrétaires généraux d’associations, de fondations, dans des commissions hospitalières, dans des sociétés savantes, ou encore ils « font de la politique », à tous les niveaux.

5On pourrait même esquisser une classification de ces fonctions :

  • activités politiques : conseil municipal, Conseil général, partis politiques ;
  • activités sociales : commission du bureau de bienfaisance (ou ccas), commission administrative hospitalière, conseils d’administration d’impp, etc., sociétés de secours mutuels ;
  • activités syndicales : groupes de retraités spécialisés7 (par exemple à la Fédération de l’Éducation nationale ou dans les Finances) ou groupes généraux (Fédération générale des retraités de la fonction publique)8 ;
  • vie associative : associations culturelles, sportives, sociétés savantes ;
  • activités religieuses, ou philosophiques ;
  • activités de recherche (collection, érudition)9 ou d’écriture (romancier, poète)10.
  • 11 Rappelons qu’on a récemment développé systématiquement les activités de coopération techni (...)
  • 12 Il sait habilement rédiger les procès-verbaux de séance, ce qui, en province, pose parfois (...)

6On voit la diversité des activités possibles : tel préside un syndicat de propriétaires, tel autre se consacre à des œuvres charitables ou à la réinsertion des prisonniers11. Le fonctionnaire retraité est souvent apprécié, notamment dans les associations, par ses connaissances juridiques, par son esprit d’ordre, de régularité (c’est un « dévoué secrétaire »)12, par ses talents comptables (un percepteur fait un excellent trésorier de société savante) : en province, cela compte beaucoup, mais la situation a probablement bien changé depuis cinquante ans.

  • 13 Sauf à prendre des groupes particuliers : le retraité instituteur, douanier, percepteur, e (...)

7Mais comment peut-on étudier ce rôle « social » du fonctionnaire retraité ? À l’échelle nationale, l’entreprise paraît bien difficile13, à l’échelle locale, il est plus commode de saisir l’importance des traditions, des coutumes, on voit mieux le rôle d’un délégué cantonal, d’un président de société savante, on saisit mieux les mutations sur un siècle.

  • 14 Faut-il rappeler que les fonctionnaires retraités sont nombreux dans les départements du S (...)

8Or les fonctionnaires retraités représentent un groupe stable : dans les mutations sociales récentes, ils ont probablement joué un rôle modérateur, que ce soit dans les conseils municipaux ou les œuvres sociales ; dans les partis politiques leur influence a sans doute décliné, mais le développement de la vie associative a probablement accru leur influence diffuse, ils manient mieux les règles administratives, savent mieux demander les subventions : mais il est bien difficile de généraliser14.

II. Sources d’une recherche

9Si l’on voulait tenter une recherche historique sur l’influence du retraité, de quelles sources peut-on disposer ? On s’aperçoit rapidement, en esquissant le tableau des sources, qu’on est très pauvre pour le passé en documents.

A) Sources d’archives

10Les archives concernant les retraités sont peu nombreuses et peu significatives sur la vie du retraité.

À Paris

  • 15 Le dossier de pension de réversion permet de connaître la durée de vie.

11Aux Archives nationales les dossiers de personnel (préfets, ingénieurs des mines, des ponts et chaussées, professeurs...) donnent en général le montant de la retraite, mais ne comportent que de rares indications sur la vie menée pendant la retraite (demandes de secours, lettres de veuves)15.

En province

12Aux Archives départementales, on trouve :

  • dans la série P : les registres des pensions payées par la Trésorerie générale (ou la Paierie générale) ;
  • dans la série N : les dossiers de la Caisse de retraite des employés de la préfecture, et les délibérations octroyant des pensions aux employés, et à leurs veuves ;
  • dans la série X : on trouve les dossiers des sociétés de secours mutuels, qui concernent parfois des fonctionnaires (instituteurs, ouvriers des arsenaux) ;
  • dans la série M : les dossiers des élections municipales (par communes) permettent de repérer les anciens fonctionnaires qui deviennent conseillers municipaux ou maires (avec l’indication de leurs revenus) ;
  • dans la série T : on regardera les dossiers des instituteurs16 et ceux des délégués cantonaux ;
  • enfin rappelons, dans les archives privées (F, J), les fonds concernant d’anciens fonctionnaires (préfets ou sous-préfets, juges, professeurs)17 ;
  • pour mémoire : les archives notariales et les archives des hypothèques permettent de saisir à la mort l’état des biens. Dans les archives municipales, on regardera les dossiers des Caisses de retraite d’employés municipaux (avec parfois des demandes de secours).

