Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Le ténu

Texte intégral

1S’intéresser au ténu dans l’administration est un excellent exercice de souplesse : mais les analystes le pratiquent peu, ils ont peur de ce qu’ils découvriraient, ils ne veulent pas comprendre le rôle éminent du ténu, du fragile, de l’invisible ; ils n’ont le plus souvent qu’une vue très grossière du monde bureaucratique, la moindre secrétaire de directeur leur en remontrerait pour la finesse, la subtilité des analyses ; mais elle ne croit pas à la vérité en soi, elle devine plus qu’elle ne raisonne. Comment peut-on parler du ténu qui n’a pas d’épaisseur, qui ne laisse pas de traces ?

***

2Rien n’est plus difficile que de saisir le ténu, l’impalpable, le fragile, on n’est pas habitué à s’intéresser au ténu, à chercher à le discerner (le juge, quelquefois, s’intéresse au ténu, au très fin, qui peut lui apporter la clef d’un dossier embrouillé ou mal instruit). Cherchons à examiner les différents champs possibles du ténu (c’est là matière à rêverie).

3Premier champ : le ténu dans l’analyse d’une situation : « Il voit trop grossièrement les choses, il ne les sent pas, il ne sait pas les prendre en finesse ». Certes l’excès de finesse est mal adapté à l’action, mais c’est toujours une erreur de négliger le fin, le ténu.

4Deuxième champ : le ténu dans une conversation, une négociation : on doit savoir saisir les fils ténus, ces choses impossibles à analyser, les inflexions de la pensée derrière le flot de paroles, les accords « invisibles » entre tel et tel partenaire : on a peine à expliquer ces choses tacites, mais souvent le succès d’une négociation tient à ce qu’on a su deviner l’instant où l’adversaire a commencé à céder, où l’on a pu esquisser la trame ténue d’un compromis à peine entrevu. Bien des choses dans une conversation un peu délicate relèvent du ténu, de l’invisible.

5Troisième champ : le ténu dans le jugement : on va trouver le fil conducteur qui va permettre de débrouiller l’affaire, de justifier l’arrêt : on a entrevu quelque chose de fragile, de fugitif au détour d’un dossier, on découvre « par-dessous » le fil rouge qui emporte la conviction.

6Quatrième champ : le ténu dans la notation : on joue sur les nuances, sur les réserves, on utilise les mais, on laisse entendre sans dire tout en disant à demi, on désapprouve, mais en pointillé : si X fait une gaffe majeure, on a prévenu le bureau du personnel sans le dire clairement, on a mis sa responsabilité à couvert ; c’est tout un art que de noter des sujets un peu difficiles, qui n’ont pas de défauts saillants, mais dont on se défie intimement.

7Cinquième champ : le ténu dans les rapports avec les patrons : quelquefois on joue sur des accords plus ou moins invisibles, sur des sympathies, des connivences tacites, mais parfois la conversation du patron peut être désagréable, il tient des propos à double sens, abuse des petites phrases énigmatiques, des railleries trop ténues pour qu’on se vexe ; ce sont là des ambiguïtés savamment entretenues : « Suis-je bien ou mal avec mon patron ? Que pense-t-il de moi ? » : on ne sait comment répondre, on n’a que des probabilités ténues.

8Sixième champ : le ténu dans les rapports avec les pairs, les amis : il y a beaucoup de finesses, de malices, de propos équivoques, de choses difficiles à déchiffrer pour l’autre, et on a souvent des amis qui ne sont pas de tout repos, dont les pensées sont « tordues », et dont on ne sait trop si ce sont des amis sincères ou des amis « qui vous détestent » par derrière. Et un déjeuner entre amis est souvent une épreuve pénible, quand on commence à se défier de celui (ou de celle) qui passe ostensiblement pour votre ami (ou amie) : rien n’est simple dans la comédie administrative.

9Septième champ : le ténu dans les intrigues de bureau (ce qu’on appelle la diplomatie de bureau). On trouve là beaucoup de choses ténues, imperceptibles ; personne, par exemple, ne connaît les raisons infimes, ténues, invisibles de la brouille entre X et Y, chefs de bureau : « C’est incompréhensible », dit-on et on ajoute « On ne sait pourquoi ils sont brouillés, ils ne le savent pas eux-memês, ils l’avouent eux-mêmes, mais ils se querellent sans cesse en public ». Rien n’est raisonnable en ce domaine : les atomes crochus ont un grand rôle dans les bureaux, comme dans les négociations, mais personne ne peut en rendre compte (on dit : « J’étais très bien avec X, je n’ai jamais su pourquoi, on n’avait pas du tout le même caractère, les mêmes manies, mais il me passait tous mes caprices... » : le ténu règle le jeu).

10Huitième champ : dans une institution, une maison, l’analyste doit chercher le ténu, découvrir les fils que tisse le chef de corps (ou le clan des anciens), et qui donnent une sorte d’autorité « invisible », des moyens d’action « imperceptibles », le climat qui règne entre les membres – un équilibre fragile, fait de choses ténues, fines, insaisissables de l’extérieur : on s’y plaît ou on ne s’y plaît pas –, la qualité des relations entre les membres (l’esprit de corps, indéfinissable par construction, repose sur beaucoup de liens ténus, solides, indestructibles), les efforts de la « maison » pour s’adapter, touche par touche, à des mutations politiques ou sociales jugées « hostiles » (on réagit avec des riens, des mesures imperceptibles, indistinctes) : l’évolution d’une maison – à l’échelle d’un siècle – repose souvent sur des choses menues, fragiles, efficaces (mais un rien peut tout déséquilibrer, ce sont là des choses qu’on sent...)

***

11On voit la difficulté de saisir le ténu, on n’a que des instruments trop grossiers ; les matériaux sont très insuffisants pour le spécialiste de science administrative (tout comme pour l’historien de la bureaucratie) : on a bien les dossiers de notation (mais il faut savoir les décoder et bien connaître les subtilités de la maison), ou encore les archives orales (mais la mémoire est très poreuse, elle oublie le ténu, le fragile, l’éphémère). Surtout il est très délicat d’interpréter le ténu : il faut une bonne expérience de la vie bureaucratique (qu’est-ce que le ténu dans un cabinet ministériel ? dans telle direction ?), l’intuition du fragile, du furtif, de l’éphémère (les liens du ténu et de l’éphémère sont très étroits), on manque d’une bonne théorie du ténu, qui puisse donner à l’analyste les repères nécessaires (mais les spécialistes de la gestion des organisations, ou des audits, ignorent le rôle du ténu, ils n’ont pas la flexibilité nécessaire, ils ne voient pas le peu visible, ou l’invisible) ; faut-il rappeler que l’analyste du ténu doit être d’une grande prudence, qu’il ne doit pas chercher à expliquer, mais seulement tenter d’explorer le probable, et avoir une vue probabiliste des choses ? Or le probabilisme est mal vu en science administrative, trop de gens croient qu’ils peuvent accéder au vrai.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search