Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Première partie. Les cadres politiques et financiers

Chapitre premier. La formation de l’autonomie urbaine : universitas et consulat millavois

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Une présentation du consulat millavois ne saurait se limiter à l’évocation de l’histoire de la cité depuis ses origines fort anciennes1. Sa spécificité a été perçue. Présentée comme un « îlot d’indépendance au sein des principautés catalanes »2, on a pu encore qualifier Millau de « république »3 ou encore de « ville la plus “romaine” » du Rouergue4. Au cours de la diffusion, par vagues successives, du mouvement consulaire aux xiie et xiiie siècles5, cette ville se révèle être un point de passage dans la progression de l’institution consulaire depuis la Méditerranée vers le Massif central6. Les autres localités du Rouergue connaissent plus tard cette vêture institutionnelle7. Au-delà d’un même habillage juridique, cette reconnaissance renvoie à des réalités différentes8. Un point essentiel est leur capacité à connaître, notamment, des questions financières9. L’exemple de Millau en atteste. Depuis sa confirmation, en 1187, le consulat a su tirer avantage des dominations successives ex...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540