B) Sources imprimées

À Paris

13Rappelons quelques grandes catégories :

  • les annuaires des corps (Conseil d’État, Inspection des finances...) comportent des listes de retraités18 ;
  • les journaux syndicaux (Tribune des fonctionnaires, École libératrice) ont en général une rubrique « retraités » (avec l’exposé de leurs revendications : reclassement, revalorisation...) ;
  • il existe des publications d’organisations de retraités (pour la fédération générale des retraités, la gendarmerie...), mais le recensement n’en a jamais été fait19 ;
  • enfin rappelons les bulletins et annuaires d’associations (tel l’Annuaire de l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure), qui donnent 1) la liste des anciens, avec la date de mort (ainsi pour les anciens de L’ens), 2) des notices nécrologiques souvent développées permettant de savoir ce qu’a fait le retraité pendant sa retraite, les fonctions occupées, parfois les épreuves subies20 ;
  • pour les retraités qui figurent dans le Who’s Who on saisit les fonctions occupées pendant la retraite (et on a aussi la date de disparition).

En province

14Les sources sont peu abondantes :

  • la presse locale donne parfois des notices nécrologiques assez longues (surtout quand le retraité a eu des fonctions politiques), et le cas échéant, des comptes rendus des réunions d’associations de retraités ;
  • les Annuaires départementaux donnaient avant 1940 des listes des bureaux d’associations de fonctionnaires (en précisant si les membres sont fonctionnaires retraités) ;
  • les Bulletins et Mémoires de sociétés savantes donnent souvent des notices nécrologiques importantes sur les retraités qui ont fait des travaux d’érudition (et on peut suivre leur production) ;
  • la Semaine religieuse du diocèse donne parfois des notices nécrologiques sur certains laïcs très liés à l’Église ;
  • les Bulletins du sni, et de sociétés de secours mutuels comportent parfois des notices nécrologiques intéressantes.

15On voit qu’on n’a, à l’échelle locale, que très peu de sources exploitables, mais on peut tomber sur des notices exemplaires.

C) Archives créées

16On peut chercher à collecter des sources nouvelles :

  • on peut pratiquer des archives orales21 auprès de fonctionnaires âgés, et orienter les entretiens sur ce qu’ils ont fait « après la retraite », les difficultés rencontrées ;
  • on peut chercher aussi à provoquer des récits de vie22 : mais en général, la partie consacrée aux années après la retraite est fort réduite, ce qui ne peut surprendre23.

17Si l’on veut entreprendre une étude locale, on doit pratiquer de telles enquêtes (les associations de retraités peuvent aider grandement le chercheur).

III. Difficultés de la recherche

18On voit qu’on dispose de bien peu de sources, si l’on veut faire une monographie pour un département ou une petite région. On se heurte à de grandes difficultés :

  • on ne connaît pas la durée de vie des retraités (les enquêtes en ce domaine sont fort peu nombreuses, ou sont confidentielles)24 ;
  • on ne connaît pas de façon fine la répartition géographique des retraités à l’intérieur d’un département, et on n’a pas la répartition par niveau de revenu ;
  • on saisit parfois les activités des retraités de la haute fonction publique, qui président des associations, publient, sont encore consultés25, mais c’est bien plus difficile pour la masse des retraités ;
  • on devrait étudier ces activités des retraités pour des groupes particuliers : instituteurs, employés du Trésor, employés du fisc, douaniers ; mais l’étude ne peut être faite que par le dedans du groupe26 ;
  • dans une petite ville on saisit bien le poids des fonctionnaires retraités, mais il est très difficile d’en saisir les variations, tout comme il est malaisé de connaître leurs opinions politiques : on n’a pas les matériaux nécessaires, sauf à faire des enquêtes orales.

***

  • 27 Dans les vingt prochaines années on devrait développer l’histoire du monde associatif, et (...)
  • 28 Rappelons qu’avant 1960, en dehors de l’enseignement, le nombre de femmes retraitées de l’ (...)

19La science administrative, tout comme l’histoire administrative, ne peut délaisser le fonctionnaire retraité, personnage important de la société provinciale. Une étude sur le retraité touche à l’histoire politique, à l’histoire sociale, à l’histoire syndicale, à l’histoire culturelle, mais aussi à l’histoire des associations (qui devrait tôt ou tard se développer)27, à l’histoire des relations sociales (et des relations entre générations), à l’histoire du temps (le temps distendu de la retraite), à l’histoire féminine (la retraitée « dynamique » est une figure récente en province)28. Mais on voit combien seraient nécessaires des monographies précises sur une ville – ou un département – qui permettraient d’aller plus loin dans la connaissance du milieu des retraités et de donner de bonnes hypothèses de recherche.

Notes

1 On est ici aux limites de l’histoire et de la sociologie : si l’on fait une recherche avec les méthodes historiques, il faut la pousser jusqu’au présent, chercher à accumuler des matériaux pour les historiens futurs. L’historien d’une administration, d’une institution, d’un corps, ne peut s’arrêter à la mise à la retraite : le poids des anciens est souvent non négligeable.

2 Nous ne donnons qu’une esquisse. La littérature sur le retraité, sa psychologie est fort limitée : on peut rappeler quelques pages cruelles de Boucher de Perthes (cf. La bureaucratie en France aux XIXe et XXe siècles, 1987, p. 284-286), mais les témoignages littéraires sur la vie du retraité sont très rares. Sur la psychologie du retraité, cf. « Le retraité », Revue administrative, 1994, p. 152-153.

3 On peut être étonné des lacunes de la recherche en ce domaine ; c’est un sujet qui apparemment n’intéresse personne.

4 Ce rajeunissement mériterait une étude : rappelons que les limites d’âge n’ont été introduites qu’après 1924.

5 Le cas s’est vu dans plusieurs ministères.

6 Jadis il était membre de conseils d’administration « rentables ».

7 Il y a une puissante Fédération générale des retraités de la gendarmerie, et une Fédération générale des retraités des organismes sociaux.

8 L’importance des groupes de retraités dans les organisations syndicales est variable, elle n’est pas négligeable (ainsi jadis à la fen). Ce serait un sujet d’étude.

9 Les Universités voient depuis 15 ans de nombreux retraités qui suivent des cours et entreprennent même des thèses de doctorat, qui sont souvent remarquables (ils ont l’expérience de la vie).

10 Le retraité écrit trop rarement ses souvenirs, on ne sait trop pourquoi – alors qu’il a souvent un regard acéré sur les évènements qu’il a vécus, et souvent il est le seul témoin. Mais l’effort demandé est parfois trop important : le retraité répond plus facilement aux enquêtes pour les archives orales, où il est plus aisé de « gazer la vérité ». Sur la rédaction des mémoires des hauts fonctionnaires, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 571-576, et sur la manière de classer leurs archives, ibidem, p. 577-584.

11 Rappelons qu’on a récemment développé systématiquement les activités de coopération technique internationale des retraités (notamment aux Finances) afin qu’ils puissent partager leur savoir.

12 Il sait habilement rédiger les procès-verbaux de séance, ce qui, en province, pose parfois des problèmes.

13 Sauf à prendre des groupes particuliers : le retraité instituteur, douanier, percepteur, en s’appuyant sur les associations de retraités (dont l’histoire reste à faire).

14 Faut-il rappeler que les fonctionnaires retraités sont nombreux dans les départements du Sud de la France ? La géographie du retraité serait importante à établir.

15 Le dossier de pension de réversion permet de connaître la durée de vie.

16 Qui contiennent parfois des pièces postérieures à la mise à la retraite.

17 On a parfois des comptabilités permettant de saisir le train de vie.

18 On a parfois des notices nécrologiques à la mort du retraité, soit lors de séances solennelles (à la Cour des Comptes par exemple), soit dans des bulletins internes, soit dans des brochures (ainsi pour l’Inspecteur général des Finances Allix).

19 Ainsi la Voix des retraités, créée en 1919, qui subsistait encore vers 1980. Les revendications des petits retraités ont été nombreuses entre les deux guerres, les syndicats des fonctionnaires les défendaient mal : c’est une histoire qui est à écrire.

20 Prenons un bulletin de l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure (1999-1) : on y trouve (p. 29-113) des « Notices sur les camarades décédés », qui évoquent en général les années de retraite des normaliens (et normaliennes), et indiquent pour tel (p. 52) qu’il présidait le conseil d’administration de Sévigné, et « parallèlement se consacrait dans le cadre de l’association Auxilia, à l’enseignement dans les prisons », et à Orléans, « tant que ses forces le lui ont permis, il n’a pas manqué une seule conférence, une seule exposition de peintures ».

21 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie…, ouv. cité p. 339-345 et 565-570.

22 Cf. ibidem, p. 347-352.

23 Ce sont de jeunes retraités – mais parfois ils expliquent nettement leurs activités de retraité (ainsi les souvenirs de directeurs de caisse d’épargne dans Mémoires d’écureuils, Récits autobiographiques, 1999, Les éditions de l’épargne).

24 Ainsi la Poste a mené de telles études pour calculer le coût de ses retraites. À noter que l’on avait fait des efforts dès les années 1870 (cf. l’enquête de Charlon et Achard, « Recherches statistiques sur la longévité du personnel de l’État », Bulletin de statistique et de législation financière, t. V, 1879, p. 138-153, 217-222). Aujourd’hui encore on se plaint fortement de ne pas connaître la durée de vie probable du retraité (et de sa veuve).

25 Ils sont encore très actifs jusqu’à 80-82 ans en général.

26 En cherchant à comprendre son fonctionnement, sa cohérence, ses divisions et querelles.

27 Dans les vingt prochaines années on devrait développer l’histoire du monde associatif, et trouver les bonnes méthodes pour l’étudier.

28 Rappelons qu’avant 1960, en dehors de l’enseignement, le nombre de femmes retraitées de l’État était fort limité.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search